Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’autorité de l’écrit au Moyen Âge (Orient-Occident)

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Constitution des corpus

La constitution des « corpus » : rapport introductif

Sylvie Denoix et Bruno Galland

Texte intégral

  • 1 Les développements relatifs à l’Orient sont dus à Sylvie Denoix, et ceux relatifs à l’Occident à Br (...)

1La tenue de ce congrès en Orient avait pour ambition de faire se rencontrer deux mondes. Nous tentons donc ici un exercice à deux plumes qui ouvre à la comparaison. Dans l’Occident médiéval et dans le monde musulman de la même période, nous allons explorer comment les archives ont été appréhendées dans l’historiographie, comment et pourquoi se sont constitués les corpus, quelles fonctions sociales ces rassemblements de documents ont jouées et comment ils ont été conservés, ou non. Nous terminerons cette communication par une exploration des pistes actuelles de la recherche. Les exemples choisis pour illustrer l’Orient et l’Occident seront pris principalement en Égypte et en France médiévales1.

L’étude des corpus et de leurs classements dans l’historiographie

Une « vieille tradition » de l’historiographie occidentale

2Le terme de corpus, souvent utilisé au cours de ce congrès, doit être bien distingué de l’expression de fonds d’archives. Un fonds d’archives constitue, selon une définition classique, l’ensemble des documents produits, ou reçus, par une personne ou un organisme compte tenu de ses fonctions ou de ses activités ; il se distingue donc par son caractère organique. Le corpus, à l’inverse, est une sélection de documents rassemblés de manière volontaire selon des critères particuliers pertinents pour l’auteur du corpus.

  • 2 À titre d’exemple, on peut citer P.-C. Le Moine, Diplomatique-pratique, ou Traité de l’arrangement (...)

3L’étude de documents rassemblés en corpus, comme celle des fonds d’archives, constitue une ancienne tradition de l’historiographie occidentale. Les médiévistes ont toujours su qu’ils avaient des archives à leur disposition : l’auteur des Gesta Dagoberti, Flodoard, la chronique de SaintPierre-le-Vif de Sens, Orderic Vital, entre autres, s’appuient déjà sur des documents. Au xviie siècle et plus encore au xviiie, toute une littérature historique provinciale se développe, qui s’appuie sur des documents reproduits à titre de « preuves » ; c’est aussi la période à laquelle les feudistes développent des principes de classement et d’analyse2. Mais si les documents sont largement utilisés, leur critique est sommaire, la seule question débattue étant celle de leur authenticité ; c’est le point de départ du célèbre ouvrage de Mabillon, le De re diplomatica, qui a fondé la science de la « diplomatique ».

  • 3 L’Ecole nationale des chartes : histoire de l’école depuis 1821, Thionville, 1997.
  • 4 U. Chevalier, Inventaire des archives des dauphins à Saint-André de Grenoble en 1277, Paris-Lyon, 1 (...)
  • 5 On ne peut que rappeler ici l’ouvrage classique de Ch.-O. Carbonell, Histoire et historiens. Une mu (...)

4Au début du xixe siècle, en revanche, l’érudition allemande, qui prolonge d’abord l’analyse critique de l’authenticité des actes, élargit son investigation aux conditions d’élaboration des documents : la nécessité de replacer un acte dans le fonds d’archives auquel il appartient constitue un des principes du programme de publication des Monumenta Germaniae historica, autour notamment de Julius Ficker. En France, la fondation en 1821 de l’École des chartes, spécialement consacrée aux études médiévales3, et l’appel progressif, puis systématique avec le décret du 4 février 1850, des chartistes à la tête des services d’archives encouragent la réorientation des travaux de publication vers l’analyse des corpus. Il faut bien reconnaître pourtant que, tout au long du xixe siècle, les archivistes, qui avaient alors un quasi-monopole pour comprendre et analyser les documents, se sont surtout préoccupés de poursuivre le mouvement de publication de diplômes royaux et de privilèges ecclésiastiques engagé un siècle auparavant. Quelques tentatives plus originales apparaissent cependant, comme lorsque le chanoine Ulysse Chevalier, grand spécialiste de l’histoire du Dauphiné, publie, en 1869 et en 1871, les inventaires des archives des dauphins de Viennois en 1277 et en 13464. Les documents d’archives demeurent néanmoins au cœur des publications, et c’est également sur eux que s’appuie l’histoire « positiviste5 ». C’est avec la création de l’École pratique des hautes études, puis de l’Institut de recherche et d’histoire des textes, qui se dote d’une section de diplomatique, que les médiévistes élargissent leur champ de recherche à d’autres types de documents, à leur élaboration et à leur tradition. La réorientation, à partir de 1894, de la commission chargée par l’Académie des inscriptions et belles-lettres du Recueil des historiens de la France est significative à cet égard : aux « chartes et diplômes » s’ajoutent les obituaires, les pouillés et les documents financiers.

5Malgré les vagues diverses de l’historiographie occidentale, le document d’archives n’a ainsi jamais quitté les préoccupations des historiens et singulièrement des médiévistes : le « goût de l’archive », pour reprendre le titre célèbre d’Arlette Farge, y est bien ressenti comme une nécessité.

En Orient, des fonds longtemps méconnus.
Une archivistique très récente mais dynamique

6Si Christophe Picard reprend les mots d’un occidentaliste de renom, Robert Fossier, selon lequel les Arabes n’auraient eu « ni eau ni sources », il faut bien dire que longtemps les médiévistes orientalistes n’ont pas été en avance en ce qui concerne la diplomatique ; Claude Cahen pointait en 1963 « l’étrange retard où nous nous trouvons en ce domaine » (p. 311). Pourtant, malgré les accidents et la destruction systématique des corpus, le plus souvent lors des changements dynastiques, on a retrouvé des documents qui ont été un jour constitués en archives par une autorité, ou bien des documents ayant fait un jour partie d’un fonds d’archives, puis perdus, mais réunis dans des corpus narratifs et exploités comme des archives par les chercheurs. Par ailleurs, des fonds qui n’auraient pas en Occident un statut d’archives sont là considérés comme telles par les chercheurs.

7Les premières archives étudiées sont paradoxalement – puisque ce sont les plus anciennes, mais non les plus rares – les papyrus. En effet, alors que Cahen écrivait sa remarque lapidaire, le papyrologue autrichien Grohman publiait (du début des années 1930 à celui des années 1960) son œuvre magistrale. Au dos de certains des papyrus qu’il édita, on a pu repérer des éléments permettant un classement, pratique byzantine héritée, où, Béatrice Caseau nous l’a exposé, les documents portaient à leur verso les notices d’enregistrement des bureaux. Si ces documents sur papyrus sont très hétéroclites : lettres entre marchands privés (Ragheb), documents pour établir l’assiette de l’impôt (Gascou), ils sont les seuls pour une période de l’histoire pour laquelle nous ne disposons pratiquement pas de sources narratives. Il est probable que ces lettres entre marchands sur papyrus ont perduré jusqu’à nous parce que le groupe concerné a eu la volonté de les conserver, mais on n’en est pas sûr. Il n’est donc pas certain qu’il s’agisse à proprement parler d’archives. Néanmoins, les historiens les utilisent comme telles, classant leur corpus en deux grands domaines et opposant ces sources documentaires (papyrus, ostraca, actes de fondations pieuses ou waqf-s, etc.) aux sources narratives (chroniques, dictionnaires biographiques, dictionnaires topographiques ou khitat, etc.).

  • 6 C. Müller, « Faire la preuve du bien immobilier au xive siècle : étude des actes du Ḥaram al-Sharīf (...)

