Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écritures de l’espace social

 | 
Didier Boisseuil
, 
Pierre Chastang
, 
Laurent Feller
, 
et al.

Première partie. Construire l’espace

Un problème de morphogenèse villageoise dans le Sud du Portugal, xiie-xve siècle : les habitats à plan régulier, des « villes neuves » ?

Stéphane Boissellier

Texte intégral

  • 1 Ce texte constitue une partie d’un chapitre inédit d’un mémoire d’habilitation à diriger les reche (...)

1Des multiples voies tracées par Monique Bourin dans le domaine de l’organisation de l’espace rural, d’abord dans sa thèse magistrale puis dans le volume consacré à la morphogenèse, je retiendrai ici la notion d’« urbanisme villageois ». Le présent texte est doublement redevable à son inspiration, non seulement par son thème mais aussi par son traitement, puisqu’il est extrait d’un dossier d’habilitation qu’elle a dirigé1.

  • 2 Nous laisserons de côté les habitats domaniaux, dont toutes les terres (ou presque) sont possédées (...)
  • 3 Pour une réflexion plus approfondie sur l’urbanité, qui est une question de degré et non de nature (...)
  • 4 Les apports du volume Village et ville au Moyen Âge : les dynamiques morphologiques, B. Gauthiez ( (...)

2Notre réflexion porte sur des habitats agglomérés2 que l’on qualifiera de « villageois », en raison de leur taille et de leurs fonctions économiques (activité principalement agricole) ; si leur centralité politique (une majorité de chefs-lieux municipaux et/ou chefs-lieux de paroisse) et leur composition sociale (des élites rurales non négligeables) confèrent aux villages les mieux étudiables une indéniable « urbanité3 », l’effet d’échelle lié à la petitesse de leur tissu résidentiel4 pose des problèmes matériels qui sont spécifiquement villageois, notamment dans leur rapport avec le passé (essentiel pour la planification des tissus) : alors que les « véritables » villes, comme Lisbonne, Santarém, Évora, Beja, Silves, ou même Alcácer ou Elvas, sont impossibles à déplacer, même après les pires déclins (cas de Beja), et doivent donc composer avec des structures matérielles et une inertie fonctionnelle remontant à Rome et à l’époque arabo-musulmane, les emprises résidentielles plus légères ne recherchent pas forcément la continuité et/ou peuvent plus facilement changer de site, pour éviter un héritage matériel encombrant ou viser une « localisation optimale » – ce qui fait que ces habitats n’ont même pas besoin, au départ, d’être fortement agglomérés.

  • 5 Les apories méthodologiques et les modalités techniques de la planification des habitats (principa (...)
  • 6 En revanche, l’approche de cette réalité par les textes, initiée par I. Gonçalves, est actuellemen (...)

3Les difficultés méthodologiques du sujet sont redoutables, d’autant plus qu’elles se doublent d’une tendance à interpréter les régularités géométriques comme le fruit d’une action sociale intentionnelle5. La structure de la documentation impose de recourir à des sources très postérieures, surtout pour les documents planimétriques ; la meilleure garantie de cette méthode régressive est la « loi de persistance des plans », mais elle ne concerne que le parcellaire. Par ailleurs, l’unité fondamentale des tissus résidentiels serrés, la maison, reste très insuffisamment connue, faute de fouilles6. Si l’on se tourne vers les sources écrites – que nous utiliserons fort peu ici étant donné leur incapacité à exprimer la planification de l’habitat à grande échelle–, les rares toponymes en Vila Nova (par ex. à Alvito) ne peuvent absolument pas être mis en rapport avec un urbanisme directif.

Quand peut-on parler d’habitat programmé ?

  • 7 M. C. Teixeira, M. Valla, O urbanismo português. Séculos XIII-XVIII. Portugal-Brasil, Lisbonne, Li (...)

4On sait que le dirigisme peut n’affecter que certains facteurs du tissu médiéval, aussi bien qu’une planification totale peut ne porter que sur une part de ce dernier. Plusieurs facteurs doivent être pris en compte pour évaluer le degré de planification des habitats serrés : la localisation, l’existence d’un modèle préconçu de référence, la globalité de la conception, la présence d’éléments directeurs et la modularité du parcellaire7. En outre, il faut distinguer planification de fondation et planification de croissance ; pour vérifier qu’il existe véritablement un plan directeur préconçu, il faut encore que le système soit « simultanéiste », c’est-à-dire que les éléments matériels (parcellaire, rues, enceinte) aient été mis en place sur un temps assez bref : de nombreux auteurs ont remarqué l’absence au Portugal du plan programmatique par excellence, le plan hippodamien (croisement de deux voies avec place centrale et réseau de rues en damier).

