Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écritures de l’espace social

 | 
Didier Boisseuil
, 
Pierre Chastang
, 
Laurent Feller
, 
et al.

Première partie. Construire l’espace

Habitans, commorans, parrochianus, residens : « habiter » en Basse-Auvergne de l’an mil au xive siècle

Étude sémantique

Emmanuel Grélois

Texte intégral

  • 1 Texte programmatique : http://lamop.univ-paris1.fr/W3/Gif/Habiter.htm ; voir aussi J. Morsel, « Co (...)

1Les lignes qui suivent ne portent pas sur l’histoire de l’habitat, des formes d’organisation, de concentration ou de dispersion du peuplement : il n’y sera pas question d’incastellamento ou d’encellulement, de la genèse médiévale du village ou de la création d’institutions de type consulaire. Conformément à la pratique des grilles d’analyse et des questionnaires serrés élaborés lors des séances préparatoires aux colloques qu’organisa Monique Bourin, conformément aussi au vœu exprimé par Joseph Morsel de déplacer l’angle d’attaque de l’habitat vers l’« habiter1 », on essaiera, à partir d’une documentation régionale circonscrite à la Basse-Auvergne et sur une chronologie délibérément longue (de la seconde moitié du xe siècle aux environs de 1400), de reconstituer l’origine et l’évolution de notions qui, à la fin du Moyen Âge et durablement, parfois jusqu’à nos jours, servent à exprimer l’appartenance des individus à une communauté par son ancrage spatial ou, symétriquement, la spatialisation de structures sociales disjointes de la famille biologique (« déparentalisées ») au sein de l’ecclesia, c’est-à-dire de la société chrétienne. Si la période est tout entière traversée par les habitatores ou habitantes (et le doublon commorantes), c’est bien qu’il s’agit de la notion première et fondamentale (I), dédoublée petit à petit mais surtout à partir du xiiie siècle par celle de parrochianus, qui obéit à un processus tardif de spatialisation marquée (II), les courants migratoires et la stratification sociale de la fin du Moyen Âge introduisant, notamment en ville, une distinction entre habitantes et residentes, et des appartenances multiples chez un même individu (III).

I. Commorantes, habitatores : de l’espace consacré au voisinage

  • 2 Cartulaire de Sauxillanges, H. Doniol (éd.), Clermont-Ferrand-Paris, 1864 (désormais abrégé Saux.)

2Une recherche lexicale rigoureuse, visant à éviter toute forme d’anachronisme, permet de retracer l’origine de la notion d’habitant, débarrassée du sens actuel apparu tard dans le Moyen Âge. Un examen rapide mais éclairant de la Vulgate et des sources antérieures à ca 1200 en Basse-Auvergne révèle un champ d’application d’abord restreint pour les verbes habitare et commorari, avant une extension et une généralisation qui traduisent probablement de profondes mutations dans le corps social et dans sa relation à l’espace. Le corpus diplomatique pris à témoin ici comprend l’épais cartulaire de Sauxillanges2 et les chartes originales du chapitre cathédral de Clermont des xe-xiie siècles ; dans quelques cas qui sont apparus significatifs, il a été augmenté de chartes du xiiie siècle.

1. Un vocabulaire dérivé de la Vulgate

  • 3 F. Gaffiot, Dictionnaire latin-français, éd. revue par L. Flobert, Paris, Hachette, 2000, p. 358 ( (...)
  • 4 Ibid., p. 737 (art. Habito, par. 3).

3Le verbe commorari apparaît avec le sens d’« habiter » seulement dans la Vulgate, et non en latin classique3. Quant à habitare, qui dès l’Antiquité possède entre autres le sens courant que nous lui connaissons, ce verbe reçoit en outre une application proprement chrétienne exprimant la manière dont Dieu habite en l’homme ou dont le Christ incarné habite parmi les humains4. Ce sont donc d’abord des notions empruntées au latin scripturaire.

  • 5 Ps. 30 (31), 14 : Audivi vituperationem multorum commorantium in circuitu in eo dum convenirent si (...)
  • 6 M. Lauwers, « Paroisse, paroissiens et territoire. Remarques sur la parrochia dans les textes lati (...)
  • 7 Sur ces divers aspects, voir M. Lauwers, Naissance du cimetière. Lieux sacrés et terre des morts d (...)
  • 8 Ps. 90 91), (1-2 : Qui habitat in adjutorio Altissimi in protectione Dei caeli commorabitur dicet (...)
  • 9 Ps. 124 (125), 1-2 : Qui confidunt in Domino sicut mons Sion non commovebitur in aeternum qui habi (...)
  • 10 Sur l’« église contenant de l’Église », voir D. Iogna-Prat, La maison Dieu. Une histoire monumenta (...)
  • 11 Ibid., p. 265 et 274.

4Commoror se trouve en premier lieu dans le Psaume 305 : les termes utilisés ultérieurement pour exprimer la réalité matérielle (relation à l’espace) et spirituelle (relation personnelle des fidèles au prêtre et au locus) de la paroisse y semblent puisés, à savoir l’assemblée des fidèles (conventus, substantif dérivé de convenire6,) la circumambulation de la procession ou de l’évêque bénissant et consacrant l’église et son cimetière (circuitus), et l’association des vivants, spécialement des prêtres ou des moines, et des morts dans le périmètre ainsi circonscrit (commorantes)7. Mais ce sont les Psaumes 908 et 1249 qui paraissent avoir le plus marqué les gens d’Église jusqu’à imprégner de leur vocabulaire les structures polarisées de l’inecclesiamento (M. Lauwers) : « Le Seigneur entoure son peuple » de sa protection, de même que l’église-bâtiment entoure l’Église-peuple dans un rapport métonymique et que, inversement, le populus dans le bâtiment fait l’Église10. Dans le commentaire qu’il propose de l'ordo ad benedicandam ecclesiam (rituel de consécration remontant aux années 840,) Dominique Iogna-Prat insiste sur la « réciprocité habitant/habité » puisque « c’est le Temple de Jérusalem qui habite désormais les cœurs parce que la consécration [de l’église] permet aux clercs et aux fidèles d’habiter la maison de Dieu et d’être eux-mêmes habités par Dieu11 ». Dieu habite les hommes parce que les hommes habitent sa maison et que, afin d’accéder au temple du Ciel, il leur faut d’abord être dans l’église, dans le bâtiment de pierre.

5L’emprunt du vocabulaire au latin scripturaire permet de désigner la demeure du Seigneur qui, d’abord appelée par un lexique domestique varié (aula, domus, mansio, habitaculum), reçoit bientôt le nom générique d’ecclesia, assemblée des fidèles dans Téglise-bâtiment : sans domus, pas d’ecclesia ou de conventus ; sans locus, pas non plus d’habitantes, comme le montrent les chartriers des xe-xiie siècles.

2. Un vocabulaire exprimant la relation des moines/chanoines au locus

6Entre la seconde moitié du xe siècle et le milieu du xiiie siècle, avant l’apparition des notions courantes et laïcisées d’habitant ou de résident, l’usage du verbe habitare et de son dérivé (participe présent singulier) habitans, ou plutôt du pluriel collectif habitantes, renvoie presque toujours : 1) à un lieu consacré (locus), 2) à une communauté de personnes et non à des individus, 3) à des moines ou parfois à des chanoines.

  • 12 Saux., 17, 231, 288 ([illi] qui habitant). On n’indiquera pas ici les datations relatives des acte (...)
  • 13 Saux., 43, 58, 61, 116, 125, 126, 136, 138-141, 148, 170, 172, 189, 232, 240, 261, 266-267, 277. 2 (...)
  • 14 Saux., 14, 85, 561 (inhabitantes), 589, 858, 859, 861, 949.
  • 15 Ce corpus pourrait être enrichi des formes dérivées de manere (par exemple Saux., 155 :_fratribus (...)
  • 16 Saux., 858 (1078) : seniores Celsinienses habitantes in loco deThalvas etjratres habitantes in loc (...)
  • 17 D. Iogna Prat, op. cit., p. 444-453.

7L’examen systématique du petit millier de chartes contenues dans le cartulaire de Sauxillanges (dont la plupart des chartes remontent aux xe et xie siècles), portant plus exactement sur l’usage du verbe habitare12, du substantif habitator13 et des participes substantives habitons et inhabitans14, conduit à des conclusions d’autant plus lumineuses que le corpus ainsi réuni comprend 101 chartes15 : 1) ce sont des synonymes ; 2) ils sont toujours associés à un locus (la formule habitatores supradicti loci est très fréquente), qui n’est pas un lieu parmi d’autres mais toujours une église monastique, presque exclusivement l’abbaye mère Saint-Pierre de Sauxillanges, exceptionnellement l’un de ses prieurés, celui de Tauves dans le dernier quart du xie siècle16. En revanche, ni les pieux donateurs (chevaliers, ecclésiastiques extérieurs à Sauxillanges, simples laïcs) ni les populations des localités concernées ne sont considérés comme des habitatores. En ce sens, la notion même d’habitantes est intrinsèquement liée à celle de locus (elle-même associée fréquemment au sacrement, sacramentum), récemment mise en lumière par Dominique Iogna-Prat dans ses précieuses études sur la polarité des espaces sacrés17. Les habitantes habitent la maison de Dieu parce que Dieu habite le locus par l’intermédiaire des saints intercesseurs dont les reliques irradient l’église depuis le loculus (reliquaire) qui les conserve.

  • 18 In crostino Circumcisionis dominicae, quo treuga nostra seruatur cimiterium, violantes aecclesiam (...)

