Version classiqueVersion mobile

Une histoire provinciale

 | 
Michel Christol

Huitième partie. Les sociétés urbaines et rurales

Chapitre 28. En deçà du monde des notables : la situation en Gaule narbonnaise*

Note de l’éditeur

On n'omettra pas que les chapitres 28, 29 et 30 sont étroitement imbriqués dans leur composition. Les remarques sur l’inscription de Lattes, qui en proposent un nouveau commentaire, ont été publiées dans Christol 2003 i [chapitre 22]. Le commentaire de l'inscription de Saint-Jean-de-Garguier dans le territoire d'Arles a été publié, avec plus de détails, notamment pour défendre la restitution du mot oleo dans la dernière partie du texte dans Christol 2004 f. L'enquête pourrait se prolonger avec le commentaire de quelques-unes des nouvelles inscriptions venues au jour à Arles (Long 2008, mais aussi Rothé-Heijmans 2008). Sur bien des questions, on constate que l’étude des collèges ouvre sur la vie des cités dans son ensemble : N.Tran, Les membres des associations romaines. Le rang social des collegiati en Italie et en Gaules sous le Haut-Empire, Rome, 2006.

Texte intégral

  • * Autocélébration des élites locales dans le monde romain. Contexte, textes, images ( iie s. av.J.-C. (...)

1Le terme de notables renvoie à l’élite civique, définie par la participation avérée à l’activité politique, c’est-à-dire par l’exercice de charges ou de fonctions. Il convient d’ajouter à ce groupe spécifiquement défini ceux qui, membres de la famille, leur sont liés. Faut-il aussi lui joindre, mais en prenant conscience quelles sont dans une position d’infériorité tout en disposant de capacités d’intégration, les personnes qui constituent autour des notables comme une nébuleuse ? Dans cette perspective, apparaît au premier plan l’élite des affranchis des grandes familles, groupe restreint parce que le nombre de ces familles est restreint dans une cité, groupe restreint aussi parce que seuls quelques individus appartenant à l’entourage libertin peuvent bénéficier de capacités de promotion et d’intégration au terme d’une trajectoire d’ascension sociale ; on peut aussi s’intéresser aux membres d’une parenté diffuse qui, dans le monde romain, portent le même gentilice que le grand personnage de référence. Qui plus est : même s’il est clairement définissable le groupe des notables ne constitue pas un ensemble homogène ; il est subdivisé et hiérarchisé. En son sein deux niveaux au moins apparaissent qui ont des accès différenciés aux moyens de produire une mémoire.

2Dans le fonctionnement de la vie des cités, l’élite politique, souvent considérée comme un tout, constitue l’horizon de référence. Si le recours au terme d’élite, afin de mieux s’adapter aux données de l’analyse sociale, à la diversité des situations et des comportements, permet ainsi d’échapper à la stricte définition par le politique, il renvoie quand même, parfois par un glissement insensible, à l’élite politique. On retrouve alors, presque par nécessité, la partie dominante de la société, celle qui contrôle le fonctionnement des cités et de ses institutions, celle dont les comportements déterminent les attitudes des autres groupes sociaux parce qu’elles assurent une fonction d’encadrement global, tant social que culturel. Au-delà, il y a dans les cités tous les autres : ceux qui se sont hissés de la plèbe moyenne dans la partie inférieure du monde des notables, la plèbe moyenne, enfin la masse de la population. Ceux qui ont gagné une marque de notabilité sont heureux de le faire savoir, parce que cela constitue un critère de distinction. Tout le reste correspond à ce que les textes appellent plebs ou populus. Mais cette dernière catégorie peut, sans aucun doute, être subdivisée à son tour.

  • 1 Veyne 1961 (-Veyne 1991, p. 13-56 ; les citations seront présentées selon cette dernière publicati (...)
  • 2 Veyne 1961 (= Veyne 1991, p. 14 ; voir aussi p. 47-54).
  • 3 Pour une première approche, Barruol-Gascou-Bessac 1982, p. 285-290 avec fig. 6 (d’où AE 1982, 681) (...)
  • 4 Veyne 1961 (= Veyne 1991, p. 55) : « Ainsi les riches affranchis placent finalement le sens de leu (...)

3Il ne s’agit pas ici de rechercher les traces d’une contre-société, ou celles d’un contre-modèle. Comme l’explique Paul Veyne, tout en se sentant à distance, Trimalcion se projette dans l’imitation et se réalise dans cette posture, même si son comportement présente les caractéristiques de l’outrance1. Le plus souvent, ses semblables, tels qu’on les recense à partir des documents épigraphiques, se sont placés dans une perspective bien définie : rejoindre l’élite politique, le monde des notables. Mais la distance ne peut être abolie que dans le temps, par une trajectoire qui implique la durée, parfois même le déroulement de quelques générations (deux au moins). Néanmoins, parce qu’ils sont riches, et souvent parce qu’ils sont liés à de puissants patrons, ces personnages qui, en dépit de leur réussite matérielle, ne peuvent se dégager des contraintes de leur condition, savent que tôt ou tard celles-ci pourront être abolies, et qu’à un moment à venir les obstacles s’effaceront ou seront effacés. Et, si ce n’est eux-mêmes qui en bénéficieront, du moins leur descendance en tirera avantage. Aussi parvenir à cette fin de leur vivant même, non pour eux-mêmes mais pour leur descendance, pouvait apporter une totale satisfaction : réussir de la sorte, dans de telles conditions, permettait de jouir pleinement de l’accomplissement d’une entreprise de longue haleine. C’est peut-être donc l’impatience qui avivait les tensions et parfois faisait apparaître avec force les contradictions existantes. Ceux dont on envisage le cas connaissent parfaitement le point d’aboutissement de leur propre trajectoire d’ascension, avec son inachèvement pour ce qui les concerne. Et, quoique maintenus à distance du véritable point d’arrivée, ils savent que leurs descendants pourraient réaliser ce qu’eux-mêmes ne peuvent envisager que dans l’irréel. On reprendra ici la remarque de P. Veyne, qui s’interroge sur la meilleure façon de qualifier le type social que représente Trimalcion et qui passe au crible le concept de parvenu : « Le mot est bien impropre ; un parvenu est effectivement arrivé, tandis que Trimalcion ne peut échapper à sa caste »2. D’où le drame de l’échec, quand l’enfant sur qui on avait reporté les espoirs disparaissait prématurément, comme nous l’apprenons par une inscription de Nîmes (fig. 23, chap. 27) : Ordo sanctissim(us) Q(uinto) Avilio Q(uinti) f(ilio) Sennio Palatina Cominiano in honorem patris eius Q(uinti) Avilii Hyacinthi quod is, praeter liberalitates spectaculorum quae sponte ededit vel postulata non negavit, velis novis sumptu suo in theatro positis cum suis armamentis, saepe pecunia mutua quae a magistratibuspetebatur data actum publicum iuverit (« Le très vénérable sénat à Quintus Avilius Sennius Cominianus, fils de Quintus, de la tribu Palatina, en l’honneur de son père Quintus Avilius Hyacinthus parce que celui-ci, outre les libéralités consistant en spectacles qu’il fit représenter de son propre mouvement ou qu’il n’a point refusés lorsqu’on les lui réclamait, tout en ayant fait installer à ses frais dans le théâtre de nouveaux voiles avec leur appareillage, celui-ci, par l’attribution de prêts sollicités par les magistrats, a fréquemment favorisé le fonctionnement de la vie municipale »)3. Outre le drame personnel vécu par un Trimalcion local qui avait ardemment souhaité que son fils accédât au monde le plus relevé des notables, le texte de l’inscription nous révèle combien la stratégie jugée la plus pertinente comportait deux volets, complémentaires : nouer des liens avec les familles les plus prestigieuses de l’ordo, et multiplier presque sans retenue les dépenses de l’évergétisme, sous toutes leurs formes et dans toutes les occasions. L’affranchi qui voulait que sa descendance parvînt un jour à pénétrer dans le monde des notables en dépassant la situation d’impuissance qu’il connaissait lui-même, avait bien assimilé les valeurs du groupe social le plus relevé, tout en sachant qu’il demeurait lui-même dans une situation irréelle. Or cette histoire touchante est relatée sur une base de statue posée en lieu public par l’ordo municipal. L’ordo est intervenu, il s’est penché sur le sort de cette famille, suivant l’usage, les manières et les formes qui concernaient les plus grandes familles se trouvant en son sein et avec toute la solennité qui convenait pour mettre en valeur l’élite politique, ceux qui étaient les mieux installés dans la notabilité. Il a délibéré sur les moyens d’apaiser la douleur des proches et plus particulièrement du père ; il a décidé, comme pour les plus dignes de ses membres, d’autoriser l’érection d’une statue en lieu public. L’histoire relatée dans cette inscription aboutit in celeberrimo loco. Mais c’est l’histoire d’un échec, même si pour un temps le père du défunt, à qui l’accès à l’ordo était interdit, est devenu le sujet des délibérations de celui-ci, en vue de l’attribution d’honneurs. Cette inscription de Nîmes relate donc à plusieurs titres une situation limite, sans pour autant accentuer les traits, comme le faisait le récit de Pétrone à propos de Trimalcion. Des rapprochements entre texte littéraire et inscriptions on retirera surtout, à la suite de P. Veyne, la mise en évidence du comportement d’imitation dans la strate des riches affranchis placés au contact du monde des notables4, et le jeu des rapprochements qui apparaît entre les uns et les autres.

