Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écritures de l’espace social

 | 
Didier Boisseuil
, 
Pierre Chastang
, 
Laurent Feller
, 
et al.

Première partie. Construire l’espace

Paroisse, limites et territoire villageois de l’Ouest (xie-xiiie siècle)

Daniel Pichot

Texte intégral

  • 1 R. Fossier, Enfance de l’Europe, xe- xiie siècles. Aspects économiques et sociaux, Paris, PUF, 198 (...)
  • 2 Le fait est particulièrement analysé dans J. Morsel, « Construire l’espace sans la notion d’espace (...)
  • 3 Sur ce point, voir l’étude de S. Leturcq, « Espace du village, terrouers des hameaux. Théories et (...)

1La réflexion sur l’espace se place au cœur de l’étude du village. Selon Robert Fossier, et beaucoup lui emboîtent le pas sur ce point, la création de ce dernier passe obligatoirement par la constitution d’un territoire qui le fait vivre et lui offre les bases de son identité1. Pas plus qu’un autre, ce territoire n’est donné mais résulte d’une élaboration, d’une véritable construction sociale2. Il s’agit d’un processus très progressif qui ne se fige définitivement que fort tard mais, parmi les facteurs et les forces qui entrent en jeu, la paroisse occupe le premier rang dans les régions de l’Ouest. Cependant, ses limites, que l’on a longtemps cru anciennes et intangibles, se révèlent aujourd’hui beaucoup plus floues et récentes3.

  • 4 Beaucoup de choses ont été publiées ces dernières années mais on retiendra ici plus particulièreme (...)
  • 5 D. Pichot, Le village éclaté. Habitat et société dans les campagnes de l’Ouest au Moyen Âge, Renne (...)

2Dans une région fort différente de celles qu’a explorées Monique Bourin, nous nous proposons d’enquêter sur la façon dont apparaissent ces limites, dans un nombre réduit de textes car délimiter les paroisses ne semble pas un souci prégnant. Une telle étude renvoie obligatoirement aux conceptions de l’espace qui avaient cours et dont des ouvrages récents ont profondément renouvelé les approches. Des vues nouvelles ont été proposées et il a été particulièrement mis en évidence que l’espace n’est ni homogène ni neutre au Moyen Âge4. Fondamentalement, il faut tenter de se défaire de nos propres représentations pour retrouver celles des xie et xiie siècles, et c’est à la lumière de ces études récentes que nous nous proposons de réexaminer la construction de l’espace villageois dans l’Ouest – mais la réflexion se complique ici non seulement de la diversité des espaces, constat des plus classique, mais surtout d’une grande dispersion de l’habitat5.

3Les documents à notre disposition, guère différents de ce que l’on peut trouver ailleurs – un petit lot de chartes assez détaillées-, permettent de comprendre un peu la façon dont est appréhendé et construit l’espace du village à partir de la description de ses limites. Il s’ensuit une série de réflexions issues d’un travail en cours mais qui, sur bien des points, n’a pas encore trouvé son aboutissement.

Un espace non délimité ?

4Les paroisses ne font guère l’objet de délimitation précise, au moins avant les xie et surtout xiiie siècles. Faut-il y déceler un désintérêt pour l’espace ou une paroisse pour laquelle ce dernier ne constitue pas un indicateur fondamental ? Les textes médiévaux, en général, ne l’ignorent pas mais ne lui accordent qu’une place discrète, ou plutôt nous peinons à l’y repérer sous des modalités qui ne nous sont pas familières. Les mots pour dire l’espace demeurent vagues et difficiles à cerner mais, surtout, les passages descriptifs apparaissent peu et l’on a vite fait de taxer le Moyen Âge d’indifférence. En fait, les représentations façonnent des écrits que nous lisons mal mais, en cherchant un peu, nous découvrons des actes un peu plus bavards qui révèlent une approche singulièrement déroutante.

Indifférence à l’espace ?

  • 6 B. Cursente, M. Mousnier (dir.), Les territoires..., op. cit., p. 105-268 (deuxième partie : « Le (...)
  • 7 Pour une étude des confronts dans l’Ouest : D. Pichot, Le Bas-Maine du xe au xiiie siècle : étude (...)

5Il n’est pas nécessaire de revenir sur un certains nombre de constats souvent faits et que l’on retrouve parfaitement dans l’Ouest français. La réalité, sinon les mots, y est identique à ce que révèlent d’autres régions. Chartes et notices fort nombreuses se comptent par milliers au Mans ou à Angers, mais dans son enquête sur l’espace, le médiéviste demeure quelque peu frustré6. Fort peu de textes semblent y accorder un intérêt même restreint. Bien sûr, un souci de localisation se manifeste de façon très générale, des repères sont éventuellement donnés, des confronts beaucoup plus fréquemment, mais sans description systématique en référence aux quatre points cardinaux7. Le concept même d’espace et encore plus celui de territoire ne reposent pas sur les références qui sont les nôtres. Un point semble le mettre en lumière de façon très nette, celui des limites. Très logiquement, une étude du territoire paroissial pose ce problème. Plus que la séparation nette, linéaire, s’imposent souvent les phénomènes de confins et de mouvance qui marquent toutes les possibilités de transition, de dégradé mais aussi d’interpénétration.

  • 8 Abbaye fondée au début du xiie siècle par l’ermite Vital aux limites méridionales de la Normandie, (...)
  • 9 J. Van Moolenbroek, « Vital l’ermite, prédicateur itinérant, fondateur de l’abbaye normande de Sav (...)

6Pourtant, on ne peut généraliser les remarques sur l’indifférence à l’espace et surtout nier une évolution des conceptions. Dès le xiie siècle, des textes de la pratique, pas très nombreux mais très précis, se livrent à des descriptions d’espaces clairement délimités et suivant des limites linéaires fort bien inscrites dans la réalité. Plusieurs actes de la fin du xiie ou des premières années du xiiie siècle issus du chartrier de l’abbaye de Savigny l’illustrent parfaitement, utilisant obstacles naturels et constructions humaines : ruisseaux, talus, arbres remarquables, etc.8. Vers 1113-1120, la terre des Marchais fait l’objet d’un texte fort précis, même s’il demeure aujourd’hui impossible d’en retrouver les éléments sur le terrain9 :

[...] de hac terra adjacente in proximo que vocatur Marchís, sicut díviditur per rívulos descendentes in aquam que vocatur Camba, unus de Monte Fredeberti descendens, et in transverso per fosatum qui inflectitur ad pireria, et sic iterum per fosatum qui ducitur ad fontem Salcei, et sic iterum visum per fosatum usque in rivulum qui currit inter marchais et plaisseium Huberti.

