Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une société provinciale face à son devenir : le Vendômois aux xviiie et xixe siècles

 | 
Jean Vassort

Première partie. Le pays vendômois au xviiie siècle

Chapitre 3. La société provinciale : des campagnes à la ville

Texte intégral

1Dans ce premier chapitre d’histoire sociale, qui vise à préciser les structures socio-économiques de la population vendômoise pendant le second xviiie siècle, deux sources classiques seront principalement sollicitées : les archives notariales — en l’occurrence les contrats de mariage et les inventaires après décès — et les archives fiscales — pour l’essentiel les rôles de taille.

2Chacune de ces sources présente des points forts et des points faibles. Sans méconnaître certaines possibilités de dissimulation — encore que l’intérêt même des contractants leur interdise d’y trop recourir —, les données chiffrées de l’acte notarial peuvent être considérées comme proches de la réalité des conditions matérielles, et il est donc permis de leur demander de fixer, au moins sommairement, niveaux et hiérarchies d’aisance. En revanche, le recours au notaire n’est pas en Vendômois assez systématique pour qu’on puisse espérer sérieusement faire correspondre à ces niveaux des effectifs de population. C’est ici que les rôles d’impôt prennent tout leur intérêt : car si leurs données chiffrées présentent des distorsions plus grandes par rapport à la réalité en raison des déformations introduites par le prisme de la pression fiscale, elles permettent en revanche de rétablir avec beaucoup de vraisemblance des effectifs, sinon d’individus, du moins de feux, ce qui pour une étude sociale est l’essentiel.

3A partir de ces considérations, la démarche de l’enquête s’imposait d’elle-même : fixer d’abord l’échelle des niveaux matériels qui s’observent en Vendômois, grâce à l’approche globale que permettent les actes notariaux ; puis présenter plus précisément, à partir des données fiscales, la pyramide de la richesse dans la région, en faisant correspondre à chacun des niveaux de l’échelle précédemment décrite une évaluation d’effectif et en s’efforçant de mieux cerner les groupes ainsi mis en évidence, ainsi que les relations qui s’établissent entre eux. Toutefois, on a distingué dans cette seconde étape le cas de la société urbaine et celui de la société rurale. Les caractères de la documentation fiscale, qui n’appelle pas la même interprétation d’un milieu à l’autre, imposait ce traitement particulier. Mais celui-ci répond aussi à une forte réalité de la vie régionale, en raison des différences importantes — complémentarités autant qu’oppositions — qui sur le plan humain s’observent, en Vendômois comme dans l’ensemble de la France d’Ancien Régime, entre la ville et la campagne.

UNE APPROCHE D’ENSEMBLE : LES ACTES NOTARIAUX

LES CONTRATS DE MARIAGE

  • 1 AD 41, registres du contrôle, bureau de Vendôme, 2C 1164 à 2C 1170 pour les années 1728-1730, 2C 1 (...)

4Parmi les archives notariales, c’est aux contrats de mariage qu’on demandera d’abord de fixer la hiérarchie des niveaux de fortune, à travers les apports qu’ils indiquent. Pour les étudier, on a relevé dans les registres du contrôle des actes tous les contrats établis dans le ressort du bureau de Vendôme pendant les années 1728-1730 et 1782-17841. La structure géographique de ce ressort se prêtait particulièrement à une telle analyse, puisque ses limites enferment aussi bien la ville que les campagnes environnantes, ces dernières présentant elles-mêmes une grande diversité, en juxtaposant des terroirs de la vallée du Loir (Villiers, Thoré, Lisle), de la Beauce (Selommes) et du Perche (Azé). Sans doute, comme on vient de l’indiquer, tous les mariages ne s’accompagnent-ils pas d’un passage chez le notaire. A titre d’exemple, pour les années 1728-1730, les registres des quatre paroisses de Vendôme portent la mention de 164 mariages. Or, pendant ces mêmes années, les notaires vendômois n’établissent que 76 contrats de mariage, soit 46 % du nombre qu’ils devraient établir si tout mariage impliquait automatiquement leur intervention — et même moins si on tient compte du fait qu’une partie de ces contrats concernent des mariages extérieurs à la ville (alors que la situation inverse paraît beaucoup plus rare). Ces proportions varient peu au cours du siècle, et se retrouvent, parfois plus faibles encore, dans les paroisses rurales. Un tel constat ne signifie pas qu’il ne faille accorder aucun crédit à cette source pour restituer les différents niveaux de fortune dans la région au xviiie siècle ; mais comme on l’a déjà dit, il faut être très prudent en ce qui concerne les effectifs qu’elle suggère pour ces niveaux, puisque rien ne permet d’affirmer que la fréquence du recours au notaire est identique d’un milieu social à l’autre.

5On peut penser, en revanche, que des années 1720 aux années 1780 ne se modifient guère les facteurs qui président au choix de recourir ou non à un notaire au moment du mariage. Les deux sondages indiquent en tout cas une pyramide des apports très semblable du début du règne de Louis XV à celui de son petit-fils, dès lors que l’on tient compte de la hausse des prix observée entre ces deux dates : pour toutes les tranches d’apport inférieur à 3 200 livres en 1728-1730 (qui réunissent près de 86 % des contrats), on retrouve des pourcentages voisins, et même légèrement supérieurs en 1782-1784 dans la tranche immédiatement supérieure. Ce n’est que dans les tranches les plus élevées (plus de 3 200 livres en 1728-1730, plus de 6 400 en 1782-1784) que s’observe du début à la fin du siècle un certain tassement des pourcentages par tranche. Mais il est difficile d’en tirer des conclusions assurées, compte tenu du faible nombre de contrats concernés. Du reste, si les contrats sont à ce niveau élevé moins nombreux en 1782-1784 qu’en 1728-1730, leur valeur moyenne est sensiblement supérieure, et la hausse des prix cette fois n’est pas seule en cause, puisque ce n’est plus un doublement qui se constate, mais un quasi-quadruplement (11 579 livres en 1728-1730, 40 648 en 1782-1784).

6Reste, pour l’essentiel, la permanence de la hiérarchie des apports au mariage au xviiie siècle et, ce qui constitue le premier enseignement de cette analyse, d’une hiérarchie très étirée. Le sondage de 1782-1784 — sur lequel on centrera désormais l’enquête, parce que les professions des conjoints y sont mieux indiquées — révèle que 32 % des contrats présentent un apport inférieur à 800 livres, alors que 4 % dépassent le seuil des 12 800 livres ; il montre aussi qu’il suffit de regrouper 3 % des contrats pour rassembler 52 % de l’ensemble des apports, le plus gros contrat en représentant à lui seul 29 %.

7Conduite par catégories sociales, l’analyse confirme ces impressions. Au niveau inférieur se trouvent les journaliers, avec un apport moyen de 670 livres, précédés de peu par les vignerons (702 livres). Un peu mieux placés apparaissent les compagnons (992 livres) et les domestiques (1 110 livres) : pour ces derniers du reste, le mariage peut correspondre à un changement d’état, contrairement à ce qui se passe pour les journaliers. Artisans (2 006 livres) et laboureurs (2139 livres) font bien meilleure figure que les catégories précédentes. Mais ils sont loin encore derrière les groupes supérieurs, professions libérales (catégorie assez disparate regroupant enseignants, hommes d’affaires, notaires, chirurgiens, bourgeois, et dont l’apport moyen est de 4 134 livres), marchands (11 183 livres) et enfin nobles et officiers (64 960 livres, soit 97 fois l’apport des journaliers).

8Ces importantes distances sociales se doublent d’un écart entre ville et campagnes, que l’analyse des contrats permet aussi de saisir, même si c’est en l’atténuant légèrement, en raison des contrats passés par des ruraux chez les notaires vendômois (graphiques, p. 100). Il est vrai qu’à l’exception d’un maître des petites écoles rattaché à la catégorie des professions libérales (peut-être abusivement), tous les contrats de mariage de nobles et d’officiers, de marchands et de professions libérales sont établis par des notaires de Vendôme : ces contrats, qui ne représentent que 12 % de l’ensemble, regroupent 66 % du total des apports. Dans ces conditions, l’apport moyen des contrats passés à Vendôme est de 5 544 livres, contre seulement 1 408 livres pour ceux qui sont passés chez les notaires ruraux. L’avantage de la ville est donc bien réel.

Ensemble des études

Etudes urbaines

Etudes rurales
Limite supérieures des tranches (en livres) : A : 400 ; Β : 800 ; C : 1 600 ; D : 3 200 Ε : 6 400 ; F : 12 800 ; G : 25 600 ; H : 51 200 ; I : 102 400 ; J : 204 800.
Apports au mariage dans le ressort du bureau de Vendôme (1782-1784)

LES INVENTAIRES APRÈS DÉCÈS

  • 2 Viaud (D.), « Recherches sur la société vendômoise à la fin de l’Ancien Régime, familles, pouvoirs (...)

9Si le contrat de mariage constitue un instrument privilégié d’analyse sociale, l’inventaire après décès apporte aussi des informations précieuses — encore que strictement limitées, cette fois, à la fortune mobilière — qu’il n’est pas sans intérêt de comparer avec celles que fournit le premier type de document, ne serait-ce que parce qu’il prend souvent place à la fin d’une carrière, alors que le contrat de mariage se situe plutôt au début. Daniel Viaud a ainsi étudié tous les inventaires dressés par les six notaires de Vendôme pendant quatre années (1787-1790)2, très proches de celles des mariages dont les contrats viennent d’être analysés. Son travail se limite certes à la ville de Vendôme, mais il atteint cependant toutes les catégories sociales, paysannes comprises, en raison de l’étendue du terroir de cette ville.

10Cette analyse permet d’apprécier la valeur de l’actif mobilier moyen, endettement non compris, de chaque catégorie sociale. Cet actif s’élève à 26 647 livres pour les nobles, 5 653 livres pour les officiers et 4 330 livres pour les marchands et les bourgeois ; il est de 2 520 livres pour les boutiquiers et artisans, et 2 507 livres pour les laboureurs ; enfin, il ne monte qu’à 363 livres pour les vignerons et jardiniers, et 257 livres pour les compagnons et journaliers. Ces données confirment la hiérarchie révélée par les contrats de mariage. Le rapport entre les extrêmes, nobles (distingués cette fois des officiers) et compagnons et journaliers, y est du même ordre : 104 ici contre 97 là. Tout au plus faut-il relever que de la hiérarchie des contrats de mariage à celle des inventaires boutiquiers, artisans et laboureurs, toujours très proches, ont creusé l’écart par rapport aux couches inférieures de la société : alors que leur apport au mariage n’était que trois fois plus élevé que celui des journaliers, leur actif mobilier au moment de la mort est décuple de celui de ces derniers : témoignage sans doute des capacités d’enrichissement supérieures qui s’offrent à eux au cours de l’existence.

11La première approche que permettent les sources notariales confirme donc que du point de vue des fortunes s’observe au sein de la société régionale une double différenciation : différenciation verticale, que matérialisent les écarts numériques considérables évoqués à l’instant ; et différenciation horizontale, sensible au fait que hiérarchie urbaine et hiérarchie rurale apparaissent profondément distinctes. C’est cette double différenciation qu’il convient de préciser : on le fera en considérant successivement la société rurale puis la société urbaine, cette dernière analysée principalement à partir du cas de Vendôme. Ce qui ne veut pas dire qu’on ne sera pas conduit à aborder, chemin faisant, le problème fondamental des rapports entre l’une et l’autre : bien au contraire, celui-ci sera évoqué à travers les analyses qui suivent, du point de vue de chacun des deux milieux considérés successivement.

LE MONDE DES CAMPAGNES

LA DIVERSITÉ VILLAGEOISE

  • 3 Ces rôles sont conservés aux AD 41, C 222 et C 226. Les rôles perdus sont ceux de Boursay, Boissea (...)

12En s’appuyant d’abord sur les rôles de taille, cette analyse de la société rurale se trouve d’emblée enfermée dans certaines limites. En effet, sauf exception très ponctuelle, ces rôles n’ont été conservés que pour l’année 1789, si bien qu’on ne peut espérer atteindre grâce à eux que la situation de la fin de l’Ancien Régime. Du moins pour cette année la grande majorité des rôles ont-ils été conservés — 72 paroisses sur 85, ce qui permet de disposer d’un échantillonnage tout à fait satisfaisant sur chacun des secteurs du Vendômois3.

  • 4 Précisons qu’on raisonnera à partir du seul principal de taille. Pour le contribuable, ce dernier (...)

13A peu de chose près, tous ces rôles obéissent à la même structure. Ils portent le nom de tous les imposés, c’est-à-dire des chefs de feu, avec en général indication de leur statut social (à savoir, le plus souvent, leur profession), et de leur cote d’impôt4 : cette liste se termine par l’énumération des nouveaux, c’est-à-dire les nouveaux imposés (dont le rejet en fin de rôle s’explique par le fait que ce document est généralement établi à partir de celui de l’année précédente) et par celle des exploitants ou hors-tenants, qui regroupe ceux qui sans résider dans la paroisse en tirent des revenus. Le rôle comporte encore la liste des invalides à 6 deniers ou à obole, trop pauvres pour être imposés autrement que symboliquement, celle des domestiques des privilégiés non taillables sujets à la capitation et enfin la mention des exempts, nobles, ecclésiastiques ou privilégiés. A la notable exception des domestiques de ferme, l’ensemble de la société rurale apparaît donc bien dans les rôles. Sans doute en ce qui concerne ceux qui en occupent le sommet, ces derniers se bornent-ils à une simple mention, sans indication numérique. Mais ce n’est le cas que pour les privilégiés — quelques individus par paroisse — généralement faciles à cerner par ailleurs. Pour les roturiers au contraire, les rôles livrent bien une cote d’impôt. Et dans un système fiscal tel que celui de l’Ancien Régime, qui frappe principalement l’exploitation, les cotes de taille apparaissent très fortement hiérarchisées au sein du monde des exploitants, c’est-à-dire des paysans. Il n’en va pas de même en ce qui concerne les autres roturiers, minoritaires, pour lesquels il faudra à l’occasion se référer aux données déjà évoquées des archives notariales.

14S’agissant donc des roturiers, soit l’immense majorité des villageois, à l’étude desquels on se limitera pour l’instant, les rôles révèlent une hiérarchie fiscale souvent fort étirée. Pour la saisir, on peut classer les cotes à partir de la cote moyenne de la paroisse, en qualifiant de grosses celles qui excèdent le double de cette moyenne, de petites celles qui sont inférieures à sa moitié, et de centrales celles qui sont comprises dans l’intervalle. Un tel partage oppose nettement les paroisses de la vallée viticole (Villiers, Naveil) où la catégorie centrale regroupe 50 %, voire plus, de l’ensemble des cotes, et les paroisses percheronnes (Epuisay, Choue) et beauceronnes (Selommes, Lancé, Crucheray), où cette même catégorie n’en comprend jamais plus de 25 %. En dehors de la vallée, une seconde opposition se fait jour à partir du rapport entre petites et grosses cotes. En effet, si les petites cotes sont partout plus nombreuses que les grosses, elles ne le sont pas toujours dans la même proportion : de deux à trois fois dans le Perche (comme dans la vallée du reste), de quatre à cinq fois en Beauce. En bref, les cotes centrales dominent dans la vallée ; ailleurs, elles s’effacent pour laisser face à face une nette majorité de petites cotes et une minorité de grosses cotes, selon le schéma d’une société contrastée, modérément dans le Perche et très nettement en Beauce.

  • 5 Cela se vérifie dans la plupart des paroisses : à Choue, où les veuves acquittent en moyenne 19 li (...)

15La plupart des rôles portent, on l’a dit, des indications socioprofessionnelles. Sans doute ces mentions font-elles quelquefois défaut : pour les membres de l’assemblée municipale d’abord, souvent simplement notés comme tels, mais ils sont peu nombreux, et leur cote permet en général de les situer facilement ; pour les pauvres ensuite, qu’on n’a guère d’autre ressource que de rattacher aux couches inférieures des groupes villageois les plus modestes ; et pour des veuves, enfin, lesquelles représentent communément 10 à 15 % des cotes. A priori, le statut de veuve n’implique pas une situation particulière sur l’échelle de la richesse, et il en est — des veuves de laboureur par exemple — de fort aisées, si bien que leur présence ne semble pas de nature à fausser l’analyse sociale. Toutefois, le veuvage semble bien entraîner, surtout dans les catégories inférieures de la population, une certaine paupérisation5.

  • 6 Les paysans représentent au moins 63 % des cotes à Lancé, 64 % à Choue, 65 % à Authon, 69 % à Vill (...)
  • 7 Ils mentionnent aussi des fermiers et des laboureurs-fermiers, qui ont été comptabilisés avec les (...)

16Ces cas exceptés, il est possible de procéder à partir des rôles de taille à une analyse sociale de la population villageoise, et d’abord des gros bataillons que constituent, au sein de celle-ci, les paysans : il est rare en effet que ces derniers ne représentent pas les deux tiers des taillés, et souvent sensiblement plus6. Encore faut-il bien marquer que le terme même de paysan — vocable d’administrateur et de citadin — n’apparaît jamais dans les rôles, lesquels ne connaissent que des laboureurs, des journaliers, des bordagers, des soitons, des vignerons7... Ce faisant, ils situent des niveaux sociaux, comme le montrent bien les cotes de taille moyennes de chacune de ces catégories. Ainsi les laboureurs sont-ils communément taxés à plusieurs dizaines de livres, et il n’est pas rare qu’individuellement ils dépassent les 100, voire les 200 livres. Les cotes des bordagers, des soitons et des vignerons (là du moins, en ce qui concerne ces derniers, où ils sont nombreux) s’établissent à un niveau bien inférieur, ordinairement compris entre 10 et 20 livres. Celles des journaliers, enfin, sont plus basses encore : de 2 à 5 livres, toujours en moyenne. Conduite à partir de la répartition des différents types de paysans par tranche d’imposition, l’analyse aboutit à la même conclusion que celle qui s’appuie sur la prise en compte des cotes moyennes de chaque catégorie : celle d’un monde paysan fortement hiérarchisé.

17Compte tenu de la place occupée par les paysans dans la population villageoise, il n’est pas douteux que les contrastes observés parmi eux aient une grande influence sur la société rurale globale, et qu’à ce titre ils méritent une grande attention. Mais leur étude ne peut faire abstraction des importantes différences existant entre les divers secteurs du Vendômois. Certaines étaient sensibles déjà au niveau de la structure sociale villageoise globale, plus ou moins contrastée selon les secteurs. Mais l’analyse des différentes catégories paysannes en met d’autres en évidence, simplement en s’en tenant au critère de leur absence ou de leur présence : si laboureurs et journaliers sont pratiquement partout représentés en effet, les vignerons ne se rencontrent évidemment que dans le vignoble ; surtout, bordagers et soitons semblent constituer deux catégories à peu près exclusives l’une de l’autre, la première caractéristique du Perche et de la Gâtine, la seconde propre à la Beauce et accessoirement à la vallée du Loir. Voici qui invite à une analyse régionale de la société paysanne (graphiques ci-contre).

Choue, Villiers et Lancé : trois types de structure sociale villageoise en Vendômois à la fin de l’Ancien Régime

La société rurale en Vendômois à la fin de l’Ancien Régime d’après les rôles de taille

La société rurale en Vendômois à la fin de l’Ancien Régime d’après les rôles de taille

Les cotes de taille paysannes à Choue

Les cotes de taille paysannes à Lancé

Les cotes de taille paysannes à Villiers
Les graphiques des cotes de taille paysannes sont établis à partir du nombre de cotes de chaque catégorie.
J = journaliers, Β = bordagers, S = sortons, V = vignerons, L = laboureurs.
Montant des cotes (principal de taille, en livres) :
A = invalides à obole ; Β = 1 -31, C = 4-91, D =10-241., Ε = 25-50 1., F = 51-100 1. ;G = 100 1. et +

  • 8 Bois (P.), op. cit., p. 189-192.