8D’autres corpus ont été découverts entre les xixe et xxe siècles, notamment les documents de la Gueniza et les waqf-s. Pour les premiers (environ 500 000 documents en judéo-arabe, en hébreu ou en arabe découverts dans les années 1890), si l’on prend comme définition de l’archive le document qui est conservé et classé par un organisme (étatique, régional, confessionnel, professionnel) à des fins particulières – faire preuve6, ou bien dire l’existence collective –, alors les documents de la Geniza n’en sont pas, puisque, s’il y a eu volonté par un groupe humain – ici les juifs de la synagogue Ben Ezra de Fustàt, la partie sud du Caire – de conserver ces papiers, ce n’était pas dans le but de préserver une mémoire, une preuve, qui pourrait être consultée un jour, mais plutôt parce qu’on avait l’idée que l’écrit, susceptible de contenir le nom de Dieu, a quelque chose de sacré et qu’il ne convient pas de le détruire. Contrats, loyers, lettres de marchands, correspondances privées… et aussi, mais c’est un hasard, un document de la chancellerie d’État fatimide, publié par Geoffrey Khan, ils sont une mine documentaire pour l’historien de l’Égypte et du Proche-Orient à l’époque fatimide. Et il est de tradition chez les historiens de considérer ce fonds comme des archives, comme l’a fait madame le professeur Zubayda ‘Atta.

  • 7 L. Northrup, A. Abūl-Hajj, « A Collection of Medieval Arabic Documents in the Islamic Museum at the (...)

9On a aussi, relativement récemment, découvert des fonds de waqf-s, principalement en Égypte (environ un millier de documents pour l’époque mamelouke) et aussi à Jérusalem, dans le Haram al-Shérif7. Ces actes de mainmorte ont été constitués par un généreux donateur qui attribuait à tout jamais (c’est le sens du mot waqafa : immobiliser – au Maghreb on dit ḥabūs, de ḥabasa : emprisonner) les revenus d’un établissement dont il était propriétaire et qui lui rapportait de l’argent, comme un caravansérail, et cela au profit d’un établissement pieux dont il était éventuellement le fondateur (une mosquée, une madrasa, un hôpital). Les actes qui nous sont parvenus sont un corpus précieux pour connaître la vie religieuse, économique et sociale du Proche-Orient et du Maghreb (où il ne reste pas de habūs médiévaux) pour les xiiie-xvie siècles, comme l’a démontré Mohammed Amin. Ce dernier type de documents, que présente Julien Loiseau, a un statut intermédiaire entre archive et document privé, puisqu’il concerne le patrimoine privé d’un généreux fondateur, mis à la disposition d’une fondation d’utilité publique ou, au moins, communautaire. Par ailleurs, considérer qu’il s’agit d’archives pose question. Ces documents n’ont effectivement été réunis de façon volontariste que très tardivement, au xixe siècle, au moment où le système même d’autonomie de gestion de chaque fondation, ce qui est une des raisons d’être du waqf, était remis en cause dans une volonté centralisatrice de l’État. Cela dit, les historiens du Proche-Orient ont tendance à les considérer comme des archives.

  • 8 Ibid.
  • 9 A. S. Ατια, The Arabic Manuscripts of Mt Sinai : A Handlist, Baltimore, 1955.

10Les documents découverts à Jérusalem dans le Ḥaram al-Sharīf ne sont pas des archives, dans la mesure où il ne s’agit pas d’un fonds en tant que tel, mais de documents – éventuellement officiels comme des décrets (marsūm) – réunis par hasard8, fonds dont Christian Müller (2008) a montré l’intérêt pour la connaissance du système judiciaire sous les Mamelouks. En revanche, les documents (environ un millier) découverts dans les années 1950 au monastère de Sainte-Catherine, dans le Sinaï9, sont vraiment des archives. Il s’agit de pièces émises par les chancelleries de l’époque fatimide à l’époque mamelouke. Elles concernent la vie du monastère, et les moines les ont conservées. L’intérêt pour ces documents a redoublé lorsque l’on s’est aperçu qu’ils étaient écrits au verso de décrets de chancellerie que l’on ne voulait plus conserver. Ils ont donc eu, à un moment donné, un statut d’archives, mais, après avoir été déclassés, ils ont été réemployés comme support à l’écriture.

11On voit donc que notre tradition historiographique orientaliste, après avoir pensé qu’il n’y avait pas d’archives dans son champ, fait feu de tout bois : des poubelles documentaires aux actes de fondation isolés, en passant par les versos des actes conservés, de nombreux corpus sont appréhendés comme des archives.

Pourquoi constituer des archives ?

12L’étude des fonds et des documents d’archives soulève naturellement le problème de l’objet de leur constitution. Trois buts apparaissent de manière inégale, selon les espaces et les périodes : la nécessité de « faire preuve », la construction et l’affirmation du pouvoir, et, lorsque l’existence des archives est bien affirmée, leur utilisation à des fins politiques.

Faire preuve

Le registre de la preuve dans le monde musulman classique

13a) Le registre de la preuve dans le monde musulman classique passe préférentiellement par l’oralité. Henri Bresc et Anne-Marie Eddé l’ont rappelé dans le débat ; Mathieu Tillier développe aussi ce point : un témoignage oral présenté par quatre témoins considérés comme intègres (il existe des certificats d’intégrité pour témoins : ijāzat al-’adāla) est supérieur à un écrit, lequel est susceptible d’être falsifié. La crainte de la falsification existait en Orient plus encore qu’en Occident, puisque l’écrit fut initialement suspecté à ce titre. Pour pallier cet inconvénient, on utilisa, dès le début de l’époque omeyyade (661-750), un sceau conservé dans un bureau ad hoc, le Bureau du sceau (Dīwān al-khāṭim).

14L’écrit, néanmoins, fait preuve, car on n’a pas, dans la longue durée de la vie d’un bien, de témoins à tout jamais présents. Anne-Marie Eddé le rappelle, si l’oral est la référence, comme l’a expliqué Gabriel Martinez-Gros, l’écrit est le signe (dalīl) de la preuve. Faire preuve, prouver sa propriété par exemple, ne relève pas forcément d’un pouvoir qui centraliserait les documents concernés. Faire preuve peut concerner plutôt l’intéressé. Alors, c’est le propriétaire qui garde l’original de l’acte prouvant sa propriété, acte qui fut établi devant le cadi en présence de témoins signataires de l’acte. Le cadi gardera une simple copie. Si des documents sont archivés, ce sera la copie et non l’original qui sera conservé dans les archives du cadi. Et, comme dans le système byzantin, la copie a une valeur légale. Ainsi, le brouillon (al-musawwada), l’original (al-aṣl) et la copie (al-nuskha) sont trois catégories reconnues par les chancelleries. Certaines copies peuvent être certifiées conformes par la chancellerie (nusik fulân : « l’a copié untel »). On a établi des registres de brouillons ou des registres de copies qui étaient les seules pièces conservées à la chancellerie ou dans les archives du cadi, alors que l’original était donné à la personne concernée par le bien.

15b) Les écrits pour « faire preuve » sont constitués chez les cadis qui exercent des fonctions de judicature, mais aussi des fonctions notariales. Pendant des siècles, les cadis ont conservé les documents à leur domicile, parfois se les léguant de génération en génération avec leur charge. Il s’agit donc d’archives conservées par des individus, les cadis, mais elles ne sont pas pour autant des archives privées (que seraient des papiers de famille) car elles concernent la communauté. C’étaient des archives concernant les biens du groupe, si ce n’est la chose publique. Mais, là, on est bien loin de ce que les occidentalistes considèrent comme des archives, avec une volonté de classement exprimée par un pouvoir, puisque l’on n’a pas cherché à préserver ces fonds. À la mort du cadi, ou une fois leur utilité périmée, on s’en débarrasse. Avant l’époque ottomane (1517), on n’a pas de fonds judiciaires ou notariaux de cadis, contrairement à ce que l’on trouve en Occident.

L’Occident

  • 10 O. Guyotjeannin, Y. POTIN, « La fabrique de la perpétuité : le trésor des chartes et les archives d (...)
  • 11 P. Rück, « Die Ordnung des herzoglich-savoyischen Archive unter Amadeus VIII (1398-1451) », Archiva (...)

16C’est en raison de leur valeur probatoire que les titres de propriété et les privilèges ont été au cœur des préoccupations de conservation en Occident, dès les premiers siècles du Moyen Âge. Les premiers documents d’archives conservés sont toujours liés à des propriétés ou à des droits ; il n’est que de songer au Liber censuum ou au Domesday Book. Si les établissements ecclésiastiques ont été les premiers à organiser leurs archives, c’est parce qu’ils étaient les premiers bénéficiaires d’actes de donation ; si le Trésor des chartes des rois de France est organisé à partir du règne de Philippe Auguste, ce n’est pas à la suite de perte de documents lors de la bataille de Fréteval, mais bien parce qu’à cette époque, les droits du roi sur son royaume commencent à s’étendre de manière significative10 ; et dans le grand mouvement de constitution d’archives princières et seigneuriales du xive siècle, ce sont souvent les archives des chambres des comptes qui sont les premières organisées : dès 1351, les statuts relatifs à l’organisation de la Chambre des comptes de Savoie exigent l’inventaire des documents conservés à l’archivio camerale11.

