Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écritures de l’espace social

 | 
Didier Boisseuil
, 
Pierre Chastang
, 
Laurent Feller
, 
et al.

Première partie. Construire l’espace

Territoire, frontière, identité

Permanence des limites et définition identitaire d’un « pays » : la Terre de Saint-Claude et le Haut-Jura

Vincent Corriol

Texte intégral

  • 1 Fondé au ve siècle dans les montagnes du sud du massif jurassien, le monastère de Condat prend apr (...)
  • 2 Je me permets de renvoyer le lecteur à l’article suivant : V. Corriol, « La famille et le village. (...)

1L’horizon quotidien des individus et des communautés paysannes médiévales dessine un espace subjectif, qui diffère parfois considérablement des cadres institutionnels, seigneuriaux ou religieux mis en place par les autorités laïques ou ecclésiastiques : l’espace du paysan n’est pas celui du seigneur. Ainsi le « village », dans les terres de l’abbaye de Saint-Claude au Moyen Âge1, caractérise-t-il avant tout un mode d’habitat en hameaux lâches, unis par des liens d’ordre géographique ou sociologique, indépendamment des regroupements institutionnels opérés par les autorités seigneuriales ou ecclésiastiques, confondues à Saint-Claude dans la seigneurie du monastère. Les communautés d’habitants, plus ou moins institutionnalisées par le pouvoir seigneurial, rassemblent systématiquement plusieurs villages dans un cadre qui tend à se confondre avec celui de la paroisse ou de la prévôté, cadre d’exercice privilégié du pouvoir seigneurial. Ce n’est pourtant ni par la paroisse ni par la prévôté que se définissent les individus, mais par leur appartenance au village, même s’ils n’y résident plus depuis plusieurs années. Le cadre du village reste suffisamment prégnant pour servir de cadre constitutif de l’identité individuelle, bien avant l’appartenance à telle ou telle paroisse ou prévôté. Les résonances et les articulations de ces deux conceptions d’un même espace dessinent alors une « géographie du quotidien », un espace d’identification, vécu et ressenti comme tel2.

  • 3 L’expression « Terre de Saint-Oyend », qui apparaît dès le début du xiiie siècle, désigne l’ensemb (...)

2Au-delà du village, il existe un second horizon que les paysans sanclaudiens utilisent dans leurs relations avec l’extérieur, emprunté au vocabulaire seigneurial : celui de la « Terre », la Terra Sancti Eugendi3, cadre de l’autorité du seigneur-abbé. C’est par l’appartenance à cet ensemble qu’ils se définissent dans leurs rapports avec les autorités extérieures à la seigneurie monastique, qu’il s’agisse d’autorités urbaines (Genève, Lyon ou Besançon), ou princières (Bourgogne ou Savoie).

  • 4 Les recherches ici présentées ont été amorcées à l’occasion d’une conférence commune co-organisée (...)
  • 5 Écho d’autant plus fort que le territoire du parc naturel régional du Haut-Jura a servi de cadre à (...)

3L’identification à cette « terre » est suffisamment forte pour perdurer même après sa disparition. La permanence inconsciente de ce particularisme local s’est manifestée de façon surprenante dans les années 1980, lors de la création du parc naturel régional du Haut-Jura4. L’appellation, en faisant écho à un « pays5 », soulevait une question identitaire qui reste à définir. Le Haut-Doubs ou le Haut-Bugey constituent autant de « pays » distincts du Haut-Jura, sans qu’aucun élément structurel, d’ordre climatique, géomorphologique ou institutionnel, ne permette d’établir une distinction claire de ces trois ensembles, pourtant tous situés dans la partie orientale de la chaîne jurassienne. Les autorités du parc naturel régional étaient particulièrement intéressées par une approche à long terme qui mettrait en évidence un trait historique distinguant le Haut-Jura des régions voisines. Un de ces traits est la survivance jusqu’au xxe siècle, sous des formes diverses, des anciennes limites de ce qui formait au Moyen Âge la Terre de Saint-Claude, et dont la création du parc naturel régional manifestait en plein xxe siècle une forme de résurgence.

4La permanence des frontières administratives à travers les âges et sous des formes diverses est un topos des analyses spatiales ; dans le cadre de la Terre de Saint-Claude, quelques exemples caractéristiques suffisent à la mettre en évidence. Mais cette tradition du vivre ensemble reste difficile à expliquer : s’agit-il d’un modus vivendi forgé par la force de l’habitude ou traduit-elle un réel sentiment d’appartenance à un espace, exprimant ainsi une conscience du « vivre en commun » ?

5Ce n’est que dans le long terme que l’on peut envisager une telle étude ; je ne ferai ici que poser les bases d’une réflexion plus proche de la géographie historique que des études médiévales traditionnelles. Si des traces de ce sentiment d’appartenance à un espace commun peuvent être mises en évidence pour la période médiévale, c’est dans la survivance de particularismes locaux, d’ordre linguistique ou architectural, qu’on peut lire aujourd’hui cette permanence du vécu d’un espace.

La délimitation de la Terre de Saint-Claude

  • 6 ADJ, 2H 17. Ce diplôme impérial est lui-même présenté comme la confirmation d’un document plus anc (...)
  • 7 Le diplôme est confirmé en 1238, 1311, 1360, 1415,1511 et 1513 (ADJ, 2H 18, 2H 19, 2H PS 215, 2H P (...)
  • 8 Étienne de Bourgogne et Jean de Chalon renoncent à toute prétention au-delà de la rivière d’Ain et (...)

6Ce n’est qu’à la fin du xiie siècle que les limites géographiques de la seigneurie monastique sanclaudienne sont officiellement fixées. En obtenant en 1184 la confirmation par Frédéric Barberousse de limites seigneuriales revendiquées depuis plus d’un siècle par le monastère6, l’abbé obtient la reconnaissance de sa souveraineté exclusive sur un vaste ressort, constituant la « terre » du monastère, dont le nom, Terra Sancti Eugendi, apparaît dès les années 1230. Cette délimitation constitue un tournant : en établissant un « dedans » et un « dehors », elle fixe une ligne intangible d’appartenance à un ensemble donné. L’appartenance d’un village ou d’une terre à cet ensemble n’est plus justifiée par sa présence ou son absence dans une liste de possessions, mais bien par sa position géographique, en deçà ou au-delà d’une limite que les abbés défendent fermement7, veillant soigneusement à faire renouveler ce texte capital par les nouveaux empereurs. Et ce n’est sans doute pas un hasard si la plus ancienne mention du terme de Terre de Saint-Oyend se trouve précisément dans un acte de délimitation des domaines respectifs de l’abbaye et de Jean de Chalon, fixant à partir de ce moment la frontière occidentale de la terre monastique8.

