Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écritures de l’espace social

 | 
Didier Boisseuil
, 
Pierre Chastang
, 
Laurent Feller
, 
et al.

Première partie. Construire l’espace

Changer de paroisse tous les ans...

Les tournants et virants de Touraine d’après le pouillé de 1290

Samuel Leturcq

Texte intégral

  • 1 La paroisse. Genèse d’une forme territoriale, D. Iognat-Prat, É. Zadora-Rio (dir.), Medievales, 49 (...)
  • 2 Des paroisses de Touraine aux communes d’Indre-et-Loire. La formation des territoires, É. Zadora-Ri (...)
  • 3 É. Zadora-Rio, « Territoires paroissiaux et construction de l’espace vernaculaire », Médiévales, 4g (...)

1De très récents travaux éclaircissent les conditions qui ont vu la lente élaboration des territoires paroissiaux dans l’Occident médiéval1. La genèse de ces territoires relève d’un processus long et complexe qui s’inscrit dans la fenêtre chronologique des ixe-xiie siècles. Cette territorialisation progressive de l’entité paroissiale passe par la fixation de limites bien définies, démarche qui n’a rien d’évident, et dont les ressorts multiples sont difficiles à isoler. Aussi conserve-t-on, pour la période médiévale, une multitude d’actes tendant à préciser clairement le tracé des limites paroissiales. Pendant longtemps, on a considéré que ces délimitations médiévales correspondaient à l’ultime phase de la territorialisation de la paroisse qui n’aurait plus dès lors connu aucune évolution jusqu’à ce que la Révolution française vienne laïciser ces circonscriptions religieuses sans en faire évoluer radicalement l’enveloppe ; le territoire paroissial n’aurait plus d’histoire dès lors qu’il aurait été créé. Pourtant, si, considérées à l’échelle du département ou du diocèse, les limites paroissiales paraissent immuables une fois qu’elles ont été tracées, on perçoit une réalité radicalement autre lorsque l’on prend la peine de vérifier la prétendue fixité de ces limites à l’échelle de la paroisse. Cette enquête minutieuse, réalisée par Jean-Michel Gorry sur l’ensemble des paroisses tourangelles de la période moderne, montre à quel point les limites paroissiales et communales ont connu dans le détail d’innombrables et perpétuelles modifications totalement invisibles à l’échelle départementale ; la finesse de ces observations relègue au placard des idées reçues la notion de permanence des limites paroissiales et communales sur la longue durée2. Les délimitations évoluent discrètement, les limites bougent un petit peu, l’enveloppe est molle, et le territoire paroissial retrouve de ce fait une dimension historique. Élisabeth Zadora-Rio évoque des « espaces en négociation permanente, constamment redéfinis par les usages3 ».

  • 4 J.-M. Gorry, Dictionnaire des paroisses et communes de France : l’Indre-et-Loire, Paris, CNRS, 1995(...)
  • 5 G. Lebras, L’église et le village, Paris, 1976, p. 98-99. Cité par C. Poitou, dans Paroisses et com (...)
  • 6 Traite du gouvernement spirituel et temporel des paroisses... par Daniel Jousse... Paris, Debure pè (...)
  • 7 C. Poitou, op. cit., p. 11-12. Christian Poitou mentionne le cas de Nouan-le-Fuzelier en Sologne or (...)
  • 8 A. Bouton, Le Maine. Histoire économique et sociale des origines au xive siècle, Le Mans, 1962, p.3 (...)
  • 9 AD Lozère. EDT 001 CC1, EDT 007 CC1, 2 et 3 (1690-1753). Je remercie Bruno Jaudon d’avoir attiré mo (...)

2Les « tournants et virants » de Touraine illustrent à merveille ce phénomène de territoires aux frontières mouvantes, objets d’une négociation permanente et régulière de l’espace, sans que pour autant la dimension strictement territoriale de la paroisse soit diminuée. L’expression « tournant et virant », typiquement tourangelle, désigne les habitants de territoires dont l’appartenance paroissiale « tourne et vire », à l’image de la roue du moulin, c’est-à-dire qu’ils dépendent alternativement d’une paroisse ou d’une autre, d’une collecte fiscale ou d’une autre, changeant de communauté à la fois au spirituel et au temporel, selon un calendrier et des modalités définis par la coutume4. La négociation à l’origine de cette alternance porte sur le partage de droits divers (dîmes, droits synodaux...) versés annuellement par des individus résidant dans des zones marginales, dont le rattachement paroissial est sans doute tiraillé entre plusieurs pôles. Ce phénomène de territoires alternatifs pourrait être considéré comme une particularité, un épiphénomène curieux et exotique de la Touraine d’Ancien Régime. Il convient toutefois de souligner qu’une recherche rapide dans la collection des « Dictionnaires des paroisses et communes de France » publiés par le CNRS montre que cette anomalie n’est pas spécifique à la Touraine, dans la mesure où on la retrouve dans d’autres régions de France. Ainsi, dans le diocèse d’Autun, Gabriel Lebras mentionne des « hameaux alternatifs », où certaines habitations appartenaient pour une année à trois paroisses successives5. C’est le cas, dans le Nivernais, de certains hameaux de la paroisse de Saint-Martin-de-la-Mer qui passaient à la Chandeleur à l’une des paroisses voisines, comme le hameau d’Island, alternatif avec la paroisse de Saint-Léger-de-Fourches, ou encore celui de Lavault, alternatif avec la paroisse de Saint-Saturnin-de-Saulieu. De même, en Beauce et en Sologne, d’après un traité de 1759 : « [On y] trouve des fermes, terres ou métairies qui sont alternativement et pendant une année d’une paroisse, et dans l’année suivante d’une autre paroisse : plusieurs terres et fermes de la Beauce et de la Sologne sont dans ce cas6. » En Sologne, où une telle situation n’était pas rare, d’après Christian Poitou, ces portions de territoire portaient le nom explicite de « terres métaizes », c’est-à-dire « à moitié7 ». Dans le Maine, plusieurs exemples de « tournes » ou « chalandres » sont cités par André Bouton8. En Lozère encore, les rôles de taille du xiie siècle montrent que le village de Vialaret est mouvant entre deux paroisses ; les années paires, il est compté dans le taillable d’AIbaret-le-Comtal, et les années impaires dans celui d’Arzenc-de-Randon9.

