Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écritures de l’espace social

 | 
Didier Boisseuil
, 
Pierre Chastang
, 
Laurent Feller
, 
et al.

Première partie. Construire l’espace

Pays et provinces dans la France monarchique (xive-xvie siècle)

Bernard Chevalier

Texte intégral

  • 1 B. Guenée, « Un royaume et des pays. La France de Michel Pintoin », dans Identité régionale et con (...)
  • 2 G. Dupont-Ferrier, « Sur l’emploi du mot “province” notamment dans le langage administratif de l’a (...)
  • 3 E.. Huguet, Dictionnaire de la langue française du seizième siècle, Paris, Champion, 1928-1932, ré (...)
  • 4 C. Deluz, Le Livre de Jehan de Mandeuille, une « géographie » au xive siècle, Louvain-la-Neuve, Un (...)
  • 5 R. Mousnier, Les institutions de la France sous la monarchie absolue, 1589-1789, Paris, PUF, 1974, (...)

1Au début du xve siècle, la France est un royaume fait de pays (pagi) ou de patries (patriae), c’est tout comme. Telle est du moins la vision qu’en donne Michel Pintoin, le religieux de Saint-Denis auteur de la Chronique de Charles VI, un homme cultivé et avisé qui connaît le sens des mots1. Sous sa plume, pas de province. Ce mot est réservé avant 1450 au ressort d’un archevêque métropolitain2. Utilisé ensuite, il désigne jusqu’au xviie siècle un peu n’importe quoi, aussi bien le royaume tout entier que ses composantes3. « Pays » est au contraire le terme adéquat, celui dont use la géographie de ce temps, plutôt que « terre » ou « parties4 ». Fort bien, mais reste à savoir ce qu’il faut mettre exactement sous un terme aussi vague. Ouvrons les ouvrages de référence habituels, les histoires des institutions ou les dictionnaires spécialisés. Hélas, on n’y trouve rien, ni le mot ni la chose, seulement quelques lignes réservées aux états dits « provinciaux ». Roland Mousnier fait exception. Il parle abondamment des provinces dont il estime le nombre à cinquante-huit, mais il se place clairement à la fin du xviiie siècle5.

  • 6 Outre l’article, supra, n. 1, B. Guenée, Politique et histoire au Moyen Âge, Recueil d’articles su (...)
  • 7 Histoire de la France politique, Le Moyen Âge. Le roi, l’Église, les grands, le peuple, 481-1514, (...)

2Chez les médiévistes, pourtant, le ton a changé ces derniers temps. B. Guenée, dans tous ses travaux d’histoire politique, se réfère souvent aux pays, sans toutefois en approfondir la nature6. Philippe Contamine va plus loin et montre un royaume « fondamentalement constitué et structuré par le rassemblement ou plutôt la juxtaposition, à l’intérieur d’un espace au demeurant assez rigoureusement défini sur le terrain, de “pays” (patriae) auxquels correspondaient à la fois des institutions publiques et des réactions collectives ». Tels sont, dit-il, la Flandre, l’Artois, la Picardie, la Champagne avec le Barrois, l’Île-de-France, la Normandie, la Bretagne, l’Anjou, la Touraine, le Berry, la Bourgogne, le Poitou, l’Aunis et la Saintonge, la Marche et le Bourbonnais, la Guyenne, le Limousin, l’Auvergne, le Quercy, le Rouergue, les pays ou comtés de Toulouse, d’Armagnac, de Foix, de Comminges, Gévaudan, Velay, Vivarais, etc.7.

  • 8 H. Noizet, La fabrique de la ville. Espaces et sociétés à Tours (ixe-xiiie siècle), Paris, Publica (...)

3C’est qu’en effet, comme les bonnes villes avec lesquelles ils ont bien des points communs, les pays ne sont pas définissables comme des institutions publiques ; ils ressortissent à l’anthropologie politique. Ce sont, en effet, des territoires occupés chacun par un peuple que son nom, son histoire, sa langue et ses coutumes identifient ; on peut même dire par une nation, puisque les habitants leur appartiennent par naissance et qu’ils y reconnaissent leur lieu de vie. On ne peut donc les aborder sans avoir au préalable disséqué leurs éléments constitutifs, dans une démarche quelque peu intemporelle, tant ils sont souvent difficiles à dater. Il faut aller plus loin, car les pays ne sont pas seulement des êtres de raison. Ils prennent corps et âme au début du xive siècle, c’est-à-dire au moment même où la monarchie s’affirme comme source unique et centralisée de souveraineté. Ce n’est pas l’effet du hasard. Les pays ont pris conscience de leur existence en s’y opposant. Leur origine ne se perd donc pas dans la nuit des temps, comme nous le donneraient à entendre tant de monographies d’histoire régionale. Sarments rattachés au tronc du royaume, ils auraient pu s’en détacher. Au cours du xve siècle, en effet, ils sont englobés au sein de principautés dont le développement met en péril sa cohésion. C’est pourquoi, quand la monarchie, non sans passer par bien des traverses, arrive à reprendre le dessus à partir de 1450, elle se garde bien de les affaiblir pour tenter de restaurer une centralisation périlleuse. Au jour le jour, s’instaure ainsi un système d’équilibre fondé sur une relation interactive et dynamique entre l’État moderne en gestation et sa périphérie. On pourrait donc dire qu’il y a eu, du xive au xvie siècle, une « fabrique » des pays historiques, à l’instar de celle des villes8. Mais elle s’opère dans des conditions qui sont propres à chacun d’eux. Pour en rendre compte globalement, il faudrait disposer d’histoires provinciales réécrites dans cette perspective. Je m’y risque cependant, heureux de pouvoir dédier cette esquisse à Monique Bourin, bonne Languedocienne qui sait ce qu’est un pays et ne cesse d’en faire progresser la connaissance.

Des territoires

  • 9 B. Guenée, « La géographie administrative à la fin du Moyen Âge : élections et bailliages », dans (...)
  • 10 R. Favreau, La ville de Poitiers à la fin du Moyen Âge, une capitale régionale, Poitiers [Mémoires (...)

