Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’autorité de l’écrit au Moyen Âge (Orient-Occident)

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Conclusions

Documents et archives d’Orient : conclusions provisoires et tendances de la recherche actuelle

Anne-Marie Eddé

Texte intégral

1En 1963, dans un article pionnier paru sous le titre « Notes de diplomatique arabo-musulmane », Claude Cahen écrivait :

  • 1 Cl. Cahen, « Notes de diplomatique arabo-musulmane », Journal asiatique, 251 (1963), p. 311-325, r (...)

Le champ arabe est, dans l’espace et dans le temps, autrement vaste [que les champs persan et ottoman], et la documentation s’y présente sous de moins heureux auspices, si bien qu’il est difficile de l’embrasser dans son ensemble, et qu’on y est plutôt amené par le hasard à des études particulières. Néanmoins, cette situation est scientifiquement inacceptable et il serait temps de prendre conscience de l’urgence qu’il y aurait à faire le maximum du possible pour en sortir1.

  • 2 Cf. U. Haarmann, « Mamluk Endowment Deeds as a Source for the History of Education in Late Medieva (...)
  • 3 Documents de l'Islam médiéval, Nouvelles perspectives de recherche, dir. Y. Ragheb, Le Caire, 1991
  • 4 À L’ifao, ce programme (Mustafa Taher, Sylvie Denoix, Christian Gaubert, Michel Tuchscherer) analy (...)
  • 5 Cf. From al-Andalus to Khurasan. Documentsfrom MedievalMuslim World, éd. P. M. Sijpesteijn, L. Sun (...)

2Ce grand savant, à qui j’aimerais rendre hommage aujourd’hui, dix-sept ans après sa disparition, aurait été heureux d’assister à notre congrès. De très nombreux travaux sur les documents arabes – inventaires et catalogues de documents, études historiques diverses – ont, en effet, vu le jour depuis la publication de son article et se sont multipliés ces vingt dernières années notamment2. Dans l’essor de ces nouvelles recherches, les entreprises collectives ont joué un rôle décisif, telle cette table ronde intitulée Documents de l’Islam médiéval, Nouvelles perspectives de recherche, organisée en 1988 par une équipe du CNRS et dont les actes ont été publiés par l’Institut français d’archéologie orientale3 ; ou bien encore le programme « Archives du Caire », patronné par ce même Institut, visant à l’étude des documents d’archives mamelouks et ottomans en provenance de divers fonds égyptiens4 ; sans oublier la fondation, en 2002 au Caire, de la Société internationale de papyrologie arabe qui a déjà tenu deux colloques internationaux, l’un à Grenade en 20045 et l’autre à Alexandrie en 2006. C’est dire le rôle de l’Égypte, où se déroule notre congrès, dans la production, l’usage, la conservation et l’étude des documents arabes.

  • 6 Alors que dans les plus petites villes l’absence de tels lieux explique probablement la disparitio (...)

3Les nombreuses communications sur l’Orient qui nous ont été présentées ont couvert les mondes byzantin et islamique du viiie au xvsiècle. Si pour Byzance l’année 1453 délimite clairement la période, pour le monde arabo-musulman, la fin du xve siècle marque également un tournant important. En al-Andalus, le dernier royaume musulman – celui de Grenade – tombe aux mains des chrétiens, tandis qu’au Proche-Orient la conquête ottomane introduit un changement radical dans la conservation des archives. C’est, en effet, l’époque où apparaissent les registres de tribunaux (siğill) dans lesquels étaient consignés par ordre chronologique les documents juridiques (actes de vente, prêts, divorces, affranchissements, etc.) et les rescrits sultaniens (circulaires, réponses à une plainte, etc.). Ces registres, d’abord tenus par les cadis, qui les transmettaient à leur successeur, furent progressivement conservés – dans les grandes villes tout au moins – dans un bâtiment spécifique appelé maḥkamat6. Rien de tel au Moyen Âge dont la documentation ne nous est parvenue que de manière très inégale et dispersée.

  • 7 Cf. A. Esch, « Chance et hasard de transmission. Le problème de la représentativité et de la défor (...)

4Les avantages des documents pour l’historien sont bien connus et ont été maintes fois rappelés : sources brutes plus « objectives », moins théoriques, plus en prise avec la vie quotidienne et la réalité que les sources narratives. Pour le monde musulman, les documents apportent en particulier un éclairage sur les « gens ordinaires » qu’on ne trouve pas ou très peu dans les sources littéraires. Toutefois, les documents n’ayant pas été conservés de manière systématique, il est un écueil important à éviter. Ce qui nous a été transmis n’est, en effet, qu’une infime partie de ce qui existait, et certains domaines ne sont pas du tout documentés. La question de la représentativité et de la déformation de ce qui est transmis doit donc nécessairement être posée, comme l’exprime avec humour Arnold Esch pour l’Occident chrétien : « Selon que, pénétrant sous forme d’inondation dans les archives d’un couvent, elle détruit les documents des étagères du bas ou, tombant sous forme de pluie au travers d’une toiture défectueuse, elle s’attaque aux étagères du haut, l’eau nous laissera à chaque fois peut-être une image différente de ce couvent7 ! »

5L’un des apports principaux de notre congrès a sans doute été son approche comparatiste entre Orient et Occident. Avec ses limites parfois : d’importantes différences sont apparues dans les corpus, dans les conditions de production, de conservation et d’archivage, dans la définition même des « archives » – Sylvie Denoix et Bruno Galland nous l'ont rappelé. Mais aussi avec ses avantages indéniables : la définition d’une problématique commune permet de trouver parfois des réponses auxquelles les spécialistes de chaque domaine n’avaient pas pensé ; la diplomatique arabe a, de son côté, beaucoup à apprendre des travaux et des méthodes en diplomatique latine ou grecque. Notre congrès a montré aussi et surtout les progrès accomplis par le véritable comparatisme, c’est-à-dire par les recherches menées sur des régions où les échanges économiques et culturels ont été importants (al-Andalus, Sicile, Afrique du Nord), par des chercheurs capables d’interroger les sources de part et d’autre. Il suffit pour s’en convaincre d’évoquer les communications de Mohamed Ouerfelli, Dominique Valérian, Henri Bresc et Annliese Nef. Il faut, de même, souligner les progrès considérables accomplis dans le domaine de la recherche sur les waqf-s et la littérature juridique, comme on a pu le constater avec les présentations de Julien Loiseau et Mathieu Tillier.