18Le Perche présente une société paysanne tripartite conforme au schéma dégagé par Paul Bois dans le Maine voisin8 — et dont l’exemple de Choue constitue une bonne illustration. Au sommet, le laboureur : disposant d’importants moyens matériels (par définition, il possède un attelage) qui lui permettent d’exploiter une métairie de plusieurs dizaines d’hectares, il se trouve de ce fait en position d’employeur (de domestiques, valets et servantes engagés à l’année ou au moins à la saison — et de journaliers, embauchés à la journée lors des grands travaux) et de vendeur (de grain notamment). Quels que soient ses rapports avec la société englobante, et notamment avec ceux qui lui ont baillé la terre qu’il exploite, car il est presque toujours un fermier, on imagine sans peine l’aisance, au moins relative, qu’entraîne sa condition, et l’influence qu’à partir de là il peut exercer sur les autres paysans, qu’il emploie, dont à l’occasion il laboure le lopin et auxquels il lui arrive de prêter quelque argent. Parmi ces autres paysans se trouvent pour l’essentiel les journaliers : ceux-là, qui ne sont en général imposés que pour leur modeste logis et le lopin qui l’entoure, ne tirent pas leur subsistance de l’exploitation directe de la terre, mais, du moins pour une bonne partie, du travail salarié ; de là une condition difficile et précaire, constamment à la merci des fluctuations du marché de l’emploi, lui-même lié à la conjoncture météorologique ; de là aussi leur dépendance à l’égard des laboureurs, et la complémentarité qui s’établit, sur des bases très inégales il est vrai, entre ces deux catégories extrêmes du monde paysan. Le cas du bordager est, comme le suggère la hiérarchie fiscale, intermédiaire entre les deux précédents. Comme le laboureur, le bordager est un exploitant, mais de bien modeste envergure, puisque la surface habituelle du bordage est de 5 à 10 ha. Aussi sa condition n’est-elle assez souvent qu’assez peu supérieure à celle du journalier. Mais le bordager ne se caractérise pas que par sa situation intermédiaire entre celle des deux autres grands groupes paysans qui se rencontrent dans le Perche. Sa condition doit s’analyser aussi en termes d’autonomie et d’indépendance. Rien ici qui se compare aux complémentarités et aux solidarités de fait qui s’établissent entre laboureurs et journaliers. L’idéal du bordager est celui que met en avant la théorie de l’économie paysanne de Tchayanov, à savoir l’indépendance assurée par le travail de l’exploitant et de sa famille, à l’exclusion de toute collaboration salariée extérieure, et de tout recours à la ressource complémentaire de journées accomplies en dehors de l’exploitation. Sans doute dans la pratique la théorie s’accommode-t-elle de certaines entorses : emploi passager d’un journalier sur le bordage, ou à l’inverse embauche temporaire sur une métairie voisine. Mais ce ne sont là que des variations marginales, qui ne remettent pas en cause le schéma global de l’indépendance bordagère.

  • 9 Liste de ces assemblées dans la Table alphabétique... des paroisses de Daniel Jousse, 1735. Ce pro (...)

19La structure de la paysannerie beauceronne n’est pas sans similitudes avec celle de son homologue percheronne. S’y retrouve d’abord la même division tripartite, et à l’intérieur de celle-ci la même opposition-complémentarité entre laboureurs et journaliers. Mais la distance entre ces deux catégories est plus grande ici que là. Ce trait tient à la différence de richesse existant entre les terroirs de ces deux zones, cette différence retentissant évidemment plus sur la condition des exploitants que sur celle des salariés. Il se lit aussi bien sur les statistiques de cote moyenne de laboureur (55 livres à Choue et moins de 40 à La Ville-aux-Clercs et Epuisay contre près de 70 à Selommes et près de 100 à Lancé) que sur leur répartition entre les différentes tranches d’imposition. Mais il n’est pas sans conséquences sociales. On peut penser en effet que les laboureurs beaucerons, plus puissants que leurs homologues percherons, utilisent une main-d’œuvre salariée plus importante, et qu’en conséquence ils ont davantage recours que ces derniers à une main-d’œuvre permanente — celle que constituent les valets et les servantes embauchés pour la saison lors des assemblées. Les rôles de taille, qui ignorent, on l’a dit, les domestiques (lesquels ne sont pas chefs de feu), ne permettent pas de préciser ce point. Mais il n’est pas sans intérêt de rappeler ici, car cela plaide en faveur de notre hypothèse, que les assemblées sont beaucoup plus fréquentes en Beauce que dans le Perche9.

  • 10 Martellière (P.), op. cit., art. « Soister ».

20L’autre grande originalité de la société paysanne beauceronne est constituée par la présence de soitons. Sous le rapport des cotes de taille, ceux-ci, qui sont comme eux de petits exploitants, semblent très comparables aux bordagers. Ils en diffèrent pourtant profondément, comme le suggère leur dénomination même. Soiter signifie en effet « s’entendre avec un voisin pour certains travaux, le prêt d’un cheval, d’une voiture »10. A suivre cette définition, l’existence du soiton ne s’organise donc pas comme celle du bordager sur la base d’une indépendance familiale. Elle est marquée au contraire par d’importantes solidarités — mais solidarités cette fois horizontales, entre égaux, et non plus verticales, comme celles qui se développent de manière inégalitaire, entre laboureurs et journaliers : on verra comment les différences qui se constatent ainsi, du Perche à la Beauce, dans les relations qu’entretiennent entre eux les modestes exploitants, peuvent dans une certaine mesure se relier à la structure de l’habitat de chacune de ces deux zones.

  • 11 On raisonnera ici sur les paroisses les plus caractéristiques du vignoble, celles de Naveil et de (...)
  • 12 Sur ce point, se reporter n. 2, p. 71.

21Dans les paroisses de la vallée viticole s’observe une tout autre structure sociale11. En premier lieu parce que les rôles ne mentionnent guère ici qu’une catégorie paysanne, celle des vignerons. L’usage généralisé de ce vocable signifie d’abord que tous les paysans de cette zone participent, à un titre ou à un autre, à la culture de la vigne, et que cette définition professionnelle prend le pas sur les différences de statut social qui peuvent les distinguer (entre propriétaires et simples exploitants, entre exploitants et salariés). Pour autant, ils ne cultivent pas que la vigne, et on sait que même à Villiers cette culture occupe sensiblement moins d’espace que les terres labourables12. Or, à suivre le rôle de taille de 1789, tous les paysans de Villiers sont qualifiés, et se qualifient, de vignerons. A ce niveau, la signification du vocable n’est plus seulement professionnelle : elle devient culturelle, et par là même profondément sociale. Elle reflète la supériorité que revêt aux yeux de ceux qui le pratiquent le travail de la vigne, pour des raisons qui tiennent à la complexité des opérations conduisant à l’élaboration du vin, et plus encore au prestige dont jouit ce produit dans la vie sociale.

22Mais la singularité de la société vigneronne ne tient pas seulement à cette sorte de sentiment de supériorité qui la distingue des autres paysans. Elle tient aussi à une structure très originale. Les vignerons n’ignorent certes pas les différences sociales, mais celles-ci n’atteignent jamais chez eux l’ampleur qui se constate ailleurs dans la région : rien ici qui se compare à la distance qui sépare le laboureur du journalier, dans le Perche, et plus encore en Beauce. Sans doute existe-t-il, parmi les vignerons de Villiers, des gens qui ne sont en fait que des salariés comparables aux journaliers des autres secteurs ; mais ceux-ci ne constituent pas un groupe numériquement très important, et les rédacteurs du rôle n’éprouvent pas le besoin de les distinguer des autres vignerons par une dénomination particulière. A l’opposé, il ne se trouve que deux cotes de vigneron pour dépasser 50 livres, et aucune pour atteindre 100 livres, c’est-à-dire que le niveau habituel d’imposition des laboureurs n’est pratiquement pas représenté ici. Telle est bien la profonde originalité de la société vigneronne : celle d’affirmer nettement la prééminence d’une paysannerie moyenne, aux cotes de taille comparables à celles des bordagers et des soitons, mais qui n’est pas comme ces derniers flanquée à sa base par une imposante masse de journaliers, ni coiffée au sommet par une puissante minorité de laboureurs dominant la société villageoise. On conçoit que la relative uniformité des conditions qui s’observe ainsi parmi les vignerons laisse prévoir une forte cohésion au sein de ce milieu.

23S’agissant des non-paysans, trop peu nombreux pour imprimer leur marque à la structure sociale villageoise globale, les rôles ne permettent guère que de les repérer. Les cotes de taille étant établies essentiellement à partir de la valeur locative des biens ou des exploitations, elles n’ont guère de signification pour les artisans, sauf si ceux-ci joignent à leur activité principale l’exploitation de quelque terre, possédée ou louée. Que dans ces conditions ces artisans aient partout une cote moyenne supérieure à celle des tisserands (3 livres contre 2 à Choue, 7 contre 5 à Selommes) met simplement en évidence la position très modeste de ces derniers. Et lorsqu’on voit les tonneliers acquitter en moyenne 8 livres à Naveil, 10 à Villiers, c’est-à-dire des cotes comparables à celles de nombre de vignerons, on peut penser qu’ils participent aussi, peu ou prou, à l’exploitation de la vigne — tout comme les travailleurs de la forêt de La Ville-aux-Clercs, dont la cote moyenne est proche de 7 livres, sont sans doute en partie paysans. A l’inverse, que les chirurgiens, notaires, maîtres d’école et autres « bourgeois » n’acquittent en moyenne que 8 livres à Villiers, 11 à Authon et 14 à Selommes indique seulement qu’ils ne tirent de l’exploitation du sol qu’une part modeste de leurs revenus : nul doute en effet que le plus souvent ils disposent d’autres ressources, qui avec leur compétence et leur culture leur permettent de jouer au village un rôle bien plus grand que celui que suggèrent ces niveaux d’imposition modestes.

  • 13 Moyenne des cotes des meuniers de Vendôme tirée de Viaud (D.), « Société et fiscalité à Vendôme à (...)

24En fait, en dehors des paysans, il ne se trouve que quelques catégories d’habitants à présenter des cotes élevées. Au premier rang d’entre elles, les meuniers, dont la cote moyenne, calculée sur un échantillon de 27 d’entre eux répartis entre 9 paroisses représentant l’ensemble des secteurs du Vendômois, s’établit à 76 livres, à un niveau très proche de celui des 8 meuniers de Vendôme (73 livres), et auquel ne peut se comparer, parmi les paysans, que celui des laboureurs. C’est qu’au village comme à la ville la valeur locative du moulin — base de calcul de la taxe — est élevée13. A suivre ces éléments, il est clair que les meuniers manient des fonds importants à l’échelle du monde rural, et qu’ils s’y signalent par une relative aisance. On peut même penser que cette dernière, mais aussi leur familiarité avec les circuits du marché du grain et de l’argent les conduisent à jouer un rôle important dans l’intégration des campagnes à ces circuits. A un degré moindre, que traduisent des cotes moyennes plus réduites, d’autres catégories semblent jouer un rôle comparable. Ainsi certains marchands, du moins ceux qui paient une taxe relativement élevée, comme à Authon (où leur cote moyenne est de 31 livres), car il en est aussi de fort modestes (à Epuisay par exemple, avec une cote moyenne de 5 livres) ; ainsi encore des aubergistes, tels ceux de La Ville-aux-Clercs, qui acquittent en moyenne 19 livres. Comme les meuniers, ceux-ci doivent à la valeur locative élevée des locaux nécessaires à l’exercice de leur profession une taxe relativement importante ; et comme eux ils tirent de la nature de leur activité une ouverture sur l’extérieur et les circuits commerciaux : ils sont souvent voituriers en effet, ou liés à ces derniers, et de ce fait tendent à cristalliser une partie des échanges dans lesquels le village est partie prenante.

  • 14 MartelliÈre (J.) et Nouel (E.), op. cit., n. 1, p. 26.

25A la hiérarchie ainsi rétablie à partir des archives notariales ou fiscales, il est nécessaire de confronter celle qui se dégage des témoignages des contemporains. A dire vrai, les témoignages concernant les campagnes sont à cet égard moins précis que ceux qu’on rencontrera à la ville. Une lecture attentive du Journal de Pierre Bordier14 révèle cependant une vision très hiérarchisée de la société rurale : les notables — seigneurs et curés de la paroisse ou des paroisses environnantes, notaires, chirurgiens et plus gros des laboureurs — y sont fréquemment et individuellement évoqués, alors que le reste de la population n’y apparaît en général que collectivement et anonymement. On sait qu’à leur manière les registres paroissiaux retrouvent ces partages par la place inégale qu’y occupent les actes, les curés s’attardant longuement sur ceux des notables alors qu’ils expédient en quelques lignes ceux des humbles.

  • 15 AD 41, sous-série 3E, étude 15.

26Certains documents officiels informent aussi sur la hiérarchie sociale au village. Tel est le cas des procès-verbaux d’assemblée de paroisse établis par les notaires. Exemple pris entre beaucoup, celui d’une assemblée qui se tient à Lancé le 14 janvier 1748, pour donner pouvoir aux fabriciers de prendre une maison à rente au profit de l’église de la paroisse : il énumère le curé, les fabriciers en charge, le syndic, le fermier du prieuré, un certain nombre de paroissiens nommément cités « et autres habitants faisant et représentant la plus grande et saine partie du général d’iceux »15. A des nuances près, des énumerations semblables se retrouvent dans toutes les paroisses rurales.

27De tels actes ne permettent pas une analyse aussi fine de la société villageoise que les rôles de taille, dans la mesure où les noms y sont souvent dépourvus de toute indication socio-professionnelle. En revanche, ils mettent en évidence l’existence au sein du village d’une sanior pars — ceux qui sont nommément désignés, par opposition au reste de la population simplement évoqué collectivement. D’autre part, le début de l’acte suggère que l’ensemble de la société villageoise forme un ensemble à la fois dominé et organisé. Dominé, puisque sont mentionnés alors le curé et le seigneur (ce dernier, qui est à Lancé l’abbaye bénédictine de Marmoutier-lès-Tours, à travers le fermier de son prieuré), personnages qui constituent par rapport à la population de la paroisse des forces d’encadrement qu’on retrouvera. Et organisé, puisque la collectivité villageoise dispose de structures de représentation, fabrique et communauté d’habitants, qui apparaissent ici à travers les fabriciers et le syndic.

  • 16 On le fera à partir des rôles de taille (qui mentionnent membres et syndics) pour les paroisses de (...)

28La manière dont sont désignés ces représentants de la collectivité villageoise est instructive sur la société rurale, et on l’analysera ici à partir des élections des syndics et des membres des assemblées municipales à la fin de l’Ancien Régime. L’édit de juin 1787 a prévu pour chaque paroisse, selon sa population, une assemblée municipale de 3, 6 ou 9 membres, complétée par le curé et le seigneur, membres de droit, mais qui ne participent pas au choix des autres membres. C’est parmi ces membres qu’est ensuite choisi le syndic. Peuvent prendre part au vote, toujours selon l’édit de 1787, les chefs de feu acquittant 10 livres d’impôt par an, et peuvent être élus ceux qui acquittent 30 livres — ces deux seuils correspondant à des niveaux d’environ 4 et 12 livres de principal de taille. Ces dispositions excluent du vote, et plus encore de l’éligibilité, tous les journaliers et bon nombre d’artisans, voire de bordagers, de soi-tons ou de vignerons. La limite est importante, mais elle laisse cependant aux électeurs une réelle marge de manœuvre pour choisir parmi les autres habitants ceux à qui va être confiée la représentation de la paroisse : c’est à examiner l’usage qui en est fait qu’il faut maintenant s’attacher16.

29Les résultats des élections révèlent qu’en Beauce le choix des villageois se porte massivement sur les laboureurs les plus riches, ces gros fermiers dont l’autorité sociale reçoit de la sorte une consécration institutionnelle : les soitons et les habitants moins fortunés, bien que majoritaires dans le corps électoral, ne songent pas à remettre en cause à cette occasion une prééminence si évidente dans tous les aspects de la vie quotidienne qu’elle ne se discute même pas. Les paroisses du vignoble vendômois présentent une situation inverse : on n’y choisit pas systématiquement les membres municipaux parmi les plus riches habitants et on n’hésite pas lors de ce choix à descendre assez bas — aussi bas pratiquement que le permet l’édit de 1787 — dans l’échelle de la richesse : plus de 40 % des membres mentionnés dans les rôles de Naveil et de Villiers y figurent pour une cote inférieure à 25 livres, ce qui n’est jamais le cas de la Beauce. Dans le Perche enfin apparaît un troisième type de comportement : le riche laboureur n’est pas rejeté par principe, puisque 25 % des membres désignés en 1787 acquittent au moins 50 livres de principal de taille, parmi lesquels 5 % paient même plus de 100 livres. Mais il ne retrouve en rien ici la position dominante qui est la sienne en Beauce. C’est que le monde des gros laboureurs est dans le Perche numériquement très faible en face de celui des bordagers (et des laboureurs moins importants). C’est sans doute aussi que les laboureurs percherons ne disposent pas de la puissance de leurs homologues beaucerons — du fait peut-être d’une moindre richesse ; du fait aussi d’un système agraire faisant la part moins belle aux relations de service entre paysans. Toujours est-il que les postes de membres sont ici accaparés par les laboureurs de moindre rang et par les bordagers : en chiffres ronds, la moitié des membres ont une cote comprise entre 25 et 50 livres, et un quart paient moins de 25 livres. Ce n’est pas le triomphe de la classe moyenne paysanne, comme dans le vignoble. Mais c’est tout de même, sur fond d’individualisme bocager, l’affirmation de son existence.

30Le cas de Savigny, grosse paroisse percheronne disposant à la fois d’un bourg important et d’un terroir étendu voué aux activités agricoles, permet de préciser les rapports qui s’établissent à l’occasion de ces élections entre notables et paysans. Le 9 septembre 1787, sont d’abord désignés un bourgeois, le notaire et un marchand, dont les cotes de taille sont de 10 à 15 livres ; ensuite seulement, bien qu’ils acquittent des cotes élevées (de 35 à 100 livres), sont élus 6 laboureurs. Ainsi à Savigny les paysans ne rejettent-ils pas l’autorité des notables du bourg. Mais la portée de cette conclusion ne doit pas être exagérée : élus certes, et en premier, à la municipalité, les notables n’y sont pas majoritaires. Surtout, la présence des notables ruraux est loin d’être partout aussi affirmée qu’elle peut l’être dans un gros bourg comme Savigny. Cela explique que dans l’ensemble du Perche 87 % des membres élus en 1787 sont des paysans. On est moins bien renseigné pour les autres zones : mais on imagine mal les vignerons de la vallée du Loir se dessaisissant de la direction des affaires de leur village ; et en Beauce, la question ne se pose même pas, du fait de l’inexistence des bourgs dans cette zone.

31C’est sur cette notation qu’on achèvera la description de la société rurale vendômoise. L’opposition entre paysans et non-paysans qui la sous-tend contribue, comme celles qui ont été présentées auparavant, à la structurer. Cette société s’organise bien, en effet, à partir d’un croisement de hiérarchies et de classifications. Acquitter une taille élevée ou être modestement imposé, être paysan ou compter au nombre des notables ou des artisans, vivre en Beauce, dans le Perche ou dans la vallée : tels sont les paramètres, de l’aisance, de l’activité ou de la géographie, qui permettent d’établir le signalement social d’un habitant des campagnes vendômoises pendant le second xviiie siècle.

