Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écritures de l’espace social

 | 
Didier Boisseuil
, 
Pierre Chastang
, 
Laurent Feller
, 
et al.

Première partie. Construire l’espace

Parents, voisins et associés

L’exploitation d’un terroir bourguignon à la fin du Moyen Âge (Labergement-le-Duc, xve siècle)

Corinne Beck, Patrice Beck et Pascal Chareille

Texte intégral

  • 1 J. Richard, Les ducs de Bourgogne et la formation du duché du xie au xive siècle, Paris, 1954.
  • 2 C. Beck, « Prairies et paysage agraire dans la Plaine et le Val de Saône à la fin du Moyen Âge », (...)

1Les prairies naturelles du val de Saône sont intensément exploitées depuis le xiiie siècle au moins : le duc de Bourgogne y fonde alors un chapelet de villes neuves toujours identifiées sous le nom d’Abergement1, et à Labergement-le-Duc, aujourd’hui Labergement-lès-Seurre dans le département de la Côte-d’Or, les archives de la fin du Moyen Âge décrivent précisément une prairie de 1046 soitures, soit 358 hectares, exploitée en réserve et en tenures2.

  • 3 Archives départementales de la Côte-d’Or, registre B 472 (1459-1466).

2Dans le terrier des possessions ducales de la châtellenie d’Argilly datant du milieu du xve siècle3, la déclaration de cette prairie concerne 186 folios qui énumèrent 1206 parcelles ou fractions de parcelles pour lesquelles trois informations essentielles sont systématiquement données : la localisation par lieux-dits et confronts, la superficie et le montant du cens, l’identification de l’exploitant et la généalogie du bien. Les parcelles sont ainsi partagées entre près de 300 déclarants représentant plus de 500 individus répartis sur 170 patronymes : rares sont en effet celles tenues par une seule personne en « pleine propriété » : par le jeu des règles de la transmission des biens et des minorités juridiques, elles sont le plus souvent déclarées en indivision par une phratrie ou par un chef de famille agissant au nom de ses enfants, de sa femme ou d’autres membres de la famille dont il est le tuteur. Certaines de ces parcelles sont dites « à rechange » et couplées deux à deux, exploitées alternativement par des tenanciers différents ne portant pas obligatoirement le même patronyme.

Figure 1 – La prairie de Labergement-le-Duc : localisation
(d’après IGN no 3124 W)

Figure 2 – Exemples de déclaration
a. Une déclaration par « indivis »

Figure 2 – Exemples de déclaration
b. Une déclaration « à rechange »

Figure 2 – Exemples de déclaration
c. Une déclaration par « curatelle » des oncles

3Une analyse systémique de toutes ces informations peut permettre de reconstituer d’abord les généalogies, du moins de gros fragments ; ensuite, les réseaux d’alliances ; enfin, la distribution spatiale des possessions de ses groupements d’intérêt à travers la prairie. Même avec l’aide de la micro-informatique et des outils puissants qu’elle offre désormais en matière d’enregistrement et d’analyse de données multiples d’une part, de cartographie d’autre part, le travail est évidemment long et il reste ici inachevé. Il est toutefois désormais bien balisé.

La reconstitution des généalogies : l’exemple des Fleurot

4Il s’agit de cumuler l’ensemble des informations généalogiques que le document donne pour un même anthroponyme ; il reste certes des fragments isolés car tous les liens ne sont pas explicités mais les groupes familiaux cependant se dessinent.

Figure 3 – Déclarations de Bonnot Fleurot
a. Bonnot Fleurot déclare pour lui et son frère

Figure 3 – Déclarations de Bonnot Fleurot
b. Bonnot Fleurot déclare en d’autres noms

Figure 3 – Déclarations de Bonnot Fleurot
c. Les enfants de Bonnot Fleurot déclarent

5À ces Fleurot qui déclarent directement des biens, il faut ajouter ceux qui sont cités parmi les ayants droit d’autres déclarants, tels les maris des filles Fleurot de l’exemple suivant.

