Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Jacobins de l’Ouest

 | 
Christine Peyrard

Conclusion

Texte intégral

1Alors que nous fermons la page sur l’histoire des Jacobins de l’Ouest, nous pouvons nous interroger sur l’évolution même de notre approche depuis l’ouverture de ce chantier. Nous nous situions au départ dans une problématique construite à la belle époque de l’histoire sociale. Illustrée dans les années soixante par les maîtres-livres de P. Bois et M. Agulhon, elle nous incitait à étudier les formes de politisation sous la Révolution comme fondatrices de clivages de longue durée et révélatrices de structures sociales et culturelles déterminantes. Très vite, dans l’espage élargi de nos six départements et dans le cadre chronologique de la décennie révolutionnaire, la modélisation conduisant à valoriser une ligne de fracture et des spécificités régionales s’avérait peu stimulante et, même, mutilante.

2Progressivement, et avec notre temps lui-même, nous sommes devenue plus sensible au rôle créateur de l’événement, sans cesse récurrent pendant la décennie révolutionnaire, qu’à sa fonction de révélateur. De même, nous avons été de moins en moins portée à réduire le mouvement social à une cause déterminante. Ainsi, notre démarche nous a finalement rapprochée de la thèse de M. Reinhard qui, dès les années trente, a su montrer l’importance de la période du Directoire dans la construction des structures politiques modernes et de la mémoire républicaine et le rôle décisif des militants qui entretiennent, et continueront d’entretenir sous la Restauration, une flamme révolutionnaire plus lumineuse qu’ailleurs, quand elle n’est pas éteinte. Parallèlement à nos recherches d’ailleurs, l’étude de la presse et celle de la sociabilité politique sont devenues de grands chantiers et ont déjà donné lieu à d’importants travaux. Sans en établir la liste qui apparaît suffisamment au cours des chapitres, reconnaissons d’un mot notre dette à l’égard des initiateurs et des artisans de ces recherches comme aux spécialistes de l’histoire culturelle, historiens, littéraires ou sociologues, dont les méthodes et les réflexions ont nourri notre travail.

3Notre étude s’articulait, au départ, autour de deux orientations principales. La première visait à expliquer les caractères particuliers de la propagande révolutionnaire dans ces divers départements de l’Ouest intérieur, davantage marqués par les phénomènes de la contre ou de l’anti-révolution. Il fallait suivre les chemins de la politisation à la ville et à la campagne et fixer l’attention sur la chronologie du mouvement révolutionnaire. L’étude minutieuse de la structure associative, comme test le plus profond de l’engagement politique, dans son organisation, son personnel et son idéologie constituait la seconde orientation de notre recherche.

4En fait, l’étude du jacobinisme conduit à s’intéresser à toutes les formes d’expression publique.

5Celles qui s’insèrent dans un héritage de plus ou moins longue durée. C’est le cas de la manifestation populaire qui, dans les attroupements sur les marchés, dans les entraves à la circulation des grains ou dans les cortèges anti-seigneuriaux, témoigne d’une longue pratique contestataire dans les communautés rurales et dans les quartiers urbains. Étudier la fréquence, les mots d’ordre et les participants de ces manifestations faisait partie intégrante de notre sujet. Connaître les aspirations comme les formes d’organisation du mouvement populaire était un préalable nécessaire pour démêler le vieux du neuf et suivre l’évolution de leurs revendications. C’est le cas, aussi, dans un autre registre, des modes d’association qui constituent le socle culturel de la France révolutionnaire. Dans les campagnes de l’est de l’Orne, la confrérie de charité joue un rôle important et mobilise pour sa défense de nombreuses commmunautés rurales qui finissent par trouver dans la société populaire un substitut momentané au modèle religieux. Dans les grandes villes, c’est la vogue du cercle de loisirs qui, dans la décennie pré-révolutionnaire, réunit des groupes d’hommes fixant l’organisation et le contenu de leurs séances comme la qualité des récipiendaires. Avant d’être rejetés, puis, reconstitués, ces cadres de la vie collective pour des milieux sociaux spécifiques ont joué un rôle précurseur dont il ne convient ni de minimiser, ni de majorer l’influence.

