Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écritures de l’espace social

 | 
Didier Boisseuil
, 
Pierre Chastang
, 
Laurent Feller
, 
et al.

Première partie. Construire l’espace

Castra, vicariaie et circonscriptions intermédiaires du haut Moyen Âge méridional (ixe-xe siècle)

Le cas de la Septimanie-Gothie

Laurent Schneider

Texte intégral

  • 1 M. Zimmermann, « Conscience gothique et affirmation nationale dans la genèse de la Catalogne (ixe-(...)

1Le développement historique d’un espace comme la Gallia Gothica, entendons par là le territoire des Gaules demeuré rattaché « au regn »um wisigoth après Vouillé, rend complexe toute étude qui voudrait s’attacher à la formalisation juridique et administrative du contrôle de son espace. Le nom même de la province, Narbonnaise ou Gallia provincia pour les Wisigoths, Septimanie pour les Francs mais aussi Gothie sous les Carolingiens, montre que le théâtre des relations de pouvoir a été complexe. Au seuil du xe siècle, bien après la césure des conquêtes arabe et franque, subsiste d’ailleurs une certaine culture gothique qui témoigne encore de la spécificité de ce territoire des marges de la Francia occidentale1.

  • 2 Cette contribution a bénéficié des réflexions collectives développées en 2004-2005 dans le cadre d (...)

2Le poids du passé et de la tradition s’y affirme surtout à travers l’armature urbaine que privilégient des sources écrites peu nombreuses avant le milieu du ixe siècle. Aussi, lorsque les plus vieilles chartes des cartulaires font apparaître progressivement divers ressorts géopolitiques intermédiaires comme la vicaria, ceux-ci paraissent déjà écraser en une seule couche des plans temporels superposés sans que l’on puisse toujours en décrypter les trajectoires spécifiques. Comment parvenir dès lors à démêler l’écheveau des héritages, des substitutions, des créations ? Une piste de réflexion possible réside dans l’analyse de la distanciation qui a fait que noyau urbain et milieu rural ne sont plus devenus indissociables comme dans le régime de la cité antique. C’est dans cette perspective que tente de s’inscrire cette contribution, en accordant un intérêt renforcé à l’étude des places rurales autour desquelles la territorialisation des dominations aristocratiques s’est construite ou défaite. L’institution de la vicaria fournit un fil directeur bien que la diffusion du terme, dans la seconde moitié du xe siècle, nivelle et simplifie des réalités plus complexes entremêlant non seulement des circonscriptions qui appartiennent à des générations différentes mais aussi des chefs-lieux ruraux de nature distincte. Autour de deux exemples privilégiés parce qu’un peu mieux documentés, Anduze en pays nîmois et Popian en pays biterrois, je voudrais insister dans cette contribution sur le poids du passé et la mémoire des lieux mais aussi sur la nécessité d’une approche qui ne se fonde pas seulement sur la méthode régressive. La documentation archéologique offre aujourd’hui de nouvelles pistes de réflexion. Elle rend compte d’une phase de création de places fortifiées au cours des ve et vie siècles, à vrai dire beaucoup plus nombreuses qu’on ne l’avait cru un temps. Ces places nouvelles, oppida ou castra, peuvent témoigner de l’existence d’une nouvelle infrastructure rurale qui porte interrogation sur l’évolution de l’organisation des cités au cours des vie-viiie siècles. Les trajectoires complexes de ces places pendant toute la seconde moitié du premier millénaire conduisent dès lors à envisager l’apparition dans les sources écrites, à partir du ixe siècle, des circonscriptions dites « intermédiaires » selon deux angles différents. Le premier consiste, selon une approche dynamique, à s’interroger sur le rôle qu’ont pu jouer ces places anciennes dans la genèse des circonscriptions « carolingiennes ». Le second s’attache au contraire à identifier et caractériser les formes spatiales spécifiquement engendrées par la territorialisation des dominations comtales et vicomtales, quelques générations seulement avant la grande phase des créations châtelaines du xie siècle2.

L’épaisseur du temps et le cadre mental : noyaux urbains et cités épiscopales

  • 3 Monumenta Germaniae Historica (désormais abrégé MGH), Auctores antiquissimi, t. IV, p. 584-612 (éd (...)
  • 4 Pour un tableau récent de l’organisation ecclésiastique de la province de Narbonnaise Première dur (...)

3La nature des sources écrites fait que le regard se pose d’emblée sur l’échelon de la civitas, première armature perceptible qui conduit, de fait, à envisager le monde rural depuis la ville. Vers 400, la Notitia Galliarum recense en Narbonnaise Première les cités de Toulouse, Narbonne, Béziers, Lodève et Nîmes ainsi que le castrum d’Uzès3. Elle omet d’anciennes colonies déclassées comme Carcassonne et Ruscino, mais aussi des agglomérations anciennes comme Agde ou d’autres castra comme Elne, ce qui paraît indiquer que, dès l’époque classique, les contours de ces territoires avaient déjà subi de nombreuses modifications au gré des transformations des statuts juridiques. Au cours du vie siècle, la gestation de la géographie ecclésiastique fait d’ailleurs mieux ressortir ces tensions territoriales récurrentes qui débouchent alors sur un resserrement du maillage des civitates tout en en banalisant la notion. D’anciens castra comme Elne ou Uzès, jadis inclus ou rattachés à des circonscriptions administratives de rang supérieur, possèdent désormais un siège épiscopal qui leur confère une nouvelle dignité, tandis que des agglomérations émergentes plus récentes accèdent elles aussi à ce statut. C’est le cas notamment de Maguelone mais peut-être aussi de Collioure, évêché éphémère qui rend compte des nouvelles expérimentations, sinon de la réelle incertitude des cadres de l’organisation ecclésiastique4.

4Après Vouillé, c’est la structure provinciale elle-même qui est désorganisée. La Narbonnaise des Goths est désormais quasi réduite à sa portion littorale. Toulouse lui a été amputée au nord-ouest, conférant de fait un rôle nouveau à Carcassonne, place frontalière qui accueille un siège épiscopal au moins depuis 589. À l’est, l’autonomie de l’ancien castrum d’Uzès, institué en évêché et désormais rattaché au monde franc, prive la civitas de Nîmes d’un large accès au Rhône et lui confère là aussi une position frontalière. La transformation de l’ancien amphithéâtre en puissant castrum marque par ailleurs la nouvelle fonction militaire de l’ancienne capitale arécomique. L’ampleur des bouleversements territoriaux qui se sont produits dans la partie orientale de la province est encore soulignée par la création d’un évêché franc dans le vicus d’Arisitum aux confins septentrionaux du Larzac, ce qui réduit considérablement l’influence de la vieille cité dans son ancienne zone montagnarde. Contrairement à la cité voisine de Rodez qui engendre le Rouergue médiéval ou encore à celle de Javols qui engendre le Gévaudan médiéval, la fragmentation de la cité nîmoise durant l’Antiquité tardive est telle que le souvenir même du vieux peuple indigène arécomique en est effacé.

5En définitive, le territoire de la Gallia provincia, tel qu’on peut le cerner d’après les conciles, comprenait aux vie et viie siècles les sièges épiscopaux d’Agde, Béziers, Carcassonne, Elne, Lodève, Maguelone et Nîmes, auxquels s’ajoute un temps Collioure. Autant dire que le maillage des cités fait que cette province apparaît avant tout comme une étroite bande côtière car il n’est finalement que Lodève et Carcassonne qui se trouvent véritablement enclavées à l’intérieur du continent.

6Maintes fois souligné par l’historiographie, ce dynamisme d’un littoral urbain a fait négliger l’examen des arrière-pays et plus particulièrement des zones montagnardes. Le silence des textes antérieurs au ixe siècle les a de fait désignés comme des espaces incomplètement investis par les structures politiques existantes, des espaces immobiles ou de latence que l’on associait comme une règle à la continuité territoriale des cités épiscopales. Pourtant, à l’autre extrémité de la chronologie, lorsque dans le courant du ixe siècle les chartes commencent à éclairer ces secteurs, une disjonction est opérée. Elles laissent entrevoir l’existence d’enclaves et/ou de chevauchements de ressorts au sein d’entités spatiales que l’on désigne désormais régulièrement par les mots pagus et territorium. À un rang supérieur, émergent à l’écart des anciennes villes épiscopales des chefs-lieux comtaux comme Redae (Rennes-le-Château) ou Substantion (Castelnau-le-Lez, à proximité de Montpellier), mais aussi des pagi (minores) qui figurent dans une indépendance territoriale anormale et donc incomprise vis-à-vis des anciennes cités. À un rang intermédiaire apparaissent également des chefs-lieux castraux dotés de ressorts dont on ne sait pas toujours s’ils étaient enclavés à l’intérieur d’un pagus, s’ils se confondaient avec lui ou s’ils demeuraient systématiquement inclus dans le territorium d’une cité épiscopale.

7Au xe siècle, l’ancienne province des Goths se présente désormais comme un conglomérat complexe de circonscriptions et de ressorts d’autorités hétérogènes qui traduisent l’idée d’un nouveau resserrement du maillage administratif sans que l’on parvienne distinctement à préciser s’il fut ou non innervé depuis les vieilles cités. Posée autrement, la question revient à s’interroger sur les niveaux d’affaiblissement de l’emprise des villes sur les campagnes au cours du premier Moyen Âge, comme sur les tensions hiérarchiques qui ont pu se manifester entre cités et pouvoirs locaux, entre anciens centres urbains et forces centrifuges.

  • 5 À l’exception de la Gallice toutefois. Voir notamment C. Martin, La géographie du pouvoir dans l'E (...)
  • 6 Julien de Tolède, Histoire de Wamba, Corpus Christianorum, Series Latina, 1.115, W. Lewison (éd.), (...)
  • 7 Un édit du roi Sisebut est adressé aux juges et prêtres de neuf territoria de Bétique dont un seul (...)
  • 8 L’une de ces lois (L. Ι., ΙΧ, 1,6) précise ainsi qu’un inconnu cherchant à se cacher dans une mais (...)

8Jusqu’à son intégration dans l’espace franc, le mot pagus paraît ignoré dans la province de Narbonnaise, comme il l’est d’ailleurs dans la péninsule Ibérique5. La distanciation entre noyau urbain et zone rurale ne s’amorce donc pas par ce terme mais par celui de territorium. Dans le second tiers du viie siècle, Julien de Tolède emploie dans son « Histoire de Wamba » l’expression Beterrensi territorio pour se référer au territoire de la cité de Béziers attaqué par Loup, duc d’Aquitaine, comme l’a déjà noté Cécile Martin. Il utilise par ailleurs le même terme mais selon un sens plus technique, celui d’une circonscription dominée par une autorité, pour désigner l’espace géographique de la sécession opérée par le comte de Nîmes. Hilderic et ses hommes se sont rendus coupables d’avoir « taillé eux-mêmes le territoire de leur révolte » en séparant de la « terre gauloise » la partie qui va du lieu de mons Cameli jusqu’à Nîmes et qui intégrait de fait deux capitales épiscopales6. Dans le regnum des Wisigoths, territorium n’est d’ailleurs pas réservé strictement à la désignation du seul territoire de la cité mais peut être associé à d’autres centres de peuplement, comme dans la province de Bétique7. Différentes lois du Liber Iudicium commentées par J.J. Larrea et C. Martin suggèrent en effet que des territoria pouvaient également se distinguer de la zone d’influence de la cité épiscopale8 pour se confondre avec un ressort rural confié à un agent territorial, le iudex ou le vicarius, ou désigner parfois de véritables circonscriptions administratives possédant un chef-lieu de peuplement, un castrum principalement. Cette dualité cité-centres ruraux et plus spécifiquement cité-castra ruraux mérite aujourd’hui d’être examinée avec une attention renforcée parce qu’elle est susceptible de témoigner, selon les trajectoires, du mitage du territoire des cités amorcé bien avant l’ancrage régional des pouvoirs aristocratiques carolingiens.