6Les observations qui suivent n’ont pas pour objectif de refléter toute la richesse des interventions qui se sont déroulées durant ces rencontres. La lecture de ces actes suffira à en rendre compte. Je tenterai simplement, pour ma part, de dégager les moments forts de nos échanges, les grandes directions de la recherche actuelle, et peut-être m’aventurerai-je à ajouter quelques hypothèses à toutes celles qui ont été proposées.

Autorité et valeur probatoire du document écrit

7On s’est beaucoup interrogé : L’écrit constitue-t-il une preuve, un engagement ? Dans ce cas, l’écrit est-il suffisant ? Que faut-il pour le rendre valide ? Pour répondre à ces questions, les interventions ont distingué deux grandes sortes d’écrits documentaires.

  • 8 Cf. Chr. Müller, « Constats d’héritages dans la Jérusalem mamelouke : les témoins du cadi dans un (...)

81. Les actes notariés passés devant un cadi ou une autorité juridique, qu’il s’agisse d’archives judiciaires telles que les testaments, les inventaires après décès, les actes de vente, de mariage, les certificats de pèlerinage, ou qu’il s’agisse de waqf-s. Des actes qui pouvaient être privés ou publics, même s’il est parfois difficile de faire la différence : Julien Loiseau l’a rappelé au sujet des grandes fondations sultaniennes du Caire. Dans tous ces cas, en droit islamique, la preuve documentaire n’étant pas admise, l’acte enregistré n’est pas en lui-même de nature à apporter la preuve (bayyina). C’est le témoignage oral (shahāda) qui reste le mode suprême de l’administration de la preuve. D’où l’importance du rôle des témoins (shāhid pl. shuhadā’, ou ‘ādil pl. ‘udūt) qui, dans les documents, signent après avoir déclaré « je témoigne » (ashhadu). Henri Bresc comme Mathieu Tillier l’ont clairement souligné. Ailleurs, Christian Müller l’a aussi très bien mis en évidence à propos des documents juridiques du Ḥaram al-Sharīf à Jérusalem8. Pour éviter tout risque de récusation des témoignages pour cause de non « ’adl » (bonne moralité), on eut recours pour les transactions importantes à des témoins professionnels. Ceux-ci apparurent d’abord en Égypte au début du iie/viiie siècle. Formés juridiquement, ils étaient nommés et révoqués par les cadis, et firent aussi souvent fonction d’auxiliaires judiciaires ou même de juges. En principe, les professions de rédacteur d’actes et de témoin étaient distinctes, mais, en pratique, elles ne l’étaient pas toujours.

  • 9 Cf. R. Peters, « Shahīd », Encyclopédie de l’Islam..., op. cit. n. 6, t. 9, p. 213-214 ; Y. Ragheb (...)

9L’importance de l’oral est incontestable. Et pourtant nous avons vu que, dès une époque ancienne, les témoignages relatifs à des actes juridiques ont été rapportés par écrit pour en préserver la lettre. L’écrit acquit une fonction de préservation et d’aide-mémoire plutôt que de preuve. Le document écrit devint ainsi le « signe » (dalīl) de la preuve et faisait foi quand les témoins avaient disparu. La signature du notaire ou du cadi qui rédigeait et validait l’acte n’était pas obligatoire, mais celui-ci faisait souvent partie des témoins. Au fil du temps, les témoins en vinrent à porter les actes au tribunal pour les faire valider par le cadi, de préférence en présence des parties : les plus anciens contrats de vente validés conservés datent du milieu du ive/xsiècle. Ainsi, seuls quatre des trente-trois actes de vente d’esclaves et d’animaux en Égypte médiévale étudiés par Youssef Ragheb pour les premiers siècles de l’Islam portent mention de validation par le cadi, alors que la plupart des documents du Ḥaram al-Sharīf de la fin viiie/xive siècle mentionnent la personne (cadi ou autre représentant légal) qui a validé l’acte. La formule de ratification pouvait être tout simplement « enregistré », « je reconnais sa validité », « cela a été validé auprès de moi », ou bien encore « ceci a été enregistré avec la haute et noble autorisation octroyée par le juge9 ».

  • 10 Voir celles de Mohammed el-Nashar, Mohamed Ouerfelli, Henri Bresc et Annliese Nef, Hicham El Aalla (...)
  • 11 Cf S. M. Stern, « Two Ayyubid Decrees from Sinaï », Documents from Islamic Chanceries, éd. S. M. S (...)
  • 12 Cf. Abü Shāma, Kitāb al-rawḍatayn fi aKhbār al-dawlatayn, Būlāq, 1871-1875, t. 2, p. 174-176.
  • 13 Cf Μ. Pozza, I trattati con Aleppo, 1207-1254, Venise, 1990, p. 50.

102. Les documents émanant de la chancellerie du sultan, du calife, ou des Normands de Sicile (traités de paix et de commerce, documents fiscaux et cadastraux, décrets accordant ou confirmant des droits à certaines communautés, nommant un personnage à une fonction, correspondance officielle, etc.). Nombreuses sont les communications qui ont abordé le sujet10. Pour les documents émanant directement des autorités politiques, c’est la signature du souverain ou de l’émir (‘alāma, devise) qui authentifie et qui doit être, dans la mesure du possible, apposée de sa propre main : « Louange à Dieu le seul, l’unique » dans le cas des Almohades – les documents étudiés par Hicham El Aallaoui en témoignent – ou « Louange à Dieu, il est la cause de mon succès » dans le cas des Ayyoubides11. Ainsi, en 1190, al-Fāḍil, le fidèle chancelier de Saladin en Égypte, envoie à son maître, alors en Syrie, une lettre destinée au calife almohade en lui demandant de la signer en personne afin qu’on ne puisse prétendre qu’elle n’émane pas de lui, ce qui donnerait lieu à toutes sortes de rumeurs12. De même, le pacte commercial conclu en 1229 entre l’émir de la forteresse de Ṣahyūn, en Syrie du Nord, et le doge de Venise contient cette mention significative : « J’ai aussi écrit ce pacte de ma propre main et je l’ai muni de mon seing (signo, traduction probable de l’arabe ‘alāma), pour qu’il soit établi et dure perpétuellement13. » Contrairement à ce que laisserait penser cette formule finale, les documents n’étaient valides que pour une période déterminée. Soumis aux aléas de la conjoncture politique – les conflits notamment – ou au destin d’une personne – la mort ou le départ d’un cadi-, ils étaient périodiquement renouvelés.

