Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écritures de l’espace social

 | 
Didier Boisseuil
, 
Pierre Chastang
, 
Laurent Feller
, 
et al.

Première partie. Construire l’espace

La mesure et la délimitation des terres en Anjou-Touraine (ixe-xiie siècle) : perception et représentation de l’espace

Élisabeth Zadora-Rio

Texte intégral

  • 1 M. Bourin, « Délimitation des parcelles et perception de l’espace en Bas-Languedoc aux xe et xie s (...)

1Dans un article paru il y a une douzaine d’années1, Monique Bourin a analysé le mode de délimitation des pièces de terre aux xe et xie siècles en Bas-Languedoc et elle en tiré des conclusions importantes. Elle a montré que l’évolution de la description des terres reflétait celle du parcellaire. Un changement est sensible à partir du milieu du xie siècle, avec la disparition de la mesure des côtés, la réduction du nombre des confronts qui passe de quatre à deux ou trois, et le brouillage de l’ordre de leur énoncé. La rupture observée dans l’expression des structures du paysage révèle une irrégularité croissante des parcelles, un affaiblissement des principes d’orthogonalité au profit d’une adaptation plus souple au terrain, une conception plus compartimentée de l’espace, permettant d’entrevoir l’évolution des formes des parcelles qui s’affranchissent progressivement de l’héritage des arpenteurs romains. Monique Bourin a démontré également la sensibilité des scribes aux usages locaux : les points cardinaux sont souvent désignés par le nom des vents, et un même nom peut désigner, d’une région à l’autre, deux directions différentes ; ainsi le vent d’autan, qui tourne entre le Toulousain et le Languedoc oriental, ou le cers, qui désigne un vent du nord à Nîmes, un vent d’ouest au-delà de Montpellier.

  • 2 A. Mailloux, « Perception de l’espace chez les notaires de Lucques (viiie-ixe siècles) », Mélanges (...)
  • 3 L. Feller, « Décrire la terre en Italie centrale au haut Moyen Âge », dans Le village médiéval et (...)
  • 4 C. Puig, « Mesurer le sol en Roussillon entre le xie et le milieu du xive siècle », dans Métrologi (...)
  • 5 A. Guerreau, « L’évolution du parcellaire en Maconnais (env. 900-env. 1060) », dans Le village méd (...)
  • 6 L. Feller, op. cit., p. 506.
  • 7 A. Guerreau, op. cit., p. 529-530.
  • 8 P. Portet, « La mesure géométrique des champs au Moyen Âge (France, Catalogne, Italie, Angleterre) (...)

2D’autres travaux réalisés depuis sur le pourtour méditerranéen, dans la région de Lucques2, l’Italie centrale3, le Roussillon4, ainsi que sur la Bourgogne5, ont révélé une certaine diversité de la description des terres, mais aussi l’existence de caractéristiques partagées avec le Bas-Languedoc, notamment l’opposition entre la largeur (frons ou caput) et la longueur (latus), qui suggère un parcellaire orienté. La disparition, dans le courant du xie siècle, de la mesure des côtés est observée aussi bien en Italie centrale, où elle est imputée aux transformations de la trame parcellaire héritée de l’Antiquité au cours du processus d’incastellamento6, qu’en Bourgogne, où elle est expliquée par une densification du tissu agraire et une fixation du parcellaire qui rendraient la perticatio superfétatoire7. Au-delà de l’évolution du parcellaire, la question est celle de la transmission des techniques d’arpentage antiques et, plus généralement, de la maîtrise du calcul par les scribes médiévaux8.

3L’Ouest de la France n’a guère fait l’objet de ce type d’enquête. L’objectif de cette contribution est de combler en partie cette lacune et de confronter les modes de délimitation des terres en Anjou et en Touraine avec ceux qui ont été mis en évidence sur le pourtour méditerranéen et en Bourgogne. Dans quelle mesure la mise en série des descriptions de parcelles peut-elle permettre d’entrevoir, dans ces régions, le paysage agraire et, à travers lui, la place de la mesure et du calcul dans les pratiques d’arpentage ?

Le corpus des sources pour l’Anjou et la Touraine9

  • 9 L’étude porte sur les diocèses d’Angers et de Tours, et sur la partie du diocèse de Poitiers qui é (...)

4Le corpus disponible est important. Entre le ixe et le xiie siècle, les sources mentionnent plus de 900 pièces de terre, dont les deux tiers environ font l’objet d’une mesure ou d’une estimation de superficie (fig. 1). Leur répartition chronologique reflète celle de la documentation conservée : les sources angevines et tourangelles sont en nombre sensiblement égal au ixe siècle mais, au xe siècle, elles sont deux fois plus nombreuses en Touraine qu’en Anjou. Au xie et plus encore au xiie siècle, la situation s’inverse de manière drastique au profit de l’Anjou (fig. 2).

Figure 1 – Nombre de pièces de terre mentionnées entre le ixe et le xiie siècle

(NB. Les chiffres indiquent le nombre des informations localisées et non le nombre d’actes)
Figure 2 – Répartition chronologique des sources écrites

La description des confronts

5En Touraine, l’usage de décrire les confronts est bien attesté aux ixe-xe siècles, où il concerne près d’un tiers des parcelles mentionnées, et il décline ensuite rapidement à partir du xie siècle, alors qu’en Anjou, il est très minoritaire tout au long de la période considérée (fig. 3).

Figure 3 – Répartition chronologique des descriptions de confronts

6Contrairement au Languedoc, les confronts sont énumérés sans référence aux points cardinaux, et sans hiérarchisation entre grand et petit côtés : l’opposition entre frons et latus, renvoyant à la figure géométrique du rectangle et suggérant un parcellaire orienté, est très rare. L’objet de la transaction est le plus souvent défini par son statut juridique (alodum, hereditas) et par le terme de terra, mais celui-ci a un sens générique et ne désigne pas exclusivement la terre arable. Le caractère mixte de l’usage du sol est parfois souligné par des expressions telles que inter terram arabilem et vineam.

  • 10 Entre 966 et 973, Leveque d’Angers Néfingue baille en main-ferme huit arpents de terre situés dans (...)

7Aux ixe et xe siècles, les descriptions de confronts ne mentionnent pratiquement jamais la nature des parcelles contiguës ; elles indiquent uniquement les possesseurs, le plus souvent des établissements ecclésiastiques désignés par leur vocable, ainsi que les voies publiques, et parfois les rivières10. Les saints dominent de façon écrasante : dans presque toutes les transactions, ils représentent au moins la moitié des confronts, et souvent la totalité. Ainsi dans le cas d’une terre, située dans le pagus d’Angers, qui fait l’objet d’un échange, confirmé par Louis le Pieux en 827, entre Hilduin, abbé de Saint-Denis, et un certain Fulric :

  • 11 Original, Paris, AN, K9, no 4, M. Félibien (éd.), Histoire de l’abbaye royale de Saint-Denys-en Fr (...)

In villa Iniaca, arpennum unum et dimidium : cui subjungítur ex uno latere terra sancti Mauricii, ex altero latere sancti Johannis, de uno fronte terra sanctí Maísentíoli, de alio fonte terra sancti Dionysii et sancti Martini11.

  • 12 Recueil des actes de Charles le Chauve (840-877), A. Giry, M. Prou et G. Tessier (éd.), Paris, 194 (...)
  • 13 Ibid., no 91.
  • 14 L’église de Cizay, dédiée à saint Denis, est mentionnée dans un faux diplôme du roi Dagobert (Die (...)
  • 15 Recueil des actes de Robert Ier et Raoul, rois de France (922-936), R.-H. Bautier et J. Dufour (éd (...)