6Celles, ensuite, qui naissent de l’ébranlement révolutionnaire. C’est le cas de la pratique pétitionnaire, de la circulation des imprimés, de la réunion politique publique, de la création des journaux. Nous nous sommes particulièrement attachée à montrer combien le journal révolutionnaire est inséparable, dans l’Ouest, de l’association politique. Le club rassemble à l’origine un public qui veut lire et entendre les nouvelles et fait naître le besoin d’une feuille patriote à l’échelle d’une ville, d’un district ou d’un département. Il réunit non seulement un public de lecteurs et d’auditeurs, mais il forme aussi les producteurs, à savoir les imprimeurs qui, partout, sont sociétaires du club patriotique, et les journalistes qui prennent la parole, en nom collectif.

7C’est à partir de ce socle que nous avons étudié les formes de la propagande jacobine dans les villes et dans les campagnes de l’Ouest.

8Dès la première année, les villes connaissent l’association politique. Ce premier réseau des Sociétés des Amis de la Constitution, du printemps 1790 au printemps 1791, n’est pas lié à l’existence de sociétés antérieures, loges maçonniques notamment. Aux côtés de membres de la bourgeoisie intellectuelle et du clergé constitutionnel, le rôle de la bourgeoisie commerciale apparaît prépondérant. Nous avons montré que le jacobinisme élabore, dans cette première phase d’activités, les fondements théoriques de toute son idéologie et de sa pratique politique ultérieures. Le club n’est pas un parti, c’est une assemblée publique dans laquelle le citoyen pratique l’exercice de ses droits et s’instruit de ses devoirs. Dans ce microcosme de la nation assemblée, il vote les lois qui régissent son action, il élit des mandataires et fraternise avec les frères et amis de la Société-Mère, de la France entière et, même, de Londres. Jaloux de participer à l’activité politique nationale et au rayonnement des idées nouvelles et de la loi, il l’est, également, de son autonomie civique. Sous la monarchie constitutionnelle, le citoyen se dote dans la réunion poltique d’une conscience républicaine que la fuite à Varennes va faire progressivement apparaître, en dépit du schisme des Feuillants.

9Cette structure associative est imitée dans les quartiers populaires d’une grande ville, comme Le Mans, qui se dote en 1791 d’une Société Fraternelle, aux aspirations démocratiques plus radicales que le club du centre-ville. La campagne de pétitions du printemps et de l’été 1792, organisée dans les clubs contre la monarchie et les forces réactionnaires, transforme l’auxiliaire du nouveau régime en un nouvel espace de légitimité révolutionnaire. L’année de la chute de la monarchie est aussi celle où la parole jacobine rayonne, non pas grâce aux missionnaires patriotes comme dans le Midi ou dans des congrès de sociétés populaires comme en Bourgogne ou dans le Nord, mais grâce au journal : l’écrit, plus que le discours oral, apparaît comme une caractéristique du jacobinisme dans l’Ouest.

10En reconnaissant l’existence politique des sociétés populaires, la République naissante consacre la tribune du club et favorise le développement du forum. La crise fédéraliste est un moment privilégié pour découvir l’ambivalence de l’association politique : son utilisation comme contre-pouvoir par les Girondins en quête d’une légitimité provinciale, et son fonctionnement concret qui est celui d’une cellule vivante d’un corps social en mouvement. L’échec du fédéralisme révèle surtout l’impossibilité à transformer la structure clubiste en parti politique.