11Dans tous les cas, qu’il s’agisse de documents judiciaires ou de chancellerie, actes privés ou publics, la question des copies s’est posée avec les changements et les erreurs qu’elles pouvaient induire. Et pourtant, ces copies étaient nécessaires pour que chaque partie prenante en dispose ou pour faire connaître une décision du souverain à l’ensemble de ses territoires. Béatrice Caseau nous a montré qu’en certains cas les copies permettaient aussi de conserver les preuves de propriété et quelles pouvaient remplacer les originaux. Dans le monde musulman, il semble que les notaires ne les conservaient pas, mais elles pouvaient néanmoins posséder parfois une valeur légale, ainsi que l’a rappelé Sylvie Denoix.

L’écrit et l’altérité

12Au-delà de la valeur juridique que revêt le document écrit, son utilisation dans les relations à l’autre soulève plusieurs questions.

131. La question juridique, tout d’abord, de la reconnaissance d’un contrat élaboré dans le camp d’en face. Quelle forme prend alors le contrat ? Quelle valeur les musulmans accordaient-ils à un contrat passé devant un notaire chrétien et réciproquement ? Dominique Valérian a montré que dans ce domaine la pratique était assez tolérante et que la valeur des contrats entre marchands latins et arabes – du Maghreb notamment – était bien reconnue de part et d’autre.

  • 14 Par Mohamed Ouerfelli, Henri Bresc et Annliese Nef, Dominique Valérian, Béatrice Caseau notamment.
  • 15 Voir, par exemple, les traités commerciaux entre Alep et Venise au xiiie siècle (Pozza, I trattati (...)
  • 16 Denise Aigle a, par ailleurs, montré le rôle important du persan comme langue de communication et (...)

142. La question de la langue est, elle aussi, centrale lorsque les protagonistes sont d’origine différente (arabe, grecque, latine, mongole, etc.) ou quand une région passe d’une domination à l’autre (Sicile, al-Andalus). Le sujet a été abordé sous différents angles, que ce soit dans l’élaboration des textes ou dans leurs usages14. En Orient musulman, rares étaient les traités ou lettres diplomatiques composés directement dans la langue du destinataire. Rédigés en arabe, ils étaient ensuite traduits, sans doute sur place, avant d’être remis ou envoyés. Ainsi des traductions latines, italiennes et françaises ont été conservées dans les archives occidentales – Mohammed el-Nashar l’a rappelé –, contrairement aux originaux arabes disparus pour la plupart15. Les documents bilingues pisans étudiés par Mohamed Ouerfelli sont, de ce point de vue, particulièrement instructifs. Il en allait de même pour la correspondance des Mongols avec l’Occident latin dont nous a parlé Thomas Tanase. Rédigées la plupart du temps en mongol, les lettres étaient ensuite traduites en persan, en latin ou en arabe. Une traduction qui, dans le cas de l’arabe et du persan, n’était pas toujours fidèle, ainsi qu’on peut s’en apercevoir lorsque les originaux et leurs traductions ont été conservés. Outre les difficultés liées à la connaissance de la langue, les traducteurs étaient tentés, parfois, d’introduire leur propre système de représentations ou d’interpréter le contenu des textes en fonction de leurs propres intérêts16.

  • 17 Cf. Ibn Shaddād, Al-Nawādir al-sulṭāniyya wa l-maḥāsin al-Yūsufiyya, éd. Ǧ. al-Dīn al-Shayyāl, Le (...)
  • 18 Cf D. Aigle, « De la “non-négociation” à l’alliance inaboutie. Réflexions sur la diplomatie entre (...)
  • 19 L’arabe fut introduit dans les dīwān-s d’Égypte par le gouverneur Abd Allāh b. Abd al-Malik en 87/ (...)

15À Byzance comme à la cour mongole, la connaissance des langues semble avoir été plus grande qu’ailleurs. Les ambassadeurs byzantins, souvent choisis dans le milieu de la chancellerie, se distinguaient par leur culture. Le cadi Ibn Shaddād, lui-même, ne raconte-t-il pas qu’en 1190 une lettre du basileus, rédigée en arabe, fut remise à Saladin par l’ambassadeur byzantin, « un cheikh impressionnant et de belle prestance, qui connaissait l’arabe, le grec et le latin17 »? De son côté, Jean de Plan Carpin, envoyé par le pape Innocent IV en ambassade auprès des Mongols, témoigne que le grand khan était entouré d’interprètes russes et hongrois qui connaissaient le latin, le français et le mongol18. L’usage des langues en Sicile a également été abordé, sous un angle différent, par Henri Bresc et Annliese Nef. Est-ce pour exalter la majesté royale ou pour des raisons d’efficacité administrative qu’on continua à écrire en arabe dans la chancellerie normande du xiie siècle ? Un usage qui n’est pas sans rappeler celui du copte et du grec dans l’administration omeyyade d’Égypte jusqu’au début du viiie siècle19.

  • 20 En Sicile, le passage de l’arabe au latin a entraîné parfois des changements toponymiques, cf A. M (...)
  • 21 Cf. I. Vàsàry, « Mongolian Impact on the Terminology of Documents of the Golden Horde », Acta Orie (...)

16La coexistence linguistique soulève, en outre, des questions lexicographiques et toponymiques, et entraîne parfois une certaine perméabilité entre les langues – on en a peu parlé. La terminologie des termes techniques dans les papyrus atteste, par exemple, de l’introduction de termes grecs dans le vocabulaire arabe. L’un des plus connus et des plus significatifs est le terme arabe siğill (document sur lequel un acte est écrit), qui remonte au latin classique sigillum, repris par le grec byzantin sous la forme σιγιλλ(ι)ον (cachet, sceau, traité, édit impérial) et transmis à l’arabe par l’intermédiaire de l’araméen20. La contamination linguistique fut également importante entre les Mongols et leurs voisins chinois ou russes. Des termes similaires se retrouvent, en effet, dans les chancelleries de la Horde d’Or et dans celles de son État client, la principauté de Moscou, avec pour résultat l’apparition d’une « langue diplomatique », longtemps utilisée dans les échanges politiques entre la Russie et les souverains des steppes d’Asie centrale21.

  • 22 Cf. Ibn Shaddād, al-Nawādir..., op. cit. n. 17, éd. p. 234, trad. p. 231.

