Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’autorité de l’écrit au Moyen Âge (Orient-Occident)

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Mise en écriture et production du document

Les traités de paix et de commerce entre Pise et l’Égypte au Moyen Âge

Mohamed Ouerfelli

Texte intégral

  • 1 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, trad. fr. F. Raynaud, Leipzig, 1880-1885, t. (...)
  • 2 Avant cette date, tous les marchands occidentaux résidaient au Dâr Manak, comme l’atteste un texte (...)

1Séparant les pays d’Islam du monde latin, la Méditerranée est aussi au Moyen Âge le lieu de rencontre de ces deux espaces. Si les confrontations et les conflits existent bel et bien, ils n’empêchent pas les relations diplomatiques et commerciales de se nouer et de se développer. De nombreux documents attestent de ces relations multiples et complexes, qui évoluent dans le temps et dans l’espace, et mettent en jeu des acteurs divers. Pise est l’une des grandes cités maritimes italiennes, comme Gênes ou Venise, qui ont manifesté leur intérêt pour les échanges avec l’Égypte : elle a entretenu des relations régulières avec cette région, et ce jusqu’à la fin du xive siècle, et a développé une politique diplomatique et commerciale dans l’ensemble de la Méditerranée1. La cité toscane se distingue de ses rivales par le fait qu’elle est la première à avoir signé un traité de paix et de commerce en bonne et due forme, en 1153 : ses marchands ont ainsi été les premiers à avoir bénéficié de leur propre fondouk2. Nous avons entrepris d’étudier et de rééditer la correspondance diplomatique et les traités de paix et de commerce conclus au Moyen Âge entre la république de Pise, d’un côté, et l’Égypte et le Maghreb, de l’autre. Ce projet repose sur deux grands axes : le premier est consacré à une étude diplomatique des lettres et des traités, ainsi qu’à leur édition et traduction ; le second axe a pour but d’en analyser le contenu et de replacer ces documents dans la perspective plus large des relations interméditerranéennes au Moyen Âge. Dans les lignes qui suivent, nous mettrons l’accent sur les rapports avec l’Égypte à travers l’étude de quelques documents.

  • 3 D. Valérian, Les sources italiennes de l’histoire du Maghreb médiéval. Inventaire critique, Paris, (...)
  • 4 Les recommandations sont des lettres par lesquelles les autorités pisanes recommandent leur person (...)
  • 5 Plus exactement 888 documents ; Μ. M. Amin, Wathā’iq al-Qāhira hattā nihāyat ‘asr salātīn al-Mamāl (...)
  • 6 Subh al-’a’šāfīsinā’at al-’inšā, Le Caire, 1912, t. 14, p. 63-70 ; J. Wansbrough, Lingua franca in (...)

2La correspondance diplomatique et les traités de paix et de commerce conclus entre la Commune de Pise et l’Égypte au Moyen Âge sont en majorité conservés à l’Archivio di Stato de Pise, dans la série Atti pubblici du fonds Diplomatico, et à l’Archivio di Stato de Florence3. Ce corpus d’un peu plus d’une quarantaine de documents, une soixantaine si l’on ajoute ceux qui concernent Florence, date pour l’essentiel des xiie-xve siècles. Il est constitué par des correspondances échangées entre Pise et les souverains d’Égypte ou leurs représentants, des lettres de marchands, des traités de paix et de commerce, des recommandations, des instructions pour des ambassadeurs et des sauf-conduits4. Pour certains d’entre eux, les deux versions, en latin et en arabe, ont été conservées, parfois sur le même document, ce qui permet une analyse comparative très précise du discours diplomatique. Il faut toutefois noter que ces documents en double langue ne sont pas nombreux, contrairement à ceux concernant le Maghreb, et qu’il ne subsiste souvent qu’une seule version, soit en arabe soit en latin, voire en italien. Contrairement à l’Europe, le monde musulman n’a conservé pratiquement aucun traité de paix pour cette époque, alors qu’un exemplaire, et même plusieurs, si l’on compte les traductions, devaient revenir au souverain du pays. Les chancelleries arabes ne conservaient les documents que pour la durée de leur validité et s’en séparaient dès leur expiration. Seuls les actes perpétuels étaient soigneusement gardés, comme en témoignent les archives du Caire, qui conservent environ un millier de documents datant de la fin du Moyen Âge5. La correspondance diplomatique et les traités de paix et de commerce avaient, en raison de leur nature, une portée et une validité limitées dans le temps et dans l’espace. Certains d’entre eux ont toutefois pu subsister à travers la copie qui en a été faite dans des manuels de chancellerie, tels que Subh al-’a’sā de Qalqašandī, qui reproduit plusieurs traités, pour servir de modèle à de nouveaux accords6. Le recours aux documents conservés dans les dépôts d’archives occidentaux est donc une nécessité impérieuse pour toute étude sur les relations diplomatiques et commerciales entre l’Italie médiévale et l’Égypte.

  • 7 M. Amari, I diplomi arabi del Regio Archivio florentine, Florence, 1863-1867.
  • 8 L. de Mas Latrie, Traités de paix et de commerce et documents divers concernant les relations des (...)
  • 9 J. Wansbrough, « A Mamluk Commercial Treaty Concluded with the Republic of Florence 894/1489 », Do (...)