  • 5 Ce sont souvent les tria collegia principalia dans les cités où ont été associés centonaires, dend (...)

4Mais si l’on veut vraiment mesurer l’importance de ces phénomènes d’imitation, il ne faut pas hésiter à pénétrer dans la plèbe des cités et à s’avancer peu à peu à bonne distance sociale de l’élite politique. On rencontre alors le monde des associations et des collèges, car la vie associative apportait aux gens moyens ou modestes, mais pas nécessairement aux plus pauvres des cités, même si on les appelle les tenuiores, les moyens d’acquérir une place dans le fonctionnement de la vie collective, et d’en retirer les fondements d’une existence reconnue. L’épigraphie, ici aussi, apporte une documentation, mais l’existence d’une documentation épigraphique constitue déjà par elle-même un élément intéressant. Sans aucun doute, dans le chef-lieu d’une cité, ou bien dans le territoire, la forme associative permettait aux personnes qui s’étaient réunies avec une finalité professionnelle ou cultuelle, ou bien sur la base d’un voisinage géographique, d’avoir une position plus évidente et plus assurée, d’acquérir une visibilité sociale certaine, et de gagner parfois une réelle reconnaissance lorsque l’association à laquelle elles appartenaient accomplissait des tâches d’intérêt public, par exemple la lutte contre les incendies5.

  • 6 Christol 2003 d, p. 324-326 [chapitre 29].
  • 7 Christol 2003 d, avec l’analyse de trois dossiers, ceux de Narbonne, d’Arles et de Lyon. D’une faç (...)

5Toutefois il faut se rendre à l’évidence. Nous connaissons mal l’importance réelle du phénomène associatif, même dans une province comme la Narbonnaise, ou plus généralement en Gaule méridionale. Cette importance apparaît difficilement mesurable : en effet, l’inventaire des sources révèle que cette forme d’organisation sociale a laissé d’elle-même peu de traces. Le poids documentaire est relativement minime, même si la documentation existante demeure précieuse dans chacune de ses parties. Si l’on se limite pour l’instant à l’univers du travail, c’est-à-dire aux associations diverses qui définissent leur identité par l’exercice d’une activité professionnelle (tailleurs de pierre ou lapidarii, fabricants de toiles grossières ou centonarii, artisans de tous ordres aussi), on peut constater combien sont réduites les possibilités d’être cité ou mentionné. Pourtant ce monde connaissait l’écrit et le pratiquait comme une nécessité dans les processus de production et de commercialisation : il suffit de se référer à la riche et diverse documentation écrite provenant du site de la Graufesenque. En Gaule méridionale, lieu où nous avons procédé à une enquête, la connaissance des associations professionnelles est fragile, car celles que l’on connaît ne le sont souvent que par un seul document, de nature funéraire. Ce dernier concerne un personnage important de l’association. En sorte que l’on est en droit de se demander si une grande partie de monde associatif n’est pas inaccessible, au vu de la rareté des mentions, qui ne se rapportent vraisemblablement qu’à une minime partie émergente, que l’on aura peine toutefois à qualifier d’élite. En effet, les personnages qui sont connus dans ce contexte, n’appartiennent pas véritablement à l’élite sociale : ils semblent plutôt faire partie de la plèbe moyenne, ou ne s’en distinguent que faiblement. Dans le tout-venant de ces associations, les différenciations sociales devaient être minimes entre le haut et le bas de l’échelle. La plupart du temps, même ceux qui assumaient les responsabilités de direction et de fonctionnement n’étaient pas trop éloignés du commun de leurs collègues. Le segment social sur lequel ces associations sont placées se trouve à bonne distance du monde des notables : il devient ainsi difficile d’envisager qu’aient existé, même pour leurs membres les plus distingués, des possibilités d’ascension sociale6. Ce n’est qu’en quelques lieux, qui semblent privilégiés par leur rôle dans la vie économique de l’ensemble de l’Occident romain, et pour des associations professionnelles bien déterminées, qu’il devient manifeste qu’aient existé pour leurs membres des possibilités d’approche de la notabilité et des comportements de l’élite politique7.