  • 12 A. Outrey, « Sur la notion d’archives en France à la fin de l’Ancien Régime », Revue historique de (...)
  • 13 B. Guenée, « “Authentique et approuvé” : recherches sur les principes de la critique historique au (...)

17Cette valeur première des archives, qui est demeurée la principale, en France comme en Europe, jusqu’à la fin de l’Ancien Régime12, explique l’importance prise très tôt par le problème de l’authenticité de l’acte. À cet égard, la constitution d’un corpus – la reprise de l’acte dans une compilation ou un cartulaire, ou son insertion dans un ensemble documentaire cohérent – est un élément essentiel pour une appréciation positive du document13. Ce rôle probatoire est dès lors indissociable de la construction d’un pouvoir, qui apparaît dès lors comme une autre finalité de la constitution d’un fonds d’archives cohérent.

Construire l’État/le pouvoir

L’Occident

  • 14 O. Poncet, A. Jamme, « L’écriture, la mémoire et l’argent. Un autre regard sur les officiers et off (...)

18« Les historiens du pouvoir de l’époque médiévale ou moderne considèrent avec raison que l’écrit est un des principaux instruments au service de l’autorité, puisque celle-ci légifère, immunise ou statue par l’intermédiaire de décisions, individuelles ou collectives, qui ont besoin d’un support qui se veut définitif pour garantir à la fois leur authenticité et leur efficacité14. » Ce constat a été suffisamment démontré dans les précédentes contributions du présent volume pour qu’il soit superflu d’y revenir ici ; la constitution d’un fonds d’archives prolonge ce recours à l’écrit en affirmant la pérennité de celui-ci et sa capacité à être de nouveau et sans cesse sollicité.

  • 15 O. Guyotjeannin, « Les méthodes de travail des archivistes des rois de France », Archiv für Diploma (...)
  • 16 Guyotjeannin, Potin, « La fabrique... », loc. cit. n. 10, p. 23.

19Olivier Guyotjeannin a ainsi montré comment la conscience de cette nécessaire constitution de corpus avait progressivement émergé à la chancellerie des rois de France15. Dès le règne de Saint Louis, deux types d’enregistrement ont lieu : des clercs de chancellerie transcrivent à la hâte une sélection d’actes royaux ; des clercs compilateurs de registres élaborent de véritables « sommes » de gouvernement en mélangeant actes envoyés et actes reçus. C’est à partir de Philippe le Hardi qu’est progressivement adoptée la solution d’avenir qui distingue l’enregistrement systématique (à la chancellerie) et l’inventaire des actes. Le mythe de la bataille de Fréteval, qui date au plus tard de l’époque moderne, est également révélateur de cette perception de l’importance des corpus archivistiques dans la genèse de l’État. Olivier Guyotjeannin, qu’on ne saurait trop citer lorsqu’on aborde de telles matières, et Yann Potin l’ont brillamment démontré : le mythe du rapt originel des archives par l’adversaire anglais permet aussi de préserver l’idée d’une grande antiquité des archives royales de France, surtout lorsque le voleur supposé est le roi d’Angleterre, c’est-à-dire le principal concurrent politique, mais aussi celui qui possède des archives administratives et financières centralisées depuis le xiie siècle au moins ! « L’invocation systématique de la défaite de Fréteval est, en définitive, la trace d’un complexe d’infériorité archivistique16. »

  • 17 B. Bibolet, M. Massot, A. Ramière de Fortanier, « Les fonds anciens des archives communales », La G (...)

20Le cas des archives communales est également très significatif17. Il reproduit le même schéma avec quelques siècles de retard ; mais l’organisation des archives témoigne toujours de la structuration du pouvoir. Si la ville de Blois reçoit une charte de franchise dès 1196, ce n’est qu’à partir de la guerre de Cent Ans que se met en place une véritable administration communale productrice de documents ; à partir de 1459, les habitants de Blois disposèrent d’un hôtel de ville qui abrita l’administration municipale et ses archives ; aussi, vers 1495, on jugea nécessaire de compiler sur un registre les actes les plus importants : ce « cartulaire » est d’ailleurs le seul instrument dont on dispose, puisque les actes originaux ont disparu.

L’Orient

21Retracer l’histoire des archives, c’est étudier un des éléments de construction du pouvoir central et, éventuellement, des pouvoirs locaux. En ce qui concerne ces derniers, si l’on a des corpus établis par des gouverneurs de province, ils sont, en fait, l’expression du pouvoir central (califal ou sultanien) et, dans la mesure où les élites locales n’ont pas constitué de corps détenant le pouvoir politique, comme ce fut le cas pour les communes en Occident, on n’a pas d’archives de ce type. En ce qui concerne les pouvoirs centraux, dès que les Arabes ont constitué une entité politique, au viie siècle, ils ont senti la nécessité d’élaborer ce qu’il est exagéré, pour les débuts, d’appeler des « archives d’État », mais qui s’y apparente rapidement. On dit que ‘Umar b. al-Khattâb, qui avait été secrétaire du Prophète, aurait eu son propre bureau pour administrer l’intendance de l’armée.

  • 18 En ce qui concerne l’écriture de l’histoire de l’empire omeyyade, et la difficulté d’en comprendre (...)
  • 19 Ceci pour les territoires précédemment byzantins comme l’Égypte. À l’est de l’empire, dans l’ex-dom (...)
  • 20 Y. Ragheb, « Un papyrus arabe de l’an 22 de l’hégire », Mélanges en l’honneur d’André Raymond, Le C (...)
  • 21 Sur l’histoire de cette découverte, cf. Y. Ragheb, Marchands d’étoffes du Fayyoum au iiie/ixe siècl (...)
  • 22 Un chercheur jordanien, Jasīr b. Khalil Abu Ṣafiyya, vient de rassembler toutes ces lettres et de t (...)

22La chancellerie omayyade (661-750, capitale : Damas), héritière de l’empire byzantin, a produit et classé des documents. Sobhi Bouderbala a découvert que ‘Abd al-Raḥmān Ibn Yūnus († 347/958), le rédacteur du premier dictionnaire biographique en Égypte, relate que, pour écrire son ouvrage, il disposait des archives omeyyades sur papyrus. Mais il est délicat de parler de documents dont on connaît mal la manière par laquelle on a voulu les conserver18. Comme dans la Sicile décrite par Annliese Nef et Henri Bresc, il est admis qu’ils furent écrits en grec, puis en grec et arabe, puis entièrement en arabe, à partir de la réforme de Abd al-Malik en 70519. Christian Décobert soutient que les premiers papyrus n’étaient qu’en grec, ce que nuance Sobhi Bouderbala (2008, p. 14) qui pense qu’il existait dès cette époque des papyrus arabes, mais qu’ils se sont perdus. Ceci semble confirmé par Youssef Ragheb, qui publie un papyrus en arabe de la première année de l’installation des musulmans en Égypte (642)20. En fait, très tôt dans l’histoire de l’Islam, dès le début du viie siècle, il y avait une chancellerie bilingue (Trombley, 2004). Bouderbala rappelle qu’il y avait « deux départements linguistiques dans la chancellerie omeyyade d’Égypte » (p. 14, n. 14), mais on n’a pas conservé les documents damascènes suite à un incendie qui eut lieu au début du viiie siècle et aux pertes postérieures. Les gouverneurs exerçant le pouvoir pour le compte du calife de Damas avaient des archives provinciales et, en Égypte, elles étaient sur papyrus, dont un nombre très important ont été conservés. On trouve, au verso de certains de ces documents, un bref résumé, signe de leur classement dans un système archivistique. La chancellerie égyptienne, si elle est en province, représente le pouvoir central omeyyade. Et l’on a eu la bonne fortune de découvrir fortuitement, en forant un puits21, la correspondance de l’un de ces gouverneurs, Qurra b. Sharīk (90-95/709-714)22. Ce sont des dizaines de lettres en grec et en arabe, sur papyrus, qui ont été publiées, notamment par Grohman.