8Au début du xiie siècle, entre 1106 et 1110, une lettre de l’évêque de Clermont Pierre Roux, adressée au pape Pascal II, rapporte la violation d’un cimetière et l’incendie de l’église voisine, appartenant à La Chaise-Dieu, ainsi que la manière dont un moine casadéen (commorantis ibidem monachi) est privé de ses biens meubles (matériel liturgique ?) par les malfaiteurs qui s’en prennent aussi au prêtre qui assure l’office, l’arrachent à l’autel et le jettent en prison. Elle mentionne aussi la destruction du surplis d’un moine casadéen18. L’adverbe ibidem (= dans l’église ou le prieuré), enclavé entre l’adjectif et le substantif, suggère le lien établi entre la résidence du moine et le lieu consacré, mais violé dans sa partie la plus sacralisée, l’autel. Dans le verbe commorari (cum + morari), du reste, le préfixe com- renvoie non pas à l’appartenance à une communauté d’être humains vivants, mais bien plutôt à l’attachement du fidèle (ici du moine) au lieu dont il est partie intégrante puisqu’il l’habite.

  • 19 3 G, arm. 11, sac Q, c. 2. L’acte concerne la donation par un laïc des revenus d’une cure (lo prof (...)
  • 20 3 G, arm. 18, sac B, c. 30.

9Entre 1120 et 1151, les chanoines de Clermont, qui semblent alors encore vivre en commun dans le claustrum de la cathédrale, forment une communauté de commorantes établis à proximité du lieu sacré que constitue la cathédrale avec ses reliques (canonicis et fratribus ibidem comorantibus tarn presentibus quam futuris19.) Témoignage tardif d’un formulaire archaïsant, en 1266, bien après leur sécularisation et la disparition de la vie commune avec dortoir et réfectoire, les chanoines de Clermont se définissent encore comme un ensemble de commorantes (nostris fratribus ibidem commorantibus et in posterum commorantu-ris20.) Ce dernier exemple prouve assez, s’il en est besoin, que les commorantes ne partagent pas une vie commune, ne forment pas non plus une communauté à proprement parler (ni conjurado, ni corpus, ni universitas) mais demeurent attachés spirituellement et matériellement, comme individus et de fait collectivement, au locus consacré.

3. Locus et fidèles : laïcisation progressive des habitantes

  • 21 3 G, arm. 4, sac H, c. 4 aux sceaux ; voir A. Tardieu, Histoire de la ville, du pays et de la baro (...)

10Insensiblement, la désignation collective commorantes en vient à s’appliquer aux paroissiens, du moins aux fidèles desservis par les moines ou par les chanoines qui sont, dans un premier temps, les seuls commorantes au sens strict. Ainsi, lorsque, au cours du second quart du xiie siècle, la localité d’Herment, à l’ouest de l’Auvergne, est construite et dotée d’un château et d’une église paroissiale, la charte de fondation – type de document exemplaire car exprimant une sorte d’idéal-type – définit clairement la nature des habitantes : ce sont explicitement les personnes qui doivent à l’église, à raison du droit paroissial, les dîmes, les prémices, les droits de sépulture et les oblations (locum in quo aecclesia Deo construeretur, ad quam totius castri habitantium decime et primide, sepulture et oblationes et quicquid parrochie juris est pertinent21.) À une époque (qu’on peine à qualifier de post-grégorienne – concept historiographique plutôt que réalité tangible en Auvergne) et dans un espace où l’association du jus parrochiale aux églises relève de la gageure, la formule du texte peut être interprétée comme l’expression paradigmatique de ce que doit être une église paroissiale, au regard de l’Église et de l’évêque de Clermont, Aimeri. Il serait par conséquent imprudent d’y voir une réalité usuelle et généralisée en Auvergne. En revanche, dans le cas d’Herment, le castrum n’a d’habitantes que parce que ceux-ci dépendent d’une église : l’église fonde l’« habiter » (J. Morsel), non le castrum seul ; par suite seulement, l’« habiter » fonde l’habitat.

  • 22 M. Lauwers, « Paroisse, paroissiens et territoire... », p. 20.
  • 23 Voluit preterea et rogavit ut dominas abbas et conventus Sancti Illidii Petronítum, filium filie R (...)

11La laïcisation des habitantes, c’est-à-dire la proximité avec les saints non plus réservée aux seuls desservants mais désormais étendue au profit des fidèles, rappelle significativement la mutation subie parallèlement par le substantif parrochianus qui a d’abord désigné le desservant avant de recouvrir l’ensemble des fidèles desservis par le prêtre auquel ils sont attachés22. Le lien étroit entre les saints intercesseurs et les fidèles, par la médiation des moines, est clairement précisé dans un testament de 1226 : une dame noble (domina Bona, uxor domini R. Escot) fait un important legs à l’abbaye bénédictine de Saint-Alyre dans la périphérie clermontoise, plaçant sa confiance en des moines chargés de prier pour le salut de son âme et celui de ses prédécesseurs, mais surtout proches des corps de nombreux saints23, tout en demandant à l’abbé d’accepter comme moine l’un de ses parents. C’est l’idée de communauté des vivants et des morts, dans la terre sacrée de l’enclos monastique, vaste reliquaire propice à l’intercession des saints et aux prières des moines, que sous-tend la notion d’habitantes.

12Au milieu du xiiie siècle, un acte établissant une union de prières entre les abbayes de Saint-Alyre en Auvergne et de Savigny en Lyonnais s’ouvre par un beau préambule cosmogonique qui résume tous les éléments vus plus haut en insistant sur le baptême, le premier des sacrements :

  • 24 Origo generis carnalis Immani, quoniam ab uno et solo sumpsit initium prothoplasto mortales effeci (...)

L’origine charnelle du genre humain, puisqu’elle a commencé à partir d’un seul et unique premier être créé, fait de tous les mortels des frères, que la régénération par le baptême a transformés spirituellement en un seul corps dans le Christ, mais puisque le monde, rempli de pièges, prenant souvent dans ses filets ceux qui l’habitent, a dissous cette union très chère du Christ, nos pères, en laissant les mensonges du monde, s’attachèrent à la compagnie de cette sainte règle par l’admirable fraternité et, par un indissoluble joug, à la vérité24 [...].

  • 25 Ainsi, en 1258, des rentes en grain doivent-elles être rendues et mesurées, reddi apud Alnac et me (...)

13Bref, le vocabulaire qui s’impose au cours du xiiie siècle, pour rendre compte de la manière dont vivent les populations sédentaires, récupère le vocabulaire des communautés monastiques et canoniales, comme si ces dernières avaient été la matrice des communautés laïques, le dénominateur commun étant constitué par l’église, pôle sacré pour les hommes d’Église comme pour les laïcs, dans un espace discontinu et polarisé, non dans une étendue homogène. La proximité des vivants avec les reliques ou les morts a donc visiblement précédé le voisinage entre vivants, la laïcisation de la notion d’habitantes (au pluriel). C’est le lien organique entre les fidèles et leur église, matérialisé par la fréquentation des sacrements et le versement d’oblations au desservant, qui permet la notion de commorantes ou d’habitantes. Au terme de l’évolution sémantique qui laïcise des notions à l’origine propres à l’espace sacré, le locus même en vient à désigner la localité la plus ordinaire, terme générique désignant un simple écart, mais non pour un simple lieu-dit ou terroir : il n’y a pas de locus sans habitat ou édifice, fût-il déserté ou désaffecté, car il demeure, même au lointain ou dans la mémoire, attaché à un saint ou à des habitants. Au milieu du xiiie siècle, le processus est achevé : les habitantes (ou commorantes) correspondent au sens moderne25.

II. Parrochia et parrochianus : territorialisation et appartenance

  • 26 F. Comte et E. Grélois, « La formation des paroisses dans deux cités : Angers et Clermont (xe-xiii(...)
  • 27 Ut ergo inter utramque ecclesiam omnis querelandi sopiatur occasio, Riomi ecclesiafeudum vel domin (...)
  • 28 Serment prêté au chapitre de Clermont par le futur évêque (electus) Gilbert en 1190 ou 1191 : Infr (...)

14La parrochia comme populus précède la paroisse territoriale et le paroissien attaché à son presbyter proprius26. Il faut que le mot parrochia, qui désigne d’abord les droits paroissiaux, acquière une signification territoriale, entre le xie et le xiiie siècle, pour que le dérivé parrochianus – qui correspond encore parfois, au xiie siècle, au prêtre desservant l’église – puisse renvoyer aux membres de la paroisse, à chacun des fidèles individuellement. Aussi les actes normatifs utilisent-ils le terme avant les actes de la pratique : voisines et concurrentes, l’église de Riom et l’abbaye de Mozac s’engagent ainsi réciproquement en 1192 à ne pas se causer de préjudice et à trouver un accord lorsque le paroissien de l’une élit sépulture dans l’autre27. Enfin, le passage du collectif (pluriel parrochiani) à l’individu (singulier parrochianus) ne se produit que dans la seconde moitié du xiiie siècle, timidement, et ne se généralise que vers 1300. L’introduction d’une dimension territoriale dans la définition même de la parrochia paraît incontestable, y compris dans la ville de Clermont, où l’electus Gilbert en 1190-1191 s’engage à ne pas fonder, sans l’accord des chanoines, de nouveaux oratoires à l’intérieur des limites des paroisses dont les églises relèvent du chapitre cathédral28.

1. La territorialisation inachevée de la paroisse

  • 29 Cum dicta ecclesia Sancti Petri et ad ecclesiam et capitulum Claromontenses in meditiate ac pleno (...)
  • 30 Les chanoines de Saint-Pierre soutiennent que oblationes jure parrochiali spectabant ad ipsos nomi (...)
  • 31 1247 n. St. : Cum controversia, actio, questio seu querela verteretur [...] inter nos [abbé et con (...)
  • 32 1257 : Si forte contigerit alíquem ex canonices ecclesie nostre [...] residentiam vel moram seu ma (...)
  • 33 Statuimus quod canonici in civitate et suburbio Claromontis comorantes ibidem residentiam suam fac (...)