11Cette résistance à hypothéquer son autonomie politique, on la rencontre aussi en l’an II car l’hégémonie jacobine est le résultat d’une dialectique entre le mouvement politique national et le mouvement associatif local. Aux côtés des nouveaux clubs qui pratiquent le devoir d’orthodoxie, surgissent ceux qui, comme Le Mans, revendiquent la liberté d’expression ou ceux qui, comme Falaise, refusent ouvertement de pratiquer une auto-épuration après juin 1793 et après Thermidor. Mais la popularisation et la multiplication des sociétés populaires sous le gouvernement montagnard s’accompagnent d’une instrumentalisation de leur rôle. Appliqués à rendre la loi souveraine en pratiquant une surveillance active, les jacobins provinciaux sollicitent une correspondance étroite avec le club parisien qui refuse de jouer un rôle autonome et distinct du pouvoir législatif. Dans cette volonté d’unifier le corps social, l’action tribunitienne des clubs disparaît, en même temps que s’efface la Société-Mère, au profit du soutien sans failles à l’action gouvernementale. L’acceptation de la centralité législative laisse les Jacobins sans alternative aux lendemains de Thermidor.

12La répression thermidorienne qui s’opère dans la Mayenne dès le début de l’an III, ailleurs au printemps 1795, ne parvient pas à éradiquer la culture politique jacobine. En entrant dans l’opposition au régime directorial, les Jacobins de l’Ouest n’oublient pas un des socles de leur idéologie : la recherche de l’unité du ci-devant Tiers-État. Confrontés à l’essor de la chouannerie et du royalisme, leurs porte-parole journalistiques définissent leur stratégie de défense républicaine. Entre deux coups d’État, le Directoire voit refleurir les réunions politiques. Le réseau des cercles constitutionnels de l’an VI et de l’an VII rappelle celui des Amis de la Constitution au printemps 1791, sans y correspondre tout à fait : l’héritage jacobin survit plus facilement dans les grandes villes de vieille tradition clubiste, mais se manifeste, aussi, dans un plus grand nombre de communes rurales qu’au début de la Révolution.

13Car la culture politique jacobine s’est propagée très tôt dans les campagnes.

14Dès la première année, de petites bourgades ont participé à la grande vogue clubiste, en précédant parfois, même, des villes notables par leur population ou leur fonction administrative. Puis, très vite, la propagande en direction des campagnes, dans ces départements où la population rurale compose l’écrasante majorité, est devenue un des thèmes majeurs des clubs urbains. C’est par le texte écrit, soit des brochures, diffusées à plusieurs centaines d’exemplaires auprès des municipalités et des curés jureurs, soit des journaux, rédigés la plupart du temps par des intellectuels imitant le style du Père Gérard, mais aussi parfois, comme à Vire, par des auteurs plébéiens, que la bonne nouvelle des droits de l’homme et du citoyen s’est répandue dans les campagnes.

15Toutefois, la démarche culturelle des Jacobins des villes n’est pas celle qui a mobilisé les habitants des districts, riches de leur propre pratique politique. C’est dans l’action communautaire contre les châteaux en 1789, puis contre le libéralisme économique, prêché par les Jacobins en 1792, que le monde rural manifeste ses aspirations politiques. Cette « révolution paysanne » ne nous a paru ni autonome, ni paysanne. D’une part, parce qu’elle rallie à ses objectifs à la fois les habitants des quartiers populaires des villes et ceux qui seront les leaders jacobins en 1793 et l’an II comme au Mans, par exemple, autour de l’administrateur Potier de la Morandière et des journalistes du club qui se saisissent du mouvement taxateur pour radicaliser la lutte politique. D’autre part, parce que le monde rural est d’une grande diversité sociologique. Dans ce pays de forges qu’est la région de Breteuil, par exemple, les artisans et les patrons sont partie prenante du mouvement prolétarien visant à imposer la taxe, non seulement sur les grains, mais aussi sur les matières premières, et à convaincre les paysans de la possibilité d’abaisser également le prix de leurs fermes. La gamme des intermédiaires culturels au village ne se limite pas aux meneurs organiques de la communauté rurale, mais s’élargit à des notables aussi apparemment incongrus que le ci-devant Levacher, taxateur au printemps 1792, sans-culotte en l’an II et toujours républicain en l’an VI.