  • 10 J.-M. Gorry, op. cit., p. 14.
  • 11 É. Zadora-Rio, art. cité, p. 115.
  • 12 Par exemple : Sed Pons de Ruan debet pro anno ipso videlicet 5 s 4 d.
  • 13 A. Longnon, Pouilles de la province de Tours, Paris, Imprimerie nationale, 1903, p. 5-9.
  • 14 Bnf. ms. lat 18367.
  • 15 BM Tours, ms. no 1273. Ce document a été détruit en juin 1940 dans le bombardement de la bibliothèq (...)

3Les « tournants et virants » de Touraine ne sont donc pas exceptionnels dans le territoire français, bien qu’il faille souligner les grandes difficultés à repérer ce genre de phénomène dans les archives. En effet, les territoires alternatifs ne sont évoqués que subrepticement dans les registres paroissiaux (dans la mesure où le rattachement paroissial des individus résidant dans ces zones change régulièrement, au rythme de l’alternance), ou dans des procès-verbaux d’assemblée d’habitants, ou encore dans des documents fiscaux. Pour le département d’Indre-et-Loire, Jean-Michel Gorry a réussi à déterminer 20 paroisses, réparties dans 9 groupes, concernées par le phénomène des tournants et virants durant la période moderne10. Pour les siècles médiévaux, l’enquête sur ces territoires est plus difficile encore, car les sources se font plus rares. Un document, toutefois, repéré à cet effet par Bernard Chevalier11 apporte un éclairage exceptionnellement riche sur cette question : il s’agit du pouillé de la province de Tours de 1290 qui comptabilise les droits synodaux que chaque cure doit rendre au trésorier de l’archevêque de Tours à l’occasion de la tenue du synode diocésain à la Pentecôte. Ce compte, daté de 1290, inventorie semble-t-il non pas les sommes versées, mais plutôt les sommes à verser, comme en témoigne l’expression debet (il doit) employée régulièrement12. Ce compte a été édité en 1903 par Auguste Longnon13, à partir de deux documents, qui sont des copies d’un original perdu : d’une part, une copie du xive siècle intégrée dans le registre de la trésorerie de l’archevêché de Tours14, et d’autre part, une copie du début du xve siècle, mais qui procède sans doute directement de l’original, autrefois conservé à la BM de Tours15. C’est d’après ce manuscrit, dont la leçon a été jugée meilleure par Longnon, que l’édition a été faite.

La logique d’un compte

4Ce compte apparaît sous la forme très classique d’une liste de noms de paroisses rangées par archiprêtré (Tours, Outre-Loire, Loches, L’île-Bouchard et Sainte-Maure), avec pour chacune de ces paroisses une somme exprimée en sous et deniers, correspondant aux droit synodaux qui doivent être rendus le dimanche de la Pentecôte, et pour certaines paroisses de l’archiprêtré de Loches le lundi (17 paroisses) ou le mardi suivant la Pentecôte (2 paroisses). L’examen préliminaire de cette liste met en évidence d’ores et déjà un certain nombre d’anomalies :

  • Des paroisses apparaissent dans plusieurs archiprêtrés à la fois. Ce problème de doublonnage concerne un groupe de 4 paroisses contiguës (Saint-Branchs, Louans, Esvres et Tauxigny) qui sont à la fois citées dans l’archiprêtré de Tours et dans l’archiprêtré de Loches.

  • Des paroisses sont nommées plusieurs fois (jusqu’à 4 fois), et semblent donc rendre des droits synodaux à de multiples reprises. On peut s’interroger sur la raison de ces versements multiples et se demander pourquoi le trésorier prend soin de conserver une trace de la séparation de ces versements.

  • La plupart du temps, la liste est fort simple : à un toponyme (parrochiae) est associée une somme (solutiones). Mais certains toponymes sont accompagnés de commentaires qui soulignent leur caractère particulier, comme par exemple la mention suivante Item pro isto Saché, anno isto pour « Saché ».

    • 16 Auguste Longnon a indiqué ces notes en les faisant précéder du signe *.

