Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une société provinciale face à son devenir : le Vendômois aux xviiie et xixe siècles

 | 
Jean Vassort

Troisième partie. Le Vendômois au temps du changement

Conclusion de la troisième partie

Texte intégral

1Au terme de cette dernière partie, il n'est pas permis de douter que de nombreux changements sont survenus en Vendômois entre 1789 et la Belle Epoque. Sans doute la Révolution a-t-elle dans ce domaine davantage imaginé et souhaité que concrètement réalisé. Mais les décennies suivantes se sont montrées en la matière plus efficaces — en partie d'ailleurs sur les bases de ses intentions.

  • 1 Weber (E.), La fin des terroirs. La modernisation de la France rurale (1870-1914), Stanford, 1976, (...)

2Le changement qui a été décrit et analysé tout au long des deux derniers chapitres est celui de la modernisation — largement entendue alors comme progrès. Cela revient à dire que le devenir du Vendômois tel qu'il a été ici présenté apparaît quelque peu décalé par rapport à la vision de l'évolution de la province française que propose par exemple un Eugen Weber en décrivant la « fin des terroirs »1

3Deux raisons peuvent rendre compte de cet écart. La première est d'ordre méthodologique. En effet, c'est la modernisation qu'on a placée au cœur de la réflexion, et ce sont les catégories sociales qui pendant longtemps en ont été le plus porteuses — en l'occurrence les notables — qui ont été privilégiées dans la description et l'analyse du processus. Il est clair qu'en renversant la perspective, en insistant sur le jeu des résistances, la force des inerties et la persistance de certains archaïsmes, on aurait pu écrire à propos du Vendômois quelque chose qui se rapproche davantage du livre d'Eugen Weber.

  • 2 Poitou (C), Paysans de Sologne dans la France ancienne, ha vie des campagnes solognotes, Roanne, 1 (...)

4Cependant — et c'est la deuxième des raisons annoncées —, beaucoup d'éléments laissent à penser que cette « fin des terroirs » à la vendômoise apparaîtrait comme en demi-teinte par rapport à celle que décrit Eugen Weber. Du reste, le livre même de ce dernier en témoigne : les nombreuses cartes qu'il produit pour illustrer son propos révèlent que l'archaïsme est dans la France du xixe siècle le fait d'abord d'un vaste bloc central et méridional, souvent montagnard. Par rapport à ce bloc, les plaines du Bassin parisien font sur les mêmes cartes figure de pôle du changement et de la modernité — et c'est bien à ce pôle que se rattache le Loir-et-Cher. En témoigne nettement la Sologne, qui pour une bonne part appartient à ce département, dont elle occupe l'extrémité opposée à celle que constitue le Vendômois : comme le démontrent les travaux de Christian Poitou2, cette région qui en matière d'archaïsme partait de loin — et de plus loin assurément que le Vendômois —, cette région donc connaît au xixe siècle une incontestable modernisation, dont on peut considérer qu'à bien des égards elle a à la Belle Epoque effacé le retard ; sans doute un volontarisme dans ce cas très officiel — puisqu'il est le fait de Napoléon III — a-t-il sa part dans le progrès ; mais le détail de l'analyse montre qu'il ne faut pas en exagérer l'importance, et qu'en fait c'est un processus bien plus fondamental qui est en cause. Ce détour momentané par la Sologne confirme donc bien l'orientation modernisatrice qui domine dans le Bassin parisien au xixe siècle, et du même coup il valide l'impression que dégagent à propos du Vendômois les derniers chapitres de ce travail.

5Au demeurant, pour qui douterait de la réalité et de l'importance des changements vécus par et dans le Vendômois du xixe siècle, la réaction des notables, qu'on vient de longuement décrire, est là pour les attester. Longtemps agents d'un changement qui à leurs yeux tarde trop à venir, ceux-ci ont quelques décennies plus tard le sentiment d'en être devenus les victimes. On a dit comment ce constat les conduit à inverser toute leur vision, et à abandonner une idéologie de progrès pour verser dans une nostalgie passéiste. Cette nostalgie affecte notamment deux domaines. D'une part elle est celle d'un ordre social dans lequel l'autorité des notables se trouvait légitimée et donc garantie. Mais elle est aussi celle d'un ordre spatial, celui du pays vendômois, au sein duquel les réseaux d'influence locaux, contrôlés par les mêmes notables, pouvaient jouer à plein. En bref, c'est bien toute une structure provinciale, au sens le plus large du terme, qui est regrettée : et cette structure est celle-là même qui a été au cœur de ce travail. Aussi, alors que s'observent les signes de plus en plus nets de son effacement, le moment est-il venu de porter un regard plus global sur la séquence historique qu'elle a dominée.

Notes

1 Weber (E.), La fin des terroirs. La modernisation de la France rurale (1870-1914), Stanford, 1976, Paris, 1983.

2 Poitou (C), Paysans de Sologne dans la France ancienne, ha vie des campagnes solognotes, Roanne, 1985.

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540