  • 9 Secteur de Mijoux, années 1320-1330 (2H PS 234 et 2H 833) ; secteur de Saint-Cergue, 1389-1393 (2H (...)
  • 10 ADJ, 2H 741 et 2H 1449.

7Ces limites sont définies une fois pour toutes. Ainsi certaines seigneuries acquises ultérieurement par le monastère restent-elles en dehors de la Terre, quand bien même elles sont contiguës à celle-ci. C’est le cas en particulier des seigneuries acquises par le monastère au cours du xiiie siècle : situées en rive droite de l’Ain, au débouché des gués et des ponts sanclaudiens qui permettent de franchir la rivière, elles n’intègrent jamais, malgré leur proximité immédiate, la Terre monastique. Le texte de 1184 sert à l’occasion de preuve justificative dans les litiges frontaliers qui peuvent s’élever. C’est le cas par exemple au xive siècle lorsque les paysans sanclaudiens viennent se plaindre auprès de l’abbé des incursions dans les hautes terres jurassiennes de paysans venus de la plaine lémanique9. Le diplôme impérial est à nouveau produit à la fin du xve siècle, lorsque les abbés de Saint-Claude, saisis par leurs sujets de Saint-Cergue, se plaignent des incursions répétées des baillis savoyards de Nyon10.

  • 11 Alors que le monastère était resté relativement isolé dans la montagne jurassienne jusqu’au début (...)

8Les limites fixées par le diplôme impérial de 1184 sont à la fois très vagues et très précises : elles établissent une démarcation très précise sur les versants septentrionaux, orientaux et méridionaux, objets de litiges et de contestations dans cette seconde moitié du xiie siècle11. La plupart des points de repère sont des limites géographiques précises, sommets, rivières, vallées :

  • 12 ADJ, 2H 17.
  • 13 Les Joux, nom local désignant les forêts de résineux, et par extension, la montagne. On le retrouv (...)
  • 14 Condat, nom primitif du monastère de Saint-Oyend/Saint-Claude.
  • 15 Lac du Brassus, lac de l’Orbe : aujourd’hui les lacs des Rousses et de Joux, l’Orbe émanant du pre (...)
  • 16 Le Noirmont (1568 m), à cheval sur la commune des Rousses (Jura) et le pays de Vaud (Suisse).
  • 17 Après avoir disparu dans le lac de Joux, l’Orbe resurgit non loin sous forme d’une résurgence (rég (...)
  • 18 Le terme désigne vraisemblablement le mont d’Or (1460 m) dominant Vallorbe (communes de Jougne et (...)
  • 19 Aujourd’hui la Ferrières-sous-Jougne (commune de Jougne, Doubs).
  • 20 La Valserine, rivière.
  • 21 Le Bief Brun, rivière.
  • 22 La Semine, rivière.
  • 23 Le Bief Nuisible, parfois appelé Bief Noir ; peut-être le ruisseau du Chon, commune de Belleydoux (...)
  • 24 Commune d’Echallon (Ain).
  • 25 Ou Martenses. Littéralement, les « Chaux Martin » ; sans doute le hameau des Martins (commune du L (...)
  • 26 Commune de Condes (Jura), au confluent de l’Ain et de la Bienne.

[l’empereur confirme au monastère la possession de12] siluam quondam que dicitur juris13 in loco qui dicitur Condadicensis14, a termino Braccioli aque et lacum de Orba15, cum ecjressu et regressu, et in ipsa contra terminat Niger Mons16, sicut pendit aqua et in ipsa contra ubi aqua in Joueam intrat17, usque in Alpes18 et usque in viam que uenit per mediam Ferrariam19, sicut aqua currit que uocatur Serone20 usque ad Brunum Betum21, et a Brunum Betus usque ad Saltimanum22, et a Saltimana usque ad Betum (Nocivum)23, et a Betus (Nocivum) tertiam partem Escaioni24, et sicut ab ipsa jam dicta Orba partibus occidentalibus venitur in Calmibus Merrenses vocabulo25, usque quo in planitiem pervenitur Parochiae Secondidacensis26.

  • 27 ADJ, 2H 894.
  • 28 ADJ, 2H 18 et 2H 1151.
  • 29 ADJ, 2H 1041.

9Si cette limite orientale est précisément établie, il n’en va pas de même avec la frontière occidentale, laissée dans l’ombre par le texte. Alors que cette frontière est encore peu contestée aux xie et xiie siècles, les abbés n’ont de cesse au xiiie siècle de définir de manière aussi exacte que possible leur domaine réservé. Les accords conclus visent avant tout à clarifier des situations ambiguës, où les possessions sanclaudiennes s’entremêlent avec celles de leurs puissants voisins. Un premier accord est passé dans les années 1220 avec la puissante famille des Thoire-Villars, dont les possessions bordent la Terre monastique au sud27. L’accord déjà cité de 1232 permet d’établir sur l’Ain la limite des possessions des Chalon et celles du monastère ; il s’accompagne la même année d’un accord tripartite de délimitation au sujet du château d’Oliferne, construit par Jean de Chalon sur des terres revendiquées à la fois par le monastère et par les sires de Thoire28. Ce processus de délimitation s’inscrit dans un mouvement plus large de territorialisation de la seigneurie monastique, qui accentue son ancrage jurassien en délimitant un ressort exclusif de sa souveraineté, abandonnant s’il le faut des antennes plus lointaines. L’annexion du prieuré du Grandvaux, limitrophe des terres sanclaudiennes, échangé en 1244 avec l’abbaye savoyarde d’Abondance contre des prieurés sanclaudiens situés dans la plaine lémanique, en est l’exemple le plus abouti29.