9Pour prolonger cette réflexion à l’échelle du territoire qui nous occupe, il faut maintenant dresser à l’autre bout de la chronologie ici adoptée le tableau des circonscriptions « intermédiaires » que fait apparaître la documentation des ixe-xe siècles.

Temps court : les vicariae du xe siècle en surface

  • 9 Le dépouillement a porté sur les diocèses de Narbonne, Elne, Carcassonne, Béziers, Agde, Lodève et (...)

10Dans la diversité des circonscriptions intermédiaires que font désormais apparaître les sources écrites tout au long des ixe et xe siècles, le terme vicaria demeure l’un des plus répandus, bien que le succès de sa diffusion soit tout relatif. Un essai d’inventaire mené à l’échelle de l’ancienne Gallia provincia9 permet de recenser 26 vicariae réparties sur le territoire de huit cités correspondant aujourd’hui à quatre départements (figure 1).

  • 10 G. Tessier, Recueil des chartes de Charles II le Chauve (840-877), t. II, Paris, 1952, no 341, p.  (...)
  • 11 C. Devic et J. Vaissète, Histoire générale du Langue doc, 2e éd. revue et augmentée, Toulouse, Pri (...)
  • 12 J. Rouquette et A. Villemagne, Cartulaire de Maguelone, t.1 (819-1202), Montpellier, Vallat, 1912, (...)
  • 13 Sur l’évêché d’Arisitum, voir en dernier lieu L. Schneider, « Aux marges méditerranéennes... » op. (...)

11Fait étonnant ou pour le moins inattendu, aucune d’entre elles n’apparaît avant le dernier tiers du ixe siècle. La première occurrence ne date que de 870. Elle concerne la vicaria Ausonnensi introduite dans un diplôme de Charles le Chauve en faveur du comte Oliba de Carcassonne10. Un demi-siècle plus tard, en 918, le chef-lieu vicarial est clairement associé à un castrum. Des plaids s’y déroulent et son gardien, le viguier Bernard, est habilité à lever des troupes dans son ressort, un ressort qui est d’ailleurs défini dans cette charte de 918 par le terme territorium et non par celui de vicaria11. Comme dans l’ancienne Hispania gothique, il existe donc en Gaule narbonnaise et jusqu’au seuil du xe siècle des ressorts ruraux définis comme des territoria, et ceux-ci peuvent être attachés à des castra. Bien que la documentation mobilisable soit faible car l’on ne dispose, à l’échelle de la province ecclésiastique, que de quatre occurrences pour le dernier tiers du ixe siècle, l’idée d’une association entre castrum et vicaria s’impose d’emblée même si le nom du ressort ne se confond pas toujours avec celui de la place forte. Ainsi, dans le pagus de Maguelone (Hérault), la vicaria d’Agones est bien associée à un chef-lieu castrai comme à Alzonne12, tandis que dans les Cévennes celle d’Arisitum (Gard) porte le nom d’un ancien évêché déclassé mais demeure étroitement associée au castrum d’Issunas. Seule exception, Nages, ancienne agglomération protohistorique et gallo-romaine de la cité nîmoise, livre le cas curieux et insolite d’une vicaria précoce, mentionnée en 879, qui paraît perdre aussitôt tout sens institutionnel au profit d’une notion plus proprement géographique : la vallée13.

  • 14 Vicaria Plauzes en 900 (HGL, éd. Paya, II, no 148) et Caxoniense en 948 (GC, VI, c 295-296).
  • 15 La vicaria reste inconnue en Provence. J.-P. Poly, La Provence et la société féodale (879-1166), P (...)

12Au seuil des années 900, l’institution vicariale paraît finalement encore très peu diffusée en Septimanie. Le tableau n’est d’ailleurs guère différent durant toute la première moitié du xe siècle, car la documentation ne permet guère de recenser que deux unités nouvelles, cette fois-ci en Uzège (Gard)14. Même si l’on doit évoquer un effet des sources, car les cartulaires languedociens (celui d’Aniane notamment) taisent en partie cette période des années 890-950, il convient toutefois de s’interroger sur la faible diffusion de ce type de ressort dans cette zone méditerranéenne, faiblesse qui fait d’ailleurs écho à la situation provençale15. Il faut attendre en définitive le troisième quart du xe siècle pour que l’institution prenne une réelle consistance. Cinq nouvelles unités sont alors recensées : Cabrières et Popian en Biterrois (Hérault), Taliense dans les Pyrénées audoises, La Salle/Salindrinca dans les Cévennes nîmoises (Gard), auxquelles il faut encore ajouter la mention d’un viguier à Saissac dans le Carcassonnais (Aude). Dans le dernier quart du siècle, le mouvement s’accélère, avec six nouvelles occurrences. Il se prolonge encore entre 1000 et 1025, avec cinq autres cas, puis la courbe s’affaisse brutalement. On continue épisodiquement de faire référence au cadre des vicariae pour localiser des biens jusqu’à la fin du xie siècle mais, passé 1030, les vicariae nouvelles sont rares (figure 2).

  • 16 Une exception bien particulière toutefois, celle de Maguelone, où la vicaria s’identifie à un chef (...)
  • 17 Premières occurrences : 877-879 (Celione, no 113) in comitatau Nemausensi, in vicaria Ariensi, sub (...)
  • 18 Est ipse locus in pago Rhuthenico in vicaria Arisdense, in villa que dicitur Braisia (Conques, no  (...)
  • 19 En 996-1031, la villa novacella est placée dans la vicaria Ariense et le comitatus de Nîmes. Vers (...)
  • 20 Le pays de l’Arre qui a peut-être donné son nom au Larzac est défini comme un pagus en 565, J.-M. (...)

13Du point de vue de la répartition, plusieurs tendances sont à noter. Tout d’abord, aucune vicaría n’est recensée dans les diocèses d’Elne et de Narbonne à l’ouest de la province. Il est difficile de l’expliquer mais il n’est sans doute pas anodin de noter que cet espace apparaît déjà fragmenté au ixe siècle en pagi, territoria et suburbia attachés à des centres locaux distincts des capitales épiscopales. Aucune vicaria n’apparaît non plus sur le cordon littoral16. C’est là une tendance forte qu’il convient de souligner. Si les vicariae ne paraissent jamais quadriller systématiquement le territoire de la cité, elles émergent majoritairement dans des secteurs de confins ou de marge. La situation est particulièrement nette en Biterrois et en Nîmois. Dans le premier pagus, Lunas, Cabrières et Popian structurent toute la zone montagnarde et septentrionale du Biterrois au contact du Lodévois. En Nîmois, Anduze, Sauve, Arisitum, La Salle, Les Deux Gardons font de même au contact du Gévaudan, du Rouergue et du Lodévois, tandis que leur répondent, sur les marges septentrionales du pays de Maguelone, les vicariae d’Agones et de Mormellicum et, sur les marges de l’Uzège, celles de La Jouffe et de Medio Gontense. Par essence, les vicariae de Septimanie paraissent donc devoir être définies comme des circonscriptions périphériques, souvent montagnardes et plutôt spécifiques de la moitié orientale de la province. Elles enveloppent en quelque sorte les terres situées dans la zone d’influence immédiate des vieilles capitales épiscopales. Bien que les occurrences dont on dispose pour chacune d’entre elles ne soient guère nombreuses, les cas de chevauchement de ressorts sur deux pagi différents sont exceptionnels. À vrai dire, on ne peut signaler qu’un seul exemple, cas complexe et particulier d’Arisitum, un ancien chef-lieu épiscopal du vie siècle, si l’on en croit Grégoire de Tours. Attachée à plusieurs reprises et assez précocement au comitatus de Nîmes17, la vicaria Ariense paraît néanmoins déborder sur le pagus des Rutènes18 mais peut-être aussi sur celui de Lodève19. Assez insolite, ce cas d’espèce ne paraît guère généralisable. Il tient sans doute pour beaucoup au développement historique spécifique d’un territoire enclavé entre Causse du Larzac et Cévennes, entre Francs et Goths, qui plus est constitué au vie siècle à partir d’un vicus épiscopal rapidement déclassé20.

  • 21 F. de Gournay, Le Rouergue au tournant de l’an mil, 2005, p. 67.

14Parmi les 24 vicariae recensées, un tiers au moins sont désignées par un toponyme que l’on sait avoir déjà été associé à une circonscription antérieure, le suburbium d’un castrum dans la plupart des cas. Ainsi, les suburbia des castra de Planitum, Mormellicum et Anduze sont connus dès le premier quart du ixe siècle alors que les vicariae n’apparaissent respectivement qu’en 900, 980 et seulement 1032-1060 pour Anduze. Comme dans la part des vicariae restantes près de 11 cas ne sont connus que par une seule occurrence, il n’est sans doute pas osé de supposer que l’effectif du premier groupe devait être encore plus important. Les sources écrites ne permettent donc pas de distinguer clairement la part des vicariae qui relèvent au xe siècle de créations spécifiques à ce siècle. Que près de la moitié des unités recensées ne soient connues que par une seule mention associée à un simple toponyme, qui plus est dans une fourchette chronologique qui se réduit pour l’essentiel aux années 950-1000, porte même interrogation sur la réalité institutionnelle de certaines d’entre elles. Nages est désignée une seule fois comme vicaria en 879, mais dix fois comme une simple vallée au xe siècle ! La formation des scribes, leur culture locale ou non, de même que la diffusion de Formules comptent sans doute pour une bonne part dans l’appréciation d’inclure ou non ces repères géo-institutionnels dans les processus de localisation des biens. La vicaria reste inconnue, on l’a dit, dans la zone pyrénéenne et les 24 unités recensées, pour l’essentiel dans la partie orientale de la province entre Béziers et Uzès, soit sur plus de deux départements actuels, font piètre figure à côté des 58 cas inventoriés pour le seul Rouergue21.

15L’inventaire des vicariae de la Gothie que l’on propose aujourd’hui amalgame de surcroît des ressorts de générations et de consistances différentes, certains sont constitués autour de vieilles forteresses antérieures au xe siècle, d’autres plus récents sont créés dans le second tiers du xe siècle tandis que d’autres encore ne semblent constituer que de simples repères géographiques de commodité. Cet inventaire laisse également dans l’ombre d’autres types de ressorts qui n’ont jamais été formellement désignés comme des vicariae. Aussi convient-il encore d’associer à ces 24 circonscriptions vicariales au moins 5 autres entités, principalement des suburbia associées ou non à des castra, comme Peyreperthuse en Razès, Minerve et Ventajou en Narbonnais, Substantion dans le pagus de Maguelone, mais aussi des toponymes qui avec le suffixe -ense perpétuent le souvenir d’anciennes entités territoriales, à défaut d’en prouver la réelle activité, comme le Cabardes du ixe siècle dans le Carcassonnais.