4Les pays sont à coup sûr des unités territoriales ; ils ne sont pas les seuls. Au moment même où ils s’affirment, au début du xive siècle, un réseau administratif et judiciaire achève de se mettre en place, celui des bailliages et des sénéchaussées dont les limites, quoi qu’on en ait dit, ne souffrent aucune incertitude9. L’on est donc tenté de mettre les deux faits en balance et de se demander lequel des deux réseaux a bien pu engendrer l’autre. Problème classique de l’œuf et de la poule. Commençons par dire que, si les deux sortes de circonscriptions judiciaires sont équivalentes par leur fonction, elles ne le sont ni par leur origine ni par leur étendue. Les bailliages regroupent des châtellenies ou prévôtés royales avec les fiefs seigneuriaux qui en relèvent. Les sénéchaussées (une vingtaine à la fin du xve siècle), beaucoup plus vastes en général, tirent leur origine de la charge remplie naguère par un grand officier dans un fief titré réuni au domaine royal. Elles peuvent plus facilement s’identifier à un pays. Par exemple, comté de Poitiers, sénéchaussée et pays de Poitou se confondent à quelques minimes exceptions près10. Le Languedoc, stricto sensu, correspond aussi aux trois sénéchaussées de Toulouse, de Carcassonne et de Beaucaire. Mais en Normandie, pays à l’identité très tôt affirmée, rien de tel ; l’office de sénéchal disparaît après 1204, sans laisser de trace. Pour les bailliages, le problème est encore plus compliqué. On serait tenté de dire que celui de Tours correspond à la Touraine et c’est faux, car il a mordu sur le Berry voisin. Au nord de la Seine, les bailliages sont souvent si petits que les pays les débordent, ainsi la Picardie par rapport aux bailliages d’Amiens et de Vermandois.

5En fait, bailliages et sénéchaussées sont les relais dont dispose le pouvoir central pour correspondre avec la périphérie, mais ils ne sont pas des lieux de vie et c’est ce qui tranche la question. Aucun de leurs ressortissants n’y trouve un sentiment d’appartenance ; nul ne s’y réfère pour décliner son identité en requérant une lettre de rémission par exemple.

6En pareil cas, au contraire, la paroisse est rarement omise. Plus tardivement qu’on ne le croit, mais effectivement au xiiie siècle, aux champs comme en ville, elle est devenue véritablement lieu de vie et d’appartenance. Un lien étroit s’est établi entre un territoire bien délimité et ses occupants, vivants et morts. Là s’accomplissent les rites majeurs qui ponctuent l’existence ; là aussi, sous la houlette d’un même curé, une petite société se rassemble dans l’assemblée de fabrique pour la gestion courante, dans la communauté d’habitants pour la répartition de l’impôt royal. C’est là qu’un homme est citoyen à la fois du ciel et de la terre. Tout ce qui peut définir un pays s’y rencontre donc, mais à une échelle trop réduite pour qu’il y ait la moindre confusion. Quant aux doyennés, archidiaconés et diocèses, ils n’ont de sens que pour les ecclésiastiques. Le diocèse lui-même ne se confond pas avec un pays qui, en dépit des apparences parfois, n’en épouse jamais les limites. L’Église, en dépit de la clarté et de la précocité de son organisation territoriale, n’a pas engendré les pays.

  • 11 G. Le Bouvier, Le livre de la description des pays, E.-Th. Hamy (éd.), Paris, Leroux, 1908, p. 38- (...)
  • 12 B. Chevalier, « Gouverneurs et gouvernements en France entre 1450 et 1520 », dans Les bonnes ville (...)

7Il n’en va pas de même des structures féodales. On serait tenté de dire au premier abord que duchés et comtés ont été les matrices des pays. On les distingue mal. Au milieu du xve siècle encore, Gilles le Bouvier, le héraut Berry, passe en revue environ quarante-cinq unités territoriales, tant fiefs que pays, et termine en disant tout de go : Ainsy ay nommé tous les païs de ce royaulme11. Pays et comté de Champagne, pays et duché de Guyenne, pays et duché de Bourgogne, pays et duché de Normandie, pays et duché de Touraine sont des formules redondantes courantes dans les lettres royales, alors même qu’il n’y a plus ni duc ni comte à leur tête12. Mais c’est sans doute l’effet d’une dérive sémantique et institutionnelle à la fois. Depuis le xive siècle, les rois créent à leur guise de nouveaux fiefs titrés, soit en reprenant de très vieilles unités féodales qui sont d’incontestables pays, comme la Bourgogne ou la Normandie, soit en regroupant, non sans artifice, des châtellenies, ainsi du duché de Touraine ou de celui d’Orléans. La confusion du vocabulaire reflétant celle des esprits ne démontre pas pour autant que ces nouvelles principautés sont le simple décalque d’anciens pays.

  • 13 J. Tricard, « La Touraine d’un Tourangeau au xiie siècle », dans Le métier d’historien au Moyen Âg (...)

8Pour être plus clair, reprenons un document assez exceptionnel qui a été parfaitement étudié13. Un moine de Marmoutier au xiie siècle a fait une description de la Touraine. Il sait parfaitement que le comté de Tours a disparu, absorbé par celui d’Anjou depuis un siècle, et le rappelle en commençant. Sa Touraine n’est donc pas un comté, encore moins une province, pas même un pays ; c’est pour lui tout simplement une « terre ». Il en nomme les contrées voisines : au nord, des diocèses, ceux de Chartres et du Mans, mais au sud, un pays, celui de Poitou (pagus pictavensis), puis il en trace les limites en suivant les lignes d’eau et les forteresses qui les jalonnent. Au total, cette « terre » ne correspond ni à l’ancien diocèse ni au futur bailliage ni au duché créé au milieu du xive siècle. C’est peut-être déjà un pays, mais sans l’être tout à fait encore. Le territoire existe, mais délimité d’une manière qui n’a eu aucune suite. Au fond, les pays n’existent sur le terrain que dans la mesure où leurs habitants s’y sentent compatriotes. La géographie cède ici le pas à l’ethnographie.

Des peuples

9Qu’est-ce donc qu’un peuple, quand il n’est pas une communauté de citoyens ? Une société d’hommes qui se reconnaissent comme semblables, parce qu’ils ont en commun un nom, une histoire, une langue, des us et coutumes. Autant de moyens d’identité qui ne sont pas tous toujours présents et qui n’apparaissent pas nécessairement dans le même laps de temps.

  • 14 P. Bourdieu, Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard, 1982, (...)

10Au commencement pourtant, il y a le nom. C’est une essence sociale qui vaut institution d’identité14. La moitié peut-être de ces noms de peuples dérivent de ceux des Gaulois par le truchement des cités gallo-romaines et des comtés carolingiens qui ont pris leur suite. C’est le cas des Angevins, des Tourangeaux, des Berrichons, des Auvergnats, des Poitevins, des Saintongeais, des Parisiens mêmes et de bien d’autres. Du coup, la fabrique des pays prend une apparence d’ancienneté quasiment immémoriale. À tort, car les peuples dont les noms ne remontent pas aux Gaulois, les Bourguignons par exemple, les Normands ou les Flamands, ou même les Franciens (pour éviter l’amphibologie que créerait le mot Français) ont une identité aussi forte que la leur. Pas de hiérarchie entre les pays de France qui serait fondée sur l’antiquité réelle de leurs origines. César n’en a pas été l’inventeur, même s’il est arrivé qu’on le croie.

  • 15 Poètes et romanciers du Moyen Âge, texte établi et annoté par A. Pauphilet, 1943 (Bibliothèque de (...)