8Les hagionymes mentionnés dans les confronts ne renvoient pas au vocable de l’église la plus proche mais se réfèrent aux grands établissements ecclésiastiques, situés pour la plupart au chef-lieu de la cité, à une distance de plusieurs dizaines ou centaines de kilomètres. Ils font appel à la mémoire à long terme des institutions religieuses, dont le témoignage présentait des garanties de pérennité. Confiance justifiée, puisqu’on constate que ce mode de localisation peut conserver jusqu’à aujourd’hui un caractère opératoire : dans l’exemple cité, ce sont les saints mentionnés dans les confronts qui permettent d’identifier la villa Iniaca avec un des lieux-dits qui portent le nom d’igné en Anjou (fig. 4). La terra sancti Mauricii désigne la villa Spinacia, qui appartenait au ixe siècle à la cathédrale Saint-Maurice d’Angers, et dont le nom est resté attaché à l’ancien centre paroissial de Saint-Hilaire-d’Epinats, au sud d’igné12. La terra sancti Maisentioli désigne certainement les biens que l’abbaye SaintMaxenceul de Cunault possédait à Virtiniacum (aujourd’hui Forges), à l’ouest d’igné, et que Charles le Chauve lui a restitués en 84713 ; la terra sancti Dionysii désigne les possessions de l’abbaye de Saint-Denis à Cizay (villa Sisiacum), au sud-est d’igné14 ; quant à la terra sancti Martini, elle représente l’ancien centre paroissial de Chétigné (villa Caderniacus), au nord-est d’igné, dont la possession a été confirmée à Saint-Martin de Tours en 931 par le roi Raoul15. Seule la terra sancti Johannis, dont le vocable renvoie au monastère fondé à Angers en l’honneur de saint Jean-Baptiste par l’évêque saint Lézin (c. 592-608), n’a pu être localisée à proximité immédiate d’igné.

Figure 4 – Croquis de localisation d’igné en Anjou à partir des confronts de 827

  • 16 M. Bourin-Derruau, Villages médiévaux en Bas-Languedoc. Genèse d’une sociabilité ( xe- xive siècle (...)

9Les descriptions de confronts en Touraine et en Anjou, aux ixe et xe siècles, inscrivent les biens dans un espace institutionnel. Elles situent les terres à l’échelle du pagus, mais leur localisation à une échelle plus fine devait faire appel à d’autres éléments : les repères topographiques qui figurent souvent dans les actes (un toponyme, une rivière, une croix, un élément du paysage bâti), ou la mémoire des témoins. Contrairement au Languedoc, où Monique Bourin a pu mettre en évidence l’existence de terroirs monoculturaux dès le xe siècle16, et où les vents qui soufflent à travers les cartulaires révèlent la sensibilité des scribes aux particularités locales, ces descriptions de confronts ne nous apprennent à peu près rien sur le paysage agraire.

  • 17 Cartularium Vindocinense Majoris Monasterii], A. de Trémault (éd.), Vendôme, 1893, nos 120 et 121.
  • 18 Par exemple dans cette notice du Cartulaire de Saint-Aubin (op. cit., no 688) en 1119 : Terram de (...)

10À partir du milieu du xie siècle, les descriptions de confronts changent profondément de nature : au lieu d’énumérer successivement les quatre côtés, elles suivent le plus souvent le périmètre de façon linéaire. C’est aussi à partir de cette époque qu’on trouve occasionnellement la mention des points cardinaux17, et que les références aux composantes du paysage agraire remplacent les saints patrons des établissements religieux : les descriptions de confronts mentionnent désormais des prés, des terres arables, des bois, des vignes, des haies (haia, sepes), des boires18 – mais elles se font aussi très rares (fig. 3).

11La substitution d’éléments concrets du paysage agraire au paysage institutionnel est peut-être en relation avec la multiplication, à partir du début du xie siècle, des prieurés ruraux, qui a sans doute favorisé une meilleure connaissance de la topographie locale. Elle est concomitante de la disparition de la pratique de localiser les biens dans un espace public hiérarchisé à trois degrés : in pago illo, in vicaria illa, in villa illa. Elle traduit un rétrécissement des horizons et une conscience plus marquée du terroir, ainsi que Monique Bourin l’a constaté en Languedoc.

Les mesures linéaires

  • 19 Formulae Andecavenses, K. Zeumer (éd.), MGH, Leges, Formulae Merowingici et Karolini aevi, Hanovre (...)
  • 20 Formulae Turonenses, ibid., p. 140 : Campo vel vinea juris meí habentem arípennos tantos.

12Une des particularités des sources angevines et tourangelles est la quasi-absence de mesures linéaires. Déjà dans les Formules d’Angers19, attribuées à la fin du vie siècle, seules des mesures de superficie sont attestées : le muid pour les terres arables, le jeu (juctus) pour les prés et les vignes. Dans les Formules de Tours, datées du milieu du viiie siècle, la seule mesure mentionnée est l’arpent, pour la terre arable comme pour les vignes20.

  • 21 Recueil des actes de Charles le Chauve, op. cit., no 139 (851).

13Au cours des siècles suivants, quelques références à la mesure des côtés apparaissent dans les actes de la pratique. En Anjou, le seul exemple se trouve dans un acte d’échange entre l’évêque et le comte Eudes, en 851, de deux parcelles de terre situées à l’intérieur de la cité d’Angers, qui ont été délimitées aequis mensuris funibusque21. C’est la seule attestation, dans le corpus, du terme funis dans un contexte d’arpentage, et il n’est pas certain que la corde désigne ici une unité de mesure : elle a pu être utilisée uniquement pour vérifier l’égalité des côtés.

  • 22 Vineam que est sita super_flu[...]... ad censum... habet in longum predicta vinea dextros... runs (...)
  • 23 Aream unam de terra ad mansionem faciendam [...] habentem in Iongum dextros XII et in transversum (...)
  • 24 En dehors de ces deux chartes originales de Tours, les indices d’une extension possible de l’aire (...)

14En Touraine, le plus ancien exemple de mesure linéaire se trouve dans un fragment de charte originale de l’abbaye Saint-Julien de Tours qui concerne la concession, en 847, par l’abbé Austrenus, d’une vigne dont la longueur et la largeur sont mesurées en destres22. L’usage du destre est attesté une seconde fois en Touraine un siècle plus tard, en 968, dans une charte originale de l’archevêque Hardouin qui concède à l’abbaye Saint-Florent une parcelle à bâtir dans le claustrum de la cathédrale de Tours23. Ces deux chartes originales sont les seules à donner la mesure des côtés et à attester, en Touraine, l’usage du destre, dont l’aire d’extension en dehors des régions méridionales (Languedoc, Catalogne, Provence) est mal connue24.

La perche et l’arpent

  • 25 92 pour les terres arables, 98 pour les vignes, 94 pour les prés, 18 pour les parcelles à usage mi (...)
  • 26 Dans un diplôme du roi Eudes en faveur de Saint-Martin de Tours (Recueil des Actes d’Eudes, roi de (...)
  • 27 Cette valeur paraît faible, mais le texte n’étant connu que par une copie moderne, il peut s’agir (...)
  • 28 E. Mabille, La pancarte noire de Saint-Martin de Tours, restituée d’après les textes imprimés et m (...)
  • 29 P. Gasnault, « Les actes privés de l’abbaye de Saint-Martin de Tours du viiie au xiie siècle », Bi (...)
  • 30 E. Mabille, « Les invasions normandes dans la Loire et les pérégrinations du corps de saint Martin (...)