16Rares sont en définitive les dossiers qui offrent plus de deux ou trois occurrences pour une même vicaria. Il n’est dès lors pas inutile de procéder à une analyse plus détaillée des cas les mieux documentés pour avancer dans la réflexion. Deux exemples parmi les plus riches nous aideront ainsi à mesurer plus précisément l’épaisseur historique des deux grands types de circonscription rurale du haut Moyen Âge languedocien : celles dont les racines plongent dans ces énigmatiques vie-viiie siècles, et celles qui appartiennent plus spécifiquement aux nouvelles formes spatiales des pouvoirs du xe siècle.

La longue trajectoire des castra du haut Moyen Âge : le cas d’Anduze en pays nîmois

17Avec une petite vingtaine de mentions presque toutes issues du cartulaire du chapitre de l’Église de Nîmes, le dossier d’Anduze est d’une réelle consistance.

In territorio Neumasense, suburbio castro Andusiacense

  • 22 L. Cassan et E. Meynial, Cartulaires des abbayes d’Aniane et de Gellone publiés d’après les manusc (...)

18Le premier document mobilisable22, antérieur à 821, exprime une référence spatiale à trois degrés, référence presque classique, à cela près que son vocabulaire ne doit rien aux formulae du Nord de la Gaule. L’évocation du territorium de Nîmes renvoie explicitement aux sources hispano-gothiques évoquées plus haut, en même temps qu’elle marque clairement une rupture avec le régime de la cité classique. Tout au long des ixe et xe siècles, dans le cartulaire de la cathédrale, un bien rural n’est jamais placé in civitatis mais dans son « pays » ou son « territoire ». Cette aire géographique imminente ne s’impose pas en règle absolue comme une réalité administrative mais relève peut-être aussi d’une inertie symbolique, affective ou identitaire. En Septimanie-Gothie, territorium associé au nom d’une civitas introduit presque toujours une référence spatiale complexe à plusieurs niveaux, alors que pagus annonce plutôt une énumération sèche de type villa illa in pago illo.

  • 23 Le cas des nouveaux pagi-comtés de la zone pyrénéenne, secteur où le réseau des cités épiscopales (...)

19Le deuxième niveau de référence spatiale, celui du suburbium castri, est tout aussi original et semble devoir être lié à une tradition méridionale, peut-être d’origine gothique. Suburbium ne s’entend pas ici dans un sens classique, topographique, mais bien dans une acception administrative pour faire référence à un grand ressort territorial dont le castrum d’Anduze est le centre ou le chef-lieu. Faut-il pour autant, comme le propose Niermeyer, lui donner le sens strict de « subdivision » (d’un pagus, d’une cité, d’un territorium...) ou au contraire l’identifier comme une circonscription à part entière ? Contrairement à l’opinion généralement admise, la deuxième hypothèse devrait être envisagée avec plus d’attention, si l’on considère que les districts de nouveaux chefs-lieux comtaux (ou parfois vicomtaux), établis en dehors de la cité épiscopale, sont eux aussi désignés par le terme suburbium avant que l’usage d’une localisation par le comitatus ne s’impose. C’est du moins le cas manifeste de Substantion, pôle comtal du pays de Maguelone dont est issue la maison des comtes de Mauguio. N’a-t-on pas finalement perpétué par inertie la vision que nous imposent les chartes des ixe et xe siècles ? Cette vision qui, du fait même des emboîtements spatiaux suggérés, nous fait penser les anciennes aires de domination des cités comme une réalité administrative englobante au sein de laquelle les espaces énumérés ne peuvent qu’être hiérarchisés ? Bien plus qu’une subdivision du pagus, le suburbium associé ou non à un castrum marquerait plutôt l’inclusion d’une nouvelle entité administrative au sein du maillage des vieilles cités, un espace politique qui répond à sa propre logique et à ses propres réseaux23. Le recours à un vocabulaire de type urbain pour désigner ces ressorts spécifiques peut être interprété lui aussi comme le signe d’une recomposition territoriale qui s’appuie sur des centres de peuplement relativement importants, dotés d’attributs urbains comme une enceinte et/ou plusieurs églises. Enfin, la précocité des mentions de ces castra dotés de suburbia, avant 821 pour Anduze, en 801 pour Ventajou, 813 pour Minerve, 815 pour Planitum, 816 pour Mormelicum, montre aussi que le processus d’émergence de ces places et de définition de leur territoire est particulièrement ancien, en tout cas bien antérieur à la formation et à la stabilisation des aires de dominations de l’aristocratie carolingienne.

  • 24 P.-Y. Genty et L. Schneider, « L’agglomération de Mormellicum (Puech des Mourgues) à Saint-Bauzill (...)

20Ici, l’enquête dans les sources écrites marque le pas. Mais l’archéologie désormais apporte sa propre contribution et des pistes de recherche inattendues. À Anduze, des prospections de surface ont révélé que le vaste massif rocheux qui domine le bourg actuel avait été massivement occupé aux ve-vie siècles. Cette occupation qui s’étend sur plusieurs hectares évoque l’existence d’une véritable agglomération, un centre de peuplement ancien et important que les textes ne font pourtant apparaître qu’au seuil du ixe siècle ! À Mormelicum, prospections et sondages montrent le même scénario. Une agglomération de plus de 5 ha, protégée par une enceinte maçonnée, a été créée de toutes pièces dans le courant du ve siècle. La localité est associée par la suite à un castrum puis à une vicaría24. L’inventaire de ces sites montre par ailleurs qu’ils sont partout présents, non seulement en zone méditerranéenne, mais également dans la moyenne vallée du Rhône. La reconnaissance de ce phénomène, qui est celui de l’émergence d’un nouveau niveau de ville, fait désormais s’interroger sur le destin de cette infrastructure jusqu’à l’avènement des seigneuries châtelaines du xie siècle. Les fouilles en cours soulignent l’existence d’une première et importante césure à partir du second tiers du vie siècle. L’activité de certains sites se ralentit, d’autres sont abandonnés, mais l’on est loin encore de disposer d’une documentation suffisamment abondante pour être capable de généraliser. Les destins de ces établissements suivent peut-être aussi des trajectoires singulières. On doit toutefois relever avec force que c’est autour de ces anciens pôles que se cristallisent les circonscriptions territoriales qu’évoquent les plus anciennes chartes régionales. Survivance d’une géographie administrative antérieure à l’intégration carolingienne ? La question est désormais ouverte. L’évolution n’est sans doute pas toujours linéaire, des hiatus d’occupation ou des ralentissements dans l’activité de ces places doivent être envisagés, mais il faut d’ores et déjà noter la capacité de ces vieux pôles à capter l’autorité sur un territoire et à la conserver.

21C’est précisément le cas d’Anduze. Un siècle après la première occurrence, la place apparaît désormais clairement comme un lieu public où résident des agents de l’administration comtale.

  • 25 C. Nîmes, no 16, p. 26-28.

22En 915 se tient un plaid dans le castellum, en présence de Fredolon, vassal du comte Raimond, et de huit juges, dont Daruardus vicecomes Rotenensis25. L’affaire concerne une villa située dans le « pays » de Nîmes et l’aice d’Anduze, villa jadis donnée à l’Église par un certain Gilabert mais dont un autre homme, Airaud, s’était emparé depuis. L’évêque de Nîmes vient en personne à Anduze pour en réclamer la restitution. On règle donc l’affaire directement dans la place sans qu’aucun vicomte « nîmois » ait à intervenir. La juridiction de l'Andusenq échappe à l’autorité du vicomte de la cité et l’évêque lui-même, pour faire valoir les droits de son Église, doit se rendre jusqu’au chef-lieu de la circonscription dont dépend la villa qu’il réclame. La dichotomie entre cité et territoire rural est clairement consommée. Un agent comtal gouverne la place et son territoire comme une enclave autonome à l’intérieur du pagus de Nîmes.

  • 26 928, C. Nîmes, nos 32 et 33, p. 56-59.

23Une dizaine d’années plus tard, un autre plaid tenu au castrum d’Anduze montre qu’il ne s’agissait pas là d’une procédure d’exception. Cette fois-ci, l’évêque de Nîmes y sollicite le renouvellement d’une charte perdue26. Fredolon, missus du comte Raymond qui préside le tribunal, est également désigné dans l'aranga comme auctor vel defensator de castro andusiense, signe possible du maintien d’une certaine forme de vie publique sinon d’une certaine forme de magistrature au sein même de ce vieux castrum. Fredolon, qui n’est ni comte, ni vicomte, n’en est pas moins clairement habilité à renouveler suivant la procédure de la plancturia les chartes disparues.

  • 27 J. Belmont, Les vicomtes de Rouergue-Millau, xe- xie siècles, thèse École des chartes, 1991, p. 15 (...)

24Une nouvelle fois, aucun vicomte (urbain) de la cité de Nîmes n’est présent. Le tribunal d’Anduze règle seul l’affaire et fournit à l’évêque la charte demandée après que des témoins ont attesté devant les reliques du sanctuaire de Saint-Étienne fondé juxta castrum qu’ils avaient entendu lire la charte perdue. Le rédacteur de la charte met alors par écrit les remerciements de l’évêque : [...] unde laudamus, vir laudabilis, defensor Fredolo, necnon et vos honorati, qui curas publicas agitis assidue. L’évocation des curae publicae, le terme defensor et l’adjectif laudabilis relèvent d’un discours et d’une tradition tout romain qui portent interrogation sur la réalité de l’oasis d’ordre et de paix civile que semblent encore représenter la place d’Anduze. Jérôme Belmont a noté que ce passage reprend néanmoins mot pour mot le texte d’un formulaire du milieu du viiie siècle27. Une distorsion possible entre discours codifié hérité de formules du Bas-Empire et réalité sociale doit être effectivement envisagée. Il convient toutefois de garder en mémoire l’arrière-plan original du développement historique d’un castrum comme Anduze. Encore une fois, ce castrum n’est pas une création du xe siècle, mais trouve ses racines dans une agglomération perchée et fortifiée de l’Antiquité tardive. Que la place soit déjà dotée d’un marché en 928, et surtout d’une église dans laquelle les témoins de l’évêque viennent jurer sur des reliques dans cette affaire, est un autre témoignage de l’ancienneté du lieu et des traditions qui lui sont attachées.

25La fixation d’un agent comtal au sein de ce vieux chef-lieu territorial (réactivé ?), l’apparition d’un personnel délégué à son service annoncent progressivement une nouvelle gestion du territoire.

In comitau Nemausense, in castro Andusiense, in vicaria Selindrinca, in villa quae vocant Patellaco

  • 28 959, C. Nîmes, no 56, p. 95-96. Donation de trois manses placés in comitau Nemausense, in castro A (...)
  • 29 984, C. Nîmes, no 80, p. 130. Donation de quatre manses situés in pago Nemausense, in agentiis Nem (...)