15Quelques cas pratiques seront plus probants que les canons. En 1242, un conflit oppose les chanoines de Saint-Pierre, église paroissiale nouvellement érigée en chapitre29, à l’hôpital des Pauvres de Clermont au sujet des droits de sépulture : le précepteur de l’hôpital soutient en effet – et l’arbitrage rendu par le vicaire de l’évêque lui donne raison – que les oblationes versées lors des inhumations doivent lui revenir puisque les défunts ont élu sépulture dans le cimetière de sa chapelle, bien que ces mêmes défunts donateurs fussent paroissiens de Saint-Pierre30. Le doyen de Saint-Pierre (intra-muros) pousse le zèle, quelques années plus tard, jusqu’à défendre le ministère paroissial de son chapitre contre l’abbé de Saint-Alyre, qui prive les chanoines de revenus lorsque les paroissiens de Saint-Pierre élisent sépulture et sont enterrés dans l’abbaye bénédictine extra-muros31. C’est dans le même contexte chronologique (le milieu du xiiie siècle) et topographique (la ville de Clermont redessinée par son enceinte et la multiplication des enclos conventuels extra-muros) que les chanoines de Notre-Dame-du-Port sont assujettis à la résidence en ville, à l’exclusion de la clausura de Saint-Alyre et des enclos de Saint-André (prémontrés), de Chantoin (chanoines réguliers), des mineurs et des prêcheurs32. Quant aux chanoines de la cathédrale, selon un statut de 1285, ils sont réputés résidents et peuvent par conséquent recevoir les fruits de leur prébende, s’ils habitent indifféremment dans la cité comme dans les faubourgs de Clermont33.

  • 34 Sur ce point, voir désormais F. Mazel (dir.), L’espace du diocèse. Genèse d’un territoire dans l’O (...)
  • 35 5 G 121, liasse 33, no 8 aux sceaux : Frater Drodo, fratrum minorimi ministrationis Buryundie mini (...)

16Ces exemples montrent bien que la paroisse (à l’instar du diocèse, encore souvent aux xiie et xiiie siècles34) ressortit d’abord a un rapport personnel entre le desservant et ses fidèles, bien plus qu’à une appartenance territoriale. Lorsque les couvents de mendiants, implantés en ville au xiiie siècle, perçoivent une partie des legs testamentaires au détriment des chapitres et des paroisses jusque-là bénéficiaires des donations pro anima, à plus forte raison avec les élections de sépulture au profit des cimetières des mineurs, prêcheurs et carmes, la relation personnelle l’emporte encore sur une conception strictement spatiale de la paroisse et, plus avant, de l’espace religieux, bien que la dimension territoriale de la paroisse soit admise. En 1249, le ministre des frères mineurs pour la circonscription de Bourgogne (dont relève l’Auvergne) reconnaît que les frères du couvent de Clermont ne peuvent recevoir les sépultures de laïcs sans l’autorisation des chanoines ou du curé de Saint-Genès, dans la paroisse desquels est établie la maison des frères35.

  • 36 Encore aujourd’hui, le col de La Moréno se trouve à la rencontre des communes de Ceyssat (ancienne (...)
  • 37 La sécurisation du col sur une route fréquentée justifie l’union de l’hôpital de La Moréno, dont l (...)
  • 38 3 G, arm. 5, sac A, c. 2 b (ap. 1302, v. 1305 ?), déposition de frater Michael de Marlhit, hospita (...)
  • 39 Dépositions de Vidal d’Aurières, de Laschamps et de Pierre Anglade : Habitantes in dicta capello d (...)
  • 40 Durandus de Biliomo, capellanus de Lachamps, testis juratus et interrogates, [...], dixit per juram (...)

17Le baptême, la communion et le cimetière définissent donc clairement l’appartenance paroissiale. Vers 1302-1307, une enquête est menée afin de déterminer de quelle paroisse relève l’hôpital de La Moréno (Mort Rayno), établi à l’un des cols qui permettent, à 1062 m d’altitude, de franchir les monts Dôme à l’ouest de Clermont. Le cas limite, la situation du locus, sur une ligne de crête (la chaîne des Puys) ou de partage des eaux (entre bassins de la Sioule et de l’Ailier), ne permet pas a priori de déterminer dans quelle paroisse il se trouve, Allagnat, Nébouzat ou Laschamps36. Le critère de la distance permet d’éliminer Nébouzat, trop éloigné. Restent Allagnat et Laschamps, dont les chapelains (curés) ont tous deux baptisé des enfants nés à La Moréno. Qu’en est-il au regard de la messe, des sépultures, des dîmes ? Un frère de l’hôpital de Clermont, dont dépend l’établissement montagnard depuis 126637, justifie l’existence d’un cimetière à La Moréno par la présence de comorantes et morientes infra fines capelle38, ce qui suppose que la chapelle dispose d’un territoire. Mais un autre témoin affirme que, si les habitants de La Moréno y ont certes leur cimetière et qu’ils y sont ensevelis, en revanche ils reçoivent les sacrements, dont le baptême, et confessent leurs péchés dans la seule église paroissiale reconnue, à Laschamps, à moins de 3 kilomètres de là39. Quant aux dîmes, elles seraient perçues par le chapelain de Laschamps, qui exprime lui-même sa perplexité : si La Moréno devait être soumise à une paroisse, ce serait à la sienne en raison de la proximité géographique, mais il avoue ne pouvoir trancher tout à fait en faveur ou en défaveur de l’existence d’une paroisse distincte à La Moréno, dont il reconnaît la qualité de locus avec ses habitants et son cimetière propres40. Au fond, ni les dîmes, ni les fines des paroisses existantes et reconnues de tous, ni le versement d’un cens a l’évêque ne suffisent a déterminer l’appartenance d’un locus à telle ou telle paroisse : le lien personnel au locus et aux desservants prime sur le territoire. Il importe moins de savoir dans quel ressort paroissial se trouve La Moréno que de déterminer où les voyageurs en transit doivent recevoir les sacrements.

2. Église, paroisse, dîme et pacages

  • 41 4 G 558, fol. 52 : Dicta predia [...] sunt sita et confrontata infra limites parrochialis ecclesie (...)
  • 42 G. Fournier, Essai sur les origines du terrier en Basse-Auvergne, thèse complémentaire en vue du d (...)

18Encore à la fin du xive siècle, la perception de dîmes ne saurait justifier l’appartenance à la paroisse. Ainsi, les familiers et les bergers d’une grange établie en Limagne dans les années 1360 par des bourgeois de Montferrand fréquentent l’église de Montferrand plutôt que Notre-Dame-du-Port à Clermont, parce que c’est la plus proche et qu’ils ressortissent à la justice de Montferrand où ils résident, mangent et dorment41. Les chanoines du Port ont beau essayer de prouver qu’ils percevaient au xiiie siècle les dîmes des terroirs désormais détenus par des bourgeois de Montferrand et exploités par les nouveaux colons, l’argument, malgré la production du terrier de 1242 (non notarié et donc tenu par l’official sans valeur probatoire), ne peut fonder en droit la possession des terres, d’autant que la prescription trentenaire largement atteinte leur ôte tout espoir d’y reprendre le dominium directum42. Cet exemple prouve clairement, au moins dans ce cas, que la dîme appartient à la seigneurie foncière, au même titre que les censives, et ne relève donc pas du prélèvement ecclésiastique.

  • 43 E. Grélois, « Le sort des vacants, des communaux et des zones humides en Basse-Auvergne à la fin d (...)
  • 44 Dixi et ordinari quod animalia habitantium infra confinationes villarum predictarum et qualibet ea (...)
  • 45 S. Leturcq, « Territoires agraires et limites paroissiales », Médiévales, 49 (2005), p. 89-103.
  • 46 16 H 139, liasse 34 c, c. 81.

19Être habitant d’un lieu ouvre enfin l’accès aux communs, pâturages, forêts, marécages : les habitants de la justice de Montferrand évoqués ci-dessus, en précisant leur identité paroissiale, rapprochent sans le dire explicitement le territoire de la justice avec celui de la paroisse, conformément à la coutume d’Auvergne valable en Limagne (art. 480 : Les pasturages sont limitez en la Limagne et bas pays d’Auvergne par justice), conformément aussi aux données relatives aux justices et aux pacages de Clermont à la fin du xiiie siècle et de Montferrand dans la première moitié du xve siècle43. Lorsque, en 1295, le bailli d’Auvergne concède à Pierre Flotte, chancelier de Philippe le Bel, des rentes à percevoir sur les habitants de plusieurs châtellenies en Limagne, il leur garantit, selon l’usage coutumier, la jouissance des pacages à l’intérieur des limites de chaque village (justice), mais aussi – exception qui confirme la règle – à l’extérieur44 ; dans le cadre de la Limagne, à la fois céréalière et marécageuse, cela suppose une organisation du parcours entre communautés villageoises, au-delà des seules limites juridictionnelles et/ou paroissiales, comme l’a montré Samuel Leturcq pour le secteur de Toury-en-Beauce, où l’aire de parcours pour les bêtes d’une communauté villageoise s’étend jusqu’à la ligne qui joint les clochers des villages voisins45. Entre les monts Dôme et la rivière de Sioule, les droits de coupe dans les bois et de fenaison dans les prairies sont associés au lieu de résidence : en 1248, les montants versés aux propriétaires de ces droits donnent lieu à une tarification variée en fonction du lieu, parfois de la paroisse, où habitent les redevables ; plus le village des usagers est éloigné, plus sont élevés les droits perçus par charroi, âne, bovin (borrotz) ou homme, tandis que trois zones sont clairement discernées, à l’est de la chaîne des Puys ([illi qui] manent et inhabitant in villis a montibus de Doma sitis citra nos scilicet versus Claromontem vel Limaniam), entre la chaîne et la Sioule, à l’ouest de la Sioule (ill[i ver]o qui manent vel inhabitant ultra Siluolum)46.