15L’arpent est de loin l’unité de mesure la plus représentée pendant toute la période considérée. Les actes de la pratique, entre le ixe et le xiie siècle, en offrent plus de 300 occurrences25 (fig. 5), mais la question de la mesure effective des côtés reste posée. L’utilisation de la perche pour l’arpentage agraire est en effet très peu attestée. Mentionnée pour la première fois à la fin du ixe siècle26, elle apparaît ensuite au début du xe siècle dans deux documents de Saint-Martin de Tours. Ils méritent un examen détaillé, en dépit du caractère aride de l’exercice. Le premier, daté de 909, est un acte de donation par les exécuteurs testamentaires du doyen, Gauzuin (au premier rang desquels son successeur, Téotolon, alors préchantre du monastère), de deux alleux mesurés avec une perche « légitime » de sept pieds et demi et trois doigts (ad perticam légitimant de pedibus VII et medio, ac digiti tres)27. Le premier de ces alleux est constitué d’une terre arable mesurant 341 perches in se totum in circuitu. Le second est une parcelle de terre arable et de vigne dont la superficie en arpents est calculée à partir de la mesure des côtés réalisée avec la même perche (habentem in se inter vineam et terram arabilem ad praedictam perticam arípennos III)28. Le second document, également issu de la pancarte noire de Saint-Martin de Tours, est daté de 920 et rédigé par l'écolâtre Archanaldus29. Il décrit plusieurs pièces de terre qui font l’objet d’un échange entre Téotolon, alors doyen de Saint-Martin de Tours, et Adam, grangier du chapitre30. Les biens donnés par Téotolon à Adam comprennent :

  • une terre d’un arpent moins 8 perches (terram quam de Erlanno in alodum comparaverat, de arpenne uno minus perticas VIII) ;
  • une petite pièce de terre mesurant 36 perches totum in circuitu ;
  • enfin un troisième alleu qui mesure 34 perches totum in circuitu.

Figure 5 – Répartition chronologique des mentions de l’arpent en Anjou et en Touraine

16En échange de ces trois pièces, Adam donne une terre mesurant un arpent et 15 perches (arpennem I de terra perticas XV). En conclusion, l’acte résume les termes de la transaction en rappelant que Téotolon a donné pour sa part une superficie de terre équivalente (1 arpent et 15 perches), avec 51 perches de surcroît.

  • 31 L’expression totum in circuitu, associée à une mesure en arpents, renvoie certainement aussi à la (...)

17Que conclure de cet examen laborieux ? Le fait que Téotolon puisse soustraire ou additionner des perches à des superficies exprimées en arpents indique qu’il s’agit de perches carrées et non de perches linéaires, et donc que l’expression totum in circuitu désigne la superficie et non le périmètre, comme on aurait pu le penser31. Le total de 1 arpent et 66 perches (15 + 51) indiqué par Téotolon devrait correspondre à la somme des superficies des trois parcelles données à Adam, mais le calcul ne tombe pas juste : le résultat de l’addition donne 1 arpent et 61 perches, et il manque donc 5 perches. Le texte n’étant connu que par une copie moderne, l’hypothèse la plus probable est celle de l’omission d’un chiffre romain : en ajoutant un V à la mesure de la troisième parcelle donnée par Téotolon, on obtiendrait en effet une superficie de XXXVIIII perches au lieu de XXXIIII, et le calcul tomberait juste.

  • 32 L’archevêque Joseph concède en 953 4 arpents et 3 perches de terre arable près du suburbium de la (...)

18Quoi qu’il en soit, ces textes démontrent incontestablement la capacité de calculer une superficie à partir de la mesure des côtés ; ils attestent également l’utilisation de la perche carrée comme sous-multiple de l’arpent et une pratique de l’arpentage impliquant la conversion des unités de mesure. L’utilisation de la perche carrée comme sous-multiple de l’arpent est attestée encore par la suite dans deux chartes originales de l’abbaye Saint-Julien de Tours, datées l’une de 953, l’autre de 97032.

19Il faut attendre ensuite le milieu du xiie siècle pour trouver à nouveau, dans deux notices du cartulaire de Noyers, une attestation de l’usage de la perche. La première relate la donation d’une terre, vers 1142, par un certain Guido Catus de La Haye, et décrit ainsi l’opération d’arpentage :

  • 33 Cartulaire de Noyers, C. Chevalier (éd.), Tours, 1872 (Mémoires de la Société archéologique de Tou (...)

Terram ipsam non arpennum ad arpennum, neque operom ad operam, se à in quadrum ad percam Sancti Mauricii mensuraverunt. Huic autem mensurationi ínterfuít Guido Catus et Odo Lepus, maritus sororis suae Morraliae ; et Bernardo Freslo, qui terram ipsam mensuravit33.

  • 34 Le surnom de Frelon est porté, dans le cartulaire de Noyers, par des personnages de l’entourage de (...)

20Ce texte atteste donc l’existence, au milieu du xiie siècle, d’une perche dite « de Saint-Maurice », hagionyme qui désigne très certainement la cathédrale de Tours, et il oppose deux pratiques de l’arpentage : d’une part, l’estimation des superficies par comparaison avec des étalons de référence (c’est sans doute ainsi qu’il faut comprendre les mesures arpennum ad arpennum, ou operam ad operam) et d’autre part, la mesure des côtés à l’aide d’une perche (in quadrum ad percam Sancti Mauricii). L’auteur de l’arpentage, Bernard Frelon, qui apparaît comme témoin dans la notice, est un membre de l’entourage des seigneurs châtelains de La Haye, mais seul ce document l’associe à la mesure des terres34.

21Un second texte, vers 1157, mentionne également l’arpentage d’une terre avec une perche, « conformément à la coutume », et le résultat du calcul est indiqué en arpents :

  • 35 Cartulaire de Noyers, op. cit., no 577.

Apposita est pertica secundum consuetudinem terrae ad mensurandum terram, quae erat in culmo ; et inventa sunt quindecim arpenna’35.

  • 36 Des étalons locaux apparaissent à partir de la fin du xie siècle pour les mesures de contenance : (...)
  • 37 ADML, 36 H 3, sans numéro (Artem, no 3504).
  • 38 Par exemple dans cette notice qui relate le don vers 1090 d’une charruée de terre à l’abbaye de No (...)
  • 39 À la fin du xie siècle, un certain Gaufridus donne aux moines un quartier et demi des noues qu’il (...)