173. La relation à l’autre pose également la question de l’usage de l’écrit dans les relations diplomatiques : Quelle était la part de l’oralité et celle de l’écrit dans les accords négociés, et quelle place tenait le serment dans les relations diplomatiques ? Le serment renforce l’acte écrit, comme l’a bien souligné Nicolas Drocourt à propos de la diplomatie byzantine. À l’époque de Saladin, les accords de paix – ou plus exactement de trêve – entre souverains musulmans et Francs étaient le plus souvent mis par écrit et conservés des deux côtés. Ils étaient rarement signés mais généralement lus à haute voix et chaque partie prêtait ensuite serment de les respecter avec une formule finale du genre « Dieu m’est témoin de ce que je dis ». ‘Imād al-Dīn al-Iṣfahānī, le secrétaire de Saladin, rédigea celui qui fut conclu avec les Francs en 1192. Il fut ensuite traduit en latin et des représentants de chaque camp jurèrent de le respecter. Richard Coeur de Lion, trop malade pour le lire, se contenta de dire : « J’ai fait la paix : voici ma main22. » Et Ibn Shaddād de remarquer que les souverains occidentaux prêtaient rarement serment en personne mais envoyaient leurs vassaux le faire à leur place, pour éviter, sans doute, l’accusation de parjure.

Conservation des documents et constitution des corpus

  • 23 Le plus ancien waqf égyptien que nous connaissions est rapporté sous forme résumée par Ibn Duqmāq (...)
  • 24 Cf. D. Sourdel, J. Sourdel-Thomine, « Une collection médiévale de certificats de pèlerinage à La M (...)
  • 25 Cf. Al-Qalqashandī, Subh al-a’shā’fi ṣinā’at al-inshā’, éd. M. ‘Abd al-Rasūl Ibrāhīm, 2e éd., Le C (...)

18Même si les documents des mondes byzantin et musulman ne nous sont parvenus qu’en nombre limité jusqu’au xive siècle, plus personne ne doute aujourd’hui de leur existence, y compris pour les premiers temps de l’Islam : transactions commerciales enregistrées sur papyrus, actes de fondation d’institutions religieuses ou charitables (waqf-s)23, diplômes accordant des droits à certaines communautés, nous ne manquons pas d’exemples pour en témoigner. Sans parler du fonds de la Geniza de la vieille ville du Caire – Zobida Atta nous l’a rappelé – qui est un cas un peu particulier, puisque ces « archives » procédaient davantage d’une obligation de ne pas détruire que d’une utilité de conserver. Sans doute pourrait-on leur comparer les documents religieux conservés dans un dépôt fermé de la mosquée des Omeyyades de Damas, parce qu’ils étaient considérés comme sacralisés24. À cela s’ajoutent les documents transmis par les sources narratives qui elles-mêmes décrivent parfois en détail les tâches de l’archiviste (khāzin) chargé de garder trace de tous les documents entrant ou sortant du dīwān25. Une double question se pose toutefois. 1) Pourquoi si peu de documents des premiers siècles de l’Islam nous sont-ils parvenus ? L’histoire mouvementée du Moyen-Orient, qui a été évoquée, a sans doute joué un rôle, mais ne suffit pas à expliquer cette situation. Dans de nombreux cas, d’ailleurs, un changement de dynastie ne signifiait pas la destruction des archives précédentes, bien au contraire. Ainsi, Saladin a tenu à conserver l’organisation de l’administration fatimide et a repris à son service nombre de fonctionnaires égyptiens. 2) Pourquoi les documents ont-ils été mieux conservés à partir du xive siècle, en particulier en Égypte et en al-Andalus ?

  • 26 Cf. W. B. Hallaq, « The Qāḍī’s Dïwàn (sijilt) before the Ottomans », Bulletin of the School of Ori (...)
  • 27 Voir au xive siècle, le cas du cadi du Haram al-Sharīf de Jérusalem, dans D. Little, A Catalogue o (...)
  • 28 Cf. al-Nābulusī, Kitāb luma’al-qawānīn al-muḍiyya fi dawāwīn al-Diyār al-Miṣriyyya, éd. Cl. Cahen,(...)
  • 29 Cf. Al-Maqrīzī, Kitāb al-mawā’ïẓ wa l-i’tibār bi dhikr al-Khiṭaṭ wa l-athār, Būlāq, 1880, t. 2, p. (...)

19Des réponses variées à la première question ont été proposées jusqu’ici par les historiens, sachant qu’aucune n’est déterminante et que l’explication réside plutôt dans la conjonction de plusieurs facteurs. La disparition de ces documents ne serait-elle pas d’abord liée à leur nature juridique ? L’authenticité de l’acte est donnée par la signature des témoins et la validation du juge devant qui a été passé cet acte. Le document écrit est là comme signe et non comme preuve. Une fois les témoins et le juge disparus, l’acte perd progressivement de sa valeur. Il ne la conserve que tant qu’on reconnaît la signature. Ceci pourrait expliquer la non-conservation des documents au-delà d’une certaine durée, lorsque leur authenticité ne peut plus être prouvée. Les archives judiciaires et administratives pourraient aussi avoir disparu en raison de leur caractère informel et de leur passage dans la sphère privée26. En l’absence d’archives d’État, les vizirs, secrétaires, cadis conservaient souvent ces documents dans leurs archives privées27. Ainsi l'administrateur al-Nābulusī dit avoir eu accès à une correspondance entre le cadi al-Fāḍil et Saladin au sujet de l’état des finances égyptiennes, grâce à un certain Sharaf al-Dīn ibn al-Rabīb qui l’avait rachetée lors du règlement de la succession de la descendance d’al-Fāḍil28. Au bout d’un certain temps, les archives d’État pouvaient se retrouver à la vente dans les souks, tels ces documents du dīwān de la chancellerie réutilisés dans la confection de cahiers sur lesquels l’historien al-Maqrīzī composa une partie de sa célèbre Topographie de l’Égypte29.

20Comme pour les documents de la pratique, les archives judiciaires et les actes officiels n’étaient pas gardés au-delà de leur période de validité. Une fois périmés, ils apparaissaient comme inutiles. Dans le cas de Byzance, l’effet fut sans doute amplifié par la disparition de l’empire après 1453. Les waqf-s, cependant, constituent un cas particulier puisqu’ils revêtent par définition un caractère perpétuel. Ils sont le moyen le plus sûr de contrôler la propriété des biens sur la longue durée et doivent à ce titre être conservés. Mais alors, pourquoi l’ont-ils été surtout en Égypte ? Est-ce parce que la Syrie demeura longtemps un champ de bataille et que l’administration y était moins bien organisée qu’en Égypte ? Que le siège du pouvoir se trouvait au Caire et que la mainmise des sultans mamelouks sur les waqf-s des grandes institutions y était plus grande ? Toutefois, si en Égypte les fondations pieuses conservaient leurs documents – Julien Loiseau l’a rappelé-, pourquoi les fondations syriennes ne les ont-elles pas conservés aussi ?