16L’implantation des sociétés populaires à la campagne valorise la fonction intégratrice qui fait souvent écarter de l’ordre du jour des séances les questions sociales, comme le fer, le pain et les communaux pour faire régner le consensus interclassiste de la communauté nationale dans la communauté rurale. La réunion politique tend vite à se métamorphoser en une grande veillée collective de l’assemblée des habitants. Ce n’est pas le cas de la société de Colleville-sur-Mer, créée en juillet 1792 par un journalier contestataire et un curé anticonformiste, soutenu par ailleurs par un évêque républicain avant la République, pour poser la question des communaux au rang des questions politiques : cet exemple révèle la tentative de transformer la structure associative jacobine en instrument de lutte contre les coqs de village qui tiennent toujours la municipalité en l’absence du ci-devant seigneur. L’échec de cette autre conception clubiste, malgré le soutien des Jacobins de Bayeux, montre l’influence des notables dans les campagnes, sans qu’il faille conclure à un modèle exclusif de comportements et d’options politiques.

17Nous voici donc ramenée à la seconde orientation de notre étude : la radiographie du jacobinisme dans l’Ouest.

18L’analyse chronogéographique du mouvement jacobin de 1790 à 1799 fait apparaître deux époques où le bilan s’impose. La première et la plus importante est, bien sûr, l’an II. Globalement, la moitié des sociétés populaires ont été créées sous le gouvernement de Robespierre : sa chute met fin à une relativement courte acculturation politique. Ce jacobinisme tardif est également contrasté. Au maillage très dense, caractérisant les campagnes de l’Eure, s’oppose celui très distendu de la Mayenne. L’étude de la relation ville-campagne à l’échelle départementale, à travers le test de l’association jacobine, montre la spécificité des gros bourgs bocagers qui, surtout dans ce département, restent en marge du mouvement révolutionnaire. L’enclavement géographique du bocage, l’habitat dispersé et l’absence de structures associatives laïques antérieures constituaient des blocages prévisibles ; la propagande écrite des Jacobins de l’Ouest, avant leurs missions patriotiques de l’an II, pouvait difficilement être reçue dans ces campagnes situées au sud de la ligne Maggiolo ; enfin, la résistance cléricale au changement apportait une réponse communautaire aux inquiétudes nées de l’arrivée des curés intrus et du départ des jeunes gens vers les frontières. Ce brassage de populations et d’opinions qui fait défaut ici, on le note ailleurs. D’abord, sur les côtes où la défense patriotique attire au fond du Cotentin des citoyens-soldats venus de tous les coins de France et, surtout, dans l’aire de ravitaillement de la capitale dont l’Eure fait partie où de nombreux émissaires parisiens propagent la culture révolutionnaire. Toutefois, la valeur de référence que l’on aurait voulu attribuer au test de la sociabilité politique de l’an II, en opposant des options collectives de longue durée - le radicalisme anticlérical des uns et le conservatisme clérical des autres - ne se vérifie pas dans le département de la Sarthe : l’Est, bientôt libre-penseur et radical, n’a pas connu la floraison des clubs. Aux côtés d’une sociabilité de greffe tardive et que l’on peut qualifier de politiquement conformiste, on a vu se développer une sociabilité de résistance : c’est dans l’Ouest sarthois que l’on regroupe plus volontiers ses forces, après les violents troubles de la réquisition en 1793.

19La survivance d’une pratique jacobine sous le Directoire constitue l’héritage direct de cette acculturation politique. Ephémère et superficielle dans des zones bien quadrillées par les Jacobins en l’an II, elle révèle sa prégnance dans des lieux moins attendus. Les villes offrent, évidemment, les meilleures possibilités de retrouvailles pour les anciens frères et amis qui, sous l’égide des dirigeants locaux de 93, oublient leurs querelles politiques passées devant la gravité de la situation nationale et régionale. Les bourgs patriotes et engagés dès la première année dans le mouvement associatif retrouvent, sans trop de peine, leurs réflexes militants tandis que des communes rurales qui n’avaient pas connu de club participent alors à la défense républicaine. Le rôle d’un leader d’opinion - un général républicain, comme Cambray dans la Sarthe, ou un journaliste infléxible, comme Rigomer Bazin - qui fédère les énergies patriotiques et l’attitude des fonctionnaires qui facilitent la rédaction d’une pétition ou qui offrent un local aux républicains dans la Maison commune, servent alors de catalyseur. Sans autre soutien gouvernemental qu’éphémère, ces groupes républicains de l’an VI et de l’an VII parviennent à mobiliser, le temps bien souvent d’une pétition, une quantité non négligeable d’anciens clubistes malgré l’ampleur de la réaction thermidorienne. Cet ultime parti pris des anciens Jacobins de l’Ouest contre les exactions des chouans et la politique gouvernementale définit pour longtemps le cadre d’une culture d’opposition que l’on va retrouver dans « le parti du mouvement ». Leur héritage n’est pas seulement partisan, il est aussi collectif pour la génération suivante qui s’efforcera de recouvrer le droit politique de presse et de réunion dans le pluralisme des opinions.