  • 8 L’observation doit être directe (ce qui impose que le parcellaire n’ait plus trop évolué depuis le (...)
  • 9 Plus encore, à l’inverse des parcelles à contenu agricole où la (relative) quadrangularité des for (...)
  • 10 Les urbanistes proposent, sur la base de tissus urbains d’époque moderne, une largeur de vingt pau (...)

5Seule l’observation directe8 d’un module parcellaire est l’indice incontestable d’une planification originelle – car la simple linéarité peut être issue d’une évolution progressive, contrairement à la modularité qui est fatalement prévisionnelle. La régularité de la seule forme des parcelles (et non de leur taille) est, elle, beaucoup moins significative, puisqu’une occupation rationnelle de l’espace (un découpage en morceaux couvrant exhaustivement l’étendue, donc mitoyens), quel que soit le contenu des parcelles, ne peut aboutir qu’à des formes quadrangulaires ; ce sont les simples lois de la géométrie qui interdisent les parcelles rondes9 ! En cas de modularité parcellaire, les rues sont complémentaires du tissu pour réguler les formes ; leur largeur devrait être théoriquement constante puisque les dimensions des parcelles l’imposent10.

  • 11 Plus précisément, on observe cette localisation de l’église principale contre la muraille dans des (...)

6La muraille, quand il y en a une, est utilisée comme point d’appui autant que comme limite restrictive, et elle est donc adaptée à un contenu prévu à l’avance : un périmètre particulièrement rectiligne, en particulier quadrangulaire, n’est pas indispensable, et l’on verra par la suite que, ni par leur chronologie ni par leurs fonctions, les enceintes les plus carrées (Vila Viçosa, Olivença, Pavia, Sines, Nisa) ne sont forcément programmatiques. D’ailleurs, les enceintes géométriques sont en majorité tardives et viennent enfermer un tissu déjà adulte qui ne s’est nullement développé de façon programmée ; pour des raisons d’économie, les périmètres arrondis sont de très loin les plus nombreux dans les enceintes construites a novo. À cet égard, on vérifie très rarement le modèle urbanistique qui voudrait qu’un tissu loti, forcément selon un module quadrangulaire, soit physiquement contradictoire avec la rotondité habituelle des enceintes et laisse vacants de larges espaces périphériques dans lesquels viendrait tout spécialement se loger l’église, qui nécessite de larges espaces dégagés11 ; en revanche, il est certain que l’interdiction de construire contre la face interne de l’enceinte conduit à loger des jardins à son contact, comme on l’observe particulièrement bien à Alegrete et Évoramonte – où l’existence d’un zonage spécifique est attestée par le fait que les jardins sont dans ce cas séparés des maisons par une ruelle, sans que cela révèle, une fois encore, une planification centralisée de l’habitat.

  • 12 Pour les modalités techniques et les témoignages écrits, voir R. M. Sanchez García, L. A. Limpo Pi (...)

7Cependant, dans un cas au moins, à Olivença (fig. 1), la plus ancienne enceinte médiévale conservée reflète un véritable programme urbanistique, qui n’est probablement pas étranger au fait que le lieu soit intégré tardivement à la couronne portugaise (après le traité d’Alcañices, en 1295), et que la population doive, de ce fait, être prise en main de façon forte, rapide et ostentatoire – puisque le roi n’y est pas le « fondateur » (même fictif, comme donateur du lieu) de l’organisation originelle : structure presque parfaitement carrée, ses angles sont orientés précisément par les points cardinaux et chacun des quatre pans a une porte en son centre. Cependant, étant donné que cette construction (confiée par le roi Dinis à l’Ordre d’Avis) intervient, au début du xive siècle, sur un tissu de résidences déjà constitué et assez dense (dont la densité oblige à détruire des maisons pour construire la citadelle), il n’est pas sûr que le croisement à angle droit des deux artères principales (à la romaine), observable dans les plans tardifs, ait été tracé originellement en liaison avec l’enceinte – et l’absence de place centrale ancienne induit d’ailleurs un urbanisme incomplètement préconçu. En revanche, la configuration de l’enceinte oriente évidemment, à plus ou moins long terme, les grandes articulations du réseau viaire interne (dont la rectilinéarité ne peut être que le fruit d’une régularisation très progressive). On ne peut admettre que l’urbanisme actuellement observable soit totalement volontariste, imposé selon le plan du camp romain, que s’il remonte à la fondation même du lieu – qui est un regroupement ( ?) de population par les Templiers d’Alconchel, dans le deuxième quart du xiiie siècle, avec une fortification dont on ignore tout12.