11Quoi qu’il en soit, pour tous, le nom renvoie à une histoire, qui les distingue. Roland, à l’article de la mort, rappelle avec une fière douleur les vieux pays qu’il a conquis pour Charlemagne à la pointe de Durandal qu’il va briser : Anjou et Bretagne, Poitou et Maine, Normandie la franche, Provence, Aquitaine..., toute la Flandre et Bourgogne15. Une plus ample recherche montrerait sûrement bien d’autres énumérations de cette sorte dans les textes littéraires. Au xie siècle donc, et sûrement bien avant, les gens savent nommer le pays qui les a vus naître ; il suffit de lire Grégoire de Tours pour s’en rendre compte.

  • 16 Ph. Contamine, « La royauté française à l’origine de la patria occitana ? », dans Identité régiona (...)

12C’est beaucoup et c’est peu. Ce qui constitue l’identité d’un peuple, plus encore que le nom auquel il répond, c’est la langue qu’il parle. On sait que, à l’orée du ixe siècle et probablement bien avant, le latin vulgaire avait cessé d’être un moyen de communication général en Gaule. Tel est le point de départ des langues romanes ou plutôt des divers dialectes locaux qui en prennent la place en se diversifiant d’autant plus vite qu’aucune norme, notamment scolaire, ne vient en réguler l’évolution. Dès lors, la question se pose. Les sujets du roi de France se comprenaient-ils entre eux, même quand leur langue romane n’était ni du flamand ni du breton ? Du Nord au Midi, de la Picardie à la Gascogne, sûrement pas. Dans l’entre-deux, toutes les nuances se rencontraient ; il y avait ceux qui n’avaient entre eux aucune difficulté de communication, ceux de leurs voisins qu’ils comprenaient sans pouvoir parler leur langue et ceux enfin qu’ils ne comprenaient plus du tout. Le latin, comme langue écrite et parlée par les clercs, servait encore d’idiome commun ; la langue du roi, à la fin du xiiie siècle, commençait à jouer le même rôle. La bigarrure était donc complète. La chancellerie royale le savait bien ; elle savait que sa propre langue française n’était pas connue dans les lointaines régions méridionales récemment rattachées au domaine. Peut-être sans avoir lu Dante, elle connaissait la classification savante des langues romanes selon la manière de dire oui (oïl, oc et si) et se mit à distinguer par commodité deux zones linguistiques, le pays de la langue d’oc (patria ou partes linguae occitanae) et celui de la langue d’oïl16. Avait-elle du même coup créé l’Occitanie comme pays ? Certainement pas.

  • 17 Les langues de France, B. Cerquiglini (dir.), Paris, PUF, 2002, p. 138.

13On pourrait presque en dire autant des familles de dialectes cataloguées par les linguistes avec du reste un souverain mépris pour la chronologie. Ils en distinguent six en langue d’oc (l’auvergnat, le limousin, le gascon, le languedocien, le franco-provençal et le provençal), sept en langue d’oïl (le picard, le lorrain, le champenois, le bourguignon, le poitevin-saintongeais, le gallo-angevin, le normand), plus un vaste ensemble au sein duquel s’observent seulement des variations du français d’Île-de-France qui comprend l’orléanais, le tourangeau, le berrichon et le bourbonnais. Mais ce sont là des artefacts ; on peut évidemment en dresser la carte, elle ne reproduit pas exactement celle des pays17. Car c’est l’étiquette ethnique qui a été collée sur un tiroir linguistique et non l’inverse. Le marqueur d’identité, c’était véritablement le langage du pays natal, même si l’on en usait concurremment avec un autre, le français par exemple, qui se diffuse dans le royaume tout entier entre 1450 et 1550 comme langue administrative et parler des élites. Du coup, la langue parlée devenait un critère social et non plus ethnique. Mais, vers 1500, on en était encore à l’usage commun : à chaque pays, sa langue. Ainsi, 1467, un moine de Clairvaux peut-il écrire :

Norris fu en l’ordre Chartreuse
Et en la celle delicieuse,
Et fu de l’eveschié de Troyes
Pour ce ne say je pas françois
Mais parle moult rude langaige
Qui aus François est moult sauvaige.

  • 18 Cité par B. Guenée, « Les tendances actuelles de l’histoire politique du Moyen Âge français », dan (...)
  • 19 Olivier Mattéoni, Servir le prince. Les officiers des ducs de Bourbon à la fin du Moyen Âge, 1356- (...)

14Ou, à la même époque, l’un des acteurs d’une lettre de rémission dire : « Et pour ce qu’il parloit langaige bourguignon dont il estoit venu, luy demanda... telz motz » : « Tu es bourguignon18 ? » Mieux encore, toujours à la même époque, un habitant de Remaison, au nord du Forez, à l’occasion d’un meurtre commis à Jaligny, en Bourbonnais, à une cinquantaine de kilomètres de là, mentionne que sa prétendue victime ne parlait pas le « langage du païs » qui était le « françois », mais sans doute un franco-provençal qui était singulièrement imbriqué aussi dans la région avec l’auvergnat19.

  • 20 Maistre Pierre Pathelin, farce du xve siècle, 2e édition revue par R. T. Holbrook, Paris, Champion (...)
  • 21 Pantagruel, chapitre VI. De même, au chapitre IX, Panurge, après avoir utilisé toutes les langues e (...)
  • 22 P. Ourliac, J.-L. Gazzaniga, Histoire du droit privé français de l’an mil au code civil, Paris, Al (...)
  • 23 G. Giordanengo, « Jus commune et “droit commun” en France du xiiie au xve siècle », p. 219-247, da (...)