26En 959, la circonscription de l’Andusenq intègre une première vicaria selon une référence spatiale qui comporte désormais quatre degrés et répond de fait à un nouveau style28. L’horizon préliminaire et incontournable de la cité nîmoise est évoqué mais, pour la première fois, celui-ci est introduit par le comitatus, mutation de vocabulaire qui redonne maintenant un contenu politique à la vieille notion identitaire et géographique de pagus. Le territoire de la forteresse, quant à lui, désigné autrefois par les mots suburbium (av. 821 et encore vers 925) ou plus rarement aids (918), est évoqué simplement par la locution in castro andusiense avant que ne s’intercale entre son ressort et la villa objet de la donation une vicaria intermédiaire : Selindrinca. Par un véritable effet de mimétisme, le territoire d’Anduze suit en définitive la même évolution que ceux des vieilles cités épiscopales qui voient s’introduire ces nouvelles vicariae. Il compte désormais dans son propre district de nouvelles circonscriptions, resserrement du maillage qui annonce la grande vague de construction des nouvelles forteresses du xie siècle. Vingt-cinq ans plus tard, en 984, une seconde vicaria apparaît à nouveau dans son ressort. La formule de la localisation, savante et sophistiquée, n’en est pas moins alambiquée et nécessite quelques commentaires29. Les quatre manses cédés sont en effet placés dans une villa, puis dans une vicaría mais aussi dans les « châtellenies » de l’Andusenq et encore dans le pays et les magistratures (agentiis) du Nîmois ! Outre l’inclusion originale des agentiis entre le pagus de Nîmes et le ressort d’Anduze, on relèvera l’usage du pluriel qui montre que le substrat territorial de l’Andusenq du haut Moyen Âge comprend désormais plusieurs castra, mais aussi et surtout le nom de cette nouvelle vicaria : Inter-duos-Gardones. Celui-ci n’est plus attaché à un lieu, à une place centrale mais correspond distinctement à une unité géographique délimitée par deux cours d’eau, une unité géographique que la nouvelle vicaria institutionnalise désormais en territoire politique et administratif.

  • 30 Cinq occurrences : C. Nîmes, no 56 (959), no 67 (969), no 78 (984), no 80 (984) et no 120 (1020).
  • 31 In comitatu Nemausense, in vicaria Andusensi, in villa illa (C. Aniane, nos 115,112 et 96, respect (...)

27La fixation des anciens agents comtaux au sein du castrum d’Anduze les rend maintenant capables d’initiatives structurantes sur un territoire soumis à leur contrôle effectif. L’évolution de la seconde moitié du xe siècle nous montre dès lors la nouvelle ordonnance hiérarchique du vieux ressort d’Anduze ou, autrement dit, le resserrement d’un nouveau maillage administratif. L’introduction de la vicaria soutient et ordonne cette structuration à une échelle qui se rapproche désormais de l’horizon local. La villa Pompidou de la vicaria « Entredeux-Gardons » de l’Andusenq est en effet à plus de 30 km à vol d’oiseau du castrum d’Anduze, aux confins du Gévaudan, qui plus est dans une zone montagnarde de pénétration incommode. Durant toute la seconde moitié du xe siècle, vicariae et villae de ces secteurs sont toujours rattachées au ressort du castrum d’Anduze, par une expression simple de type in castro Adusense30 qui rappelle les situations catalanes mais qui demeure rare en Languedoc. Il faut attendre en définitive le second tiers du xie siècle pour que le castrum d’Anduze soit à son tour associé et réduit à une vicaria31, occurrence bien tardive qui figure d’ailleurs dans les dernières attestations du terme en Languedoc, pris dans son acception territoriale de circonscription.

Popian en Biterrois : une vicaria nouvelle de la seconde moitié du xe siècle

28Le dossier de Popian permet d’entrevoir plus précisément la physionomie de ces nouvelles vicariae du xe siècle. Dans son extrémité nord-orientale, le pagus de Béziers forme une curieuse excroissance en rive gauche de l’Héraut, un véritable appendice enchâssé au moins depuis le ixe siècle entre les pagi de Lodève, Maguelone et Agde. Bordé à l’est par le causse d’Aumelas, à l’ouest par le fleuve, au nord et au sud par deux de ses affluents, cet espace adopte de fait une certaine unité géographique. Les recherches archéologiques semblent indiquer que le développement de cette zone périphérique de la cité de Béziers durant l’Antiquité ne s’est pas appuyé sur un système de peuplement très hiérarchisé. Aucun indice probant de l’existence d’une agglomération gallo-romaine (vicus) n’y a été révélé et surtout l’Antiquité tardive n’y a apporté aucune forteresse nouvelle. La genèse de la vicaria de Popian s’inscrit donc dans un processus tout à fait distinct de celui qu’a connu Anduze. Les deux espaces que l’on compare ont suivi entre la fin de l’Antiquité et la fin du ixe siècle des lignes de développement très différentes.

  • 32 Sur l’enclave nord-orientale du Biterrois en rive gauche de l’Hérault, L. Schneider, « Une vicaria(...)
  • 33 Douze occurrences dans le cartulaire d’Aniane : no 316, p. 434 (959) ; no 285, p. 409 (962) ; no 2 (...)
  • 34 Cartulaire des évêques d’Agde, BnF, lat. 9999, no 7 (954).
  • 35 La première mention de la villa de Popian date de 842 (C. Aniane, no 289, p. 412), celle du minist (...)
  • 36 Michel Christol, « Notes sur l’inscription romaine de Marennes (commune d’Aumes) », Études sur Péz (...)

29Dans le dernier tiers du viiie siècle, la fondation du monastère d’Aniane par saint Benoît introduit une ligne spécifique de développement marquée dans cette zone de marges par l’émergence d’un pôle structurant générateur de nouvelles hiérarchies. Localisé aux confins du pays de Maguelone et aux marges septentrionales de l’appendice biterrois qui nous occupe, c’est par le biais de cet établissement que l’histoire de cet espace peut être abordée. Au cours du ixe siècle, les moines de Benoît acquirent divers biens, églises, villae et manses au cœur de l’appendice, tandis que les moines du sanctuaire voisin de Gellone reçurent un ensemble compact de terres fiscales en zone sud, au contact du pays d’Agde. Au ixe siècle, l’espace est pour ainsi dire borné à la fois par des éléments paysagers (un causse et un fleuve à l’est et à l’ouest), un pôle monumental (sanctuaire monastique d’Aniane au nord) et un complexe de terres fiscales (fisc de Miliacus) au sud32. Durant tout ce siècle cependant, aucune circonscription administrative « intermédiaire » n’est évoquée. Villae et églises sont simplement placées dans le pagus ou le territorium de Béziers. Il faut attendre les années 950 pour que cet espace soit institutionnalisé en territoire par l’intermédiaire d’une vicaría. Dès lors, pendant presque un demi-siècle, les scribes d’Aniane font systématiquement référence à ce nouveau cadre administratif33. Ce processus se marque dans la documentation écrite par l’introduction d’un terme spécifique jusqu’alors peu usité en Septimanie : ministerium. Le mot évoque à la fois la fonction et le territoire, et signifie peut-être que, au moment de la première occurrence anianaise, en 959, le ministerium de Popian apparaissait encore comme un ressort récent attaché à l’administration d’un personnage bien identifié. Le terme est utilisé une seconde fois en 962 mais on le trouvait déjà dans le cartulaire de l’église d’Agde en 95434. Le choix du nom adopté pour ce ministerium mérite quelques commentaires. Popian est en fait le siège d’une villa connue depuis le milieu du ixe siècle, une localité rurale quelconque que rien ne distingue des autres dans la documentation écrite. Le ministerium puis la vicaria qui lui sont attachés ne sont jamais associés à un castrum avant le seuil du xie siècle35. Qui plus est, bien que située peu ou prou au cœur géographique de l’appendice nord-oriental du pays de Béziers, cette villa n’occupe pas une position topographique particulière mais s’étend dans une zone basse, sur d’anciennes terrasses alluviales. Bien que la distance chronologique soit effrayante et l’hypothèse sans doute imprudente, on ne peut totalement exclure que le choix du nom du ministerium découle d’un programme idéologique. Une inscription funéraire d’époque augustéenne découverte à une vingtaine de kilomètres au sud de Popian, en limite des cités d’Agde et de Béziers, évoque en effet une famille de l’antique tribu Pupinia, tribu de rattachement des citoyens de la cité de Béziers36. Le jeu toponymique entre l’ancienne tribu romaine de la cité de Béziers et la nouvelle entité biterroise du Pupianense a peut-être procédé d’une reconstruction historique destinée à justifier le rattachement de cette zone de marge à la vieille cité antique.

  • 37 C. Amado, Genèse des lignages méridionaux, t.1, CNRS-université de Toulouse-Le Mirail, 2001.
  • 38 C. Aniane, no 314.
  • 39 Après les années 990, les occurrences de la vicaria deviennent rares. On localise désormais fréque (...)

30Quoi qu’il en soit, c’est à partir de l’année 968 que le terme vicaria est substitué à celui de ministenum. Cette nouvelle période est marquée par le long abbatiat de Rainald/Rainard qui gouverne l’abbaye d’Aniane jusque vers l’an mil. Aussi, pour l’essentiel, l’histoire de la vicaría de Popian demeure-t-elle tributaire de la documentation anianaise. Parmi les quatorze chartes des années 959-990 que conserve le cartulaire, dix se rapportent explicitement à cet espace. Elles marquent la reconquête de l’héritage carolingien du monastère et la constitution d’un domaine de proximité. Les liens qui se scellent autour du sanctuaire par l’aumône mettent alors en scène des groupes de parents marqués par des réseaux d’alliance locaux tissés autour de la souche guilhemide des vicomtes de Lodève37. Ces chartes se rapportent à trois ensembles patrimoniaux principaux ; la villa de Sainte-Eulalie en bordure de l’Hérault, qui comprenait un groupe ecclésial et demeurait associée à un ensemble de gués autorisant le franchissement du fleuve. La villa vicomtale de Carcares, aux franges septentrionales de la vicaria, à moins de 3 km du monastère, et surtout la villa de Teulet au cœur de la vicaria à proximité de Popian. Dans cette dernière villa se trouvait une tour, mentionnée pour la première fois en 97838. Celle-ci devait être sensiblement plus ancienne car, à cette date, une certaine Adpaix déclarait la tenir de son père, un certain Amalric. Elle n’en possédait d’ailleurs qu’une part, ce qui suggère que la fortification et les droits qui lui étaient associés relevaient déjà en 978 d’un système de garde cogéré. Située dans le cadre d’une villa, cette tour constitue le plus vieil équipement fortifié de la vicaria. Elle précède de deux à trois générations les castra édifiés au cours du premier tiers du xie siècle. Une enquête archéologique a permis d’en retrouver l’emplacement et d’en préciser la physionomie. Juchée à l’extrémité septentrionale d’une chaîne de coteaux, au cœur même de l’espace vicarial, elle domine tout le bassin moyen de l’Hérault mais aussi et surtout la localité de Popian qui se trouve à ses pieds. Cette mise en scène topographique la prédispose de fait à une domination symbolique marquante dans le paysage. L’aménagement du site est tout aussi spectaculaire. La tour proprement dite se présente comme un puissant monument maçonné rectangulaire (10,8 x 6,3 m) dont les murs atteignent 1,6 m d’épaisseur. Bâtie au centre d’une plate-forme remparée, elle était en outre précédée d’un large fossé creusé dans le rocher. La découverte de fragments de trompes d’appel et surtout de carreaux d’arbalète ne laisse guère de doute sur la fonction du lieu. Ces éléments matériels et la chronologie suggèrent en définitive de l’interpréter comme le siège militaire de la vicaria de Popian, même si les chartes la cloisonnent dans le cadre d’une villa et ne lui accordent pas le statut de castrum. Non seulement cette tour émerge en même temps que la vicaria, mais son abandon au cours du premier tiers du xie siècle coïncide également avec l’effacement du ressort vicarial et la patrimonialisation des droits de justice. À partir du second quart du xie siècle, des alleux commencent à être localisés dans des villae autrefois associées au ressort de Popian mais désormais simplement placées dans le comitatus de Béziers. L’introduction de la parrochia marque dans le même temps un nouveau type de référence spatiale. Après 1070, il n’est plus jamais fait état de la vicaria pupianense39. Ce cadre institutionnel aura fonctionné en définitive pendant un siècle à peine mais selon des plages d’intensité inégale, car l’usage en paraît déjà désuet dès après l’an mil. C’est également durant le premier tiers du xie siècle que nous avons proposé de placer le nouveau resserrement du contrôle de l’espace. Trois centres castraux (Gignac, Popian et Le Pouget) apparaissent alors dans l’ancien ressort de la vicaria et un quatrième sur ses marges orientales (causse d’Aumelas). Particulièrement bien documentée par les textes et l’archéologie, l’enclave biterroise de la rive gauche de l’Hérault permet de proposer une chronologie affinée de la genèse châtelaine languedocienne dans un espace de confins peu structurés et non hiérarchisés avant le xe siècle. L’institutionnalisation de cet espace en territoire politique se produit dans le second tiers du xe siècle par l’introduction d’une vicaria. Deux à trois générations plus tard, des lignées verticales se développent autour de nouveaux centres castraux qui fragmentent cet espace et ancrent le triomphe d’une hérédité maintenant territorialisée à l’échelle locale. Vers 1036, deux de ces châteaux portent le nom de leur bâtisseur ou de leur premier gardien alors que, cent ans plus tôt, le siège militaire présumé du ressort vicarial ne coïncidait même pas avec le nom de la vicaria.