Légende : A. Donjon – H. Citadelle – N. Faubourgs – O. Maisons – P. Église Ste-Marie
Figure 1 – Castrum d’Olivença (1831)

  • 13 Dans les provinces au nord du Douro, les souverains ont dû mener une politique de conquête et de c (...)
  • 14 Son emplacement observable est médiéval, comme en témoigne un épigraphe (M. J. Barroca, Epigrafia (...)

8Les spécialistes ont déjà noté que la plupart des habitats éventuellement planifiés, presque inconnus durant la Reconquête, sont principalement des initiatives royales des années 1250132013 – qui pourraient avoir été inspirées au futur roi Afonso III, au cours de son séjour en France, par l’exemple des bastides et villeneuves. Mais, de leur côté, les ordres militaires orientaux du Temple et de l’Hôpital promeuvent un urbanisme identique, durant la même période, sur les sites qui deviennent leur capitale (respectivement à Tomar et Crato). À Crato, une vue du début du xviie siècle (fig. 2), donc antérieure aux ravages de la guerre de Restauration, atteste la grande régularité du tissu résidentiel ; mais les rues qui traversent l’habitat en prolongement des chemins coupent le tissu en diagonale, ce qui montre que l’éventuel lotissement s’adapte aux voies existantes et que le plan n’est donc pas totalement préconçu (avec des rues à usage interne qui seraient directrices) ; en revanche, la grande place – inhabituelle par sa taille et, qui plus est, non destinée à abriter l’église mère (laquelle est reléguée en périphérie de la zone résidentielle14) – constitue un élément délibérément polarisateur du tissu. Le rôle de l’enceinte est plus difficile à déterminer, car ses parties apparentes datent du xve siècle, et l’on ignore si c’est une enceinte de « fondation » ; or, la muraille est un élément complémentaire du lotissement et des rues directrices pour obtenir un tissu parfaitement orthonormé.

Figure 2 – Crato (1615-1621)

Quelques cas avérés de « bastides »

  • 15 M. C. Teixeira, M. Valla, O urbanismo..., op. cit., p. 34-37.
  • 16 Le rapport de l’enceinte avec la citadelle n’est pas évident, car on veut voir dans celle-ci une f (...)
  • 17 Ce résultat est obtenu en calculant à partir du cadastre actuel le plus grand dénominateur commun (...)

9Avec Nisa15, on a le meilleur exemple d’habitat totalement planifié et préconçu (fig. 3) ; contrairement à la tradition historiographique qui fait du roi Dinis le maître d’œuvre de cette ville templière, la maigreur des références écrites incite à penser que c’est l’Ordre lui-même – dont les archives sont très mal conservées – qui a mené l’opération. Il s’agit d’un habitat fondé vers 1280 (avec ses murailles construites vers 1290-1296) sur un site ouvert pour remplacer l’ancien habitat perché (désormais dit Nisa-a-Velha), sis à 4 km, détruit lors de la guerre civile entre le roi Dinis et l’infant Afonso. Son enceinte est quadrangulaire – ce qui constitue une emprise artificielle aisée à implanter grâce à la planéité du relief-, mais elle reste toutefois irrégulière, car son périmètre total de 700 m a ses quatre côtés de longueur inégale ; elle englobe un espace de 3 ha, très supérieur au tissu résidentiel primitif présumé16. L’habitat intramuros primitif est composé par trois îlots de 22 x 113 m (avec des parcelles de 22 x 6,5 m)17 ; ces îlots sont cependant peu rectilignes, et l’un d’entre eux apparaît plus grand car élargi au début du xvie siècle par la construction de la Miséricorde. Par-delà le calcul des auteurs de l’étude, le parcellaire est l’élément probatoire le plus convaincant, car il est encore observable directement. La Porta da Vila concentre les routes extérieures et surtout les deux principales rues internes, ce qui est caractéristique d’un réseau viaire préconçu ; de plus, l’axe majeur est une rua direita qui relie la porte principale à une autre ouvrant vers Castelo Branco.