  • 47 Stephanus de Meqanessas, laicus, parrochianus ecclesie d’Aveza Claromontensis diocesis (3 G, arm. (...)

20La parrochia précède le parrochianus : l’église polarise l’espace autour d’elle, constitue la référence spatiale qui organise les usages collectifs en fonction de l’habitat. Il n’est pas étonnant, dès lors, d’observer que les habitantes comme les parrochiani apparaissent collectivement, avant de qualifier individuellement des personnes déterminées non par la parenté biologique mais par le voisinage, une communauté spatialisée. Dans la documentation de Basse-Auvergne consultée, la série des attestations individuelles de parrochianus commence bien tardivement, en 126847, si l’on excepte un cas particulier et significatif (Montgreleix) remontant au début du XIIe siècle, évoqué ci-après.

III. Communautés et complexité des appartenances à partir du xiiie siècle

21Le long xiiie siècle, depuis les années 1180 jusqu’au règne de Philippe le Bel inclus, révèle deux tendances décisives, d’une part la généralisation des dénominations collectives puis individuelles qui se réfèrent à l’espace (du type cives Claromontenses ou parrochianus Sancti Stephani Claromontis), d’autre part la multiplication des titres (nobiliaires honorifiques) et surtout la référence à plusieurs appartenances spatialement déterminées pour un même individu (oriundus, commorans, parrochianus).

1. À Clermont : clercs et bourgeois, résidents et paroissiens

  • 48 Dédit enim Johannes, qui Montem Grellesii edifïcavit, consilio episcopi et canonicorum, se ipsum p (...)

22La dissociation entre la paroisse d’origine et le lieu d’élection de sépulture, déjà abordée plus haut, n’apparaît pas seulement au sein de l’agglomération clermontoise ; la cité auvergnate, forte d’apports migratoires et de groupes sociaux tendanciellement plus marqués qu’ailleurs, forme cependant un laboratoire des identités sociales. Au début du XIIe siècle, le fondateur du château et de l’église de Montgreleix, à 1235 m d’altitude dans les monts du Cézallier, conseillé par l’évêque et les chanoines de Clermont, se donne avec ses fils, l’église, le château et le cimetière, à la cathédrale (beate Marie Claromontensi), afin que, « comme paroissien » il puisse y être enterré tout comme ses descendants48. À vrai dire, le texte n’est pas clair, car il ne précise pas explicitement de quelle église le donateur est ou veut être parrochiatius (prefate aecclesiae étant le complément d’attribution de dedit plutôt qu’un génitif qui se rapporterait à parrochianum), d’autant qu’au xiiie siècle du moins l’église cathédrale ne dispose d’aucun territoire paroissial, bien qu’elle abrite l’autel Sainte-Croix, siège d’une paroisse personnelle (sans territoire) fréquentée par les chanoines, leurs familiers et les étrangers de passage. L’hypothèse la plus vraisemblable est que l’élection de sépulture et l’afflux de clercs d’origine rurale dans l’église mère du diocèse, au moment où les paroisses urbaines s’individualisent et dessinent leurs ressorts territoriaux, motivent la création d’une paroisse extraterritoriale surmontant l’aporie où conduit la territorialisation des paroisses ordinaires : le principe même de l’élection de sépulture contrevient en effet à l’appartenance paroissiale ratione loci, et voyageurs, vagabonds et malades ont droit aux sacrements quand ils sont éloignés temporairement ou définitivement de leur paroisse d’origine. En ce sens, la paroisse Sainte-Croix permet aux chanoines de Clermont d’être inhumés dans la cathédrale plutôt que dans la paroisse dont ils sont natifs.

23Lorsque bourgeois et autres habitants de Clermont affermissent leur identité spatiale dans la cité (cives, homines, habitantes Claromontenses) et dans des paroisses délimitées, le clergé cathédral s’en distingue clairement en choisissant, à rebours de l’irrésistible tendance du moment, une paroisse immatérielle. Alors que la paroisse devient pour les laïcs une étendue homogène, celle de la cathédrale se réduit à un point de l’espace, à la fréquentation des sacrements près de l’autel, dans la cathédrale et dans le cimetière : pour les laïcs et les chanoines des collégiales, la résidence dicte l’appartenance à la paroisse, pour les clercs cathédraux habiter signifie habiter la maison Dieu, alors même que la sécularisation de leur chapitre au xiie siècle les conduit à résider au xiiie siècle en ville, dans le siècle, dans les paroisses urbaines intra-muros Saint-Genès, Saint-Pierre et Notre-Dame-du-Port, parmi les bourgeois et autres résidents. La notion d’habitatores/habitantes, oublieuse du sens clérical ou monachique primitif et exclusif, achève de se laïciser en s’incarnant dans des hommes de chair et de sang, et dans des territoires tangibles ; en réaction, les grands clercs vident de sa substance, dématérialisent même la paroisse pour leur usage exclusif. C’est parce qu’elle est immatérielle et extraterritoriale que la paroisse Sainte-Croix peut accueillir temporairement des laïcs, à condition qu’ils soient horsains.

  • 49 In territorio quod noca tur territorium de la Ciptat (4 G 206/49).
  • 50 1317 n. st. : Capitulum [cathedralis ecdesie Claromontensis] [...] est et fuit in possessione quin (...)
  • 51 Selon une bulle de Clément IV, un chanoine de la cathédrale est réputé résident s’il est à Clermon (...)

24Parallèlement, le couple civitas/cives subit des mutations apparemment contradictoires. Avec la construction vers 1200 d’une nouvelle enceinte (murus civitatis), l’application du terme civitas ou citat outrepasse l’enceinte du Bas-Empire et englobe dorénavant de nouveaux quartiers entièrement urbanisés, à l’exclusion des nombreux faubourgs laissés au-dehors. Cette illusoire adéquation de l’idée de cité (ville épiscopale close) et d’un espace urbain (enclos) est pourtant mise à mal par deux réalités que révèlent discrètement les actes de la pratique : 1) pour la première fois en 123949 apparaît un territorium Civitatis situé entièrement extra-muros ; 2) des cives Claromontenses résident extra civitatem. En d’autres termes, la résidence infra civitatem ne fait pas le civis ou burgensis ; l’appartenance au chapitre cathédral ne requiert pas non plus une demeure dans la cité. Le parallélisme n’est qu’apparent, car si les laïcs prévoient une extension de l’espace bâti hors les murs, qui permet aux preneurs des lots constructibles de prétendre à la qualité de bourgeois, dans des paroisses territoriales, en revanche les clercs du chapitre cathédral possèdent les murs de la cité du Bas-Empire50, jouissent d’une juridiction propre et sont paroissiens de Sainte-Croix, où qu’ils résident51.

2. Genèse des communautés montferrandaise et clermontoise

  • 52 3 G, arm. 5, sac G, c. 1 b (1145, vidimus de 1432). Voir A. Luchaire, Études sur les actes de Loui (...)
  • 53 3 G, arm. 5, sac G, c. 1 a (entre 1151 et 1162).

25La genèse des cives exprime la relation des Clermontois à leur espace. Le passage de homines à cues ou burgenses, et de l’expression d’une dépendance envers une autorité à la seule référence spatiale à la ville ne s’est pas fait de manière linéaire : à cet égard, les textes reproduisent les enjeux d’une émancipation urbaine manquée. Au milieu du xiie siècle, deux actes permettent de mesurer le fossé qui sépare, quelques décennies seulement après la fondation de la ville comtale, les sociétés urbaines de Clermont et de Montferrand. Le premier, en 1145, évoque semblablement les homines de Monteferrrando et les homines de Claromonte52. Le second, quelques années plus tard, passé inter Claromontem Arvernie civitatem et Montemferrandum, est donné in presentia Claromontensis episcopi sub frequentia clericorum et civium (seule la Claromontensis aecclesia traitant avec les Montferrandais), et fournit en outre la liste nominale de burgensibus vero Montisferrandi et ejusdem ville habitatoribus53 ; à Clermont, clercs et bourgeois sont bien séparés, tandis qu’à Montferrand la ligne de partage distingue les bourgeois (probablement propriétaires) des simples habitants (locataires ou immigrés de fraîche date).

  • 54 Montferrand. 1196-1996. Conférences données pour le viiie centenaire de la charte de franchises, J (...)
  • 55 32 G 68/1 : Cum castrum Montisferrandi ad baptismalem ecclesiam Sancti Johannis in ipso loco a tem (...)

26Si la charte octroyée par la comtesse G. entre 1196 et 1199 passe souvent pour l’acte de naissance de la communauté des habitants à Montferrand54, les événements survenus vers 1190-1191 et rapportés en 1194 dans une bulle de Célestin III n’en constituent pas moins un premier jalon : contre l’avis des hospitaliers de Saint-Jean (l’église baptismale dont relève le castrum), des moines casadéens du Moûtier (détenteurs du monopole paroissial qui seuls peuvent autoriser la construction d’une nouvelle église) et du dauphin, comte d’Auvergne (seigneur éminent), les bourgeois construisent une église dans leur castrum, que l’évêque de Clermont, Gilbert, accepte de consacrer malgré l’appel au pape55. La parade trouvée par le dauphin – céder la possession de l’oratoire et de son cimetière aux hospitaliers – est cassée car, venant d’un laïc, elle est déclarée nulle. L’oratoire doit être détruit de fond en comble (funditus) pour que soit levée l’excommunication frappant des clercs mais aussi trois bourgeois nommés individuellement. Dans une ville par excellence laïque, la présence religieuse est repoussée à l’extérieur : la paroisse Saint-Jean et le Moûtier Saint-Robert, antérieurs à la naissance du castrum, demeurent dans le plat pays, et l’initiative bourgeoise visant à édifier un sanctuaire dans l’agglomération échoue.