7Cette description très soigneuse ne se réfère aucunement aux points cardinaux mais suit scrupuleusement les limites en faisant le tour du domaine. Les trois cas relevés concernent des terres qui appartiennent au domaine proche de l’abbaye, ce qui explique sans doute le souci de description. Très clairement, en tout cas, ces textes prouvent que l’on sait assez tôt délimiter en suivant des tracés linéaires mais de toute évidence on n’emploie pas cette méthode pour décrire un territoire paroissial.

Paroisses non délimitées ?

  • 10 M. Lauwers, Naissance du cimetière. Lieux sacres et terre des morts dans l’Occident médiéval, Pari (...)
  • 11 É. Zadora-Rjo (dir.), Des paroisses de Touraine..., op. cit., 2e partie.

8Une grande indifférence semble régner en ce domaine. En fait, les travaux récents ont remis en cause l’idée d’un paroisse bien inscrite dans un espace défini et mis en évidence la définition fort tardive de celle-ci comme espace délimité et territoire organisé parce qu’on la conçoit avant tout comme une communauté10. La territorialisation ne s’affirme que très progressivement dans les faits et sans doute avec une certaine latence dans les textes. Dans tout l’Ouest, le phénomène identifié par Michel Lauwers se manifeste clairement. Les lieux de culte, déjà nombreux durant le haut Moyen Âge, achèvent leur multiplication et, depuis le viiie siècle environ, ont amorcé un mouvement de regroupement des morts et de polarisation de l’habitat des vivants11. La paroisse acquiert alors une importance de premier plan dans la vie et l’encadrement des hommes. À la lumière de ce nouveau modèle explicatif, on comprend mieux que la création de nouvelles paroisses aux xiie et même xiiie siècles n’entraîne pas de mise au net des limites.

  • 12 Vautorte, dép. Mayenne, cant. Ernée, alors dans le diocèse du Mans. D. Pichot, « Défrichement et m (...)
  • 13 Ce facteur de l’éloignement, classique, est bien mis en valeur dans É. Zadora-Rjo (dir.), Des paro (...)
  • 14 J.-M. Bienvenu, « Un défrichement angevin au temps de la réforme grégorienne, la coseigneurie de B (...)
  • 15 Placuit utisque mea benignitas, processimus itaque ad contemplandos términos forestae in qua situm (...)

9Le dossier de la naissance de Vautorte s’étale entre 1210 et 1225, et présente une richesse plutôt rare12. L’évêque du Mans explique pourquoi il détache cette nouvelle paroisse de celle de Montenay, essentiellement en raison de l’éloignement du lieu de culte, et règle les aspects financiers liés à certaines rentes mais jamais ne surgit la question des limites de la nouvelle entité13 De la même façon, mais au xiie siècle, quand l’évêque d’Angers érige en paroisse le domaine de Belle-Noue, à la demande d’un seigneur partant en croisade, aucune limite n’est mentionnée. Il est vrai que nous sommes dans un contexte de défrichement mais il fallut bien pourtant esquisser un début de distinction dans cet espace pionnier14. Une telle action a vraisemblablement eu lieu sans que l’on juge utile d’en laisser une trace écrite. Le témoignage de l’évêque de Rennes, Hamelin, en 1138, confirme un tel fait. Dans un conflit qui oppose son chapitre à l’abbaye Saint-Melaine de Rennes, à propos de la chapelle de Frétillé, il est fait appel à un bûcheron appelé La Hache pour attester qu’avec d’autres il avait marqué (sans doute par des entailles dans les arbres) les limites dans la forêt qui devaient correspondre à celles d’une future paroisse15. L’action a bien eu lieu mais la notice ne décrit pas le tracé établi, le souci de délimiter, effectif, n’entraînait donc pas d’officialisation par l’écrit.

L’importance des confins

  • 16 Ercé-près-Liffré, dép. Ille-et-Vilaine, cant. Liffré.
  • 17 AD Maine-et-Loire, H 3713 (Livre blanc de Saint-Florent), fol. 04r-v, transcription établie par J. (...)

10Longtemps, cette absence de tracé précis des limites paroissiales se fait sentir et des textes le disent clairement. En 1055, deux frères vendent la moitié de la sepultura et de la dîme de l’église d’Ercé16, deux prélèvements qui comptent particulièrement dans la définition d’un territoire paroissial17. L’un des deux, Fulbertus, vend ensuite :

[...] medietatem unius molendini quod erat in confinio illius parrochie que vocatur Hercei et alterius que vocatur Gualhart, super fluvium Islel cum omni piscaturia sua et cum omni moltura de terra illius [...].

11Le moulin est situé sur l’Illet, ruisseau qui aujourd’hui sépare les communes d’Ercé et de Gahard. Le cours d’eau commence à jouer cette fonction au xie siècle mais sans que ce soit vraiment rigoureux : il s’établit comme une référence, sans plus, car le moulin est dit : in confinio et se situe bien entre deux paroisses sans être vraiment dans l’une des deux. En revanche, il définit un territoire, la terra illius, qui correspond au ban du moulin dont on aimerait bien connaître la description. L’existence de la paroisse – le mot est cité – n’entraîne pas sa délimitation nette et laisse subsister des secteurs indécis.

  • 18 Cette analyse rejoint complètement celle d’É. Zadora-Rio (dir.), Des paroisses de Touraine..., op. (...)
  • 19 Le fait a été souvent noté : D. Pichot, Le village éclaté, op. cit., p. 208 ;M. Brand’Honneur, « L (...)

12Le fait a été constaté bien des fois, y compris à l’époque moderne : la périphérie paroissiale apparaît comme une zone de confins, une véritable interface qui traduit plus l’idée de continuité que celle de rupture, pour reprendre les analyses du géographe Jacques Lévy18. Ces étendues variables demeurent souvent dédiées au saltus et à la forêt, espaces de parcours souvent et terres communes. C’est aussi là, et on le comprend mieux, que s’installe l’aristocratie, les mottes présentent une forte attirance pour ces endroits au statut flou19.

  • 20 Bonchamp et Entrammes, dép. Mayenne, cant. Laval. [...] Parrochialia hominum et terrarum que conti (...)

13Peu à peu, mais tardivement, une clarification s’opère, le plus souvent au xiiie siècle. Des règlements de conflits territoriaux font alors l’objet d’une mise par écrit. Vers 1180, par exemple, un litige sans doute ancien oppose les deux abbayes d’Évron et du Ronceray d’Angers super jure parrochiali ecclesiarum de Malo Campo et de Intramnis. L’évêque du Mans fixe alors la ligne de séparation pour l’exercice des droits des églises de Bonchamp et Entrammes à la via Penuriae, une très ancienne voie qui, comme souvent, sert de support aux limites paroissiales puis communales20. Nous rencontrons là une frontière linéaire, forme qui nous est familière, mais elle demeure très circonscrite et rien ne dit que le territoire paroissial fait l’objet d’une délimitation aussi stricte sur tout son parcours, le litige tend d’ailleurs à faire penser le contraire.