  • 23 L. Y. Krachkovski, V. A. Krachkovskaya, « Le plus ancien document arabe de l’Asie centrale », Sogdi (...)
  • 24 G. Khan, « Newly Discovered Arabic Documents from Early Abbasid Khurasan », From al-Andalus to Khur (...)

23La dynastie des Abbassides (750-1258), déplaçant le centre de gravité de l’empire vers l’est (capitale : Bagdad, puis d’autres villes irakiennes), subit l’influence des traditions administratives persanes et vit la création d’une réelle chancellerie organisée en bureaux (Dīwān al-rasā’il, Dīwān al-inshā’, Dīwān al-mukātabāt : « Bureau des épîtres, Bureau de la chancellerie, Bureau des documents d’État »). Les archives sont conservées dans la khizāna (le « magasin », ou le « trésor ») et l’archiviste est le khāzin. Malgré une pratique archivistique assurément développée, très peu de documents ont été préservés. On connaît une lettre d’Asie centrale écrire en 100/718-719 au gouverneur arabe de la région (Sogdiane/Tajikistan)23 et un lot de trente-deux documents administratifs et légaux sur parchemin, en arabe et en bactrien, du début de la période abbasside (138-160/755-777), conservés par une famille du nord-est de l’Afghanistan24.

  • 25 A.-M. Eddé, Saladin, Paris, 2008, p. 13.

24Pour revenir à l’Égypte, les Fatimides (en Égypte, 969-1174) avaient organisé la conservation de leurs documents sur le modèle de la chancellerie abbasside. Les archives sont classées chronologiquement. Les copies des originaux envoyés (les lettres diplomatiques par exemple) sont réalisées et classées dans des registres portant mention de leur contenu sur un carton, comme l’explique Ibn al-Ṣayrafī dans son Qānūn dīwān al-rasā’il, « Règles du Bureau des épîtres ». La chancellerie fatimide nous est connue grâce aux écrits de l’un de ses derniers chanceliers, al-Fāḍil (1135-1200). Malgré le passage du chiisme au sunnisme, lorsque les Ayyûbides remplacèrent les Fatimides en 1174, il y eut une continuité dans certains domaines et notamment dans l’administration centrale, et l’on connaît la pratique de l’Iṭlāqāt, décrets confirmant les décisions des souverains précédents. On le sait, Saladin fut le vizir du dernier calife fatimide, à partir de 1171 jusqu’à la mort du calife en 1174, où il prit le titre de sultan. Al-Fāḍil devint alors son secrétaire, et Anne-Marie Eddé rappelle qu’il « contrôla toute l’administration et les rentrées fiscales nécessaires au financement des expéditions militaires25 ». Actes écrits pour la chancellerie égyptienne, correspondance officielle adressée aux souverains musulmans ou non, aux émirs du domaine ayyoubide ainsi qu’aux ulémas, ces documents ne nous sont parvenus qu’indirectement. Aucun original, mais des copies réalisées par des historiens postérieurs, comme Ibn al-’Adīm († 1262), Abū Shāma (599-665/1203-1268), Maqrīzī (766-845/1364-1442), Qalqashandī (756-821/1355-1418), lesquels les enchâssent dans leurs œuvres (Eddé, p. 591).

  • 26 Titre traduit par C. E. Bosworth, « Qalḳashandī », Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., Leyde, 1978, t. (...)
  • 27 G. Humbert, « Le manuscrit arabe et ses papiers », La tradition manuscrite en écriture arabe, éd. E (...)
  • 28 Cf. B. Martel-Thoumian, Les civils et l’administration dans l’État militaire mamlūk : ixe/xve siècl (...)
  • 29 Ces documents sont présentés et analysés dans une base de données à paraître en ligne sur le site d (...)
  • 30 On a un exemple de ce type dans J. Loiseau, « Un bien de famille. La société mamelouke et la circul (...)
  • 31 S. Denoix, « Fondations pieuses, fondations économiques, le waqf, un mode d’intervention sur la vil (...)

25La chancellerie abbasside fut donc un modèle pour les Fatimides et, par voie de conséquence, les Ayyûbides dont on a vu la continuité administrative avec la dynastie les ayant précédés. De même pour les Mamelouks qui, dans leur grand besoin de légitimation en tant que gouvernants de musulmans lettrés, se voulurent les héritiers des Abbassides et eurent une chancellerie extrêmement sophistiquée et productrice de documents de tous genres : décrets, lettres diplomatiques, certificats d’investiture, diplômes de nomination des cadis (taqālīd ḥukmiyya), etc. On dispose, pour connaître la chancellerie mamelouke, de l’œuvre magistrale d’un secrétaire (à partir de 791/1389), Qalqashandï. Son Ṣubḥ al-a’shā fī ṣinā’at al-inshā’26est un gigantesque manuel didactique (théorie et pratique) à l’usage du secrétaire de chancellerie (Björkman, 1928). Les manières de s’adresser à tel ou tel souverain, le papier (genre, format)27 à utiliser dans telle ou telle circonstance, tout ce qui concerne l’activité de la chancellerie y est présenté ainsi que des diplômes, datant des débuts de l’islam, de l’époque fatimide et de l’époque mamelouke, et qui sont recopiés dans ce manuel. L’administration mamelouke se situe dans la continuité de celle des dynasties précédente, sa principale caractéristique est sa militarisation28. Le Bureau de la chancellerie (le Dīwān al-inshā’) s’occupait à la fois des correspondances avec les souverains étrangers (d’où la nécessité pour les secrétaires de connaître le turc, le persan, le mongol et des langues européennes) et de celles avec les gouverneurs de province, ainsi que de la production et de la conservation des documents divers : investiture des gouverneurs, serments d’allégeance des émirs, etc. Malgré l’importance des bureaux, très peu d’archives ont été préservées. Ce dont nous disposons sont des actes de waqf-s, conservés, on l’a dit, car la concession faite au profit du monument dévolutaire devait l’être à tout jamais. On a donc, pour l’époque mamelouke, un millier de documents, mais, quelquefois, la mention du waqf ne se situe que dans les marges. En effet, lorsqu’un bâtiment a déjà fait l’objet d’un acte, une vente, par exemple, l’acte disant sa constitution en waqf est dans la marge de l’acte de vente. Nous disposons donc aussi de quelques centaines d’actes de vente, de transferts de propriété (intiqāl), de pétitions (qiṣaṣ) à propos d’un bien. Nous avons aussi, postérieurement au waqf, des échanges légaux (istibdāl) dans le cadre de l’institution des waqf s. Dans ce cas, c’est l’acte d’istibdāl qui est dans la marge (ou au verso) du waqf29. On peut donc suivre le parcours d’un bien d’une vente à l’autre, sa constitution en waqf, son éventuel istibdāl, etc.30. Quoi qu’il en soit, on a remarqué31 que c’était la constitution des opérations urbanistiques dans le cadre des waqf s qui relevait de la construction de l’État plutôt que la conservation des documents, et celle-ci est due, rappelons-le, à l’inaliénabilité de la fondation et non pas à la mise en place d’un enregistrement systématique.

26Construire l’État, certes, et l’on voit que les différentes dynasties musulmanes se sont préoccupées de constituer des corpus archivistiques participant de l’administration de leur empire. Avec l’armée, cette dernière est l’armature de l’État. Mais cette préoccupation est utilitariste : les documents sont nécessaires à la bonne administration. Contrairement à l’Occident, il ne s’agit pas de construire une image du pouvoir royal, comme ce fut le cas, entre autres fonds, avec les chartes décorées de la chancellerie royale française.

La déviation/l’instrumentalisation des corpus

27La constitution volontaire d’un corpus de documents peut traduire en effet, au-delà des finalités probatoires et politiques qui préexistent toujours, la volonté d’un pouvoir ou d’un groupe d’exercer son emprise sur la mémoire collective. Lorsqu’on examine un fonds d’archives, il ne faut pas examiner seulement ce qui se reflète d’un pouvoir ou d’une société dans ce fonds ; il faut également chercher ce qu’un pouvoir ou une société expriment d’eux-mêmes dans la constitution de ces archives.