6Il vaut la peine de revenir un instant sur cet aspect des réalités sociales, qui avait été abordé lors du précédent colloque, en ajoutant quelques considérations nouvelles. Dans les trois villes mentionnées, sur lesquelles s’était concentrée l’attention (Narbonne, Arles, Lyon), la participation aux activités économiques fait émerger des personnes dont le profil est spécifique. Il s’agit d’abord non du commun des artisans et des gens organisés en collèges, mais de personnages engagés dans les grands trafics ou les grandes affaires, et rassemblés à cette fin. Ils peuvent faire aussi partie du collège des sévirs augustaux, trouvant dans ce groupe d’élite le moyen de se rapprocher de l’élite politique et le moyen de s’exprimer sur les mêmes modes que ceux qui dominaient la vie de la cité parce qu’ils contrôlaient son fonctionnement institutionnel. Ces personnages, dont la richesse est incontestable, présentent un profil comparable à celui de Trimalcion. S’ils ont acquis l’honneur du sévirat, ils disposent d’un lieu d’expression collective par excellence, leur schola ou salle de réunion. Ils y exercent, à l’imitation des décurions, une pleine autorité. Revêtus d’un honor, ils disposent en quelque sorte naturellement de la capacité d’agir et d’intervenir sur le même modèle que les notables. Ils décernent des honneurs, autorisent chez eux l’érection de statues, faisant ainsi apparaître dans leur cité, d’autres lieux d’expression de l’excellence. Doit-on dire qu’en agissant en des lieux publics placés hors du contrôle de l’ordo ils s’opposeraient à ces derniers ? L’appréhension des relations entre les deux groupes doit être moins tranchée. Ils agissent plutôt en complémentarité car si, par leurs décisions, ils produisent aussi de la réputation, parmi les personnes qu’ils distinguent il se trouve également des notables municipaux ou des représentants des grandes familles locales.

  • 8 CIL XII, 4406 ; Waltzing 1899, III, p. 551, n° 2052 ; Héron de Villefosse 1914 ; Gayraud 1981, p.  (...)
  • 9 Cette formulation est rare en Narbonnaise : CIL XII, 701 (Arles), 1116 = ILN Apt, 23 (Apt) ; mais (...)
  • 10 CIL XII, 4354 ; Waltzing 1899, III, p. 548-549, no 2047 ; Gayraud 1981, p. 340-342 ; Pflaum 1978 a (...)
  • 11 Christol 2003 d, p. 327-329.

7On s’intéressera d’abord aux exemples fournis par Narbonne. Dans cette cité, la documentation permet de privilégier le lieu de rassemblement des sévirs augustaux. Nous connaissons ainsi l’hommage rendu à un de leurs membres, P(ublius) Olitius Apollonius, qui de surcroît appartenait au corpus des naviculaires marins : Dec(reto) (se)vir(orum) Augustal(ium). P(ublio) Olitio Apollonio (se)vir(o) Aug(ustali) et navic(ulario) c(olonia) I(ulia) P(aterna) C(laudia) N(arbone) M(artio) ob merita et liberalitates eius qui honore decreti usus impendium remisit et statuam de suo posuit8. Il s’agit d’une base de statue érigée du vivant même du personnage (et statuam de suo posuit). Le texte s’ouvre par l’imitation d’une des formules les plus courantes des hommages publics (decreto decurionum) : dec(reto) (se)vir(orum) Augustal(ium). Comme dans les textes apposés sur les bases de statues qui étaient votées pour les évergètes par les conseils des décurions, on détaille les raisons de l’hommage9 : ob merita et liberalitates eius. Enfin, à l’instar de bon nombre d’évergètes, suivant des usages bien décrits dans les formulaires épigraphiques de la péninsule Ibérique, celui que l’on honore fait remise de la dépense : qui honore decreti usus impendium remisit. Du même lieu provient une autre statue, mais pour un membre de l’ordre sénatorial, appartenant à une famille locale, L(ucius) Aemilius Arcanus : L(ucio) Aemilio L(uci) f(ilio) Pap(iria) Arcano, trib(uno mil(itum)..., adlecto in amplissimum ordinem..., praetori designat(o), L(ucius) Aemilius Moschus (se)vir Aug(ustalis) patrono optumo post obitum eius, inlatis arcae seviror(um) ob locum et tuitionem statuae (sestertium) n(ummum) (quattuor) (millibus). L(ocus) d(atus) d(ecreto) (se)viror(um)10. L’initiative de l’hommage a été prise par un de ses affranchis, sévir augustal lui-même. Mais la décision est clairement indiquée : l(ocus) d(atus) d(ecreto) (se)viror(um). On ne saurait mieux démontrer la force du modèle présentant les caractéristiques les plus officielles, ainsi que sa capacité d’attraction et donc les formes que revêtait sa diffusion11. Grâce à ces deux exemples, on peut mettre en évidence un des lieux où s’exprimait une autre élite de la cité, en imitant les procédures et les formules de l'ordo municipal. Mais la proximité est trop forte et les aspirations d’intégration trop grandes pour que le mimétisme ne soit pas un comportement inéluctable, sinon invariable. Ce premier dossier épigraphique vient aussi compléter les conclusions à tirer du dossier de Trimalcion : la distance sociale n’interdit pas les interactions. Le mode des notables et le monde des affranchis, s’ils sont distincts, ne sont pas toujours en situation de confrontation.

  • 12 CIL XII, 718. Sur les naviculaires d’Arles, Constans 1921, p. 205-211 ; Rougé 1966, p. 154-155, p. (...)
  • 13 CIL XII, 692 ; l’emplacement correspond actuellement à celui du Muséon Arlaten.
  • 14 CIL XII, 672.
  • 15 Déjà sur ce point Constans 1921, p. 210 ; sur le rôle du quartier de Trinquetaille, Heijmans-Sintè (...)

8Dans la colonie d’Arles c’est peut-être un autre lieu qui émerge, sans que l’on puisse soutenir qu’il se substitue au lieu de réunion des sévirs, car il convient de tenir compte que, du point de vue qualitatif, la documentation diffère de celle provenant de Narbonne. Dans cette colonie, la vie économique locale est dominée par la puissante corporation des naviculaires. Un riche dossier épigraphique permet de connaître quelques détails de son organisation, notamment l’existence d’une statio, qui devait servir de centre des affaires et de centre de ralliement, avec notamment un local de réunion12. Ici, ce sont les patrons de l’association qui sont bien connus. Deux cas apparaissent. L’un concerne un notable local, duumvir et flamine du culte impérial. L’inscription fut trouvée « dans une des cours du collège », c’est-à-dire dans la partie de la ville située sur la rive gauche du Rhône, là où se trouvait le coeur de la colonie : Cn(aeo) Cornel(io) Cn(aei) fil(io) Ter(etina) Optato, (duo)vir(o), pontific(i), flamini, navicularii marin(i) Arel(atenses) patrono13 L’hommage adressé à ce personnage par les naviculaires marins doit provenir du coeur de la colonie, là où se trouvaient les bâtiments et espaces publics aptes à accueillir un tel témoignage de reconnaissance. La formule de concession de l’emplacement n’apparaît pas, mais cela ne constitue pas un argument suffisant pour écarter cette hypothèse sur la localisation du texte et sur son caractère officiel. En revanche l’autre hommage rendu à un patron, qui concerne un procurator Augustorum ad annonam provinciae Narbonensis et Liguriae, provient « de Trinquetaille », c’est-à-dire d’un quartier correspondant, sur la rive droite du Rhône, à un quartier artisanal et commercial, dont le développement fut continu durant l’époque du Haut-Empire14. On peut envisager qu’il été élevé dans le lieu même où se réunissaient les naviculaires d’Arles15. Ce dernier emplacement apparaîtrait donc comme un lieu où pouvaient s’exprimer les membres de cette puissance corporation, à l’instar des notables de la colonie, et sous les mêmes formes.