    Parfois, ces commentaires prennent la forme d’annotations marginales portées à la suite de la somme à payer16. Ce sont les mentions suivantes :pro se (11 mentions), pro eo (10 mentions), pro + toponyme (14 mentions), hoc anno (19 mentions), anno isto (20 mentions), anno ipso (1 mention). On peut s’interroger sur l’origine de ces annotations ; existaient-elles sur l’original de 1290 ? J’ai le sentiment que ces annotations ne font pas partie du texte initial et correspondent par conséquent à une interprétation postérieure de cette liste afin de la rendre peut-être plus compréhensible par quelqu’un qui avait du mal à s’y retrouver.

5L’ensemble de ces remarques tendraient à montrer qu’il existe un système complexe de versements multiples de droits synodaux pour une seule et même paroisse. Cette multiplicité des versements obéissent manifestement à deux logiques complémentaires :

6– une logique géographique, avec les mentions commençant par la proposition latine pro (« pour » en français) utilisée devant un toponyme ou un pronom, se ou eo (pro se qu’on peut traduire par l’expression « pour lui-même », et pro eo qu’on peut traduire par l’expression « pour ce dernier »). Ces mentions indiquent que des paroisses versent des droits synodaux pour d’autres paroisses. Prenons l’exemple des deux premières paroisses de l’archiprêtré de Tours dont les mentions se suivent immédiatement dans la liste et inaugurent le compte de 1290, Pont-de-Ruan et Saché :

Pons de Roan, pro se*

4 s

(versement de 4 s de la paroisse de Pont-de-Ruan pour elle-même)

Item pro Saché, anno isto

5 s 4 d

(versement de 5 s 4 d de la paroisse de Pont-de-Ruan pour celle de Saché)

7– une logique temporelle, avec des versements pris en compte sur plusieurs années, sans doute deux qui se suivent, selon l’interprétation que l’on peut donner des expressions bien distinctes hoc anno (qui désigne le temps présent, l’année en cours) et anno isto (qui se réfère à une année passée ou à venir, immédiatement avant ou après l’année en cours). Selon cette interprétation, je proposerais de traduire hoc anno par l’expression « cette présente année », et anno isto par les expressions « l’année passée », ou « l’année à venir ». La mention anno ipso (« cette année même ») est isolée, et jette un doute sur sa validité. Le scribe ne se serait-il pas trompé dans la copie, ipso ayant été écrit à la place de isto. Une analyse attentive de la décomposition des formules montre que dans les 14 cas où l’expression commence par sed, 13 fois la précision temporelle qui suit est anno isto, et la seule exception correspond justement à la mention anno ipso. Ce nouvel hapax tend à confirmer l’anomalie et incite à corriger l’expression anno ipso par l’expression anno isto dans l’analyse du document.

8Le compte enregistre par conséquent un système de report des droits d’une paroisse sur l’autre (géographiquement voisine) sur deux années. Prenons l’exemple des paroisses géographiquement contiguës de Louans et SaintBranchs, enregistrées dans l’archiprêtré de Loches :

Loanz, hoc anno*

5 s 4d

(versement de 5s 4d par la paroisse de Louans cette présente année)

Sed Sanctus Benignus debet pro eo anno isto

12 d

(versement de 12 d par la paroisse de Saint-Branchs pour celle de Louans l’année passée ou à venir)

9Ce système de report d’une année sur l’autre et d’une paroisse sur l’autre rappelle le système des tournants et virants tels qu’on peut les voir fonctionner dans la documentation de la période moderne. Le lien apparaît clairement lorsqu’on constate la coïncidence frappante (mais pas parfaite) entre les groupes de paroisses concernées par ce système de report dans le pouillé de 1290, et les groupes de paroisses qui participent aux tournants et virants sous l’Ancien Régime (tableau 1).

Tableau 1 – Les territoires alternatifs de Touraine aux xiiie et xviiie siècles

Pouillé de 1290

Territoires alternatifs au xviiie siècle (repérés par J.-M. Gorry)

Pont-de-Ruan
Saché

Saint-Branchs
Tauxigny
Esvres
Louans

Bueil
Neuvy-le-Roi

Louestault
Beaumont-la-Ronce

Saint-Christophe
Saint-Paterne

Souvigné
Sonzay

Souvigné
Sonzay

Chambourg
Saint-Michel-de-Chédigny

Chambourg
Saint-Michel de Chédigny

Saint-Jean-sur-Indre
Perrusson
Saint-Germain-sur-Indre

Saint-Jean-sur-Indre
?
Saint-Germain-sur-Indre

Genillé
Saint-Quentin-sur-Indrois

Genillé
Saint-Quentin-sur-Indrois

Larçay
Vençay(auj. Saint-Avertin)

Larçay
Saint-Avertin (anc. Vençay)

Beaumont-en-Véron
Savigny
Saint-Louand

Beaumont-en-Véron
Savigny
Saint-Louand

Berthenay
Villandry (Colombiers)

Cussay
Neuilly-le-Brignon
Ferrières-Lançon

Tournon-Saint-Pierre
Izeures-sur-Creuse

  • 17 Archiprêtré de Tours : 3 paroisses sur 62 (5 %) ; archiprêtré d’Outre-Loire : 8 paroisses sur 69 (1 (...)