  • 32 G. Brunel, Images du pouvoir royal. Les chartes décorées des Archives nationales, xiiie-xve siècles (...)
  • 33 Voir la journée d’étude organisée en 2007 aux Archives nationales et dont les actes devraient faire (...)

28Les contributions de l’atelier des doctorants éclairent cet aspect, mais l’exemple le plus significatif est celui des chartes ornées du xive siècle. En France, on observe l’apparition de décors figurés dans les actes royaux produits par la chancellerie royale dès le règne de Louis IX, sans doute en raison de l’influence des manuscrits littéraires. Mais ces décors restent conventionnels, empruntés à un bestiaire fantastique – grotesque, dragons – ou à celui de la chasse – ours, renards, sangliers, lapins et chiens. Cependant, à partir du règne de Charles V, les emblèmes du pouvoir royal occupent une place privilégiée : fleurs de lys, couronnes et dauphins de France. On assiste ainsi à une véritable mise en scène de la symbolique royale, une sorte de personnalisation du roi jusque dans ses archives32. L’exemple français n’est pas isolé ; les chartes ornées sont nombreuses dans les chancelleries de l’Europe à cette époque33.

Les pistes actuelles de la recherche

29En Occident, on constate un intérêt renouvelé des historiens pour l’analyse des pratiques de conservation et d’organisation des corpus. Sauf exception, la reconstitution des corpus, qui est une des pistes explorées actuellement par les orientalistes, n’est pas pratiquée. L’autre direction prise par ces chercheurs consiste en un décloisonnement entre des champs de la recherche précédemment hermétiques.

L’Occident : le processus de création archivistique et les règles de classement

  • 34 Voir en particulier B. Guenée, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris, 1980 (...)
  • 35 Voir notamment O. Mattéoni, « La conservation et le classement des archives dans les chambres des c (...)
  • 36 P. Bertrand, Commerce avec dame pauvreté : structures et fonctionnement des couvents mendiants à Li (...)

30L’histoire des pratiques archivistiques médiévales est très en retard par rapport à celle des bibliothèques médiévales ; l’intérêt des historiens pour cette problématique n’est manifeste que depuis une trentaine d’années34. L’analyse des modes de conservation des archives trouve désormais sa place dans les études institutionnelles35 ; les historiens peuvent en tirer, en effet, des conclusions déterminantes sur l’évolution de leur sujet d’étude : Paul Bertrand a ainsi mis en évidence que la conservation des documents par les couvents mendiants de Liège était un indice de la mise en place d’un système économique36.

  • 37 E. Casanova, Archivistica, Sienne, 1928, p. 349.

31Les études engagées témoignent toutes d’une véritable « explosion » de la gestion des archives au xive siècle ; dès 1928, Casanova décrivait ainsi un « pullulement d’inventaires37 »: 1323 en Angleterre, vers 1330 en Bourgogne, 1337 dans le comté de Genève, 1346 en Dauphiné (mais le premier inventaire connu date de 1277), vers 1370 à Mantoue. En Savoie, Rück a montré que les statuts les plus anciens du comté, ceux de Pierre de Savoie (entre 1263 et 1268), contenaient déjà des règles relatives à la gestion des actes ; en 1351, les statuts relatifs à l’organisation de la chambre des comptes parlent de l’archivio camerale et en exigent l’inventaire, mais ce sont les statuts de 1430 qui offrent, en plusieurs articles, des mesures relatives à l’organisation des archives. Ce développement des inventaires n’est lui-même que la conséquence du développement de l’enregistrement systématique mis en place au siècle précédent ; confrontées à la masse nouvelle des actes conservés, les chancelleries ont compris que l’enregistrement n’avait pas d’utilité s’il ne permettait pas de retrouver les actes.

  • 38 Bertrand, Commerce..., op. cit. n. 36, p. 401 sq.

32Dans le détail, nombreux sont les signes des progrès de l’archivage, que les historiens peuvent repérer comme autant d’indices. L’étude de Paul Bertrand souligne ainsi, par exemple, le soin apporté à la conservation des sceaux, « encapuchonnés » dans de petites bourses de parchemin, ou le choix de ranger les actes en les pliant, ce qui permet de les entreposer et de les classer dans des boîtes de dimension restreinte, mais aussi de les déplacer plus aisément que les rotuli de la période précédente38.

  • 39 É. Lalou, Les comptes sur tablettes de cire de Jean Sarrazin, chambellan de Saint Louis, Turnhout, (...)

33La nature des documents produits, au-delà même du soin apporté à leur conservation, doit être interrogée. Mais l’historien est ici prisonnier de sa méconnaissance des documents transitoires éliminés après leur usage, ce qui rend d’autant plus précieux les quelques documents de la sorte encore conservés, tels que les tablettes de cire de Jean Sarrazin, chambellan de Louis IX, qui nous éclairent sur le fonctionnement de l’Hôtel du roi39. L’historiographie occidentale ne s’intéresse pourtant guère aux destructions d’archives, piste déjà explorée par les historiens de l’Orient.

L’Orient : la reconstitution des corpus par les historiens mêmes

34Quoique les archives du monde musulman médiéval se caractérisent par le fait que les chancelleries en ont produit en quantité, beaucoup ont été jetées ou perdues. Néanmoins, une reconstitution des corpus est possible grâce aux sources narratives. L’autre nouveauté dans le milieu des chercheurs est le décloisonnement entre des champs précédemment hermétiques.

  • 40 Des masterclasses et webclasses de formation à la papyrologie en grec et en arabe sont organisées p (...)

35Ainsi on a vu que les premiers documents dont disposaient les orientalistes, et qui ont pu faire partie d’archives de gouverneurs de province, sont les papyrus. La période qui suit la conquête musulmane (deuxième moitié du viie siècle) est réputée – mais c’est en train de changer – pour être particulièrement pauvre en documents, notamment en archives. La langue de l’administration, dans un premier temps, est, on l’a dit, en grande partie le grec, et la population locale s’exprime (y compris par écrit) en copte. Donc, pour connaître les premiers temps après la conquête arabe, il faut, pour une grande part, accéder à un corpus que les arabisants, souvent, ne lisaient pas. Ces textes, produisant des données fiscales (assiette de l’impôt, réclamations des sujets auprès du gouverneur arabe, etc.), sont désormais étudiés conjointement, dans un esprit de synthèse, par les papyrologues et les arabisants. On a l’exemple d’une grande jarre contenant des dizaines de papyrus dans les trois langues, mise au jour dans les fouilles d’Edfou, dans les années 1930. Geneviève Faverelle (copte et grec), Jean-Luc Fournet (grec), Anne Regourd (arabe) y travaillent. Un effort significatif a été fait, notamment sous l’impulsion de Petra Sijpesteijn (IRHT – université de Leyde) et Andréas Kaplony (université de Zurich) pour réunir hellénisants, coptisants et arabisants, et les coopérations entre chercheurs de formations linguistiques différentes existent désormais40.

36Cette période concerne un moment de l’histoire où les pratiques archivistiques sont fort mal connues. Plus tard, les documents sont archivés et les États musulmans rétribuent de nombreux fonctionnaires pour produire des documents selon des normes très élaborées et pour les classer dans des archives avec des traditions de chancellerie qui passent de dynastie en dynastie, alors que les documents eux-mêmes sont détruits lors des grands changements politiques. Des fonds entiers sont alors jetés ou vendus au prix du papier ou du parchemin. Frédéric Bauden a relevé que Maqrīzī, travaillant dans la chancellerie à l’époque de l’arrivée au pouvoir du sultan Barqûq (1382), signale que les archives ont, au changement de prince, été déménagées et vendues au poids. L’Orient musulman produit des archives, mais ne les conserve pas à tout jamais. Beaucoup des fonds dont nous disposons ont été retrouvés par hasard, comme ce corpus yéménite qu’a étudié Eric Vallet, et qui porte le beau nom du « Lumière de la connaissance » (Nür al-ma’ārifi, qui fut jadis un lot d’archives mais qui, lorsque le sultan mourut, devait subir le sort habituel des archives et suivre le prince dans sa tombe. Heureusement pour l’historien, le prince en question était savant et estimé, et l’on voulut préserver sa mémoire en gardant trace de ces actions : ce lot fut épargné.