Figure 3 – Lotissement de Nisa
(extrait de M. C. Teixeira, M. Valla, O urbanismo..., op. cit., p. 44-45)

10Cependant, l’agrandissement rapide de l’habitat par création de nouveaux îlots entraîne le déplacement de la rue « centrale » vers la Rua do poço (ancien espace vide classiquement occupé par un puits communautaire). L’alternance de rues principales et secondaires est encore visible par leur largeur inégale et par l’orientation des maisons (la façade tournée vers la rue principale, sauf dans quelques cas de division postérieure de la parcelle). Les nouveaux îlots présentent des parcelles nettement plus grandes et irrégulières, car elles ont peut-être été destinées dans un premier temps à la constitution de jardins et de pâtures, finalement privatisés – alors qu’ils ne doivent constituer à l’origine que des concessions temporaires d’une réserve d’espace considérée comme publique. Mais la croissance du tissu jusqu’à un remplissage presque complet du castrum semble rester dans le cadre d’un lotissement systématique ; elle s’opère aussi, il est vrai, en retaillant les parcelles primitives (par construction des jardins à l’arrière des maisons primitives ?), car les sept îlots de 15 parcelles chacun – si l’on conserve le module originel – ne peuvent abriter les 295 foyers recensés en 1527-1532, même en faisant la part belle au faubourg. L’occupation de la plus grande partie de l’espace enceint entraîne mécaniquement un « centrage » du tissu par une place (simple espace ouvert pas forcément tracé), qui est déterminée par le croisement des deux rues principales ; c’est sur cette place que sont construits, au début du xvie siècle, la Miséricorde et l’hôtel de ville (qui donnent à cette « place » son caractère d’espace public). Au début du xvie siècle, le dessin de Duarte Darmas montre le développement avancé d’un faubourg, polarisé mais non pas centré par la chapelle Saint-Sébastien (qui existerait depuis le règne de Dinis) et croissant sans organisation planifiée, parce que trop lentement pour être contrôlé par les autorités.

  • 18 M. J. Barroca, Terena. O castelo e a ermida da Boa Nova, Lisbonne, IPPAR., 2006.
  • 19 C’est là, au lieu-dit (significatif) Monte da Vila Velha, que se dresse encore la célèbre église f (...)

11Un autre village chef-lieu, lié à l’action de la monarchie, peut être invoqué comme cas d’urbanisme encadré, d’après son analyste le plus récent18, quoiqu’il soit légèrement moins convaincant que celui de Nisa. Il s’agit de Terena, qui est un autre cas de transfert tardif de population (au plus tard dans les années 1380) ; le « sens » très inhabituel de déplacement du site, depuis une zone basse (occupée par un habitat, de probable origine andalouse19, au moins depuis les années 1250) vers une élévation – alors que les citadelles sont souvent abandonnées depuis la fin du xiiie siècle–, s’explique probablement par la situation frontalière de la zone, qui devient particulièrement sensible à l’époque des guerres de Fernando Ier (1367-1383). Le nouvel habitat n’est pas un castrum, mais un « bourg castrai », c’est-à-dire un village ouvert articulé avec un « château » (une citadelle sans habitat collectif interne), luimême construit dans les années 1320-1380 ; cette absence d’enceinte entourant précocement le tissu rend la lecture de son plan un peu plus difficile qu’à Nisa. Le tissu semble se développer à partir de la porte du château (en fait à partir de la zone non aedificandi réservée au marché, symboliquement placée sous le contrôle de la citadelle) vers l’église S. Pedro, les deux bâtiments occupant les deux sommets, le long d’une rua direita ; si rien ne garantit la publicité originelle de cet axe de croissance (doublé par une rue parallèle peut-être plus tardive), son croisement à angle droit avec une autre rue et la localisation à ce carrefour de l’hôtel de ville, de même que la possible existence d’un module parcellaire (sous réserve) induisent une planification originelle du tissu résidentiel, au moins dans son articulation globale, sinon dans le détail.

  • 20 C’est ce que l’on trouve dans M. C. Teixeira, M. Valla, O urbanismo..., op. cit., p. 28.
  • 21 Le cas de Castelo de Vide est encore moins convaincant ; son dernier et meilleur analyste, voulant (...)
  • 22 J. Soares, « Arqueología urbana em Setúbal : problemas e contribuições », dans Actas do encontro s (...)