10On recense, dans le compte de 1290, 11 groupes de paroisses qui comprennent chacun entre 2 et 4 paroisses. Ce sont au total 26 paroisses qui sont concernées par le phénomène des territoires alternatifs sur les 273 mentionnées dans le pouillé de 1290, soit environ 1 paroisse sur 10, mais avec de fortes variations selon les archiprêtrés17 ; on constate en effet une concentration du phénomène dans l’archiprêtré de Loches, où quasiment 1 paroisse sur 5 est concernée en 1290. Ces statistiques soulignent évidemment le caractère marginal de cette particularité comptable, mais confirment d’un autre point de vue son existence effective, non négligeable, voire importante autour de Loches. Au moins 6 de ces groupes attestés au xiiie siècle perpétuent un système alternatif jusqu’à la Révolution française. On constate aussi que Jean-Michel Gorry a repéré 3 groupes de paroisses concernés par le phénomène des territoires alternatifs sous l’Ancien Régime, alors que cette situation est passée sous silence dans le compte de 1290. En revanche, le pouillé de 1290 met en évidence 5 groupes de paroisses pour lesquelles Jean-Michel Gorry n’a trouvé nulle trace de tournant et virant dans la documentation d’Ancien Régime. Ces observations tendent à montrer que la situation est loin d’être figée ; des territoires alternatifs semblent disparaître entre le xiiie et les xviie-xviiie siècles, tandis que d’autres apparaissent après le xiiie siècle.

Dans la complexité d’un système d’alternance18

  • 18 Les données utiles pour suivre le raisonnement ont été ramassées dans un tableau synoptique install (...)
  • 19 Pont-de-Ruan/Saché, Bueil/Neuvy-le-Roi, Louestault / Beaumont-Ia-Ronce, Saint-Christophe / Saint-Pa (...)
  • 20 Saint-Jean-sur-Indre / Saint-Germain-sur-Indre / Perrusson, Beaumont-en-Véron / Savigny / Saint-Lou (...)
  • 21 Saint-Branchs / Tauxigny / Louans / Esvres.
  • 22 Saint-Branchs est dans l’archiprêtré de Tours, tandis que Tauxigny, Louans et Esvres sont dans l’ar (...)
  • 23 Le Véron est le nom de la petite région installée à la confluence de la Loire et la Vienne.

11En 1290, l’organisation la plus commune se fait par paires de paroisses (8 groupes sur 1119) mais dans 3 cas, on a des associations plus complexes, regroupant 320 et même 4 paroisses21. Deux groupes de paroisses sont à cheval sur deux archiprêtrés, ce qui entraîne des reports de compte d’un archiprêtré à un autre22. Pour chaque groupe de paroisses, le pouillé met en exergue une paroisse plus importante que les autres, dans la mesure où elle est mentionnée plusieurs fois comme payant non seulement pour elle-même (pro se), mais aussi pour une autre (pro eo) : ce sont les paroisses de Pont-de-Ruan, Saint-Branchs, Bueil, Beaumont-la-Ronce, Saint-Christophe, Souvigné, Saint-Michel-de-Chédigny, Saint-Jean-sur-Indre, Genillé, Larçay. On doit toutefois souligner la particularité du groupe des paroisses du Véron23 qui n’obéit pas à cette règle, avec un équilibre parfait entre les paroisses de Savigny et Beaumont-en-Véron, singularité qui témoigne d’un système original, comme nous le verrons plus loin.

12L’information du pouillé de 1290 est organisée simplement, selon un ordre à peu près intangible, même s’il arrive que des paroisses étrangères au système soient interjetées, conférant à l’ensemble un aspect faussement désordonné. Mais hormis ces cas particuliers, on retrouve régulièrement l’ordre suivant :

  • d’abord est notée la paroisse principale (x), toujours accompagnée de l’annotation marginale pro se (à 2 exceptions près) : cette ligne mentionne le versement des droits synodaux que la paroisse x fait pour elle-même (x pour x). La précision de l’année concernée est rare (seulement 2 fois, avec pour l’une la mention hoc anno, et l’autre anno isto) ;

  • la ligne suivante commence par le terme item, suivi de la préposition pro suivie du nom d’une paroisse (y) géographiquement contiguë à la paroisse x : cette ligne sous-entend que la paroisse x contribue non seulement pour elle-même, mais aussi pour une autre paroisse (x pour y) ;

  • la 3e ligne mentionne la paroisse y : cette ligne indique le montant versé par la paroisse y pour elle-même (y pour y) ;

    • 24 C’est le cas de Pont-de-Ruan, Saint-Michel de Chédigny et Saint-Jean-sur-Indre.

    la 4e ligne commence par sed (« mais »), suivi du nom de la paroisse x, dans l’expression : Sed x debet pro y. L’interprétation de cette objection (sed) est délicate. Elle peut signifier qu’il faut soustraire la somme indiquée à la somme théoriquement due par la paroisse y (montant précisé dans la ligne précédente), dans la mesure où c’est la paroisse x qui la verse ; mais cette interprétation débouche sur des cas absurdes, puisque certaines « remises » seraient supérieures au montant des droits synodaux, entraînant des sommes négatives24. De ce fait, il est plus probable que cette mention commençant par sed correspond soit à un rappel de l’information comprise dans la seconde ligne (Item x pro y anno isto, sed x debet pro y anno isto), soit à la précision que la contribution de la paroisse x s’effectue durant deux années de suite de la même manière (Item x pro y hoc anno, sed x debet pro y anno isto), ce qui sous-entend un fonctionnement de l’alternance non pas sur deux années, mais sur trois ou quatre années.