14Même si, au besoin, les hommes du Moyen Âge savent fort bien fixer et décrire des limites, ils ne le font pas pour les paroisses, non par indifférence mais parce que celles-ci ne sont pas encore conçues comme des territoires. Cela n’empêche sans doute pas que, très tôt, un espace coutumier plus ou moins défini ait existé, mais en tout cas, il ne s’avère absolument pas nécessaire d’en établir une version écrite. Cela ne pouvait aller sans susciter des difficultés, et le développement du système paroissial, en atteignant une certaine complexité, ne pouvait se contenter d’une situation par trop fluctuante.

Esquisse d’un territoire

15Parfois, le rédacteur se soucie de replacer son texte dans une réalité spatiale et se présente alors quelque chose que nous assimilons à une description, encore faut-il se demander sur quelles bases elle repose. Alors que longtemps ce souci ne se manifeste pas, des raisons particulières exigent éventuellement une certaine mise au net. Les auteurs mettent alors en œuvre des techniques particulières qui révèlent à la fois leur conception et les débuts de l’appréhension d’un territoire.

Délimitation ou zone d’influence ?

  • 21 Javron, dép. Mayenne, cant. Couptrain. A. Angot, Dictionnaire..., op. cit., s.v. « Javron ».
  • 22 Texte publié par le père Poussier et D. Pichot, repris et commenté par A. Renoux, « Au sources du (...)

16Un premier texte de 1047 découpe un espace extrêmement théorique pour la paroisse de Javron qui n’a pas encore droit d’ailleurs à cette désignation21. C’est un vieux centre de condita puis de vicaría doté d’un centre religieux regroupant trois édifices. À cette date, un vassal de Geoffroy de Mayenne, Adelelme, le tient en fief et, sur les conseils pressants de ce dernier, l’offre à l’abbaye Saint-Julien de Tours qui va y ériger un fort prieuré, le tout étant confirmé par le comte du Maine22. Celui-ci approuve d’abord une opération complexe combinant don et achat :

Concessi sancto Juliano prefatisque monachis ecclesiam sanctí Constantiani de predicta villa cum ecclesia sancti Salvatoris sanctique Martini, cum sepultura, decimis omnibus, cum terris cultis et incultis, silvis, molendinis et cum omnibus rebus ecclesie debitis, cum jam adquisitis vel adquirendis, cum teloneo et mercato, ac aliis consuetudinibus [...].

17Geoffroy concède ensuite :

ut infra spatium duarum leugarum in círcuítu Gabrone ubicumque emptionem fecissent, omnes consuetudines terre illius quam emissent sancto Juliano essent sine ulla contradictione [...].

18Un autre vassal, Normand, ajoute :

concedo sancto Juliano Turonensi et monachis ejus quicquid habeo Gabrona in ecclesia sancti confessoris Constantiani et omnes consuetudines quas possideo undique in circuitu predicte ecclesiae in Gabronensí pago, circumcirca, longe vel prope, perspacium duarum leugarum : hoc est vicariam, teloneum, pedagium,forogíum,forestagium, seu alteras consuetudines ubicumque fuerint per prefatum spacium [...].

  • 23 Il est bien évident que l’on ne sait pas vraiment la situation religieuse et paroissiale dans les (...)
  • 24 D. Pichot, « Le prélèvement seigneurial dans l’Ouest de la France, xie-xiiie siècle », dans Pour u (...)
  • 25 Javron, ancien vicus, accueillit l’ermite Constantien au vie siècle, ce dernier y fonda un monastè (...)
  • 26 Le « circuit » nous paraît préfigurer les futures limites paroissiales plutôt que les limites de l (...)

19Un tel texte, malheureusement unique, est intéressant à plus d’un titre. Les deux lieues circonscrivent un territoire (in circuitu), mais de façon très théorique, le marquage par des bornes se révélant assez peu probable ici. La distance envisagée représente une évaluation approximative et moyenne dans laquelle les limites de la commune actuelle pourraient bien s’inscrire23. L’espace délimité correspond d’abord à celui des coutumes données, en fait à une seigneurie dont le nouveau prieuré devient le maître. Les deux lieues ne constituent pas une innovation mais reprennent la zone d’influence seigneuriale établie à partir du vicus, et en premier lieu significativement se présente la vicaria qui, sous la marque de la justice, traduit l’essence même du ban24. Cependant, fait remarquable, le pouvoir à caractère seigneurial s’organise in circuitu predicte ecclesiae, autour du lieu de culte. La première opération permet de mieux cerner le phénomène qui se met en place. Les moines acquièrent les trois lieux de culte de ce centre religieux ancien ainsi que les biens y afférents, le droit de sépulture et les terres du fief presbytéral25. Ces biens constituent le centre d’une villa, terme qui ici désigne très vraisemblablement un village aggloméré. C’est à partir de ce centre ecclésial qui va d’ailleurs se concentrer autour de l’église prieurale et paroissiale de Saint-Constancien, les deux autres ne devenant que de simples chapelles, que s’étend le système des coutumes. Une église unique s’affirme et se place au centre d’un système de pouvoir complexe qui s’installe dans un espace cependant encore bien flou. On est tenté de voir là une phase essentielle de la construction paroissiale26. L’église centre du village devient la référence de tous les pouvoirs et des droits et redevances les plus divers, sans pour autant disposer d’un territoire vraiment délimité, encore que la coutume puisse y pallier partiellement.

  • 27 M. Planiol, « La donation d’Anouuareth », Annales de Bretagne, 9 (1893-1894), p. 216-237. La notic (...)

20Une autre façon de procéder se rencontre dans une notice du xe siècle provenant de l’abbaye Saint-Maur de Glanfeuil, décrivant la terre d’Anast donnée par Anouuareth27 :

Attribuit Anouuareth sancti Mauri desuper alveo Lígeris fluminís monasterii monachis, scilicet Wausberto et aliis suis in regimine videlicet monachis in Britannia pleveiam de Inast terra, in epicopatu sancti Petri fundata et capellas, septem que sunt appendices ejusdem ecclesiae. Et terra que Inast est vocata cum novem vicariis conjungitur : Wipperia vicaria, Prisperiaca vicaria, Brucca vicaria, Quarantova vicaria, Conblizaïca vicaria, Wer vicaria, Pluilan vicaria, Beingloen vicaria, Winona vicaría...

  • 28 M. Planiol n’a pas de mal à identifier Guipry, Pipriac, Bruc, Carentoir, Comblessac, Guer, Plélan, (...)