Conclusion

31En dehors des cités épiscopales, l’histoire des projections spatiales des pouvoirs de l’ancienne Septimanie durant les ixe-xe siècles amène à distinguer deux grandes générations de circonscriptions. Au seuil du ixe siècle, au moment de l’intégration à l’imperium, ces terres comportaient déjà un semis de forteresses rurales hérité de l’Antiquité tardive, un semis sans doute bien plus dense que ce que l’on a coutume de penser, comme tend aujourd’hui à le montrer l’enquête archéologique. Malgré des trajectoires singulières qu’il convient de reconnaître au cas par cas, les hasards de la documentation écrite conservée nous font connaître malgré tout les noms de certaines de ces places et nous les présentent comme des chefs-lieux castraux associés d’emblée à un grand ressort administratif dénommé le plus souvent suburbium (Anduze, Mormelicum, Minerve...) mais parfois aussi territorium, comme à Alzonne. Ces circonscriptions rurales particulièrement anciennes précèdent l’introduction de la vicaria, c’est là un premier point à noter. Elles servent aussi pour certaines d’entre elles à l’ancrage de pouvoirs comtaux délocalisés dans le territorium des cités épiscopales. Elles constituent pour d’autres des relais de l’administration de ces pouvoirs tout autant que des structures fonctionnelles sur lesquelles pouvaient s’appuyer les sociétés locales. Par leur capacité intrinsèque à accumuler une autorité sur un territoire, ces premières forteresses témoignent d’un mitage de l’espace ou de tensions territoriales qui ont contribué dès les ve et vie siècles à la déstructuration du territoire civique de la cité antique. Ces places anciennes sont-elles simplement réactivées, réoccupées par les nouveaux agents de l’administration carolingienne ou s’imposent-elles au contraire comme des centres de peuplement vivant, des têtes de réseaux ruraux qu’il devenait nécessaire de contrôler ? Une telle question n’attend pas une réponse unique. Elle demeure suspendue pour beaucoup au développement d’une « archéologie de la transition » qui devra encore élargir ses corpus documentaires. Entre le vie siècle et le seuil du ixe siècle, de nombreuses forteresses ont été abandonnées. Malgré des trajectoires qui ne sont pas toutes linéaires, ces lieux de vieilles mémoires et les territoires qui leur sont associés conservent néanmoins une force « topologique » qui les rend aptes à asseoir une autorité et à être intégrés dans de nouveaux réseaux de fidélités au gré des réorganisations des structures administratives et des capacités du pouvoir central à normaliser des élites locales toujours agissantes. Dans cette optique, la mémoire des lieux constitue une réelle force symbolique qui préside en grande partie à la formulation juridique du contrôle d’un espace. Peu importe en définitive que ces places aient été occupées de manière continue entre la fin du ve siècle et le seuil du xe siècle. Elles offraient aux acteurs du pouvoir, au même titre que la cité épiscopale du haut Moyen Âge, un cadre légitime dans la ligne d’une tradition méridionale qui ne permettait guère que de bien timides ajustements. Elles invitent en ce sens à nuancer les capacités de réorganisation des structures administratives locales de l’imperium.

32Ce n’est qu’après les années 900 et surtout dans la seconde moitié du xe siècle qu’une nouvelle armature territoriale devient manifeste. La diffusion de la vicaria comme nouveau cadre de référence territoriale atteint désormais son paroxysme pendant deux à trois générations. Émergent alors, à l’image de la vicaria popianense en Biterrois, de nouveaux espaces de légitimité, des espaces institués en territoire politique généralement constitué aux marges des cadres légués par les diocèses, les pagi et les suburbia des castra du haut Moyen Âge.

Légende du cartouche : 1. Siège comtal installé dans une cité, 2. Siège comtal distinct du chef-lieu épiscopal, 3. Castrum associé à un ressort territorial (territorium, suburbium, vicaría.4. Autre castrum du ixe siècle, 5. Vicaria, 6. Anciennes limites de la province ecclésiastique de Narbonne et du regnum de Septimanie, 7. Autre ressort territorial (pagus...)
Identification des vicariae : 1. Caxoniense (Uzège), 2. Valle Medio Gontense / Malgoirès, 3. Anagia / NagesVaunages, 4. Valle Garcense / Gardonenque, 5. Selindrinca / Salendrenque, 6. Entre-deux-Gardons, 7. ValléeFrançaise, 8. Val-de-Dèzes, 9. Tréviers, 10. Yaíce Alagone / Alajou, 11. Trapariense, 12. Salaschense, 13. Pupianense, 14. Kadianense, 15. Lichense / Lique castel, 16. Queille (diocèse de Toulouse), 17. Taliense (en Razès)
Figure 1 – Castra et vicariae de l’ancienne Septimanie (ixe-xe s.)
(Réalisation L. Schneider, 2008)

Figure 2 – Diffusion de la incuria dans l’ancienne Septimanie
(Occurrences de nouvelles vicaria par séquence de 25 ans)

Bibliographie

Abréviations, sources et bibliographie

Aniane : L. Cassan et E. Meynial (éd.), Cartulaires des abbayes d’Aniane et de Gellone publiés d’après les manuscrits originaux. Cartulaire d’Aniane, Montpellier, 1898.

Berthelé 1901 : J. Berthelé, Les vigueries du pagus Magalonensis et le suburbium castri substantionensis au xe s. Archives de la ville de Montpellier, no 3,1901, p. 482-501.

Béziers : J. Rouquette (éd.), Livre Noir de Béziers, Paris-Montpellier, 1918.

Cassan : Cartulaire du prieuré de Cassan, notice sur le cartulaire du prieuré de Cassan et sur la copie de ce cartulaire trouvée par M. Jacques Fabre, fils du bailli de Roujan. Manuscrit sur papier réglé, paginé A-H, 1875, 124 p., Archives de la ville de Montpellier, médiathèque centrale [MS 519].

Cluny : A. Bernard, A. Brunei, Recueil des chartes de l’abbaye de Cluny, Paris, Impr. nationale, 1871-1903.

De Gournay, 1999 : F. de Gournay, « La mutation de la viguerie en Rouergue (ixe-xe siècles) », dans H. Debax (éd.), Hommage à Pierre Bonnassie, Les sociétés méridionales à l'âge féodal, Toulouse, 1999, p. 243-250.

Gellone : P. Alaus, L. Cassan, E. Meynial, Cartulaires des abbayes d’Aniane et de Gellone publiés d’après les manuscrits originaux : cartulaire de Gellone, Montpellier, Société archéologique de Montpellier, 1900, 511 p.

Griffe 1933 : Griffe, Élie, Histoire religieuse des anciens pays de l’Aude, Paris, 1933.

HGL (1840-1993) CL. Devic et J. Vaissète, Histoire générale de Languedoc, Toulouse, Paya, 1840-1846, rééd. Nîmes, Lacour, 1993-1994.

HGL 1872-1879 : CI. Dévic et J. Vaissète, Histoire générale du Languedoc, 2e éd. revue et augmentée, Toulouse, Privat, 1872-1879.

Lodève : E. Martin, Cartulaire de la aille de Lodève dressé d’après des documents inédits, Montpellier, 1900,494 p.

LIM : A. Germain et C. Chabanneau, Liber instrumentorum memorialium. Cartulaire des Guilhems de Montpellier publié d’après le manuscrit original. Montpellier, Société archéologique de Montpellier, 1884-1888, 849 p.

Maguelone : J. Rouquette et A. Villemagne (éd.), Cartulaire de Maguelone, t. 1, Montpellier, 1912.

Nîmes : E. Germer-Durand (éd.), Cartulaire de l’église cathédrale Notre-Dame de Nîmes, Nîmes, 1874.

RCL : E. Magnou-Nortier et A.-M. Magnou-Nortier (éd.), Recueil des chartes de l’abbaye de Lagrasse, t. 1 (779-1119), Paris, 1996.

Sabarthès : A. Sabarthès, Dictionnaire topographique de l’Hérault, Paris, 1912.

Annexes

ANNEXE. INVENTAIRE DES VICARIAE DE LA GALLIA GOTHICA (ixe-xe s.)

COMTÉ D’UZÈS

Vicaria Caxoniense (Gard, chef-lieu non localisé, secteur de Bagols-sur-Cèze). Une seule occurrence en 948 (GC, VI, C.295-96)

Vicaria Medio Gontense (Gard, Malgoirès au sud-ouest du comté). Une seule occurrence en 1016 (Nîmes, no 115). Occurrence antérieure de la Valle Medio Gontense en 947-986 (Nîmes no 83)

Castrum et vicaria de Plauzes (Gard, chef-lieu non localisé, secteur de Goudargues ?). Une seule occurrence de la vicaria vers 900 (HGL éd. Paya, II, no 148). Occurrence antérieure d’un castrum Planitum en 815 (Aniane no 12)

Autres : Mention à deux reprises d’une Valle Jufica (La Jouffe) en 938 et 961 (Nîmes nos 40 et 60)

COMTÉ DE NÎMES

Arisitum-Larzac/Castrum d’Issunas (Gard/Hérault, vallée de l’Arre entre causse du Larzac et Cévennes). Le cas est particulièrement complexe. La vicaria d’Arisitum n’est mentionnée de manière autonome qu’une seule fois et tardivement : après 1140, Vicaria Ariense in comitatu Lutevense (C. Gellone, no 219). Antérieurement elle est associée au castrum ou au suburbium du castrum d’Issunas (non localisé avec certitude à ce jour) : 877-79 in vicaria Ariensi sub castro Exunatis (Gellone, no 113) ; 957 In suburbio castro Exunatis, in vicaria Ariense (Nîmes, no 55) ; autres occurrences en 954-86 (Gellone, no 117) ; 996-1031 (Gellone, nos 112,120 et 121) ; 1001 (Gellone, no 114) ; 1031-1048 Gellone, no 118 ; 1031-1069 (Gellone, no 116) et v. 1070 (Gellone, no 119).