  • 25 L’année présente (hoc anno) est repérée comme « Année A » dans les tableaux 2 à 12, tandis que l’an (...)

13L’organisation de ces prélèvements devient plus difficile à interpréter lorsqu’on prend en compte les indications temporelles hoc anno / isto anno, qui semblent attester une irrégularité des versements en fonction des années25. La difficulté de compréhension de cette alternance annuelle provient d’abord du fait que ces précisions temporelles ne sont pas systématiques, laissant la place à l’interprétation. L’affaire se corse avec les annotations marginales qu’on hésite à utiliser sans un regard critique : l’auteur de ces annotations a ressenti le besoin d’apporter des précisions à cette liste sans doute parce qu’il avait lui-même du mal à s’y retrouver dans ce document... S’y est-il d’ailleurs réellement retrouvé ?

14Pour comprendre le système complexe des alternances que l’on entrevoit au travers de ce compte de 1290, il faut partir du principe que, à l’instar de la situation rencontrée sous l’Ancien Régime, le surcoût occasionnel entraîné par le rattachement temporaire d’un territoire est compensé dans l’année ou les années suivantes par son rattachement temporaire à la paroisse voisine, qui prend de ce fait en charge à son tour le surcoût des droits synodaux. En effet, ce qui compte pour le trésorier de l’archevêque de Tours, c’est que tous les droits qui doivent être versés le soient effectivement, chaque année, sans manque à gagner pour l’archevêque : c’est la raison même de ce compte, et les nombreuses annotations marginales attestent sans doute des difficultés pour suivre la gestion des revenus synodaux tirés de ces territoires dont le rattachement paroissial change régulièrement.

15L’examen attentif du pouillé révèle l’existence de trois systèmes de compensation alternative d’un surcoût des droits synodaux.

Alternance entre deux paroisses sur deux ans

  • 26 Dans les tableaux 2 à 12, les mentions en gras correspondent aux informations présentes dans le pou (...)

16Le cas le plus simple est celui d’un système d’alternance sur deux années, associant 2 paroisses seulement. Le principe est simple : la paroisse x verse chaque année tout à fait normalement les droits pour elle-même (pro se), mais elle paye en outre, à la place de la paroisse y, un supplément correspondant au territoire alternatif qui lui est rattaché pour une année (Item pro y anno isto). La paroisse y verse aussi pour elle-même les droits synodaux, mais le scribe précise que la paroisse x a contribué l’année précédente au profit de y (Sed x debet pro y anno isto). On peut reconstituer la suite de l’alternance, sur deux années, dans la mesure où la paroisse y doit contribuer à son tour pour la paroisse x. Sont dans cette configuration les groupes suivants : Pont-deRuan/Saché (tableau 2), Saint-Michel-de-Chédigny/Chambourg (tableau 3), Genillé/Saint-Quentin (tableau 4), Larçay/Vençay (tableau 5)26.

Tableau 2 – Pont-de-Ruan/Saché (alternance biannuelle du versement d’une somme de 5 s 4 d)

Tableau 2 – Pont-de-Ruan/Saché (alternance biannuelle du versement d’une somme de 5 s 4 d)

Tableau 3 – Chambourg/Saint-Michel de Chédigny (alternance biannuelle du versement d’une somme de 4 s)

Tableau 3 – Chambourg/Saint-Michel de Chédigny (alternance biannuelle du versement d’une somme de 4 s)

Tableau 4 – Genillé/Saint-Quentin (alternance biannuelle du versement d’une somme de 2 s)

Tableau 4 – Genillé/Saint-Quentin (alternance biannuelle du versement d’une somme de 2 s)

Tableau 5 – Larçay/Vençay (alternance biannuelle du versement d’une somme de 18 d)

Tableau 5 – Larçay/Vençay (alternance biannuelle du versement d’une somme de 18 d)

Alternance entre deux paroisses sur trois ou quatre ans

17On observe des systèmes plus complexes d’alternances associant 2 paroisses. En effet, le cycle n’est pas biannuel, mais tri-ou quadriannuel, ainsi que le montrent les tableaux suivants décrivant le système d’alternance en vigueur pour les groupes Bueil/Neuvy-le-Roi (tableau 6), Beaumont-la-Ronce/Louestault (tableau 7), Saint-Christophe/Saint-Paterne (tableau 8) et Souvigné/Sonzay (tableau 9). En effet, les données du pouillé attestent clairement qu’une paroisse x verse durant deux années consécutives les droits synodaux en lieu et place d’une paroisse voisine y. Cette situation donnerait à penser que, selon le principe de la réciprocité, la paroisse y assumerait dans les deux années suivantes le versement des droits pour la paroisse x ; c’est une hypothèse que rien ne permet de corroborer, car nous n’avons aucune certitude concernant ce principe de la réciprocité.