  • 56 Respectivement 1 H PS 17 et 1 H 235, layette A4, no 339 (deux versions de la charte partie, 1197 n (...)
  • 57 1198 : 3 G, arm. 18, sac B, c. 10 (copie de 1284) ; 1199 : original perdu ; (éd.) R. Sève, « Les f (...)
  • 58 1 G 1/11 (1255) ; 3 E 113 DEP, fonds I, AA 6, C III a 1 b (1284).
  • 59 3 G, arm. 2, sac A, c. 8 (1253) ; 3 E 113 DEP, fonds I, AA 6, C III a 1 [a bis] : Che sont les cho (...)
  • 60 1G 1/16 a-b (1251-1252) : Priora judicia facta episcopo Claromontensi contra homines Claromontense (...)

27Revenons à Clermont. En 1197 et encore en 1214, les « hommes de Saint-Alyre » (clamores hominum Sancti Illidii ad monasterium pertinentium et homo monasterii en 1197, et li home de S. Aliri en 1214) relèvent du doyen de l’abbaye bénédictine, tandis que les « hommes de Clermont » (homo Claromontis à côté cependant de aliquis civium Claromontis en 1197, [li home] de Clarmont en 121456) dépendent du bailli épiscopal : le lien de dépendance est clairement exprimé, mais les bourgeois de Clermont prennent une longueur d’avance sur les hommes du bourg monastique voisin. Les deux chartes octroyées aux Clermontois à un an d’intervalle par l’évêque et par le comte Guy usent de termes différents : si en 1198 le prélat mentionne, dans un vocabulaire tout seigneurial, « les hommes et les femmes de Clermont » (a totz los omes e a totas las femnas de Clarmont), le prince évoque en 1199 hominem Claromontensem mais l’acte émane de nos dues Claromontenses57. La quasi-simultanéité des premières occurrences de burgensis Claromontis au singulier (1237) et de territorium Civitatis (1239) suggère le lien qui unit intimement la possession d’une maison ou d’une peda (lot à bâtir) avec la qualité de bourgeois ou citoyen de Clermont, in cimiate ou in suburbio Claromontis. Enfin, les textes relatifs aux privilèges urbains revendiqués par les Clermontois, confisqués par Louis IX et définitivement cassés par Philippe le Bel, traduisent subtilement la position des trois parties, bourgeois, évêque et roi de France. Les bourgeois insurgés prétendent en vain former en 1255 une communitas civium Claromontensium et même en 1284 une universitas et res publica Claromontensis, toujours sous le titre de dues, voire de concives58. En revanche, les archives royales, favorables à l’évêque et peu disposées à voir émerger un consulat clermontois, n’utilisent que burgenses Claromontenses59 (jamais cives, plus valorisant) et homines Claromontenses, équivalent d’« hommes de l’évêque60 ».

  • 61 E. Grélois, « La bourgeoisie à Clermont : caractérisation d’une population aux contours incertains (...)

28Au cours du xiiie siècle, les désignations d’abord collectives puis individuelles deviennent plus systématiques, avant de se figer dans une codification stricte à l’orée du xive siècle, autrement dit sous Philippe le Bel, tout particulièrement en ville et dans la noblesse. Le titre de bourgeois, porté individuellement dans une minorité de familles urbaines, se répand de façon énigmatique, comme une tramée de poudre, en 1237 dans plusieurs villes de Basse-Auvergne. Le dernier tiers du xiiie siècle voit la démultiplication des titres honorifiques tant dans le clergé gradué que dans la noblesse : celui de sapiens vir ou discretus vir chez les clercs non nobles entraîne une riposte graduée chez les nobles : nobilis vir (ou domina) devient systématique peu avant 1300, si bien qu’au début du xive siècle les grands nobles, à savoir les deux lignages comtaux (comtes de Clermont et dauphins d’Auvergne d’un côté, comtes de Boulogne et d’Auvergne de l’autre), les vassaux et grands serviteurs de Philippe Bel, indigènes ou non mais fieffés en Auvergne, recourent au titre plus imposant de nobilis ac potens vir (ou domina)61. Aussi la taxinomie s’enrichit-elle encore à la fin du Moyen Âge.

3. Oriundus, parrochianus, commorans, residens : des appartenances multiples

  • 62 4 G 206/52 (mars 1248 a. st.) et 4 G 206/4 (1259)·

29Les formulaires notariés, tant dans les registres notariés et les expéditions sous forme de grosse notariée que dans les déclarations testimoniales au cours des enquêtes, mettent en lumière au xive siècle les multiples attaches des individus au cours de leur vie, successivement ou simultanément. Les migrations, principalement vers les villes ou du moins depuis les villages modestes vers les agglomérations dotées d’une enceinte pendant le passage des routiers entre 1356 et 1392, justifient ces précisions qui fournissent de précieux renseignements. Dès le xiiie siècle, l’installation d’un propriétaire exclut l’appartenance simultanée à deux bourgeoisies : Durand de Limoges, dont le nom trahit l’origine, apparaît ainsi comme bourgeois de Montferrand en 1248/1249 (sa famille y est attestée depuis le milieu du xiie siècle), mais comme bourgeois de Brioude dix ans plus tard62.

  • 63 1347 : Johannes Baschers, filius quondam Johannis Bascher, oriundas de Tierno, nunc residens in vi (...)
  • 64 1375 : Johannes de Yssoyre, oriundas et parrochianus Sancti Genesii Claromontis (4 G 2/1, fol. 6 : (...)
  • 65 16 H 90, liasse 24 b, no 107 (1396), fol. 15-15V : Petrus Rotgeyr, oriundus de Canoniaco, nunc com (...)
  • 66 4 G 558, fol. 50 (1397) : Guilhermus Charreyr, lo boheyr de Chamboat, parrochianus de Mazeyas, nun (...)

30Le changement de résidence entraîne-t-il pour autant toujours le changement de paroisse ? Rien n’est moins évident. À première vue, la distinction entre le lieu d’origine (signalé par oriundus, plus rarement par nativus) et le lieu de résidence établit dans la plupart des cas une équivalence entre nunc residens in parrochia et commorans et parrochianus. Aussi les formulaires gagnent-ils en précision entre le milieu et le dernier quart du xive siècle : mentionnant seulement dans un premier temps l’origine et la résidence63, ils prennent bientôt le soin d’identifier également les individus par la paroisse qu’ils fréquentent64. Lorsqu’un individu quitte son village natal pour gagner une agglomération fortifiée plus sûre, son attitude relève du choix individuel dicte tantôt par la fidélité a la paroisse d’origine, tantôt par la commodité, sans règle préétablie : bien qu’originaire de Chanonat, Pierre Roger, devenu donat à Saint-André, en devient du même coup paroissien puisqu’il y réside65 ; en revanche, le charretier de Chambois, dans la vallée de la Sioule, bien que résidant continûment à Montferrand depuis seize ans, demeure paroissien de Mazaye66.

  • 67 16 H 90, liasse 24 b, no 107 (1396), fol. 19V : Johannes Syssoyre, oriundus de villa Clemenciaci i (...)
  • 68 Ibid., fol. 12V-13 : Petrus Arberti alias Alamant l’asneyr, oriundus de parrochia Sancti Sebastiani (...)
  • 69 16 H 86/65 (acte mutilé) : Comme curé dudict Sainct André il avoit droict [...] d’aller quérir luy (...)

31Les cas de figure sont en réalité nombreux et parfois plus subtils : un natif de Clémensat, dans la paroisse de Romagnat, réside à Beaumont, tout en restant paroissien de Romagnat67 : la proximité des deux villages (2 km) peut expliquer à elle seule le maintien de l’appartenance paroissiale en dépit du changement de résidence. Plus original, un Limousin émigré en Auvergne, à Bravant (pourtant dans la paroisse d’Olby), n’en est pas moins paroissien de Saint-André-lès-Clermont... à 30 kilomètres de là, par-delà la chaîne des Puys68 ! Le lien unissant le fidèle aux prémontrés l’emporte sur l’appartenance au village de Bravant. Il est vrai que Saint-André possède aussi des paroissiens dans une autre enclave sur le versant oriental de la chaîne des Puys, à Villars, à mi-chemin de Clermont et du puy de Dôme, dont les défunts, avant de trouver place dans le cimetière paroissial de Saint-André, sont exposés sur une dalle aux limites des paroisses de Saint-André et de Chamalières : les prémontrés se heurtent en 1542 aux prétentions du curé de Notre-Dame de Chamalières, qui entend lever des droits de sépulture sur les défunts transitant par son ressort paroissial69.

32En somme, les appartenances se multiplient, faisant référence tantôt à un groupe social déterminé et parfois précisé par des épithètes d’honneur, tantôt à plusieurs ancrages spatiaux. La résidence ne suffit pas à faire le paroissien ou le bourgeois. Dans le cas de Clermont, seuls les bourgeois parviennent à un fort degré d’intégration à la communauté clermontoise grâce à la possession de leur habitation et leur ancrage paroissial ; leur conscience commune se définit alors non par des institutions autonomes face à l’évêque et au chapitre cathédral – ils échouent dans leurs tentatives répétées – mais par la distinction vis-à-vis des clercs et des simples résidents, non propriétaires et parfois non paroissiens des églises clermontoises. Encore cette communauté est-elle loin de l’homogénéité : par leur caractère minoritaire, les burgenses Claromontenses traduisent l’impossible unité juridique et topographique de la cité.