15Ces plus ou moins grandes difficultés de communication, réelles ou simulées, se prêtaient aux situations cocasses dont la farce faisait ses délices, celle de Maître Pathelin par exemple20. L’avocat malhonnête feint de délirer, en picard parce que « sa mère fut de Picardie », comme l’explique sa femme au créancier qu’il faut duper, en limousin, parce que « il eust ung oncle lymosin », en normand, « parce que celluy qui l’aprist à l’escole estoit normand », en breton, « parce que la mère de son père fut attraicte de Bretaigne » et, pour faire bonne mesure, en lorrain et en pseudo-hollandais. Rabelais exploite encore la même veine avec son écolier limousin qui parle d’abord un effroyable jargon franco-latin, avant de revenir spontanément à sa langue natale sous le coup de la peur que lui inspire Pantagruel, et celui-ci, qui le comprend alors, remarquons-le, de lui dire : « A ceste heure parles tu naturellement21. » La variété des us et coutumes qui distinguent aussi les pays les uns des autres n’est pas sans analogie avec celle des langues. Passons sur le temps des origines, le succès d’un droit vulgaire, loin de la doctrine, mais proche de la pratique, la ruine rapide de la culture juridique et le régime de la personnalité des lois introduit par les peuples barbares en Gaule à partir du ve siècle. Il suffit d’observer que l’émergence d’un véritable droit coutumier, au début du xiiie siècle, va de pair avec la redécouverte du droit romain, c’est-à-dire des compilations exécutées au vie siècle à Constantinople au temps de Justinien et complétées par l’œuvre des glossateurs. C’est alors qu’on passe des mœurs, autant dire une « certaine manière de vivre qui devient obligation et règle vitale », comme le disait Isidore de Séville au vie siècle, à la « coutume du pays », appliquée comme norme juridique22. C’est un chemin qui passe par la jurisprudence des tribunaux royaux. Pour les cours de bailliages et sénéchaussées qui se mettent en place progressivement justement à cette époque, mais aussi bien pour le parlement qui siège à Paris, rendre la justice ne consiste pas à appliquer la loi mais, de manière très pragmatique, à résoudre des cas. Ils font feu de tout bois, si l’on peut dire : la coutume du lieu, si elle est applicable, ou bien celle du pays voisin, si elle convient, ou encore un simple usage, s’il peut être établi, ou enfin, en dernière instance, le droit romain, dénommé couramment « droit commun » ou « droit écrit23 ». Et c’est ainsi que les coutumes deviennent notoires, quand elles sont prises sans conteste comme norme légale depuis au moins trente ans.

16Là-dessus se greffe l’œuvre des savants qui les comparent entre elles et les rassemblent au sein de coutumiers qui couvrent des territoires étendus et peuvent à leur tour servir de base à la jurisprudence. De ces coutumiers, le premier en date est le Très ancien coutumier de Normandie, le plus célèbre, les Coutumes de Beauvaisis, de Philippe de Beaumanoir, et l’un des plus féconds, la somme dite les Établissements de Saint Louis. Leurs auteurs en sont des officiers royaux et l’on constate donc une relation dynamique entre le particularisme local et le souci de hiérarchiser, et, pour tout dire, de rationaliser les règles qui procèdent seulement du consensus. C’est ainsi, par une démarche similaire à celle qui a construit la division linguistique binaire, que se fait la distinction entre le Nord coutumier et le Midi de droit écrit. Ici, en effet, la multiplicité des coutumes et usages locaux était encore bien plus accentuée que là, et le recours des juges au « droit commun » bien plus fréquent. La création au parlement de Paris d’un auditoire de droit écrit en 1251 a cristallisé cette pratique. Il devenait, en l’espèce, coutume générale du Midi, sans du même coup abolir les autres.

17Dans le Nord, la rédaction des coutumes, ordonnée par le roi en 1454, mais mise en œuvre guère avant le début du xvie siècle, fut au fond une démarche similaire. La procédure suivie en est révélatrice ; dans chaque pays, le texte de la coutume fut rédigé par une assemblée d’experts avec le concours de conseillers au parlement de Paris, puis adopté par une assemblée des états locaux et enfin ratifié par le roi. Elle devenait loi écrite sans changer de nature. Tant il est vrai que, en matière de droit privé, le roi n’a jamais voulu se poser en législateur, mais simplement en régulateur.

  • 24 La plus commodément consultable est celle de J.-F. Lemariginier, France médiévale, op. cit., p. 36 (...)

18Une soixantaine de coutumes de pays furent ainsi rédigées. La maxime communément admise de longtemps voulait qu’elles fussent réelles, c’est-à-dire la seule règle applicable aux biens et aux personnes dans le territoire où elles étaient reçues. Ainsi se trouvait conforté un fait acquis : à chaque pays, son droit et ses usages. Du coup, les ressorts coutumiers furent clairement et définitivement délimités sur le terrain. On peut en faire la carte et, somme toute, c’est encore elle qui correspond le mieux à celle des pays du royaume24.

L’État et les états

  • 25 André Artonne, Le mouvement de 1314 et les chartes provinciales de 1315, Paris, Alcan, 1912, 234 p (...)

19La combinaison d’un territoire, d’un nom, d’une histoire, d’une langue et d’une coutume constitue en quelque sorte l’idéal-type du pays, mais pour Michel Pintoin et nombre de ses contemporains il ne s’agissait pas de construction abstraite. Pour eux, les pays, quelle qu’en soit la consistance, sont partie prenante d’un système politique. On peut même être plus précis et dire qu’ils le sont depuis le règne de Philippe le Bel, et ce n’est pas un hasard. Le mouvement dit communément des ligues provinciales, qui commence en novembre 1314, mais dure jusqu’en 1317, en est la manifestation, et la levée d’un fouage général, pour la guerre en Flandre, l’occasion25. Ce n’était pas la première. La multiplication de ces impôts généraux était l’affirmation d’un pouvoir central régalien trop précoce sans doute pour pouvoir être supportée sans mot dire par les états de la société. La périphérie se dressait contre le centre. Cette levée de boucliers a été diversement commentée et beaucoup longtemps n’ont voulu y voir que la réaction archaïque d’une noblesse seulement préoccupée par la défense de ses intérêts féodaux. Quoi qu’il en soit, l’essentiel pour mon propos est qu’elle se soit faite spontanément par pays qui étaient donc déjà ressentis comme des lieux propices aux mouvements de solidarité vécue et d’action concertée. C’est, en effet, dans le cadre de la Bourgogne que les nobles, initiateurs du mouvement, se rassemblèrent en novembre 1314. Le mouvement fit ensuite tache d’huile de pays en pays en donnant lieu même à de vastes regroupements. Geoffroy Paris, dans sa chronique rimée, en exprime bien l’ampleur. Le texte est bien connu ; il n’est pas inutile de le reprendre :

  • 26 Cf. Artonne, op.cit., p. 28.

Et tous ensemble s’accordent
Et de France et de Picardie
Avecques celz de Normandie
Et de Bourgoigne et de Champaigne
D’Anjou, de Poito, de Bretaigne
Du Chartrain, du Perche, du Maine
Celz d’Auvergne et celz de Gascoigne
Et de tout le royaume de France26.

20Le pouvoir royal pris à contre-pied plia et concéda jusqu’en 1317 une série de chartes qui sanctionnaient les droits, franchises, coutumes et libertés des pays représentés généralement par leurs noblesses et certains éléments du clergé, car les bonnes villes étaient restées peu ou prou à l’écart du mouvement. André Artonne en a publié ou analysé dix, qui furent concédées, les unes après les autres, à la Normandie, à un Languedoc étendu de Brive à Narbonne, à la Bretagne, la Bourgogne, la Picardie, la Champagne, l’Auvergne, à une « Basse-Marche » qui englobait Poitou, Touraine, Anjou, Maine, Saintonge et Angoumois, enfin au Berry et au Nivernais. La plupart tombèrent vite en désuétude, mais deux au moins furent intégrées dans le droit coutumier du pays : la fameuse charte aux Normands et la charte aux Languedociens dont la confirmation, selon Artonne, fut très régulièrement demandée au moins jusqu’en 1462-1463. De toute manière, leur valeur symbolique dépasse de loin leur contenu juridique et leur efficacité politique. Ces textes ne sont que les premiers de ces documents, hétéroclites souvent, inconsistants parfois, que tant de pays révérèrent ensuite sinon comme leur statut, du moins comme leur palladium.