  • 30 Cf. M. Chamberlain, Knowledge and Social Practice in Medieval Damascus, 1190-1350, Cambridge, 1994 (...)
  • 31 E. Manzano Moreno, « Introduction », From al-Andalus.,.,ορ. cit. n. 5, p. xx-xxi ; G. khan, Arabic (...)
  • 32 Cf. Ibn Kathīr, Al-Bidāya wa l-nihāya, éd. S. Al-Ἀṭṭār et alii, Beyrouth, 1998-2001, t. 9, p. 262  (...)
  • 33 Cf J.-Cl. Schmitt, « Une réflexion nécessaire sur le document », Les tendances..., op. cit. n. 7, (...)

21Dans les sociétés médiévales, un document n’était préservé que s’il avait force de preuve : de possession, de privilège, d’exemption, de droits ou d’honneur. En Occident, les individus, les communautés religieuses, urbaines ou professionnelles, obtinrent des distinctions, des exemptions et des privilèges qu’ils devaient pouvoir défendre et revendiquer. Les institutions religieuses et laïques ont joué, de ce point de vue, un rôle prépondérant. En Orient, il y eut beaucoup moins d’autonomies et de privilèges accordés par le pouvoir central. Il n’existait pas d’institution religieuse comparable à l’Église, pas de communes, de corporations ni d’autonomies urbaines comme en Occident, donc très peu d’institutions capables d’exercer cette fonction d’archivage. De plus, le statut social des élites urbaines dans l’Orient musulman ne reposait pas sur des documents écrits attestant de biens patrimoniaux, comme l’a rappelé Christophe Picard, mais bien davantage sur les relations personnelles quelles entretenaient avec le pouvoir et sur les liens de clientèle quelles établissaient avec la population30. Des liens fondés sur une culture orale et l’observance de règles non écrites, même si l’organisation administrative, fiscale notamment, impliquait un recours à l’écrit, depuis le Khurasan abbasside du iie/viiie siècle jusqu’à l’Égypte mamelouke du bas Moyen Âge31. Les élites n’avaient donc pas besoin de conserver des documents. Seules les communautés de non-musulmans s’efforcèrent de garder les textes qui leur reconnaissaient des droits, comme ce fut le cas au monastère Sainte-Catherine du Sinaï. Parfois même elles en fabriquaient des faux. Ainsi les juifs de Damas produisirent au début du viiie/xive siècle un document attribué au Prophète, leur accordant l’exemption de la capitation (ğizya), document dénoncé par Ibn Taymiyya32. De ce point de vue, la conservation des documents ne doit plus rien au hasard mais résulte bien davantage de réalités sociales33.

  • 34 Cf. J.-P. Molénat, Campagnes et monts de Tolède du xiie au xve siècle, Madrid, 1997, p. 25-69 ; A.(...)

22Si tous ces arguments permettent de mieux comprendre l’absence de documents dans les premiers siècles de l’Islam, ils n’expliquent pas leur meilleure conservation à partir des xive et xve siècles. En al-Andalus, la plupart (sinon les seuls) documents arabes conservés sont ceux de Tolède après la prise de la ville par les chrétiens, en 1085, et de Grenade pour les années précédant ou suivant la chute du royaume musulman en 1492. La conservation des documents apparaît donc ici clairement liée au changement de domination sur la péninsule, une situation qu’il faut sans doute relier à la volonté des institutions chrétiennes (chancellerie royale, Église, assemblées urbaines) de conserver les documents prouvant leur droits sur les terres conquises34. Pour l’Orient, Gabriel Martinez-Gros a très justement mis en évidence le lien entre l’émergence d’un droit royal et la floraison des documents à l’époque ottomane. Je me risquerai, pour ma part, à émettre une autre hypothèse qui part elle-même d’une question. Pourquoi conserve-t-on, aujourd’hui, dans nos archives des documents obsolètes qui ne servent plus à justifier d’un droit, d’une propriété, d’une exemption, etc. ? N’est-ce pas essentiellement pour leur intérêt historique en tant que témoignage d’un passé, d’une époque donnée ? Notre gestion des archives n’est-elle pas directement influencée par notre conception et notre façon de faire de l’histoire ? Une façon de faire qui privilégie le document. Ne peut-on alors établir un lien entre conservation des archives et conception de l’histoire ? Dans la tradition islamique médiévale, l’histoire (comme les hadiths) repose essentiellement sur les chaînes de transmission et sur l’autorité des transmetteurs. Dans ce cas, les sources littéraires qui rapportent les informations selon une chaîne de traditions n’étaient-elles pas considérées comme plus fiables, plus « authentiques » que les documents signés par des témoins ou validés par des notaires dont plus personne ne connaissait les noms ? Le grand juriste et historien al-Ṭabarī, au ive/xe siècle, définissait ainsi ses méthodes :

  • 35 Cf. Al-Tabarī, Ta’rīkh, éd. M. J. de Goeje, Leyde, 1879, t. 1, p. 7, trad. F. Rosenthal, The Histo (...)

Le lecteur de ce livre doit savoir que je me suis appuyé, pour tout ce que j’y ai traité, sur les règles que nous avons fixées, à savoir que je transmets les informations (akhbār) qui s’y trouvent et les nouvelles dont j’ai établi la chaîne (isnād) de leurs transmetteurs, en n’utilisant que très exceptionnellement les raisonnements (‘uqūl) et la réflexion de l’esprit. En effet, la connaissance des informations sur les hommes dans le passé ou les hommes et les événements récents ne peut nous parvenir que par ceux qui en ont été les témoins, et leur époque ne peut être atteinte que par les informations des informateurs et la transmission des transmetteurs35.

  • 36 Cf. Chamberlain, Knowledge..., op. cit. n. 30, p. 18.

23Dans les siècles qui suivirent, l’importance prise par les dictionnaires biographiques est, elle aussi, à mettre en relation avec cette importance accordée à la transmission. Il fallait, en effet, prouver l’autorité des transmetteurs sur lesquels reposait la connaissance de l’histoire. Michael Chamberlain en a ainsi conclu que les usages qu’on faisait de la littérature biographique, à Damas, entre le milieu du xiie et le milieu du xive siècle, pouvaient être en partie les mêmes que ceux que l’on faisait, ailleurs ou à d’autres époques, des documents36. Cela explique sans doute pourquoi on s’attacha à conserver si précieusement les sources littéraires et pas les documents.