12A priori, les faubourgs des castra, de taille modeste et d’apparition plus tardive (souvent issus du dépeuplement de la zone enceinte), sont plus propices à un fort encadrement matériel. Mais l’interprétation des formes doit rester prudente, notamment parce que, étant extra muros, il leur manque un élément matériel important pour programmer le tissu, à savoir le « conteneur » qu’est la muraille. Ainsi, voir dans le faubourg Santiago d’Estremoz (fig. 4) un cas d’urbanisme fortement programmé20 est une exagération, d’une part parce qu’il est improbable, dans notre région (contrairement aux agrandissements de murailles des communes italiennes), qu’une enceinte ait délimité un faubourg dès l’origine, d’autre part parce que l’observation permet d’attribuer à seulement trois rues (plus probablement deux, dont la classique rua diretta), fortement rectilignes, l’orientation prévisionnelle du tissu : ni la taille des îlots, ni leur forme ne permettent de vérifier que la planification aille au-delà du tracé général21. À l’inverse, le faubourg de Troino, à Setúbal, semble bien, par opposition à la zone intra-muros totalement agéométrique (d’occupations romaine et andalouse préalables), avoir constitué un lotissement régulier ; mais ce volontarisme public est fortement lié au fait que la zone a été gagnée sur le rivage marécageux au cours du xive siècle (à la suite d’une évolution naturelle du littoral mais inévitablement accompagnée de travaux de terrassement)22.

Figure 4 – Situation urbanistique d’Estremoz au xive siècle
(extrait de M. C. Teixeira, M. Valla, O urbanismo..., op. cit., p. 190) en bas, Figure 4bis – Estremoz(xviie siècle)

  • 23 M. C. Teixeira, M. Valla, O urbanismo..., op. cit., p. 30, et A. Pagará, P. Lima, Estudo prelimina (...)
  • 24 En 1280, dans le faubourg d’Évora dit eira dos freires (probablement un lieu-dit faiblement constr (...)

13S’il est donc difficile d’admettre que tous les faubourgs des xive-xve siècles aient fait l’objet d’une véritable programmation, il est plus vraisemblable que les quartiers extra-muros, constitués spécifiquement pour accueillir les minorités, mettent en œuvre un véritable lotissement régulier ; d’une part, l’isolement et la petitesse de ces quartiers par rapport à la masse du tissu, d’autre part la force de l’encadrement et l’infériorisation des infidèles sont des facteurs techniques et sociaux favorables à l’organisation autoritaire d’un habitat. Ce schéma semble se vérifier pour les maurerie et juiverie d’Évora et la juiverie de Portel23 ; une étude matérielle des juiveries aménagées au xve siècle, en très peu de temps, pour accueillir une vague d’immigrants permettrait de multiplier les cas étayant cette proposition. Mais ces petites opérations immobilières constituant quelques îlots orthonormés dans des faubourgs encore très aérés sont ponctuelles ; celles qui concernent les chrétiens, pour loger les nouveaux habitants24, n’impliquent même pas forcément les autorités, puisqu’elles peuvent être réalisées sur un terrain privé. En revanche, le lotissement d’un vaste tissu, selon les principes d’une « cité idéale », n’est envisageable que dans les opérations de prestige appuyant l’image du pouvoir (le plus puissant, la monarchie), comme le bairro alto de Lisbonne.

Figure 5 – Reconstitution de la topographie médiévale du castrum de Portel
(extrait de L. Borrela, O castelo de Portel Alguns subsídios para a sua história, Portel, 1995, p. 17)

14Paradoxalement, durant la Reconquête et la colonisation qui s’ensuit (jusqu’aux années 1320 dans notre zone d’étude), à une époque de déplacements de populations et de créations d’habitats en grand nombre, l’autorité seigneuriale, notamment monarchique, semble intervenir faiblement dans les modalités morphogénétiques ; pourrait-elle d’ailleurs encadrer directement et dans le détail un si grand nombre de sites neufs ? La large autonomie laissée, jusqu’au milieu du xiiie siècle, aux communautés de colons méridionales fait reposer sur elles l’organisation matérielle de l’habitat ; or, les autorités municipales ne semblent avoir ni les moyens ni la volonté de programmer fortement le tissu résidentiel dans leur juridiction. Dans les villages qui sont chefs-lieux municipaux – que la documentation écrite oblige à privilégier-, le poids des structures antérieures à la colonisation joue aussi un rôle négatif.

15Certes, si l’urbanisme totalement planifié nous apparaît comme un phénomène finalement tardif et marginal, ce peut être un effet de sources, notamment parce que celles-ci sont presque exclusivement foncières (achats et acensements) : aux xiie-xiiie siècles, avec la faiblesse de l’appropriation légale du sol, il n’y a pas besoin de nombreuses transactions, contrairement au xive siècle ; en outre, les textes réglementaires deviennent plus nombreux et se diversifient au bas Moyen Âge. La singularité des cas de Nisa et Terena est révélatrice : il s’agit des seuls déplacements tardifs d’un habitat massif dans sa totalité ; dans la nécessité d’aménager un tissu de A à Z sur un temps très bref, le choix de la régularité s’impose nettement. Mais la progressivité qui caractérise le peuplement de presque tous les habitats méridionaux implique la diversité des conditions déterminant les modes de résidence (mode de production, structure familiale, statut personnel) et la lenteur des évolutions matérielles, tous caractères qui ne sont pas favorables à un aménagement prévisionnel et normatif de l’habitat.