Conclusion

  • 70 P. Charbonnier, Une autre France. La seigneurie rurale en Basse-Auuergne, 2 vol., Clermont-Ferrand (...)

33Peut-on raisonnablement avancer que les solidarités paysannes ou urbaines, en Auvergne du moins, ont fourni la matrice des communautés d’habitants ? Pierre Charbonnier70 est parvenu à la conclusion que « les seigneurs restent les maîtres » dans les montagnes et, à l’exception de Riom et de Montferrand dont le destin est par ailleurs bientôt attaché à la couronne de France (respectivement en 1212 et en 1292), les villes de Basse-Auvergne ne brillent pas par l’ampleur de leurs franchises. L’ancrage spatial des identités ne soulève pas de difficulté : l’attachement des commorantes et des parrochiani à un locus, celui des burgenses à la ville se dessinent au cours des xiie et xiiie siècles, particulièrement autour des années 1200. Qu’en conclure ?

34La spatialisation des identités se produit d’abord dans le clergé entre la seconde moitié du xe siècle et les années 1100, autour des pôles que représentent abbayes et prieurés. Elle gagne ensuite les fidèles qui s’identifient au locus qu’ils fréquentent pour recevoir les sacrements et où ils élisent sépulture, au point d’en devenir paroissiens : le locus attire mais ne fait pas le territoire paroissial, il fait les paroissiens qui, à leur tour, par leur résidence et les oblationes, territorialisent la parrochia, admise comme telle au xiiie siècle par les canonistes et les conciles. L’émergence des communautés urbaines repose aussi sur le fait religieux : les bourgeois construisent leur identité à côté et à l’instar des clercs plus que contre eux ; ce sont plutôt les clercs qui, par réaction à la laïcisation des cadres spatiaux qu’ils ont forgés, entament un processus inverse de déterritorialisation de leur identité.

35Il faudrait enfin prolonger l’enquête pour saisir le rôle de la fiscalité royale et urbaine dans l’élaboration de la notion moderne d’habitant, à partir de la fin du xiiie siècle et surtout au xive, lorsque l’assiette des tailles et des fouages sur les villes, les villages et/ou les paroisses entraîne de facto une solidarité de paiement face aux détenteurs du pouvoir régalien et aux intermédiaires (receveurs, états provinciaux).

Notes

1 Texte programmatique : http://lamop.univ-paris1.fr/W3/Gif/Habiter.htm ; voir aussi J. Morsel, « Comment peut-on être parisien ? Contribution à l’histoire de la genèse de la communauté parisienne au xiiie siècle », dans Religion et société urbaine. Études offertes à Jean-Louis Biget par ses anciens élèves, P. Boucheron et). Chiffoleau (dir.), Paris, Publications de la Sorbonne, 2000, p. 363-381.

2 Cartulaire de Sauxillanges, H. Doniol (éd.), Clermont-Ferrand-Paris, 1864 (désormais abrégé Saux.).

3 F. Gaffiot, Dictionnaire latin-français, éd. revue par L. Flobert, Paris, Hachette, 2000, p. 358 (art. Commoror, citant Job, 38, 26).

4 Ibid., p. 737 (art. Habito, par. 3).

5 Ps. 30 (31), 14 : Audivi vituperationem multorum commorantium in circuitu in eo dum convenirent simul adversus me accipere animam meam consiliati sunt. Les traductions françaises affadissent trop la teneur du texte latin pour qu’on en cite : si elles sont peut-être plus proches du texte hébraïque (en particulier la tob), seuls nous intéressent, ici, le texte de la Vulgate et sa portée dans la société, dans l’ecclesia médiévale.

6 M. Lauwers, « Paroisse, paroissiens et territoire. Remarques sur la parrochia dans les textes latins du Moyen Âge », Médiévales, 49 (2005), p. 15 (n. 14), p. 16 (n. 15) et p. 30 (n. 67).

7 Sur ces divers aspects, voir M. Lauwers, Naissance du cimetière. Lieux sacrés et terre des morts dans l’Occident médiéval, Paris, Aubier, 2005.

8 Ps. 90 91), (1-2 : Qui habitat in adjutorio Altissimi in protectione Dei caeli commorabitur dicet Domino susceptor meus es tu et refugium meum Deus meus sperabo in eum.

9 Ps. 124 (125), 1-2 : Qui confidunt in Domino sicut mons Sion non commovebitur in aeternum qui habitat in Hierusalem montes in circuitu ejus et Dominus in circuitu populi sui ex hoc nunc et usque in saeculum. Le mot populus a aussi désigné le peuple de la plebs, c’est-à-dire les fidèles de la paroisse médiévale.

10 Sur l’« église contenant de l’Église », voir D. Iogna-Prat, La maison Dieu. Une histoire monumentale de l’Église au Moyen Âge (v. 800-v. 1200), Paris, Seuil, 2006, p. 259-308.

11 Ibid., p. 265 et 274.

12 Saux., 17, 231, 288 ([illi] qui habitant). On n’indiquera pas ici les datations relatives des actes, difficiles à resserrer étant donné la longueur des abbatiats clunisiens et l’absence presque systématique de millésime ; en outre, cet aspect importe peu, s’agissant de la question traitée.

13 Saux., 43, 58, 61, 116, 125, 126, 136, 138-141, 148, 170, 172, 189, 232, 240, 261, 266-267, 277. 277. 280, 282, 284, 340, 354, 377-378, 382-383, 392, 395, 405, 412, 420, 434, 435, 439, 441, 464, 465, 476-477, 511, 516, 520, 522, 533, 562-563, 565, 567, 586, 602-603, 614, 616, 618, 620, 627, 629, 632, 637, 655, 672, 676-677, 680, 697, 720, 730-731, 739, 750, 751, 759, 764, 770, 773, 775, 781, 785, 814, 826, 828, 857, 873, 885, 891, 931, 977.

14 Saux., 14, 85, 561 (inhabitantes), 589, 858, 859, 861, 949.

15 Ce corpus pourrait être enrichi des formes dérivées de manere (par exemple Saux., 155 :_fratribus ibi commanentibus ; 212 : monachi qui ibi manent, etc.) : les conclusions n’en seraient que renforcées.

16 Saux., 858 (1078) : seniores Celsinienses habitantes in loco deThalvas etjratres habitantes in loco Thalvis (Tauves, arr. Issoire, Puy-de-Dôme).

17 D. Iogna Prat, op. cit., p. 444-453.

18 In crostino Circumcisionis dominicae, quo treuga nostra seruatur cimiterium, violantes aecclesiam combusserunt, sacras vestes et ornamenta sanctuarii, supellectilemque commorantis ibidem monachi diripuerunt, presbiterum quoque, qui nichil commiserat, sacris vestibus indutum de post altare traxerunt et in captionem ductum diu tenuerunt (3 G, arm. 18, sac B, c. 2). Le prieuré n’est pas identifié. Sauf mention contraire, les cotes indiquées renvoient aux fonds conservés aux Archives départementales du Puy-de-Dôme (Clermont-Ferrand) et les localités identifiées par les échelons administratifs sont situées dans le Puy-de-Dôme et dans l’arrondissement de Clermont-Ferrand.

19 3 G, arm. 11, sac Q, c. 2. L’acte concerne la donation par un laïc des revenus d’une cure (lo proferencium de ecclesia Sancti Baudirii). Saint-Beauzire, cant. Ennezat, arr. Riom.

20 3 G, arm. 18, sac B, c. 30.

21 3 G, arm. 4, sac H, c. 4 aux sceaux ; voir A. Tardieu, Histoire de la ville, du pays et de la baronnie d’Herment en Auvergne, Clermont-Ferrand, 1866.

22 M. Lauwers, « Paroisse, paroissiens et territoire... », p. 20.

23 Voluit preterea et rogavit ut dominas abbas et conventus Sancti Illidii Petronítum, filium filie R. de Balbinhac, patrui sut, pro monaco in eorum monasterio reciperent et haberent, cui domui Sancti Illidii pro salute anime sue et in remissionem suorum peccaminum et precedentium suorum, confidens in fructuosis orationibus habitantium dictum locum ubi multorum sanctorum corpora requiescunt, reliquit c solidos sine omni dominio debitales, et XL solidos pro anniversario obitus sui et patris dicti viri sui qui in dicto monasterio requiescit in die utriusque annis singulis faciendo (1 H 282, layette Mi, no 2072).

24 Origo generis carnalis Immani, quoniam ab uno et solo sumpsit initium prothoplasto mortales effecit omnes fratres, quos quidem spiritualiter unum corpus in Christo perficit regeneratio baptismalis, sed quoniam laqueis plenus mundus sepe secum illaqueans habitantes hanc Christi dissolvit karissimam unionem, patres nostri mundi mendacia reliquendo sancte compagnie regule adheserunt fraternitate mirabili et juyo indissolubili veritati [...] (1 H PS 24) ; double de l’acte mentionné mais non transcrit dans A. Bernard, Cartulaire de l’abbaye de Saviyny, suivi du petit cartulaire de l’abbaye d’Ainay, Paris, 1853, p. c.

25 Ainsi, en 1258, des rentes en grain doivent-elles être rendues et mesurées, reddi apud Alnac et mensuran ad quartam agricultorum commorantium in ipsa villa (3 G, arm. 12, sac M, c. 9). Aulnat, cant. Gerzat.

26 F. Comte et E. Grélois, « La formation des paroisses dans deux cités : Angers et Clermont (xe-xiiie siècle) », Médiévales, 49 (2005), p. 57-72.