21Le champ de ces relations ambivalentes nouées entre le pouvoir central et les pays s’élargit considérablement du fait de la guerre ouverte en 1337 entre les rois de France et d’Angleterre. Le roi, en effet, s’avère incapable d’y faire face seul, ni pour la financer ni pour la conduire des limites du Ponthieu jusqu’à celles de l’Aquitaine en passant par la Bretagne.

  • 27 A. Coville, Histoire de France illustrée, t. IV, 1re partie, Les premiers Valois et la guerre de C (...)

22Commençons par la levée des subsides extraordinaires qu’elle nécessitait. En l’espèce, le mouvement des ligues faisait précédent. Dès 1337, par exemple, les Normands assemblés à Pont-Audemer s’appuyèrent sur leur charte pour négocier leur consentement27. Pour toute nouvelle taxe, le roi devait obtenir d’abord l’assentiment d’états généraux tant en langue d’oïl qu’en langue d’oc, puis s’entendre avec des états locaux sur sa répartition et les modalités de sa liquidation. Le désastre de Poitiers en 1356, la captivité du roi Jean, l’effondrement de l’État et le pullulement des bandes de routiers poussent cette dilution du pouvoir à son paroxysme. Plus encore que les états généraux, ce sont les assemblées locales qui y trouvent un nouvel élan. Aucune uniformité, aucun mot d’ordre commun. Les unes s’enracinent dans une tradition liée à d’anciennes pratiques féodales, les autres sont de pures innovations, certaines s’élargissent à plusieurs pays, d’autres se limitent à un seul bailliage, mais toutes se multiplient. Le bel âge de ces assemblées représentatives ouvert ainsi au milieu du xive siècle se prolonge durant deux siècles au moins. On les a dénommées au xixe siècle états provinciaux. En réalité, à l’époque, elles prenaient tout simplement le nom du pays : états de Normandie, de Bourgogne, de Poitou, de Touraine, etc., tant il était évident que ces assemblées donnaient une expression politique à ce qui n’était souvent encore qu’un vague sentiment d’appartenance commune. Les pays prenaient corps et plus nettement encore quand, dans l’intervalle de sessions devenues régulières, des commissions permanentes ou des procureurs syndics étaient institués pour suivre les affaires en cours et obtenir réponses à leurs doléances régulièrement présentées avant toute concession de subsides.

  • 28 P. Dognon, Les institutions du pays de Languedoc du xiiie siècle aux guerres de Religion, Toulouse (...)

23L’assemblée territoriale faisait alors figure d’institution publique. Comme les membres du clergé généralement n’y venaient guère et ceux de la noblesse en très petit nombre, les bonnes villes assuraient seules la représentation du pays et s’identifiaient à lui. Il arriva même qu’elles le créassent. En 1359, c’est l’union « perpétuelle » des bonnes villes des trois sénéchaussées de Toulouse, Carcassonne et Beaucaire, authentifiée par un acte en bonne et due forme, qui fut à l’origine du Languedoc historique, réduction de l’ensemble fluctuant et vague désigné sous ce nom depuis le début du siècle, parce qu’il se trouvait séparé de la Provence hors du royaume et coupé de l’Aquitaine anglaise28. Les bonnes villes qui avaient corps et collège étaient l’armature du pays et son répondant face au pouvoir central. Souvent une décantation s’opéra et seules quelques-unes s’arrogèrent le monopole de sa représentation, ainsi les vingt bonnes villes de Bourgogne, les vingt-cinq de Bretagne, les dix de Dauphiné, les treize de Haute-Auvergne et les quatre de Basse-Auvergne, les vingt chefs-lieux de diocèses fiscaux en Languedoc et ainsi de suite.

  • 29 B. Chevalier, « Gouverneurs et gouvernements », dans Les bonnes villes, op. cit., p. 259.

24L’organisation de la défense suivit le même processus. Ce sont les bonnes villes qui s’en chargèrent de leur propre initiative, mais chacune dans son coin. Pour assurer un minimum de coordination entre ces actions isolées et les susciter là où elles ne se manifestaient pas, dès le début de la guerre, le roi fit de grands personnages ses lieutenants généraux, munis d’une très large délégation de pouvoir et dont la compétence, limitée dans le temps, avait pour cadre des pays et non les bailliages ou sénéchaussées qui se trouvaient ainsi éclipsés. En voici un exemple parmi bien d’autres. En 1352, le maréchal d’Audrehem est nommé lieutenant général en Limousin, Périgord, Angoumois, Saintonge et Poitou, et plus généralement dans tous les pays entre Loire et Dordogne, avec pleins pouvoirs pour gouverner par-dessus tous autres capitaines, seneschaux et autres officiers et commissaires tous lesdiz païs29. Ce sont bel et bien des gouverneurs temporaires qui sont ainsi mis en place.

  • 30 R. Cazelles, Société politique, noblesse et couronne sous Jean le Bon et Charles V, Paris-Genève, (...)

25Un pas de plus fut accompli par la constitution des grands apanages concédés par le roi Jean le Bon à ses cadets et qu’il intitula duchés. Les princes du sang ainsi dotés, Philippe en Bourgogne, Jean en Berry, Poitou et Auvergne, Louis en Anjou, Maine, Touraine et Loudunais furent tous aussi lieutenants généraux dans leur pays avec une délégation de pouvoir, voire de souveraineté, bien plus grande encore que celle dont avaient joui les commissaires, leurs prédécesseurs. Les titulaires des grands fiefs historiques, Bourbon en tête, mais aussi bien Alençon, Foix, Albret ou Armagnac, s’en firent donner autant. Ce n’est plus de pays alors qu’il faut parler, mais de principauté. La périphérie prend ainsi le pas sur le centre, dans une structure presque fédérative, car l’action effective et directe du roi Charles V se localise dans une zone étroite comprise entre la Seine et les limites de l’Empire30. Le Languedoc ne fait pas exception. Il y avait trop de risque à en faire un apanage, mais son éloignement et sa situation en frontière de la Guyenne anglaise imposent qu’il ait un chef à demeure, un prince du sang largement apanagé par ailleurs, une sorte de vice-roi sans le titre, placé là comme lieutenant général et maintenu longtemps en place.