  • 25 La documentation écrite conserve peu de traces d’interventions municipales massives, mais on peut (...)

16La documentation planimétrique et iconographique, si on en élimine les approches téléologiques, ne plaide pas dans le sens d’un urbanisme programmatique. Si l’on considère que la brutalité et la prévisibilité des déplacements de population sont des caractères essentiels pour que les seigneurs puissent fortement organiser un tissu urbain, on peut induire que la colonisation du Portugal méridional – en exceptant les principales villes, où, précisément, la planification du tissu est impossible – s’est opérée par une transfusion d’hommes irrégulière et de faible débit ; les indigènes andalous sont les seuls dont le transfert, autoritaire, peut être prévu et donc inscrit dans un habitat programmatique, mais cela échappe presque totalement à l’écrit. On peut donc penser que l’essentiel de l’urbanisme villageois méridional est un encadrement par les autorités locales, pour corriger a posteriori des évolutions relativement spontanées ou éventuellement pour influencer plus lourdement l’articulation d’ensemble du tissu (en agissant sur les bâtiments polarisa-teurs25,) sous forme d’interventions ponctuelles ; mais de nouvelles études monographiques rigoureuses, venant enrichir un dossier pour l’instant peu fourni, pourront préciser, nuancer ou contredire nos propositions.

Notes

1 Ce texte constitue une partie d’un chapitre inédit d’un mémoire d’habilitation à diriger les recherches ; si certains développements peuvent paraître allusifs, on se référera à S. Boissellier, Le peuplement medieval dans le Sud du Portugal. Constitution et fonctionnement d’un reseau d’habitats et de territoires, xiie-xve siècles, Paris, Centre culturel Calouste, Gulbenkian, 2003, pour avoir l’essentiel des compléments nécessaires.

2 Nous laisserons de côté les habitats domaniaux, dont toutes les terres (ou presque) sont possédées par le même propriétaire, et qui peuvent occuper un terroir entier (comme Aldeia do Bispo [d’Évora]) ou un quartier de terroir (comme le domaine du monastère santiaguiste lisboète de Santos à Coina) ; ils peuvent être organisés dans le cadre d’un lotissement planifié, mais leur habitat se caractérise par sa dispersion, excluant l’existence d’un parcellaire « urbain ».

3 Pour une réflexion plus approfondie sur l’urbanité, qui est une question de degré et non de nature, dans cette région, voir S. Boissellier, Le peuplement..., op. cit, p. 95-117.

4 Les apports du volume Village et ville au Moyen Âge : les dynamiques morphologiques, B. Gauthiez (dir.), Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2003, à l’étude morphologique sont un peu amoindris par l’absence de différenciation entre les différents types d’agglomération.

5 Les apories méthodologiques et les modalités techniques de la planification des habitats (principalement leur régulation progressive) sont exposées plus longuement et concrètement dans S. Boissellier, « Régularité morphologique et volontarisme social : les limites de l’“urbanisme”, dans les habitats villageois méridionaux du Portugal médiéval », Mélanges de la Casa de Velázquez, 39/1 (2009), p. 195-213.

6 En revanche, l’approche de cette réalité par les textes, initiée par I. Gonçalves, est actuellement promue par les travaux de M. S. Conde (voir par exemple « Morar. Tipologia, funções e quotidianos da habitação medieval. Ciclo de conferências... », Media Aetas. Revista de estados medievais 3-4 [2000/2001], et Paisagens rurais e urbanas-Fontes, metodologías, problemáticas. Actas das primeiras Jornadas, I. Gonçalves (dir.), Lisbonne, CEH-Univ. Nova de Lisboa, 2005).

7 M. C. Teixeira, M. Valla, O urbanismo português. Séculos XIII-XVIII. Portugal-Brasil, Lisbonne, Livras Horizonte, 1999, p. 14. La très utile et seule récente synthèse de M. J. Barroca, « Urbanismo gótico », dans História da arte em Portugal. O gótico, CAF de Almeida et M. J. Barroca (dir.), Lisbonne, Editorial Presença, 2002, p. 134-156, identifie les habitats programmés en utilisant comme indice la présence d’axes directeurs et en omettant notamment le parcellaire.