Tableau 6 – Bueil/Neuvy-le-Roi (alternance sur un cycle de quatre ans du versement d’une somme de 20 d)

Tableau 6 – Bueil/Neuvy-le-Roi (alternance sur un cycle de quatre ans du versement d’une somme de 20 d)

Tableau 7 – Beaumont-la-Ronce/Louestault (alternance sur quatre ans du versement d’une somme de 20 d)

Tableau 7 – Beaumont-la-Ronce/Louestault (alternance sur quatre ans du versement d’une somme de 20 d)

Tableau 8 – Saint-Christophe/Saint-Paterne (alternance sur trois ans du versement d’une somme de 2 s)

Tableau 8 – Saint-Christophe/Saint-Paterne (alternance sur trois ans du versement d’une somme de 2 s)

Tableau 9 – Souvigné/Sonzay (alternance sur quatre ans du versement d’une somme de 2 s)

Tableau 9 – Souvigné/Sonzay (alternance sur quatre ans du versement d’une somme de 2 s)

Alternance concernant plus de 2 paroisses sur trois ou quatre ans

18Plus spectaculaires sont les groupes comprenant 3 et même 4 paroisses. Dans les cas des groupes Saint-Branchs/Tauxigny/Louans/Esvres (tableau 10) et Saint-Jean-sur-Indre/Perrusson/Saint-Germain-sur-Indre (tableau 11), le pouillé met clairement en évidence la prééminence d’une paroisse (Saint-Branchs et Saint-Jean-sur-Indre) qui annexe durant deux années consécutives l’intégralité du territoire alternatif, qui est ensuite démembré et redistribué par portions entre 2 ou 3 autres paroisses voisines qui versent une partie seulement des droits synodaux, sans doute au pro rata de l’importance de la portion de territoire intégrée. Au bout d’une ou deux années, les fragments sont à nouveau rassemblés dans le giron de la paroisse majeure.

Tableau 10 – Saint-Branchs/Tauxigny/Louans/Esvres (alternance sur quatre ans du versement d’une somme de 5 s)

Tableau 10 – Saint-Branchs/Tauxigny/Louans/Esvres (alternance sur quatre ans du versement d’une somme de 5 s)

Tableau 11 – Saint-Jean-sur-Indre/Perruçon/Saint-Germain-sur-Indre
(alternance sur quatre ans du versement d’une somme de 4 s 6 d)

Tableau 11 – Saint-Jean-sur-Indre/Perruçon/Saint-Germain-sur-Indre(alternance sur quatre ans du versement d’une somme de 4 s 6 d)

19Le tournant et virant du Véron se caractérise par une alternance associant 3 paroisses sur quatre ans, selon le système plus complexe décrit dans le tableau 12.

  • 27 Les colonnes en gris correspondent à une restitution hypothétique de la suite du cycle.

Tableau 12 – Savigny/Beaumont-en-Véron/Saint-Louand (alternance sur quatre ans du versement d’une somme de 33 s)27

Tableau 12 – Savigny/Beaumont-en-Véron/Saint-Louand (alternance sur quatre ans du versement d’une somme de 33 s)27
  • 28 J.-M. Gorry, op. cit., p. 91-92 ; H. Gouffier, Naître, mure et mourir à Saving (1701-1792). Étude d (...)

20Contrairement aux autres territoires alternatifs de Touraine, le fonctionnement du groupe du Véron a été un peu étudié pour la période moderne28, ce qui ouvre la perspective d’une comparaison entre la situation visible au xiiie siècle et celle qui prévaut sous l’Ancien Régime, jusqu’au démembrement de la paroisse de Saint-Louand qui met fin, le 25 juin 1792, au système des tournants et virants du Véron. Le territoire concerné par cette alternance porte le nom de « Tierce », et les habitants de la Tierce (plus de 200 communiants à la fin du xviie siècle) sont identifiés sous le nom de « Tierciers ». Durant une année, de la Saint-Clément (23 novembre) à la Saint-Clément, la Tierce dépendait entièrement de la paroisse de Beaumont-en-Véron. Les deux années suivantes, le territoire de la Tierce était démembré et partagé entre Saint-Louand et Savigny, Savigny récupérant le gros village de Fougères (y compris La Herpinière), tandis que Saint-Louand augmentait son territoire des château et bourg de Détilly, du Guindonier, de La Chaperonnière, des Landry, de La Rue-Chambert, d’une partie de La Buissonnière, du Gogué, du Ridoit, des Caves-aux Fièvres, de Grésille, du Cruchon, de La Niverdière, de La Haute-Rue, du Colombier, de Danzay, de La Camusterie, de La Maçonnière et du Carroi-Ragueneau. Si l’on compare avec le système d’alternance tel qu’il a pu être reconstitué pour 1290 (tableau 12), les différences l’emportent sur les ressemblances. En effet, si sous l’Ancien Régime la Tierce forme un ensemble homogène intégré à la paroisse de Beaumont durant une année, puis démembré entre Savigny et Saint-Louand durant les deux années suivantes, tel n’est pas le cas en 1290, puisque le territoire concerné est en permanence, sur les trois ou quatre années du cycle, démembré entre 2 paroisses, avec une alternance biannuelle Saint-Louand/Beaumont (deux années consécutives), et Savigny/Beaumont (deux années consécutives). La Tierce du Véron semble par conséquent avoir connu un réaménagement important entre la fin du xiiie siècle et la période moderne. En revanche, le cycle de la Tierce du Véron aux xviie et xviiie siècles offre un système très similaire à celui que l’on peut observer dans le pouillé de 1290 pour les groupes Saint-Branchs/Tauxigny/Louans/Esvres (tableau 10) et Saint-Jean-sur-Indre/Perrusson/Saint-Germain-sur-Indre (tableau 11).