3La plupart de ces documents ont été édités par Michele Amari7. Cette édition, tout en rendant un grand service aux chercheurs qui l’ont abondamment utilisée, ne satisfait cependant pas aux critères de la recherche scientifique actuelle. Ainsi, outre les erreurs qui parsèment cette publication, Michele Amari n’a pas pris soin de décrire les documents, aussi bien dans leur forme externe que dans leurs caractères internes. Par exemple, il n’a relevé aucune des très nombreuses mentions hors teneur, qui sont pourtant riches en informations sur l’utilisation et la conservation de ces documents. De même, une analyse poussée de ce corpus est encore à faire pour permettre de mieux comprendre les modalités de production de ces documents et les enjeux qu’ils révèlent. Par ailleurs, un certain nombre de documents restent encore inédits, en particulier à l’Archivio di Stato de Florence, cité à laquelle Pise est soumise à partir du début du xve siècle. Leur édition viendra compléter le corpus de textes relatifs aux relations diplomatiques et commerciales nouées entre l’Italie et le monde musulman au Moyen Âge, et permettra ainsi de reprendre les recherches entreprises au xixe siècle par Louis de Mas Latrie8. Depuis, très peu de travaux ont été réalisés sur les rapports entre la Toscane et l’Égypte, à l’exception de ceux de John Wansbrough, dans lesquels il a publié de nouveaux traités entre Florence et Venise, d’un côté, et les sultans mamelouks, de l’autre9. Nous nous attacherons ici à développer deux aspects différents mais complémentaires. Le premier concerne les aspects externes des documents en question. Le second aspect est relatif au contenu des documents, c’est-à-dire à l’évolution des relations diplomatiques et commerciales entre la Commune de Pise et l’Égypte au Moyen Âge. Quelles sont les caractéristiques de ces relations ? Quelles en sont les étapes marquantes ?

  • 10 Des doutes subsistent concernant le support d’un petit nombre de documents que les archivistes pis (...)

4Tous les documents concernant les relations de Pise avec l’Égypte, que ce soient des traités de paix ou des correspondances (de 1153 jusqu’en 1385, date de la dernière ambassade envoyée par la République de Pise), ont été rédigés sur du papier dont le format varie d’un document à un autre. Il s’agit de la matière la plus employée par les chancelleries du monde musulman oriental, depuis le remplacement du papyrus pendant le califat abbasside. En revanche, pour les documents échangés entre les États du Maghreb et la Maremme toscane, le parchemin était aussi utilisé conjointement au papier10. La plupart des documents sont en bon état de conservation, à l’exception de quelques-uns endommagés par l’humidité, mais qui ont été restaurés ; ils sont écrits très lisiblement. Si l’on prend l’ensemble des documents concernant le Maghreb et l’Égypte, on observe qu’il n’y a pas de règle générale quant à la disposition des écritures, lorsqu’on est en face d’un document bilingue : les deux versions peuvent se suivre sur le même support ; la traduction est rédigée au verso ou elle est insérée entre les lignes de l’arabe ; elles peuvent aussi être séparées, parfois du fait d’un découpage effectué ultérieurement.

  • 11 Mas Latrie, Traités..., op. cit. n. 8, p. 270-271.
  • 12 Seize documents sont écrits en latin et quatre seulement en italien.
  • 13 Pisa, Archiviodi Stato,Attipublici, 29 mars 1215 : Amari, Idiplomi..., op. cit. n. 7, doc. no 17, (...)
  • 14 Si quid plus vel minus vel si aliter in literis saracinis quam in latinis suprascriptis contineatu (...)

5Selon la tradition diplomatique en usage au Moyen Âge, les traités de paix et de commerce sont rédigés en deux originaux : un exemplaire revient à chacune des parties contractantes11. À partir de ces deux originaux sont dressées des copies en double langue, l’une en arabe et l’autre en latin ou en italien. De nouvelles copies sont transcrites pour être distribuées au personnel diplomatique et aux représentants de la République, installés dans les différents ports concernés. Dans le cas des documents pisano-égyptiens, la plupart sont des exemplaires rédigés en latin, pour lesquels il faudra déterminer si ce sont des originaux ou des copies12. Deux documents sont écrits en arabe et un seul est conservé dans sa double rédaction, c’est-à-dire en latin et en arabe. Il s’agit d’une lettre de recommandation des autorités pisanes pour leur ambassadeur Ranucci Benedetto de Vernaccio, envoyé auprès du sultan al-Malik al-’Ādil, le 29 mars 121513. Cet exemple permet de montrer la multiplicité des questions que soulèvent ces documents et donc la nécessité d’en entreprendre une étude approfondie, ainsi qu’une réédition. Les deux documents, arabe et latin, se présentent séparément. Le premier est copié sur une feuille de papier de 28 x 35 cm, en quatorze lignes d’une écriture ample. Le second, plus petit, mesure 19 x 27 cm. Tous les deux sont dans un bon état de conservation. Au bas de la version arabe de cette lettre, on lit une note en latin qui indique que, si l’on constate des divergences entre les deux versions, en l’occurrence arabe et latine, il faut accorder foi à la version latine14. Que peut-on déduire de cette note ?

  • 15 Domino altissimo et magnificentissimo Melech Elchemel, filio Melech Eladel, vitoriosissimo ensi to (...)

6Elle montre sans ambiguïté l’existence de plusieurs copies, rédigées à Pise même, à partir de l’original écrit en langue latine. Elles sont destinées à être distribuées aux représentants de la République et à être conservées dans les archives de la ville. Or, dans le cas présent, lorsqu’on lit le texte arabe, on s’aperçoit que la traduction du latin en arabe a été exécutée par un traducteur professionnel, qui connaît parfaitement les deux langues. Il s’agit donc d’une personne habituée à travailler dans ces milieux diplomatiques. Le véritable problème qui se pose est celui du statut de la version latine qui nous est parvenue. Le texte latin auquel nous avons affaire est manifestement traduit de l’arabe, comme le montre en particulier le découpage du nom d’al-Malik al-’Ādil : au lieu d’être transcrit dans son ensemble, chaque composante du nom est traduite littéralement15. Contrairement à la version arabe, il s’agit cette fois-ci d’une traduction littérale et laborieuse. Ainsi, la syntaxe est fort éloignée de la rhétorique latine. Il faut donc s’interroger sur le rôle de cette version, qui n’est manifestement pas l’original. On comprend mal la nécessité d’établir une nouvelle traduction latine à partir de la version arabe, elle-même traduction de la version originale latine. À qui pouvait servir cette nouvelle traduction ? Dans quel but a-t-elle été faite ? Il se peut que l’original latin, que nous ne possédons plus aujourd’hui, ait été perdu dès cette époque pour une raison ou une autre, et que les autorités pisanes aient de ce fait éprouvé le besoin de faire traduire le document arabe qui, seul, restait entre leurs mains.