22Doit-on considérer que, tout au long des deux siècles qui séparent ces deux notices des dernières attestations de l’usage de la perche au xe siècle, la perticatio a été une pratique taisible mais largement répandue, que le seul usage de l’arpent suffirait à révéler ? Quelques arguments pourraient étayer cette hypothèse, comme la référence à la « coutume de l’arpentage », et la mention d’une perche « de Saint-Maurice », qui suggère qu’il devait exister à cette date d’autres valeurs spécifiques de la perche, distinctes de celle de l’archevêché36. On peut citer également, dans les actes de la pratique, quelques références, assez peu explicites, à la mesure des terres. Une notice originale du prieuré de Bocé en Anjou, datée de 1093, rapporte ainsi l’acquisition d’un pré et la présence, parmi les témoins, d’un certain Rainbaldus qui ipsum pratum mensuravit37, mais ces mentions semblent désigner, au moins dans certains cas, une délimitation du terrain en présence de témoins plus qu’un véritable arpentage38. Au total, ces indices ne permettent guère d’avancer que les superficies en arpent étaient systématiquement calculées à partir de la mesure linéaire des côtés. Cette hypothèse paraît incompatible, en effet, avec la disparition de la perche carrée comme sous-multiple de l’arpent, et son remplacement, à partir de la fin du xe siècle, par un système de subdivisions rudimentaires (demi-arpent ou quart d’arpent) qui peuvent être estimées à vue, et dont des expressions telles que plus minus ou circa soulignent l’approximation. Le sous-multiple le plus répandu est le quart d’arpent, ou quarterius, lequel peut être subdivisé à son tour par moitié39. Sans doute faut-il admettre la coexistence de deux techniques d’arpentage – l’une, savante, fondée sur la mesure des côtés et le calcul des superficies, l’autre, fondée sur l’estimation, utilisant les nombres ronds et les fractions de nombres ronds (arpent, demi-arpent, quartier, demi-quartier). C’est sans doute ainsi qu’il faut comprendre la distinction entre les deux procédures d’arpentage évoquées dans le texte de 1142 cité ci-dessus, qui oppose la mesure à la perche in quadrum à l’estimation fondée sur la comparaison visuelle avec un arpent de référence. Il est intéressant de constater que, en dépit de son insistance sur la technique d’arpentage, le document en question n’indique pas les mesures obtenues, mais uniquement la valeur du cens, qui est de 9 deniers. Ce que les actes enregistrent, c’est avant tout le montant du prélèvement, dont le rapport avec la superficie est incertain.

  • 40 H. Galinié, G. Chouquer, X. Rodier, P. Chareille, « Téotolon, doyen de Saint-Martin, évêque de Tou (...)

23Il est sans doute significatif que les rares mentions qui attestent, au xe siècle, les méthodes de calcul les plus élaborées et utilisent la perche carrée comme sous-multiple de l’arpent se trouvent dans des chartes qui émanent de Saint-Martin ou de Saint-Julien de Tours. Deux d’entre elles sont dues à Téotolon, d’abord préchantre puis doyen de Saint-Martin de Tours, ensuite moine à Cluny, enfin archevêque à partir de 931. Les aménagements fonciers qu’il a réalisés, d’abord comme doyen de Saint-Martin, puis comme archevêque, lorsqu’il a entrepris à partir de 937 de restaurer l’abbaye Saint-Julien, ont durablement marqué le tissu urbain de la ville de Tours40. Il est non moins significatif que toutes les attestations de la perche carrée, comme du destre, concernent un espace limité géographiquement aux environs immédiats de la cité de Tours ou du castrum de Saint-Martin. Rien ne permet de dire qu’elles sont représentatives des pratiques de l’arpentage agraire en Touraine au xe siècle.

Les autres unités d’arpentage

  • 41 Vinia iuctus tantus, prato iuctus tantus (Formulae Andecavenses, op. cit., nos 4, 21, 22, 25, 40, (...)
  • 42 De vinea indominicata juctos, id est arpennos, C (Das Polyptychon und die notitia de aréis von Sai (...)
  • 43 On trouve ainsi dans une notice, vers 1096, les mentions suivantes : Unum jugum prati, duo jugera (...)

24D’autres unités de superficie que l’arpent étaient utilisées, mais aucune d’entre elles ne résulte d’un calcul à partir de la mesure linéaire des côtés. Signalons tout d’abord une unité locale mal connue, le jeu (juctus, junctus, jotum, joit), représentée dans le corpus par une cinquantaine d’occurrences. Son origine est ancienne puisqu’elle est bien attestée déjà à la fin du vi siècle dans les Formules d’Angers, où elle est réservée aux vignes et aux prés41. L’égalité du jeu et de l’arpent est indiquée dans la seconde moitié du ixe siècle dans le polyptyque de Saint-Maur des Fossés pour la villa de Miré au nord de l’Anjou42 (fig. 6). Par la suite, le jeu est utilisé dans les actes de la pratique en Anjou et en Touraine entre le milieu du xe siècle et le milieu du xiie siècle pour la mesure des prés et des vignes dans une zone circonscrite limitrophe du Poitou (fig. 6). Son utilisation pour les terres arables (une quinzaine d’occurrences) est limitée géographiquement au Sud-Ouest de la Touraine, et semble résulter d’une confusion locale avec le jugum, ou le jugerum, en particulier dans le cartulaire de Noyers43.

Figure 6 – Parcelles mesurées en jeux (juctus) en Anjou et en Touraine (ixe-xiie siècle)

  • 44 M. Le Mené, Les campagnes angevines à la fin du Moyen Âge (vers 1350-vers 1530), Nantes, 1982, p.  (...)
  • 45 Alors que le setier est normalement un sous-multiple du muid, un document du début du xiie siècle (...)

25Les mesures de superficie fondées sur l’ensemencement, fréquentes à la fin du Moyen Âge44, n’étaient guère répandues entre le ixe et le xiie siècle (fig. 7). Les plus utilisées, le muid et le setier, ne sont représentées que par une soixantaine d’occurrences45, tandis que la minée (minata terrae) n’est attestée que par quelques mentions au xiie siècle.

Figure 7 – Répartition chronologique des mesures d’ensemencement

  • 46 terra [...] quantum possent excolere duo boves, duobus temporibus, id est ad hibernalia et aestiva (...)
  • 47 Terram ad unam carrucam à Couesmes en Anjou, en 1062 (Cartulaire de La Trinité de Vendôme, Métais (...)
  • 48 Tantum terrae quantum possunt quatuor boues omnibus temporibus excolere, et ad hibernaba et aestiua (...)
  • 49 Pour la fondation d’un prieuré à Saint-Michel-de-Luzé près de L’île-Bouchard, Brice de Chillon don (...)

26Les mesures fondées sur le temps de travail sont encore moins représentées que les mesures d’ensemencement. On trouve quelques mentions d’opera (œuvre, ou hommée) à la fin du xe et au xie siècle, mais elles sont tout à fait marginales. Plus souvent citée, la charruée désigne la superficie de terre qu’un attelage de bœufs peut labourer en une année et comprend donc la jachère46 (fig. 8). La contenance de la charruée est tantôt exprimée en nombre de charrues47, tantôt uniquement en nombre de bœufs48. Celui-ci est le plus souvent de quatre, mais on trouve également deux, six et huit bœufs, et dans un cas exceptionnel, jusqu’à vingt-quatre ou trente bœufs49. Il est le plus souvent impossible de convertir le nombre de bœufs en nombre de charrues.

Figure 8 – Répartition chronologique des mentions de charruée

  • 50 G. Cornet, Le paysan et son outil. Essai d’histoire technique des céréales (France, viiie- xvsiè (...)
  • 51 Robertus vero tradit ad ipsum locum terram ad octo boves possidendam et laborandam, et pratos ad e (...)

27Au xiiie siècle, Walter de Henley évalue la quantité de terre travaillée annuellement par une charrue à 160 acres (64 ha) en assolement biennal, et 180 acres (72 ha) en assolement triennal50, mais le temps de labour, et donc la superficie varient avec la qualité du sol ainsi qu’avec la puissance de l’attelage. La charruée est conçue comme une unité fonctionnelle, incluant l’outil et le cheptel, et même les prés nécessaires à la subsistance de celui-ci51. Comme les masures et les borderies évoquées ci-dessous, elle obéit à une logique d’exploitation et regroupe des parcelles qui peuvent être dispersées. Elle représente une estimation globale agrégeant des facteurs hétérogènes dont la superficie ne constitue qu’un élément parmi d’autres.

  • 52 W. Kula, op. cit., p. 51.

28Les mesures les plus représentées, après l’arpent, sont celles qui reposent sur l’unité d’exploitation, qu’on peut considérer, à la suite de W. Kula, comme un système d’arpentage52 (fig. g). Le manse, la quarte, la borderie et la masure ont été utilisés pour désigner à la fois des exploitations et des unités fiscales, et c’est sans doute à ce dernier sens que se rattache l’usage de ces termes comme unité de mesure de la terre.