9Il est inutile de poursuivre par une excursion à Lyon. Mais on retiendra que les situations ainsi mises en évidence sont caractéristiques de cités où le dynamisme économique offre une place significative aux phénomènes d’élévation sociale par l’engagement dans les affaires. Ces exemples ne peuvent avoir une valeur représentative générale, car ils ne se rapportent qu’à un élément émergent dans la société locale, et non à l’ensemble du monde de la production et des échanges. On ne doit donc pas négliger les différences entre cités, les différences entre associations ou collèges. On ne doit donc pas traiter comme un tout parfaitement homogène l’ensemble de ces groupements associatifs à vocation professionnelle. Le monde des artisans et des commerçants apparaît donc fortement hiérarchisé. La plupart des collèges qui s’y développent n’ont qu’un faible rayonnement, et presque par essence une difficulté à apparaître dans la documentation, comme on a déjà pu le souligner. Ils ressemblent fort aux autres collèges, ceux qui ont une vocation religieuse ou une finalité spécifiquement funéraire, ainsi qu’aux groupes qui dans diverses parties des territoires des cités structurent la vie collective. En leur sein se retrouve la plus grande partie de la population, plèbe urbaine et plèbe rurale. Nous sommes alors, socialement et économiquement, à bonne distance de l’élite politique et des autres véritables élites qui peuvent apparaître à leurs côtés, par exemple l’élite économique. En abordant l’étude de ces milieux, plus proches de la plèbe moyenne et modeste, on s’aperçoit que plusieurs situations apparaissent dans la documentation.

  • 16 CIL XII, 594 et add. p. 815 (= ILS, 6988). Récemment l’histoire du texte a été réexaminée par Gasc (...)
  • 17 Constans 1921, p. 71-73 ; Jacques 1990, p. 63-64 (traduction avec un commentaire bref, mais essent (...)

10Restons dans la colonie d’Arles, dont le vaste territoire rendait difficile à des groupes humains établis sur les limites une pleine participation à la vie du chef-lieu et à tous les agréments qu’elle pouvait offrir. Un conflit était né qui opposa durablement les autorités de la cité aux habitants du pagus Lucretius. Ce district rural se trouvait bien à l’écart du chef-lieu, à Saint-Jean-de-Garguier dans la vallée de l’Huveaune, c’est-à-dire à une distance qu’il n’était pas aisé de franchir quotidiennement, ce qui rendait difficile en temps normal l’usage des commodités de la vie urbaine, et insolite la prétention à en user dans des occasions exceptionnelles, pouvant avoir dans certains cas une portée symbolique. Le récit de ce conflit et de ces démêlés est relaté par un long texte16, malheureusement perdu ; mais l’établissement de son contenu puis sa compréhension ne présentent pas de difficultés trop insurmontables : [P]agani pagi Lucreti qui sunt finibus Arelatensium loco Gargario Q(uinto) Cor(nelio) Marcelli lib(erto) Zosimo (se)viro Aug(ustali) col(onia) Iul(ia) Paterna Arelate ob honorem eius. Qui notum (sic) fecit iniuriam nostram omnium saec[ulo]rum sacratissimo principi T(ito) Aelio Antonino [Aug(usto) Pio. Te]r Romae misit, per multos annos ad praesides p[rovinci]ae persecutus est iniuriam nostram suis in[pensis e]t ob hoc donavit nobis inpendia quaefecit, ut omnium saeculorum sacratissimi principis Imp(eratoris) Caes(aris) Antonini Aug(usti) Pii beneficia durarent permanerentque quibus frueremur [oleo] et balineo gratuite quod ablatum erat paganis quod usi fuerunt amplius annis xxxx (« Les habitants du pagus Lucretius, qui appartiennent au territoire des Arlésiens, dans la localité de Gargarius, à Quintus Cornelius Zosimus, affranchi de Marcellus, sévir augustal de la colonie Iulia Paterna d’Arles, en conséquence de l’honneur qu’il a reçu. Il a fait connaître l’injustice dont nous étions victimes au prince le plus vénérable de tous les siècles Titus Aelius Antoninus Auguste, Pieux ; à trois reprises il a envoyé (un messager) à Rome ; il a, pendant de nombreuses années, réclamé réparation auprès des gouverneurs de la province de l’injustice que nous avons subie, à ses frais - et pour cela il nous a fait cadeau des dépenses qu’il a effectuées-, afin que les bienfaits du prince le plus vénérable de tous les siècles, l’empereur César Antonin Auguste, Pieux, subsistassent de façon permanente, bienfaits propres à nous permettre de jouir de l’huile et du bain gratuits dont on avait privé les habitants qui pourtant en avaient fait usage depuis plus de quarante ans »)17. Les habitants du pagus se félicitaient qu’on leur ait rendu l’usage gratuit du bain public et des distributions d’huile, bref qu’ils ne soient plus placés dans une position d’extranéité et d’infériorité par rapport aux colons d’Arles, en ayant à payer une redevance. Il s’agit vraisemblablement d’un bain de la ville d’Arles, comme l’avaient déjà admis L.-A. Constans et Fr. Jacques, car s’il sétait agi d’un bain fonctionnant dans ce canton éloigné de la colonie, dont l’usage aurait été accordé par le propriétaire, comme l’a supposé récemment J. Gascou, sans aucun doute le nom du détenteur du bien, sous forme d’un adjectif dérivé de la dénomination, serait apparu dans le texte à l’endroit même où les habitants ont voulu spécifier clairement l’objet du litige. Mais il y a plus peut-être. L’inscription a été gravée, peut-être associée à autre chose, en vue d’honorer le personnage, sans aucun doute : le texte, et peut-être une statue – le texte à tout le moins –, constitue de lui-même un hommage. Mais lorsque le texte indique que les pagani ont agi ob honorent eius, ce n’est pas seulement pour indiquer qu’ils ont voulu lui faire honneur pour le bienfait qu’il leur avait apporté (n’aurait-on pas écrit : in honorent eius ?). Ils ont voulu l’honorer parce qu’il avait acquis l’honneur du sévirai augustal : ils ont donc agi « en conséquence de » quelque chose. Cette élévation flatteuse offrait une bonne occasion pour rendre hommage à un personnage dont l’influence avait grandi depuis le moment où il avait fait rendre leurs droits aux habitants de ce canton éloigné. L’inscription n’est pas l’acte de reconnaissance élevé par réflexe de gratitude lorsque les pagani ont obtenu gain de cause. C’est le rappel d’un bienfait, dans un hommage différé, suscité par la marque d’honneur reçue par Cornelius Zosimus dans la colonie. L’octroi de l’honneur a déclenché l’hommage des débiteurs. Il n’y a donc peut-être pas de lien direct entre le contenu de la dernière partie du texte et la cause de sa composition puis de sa gravure.