Figure 4 – Déclarations des maris de deux sœurs Fleurot

6Certaines de ces personnes sont citées dans les déclarations Fleurot constituant le cœur de la reconstitution généalogique et viennent donc facilement s’y accrocher ; d’autres en revanche restent isolées. C’est ainsi que pour ce patronyme, à côté du tronc commun riche de 23 individus, c’est-à-dire de 8 Fleurot et de leurs 15 « parents », quatre rameaux contenant 6 autres Fleurot restent isolés, sans que l’on puisse déterminer s’il s’agit d’absence d’information ou de discontinuités réelles.

Figure 5 – Généalogie reconstituée des Fleurot

La reconstitution du réseau des Fleurot

7Les relations exprimées associant des patronymes différents signalent les alliances tissées entre les familles : leur prise en compte dans l’ensemble de la documentation permet d’en restituer le réseau.

8D’abord le réseau direct puis, d’une alliance à l’autre, l’ensemble des associations traversant le tissu social d’ensemble.

Figure 6 – Le réseau direct des alliances tissées par les Fleurot

Jehanotte FLEUROT

épouse

Jehan SAULEY

Bonnot FLEUROT

épouse2

Perrenotte BRENOT

Bonnot FLEUROT

épouse1

Odote X

Bonnot FLEUROT

tuteur

Odote COURTOT (sa belle-fille)

Guion FLEUROT

épouse

Jehanotte X (sœur Odote X)

Philibert FLEUROT

épouse

X

Guillaume FLEUROT

Epouse 1

Jehanne X

Guillaume FLEUROT

épouse2

X

Perrenotte FLEUROT

épouse

Loys QUARREY de CHIVRES

Guillaume FLEUROT

épouse

Perrenote X

Perrenote FLEUROT

épouse

Jehan GUION

Jehan FLEUROT

épouse

Jehanotte DESCHAMPS

Gautheron FLEUROT

épouse

Marguerite ROUGERE

Claude FLEUROT

épouse

Huguenot BOULEY

Jehanotte FLEUROT

épouse

Jehan BOULEY

Figure 7 – Les échanges matrimoniaux des Fleurot

Figure 8 – Les chaînes d’alliances autour des Fleurot

9C’est l’ensemble, du moins une bonne partie, des relations intracommunautaires qui peuvent être ainsi reconstituées, mais aussi les liens avec les communautés alentour, car l’origine géographique des détenteurs « extérieurs » à Labergement peut être cartographiée.

Figure 9 – Origine géographique des détenteurs de prés dans la prairie de Labergement (1466)

Distribution géographique des possessions

10À partir des cartes et des plans disponibles, notamment des informations toponymiques, il est possible aussi de restituer le parcellaire ancien et d’examiner la distribution spatiale des situations décrites dans le terrier. Le cadastre napoléonien a été numérisé et géoréférencé : il sert de base à la construction d’un système d’informations géographiques (SIG) qui rassemble l’ensemble des données du terrier.

11Des 160 lieux-dits distincts qui sont recensés dans le terrier de 1466, certains ne sont certes plus présents sur le cadastre, mais peu somme toute, et les possessions des réseaux familiaux peuvent être ainsi largement replacées dans l’espace. Ainsi celles des Fleurot.

Figure 10-1 – Bonnot Fleurot gestionnaire de biens pour lui et Guion son frère

Bonnot FLEUROT pour et au nom de lui-même et Guion son frère :
- 1 soiture 1/2 au lieu-dit en Chiez de port empres Andrye Nanomeaul d’une part et les terres arables d’autre part
- 2/3 soiture de prey assis en Neubault empres Perrin Faconnoy d’une part et Claude Perrin d’autre part
- 1 soiture de prey assise en la voie du moulin du Glu empres Guiot Landroul d’une part et Andrye Nanoumeaul d’autre part
- 1 soiture de prey assise en la Nouhe du bois emreis Michel Coillenot d’une part et les héritiers de feu Girard Odot d’autre part
- etc.
au total :
19 + 3/4 soitures de pré (45  % des biens de Bonnot FLEUROT)