DES COMMUNAUTÉS DOMINÉES

Les notables au village

32Après avoir décrit la structure sociale des communautés villageoises à partir de leurs hiérarchies internes, il est temps d’élargir la perspective afin de saisir un second type de relations, celles qui s’établissent entre les communautés dans leur ensemble, tous niveaux confondus, et des forces sociales extérieures. Les documents utilisés jusqu’alors y invitent. Ainsi les rôles de taille, qui mentionnent les privilégiés sur lesquels il faut maintenant s’arrêter. Car si les rôles ne fournissent à leur sujet aucune indication de fortune, sinon indirectement à travers l’importance de leur domesticité (qui sans en être un reflet fidèle n’en constitue pas moins un indice intéressant), ils permettent au moins, ce qui n’est pas négligeable, de déceler leur présence ou leur absence.

  • 17 Il n’existe apparemment pas de communautés dans les paroisses dont les rôles sont perdus. L’abbaye (...)
  • 18 Sur cette propriété foncière, Saint-Venant (R. de), Dictionnaire..., notices des communautés conce (...)

33De ce point de vue, trois cas doivent être distingués. En premier lieu, celui des communautés religieuses. Dans l’ensemble des paroisses rurales de l’élection il s’en rencontre quatre : l’abbaye de Saint-Georges à Saint-Pierre-du-Bois, l’abbaye de l’Etoile à Authon, celle des Dames de la Virginité aux Roches et enfin le chapitre de Saint-Martin de Trôo17. A considérer la relative importance de leur domesticité (une dizaine de personnes à l’abbaye de l’Etoile, 6 à la Virginité, 4 à l’abbaye de Saint-Georges...) et aussi celle de leur propriété foncière18, on peut penser qu’elles exercent une influence sociale non négligeable. Mais c’est là un point que les rôles de taille ne permettent pas de préciser davantage. Tout au plus faut-il souligner que, si influence il y a, celle-ci ne concerne qu’une partie relativement restreinte de la région, puisque pour des raisons historiques, liées aux conditions mêmes de leur fondation au Moyen-Age, les quatre communautés en question se trouvent implantées en bas Vendômois, en Gâtine et dans la vallée du Loir.

34Les curés, le plus souvent seuls à représenter le clergé si l’on s’en tient aux données des rôles, lesquels ne mentionnent de vicaires que dans deux cas, à Villiers et à Naveil, ces curés donc sont beaucoup plus uniformément présents à travers le Vendômois — 66 rôles ruraux sur 70 les mentionnent. Pour eux non plus, les rôles ne permettent pas de préciser leur niveau de richesse. Mais le nombre de leurs domestiques fournit cette fois encore un indice intéressant : en effet, à peine 8 % d’entre eux en sont totalement dépourvus, 38 % en ont un, 48 % en emploient deux, et il s’en trouve même 6 % pour en employer trois. A la lumière de ces indications, on peut considérer le curé pourvu de deux domestiques — un valet et une servante — comme assez représentatif du groupe : voici qui suggère pour le moins une certaine aisance, qui ne peut que favoriser l’influence du curé au village — influence d’autant plus importante qu’elle se répète à travers toutes les paroisses de la région.

  • 19 Comptent deux nobles les paroisses d’Ambloy, de Danzé, de La Ville-aux-Clercs, de Crucheray et d’H (...)
  • 20 Pour 1 000 habitants, on compte en moyenne 1,26 mention de noble en Beauce, contre 1,54 dans la va (...)

35Dernier cas enfin, celui des exempts non ecclésiastiques, nobles presque toujours, au cas desquels on se limitera ici, à partir des rubriques exempts et domestiques des privilégiés des rôles de taille, qui permettent de les repérer. Sans doute cette présence nobiliaire ne se manifeste-t-elle pas partout au même degré, encore qu’il soit bien difficile, le plus souvent, de préciser la nature et la profondeur des liens qui unissent le noble aux habitants de la paroisse. Mais la mention régulière de cuisiniers, de valets ou de servantes atteste au moins des passages périodiques, qui ne sont pas sans conséquences sociales. En tout état de cause, les rôles de taille mentionnent une présence nobiliaire dans 45 % des paroisses rurales. Mais ce taux global recouvre de très grandes disparités régionales : légèrement plus élevé en Gâtine, dans le Perche et dans la vallée, avec des valeurs très voisines comprises entre 50 et 55 %, il s’effondre en Beauce à 22 %. Cette disparité demeure aussi nette si, au lieu de considérer le nombre de paroisses où il se trouve des nobles, on effectue les calculs à partir du nombre des nobles, en tenant compte des paroisses où il y en a deux, trois, voire quatre19 : cette manière de compter accentue encore la différence entre la Beauce et les autres secteurs du Vendômois, puisque la première ne compte que 0,30 noble en moyenne par paroisse, contre 0,80 à 0,88 pour ces derniers. Sans doute faut-il tenir compte ici du fait que les paroisses beauceronnes sont souvent moins étendues et en général moins peuplées que celles du reste du Vendômois. Mais il est possible de gommer l’influence de ce caractère en calculant la densité nobiliaire par rapport à la population et à la surface. De tels calculs atténuent certes le retard de la Beauce (davantage d’ailleurs pour la population que pour la surface), mais ils ne le font pas disparaître20. Aussi n’est-il pas abusif de conclure à propos de cette zone à un sous-encadrement nobiliaire.

  • 21 Saint-Venant (R. de), Dictionnaire, articles « Alleray », « Bouchet-Touteville », « Jousselinière  (...)

36Parmi les notables qui exercent ainsi leur influence au village, les seigneurs occupent une place tout à fait eminente : à travers les droits qui lui sont attachés et les obligations qu’elle impose, la seigneurie constitue un cadre majeur de la vie sociale, à la signification à la fois matérielle et psychologique. Mais sauf à y consacrer une recherche particulière, et qui serait considérable, il est impossible de rétablir la géographie exacte de ces seigneuries. Sans doute les contours des plus grandes sont-ils assez bien connus21. Mais comment pénétrer l’inextricable maquis des plus petites ? Faute d’espérer y parvenir, on a choisi d’aborder ici ce problème par le biais d’une catégorie plus restreinte mais néanmoins représentative de seigneurs — celle des seigneurs de paroisse.

  • 22 Saint-Venant (R. de), « Les seigneurs de Renay, Champlain et Chêne-Carré », SAV, 1895 et 1896, not (...)
  • 23 Selon Saint-Venant (R. de), Dictionnaire, la seigneurie de Saint-Agil est vendue 60000 livres en 1 (...)
  • 24 Saint-Venant (R. de), Dictionnaire, articles « Saint-Jean-Froidmentel », « Saint-Jacques-des-Guére (...)

37Ce titre repose sur certaines prétentions : l’état de la terre de Renay établi en 1750 mentionne ainsi « la seigneurie de la paroisse telle qu’un seigneur fondateur [a droit d’en jouir] »22. Mais il peut se vendre. Concrètement, il est attaché au principal seigneur de la paroisse, et se matérialise par certains privilèges, tout particulièrement à l’église : banc d’œuvre du côté de l’Evangile, tombeaux dans le chœur, litres funéraires suspendus ou peints sur le mur. Ces notations, comme le prix de ces seigneuries d’ailleurs23, témoignent bien sur la position des seigneurs de paroisse au sein de la société rurale. Les intéressés y sont du reste attentifs : on en voit, à Saint-Jean-Froid-mentel comme à Saint-Jacques-des-Guérets, se disputer ce titre ; d’autres, comme les Rochambeau, s’attachent avec succès à acquérir au cours du siècle de nouvelles seigneuries de paroisse, ou comme les seigneurs de Meslay à en obtenir au moins les signes extérieurs24.

  • 25 Sur ces sources, n. 2, p. 26, et Saint-Venant (R. de), Dictionnaire.

38L’administration monarchique, de son côté, n’ignore pas l’importance de ces seigneurs, comme le montrent les termes de l’édit de 1787 relatif à l’organisation des assemblées municipales : aussi les trouve-t-on mentionnés par la Table alphabétique de Daniel Jousse, en 1735, et par l’état général de 1768, documents officiels établis par les services de l’intendance (pour le second), ou d’après des pièces en émanant (pour le premier). C’est à partir de telles listes, et de celles qu’il est possible de rétablir pour les dates de 1720 et 1789 en s’appuyant sur leurs indications et sur celles du Dictionnaire du Vendômois de Saint-Venant qu’on étudiera ici les seigneurs de paroisse et leur devenir au xviiie siècle, dans le cadre de l’élection de Vendôme d’après 173025.

Seigneurs de paroisse ecclésiastiques

Seigneurs de paroisse ecclésiastiques

Source :Etat général des noms de paroisse de la généralité d’Orléans, AD 45, Ρ 1775

39Sur les 87 paroisses que compte alors cette élection, 30 ont un seigneur ecclésiastique (carte ci-contre). Pour 15 d’entre elles il s’agit d’une communauté implantée à Vendôme — presque toujours l’abbaye de la Trinité — et pour 4 autres de communautés implantées en Vendômois. Dans les autres cas, la seigneurie est aux mains d’une communauté extérieure à la région. Mais ce qui importe surtout ici, c’est que même médiatisées par la présence d’un prieur, de telles seigneuries apparaissent lointaines, et les communautés qui les détiennent ne pouvent exercer une influence ou un patronage comparables à ceux d’un seigneur laïque. Cela peut expliquer les attaques que subissent au xviiie siècle certaines seigneuries ecclésiastiques de la part de seigneurs laïques.

40Les 57 autres paroisses relèvent de seigneurs laïques (carte, p. 116). Parmi elles 11, dont les 4 paroisses de Vendôme, ont pour seigneur le roi. Regroupées autour de la ville capitale (Vendôme, Areines, Sainte-Anne, Saint-Ouen, Villerable) et au cœur de la Beauce vendômoise la plus riche (Selommes, Sainte-Gemmes, Ville-mardy) elles correspondent au domaine de l’ancien duché. Pour elles aussi, cela va de soi, le seigneur prend figure de lointain personnage.

  • 26 Ce calcul s’entend comme les suivants dans le cadre du seul Vendômois, et ne dent pas compte des s (...)
  • 27 Vérification possible dans La Roque et Barthélemy, Catalogue des gentilshommes de l’Orléanais, Bla (...)
  • 28 Indications biographiques tirées de Saint-Venant (R. de), Dictionnaire.

41Restent les 46 paroisses ayant un seigneur laïque ordinaire. Ces 46 seigneuries sont en 1789 aux mains de 25 seigneurs, soit en moyenne à peine deux seigneuries par seigneur26. Effectivement, 15 de ces 25 seigneurs ne le sont que d’une paroisse, et il ne s’en trouve en 1789 que deux pour l’être de plus de trois : Rochambeau (4 paroisses) et Querhoent (9 paroisses). Ces seigneurs sont tous nobles27, et trois fois sur quatre ils appartiennent à la noblesse militaire. Au cours du siècle, plusieurs trouvent la mort dans la carrière des armes : un Le Cogneux, seigneur d’Ar-tins, et un Salmon de Courtemblay, fils du seigneur d’Epuisay, tués à Dettingen (1743), un fils de Taillevis de Périgny qui disparaît en 1757 dans un combat naval au début de la guerre de Sept ans, un Verthamon, fils du seigneur d’Ambloy, tué la même année à Rossbach... Mais d’autres s’y couvrent de gloire — au premier chef Rochambeau lors de la guerre d’Indépendance américaine. De brillantes carrières s’observent aussi parmi les seigneurs issus de la noblesse d’office. Jacques-François de Trémault de Spoir, seigneur de Crucheray, est à la fin de l’Ancien Régime lieutenant général civil et de police du bailliage de Vendôme. Martial-François de Verthamon, seigneur d’Ambloy et de Saint-Amand de 1767 à 1780, est conseiller du roi en ses conseils et président au parlement de Bordeaux. Louis-Alexandre Angran d’Alleray, seigneur de Choue et de Saint-Agil, est également président au parlement. Pierre-Jean-François de la Porte, seigneur de Meslay, est fils de fermier général : avocat du roi au Châtelet en 1728, conseiller au parlement en 1733, maître des requêtes en 1734, intendant du Bourbonnais en 1740, du Dauphiné en 1744, de l’armée d’Italie en 1745 et 1746, il devient conseiller d’Etat en 1767 ; son fils Jean-Baptiste-François connaît une carrière comparable : avocat du roi en 1763, conseiller au parlement en 1766, maître des requêtes en 1767, intendant du Roussillon en 1775 et de Nancy en 177828.

Seigneurs de paroisse laïques

Seigneurs de paroisse laïques

Source : Etat général des noms de paroisse de la généralité d’Orléans, AD 45, Ρ 1775
Seigneuries limitées à une paroisse, et non figurées sur la carte : De Marizy à Authon ; De Courtanvaux à Bonneveau ; De Challay à Saint-Quentin ; De Courtemblay à Epuîsay ; De Chabanais à Saint-Marc-du-Cor ; De Guillebon au Plessis-Dorin ; De Chapt à La Ville-aux-Clercs ; Mme des Essarts à Espéreuse ; De Lage & Brévainville ; Mlle de Saint-Denis à Faye ; D’Elvinnout i Villetrun ; De Jupeaux i Périgny ; De Mauny à Villero-main ; D’Harcourt á Crucheray ; De Chalucet à Saint-Amand ; De Verthamon à Ambloy.
[Ces notations ne concernent que le Vendômois, et ne préjugent pas de l’éventuelle extension de certaines seigneuries hors de la région.]

  • 29 Rôle de la capitation de la noblesse, AD 41, C 259.

42L’influence de ces seigneurs n’est pas facile à mesurer. Tout au plus peut-on évoquer ici quelques-uns des éléments de nature à l’asseoir. On songe d’abord, naturellement, à la résidence. Celle-ci peut s’apprécier à partir du rôle de la capitation des nobles — sur lequel ne figurent que 7 des 25 seigneurs de paroisse29 — ou des indications des rôles de taille, en ce qu’elles suggèrent, on l’a dit, des passages plus ou moins épisodiques.

Les châteaux des seigneurs de paroisse au XVIIIe siècle

Les châteaux des seigneurs de paroisse au XVIIIe siècle

Source : Saint-Venant (R. de). Dictionnaire du Vendômois

  • 30 Sur ces transformations, Saint-Venant, Dictionnaire, et Sejournet (J.), « Le Plessis-Fortia à Huis (...)
  • 31 Notamment au Plessis-Fortia, où le jardin à la française est remplacé fin xviiie siècle par un jar (...)
  • 32 Saint-Venant (R. de), Dictionnaire, dont sont également tirées les indications sur les châteaux qu (...)

43Sur ce point, les châteaux ouvrent une autre piste. Sur nos 25 seigneurs, 16 en détiennent un en Vendômois, et la majorité d’entre eux y font effectuer au xviiie siècle d’importants travaux (carte, p. 117). Deux de ces châteaux sont alors construits (Meslay à partir de 1732 et les Diorières à Chauvigny à partir de 1737), et deux autres sont entièrement rebâtis (Ambloy entre 1713 et 1735 et le Fresne d’Au-thon à partir de 1766) ; et dans six cas on signale d’importantes transformations : à Saint-Agil, au Plessis-Fortia à Huisseau, à Drouilly aux Hayes, à Rochambeau à Thoré, à Ranay à Saint-Martin-des-Bois, enfin à Challay à Saint-Quentin30. Tous ces travaux, ainsi que les aménagements de parcs et de jardins qui en sont contemporains31, doivent être considérés comme un indice de proximité entre le seigneur et le terroir, tout comme la décision du seigneur de Montoire (et de sept autres paroisses du bas Vendômois) d’acquérir en 1758 le château de la Ribochère, paroisse de Villedieu, pour y fixer sa résidence, faute de pouvoir s’installer dans le vieux château délabré de la capitale de son marquisat. Des cinq châteaux restants, quatre semblent connaître au xviiie siècle une activité normale (la Roche-Turpin à Artins, Villetrun, Courtemblay à Epuisay et la Fosse à Fontaines), mais le dernier, Fort-Girard, à La Ville-aux-Clercs, paraît en déclin32.

44Quant aux seigneurs dépourvus de château, trois cas peuvent se présenter. Tantôt ils en détiennent un à l’extérieur du Vendômois : tel est le cas des seigneurs de Boursay, de Bonnevau et de Faye (encore dans ce dernier cas existe-t-il un château local, que le seigneur délaisse). Tantôt il n’existe pas de château : cela s’observe à Vil-liersfaux et à Villeromain. Tantôt enfin le château qui a autrefois existé est abandonné et souvent en mauvais état : cela était jusqu’à un certain point le cas à Faye ; mais c’est vrai surtout à Espéreuse, où il est vrai le château n’a jamais été considérable, à Pray, où le château a été abandonné dès la fin du xviie siècle, à Périgny, où il sera démoli à la fin du xviiie, à Crucheray enfin, où on signale en 1772 qu’il y a au Bou-chet-Touteville, pourtant l’une des principales seigneuries du Vendômois, « un vieux château abandonné et en mauvais état ».

  • 33 Comme la Cour de Souday, aux mains des Courtarvel, seigneurs de Boursay, ou Courtenvau à Bessé, da (...)

45D’un point de vue géographique, c’est dans la vallée du Loir et en Gâtine que les châteaux sont le plus nombreux. Le Perche semble moins bien équipé, mais il faut tenir compte ici des châteaux installés sur ses marges33. Reste le cas de la Beauce, où se trouvent à la fois des seigneuries dépourvues de château (Villeromain) et des châteaux en voie plus ou moins marquée d’abandon, de Pray à Faye, en passant par Cru-cheray et Périgny : le sous-encadrement nobiliaire constaté dans cette zone à partir des rôles de taille se double sans surprise d’un sous-encadrement seigneurial.

46Si l’influence des seigneurs s’exerce à partir des châteaux, on peut penser aussi qu’elle s’enracine dans le temps, et que la continuité d’une présence familiale est plus favorable au patronage seigneurial que des mutations de seigneurie répétées. Cela conduit à opposer les seigneuries détenues durablement (depuis 1730 au moins, et parfois bien avant) par la même famille, ce qui est le cas d’une majorité (15 sur 25), à celles qui connaissent une histoire compliquée, comme cela s’observe à Huisseau, Villeromain, Montoire ou La Ville-aux-Clercs, par suite de ventes, parfois répétées, ou de saisies. Le hasard des histoires familiales a sans doute sa part pour orienter le destin des seigneuries vers l’une ou l’autre de ces catégories. Mais il est frappant de constater que la Beauce se singularise encore comme étant la seule zone du Vendômois où les seigneuries à histoire complexe l’emportent sur celles où joue la continuité familiale (5 cas contre 2). Ce dernier trait confirme l’effacement de la présence des couches supérieures de la société provinciale dans ce secteur. Même si cet effacement n’est que celui d’une présence, et ne signifie pas forcément moindre prélèvement, il ne peut que favoriser au village l’autorité des plus puissants des ruraux, ces gros laboureurs dont les précédentes analyses ont déjà montré toute l’importance dans la société rurale.

  • 34 Saint-Venant (R. de), Dictionnaire, articles « Plessis-Fortia », « Montoire », « Fréteval » ; Méta (...)

47L’autorité seigneuriale ainsi située dans sa géographie, il faut maintenant en présenter les principaux éléments. Sans entrer dans leur détail, on notera que, premier personnage au village (ce qu’expriment aussi bien sa place dans les cérémonies que celle qui lui est réservée dans les assemblées municipales), le seigneur exerce cette influence à travers de nombreux droits qui encadrent d’importants aspects de la vie économique et sociale. Ainsi le seigneur du Plessis-Fortia a-t-il droit de foire et de marché avec droit de jeu de quille à Huisseau, droit de mesurage, droit de refuge et garenne défensable à Nourray et à Huisseau. Aux termes de l’acte d’échange du 2 octobre 1718, le seigneur de Montoire jouit, entre autres, des « droits d’aunage, marque des toiles, droits de prévosté, billettes et seilleries, languayage des porcs, droits de minage, droit de moulins et fours banaux, droits de boucherie, notariats, droits de pesche en la rivière du Loir et Boisle... ». L’exercice de certains droits donne lieu à des manifestations festives engageant l’ensemble de la société, ce qui est une autre manière d’encadrer celle-ci : à Fréteval tous les tenanciers du comte de Dunois, seigneur du lieu, doivent tous les ans courir la quintaine ; au Breuil, à Thoré, c’est le cas des jeunes mariés ; à Villavard, le jour de Pâques, les jeunes mariés courent l’éteuf, les veufs se remariant ou les hommes qui épousent une veuve devant offrir une buie, c’est-à-dire un pot rempli de vin34.