27 Ut ergo inter utramque ecclesiam omnis querelandi sopiatur occasio, Riomi ecclesiafeudum vel dominium Mauziaci monasterii vel monasterium Mauziaci feudum vel dominium Riomi ecclesie, absque consensu suo, non debet accipere aut sibi vendicare, vel languentem parrochianum alterius ecclesie, postquam in lecto egretudinis decubuerit, absque consensu illius ecclesie ad quem pertinet, ad conversíonem uel sepulturam recipere (5 H 54/302, 6e liasse, no 79).

28 Serment prêté au chapitre de Clermont par le futur évêque (electus) Gilbert en 1190 ou 1191 : Infra términos etiam parrochiarum ecclesiarum ejusdem capituli [Claromontensis] oratorium non faciam nec fieri permittam absque assensu ejusdem capituli (3 G, arm. 2, sac E, c. 2).

29 Cum dicta ecclesia Sancti Petri et ad ecclesiam et capitulum Claromontenses in meditiate ac pleno jure spectaret, tandem ínsinuantíbus eídem capitulo predicte ecclesie clericis, parrochianis, videlicet laicis et alits probis viris, multum possent perficere et Dei cultum in ecclesia dilatare, si sustinerent et assensum preberent quod, salvo jure suo in eadem ecclesia, per illius loci parrochianos dericos scilicet et laicos canonicorum ecclesiariorum ibidem congrecjatos plantaretur, ipsius devoctonem eorum attendentes (3 G, arm. 4, sac G, c. 2 a aux sceaux : érection de l’église Saint-Pierre en chapitre).

30 Les chanoines de Saint-Pierre soutiennent que oblationes jure parrochiali spectabant ad ipsos nomine ecclesie Sancti Petri, cujus ecclesie dicti defuncti erant parrochiani, quare predicta nomine diete ecclesie debebant percipere et levare, licet in cimiterio dicte capelle [de l’hôpital] ipsi defuncti sepulturam canonice elegissent (3 G PS 108 = 3 G, arm. 5, sac A, c. 1 aux sceaux).

31 1247 n. St. : Cum controversia, actio, questio seu querela verteretur [...] inter nos [abbé et convent de Saint-Alyre] ex una parte et discretos oíros Guillelmum, decanum Sancti Pétri Claromontis, totumque capitulum et capellanum ejusdem loci ex altera, super hoc quod nos dictus. abbas et conventus [Sancti Yllidii Claromontis] parrochianos ecclesie Sancti Petri Claromontis, qui in monasterio Sancti Yllidii eligebant sepulturam, recipiebamus et sepeliebamus in eorum prejudicium et gravamen, cum nichil eisdem redderemus de hiis que ad eos ratione juris parrochialis pervenire debebant exinde (1 H PS 9, layette A9, no 514).

32 1257 : Si forte contigerit alíquem ex canonices ecclesie nostre [...] residentiam vel moram seu mansionem facere etiam per unum diem nel amplius infra clausuram ville que est dejurisdictione monasterii Sancti Hillidii, vel infra daustrum ipsius monasterii, vel infra clausuram seu infra claustrum Sancti Andree et domus de [...] vel Chantoeni, sive fratrum minorum vel predicatorum, hii nichil habeant vel percipiant seu erigant de fructibus prebende sue ecclesie Portuensis pro tempore quo ibi ita fecerunt mansionem (4 G 5/34 aux sceaux).

33 Statuimus quod canonici in civitate et suburbio Claromontis comorantes ibidem residentiam suam facere possint (3 G, arm. 18, sac B, c. 33 b).

34 Sur ce point, voir désormais F. Mazel (dir.), L’espace du diocèse. Genèse d’un territoire dans l’Occident médiéval ( ve- xiiisiècle), Rennes, PUR, 2008.

35 5 G 121, liasse 33, no 8 aux sceaux : Frater Drodo, fratrum minorimi ministrationis Buryundie minister et servus et totus conventus fratrum minorimi Claromontis [...] cum dilecti nostri canonici ecclesie Sancti Genesii Claromontensis, in cujus parrochia fundata est domus nostra, diligenter requisierunt a nobis, ut jura parrochie sue conservaremus illesa, [...] promitimus [...] quod parrochianos ipsorum, laycos viros seu mulieres, non recipiemus ad sepulturam in cimiterio nostro, nisi de speciali licencia ipsorum canonicorum vel curati parrochialis ecclesie qui pro tempore fuerit (1249 n. st.).

36 Encore aujourd’hui, le col de La Moréno se trouve à la rencontre des communes de Ceyssat (ancienne commune d’Allagnat), Nébouzat (tous deux cant. Rochefort-Montagne) et Saint-Genès-Champanelle (cant. Beaumont), dont dépend aujourd’hui Laschamps.

37 La sécurisation du col sur une route fréquentée justifie l’union de l’hôpital de La Moréno, dont les revenus sont insuffisants, à celui de Clermont : Locus de Mort Ragno est hermus atque desolatus et in loco perverso positus, ubi latrones et homicide consueverunt ab antiquo diutius commorari, et multa mala ibidem et circumcirca nequiter perpetrare, ut pote ubi transeuntes ab eisdem interfìciebantur et bonis suis consueuerant spoliari (3 G, arm. 5, sac A, c. 2 a, vidimus de 1305). Le toponyme même paraît garder le souvenir d’un meurtre.

38 3 G, arm. 5, sac A, c. 2 b (ap. 1302, v. 1305 ?), déposition de frater Michael de Marlhit, hospitalarius hospitalis pauperum Claromontis.

39 Dépositions de Vidal d’Aurières, de Laschamps et de Pierre Anglade : Habitantes in dicta capello de la Mort Rayno veniunt quandoque ad eelesiam de Laschamps ad audiendum missam et conficiendo peccata sua et recipiendo alia ecclesiastica sacramenta.

40 Durandus de Biliomo, capellanus de Lachamps, testis juratus et interrogates, [...], dixit per juramentum suum quod [...] capella de la Mort Rayno est sita infra fines ecclesie parrochialis de Laschams, ex eo quod domus de Laschams percipit [...] décimant terrarum circumadjacentium dicte capelle, et pro eo etiam quia vidit [...] quod habitantes in dicta capello de la Mort Rayno recipiunt et receperunt ecclesiastica sacramenta in ecclesia de Lachamps, et decedentes in dicta domo de la Mort Rayno cepeliuntur [sic] in cimiterio de la Mort Rayno per capellanum de Laschams, et etiam pueri nascentes in dicta domo de la Mort Rayno baptizantur in ecclesia de Lachams [...]. Interrogates testis quot et quos baptizavit de illis qui nati fuerunt in dicta domo de la Mort Rayno qui fuerunt baptizati in ecclesia de Lachamps, dixit quod quendam puerum habuerat seu perpertrat [sic] quedam mulier vagans et transitum faciens per mam [...]. Interrogates testis de nomibus descendentium [sic] in dicta capello de la Mort Rayno, dixit quod duos vel tres vidit sepelire ibidem in cimiterio dicte capelle de quorum nomibus non recolit. Interrogatus testis si dicta capella habet jus parrochiale per se vel est subjecta alicui ecclesie parrochiali, dixit quod nescit [...], et si esset subjecta alicui ecclesie parrochiali deberet subesse potius ecclesie de Lachamps quam alicui alie ecclesie, eo quod est proximior ab illa ecclesia de Lachamps quam ab aliqua alia ecclesia parrochiali, et scit testis quod dicta capella de la Mort Rayno solvit et consuevit solvere censum domino episcopo, sicut alie ecclesie parrochiales.

41 4 G 558, fol. 52 : Dicta predia [...] sunt sita et confrontata infra limites parrochialis ecclesie Montisferrandi, et scit testis [Johannes dictus Jaudo Monteilh, oriundus et parrochianus de villa Montisferrandi] de visu et auditu quod familiares et nuncii, bergherii, [...] residentes, comedentes et jacentes in domibus et grangiis dictorum reorum situatis [...] venire consueverunt missas suas audire et ecclesiastica sacramenta recipere ad dictam parrochialem ecclesiam Montisferrandi.

42 G. Fournier, Essai sur les origines du terrier en Basse-Auvergne, thèse complémentaire en vue du doctorat, dactyl., université de Paris, 1962, p. 68-70.

43 E. Grélois, « Le sort des vacants, des communaux et des zones humides en Basse-Auvergne à la fin du Moyen Âge », dans Les espaces collectifs dans les campagnes. xie-xxie siècle, P. Charbonnier, P. Couturier, A. Follain et P. Fournier (dir.), Clermont-Ferrand, Presses universitaires BlaisePascal, 2007, p. 62 (n. 6-8).

44 Dixi et ordinari quod animalia habitantium infra confinationes villarum predictarum et qualibet earumdem et animaba habitantium extra possint et eis liceat depascere in locis et pascuis temporibus consuetis prout ante consueverunt infra predictas limitationes et extra non obstantibus limitationibus supradictis (1G 13/32).

45 S. Leturcq, « Territoires agraires et limites paroissiales », Médiévales, 49 (2005), p. 89-103.

46 16 H 139, liasse 34 c, c. 81.

47 Stephanus de Meqanessas, laicus, parrochianus ecclesie d’Aveza Claromontensis diocesis (3 G, arm. 5, sac J, c. 2 d).

48 Dédit enim Johannes, qui Montem Grellesii edifïcavit, consilio episcopi et canonicorum, se ipsum parrochianum et filios suos prefate aecclesiae [beate Marie Claromontensi], eo videlicet tenore ut ipse et omnes fliali linea ex eo descendentes in predicta aecclesia sepulti forent. Deditque totam aecdesiam Montis Grellesii et ipsum castrum cum suo cimiterio episcopo et canonicis pro anima sua (3 G, arm. 18, sac B, c. 12). L’acte, un mémorial rédigé par l’archiprêtre de Blesle probablement dans le second quart du xiie siècle, comporte plusieurs notices relatives à des legs de revenus perçus dans le Cézallier. L’un des fils du fondateur de Montgreleix (cant. Condat, arr. Saint-Flour, Cantal), appelé Jean lui aussi et chanoine de Clermont, fait à son tour des donations à la cathédrale. La première donation peut donc remonter à la fin du xie siècle.