Conclusion

21À l’issue de cette analyse, une question reste en suspens : est-il possible de corréler l’importance de la valeur des droits paroissiaux correspondant aux territoires alternatifs avec une quelconque assise territoriale ou démographique ? Par exemple, dans le cas du groupe Pont-de-Ruan/Saché, la somme concernée (5 s 4 d) paraît considérable au regard des droits annuellement versés par les paroisses de Pont-de-Ruan et Saché pour elles-mêmes (pro se) : c’est un surcoût de 133,33 % tous les deux ans pour la paroisse de Pont-de-Ruan, et de 66,66 % pour celle de Saché. Si l’on observe l’ensemble des cas, le surcoût entraîné par l’intégration temporaire des tournants et virants enchérit en moyenne de 36 % le versement des droits synodaux, avec une fourchette large allant de 7,2 % à 133,33 %· Si corrélation il y a entre la somme à payer en surcoût et l’importance du territoire ou de sa population partagés entre 2, 3 ou 4 paroisses selon le mode de l’alternance, alors on peut estimer que les superficies ou/et les populations de ces territoires sont loin d’être négligeables. Il convient toutefois de rester prudent à l’égard de cette possible interprétation, car le mode de calcul du montant des droits synodaux n’est pas connu.

  • 29 Quid sit parochia. Locus in quo degit populus alimi ecclesiae deputatus, certis finibus limitatus, (...)

22Vers 1250, le canoniste Henri de Suse, dit Hostiensis, définit ainsi la paroisse : « Qu’est-ce qu’une paroisse ? Un lieu dans lequel vit un peuple attribué à une église, délimité par des frontières sûres ; on les considère comme paroisse dans la mesure où s’y étend le droit spirituel de l’église29. » Selon cette définition, insistant sur la délimitation qui doit être absolument clairement fixée (certis jinibus limitatus), ces paroisses tourangelles à la délimitation mouvante peuvent apparaître à première vue comme une fantaisie médiévale démontrant un goût pour la difficulté, ou encore comme un vestige d’une époque plus ancienne où la territorialisation de la parochia en était à un stade embryonnaire. S’il n’est pas exclu que ce système corresponde effectivement à un jalon de la fabrication du territoire de la paroisse, il serait hasardeux de dénier à ce système d’alternance une efficacité dans la gestion territoriale des communautés de fidèles. En fin de compte, dans le système des tournants et virants, la limite existe bel et bien, et cette alternance selon un mouvement pendulaire régulier et encadré par la coutume met en œuvre un découpage rationnel et rigoureux de l’espace.

Tableau 13 – Tableau synoptique de la comptabilité des droits synodaux pour chaque groupe de paroisse (1290)

Tableau 13 – Tableau synoptique de la comptabilité des droits synodaux pour chaque groupe de paroisse (1290)

Notes

1 La paroisse. Genèse d’une forme territoriale, D. Iognat-Prat, É. Zadora-Rio (dir.), Medievales, 49 (2005). Mais aussi C. Delaplace (éd.), Aux origines de la paroisse rurale en Gaule méridionale, ive-ixe siècles (actes du colloque international, 21-23 mars 2003), Toulouse, Errance, 2005.

2 Des paroisses de Touraine aux communes d’Indre-et-Loire. La formation des territoires, É. Zadora-Rio (dir.), Tours, FERACF, 2008. Je tiens à remercier Élisabeth Zadora-Rio et Jean-Michel Gorry de m’avoir fait bénéficier de la substance de ce livre avant sa sortie.

3 É. Zadora-Rio, « Territoires paroissiaux et construction de l’espace vernaculaire », Médiévales, 4g (2005), p. 105-120.

4 J.-M. Gorry, Dictionnaire des paroisses et communes de France : l’Indre-et-Loire, Paris, CNRS, 1995, p. 14.

5 G. Lebras, L’église et le village, Paris, 1976, p. 98-99. Cité par C. Poitou, dans Paroisses et communes de France. Dictionnaire d’histoire administrative et démographique : Loiret, Paris, CNRS, 1982, p. 11.

6 Traite du gouvernement spirituel et temporel des paroisses... par Daniel Jousse... Paris, Debure père (1759), p. 2. Cité par Christian Poitou, op. cit., p. 11.

7 C. Poitou, op. cit., p. 11-12. Christian Poitou mentionne le cas de Nouan-le-Fuzelier en Sologne orléanaise : « Parce que le canton de Tracy est de cette paroisse et de celle de Pierrefitte par années alternatives a une année cent soixante et l’autre cent soixante et dix feux ou environ » (BM Orléans, ms. 624, fol. 169, lettre du 18 février 1770).

8 A. Bouton, Le Maine. Histoire économique et sociale des origines au xive siècle, Le Mans, 1962, p.313-315.

9 AD Lozère. EDT 001 CC1, EDT 007 CC1, 2 et 3 (1690-1753). Je remercie Bruno Jaudon d’avoir attiré mon attention sur ce cas.

10 J.-M. Gorry, op. cit., p. 14.

11 É. Zadora-Rio, art. cité, p. 115.