  • 30 ADJ, 2H PS 15, 2H PS 46, 2H PS 174, 2H PS 178 et 2H 1041.

10Parallèlement, l’abbaye s’efforce au cours du xiiie siècle d’éliminer toute forme de concurrence seigneuriale à l’intérieur du domaine ainsi constitué, par acquisition systématique des droits seigneuriaux ou en imposant aux seigneurs locaux la reconnaissance vassalique de la supériorité de l’abbé. C’est par exemple le cas dans la seigneurie du Grandvaux, correspondant au prieuré du même nom, où le monastère, profitant des difficultés financières de la famille de Vienne, réussit à se rendre maître entre 1247 et 1282 de l’ensemble des droits seigneuriaux30.

  • 31 L’ordonnance rendue par Philippe le Bon en 1436, en autorisant les justiciables de l’abbé à faire (...)

11Ce processus aboutit à la création d’un vaste ensemble territorial, caractérisé par une grande cohérence interne : continuité territoriale, unité morphologique et singularité du pouvoir seigneurial, incarné par la figure du seigneur-abbé, à la fois souverain temporel et seigneur spirituel. Cette unité du pouvoir, sanctionnée par une coutume commune à toute la terre, constitue l’élément central de la cohésion interne d’un ensemble qui se conçoit comme indépendant, aux marges des grandes principautés qui se construisent alors, comtés de Bourgogne ou de Savoie (cf. annexes, carte 1). Ce n’est qu’au cours du xve siècle que sont ouvertes les premières brèches dans le pouvoir de l’abbé : en s’insérant dans les affaires internes du monastère, les ducs-comtes de Bourgogne mettent progressivement fin à l’indépendance de fait des abbés de Saint-Claude, qui ne relevaient jusqu’alors que de l’empereur. Intégrée à l’ensemble bourguignon, la Terre de Saint-Claude conserve cependant une grande autonomie jusqu’à la Révolution, formant un bailliage autonome qui disparaît en 1790, noyé dans le département du Jura31.

Permanence des limites et cohérence institutionnelle

  • 32 L’association est réitérée en 1266 et modifiée en 1301 au profit des Chalon (ADJ, 2H 1255).
  • 33 Le retard considérable avec lequel l’abbé accepte d’enregistrer les lettres d’affranchissement con (...)

12Les limites reconnues en 1184 par le pouvoir impérial sont d’une étonnante fixité ; elles survivent en grande partie à la définition des départements en 1790, dont le tracé reprend exactement certaines frontières médiévales. La limite entre les départements du Jura et de l’Ain correspond par exemple exactement aux bornes de la Terre de Saint-Claude définies en 1184. La reprise de ce diplôme de 1184 n’est pourtant pas systématique, et d’autres délimitations anciennes ressurgissent alors. Ainsi, la frontière entre les départements du Doubs et du Jura ne correspond pas à la limite nord de la Terre de Saint-Claude définie en 1184. Elle reprend point par point une autre délimitation médiévale, celle des terres concédées en 1237 en partage aux comtes de Chalon, bientôt comtes de Bourgogne32. Dès le xive siècle, l’abbé perd progressivement toute possibilité d’intervention au sein des seigneuries de Rochejean et de Châtelblanc ainsi créées33. Seules les terres restées sous la domination directe et exclusive des abbés sont situées aujourd’hui dans le département du Jura.

  • 34 Archives départementales du Doubs, 35H 39, et R. Locatelli, Moines et chanoines..., op. cit., p. 2 (...)
  • 35 C. Martinet et J.-C. Rouiller, op. cit., La frontière helvétique n’est pas fixée définitivement au (...)

13La frontière suisse actuelle, qui recoupe le massif indépendamment du relief, reprend elle aussi largement d’anciennes délimitations médiévales. Ainsi la vallée de Joux, aujourd’hui en territoire helvétique : cette zone pourtant incluse dans les limites de 1184 échappe de manière précoce à l’autorité des abbés de Saint-Claude. Les Prémontrés qui s’installent dans les années 1120 dans cette zone encore vide d’habitants rencontrent rapidement l’hostilité des moines sanclaudiens. Une sentence rendue en 1157 reconnaît le droit éminent de propriété du monastère sur les terres litigieuses ; mais elle établit aussi une délimitation des terres respectives des deux établissements, définissant une zone réservée aux Prémontrés, moyennant un cens annuel recognitif dû aux bénédictins de Saint-Claude34. Cette délimitation marque un premier recul de l’abbaye, qui cherche alors à se prémunir contre d’autres attaques similaires ; et le diplôme de 1184 est aussi dans une large part une réponse apportée à cette concurrence dans la possession et la mise en valeur des vastes forêts jurassiennes. Comme avec les Chalon, cette zone échappe précocement à l’autorité des abbés, et son rattachement définitif au territoire bernois au xvie siècle n’est que la reconnaissance d’un état de fait35.

  • 36 « Franchises accordées par Guillaume de Beauregard, abbé du monastère de Saint-Oyend-de-Joux, au v (...)

14Le constat est identique pour la commune de Saint-Cergue, aujourd’hui dans le canton suisse de Vaud. Son intégration dès le xvie siècle au pays de Vaud n’est que la conclusion d’un processus à long terme d'effritement progressif de l’autorité seigneuriale sous l’effet de la contestation extérieure. La naissance du village résulte d’une tentative des abbés de préserver cette zone d’une influence savoyarde croissante, qui tend à s’étendre au-delà des crêtes. La communauté rurale qui se développe dans l’ombre du château construit avec peine par l’abbé acquiert suffisamment de force pour négocier en 1357 d’importantes franchises, les plus étendues jamais concédées par l’abbé, qui tente par ce biais de conserver une emprise dans une zone très disputée36. Les incursions des habitants du piémont vaudois, soutenus par les baillis savoyards, ne cessent guère au cours des xive et xve siècles, parfois directement encouragées par l’abbé, qui n’hésite pas à accenser les alpages aux habitants des villages vaudois. La fixation de la frontière profite de l’espace laissé vacant par le monastère, qui peine à défendre sa frontière orientale.