7Les nombreux documents conservés depuis le milieu du xiie siècle sont significatifs de la précocité et de l’évolution des relations nouées entre la cité toscane et l’Égypte. En effet, si l’on examine le contenu de notre corpus de documents, qu’il faut bien évidemment compléter et enrichir avec d’autres types de sources, il apparaît de façon indiscutable que Pise a été très active pendant les xiie et xiiie siècles, comme en témoigne une intense activité diplomatique, liée aux multiples événements politiques, qui ont eu lieu aussi bien en Terre sainte qu’en Égypte, mais aussi liée à la détermination de Pise d’intervenir davantage dans les affaires d’Orient et de défendre les intérêts commerciaux de ses citoyens.

  • 16 Heyd, Histoire..., op. cit. n. 1, t. 1, p. 392-394.
  • 17 Sur la carrière de ce personnage et son rôle important dans la politique extérieure de Pise, cf. D (...)
  • 18 Amari, Idiplomi..., op. cit. n. 7, doc. no 2, p. 241-245.
  • 19 Ibid., doc. no 2, p. 241-245.
  • 20 Ibid., doc. no 3, p. 246-249.
  • 21 Mas Latrie, Traités..., op. cit. n. 8, p. 288.

8Le premier traité signé entre Pise et l’Égypte qui nous soit parvenu date, comme il a été dit précédemment, de 115316. Il a été conclu par l’intermédiaire de l’ambassadeur Ranieri Bottacci, connu pour avoir négocié de nombreux traités au nom de Pise17 avec le calife fatimide al-Ẓāfir, représenté par son vizir Abü al-Faḍl al-’Abbās18. Ce traité ne nous est pas parvenu en entier : nous le connaissons seulement à travers deux lettres adressées par al-’Abbàs aux autorités pisanes. La première est datée de 1153, date de la signature du traité de paix19, et la seconde remonte à l’année suivante20. Pourquoi ces deux lettres ont-elles été envoyées, alors que les deux parties viennent tout juste de régler leurs différends et de signer un traité de paix ? L’envoi de ces missives s’explique par le fait que, lors de la conclusion d’une convention, l’ambassadeur rapporte à la métropole, avec un exemplaire du traité, une lettre des autorités avec lesquelles il s’est entendu, où l’on se félicite de l’accord conclu entre les deux pays21.

  • 22 Amari, Idiplomi..., op. cit. n. 7, doc. no 2, p. 241-245 ; CAHEN, « Les marchands... », loc. cit. (...)
  • 23 Lepergamene dell’Archivio di State di Pisa dal 1129 al 1145, éd. G. Viviani, tesi di laurea, univ. (...)
  • 24 Amari, Idiplomi. op. cit. n. 7, doc. no 2, p. 241-245 ; il écrit : Quando nos audivimus de mercato (...)
  • 25 Ibid., doc. no 2, p. 244-245.
  • 26 Ibid., doc. no 3, p. 246-249 : Illud sacramentum quod est scriptum in cartulis in litteris saracen (...)

9Les deux lettres échangées entre les autorités égyptiennes et celles de Pise permettent d’élucider un certain nombre de points concernant à la fois la reconstitution des événements qui ont suscité l’envoi d’une ambassade pisane et la rédaction du traité de 1153, mais aussi et surtout l’antériorité de l’implantation des Pisans en Égypte et les relations entretenues entre les deux pays. Il est important de souligner que la présence pisane en Égypte ne date pas de 1153 : elle est assurément antérieure, car les marchands pisans jouissent déjà de privilèges importants, entre autres un fondouk appartenant à l’État fatimide et mis à leur disposition pour accueillir et loger leurs marchands, et entreposer leurs marchandises22. Un acte notarié pisan de 1143 atteste cette précocité de l’implantation des Pisans dans le pays du Nil : il porte le nom d’un témoin dénommé Turkius, filiius quondam Widonis de Babilonia. Ce surnom géographique indique que ce Pisan visitait régulièrement Babilonia, nom qui est donné à Fusṭāṭ (ou le Vieux Caire) par les Latins, bien avant l’année 114323. La lettre de 1153, assez longue, est rédigée par une personne qui n’est sans doute pas professionnelle, puisqu’elle est écrite sous une forme personnelle : le rédacteur se trompe de personne en employant à plusieurs reprises nostra pour vestra ou inversement24. Le vizir al-’Abbās s’adresse directement aux autorités pisanes : il reprend le contenu des deux lettres envoyées par la République, donne sa version des événements, relate les entretiens et les pourparlers qui ont eu lieu avec l’ambassadeur Bottacci. Il donne sa réponse aux requêtes pisanes et énumère les privilèges accordés. Il insère également le serment de l’ambassadeur pisan, qui constitue une véritable profession de foi25. On sait, par ailleurs, grâce à la seconde lettre portant sur les mêmes requêtes, que ce serment a été mis par écrit en arabe et en latin26.