21Il offre donc la terre d’Anast qui correspond à une plou dotée d’une ecclesia à laquelle sept chapelles sont subordonnées, sans que l’on puisse y voir une organisation très hiérarchisée : cette abondance tient sans doute en partie à la multiplication inorganisée de petits sanctuaires qui peuvent correspondre à une nécessité de la desserte de fidèles mais aussi à des ermitages ou simples oratoires. Cette plou, comme il en va régulièrement en Bretagne, s’étend sur un large territoire borné apparemment par neuf vicariae, le mot semble ici désigner les « paroisses » environnantes que l’on peut identifier avec les communes actuelles28. On pourrait donc penser à un système d’organisation spatiale déjà très évolué.

  • 29 Sur les ploues, voir P.-R. Giot, Ph. Guigon, B. Merdrignac, Les premiers Bretons d’Armorique, Renn (...)

22La terre est jouxtée par ces vicariae sans que l’on puisse envisager vraiment une délimitation à caractère linéaire. La donation à une abbaye explique peut-être en partie que le texte s’appuie exclusivement sur les lieux de culte mais il se peut fort bien que déjà ceux-ci aient acquis une importance et une influence qui font d’eux des centres de référence dans la perception et l’organisation de l’espace. Dans ce texte, tout part des églises et chapelles, sans aucune précision topographique ou autre. Rien ne dit pourtant qu’elles maîtrisent un territoire propre bien précis, il s’agit ici de dire leur influence et donc sans doute de désigner les populations qui en dépendent. Les ploues, comme les autres paroisses du haut Moyen Âge, se présentent d’abord comme des communautés, le territoire, présent bien évidemment, ne prime pas pour autant dans leur définition et leur identité29.

  • 30 Alain III (1008-1040) ; Gahard, dép. Ille-et-Vilaine, cant. Saint-Aubin-d’Aubigné.

23Un autre texte de haute Bretagne, à peine plus tardif, reprend le même principe en nous éclairant sans doute mieux. Au début du xie siècle, vers 1015-1019, le comte de Rennes et duc de Bretagne, Alain III, autorise le don du monastère de Saint-Exupère de Gahard, ruiné par les guerres normandes, à l’abbaye tourangelle de Marmoutier30 :

[...] ego Alanus divina ordinante misericordia comes et dux Britannorum una cum fratre Heudone et matre mea Hadvisa notum fieri volumus cunctis fielibus sanctae Dei ecclesiae urtiusque ordinis maximeque fidelibus et proceribus nostris quoniam deprecatus est nos quidam fidelis noster nomine Guiddenoch [...] ut monasterium quodam situm in pago Redonense, quod vacant sanctum Exuperium jam olim a Normannis destructum sancto Martino Majoris Monasterii concederemus [...].

24Le monastère se trouve alors aux mains d’un vassal qui a toute autorité seigneuriale sur lui et le tient quasiment en alleu. Cela nous vaut une énumération appuyée des droits seigneuriaux dérivés du ban lui-même cité :

Quod monasterium de antecessoribus nostris ita honorabiliter in beneficium tenere visus est ut nec comes nec ullus ex vicariis ejusdem regionis nec aliqua persona praeter ipsum habere visa sit ullam dominationem in hominibus ipsíus parrochiae distriqendis, nec annonaticum, nec frinscingaticum, nec fumaticum, nec vaccaticum, nec ullam redhibitionem, nec vel ipsum banum.

  • 31 Le texte a été édité à plusieurs reprises ; la meilleure version est dans H. Guillotel, Les actes (...)

25Une véritable immunité se trouve définie, mais si le mot paroisse figure bien, les droits cités n’ont rien de religieux : droits sur l’élevage et justice constituent l’essentiel. Cependant l’opération se révèle complexe et les ambitions développées. Les moines pourront offrir des terres à défricher aux paroissiens, en clair, les villani sont des parrochiani, villageois et paroissiens d’une refondation dans ce territoire pionnier de la lisière de la forêt de Rennes. La charte se termine enfin et logiquement par une délimitation de la terre donnée31 :

[...] Terminatur autem idem locus terra sancti Albini, terra sancti Germani Veteris Vici et sancti Martini de Ecclesia vici qui Macerias dícitur cum vía publica [...].

26Le domaine attribué au monastère restauré coïncide avec une opération de peuplement et le développement d’une parrochia qui fait l’objet d’une délimitation qui pourrait paraître précise si elle ne se situait pas dans un espace encore très forestier. La phrase cite les églises limitrophes, existant alors, sans reprendre d’ailleurs le terme de paroisse, en faisant un circuit qui court dans le sens des aiguilles d’une montre du sud-ouest vers le nord et l’est. Une ancienne voie romaine complète le parcours au sud-est. Globalement, nous sommes dans la même situation que pour Anast, c’est l’influence, le pouvoir d’attraction des églises voisines qui bornent l’influence de Gahard, sans que l’on puisse parler de délimitation précise de l’espace, on est plus dans le concept de mouvance que dans celui de limite linéaire, même dans le cas de la voie qui demeure sans doute un repère commode. En revanche, c’est le lieu de culte, son prestige, sa puissance d’attraction qui définissent le territoire.

  • 32 D. Méhu, « Locus, transitus, peregrinatio. Remarques sur la spatialité des rapports sociaux dans l (...)
  • 33 Sur la primauté de la paroisse, voir D. Pichot, Le village éclaté..., op. cit., chap. 3.

27Ces quelques actes ne plaident pas pour une indifférence à l’espace mais en manifestent une appréhension complexe, il n’est guère homogène et se définit d’abord par des lieux ou même un parcours mais aussi nettement en fonction de l’utilité, de l’usage ou de l’intérêt que cet espace présente pour le locuteur32. Cependant, ces textes de délimitation tournent tous autour de la paroisse naissante, mettant ainsi en évidence l’importance sinon la primauté de cette circonscription qui tend à devenir le fondement de l’organisation du territoire33.

Vers un territoire villageois

28La paroisse devient primordiale dans la définition des cellules sociales et, en organisant son propre territoire, elle se trouve contrainte de le définir de plus en plus précisément, ses limites se fixent avec une rigueur plus grande en intégrant des espaces multiples qui régissent la vie des gens, l’espace religieux n’est que l’un de ceux-là, mais le principal.

Vers des limites linéaires ?

  • 34 Livré-sur-Changeon, dép. Ille-et-Vilaine, cant. Liffré.
  • 35 A. de La Borderie, « Recueil d’actes inédits des ducs et princes de Bretagne, xie, xiie, xiiie siè (...)

29D’autres actes, pour certains contemporains ou presque des précédents, procèdent différemment et le dossier le plus intéressant à cet égard est offert par le prieuré de Livré-sur-Changeon, fondé par le comte et duc Alain III, en faveur de l’abbaye Saint-Florent de Saumur. La fondation, par le même auteur que pour Gahard, se produit à peu près au même moment et à faible distance, dans le même type de contexte spatial, la lisière de la forêt de Rennes34. Vers 1013-1022, Alain et son frère Eudes confirment le don de l’église de Livré fait par leur prédécesseur Geoffroy Ier dans les dernières années du xe siècle et accordent une large immunité à Saint-Florent dans des termes encore profondément carolingiens35.