8 L’observation doit être directe (ce qui impose que le parcellaire n’ait plus trop évolué depuis le Moyen Âge) : en effet, dès que l’on est forcé de retrouver un module à travers ses multiples ou ses divisions, on est dans un raisonnement tautologique, car l’arithmétique permet de trouver n’importe quel dénominateur commun à des grandeurs.

9 Plus encore, à l’inverse des parcelles à contenu agricole où la (relative) quadrangularité des formes supporte des différences de taille, dans les véritables habitats groupés – où dominent la fonction résidentielle et la volonté d’une relative proximité résidentielle (i.e. qui sont plus que quelques fermes assez proches) –, le « remplissage » tend à régulariser mécaniquement les superficies des parcelles pour rapprocher leurs formes, car le processus porte sur des espaces (maisons, annexes domestiques et jardins) assez petits, dont les formes sont rendues régulières plus par leur contenu (superficie) que par leurs limites ; il faut donc être très prudent quand on identifie un module que l’on pense originel.

10 Les urbanistes proposent, sur la base de tissus urbains d’époque moderne, une largeur de vingt paumes pour les rues principales et quinze pour les rues secondaires (M. C. Teixeira, M. Valla, O urbanismo..., op. cit., p. 30) ; sans avoir vérifié systématiquement, les cas de tissus médiévaux (dans les parties anciennes les plus denses) où l’on retrouve un module dans la largeur des rues sont tellement rares qu’ils n’ont aucun poids statistique.

11 Plus précisément, on observe cette localisation de l’église principale contre la muraille dans des castra qui n’ont fait l’objet, en l’état de nos connaissances, d’aucun lotissement (à Juromenha, Monforte, Portel [fig. 5], Alegrete, dans le minuscule castrum de Viana, peut-être à Cabeço de Vide et Santiago do Cacém, l’église Saint-Jacques de Marvão).

12 Pour les modalités techniques et les témoignages écrits, voir R. M. Sanchez García, L. A. Limpo Piriz, El enclave de Olivenza y sus murallas (1230-1640), Cáceres, Universidad de Extremadura, 1994 (qui, sur la base des plans parcellaires actuels, n’évoquent par ailleurs aucune opération de lotissement systématique), et J. Marques, « D. Afonso IV e a construção do alcácer do castelo de Olivença », dans id., Relações entre Portugal e Castela nos finais da Idade Média, Lisbonne, FCG-JNICT, 1994, p. 153-177.

13 Dans les provinces au nord du Douro, les souverains ont dû mener une politique de conquête et de contrôle aux dépens de la noblesse féodale (qui a privatisé les anciennes terrae publiques), et ils l’ont fait en concentrant les hommes dans des habitats constituant un véritable réseau de villes neuves (en particulier en Trás-os-Montes), où l’on peut nettement observer des principes urbanistiques ; cf. à ce sujet, entre autres, P. D. Gomes, « O povoamento medieval em Trás-os-Montes e no Alto-Douro. Primeiras impressões e hipóteses de trabalho », Arqueologia medieval, 2 (1993), p. 171-190, A. A. Andrade, « L’organisation de l’espace dans le Nord du Portugal au Moyen Âge », dans L’espace rural au Moyen Âge. Portugal, Espagne, France ( xiie-xive siècle), M. Bourin, S. Boissellier (dir.), Rennes, PUR, 2002, p. 89-112 ; id., « A estratégia afonsina na fronteira Norœste » et « A estrategia dionisina na fronteira Norœste », dans A construção medieval do ter ritório, Lisbonne, Livras Horizonte, 2001, p. 75-86 et 87-95 ; M. C. Teixeira, M. Valla, O urbanismo..., op. cit., p. 25, insistent sur le lien entre la prise de contrôle politique et la régularité des villages neufs.

14 Son emplacement observable est médiéval, comme en témoigne un épigraphe (M. J. Barroca, Epigrafia medieval..., op. cit., p. 840).

15 M. C. Teixeira, M. Valla, O urbanismo..., op. cit., p. 34-37.

16 Le rapport de l’enceinte avec la citadelle n’est pas évident, car on veut voir dans celle-ci une forteresse préexistante (le château templier de Terrão) ; il est certain que la citadelle constitue une unité nettement distincte du castrum, mais, si on l’assimile au castellum signalé dès 1199 en limite du territoire d’Açafa/Ródão (Documentos de D. Sancho I (1174-1211), R. de Azevedo (éd.), Coimbra, 1979, vol. I, p. 181-182), il ne peut s’agir que d’un hisn mineur (genre architectural qui n’obéit jamais à ce modèle des fortins carrés byzantins importé en époque omeyyade).