  • 27 Jacoby, « Les Italiens... », loc. cit. n. 2, p. 78.
  • 28 Cahen, « Les marchands étrangers... », loc. cit. n. 2, p. 99.
  • 29 K. H. Allmendinger, « Die Beziehungen zwischen der Kommune Pisa und Ägypten im hohen Mittelalter » (...)
  • 30 D. Jacoby, « The supply of war materials to Egypt in the Crusader period », Jerusalem Studies in A (...)
  • 31 Amari, Idiplomi..., op. cit. n. 7, doc. no 2, p. 243.
  • 32 Ibid., doc. no 3, p. 247 : et vos bene scitis quia magis diricturas capimus a Saracenis et a Greci (...)

10Le traité de 1153 constitue une nouvelle phase de l’implantation des villes maritimes italiennes en Égypte27. Avant cette date, il ressort que les Pisans ont obtenu un fondouk à Alexandrie, confisqué en cette année, en raison de l’attaque des Francs de Terre sainte sur la ville d’Ascalon28 et d’actes de piraterie commis par des Pisans à l’encontre de marchands égyptiens29 On comprend la volonté des deux parties de développer leurs relations commerciales, car chacune y trouve son compte : les Egyptiens ont absolument besoin de matériel de guerre et surtout de bois, de fer et de poix, nécessaires à la construction navale, tandis que les Pisans peuvent aller en Égypte chercher les précieuses épices et les produits tinctoriaux, indispensables à l’industrie drapière30. Cette volonté a permis de dépasser cet incident, et les Pisans ont obtenu un autre fondouk, cette fois-ci à Fusṭāṭ, ville qu’ils fréquentaient déjà31. Les hommes d’affaires pisans semblent alors jouir des privilèges les plus importants de toutes les communautés marchandes en Égypte. Les taxes qu’ils payent sur les opérations commerciales effectuées sont même réduites par rapport à celles des musulmans et des Byzantins32.

  • 33 Ibid., doc. no 8, p. 262, et doc. no 9, p. 263.
  • 34 Ibid. Il s’agit sans doute de la transcription de Hāğğ ‘Uthmān. Nous ne savons pas non plus s’il e (...)
  • 35 Le document latin (no 8) nomme ce frère Shams al-Dïn, mais traduit correctement son nom par Sol re (...)
  • 36 Amari, Idiplomi..., op. cit. n. 7, doc. no 8, p. 262.
  • 37 Ibid., doc. no 10, p. 264.
  • 38 Ibid. : Et cum venerint ad nos, deferant secum ea in quibus lucrum erit ; veluti ferrum, lignamen (...)

11La présence accrue des Pisans en Égypte entraîne une activité diplomatique intense et le va-et-vient d’un personnel mandaté et qualifié pour mener les négociations. C’est surtout pendant la seconde moitié du xiie siècle que s’accélèrent les échanges épistolaires et diplomatiques entre les deux États. On remarque, à travers la documentation, que la plupart des ambassades sont pisanes : la pratique était d’envoyer des ambassadeurs à la cour du sultan pour négocier et aboutir à la conclusion d’un traité de paix et de commerce. La seule ambassade égyptienne qui nous soit connue est celle chargée de porter une lettre de Saladin, adressée à la Commune de Pise, vraisemblablement vers 117333. Nous ne connaissons que très peu de chose sur cette ambassade commandée par un certain Achagius Optimen ou Acacius nomine Optimen34. Les deux lettres, de Saladin et de son neveu Taqī al-Dīn ‘Umar Ibn Shāhinshāh, confiées à cet ambassadeur, font état de la capture du navire de Ruggero de Gênes, transportant une cargaison de 225 cantars d’alun pour le compte du frère du sultan, Shams al-Dawla Fakhr al-Dīn Tūrān Shāh Ibn Ἁyyūb35, pour les vendre en terre chrétienne. Ce sont deux galées pisanes qui ont capturé le navire de Ruggero au large de la Provence et l’ont ramené à Pise avec sa cargaison. Saladin indique dans sa missive que ledit Ruggero est un fidèle de son frère, et « l’un des nôtres », qu’il faut relâcher avec ses compagnons et à qui il faut restituer le chargement d’alun, sinon il emprisonnera les Pisans résidant en Égypte et prendra leurs biens36. Finalement, cet incident a permis des échanges épistolaires suivis et de nombreuses missions diplomatiques, qui ont abouti à la confirmation de la paix et à la consolidation des privilèges accordés aux Pisans37. Ceux-ci deviennent de plus en plus incontournables, dans la mesure où Saladin a absolument besoin du bois, du fer et de la poix qu’il les invite à venir vendre en Égypte38.

  • 39 Amari, I diplomi..., op. cit. n. 7, doc. no 2, p. 244-245, le serment de Ranieri Bottacci et ses t (...)
  • 40 Ibid., doc. no 20, p. 280-281.
  • 41 L’église Saint-Nicolas, le fondouk, le bain, l’usage des poids et des mesures (ibid.). Une lettre (...)
  • 42 C’est à lui que sont adressées les deux missives du vizir al-’Abbās, au nom du calife fatimide (ib (...)
  • 43 Ibid., doc. no 3, p. 248 : Et iterum vobis notum facimus, de otimo balsamo quod requisistis, ampul (...)