  • 36 Ibid., no 11, et H. Guillotel, Les actes inédits, op. cit., no 62. On retrouve le souvenir des deu (...)

30Quelques années plus tard, vers 1055-1066, le fils d’Alain, Conan II, se voit sollicité par l’abbé Sigon : un prieuré a pris naissance et il devient nécessaire de confirmer et surtout de préciser la donation en en définissant les termini, afin d’éviter les calumpniae. Le duc fait alors établir une description de ces limites qui est censée reprendre celle qu’aurait faite Geoffroy lors du don initial, preuve que cette opération devenait une nécessité36 :

Ergo Livriacus dicitur ipsa elemosyna quae sic divisa est comitis Gauzfridi jussu : ab ecclesia usque ad terram que nuncupatur Vendeliscum, sicut Veouris currit usque ad torrentem Birzillae, atque de torrente ad publicam uiam Redonensem uti dirigitur ad Rachatam per quercum Pediculosum quercumque Forcatum [...].

  • 37 AD Ille-et-Vilaine, 1F 516.

31Un tel texte paraît au premier abord satisfaire les exigences modernes. Il manifeste un effort de précision : une rivière et un ruisseau offrent une limite naturelle facilement repérable et l’on constate qu’aujourd’hui la Veuvre et le petit ruisseau de Berzille bornent la commune de Livré. Pour le reste, les choses demeurent dans une certaine imprécision. Vers l’est, la vicaria du Vendelais, connue par ailleurs et à laquelle appartient la paroisse voisine de Mécé, ne possède sans doute pas une délimitation de caractère strictement linéaire ; au nord, si l’on voit bien ce qu’est la voie de Rennes à Fougères, sans doute un vieil itinéraire, on la rejoint par une ligne simplement marquée par des repères, deux chênes remarquables. Enfin, il faut noter que le point de départ de cet itinéraire d’est en ouest part de l’église, située au cœur du territoire : ce que nous prenons pour un espace délimité est bien plutôt vu comme un parcours, il s’agit d’établir un partage du pouvoir plus que de décrire un espace- mais encore une fois, tout part de l’église, dont la confirmation du pape Urbain III en 1186 souligne l’antiqua dignitas37.

  • 38 A. de La Borderie, « Recueil d’actes inédits », op. cit., no 23 ; H. Guillotel, Les actes inédits, (...)

32En 1089, le duc Alain Fergent doit répondre à une plainte soulevée par les anciens du village38 et il donne :

[...] quamdam partem sylvaticae terrae adhaerentem Livriacensi parrochiae [...] Protenditur autem praedicta pars ab aiia Ingelsendis usque ad Burgundinariam per crucem Triscandi.

  • 39 Dom H. Morice, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, (...)

33Le processus descriptif est identique mais visiblement nous n’avons pas là un circuit complet. Les anciens ont demandé que soit rattachée à la donation, et donc au village, la part de la foresta que le duc avait sans doute volontairement omis de donner. Nous sommes dans la vaste forêt comtale de Rennes et le prince tenait à conserver ses droits de chasse ; la concession se fait quand même mais moyennant un versement de 10 livres. L’affaire n’en reste pas là. En 1136, face aux vexations continuelles des forestiers, le duc Conan III accroît la donation et en précise les contours39 :

Ipsis siquidem monachis concessi totum boscum et saltus qui cinguntur terminis, hinc rivo Berzille, illinc Fonte Cooperto, inde quadrigaria Fontis Trabium atque aïa Mucie quae cadit in liminium et protenditur ad oriente usque Rocham Bermuni et Burqundríam. Términos autem istos, jussu meo, perambulaverunt Willelemus dapifer meus Redonnesis et quidam alii barones mei.

  • 40 Saint-Aubin est une création ducale : A. Chédeville, « La “guerre des bourgs”. Concurrence châtela (...)

34Il s’agit comme la fois précédente de terres incultes mais de grand intérêt pour la communauté villageoise, et la délimitation fait bien l’objet d’un véritable parcours effectif par les autorités compétentes. Malheureusement, nous ne pouvons retrouver une bonne part des lieux cités : la recherche sur les cartes anciennes ou plus récentes ne permet pas, en particulier, d’identifier les références des derniers textes. De plus, le territoire de Livré a été considérablement modifié au nord par la création en 1223 de Saint-Aubin du Cormier par Pierre Mauclerc, qui l’amputa de territoires soumis à la juridiction de son église sans qu’à ce moment une quelconque description soit établie par écrit40.

  • 41 AD Maine-et-loire, H 3713 (Livre blanc de Saint-Florent), fol. 68. Il est significatif que, dans l (...)

35Nous avons bien ici un exceptionnel souci de délimitation mais plutôt d’un domaine ou plutôt d’une juridiction, même si par la même occasion se trouve définie une véritable paroisse. Dès le début du xie siècle, l’évêque Gautier a donné à l’abbé tous ses droits sur l’église Sainte-Marie, ce qui implique l’existence de pouvoirs paroissiaux41. C’est donc le duc qui semble à l’origine du territoire paroissial en concédant une part de son domaine en partie prélevée sur sa foresta, l’église ancienne pouvant être au cœur d’un domaine. Cependant, les choses sont plus compliquées car les différentes confirmations et corrections montrent l’intervention active des villageois relayés par les moines. Ils font intégrer dans le territoire rattaché à l’église bois et saltus, c’est-à-dire leurs terrains de parcours essentiels à la vie quotidienne. L’église et donc la paroisse semblent définir prioritairement le territoire mais les facteurs de définition ne sont pas exclusivement religieux, bien loin de là. La paroisse participe profondément ici à l’identité de la communauté villageoise, mais la précision des limites n’intervient qu’en raison des droits à fixer.

  • 42 É. Zadora-Rio, « L’église et le regroupement de l’habitat en Anjou aux xie et xiie siècles », dans(...)
  • 43 Texte publié par É. Laurain, « Questions fabriciennes », Bulletin de la Commission historique et a (...)

36Le fait se vérifie lors de la fondation de la paroisse de La Roë. En 1098, l’évêque d’Angers vient consacrer le premier autel de l’abbaye de La Roë alors en cours d’élaboration sous la direction de Robert d’Arbrissel. Il procède en même temps à la bénédiction du cimetière, acte de naissance d’une nouvelle paroisse suivant une pratique familière à l’Anjou du xiie siècle42. Une notice du cartulaire retrace avec beaucoup de vie la cérémonie. Quand le prélat s’enquiert de la réalité de la nouvelle paroisse, c’est en termes de paroissiens et non d’espace qu’il pose sa question43 :

Utrum essent aliqui habitantes circa nos in foresta qui possent libere esse parrochiani hujus cimiterium quod benedicere volebat.