12 Par exemple : Sed Pons de Ruan debet pro anno ipso videlicet 5 s 4 d.

13 A. Longnon, Pouilles de la province de Tours, Paris, Imprimerie nationale, 1903, p. 5-9.

14 Bnf. ms. lat 18367.

15 BM Tours, ms. no 1273. Ce document a été détruit en juin 1940 dans le bombardement de la bibliothèque municipale de Tours.

16 Auguste Longnon a indiqué ces notes en les faisant précéder du signe *.

17 Archiprêtré de Tours : 3 paroisses sur 62 (5 %) ; archiprêtré d’Outre-Loire : 8 paroisses sur 69 (12 %) ; archiprêtré de Loches : 11 paroisses sur 62 (18 %) ; archiprêtré de L’île-Bouchard : 4 paroisses sur 51 (8 %) ; aucune paroisse concernée par le phénomène des territoires alternatifs dans l’archiprêtré de Sainte-Maure.

18 Les données utiles pour suivre le raisonnement ont été ramassées dans un tableau synoptique installé à la fin de l’article en guise de pièce justificative (tableau 13, infra p. 215-217).

19 Pont-de-Ruan/Saché, Bueil/Neuvy-le-Roi, Louestault / Beaumont-Ia-Ronce, Saint-Christophe / Saint-Paterne, Souvigné / Sonzay, Chambourg / Saint-Michel de Chédigny, Genillé / Saint-Quentin, Larçay / Vençay.

20 Saint-Jean-sur-Indre / Saint-Germain-sur-Indre / Perrusson, Beaumont-en-Véron / Savigny / Saint-Louand.

21 Saint-Branchs / Tauxigny / Louans / Esvres.

22 Saint-Branchs est dans l’archiprêtré de Tours, tandis que Tauxigny, Louans et Esvres sont dans l’archiprêtré de Loches. De même Saint-Jean-sur-Indre et Perrusson sont sis dans l’archiprêtré de Loches, tandis que Saint-Germain-sur-Indre est situé dans l’archiprêtré de L’île-Bouchard.

23 Le Véron est le nom de la petite région installée à la confluence de la Loire et la Vienne.

24 C’est le cas de Pont-de-Ruan, Saint-Michel de Chédigny et Saint-Jean-sur-Indre.

25 L’année présente (hoc anno) est repérée comme « Année A » dans les tableaux 2 à 12, tandis que l’année précédente ou suivante (anno isto) est repérée comme « Année B ».

26 Dans les tableaux 2 à 12, les mentions en gras correspondent aux informations présentes dans le pouillé de 1290. Chaque information présente dans les notes marginales est signalée par le sigle *.

27 Les colonnes en gris correspondent à une restitution hypothétique de la suite du cycle.

28 J.-M. Gorry, op. cit., p. 91-92 ; H. Gouffier, Naître, mure et mourir à Saving (1701-1792). Étude d’un isolat démographique au xviiie siècle, Tours, université François-Rabelais, mémoire de maîtrise, 1996, p. 22-25.

29 Quid sit parochia. Locus in quo degit populus alimi ecclesiae deputatus, certis finibus limitatus, et accipitur hic parochia quatenus spirituale jus ecclesiae se extendit... Hostiensis. Summa aurea, lib. III (De parochiis), Lyon (1537), fol. 169V, cité par Michel Lauwers, « Paroisse, paroissiens et territoire. Remarques sur la parrochia dans les textes latins du Moyen Âge », Médiévales, 49 (2005), p. 28-29.

Table des illustrations

Titre Tableau 2 – Pont-de-Ruan/Saché (alternance biannuelle du versement d’une somme de 5 s 4 d)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11135/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau 3 – Chambourg/Saint-Michel de Chédigny (alternance biannuelle du versement d’une somme de 4 s)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11135/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Tableau 4 – Genillé/Saint-Quentin (alternance biannuelle du versement d’une somme de 2 s)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11135/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau 5 – Larçay/Vençay (alternance biannuelle du versement d’une somme de 18 d)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11135/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11135/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau 6 – Bueil/Neuvy-le-Roi (alternance sur un cycle de quatre ans du versement d’une somme de 20 d)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11135/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Tableau 7 – Beaumont-la-Ronce/Louestault (alternance sur quatre ans du versement d’une somme de 20 d)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11135/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Tableau 8 – Saint-Christophe/Saint-Paterne (alternance sur trois ans du versement d’une somme de 2 s)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11135/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Tableau 9 – Souvigné/Sonzay (alternance sur quatre ans du versement d’une somme de 2 s)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11135/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Tableau 10 – Saint-Branchs/Tauxigny/Louans/Esvres (alternance sur quatre ans du versement d’une somme de 5 s)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11135/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Tableau 11 – Saint-Jean-sur-Indre/Perruçon/Saint-Germain-sur-Indre(alternance sur quatre ans du versement d’une somme de 4 s 6 d)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11135/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Tableau 12 – Savigny/Beaumont-en-Véron/Saint-Louand (alternance sur quatre ans du versement d’une somme de 33 s)27
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11135/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11135/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Tableau 13 – Tableau synoptique de la comptabilité des droits synodaux pour chaque groupe de paroisse (1290)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11135/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11135/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11135/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 417k

© Éditions de la Sorbonne, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.