12Dans le cadre de ces échanges diplomatiques, les envoyés devaient être munis de lettres indiquant la limite de leur pouvoir : certains avaient les pleins pouvoirs pour conclure un traité, comme Ranieri Bottacci, d’autres n’étaient habilités qu’à compléter les traités déjà jurés. Les ambassadeurs devaient en général répéter les instructions contenues dans la ou les lettres dont ils étaient porteurs, parfois s’y ajoutaient des instructions orales. Les ambassadeurs se rendant en Égypte semblent avoir des pouvoirs assez grands : ils prononcent des serments qui engagent la République39. Les instructions données par l’archevêque Ubaldo et le podestat Gherardo Curtevechie à l’ambassade de 1207 montrent que la Commune fixe dans certaines circonstances des limites aux négociations : la liste des demandes est dans ce cas de figure minutieusement dressée40. Marzucco Taperti, chef de cette mission, doit obtenir des autorités égyptiennes la libération des prisonniers pisans, confirmer la paix et demander la restitution des privilèges et des biens qui ont été confisqués aux Pisans41. On laisse toutefois la liberté au négociateur de faire valoir son habileté et son talent pour obtenir davantage de concessions pour la Commune. C’est l’archevêque de Pise qui supervise la constitution des ambassades, notamment pendant le xiie siècle42. Avec les Anciens, il signe les lettres de mission. On peut aisément observer l’importance de ce personnage à travers les réponses du gouvernement égyptien, où son nom est cité en premier lieu. Les présents les plus importants lui sont destinés : par exemple, une ampoule de baume pour la cathédrale43.

  • 44 F. Bonaini, Statuti inediti della città di Pisa dal xii al xiv secolo, Florence, 1854-1870, t. 1, (...)

13À partir de la seconde moitié du xiiie siècle, nous possédons des indications plus précises. Les textes législatifs déterminent le mode d’élection et le salaire des ambassadeurs envoyés pour négocier ou pour conclure des traités de paix et de commerce. Le Constitutum Usus de 1233 fixe le montant du salaire d’un ambassadeur se rendant à Constantinople ou en Égypte à quatre-vingts livres pisanes. Quant aux autres dépenses, elles sont aux frais de la République. D’après le Breve Pisani Communis de 1286, soit deux ans après la bataille de la Méloria, le salaire, qui provient des biens de la Commune, est fixé par les Anciens. Ceux-ci, avec le podestat et le capitaine du peuple, procèdent ensuite à l’élection des ambassadeurs44. Leur mission est rédigée par les Sages et discutée devant les Anciens et le podestat. Le contenu ainsi que la réponse doivent être inscrits dans un même cahier parmi les actes de la Commune par un notaire de la chancellerie.

  • 45 Sur les débuts de cette institution, voir Ph. Racine, « Les débuts des consulats italiens outremer (...)
  • 46 I Brevi del Comune e delpopolo di Pisa dell’anno 1287, éd. A. Ghignoli, Rome, 1998, p. 278-279.
  • 47 Bonaini, Statuti..., op. cit. n. 44, t. 2, p. 816.
  • 48 Sur le choix et l’élection du consul par la Commune, cf. A. Schaube, Das Konsulat des Meeres in Pi (...)
  • 49 Amari, Idiplomi. op. cit. n. 7, doc. no 3 : et in lege vestra estis in Alexandrin sicut vultis.
  • 50 Ibid., doc. no 10, p. 264.

14Le rôle du consul pisan en Égypte est, quant à lui, primordial dans les relations entre les deux États. Seul personnage officiel présent en permanence en Orient, il a certes un rôle de représentant de sa métropole, mais aussi, et à ce titre, le devoir de surveiller le respect des privilèges accordés par les autorités égyptiennes aux marchands pisans45. Aussi la présence d’un consul est-elle l’une des principales revendications des Pisans, comme des autres nations marchandes, dans leurs négociations avec le sultan. Au xiiie siècle, les Pisans avaient deux consuls dans les deux principaux ports d’Égypte, à savoir Alexandrie et Damiette46. Le consul, qui administre le fondouk, est aussi chargé de gérer les biens de la Commune47. Un notaire l’accompagne toujours dans l’exercice de sa fonction. Ils sont, tous les deux, élus localement par les marchands en place dans un premier temps, puis ils sont désignés par l’Ordo maris, dans un second48. Sur le plan judiciaire, dès avant 1153, les Pisans exercent leurs propres lois dans leur fondouk d’Alexandrie49. Par son autorité, le consul possède le droit d’exercer la justice. Il règle tous les conflits dans le fondouk, selon les lois pisanes. Si, en revanche, un Pisan subit des dommages de la part d’un Egyptien, il aura recours à l’amiral d’Alexandrie. Cette justice dépend du bon vouloir des souverains d’Égypte. Ainsi, Saladin a accordé aux Pisans, en 1177, l’assurance d’être traités comme les musulmans, tant qu’ils viennent pour vendre et acheter des marchandises, et non pas en tant qu’ennemis50, allusion faite à ses craintes de les voir s’allier avec les Francs de Terre sainte.

  • 51 Depuis le milieu du xiiie siècle jusqu’en 1385, aucun traité de paix et de commerce, aucune corres (...)
  • 52 Otten-Froux, Les Pisans.... op. cit. n. 1, p. 219.
  • 53 M. Balard, « Génois et Pisans en Orient (fin du xiiie-début du xive siècle) », Genova, Pisa e il M (...)
  • 54 R.-S. Lopez, G. Airaldi, « Il più antico manuale italiano della mercatura », Miscellanea di studi (...)
  • 55 La date de la concession du fondouk de Damiette n’est pas connue de manière précise ; elle se situ (...)
  • 56 I Brevi..., op. cit. n. 46, p. 278-279.