Figure 9 – Répartition des mentions des principaux types d’unités d’exploitation

  • 53 L’équivalence est indiquée dans le polyptyque de Saint-Maur-des-Fossés dans la seconde moitié du i (...)
  • 54 Recueil des actes de Robert Ier et Raoul, op. cit., nos 43 et 45 (en 900 et 904), et H. Miyamatsu,(...)
  • 55 Ainsi cette quarte localisée dans le pagus de Tours et la viguerie de Mougon : Concessimus iamdict (...)
  • 56 Un certain Haruhic donne en 804 à l’abbaye Saint-Sauveur de Prüm divers biens dans le pagus d’Ange (...)

29Le manse (ou factus53,) fréquent surtout au ixe siècle, disparaît vers le milieu du xie siècle. Il a pour sous-multiple la quarte, qui correspond à un quart de manse, et c’est souvent elle, et non le manse entier, qui constitue l’unité fiscale54. Les quartes, comme les manses, peuvent être des unités d’exploitation complètes, comprenant des bâtiments, ou représenter des unités de mesure de la terre55. Un seul document, daté de 804, indique une équivalence entre une quarte et une mesure d’ensemencement en muids56.

Figure 10 – Masures et borderies en Anjou et en Touraine (ixe-xiie siècle)

  • 57 J.-F. Niermeyer, dans le Mediae Latinitatis Lexicon Minus (Leyde, Brill, 1984), considère que mans (...)
  • 58 Masura terre hoc est quantum quatuor boves elaborare possent duabus sationibus (Cartulaires de l’a (...)
  • 59 Friscingagium, redevance en cochons de lait, toujours convertie en espèces.
  • 60 Livre noir de Saint-Florent de Saumur, op. cit., no 52 (1040-1055).
  • 61 Original ADML, H 1840, no 5, en 1040.
  • 62 Cartulaire de l’abbaye de Saint-Aubin d’Angers, A. Bertrand de Broussillon (éd.), Angers, 1896, no(...)
  • 63 Ibid.

30La diffusion des masures et des borderies est concomitante de la disparition du manse (fig. 9). Elles sont nombreuses en Anjou et rares en Touraine (fig. 10). Sans doute faut-il admettre que le terme de mansura dérive du mot mansum, mais rien ne permet de déterminer s’il a une valeur équivalente57 ou s’il s’agit d’un sous-multiple. À partir du deuxième quart ou du milieu du xie siècle, le binôme mansum/quarta a été remplacé par le binôme mansura/borderia, mais le rapport a changé : alors que la quarta vaut un quart de manse, on constate que la borderia vaut la moitié d’une mansura, tant en ce qui concerne le train d’attelage que les redevances. De nombreux textes indiquent en effet que la borderie est une exploitation à deux bœufs de labour, alors que la masure en possède quatre58. Les redevances en nature ou en espèces dues par les borderies sont toujours inférieures de moitié à celles des masures. Là où un mansuarius paie 6 deniers de frésange59, un bordarius en verse 360 ; là où le taux est de 10 deniers pour les masures, il est de 5 deniers pour les borderies61, et enfin, quand les masures versent 12 deniers, les borderies en doivent 662. Les même proportions s’appliquent aux redevances sur le cheptel bovin (6 deniers de vacagio pour les masures, 3 pour les borderies) et aux prélèvements en nature comme le terrage (deux setters de froment pour les masures, un seul pour les borderies) ou le fourrage (un setier pour les masures, une mine pour les borderies)63.

  • 64 Tres bordarias de terra et prato que pertinent ad ípsas bordarías (Livre blanc de Saint-Florent de (...)
  • 65 Una borderia ut estimatur terre arabilis (Livre noir de Saint-Florent de Saumur, op. cit., fol. 79 (...)
  • 66 Tam in terris quam in vineis et in pratis et in decimis et in omnibus edificiis vel in omnibus ins (...)

31La mansura, comme la borderie, peut désigner l’exploitation complète, avec les terres, les prés, les vignes et le cheptel64, mais elle peut représenter aussi une mesure de la terre arable65, et se confondre avec la charruée. L’une et l’autre peuvent représenter des unités de compte66.

32À partir du milieu du xiie siècle, les masures et les borderies sont remplacées peu à peu par les métairies, qui apparaissent dans la documentation à partir de la première moitié du xie siècle. Contrairement aux masures et aux borderies, elles désignent exclusivement des exploitations et ne sont pas utilisées comme unité de mesure des terres.

33La fréquence des masures, des borderies et des métairies en Anjou, souvent associées à des microtoponymes, et leur grande rareté en Touraine révèlent certainement une dispersion de l’habitat beaucoup plus marquée en Anjou.

Conclusion

34Les descriptions de confronts et l’expression des mesures agraires en Anjou et en Touraine révèlent des différences importantes à la fois avec le pourtour méditerranéen et la Bourgogne. Contrairement à ces régions, où la pratique de la mensuratio prévaut jusqu’au milieu du xie siècle pour disparaître ensuite, la place de la mesure et du calcul paraît marginale en Touraine et pratiquement inexistante en Anjou pendant toute la période considérée. Les pratiques d’arpentage y privilégient l’estimation des superficies, même dans le cas de l’arpent, qui est la seule unité pour laquelle la perticatio est parfois attestée.

35L’évolution chronologique des unités de mesure est peu sensible. Le jeu et le muid sont attestés dans les actes de la pratique du ixe au xiie siècle. L’arpent, utilisé en Touraine dès le début du ixe siècle, se diffuse en Anjou à partir de la deuxième moitié du xe siècle, tandis que la charmée et le setter n’apparaissent pas avant le xie siècle. La quasi-absence de la mesure des côtés ne permet pas d’entrevoir les transformations de la forme des parcelles.

36Les changements les plus notables concernent, d’une part, la raréfaction et la transformation des descriptions de confronts à partir du milieu du xie siècle, et d’autre part, la dénomination des unités d’exploitation qui sont également des unités fiscales et des mesures d’évaluation de la terre. Dans la première moitié du xie siècle, le manse et le quart de manse (quarta) sont remplacés par le binôme mansura/borderia, dont la seconde correspond à la moitié de la première. Ce changement, dont les raisons n’apparaissent guère, reflète sans doute davantage une modification du prélèvement seigneurial qu’une évolution du paysage agraire.

  • 67 P. Portet. op. cit., p. 257.
  • 68 Ce constat rejoint les observations d’Hugues Neveux pour la fin du Moyen Âge (H. Neveux, « Rôles e (...)

37Les références explicites à la mesure des côtés sont trop rares pour qu’il soit possible d’identifier les conditions qui déterminaient le recours tantôt à l’arpentage géométrique, tantôt à l’estimation. Elles tenaient peut-être, en partie, à la formation technique des rédacteurs des actes. Même si l’arsenal conceptuel était disponible, ainsi que le souligne Pierre Portet67, il n’était sans doute pas également accessible à tous. La prévalence de l’estimation sur le calcul tient certainement aussi, et peut-être surtout, au peu d’intérêt attaché à la mesure, dans un contexte où la superficie n’est qu’un des éléments d’une appréciation globale qui fait intervenir d’autres facteurs. La rédaction des actes a pour objectif de garder la trace d’un consensus plus que d’enregistrer la mesure de la terre, qui ne semble pas donner lieu à des contestations en tant que telle. Rappelons qu’un tiers environ des transactions sur les biens fonciers dans le corpus sont dépourvues de toute indication métrologique. Contrairement au Languedoc, à l’Italie, à la Bourgogne, la notion même de parcelle, affectée à un usage agricole déterminé et renvoyant à un découpage homogène et continu de l’espace, n’apparaît guère dans la documentation en Anjou et en Touraine. Le paysage agraire est perçu moins comme une étendue subdivisée que comme la juxtaposition d’unités hétérogènes, dont la mesure de superficie constitue un attribut parmi d’autres68.