Figure 10-2 – Bonnot Fleurot gestionnaire de biens pour ses enfants, petits-enfants et petits-neveux (mariage 1)

Bonnot FLEUROT pour et au nom de :
• Jacot et Jehan les enfants de son mariage avec Odote ;
• Pierrot fils de feu Philippe son fils ;
• Étienne et Philiberte, enfants de feu Guillaume son neveu (fils de Jehannote sœur d’Odote)
à cause de :
• 1. lesdites Odote (sa femme) et Jehan note (sa belle-sœur) ;
• 2. feue sa sœur Jehannote (femme Jehan Saulney)
- 2/3 soiture de prey assis en Neubault empres les hoirs de feu Guion Fouley d’une part et les hoirs de feu Pierrot Maraudet d’autre part
- etc.
au total :
10 +1/3 soitures de pré (23 % des biens de Bonnot FLEUROT)

Figure 10-3 – Bonnot Fleurot gestionnaire de biens pour ses enfants et sa belle-fille (mariage 2)

Bonnot FLEUROT pour et au nom de :
• Jehannote et Guillemote ses filles nées de son mariage avec Perrenote BRENOT sa seconde épouse ;
• Odote, dont il exerce la tutelle, fille de Perrenote et de feu Jehan Courtot ;
• Jehannote, Guillemote et Bonnot ses enfants nés de son mariage avec Perrenote.
- 2 soiture de prey en Caulier empres la femme Philibert Varaul d’une part et les hoirs de feu Jehan Berbis d’autre part
- etc.
au total :
14 + 1/4 soitures de pré (32 % des biens de Bonnot FLEUROT)

12Au total, Bonnot Fleurot, chef de famille, gère 15 hectares de prés pour lui et au nom de 12 autres personnes réparties sur trois générations : un patrimoine composé à 45 % d’héritages directs et à 55 % d’apports par les femmes et constituant l’héritage des enfants.

Figure 10-4 – Bonnot Fleurot gestionnaire de biens : bilan

  • 4 Sur ces 40 lieux-dits, 9 correspondent à un toponyme qui n’a pu être localisé avec certitude. La s (...)

13Si l’on ajoute à ces prés que Bonnot Fleurot déclare ceux détenus par tous les Fleurot, le patronyme dispose d’une vingtaine d’hectares de prairie : c’est une belle entreprise, parmi les plus grandes reconnues. Mais elle est dispersée sur 40 lieux-dits4, 32 pour les prés gérés par le seul Bonnot Fleurot ; et chaque élément présente des surfaces très diverses. Peut-être les nécessités techniques de composer avec le régime des crues, très certainement le jeu de la distribution des biens au moment des héritages doivent expliquer cette configuration. Il conviendra d’en mesurer l’originalité ou la conformité à un modèle dominant en réalisant le même travail sur tous les patrimoines déclarés dans le document.

Figure 11 – Les Fleurot de Labergement : localisation des biens dans la prairie distinguant les déclarations de Bonnot Fleurot (44,4 soitures) de celles faites par les autres Fleurot (21,1 soitures)

14Les « gens de Labergement » du milieu du xve siècle sont discrets : impossible de les faire parler, comme ces « gens de Minot » du xixe et du début du xxe siècle que les chercheurs du Laboratoire d’anthropologie sociale du Collège de France ont pu faire témoigner dans une célèbre enquête de la fin des années 1970 :

  • 5 F. Zonabend, La mémoire longue, temps et histoire au village, Paris, 1980, p. 85.

La mercière n’a pas de chènevière, mais Nicolas, son cousin germain, en possède une vaste au lieu-dit Le Verger. Là, il lui laisse la jouissance de quelques raies. À ses côtés, on repère les raies allouées aux deux nièces et à la sœur de la femme de Nicolas, à une petite-cousine de son côté, à Paris et, au garagiste dont on perçoit les ateliers au bas de la chènevière, à Perron, l’ancien bûcheron qui aidait régulièrement Nicolas lorsqu’il était fermier, enfin au receveur des postes5.