37Si le seigneur Renaud le Bourguignon répond en termes de limites territoriales, il met quand même en avant les habitants :

Designavit nobis parrochiam quotquot erant inhabitantes vel inhabitaturi erant il tota illa foresta que continetur infra callem qui dicitur Groletum et aquam de Usura nuncupatur.

  • 44 J.-C. Meuret, Peuplement, pouvoir et paysage sur la marche Anjou-Bretagne (des origines au Moyen  (...)

38Comme le fait remarquer Élisabeth Zadora-Rio, les paroissiens priment sur le territoire mais les limites proposées et qui ont sans doute fait l’objet de négociations ne sont pas sans intérêt. On peut reporter sur la carte le ruisseau et le chemin, comme l’a fait Jean-Claude Meuret44. Ils forment encore aujourd’hui les limites de la commune mais cela ne concerne que la moitié orientale de la paroisse, il n’est rien dit de la moitié occidentale. Nous nous retrouvons donc dans un processus connu : dans ce territoire pionnier en plein défrichement, il existe des paroisses à l’est et il y a donc besoin de délimiter, mais ce n’est pas le cas à l’ouest.

Un espace complexe et encore peu homogène

  • 45 D. Pichot, Le village éclaté..., op. cit., p. 181-182.

39Ces quelques textes traduisent une nette progression dans la fixation des limites et donc d’un territoire. Cependant, les plus précis le sont sous la pression de nécessités particulières, ils expriment sans doute la forme la plus achevée, à ce moment, d’un processus en cours mais qui ordinairement ne laisse aucune trace écrite. La seule exception en ce domaine, et pour longtemps, demeure le tracé linéaire partiel destiné à résoudre un conflit bien circonscrit. Une certaine ignorance des limites territoriales transparaît d’ailleurs à maintes occasions. Le cas de Saint-Berthevin-la-Tannière, dans le Maine, en offre un bel exemple mais un peu particulier. Vers 1128, Guillaume de Gorron, seigneur de Saint-Berthevin, érige un château neuf à l’extrémité nord-ouest de la paroisse et y fonde un bourg aux confins de trois paroisses. Dans les deux autres, Montaudin et Saint-Mars-la-Futaie, mais à proximité, apparaissent quelque temps plus tard deux bourgs : Bourg-Philippe et Bourg-Tourné, qui semblent esquisser une sorte de conglomérat totalement indifférent aux limites paroissiales et communales actuelles. Sans doute se situait-il alors dans une zone de confins dont les appartenances n’étaient pas complètement fixées. L’échec de l’entreprise n’est-il le fruit que du manque d’efficacité ? La tentative de créer une nouvelle paroisse assez évidente intervient sans doute un peu tard alors que l’organisation paroissiale est alors assez avancée45.

  • 46 Id., « Les espaces collectifs et leurs usages dans l’Ouest de la France (xve-xiiie siècles) », dans(...)
  • 47 Les enclaves nombreuses constituent un phénomène distinct des tournes et n’ont guère été étudiées  (...)

40Cette façon de faire ne doit pas étonner outre mesure quand on considère que l’espace paroissial, pour important qu’il soit, ne figure pas comme la seule référence. Celui des villageois demeure profondément divers et le même personnage ou la même maison s’implique dans un certain nombre de réalités qui ne se recoupent pas totalement et contribuent à miner l’homogénéité du territoire qui se dessine. La vie agricole, le travail ne s’y inscrivent qu’incomplètement. L’exemple des communs demeure sans doute le plus simple à appréhender. Des landes, des terrains de parcours s’étendent sur les marges mal définies des paroisses, contribuant à développer des zones de confins indécises – mais ces communs peuvent tout aussi bien s’étendre loin du clocher, et l’exemple des landes des Bercons vient rappeler fortement que l’espace du paysan est profondément pluriel. Ces vastes landes s’étendent sur cinq paroisses du Haut-Maine et accueillent les usagers de très nombreuses paroisses des alentours46. À l’inverse, l’espace villageois se troue de nombreuses enclaves, traces d’influences et de pouvoirs anciens qui subsisteront souvent jusqu’à la Révolution47.

  • 48 É. Zadora-Rio (dir.), Des paroisses de Touraine..., op. cit., p. 117.
  • 49 Ibid., p. 111.

41Malgré tout, les textes que nous avons pu étudier se rejoignent sur un point essentiel. L’espace villageois se construit essentiellement autour de l’église et du cimetière, et la paroisse se place au cœur de cette élaboration. Des limites multiples freinent ou contredisent ce processus et le territoire demeure souvent en gestation. Cependant, l’église et son cimetière englobent petit à petit toutes les catégories d’espaces et deviennent bien le centre de référence d’une cospatialité48. Les textes montrent bien ce que décrit É. Zadora-Rio49 :

La formation des territoires paroissiaux résulte d’une logique d’extension radiale du pôle ecclésial. Les limites territoriales sont définies progressivement, à la fois par les pratiques sociales et culturelles des populations locales et par la rencontre ou le conflit avec d’autres pôles en expansion.

  • 50 D. Pichot, Le village éclaté..., op. cit., p. 237.

42Dès la seconde moitié du xie siècle, après 1080, les actes situent une terre in parrochia, l’espace de référence, signe indubitable de cette hégémonie même si ce territoire demeure en partie à définir50.

43Le petit dossier de textes révélant des limites paroissiales entre le xie et le xiiie siècle met en lumière l’absence de vraie délimitation jusqu’à une époque avancée. La paroisse s’inscrit bien dans un espace par la force des choses mais elle demeure avant tout une communauté d’hommes, ce que ne contredisent pas ces actes élaborés en vertu d’exigences bien précises. Ils mettent en lumière en même temps un rapport particulier à l’espace et le rôle majeur joué par le centre religieux.

44En effet, chaque délimitation évoquée met l’église au centre du parcours décrit, même si les droits évoqués et les problèmes en suspens se situent fort loin de la sphère religieuse. On peut bien sûr invoquer la non-distinction des catégories du profane et du sacré, mais la question va plus loin. C’est bien l’église qui organise l’espace paroissial, certes, mais celui-ci devient largement l’espace de la communauté villageoise. Ce n’est cependant que peu à peu qu’il gagne en précision, en homogénéité, devient un territoire, toutes choses qui ne seront accomplies qu’au terme d’un processus pluriséculaire.

Notes

1 R. Fossier, Enfance de l’Europe, xe- xiie siècles. Aspects économiques et sociaux, Paris, PUF, 1982,1.1, p. 191-192.

2 Le fait est particulièrement analysé dans J. Morsel, « Construire l’espace sans la notion d’espace. Le cas du Salzforst (Franconie) au xive siècle », dans Construction de l’espace au Moyen Âge : pratiques et représentations, SHMESP (dir.), Paris, Publications de la Sorbonne, 2007, p. 295-316.