15Les limites départementales et frontalières, reprenant d’anciennes limites médiévales des xiie et xiiie siècles, tracent aussi en creux la sphère d’influence réelle du monastère. Ainsi, toute la zone septentrionale du domaine monastique, la zone la plus excentrée de la terre, bien qu’incluse à l’intérieur des limites définies en 1184, échappe-t-elle de manière précoce au pouvoir des abbés. Recul au nord et à l’est, avancée à l’ouest : les évolutions ne font que souligner la difficulté des abbés à imposer leur pouvoir au sein de l’espace délimité en 1184, la seigneurie sanclaudienne ne se fixant de manière définitive qu’au cours du XIIIe siècle.

16Les frontières septentrionale, orientale et occidentale du domaine sanclaudien laissent apparaître une profonde singularité, recoupant le massif jurassien sans aucun lien avec le relief. Les limites fixées en 1157, 1184 et 1237 ne recoupent que très rarement des obstacles naturels. Ainsi la frontière orientale est-elle fixée sur la rivière de la Valserine, dans la vallée, et non sur la ligne de crête sommitale, qui domine de près de 1500 mètres la plaine lémanique. Au sud, la frontière recoupe les plateaux jurassiens sans considération de relief, évitant la limite naturelle que constitue la cluse de Nantua. Au nord, l’ancienne limite de 1237, reprise en 1790 entre les départements de l’Ain et du Jura, coupe à travers monts et forêts, le plus souvent en ligne droite, indépendamment du relief. Tracées à la fin du xiie siècle ou au début du xiiie siècle dans des espaces encore partiellement vides d’habitants, ces délimitations correspondent davantage aux sphères d’influence respectives des puissances seigneuriales installées dans les vallées ou les cols : Chalon au nord pour le col de Jougne, Thoire-Villars au sud dans la cluse de Nantua, Savoie à l’est dans le pays de Vaud. On les retrouve à l’identique dans les tracés départementaux.

  • 37 Ainsi l’identification par le seigneur ; c’est ce qu’exprime Marc Bloch quand il fait de la relati (...)

17Cette survivance institutionnelle traduit une cohérence forte des structures internes à la Terre de Saint-Claude, où l’autorité unique de l’abbé constitue le principal facteur de cohésion. Un sentiment d’appartenance à ce territoire, qui ne procéderait pas de la seule cohérence administrative, reste malaisé à caractériser. Les traces d’un éventuel « espace vécu », distinct de cet « espace institutionnel », sont rares et ténues. Les individus se définissent d’abord comme « homme de l’abbé » ou « homme du monastère », appartenant à tel village, sans jamais se définir comme « homme de la Terre de Saint-Claude ». Les villages et les communautés sont en revanche fréquemment revendiqués comme relevant de la « Terre de Saint-Claude », mais de la même manière qu’on dirait qu’ils sont de « Genève » ou de « Bourgogne ». Le facteur d’identification est donc bien ici le seigneur et le lieu de résidence, dans une logique institutionnelle et sociologique conforme à une conception médiévale de l’identité37. La spécification de la coutume que l’on rencontre dans les actes de la pratique traduit bien cette appartenance à un ensemble cohérent, défini par référence au territoire et à l’autorité seigneuriaux. C’est précisément vers l’abbé que se tournent les communautés ou les individus en conflit avec une communauté ou des individus extérieurs à la Terre de Saint-Claude. C’est ensuite l’abbé qui mène les procès avec l’extérieur, et non les communautés elles-mêmes, alors même que ces communautés sanclaudiennes ou leurs représentants n’hésitent pas à recourir à des tribunaux extérieurs à la Terre de Saint-Claude en cas de conflit avec leur seigneur. Le sentiment d’appartenance se manifeste ici via une médiatisation des relations avec l’extérieur par l’autorité supérieure, dont le pouvoir constitue la raison d’être de cet ensemble seigneurial.

La résurgence de limites anciennes : la création du parc naturel régional du Haut-Jura en 1986

  • 38 Ces réflexions se fondent sur le tracé initial du parc à sa création. Les évolutions ultérieures, (...)

18La cohérence institutionnelle semble donc être, au Moyen Âge, le principal facteur de cohésion interne de ce vaste ensemble seigneurial que constitue la Terre de Saint-Claude ; et la permanence des limites institutionnelles, à travers les frontières départementales, ne vient que souligner cet état de fait. La création du parc naturel régional en 1986 vient pourtant apporter un éclairage nouveau sur la structuration du sentiment d’appartenance à cet ensemble. Les limites du parc naturel régional offrent un point d’ancrage intéressant, parce qu’elles présentent des similitudes troublantes avec celles de la Terre monastique, sans coïncider toutefois complètement avec celles-ci. On peut mettre en évidence des correspondances étroites : toutes les communes fondatrices du parc sont situées à l’intérieur des anciennes limites de la Terre de Saint-Claude ; et les limites du parc ne débordent jamais celles de l’ancienne terre monastique. La nouvelle structure ainsi créée réactive dans son tracé d’anciennes limites seigneuriales, comme celle de 1237, excluant le val de Mouthe ; celle de 1157, excluant le val de Joux ; celle de 1184 enfin, le tracé du Parc au sud-est reprenant celui des limites de la Terre de Saint-Claude définies en 1184 par le pouvoir impérial et s’identifiant à la frontière entre les départements de l’Ain et du Jura38.

  • 39 L’adhésion de ces deux communes peut sembler surprenante. Elle exprime pourtant une situation part (...)
  • 40 Le nom de Grande Cellerie vient du fait que sur cette vaste zone, qui comprend la majeure partie d (...)

19C’est sur le versant occidental de l’ancienne Terre de Saint-Claude que le tracé initial du parc permet de mettre en évidence la permanence de ces clivages anciens. La vallée de l’Ain n’est atteinte qu’à son confluent avec la Bienne, et la région de Moirans est laissée en dehors de la structure, tout comme le plateau du Grandvaux, à l’exception notable des communes de Prénovel et des Piards39. Le Grandvaux comme le plateau et la vallée de l’Ain autour de Moirans n’ont été intégrés que tardivement et partiellement à l’ensemble sanclaudien, respectivement en 1244 et 1232. La châtellenie de Moirans et le prieuré du Grandvaux conservent une forte autonomie, constituant chacun une entité distincte au sein de la Terre de Saint-Claude, relevant non du monastère, mais de la seule seigneurie abbatiale. Depuis le xvie siècle, la terre de Saint-Claude est divisée en trois « bâtys », ceux de Moirans, du Grandvaux et de la Grande Cellerie, ce dernier correspondant en réalité à la partie centrale de la Terre, gérée depuis le monastère40.