15La mémoire de tels faits taisibles ne peut remonter depuis le milieu du xve siècle et seuls les relations traduites en termes juridiques nous sont désormais disponibles pour le Moyen Âge.

  • 6 M. Bourin et R. Durand, Vivre au village au Moyen Âge, Paris, 1984.

16Mais à travers elles, l’ambition de cette étude est bien d’approcher autant que possible la réalité des relations sociales à l’intérieur d’une communauté rurale de la fin du Moyen Âge, de contribuer à la connaissance des manières de vivre au village au Moyen Âge6.

Notes

1 J. Richard, Les ducs de Bourgogne et la formation du duché du xie au xive siècle, Paris, 1954.

2 C. Beck, « Prairies et paysage agraire dans la Plaine et le Val de Saône à la fin du Moyen Âge », Les campagnes bourguignonnes dans l’histoire, Actes du colloque d’Auxerre (1995), Histoire et Sociétés rurales, no 5 (1996), p. 73-85. Pour la conversion « soiture-hectare », voir Abbé Claude Courtépée, Description generale et particulière du duché de Bourgogne, 3e édition, Avallon, 1967-1968, « Anciennes mesures de Bourgogne », t. 4, p. 761-768.

3 Archives départementales de la Côte-d’Or, registre B 472 (1459-1466).

4 Sur ces 40 lieux-dits, 9 correspondent à un toponyme qui n’a pu être localisé avec certitude. La surface des biens concernés représente au total 17 soitures.

5 F. Zonabend, La mémoire longue, temps et histoire au village, Paris, 1980, p. 85.

6 M. Bourin et R. Durand, Vivre au village au Moyen Âge, Paris, 1984.

Table des illustrations

Légende Figure 1 – La prairie de Labergement-le-Duc : localisation(d’après IGN no 3124 W)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11063/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Légende Figure 2 – Exemples de déclarationa. Une déclaration par « indivis »
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11063/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Figure 2 – Exemples de déclarationb. Une déclaration « à rechange »
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11063/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Légende Figure 2 – Exemples de déclarationc. Une déclaration par « curatelle » des oncles
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11063/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Figure 3 – Déclarations de Bonnot Fleurota. Bonnot Fleurot déclare pour lui et son frère
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11063/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende Figure 3 – Déclarations de Bonnot Fleurotb. Bonnot Fleurot déclare en d’autres noms
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11063/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Figure 3 – Déclarations de Bonnot Fleurotc. Les enfants de Bonnot Fleurot déclarent
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11063/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Figure 4 – Déclarations des maris de deux sœurs Fleurot
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11063/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Légende Figure 5 – Généalogie reconstituée des Fleurot
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11063/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende Figure 6 – Le réseau direct des alliances tissées par les Fleurot
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11063/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Figure 8 – Les chaînes d’alliances autour des Fleurot
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11063/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende Figure 9 – Origine géographique des détenteurs de prés dans la prairie de Labergement (1466)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11063/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Figure 10-1 – Bonnot Fleurot gestionnaire de biens pour lui et Guion son frère
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11063/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende Figure 10-2 – Bonnot Fleurot gestionnaire de biens pour ses enfants, petits-enfants et petits-neveux (mariage 1)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11063/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Figure 10-3 – Bonnot Fleurot gestionnaire de biens pour ses enfants et sa belle-fille (mariage 2)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11063/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Figure 10-4 – Bonnot Fleurot gestionnaire de biens : bilan
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11063/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Figure 11 – Les Fleurot de Labergement : localisation des biens dans la prairie distinguant les déclarations de Bonnot Fleurot (44,4 soitures) de celles faites par les autres Fleurot (21,1 soitures)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/11063/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 144k

© Éditions de la Sorbonne, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.