11On relève ici un des moyens auxquels on avait recours pour se donner une position dans une partie de la population plébéienne d’une cité : l’évergétisme. Ici l’engagement de Zosimus ressemblait aux générosités des notables qui se proposaient afin d’effectuer au profit de leur cité une ambassade auprès des autorités ou de l’empereur, et qu’ils appelaient pompeusement lorsqu’ils allaient à Rome une legatio urbica. Leurs concitoyens, par l’intermédiaire de l’ordo, les remerciaient de l’engagement qu’ils avaient manifesté en faveur de la collectivité, de leur dévouement et de leur désintéressement. Mais à Saint-Jean-de-Garguier, où nous sommes dans une situation comparable, les pagani ont un peu attendu, car ce n’est pas la satisfaction de leur demande qui les a poussés à rendre hommage à Zosimus de façon immédiate. Saurions-nous quelque chose de l’affaire s’il n’avait pas été admis parmi les sévirs augustaux ?

  • 18 Autre inscription : CIL XII, 1115 et add. = ILN Apt, 35. Il ne s’agit pas, à notre avis d’un texte (...)
  • 19 On citera l’hommage rendu à leur patron, grand notable local, par les pagani Vordenses (CIL XII, 1 (...)
  • 20 CIL XII, 342 et p. 810 = ILN Fréjus, 164.
  • 21 On citera dans cette perspective une inscription d’Avenches (CIL XIII, 5110 (= ILS 7008)) : C(aio) (...)

12Néanmoins nous ne sommes pas encore trop éloignés du modèle dont nous avons décrit ci-dessus à plusieurs reprises l’application. L’aboutissement en était l’hommage public, ou l’hommage prenant cette forme, c’est-à-dire un texte établissant un rapport simple entre les membres du groupe et leur bienfaiteur et manifestant la gratitude des premiers à l’égard du second. On trouve divers témoignages de ces pratiques d’imitation au niveau sub-civique lorsque l’on entre dans le domaine des vici et des pagi, qui pouvaient disposer d’un embryon de structure institutionnelle, à tout le moins qui pouvaient se comporter sur le modèle des institutions de la cité dans laquelle ils avaient été intégrés. Une inscription provenant de la ville d’Apt, chef-lieu de la cité du même nom, vient en fournir témoignage : un grand personnage local, connu par ailleurs18, reçoit un hommage public décerné par un pagus19. L’initiative a été engagée dans un lieu excentré du territoire de la cité, à l’instar de ce qu’avaient fait les gens du pagus Lucretius d’Arles, ou de ce qu’avaient fait aussi les habitants du pagus Matavonicus dans la colonie voisine de Fréjus20. Mais elle ne s’est pas concrétisée sur le lieu même de la prise de décision. Elle s’est inscrite au coeur de la vie civique, dans le chef-lieu, sans aucun doute avec l’accord des autorités. Cet aboutissement la rapproche encore plus des autres modalités de la célébration d’un notable par ses pairs. Mais ce n’est pas un exemple isolé21.

  • 22 Sur l’organisation de la cité de Nîmes Christol 1994 a, p. 58-61 ; Christol 1999 d, p. 20-22 [chap (...)
  • 23 Demougeot 1966, d’où AE 1965, 164 = AE 1966, 247 ; voir aussi Duval P.-M. « Chronique gallo-romain (...)
  • 24 Sur les fonctions de Mars, Duval 1957, p. 25-27, 70-72 ; Duval 1958-1959, Lavagne 1979, p. 160-175

13Un autre cas, qui de lui-même nous situe aussi dans les groupes qui gravitaient à faible distance de l’élite politique, mérite d’être à présent examiné, parce qu’il met au grand jour les mécanismes de l’évergétisme qui valaient notoriété et provoquaient en temps normal dans l’élite politique la pratique de la célébration. Il s’agit d’une inscription de Lattes, agglomération secondaire au sein de la cité de Nîmes22, dont le commentaire mérite d’être repris et dont l’interprétation peut s’envisager dans de nouvelles perspectives23. On peut en proposer une nouvelle lecture et reconsidérer son interprétation : Deo Marti Aug(usto) et gen(io) col(oniae), (se)vir Aug(ustal) T(itus) Eppil(lius) Astrapton fabr(is) et utric(lariis) Lattar(ensibus) ob mer(ita) eor(um). Cette inscription est liée à un hommage au dieu Mars Auguste, qui peut être considéré comme l’un des dieux principaux de la petite communauté qui vivait à Lattes : Mars en effet recouvre souvent en Gaule narbonnaise une divinité topique associée à un groupe humain relativement restreint24. On a associé à cette divinité de rayonnement local le génie de la colonie, c’est-à-dire que l’on a accolé à un dieu local, certainement important à ce niveau, la divinité protectrice de la grande cité de Nîmes dans laquelle s’insérait l’agglomération secondaire. Dans le texte de l’inscription, qui n’est qu’un aboutissement, l’acteur apparemment le plus important est le sévir augustal, T(itus) Eppillius Astrapton. Mais on ne peut comprendre le texte qu’en admettant que les véritables responsables de l’offrande religieuse étaient les deux associations professionnelles, dont l’implantation était clairement affirmée : fabri et utricularii Latterenses. Astrapton les a dégagées de leurs obligations financières, puisqu’il a leur a fait don de ce qu’elles souhaitaient offrir au dieu Mars. L’initiative religieuse provient des deux associations à caractère professionnel, certes de faible rayonnement, mais d’importance locale majeure. Elle a rencontré dans un second temps l’initiative d’Astrapton, qui lui a permis de voir le jour. Les associations pouvaient-elles d’elles-mêmes se hisser à la hauteur de leurs intentions ? N’avons-nous pas vu précédemment que bon nombre de ces associations se caractérisaient par une modestie des capacités financières et de faibles ressources ? Astrapton a donné aux charpentiers et aux bateliers l’offrande qu’ils voulaient eux-mêmes offrir à Mars Auguste et au génie de la colonie. Le texte par l’usage d’un double datif montre bien les deux niveaux d’action.

14Il est donc difficile de ne pas voir en Astrapton un évergète. Le personnage, en agissant comme nous l’indique l’inscription de Lattes, a le même comportement que les notables nîmois qui se manifestaient par de grandes constructions, par des fondations ou des dépenses ostentatoires. Il y a peut-être seulement un changement d’échelle, une relative modestie de l’investissement. Néanmoins Astrapton prend à sa charge ce que ne pouvaient pas réaliser les membres de ces deux associations, ou bien il les soulage de leurs engagements. Toutefois, comme les plus puissants des évergètes il peut s’établir au coeur du texte de l’inscription et apparaître par celui-ci comme un acteur essentiel de l’histoire qui est relatée.

15On est, aussi bien à Saint-Jean-de-Garguier qu’à Lattes, renvoyé aux diverses formes de la vie communautaire infra-civique. L’enquête pourrait donc se poursuivre dans la documentation relative aux groupements territoriaux nonciviques (les pagi), aux agglomérations secondaires ou aux quartiers urbains (les vici). Pour l’occasion on se contentera d’une incursion dans le monde des associations professionnelles, pour lesquelles l’ouvrage de J.-P. Waltzing, même ancien, apporte une documentation significative. En l’étendant, par des exemples, à plusieurs provinces occidentales, on pourra prendre une première mesure du phénomène.

  • 25 CIL II, 2818 ; Waltzing 1895-1900, III, p. 10-11.