26Au XVe siècle, la division du royaume après le traité de Troyes (1420) accentue cette poussée centrifuge. La dynastie de Lancastre traite la Normandie comme son héritage propre, au même titre que la Guyenne. À Paris et dans ce pays compris entre la Seine, l’Oise et la Marne, que l’on commence à appeler Île-de-France pour le distinguer du royaume tout entier, elle place un lieutenant et gouverneur, tandis que le duc de Bourgogne, son allié, exerce un pouvoir identique en Picardie et en Champagne.

27Tous ces princes qui ne sont nullement des féodaux, comme on se plaît à le dire encore, dotent leurs domaines d’institutions centrales calquées sur celles du royaume : ville capitale, conseil privé, chancellerie, services de finances et de justice. Les élites sociales issues de leurs bonnes villes y trouvent l’occasion de servir leur prince « naturel » et de lier leur destinée à la sienne.

  • 31 P.-R. Gaussin Louis XI, un roi entre deux mondes, Paris, Nizier, 1976, p. 87 et suiv., en a compté (...)

28Or ces dynastes locaux mènent une politique de concentration, principalement fondée sur des combinaisons matrimoniales, ajoutant pays aux pays tout en respectant l’individualité de chacun. Les auteurs d’histoires provinciales en font leurs délices et suivent dans tous ses détails l’élaboration mouvante et compliquée de ces mosaïques. La cohésion des lignages restant forte, ce sont de puissantes maisons princières qui se forment et se partagent ainsi le royaume31.

  • 32 B. Guenée, Politique et histoire, op. cit., p. 188.

29De là le conflit récurrent qui s’ouvre entre elles et la royauté, dès lors que, après le passage fulgurant de Jeanne d’Arc et la paix conclue avec la maison de Bourgogne en 1435, celle-ci gagne sans cesse en puissance et en autorité. Ses multiples péripéties constituent l’essentiel du récit historique consacré à la période. Non pas, comme on le disait naguère, que ce soit la lutte patriotique des rois pour faire l’unité française contre des féodaux attardés et condamnés par l’histoire, mais un affrontement qui met en cause la structure même du royaume et dont l’issue, quoi qu’on en pense, n’était pas déterminée d’avance. Les princes ne contestent pas la souveraineté du roi ni sa mission sainte, si ce n’est, sans doute, à la fin du siècle, les ducs de Bretagne et de Bourgogne. Ils veulent bien qu’il soit l’élu de Dieu, empereur en son royaume, mais ils veulent être comme des rois dans leurs duchés ou leurs comtés, à l’instar de leurs homologues du Saint Empire32.

30Le conflit qui s’ouvre avec la Praguerie en 1440 atteint son paroxysme sous Louis XI et ne se clôt véritablement qu’avec l’effondrement de la puissance bourbonnaise, en 1523. Or, ce qui a consommé l’échec final des princes, c’est que leurs pays ou plus précisément les bonnes villes qui les représentaient ont refusé de les suivre, sauf toujours en Bretagne et en Bourgogne, dans leur agitation désordonnée et leurs vaines coalitions. Toutefois, Charles VII comme Louis XI, les principaux acteurs de cet affrontement, avaient parfaitement compris la leçon des événements et saisi le péril que faisait courir une centralisation institutionnelle prématurée. Ils se sont bien gardés d’attenter aux libertés des pays reconquis ou nouvellement réunis au domaine. Bien au contraire, ils les ont élargies, et leurs successeurs n’ont pas agi autrement. La royauté, qui ne réside plus à Paris, a mis en place, notamment entre 1450 et 1550, des parlements et autres cours souveraines en Languedoc, Dauphiné, Guyenne, Normandie, Bourgogne, Provence et Bretagne. Elle n’a jamais renoncé à la création d’apanages et, là où la prudence politique imposait de n’en rien faire, elle a recouru à la délégation de pouvoirs consentie à des lieutenants généraux et gouverneurs, successeurs des princes déchus, mais officiers nommés et révocables. À l’avènement de Louis XII, en 1498, il y avait ainsi dix gouvernements aux contenus encore fort variables, qui étaient la Picardie, la Champagne, l’Île-de-France, la Normandie, la Bourgogne, le Dauphiné, la Provence, le Languedoc, la Guyenne et la Bretagne, auxquels s’ajouta vite le Lyonnais. Le titre de gouverneur sonnait bien ; dans de simples bailliages et sénéchaussées, comme la Touraine ou le Limousin, les titulaires s’en parèrent. Le mouvement était lancé ; il se développa pour aboutir aux trente-six gouvernements de l’Ancien Régime qui couvraient le royaume tout entier. Ne nous y trompons pas. Ce que nous appelons aujourd’hui avec attendrissement nos « vieilles provinces » (le mot fait florès à partir de la fin du xvie siècle), ce sont ces gouvernements.

31À la fin du xve siècle en tout cas, gouvernements constitués, apanages maintenus et principautés épargnées étaient le signe tangible d’une politique toute pragmatique, imprégnée de sagesse, faite avant tout pour préserver la cohésion interne du royaume. Elle combinait l’unicité du commandement, celle d’un État royal aux prérogatives fortement affirmées, avec une grande latitude d’appréciation et d’exécution laissée aux pays et à leurs bonnes villes. Balance des pouvoirs fondée sur leur partage. C’est la même logique qui fit entrer dans la pratique du gouvernement central le recours à un principal conseiller tenant la place d’un Premier ministre sans en avoir le titre, ainsi Anne et Pierre de Beaujeu, Guillaume Briçonnet, Georges d’Amboise et tous leurs successeurs. Il faut donc être très circonspect, quand on parle d’absolutisme monarchique et de centralisation avant Louis XIV, et même après lui. La note dominante est bien toujours celle d’un dialogue du pouvoir central avec la périphérie, du monarque avec ses pays.

  • 33 Journal des états généraux de France tenus à Tours sous le règne de Charles VIII, rédigé en latin (...)
  • 34 Neithard Bulst, Die französischen Generalstânde non 1468 und 1484, Thorbecke, Sigmaringen, 1992, a (...)

32Les états généraux, en 1484, furent l’occasion de sa mise en scène. L’un des députés, Jean Masselin, qui en a tenu un précieux journal, commence par dire, oubliant qu’ils avaient été tous élus dans le cadre des bailliages et sénéchaussées, qu’ils étaient les représentants des « provinces » (legati provinciarum). Il raconte ensuite comment, le 7 janvier aux Montils-lès-Tours, ils ont été présentés à Charles VIII, l’enfant-roi, « rangés par nations et par groupes » (nationes et turmas). Pierre de Beaujeu les lui nommait en disant : « Voici messieurs de Paris (domini parisienses), voici les Picards, voici les Normands et ainsi des autres33. » Plus clairement encore, une liste des cent cinq « villes et cités » représentées aux états les énumère, groupées dans dix-neuf « païs » : l’Île-de-France, la Picardie, la Normandie, la Champagne, la Bourgogne, le Lyonnais, le Berry, le Nivernais, l’Auvergne, l’Anjou, la Touraine, le Maine, le Languedoc, le Roussillon, la Guyenne, le Poitou, la Saintonge, le Dauphiné et la Provence34.