24Toutefois, j’ai le net sentiment qu’à partir de la fin du vie/xiie siècle, une nouvelle façon de faire l’histoire apparaît. Même si les grands dictionnaires biographiques tel celui du Damascain Ibn ‘Asākir († 571/1176) continuent de privilégier les chaînes de transmission, les historiens des xiie et xiiie siècles introduisent de plus en plus dans leurs ouvrages des documents (correspondance des souverains et divers documents de chancellerie). Certes, le secrétaire de Saladin, ‘Imād al-Dīn al-Iṣfahānī (t 597/1201), les reproduit surtout parce qu’il en est l’auteur et qu’il en est très fier. Mais Abū Shāma († 665/1267) retranscrit lui aussi de nombreux documents rédigés par le cadi al-Fāḍil ou par Ἱmād al-Dīn. D’autres feront comme lui au viie/xiiie siècle, tel Ibn ‘Abd al-Ẓāhir, biographe du sultan Baybars, avant les grands historiens et encyclopédistes des xive et xve siècles : al-Nuwayrī († 733/1333), al-Qalqashandī († 821/1418), al-Maqrīzī († 845/1442), Ibn Taghribirdī († 874/1470) pour ne citer que les plus connus, tous des hommes ayant occupé des fonctions élevées dans la hiérarchie administrative ou militaire. Aux xive-xve siècles, les historiens font donc de plus en plus usage de documents dans leurs écrits. Est-ce un hasard si les méthodes historiographiques et la conservation des documents évoluent de pair ? Je ne le pense pas et il me semble qu’il y a là matière à creuser en étudiant de plus près l’usage qu’ont fait les historiens arabes des documents et le parallèle qui pourrait être établi entre écriture de l’histoire et constitution d’archives.

25Les documents dont il a été question lors de ce congrès (archives judiciaires abbassides, documents de la Geniza, traités commerciaux du xiie siècle, documents de chancellerie almohades et post-almohades, waqf-s des xive-xve siècles, correspondance mongole) ne doivent pas nous faire oublier l’importance d’autre corpus dont il n’a pu être question, tels que les papyrus des premiers siècles, les documents fatimides et ayyoubides de Sainte-Catherine du mont Sinaï, les certificats de pèlerinage par procuration de la mosquée de Damas, les archives judiciaires du Ḥaram al-Sharīf de Jérusalem ou bien encore les documents du Khurasan et de Grenade.

  • 37 Cf. supra n. 1 et 7.
  • 38 Cf Ragheb, Actes de vente..., op. cit. n. 9.

26Qu’il me soit permis, enfin, de terminer par là où j’avais commencé, en rappelant les observations de Claude Cahen et d’Arnold Esch37 : les sources documentaires et les sources narratives doivent nécessairement faire l’objet d’une recherche croisée, car elles se complètent et se corrigent. Ainsi, l’inégalité de la transmission des documents doit être examinée à la lumière de ce que nous apprennent les sources narratives, et l’aspect théorique ou subjectif de ces dernières doit être confronté à la réalité des documents. Les textes narratifs nous aident bien souvent à déchiffrer les documents et à les interpréter. Les formules gribouillées dans les actes resteraient indéchiffrables si l’on ne trouvait dans les manuels de notariat des modèles de formulaires indiquant la structure du document et les formules à employer. De son côté, l’abondante littérature juridique (formulaires de notariat, ouvrages de droit, recueils de consultations juridiques ou de traditions, ouvrages destinés à la formation des cadis) fournit de très précieuses indications pour comprendre les actes. Youssef Ragheb l’a très bien montré dans son commentaire fouillé des actes de vente d’esclaves et d’animaux de l’Égypte médiévale38. De même, les documents fiscaux ou les diplômes de la chancellerie ne peuvent être étudiés qu’à la lumière des traités à l’usage des secrétaires. Enfin, les sources narratives nous livrent parfois le contenu de documents perdus (listes d’impôts, correspondance, décrets divers) dont l’historien ne saurait se passer, même s’il doit les lire avec précaution et esprit critique.

27Si la confrontation des sources est indispensable, l’approche comparée des aires culturelles mérite, elle aussi, d’être poursuivie, entre Orient et Occident, entre l’Antiquité et l’époque moderne. Il est, en effet, difficile, pour les débuts de l’Islam, de se passer du corpus papyrologique grec ancien ; de même, il est très important de confronter les documents issus des différentes chancelleries orientales. Signalons, à ce sujet, la naissance d’un nouveau programme (dirigé par Denise Aigle) sur Les correspondances diplomatiques dans l’Orient musulman (xie-fin xvie siècle), qui vise à recenser et à étudier la correspondance diplomatique des souverains de l’Orient musulman, quels que soient l’alphabet ou la langue utilisés (arabe, persan, chinois, latin, mongol). Il s’agira d’établir un corpus des lettres diplomatiques, de déterminer les conditions de production et de conservation de ces lettres, de reconnaître l’existence de normes diplomatiques et d’élargir le vocabulaire et les grilles d’analyse en diplomatique et en codicologie islamiques. Une approche particulièrement intéressante, car elle associe toutes les disciplines qui participent d’une histoire scientifique et critique : philologie, diplomatique, codicologie, lexicographie et interprétation historique. On le voit, le terrain à défricher est encore vaste, les découvertes à faire nombreuses et les conclusions prononcées aujourd’hui, dussent-elle clore un beau congrès comme le nôtre, ne sauraient être que provisoires. Nul doute que la recherche des prochaines années viendra les modifier, les compléter ou les nuancer.

Notes

1 Cl. Cahen, « Notes de diplomatique arabo-musulmane », Journal asiatique, 251 (1963), p. 311-325, rééd. dans ID., Les peuples musulmans dans l’histoire médiévale, Damas, 1977, p. 65-80, ici p. 66.

2 Cf. U. Haarmann, « Mamluk Endowment Deeds as a Source for the History of Education in Late Medieval Egypt », al-Abḥāth, 28 (1980), p. 31-47 ; Μ. M. Amin, Catalogue des documents d’archives du Caire de 239/853 à 922/1516, Le Caire, 1981 ; Le waqf dans l’espace islamique, outil de pouvoir socio-politique, éd. R. Deguilhem, Damas, 1995 ; E. Molina López, M. C. Jiménez Mata, Documentas άrabes del Archivio Municipal de Granada (1481-1499), Grenade, 2004 ; les études historiques fondées sur les waqf-s sont trop nombreuses pour être toutes citées ici. Il suffira de rappeler, en particulier, les travaux de Muhammad ‘Afīfī, Doris Behrens-Abouseif, Jonathan Berkey, Sylvie Denoix, Leonor Fernandes, Nelly Hanna, Jean-Claude Garcin, Ḥusām al-Dīn Ismā’īl, Julien Loiseau, Carl F. Petry, Mustafa Taher.