On relève d’autres variantes comme in arissiense sub castro Exunate en 899 et 921 (Nîmes no 4 et no 21) ou in pago Arizago en 565 (d’après de Gournay, 2004,34). Comme à Anduze, l’Ariense est parfois associé à un aicis : 912, in agisem Ariense sub castro E. (Nîmes no 14 et no 29) ; 926, aice ariense (Nîmes, no 38) ; 934 (Nîmes, na 105) ; 1009, arice Arissense (Nîmes, no 105) ; 996-1031 aice ariense (Gellone, no 421). On peut également se demander si les formes in territorio larzacgus (1087, Gellone, no 450) ou in Larzacco, [...] in terra Larzacgus (1077-1099, Gellone, no139) ne dérivent pas de cette ancienne entité territoriale. Le castrum d’Issunas est parfois mentionné indépendamment : 932, in suburbio castro Exunatis (Nîmes, no 36) ou Vicaría Exunatis (Gellone, no 429 (1077-1099) et no 431 (1107))

Vicaria Anagia (Gard, Nages). Une seule occurrence de la vicaria en 879 (C Nîmes, no 3), mais 15 occurrences de la valle Anagia entre 892 et 1021, et 6 autres entre 1030 et 1100 dans le seul cartulaire de Nîmes.

Castrum et vicaria d’Anduze (Gard, Anduze). Deux occurrences tardives de la vicaria entre 1036-1060 (Aniane, nos 112 et 115). Antérieurement mentions du suburbium du castrum avant 821 (Aniane, no 117) et vers 925 (Nîmes, no 26) ou d’un aícís en 915 (Nîmes, no 16). On compte également quatre occurrences du terme castrum pris dans une acception territoriale en 959, 969, 984,1020 (Nîmes, nos 56, 67, 78,120).

Vicaria de Salendrenque (Gard, vallée de la Salendre, chef-lieu possible : La Salle) : Vicaria associée au castrum d’Anduze (extension possible du district castrai). Une seule occurrence en 959 (Nîmes, no 56).

Vicaria Entre-deux-Gardons (Gard). Autre vicaria associée au castrum d’Anduze dans la zone comprise entre le Gardon de Mialet et le Gardon de Saint-Jean depuis leurs sources dans le département de la Lozère jusqu’à leur point de confluence en amont d’Anduze (Germer-Durand, 1874,130). Une seule occurrence en 984 (Nîmes, no 80)

Castrum et vicaria de Sauve (Gard, Sauve). Deux occurrences tardives de la vicaria l’une entre 996-1031 (Gellone, no 386), l’autre entre 1031-60 (Gellone, no 123). Trois occurrences antérieures évoquent le suburbium du castrum de Sauve en 899 (HGL, éd. Paya II, no 145) ; 959 (Nîmes, no 57) et 1020 (Nîmes, no 120).

Vicaria Valle Garcense (Gard, Gardonenque). Une seule occurrence en 1034 (Nîmes, no 122)

Vicaria Valle Francisca (Lozère, Vallée-Française/Val-Francesque). Une occurrence tardive en 1084 (Nîmes, no 160)

Vicaria de Valle Dedas (Gard/Lozère, Val-de-Dèzes). Trois occurrences tardives, en 1019 (située dans le comté de Gevaudan), en 1084 et 1092 (située cette fois ci dans le comté de Nîmes) (Nîmes, nos 118,161 et 165)

COMTÉ DE SUBSTANTION ET DIOCÈSE DE MAGUELONE

Castrum de Substantion (Hérault). Le chef-lieu comtal est dissocié du chef-lieu épiscopal (Maguelone) au moins depuis le dernier tiers du ixe siècle. Le suburbium du castrum qui s’étire sur plusieurs dizaines de kilomètres est mentionné pour la première fois en 873-5 (suburbio Sustantionensis castri, Aniane, no 59), puis à nouveau en 926 (Gellone, no72), 978 (Berthelé 1901, 498), 980 (LIM, no 376), 981 (Gellone, no 68), 982 (Gellone, no 81) et 985 (LIM, p. 125). On trouve encore des occurrences à la fin du premier tiers du xie siècle : 1027-1048, in suburbio castri Substantionensi (Gellone, no 8).

Le comitatus est mentionné pour la première fois en 898 (HGL, éd. Paya, II, no 141), mais les occurrences ne deviennent fréquentes qu’au seuil du xie siècle, 1005, in comitatu Substantione (Gellone, no 13) ; 1010, in comitatu Sustencionensi, (Maguelone, n” 4). Il faut d’ailleurs attendre 1025 pour que le titre comtal soit associé pour la première fois à un ressort géographique, 1025, Bernardus comes Substancionensis (HGL, éd. Privat, III, no 114). Au cours de la seconde moitié du xe le district castrai est parfois associé à un pagus, un pays qui peut d’ailleurs être simplement évoqué par l’ajout du suffixe -ense au nom de la place centrale : 958, In pago Substantionense (Gellone, no 13) ou 961, in substantione (Gellone, no 9).

Chef-lieu épiscopal de Maguelone. L’agglomération portuaire tardo-antique de Pile de Maguelone a accueilli un siège épiscopal à la fin du vie siècle. Le chef-lieu de cité est associé durant le haut Moyen Âge à un pagus ou à un territorium. Tandis que le groupe cathédrale est installé sur un îlot, un second pôle se développe avant le ixe s. sur la rive continentale sous la forme d’une villanova (Villeneuve-lez-Maguelone). Ce quartier accueille avant 1010 un castrum doté d’un vaste suburbium, ressort intégré par ailleurs dans le comitatus de Substantion (in comitatu Sustencionensi, in suburbio castri Magalonensis juxta castrum Melgorii ; Maguelone, no 4). Une vicaria Madalonense incluse dans le comitatus de Substantion est mentionnée à deux reprises entre 996-1031 (Gellone, no 59) puis 1031-1048 (Gellone, no 61). Il s’agit vraisemblablement du ressort du castrum de la Villeneuve de Maguelone, ressort qui ne se superpose pas complètement à celui du pagus ou du territorium de Maguelone, entendons par l’espace diocésain.

Castrum et vicaria de Montmel (Hérault, Saint-Bauzile-de-Montmel, Pioch Léon). Castrum associé à un suburbium dès le seuil du ixe s. : 816 (AD.30, H106 13r) in suburbio de castro Mormellico et avant 923 (Aniane, no 62) sub castro Sustantíone atque Mormelico. Ce ressort est associé à une vicaria en 980 : in suburbio castro Sustancionense, in vicaria Mormellico (LIM, no 376) et au cours du xie s. ( ?) (LIM, no 401)

Vicaria de Tréviers (Hérault, Saint-Mathieu-de-Tréviers). Une seule occurrence signalée par). Berthelé (1901, 498-499) d’après un manuscrit de 155 feuillets (DE ROETO) découvert en 1901 dans les minutes de l’étude de M. Calvet, notaire à Saint-Martin de Londres. D’après la transcription de J. Berthelé : (978-979) in territorio civitatis Magalonensis, in suburbio castro Substancionensis, in vicaria quam uocant Terreuiais, in terminio de Terreviais et de Concas.

Castrum et vicaria de Agones (Hérault, Agones). Première occurrence d’une vicaria en 899 (Maguelone, no 3) puis à nouveau en 926, 958, v. 1005 et encore v. 1070 (Gellone, nos 72, 74,13, 67 et 69). Un castrum dont le nom est associé au suffixe -ense est également mentionné en 929 (Gellone, no 73 sub castro Agonensi)

COMTÉ DE LODÈVE

Aicis d’Alajou (Hérault, Saint-Michel d’Alajou). Une seule occurrence tardive entre 1031-1060, in yaice Alagone (Gellone, no 139)

Castrum des Deux Vierges (Hérault, Saint-Saturnin, Rocher des Vierges). Castrum associé à un suburbium. Première et unique mention du suburbium en 1004, in suburbio castri Duas Virgines (Gellone, no 37)

Castellum de Nébian (Hérault, Nébian, Ruines de La Tourelle). Forteresse de la fin du xe ou du premier tiers du xie s. dont le nom est associé au suffixe -ense. Première occurrence en 1038 : castellum Nibianensem (Aniane, n 241)

Vicaria de Salasc (Hérault, Salasc). Une seule occurrence pour cette vicaria du bassin du Salagou : 996-1031, In comitatu Lutovense, in vicaria Salaschense. Le chef-lieu n’a jamais été associé à un castrum. Salasc est une villa de la cathédrale de Lodève connue depuis la fin du ixe s. (884, C. Lodève, no 5)

Vicaria de Trapes (Hérault, Saint-Jean-de-La-Blaquière). Vicaria de la rive gauche du bassin moyen de la Lergue connue par une seule occurrence av. 1140 (Gellone, no 207). Elle s’étend curieusement entre les pôles castraux des Deux-Vierges (1004) et Gibret (990).

COMTÉ D’AGDE

Vicaria de Lèque (Aumes, Lique-Castel). Deux chartes du cartulaire de Gellone (nos 306 et 140), respectivement datées de 1046 et vers 1070, mentionnent une vicaria Lichense dans le comté d’Agde. Il pourrait s’agir de la vicaria Libense du cartulaire d’Aniane (996-1030, no 111) même si celle-ci est située en Biterrois.

COMTÉ DE BÉZIERS

Castrum et vicaria de Cabrières (Hérault, Cabrières, La Cisterne). Castrum de l’Antiquité tardive associé par Grégoire de Tours à une expédition de Théodebert dans la zone montagnarde de la cité de Béziers en 532 (GT, Hist. Franc., III, 21). On repère ensuite une occurrence du suburbium Caprariense en 870 (HGL, II, c. 355) qui précède de plus d’un siècle les mentions de la vicaria, en 971 et 990 (C. Béziers, nos 34 et 49). Le Cabreirès est parfois mentionné en tant que tel comme une entité géographique du Biterrois à la fin du xe s., avec l’utilisation du suffixe -ense (990, in Cappariense, Béziers, no 48).

Vicaria Kadianense (Hérault, vers Roujan). Deux occurrences dans le cartulaire d’Aniane en 997-998 et v. 1000 (nos 240 et 252). C’est sans doute cette même vicaria que l’on retrouve sous des formes différentes (Castianense) dans des copies modernes de chartes perdues (xie et xiie s.) du cartulaire de Cassan (Cassan, no 12, f°25-27)

Vicaria Líbense (Hérault, Aumes, Lique-Castel ?). Une charte du cartulaire d’Aniane (996-1030, no 111) place une vicaria libense dans le comté de Béziers : in comitatu Biterrense, in vicaria Libense, in terminium de Comba que vocant Alamendescha. Il pourrait s’agir de la vicaria Lichense (Gellone, no 3o6) dont le chef lieu se trouve à Leque-Castel (commune d’Aumes) aux marges septentrionales du comté d’Agde.

Castrum et vicaria de Lunas (Hérault, Lunas). Comme pour Cabrières, les mentions d’un castrum et d’un suburbium précèdent celles de la vicaria : 909, in suburbio castro Lunetense (HGL, II, c. 128). Les occurrences de la vicaria datent du dernier tiers du xe s. : 975, in vicaria Lunatense, in ministerio Filieuse (Béziers, no 38) et 988 (Lodève, p. 11-19)

Vicaria de Montels (Hérault, Montels ?). Une seule occurrence tardive (fin xie s. d’après l’éditeur du Livre Noir de Beziers ; Béziers, no 105, p. 145). Il s’agit en fait d’une reconnaissance de droits et cens entre l’abbé d’Aniane d’une part et Bernard et Armand de Pinian d’autre part au sujet de la vicaria de Montelis. En ce sens celle-ci paraît déjà correspondre à une viguerie de type féodal, c’est-à-dire à un espace de prélèvement seigneurial plutôt qu’à un ressort de l’autorité publique (de Gournay, 1999)

Ladarez (Hérault, Saint-Nazaire-de-Ladarez). L’expression in Lezateso utilisée en 978 dans le testament de la vicomtesse de Narbonne (HGL, V, c. 286) permettrait d’individualiser un petit « pays » de l’espace biterrois.