33Vingt pays, quarante, soixante pays ou provinces même, comme au xviiie siècle, peu importe, car, n’étant pas des institutions, leur décompte est illusoire, d’autant plus que leur qualité n’était pas interchangeable. Il y a des pays « parfaits » et d’autres dont l’identité est fort palote. Les uns ont langue et coutumes communes, gouverneur ou prince à leur tête, chartes et privilèges écrits soigneusement conservés, assemblées d’états et cours souveraines, ainsi la Normandie, la Bourgogne, le Dauphiné, le Languedoc, la Bretagne et la Provence. D’autres sont les subdivisions d’unités plus vastes, par exemple en Languedoc, dans le Velay, le Vivarais ou le Gévaudan, et d’autres enfin, notamment dans le vieux domaine royal, depuis longtemps de langue française et dominés de plus en plus par la coutume de Paris, sans institutions propres de surcroît, existent à peine.

  • 35 B. Guenée, Politique et histoire, op. cit., p. 57.
  • 36 M. Jones, « Mon pais et ma nation : Breton identity in the Fourteenth Century », dans C. T. Allman (...)

34Tous pourtant se retrouvent en un point, l’attachement profond qui unit les habitants à leur petite patrie. Il est dommage que le patriotisme local n’ait pas entraîné autant de débats et d’investigations que n’en ont suscité l’émergence et le développement du sentiment national. Il est pourtant fort ancien et vigoureux au point d’engendrer de vives animosités à l’égard des voisins « étrangers ». « Les haines restent profondes entre ceux de langue d’oïl et ceux de langue d’oc, entre Flamands et Normands, Normands et Bretons, Français et Bourguignons. Le moindre incident déclenche un torrent d’injures et une grêle de coups », dit B. Guenée35. Au reste, ces rivalités et cet esprit de clocher n’excluent pas un attachement réel et partagé envers le roi et le corps mystique du royaume dont il est la tête. On peut être bons Bretons et bons Français36

  • 37 B. Chevalier, Guillaume Briçonnet (v. 1445-1514), un cardinal-ministre au début de la Renaissance,(...)
  • 38 M. Yardeni, « Histoire des villes et des provinces au xvie siècle », Le journal des Savants, 1993, (...)

35On voudrait pouvoir illustrer par de nombreux exemples la réalité de cet amour de la petite patrie. En voici un au moins qui nous vient de la Touraine, justement l’un de ces pays dont l’identité n’était pas des plus fortes. Au xiie siècle déjà, les considérations du moine de Marmoutier sur les limites de sa terre servaient d’introduction à un éloge dithyrambique. Deux siècles plus tard, alors que de nombreux Tourangeaux sont engagés au service du roi et vivent à Paris, on les voit se réunir au collège de Tours pour célébrer ensemble la fête patronale de la Saint-Gatien et banqueter joyeusement, aux frais de l’institution, cela va sans dire37. On aimerait multiplier les petits faits de ce genre, mais leur collecte reste à faire. Il est du moins un cas général qui ne trompe pas. Au xvie siècle, l’esprit du temps amène la multiplication des histoires provinciales ; toutes conjuguent un ardent patriotisme local avec l’exaltation de la fidélité indéfectible du pays envers son roi, en occultant même des faits contraires dont le souvenir était encore tout frais38.

Conclusion

  • 39 B. Guenée, Politique et histoire, op. cit., p. 171.
  • 40 J. Boutier, A. Dewerpe, D. Nordman, Un tour de France royal. Le voyage de Charles IX (1564-1568), (...)

36Au fond « la première chance du roi de France a été d’être le seul lieu commun de la diversité française39 ». C’est bien pourquoi l’équilibre subtil improvisé au sortir des grandes crises des années 1350-1450 a pu tenir bon. C’est si vrai que, lorsque de très graves dissensions religieuses vinrent le remettre en cause, on se hâta de le restaurer. Catherine de Médicis, la Florentine, l’avait compris avec une rare perspicacité. Après la première guerre de religion close par un édit de pacification plutôt mal reçu dans les pays, elle jugea nécessaire d’entraîner de 1564 à 1566 Charles IX, le jeune roi son fils, dans un long voyage fait pour le mettre personnellement en contact avec leurs parlements, leurs officiers royaux, leurs bonnes villes et leurs gentilshommes accourus en grand nombre pour voir leur souverain. Pendant deux ans ainsi, Paris fut délaissée et la monarchie pratiqua l’art de « gouverner en voyageant », c’est-à-dire en retissant tous les liens qui maintenaient la cohésion de la trame et qui confortaient l’« affirmation du principe de commandement unique dans un système politique en proie à la désintégration40 ».

37Certes, au cours des xviie et xviiie siècles, les libertés des pays n’ont cessé de s’étioler et la centralisation administrative et politique de progresser, mais la vitalité des pays n’en a pas été atteinte en profondeur. La preuve en est que, le 14 juillet 1790, la grande fédération rassemblant toutes celles qui avaient uni les forces locales fut fêtée comme l’acte de naissance d’une nation dont l’unité voulait se faire sur l’abolition des particularismes provinciaux. Mais, trois ans plus tard, le « fédéralisme », toujours présent, devint l’hydre à abattre dans le sang. Et c’est ainsi qu’ont pris fin, jusqu’à nos jours exclus, il est vrai, ces pays ou provinces qui avaient formé si fortement pendant tant de siècles l’ossature d’un grand royaume unique dans sa diversité.

Notes

1 B. Guenée, « Un royaume et des pays. La France de Michel Pintoin », dans Identité régionale et conscience nationale en France et en Allemagne du Moyen Âge à l’époque moderne, R. Babel et J.-M. Mœglin (éd.), Sigmaringen, Thorbeke, 1997, p. 403-412.

2 G. Dupont-Ferrier, « Sur l’emploi du mot “province” notamment dans le langage administratif de l’ancienne France », Revue historique, 1929, p. 241 et suiv., « De quelques synonymes du mot “province” », ibid., 1930, p. 278 et suiv.

3 E.. Huguet, Dictionnaire de la langue française du seizième siècle, Paris, Champion, 1928-1932, rééd. Didier, 1946-1967, s. v. « pays ».

4 C. Deluz, Le Livre de Jehan de Mandeuille, une « géographie » au xive siècle, Louvain-la-Neuve, Université catholique, 1988, annexe II, p. 386.

5 R. Mousnier, Les institutions de la France sous la monarchie absolue, 1589-1789, Paris, PUF, 1974, chapitre XIV, p. 470 et suiv.