15Dès la fin du xiiie siècle, la présence pisane en Orient, notamment en Égypte, s’affaiblit sensiblement : la baisse des échanges diplomatiques et du nombre de traités conclus entre les deux pays est un signe révélateur de l’impuissance des autorités pisanes à intervenir constamment pour soutenir les activités des hommes d’affaires pisans en Orient51. Mais il ne faut pas voir dans la bataille de la Méloria, en 1284, une cause directe qui aurait constitué un coup d’arrêt des activités diplomatiques et commerciales des Pisans dans la Méditerranée orientale. En 1284, c’est la flotte de guerre pisane qui a été anéantie par les Génois, leurs rivaux de toujours, ce qui a affaibli le gouvernement pisan et a réduit ses interventions politiques dans les affaires d’Orient, laissant le champ libre à une nouvelle phase de confrontations et de rivalité entre Gênes et Venise, qui vont se disputer âprement la maîtrise des marchés méditerranéens et au-delà. La Méloria ne marque pourtant pas un ralentissement des possibilités d’action des hommes d’affaires pisans52. Et, dans le cas de l’Égypte, ce recul est davantage le fait des conquêtes mameloukes en Terre sainte et des interdictions pontificales que du déclin des investissements dans le commerce oriental et des moyens de navigation53. Témoin la Memoria pisane de 1278, le plus ancien mercurial italien, qui consacre un long développement à Alexandrie, alors qu’il ignore Constantinople et la mer Noire54. De plus, en 1287, les Brevi del Comune e del Popolo mentionnent encore les deux fondouks pisans d’Alexandrie et de Damiette55, et réitèrent la volonté de la Commune de Pise de ne pas les affermer et de ne pas céder ces deux privilèges extraterritoriaux acquis de longue date, preuve que les Pisans sont encore nombreux et actifs sur les marchés égyptiens56.

  • 57 Sur cet événement, cf. G. Hill, A History of Cyprus, Cambridge, 1948, t. 2, p. 329-334 ; E. Ashtor (...)
  • 58 Amari, Idiplomi..., op. cit. n. 7, doc. no 33, p. 315-316. Le gouverneur d’Alexandrie demande aux (...)
  • 59 La conquête de Pise par Florence en 1406 a eu des effets très négatifs sur les hommes d’affaires p (...)
  • 60 C’est en septembre 1422 que les Florentins signent le premier traité de commerce avec le sultan ma (...)
  • 61 ASHTOR, Levant Trade..., op. cit. n. 57, p. 495-499.

16En 1365, le roi de Chypre Pierre Ier attaque Alexandrie et l’occupe pendant quelques jours, provoquant une réaction violente des autorités égyptiennes vis-à-vis de tous les marchands occidentaux, y compris les Pisans57. Vingt ans plus tard, la République de Pise confie à Niccolo de Vivaldi la mission de se rendre en Égypte afin d’exiger la restitution des marchandises confisquées injustement à des marchands pisans à Alexandrie58. Il s’agit de la dernière ambassade pisane, mais il n’y est pas question de renouvellement de traités de paix et de commerce, comme c’était le cas lors de semblables négociations depuis le xiie siècle. Les marchands pisans sont néanmoins restés actifs dans tous les ports méditerranéens, mais leurs liens avec la métropole se sont distendus59. Désormais, la République de Florence prend le relais et mène les négociations pour conclure des traités de paix et de commerce avec les sultans mamelouks60. C’est alors en son nom que les conventions sont établies et aux marchands toscans que les privilèges sont accordés. L’analyse des documents montre une continuité dans les pratiques diplomatiques et la politique des deux cités toscanes. Cependant Florence n’a jamais réussi à s’imposer comme un acteur majeur du commerce international méditerranéen, telles Gênes et Venise61.

Notes

1 W. Heyd, Histoire du commerce du Levant au Moyen Âge, trad. fr. F. Raynaud, Leipzig, 1880-1885, t. 1, p. 392-396 ; C. Otten-Froux, Les Pisans en Orient de la première croisade à 1406, doct. histoire (dir. H. Ahrweiler), univ. Paris 1, 1982, p. 55-66.

2 Avant cette date, tous les marchands occidentaux résidaient au Dâr Manak, comme l’atteste un texte de 996 ; Cl. Cahen, « Un texte peu connu relatif au commerce oriental d’Amalfi au xe siècle », Archivio storicoper leprovincie Napolitane, 34 (1953-1954), p. 1-8 ; Id., « Les marchands étrangers au Caire sous les Fatimides et les Ayyubides », Colloque international sur l’histoire du Caire, 1969, Gräsenharnischen, 1973, p. 97-101 ; D. Jacoby, « Les Italiens en Égypte aux xiie et xiiie siècles : du comptoir à la colonie ? », Coloniser au Moyen Âge, dir. M. Balard, A. Ducellier, Paris, 1995, p. 76-78 ; M. Balard, « Note sur le commerce entre l’Italie et l’Égypte sous les Fatimides », L’Égypte fatimide : son art et son histoire. Actes du colloque international, Paris 28-30 mai 1998, éd. M. Barrucand, Paris, 1999, p. 627-629.

3 D. Valérian, Les sources italiennes de l’histoire du Maghreb médiéval. Inventaire critique, Paris, 2006, p. 56-57 et 62-63.

4 Les recommandations sont des lettres par lesquelles les autorités pisanes recommandent leur personnel diplomatique auprès du sultan ou de ses représentants. Les marchands aussi peuvent être munis de ce genre de lettre pour bénéficier des faveurs et de la protection des autorités locales.

5 Plus exactement 888 documents ; Μ. M. Amin, Wathā’iq al-Qāhira hattā nihāyat ‘asr salātīn al-Mamālīk (299-922/853-1516), Le Caire, 1981.

6 Subh al-’a’šāfīsinā’at al-’inšā, Le Caire, 1912, t. 14, p. 63-70 ; J. Wansbrough, Lingua franca in the Mediterranean, Richmond, 1996, p. 78-80.

7 M. Amari, I diplomi arabi del Regio Archivio florentine, Florence, 1863-1867.

8 L. de Mas Latrie, Traités de paix et de commerce et documents divers concernant les relations des chrétiens avec les Arabes de l’Afrique septentrionale au Moyen Âge, Paris, 1866.