3 Sur ce point, voir l’étude de S. Leturcq, « Espace du village, terrouers des hameaux. Théories et pratiques spatiales d’une communauté paysanne en Beauce orléanaise aux xive et xve siècle », dans Construction de l’espace..., op. cit., p. 229-241.

4 Beaucoup de choses ont été publiées ces dernières années mais on retiendra ici plus particulièrement les publications les plus utiles à ces quelques réflexions : Les Territoires du médiéviste, B. Cúrsente, M. Mousnier (dir.), Rennes, PUR, 2005 ; La Paroisse, D. Iogna-Prat, É. Zadora-Rio (dir.), Saint-Denis, PUV (Médiévales, 49), 2005 : le numéro entier propose une vision nouvelle du découpage et de l’organisation du territoire paroissial mais nous nous attacherons surtout à l’article d’É. Zadora-Rio, « Territoires paroissiaux et construction de l’espace vernaculaire », ibid., p. 105-120 ; S. Leturcq, Un village, la terre et ses hommes (Toury en Beauce, xiie- xviie siècle), Paris, CTHS, 2007 ; Des paroisses de Touraine aux communes d’Indre-et-Loire, la formation des territoires, É. Zadora-Rio (dir.), Tours, FERACF (Revue archéologique du Centre de la France, supplément 34), 2008.

5 D. Pichot, Le village éclaté. Habitat et société dans les campagnes de l’Ouest au Moyen Âge, Rennes, PUR, 2002.

6 B. Cursente, M. Mousnier (dir.), Les territoires..., op. cit., p. 105-268 (deuxième partie : « Le territoire décrit : lexicographie du territoire ») : le nombre de pages mobilisé dit assez l’importance du problème ; à titre d’exemple, on se référera à la contribution d’A. Catafau, « Le vocabulaire du territoire dans les comtés catalans nord-pyrénéens (ixe-xiie siècles), ibid., p. 129-149.

7 Pour une étude des confronts dans l’Ouest : D. Pichot, Le Bas-Maine du xe au xiiie siècle : étude d’une société, Laval, Société d’archéologie et d’histoire de la Mayenne, 1995, p. 112-114.

8 Abbaye fondée au début du xiie siècle par l’ermite Vital aux limites méridionales de la Normandie, tout près de la ville bretonne de Fougères.

9 J. Van Moolenbroek, « Vital l’ermite, prédicateur itinérant, fondateur de l’abbaye normande de Savigny », La Revue de l’Avranchin et du pays de Granville, 68 (1991), acte 12. Les actes 15 et 24 offrent le même type de description.

10 M. Lauwers, Naissance du cimetière. Lieux sacres et terre des morts dans l’Occident médiéval, Paris, Aubier, 2005 ; D. Iogna-Prat, É. Zadora-Rjo (dir.), La paroisse..., op. cit.

11 É. Zadora-Rjo (dir.), Des paroisses de Touraine..., op. cit., 2e partie.

12 Vautorte, dép. Mayenne, cant. Ernée, alors dans le diocèse du Mans. D. Pichot, « Défrichement et mise en valeur dans la forêt de Mayenne, xe-xiiie siècle », La Mayenne, archéologie, histoire, 3 (1981), p. 255-269 ; A. Angot, Dictionnaire historique, topographique et biographique de la Mayenne, Mayenne, 1900-1909, t. 3, s.v. « Vautorte ».

13 Ce facteur de l’éloignement, classique, est bien mis en valeur dans É. Zadora-Rjo (dir.), Des paroisses de Touraine..., op. cit., 2e partie, chap. 2.

14 J.-M. Bienvenu, « Un défrichement angevin au temps de la réforme grégorienne, la coseigneurie de Belle-Noue », Annali d’historia economica et sociale, 8 (1967), p. 75-90.

15 Placuit utisque mea benignitas, processimus itaque ad contemplandos términos forestae in qua situm est cymiterium Fristilliaci novum, quibus diligenter inquisitis, juravit quídam Gualterius agnomento Dolabra, ita se habere terminos foreste, sicut ipse cum multis aliis presignavit : M. Chauvin, Ch. Reydellet, « L’abbaye de Saint-Melaine à Pacé et aux bords de la Seiche en 1138 », dans Mondes de l’Ouest et villes du monde, regards sur les sociétés médiévales, Mélanges en l’honneur d’André Chédeville, C. Laurent, B. Merdrignac, D. Pichot (dir.), Rennes, PUR, 1998, p. 149-154.

16 Ercé-près-Liffré, dép. Ille-et-Vilaine, cant. Liffré.

17 AD Maine-et-Loire, H 3713 (Livre blanc de Saint-Florent), fol. 04r-v, transcription établie par J. Beaumon, Monachisme et féodalité. Implantation et rôle des prieurés de Saint-Florent de Saumur dans le diocèse de Rennes et la seigneurie de Dol-Combourg ( xie- xiiie siècle), Rennes II, ms. mémoire de maîtrise, 2001, p. 181.

18 Cette analyse rejoint complètement celle d’É. Zadora-Rio (dir.), Des paroisses de Touraine..., op. cit., qui s’appuie, p. 117, sur J. Lévy, art. « Confins », dans Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, J. Lévy, M. Lussault (dir.), 2e éd. Paris, Belin, 2003, p. 197-198.

19 Le fait a été souvent noté : D. Pichot, Le village éclaté, op. cit., p. 208 ;M. Brand’Honneur, « La motte et le clocher : l’affrontement des symboles ? », Cahiers de civilisation médiévale, 43 (2000), p. 3-31.

20 Bonchamp et Entrammes, dép. Mayenne, cant. Laval. [...] Parrochialia hominum et terrarum que continetur intra Brolium et Viam Tritam, que dicitur Via Penuriae, usque ad aquam de Iona, omnia inquam parrochialia de quibus erat controversia, ad ecclesiam de Intramis debent pertinere [...], Cartularium monasterii Beatae Mariae caritatis Andegavensis, P. Marchegay (éd.), Archives d’Anjou. Recueil de documents et mémoires inédits sur cette province, t. 3, Angers, 1854, no 409.

21 Javron, dép. Mayenne, cant. Couptrain. A. Angot, Dictionnaire..., op. cit., s.v. « Javron ».

22 Texte publié par le père Poussier et D. Pichot, repris et commenté par A. Renoux, « Au sources du pouvoir châtelain de Geoffroi, seigneur de Mayenne, le plus fort homme du Maine (c. 1040-1098) », dans Les pouvoirs locaux dans la France du Centre et de l’Ouest ( vxiiie- xiiie siècles), D. Barthélemy, O. Bruand (dir.), Rennes, PUR, 2004, p. 86-89.

23 Il est bien évident que l’on ne sait pas vraiment la situation religieuse et paroissiale dans les environs. La commune actuelle a regroupé récemment celle des Chapelles qui était apparue sans doute vers la fin du Moyen Âge.

