Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une société provinciale face à son devenir : le Vendômois aux xviiie et xixe siècles

 | 
Jean Vassort

Deuxième partie. Horizons vendômois du xviiie siècle

Avant-propos

Texte intégral

  • 1 Vovelle (M.), De la cave au grenier. Un itinéraire en Provence au xviiie siècle. De l’histoire soc (...)

1C’est encore du Vendômois qu’il sera question dans cette deuxième partie. Mais celui-ci y sera considéré d’un autre point de vue que celui retenu au cours des développements précédents. Alors que jusqu’à maintenant l’analyse a privilégié surtout les réalités matérielles, les chapitres qui suivent seront plus attentifs à ce qu’il est convenu d’appeler les mentalités. Dira-t-on, reprenant l’expression d’Emmanuel Le Roy Ladurie utilisée par Michel Vovelle dans le titre d’un de ses livres1, qu’après avoir parcouru la cave nous nous apprêtons à visiter le grenier, en d’autres termes qu’après avoir restitué les bases matérielles d’une société provinciale nous allons maintenant en explorer les idées et les représentations, ce qu’on appelle encore la (ou les) culture(s) ? Les choses ne sont pas si simples, comme le suggérait déjà la conclusion de la précédente partie. Après tout, l’analyse sociale présentée jusqu’à maintenant, si elle a reposé d’abord sur des quantifications matérielles, a fait sa place aussi à l’examen de gestes qui engagent quant à eux l’ensemble de l’individu et donc de la société. De même, et symétriquement, une représentation intellectuelle ne peut-elle pas s’envisager indépendamment de son enracinement social, comme les développements qui suivent le montreront d’abondance. Les réalités les plus concrètes renvoient à un en-deçà et à un au-delà qui à leur tour contribuent à les modeler. Les nécessités de la recherche, et celles de la présentation de ses résultats, peuvent faire un instant perdre de vue ces relations fondamentales. Mais l’ambition doit bien être de les retrouver, afin de serrer au plus près les réalités de la société provinciale de l’époque, à travers la diversité des situations, des attitudes et des représentations qui peuvent s’y observer.

2Le champ est vaste qui permet de répondre à un tel programme, et on ne prétendra pas l’avoir entièrement défriché. En fait, trois thèmes ont été privilégiés, qui feront chacun l’objet d’un chapitre. En premier lieu, la mobilité et le rapport à l’espace, examinés surtout à partir des comportements — en l’espèce les multiples déplacements qui se constatent en Vendômois (ou entre celui-ci et l’extérieur) — mais qui mettent aussi en jeu des visions spatiales très diverses à l’occasion des mouvements accomplis, envisagés ou simplement observés. Le second chapitre s’attachera au temps, considéré dans la manière dont il est vécu, mais aussi dans celle dont il est pensé, en ne négligeant pas, cette fois encore, le problème de l’éventuelle existence et de la nature des niveaux culturels pouvant se repérer dans la région au xviiie siècle. Ce problème fera l’objet d’un dernier chapitre : à partir d’approches variées, relevant tantôt de l’institutionnel et du collectif, comme l’étude de la scolarisation et de l’alphabétisation, tantôt davantage de l’individuel et du personnel, comme la lecture du Journal de Pierre Bordier, mais sans perdre de vue que ces cloisonnements sont pour une grande part artificiels et dans une large mesure perméables, on s’efforcera d’y déterminer comment se jouent dans la société de l’époque appropriations et représentations intellectuelles.

Notes

1 Vovelle (M.), De la cave au grenier. Un itinéraire en Provence au xviiie siècle. De l’histoire sociale à l’histoire des mentalités, Québec, 1980.

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540