  • 69 L’idée d’un rapport possible entre le désintérêt pour la mesure des superficies emblavées et les c (...)
  • 70 L. Toneatto, « Tradition manuscrite et éditions modernes du Corpus agrimensorum romanorum », dans (...)
  • 71 É. Zadora-Rio, B. Gauthiez, « Morphogenèse des agglomérations en Anjou-Touraine : la place du déso (...)

38Au-delà de ce constat, comment interpréter ces différences régionales dans la perception de l’espace et les pratiques d’arpentage ? Elles sont difficiles à expliquer. Peut-on les imputer à la seule influence des traces physiques de la centuriation romaine, bien attestées sur le pourtour méditerranéen et inexistantes, semble-t-il, en Anjou-Touraine ? Cette hypothèse est certainement insuffisante, car si on peut admettre qu’une trame orthonormée facilite l’arpentage géométrique, elle ne l’induit pas automatiquement. Faut-il y voir une opposition entre différents systèmes agraires, celui de l’Anjou-Touraine étant – peut-être – caractérisé par une importance plus grande des cultures temporaires, bien que celles-ci soient difficiles à identifier dans les sources69 ? Une autre piste à explorer est celle de la place du calcul dans la formation culturelle des élites locales, qui pourrait être éclairée par une meilleure connaissance des circuits de diffusion des traités de géométrie et des manuscrits des agrimensores70. Il semble, en tout cas, que le manque d’intérêt pour la mesure dans l’arpentage agraire en Anjou-Touraine puisse être mis en relation avec la rareté des opérations de planification qui y a été observée dans les agglomérations médiévales, par comparaison au Languedoc et à d’autres régions comme l’Auvergne ou la Normandie71.

Notes

1 M. Bourin, « Délimitation des parcelles et perception de l’espace en Bas-Languedoc aux xe et xie siècles », dans Campagnes médiévales : l’homme et son espace. Études offertes à Robert Fossier, E. Mornet (dir.), Paris, Publications de la Sorbonne, 1995, p. 73-85.

2 A. Mailloux, « Perception de l’espace chez les notaires de Lucques (viiie-ixe siècles) », Mélanges de l’École française de Rome, 109 (1997), p. 21-57.

3 L. Feller, « Décrire la terre en Italie centrale au haut Moyen Âge », dans Le village médiéval et son environnement. Études offertes à Jean-Marie Pesez, L. Feller, P. Mane, F. Piponnier (dir.), Paris, Publications de la Sorbonne, 1998, p. 491-507.

4 C. Puig, « Mesurer le sol en Roussillon entre le xie et le milieu du xive siècle », dans Métrologie agraire antique et médiévale, Actes de la table ronde d’Avignon (8 et g décembre 1998), F. Favory (dir.), Besançon, Presses universitaires franc-comtoises, 2003, p. 141-152.

5 A. Guerreau, « L’évolution du parcellaire en Maconnais (env. 900-env. 1060) », dans Le village médiéval et son environnement. Études offertes à Jean-Marie Pesez, L. Feller, P. Mane, F. Piponnier (dir.), Paris, Publications de la Sorbonne, 1998, p. 509-535.

6 L. Feller, op. cit., p. 506.

7 A. Guerreau, op. cit., p. 529-530.

8 P. Portet, « La mesure géométrique des champs au Moyen Âge (France, Catalogne, Italie, Angleterre). État des lieux et voies de recherche », dans Terriers et plans-terriers du xiiie au xviiie siècle. Actes du colloque de Paris (23-25 septembre 1998), Paris, Association d’histoire des sociétés rurales-École nationale des chartes, 2002, p. 243-266.

9 L’étude porte sur les diocèses d’Angers et de Tours, et sur la partie du diocèse de Poitiers qui était comprise dans la mouvance du comté d’Anjou. Ce territoire correspond aux départements actuels de Maine-et-Loire et Indre-et-Loire, et inclut le Sud de la Sarthe et de la Mayenne ainsi qu’une petite partie du Loir-et-Cher.

10 Entre 966 et 973, Leveque d’Angers Néfingue baille en main-ferme huit arpents de terre situés dans la villa de Corzé : Terminatur vero ipsa terra de duobus partibus terra sancti Petri, de alio latere terra sancti Mauricii, de quarta nero parte videtur currere fluvius Lits (Cartulaire noir de la cathédrale d’Angers, Urseau (éd.), Angers, 1908, no 19).

11 Original, Paris, AN, K9, no 4, M. Félibien (éd.), Histoire de l’abbaye royale de Saint-Denys-en France, Paris, 1706. Recueil de pièces justificatives, no 71, p. XLVIII.

12 Recueil des actes de Charles le Chauve (840-877), A. Giry, M. Prou et G. Tessier (éd.), Paris, 1943-1955, no 32.

13 Ibid., no 91.

14 L’église de Cizay, dédiée à saint Denis, est mentionnée dans un faux diplôme du roi Dagobert (Die Urkunden der Merovinger, T. Kölzer (éd.), MGH. Diplomata regum francorum e stirpe merovingica, Hanovre, 2001,1, no 42, p. 110-111).

15 Recueil des actes de Robert Ier et Raoul, rois de France (922-936), R.-H. Bautier et J. Dufour (éd.), Paris, 1978, no 15.

16 M. Bourin-Derruau, Villages médiévaux en Bas-Languedoc. Genèse d’une sociabilité ( xe- xive siècle), Paris, L’Harmattan, 1987, p. 40-41.

17 Cartularium Vindocinense Majoris Monasterii], A. de Trémault (éd.), Vendôme, 1893, nos 120 et 121.

18 Par exemple dans cette notice du Cartulaire de Saint-Aubin (op. cit., no 688) en 1119 : Terram de Sechilloio, sicut eam a parte orientis rivulus claudit, qui dicitur Suppliciaria, cadens in alium rivulum qui vocatur Torpedanea, et sicut idem Torpedanea eam claudit in Verno tendens ; et a meridie, sicut eam claudit via magna et magna silua ; et ab occidente, sicut earn déterminât magna sepes et limites in quercubus facti.

19 Formulae Andecavenses, K. Zeumer (éd.), MGH, Leges, Formulae Merowingici et Karolini aevi, Hanovre, 1882, p. 1-25.

20 Formulae Turonenses, ibid., p. 140 : Campo vel vinea juris meí habentem arípennos tantos.

21 Recueil des actes de Charles le Chauve, op. cit., no 139 (851).

22 Vineam que est sita super_flu[...]... ad censum... habet in longum predicta vinea dextros... runs versus dextros XII, ab alia fronte (« Fragments de chartes du xe siècle provenant de Saint-Julien de Tours », C. de Grandmaison (éd.), Bibliothèque de l’École des chartes, XLVII (1886), p. 263-268).

23 Aream unam de terra ad mansionem faciendam [...] habentem in Iongum dextros XII et in transversum dextros VI (ADML, H1838, no 2).