24 D. Pichot, « Le prélèvement seigneurial dans l’Ouest de la France, xie-xiiie siècle », dans Pour une anthropologie du prélèvement seigneurial dans les campagnes médiévales ( xie- xve siècles). Réalités et représentations paysannes, M. Bourin, P. Martinez Sopena (dir.), Paris, Publications de la Sorbonne, 2004, p. 613-614.

25 Javron, ancien vicus, accueillit l’ermite Constantien au vie siècle, ce dernier y fonda un monastère. Le vicus, centre de condita, vit s’édifier trois lieux de culte proches, souvenir du monastère ou simple centre religieux à oratoires multiples ; pour la traduction du mot villa, voir D. Pichot, Le village éclaté..., op. cit., p. 47 et 163.

26 Le « circuit » nous paraît préfigurer les futures limites paroissiales plutôt que les limites de la vicaria carolingienne de Javron, car cela paraît bien faible pour une circonscription vraisemblablement plus étendue et qui, comme le démontre É. Zadora-Rio, n’avait sans doute pas un territoire homogène : A. Renoux, « Aux sources », op. cit., p. 76 ; É. Zadora-Rio, « Territoires paroissiaux », op. cit., p. 115-118.

27 M. Planiol, « La donation d’Anouuareth », Annales de Bretagne, 9 (1893-1894), p. 216-237. La notice est publiée en pièce justificative no 2. Anast est devenu Maure-de-Bretagne, dép. Ille-et-Vilaine, cant. Maure ; Saint-Maur-de-Glanfeuil est une abbaye bénédictine au diocèse d’Angers.

28 M. Planiol n’a pas de mal à identifier Guipry, Pipriac, Bruc, Carentoir, Comblessac, Guer, Plélan, Beignon et Guignen. Le démembrement d’Anast telle qu’elle est définie ici a donné naissance à des paroisses puis communes qui ont pu s’appuyer sur les chapelles citées. Sont nées sur ce territoire les paroisses de Mernel et Saint-Séglin sans doute dès le xie, Campel et Loutéhel au xiiie, sans parler de Bovel, érigée en commune au xixe siècle ; carte et commentaire dans : A. Chédeville, N.-Y. Tonnerre, La Bretagne féodale, xie- xiiisiècle, Rennes, PUR, 1987, p. 290-291.

29 Sur les ploues, voir P.-R. Giot, Ph. Guigon, B. Merdrignac, Les premiers Bretons d’Armorique, Rennes, PUR, 2003, p. 88 ; l’historiographie bretonne considère souvent que le territoire de ces ploues est assez bien défini, sinon délimité.

30 Alain III (1008-1040) ; Gahard, dép. Ille-et-Vilaine, cant. Saint-Aubin-d’Aubigné.

31 Le texte a été édité à plusieurs reprises ; la meilleure version est dans H. Guillotel, Les actes inédits des ducs de Bretagne (944-1148), Paris II, ms. thèse, 1973, acte no 19. Pour l’étude et la datation, voir A. Hénot, Les moines, le châtelain et les hommes. Le rôle politique et social des prieurés de Marmoutier près de Gahard et dans les seigneuries banales de Fougères et de Vitré ( xie- xiiie siècles), Rennes 2, ms. mémoire de maîtrise, 1998.

32 D. Méhu, « Locus, transitus, peregrinatio. Remarques sur la spatialité des rapports sociaux dans l’Occident médiéval », dans Construction de l’espace..., op. cit., p. 275-293.

33 Sur la primauté de la paroisse, voir D. Pichot, Le village éclaté..., op. cit., chap. 3.

34 Livré-sur-Changeon, dép. Ille-et-Vilaine, cant. Liffré.

35 A. de La Borderie, « Recueil d’actes inédits des ducs et princes de Bretagne, xie, xiie, xiiie siècles », Bulletin et mémoires de la Société'archéologique du département d’Ille-et-Vilaine, 17 (1987), no 2.

36 Ibid., no 11, et H. Guillotel, Les actes inédits, op. cit., no 62. On retrouve le souvenir des deux chênes dans un aveu du xviiie siècle mais il n’est pas possible de situer aujourd’hui ces repères : M.-D. Baudy-Bouvet et alii, Livré-sur-Changeon, Une communauté rurale dans l’histoire, Livré-sur-Changeon, Commission Histoire, 1992.

37 AD Ille-et-Vilaine, 1F 516.

38 A. de La Borderie, « Recueil d’actes inédits », op. cit., no 23 ; H. Guillotel, Les actes inédits, op. cit., no 96.

39 Dom H. Morice, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, t. 1, Paris, 1742, p. 574.

40 Saint-Aubin est une création ducale : A. Chédeville, « La “guerre des bourgs”. Concurrence châtelaine et patrimoine monastique dans l’Ouest de la France (xie-xiie siècles) », dans Cam pagnes médiévales, l’homme et son espace. Études offertes à Robert Fossier, É. Mornet (dir.), Paris, Publications de la Sorbonne, 1995, p. 511.

41 AD Maine-et-loire, H 3713 (Livre blanc de Saint-Florent), fol. 68. Il est significatif que, dans l’acte, parrochia désigne encore le diocèse.

42 É. Zadora-Rio, « L’église et le regroupement de l’habitat en Anjou aux xie et xiie siècles », dans L'environnement des églises et la topographie religieuse dans les campagnes médiévales, M. Fixot, É. Zadora-Rio (dir.), Paris, Éditions de la MSH, 1994, p. 139-148.

43 Texte publié par É. Laurain, « Questions fabriciennes », Bulletin de la Commission historique et archéologique de la Mayenne, 24 (1908), p. 348-349. Le texte est cité par M. Lauwers, Naissance du cimetière..., op. cit., p. 153, et É. Zadora-Rio, « Territoires paroissiaux », op. cit., p. 111.

44 J.-C. Meuret, Peuplement, pouvoir et paysage sur la marche Anjou-Bretagne (des origines au Moyen Âge), Laval, Société d’archéologie et d’histoire de la Mayenne, 1995, p. 558.

45 D. Pichot, Le village éclaté..., op. cit., p. 181-182.

46 Id., « Les espaces collectifs et leurs usages dans l’Ouest de la France (xve-xiiie siècles) », dans Les espaces collectifs dans les campagnes ( xie- xxie siècle), P. Charbonnier et alii (dir.), Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise-Pascal, 2007, p. 106.

47 Les enclaves nombreuses constituent un phénomène distinct des tournes et n’ont guère été étudiées : D. Pichot, Le village éclaté..., op. cit., p. 235.

48 É. Zadora-Rio (dir.), Des paroisses de Touraine..., op. cit., p. 117.

49 Ibid., p. 111.

50 D. Pichot, Le village éclaté..., op. cit., p. 237.

© Éditions de la Sorbonne, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540