37Ainsi, les originaux des correspondances diplomatiques, ces lettres que les souverains échangeaient, sont très peu nombreux. Faute d’en disposer, les chercheurs les retrouvent dans des sources narratives. En effet, il existe dans le monde musulman un genre littéraire favorable à cette démarche : le manuel de chancellerie. Citons un ouvrage de l’époque fatimide, le Qanūn dīwān al-rasā’il d’Ibn al-Ṣayrafī, et un de l’époque mamelouke, le Ṣubḥ al-a’shā’li-ṣinā’at al-inshā’, écrit par un secrétaire de chancellerie du xve siècle, Qalqashandî. Dans ces manuels, il y a des exposés théoriques pour apprendre aux secrétaires de chancellerie leur métier, au sein desquels sont enchâssés des exemples pratiques qui sont souvent des documents fidèlement recopiés. Ainsi les chercheurs ont pu retrouver des documents d’archives, comme la correspondance entre souverains, notamment celle de Saladin (Anne-Marie Eddé), qui sont désormais connus par les copies qui en ont été faites. Les originaux en question sont perdus, mais il nous reste ces ouvrages ayant copié les documents d’archives. Évidemment, en termes de fiabilité, il y a un bémol par rapport à un original et il convient de mettre en place une grille de lecture permettant de repérer le degré de proximité de ces textes avec le document initial. Une autre piste pour la reconstitution des corpus est de passer par les traductions des documents originaux. Ainsi les archives de Venise, Gênes, Pise, Raguse, Barcelone, etc. contiennent quelques documents en arabe qu’il convient de repérer, mais aussi de nombreuses traductions d’actes (des traités commerciaux) émis par la chancellerie mamelouke. Ces traductions, contemporaines des documents originaux, sont souvent très fidèles, voire littérales. Cette piste de recherche est explorée notamment par Frédéric Bauden, et Damien Coulon en a exploité les fonds barcelonais.

  • 41 Ce programme fait l’objet d’un partenariat international entre plusieurs institutions : y sont asso (...)

38Le programme sur Les correspondances diplomatiques, dirigé par Denise Aigle (EPHE)41 et réalisé par une équipe internationale, est une illustration des deux tendances de la recherche actuelle : il s’agit de reconstituer ces corpus de lettres à partir de corpus narratif, et les spécialités mises en œuvre, et notamment les connaissances linguistiques, nécessitent un décloisonnement des champs disciplinaires. Ici, c’est l’ensemble des lettres diplomatiques de l’Orient musulman médiéval qui sont étudiées dans le cadre d’une coopération internationale : les lettres échangées entre les Mamelouks et les Byzantins, entre les Mamelouks et les Francs des États latins, entre les khans tchaglataï, les Seljukides, les Safavides, etc. Quelle que soit la langue des documents étudiés, les chercheurs procèdent à la mise en commun de leurs données pour réaliser une recherche collective. Marie Favereau, membre scientifique de l’IFAO, élabore la base de données de ce programme. Intitulée DiplOrient, cette base recense toutes les lettres diplomatiques issues des corpus des lettres identifiées par les chercheurs, qu’il s’agisse de documents originaux ou de textes recopiés au sein d’un ouvrage. Pour le Maghreb médiéval, une démarche du même type a été suivie au sein d’une équipe menée par Pascal Burési. Dans un monde où l’idée d’une continuité de l’État n’a pas de sens, on comprend que, lorsque l’on change de dynastie, de la même façon que les Ayyûbides ont détruit les palais fatimides, les dynastes liquident les archives de leurs prédécesseurs, quelquefois même au sein de la même dynastie, lors du passage d’un sultan à l’autre.

39« Mon encrier est lié à ton turban », dit le scribe au prince.

Bibliographie

Références bibliographiques

Sources

Abū Shāma, Kitāb al-Rawḍatayn fi akhbār al-dawlatayn, Le Caire, 1871-1875, 2 vol. ; trad. partielle de C. Barbier de Meynard, Recueil des historiens des croisades. Historiens orientaux, Paris, 1848-1906, t. 4-5.

Tarājim rijāl al-qarnayn al-sādis wa-l-sābi’, éd. Al-Kawthri, Le Caire, 1947.

Al-Fāḍil, Dīwān al-qāḍī al-Fāḍil, éd. B. Ibyārī, Le Caire, 1961.

Ibn al-Sayrafī, Qanün dīwān al-rasā’il, éd A. Bahgat, Le Caire, 1905.

Ibn Shaddàd, Al-Nawādir al-sulṭaniyya wa l-maḥāsin al-yusūfiyya, éd. G. al-Dïn al-Shayyal, Le Caire, 1964.

Ibn Yūnus, Tārīkh ībn Yūnus al-Miṣrī, éd. A. Abd al-Fattāḥ, Beyrouth, 2000.

Taqī al-Dīn al-Maqrīzī, Itti’azz al-ḥunafā’, Le Caire, 1973.

, Kitāb al-mawā’izz wa l-i’tibār fi dhikr al-khiṭaṭ wa-l athār, éd. A. Fu’ad Sayyid, Londres, 2002-2004, 5 vol.

, Kitāb al-muqaffā’al-kabīr, Beyrouth, 1991.

Qalqashandī, Al-Ṣubḥ al-a’shā fi ṣinā’at al-inshā’, Le Caire, 1913-1919.

Études

Aigle (D.), « Les correspondances adressées par Hülegü au sultan ayyoubide de Syrie al-Malik al-Nâsir Yûsuf. La construction d’un modèle », Pensée grecque et sagesse orientale. Hommages à Michel Tardieu, éd. Μ. A. Amir-Moezzi, J. D. Dubois, Turnhout, 2009, sous presse.

—, « De la “non-négociation” à l’alliance inaboutie. Réflexions sur la diplomatie entre les Mongols et l’Occident latin », Les relations diplomatiques entre le monde musulman et l’Occident latin, dir. D. AIGLE, P. BURÉSI, dans Oriente moderno, 86 (2008), no 1, p. 395-436.

Amin (M.), Al-awqāf wa l-ḥayā’al-iqtiṣādiyya wa-l igtimā’iyya, Le Caire, 1983.

ατια (A. S.), The Arabic Manuscripts of Mt Sinai : A Handlist, Baltimore, 1955.

Bauden (Fr.), « The Recovery of Mamlük Chancery Document in an Unsuspected Place », The Mamluks in Egyptian and Syrian Politics and Society, éd. M. Winter, A. Levanoni, Leyde, 2004, p. 59-76.

, « Mamluk Era Documentary Studies : The State of the Art », Mamluk Studies Review, 9 (2005), p. 15-60.

—, « Les relations diplomatiques entre les sultans mamelouks circassiens et les autres pouvoirs du Dâr al-islām. L’apport du ms. ar. 4440 (BNF, Paris) », Les conventions diplomatiques…, p. 1-29.

Björkman (W.), Beiträge zur Geschichte der Staatkanzlei im islamischen Agypten, Hambourg, 1928.

Borrut (A.), L’espace syrien sous les derniers Omeyyades et les premiers Abbassides (v. 72-193/692-809) : entre mémoire et pouvoir, doct. histoire, univ. Paris 1, 2007.

Bosworth (C. E.), « Qalḳashandī », Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., Leyde, 1978, t. 4, p. 531-533.

Bouderbala (S.), Ǧund Miṣr : étude de l’administration militaire dans l’Égypte des débuts de l’Islam 21/642-218/833, doct. histoire (dir. Fr. Micheau), univ. Paris 1, 2008.

Brunel (G.), Images du pouvoir royal : les chartes décorées des Archives nationales, Paris, 2005.

Burési (P), EL Aallaoui (H.), « La chancellerie almohade », Los Almohades : problemasyperspectivas, dir. P. Cressier, M. Fierro, L. Molina, Madrid, 2006, t. 2, p. 477-503.

Conventions (Les) diplomatiques dans le monde musulman. L’umma en partage (1258-1517), éd. M. Favereau, dans Annales islamologiques, 41 (2007).