17 Ce résultat est obtenu en calculant à partir du cadastre actuel le plus grand dénominateur commun et le plus petit multiple commun, tout en éliminant les partages et jonctions ultérieurs, méthode acceptable car donnant un résultat très cohérent.

18 M. J. Barroca, Terena. O castelo e a ermida da Boa Nova, Lisbonne, IPPAR., 2006.

19 C’est là, au lieu-dit (significatif) Monte da Vila Velha, que se dresse encore la célèbre église fortifiée cruciforme Santa Maria da Boa Nova, citée dans les Cantigas de Santa Maria d’Alphonse X le Sage, qui a été le premier chef-lieu de paroisse de Terena et qui lui donne son nom complet Santa Maria de Terena (nom assez inhabituel dans la toponymie méridionale pour que l’on puisse y voir un habitat ecclésial).

20 C’est ce que l’on trouve dans M. C. Teixeira, M. Valla, O urbanismo..., op. cit., p. 28.

21 Le cas de Castelo de Vide est encore moins convaincant ; son dernier et meilleur analyste, voulant adopter le schéma proposé par J. Gaspar, est obligé d’envisager un profond remaniement du tissu antérieur au moment de la tardive construction de l’enceinte (dans les années 1310-1320) pour lire le plan comme un véritable programme ; il reconnaît d’ailleurs que la géométrie ne s’observe que dans l’enceinte elle-même (P. Cid, As fortificações medievais de Castelo de Vide, Lisbonne, IPPAR, 2005, p. 51-56).

22 J. Soares, « Arqueología urbana em Setúbal : problemas e contribuições », dans Actas do encontro sobre arqueologia da Arrábida (Convento da Arrábida, 6 e 7 de novembro de 1998), Lisbonne, IPPAR, 2000, p. 101-131.

23 M. C. Teixeira, M. Valla, O urbanismo..., op. cit., p. 30, et A. Pagará, P. Lima, Estudo preliminar da evolução histórico-urbanística [chap. II d’une monographie de Portel, à paraître], Portel, 2002.

24 En 1280, dans le faubourg d’Évora dit eira dos freires (probablement un lieu-dit faiblement construit plutôt qu’un véritable faubourg dense), on trouve une casaria entourée de voies sur trois côtés qui semble bien être au bout d’une rangée de maisons mitoyennes avec leur jardin sur l’arrière (O livro dos bens de D. João de Portel. Cartulário do século xiii , P. A. de Azevedo (éd.), Lisbonne-Colibri, Câmara municipal de Portel, 2003 (rééd.), doc. CLIV, p. 98).

25 La documentation écrite conserve peu de traces d’interventions municipales massives, mais on peut utiliser certains indices ; ainsi, J. M. Simões, Borba. Património da vila branca, Lisbonne, Câmara municipal de Borba/Colibri, 2007, avance que le déplacement de l’église mère de Borba (Santa Maria do Castelo), en 1420, depuis l’intérieur du castrum vers une zone périphérique encore déserte (où elle prend le nom de Nossa Sra do Soveral) est un essai pour rééquilibrer l’extension du tissu urbain, qui s’opérait jusqu’alors dans la seule direction opposée ; il faut prendre en compte que l’enceinte est de construction tardive (1302), quoique peut-être sur la base de structures antérieures.

Table des illustrations

Légende Légende : A. Donjon – H. Citadelle – N. Faubourgs – O. Maisons – P. Église Ste-MarieFigure 1 – Castrum d’Olivença (1831)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11075/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
Légende Figure 2 – Crato (1615-1621)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11075/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 551k
Légende Figure 3 – Lotissement de Nisa(extrait de M. C. Teixeira, M. Valla, O urbanismo..., op. cit., p. 44-45)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11075/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Figure 4 – Situation urbanistique d’Estremoz au xive siècle(extrait de M. C. Teixeira, M. Valla, O urbanismo..., op. cit., p. 190) en bas, Figure 4bis – Estremoz(xviie siècle)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11075/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Légende Figure 5 – Reconstitution de la topographie médiévale du castrum de Portel(extrait de L. Borrela, O castelo de Portel Alguns subsídios para a sua história, Portel, 1995, p. 17)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11075/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 181k

© Éditions de la Sorbonne, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.