  • 35 En effet, les affaires de coups et disputes ne représentent que 1 % des dossiers.
  • 36 Un sondage dans les dossiers de la justice de Montoire en 1732 révèle de nombreuses affaires de ce (...)

48Parmi tous les droits du seigneur, celui de justice. Au xviiie siècle, les tribunaux seigneuriaux sont certes nettement soumis à ceux du roi. Ils jouent cependant un rôle réel dans le règlement des affaires mineures, et même dans l’instruction des dossiers plus importants. Une statistique portant sur l’activité de la justice du marquisat de Montoire-Querhoent en 1745 révèle qu’en dehors des affaires criminelles, traitées à part, les dossiers portent surtout sur des conflits matériels — achats impayés ou contrats non respectés — et sur des problèmes de droit familial (tutelles et curatelles, émancipations, partages) : ces deux catégories, qui touchent au quotidien de la vie sociale, représentent respectivement 51 % et 37 % de l’ensemble des cas, soit en tout près de 90 % de l’activité de cette justice. La majeure partie des autres dossiers (10 % du total)35 touche au droit féodal : retrait lignager, exigence de foy et hommage... Ce taux témoigne sur la vitalité que conservent les structures féodo-seigneuriales dans la vie sociale du xviiie siècle ; il témoigne aussi sur l’autorité des seigneurs qui les dominent, et qui ne se privent pas, par le biais de leur justice, de les faire jouer à plein36.

  • 37 Exemples dans Saint-Venant (R. de), Dictionnaire, articles « Ambloy », « Baillou », « Bouffry », « (...)
  • 38 Métais (abbé C), Les petites écoles à Vendôme et dans le Vendômois, Vendôme, 1886.

49A côté de ces facteurs d’influence hérités de la plus ancienne tradition seigneuriale, la réforme catholique en a ajouté d’autres, dont les manifestations se prolongent jusqu’à la fin de l’Ancien Régime. De nombreux seigneurs président au xviiie siècle à des baptêmes de cloches, qu’ils parrainent37. Certains, mais c’est plus rare, jouent aussi un rôle actif dans la fondation d’écoles : ainsi les Angran d’Alleray et les Querhoent38.

  • 39 Sur ces exemples, Saint-Venant (R. de), Dictionnaire, et Mémoire de Salmon du Châtellier, cité n. (...)

50Avec le xviiie siècle toutefois, de nouvelles formes de direction sociale se font jour chez les seigneurs. A la frange du Vendômois, Lavoisier en donne un bel exemple avec l’effort de modernisation économique qu’il entreprend et l’action philanthropique qu’il développe. Un état d’esprit voisin se retrouve, sur fond de paternalisme, chez Angran d’Alleray, seigneur de Choue. A Meslay, de la Porte œuvre lui aussi dans le sens du développement économique, par la voie relativement originale de la manufacture. D’autres, comme Salmon du Châtellier, qui n’est pas seigneur de paroisse mais peut être rattaché à leur milieu, se situent davantage sur le plan de la réflexion, à la fois économique et sociale39. Chacun à sa manière, ils annoncent l’état d’esprit qui sera celui des notables du xixe siècle.

  • 40 Brisset (abbé P.), Histoire de Montoire, Montoire, 1936, t. I, p. 269.
  • 41 Sur tous ces changements de noms, Saint-Venant (R. de), Dictionnaire, articles correspondant aux p (...)

51Certains de ces seigneurs manifestent et symbolisent leur fonction de direction sociale par des prétentions éponymes. La plus spectaculaire est le fait de Jean-Sébastien de Querhoent, qui à peine devenu seigneur de Montoire en 1743, obtient du roi non seulement que sa terre soit érigée en marquisat, mais encore qu’elle prenne le nom de Querhoent : la ville de Montoire conserva ce nom (du moins officiellement, car il n’entra jamais dans l’usage) jusqu’en novembre 179140. Mais bien d’autres exemples de telles prétentions peuvent être cités. Dès 1708, François du Bellay, seigneur des Hayes, avait obtenu du duc de Vendôme l’autorisation de donner à sa seigneurie le nom de Drouilly « pour ce que cette terre [sise en Brie] dont la famille portait le nom depuis deux cents ans allait sortir de ses mains ». En fait, seul le château prit alors ce nom, qui s’est maintenu jusqu’au xxe siècle, la paroisse des Hayes conservant le sien. Ce sont du reste les noms de château qui sont le plus souvent modifiés : le Plessis-Fortia (ainsi appelé du nom de ses propriétaires du xviie siècle) prend successivement les dénominations de Plessis-Prévost, puis Plessis-Sanlot, construites à partir des noms des seigneurs du xviiie siècle ; de même le château de Chevigny, à Rhodon, avait-il pris, fin xviie siècle, le nom de Boisseleau. A Saint-Rimay, c’est un hameau, Cherchenois, qui prend à la fin du xviiie le nom de Courtemblay quand il passe aux mains de René-François Salmon de Courtemblay, seigneur d’Fpuisay41.

  • 42 Exemples dans Saint-Venant (R. de), Dictionnaire, art. « Ambloy », « Périgny », « Les Hayes », etc

52Les voies sont donc diverses, par lesquelles s’affirme l’influence seigneuriale sur la société villageoise. Encore dans ce rapide inventaire a-t-on privilégié ce qui ressortit à la fonction de direction sociale que leur rang permet aux seigneurs d’exercer, en laissant de côté tout ce qui est prélèvement et exploitation : ce point fondamental sera repris plus loin. S’agissant toujours de direction sociale, il faut souligner enfin que l’autorité des seigneurs telle qu’elle se perçoit au sein des terroirs, cas par cas en quelque sorte, doit s’appréhender aussi au niveau de l’ensemble de la société provinciale. En effet, le monde des seigneurs ne se distingue pas que par son prestige et sa fortune. Il se caractérise aussi par sa cohésion, que renforcent de nombreux liens matrimoniaux. Toutes les unions contractées par des seigneurs du Vendômois ne se circonscrivent certes pas aux bornes étroites de cette petite province (comme l’exigent d’ailleurs les nécessités vitales de l’ouverture matrimoniale pour ce groupe restreint). Mais les notices généalogiques du Dictionnaire du Vendômois permettent de repérer de nombreux mariages internes à la fois à ce milieu et au Vendômois42. A l’évidence, de telles unions, en tissant au niveau supérieur de la société provinciale un solide réseau d’alliances, contribuent à asseoir sur l’ensemble de la région, du moins dans sa partie rurale, la prééminence des principaux seigneurs vendômois.

La propriété du sol

53Le problème de la propriété de la terre ne peut être que difficilement résolu en Vendômois, en raison des insuffisances des sources. Pour tenter de le faire, on partira de l’étude de quelques sites représentatifs des grands secteurs de la région, avant d’esquisser une généralisation de leurs enseignements, selon des voies qui seront indiquées en leur temps.

  • 43 Matrices de la contribution foncière de 1791 de Villeromain et de Choue, AD 41, dépôts de ces comm (...)

54Faute de rôles de vingtièmes, c’est sur la base des matrices de la contribution foncière de 1791 qu’ont été analysés les cas de Villeromain (en Beauce) et de Choue (dans le Perche) : afin de rétablir la situation de la fin de l’Ancien Régime, leurs données ont été corrigées à partir des registres des ventes de biens nationaux — les biens vendus jusqu’à la date de l’établissement de la matrice étant affectés dans les calculs à leur ancien propriétaire. Pour Villiers, dans le vignoble, il a fallu recourir à une matrice de 1819, faute de document antérieur : la source est certes tardive, mais les caractères qu’elle révèle sont trop originaux pour ne pas s’appliquer aussi à la situation qui avait cours avant 1789 ; du reste, le nombre des cotes foncières y demeure stable pendant les deux premières décennies du xixe siècle, et les biens communaux (ici aussi réaffectés à leur ancien propriétaire) étaient trop peu étendus (moins de 2,5 % du terroir) pour que leur mise en vente bouleverse le marché foncier et entraîne des redistributions de cartes en série, comme cela s’observe en d’autres régions43. Précisons enfin qu’on a dans cette étude raisonné sur des valeurs, et non sur des contenances, ce qui introduit certains décalages, la contribution ne frappant pas les maisons comme les terres, et frappant à des taux différents terres labourables, prés et vignes. Mais les maisons sont très peu taxées ; et on ne peut, dans la perspective d’une analyse sociale, tenir pour un grave handicap le fait de privilégier des valeurs par rapport à des surfaces.

55La matrice de Villeromain porte 187 cotes, soit 2 de nobles, 5 d’ecclésiastiques, 18 de propriétaires citadins et 162 de ruraux (dont 55 résident dans la paroisse, et 107 dans celles qui l’environnent). Parmi ces propriétaires, les deux nobles détiennent 49,4 % du sol — soit 1,9 % pour Taillevis de Jupeaux et surtout 47,5 % pour la seule dame de Mauny, seigneur de la paroisse ! La propriété ecclésiastique représente 9,1 % du total de la matrice (les deux tiers appartenant à l’Oratoire de Vendôme), et celle des bourgeois citadins en représente 25,7 % : 10 de ces 18 propriétaires citadins résident à Vendôme, mais en valeur ils sont supplantés par quatre propriétaires blésois (4,4 % contre 10 %). Les autres propriétaires citadins résident à Mondoubleau, Châteaudun et Paris.

  • 44 Lesueur (F.) et Cauchie (Α.), op. cit., t. I, p. 563.

56L’ensemble de ces notables, extérieurs à Villeromain et à ses environs, possèdent donc 84,2 % du sol de la paroisse. Il est vrai que 13 des 25 cotes qu’ils détiennent sont supérieures à 160 livres, soit, en gros, à 10 ha. Ce schéma d’une grande propriété extérieure et dominante est bien caractéristique de la Beauce. En 1789, le cahier de doléances de Rhodon en apporte une belle illustration en déplorant que 360 des 420 arpents de la paroisse (soit 85,7 % du total, taux très proche de celui constaté à Villeromain) sont accaparés par trois métairies, dont deux ont pour propriétaires des communautés ecclésiastiques, et la troisième le seigneur du lieu44.

57Dans ces conditions, la propriété des ruraux n’atteint que 15,8 % du total : dans plus des deux tiers des cas elle appartient à des gens qui habitent les paroisses environnantes, ce qui illustre la forte micromobilité que connaissent les campagnes de cette zone. Mais il faut surtout souligner que dans une paroisse qui compte tout au long du siècle 60 à 65 feux, il se trouve 55 propriétaires résidents : la propriété y est donc quasi générale (surtout si l’on tient compte des lopins détenus dans les paroisses environnantes). Mais c’est une micro-propriété : les 162 cotes de ruraux ont une valeur moyenne de 21 livres, ce qui correspond à 1,25 ha, et seules 10 dépassent les 80 livres, soit 5 ha. Cette propriété rurale est avant tout paysanne : la bourgeoisie villageoise des artisans et marchands n’en possède que moins de 6 %.

  • 45 Les principales sont celles du prieuré de Choue, et de quelques communautés extérieures à la paroi (...)

58A Choue aussi, les notables extérieurs à la paroisse accaparent l’essentiel de la propriété. Mais cette domination est un peu moindre qu’à Villeromain, et elle est partagée entre des mains plus nombreuses. Ainsi la noblesse ne contrôle-t-elle ici que 36,3 % du sol, répartis en 13 cotes : comme à Villeromain, c’est le seigneur de la paroisse, Angran d’Alleray, qui détient la plus grosse cote, mais avec 14 % seulement du total paroissial, sa performance est loin d’égaler celle de la dame de Mauny, et trois autres cotes aristocratiques (Jouffrey, de Trôo, Beauvais de Saint-Paul et Robbé de la Grange, de Choue) dépassent les 4 % du total paroissial. Ces constats illustrent bien le quadrillage nobiliaire qui a cours dans cette zone : moindre richesse peut-être, mais forte présence assurément, ce qui d’un point de vue social n’est pas indifférent. Les taux de la propriété ecclésiastique (11,4 %) et bourgeoise citadine (26,5 %) sont beaucoup plus proches de ceux de Villeromain. Mais ici aussi, une plus grande dispersion est de règle : 12 cotes pour les propriétaires ecclésiastiques45, et 35 pour les propriétaires citadins (dont 32 aux mains d’habitants de Mondoubleau — ville toute proche).

  • 46 En 1787, dans 17 paroisses du Perche, seuls 50 % des membres de municipalités villageoises notés e (...)

59La propriété des ruraux est à Choue plus développée qu’à Villeromain, avec 27 % du sol. Elle est aussi mieux répartie entre ruraux de la paroisse (12,3 %) et ruraux extérieurs (14,7 %). Mais elle est surtout beaucoup plus concentrée : pour une communauté comptant au xviiie siècle entre 225 et 240 feux, il ne se trouve que 71 cotes de propriété rurale de résident, soit moins d’une pour trois feux. Enfin, les non-paysans (artisans, meuniers, notaires, rentiers...) accaparent à Choue plus des deux tiers de cette propriété des ruraux, alors qu’à Villeromain ils n’en détiennent qu’un gros vingtième : de ce constat résulte qu’à Choue les paysans proprement dits ne possèdent que 9,2 % du sol, contre 14,9 % à Villeromain. Du reste, les procès-verbaux des élections d’assemblées municipales de 1787 confirment bien que beaucoup de paysans percherons ne disposent d’aucune propriété46.

60Tout autre est le visage de la propriété à Villiers. Ici la noblesse (Rochambeau, et secondairement Monsieur, frère du roi) ne détient que 5,5 % du sol paroissial, et la propriété ecclésiastique ne dépasse pas 2 %. La propriété citadine atteint bien 9 % ; mais pour l’essentiel, il s’agit de Vendômois, dont certains, comme les vignerons du hameau de Courtiras, limitrophe de Villiers, sont en fait de véritables ruraux. En tout état de cause, la domination de la propriété rurale proprement dite est écrasante : 83,5 % du total. Le plus souvent, il s’agit d’une propriété d’habitants du lieu : ces derniers possèdent 68,5 % du sol, contre seulement 15 % pour les résidents des communes voisines. Ajoutons que la propriété détenue par les habitants de Villiers est pour les trois quarts aux mains de paysans, vignerons presque toujours, le reste se répartissant entre le groupe des artisans et celui de la bourgeoisie villageoise (notaire, percepteur, aubergiste), ce dernier un peu mieux loti que l’autre.

  • 47 En 1782-1784, par rapport à l’ensemble des actes de partage et d’inventaire, les seuls partages re (...)

61Le morcellement de la propriété est ici considérable, surtout si l’on fait abstraction de quelques grosses cotes appartenant à des propriétaires extérieurs (Rochambeau, 33 ha, Vié, président du tribunal de Vendôme, 26 ha, Beaussier, médecin à Montoire, 19 ha) : la matrice de 1819 compte 429 cotes concernant des gens de Villiers, soit davantage que la commune ne compte de foyers (il est vrai que certaines de ces cotes sont affectées à des enfants mineurs), et 96 % des cotes d’habitants de Villiers sont inférieures à 5 ha, la moyenne des cotes des propriétaires de la commune s’établissant à environ 1,5 ha. A suivre cet exemple, il est donc clair que le vignoble constitue un monde de propriétaires, comme l’atteste encore la fréquence des actes de partage établis par les notaires de cette zone47. D’autre part, la propriété est dans ce secteur diffusée sur un mode relativement égalitaire, ce qui confirme l’impression dégagée déjà à partir des rôles de taille : celle d’un milieu plus homogène qu’ailleurs en Vendômois.

  • 48 Sur ce point, Le Roy Ladurie (E.), Histoire de la France rurale, Paris, 1975, t. 2, notamment p. 4 (...)
  • 49 Géographie établie à partir des données du registre de la contribution foncière pour l’an IX, AD 4 (...)

62Au terme de cette étude comparée de la propriété dans les trois sites de Villeromain, Choue et Villiers, les contrastes qui caractérisent la propriété des ruraux — car c’est bien d’elle qu’il s’agit d’abord dans cette approche des dominations subies par les habitants des campagnes —, ces contrastes donc sont spectaculaires : cette propriété est majoritaire dans le vignoble, et minoritaire ailleurs ; et quand elle est minoritaire, elle l’est de manière différente dans le Perche où seule une minorité de ruraux (un sur trois au maximum) a accès à cette propriété, et en Beauce, où au contraire la quasi-totalité des ruraux est propriétaire, même si ce n’est souvent que de modestes lopins. En revanche, il est un trait commun à la propriété des ruraux, quel que soit le milieu envisagé : c’est que partout elle est massivement une petite propriété, inférieure dans l’immense majorité des cas à 5 ha, alors que les biens des autres catégories sociales, nobles, bourgeoises ou cléricales se mesurent fréquemment en dizaines, voire en centaines d’hectares. On n’insistera pas davantage sur cette opposition classique entre ceux qui détiennent des exploitations et ceux qui ne possèdent que des lopins48. Mais on en retiendra une conséquence statistique intéressante, encore qu’approximative : à savoir qu’un fort développement de la propriété des ruraux se traduit par un abaissement de la cote foncière moyenne, ce qu’illustrent bien nos trois exemples (en 1801, 1,28 ha à Villiers, 6,48 à Vil-leromain et 21,99 à Choue). A partir de là, la géographie des cotes foncières moyennes par commune permet une grossière approche de ce que représente la propriété des ruraux en Vendômois en 1801 (carte ci-dessous)49. Elle montre que la situation constatée à Villiers ne s’observe que dans des communes peu nombreuses, centrées sur le vignoble de la vallée du Loir, entre Vendôme et Montoire. Dans la vallée moins vidcole, à l’aval comme à l’amont, les cotes moyennes sont déjà plus élevées (couramment doubles ou triples de celles de Villiers), ce qui suggère une dégradation sensible de la petite propriété, et donc de la propriété des ruraux. Ainsi passe-t-on progressivement aux niveaux qui se constatent en Beauce, mais aussi en Gâtine et sur les marges percheronnes, dans la région de Savigny : l’exemple de Villeromain, statistiquement très représentatif de ce niveau, montre combien la propriété des ruraux se trouve ici en position d’infériorité. Mais elle peut se trouver encore plus réduite, conformément au schéma de Choue : celui-ci domine en 1801 tout le nord de l’arrondissement, sauf exceptions ponctuelles et mesurées (à Mondoubleau et Cormenon, cas particuliers de communes à caractères urbains, et dans l’extrême nord, autour du Gault, qui une fois encore se distingue quelque peu du reste du Perche), et il se retrouve aussi, mais beaucoup plus isolément, en Gâtine, à Authon.

Superficie moyenne d’une cote foncière au début du XIXe siècle

Superficie moyenne d’une cote foncière au début du XIXe siècle

Source : rôle de la contribution foncière de 1801

Les prélèvements

  • 50 Arnould (J.), op. cit., p. 79.
  • 51 Cité par Arnould (J.), op. cit., p. 80 : « Le fermier général était un intermédiaire onéreux entre (...)
  • 52 Indications tirées des archives notariales de Lancé (AD 41, étude 15), et du rôle de taille de cet (...)
  • 53 AD 41, Q 233.
  • 54 Brisset (P.), « La famille Le Clerc de Villedieu en Beauce », SAV, 1914, 1915, 1916, 1917, 1918.
  • 55 Registres de déclarations de défrichement, AD 41, 4B 118 à 4B 120.
  • 56 Jacques Chartier, fermier général de la terre de Drouilly aux Hayes en 1766 (et greffier en chef d (...)