Vicaria de Popian (Hérault, Popian). Popian est dans le second tiers du ixe s. une simple villa de l’enclave nord-orientale du pagus de Béziers en rive gauche de l’Hérault (842, Aniane, no 289, p. 412). La zone est institutionnalisée en territoire peu avant 954 par l’intermédiaire d’un ministerium connu par trois occurrences dans deux cartulaires différents : 954 (Cartulaire des évêques d’Agde, BnF, lat. 9999, no 7) et 959/962 (Aniane, no 316, p. 434, et no 285, p. 409). À partir de 969, on évoque désormais la vicaria Pupianense : Aniane, no 245, p. 371 (968) ; no 248, p. 378 (972) ; no 291, p. 414 (978) ; no 314, P· 432 (978), no 305, p. 425 (983) ; no 315, p. 433 (990) ; no 292, p. 415 (990). Le castrarti de Popian qui possède son propre terminium n’est mentionné qu’en 1013 (Gellone, no 141). On continue encore épisodiquement à faire référence à la vicaria dans le courant du xie s. : Aniane, no 286, p. 364 (1039), no 230, p. 359 (1036-1060), et no 283, p. 407 (1094-1109) et Gellone, nos 143 et 144, p. 122-123 (996-1031), no 145, p. 124 (1070).

COMTÉS DE NARBONNE ET DE RAZÈS (DIOCÈSE DE NARBONNE)

[On ne connaît qu’une seule vicaria dans les comtes de Narbonne et Razès mais l’on doit signaler des castra anciens, parfois chef-lieu de pagus ou associé à un suburbium]

Pagus de Fenouillèdes (Pyrénées orientales, Fenouillet : haute vallée de l’Aude et partie de la vallée de l’Agly). Défini comme un pagus en 842 dans un diplôme de Charles le Chauve (RCL, no 15), ce ressort est aussi considéré comme un territorium en 898 : cujus basilica sita est in territorio Fenioletense (HGL, éd. Paya, II, no 140). E. Griffe (1933, 9) le rattache au comté de Razès.

Castrum de Minerve (Hérault, Minerve). Le pagus Menerbense est mentionné en 844 (RCL, no 16). Il est doté d’un chef-lieu castrai (Kastro Minerba) en 873 (HGL, II, c. 371), chef-lieu dont le ressort est plusieurs fois associé à un suburbium (873, HGL, II, c. 371 et 899, RCL, no 69). De même, tout au long du ixe s., le Minervois est toujours considéré comme un « pays » du comté de Narbonne bien que la fluidité du vocabulaire ne contribue pas toujours à éclaircir le dossier : 844, In pago Menerbense (in suburbio Narbonense) (RCL, no 16) ; 873, in territorio Narbonense, suburbio Minerbense [...] Rastro Minerba (HGL, II, c. 371) ; 899, In pago Narbonnesi, in suburbio Minerbense (RCL, no 69)

Pagus de Peyrepertuse (Aude). Ce ressort est associé à un pagus en 842, in pago Petrepertuse (RCL, no 14), à un suburbium entre 88g et 899 (RCL, no 40) et encore en 943 (RCL, no 55). Il est parfois simplement désigné par l’ajout du suffixe -ense en 899, in Petrapurtusense (HGL, éd. Paya, II, no 130). D’après une charte de Lagrasse, il dépendrait du pagus ou comitatus de Razès : 889 899, in pago Redensi in suburbio Perapertusense sita (RCL, no 40).

Castrum de Rennes-le-Château (Aude). Le chef-lieu du comté de Razès est associé à une forteresse au moins depuis le début du ixe s. : 813, castello Redes (RCL, no 5). Son territoire est parfois associé à un pagus comme cela est fréquent dans les pays audois : 844, in pago Radensi (HGL, éd. Privat, II, no 60) ; 888, In pago Radensi (RCL, no 34) ; 889, in pago Redensi (HGL, éd. Paya, II, no 130). On le trouve aussi assimilé à un territorium : 883, in territorio Reddese (HGL, éd. Paya, II, no 126) ; Le comté de Razès émerge distinctement dans le dernier tiers du ixe s. : 870, In comitatu Ratensi (RCL, no 28) ; v. 873, in comitatu Redensi (HGL, éd. Paya, II, no 99) ; 881, tam in Narbonnensi quam in Redesi comitatu (HGL, éd. Paya, II, n“124) ; 884, infra septimaniam in comitatu Redensi (HGL, éd. Paya, II, no 128) ; 906, in comitatu Redense (HGL, éd. Paya, II, no 152).

Vicaria Taliense (Aude, vers Limoux ?). L’historiographie est restée dubitative sur cette vicaria dont on ne possède qu’une seule occurrence : 958, alodem in comitatu Redense, in vicaria Taliense (HGL, éd. Privat, V, no 104, c. 228). Pour l’auteur du Dictionnaire topographique de l’Aude, les localités mentionnées dans le texte marqueraient les limites du pays de Sault vers Limoux notamment (Sabarthès 1912,429).

Castrum de Ventajou (Hérault, Féline Minervois). Le cas est proche de Minerve. Le suburbium de Ventajou est mentionné dès 801, in suburbio Ventajounem (Doat 58 [fol. 226]). Le chef-lieu est clairement désigné comme un castrum en 813, In suburbio castri Bentagíonensis (RCL, no 5). On possède encore des occurrences de cette forteresse dans le second tiers du xe s. : 961, Illo castello de Ventagione (HGL, éd. Privat, V, pr. 11, c. 249).

COMTÉ DE CARCASSONNE

Castrum et vicaria d’Alzonne (Aude, Alzonne). Mentionnés pour la première fois en 870 dans un diplôme de Charles le Chauve en faveur du comte Oliba (de Carcassonne), vicaria Ausonensi (RCL, no 28), puis à nouveau en 931, vicaria Auzonensi (HGL, V, 155). Son chef-lieu est clairement associée à un castrum dès 890 : castri oppidique Alsonensis [...] castri pagiquee Alsonensis (RCL, no 37). Un plaid à lieu dans la forteresse en 918 : castro Ausona (HGL, V, 43). Ce ressort qui dépend du suburbium de Carcassonne est désigné dans cette même notice par le terme territorium : in territorio Ausonense in suburbio Carcassense. On peut se demander si le diplôme délivré par Pépin Ier, roi d’Aquitaine, au monastère de Lagrasse en 827, in Ausone castro, correspond à la même forteresse (RCL, no 9) ?

Castrum de Cabaret (Aude, Lastours-Cabardès). Comme Cabrières dans l’Hérault, les castra de Cabardès font partie des rares forteresses languedociennes à être mentionnées dans les sources de l’Antiquité tardive. Ils sont associés par Grégoire de Tours aux luttes que Francs et Wisigoths se livrèrent dans ce secteur vers 565. S’il faut attendre ensuite les xie-xiie s. pour disposer de nouvelles occurrences de ces fortifications, on doit noter cependant que deux chartes des ixe et xe s. individualisent le ressort du Cabardès au sein du pagus de Carcassonne : 870 et 959, in Cabardense (RCL, nos 28 et 76). Toutefois, on ne dispose d’aucune occurrence d’une vicaria.

Castrum de Malasti (Aude Montolieu). Depuis le seuil du xe s. au moins, le lieu de l’abbaye Saint-Jean-Baptiste du comté de Carcassonne est associée à une ancienne forteresse : 908 et 924, magnificum coenobium quod est situm in territorio Carcassensi loco nuncupato Castro Mollasti (HGL, éd. Privat, V, no 33, c. 120, et no 150 c. 148). Le castrum est encore distinctement mentionné en 932 (HGL, éd. Privat, V, no 56, c. 159).

Castrum et vicaria de Saissac (Aude Saissac). Mention d’un certain Gilaberto vicario Sexago en 958 (HGL, éd. Paya, III, no47, et Mahul1, 78) et d’un castellus de Saxago en 960 (HGL, éd. Paya, III, no 52). La forteresse est nommée en tant que telle dans le testament du comte de Roger de Carcassonne en 1002 : ipso castello quem dicunt Sexago cum ipsa castlania et cum ipsas vigarias (HGL, éd. Privat, V, 345)

Comtés de Ruscino et de Confient (diocèse d’Elne).

Comme dans le cas des comtés de Narbonne et Razès, on ne possède aucune occurrence de vicaria dans ces deux comtés du diocèse d’Elne.

Notes

1 M. Zimmermann, « Conscience gothique et affirmation nationale dans la genèse de la Catalogne (ixe-xie siècles) », dans L’Europe héritière de l’Espagne wisigothique, collection de la Casa de Velázquez, no 35, Madrid, 1992, p. 61-67 ; P. Chastang, Lire, écrire, transcrire. Le travail des rédacteurs de cartulaires en Bas-Languedoc (xie- xiiie siècles), Paris, CTHS, 2001, p. 377-398, et L. Schneider, « In regno Septimanie, in comitatu et territorio biterrensi. Le Biterrois et l’aristocratie biterroise de la fin du ixe à la fin du xe siècle », Annales du Midi, t.119, no 260 (2007), Toulouse, Privat, p. 409-456.

2 Cette contribution a bénéficié des réflexions collectives développées en 2004-2005 dans le cadre d’un séminaire organisé par Roland Viader et l’équipe Framespa de Toulouse sous le thème « Ager, vicaria, territorium, terra, condita, centena, vallée, etc. : les cadres sociaux et spatiaux au-delà de la villa et en deçà du comté (viiie-xie siècle).

3 Monumenta Germaniae Historica (désormais abrégé MGH), Auctores antiquissimi, t. IV, p. 584-612 (éd. Th. Mommsen).

4 Pour un tableau récent de l’organisation ecclésiastique de la province de Narbonnaise Première durant les premiers temps chrétiens, je me permets de renvoyer à L. Schneider, « Aux marges méditerranéennes de la Gaule mérovingienne. Les cadres politiques et ecclésiastiques de l’ancienne Narbonnaise Ire entre Antiquité et Moyen Âge (ve-ixe siècles) », dans L’espace du diocèse. Genèse d’un territoire dans l’Occident médiéval (ve- iiie siècle), F. Mazel (dir.), Rennes, PUR, 2008, p. 69-95. Sur la logique territoriale et la logique personnelle du pouvoir épiscopal, voir également dans le même volume la contribution de M. Lauwers, « Territorium non facere diocesim... Conflits, limites et représentation territoriale du diocèse (ve-xiiie siècle) », p. 23-65.

5 À l’exception de la Gallice toutefois. Voir notamment C. Martin, La géographie du pouvoir dans l'Espagne visigothique, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2003, p. 38.

6 Julien de Tolède, Histoire de Wamba, Corpus Christianorum, Series Latina, 1.115, W. Lewison (éd.), Turnhout, 1976, p. 213-214, et C. Martin, ibid., p. 63.

7 Un édit du roi Sisebut est adressé aux juges et prêtres de neuf territoria de Bétique dont un seul est rattaché au nom d’une cité épiscopale (Liber Iudiciorum, XII, 2,13, K. Zeumer (éd.), MGH. Leges, 1, 1, et C. Martin, ibid., p. 63).