16Un premier exemple provient de péninsule Ibérique : Lugovibus sacrum ; L(ucius) Licinius Urcicus (sic) collegio sutorum d(onum) d(edit,)25. On traduira : « Consacré aux Lugoves ; Lucius Licinius Urcicus l’a donné comme offrande pour le compte du collège des sutores. » L’objet consacré aux divinités appelées Lugoves a été donné par le personnage nommé individuellement et qui se trouve ainsi au coeur de l’histoire relatée par l’inscription. Cet objet est une offrande religieuse, d(onum), et non l’objet correspondant à l’exécution d’un voeu. Mais Lucius Licinius Urcicus ne l’a pas offerte pour son propre compte. Lbffrande est à mettre au compte des sutores, l’association des cordonniers. Ces artisans sont les véritables initiateurs de l’offrande et en retour les éventuels destinataires des bienfaits qu’accorderont les divinités. La relation religieuse s’établit entre les cordonniers et les Lugoves, et pour leur profit : les divinités peuvent être définies comme les divinités chères à ces artisans. Lucius Licinius Urcicus intervient comme intermédiaire ou bien deus ex machina qui résout les difficultés financières des artisans. Mais il peut s’installer au coeur du texte qui a été composé pour relater le tout, puis qui a été gravé. Dans celui-ci l’acte évergétique vient même un peu masquer la réalité religieuse et occulter la place tenue par les modestes cordonniers. Mais le bienfaiteur n’appartient vraisemblablement pas au groupe dont il facilite l’intention religieuse.

  • 26 CIL II, 4498 = G. Fabre, M. Mayer, I. Rodà, IR Catalogne, IV, 14 ; Waltzing 1895-1900, III, p. 16. (...)

17Un second exemple de péninsule Ibérique apporte une formulation un peu diverse pour décrire la même situation : Minervae Augustae, N(umerius) Aufustius Homuncio (se)vir Aug(ustalis) collegio fabr(um) dono posuit26. On traduira : « (Consacré) à Minerve Auguste ; N(umerius) Aufustius Homuncio, sévir augustal a élevé (la statue) en offrande pour le compte du collège des artisans ». Dono posuit : l’expression vise Minerve et l’objet qui lui a été adressé en offrande et qui devenait alors son bien. Surtout, comme dans le texte de l’inscription précédente s’ajoute la mention au datif du collegium fabrum. N(umerius) Aufustius Homuncio n’a agi ni au nom ni à la place des artisans. Il n’est pas l’acteur religieux principal. Il s’est contenté de se substituer aux membres du collège du point de vue matériel. Il les a aidés à honorer Minerve, ce qui était leur intention. Il leur a donné l’objet qui devait être offert à la déesse. Mais, parce qu’il avait aidé matériellement les artisans, Homuncio pouvait apparaître au premier plan dans le texte qui rappelait l’acte religieux. À quelques nuances près, ce texte est dans sa conception proche de l’inscription de Lattes que nous avons mentionnée ci-dessus.

  • 27 CIL III, 3580 ; Waltzing 1895-1900, III, p. 102-103.

18C’est donc sur ces fondements que l’on expliquera un texte provenant du monde danubien : C(aius) Iulius Severus coll(egio) fabrum Sil(v)anum pecunia sua fecit, Muciano et Fabiano co(n)s(ulibus)27. On traduira : « C(aius) Iulius Severus a fait faire à ses frais la statue de Silvain pour le compte du collège des artisans. Sous le consulat de Mucianus et de Fabianus (201 ap. J.-C.). » Ici le texte ne relate qu’une partie des faits ou des actes concernés, à la différence des textes précédents. D’ailleurs il n’est pas impossible que l’on doive interpréter le texte comme un pur acte d’évergétisme, destiné à décorer le local de réunion des artisans d’une statue, sans qu’il y ait véritablement offrande religieuse. Néanmoins on peut constater encore combien dans le fonctionnement de la vie quotidienne de cette association professionnelle comptait l’intervention de telle ou telle personne qui n’en faisait pas nécessairement partie, mais qui pouvait apparaître au premier plan dans le texte qui rappelait l’événement.

  • 28 CIL III, 882 ; Waltzing 1895-1900, III, p. 81.

19Dans un autre cas, on s’écarte d’un collège à définition professionnelle pour entrer dans un collège à définition religieuse : Isidi Myrionymae C(aius) Iul(ius) Martialis pater et L(ucius) Livius Victorinus quaestor, collegio Isidis d(onum) d(ant)28. On traduira : « À Isis aux mille noms ; Caius Iulius Martialis, père du collège, et Lucius Livius Victorinus, questeur, ont fait l’offrande pour le compte du collège d’Isis. » Le texte ressemble à ceux que nous avons examinés en première et en deuxième place précédemment. Il est très explicite sur l’identité des bienfaiteurs. Il s’agit d’une offrande à Isis. La responsabilité de son attribution incombe au collège lui-même, mais il est impossible que l’offrande soit adressée à la divinité sans que le collège de ses dévots ne soit pas impliqué. Celui-ci est donc nommé dans le texte. Quant aux deux personnes citées, elles en sont des membres éminents. Mais elles n’agissaient pas en tant que représentantes autorisées du groupement religieux auquel elles appartenaient, en quelque sorte comme si elles avaient obtenu de ce dernier une délégation de compétence. Parce quelles étaient peut-être en son sein les plus aisées, elles avaient pris en charge elles-mêmes les éléments matériels et financiers correspondant à l’intention religieuse de leurs compagnons. Elles avaient déchargé ces derniers des frais de l’offrande. Aussi apparaissent-elles au premier plan dans le texte de l’inscription.

20On pourrait apporter à cette liste d’autres compléments par une enquête approfondie dans les recueils épigraphiques, notamment dans celui de Waltzing. En tout cas, tous les textes que nous venons d’examiner témoignent du développement des pratiques de l’évergétisme au-delà du groupe des notables ou des élites qui leur sont très proches. Mais ces exemples correspondent aussi à des engagements moins lourds du point de vue financier que ceux qu’entraînait la bienfaisance des membres les plus élevés des classes dirigeantes ou de ceux qui souhaitaient les égaler. Néanmoins la pratique est identique dans ses formes, et elle parvient aux mêmes résultats : la mise en évidence du bienfaiteur. À la lumière de l’inscription de Saint-Jean-de-Garguier, on peut même se demander si elles n’entrent pas dans une stratégie de mise en évidence progressive. Tous les documents rassemblés ici se placent à un niveau préalable à l’acquisition de la notabilité par l’honor. Peut-être révèlent-ils, au moins en partie, comment pouvait se préparer cette consécration ? Mais si nombreux pouvaient être ceux qui espéraient une confirmation, combien parmi eux parvenaient à leur fin ?