63De ce que l’essentiel de la propriété n’appartient pas aux ruraux, et donc pas aux paysans, résultent plusieurs conséquences importantes. En premier lieu, beaucoup des principaux propriétaires de la région ont recours pour gérer leurs biens aux services de régisseurs ou fermiers généraux, d’autant plus nécessaires qu’ils sont souvent eux-mêmes absents, tout ou partie de l’année, du village, voire du Vendômois. Certains de ces intermédiaires essentiels se repèrent sur les rôles de taille où ils se signalent par une cote particulièrement élevée. Tel est le cas en 1789 dans le Perche de plusieurs fermiers généraux de prieuré : Etienne Bureau, fermier général du prieuré de Guériteau, à Choue, et demeurant lui-même à Saint-Cyr de Sargé, taxé au principal de taille à 112 livres ; François Pommard, fermier général du prieuré de Souday, taxé à 191 livres 2 sols ; et surtout Louis-Jacques Trécul, fermier général du prieuré de Saint-Agil, et imposé pour cela à 140 livres au principal, cette taxe s’ajoutant à celle de 150 livres qu’il doit acquitter pour la Grande Métairie50. Ce dernier personnage, qui est encore syndic et préposé des vingtièmes, représente le type accompli du fermier général « coq de village », tel que le décrit à propos du Maine tout proche André Bouton51. Mais le Perche n’a pas le monopole de ces fermiers généraux. A l’autre extrémité de la région, à Lancé, on voit les représentants de la bourgeoisie rurale monopoliser durant tout le siècle la ferme du prieuré du lieu, qui dépend de l’abbaye de Marmoutier-lès-Tours52. Et il se trouve des fermiers généraux ou des régisseurs ailleurs que dans les prieurés : ainsi François Roch, régisseur de la terre du Fresne, à Authon53 ; ou encore Ruau du Tronchot, fermier des Querhoent, seigneurs de Montoire54. Les registres de déclarations de défrichement55 mentionnent eux aussi, de nombreux personnages de ce type56. Relevons seulement le cas de la terre d’Am-bloy : les registres y mentionnent en août 1783 un agent du château, René Levieuge ; or, quelques années plus tard, ils révèlent la présence au service du même seigneur, Verthamon, de Pierre Levieuge, sans doute parent du précédent, et noté comme feudiste. Cet exemple illustre les liens qui unissent les différents types de rente assis sur la terre.

  • 57 Goubert (P.), dans Histoire économique et sociale de la France, Paris, 1970, t. II, p. 147 (voir a (...)

64L’autre conséquence du fait qu’une large proportion de la terre échappe au monde paysan est bien en effet la ponction que les dominants qui la détiennent effectuent de ce fait sur la production des campagnes, par le biais de la rente foncière. Cette dernière, cependant, n’est pas le seul prélèvement que subissent les paysans, même s’il est le plus lourd. Comme le remarque Pierre Goubert, « il ne paraît pas douteux qu’une importante partie du revenu brut du paysan va dans les caisses du roi, de l’Eglise, des seigneurs, des propriétaires »57 — et le Vendômois du xviiie siècle ne fait pas sur ce point exception à la règle. C’est donc à examiner ces différents prélèvements — compris à la manière dont les entend Pierre Goubert, comme l’ensemble des ponctions concrètement subies par les paysans, quels qu’en soient la nature et le fondement juridique — et à s’efforcer d’en apprécier le poids qu’il faut maintenant s’attacher. Cette analyse prendra donc successivement en compte la dîme, la rente foncière, les droits seigneuriaux, et enfin l’impôt royal.

  • 58 Saint-Venant (R. de), Dictionnaire, donne de nombreux exemples de gros décimateurs extérieurs à la (...)
  • 59 Indications sur la dîme tirées de Lesueur (F.) et Cauchie (Α.), op. cit. Sur la notion de gerbe, L (...)
  • 60 Arnould (J.), op. cit.

65S’agissant de la dîme, son prélèvement, en principe destiné au curé, mais qui en fait profite à de gros décimateurs — le plus souvent des communautés urbaines58 —, représente, à suivre les cahiers de doléances de 1789 conservés, une part variable de la récolte, mais en général inférieure au dixième suggéré par le terme : le cahier de Saint-Lubin expose que « la perception [est] trop différente dans les paroisses voisines où les uns paient 4 gerbes par arpent, d’autres 3, d’autres 2 et d’autres enfin paient la vingt-unième gerbe et la vingt-unième seillée de raisin ». Des taux comparables se retrouvent à La Fontenelle et à Rhodon. Retenons de ces quelques exemples un prélèvement de l’ordre de 5 % sur le grain et sur le raisin. Mais le poids de la dîme ne doit pas se mesurer qu’en termes quantitatifs : son prélèvement, se plaignent les rédacteurs du cahier de Villebout, « nous prive des pailles et fourrages nécessaires pour nourrir nos bestiaux, former des engrais, fertiliser nos terres » ; cette plainte, quasi générale, explique la revendication de la transformation de la dîme, ponction en nature, en prestation en argent. D’autre part, la dîme porte sur bien d’autres produits que les grains et le raisin. Elle peut toucher aussi les menus grains ou les produits d’élevage — ce que conteste par exemple le cahier de doléances de Fontaine-sous-Pezou59. En bref, le prélèvement de la dîme présente en Vendômois la même diversité, entraîne les mêmes débats, provoque les mêmes contestations qu’ailleurs. Soulignons seulement que son poids, comparativement à ce qui s’observe dans d’autres régions, est relativement modéré, de l’ordre le plus souvent de 5 % de la production, pour les récoltes soumises à cette ponction. Cette conclusion ne vaut toutefois que pour les régions — Beauce et nord-est percheron — sur lesquelles nous sommes renseignés. On ignore tout de ce que peut représenter la dîme en Gâtine et dans la vallée du Loir. Quant à l’ouest percheron, les cahiers de doléances de cette zone n’évoquent jamais la dîme60 : faut-il en déduire que celle-ci y est modérée et n’y fait pas problème ?

  • 61 Par exemple, à la métairie de la Rossignolière, à Rocé, qui appartient à l’Oratoire, le fermier «  (...)
  • 62 Calculs effectués à partir des titres de la Trinité (AD 41, 21H 28) pour Libois, de l’Oratoire (AD (...)

66En ce qui concerne la rente foncière, l’analyse dont les résultats sont présentés ici ne peut faire l’économie de certaines approximations. Ainsi lui est-il difficile de tenir compte des suffrages qui apparaissent dans de nombreux baux : leur importance, il est vrai, se situe plus sur le plan du concret de la vie quotidienne (par ce qu’il révèle, par exemple, des liens matériels, quasi physiques, que le bailleur entend maintenir avec l’exploitation qu’il afferme) que sur celui de leur valeur réelle. De même on ne tiendra pas compte ici du fait, bien attesté pourtant dans les comptes qui subsistent, que les charges imposées au preneur n’étaient pas toujours acquittées aux dates et avec la régularité prévues61. Enfin, il est toujours délicat d’apprécier ce que représente le fermage par rapport au revenu de l’exploitation. Cette fois encore, l’évaluation bute sur l’impossibilité de calculer un revenu net. C’est donc par rapport au revenu brut (production totale, diminuée des seules semences) calculé au précédent chapitre, qu’on cherchera à apprécier la charge supportée par le fermier, et cela pour la fin de l’Ancien Régime (un chapitre ultérieur reviendra sur le problème des évolutions). Un tel calcul appliqué à plusieurs exploitations beauceronnes donne des résultats assez cohérents : le prélèvement est de 19,5 % du revenu brut à la métairie de Libois, à Tourailles, qui appartient à l’abbaye de la Trinité, de 20 % à la ferme du Bouez, à Nourray, qui appartient au seigneur du Bouchet-Touteville, de 18 % à la métairie de l’Aumône à Villeromain, propriété des Oratoriens de Vendôme, et de 17 % à la métairie de la Guignon-nerie à Lancé, qui dépend du Calvaire de Vendôme62.

  • 63 Salmon du Châtellier, op. cit., n. 2, p. 28. Pendant l’année 1780, seulement 26 % des baux contrôl (...)

67On ne dispose pas de bases de calcul comparables dans le Perche, mais le mémoire de Salmon du Châtellier permet d’éclairer la situation de cette zone. Notre témoin s’attache d’abord à décrire la « malaisance » du propriétaire, « obligé [par la pauvreté du fermier] de faire presque toutes les avances nécessaires à la culture [en donnant] tous ses biens à moitié des fruits, n’ayant rien qui puisse lui garantir les payemens en argent ». Or, ajoute-t-il, « l’intérêt des avances que l’on fait sur ses biens et qui sont cependant nécessaires à la culture, l’argent employé en réparations et réfections sont certainement une diminution de revenu ». C’est cette ponction du reste qui selon Salmon du Châtellier explique que les terres « des pays clos se vendent communément au denier vingt et vingt-cinq » soit 20 à 25 fois ce revenu, alors que celles de plaine (c’est-à-dire de Beauce) « s’achettent [...] au denier trente et quarante ». Dans le détail, cette argumentation peut se discuter : tous les baux passés dans la région ne sont pas à moitié63 ; elle n’en suggère pas moins sans ambiguïté une situation plus médiocre qu’en Beauce.

68Mais après tout, il s’agit là de problèmes de propriétaire. Qu’en est-il des paysans ? Toujours selon Salmon du Châtellier, leur sort n’est pas brillant : outre la « pauvreté du fermier » il évoque la « misère du colon » et la « misère du cultivateur ». Par ailleurs, il évalue la rente habituelle d’une métairie de 48 arpents de terre labourable, soit 32 ha, à 200 à 250 livres par an, soit 6 à 8 livres par hectare. Rapporté au revenu brut des exploitations de cette zone calculé au chapitre précédent, ce taux représente une ponction comprise entre 21 et 27 %, du même ordre donc que celles pratiquées en Beauce.

  • 64 Indications sur les droits seigneuriaux tirées de Lesueur (F.) et Cauchie (Α.), op. cit.

69A propos des droits seigneuriaux enfin, il est possible comme pour la dîme de glaner au fil des cahiers de doléances de 1789 conservés d’intéressantes notations. A La Fontenelle, les habitants représentent « qu’il leur est enlevé partie de leurs récoltes par les droits de terrage dus au seigneur de cette paroisse, sur au moins les deux tiers des terres, à raison de 12 gerbes l’une, tant en blé, orge, avoine et autres espèces de grains, même sur la vesce qui est une espèce d’herbe que les particuliers font dans un coin de leur jardin pour faire manger en vert à leurs bestiaux » ; après s’être plaint du mode de prélèvement de ce droit, qui les prive de paille et d’engrais et expose leur récolte au risque de l’orage, ils ajoutent qu’ « outre ce droit exorbitant sur les terres de cette paroisse, [le seigneur] a encore le droit de percevoir sur icelles terres les cens et rentes, droits et devoirs seigneuriaux qui font un objet de plus de 100 septiers d’avoine à mesure de cours et plus de 300 livres en argent ». A Bouffry, le cahier de doléances expose que la paroisse est chargée de droits seigneuriaux envers 4 seigneurs ; il demande l’exemption du champart, ainsi que celle de toute banalité et corvée envers le seigneur. A Saint-Lubin-des-Prés, on observe que « le droit de terrage ou champart qui, dans son origine avait une sorte de justice, est devenu par la suite des temps trop onéreux aux cultivateurs, les seigneurs étant remboursés au-delà du prix des terres par eux abandonnées par la perception qu’ils ont faite jusqu’à présent »64.

  • 65 Arnould (J.), op. cit.

70De telles doléances témoignent d’un ressentiment réel, qui semble particulièrement vif dans le secteur de Droué et La Fontenelle, où se manifeste un état d’esprit anti-seigneurial. Ailleurs, il arrive que les plaintes relatives à cet objet se fassent beaucoup plus mesurées : c’est le cas dans la région de Mondoubleau65. Une géographie de la contestation anti-seigneuriale s’esquisse ainsi, qu’il n’est malheureusement pas possible d’étendre davantage, en raison de la disparition des cahiers de doléances du bailliage de Vendôme.

  • 66 Exemple déjà cité de René Levieuge à Ambloy. Autre exemple dans Viaud (D.), « Un domaine rural en (...)

71L’établirait-on, du reste, qu’une telle géographie ne résoudrait pas le problème du poids réel du prélèvement seigneurial : le dossier est complexe, à dire vrai, et appellerait à lui seul une étude particulière. Celle-ci devrait tenir compte de la variété des situations locales, notamment en délimitant les zones soumises à champart ou à terrage. Elle devrait prendre aussi en considération l’extrême diversité des droits — cens et banalités, terrages et lods et ventes pour s’en tenir aux principaux —, selon qu’ils sont modiques ou plus lourds, perçus en nature ou en argent, voire en travail (cas des charrois), uniformément ou non, annuellement ou plus irrégulièrement (comme les lods et ventes). Enfin, il lui faudrait ne pas négliger certaines évolutions, telle celle que manifeste la présence de feudistes attestée en plusieurs points du Vendômois pendant les dernières décennies de l’Ancien Régime66.

  • 67 Bois (P.), op. cit., p. 160-179.
  • 68 Saint-Venant (R. de), Dictionnaire, article « Bouchet-Touteville ».
  • 69 Pour la terre de Renay, Saint-Venant (R. de), « Les seigneurs de Renay... », op. cit. (annexe) ; p (...)

72Faute d’avoir rempli un tel programme, on se contentera de fixer les idées en rapportant à partir de quelques exemples favorisés par la documentation le poids du prélèvement seigneurial à celui de la rente foncière, conformément à la méthode utilisée dans le Maine par Paul Bois67. Selon un état de 1772 concernant la seigneurie du Bouchet-Touteville, l’« une des plus importantes, sinon même [...] la plus importante [...] du comté puis duché de Vendôme », et dont la mouvance féodale s’étend sur une trentaine de paroisses, le seigneur tire 5 420 livres de la rente foncière (non compris 1 500 livres que rapportent les bois), les mêmes biens étant chargés de 1 500 livres de droits seigneuriaux, soit près de 27 % de cette rente foncière : ce calcul ne tient pas compte des revenus seigneuriaux assurés par la mouvance féodale, que le même état fixe à 4 500 livres68. L’état de la terre de Renay, établi en 1750, révèle un taux assez proche : 31 % (bois non pris en compte cette fois encore). Celui qui se constate au prieuré de La Chapelle-Vicomtesse, dans le Perche, est plus faible : environ 22 % ; mais les données à partir desquelles il est établi sont ici plus anciennes : elles datent de 173869. Au vu de ces quelques trop rares exemples, il n’est donc pas déraisonnable de fixer au quart de la rente foncière l’ordre de grandeur du prélèvement seigneurial.

  • 70 Si ce n’est pour souligner que la diffusion de la propriété paysanne ne peut ici qu’atténuer la ch (...)

73Dans ces conditions, l’ensemble des prélèvements qui viennent d’être analysés représenterait, de la Beauce au Perche — il est plus difficile de préciser le cas du vignoble70 —, une part assez constante de la récolte : 5 % environ pour la dîme, 18 à 25 % pour la rente foncière, un quart environ de cette dernière pour les droits seigneuriaux, soit en tout 28 à 36 % de la récolte pour toute terre n’appartenant pas au paysan (contre 10 à 15 % dans le cas où le paysan est propriétaire ; ce dernier doit certes alors acquitter les vingtièmes, mais le paiement de cet impôt est loin, on le verra, de compenser la différence). Pour apprécier l’ampleur d’un tel prélèvement, il faut se souvenir qu’il porte sur la récolte globale, sans autre diminution que celle de la semence : calculé sur le profit réel du paysan, frais d’exploitation déduits, il serait plus élevé encore.

  • 71 Calculs effectués à partir des rôles de taille de 1789 (AD 41, C 259) et des évaluations de récolt (...)

74En outre, il s’y ajoute l’impôt. Sans doute celui-ci, effectué au profit de la lointaine puissance de l’Etat monarchique, n’a-t-il pas la même destination que les prélèvements précédents. Mais pour les paysans il représente également une ponction réalisée à leurs dépens, et au profit de forces sociales extérieures à leur communauté. Pour en évaluer le poids, on peut partir du taux moyen de principal de taille calculé sur quinze paroisses beauceronnes : il s’établit à 1,45 livre à l’hectare et à 1,81 livre par hectare cultivé (bois déduits). Ce dernier taux donne pour l’imposition directe globale (taille + accessoires + capitation, qui représentent ensemble environ 225 % du principal) un niveau de 4,07 livres : soit 9 à 10 % de la valeur de la récolte considérée jusqu’ici, semence déduite. Avec un taux d’imposition moindre en valeur absolue, le Perche ne présente pas une situation très différente. Calculé sur 9 paroisses, le principal de taille s’y établit à 1,01 livre par hectare, soit environ 1,06 livre par hectare non boisé ; dans ces conditions, l’imposition directe globale s’établit à 2,38 livres à l’hectare, soit un peu plus de 8 % de la récolte globale — à peine moins donc que le taux calculé pour la Beauce71.

75Mais pour que ce dossier du prélèvement fiscal soit complet, il faut évoquer encore le cas des vingtièmes, et celui des impôts indirects. Pour mieux apprécier leur ampleur, envisagée ici globalement, en moyenne régionale, il faut préciser d’abord que le montant de la taille prélevée dans l’élection de Vendôme en 1789, villes de Vendôme et Montoire exclues, correspond à un prélèvement moyen de 1,21 livre par hectare ; avec les accessoires et la capitation, celui-ci s’élève à environ 2,70 livres.

  • 72 Calcul effectué à partir des données de AD 41, L 505, pour les vingtièmes, et AD 41, L 562, pour l (...)

76La ponction représentée par les vingtièmes est sensiblement plus réduite. Toujours en 1789, pour l’ensemble des deux districts de Vendôme et de Mondoubleau, qui ont succédé, sur une base plus étendue à l’élection de Vendôme, elle représente seulement 0,27 livre par hectare, les paysans n’acquittant du reste qu’une faible part de ce total, dans la mesure où ils ne détiennent qu’une proportion minoritaire de la propriété foncière. Beaucoup plus important est le prélèvement des impôts indirects (aides, gabelle, tabac et contrôle) : en 1789, toujours dans les deux districts vendômois et en excluant cette fois du total, au prorata de leur population, les trois villes de Vendôme, Montoire et Mondoubleau, il s’établit à 3,18 livres à l’hectare72. En raison de leur effectif, ce sont les paysans qui acquittent l’essentiel de cette somme, si bien qu’on peut poser que le prélèvement fiscal indirect équivaut pour eux, à assez peu de chose près, à celui de l’impôt direct, dont on a déjà dit le poids.

77Concluons : aux prélèvements précédemment analysés, qui pour une terre affermée représentent 28 à 36 % de la récolte, la fiscalité, directe et indirecte, ajoute une ponction de l’ordre de 16 à 18 % de cette même récolte. C’est donc 44 à 54 % de cette dernière qui échappent d’emblée aux paysans. Il ne faut certes pas se laisser abuser par l’apparente précision de ces chiffres : indispensables supports de toute tentative d’évaluation, ceux-ci sont entachés de trop d’approximations pour être pris à la lettre. Mais l’ordre de grandeur qu’ils fixent — disons, sans s’engager plus avant, 50 % — doit être retenu comme raisonnable. Ce prélèvement est considérable du point de vue de ses bénéficiaires. Mais il l’est davantage encore pour les paysans qui le subissent, dans la mesure où nos évaluations ne prennent pas en compte les frais d’exploitation qui contribuent aussi à amputer la récolte ; dans la mesure surtout où nos estimations de récolte ont été faites dans l’hypothèse d’une année normale. Vienne une mauvaise moisson, et les prélèvements (qui pour beaucoup sont fixes — dîmes, champarts et baux à moitié exceptés) représentent, au moins théoriquement (car dans les faits ils ne sont pas toujours réalisés) une ponction plus élevée encore. L’ampleur qui en tout état de cause caractérise cette dernière situe bien le poids de la domination que la société englobante impose aux paysans et autres habitants des villages.