24 En dehors de ces deux chartes originales de Tours, les indices d’une extension possible de l’aire d’utilisation du destre en dehors de la zone méditerranéenne paraissent fort ténus. Son usage est attesté dans une formule d’échange de terres dans les Formulae Senonenses, attribuées au ixe siècle (éd. K. Zeumer, op. cit., p. 187 § 5). Il apparaît également dans deux faux diplômes mérovingiens, le premier de Clovis pour l’abbaye Saint-Pierre-le-Vif à Sens, et le second de Childebert pour Saint-Calais dans le Maine, sans doute fabriqué au milieu du ixe siècle (Die Urkunden der Merowinger, op. cit., vol. 1, no 4, p. 15, et no 7, p. 32). Je remercie vivement Pierre Portet de m’avoir communiqué ces références.

25 92 pour les terres arables, 98 pour les vignes, 94 pour les prés, 18 pour les parcelles à usage mixte, 2 pour les forêts.

26 Dans un diplôme du roi Eudes en faveur de Saint-Martin de Tours (Recueil des Actes d’Eudes, roi de France (888-898), R. H. Bautier (éd.), Paris, 1967, no 19, en 888-890).

27 Cette valeur paraît faible, mais le texte n’étant connu que par une copie moderne, il peut s’agir d’une erreur. À titre de comparaison, la perche de Bourgogne, selon A. Guerreau, valait 12 pieds à la même époque, et elle a été réduite à 9,5 pieds dans le courant du xie siècle (A. Guerreau, op. cit., p. 516). Dans son Dictionnaire du monde rural (Paris, 2006), Marcel Lachiver mentionne, sans citer de source, une perche de Mâcon de 7,5 pieds.

28 E. Mabille, La pancarte noire de Saint-Martin de Tours, restituée d’après les textes imprimés et manuscrits, Tours, 1866, no LXXXV. Texte publié par E. Mabille dans Introduction aux chroniques des comtes d’Anjou publiées par Marchegay et Salmon, Paris, 1871, p.j. no IV, p. XCVI.

29 P. Gasnault, « Les actes privés de l’abbaye de Saint-Martin de Tours du viiie au xiie siècle », Bibliothèque de l’École des chartes, 112 (1954) p. 24-54.

30 E. Mabille, « Les invasions normandes dans la Loire et les pérégrinations du corps de saint Martin », Bibliothèque de l’École des chartes, 50 (1969), pièce justificative no 15, p. 458-460.

31 L’expression totum in circuitu, associée à une mesure en arpents, renvoie certainement aussi à la superficie et non au périmètre dans un document de 943 concernant la donation à l’abbaye de Marmoutier d’un alleu habentem in se, inter terram et vineam [...] totum in circuitu arpennes CLX (copie Dom Martene, BnF, ms. lat. 12878, fol. 43).

32 L’archevêque Joseph concède en 953 4 arpents et 3 perches de terre arable près du suburbium de la cité de Tours (« Fragments de chartes [...] de Saint-Julien de Tours », op. cit., no 17) ; en 970, Hardouin, neveu de l’archevêque Hardouin, donne une terre d’un quartier et 7 perches dans le suburbium de la cité de Tours, non loin de Saint-Julien, au lieu-dit Pont Saxon (ibid., no 22).

33 Cartulaire de Noyers, C. Chevalier (éd.), Tours, 1872 (Mémoires de la Société archéologique de Touraine, 22), no 539.

34 Le surnom de Frelon est porté, dans le cartulaire de Noyers, par des personnages de l’entourage des seigneurs de La Haie (aujourd’hui Descartes), portant le nom de Bernard et de Renaud, qui interviennent dans une douzaine d’actes entre 1083 et 1146, et appartiennent donc à deux générations au moins.

35 Cartulaire de Noyers, op. cit., no 577.

36 Des étalons locaux apparaissent à partir de la fin du xie siècle pour les mesures de contenance : Unum sextarium frumenti ad mensuram Haiae (La Haie, aujourd’hui Descartes), Cartulaire de Noyers, op. cit., no 74, vers 1080 ; unum sextarium hordei ad mensuram Nucharii (Noyers, commune de Nouâtre, ibid., no 601, vers 1176). Contrairement à la perche, ces mesures de contenance portent le nom de localités où se tenaient des marchés.

37 ADML, 36 H 3, sans numéro (Artem, no 3504).

38 Par exemple dans cette notice qui relate le don vers 1090 d’une charruée de terre à l’abbaye de Noyers près de l’église de Saint-Patrice : Ad quant terram mensurandam fuit Gaufridus, filius Salconis, pater Pagani, et ipse Paganus et Salco, et Hugo frater ejus, et abbas Stephanus, cum quibusdam suis monachis, et eamdem terram mensurandam circuierunt, et limites designaverunt ; et est eadem terra juxta maximam viam, ad sinistram euntibus ad Silvam Seneur (Cartulaire de Noyers, op. cit., no 199).

39 À la fin du xie siècle, un certain Gaufridus donne aux moines un quartier et demi des noues qu’il possédait près de Sceaux d’Anjou (Premier et second livres des cartulaires de Saint-Serge et Saint Bach d’Angers ( xie et xiie siècles), Y. Chauvin (éd.), Presses de l’université d’Angers, 1997, vol. 2, [135] p. 548). Le quarterius, ou quart d’arpent, ne doit pas être confondu avec la quarta, ou quart de manse (cf. ci-dessous).

40 H. Galinié, G. Chouquer, X. Rodier, P. Chareille, « Téotolon, doyen de Saint-Martin, évêque de Tours au xe siècle, et urbaniste ? », dans Village et ville au Moyen Âge : les dynamiques morphologiques, B. Gauthiez, É. Zadora-Rio, H. Galinié (dir.), Tours, Presses universitaires FrançoisRabelais, 2003, p. 239-256.

41 Vinia iuctus tantus, prato iuctus tantus (Formulae Andecavenses, op. cit., nos 4, 21, 22, 25, 40, 54).

42 De vinea indominicata juctos, id est arpennos, C (Das Polyptychon und die notitia de aréis von Saint-Maurdes-Fossés. Analyse und Edition, D. Hägermann, A. Hedwig (éd.), Sigmaringen, 1990, p. 93, no 9).

43 On trouve ainsi dans une notice, vers 1096, les mentions suivantes : Unum jugum prati, duo jugera terrae arabilis, duo jugera vineae (Cartulaire de Noyers, op. cit., no 247).

44 M. Le Mené, Les campagnes angevines à la fin du Moyen Âge (vers 1350-vers 1530), Nantes, 1982, p. 49

45 Alors que le setier est normalement un sous-multiple du muid, un document du début du xiie siècle indique une relation d’équivalence entre ces deux mesures d’ensemencement en Anjou : dans une charte datée entre 1113 et 1133, Geoffroy de Mayenne donne à l’abbaye Saint-Serge ducentos modios terrae ad opus rusticorum vestrorum, quos sextariatas dicitis (Cartulaires de Saint-Serge, op. cit., vol. 1, no 328, p. 272). À la fin du Moyen Âge comme au xviiie siècle, le muid d’Anjou contenait 12 setiers (M. Le Mené, op. cit., p. 36).

46 terra [...] quantum possent excolere duo boves, duobus temporibus, id est ad hibernalia et aestivalia (Cartulaire de Noyers, op. cit., no 199, vers 1090) ; decern aratra cum bobus, quae carrucas vocatis, et terram duabus sesionibus ad laborandum aptam dedi (Cartulaires de Saint-Serge, op. cit., vol. 1, no 328, p. 272, 1113-1133).

47 Terram ad unam carrucam à Couesmes en Anjou, en 1062 (Cartulaire de La Trinité de Vendôme, Métais (éd.), Paris, 1893-1897, no 163) ; terram [...] quantum una carruca duabus sationibus arare potest à Sceaux d’Anjou entre 1055 et 1083 (Cartulaires de Saint-Serge, op. cit., vol. 2, [207] p. 614).