21Enfin, à propos des exemples que l’on vient d’examiner, quelques distinctions peuvent être formulées :

  1. En ce qui concerne la documentation provenant de ces associations professionnelles et de ces collèges à vocation religieuse ou funéraire, ou bien les impliquant d’une manière ou d’une autre, on doit relever la rareté des hommages comparables aux hommages publics, qui s’exprimaient par l’érection de statues et accessoirement par la mise en valeur dans l'inscription des mérites du personnage honoré. Ces formes d’expression, dans le texte desquelles le mimétisme entre nettement en ligne de compte, n’apparaissent que dans un cercle étroit de collèges ou corporations, et dans quelques cités où s’impose la puissance des associations à vocation commerciale. Rare est donc, ailleurs, l’évocation explicite des mérites d’une personne que l’on peut considérer comme de premier plan. Toutefois, on mentionnera la forme, très originale, que revêt dans la cité de Nîmes, dans une agglomération secondaire placée sur le Rhône, l’hommage rendu à Moccia Silvina par les centonari Ucernenses29 : D(is) m(anibus) Mocciae C(ai) f(iliae) Silvinae centonari Ucernenses ob merita. On y retrouve la formule courante des hommages publics (ob merita), qui plus est attribuée par une association professionnelle qui se désigne comme une collectivité publique. Mais l’hommage, incontestable par la forme donnée au texte, est apposé sur un autel funéraire. Certes, ce dernier présente de bonnes dimensions et une excellente qualité de facture. Mais il ne peut être assimilé à une quelconque base de statue.
  2. Ce sont surtout des offrandes religieuses qui ont été relevées ci-dessus. Leur emplacement renvoie à d’autres lieux que les lieux utilisés couramment pour les hommages publics. Ces offrandes sont aussi, vraisemblablement, d’un coût inférieur aux constructions. Si le dossier révèle la faiblesse des moyens dont disposaient nombre d’associations, qui ainsi méritent bien la qualification de collegia tenuiorum, il montre aussi que l’évergétisme pratiqué ne se caractérise pas par des dépenses extraordinaires30.
  3. Le texte des inscriptions qui décrivent ces pratiques est en général un peu plus complexe que celui des hommages publics. Il s’écarte de la formulation d’une relation directe entre un personnage et un groupe qui prend l’initiative de l’honorer pour services rendus. S’il prend soin d’établir au premier plan le bien-faiteur, il préserve la place du collège ou de l’association que celui-ci a secouru, et n’omet pas de signaler que, même si ces derniers sont passifs à partir d’un certain moment du processus qui est décrit, ils sont aussi bénéficiaires de la générosité du personnage principal.

22On peut à présent dégager de toutes ces réflexions quelques traits généraux.

  1. Le dossier qui vient d’être examiné met en évidence des groupements dont l’existence est admise, qui parfois même disposaient d’une place reconnue dans le fonctionnement de la vie publique, mais toujours dans une position subordonnée par rapport aux institutions représentatives de la totalité civique. Cette forme d’organisation est la plus apte à assurer au peuple des moyens de représentation et d’expression. En somme si nous ne nous trouvons plus au sommet de la vie publique, nous n’avons pas quitté cette dernière, même si nous sommes à distance des formes les plus brillantes et les plus apparentes.
  2. Les groupements associatifs, religieux ou professionnels, semblent éprouver une certaine difficulté pour exprimer toutes leurs aspirations. La modestie de leurs ressources doit être un des traits de leur fonctionnement, ce qui rend difficile l’expression de leurs éventuelles ambitions et obère leur affirmation dans la vie collective. Mais cette situation laisse la porte ouverte à des relations de complémentarité, parfois de patronage, qui jouent un rôle subsidiaire. La voie est ouverte non seulement aux notables, mais aussi à des personnes qui n’appartiennent pas à ce milieu dominant : s’engouffrent dans cette voie les groupes sociaux qui se trouvent en position intermédiaire, et qui, comme les sévirs augustaux, peuvent regarder vers le haut pour leurs aspirations et vers le bas pour leurs pratiques d’affirmation.
  3. Les inscriptions mettent en évidence les pratiques évergétiques de ceux qui apportent à ces collèges ou associations les moyens d’affirmer leur existence. Sans aucun doute on peut trouver parmi ces personnes des gens qui appartiennent au milieu des notables ou qui en sont proches. Mais les exemples que l’on vient d’examiner révèlent, quand on quitte la classe dirigeante, une diversité des conditions qui dessine un arc assez large, au moins dans la typologie. Aux deux extrêmes on placera les sévirs augustaux et les responsables des collèges. Les premiers sont plutôt proches du monde des notables, et souvent même ils sont liés à ces derniers. Les derniers sont encore fortement liés au monde des collèges religieux ou des associations professionnelles, dont ils constituent la partie émergente. Quand il s’agit de collèges professionnels, peut-on dire qu’il s’agit d’une élite économique ? Il vaut mieux restreindre l’expression à quelques cas bien identifiés. C’est dans les collèges à vocation religieuse, vraisemblablement plus ouverts dans leur recrutement social, que l’on trouverait peut-être des personnalités un peu plus émergentes : néanmoins elles tiennent leur autorité de la volonté de leurs collègues. Entre ces deux groupes, apparaissent des bienfaiteurs que, faute de disposer en général d’élément de caractérisation, l’on qualifiera de plébéiens, comme les autres d’ailleurs. Ils se différencient du plus grand nombre par une aisance relative. Ils ont les ressources suffisantes pour pallier la modestie des moyens dont disposaient la plupart de ces associations. Leur fortune, même médiocre, leur permettait de s’afficher, principalement dans le domaine religieux. Mais en même temps ils s’affirmaient individuellement en prenant en main la dépense de ceux qui devenaient ainsi leurs obligés. La matérialisation de l’offrande, accompagnée par l’inscription, donnait alors publicité à l’acte.

23C’est un premier degré d’affirmation dans la vie publique. Mais il est difficile d’espérer mieux, et surtout d’envisager de la part des obligés un acte réflexe apportant l’imitation d’un hommage public. Toutes les prestations bienfaisantes des gens que nous avons énumérés ne produisaient pas ces effets les plus flatteurs. Revenons pour finir sur l’inscription de Saint-Jean-de-Garguier, en reprenant appui sur l’interprétation de la mention ob honorem eius, et en mettant en évidence que si l’hommage permet de rappeler un bienfait du passé, l’expression de la reconnaissance a été quelque peu différée. Dans ce type de bienfaisance, l’expression par écrit de la gratitude ne paraît donc pas automatique. En revanche, lorsque le bienfaiteur réalise l’offrande il peut assurer la publicité à son acte, ce qui explique que ce dossier s’est nourri d’inscriptions religieuses.

24Autre considération sur ce document. Il est difficile d’envisager que l’élévation au sévirat augustal de Q(uintus) Cornelius Zosimus serait la conséquence directe de son intervention en faveur des pagani pagi Lucreti : d’autres considérations ont été prises en compte, peut-être d’abord la position de son patron au sein de l’ordo municipal, mais aussi éventuellement les générosités dont il aurait pu gratifier la cité dans son ensemble ou d’autres parties de celle-ci. Ainsi, les générosités que nous révèlent les pratiques de ces évergètes n’ont pas nécessairement de résonance forte au niveau de la cité : elles ne sont pas d’ampleur publique comme la plupart de celles auxquelles s’engagent les notables.

25Elles existent toutefois, et elles sont donc à prendre en considération. Même si elles n’ont pas le caractère des grandes évergésies publiques, marquantes dans le paysage par les constructions, ou remarquables dans la vie civique par les jeux, les spectacles ou les fondations, elles reflètent un souci d’imitation, et elles se traduisent aussi par les mêmes effets : l’insertion du nom du bienfaiteur dans des textes accessibles à un groupe plus ou moins étoffé en nombre. Si, parfois, du côté du bienfaiteur, elles s’insèrent de plus dans une stratégie d’affirmation en vue d’acquérir le statut de notable, leur importance comme pratique de la vie collective, à ses premiers niveaux, doit être reconnue en rapport avec les pratiques des milieux dirigeants et étudiée comme telle.