LE MONDE DE LA VILLE

UNE HIÉRARCHIE TRÈS ÉTIRÉE

  • 73 Viaud (D.), « Société et fiscalité... », op. cit. Le rôle de taille de la ville pour l’année 1789 (...)

78Plus encore qu’à la campagne, les sources fiscales doivent à la ville s’utiliser avec beaucoup de précautions, les décalages entre hiérarchie fiscale et hiérarchie de la richesse réelle étant sensiblement plus marqués ici que là. Cependant, et tout en se réservant de leur apporter les correctifs nécessaires, c’est de leurs indications qu’on partira cette fois encore, car elles présentent l’inestimable avantage de restituer les effectifs concernés par les différents niveaux de fortune mis en évidence par l’analyse notariale73.

  • 74 AD 41, C 259.
  • 75 Indications d’effectifs des communautés de la ville dans Saint-Venant (R. de), Dictionnaire, artic (...)

79Ainsi à Vendôme — sur le cas de laquelle on centrera cette étude de la société urbaine —, le rôle de taille de 1789, seul conservé ici aussi, mentionne-t-il 1 246 feux, dont 1 041 masculins (les 205 autres étant des feux de veuves ou de filles). Il mentionne aussi 105 pauvres (dont 43 femmes) symboliquement taxés à 6 deniers et 148 domestiques de nobles ou de privilégiés, tant hommes que femmes, répartis dans 79 maisons, ce qui avec un taux moyen de moins de 2 domestiques par maison implique, sauf exception, des domesticités modestes. Le recours aux rôles de la capitation des non-taillables et du supplément des privilégiés74 permet de compléter ces indications, en révélant la présence de 32 officiers privilégiés et de 38 familles nobles. Ces documents mentionnent aussi le clergé, mais sans en proposer d’évaluation numérique : on peut toutefois, à partir de diverses sources, en estimer l’effectif à environ 150 individus75. Si l’on ajoute à tous ces gens une centaine de domestiques employés par les non-privilégiés (évaluation nécessairement approximative), on pourra considérer avoir rassemblé l’ensemble de la société vendômoise, en dehors des militaires qui y sont en garnison.

  • 76 Le total de 6 050 individus auquel on aboutit ainsi a pour lui d’être très vraisemblable. Il est c (...)
  • 77 Viaud (D.), « Société et fiscalité... », op. cit., p. 48. Les feux féminins ont été ventilés entre (...)

80En affectant les feux masculins du coefficient 4,5, les feux féminins du coefficient 1,5 et les effectifs d’ecclésiastiques et de domestiques du coefficient 1, il est possible de faire correspondre à ces nombres de nature différente des effectifs de population totale (hommes, femmes et enfants compris), qui représentent des évaluations raisonnables, et qui peuvent se comparer entre eux76. D’autre part, les feux de pauvres et les feux féminins, généralement dépourvus d’indications d’appartenance sociale, peuvent être ventilés entre les différents milieux de la société urbaine, au prorata de la répartition que découvre Daniel Viaud en analysant les seuls feux, masculins pour l’essentiel, portant de telles indications77. Dernier problème enfin : celui, au sein du monde de la boutique et de l’artisanat, du rapport entre compagnons et maîtres. Ces indications statutaires figurent en effet rarement sur le rôle de taille, et pourtant l’analyse des archives notariales montre que la nuance n’est pas seulement formelle. Pour atteindre à un ordre de grandeur raisonnable, on a considéré comme compagnons tous les pauvres à obole, ainsi que tous les taillés dont la cote n’excède pas 3 livres ; et comme maîtres tous les autres. Méthode grossière sans doute, qui fait bon marché de certaines exceptions peut-être, comme celles de maîtres acquittant moins de 3 livres. Mais il ne peut s’agir alors que de maîtres gantiers travaillant à façon pour un négociant, et dont la condition sociale n’est pas très supérieure à celle de compagnons. Quoi qu’il en soit, le critère retenu a le mérite de mettre en évidence la faible concentration de la boutique et de l’artisanat à Vendôme, où le nombre de maîtres est supérieur à celui des compagnons.

81A partir de ces évaluations, et en prenant en compte tous les Vendômois — les actifs comme leur famille — on peut poser que sur 6 050 habitants Vendôme compte en 1789 2,5 % d’ecclésiastiques, 2,8 % de nobles et 2,4 % d’officiers privilégiés. Avec 7,3 % d’officiers non privilégiés et membres de professions libérales, 2,6 % de bourgeois et 9,6 % de marchands se trouve ainsi défini un monde de notables, petits et grands, rassemblant un gros quart de la population.

82Le monde des métiers est sensiblement plus nombreux : 24 % d’artisans et 17,5 % de compagnons. La domesticité rassemble quant à elle 4,1 % des Vendômois, surtout des Vendômoises au demeurant.

83Enfin, plus d’un quart des Vendômois exercent des activités à caractère rural : 12,9 % de vignerons, 7,6 % de jardiniers, 4,3 % de journaliers, 1,4 % de travailleurs de la forêt et 1 % de laboureurs.

  • 78 Pour les sources de ces calculs, se reporter n. 1, p. 98 et n. 1, p. 101.

84Confronté aux niveaux de fortune dégagés par l’étude des sources notariales, ce tableau permet d’esquisser une pyramide de la richesse à Vendôme. Celle-ci met clairement en évidence l’avantage des groupes supérieurs de la population par rapport à la masse constituée par les catégories plus modestes. Ainsi l’ensemble des nobles, des officiers (privilégiés ou non), des professions libérales, des bourgeois et des marchands — soit environ 27 % de la population — regroupe-t-il 82 % des apports au mariage enregistrés par les notaires de Vendôme. Ces mêmes notables détiennent 75 % des actifs mobiliers figurant dans les inventaires après décès78.

  • 79 Procès-verbaux tirés des registres de délibérations municipales de Vendôme, Archives municipales d (...)
  • 80 Sont en effet successivement mentionnées les paroisses Saint-Martin (entièrement intra-muros), la (...)

85Comme à la campagne, la hiérarchie socio-économique doit à la ville se comparer à celle des préséances et des pouvoirs. Les registres de délibérations municipales fournissent une bonne approche de cette dernière. Voici par exemple le procès-verbal de « l’assemblée générale des sieurs échevins manants et habitants des quatre paroisses de la ville et faubourgs... en l’hôtel commun de cette dite [ville de Vendôme] », le 18 février 1759. Ce document qui révèle d’abord que les individus ne prennent place dans la hiérarchie sociale urbaine que par l’intermédiaire des groupes auxquels ils appartiennent (le procès-verbal ne connaît que le pluriel) situe ensuite les degrés de cette hiérarchie. Sur ce dernier point, d’autres délibérations portées au même registre, mais qui n’ont pas, il est vrai, tout à fait le même objet, indiquent certes un ordre légèrement différent : ainsi celle de « l’assemblée générale des corps et communautés de la ville de Vendôme », du 5 mars 176979. Mais ces nuances mineures ne remettent pas en cause l’essentiel d’une architecture sociale dont les traits sont bien affirmés d’un document à l’autre. Après les échevins, qui ne constituent pas une catégorie sociale en soi mais dont la présence en tête de liste entend symboliser la prééminence de la collectivité urbaine sur tous ceux qui en font partie, le premier rang revient dans la ville aux officiers (ceux du bailliage d’abord, ceux ensuite de l’élection et du grenier à sel, que viennent devancer à partir de 1759 les officiers de la maîtrise des eaux et forêts créée à cette date), et à un niveau très voisin, aux nobles ; très proches aussi de ces deux groupes sont les membres du clergé, dans un ordre également identique d’un document à l’autre : chanoines de Saint-Georges, Bénédictins de la Trinité, curés des quatre paroisses, Oratoriens du collège. Nettement derrière ces trois groupes majeurs — pour lesquels importent plus, semble-t-il, les hiérarchies internes à chacun d’entre eux que celles qui peuvent exister de l’un à l’autre —, le monde des « hommes de loi, de plume et de lancette » : avocats, médecins, notaires, procureurs, apothicaires, chirurgiens ; et à un niveau comparable, les bourgeois, rentiers oisifs. Plus bas encore, les représentants supérieurs, les plus traditionnels aussi, du monde des marchands : marchands-gantiers, marchands de drap, tanneurs, puis ensuite, dans un ordre dont la délibération de 1769 donne une bonne idée, les représentants des autres activités économiques, qui n’apparaissent, faut-il le rappeler, que sous la forme collective de leur métier. Et enfin, au degré inférieur de la hiérarchie urbaine, à en juger par l’ordre dans lequel sont présentées les paroisses de la ville sur la délibération de 1759, les Vendômois engagés dans des activités rurales80.

86Pareille ordonnance traduit d’abord la prééminence des privilégiés (de la noblesse, du clergé et de l’office). Elle matérialise ensuite une échelle des fonctions : d’abord celles de l’administration et de la justice, celles du sacré aussi ; puis celles impliquant la maîtrise d’un savoir à caractère intellectuel (médical ou juridique le plus souvent) ; et enfin les activités économiques (au sein desquelles le citadin a le pas sur le rural, et l’échange sur la production). Ainsi, dans une vision toute traditionnelle de la vie sociale, se trouvent valorisés ceux qui représentent une puissance lointaine et abstraite, temporelle ou spirituelle, et à l’inverse rejetés aux degrés inférieurs de l’échelle de la considération tous ceux dont l’activité assure l’indispensable base matérielle de la vie sociale ; quant aux autres, leur place dans la société urbaine se détermine en fonction de leur position par rapport à ces deux pôles, procédant pour l’un de constructions politiques et religieuses s’imposant d’ailleurs, et pour l’autre des nécessités matérielles les plus locales.

  • 81 Viaud (D.), « Recherches sur la société vendômoise... », op. cit., p. 45. Sur les offices municipa (...)

87Une telle représentation de la société urbaine se reflète dans la répartition des pouvoirs, ceux qui en émanent comme ceux qui la contrôlent. En ce qui concerne le pouvoir municipal, et sans entrer dans le détail d’une histoire institutionnelle conforme à celle qui s’observe dans l’ensemble des cités du royaume à partir de l’époque louis-quatorzienne, on se contentera de relever à la suite de Daniel Viaud qu’un système électoral à la fois étroit et parfois à plusieurs degrés « pousse à une présence exclusive des notables les plus en vue et les plus riches, les mêmes qui sont capables de racheter les offices quand ils sont créés, ou qui sont nommés par le roi quand les offices ne sont pas levés »81. Ainsi, après la mort en 1788 du maire Gilles-François de Trémault, ancien lieutenant général du bailliage prévôtal de Vendôme (qui avait été nommé par le roi en 1773), trouve-t-on en 1789 dans l’assemblée municipale 6 marchands (dont 2 sont titulaires d’offices royaux), 4 officiers du roi, 2 bourgeois et 1 laboureur. Et quand en novembre 1789 cette municipalité doit désigner 12 notables pour assister aux procès criminels, elle les choisit dans les mêmes milieux : 3 nobles, 1 curé (celui de Saint-Martin, la paroisse la plus huppée, qui refuse sa nomination), 3 officiers, 3 marchands et 1 bourgeois, seule la désignation d’un boutiquier suggérant un début d’ouverture. Encore celle-ci est-elle fragile : pour n’être pas constituée des mêmes hommes que sa devancière, la municipalité élue en 1790 est issue des mêmes milieux sociaux (5 officiers, dont le maire, 3 bourgeois, 1 marchand).

  • 82 Situation quelque peu différente dans les paroisses faubouriennes de Saint-Lubin et de Saint-Bienh (...)

88La concentration du pouvoir dans les mains des notables se constate à d’autres niveaux. Les analyses de Daniel Viaud la retrouvent dans les assemblées des paroisses centrales, Saint-Martin et la Madeleine82. Ainsi ne relève-t-on parmi les 7 fabriciers de la Madeleine des années 1788-1790 qu’un seul maître artisan (un tonnelier aisé) contre 2 marchands, 2 bourgeois et 1 officier.

  • 83 Guérin (L.), op. cit., tableau p. 124-125.
  • 84 Viaud (D.), « Société et fiscalité... », op. cit., donne p. 60 le prix des différentes maîtrises, (...)
  • 85 Viaud (D.), « Recherches sur la société vendômoise... », op. cit., p. 46.

89Dans les communautés de métier, l’enjeu, en ce qui concerne le pouvoir, est celui de l’accession à la maîtrise, qui donne le droit d’employer des compagnons, de participer à la gestion du métier, d’accéder aux assemblées d’habitants. En apparence, la compétition est ouverte, puisque, contrairement à ceux d’autres villes, les règlements des métiers vendômois n’imposent pas aux postulants non fils de maîtres des conditions sensiblement plus dures que celles demandées aux fils de maître pour accéder à la maîtrise une fois leur apprentissage terminé : une enquête de 1776 révèle que sur 11 métiers vendômois 8 prévoient des conditions strictement identiques pour les fils de maître et pour les autres postulants ; seuls trois d’entre eux (gantiers, traiteurs-rôtisseurs, apothicaires-ciriers-épiciers) avantagent les premiers, et encore ne le font-ils jamais dans des proportions considérables83. Mais le règlement n’est pas tout. Il faut encore, une fois l’admission accordée, régler le prix de la maîtrise, compris le plus souvent entre 50 et 200 livres84. Une telle somme n’est pas négligeable, et pour de simples compagnons souvent impossible à réunir. Cela explique que sur 23 accessions à la maîtrise retrouvées entre 1755 et 1771 6 seulement ne soient pas le fait de fils de maîtres85 : par ce biais, la hiérarchie des pouvoirs rejoint, ici encore, celle des fortunes.

  • 86 Viaud (D.), « Société et fiscalité... », op. cit., p. 53-55.
  • 87 Ainsi les Boutrais, les Desronzières, les Martellière, les Marganne, les Deschamps, les Méraux, et (...)
  • 88 Viaud (D.), « Société et fiscalité... », op. cit., observe p. 54 : « L’éventail couvre l’ensemble (...)
  • 89 On a raisonné ici à partir du cas des hommes. Mais des partages analogues s’observent du côté fémi (...)

90Cependant, les pratiques des contemporains peuvent introduire quelques nuances par rapport à cette hiérarchie des fortunes. C’est ce que montre bien l’usage des « avant-noms », mentionnés dans les rôles de taille. S’agissant des hommes, trois dénominations peuvent précéder le nom patronymique : celle de Monsieur, la plus prestigieuse, celle de le Sieur, encore honorable, celle de le nommé enfin, qui s’applique à tous les autres. Monsieur n’est employé que pour des privilégiés (nobles ou officiers de rang élevé), mais les privilégiés ne sont pas tous des Monsieur : cet avant-nom est donc bien celui des représentants des niveaux supérieurs de la société urbaine — quelques petites dizaines d’individus. L’usage de Sieur est plus répandu : 130 à 140 individus sur 1 100 chefs de famille hommes, soit 12 à 13 % de la société urbaine, indique Daniel Viaud86. Se retrouvent ici des marchands, des bourgeois, quelques boutiquiers même, mais surtout, et essentiellement, des membres de professions libérales, avocats, médecins, procureurs... Cette diversité ne doit cependant pas dissimuler une réelle cohérence : comme le souligne Daniel Viaud, la plupart de ces Sieurs appartiennent à quelques familles vendômoises dont les patronymes semblent caractériser leur milieu87. A la limite, peu importe que ces gens présentent des cotes fiscales très variables, qui reflètent de grandes différences de richesse (même si dans l’ensemble leur groupe apparaît en position favorable au sein de la société urbaine)88 : pour eux, l’avant-nom est « l’affirmation d’une position sociale », sans lien direct avec la richesse, face au reste de la population « qui n’est que le peuple ». Une compétence spécialisée, pour les membres des professions libérales, un genre de vie original en ce qui concerne les bourgeois, une notoriété particulière dans le monde de la marchandise, voire parfois de la boutique ou de l’artisanat, mais surtout l’appartenance à un réseau de quelques familles qui répondent à ces caractères et qui sont particulièrement bien enracinées dans la ville : tels apparaissent les principaux traits de ce groupe si caractéristique de la vie urbaine89.

D’UN QUARTIER A L’AUTRE

  • 90 Renseignements tirés de Viaud (D.), « Société et fiscalité... », op. cit., p. 44-45.
  • 91 Cf. supra, n. 2, p. 135.

91Lorsqu’on passe des hiérarchies verticales aux distributions horizontales, trois ensembles se distinguent nettement à l’intérieur de l’espace vendômois au xviiie siècle. En premier lieu, la cité enclose, soit une bonne vingtaine d’hectares, entourée de murs (du reste bien délabrés) au pied du château, lui-même enclos et installé sur le coteau qui la domine au sud. Contigus à cet espace auquel on n’accède que par des portes, des faubourgs : le développement de ceux du sud, les plus anciens — Saint-Lubin, Saint-Bienheuré, la rue de la Grève —, est limité par les contraintes très fortes du relief ; à ceux du nord au contraire — Arrière-Fossés, Saint-Michel, faubourg Chartrain —, l’espace n’est pas mesuré. Nettement plus loin enfin, des écarts, installés soit dans les varennes de la vallée (la Varenne, la Croix-Briffault), soit sur les coteaux qui la dominent, au nord (Courtiras, la Fosse, la Tuilerie) ou au sud (le Temple, la Chappe, Bois-la-Barbe). Les rôles fiscaux de 1789 permettent de préciser la répartition de la population vendômoise entre ces trois ensembles : les murailles de la ville en enferment 45 %, les faubourgs en rassemblent 35 % et les écarts enfin 20 %90. Toutes les catégories de la population urbaine — gens à activité rurale exceptés — coexistent dans la cité enclose. Dans les faubourgs, si les notables se font rares, la plupart des autres catégories à activité de type urbain sont représentées, auxquelles se mêlent un certain nombre de ruraux. Ces derniers dominent naturellement sans partage les écarts. Du point de vue de la richesse (considérée sous l’angle fiscal), la ville enclose apparaît en meilleure position, moins d’ailleurs en raison de la taille moyenne payée par ses habitants — son avantage sur ce plan n’est pas décisif — qu’à cause de la présence de nombreux privilégiés. En ce qui concerne les autres zones, il est moins certain que les faubourgs devancent les écarts. Mais dans l’esprit des habitants de la ville enclose, il est clair que cette dernière précède les faubourgs, et que le citadin a le pas sur le rural, comme le montre la manière dont sont rédigés les procès-verbaux précités91.

Plan de Vendôme au xviie siècle
Source : Histoire de Vendôme et du Vendômois, sous la direction de Paul Wagret, Toulouse, Privat, 1984.

  • 92 Sur cet urbanisme original, Vendôme, l’architecture d’un centre ville, ministère de l’Environnemen (...)

92Attardons-nous donc sur ce qui pour les contemporains est à proprement parler la ville, soit l’espace enclos et les proches faubourgs (plan, p. 139). A l’intérieur de ses murailles, la ville présente un urbanisme relativement original, commandé par le quadrillage des rues (deux axes méridiens — rue Poterie et rue du Change — sur lesquels viennent se greffer de nombreuses voies orientées de l’est à l’ouest) et par le fait que le Loir se divise en de très nombreux bras : deux d’entre eux enserrent la ville au nord et au sud, les autres la traversent de l’est à l’ouest. Dans ces conditions, le parcellaire urbain s’est organisé en étroites lanières disposées de telle sorte que chaque maison a accès à la fois à la rue (sur le devant) et à un bras du Loir (sur l’arrière)92. Les bras du Loir jouent en effet un grand rôle dans la vie vendômoise : ils animent les moulins et ils permettent l’arrosage des légumes, la pêche aux écrevisses, voire la baignade, et aussi, comme en témoignent de nombreux lavoirs, l’entretien du linge.