48 Tantum terrae quantum possunt quatuor boues omnibus temporibus excolere, et ad hibernaba et aestiualia (Cartulaire de Noyers, op. cit., no 184, vers 1089).

49 Pour la fondation d’un prieuré à Saint-Michel-de-Luzé près de L’île-Bouchard, Brice de Chillon donne à l’abbaye de Tiron autant de terre que 24 bœufs peuvent en labourer, voire 30 si les moines y fondent une abbaye (Cartulaire de l’abbaye de la Sainte-Trinité de Tiron, L. Merlet (éd.), Chartres, 1882, η” 213, vers 1135).

50 G. Cornet, Le paysan et son outil. Essai d’histoire technique des céréales (France, viiie- xvsiècle), Rome, 1992, p. 84.

51 Robertus vero tradit ad ipsum locum terram ad octo boves possidendam et laborandam, et pratos ad eandam terram pertinentes (Cartulaire de l’abbaye Saint-Maur-sur-Loire (560-1147), P. Marchegay (éd.), Angers, 1843, no 26, 1040-1052 ; Dedi eis quoque terram ad unam carrucam pariter et prata que terre conveniunt (Livre blanc de Saint-Florent, ADML, H3713, no 25,1055-1067).

52 W. Kula, op. cit., p. 51.

53 L’équivalence est indiquée dans le polyptyque de Saint-Maur-des-Fossés dans la seconde moitié du ixe siècle (H. Miyamatsu, « Factos, id est mansos. Régime agraire de l’Ouest de la France à l’époque franque », dans Mondes de l’Ouest et villes du monde, Regards sur les sociétés médiévales. Mélanges en l’honneur d’André Chédeville, Rennes, 1998, p. 437-444). L’utilisation du terme n’est plus attestée en Anjou-Touraine après la fin du ixe siècle.

54 Recueil des actes de Robert Ier et Raoul, op. cit., nos 43 et 45 (en 900 et 904), et H. Miyamatsu, op. cit., p. 452).

55 Ainsi cette quarte localisée dans le pagus de Tours et la viguerie de Mougon : Concessimus iamdicto abbati [...] prelibatam quartam de terra cum omnibus adjacentiis et utilitatibus suis, cum terris cultis et incultis, vineis, pratis, pascuis, aquis (Livre noir de Saint-Florent de Saumur, Paris, BnF, n.a. lat. 1930, no 13, en 975).

56 Un certain Haruhic donne en 804 à l’abbaye Saint-Sauveur de Prüm divers biens dans le pagus d’Angers, parmi lesquels une quarte de 16 muids (Urkundenbuch zur Geschichte der jetzt die Preussischen Regierungsbezirke Coblenz und Trier bildenden mittelrheinischen Territorien, H. Beyer (éd.), Coblence, 1860, t.1, no 41). En Vendômois, D. Barthélemy cite sans référence un texte de 1056 qui mentionne une quarta terme de 60 arpents (D. Barthélemy, La société dans le comté de Vendôme de l’an mil au xivsiècle, Paris, Fayard, 1993, p. 456, n. 113).

57 J.-F. Niermeyer, dans le Mediae Latinitatis Lexicon Minus (Leyde, Brill, 1984), considère que mansura est synomyme de mansum.

58 Masura terre hoc est quantum quatuor boves elaborare possent duabus sationibus (Cartulaires de l’abbaye Saint-Serge, op. cit., vol. 1, no 40,1047-1055).

59 Friscingagium, redevance en cochons de lait, toujours convertie en espèces.

60 Livre noir de Saint-Florent de Saumur, op. cit., no 52 (1040-1055).

61 Original ADML, H 1840, no 5, en 1040.

62 Cartulaire de l’abbaye de Saint-Aubin d’Angers, A. Bertrand de Broussillon (éd.), Angers, 1896, no 103, vers 1100.

63 Ibid.

64 Tres bordarias de terra et prato que pertinent ad ípsas bordarías (Livre blanc de Saint-Florent de Saumur, op. cit., fol. 22, en 1040) ; unam terrae mensuram cum pratis, boves, parcum cum ovibus (copie Dont Martene, BnF, 12878, fol. 214 en 1063).

65 Una borderia ut estimatur terre arabilis (Livre noir de Saint-Florent de Saumur, op. cit., fol. 79, en 1030-1040) ; unam mansuram optime telluris, id est quantum quatuor immense fortudinis boves arare possunt (Cartulaire de Saint-Aubin d’Angers, op. cit., no 746, en 1087).

66 Tam in terris quam in vineis et in pratis et in decimis et in omnibus edificiis vel in omnibus insuper rebus unam mansuram terrae valentibus (Cartulaires Saint-Serge, op. cit., vol. 1, no 155, entre 1056 et 1082).

67 P. Portet. op. cit., p. 257.

68 Ce constat rejoint les observations d’Hugues Neveux pour la fin du Moyen Âge (H. Neveux, « Rôles et conceptions de la mesure de surface dans les milieux seigneuriaux de la plaine de France (xvie-xviiie siècles) », Histoire et Mesure, 8 (1993), p. 339-353).

69 L’idée d’un rapport possible entre le désintérêt pour la mesure des superficies emblavées et les cultures temporaires m’a été suggérée par le texte introductif au séminaire, « Cultures temporaires et féodalité », organisé par Roland Viader et Christine Rendu en 2006-2007 à l’université de Toulouse (http://w3.terrae.univ-tlse2.fr/spip/spip.php?article94).

70 L. Toneatto, « Tradition manuscrite et éditions modernes du Corpus agrimensorum romanorum », dans Cadastre et espace rural : approches et réalités antiques, M. Clavel-Lévêque (dir.), Paris, CNRS, 1983, p. 21-50 ; P. Portet, op. cit., p. 252-253 ; G. Chouquer, « Parcellaires et longue durée. Points de repère historiques et problèmes d’interprétation », dans Les Formes du paysage, t. 2, Archéologie des parcellaires, G. Chouquer (dir.), Paris, Errance, 1996, p. 201-222 ; J.-L. Abbé, « Permanences et mutations des parcellaires médiévaux », ibid., p. 223-233.

71 É. Zadora-Rio, B. Gauthiez, « Morphogenèse des agglomérations en Anjou-Touraine : la place du désordre », dans Village et ville au Moyen Âge..., op. cit., p. 435-442.

Table des illustrations

Légende Figure 1 – Nombre de pièces de terre mentionnées entre le ixe et le xiie siècle
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11153/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende (NB. Les chiffres indiquent le nombre des informations localisées et non le nombre d’actes)Figure 2 – Répartition chronologique des sources écrites
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11153/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende Figure 3 – Répartition chronologique des descriptions de confronts
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11153/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende Figure 4 – Croquis de localisation d’igné en Anjou à partir des confronts de 827
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11153/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Figure 5 – Répartition chronologique des mentions de l’arpent en Anjou et en Touraine
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11153/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende Figure 6 – Parcelles mesurées en jeux (juctus) en Anjou et en Touraine (ixe-xiie siècle)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11153/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Figure 7 – Répartition chronologique des mesures d’ensemencement
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11153/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende Figure 8 – Répartition chronologique des mentions de charruée
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11153/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Figure 9 – Répartition des mentions des principaux types d’unités d’exploitation
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11153/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende Figure 10 – Masures et borderies en Anjou et en Touraine (ixe-xiie siècle)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11153/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 137k

© Éditions de la Sorbonne, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540