Coulon (D.), « Le commerce de Barcelone avec l’Égypte et la Syrie-Palestine, au début du xve siècle, d’après les contrats de commendes du notaire Tomàs de Bellmunt, 1402-1416 », Le partage du monde. Echanges et colonisation dans la Méditerranée médiévale (Colloque international, Toulouse-Conques, 26-30 avril 1995, organisé par le CNRS, GDR 555), dir. M. Balard, A. Ducellier, Paris, 1998, p. 203-229.

Denoix (S.), « Pour une exploitation d’ensemble d’un corpus. Les waqf-s mamelouks du Caire », Le ivaqf dans l’espace islamique, outil de pouvoir socio-politique, éd. R. Deguilhem, Damas, 1995, p. 29-44.

—, « Fondations pieuses, fondations économiques, le waqf, un mode d’intervention sur la ville mamelouke », Le Khan al-Khalili, un centre commercial et artisanal au Caire du xiiie au xxe siècle, éd. S. Denoix et alii, Le Caire, 1999, p. 19-26.

—, « Topographie de l’intervention du personnel politique à l’époque mamelouke », Le khan al-Khalili, un centre commercial et artisanal au Caire du xiiie au xxe siècle, éd. S. Denoix et alii, Le Caire, 1999, p. 33-50.

Favereau (M.), « Comment le sultan mamelouk s’adressait au khan de la Horde d’or. Formulaires des lettres et règles d’usage d’après trois manuels de chancellerie (1262-v. 1430) », Les conventions diplomatiques…, p. 59-95.

From al-Andalus to Khurasan. Documents from the Medieval Muslim World, éd. P. Sijpesteijn, L. Sundelin, S. Torallas Tovar, A. Zomeno, Leyde-Boston, 2007 (Arabie History and Civilization, 66).

Gascou (J.), « Papyrus grecs inédits d’Apollonôs Anô », Hommage à Serge Sauneron, Le Caire, 1979, t. 2, p. 25-34.

Goitein (S. D.), A Mediterranean Society : The Jewish Communities of the Arab World as Portrayed in the Documents of the Cairo Geniza, t. 1 : Economic Foundations ; t. 2 : The Community, t. 3 : The Family, t. 4 : Daily Life ; t. 5 : The Individual : Portrait of a Mediterranean Personality of the High Middles Ages as reflected in the Cairo Geniza ; t. 6 : Cumulative Indices, Berkeley-Los Angeles, 1967-1993.

Goody (J.), The Logic of Writing and the Organisation of Society, Cambridge, 1986, trad. fr., La logique de l’écriture. Aux origines des sociétés humaines, Paris, 1986.

, The Interface between the Written and the Oral, Cambridge, 1987.

Grohman (A.), « Probleme der arabischen Papyrusforschung », Archiv Orientalni, 3(1931), p. 381-394.

—, « Aperçu de papyrologie arabe », Etudes de papyrologie, 1 (1932), p. 23-95.

—, Einführung in die arabische Papyruskunde, Prague, 1954.

—, Arabic Papyri in the Egyptian Library, Le Caire, 1932-1962, 6 vol.

Guyotjeannin (O.), Potin (Y.), « La fabrique de la perpétuité. Le trésor des chartes et les archives du royaume (xiiie-xixe siècle) », Fabrique des archives, fabrique de l’histoire, dans Revue de synthèse, 125 (2004), p. 15-44.

Hamidulah (M.), Corpus des traités et lettres diplomatiques de l’islam, Paris, 1935.

Humbert (G.), « Le manuscrit arabe et ses papiers », La tradition manuscrite…, p. 55-77.

Khan (G.), « A Copy of a Decree from the Archives of the Fatimid Chancery in Egypt », Bulletin of the School of Oriental and African Studies, 49 (1986), p. 439-453.

, « Newly Discovered Arabie Documents from EarlyAbbasid Khurasan », From al-Andalus to Khurasan…, p. 201-215.

Krachkovski (L. Y.), Krachkovskaya (V. A.), « Le plus ancien document arabe de l’Asie centrale », Sogdiski’ Shornik, Leningrad, 1934, p. 52-90.

Loiseau (J.), « Un bien de famille. La société mamelouke et la circulation des patrimoines, ou la petite histoire d’un moulin du Caire », Annales islamologiques, 37 (2003), p. 275-314.

—, Reconstruire la maison du sultan. Ruine et recomposition de l’ordre urbain au Caire (1350-1450), Le Caire, sous presse.

Martel-Thoumian (B.), Les civils et l’administration dans l’État militaire mamlūk : ixe/xvsiècle, Damas, 1991.

Müller (C.), « A Legal Instrument in the Service of People and Institutions : Endowments in Mamluk Jerusalem as minored in the Ḥaram Documents », Mamluk Studies Review, 12 (2008), p. 173-189.

Northrup (L.), Abū L-Hajj (A.), « A collection of Medieval Arabic Documents in the Islamic Museum at the Ḥaram al-Šarīf », Arabica, 25 (1979), p. 282-291.

Olson (D. R.), The World on Paper : The Conceptual and Cognitice Implications of Writing and Reading, Cambridge, 1994, trad. fr., L’univers de l’écrit. Comment la culture écrite donne forme à la pensée, Paris, 1998.

Papyrology and the History of Early Islamic Egypt, éd. P. Sijpesteijn, L. Sundelin, Leyde-Boston, 2004 (Islamic History and Civilization, 55).

Ragheb (Y.), Marchands d’étoffes du Fayyoum au iii/ixe siècle d’après leurs archives (actes et lettres). Les actes des Banü Abd al-Mu’min, Le Caire, 1982-1996, 4 vol.

—, « Les plus anciens papyrus arabes », Annales islamologiques, 30 (1996), p. 1-19.

—, « Un papyrus arabe de l’an 22 de l’hégire », Mélanges en l’honneur de André Raymond, Le Caire, sous presse.

Sijpesteijn (P), Shaping a Muslim State. Papyri Related to a Mid-Eight Century Egyptian Official, PhD, Univ. de Chicago, 2004.

, « The Archivai Mind in Early Islamic Egypt : Two Arabic Papyri », From al-Andalus to Khurasan…, p. 163-186.

Stern (S. M.), Fatimid Decrees, Londres, 1964.

Tradition (La) manuscrite en écriture arabe, éd. G. Humbert, dans Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 99-100 (2002).

Trombley (F. R.), « Sâwirus b. al-Muqaffa’and the Christians of Umayyad Egypt », Papyrology and the Early History…, p. 199-226.

Weil (J.-D.), « Papyrus arabes d’Edfou », Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale, 30 (1931), p. 33-44.

Notes

1 Les développements relatifs à l’Orient sont dus à Sylvie Denoix, et ceux relatifs à l’Occident à Bruno Galland.

2 À titre d’exemple, on peut citer P.-C. Le Moine, Diplomatique-pratique, ou Traité de l’arrangement des archives et trésors des chartes, Metz, 1765.

3 L’Ecole nationale des chartes : histoire de l’école depuis 1821, Thionville, 1997.

4 U. Chevalier, Inventaire des archives des dauphins à Saint-André de Grenoble en 1277, Paris-Lyon, 1869, et Id., Inventaire des archives des dauphins de Viennois à Saint-André de Grenoble en 1346, Paris-Lyon, 1871.

5 On ne peut que rappeler ici l’ouvrage classique de Ch.-O. Carbonell, Histoire et historiens. Une mutation idéologique des historiens français : 1865-1885, Toulouse, 1976.

6 C. Müller, « Faire la preuve du bien immobilier au xive siècle : étude des actes du Ḥaram al-Sharīf à Jérusalem », communication à l’École normale supérieure, Paris, mai 2005.

7 L. Northrup, A. Abūl-Hajj, « A Collection of Medieval Arabic Documents in the Islamic Museum at the Ḥaram al-Šarīf », Arabica, 25 (1979), p. 282-291.

8 Ibid.

9 A. S. Ατια, The Arabic Manuscripts of Mt Sinai : A Handlist, Baltimore, 1955.

10 O. Guyotjeannin, Y. POTIN, « La fabrique de la perpétuité : le trésor des chartes et les archives du royaume (xiiie-xixe siècle), Fabrique des archives, fabrique de l’histoire, dans Revue de synthèse, 125 (2004), p. 15-44.

11 P. Rück, « Die Ordnung des herzoglich-savoyischen Archive unter Amadeus VIII (1398-1451) », Archivalische Zeitschrift, 67 (1971), p. 11-101.