49 In territorio quod noca tur territorium de la Ciptat (4 G 206/49).

50 1317 n. st. : Capitulum [cathedralis ecdesie Claromontensis] [...] est et fuit in possessione quinque portarum murorum civitatis que ecclesie Claromontensi sunt propinquiores (3 G, arm. 3, sac A, c. 5).

51 Selon une bulle de Clément IV, un chanoine de la cathédrale est réputé résident s’il est à Clermont au moins huit mois par an : Statutum est ut iidem canonici illo anno quo saltern in civitate Claromontensi per octo menses residentiam non fecerent, proventus suarum non percipiant prebendarum (3 G, arm. 1, sac D, c. 4 c).

52 3 G, arm. 5, sac G, c. 1 b (1145, vidimus de 1432). Voir A. Luchaire, Études sur les actes de Louis VII, Paris, 1885, no 162.

53 3 G, arm. 5, sac G, c. 1 a (entre 1151 et 1162).

54 Montferrand. 1196-1996. Conférences données pour le viiie centenaire de la charte de franchises, J. Teyssot (dir.), Clermont-Ferrand, 1996.

55 32 G 68/1 : Cum castrum Montisferrandi ad baptismalem ecclesiam Sancti Johannis in ipso loco a tempore antiquo constructam, jure parrochiali, pertineat et [...] ecclesia ipsa cum omnibus ad earn spectantibus cum parrochia, videlicet et ecclesiis que in eodem erant castro constructe vel assurrexerint in futurum, monasterio esset Case Dei subjecta, situmque [...] infra limites parrochie illius Sancti Johannis ecclesie, nullus oratorium vel ecclesiam sine assensu monasterii Case Dei edificare presumeret, quidam burgenses prenominati castri, omnibus hic contemptis contra inhibitionem prioris et fratrum ecclesie Sancti Johannis, quoddam edificare oratorium propria temeritate ceperunt [...]. Episcopus vero postmodum, appellatione neglecta, consecravit altare et etiam cimiterium benedixit.

56 Respectivement 1 H PS 17 et 1 H 235, layette A4, no 339 (deux versions de la charte partie, 1197 n. st.), et BnF, NAF 9790, fol. 335 (1214, copie du xviiie siècle, d’après le cartulaire B de Saint-Alyre, perdu, fol. 176).

57 1198 : 3 G, arm. 18, sac B, c. 10 (copie de 1284) ; 1199 : original perdu ; (éd.) R. Sève, « Les franchises de Clermont à la fin du xiie siècle », dans Recueil de travaux offerts à M. Clovis Brunel, Paris, 1955, p. 521-537·

58 1 G 1/11 (1255) ; 3 E 113 DEP, fonds I, AA 6, C III a 1 b (1284).

59 3 G, arm. 2, sac A, c. 8 (1253) ; 3 E 113 DEP, fonds I, AA 6, C III a 1 [a bis] : Che sont les choses que li roys prist seur les bourgois de Clarmont, les queles il tient en se main, ch est asavoir les Chartres les privileges de la ville (s. d., avant 1284) ; 3 E 113 DEP, fonds I, carton AA, BB, EE, FF, C II 8 a [1] : Lez rentes et les pourfis dez tours et des tourneles que li bourgois soloient rechevoir pour le pourfit du commun, qui etoient determiné a soustenir le fortereche de le chité (s. d., avant 1284).

60 1G 1/16 a-b (1251-1252) : Priora judicia facta episcopo Claromontensi contra homines Claromontenses in curia domini regis. Le projet de charte de coutumes, non daté et rédigé au nom de l’évêque, évoque homines nostri dicte ville Claromontensis (3 E 113 DEP, fonds I, AA 6, C III a 1 a ; J. Savaron (éd.), Les origines de Clairmont, Paris, 1662 [1reéd. 1607], p. 369-374).

61 E. Grélois, « La bourgeoisie à Clermont : caractérisation d’une population aux contours incertains (fin du xiisiècle-xive siècle) », dans La notabilité urbaine, xe- xviiie siècles, L. JeanMarie (dir.), Centre de recherche d’histoire quantitative, Caen, 2007, p. 67-78 ; id., « Du vir honestissimus au discretas vir : critères et dynamiques de la différenciation sociale à Clermont et en Basse-Auvergne du xie au xive siècle », dans Distinction et supériorité sociale (Moyen Âge, Époque moderne), Actes du colloque de Cerisy-la-Salle (27-30 septembre 2007), L. Jean-Marie et C. Maneuvrier (dir.), Caen, 2010, p. 205-220.

62 4 G 206/52 (mars 1248 a. st.) et 4 G 206/4 (1259)·

63 1347 : Johannes Baschers, filius quondam Johannis Bascher, oriundas de Tierno, nunc residens in villa de Saunat (5 E o 1338, fol. 8v : Thiers, chef-lieu d’arr. ; Saunat, c. Cellule, arr. Riom). – 1351 : Margarita Saluanhagha, filia quondam Durandi Salaanhac, oriunda de parrochia de Lhauzu, nunc residens in villa Camalerie (5 E o 1336, fol. 30 : Liauzun, lieu disparu, c. Olloix, arr. Saint-Amant-Tallende ; Chamalières). –1354 : Stephano Boherii, oriundo de Sancto Gervasio, pelliperio, nunc residenti in Claromonte (3 G, arm. 7, sac N, c. 7 : Saint-Gervais-d’Auvergne, arr. Riom) ; 1355 : Johannes lo Mercers, de Champels, nunc residens in parrochia Sancti Genesii Claromontis (5 E o 1336, fol. 147 : Champeix, arr. Issoire).

64 1375 : Johannes de Yssoyre, oriundas et parrochianus Sancti Genesii Claromontis (4 G 2/1, fol. 6 : Issoire ; Saint-Genès à Clermont). – 1382 : Johannes Ternhac alias Berli, oriundus de Ponte Castro, nunc commorans et parrochianus Sancti Genesii Claromontis (fol. 15V : Pont-du-Château). – 1382 : Guillelmus Bertholomei, sertor, oriundus de Lussac, nunc commorans in parrochia Sancti Genesii Claromontis (fol. 16 : Lussat, cant. Pont-du-Château). – 1386 : Stephanus Faure lo seynceyr, oriundus de Castro Lemovicensi, nunc vero commorans in Claromonte et parrochianus Sancti Petri Claromontis (3 G, arm. 7, sac F, c. 4 : Le Château à Limoges, Haute-Vienne).

65 16 H 90, liasse 24 b, no 107 (1396), fol. 15-15V : Petrus Rotgeyr, oriundus de Canoniaco, nunc commorans in monasterio et parrochianus ecclesie Sancti Andree prope Claromontem ac donatus dicti monasterii (Chanonat, cant. Saint-Amant-Tallende).

66 4 G 558, fol. 50 (1397) : Guilhermus Charreyr, lo boheyr de Chamboat, parrochianus de Mazeyas, nunc residens in dicta villa Montisferrandi in qua se residentiam fecisse, ut asseruit, continuam per sexdecim annos continuos novossime preteritos et elapsos (Chambois c. Mazaye, cant. Rochefort-Montagne).

67 16 H 90, liasse 24 b, no 107 (1396), fol. 19V : Johannes Syssoyre, oriundus de villa Clemenciaci in parrochia Romaniaci, nunc vero commorans in villa Bellimontis ac parrochianus Romanhiaci [...] recollexerat se in fortalicio Montisrugozi propter metum Anglicorum (Clémensat, c. Romagnat, cant. Aubière).

68 Ibid., fol. 12V-13 : Petrus Arberti alias Alamant l’asneyr, oriundus de parrochia Sancti Sebastiani de Prieux, diocesis Bituricensis, nunc vero commorans in villa de Bravant, parrochianus Sancti Andree prope Claromontem, etatis, ut asseruit, sexaginta annorum vel circa (fol. 12V-13 : Saint-Sébastien, cant. Dunle-Pastel, arr. Guéret, Creuse ; Bravant, c. Olby).

69 16 H 86/65 (acte mutilé) : Comme curé dudict Sainct André il avoit droict [...] d’aller quérir luy ou vicaire perpetuel avec sesdictz relligieulx dudict Sainct André les corps des trespassés d’ung villaige appellé de Villardz, estant de sadicte paroisse, et lesdictz corps apporter audict semytiere de paroisse Notre Dame sans payer aucun droict de tarraige et en ce faisant faire les pauses e [...] esdictz corps sur certain tombeau ou bien pierre illec erigee en un lieu d’icelle estant amprés d’une petite esglize ou chappelle appellee le Mart[uret entre les troy]s voyes comunes allant dudict lieu de Chamalliere a Sainct André, et illec la croix elevee avec l’eaue beneyte, le surpellis et estolle faire [...] pruves acoustumees voyre a aulte voix sur ledict ; les chanoines de Cahamalières ont fait viollances a ses relligieulx et neantmoings auroient abbatu ledict chancel ou tombeau, pour raison de quoy lesdictz procés auraient esté intentés [...] ; le curé de Chamalières proteste que entre aultres droictz de sadicte cure estoit en possession et saisine de faire l’absolte sur les corps des trespasses en aultruy parroisse passons par la sienne, et en avoir les droictz de terraige et sepultures acoustumés, mesmement au lieu appellé du Marturet, fins et limites d’icelle.

70 P. Charbonnier, Une autre France. La seigneurie rurale en Basse-Auuergne, 2 vol., Clermont-Ferrand, 1980.

© Éditions de la Sorbonne, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540