3 Documents de l'Islam médiéval, Nouvelles perspectives de recherche, dir. Y. Ragheb, Le Caire, 1991.

4 À L’ifao, ce programme (Mustafa Taher, Sylvie Denoix, Christian Gaubert, Michel Tuchscherer) analyse environ 800 documents mamelouks et quelque 3 000 documents ottomans. Il s’agit non seulement d’informatiser la toponymie et l’anthroponymie, mais aussi de proposer un résumé par acte.

5 Cf. From al-Andalus to Khurasan. Documentsfrom MedievalMuslim World, éd. P. M. Sijpesteijn, L. Sundelin, S. Torallas Tovar, A. Zomeno, Leyde-Boston, 2007. Le prochain congrès est prévu à Vienne en 2009.

6 Alors que dans les plus petites villes l’absence de tels lieux explique probablement la disparition des archives qui avaient du mal à survivre au changement fréquent de cadis, cf. S. Faroqhi, « Sidjill, 3. Dans l’usage administratif ottoman », Encyclopédie de l'Islam, 2e éd., Leyde, 1960-2007, t. 9, p. 561-566.

7 Cf. A. Esch, « Chance et hasard de transmission. Le problème de la représentativité et de la déformation de la transmission historique », Les tendances actuelles de l’histoire du Moyen Âge en France et en Allemagne. Actes des colloques de Sèvres (1997) et Gôttingen (1998), dir. J.-Cl. Schmitt, O. G. Oexle, Paris, 2003, p. 15-29.

8 Cf. Chr. Müller, « Constats d’héritages dans la Jérusalem mamelouke : les témoins du cadi dans un document inédit du Haram al-Sharīf », Annales islamologiques, 35 (2001), p. 291-319.

9 Cf. R. Peters, « Shahīd », Encyclopédie de l’Islam..., op. cit. n. 6, t. 9, p. 213-214 ; Y. Ragheb, Marchands d’étoffes du Fayyoum au iiie/ixe siècle d’après leurs archives (actes et lettres). Les actes des Banù Ἁbd al-Mu’min, Le Caire, 1982 ; ID., Actes de vente d’esclaves et d’animaux d’Égypte médiévale, Le Caire, 2002-2006, t. 2, p. 8-9, p. 116-120 ; Müller, « Constats... », loc. cit. n. 8, p. 291.

10 Voir celles de Mohammed el-Nashar, Mohamed Ouerfelli, Henri Bresc et Annliese Nef, Hicham El Aallaoui.

11 Cf S. M. Stern, « Two Ayyubid Decrees from Sinaï », Documents from Islamic Chanceries, éd. S. M. Stern, Oxford, 1965, repris dans ID., Coins and Documents from the Medieval Middle East, Londres, 1986, IX.

12 Cf. Abü Shāma, Kitāb al-rawḍatayn fi aKhbār al-dawlatayn, Būlāq, 1871-1875, t. 2, p. 174-176.

13 Cf Μ. Pozza, I trattati con Aleppo, 1207-1254, Venise, 1990, p. 50.

14 Par Mohamed Ouerfelli, Henri Bresc et Annliese Nef, Dominique Valérian, Béatrice Caseau notamment.

15 Voir, par exemple, les traités commerciaux entre Alep et Venise au xiiie siècle (Pozza, I trattati..., op. cit. n. 13), connus dans leur traduction vénitienne (1207, 1225), latine (1229) ou française (1254) ; de même, les lettres du frère de Saladin, al-’Ādil, aux papes Alexandre III (1159-1181) et Lucius III (1181-1185), conservées dans leur version latine et concernant des échanges de prisonniers, cf. H. MÖHRING, « Zwei aiyūbidische Briefe an Alexander III. und Lucius III. bei Radulf de Diceto zum Kriegsgefangenenproblem », Archiv für Diplomatik, 46 (2000), p. 197-216 ; G. Ligato, La croce in catene. Prigioneri e ostaggi cristiani nelle guerre di Saladino (1169-1193), Spolète, 2005, p. 571-574 ; ou bien encore la lettre de Saladin à Frédéric Barberousse, conservée dans l’une des recensions de la Continuation française de Guillaume de Tyr, l'Itinerarium Peregrinorum et Gesta regis Ricardi (éd. H. E. Mayer, Stuttgart, 1962, p. 280-288, trad. H. J. Nicholson, Cbronicle of the Third Crusade. A Translation of the Itinerarium Peregrinorum et Gesta Regis Ricardi, Aldershot, 1997, p. 49-54), lettre dont l’authenticité n’est pas absolument certaine.

16 Denise Aigle a, par ailleurs, montré le rôle important du persan comme langue de communication et même parfois comme langue officielle de la correspondance des Mongols, cf. D. Aigle, « The Letters of Eljigidei, Hülegü and Abaqa : Mongol Ouvertures or Christian Ventriloquism ? », Inner Asia, 7 (2005), no 2, p. 143-162 ; EAD., « L’intégration des Mongols dans le rêve eschatologique médiéval », Le prêtre Jean. Modèles et transformations d’une légende médiévale, éd. M. Tardieu, Paris, sous presse.

17 Cf. Ibn Shaddād, Al-Nawādir al-sulṭāniyya wa l-maḥāsin al-Yūsufiyya, éd. Ǧ. al-Dīn al-Shayyāl, Le Caire, 1964, p. 133, trad. D. S. Richards, The Rare and Excellent History of Saladin, Crusade Texts in Translation, Aldershot, 2001, p. 122.

18 Cf D. Aigle, « De la “non-négociation” à l’alliance inaboutie. Réflexions sur la diplomatie entre les Mongols et l’Occident latin », Les relations diplomatiques entre le monde musulman et l’Occident latin, dir. D. Aigle, P. Buresi, dans Oriente moderno, 86 (2008), no 1, p. 32-64.

19 L’arabe fut introduit dans les dīwān-s d’Égypte par le gouverneur Abd Allāh b. Abd al-Malik en 87/706. Al-Kindī dit même que les documents de l’administration fiscale en Égypte furent écrits en copte jusqu’à la fin de la période omeyyade (133/750), cf. Y. Ragheb, « Les plus anciens papyri arabes », Annales islamologiques, 30 (1996), p. 1-19 ; G. Frantz-Murphy, « Economics of State Formation in Early Islamic Egypt », From al-Andalus..., op. cit. n. 5, p. 101-114, notam. p. 103.