9 J. Wansbrough, « A Mamluk Commercial Treaty Concluded with the Republic of Florence 894/1489 », Documents from Islamic Chanceries, éd. S. M. Stern, Oxford, 1965 (Oriental Studies, 3), p. 39-79 ; Id., « Venise and Florence in the Mamluk Commercial Privileges », Bulletin of the School of Oriental and African Studies, 28 (1965), p. 483-523.

10 Des doutes subsistent concernant le support d’un petit nombre de documents que les archivistes pisans n’arrivent pas à déterminer.

11 Mas Latrie, Traités..., op. cit. n. 8, p. 270-271.

12 Seize documents sont écrits en latin et quatre seulement en italien.

13 Pisa, Archiviodi Stato,Attipublici, 29 mars 1215 : Amari, Idiplomi..., op. cit. n. 7, doc. no 17, p. 81-82 (doc. arabe, sér. 1), et doc. no 23, p. 284 (doc. latin, sér. 2).

14 Si quid plus vel minus vel si aliter in literis saracinis quam in latinis suprascriptis contineatur, cum literas saracinicas ignoremus, superscriptis latinis literis fidem modis omnibus adhibere velitis (Pisa, Archivio di Stato, Attipublici, 29 mars 1215.)

15 Domino altissimo et magnificentissimo Melech Elchemel, filio Melech Eladel, vitoriosissimo ensi totius mundi super omnes reges, Abubecher filii, lob consanguineo (ibid.).

16 Heyd, Histoire..., op. cit. n. 1, t. 1, p. 392-394.

17 Sur la carrière de ce personnage et son rôle important dans la politique extérieure de Pise, cf. Dizionario biografico degli Italiani, Rome, 1983, t. 13, p. 387-389.

18 Amari, Idiplomi..., op. cit. n. 7, doc. no 2, p. 241-245.

19 Ibid., doc. no 2, p. 241-245.

20 Ibid., doc. no 3, p. 246-249.

21 Mas Latrie, Traités..., op. cit. n. 8, p. 288.

22 Amari, Idiplomi..., op. cit. n. 7, doc. no 2, p. 241-245 ; CAHEN, « Les marchands... », loc. cit. n. 2, p. 99 ; Otten-Froux, Les Pisans..., op. cit. n. 1, p. 55-56 ; Id., « Les Pisans en Égypte et à Acre dans la seconde moitié du xiiie siècle : documents nouveaux », Bollettino storico pisano, 52 (1983), p. 166 ; Balard, « Note... », loc. cit. n. 2, p. 628-629.

23 Lepergamene dell’Archivio di State di Pisa dal 1129 al 1145, éd. G. Viviani, tesi di laurea, univ. de Pise, 1964-1965. no 58, p. 233-235 ; Jacoby, « Les Italiens... », loc. cit. n. 2, p. 77.

24 Amari, Idiplomi. op. cit. n. 7, doc. no 2, p. 241-245 ; il écrit : Quando nos audivimus de mercatoribus vestris Alexandrinis (p. 241) [...] ut illi irent inpatriam nostram (p. 242).

25 Ibid., doc. no 2, p. 244-245.

26 Ibid., doc. no 3, p. 246-249 : Illud sacramentum quod est scriptum in cartulis in litteris saracenis et in latinis (p. 249).

27 Jacoby, « Les Italiens... », loc. cit. n. 2, p. 78.

28 Cahen, « Les marchands étrangers... », loc. cit. n. 2, p. 99.

29 K. H. Allmendinger, « Die Beziehungen zwischen der Kommune Pisa und Ägypten im hohen Mittelalter », Vierteljahrschrifi für Sozial-und Wirtschaftsgeschichte, 54 (1967), p. 45-46 ; Otten-Froux, Les Pisans..., op. cit. η. 1, p. 60-61.

30 D. Jacoby, « The supply of war materials to Egypt in the Crusader period », Jerusalem Studies in Arabic and Islam, 25 (2001), p. 102-132.

31 Amari, Idiplomi..., op. cit. n. 7, doc. no 2, p. 243.

32 Ibid., doc. no 3, p. 247 : et vos bene scitis quia magis diricturas capimus a Saracenis et a Grecis, quam a vobis.

33 Ibid., doc. no 8, p. 262, et doc. no 9, p. 263.

34 Ibid. Il s’agit sans doute de la transcription de Hāğğ ‘Uthmān. Nous ne savons pas non plus s’il est marchand ou homme politique et quels sont ses liens avec Saladin, qui lui a confié cette mission.

35 Le document latin (no 8) nomme ce frère Shams al-Dïn, mais traduit correctement son nom par Sol regni, alors que Shams al-Dīn signifie « Soleil de la religion ». À moins qu’il ne s’agisse d’une erreur de lecture entre regni et religionis. Les deux documents sont introuvables dans les archives de Pise, ce qui ne permet pas de vérifier l’édition de Michele Amari.

36 Amari, Idiplomi..., op. cit. n. 7, doc. no 8, p. 262.

37 Ibid., doc. no 10, p. 264.

38 Ibid. : Et cum venerint ad nos, deferant secum ea in quibus lucrum erit ; veluti ferrum, lignamen et picem, quepro viliori pretio apud vos inveniuntur, et in terra nostra carius venduntur : et hoc erit vobis pro magno lucro, et nobis reputabimus pro maximo servitio. Cf. aussi Jacoby, « The supply... », loc. cit. n. 30, p. 104.

39 Amari, I diplomi..., op. cit. n. 7, doc. no 2, p. 244-245, le serment de Ranieri Bottacci et ses trois compagnons.

40 Ibid., doc. no 20, p. 280-281.

41 L’église Saint-Nicolas, le fondouk, le bain, l’usage des poids et des mesures (ibid.). Une lettre envoyée par al-Malik al-Kāmil aux consuls et aux Anciens de la Commune, un an plus tard (1208), indique que la mission de l’ambassadeur Marzucco Taperti a été couronnée de succès. Les autorités égyptiennes lui ont réservé un bon accueil et ont répondu favorablement à ses requêtes (ibid., doc. no 21, p. 282).