93Ce schéma n’exclut cependant pas d’importants contrastes au sein de la ville. Parmi eux, il faut s’arrêter sur celui qui oppose zones construites et espaces non bâtis. Les places sont moins en cause ici (elles ne sont pas très étendues) que les cours et les jardins des établissements religieux. Outre les prés considérables qu’elle possède en dehors des murailles de la ville (Grands Prés et Petits Prés), l’abbaye de la Trinité a établi à l’intérieur même de la cité, lors de sa réforme au xviie siècle, un grand jardin. Au cœur de Vendôme, ce sont les Oratoriens qui disposent d’un vaste terrain, grâce auquel ils jouissent eux aussi d’un imposant jardin, même après l’édification de nouveaux bâtiments à la fin du xviiie siècle, quand leur établissement est promu Ecole royale militaire. Avec l’emprise de l’Hôtel-Dieu et celle des Cordeliers, c’est une part notable du sol urbain qui se trouve ainsi soustraite à la résidence des citadins. Ces considérations rendent assez vain le calcul d’une densité urbaine : les 561 feux que compte en 1789 la ville intra-muros représentent en moyenne 26 feux soit environ 120 habitants à l’hectare. Mais compte tenu de l’emprise foncière des communautés religieuses (de l’ordre de 30 à 40 % du sol), le taux d’occupation est en réalité sensiblement plus fort.

94Le paysage urbain se transforme assez peu au xviiie siècle. La ville ne connaît guère de préoccupations d’urbanisme, hormis peut-être l’aménagement du mail en 1757 — et le pan de bois continue à y tenir une grande place. Ces permanences s’accordent assez bien avec la stabilité de la population vendômoise. Cependant, des chantiers s’ouvrent dans la ville, qui ne sont pas dépourvus de signification sociale. Les plus spectaculaires sont le fait des communautés religieuses, Bénédictins de la Trinité qui ont fait édifier de 1732 à 1742 une belle façade le long des dortoirs de leur abbaye, et Oratoriens qui agrandissent, comme on l’a dit, leur établissement pendant le règne de Louis XVI. En ce qui concerne les notables, les hôtels nobles installés à proximité des bras intérieurs du Loir sont largement hérités des siècles précédents. Mais l’hôtel particulier qu’habite à la fin de l’Ancien Régime le receveur des tailles Le Tessier de la Bersière, près de l’église Saint-Martin, n’a pas trente ans. Et les belles demeures des officiers du bailliage, rue Guesnault, sont également récentes. Ces constructions, que singularisent leur matériau — la pierre et non plus le pan de bois — et leur conformité aux modes architecturales du xviiie siècle, témoignent du dynamisme de toute une catégorie sociale.

  • 93 Viaud (D.), « Recherches sur la société vendômoise... », op. cit., p. 43. C’est à cet article auss (...)

95Elles participent donc des contrastes qui se font jour entre Vendômois en matière d’habitat au xviiie siècle. Daniel Viaud retrouve ces contrastes à partir des inventaires après décès. Ainsi le compagnon gantier Pierre Loiseau occupe-t-il en 1788 avec sa femme et deux enfants mineurs une simple chambre rue de la Grève, dans laquelle il ne se trouve que pour 167 livres de meubles, linge et vaisselle (dont 75 livres pour le seul lit), le tout grevé de 48 livres de dettes. A quelques centaines de mètres de là, l’hôtel de Le Tessier de la Bersière compte 8 chambres décorées de glaces, tableaux et boiseries peintes, 3 salles communes, 1 cuisine, 2 offices, 2 bureaux, 1 orangerie ; dans ce cadre se découvrent les multiples signes d’une existence raffinée : argenterie, soie et velours d’Utrecht des fauteuils et des bergères, poêles de faïence, épinette, vin vieux, café, volière, cabriolet et chaise à porteurs : au total, 16 000 livres. Situations extrêmes sans aucun doute, entre lesquelles il y a place pour des niveaux intermédiaires, dont les inventaires permettent aussi d’approcher les réalités les plus concrètes. Plutôt que de multiplier les descriptions qui disent le raffinement du cadre de vie de certains notables, mais souvent aussi la précarité de bien des existences citadines, y compris d’artisans et de boutiquiers qui ne comptent pas parmi les habitants les plus pauvres, on a choisi de reprendre la présentation plus synthétique des genres de vie urbains établie par Daniel Viaud à partir des trois critères de la taille du logement, de la présence ou non d’armoire, et de la présence ou non de vaisselle d’étain ou d’argent (tableau ci-dessous)93.

96Ce tableau confirme la double hiérarchie dégagée déjà par l’examen des contrats de mariage : celle de la richesse globale ; mais celle aussi qui, à niveau de richesse comparable (artisans et laboureurs, compagnons et vignerons), place les milieux proprement citadins en meilleure position que ceux qui se rattachent au monde rural. Le raffinement du cadre matériel d’une existence est certes d’abord commandé par la richesse. Mais le fait d’habiter la ville a indiscutablement dans ce domaine un effet de renforcement.

  • 94 Indications tirées de Trémaut (A. de), « L’assistance publique dans la ville de Vendôme, avant 178 (...)
  • 95 Viaud (D.), « Société et fiscalité... », op. cit., tableau p. 56, et plan p. 58.

97Les hiérarchies qui se dessinent ainsi aussi bien en termes de niveau de fortune que sur le plan des genres de vie renvoient à des distances sociales. Tout indique que ces distances sont grandes en milieu urbain. Mais la ville où ces distances se manifestent est elle-même d’étendue modeste : une bonne vingtaine d’hectares pour la cité enclose, pas plus du double pour l’ensemble de l’espace proprement urbanisé. En outre, elle ne connaît pas de véritable ségrégation géographique. Sans doute certaines rues sont-elles socialement plus marquées, comme la rue Guesnault avec les résidences des officiers du bailliage, ou la rue Ferme, qui est celle des chanoines. De même la paroisse Saint-Martín passe-t-elle pour plus huppée que celle de la Madeleine ; à la fin du xviiie siècle, elle compte en tout cas moins de pauvres : 16 % des pauvres de Vendôme pour 31 % des feux, alors que la Madeleine en rassemble 55 %, pour seulement 43 % de la population94. Mais les statistiques que permettent les rôles de taille ne mettent pas en évidence de coupure décisive, et même si la cote moyenne varie d’une rue à l’autre95, il est permis d’affirmer que partout voisinent pauvres chambres et riches hôtels. C’est pourquoi dans la rue vendômoise tout le monde se croise et dans une certaine mesure se connaît. Cela ne veut certes pas dire que tout le monde se fréquente. Mais cela signifie qu’à Vendôme comme habituellement dans la ville d’Ancien Régime, il existe à la fois de grandes distances sociales et une grande proximité géographique, et que les barrières psychologiques qui peuvent séparer des gens que tout dans leur genre de vie différencie s’établissent sur un fond de voisinage physique qui s’impose à chaque instant de la vie sociale de la cité.

LA VILLE DOMINANTE

98L’existence de la ville ne peut se comprendre indépendamment de celle des campagnes environnantes. Des relations multiples, indispensables à l’une comme aux autres se développent sans cesse entre ces deux milieux. Pierre Bordier, le fermier de Lancé déjà évoqué, loue — son inventaire après décès le révèle — une écurie à Vendôme (située à environ trois lieues de sa paroisse) : le fait atteste la fréquence de ses déplacements à la ville. Mais il est significatif que dans ces contacts ce soit lui, le rural, qui se déplace. Ce constat rappelle que la relation ville-campagne n’est pas égalitaire : la ville y est en position dominante.

  • 96 Cf. les registres paroissiaux de la Madeleine (archives municipales de Vendôme), où sont baptisés (...)
  • 97 Dans les registres paroissiaux (AD 41, sous-série 4E), exemples d’enfants de Vendôme mis en nourri (...)

99Ainsi est-ce à la ville que sont implantés les pouvoirs administratifs et judiciaires qui s’exercent sur les terroirs environnants — même si en l’occurrence la ville n’est que le relais d’autorités plus lointaines dont elle subit également la domination. Concrètement, c’est donc à la ville que se traitent de nombreuses affaires intéressant les ruraux, aux audiences du bailliage, au grenier à sel, chez le subdélégué, dans le bureau du contrôle, voire dans les études des notaires citadins, dont la clientèle est en partie campagnarde. Sur le plan démographique, la ville accueille certes les enfants abandonnés : les siens, et aussi ceux qu’on est venu y déposer de la campagne96. Mais elle demande aux nourrices des paroisses du plat pays d’élever ses propres enfants, comme de nombreux indices l’attestent pour plusieurs villes de la région — et pas seulement Vendôme —, sans cependant permettre de quantifier le phénomène97. Economiquement, la ville se réserve, on le sait, la production de certains biens, ceux pour l’essentiel auxquels s’attache une qualité particulière, que ne peuvent assurer les artisans ruraux. Surtout, à travers ses foires et ses marchés, elle cristallise les échanges de la région. En retour elle demande à cette dernière son ravitaillement en denrées comestibles et en bois. Elle recourt, pour assurer certaines de ses productions, à une main-d’œuvre rurale (ainsi dans la ganterie), mais ses bras peuvent à l’occasion trouver à s’employer dans les campagnes voisines au moment des grands travaux agricoles, moisson et surtout vendanges : ce comportement est naturellement le fait de ses habitants les plus modestes, mais les citadins les plus notables intègrent aussi la campagne à l’horizon concret de leur existence, à travers notamment une présence périodique effective dans les closeries installées sur les coteaux qui entourent la ville, soit dans les paroisses voisines, soit même dans les écarts de Vendôme, comme Courtiras. Enfin, la ville affirme sa supériorité sur les ruraux par toutes ses richesses. Richesse en hommes d’abord — ses habitants, mais aussi ses visiteurs —, qui signifie sociabilité plus développée, grâce à des contacts multipliés, et qui permet, en matière de spectacles, de processions ou de pèlerinages, des manifestations de plus grande ampleur. Richesse matérielle, sans laquelle ne se concevraient ni la réalité même de la ville, avec son patrimoine architectural et ses équipements collectifs (du pavage des rues à la sécurité nocturne qu’assurent ses murailles et la fermeture de ses portes), ni le raffinement de l’existence de ses plus riches habitants, ni la présence d’institutions culturelles telles que le collège : en bref, une richesse matérielle qui est le fondement même d’une civilisation urbaine proposée comme modèle par la ville et ressentie comme telle par les ruraux, quand bien même elle n’est pas toujours consciemment et délibérément imitée.

100Mais — et c’est ici que se retrouve la nature profondément inégalitaire de la relation ville-campagne — les richesses sur lesquelles la ville fonde sa réussite proviennent pour une large part des campagnes environnantes. De ce point de vue, le Vendômois vérifie le schéma classique valant dans l’ensemble de l’ancienne France. D’un côté, et c’est ce qui vient d’être évoqué, la ville dominante et acculturante, organisatrice du terroir qu’elle contrôle. De l’autre, contrepartie qu’il faut maintenant considérer, des campagnes qui nourrissent la ville, au sens propre à travers la production agricole, et au sens figuré, avec les prélèvements qui y sont effectués, et dont une bonne part prend le chemin.

  • 98 Calculs effectués selon les principes indiqués n. 1, p. 132.

101Sans doute faut-il distinguer ici selon les prélèvements. En ce qui concerne l’impôt royal, la ville n’est qu’en position d’intermédiaire dans un prélèvement qui ne lui est pas destiné. Elle tire cependant son épingle du jeu, dans la mesure où elle est sensiblement moins imposée que le reste de la région : en 1789, la taille moyenne par habitant, calculée sur la base du seul principal, n’est que de 1,77 livre à Vendôme (et 3 livres à Montoire), contre 4,01 livres dans l’ensemble des paroisses rurales98.

  • 99 Viaud (D.), « Recherches sur la société vendômoise... », op. cit., p. 37-41.

102L’avantage de la ville est beaucoup plus clair pour les autres prélèvements, dans la mesure où ceux-ci profitent surtout à des citadins (quand du moins ils ne quittent pas la région, comme c’est le cas pour ceux qui sont destinés à des seigneurs ou à des propriétaires extérieurs au Vendômois) : beaucoup de dîmes sont aux mains des principales communautés religieuses implantées dans la ville, beaucoup de seigneurs ou de propriétaires de la région habitent Vendôme. Ce qu’il faut considérer à partir de ce constat, et au-delà de la relation inégalitaire entre ville et campagne qu’il confirme, c’est comment se répartit au sein de la société urbaine le bénéfice de cette domination. Les analyses précédentes ont souligné l’avantage du clergé régulier (pour la dîme) et de la noblesse (pour ce qui est du prélèvement seigneurial). On s’attachera donc ici à la propriété et au prélèvement foncier. Sur ce point, les conclusions des recherches de Daniel Viaud pour la période 1786-1790 sont très claires99. Elles révèlent que près de 86 % des bailleurs de terre citadins rencontrés relèvent des catégories supérieures de la population urbaine — nobles et officiers, clercs et communautés religieuses, marchands et bourgeois —, lesquelles ne représentent pourtant que 27 % de son effectif global : la liste des bailleurs compte 15 noms de conseillers, 20 de procureurs, 12 de chanoines, 35 de marchands, 12 de bourgeois ; et les communautés religieuses de la ville y apparaissent fréquemment : 10 fois pour l’Oratoire et le Calvaire, 6 fois pour le chapitre Saint-Georges. A l’intérieur de cet ensemble, toutefois, des nuances existent. Pour les préciser, on peut confronter la part de chaque catégorie sociale au sein de la population urbaine avec la proportion de baux qu’elle concède. Une telle analyse révèle la position très favorable des clercs, considérés tant individuellement qu’à travers leurs communautés (21,7 % des baux pour 2 % de la population, soit un rapport R de 10,85). Derrière figurent, en position voisine, les nobles (R = 2,87) et les officiers (R = 2,56). Plus loin encore, les bourgeois (R = 1,37) et les marchands (R = 1,20).

103Cette hiérarchie est celle des situations acquises, de longue date souvent, surtout pour les catégories les plus favorisées — clergé et noblesse. Mais à partir de l’étude des achats de terre et de vigne réalisés dans les études vendômoises à la même époque, Daniel Viaud peut démontrer que les groupes sociaux les plus nantis en terre ne sont pas ceux qui en acquièrent le plus à la fin du xviiie siècle. Nobles et clercs ne réalisent que 16,8 % des achats, alors que les officiers en effectuent 28,3 %, et l’ensemble des marchands et bourgeois 18,6 %. Ce qui en termes de rapport donne une hiérarchie assez différente de celle des baux : le clergé demeure certes en tête, mais moins nettement (R = 6,55) et essentiellement en raison de la politique d’achats pratiquée alors par les Oratoriens, dont le comportement diffère notablement de celui des autres communautés ; mais derrière, ce sont les officiers qui manifestent le plus grand dynamisme (R =3,14), et sur ce plan ils surclassent nettement les nobles (R = l,23), lesquels sont précédés même par les marchands et les bourgeois (R = 1,43). C’est à partir d’un tel constat que Daniel Viaud conclut à une opposition entre la richesse foncière ancienne des nobles et du clergé et le dynamisme conquérant des bourgeois et plus encore des officiers. Mais il convient à sa suite de corriger quelque peu ces contrastes en observant que dans ce domaine « aucune limite n’est bien nette » : on verra bientôt que les principaux officiers vendômois — ceux du bailliage et de l’élection — viennent du monde de la marchandise, et qu’ils aspirent à la noblesse, à laquelle du reste certains d’entre eux finissent par accéder.

104Ces nuances internes au monde des notables ne remettent pas en cause l’essentiel, à savoir le fait que si la ville domine les campagnes environnantes c’est aux couches supérieures de sa population, et à peu près exclusivement à elles, qu’elle le doit. Encore dans son approche de la propriété vendômoise Daniel Viaud s’en est-il tenu à une statistique de baux, en renonçant à prendre en compte leur valeur, dans la mesure où celle-ci est exprimée de manière trop hétérogène (en argent, en nature, à moitié). Mais si cette valeur avait pu être comptabilisée, l’avantage des notables apparaîtrait plus écrasant encore : leurs baux portent en effet sur de belles métairies dispersées à travers l’ensemble du Vendômois, et qui se louent plusieurs centaines de livres, ou plusieurs dizaines de septiers de blé ; les baux concédés par les représentants des couches inférieures de la population urbaine — boutiquiers et artisans et plus encore vignerons et compagnons — portent au contraire sur de petites parcelles, souvent plus proches, et de rapport évidemment bien moindre.

105Ainsi se trouve confirmé sur tous les plans — apport au mariage, inventaires après décès, considération, autorité, genre de vie, propriété foncière — l’avantage des notables urbains, minorité d’une minorité, au sein de la société provinciale. Dans leurs mains se concentrent avoir, pouvoir et aussi, on le verra, savoir, à travers une culture à laquelle le reste de la population n’accède pas, du moins pas directement. Ce monde de nobles et d’officiers, de chanoines, de bourgeois et de marchands n’est sans doute pas homogène : des partages le traversent, des hiérarchies l’organisent, des dynamiques l’animent. Mais la distance qui le sépare du reste de la population urbaine et plus largement provinciale, l’autorité qu’il exerce sur elle, matériellement et mentalement, et l’idéal social qu’il représente contribuent à nettement le distinguer.

Notes

1 AD 41, registres du contrôle, bureau de Vendôme, 2C 1164 à 2C 1170 pour les années 1728-1730, 2C 1230 à 2C 1233 pour les années 1782-1784.

2 Viaud (D.), « Recherches sur la société vendômoise à la fin de l’Ancien Régime, familles, pouvoirs, richesses et stratifications sociales », SAV, 1981, p. 36-51.

3 Ces rôles sont conservés aux AD 41, C 222 et C 226. Les rôles perdus sont ceux de Boursay, Boisseau, Champigny, Coulommiers, Lancôme, Landes, Le Sentier, Monthodon, Prunay, Rhodon, Saint-Amand, Saint-Firmin et Savigny.

4 Précisons qu’on raisonnera à partir du seul principal de taille. Pour le contribuable, ce dernier se complète de la capitation et des accessoires, dont la somme excède son montant de 10 à 15 %, si bien qu’un principal de taille de 40 livres correspond en réalité à une imposition globale d’environ 85 livres. Mais compte tenu de la proportionnalité existant entre ces différents éléments, la seule prise en compte du principal de taille est suffisante dans la perspective d’analyse sociale retenue ici.

5 Cela se vérifie dans la plupart des paroisses : à Choue, où les veuves acquittent en moyenne 19 livres, contre 20,6 pour l’ensemble des cotes, à Authon (15,6 contre 21,8), à Lancé (18,9 contre 26,7), à Villiers (11,6 contre 13,4), etc. Seule la présence de quelques veuves très imposées peut inverser cette tendance : ainsi à Selommes, où l’avance des veuves (70,4 livres contre 31,7) tient à la présence d’une veuve acquittant 335 livres, plus haute cote rencontrée dans tous les rôles dépouillés.

6 Les paysans représentent au moins 63 % des cotes à Lancé, 64 % à Choue, 65 % à Authon, 69 % à Villiers, 71 % à Lunay.

7 Ils mentionnent aussi des fermiers et des laboureurs-fermiers, qui ont été comptabilisés avec les laboureurs.

8 Bois (P.), op. cit., p. 189-192.

9 Liste de ces assemblées dans la Table alphabétique... des paroisses de Daniel Jousse, 1735. Ce problème des assemblées sera repris chap. 5.

10 Martellière (P.), op. cit., art. « Soister ».

11 On raisonnera ici sur les paroisses les plus caractéristiques du vignoble, celles de Naveil et de Villiers.

12 Sur ce point, se reporter n. 2, p. 71.

13 Moyenne des cotes des meuniers de Vendôme tirée de Viaud (D.), « Société et fiscalité à Vendôme à la fin de l’Ancien Régime », SAV, 1976, p. 43-61. Naturellement, à la ville comme à la campagne, la taille ne frappe que les exploitants de moulin, et non leurs commis qui par rapport à eux sont dans la position de domestiques.