12 A. Outrey, « Sur la notion d’archives en France à la fin de l’Ancien Régime », Revue historique de droit français et étranger, 76 (1953), p. 277-286.

13 B. Guenée, « “Authentique et approuvé” : recherches sur les principes de la critique historique au Moyen Âge », La lexicographie du latin médiéval et ses rapports avec les recherches actuelles sur la civilisation du Moyen Âge, Paris, 1981 (Colloques internationaux du CNRS, 589), p. 215-229, repris dans Id., Politique et histoire au Moyen Âge, Paris, 1981, p. 265-278.

14 O. Poncet, A. Jamme, « L’écriture, la mémoire et l’argent. Un autre regard sur les officiers et offices pontificaux, xiiie-xviie siècle », Offices, écrits et papauté (xiiie-xviie siècle), Rome, 2007 (Collection de l’École française de Rome, 386), p. 1-13, ici p. 4.

15 O. Guyotjeannin, « Les méthodes de travail des archivistes des rois de France », Archiv für Diplomatik, 42 (1996), p. 295-373.

16 Guyotjeannin, Potin, « La fabrique... », loc. cit. n. 10, p. 23.

17 B. Bibolet, M. Massot, A. Ramière de Fortanier, « Les fonds anciens des archives communales », La Gazette des archives, 125-126 (1984), p. 179-206. Voir également les contributions de l’atelier des doctorants.

18 En ce qui concerne l’écriture de l’histoire de l’empire omeyyade, et la difficulté d’en comprendre les enjeux au prisme des documents (postérieurs et produits par la dynastie rivale des Abbassides), on consultera la thèse d’A. Borrut, L’espace syrien sous Us derniers Omeyyades et les premiers Abbassides (v. 72-193/692-809) : entre mémoire et pouvoir, doct. histoire, univ. Paris 1, 2007.

19 Ceci pour les territoires précédemment byzantins comme l’Égypte. À l’est de l’empire, dans l’ex-domaine sassanide, la langue administrative, avant la réforme, fut le persan.

20 Y. Ragheb, « Un papyrus arabe de l’an 22 de l’hégire », Mélanges en l’honneur d’André Raymond, Le Caire, sous presse.

21 Sur l’histoire de cette découverte, cf. Y. Ragheb, Marchands d’étoffes du Fayyoum au iiie/ixe siècle d’après leurs archives (actes et lettres). Les actes des Banü Abd al-Mu’min, Le Caire, 1982, t. 1, p. ix-x.

22 Un chercheur jordanien, Jasīr b. Khalil Abu Ṣafiyya, vient de rassembler toutes ces lettres et de traduire le corpus grec en arabe, ce qui a, entre autres, pour intérêt de permettre aux historiens arabophones et non hellénisants d’aborder ce corpus ; cité par S. Bouderbala, Gund Miṣr : étude de l’administration militaire dans l’Égypte des débuts de l’Islam, 21/642—218/833, doct. histoire (dir. Fr. Micheau), univ. Paris 1, 2008.

23 L. Y. Krachkovski, V. A. Krachkovskaya, « Le plus ancien document arabe de l’Asie centrale », Sogdiski’Shornik, Leningrad, 1934, p. 52-90.

24 G. Khan, « Newly Discovered Arabic Documents from Early Abbasid Khurasan », From al-Andalus to Khurasan. Documents from the Medieval Muslim World, éd. P. Sijpesteijn, L. Sundelin, S. Torallas Tovar, A. Zomeno, Leyde-Boston, 2007 (Arabic History and Civilization, 66), p. 201-215.

25 A.-M. Eddé, Saladin, Paris, 2008, p. 13.

26 Titre traduit par C. E. Bosworth, « Qalḳashandī », Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., Leyde, 1978, t. 4, p. 531-533 : « Le matin de l’héméralope ou l’art de la rédaction ».

27 G. Humbert, « Le manuscrit arabe et ses papiers », La tradition manuscrite en écriture arabe, éd. EAD., dans Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 99-100 (2002), p. 55-77 ; M. FAVEREAU, « Comment le sultan mamelouk s’adressait au khan de la Horde d’or. Formulaires des lettres et règles d’usage d’après trois manuels de chancellerie (1262-v. 1430) », Les conventions diplomatiques dans le monde musulman. L’umma en partage (1258-1517), éd. EAD., dans Annales islamologiques, 41 (2007), p. 59-95.

28 Cf. B. Martel-Thoumian, Les civils et l’administration dans l’État militaire mamlūk : ixe/xve siècle, Damas, 1991.

29 Ces documents sont présentés et analysés dans une base de données à paraître en ligne sur le site de ΠΡΑΟ : http://www.ifao.egnet.net. Elle est réalisée par Christian Gaubert (médiéviste et ingénieur informaticien), Musafa Taher (paléographe), Michel Tuchschere (historien, période ottomane) et moi-même (historienne, période mamelouke). Le projet a été présenté dans S. Denoix, « Pour une exploitation d’ensemble d’un corpus. Les waqf-s mamelouks du Caire », Le waqf dans l’espace islamique, outil de pouvoir socio-politique, éd. R. Deguilhem, Damas, 1995, p. 29-44.

30 On a un exemple de ce type dans J. Loiseau, « Un bien de famille. La société mamelouke et la circulation des patrimoines, ou la petite histoire d’un moulin du Caire », Annales islamologiques, 37 (2003), p. 275-314.

31 S. Denoix, « Fondations pieuses, fondations économiques, le waqf, un mode d’intervention sur la ville mamelouke », Le khan al-Khalili, un centre commercial et artisanal au Caire du xiiie au xxe siècle, éd. S. Denoix et alii, Le Caire, 1999, p. 19-26, et EAD. « Topographie de l’intervention du personnel politique à l’époque mamelouke », ibid., p. 33-50 ; J. Loiseau, Reconstruire la maison du sultan. Ruine et recomposition de l’ordre urbain au Caire (1350-1450), Le Caire, sous presse.

32 G. Brunel, Images du pouvoir royal. Les chartes décorées des Archives nationales, xiiie-xve siècles, Paris, 2005.

33 Voir la journée d’étude organisée en 2007 aux Archives nationales et dont les actes devraient faire l’objet d’une publication dans la Bibliothèque de l’École des chartes.

34 Voir en particulier B. Guenée, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris, 1980, p. 91-100. L’étude pionnière, et une des plus avancées, reste celle de Rück, « Die Ordnung... », loc. cit. n. 11.

35 Voir notamment O. Mattéoni, « La conservation et le classement des archives dans les chambres des comptes de la principauté bourbonnaise à la fin du Moyen Age », La France des principautés : les chambres des comptes, xive et xve siècles, colloque de Moulins, Paris, 1995, p. 65-81.

36 P. Bertrand, Commerce avec dame pauvreté : structures et fonctionnement des couvents mendiants à Liège, Liège, 2004.

37 E. Casanova, Archivistica, Sienne, 1928, p. 349.

38 Bertrand, Commerce..., op. cit. n. 36, p. 401 sq.

39 É. Lalou, Les comptes sur tablettes de cire de Jean Sarrazin, chambellan de Saint Louis, Turnhout, 2003 (Monumenta palaeographica Medii Aevi, Series Gallica, 4).

40 Des masterclasses et webclasses de formation à la papyrologie en grec et en arabe sont organisées par Raffaele Luiselli (grec) et Andreas Kaplony (arabe) [http://papyrology.blogspot.com/2008/12/online-arabic-papyrology-class.html ; http://www.weiterbildung.uzh.ch/programme/papyrology/content.html].

41 Ce programme fait l’objet d’un partenariat international entre plusieurs institutions : y sont associés 1ΈΡΗΕ, l’IFAO, les UMR 8167, « Islam médiéval », et 8032, « Études turques et ottomanes », l’Istituto per l’Oriente (Rome), l’Institute of Asian and African Studies de l’université hébraïque de Jérusalem et l’Institut français d’études anatoliennes.

Auteurs

Directrice des études à l’Institut français d’archéologie orientale, Le Caire
IREMAM (CNRS, UMR 6568), Aix-en-Provence

Directeur scientifique des Archives nationales, Paris
Centre historique des Archives nationales

© Éditions de la Sorbonne, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540