  • 41 On ne connaît pas toujours les critères d’acceptation ou de refus des communes. Il y a bien sûr un (...)
  • 42 Le parc naturel régional du Haut-Jura : son milieu naturel, son histoire, et ses activités, Besanç (...)

20Le tracé du parc dans son état initial réactive ces anciennes distinctions. Laissant de côté les seigneuries inféodées ainsi que celles rattachées plus tardivement, elle dessine en creux un espace seigneurial unifié par l’autorité unique du monastère et la coutume (cf. annexes, carte 2). Dans sa conception, le parc naturel régional est avant tout le résultat d’une addition de volontés locales. L’adhésion des communes est fondée sur le volontariat et sur le sentiment d’appartenance au « pays », et se fait individuellement par vote en conseil municipal41. La structure du parc naturel régional ne résulte pas d’une création départementale, mais d’une volonté locale de se regrouper pour promouvoir une région, un « pays », avec ses traditions, ses paysages, son art de vivre. Cette nouvelle structure institutionnelle n’est pas à proprement parler une structure administrative. Elle se veut plus large, plus cohérente, incluant des notions environnementales et géographiques, voire ethnologiques, comme la notion de « pays » le laisse entendre42. Cependant la résurgence de limites médiévales témoigne de la survie souterraine d’une identité locale forte, forgée dans l’appartenance à un seul et même ensemble institutionnel. Elle se traduit par une volonté consciente ou inconsciente de vivre ensemble et de faire vivre en commun un territoire conçu comme tel.

La conscience du « vivre ensemble »

21On n’est guère surpris qu’un ensemble qui pendant près de six siècles a cherché à affirmer son autonomie ait laissé des traces jusqu’à aujourd’hui dans l’inconscient collectif. Pour autant, on ne pourrait parler de « pays » qu’en mettant en évidence des éléments qui, culturellement parlant, le distinguent des pays voisins, des manières de vivre ensemble, des processus d’identification : costume, patois local, particularisme des constructions traditionnelles. Il n’est pas de propos ici de dresser la liste des caractéristiques ethnologiques ou folkloriques d’un « pays » local ; mais la présentation rapide d’un ou deux exemples peut servir à démontrer, au-delà du seul aspect institutionnel, l’existence de liens internes plus informels, moins administratifs, qui témoignent d’un sentiment d’identification à un espace donné.

  • 43 J.-B. Martin et G. Tuaillon, Atlas linguistique et ethnographique du Jura et des Alpes du Nord (fr (...)
  • 44 Aujourd’hui encore, le patois sanclaudien offre en effet des affinités très fortes avec le Lyonnai (...)

22Les linguistes qui travaillent sur l’espace franco-provençal, regroupant Lyonnais, Savoie et Suisse romande, ont souligné depuis longtemps l’appartenance du sud du massif jurassien à cet ensemble43. La limite entre franco-provençal et langues d’oïl est incertaine ; elle recoupe le massif jurassien d’est en ouest entre Mouthe et Morez, traversant la forêt du Risoux, reprenant à peu de chose près la limite départementale déjà citée entre Doubs et Jura. À ce titre, la région de Saint-Claude constitue une des zones les plus nordiques des parlers franco-provençaux ; et la limite linguistique entre le franco-provençal et les langues d’oïl isole cette zone du reste de la Franche-Comté44. Le langage ou plutôt les parlers constituent ici un critère déterminant d’identification à un espace donné, contribuant à renforcer le sentiment d’appartenance à cet espace.

  • 45 Pour une première approche, on peut consulter M. Ruchon et A. Surot, Habiter la montagne, Besançon (...)
  • 46 Il s’agit d’une petite construction de bois, distincte de la maison, qui regroupe sous un même toi (...)
  • 47 La singularité identitaire du grenier-fort n’a pas échappé aux fondateurs du parc, qui en ont fait (...)

23L’architecture traditionnelle constitue une seconde piste d’exploration. Chaque région de montagne a trouvé une réponse propre à des questions communes, dictée par des conditions semblables, où le relief et le climat sont des facteurs prépondérants. Ainsi la typologie des chalets alpins, dont les modèles diffèrent d’une vallée à l’autre, malgré des conditions très proches45. Une même diversité prévaut en Franche-Comté, où, selon les régions, plusieurs types de maisons traditionnelles peuvent être mis en évidence. Il est cependant un élément caractéristique, le grenier-fort, qui identifie à coup sûr les fermes traditionnelles du Haut-Jura46. Son aire de répartition est strictement définie : à quelques détails près, elle coïncide avec les limites du parc naturel régional, et celles, plus anciennes, de la partie centrale de la Terre de Saint-Claude. Il est par exemple absent du plateau du Grandvaux et de la région de Moirans, et on n’en rencontre aucun dans le département de l’Ain. Le grenier-fort constitue donc un signe identitaire remarquable. Comme pour la langue, il ne correspond à aucune entité administrative actuelle clairement identifiable. C’est donc dans le passé qu’il faut chercher les racines de cette unité, et la piste des limites médiévales semble ici pertinente47.

24On est loin ici de l’histoire médiévale stricto sensu. Mais il semble que cette approche à la fois historique, géographique et culturelle puisse être riche d’enseignement. La langue parlée ou les formes des constructions traditionnelles permettent de caractériser un espace culturel qui n’est pas déterminé par des critères d’ordre géographique ou administratif. S’il tend à s’en rapprocher, cet ensemble ne correspond pas strictement à l’ancienne Terre de Saint-Claude. Plus que la seule limite de 1184, c’est celle établie par la pratique seigneuriale qui est restée. Le domaine du parc naturel régional à sa création correspond ainsi étroitement à la partie centrale de la Terre de Saint-Claude, gérée directement depuis le monastère.