6 Outre l’article, supra, n. 1, B. Guenée, Politique et histoire au Moyen Âge, Recueil d’articles sur l’histoire politique et l’historiographie médiévale (1956-1981), Paris, Publications de la Sorbonne, 1981, et plus spécialement « Espace et État dans la France du bas Moyen Âge » p. 111-125 (l’article reproduit date de 1968).

7 Histoire de la France politique, Le Moyen Âge. Le roi, l’Église, les grands, le peuple, 481-1514, Ph. Contamine (dir.), Paris, Seuil, 2002, « Les cadres “nationaux” de la vie politique », p. 344-345.

8 H. Noizet, La fabrique de la ville. Espaces et sociétés à Tours (ixe-xiiie siècle), Paris, Publications de la Sorbonne, 2007.

9 B. Guenée, « La géographie administrative à la fin du Moyen Âge : élections et bailliages », dans Politique et histoire, op. cit., p. 41-71.

10 R. Favreau, La ville de Poitiers à la fin du Moyen Âge, une capitale régionale, Poitiers [Mémoires de la société des antiquaires de l’Ouest, 14], 1978, p. 117.

11 G. Le Bouvier, Le livre de la description des pays, E.-Th. Hamy (éd.), Paris, Leroux, 1908, p. 38-51.

12 B. Chevalier, « Gouverneurs et gouvernements en France entre 1450 et 1520 », dans Les bonnes villes, l’État et la société dans la France de la fin du xve siècle, Orléans, Paradigme, 1995, p. 253-269.

13 J. Tricard, « La Touraine d’un Tourangeau au xiie siècle », dans Le métier d’historien au Moyen Âge. Études sur l’historiographie médiévale, B. Guenée (dir.) Paris, Publications de la Sorbonne, 1977, p. 79-94· Le texte est intitulé dans son édition De commendatione Turonicae Provinciae.

14 P. Bourdieu, Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard, 1982, p. 125.

15 Poètes et romanciers du Moyen Âge, texte établi et annoté par A. Pauphilet, 1943 (Bibliothèque de la Pléiade), p. 77.

16 Ph. Contamine, « La royauté française à l’origine de la patria occitana ? », dans Identité régionale, op.cit., p. 207-217.

17 Les langues de France, B. Cerquiglini (dir.), Paris, PUF, 2002, p. 138.

18 Cité par B. Guenée, « Les tendances actuelles de l’histoire politique du Moyen Âge français », dans Politique et histoire, op. cit., p. 54, n. 36.

19 Olivier Mattéoni, Servir le prince. Les officiers des ducs de Bourbon à la fin du Moyen Âge, 1356-1523, Paris, Publications de la Sorbonne, 1998, p. 100.

20 Maistre Pierre Pathelin, farce du xve siècle, 2e édition revue par R. T. Holbrook, Paris, Champion, 1997, texte rédigé en 1464, « spécimen authentique du dialecte francien », selon l’éditeur.

21 Pantagruel, chapitre VI. De même, au chapitre IX, Panurge, après avoir utilisé toutes les langues et jargons imaginables, s’entend dire : « Parlez vous Christian, mon amy, ou langage patelinoys [sic] » et finit par répondre à Pantagruel qui lui demande s’il sait « parler françoys » : « Si faictz très bien [...] c’est ma langue naturelle et maternelle, car je suis né et ay été nourry jeune au jardin de France, c’est Touraine. »

22 P. Ourliac, J.-L. Gazzaniga, Histoire du droit privé français de l’an mil au code civil, Paris, Albin Michel, 1985, p. 66-67.

23 G. Giordanengo, « Jus commune et “droit commun” en France du xiiie au xve siècle », p. 219-247, dans Droit romain, jus civile et droit français, J. Krynen (dir.), Toulouse, Publications de l’université des sciences sociales, 1999.

24 La plus commodément consultable est celle de J.-F. Lemariginier, France médiévale, op. cit., p. 363.

25 André Artonne, Le mouvement de 1314 et les chartes provinciales de 1315, Paris, Alcan, 1912, 234 p. Sur ce mouvement et son aspect nobiliaire, Philippe Contamine, « De la puissance aux privilèges. Doléances de la noblesse française envers la monarchie aux xive et xve siècles », dans La noblesse au Moyen Âge, essais à la mémoire de Robert Boutruche, réunis par Ph. Contamine, Paris, PUF, 1978, P. 235-250.

26 Cf. Artonne, op.cit., p. 28.

27 A. Coville, Histoire de France illustrée, t. IV, 1re partie, Les premiers Valois et la guerre de Cent Ans, Paris, Hachette, 1911, p. 73.

28 P. Dognon, Les institutions du pays de Languedoc du xiiie siècle aux guerres de Religion, Toulouse-Paris, 1896, p. 235.

29 B. Chevalier, « Gouverneurs et gouvernements », dans Les bonnes villes, op. cit., p. 259.

30 R. Cazelles, Société politique, noblesse et couronne sous Jean le Bon et Charles V, Paris-Genève, Droz, 1962, p. 498 et suiv. « Les duchés et les lieutenances », avec une carte éloquente des déplacements de Charles V, p. 497.

31 P.-R. Gaussin Louis XI, un roi entre deux mondes, Paris, Nizier, 1976, p. 87 et suiv., en a compté une bonne dizaine en 1461, dont il détaille les structures compliquées.

32 B. Guenée, Politique et histoire, op. cit., p. 188.

33 Journal des états généraux de France tenus à Tours sous le règne de Charles VIII, rédigé en latin par Jehan Masselin, publié et traduit par Adhelm Bernier, Paris, 1835, p. 3.

34 Neithard Bulst, Die französischen Generalstânde non 1468 und 1484, Thorbecke, Sigmaringen, 1992, annexe 2, p. 384. Ph. Contamine (Histoire de la France politique, op. cit., p. 344-345), sans se référer à cette source, en compte, lui aussi, plus d’une vingtaine, comme on l’a vu.

35 B. Guenée, Politique et histoire, op. cit., p. 57.

36 M. Jones, « Mon pais et ma nation : Breton identity in the Fourteenth Century », dans C. T. Allmand, War, Littérature and Politics in the Late Middle Ages, Liverpool, University Press, 1976, p. 144-167, et « Bons Bretons et bons Francoys : the language and meaning of treason in later medieval France », Transactions of the Royal Historical Society, 5th. ser., 32 (1982), p. 91-112.

37 B. Chevalier, Guillaume Briçonnet (v. 1445-1514), un cardinal-ministre au début de la Renaissance, Rennes, PUR, 2005, p. 29.

38 M. Yardeni, « Histoire des villes et des provinces au xvie siècle », Le journal des Savants, 1993, p. 111-134.

39 B. Guenée, Politique et histoire, op. cit., p. 171.

40 J. Boutier, A. Dewerpe, D. Nordman, Un tour de France royal. Le voyage de Charles IX (1564-1568), Paris, Aubier, 1984, p. 175.

© Éditions de la Sorbonne, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540