Notes

1 Veyne 1961 (-Veyne 1991, p. 13-56 ; les citations seront présentées selon cette dernière publication). On n’oubliera pas, comme le souligne cet auteur, p. 22, que « Pétrone surdétermine son histoire, bloque plusieurs cas typiques en un ».

2 Veyne 1961 (= Veyne 1991, p. 14 ; voir aussi p. 47-54).

3 Pour une première approche, Barruol-Gascou-Bessac 1982, p. 285-290 avec fig. 6 (d’où AE 1982, 681) ; Christol 1992 b [chapitre 27].

4 Veyne 1961 (= Veyne 1991, p. 55) : « Ainsi les riches affranchis placent finalement le sens de leur condition hors deux-mêmes, dans une imitation perpétuelle des ingénus. »

5 Ce sont souvent les tria collegia principalia dans les cités où ont été associés centonaires, dendrophores et fabri. Par exemple à Arles, CIL XII, 700, qui fait connaître un patron commun de ces trois collèges ; voir aussi à Cimiez une documentation épigraphique assez importante. Elle comporte d’abord l’hommage au gouverneur M(arcus) Aurelius Masculus (CIL V, 7881 ; ILS 1367) : les colleg(ia) (tria) quib(us) ex s(enatus) c(onsulto) c(oire) p(ermissum) est affichent fièrement leur statut reconnu. Mais on tiendra compte de deux autres inscriptions qui montrent que, dans certains cas, les utriculaires pouvaient faire partie de ce regroupement : Laguerre 1975, no 65, p. 103-105 et no 66, p. 106-109.

6 Christol 2003 d, p. 324-326 [chapitre 29].

7 Christol 2003 d, avec l’analyse de trois dossiers, ceux de Narbonne, d’Arles et de Lyon. D’une façon générale, Morel 1990, p. 273-280, met en évidence l’extrême diversité qui existe dans le monde de l’artisanat.

8 CIL XII, 4406 ; Waltzing 1899, III, p. 551, n° 2052 ; Héron de Villefosse 1914 ; Gayraud 1981, p. 535-536.

9 Cette formulation est rare en Narbonnaise : CIL XII, 701 (Arles), 1116 = ILN Apt, 23 (Apt) ; mais le commentaire de cette dernière inscription n’apporte aucune attention particulière à ce détail. En revanche, sous cette forme et d’autres, cette façon d’agir est fréquemment attestée en Bétique : Dardaine 1980.

10 CIL XII, 4354 ; Waltzing 1899, III, p. 548-549, no 2047 ; Gayraud 1981, p. 340-342 ; Pflaum 1978 a p. 229-230.

11 Christol 2003 d, p. 327-329.

12 CIL XII, 718. Sur les naviculaires d’Arles, Constans 1921, p. 205-211 ; Rougé 1966, p. 154-155, p. 252-253, p. 306-307 ; Christol 1971 a ; Christol 1982 a.

13 CIL XII, 692 ; l’emplacement correspond actuellement à celui du Muséon Arlaten.

14 CIL XII, 672.

15 Déjà sur ce point Constans 1921, p. 210 ; sur le rôle du quartier de Trinquetaille, Heijmans-Sintès 1994, p. 141-145.

16 CIL XII, 594 et add. p. 815 (= ILS, 6988). Récemment l’histoire du texte a été réexaminée par Gascou 2000, p. 279-288.

17 Constans 1921, p. 71-73 ; Jacques 1990, p. 63-64 (traduction avec un commentaire bref, mais essentiel). Nous avons repris la traduction de Gascou 2000, p. 288, en la modifiant sur quelques points.

18 Autre inscription : CIL XII, 1115 et add. = ILN Apt, 35. Il ne s’agit pas, à notre avis d’un texte de caractère funéraire, mais plutôt d’une base de statue, liée à un hommage public pris en charge par les héritiers, assorti d’une distribution aux décurions. On ne doit donc pas dater le texte du ier siècle sous prétexte que manquerait la formule D(is) m(anibus).

19 On citera l’hommage rendu à leur patron, grand notable local, par les pagani Vordenses (CIL XII, 1114 et add. p. 823 (= ILS, 6989) = ILN Apt, 22) : C(aio) Allio C(ai) fil(io) Volt(inia) Celeri, (quattuor)vir(o), flam(ini), augur(i) col(onia) I(ulia) Apt(a), ex V dec(uriis) Vordenses pa[ga]ni pa[tro]no.

20 CIL XII, 342 et p. 810 = ILN Fréjus, 164.

21 On citera dans cette perspective une inscription d’Avenches (CIL XIII, 5110 (= ILS 7008)) : C(aio) Valer(io) C(ai) f(ilio) Fab(ia) Camille quoi publice funus Haeduorum civitas et Helvet(iorum) decreverunt et civitas Helvet(iorum) qua pagatim qua publice statuas decrevit I[u]lia C(ai) Iuli Camilli f(ilia) Festilla ex testamento.

22 Sur l’organisation de la cité de Nîmes Christol 1994 a, p. 58-61 ; Christol 1999 d, p. 20-22 [chapitre 5]. À propos de Lattes voir Monteil-Sanchez dans Fiches 2002, I, p. 483-505 (notice 31).

23 Demougeot 1966, d’où AE 1965, 164 = AE 1966, 247 ; voir aussi Duval P.-M. « Chronique gallo-romaine », REA, 69, 1967, p. 351-352. Le texte proposé par l’éditeur et admis pour l’essentiel par la suite est celui-ci : Deo Marti Aug(usto) et gen(io) col(legii) (se)vir(orum) Aug(ustalium), T(itus) Eppil(lius) Astrapton, fabr(i) et utrie(larii) Lattar(enses) ob mer(ita) eor(um).

24 Sur les fonctions de Mars, Duval 1957, p. 25-27, 70-72 ; Duval 1958-1959, Lavagne 1979, p. 160-175.

25 CIL II, 2818 ; Waltzing 1895-1900, III, p. 10-11.

26 CIL II, 4498 = G. Fabre, M. Mayer, I. Rodà, IR Catalogne, IV, 14 ; Waltzing 1895-1900, III, p. 16. Étienne 1958, p. 349, n’envisage pas la complexité des dons.

27 CIL III, 3580 ; Waltzing 1895-1900, III, p. 102-103.

28 CIL III, 882 ; Waltzing 1895-1900, III, p. 81.

29 CIL XII, 2824 ; Christol 1987 a, I, p. 28.

30 On éclairera ces remarques par des comparaisons avec les conclusions sur les pratiques de fondation en Italie : Andreau 1977.

Notes de fin

* Autocélébration des élites locales dans le monde romain. Contexte, textes, images ( iie s. av.J.-C.- iiie s. ap. J.-C.), Clermont-Ferrand, 2004, p. 59-76.

© Éditions de la Sorbonne, 2010

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search