8 L’une de ces lois (L. Ι., ΙΧ, 1,6) précise ainsi qu’un inconnu cherchant à se cacher dans une maison particulière devait faire l’objet sous huit jours d’un rapport au juge ou au vicaire de la cité ou du territorium le plus proche. C. Martin, ibid., p. 63-65, et J. J. Larrea Conde, Peuplement et société en Navarre de la fin du monde romain à l’âge féodal (ive- xiie siècles), Paris-Bruxelles, 1998, p. 94.

9 Le dépouillement a porté sur les diocèses de Narbonne, Elne, Carcassonne, Béziers, Agde, Lodève et Nîmes (en incluant la cité d’Uzès et l’ancien territoire d’Arisitum/Le Vigan).

10 G. Tessier, Recueil des chartes de Charles II le Chauve (840-877), t. II, Paris, 1952, no 341, p. 260-262.

11 C. Devic et J. Vaissète, Histoire générale du Langue doc, 2e éd. revue et augmentée, Toulouse, Privat, 1872-1879, V, 43 (abrégé par la suite HGL). Le viguier Bernard prétendait pouvoir lever des troupes au sein d’un groupe d’aprisonnaires établi dans une dépendance monastique disposant de l’immunité. Le villare en question est situé in territorio Ausonense in suburbio Carcassense.

12 J. Rouquette et A. Villemagne, Cartulaire de Maguelone, t.1 (819-1202), Montpellier, Vallat, 1912, no 3 (899), in vicaria Agonensi (abrégé par la suite C. Maguelone) ; P. Alaus, L. Cassan, E. Meynial (éd.), Cartulaires des abbayes d’Aniane et de Gellone publies d’après les manuscrits originaux : cartulaire de Gellone, Montpellier, Société archéologique de Montpellier, 1900, no 72 (926), in territorio Magdalonensis, in suburbio castro Substantionensi, in vigaria Agonense ; no 73 (929), in territorio Magdalonensi, sub castro Agonensi ; no 74 (958), in pago Substantionense, in vigaria Agonense (abrégé par la suite Cartulaire de Gellone).

13 Sur l’évêché d’Arisitum, voir en dernier lieu L. Schneider, « Aux marges méditerranéennes... » op. cit., p. 74. La première occurrence de la vicaria date des années 877-879 (C. Gellone, no 113). La vicaria de Nages est mentionnée une seule fois en 879 (E. Germer-Durand, Cartulaire de l’églisecathédrale Notre-Dame de Nîmes, Nîmes, Catélan, 1874, no 3) mais l’on possède 15 occurrences de la vallée Anagia entre 892 et 1021 et encore 6 autres entre 1030 et 1100 dans le cartulaire de Nîmes.

14 Vicaria Plauzes en 900 (HGL, éd. Paya, II, no 148) et Caxoniense en 948 (GC, VI, c 295-296).

15 La vicaria reste inconnue en Provence. J.-P. Poly, La Provence et la société féodale (879-1166), Paris, Bordas, 1976, p. 43.

16 Une exception bien particulière toutefois, celle de Maguelone, où la vicaria s’identifie à un chef-lieu épiscopal. Sur cette situation particulière liée à un pagus bicéphale, où chef-lieu comtal et chef-lieu épiscopal sont distincts, voir L. Schneider, « Cité, castrum et “pays” : espace et territoires en Gaule méditerranéenne durant le haut Moyen Âge. L’exemple de la cité de Nîmes et du pagus de Maguelone (ve-xie s.) », dans Le château et la ville : espaces et réseaux (vie- xiiie siècle), P. Cressier (éd.) [El castillo y la ciudad. Espacios y redes (ss. VI-XIII), actes du colloque Castrum 8, Baeza, Espagne, 25-28 sept., 2002], Madrid-Rome, Casa de Velázquez (108), École française de Rome, 2008, p. 29-69.

17 Premières occurrences : 877-879 (Celione, no 113) in comitatau Nemausensi, in vicaria Ariensi, sub castro Exunatis, in terminium de villa Rogas ; 896 (Nîmes, no 7) in vicaria que dicitur Arisito, in villa que vocant Recdun ; 889 (Nîmes, no 8) in pago nemausense, in Arissiense, sub castro Exunate, in villa Mirtiago ; 912 (Nîmes, no 14) et est in pago Nemausense, in agicem Arisense, sub castro Exunatis, infra terminio de villa Calmes ; 921 (Nîmes, no  21) Et est in pago Nemausense, in Arisiense, sub castro Exunatis, infra terminio de villa Serla.

18 Est ipse locus in pago Rhuthenico in vicaria Arisdense, in villa que dicitur Braisia (Conques, no 397, 997-1004).

19 En 996-1031, la villa novacella est placée dans la vicaria Ariense et le comitatus de Nîmes. Vers 1070, elle est intra comitatu Lutevense et comitatu Nemausense, in vicaria Ariensi, in valle que vocant Virencha (Gellone, no 127), après 1140, elle est in comitatu Lutevense et in vicaria Ariense (C. Gellone, nos 120,127 et 219)

20 Le pays de l’Arre qui a peut-être donné son nom au Larzac est défini comme un pagus en 565, J.-M. Pardessus, Diplomata, t. II, Paris, 1849, Addítamenta, no II (565) in pago Arizago est villa que vocatur Majesta.

21 F. de Gournay, Le Rouergue au tournant de l’an mil, 2005, p. 67.

22 L. Cassan et E. Meynial, Cartulaires des abbayes d’Aniane et de Gellone publiés d’après les manuscrits originaux : cartulaire d’Aniane, Montpellier, Société archéologique de Montpellier, 1898, no 117 (abrégé par la suite C. Aniane).

23 Le cas des nouveaux pagi-comtés de la zone pyrénéenne, secteur où le réseau des cités épiscopales a connu des bouleversements et des déclassements, est à cet égard éloquent. Toutes ces entités s’individualisent comme des unités propres et sont identifiées très souvent par les locutions ín territorio illo ou in suburbio illo. Ainsi le ressort de Besalù mentionné comme un territorium en 818 est défini comme un suburbium en 977 au moment où il commence également à être désigné comme un comitatus. C’est également le cas du pagus de Peralada dont le cheflieu castrai, Tolon, est associé à un suburbium dans les dernières années du ixe siècle lorsque apparaît également un comitatus. La situation d’Elne, ancien castrum du ive siècle, honoré d’un siège épiscopal au vie siècle est tout aussi évocatrice. Lorsqu’il s’agit de souligner sa position hiérarchique prééminente par rapport aux autres entités territoriales qui l’environnent, celle-ci est introduite par le terme suburbium. Ainsi le territorium du Vallespir est-il in suburbio Elenense en 832 (Montsalvatge F, N.H. t. VII, ap. II).

24 P.-Y. Genty et L. Schneider, « L’agglomération de Mormellicum (Puech des Mourgues) à Saint-Bauzille-de-Montmel (Hérault, Vidourlenque) », dans J.-L. Fiches (dir.), « Les agglomérations gallo-romaines du Languedoc-Roussillon », Monographies d’archéologie méditerranéenne, no 13-14, Lattes, ADAL, 2002, p. 656-664.

25 C. Nîmes, no 16, p. 26-28.

26 928, C. Nîmes, nos 32 et 33, p. 56-59.

27 J. Belmont, Les vicomtes de Rouergue-Millau, xe- xie siècles, thèse École des chartes, 1991, p. 153.

28 959, C. Nîmes, no 56, p. 95-96. Donation de trois manses placés in comitau Nemausense, in castro Andusiense, in vicaria Selindrinca, in villa quae vocant Patellaco.

29 984, C. Nîmes, no 80, p. 130. Donation de quatre manses situés in pago Nemausense, in agentiis Nemausensis, in castris Andusiensis, in vicaria que nominant Antre-duos-Quardones, in villa que nominant Pompeiano.

30 Cinq occurrences : C. Nîmes, no 56 (959), no 67 (969), no 78 (984), no 80 (984) et no 120 (1020).

31 In comitatu Nemausense, in vicaria Andusensi, in villa illa (C. Aniane, nos 115,112 et 96, respectivement en 1032-1060,1036-1060 et 1061).

32 Sur l’enclave nord-orientale du Biterrois en rive gauche de l’Hérault, L. Schneider, « Une vicaria languedocienne du xe siècle : Popian en Biterrois », Autour de l’An Mil, Annales du Midi, t. 109, no 219-220,1997, p. 401-442.

33 Douze occurrences dans le cartulaire d’Aniane : no 316, p. 434 (959) ; no 285, p. 409 (962) ; no 245, p. 371 (968) ; no 248, p. 378 (972) ; no 291, p. 414 (978) ; no 314, p. 432 (978), no 305, p. 425 (983) ; no 315, p. 433 (990) ; no 292, p. 415 (990), no 286, p. 364 (1039), no 230, p. 359 (1036-1060) et no 283, p. 407 (1094-1109). Trois occurrences dans le cartulaire de Gellone : nos 143 et 144, p. 122-123 (996-1031) no 145, p. 124 (1070).

34 Cartulaire des évêques d’Agde, BnF, lat. 9999, no 7 (954).

35 La première mention de la villa de Popian date de 842 (C. Aniane, no 289, p. 412), celle du ministerium de 954, celle de la vicaria de 962 et celle du castrum de 1013 (Gellone, no 141, p. 120).

36 Michel Christol, « Notes sur l’inscription romaine de Marennes (commune d’Aumes) », Études sur Pézenas et sa région, 1970 (4), p. 5-13.

37 C. Amado, Genèse des lignages méridionaux, t.1, CNRS-université de Toulouse-Le Mirail, 2001.

38 C. Aniane, no 314.

39 Après les années 990, les occurrences de la vicaria deviennent rares. On localise désormais fréquemment des villae dans l’ancien espace vicarial, sans faire référence à une circonscription intermédiaire (C. Aniane, no 231, villa de Careares, 1025-1036). Voir également no 233, p. 361, 1094-1107, pour la patrimonialisation des droits de justice. Sur la mutation de la vicaria méri dionale au cours du xie s. voir F. de Gournay, « La mutation de la viguerie en Rouergue (ixe-xe siècles) », dans Hommage à Pierre Bonnassie, Les sociétés méridionales à l’âge féodal, H. Debax (dir.), Toulouse, 1999, p. 243-250.

Table des illustrations

Légende Légende du cartouche : 1. Siège comtal installé dans une cité, 2. Siège comtal distinct du chef-lieu épiscopal, 3. Castrum associé à un ressort territorial (territorium, suburbium, vicaría.4. Autre castrum du ixe siècle, 5. Vicaria, 6. Anciennes limites de la province ecclésiastique de Narbonne et du regnum de Septimanie, 7. Autre ressort territorial (pagus...)Identification des vicariae : 1. Caxoniense (Uzège), 2. Valle Medio Gontense / Malgoirès, 3. Anagia / NagesVaunages, 4. Valle Garcense / Gardonenque, 5. Selindrinca / Salendrenque, 6. Entre-deux-Gardons, 7. ValléeFrançaise, 8. Val-de-Dèzes, 9. Tréviers, 10. Yaíce Alagone / Alajou, 11. Trapariense, 12. Salaschense, 13. Pupianense, 14. Kadianense, 15. Lichense / Lique castel, 16. Queille (diocèse de Toulouse), 17. Taliense (en Razès)Figure 1 – Castra et vicariae de l’ancienne Septimanie (ixe-xe s.)(Réalisation L. Schneider, 2008)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11147/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
Légende Figure 2 – Diffusion de la incuria dans l’ancienne Septimanie(Occurrences de nouvelles vicaria par séquence de 25 ans)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11147/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 94k

© Éditions de la Sorbonne, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site