25La création du parc naturel régional agit finalement comme un révélateur : enfoui dans un inconscient collectif, le sentiment du « vivre ensemble » se matérialise dans cette structure intercommunale. Se dessine alors un espace vécu, délimité par des limites anciennes, qui ne correspond vraiment à aucune autre entité aujourd’hui identifiable que l’appartenance commune au ressort ancien de la souveraineté du monastère. La Terre de Saint-Claude n’est ni une châtellenie, ni une paroisse, ni une communauté. Au sens où la conçoit l’abbé, c’est une principauté, qui en tant que telle disparaît au cours du xve siècle. L’élément fédérateur de cet espace où s’entremêlent les différentes strates du réseau seigneurial reste le pouvoir de l’abbé, sommet de la pyramide seigneuriale. Cette cohérence est d’autant plus forte dans la partie centrale de la Terre, gérée directement par le monastère, que l’autorité abbatiale est contestée ou tout au moins concurrencée dans les seigneuries périphériques. Cette structuration est cohérente ; et malgré l’intégration ultérieure dans des ensembles administratifs plus vastes, le sentiment d’appartenance à un ensemble donné perdure. Les limites anciennes restent prégnantes dans les mentalités, caractérisant de manière inconsciente un espace rendu cohérent par des manières de vivre, au-delà des aléas politiques et institutionnels.

Annexes

ANNEXES

Carte 1 – Limites extérieures de la Terre de Saint-Claude au xiiie siècle

Carte 2 – La résurgence des anciennes limites : le tracé du parc naturel régional du Haut-Jura à sa création (1986) et ses correspondances avec les divisions internes de la Terre de Saint-Claude

Notes

1 Fondé au ve siècle dans les montagnes du sud du massif jurassien, le monastère de Condat prend après le viie siècle le nom de Saint-Oyend, du nom de son septième abbé, qu’il conserve durant tout le Moyen Âge. L’appellation « abbaye de Saint-Claude » ne s’impose vraiment qu’a l’extrême fin du xve siècle ; mais c’est sous ce vocable qu’elle est restée connue. Par souci de commodité et de simplification, c’est l’appellation que j’emploierai par la suite, au risque de l’anachronisme. Les archives de l’abbaye sont conservées aujourd’hui aux Archives départementales du Jura, à Lons-le-Saunier (série H, sous-série 2H : Fonds de l’abbaye de Saint-Claude. Par suite : ADJ, 2H XXX).

2 Je me permets de renvoyer le lecteur à l’article suivant : V. Corriol, « La famille et le village. Identification et dénomination de l’individu dans la Terre de l’abbaye de Saint-Claude (xiiie-xvie siècle) », Cahier de Recherche médiévale, 10 (2003), p. 53-71.

3 L’expression « Terre de Saint-Oyend », qui apparaît dès le début du xiiie siècle, désigne l’ensemble du ressort de la seigneurie monastique.

4 Les recherches ici présentées ont été amorcées à l’occasion d’une conférence commune co-organisée en 2000 par l’université ouverte de Franche-Comté et le parc naturel régional du Haut-Jura sur le thème du « pays », de l’espace et du sentiment d’identification à cet espace.

5 Écho d’autant plus fort que le territoire du parc naturel régional du Haut-Jura a servi de cadre à l’élaboration du « pays » du Haut-Jura tel qu’il a été défini en 2003. « Dans le cadre des contrats de Plan État-Région (2000-2006) a été pour la première fois instituée une politique territorialisée (volet territorial) visant à mettre en œuvre la politique des pays, initiée par la loi d’aménagement du territoire de 1995 (dite loi “Pasqua”) et précisée par la loi d’orientation pour l’aménagement durable du territoire de 1999 (dite loi “Voynet”). Les pays sont considérés comme des territoires de projets, fédérant des structures intercommunales (EPCI), visant à conduire des politiques concertées et cohérentes, à une échelle dite pertinente, dans tous domaines (économique, social, environnemental...) et dans une perspective de développement durable [...]. Animés généralement sous forme d’association, lors de la phase de préfiguration, les pays sont appelés à se constituer sous forme de syndicat mixte ou de groupement d’intérêt public pour la phase de contractualisation » (extrait de la Charte de pays du Haut-Jura pour 2003-2013, Préambule, p. 3, disponible sur le site du PNRHJ [http://www.parc-haut-jura.fr/fr/mediatheque/index.php]).

6 ADJ, 2H 17. Ce diplôme impérial est lui-même présenté comme la confirmation d’un document plus ancien, un faux diplôme carolingien sans doute forgé par le monastère dans les années 1060-1080, sans que l’on sache si ce faux diplôme reprend une donation plus ancienne effectivement perdue ou exprime une revendication nouvelle sur un espace encore largement vide d’habitants et correspondant au rayonnement du monastère à l’époque carolingienne.

7 Le diplôme est confirmé en 1238, 1311, 1360, 1415,1511 et 1513 (ADJ, 2H 18, 2H 19, 2H PS 215, 2H PS 119, 2H PS 120).

8 Étienne de Bourgogne et Jean de Chalon renoncent à toute prétention au-delà de la rivière d’Ain et du ruisseau de la Simante : Ego Stephanus cornes Burgundie et ego Johannes cornes Cabilonensis filius ejus [...] notum/acímus quod nos pro remedio nostrarum et antecessorum nostrorum animarum quicquid juris uel calumpnia in terra Sancti Eugendi ab Egna fluvius et a Sumenta torrente versus Sanctum Eugendum antecessores nostri et nos habebamus deo et beato Eugendo [...] ibi feliciter requiescentibus et monachis in eadem ecclesia deo seruientibus in perpetuam elemosinam dedimus et concessimus (1232 ; ADJ, 2H 18).

9 Secteur de Mijoux, années 1320-1330 (2H PS 234 et 2H 833) ; secteur de Saint-Cergue, 1389-1393 (2H 833 et 2H 1447). À la requête de l’abbé Guillaume de Beauregard, le diplôme impérial est d’ailleurs confirmé par Charles IV en 1360 (2H 17).