42 C’est à lui que sont adressées les deux missives du vizir al-’Abbās, au nom du calife fatimide (ibid., doc. no 2 et 3, p. 241-249).

43 Ibid., doc. no 3, p. 248 : Et iterum vobis notum facimus, de otimo balsamo quod requisistis, ampullam unam nuntio vestro tradidimus.

44 F. Bonaini, Statuti inediti della città di Pisa dal xii al xiv secolo, Florence, 1854-1870, t. 1, p. 191 sq.

45 Sur les débuts de cette institution, voir Ph. Racine, « Les débuts des consulats italiens outremer », État et colonisation au Moyen Âge, dir. M. Balard, Lyon, 1989, p. 267-276.

46 I Brevi del Comune e delpopolo di Pisa dell’anno 1287, éd. A. Ghignoli, Rome, 1998, p. 278-279.

47 Bonaini, Statuti..., op. cit. n. 44, t. 2, p. 816.

48 Sur le choix et l’élection du consul par la Commune, cf. A. Schaube, Das Konsulat des Meeres in Pisa, Leipzig, 1888, p. 161 ; Jacoby, « Les Italiens... », loc. cit. n. 2, p. 82. À titre de comparaison avec l’élection et la désignation des consuls à Tunis et à Bougie, cf. M. Bensaci, Pise et le Maghreb au Moyen Âge, thèse hist. de 3e cycle (dir. Ch.-E. Dufourcq), univ. Paris 10, 1979, p. 216-224 ; D. Valérian, Bougie, port maghrébin, 1067-1510, Rome, 2006, p. 285-287.

49 Amari, Idiplomi. op. cit. n. 7, doc. no 3 : et in lege vestra estis in Alexandrin sicut vultis.

50 Ibid., doc. no 10, p. 264.

51 Depuis le milieu du xiiie siècle jusqu’en 1385, aucun traité de paix et de commerce, aucune correspondance diplomatique ne nous sont parvenus.

52 Otten-Froux, Les Pisans.... op. cit. n. 1, p. 219.

53 M. Balard, « Génois et Pisans en Orient (fin du xiiie-début du xive siècle) », Genova, Pisa e il Mediterraneo tra Due e Trecento, per il viie Centenario della battaglia della Meloria (Genova, 24-27 ottobre 1984), Gênes, 1985, p. 197, repris dans Id., La mer Noire et la Remanie génoise (xiiie- xvsiècles), Londres, 1989, no IV.

54 R.-S. Lopez, G. Airaldi, « Il più antico manuale italiano della mercatura », Miscellanea di studi storici, Gênes, 1983, t. 2, p. 112.

55 La date de la concession du fondouk de Damiette n’est pas connue de manière précise ; elle se situe entre 1215 et 1245 ; cf. Jacoby, « Les Italiens... », loc. cit. n. 2, p. 84.

56 I Brevi..., op. cit. n. 46, p. 278-279.

57 Sur cet événement, cf. G. Hill, A History of Cyprus, Cambridge, 1948, t. 2, p. 329-334 ; E. Ashtor, Levant Trade in the Later Middle Âges, Princeton, 1983, p. 88-91 ; P. W. Edbury, « The Lusignan Kingdom of Cyprus and its Muslim Neighbours », Kingdoms of Crusaders. From Jerusalem to Cyprus, Aldershot, 1999, no XI, p. 232-235 ; M. Balard, « Chypre, les républiques maritimes italiennes et les plans de croisade (1274-1370) », Cyprus and the Crusades. Papers Given at the International Conference « Cyprus and the Crusades », Nicosia, 6-9 September 1994, éd. N. Coureas, J. Riley-Smith, Nicosie, 1995, p. 102 ; M. Ouerfelli, « Les relations entre le royaume de Chypre et le sultanat mamelouk au xvsiècle », Le Moyen Âge, 110 (2004), p. 327-328.

58 Amari, Idiplomi..., op. cit. n. 7, doc. no 33, p. 315-316. Le gouverneur d’Alexandrie demande aux Pisans le paiement de 3 000 besants pour récupérer leurs biens. 11 en retient une partie qu’il considère appartenir aux Génois, lesquels viennent de signer un traité avec le sultan mamelouk Barqūq (1382-1388, 1er règne, et 1389-1398, 2’règne).

59 La conquête de Pise par Florence en 1406 a eu des effets très négatifs sur les hommes d’affaires pisans. À la suite de cet événement, la République de Florence a imposé un cadastre des biens immobiliers et une déclaration des richesses mobilières pour mieux contrôler la fiscalité. La réaction des Pisans a été immédiate : beaucoup d’hommes d’affaires ont abandonné leur ville pour aller s’installer à Naples et surtout en Sicile. Sur la question de l’émigration des familles marchandes pisanes, cf. G. Petralia, Banchieri e famiglie mercantili nel Mediterraneo aragonese, l’emigrazione dei Pisani in Sicilia nel Quattrocento, Pise, 1989.

60 C’est en septembre 1422 que les Florentins signent le premier traité de commerce avec le sultan mamelouk Barsbāy (1422-1438) ; cf. Amari, Idiplomi..., op. cit. n. 7, doc. no 37, p. 331-335, no 37 (doc. arabe, sér. 1), p. 165-168, no 38 (doc. italien, sér. 2), p. 336-337, et no 39, p. 338-340 (doc. italien, sér. 2) ; A. Darrag, L’Égypte sous le règne de Barsbay, 825-841/1422-1438, Damas, 1961, p. 326-329.

61 ASHTOR, Levant Trade..., op. cit. n. 57, p. 495-499.

© Éditions de la Sorbonne, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540