20 En Sicile, le passage de l’arabe au latin a entraîné parfois des changements toponymiques, cf A. Metcalfe, « Trusting the text as far as we can throw the scribe : further notes on reading a bilingual Jarīdat al-Ḥudūd from the royal Dīwān of Norman Sicily », From al-Andalus..., op. cit. n. 5, p. 81-98.

21 Cf. I. Vàsàry, « Mongolian Impact on the Terminology of Documents of the Golden Horde », Acta Orientalia Academiae Scientiarum Hungaricae, 48 (1995), p. 479-485 ; T. T. Allsen, « The Rasûlid Hexagloit in its Eurasian Cultural Context », The King’s Dictionary. The Rasûlid Hexaglot : Fourteenth Century Vocabularies in Arabie, Persian, Turkic, Greek, Armenian and Mongol, trad. T. Halasi-Kun, P. B. Golden, L. Ligeti, E. Schütz, introd. P. B. Golden, T. T. Allsen, éd. P. B. Golden, Leyde-Boston-Cologne, 2000, p. 39. Je remercie Denise Aigle de m’avoir fourni ces références bibliographiques.

22 Cf. Ibn Shaddād, al-Nawādir..., op. cit. n. 17, éd. p. 234, trad. p. 231.

23 Le plus ancien waqf égyptien que nous connaissions est rapporté sous forme résumée par Ibn Duqmāq et date du xe siècle (307/919), mais une administration des waqf s existait dès l’époque omeyyade, cf. R. Peters, D. Behrens-Abouseif, « Wakf », Encyclopédie de l’Islam..., op. cit. n. 6, t. 11, p. 65-76.

24 Cf. D. Sourdel, J. Sourdel-Thomine, « Une collection médiévale de certificats de pèlerinage à La Mecque conservés à Istanbul. Les actes de la période seljoukide et bouride (jusqu’à 549/1154) », Études médiévales et patrimoine turc, Paris, 1983, p. 167-273 ; ID., « Certificats de pèlerinage par procuration à l’époque mamlouke », Jerusalem Studies in Arabic and Islam, 25 (2005), p. 212-233 ; ID., Certificats de pèlerinage d'époque ayyoubide. Contribution à l’histoire de l’idéologie de l’Islam au temps des Croisades, Paris, 2006 (Documents relatifs à l’histoire des croisades, 19).

25 Cf. Al-Qalqashandī, Subh al-a’shā’fi ṣinā’at al-inshā’, éd. M. ‘Abd al-Rasūl Ibrāhīm, 2e éd., Le Caire, 1963, t. 1, p. 135-136 ; P. M. Sijpesteijn, « The Archival Mind in Early Islamic Egypt : Two Arabic Papyri », From al-Andalus..., op. cit. n. 5, p. 163-186, notamment p. 164 ; C. E. Bosworth, « Khāzin », Encyclopédie de l’Islam..., op. cit. n. 6, t. 4, p. 1214-1215.

26 Cf. W. B. Hallaq, « The Qāḍī’s Dïwàn (sijilt) before the Ottomans », Bulletin of the School of Oriental and African Studies, 61 (1998), p. 415-436, ici p. 434-436.

27 Voir au xive siècle, le cas du cadi du Haram al-Sharīf de Jérusalem, dans D. Little, A Catalogue of the Islamic Documents from al-Ḥaram al-Sharīf in Jerusalem, Beyrouth, 1984 ; H. Lutfi, AlQuds al-Mamlukiyya : a History of Mamluk Jerusalem Based on the Haram Documents, Berlin, 1985 ; K. J. Al-Ἀsalī, Wathā’iq maqdisiyya ta’rīKhiyya, Amman, 1983-1985 ; D. S. Richards, « Glimpses of Provincial Mamluk Society from the Documents of the Haram al-Sharïf in Jerusalem », The Mamluks in Egyptian and Syrian Politics and Society, éd. M. Winter, A. Levanoni, dans The Medieval Mediterranean, 51 (2004), p. 45-57 ; Chr. Müller, Qādī-Gericht und Rechtsadministration in Jerusalem. Studie der mamlūkischen Dokumente des Haram Sharif Würzburg, sous presse.

28 Cf. al-Nābulusī, Kitāb luma’al-qawānīn al-muḍiyya fi dawāwīn al-Diyār al-Miṣriyyya, éd. Cl. Cahen, C. Becker, dans Bulletin d’études orientales, 16 (1960), p. 1-78 et 118-134, notam. p. 12-13.

29 Cf. Al-Maqrīzī, Kitāb al-mawā’ïẓ wa l-i’tibār bi dhikr al-Khiṭaṭ wa l-athār, Būlāq, 1880, t. 2, p. 225-226, éd. A. Fu’ād Sayyid, Londres, 2002-2004, t. 3, p. 730 ; Fr. Bauden, « The Recovery of Mamlūk Chancery Documents in an Unsuspected Place », The Mamluks..., op. cit. n. 27, p. 59-76.

30 Cf. M. Chamberlain, Knowledge and Social Practice in Medieval Damascus, 1190-1350, Cambridge, 1994, p. 18.

31 E. Manzano Moreno, « Introduction », From al-Andalus.,.,ορ. cit. n. 5, p. xx-xxi ; G. khan, Arabic Documents from Early Islamic Khurasan, Londres, 2006.

32 Cf. Ibn Kathīr, Al-Bidāya wa l-nihāya, éd. S. Al-Ἀṭṭār et alii, Beyrouth, 1998-2001, t. 9, p. 262 ; L. Pouzet, Damas au viie/xiiie siècle. Vie et structures religieuses d’une métropole islamique, Beyrouth, 1988, p. 336.

33 Cf J.-Cl. Schmitt, « Une réflexion nécessaire sur le document », Les tendances..., op. cit. n. 7, p. 43-46, notam. p. 43.

34 Cf. J.-P. Molénat, Campagnes et monts de Tolède du xiie au xve siècle, Madrid, 1997, p. 25-69 ; A. Zομενο, « Notaries and their formulas : The Legacies from the University Library of Granada », From al-Andalus..., op. cit. n. 5, p. 59-77, notam. p. 59.

35 Cf. Al-Tabarī, Ta’rīkh, éd. M. J. de Goeje, Leyde, 1879, t. 1, p. 7, trad. F. Rosenthal, The History of al-Ṭabari, New York, 1989, t. 1, p. 170.

36 Cf. Chamberlain, Knowledge..., op. cit. n. 30, p. 18.

37 Cf. supra n. 1 et 7.

38 Cf Ragheb, Actes de vente..., op. cit. n. 9.

Auteur

Centre national de la recherche scientifique
Directrice de l’IRHT (UPR 841), Paris/Orléans

© Éditions de la Sorbonne, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540