10 ADJ, 2H 741 et 2H 1449.

11 Alors que le monastère était resté relativement isolé dans la montagne jurassienne jusqu’au début du XIIe siècle, les nombreuses fondations d’établissements monastiques au cours du siècle dans les forêts proches du monastère menacent sa suprématie et exercent une concurrence certaine dans la colonisation du massif à la fin du xiie siècle et au début du xiiie siècle. L’installation en 1126 des Prémontrés au lac de Joux, dans une zone revendiquée par le monastère et incluse dans les limites de 1184, en est le premier signe. La fondation du monastère cistercien de Bonmont en 1126, l’établissement des Chartreux à Oujon en 1146 viennent accentuer la pression lémanique sur les hautes terres jurassiennes, mal défendues par le monastère. Voir à ce sujet R. Locatelli, Sur les chemins de la perfection. Moines et chanoines dans le diocèse de Besançon (vers 1060-1220), Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, 1992, et id., « Le renouveau de Saint-Claude aux xie et xiie siècles », Mémoires de la Société d’émulation du Jura, (1985), p. 393-422.

12 ADJ, 2H 17.

13 Les Joux, nom local désignant les forêts de résineux, et par extension, la montagne. On le retrouve dans le nom du monastère, monasterius Sancti Eugendi Jurensis ; le terme est vraisemblablement à l’origine du nom Jura.

14 Condat, nom primitif du monastère de Saint-Oyend/Saint-Claude.

15 Lac du Brassus, lac de l’Orbe : aujourd’hui les lacs des Rousses et de Joux, l’Orbe émanant du premier et se jetant dans le second.

16 Le Noirmont (1568 m), à cheval sur la commune des Rousses (Jura) et le pays de Vaud (Suisse).

17 Après avoir disparu dans le lac de Joux, l’Orbe resurgit non loin sous forme d’une résurgence (région de Vallorbe, pays de Vaud, Suisse).

18 Le terme désigne vraisemblablement le mont d’Or (1460 m) dominant Vallorbe (communes de Jougne et des Longevilles-Mont-d’Or, Doubs).

19 Aujourd’hui la Ferrières-sous-Jougne (commune de Jougne, Doubs).

20 La Valserine, rivière.

21 Le Bief Brun, rivière.

22 La Semine, rivière.

23 Le Bief Nuisible, parfois appelé Bief Noir ; peut-être le ruisseau du Chon, commune de Belleydoux (Ain).

24 Commune d’Echallon (Ain).

25 Ou Martenses. Littéralement, les « Chaux Martin » ; sans doute le hameau des Martins (commune du Lac-des-Rouges-Truites, Jura), ou celui des Martins (commune de Fort-du-Plasne, Jura), tous deux près de Saint-Laurent-en-Grandvaux.

26 Commune de Condes (Jura), au confluent de l’Ain et de la Bienne.

27 ADJ, 2H 894.

28 ADJ, 2H 18 et 2H 1151.

29 ADJ, 2H 1041.

30 ADJ, 2H PS 15, 2H PS 46, 2H PS 174, 2H PS 178 et 2H 1041.

31 L’ordonnance rendue par Philippe le Bon en 1436, en autorisant les justiciables de l’abbé à faire appel de la justice abbatiale devant son parlement, met fin à l’indépendance judiciaire de l’abbé, premier pas vers l’intégration dans l’ensemble bourguignon. Le duc exempte cependant la terre monastique de la juridiction ordinaire des baillis et châtelains comtaux et ducaux (ADJ, 2H PS 117). Ce n’est qu’un siècle plus tard que le rattachement de la Terre de Saint-Claude au comté de Bourgogne est formellement prononcé, en 1537, trois ans après celui de Luxeuil. Elle est acceptée par l’abbé en 1546. La seigneurie des abbés survit même à la sécularisation de l’abbaye en 1742, le nouvel évêque et le chapitre recevant l’ensemble des prérogatives jusqu’alors dévolues au monastère (P. Dom Benoit, Histoire de la Terre et de l’abbaye de Saint-Claude, La Chartreuse-sur-Mer, 1890, p. 493-497 (vol. 2), et Histoire de la Franche-Comté, R. Fiétier (dir.), Toulouse, Privat, 1977, p. 217).

32 L’association est réitérée en 1266 et modifiée en 1301 au profit des Chalon (ADJ, 2H 1255).

33 Le retard considérable avec lequel l’abbé accepte d’enregistrer les lettres d’affranchissement concédées par Jean de Chalon-Arlay témoigne de sa mauvaise grâce et de son impuissance : Châtelblanc est affranchi dès 1303 ; ce que l’abbé ne confirme qu’en 1351. Chaux-Neuve et Chaux-Choulet sont affranchis en 1364 par Hugues de Chalon-Arlay, l’abbé confirmant l’acte en 1384 (ADJ, 2H 1260).

34 Archives départementales du Doubs, 35H 39, et R. Locatelli, Moines et chanoines..., op. cit., p. 271.

35 C. Martinet et J.-C. Rouiller, op. cit., La frontière helvétique n’est pas fixée définitivement au xiiie siècle ; mais les divers traités franco-suisses qui, entre le xvie et le xxe siècle, visent à régler les différends frontaliers ne concernent toutefois que des rectifications mineures, de l’ordre de quelques centaines, voire quelques dizaines de mètres, sans bouleversement majeur ; c’est le cas en particulier dans la vallée des Dappes, à proximité du village actuel des Rousses.

36 « Franchises accordées par Guillaume de Beauregard, abbé du monastère de Saint-Oyend-de-Joux, au village de Saint-Cergue, 1357 », Les sources du droit dans le canton de Vaud. Moyen Âge (xe-xvie siècle), D. Anex-Cabanis et D. Reymond (éd.), B, II. Une seconde édition se trouve dans les Mémoires et documents édités par la Société d’histoire de la Suisse romande, vol. XXVII, p. 134-139.