14 MartelliÈre (J.) et Nouel (E.), op. cit., n. 1, p. 26.

15 AD 41, sous-série 3E, étude 15.

16 On le fera à partir des rôles de taille (qui mentionnent membres et syndics) pour les paroisses de Beauce et du vignoble, et de 17 procès-verbaux de désignation d’assemblée municipale pour l’année 1787, pour le Perche (AD 41, IC 32).

17 Il n’existe apparemment pas de communautés dans les paroisses dont les rôles sont perdus. L’abbaye de la Virginité était tenue par des Cisterciennes, celles de l’Etoile et de Saint-Georges par des Prémontrés (cette dernière depuis 1725).

18 Sur cette propriété foncière, Saint-Venant (R. de), Dictionnaire..., notices des communautés concernées.

19 Comptent deux nobles les paroisses d’Ambloy, de Danzé, de La Ville-aux-Clercs, de Crucheray et d’Huisseau ; on en trouve trois à Authon, à Mazangé et à Saint-Ouen, et quatre à Azé et à Lunay.

20 Pour 1 000 habitants, on compte en moyenne 1,26 mention de noble en Beauce, contre 1,54 dans la vallée, 1,62 dans le Perche et 2,35 dans la Gâtine ; pour 100 km2, ces taux sont respectivement de 2,67 en Beauce, 4,28 dans le Perche, 6,59 dans la Gâtine et 7,10 dans la vallée.

21 Saint-Venant (R. de), Dictionnaire, articles « Alleray », « Bouchet-Touteville », « Jousselinière », « Rocheux », etc.

22 Saint-Venant (R. de), « Les seigneurs de Renay, Champlain et Chêne-Carré », SAV, 1895 et 1896, notation figurant dans SAV, 1896, p. 36.

23 Selon Saint-Venant (R. de), Dictionnaire, la seigneurie de Saint-Agil est vendue 60000 livres en 1726, celle de Villeromain 44000 livres en 1740, celle de Montoire 310000 livres en 1743, celle du Plessis-Fortia 175 300 livres en 1755.

24 Saint-Venant (R. de), Dictionnaire, articles « Saint-Jean-Froidmentel », « Saint-Jacques-des-Guérets » et « Rocé ». Voir aussi aux articles « Naveil » et « Villiers » comment les Rochambeau, déjà seigneurs de Thoré, s’imposent progressivement dans ces paroisses.

25 Sur ces sources, n. 2, p. 26, et Saint-Venant (R. de), Dictionnaire.

26 Ce calcul s’entend comme les suivants dans le cadre du seul Vendômois, et ne dent pas compte des seigneuries éventuellement détenues à l’extérieur de la région.

27 Vérification possible dans La Roque et Barthélemy, Catalogue des gentilshommes de l’Orléanais, Blaisois, Beauce et Vendômois qui ont pris part aux assemblées de la noblesse pour l’élection des députés aux Etats Généraux de 1789, Paris, 1864 ; et dans le rôle de la capitation de la noblesse de l’élection de Vendôme pour l’année 1789, AD 41, C 259.

28 Indications biographiques tirées de Saint-Venant (R. de), Dictionnaire.

29 Rôle de la capitation de la noblesse, AD 41, C 259.

30 Sur ces transformations, Saint-Venant, Dictionnaire, et Sejournet (J.), « Le Plessis-Fortia à Huisseau-en-Beauce », SAV, 1982, p. 46-55.

31 Notamment au Plessis-Fortia, où le jardin à la française est remplacé fin xviiie siècle par un jardin d’apparence « naturelle » ; voir Sejournet (J.), op. cit., p. 51.

32 Saint-Venant (R. de), Dictionnaire, dont sont également tirées les indications sur les châteaux qui suivent.

33 Comme la Cour de Souday, aux mains des Courtarvel, seigneurs de Boursay, ou Courtenvau à Bessé, dans le Maine, qui appartient aux Montesquiou, seigneurs de Bonnevau.

34 Saint-Venant (R. de), Dictionnaire, articles « Plessis-Fortia », « Montoire », « Fréteval » ; Métais (abbé C), « Les nouveaux mariés de Villavard », Etudes et documents, IV, 1891-1894, p. 171-176.

35 En effet, les affaires de coups et disputes ne représentent que 1 % des dossiers.

36 Un sondage dans les dossiers de la justice de Montoire en 1732 révèle de nombreuses affaires de ce type (16 janvier, 23 avril, 7 et 14 mai, 11 juin, 2 juillet..., parfois plusieurs affaires par audience). Dans ces conditions, est-il abusif de parler de réaction seigneuriale de la part de Desnoyers de l’Orme, alors seigneur de Montoire ?

37 Exemples dans Saint-Venant (R. de), Dictionnaire, articles « Ambloy », « Baillou », « Bouffry », « Boursay », etc.

38 Métais (abbé C), Les petites écoles à Vendôme et dans le Vendômois, Vendôme, 1886.

39 Sur ces exemples, Saint-Venant (R. de), Dictionnaire, et Mémoire de Salmon du Châtellier, cité n. 2, p. 28.

40 Brisset (abbé P.), Histoire de Montoire, Montoire, 1936, t. I, p. 269.

41 Sur tous ces changements de noms, Saint-Venant (R. de), Dictionnaire, articles correspondant aux paroisses et aux domaines cités.

42 Exemples dans Saint-Venant (R. de), Dictionnaire, art. « Ambloy », « Périgny », « Les Hayes », etc.

43 Matrices de la contribution foncière de 1791 de Villeromain et de Choue, AD 41, dépôts de ces communes ; de la contribution foncière de 1819 de Villiers, archives municipales de Villiers. La correction concernant les biens nationaux a été faite d’après AD 41, Q 233 et Q 1399 à Q 1402.

44 Lesueur (F.) et Cauchie (Α.), op. cit., t. I, p. 563.

45 Les principales sont celles du prieuré de Choue, et de quelques communautés extérieures à la paroisse (Saint-Avit de Châteaudun, Saint-Vincent du Mans, Ursulines de Vendôme).

46 En 1787, dans 17 paroisses du Perche, seuls 50 % des membres de municipalités villageoises notés explicitement comme paysans (laboureurs, fermiers, bordagers) acquittent un vingtième ; ce qui signifie que les autres sont démunis de toute propriété — et pourtant, les paysans désignés comme membres ne sont pas les plus pauvres de la catégorie (AD 41, IC 32).

47 En 1782-1784, par rapport à l’ensemble des actes de partage et d’inventaire, les seuls partages représentent 91 % du total à Villiers, 78 % à Mazangé et 58 % à Thoré, dans le vignoble, contre 0 % à La Ville-aux-Clercs, dans le Perche forestier, et 17 % à Selommes, en Beauce (AD 41, 2C 1230 à 2C 1233).

48 Sur ce point, Le Roy Ladurie (E.), Histoire de la France rurale, Paris, 1975, t. 2, notamment p. 418-428.

49 Géographie établie à partir des données du registre de la contribution foncière pour l’an IX, AD 41, série Ρ non cotée.

50 Arnould (J.), op. cit., p. 79.

51 Cité par Arnould (J.), op. cit., p. 80 : « Le fermier général était un intermédiaire onéreux entre le propriétaire du domaine et le paysan. Il tirait de la terre un grand profit aux dépens de ce dernier ; il connaissait mieux que le noble ou l’abbé, qui du reste n’habitaient pas le pays, la valeur de leur terre, les affermait avantageusement, savait mieux vendre ses grains et ses bestiaux s’il en avait le métayage ».

52 Indications tirées des archives notariales de Lancé (AD 41, étude 15), et du rôle de taille de cette paroisse pour l’année 1789.

53 AD 41, Q 233.

54 Brisset (P.), « La famille Le Clerc de Villedieu en Beauce », SAV, 1914, 1915, 1916, 1917, 1918.

55 Registres de déclarations de défrichement, AD 41, 4B 118 à 4B 120.

56 Jacques Chartier, fermier général de la terre de Drouilly aux Hayes en 1766 (et greffier en chef du grenier à sel de Montoire) ; François Menard, régisseur de la terre d’Authon (prédécesseur de François Roch) ; René-Claude Chevé, fermier général du prieuré de la Hubaudière à Prunay en 1771 ; François Forton dit Jamain, régisseur de l’abbaye de Saint-Georges à Saint-Pierre-du-Bois ; Jean-Baptiste Rouillon et Lubin Foucher, régisseurs de la terre du Plessis [Forda], respectivement en 1775 et 1782.

57 Goubert (P.), dans Histoire économique et sociale de la France, Paris, 1970, t. II, p. 147 (voir aussi p. 149).

58 Saint-Venant (R. de), Dictionnaire, donne de nombreux exemples de gros décimateurs extérieurs à la paroisse : ainsi à Authon, Azé, Brévainville, Busloup, Celle, Choue, Coulommiers, Nourray, etc. Beaucoup plus rares sont les cas où il signale que le curé de la paroisse est le gros décimateur, comme à Bouffry ou à La Cha-pelle-Enchérie.

59 Indications sur la dîme tirées de Lesueur (F.) et Cauchie (Α.), op. cit. Sur la notion de gerbe, Leeebvre (G.), Etudes orléanaises, Paris, 1962, t. I, p. 58.

60 Arnould (J.), op. cit.

61 Par exemple, à la métairie de la Rossignolière, à Rocé, qui appartient à l’Oratoire, le fermier « Algrin, après avoir semé les blés en 1748 vint déclarer qu’il était hors d’état de faire valoir une ferme, que non seulement il n’avait pas de quoi payer l’année 1747 mais encore qu’il ne sçavoit pas comment il pourrait subsister en restant dans la ferme. Il la quitta peu de temps après, renvoia les clefs et se mit en condition. Une année se passa sans pouvoir trouver de fermier... » (AD 41, 41 H 53).

62 Calculs effectués à partir des titres de la Trinité (AD 41, 21H 28) pour Libois, de l’Oratoire (AD 41, 41H 53) pour l’Aumône, du Calvaire (AD 41, 48H 3) pour la Guignonnerie et de Saint-Venant (R. de), Dictionnaire, article « Bouchet-Touteville », pour le Bouez.

63 Salmon du Châtellier, op. cit., n. 2, p. 28. Pendant l’année 1780, seulement 26 % des baux contrôlés au bureau de Mondoubleau sont des baux à moitié (AD 41, registres du contrôle, bureau de Mondoubleau, 2C 576 et 2C 577).

64 Indications sur les droits seigneuriaux tirées de Lesueur (F.) et Cauchie (Α.), op. cit.

65 Arnould (J.), op. cit.

66 Exemple déjà cité de René Levieuge à Ambloy. Autre exemple dans Viaud (D.), « Un domaine rural en Vendômois : la Blotinière, paroisse de Lunay », AHRF, 1978, n° 1, p. 20 34.

67 Bois (P.), op. cit., p. 160-179.

68 Saint-Venant (R. de), Dictionnaire, article « Bouchet-Touteville ».

69 Pour la terre de Renay, Saint-Venant (R. de), « Les seigneurs de Renay... », op. cit. (annexe) ; pour le prieuré de La Chapelle-Vicomtesse, Saint-Venant (R. de), Dictionnaire, article « La Chapelle-Vicomtesse ».

70 Si ce n’est pour souligner que la diffusion de la propriété paysanne ne peut ici qu’atténuer la charge du prélèvement subi par les viticulteurs.

71 Calculs effectués à partir des rôles de taille de 1789 (AD 41, C 259) et des évaluations de récolte établies dans le précédent chapitre.

72 Calcul effectué à partir des données de AD 41, L 505, pour les vingtièmes, et AD 41, L 562, pour les impôts indirects.

73 Viaud (D.), « Société et fiscalité... », op. cit. Le rôle de taille de la ville pour l’année 1789 est conservé aux AD 41, cote C 25.

74 AD 41, C 259.

75 Indications d’effectifs des communautés de la ville dans Saint-Venant (R. de), Dictionnaire, article « Vendôme ». Le total de 150 est un maximum.

76 Le total de 6 050 individus auquel on aboutit ainsi a pour lui d’être très vraisemblable. Il est certes inférieur à l’effectif de 7 053 habitants porté sur les Tableaux de mendicité de 1790 (AD 41, L 417) ; mais ce dernier a de fortes chances d’être surévalué, pour d’évidentes raisons.

77 Viaud (D.), « Société et fiscalité... », op. cit., p. 48. Les feux féminins ont été ventilés entre toutes les catégories sociales, ceux de pauvres l’ont été seulement entre artisans, compagnons et ruraux (laboureurs exceptés).

78 Pour les sources de ces calculs, se reporter n. 1, p. 98 et n. 1, p. 101.

79 Procès-verbaux tirés des registres de délibérations municipales de Vendôme, Archives municipales de Vendôme, 1759 et 1769.

80 Sont en effet successivement mentionnées les paroisses Saint-Martin (entièrement intra-muros), la Madeleine (partie intra-muros, partie extra-muros), Saint-Lubin et Saint-Bienheuré (entièrement extra-muros).

81 Viaud (D.), « Recherches sur la société vendômoise... », op. cit., p. 45. Sur les offices municipaux, Trémault (A. de), Histoire municipale de Vendôme avant 1789, Vendôme, 1904.

82 Situation quelque peu différente dans les paroisses faubouriennes de Saint-Lubin et de Saint-Bienheuré, où les notables sont beaucoup moins nombreux.

83 Guérin (L.), op. cit., tableau p. 124-125.

84 Viaud (D.), « Société et fiscalité... », op. cit., donne p. 60 le prix des différentes maîtrises, tel qu’il s’établit après la réorganisation consécutive à un édit d’avril 1777.

85 Viaud (D.), « Recherches sur la société vendômoise... », op. cit., p. 46.

86 Viaud (D.), « Société et fiscalité... », op. cit., p. 53-55.

87 Ainsi les Boutrais, les Desronzières, les Martellière, les Marganne, les Deschamps, les Méraux, etc.

88 Viaud (D.), « Société et fiscalité... », op. cit., observe p. 54 : « L’éventail couvre l’ensemble des cotes d’imposition [...] (de 2 livres à 105 livres et même 4 pauvres) : 30 % sont à moins de 10 livres, 30 % entre 10 et 20 livres ; 30 % entre 20 et 40 livres ». Rappelons cependant que ces proportions sont très décalées par rapport à l’ensemble de la population, dont la cote moyenne n’est que de 9 livres.

89 On a raisonné ici à partir du cas des hommes. Mais des partages analogues s’observent du côté féminin. Chez les épouses, l’avant-nom Madame occupe le sommet de la hiérarchie, précédant celui de Dame Veuve. Chez les filles, Demoiselle distingue par rapport au simple fille. Sur ce point, Viaud (D.), « Société et fiscalité... », op. cit., p. 54-55.

90 Renseignements tirés de Viaud (D.), « Société et fiscalité... », op. cit., p. 44-45.

91 Cf. supra, n. 2, p. 135.

92 Sur cet urbanisme original, Vendôme, l’architecture d’un centre ville, ministère de l’Environnement et du Cadre de vie, ville de Vendôme, s.d. (années 1980) : « Le bâti se presse de façon continue, le long des voies de circulation, et libère le cœur des îlots. Les rues représentent invariablement un avant, le Loir un arrière ».

93 Viaud (D.), « Recherches sur la société vendômoise... », op. cit., p. 43. C’est à cet article aussi que sont empruntés les exemples qui précèdent.

94 Indications tirées de Trémaut (A. de), « L’assistance publique dans la ville de Vendôme, avant 1789 », SAV, 1882, notamment p. 95.

95 Viaud (D.), « Société et fiscalité... », op. cit., tableau p. 56, et plan p. 58.

96 Cf. les registres paroissiaux de la Madeleine (archives municipales de Vendôme), où sont baptisés les enfants recueillis par l’hôtel-Dieu. Ce point sera repris chap. 6.

97 Dans les registres paroissiaux (AD 41, sous-série 4E), exemples d’enfants de Vendôme mis en nourrice à Villiers, d’enfants de Château-Renault mis en nourrice à Authon, d’enfants de Mondoubleau mis en nourrice à Boursay.

98 Calculs effectués selon les principes indiqués n. 1, p. 132.

99 Viaud (D.), « Recherches sur la société vendômoise... », op. cit., p. 37-41.

Table des illustrations

Légende Ensemble des études
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1088/img-1.jpg
Fichier image/, 67k
Légende Etudes urbaines
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1088/img-2.jpg
Fichier image/, 60k
Légende Etudes ruralesLimite supérieures des tranches (en livres) : A : 400 ; Β : 800 ; C : 1 600 ; D : 3 200 Ε : 6 400 ; F : 12 800 ; G : 25 600 ; H : 51 200 ; I : 102 400 ; J : 204 800.Apports au mariage dans le ressort du bureau de Vendôme (1782-1784)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1088/img-3.jpg
Fichier image/, 43k
Légende Choue, Villiers et Lancé : trois types de structure sociale villageoise en Vendômois à la fin de l’Ancien Régime
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1088/img-4.jpg
Fichier image/, 86k
Titre La société rurale en Vendômois à la fin de l’Ancien Régime d’après les rôles de taille
Légende Les cotes de taille paysannes à Choue
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1088/img-5.jpg
Fichier image/, 16k
Légende Les cotes de taille paysannes à Lancé
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1088/img-6.jpg
Fichier image/, 19k
Légende Les cotes de taille paysannes à VilliersLes graphiques des cotes de taille paysannes sont établis à partir du nombre de cotes de chaque catégorie.J = journaliers, Β = bordagers, S = sortons, V = vignerons, L = laboureurs.Montant des cotes (principal de taille, en livres) :A = invalides à obole ; Β = 1 -31, C = 4-91, D =10-241., Ε = 25-50 1., F = 51-100 1. ;G = 100 1. et +
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1088/img-7.jpg
Fichier image/, 14k
Titre Seigneurs de paroisse ecclésiastiques
Légende Source :Etat général des noms de paroisse de la généralité d’Orléans, AD 45, Ρ 1775
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1088/img-8.jpg
Fichier image/, 370k
Titre Seigneurs de paroisse laïques
Légende Source : Etat général des noms de paroisse de la généralité d’Orléans, AD 45, Ρ 1775Seigneuries limitées à une paroisse, et non figurées sur la carte : De Marizy à Authon ; De Courtanvaux à Bonneveau ; De Challay à Saint-Quentin ; De Courtemblay à Epuîsay ; De Chabanais à Saint-Marc-du-Cor ; De Guillebon au Plessis-Dorin ; De Chapt à La Ville-aux-Clercs ; Mme des Essarts à Espéreuse ; De Lage & Brévainville ; Mlle de Saint-Denis à Faye ; D’Elvinnout i Villetrun ; De Jupeaux i Périgny ; De Mauny à Villero-main ; D’Harcourt á Crucheray ; De Chalucet à Saint-Amand ; De Verthamon à Ambloy.[Ces notations ne concernent que le Vendômois, et ne préjugent pas de l’éventuelle extension de certaines seigneuries hors de la région.]
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1088/img-9.jpg
Fichier image/, 239k
Titre Les châteaux des seigneurs de paroisse au XVIIIe siècle
Légende Source : Saint-Venant (R. de). Dictionnaire du Vendômois
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1088/img-10.jpg
Fichier image/, 397k
Titre Superficie moyenne d’une cote foncière au début du XIXe siècle
Légende Source : rôle de la contribution foncière de 1801
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1088/img-11.jpg
Fichier image/, 263k
Légende Plan de Vendôme au xviie siècleSource : Histoire de Vendôme et du Vendômois, sous la direction de Paul Wagret, Toulouse, Privat, 1984.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1088/img-12.jpg
Fichier image/, 380k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1088/img-13.jpg
Fichier image/, 80k

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540