37 Ainsi l’identification par le seigneur ; c’est ce qu’exprime Marc Bloch quand il fait de la relation d’homme à homme le constituant essentiel des relations sociales du Moyen Âge : « Être l’homme d’un autre homme : dans le vocabulaire féodal, il n’était point d’alliance de mots plus répandue que celle-là, ni d’un sens plus plein. Commune aux parlers romans et germaniques, elle servait à exprimer la dépendance personnelle, en soi. Cela, quelle que fût par ailleurs la nature juridique précise du lien et sans que l’on s’embarrassât d’aucune distinction de classe. Le comte était l’homme du roi comme le serf celui de son seigneur villageois [...]. L’équivoque ne choquait point, parce qu’en dépit de l’abîme entre les rangs, l’accent portait sur l’élément fondamental commun : la subordination d’individu à individu » (M. Bloch, la société féodale, Paris, 1939-1940, rééd. 1994, p. 209). Joseph Morsel pour sa part souligne le rôle de l’appropriation de l’espace dans l’affirmation des identités sociales ; voir J. Morsel, « Les logiques communautaires entre logiques spatiales et logiques catégorielles (xiie-xve siècles) » (http://lamop.univ-paris1.fr/W3/lamopII.Communautes.htm).

38 Ces réflexions se fondent sur le tracé initial du parc à sa création. Les évolutions ultérieures, motivées par des considérations économiques et politiques qui ont conduit à un élargissement considérable du PNR.au cours des années 1990 et 2000, sont ici laissées de côté.

39 L’adhésion de ces deux communes peut sembler surprenante. Elle exprime pourtant une situation particulière. La seigneurie de Prénovel, qui regroupe les deux communes actuelles, résulte d’un démembrement du Grandvaux à la suite d’un partage conclu en 1301 entre l’abbé de Saint-Claude et Jean de Chalon-Arlay. Mais l’abbé réussit ici à préserver son droit de regard et son influence. Les habitants de Prénovel conservent des liens étroits avec leurs voisins de Moirans, portant leur litige devant le bailli du lieu, et surtout avec ceux du Grandvaux, pleinement dépendants de l’abbé, avec qui ils paraissent étroitement liés, jusqu’à former une seule et même communauté. En 1516, lors de la promulgation par l’abbé Pierre de la Baume des nouvelles coutumes du Grandvaux, les habitants de Prénovel, solidaires de ceux du Grandvaux, désignent conjointement leurs représentants devant l’autorité abbatiale. Mandat est alors confié à « Estienne Maillet de Grandvaux couprodhommes et eschevins dudit lieu et tant en son nom comme pour et au nom des eschevins dudit Grandvaux, Four-du-Plane, Prénovel et Lac des rouges Truites ses consorts, et pour et en nom de toute la communauté et perouches dillec », pour représenter les habitants des villages devant la justice abbatiale. La mention surprenante de Prénovel au milieu des trois villages formant habituellement la communauté du Grandvaux peut être interprétée comme une manifestation du sentiment d’appartenance à la communauté plus large formée par la seigneurie monastique, dont la volonté de ces communes de rejoindre l’ensemble formé par le parc semble encore témoigner à la fin du xxe siècle.

40 Le nom de Grande Cellerie vient du fait que sur cette vaste zone, qui comprend la majeure partie de la Terre, le juge ordinaire est le cellérier de l’abbaye ; les deux autres « bâtys » relèvent directement de la justice abbatiale.

41 On ne connaît pas toujours les critères d’acceptation ou de refus des communes. Il y a bien sûr une très forte incidence de motifs et des contingences politiques contemporains.

42 Le parc naturel régional du Haut-Jura : son milieu naturel, son histoire, et ses activités, Besançon, Publications du CUER, 1990.

43 J.-B. Martin et G. Tuaillon, Atlas linguistique et ethnographique du Jura et des Alpes du Nord (franco-provençal central), Paris, CNRS, 1971 ; C. Dondaine, Atlas linguistique et ethnographique de la Franche-Comté, Paris, CNRS, 1972.

44 Aujourd’hui encore, le patois sanclaudien offre en effet des affinités très fortes avec le Lyonnais, la Savoie ou le pays de Vaud, se distinguant des autres patois attestés en Franche-Comté. L’influence du francoprovençal et son utilisation courante sont attestées dans les textes médiévaux sanclaudiens. Ainsi le substantif relaissia désignant la veuve, l’article lo ou le pronom lour, les terminaisons en -our remplaçant les terminaisons en -eur. Voir à ce sujet P. Gardette, « Brève présentation du francoprovençal », Trauaux de linguistiques et de littérature, 1 (1970), p. 86. Certains de ces termes ont survécu jusque dans le patois du xxe siècle : l’article lo, le terme de san au lieu de saint, que l’on retrouve dans l’adjectif local sanclaudien.

45 Pour une première approche, on peut consulter M. Ruchon et A. Surot, Habiter la montagne, Besançon, CPIE de Franche-Comté, 1996. Une étude récente sur l’habitat rural montagnard au Moyen Âge : N. Carrier, « De la maison au “village” : les origines de la morphologie de l’habitat dispersé dans les montagnes de la Savoie du Nord », dans La maison rurale en pays d’habitat dispersé, A. Antoine (dir.), Rennes, PUR, 2004, p. 279-289.

46 Il s’agit d’une petite construction de bois, distincte de la maison, qui regroupe sous un même toit toutes les activités. Ce bâtiment, l’équivalent du mazod savoyard, est entièrement construit en bois, et comporte le plus souvent une chambre souterraine. Il est destiné à abriter l’essentiel des richesses de la maisonnée (semences, archives, outils, réserve éventuelle de nourriture, bijoux ou liquidités le cas échéant), ainsi placées à l’abri du risque des incendies domestiques. Encore rares au Moyen Âge, ils se répandent surtout à la période moderne. Voir B. Bourgin, J. Garneret et B. Guillaume, La maison du Montagnon, Besançon, Éditions du Folklore comtois, 1980.

47 La singularité identitaire du grenier-fort n’a pas échappé aux fondateurs du parc, qui en ont fait à la fois l’emblème du parc et l’objet de leur toute première action de sauvegarde patrimoniale, destinée à protéger ce qui est apparu alors comme un symbole de l’identité du « pays », défini par le parc naturel régional.

Table des illustrations

Légende Carte 1 – Limites extérieures de la Terre de Saint-Claude au xiiie siècle
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11099/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Carte 2 – La résurgence des anciennes limites : le tracé du parc naturel régional du Haut-Jura à sa création (1986) et ses correspondances avec les divisions internes de la Terre de Saint-Claude
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11099/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 185k

© Éditions de la Sorbonne, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540