20Quant à la sociologie des acteurs engagés de la révolution dans l’Ouest, notre étude a suivi plusieurs pistes, tant quantitatives que qualitatives, en délaissant la voie moyenne qui est celle de l’étude prosopographique. Le champ géographique balayé dans cette thèse interdisait une recherche sur chacun de ces milliers de Jacobins.

21L’analyse socio-professionnelle des adhérents au début de l’an III révèle la diversité de composition des sociétés populaires selon la situation, urbaine ou rurale, portuaire ou intérieure, de la commune. Partout, le club suscite l’adhésion pleine et entière de la bourgeoisie et une forte participation du monde de l’échoppe et de la boutique. Même s’il échoue globalement, et non pas localement, à intégrer dans l’enceinte même des sociétaires les paysans, les journaliers et les femmes, il accueille tous les milieux sociaux : les tisserands et les cordonniers y côtoient les notaires et les médecins, comme les curés et les négociants, les instituteurs et les ouvriers, ou encore les fonctionnaires et les soldats, les rentiers et les étudiants. Tous les étages de la pyramide fiscale d’un bourg comme Longny-au-Perche sont représentés à la société populaire ; même si les pauvres sont bien moins nombreux proportionnellement, ils s’honorent du même titre de citoyen que les plus riches de la commune. C’est bien cette fraternité révolutionnaire qui nous paraît la caractéristique fondamentale de cette structure associative dans l’Ouest. C’est bien cet héritage que l’on retrouve encore à la fin du Directoire.

22L’analyse chronologique montre que cette démocratisation a suivi la radicalisation de la Révolution française. Toutefois, l’alliance effective de la bourgeoisie avec les classes populaires résulte parfois d’une stratégie locale qui anticipe le mouvement national, comme la fusion de la Société Fraternelle au Mans avec celle des Amis de la Constitution. L’étude des quartiers d’une grande ville complète l’analyse sociale des adhérents en soulignant que l’emplacement du local du club dans les quartiers populaires favorise un recrutement de masse.

23Enfin, le rôle joué par certains militants méritait une approche plus personnalisée. Cette galerie de portraits restitue l’itinéraire social et politique des Jacobins de l’Ouest pour redonner vie, au delà de la froideur des comptages, à ces hommes intrépides, inlassablement actifs, irréductibles au moment des réactions qui ont été les principaux acteurs de cette génération révolutionnaire.

24Ainsi nos Jacobins de l’Ouest s’insèrent dans le tableau qui se complète peu à peu d’un jacobinisme à la fois un et divers à l’échelle nationale. Le jacobinisme en France n’est ni un schéma s’appliquant partout de façon mécanique, ni une mosaïque de particularismes locaux : c’est un tout différencié. Comme dans une œuvre de composition, chaque partie du tableau est originale mais c’est l’ensemble qui lui donne son sens et sa valeur. Au terme de l’étude, nous croyons donc pouvoir écrire qu’il n’y eut pas seulement des Jacobins dans l’Ouest et qu’on ne saurait parler non plus d’un jacobinisme de l’Ouest. Il exista, en revanche, réalité vivace pendant la décennie révolutionnaire et terreau pour une histoire plus longue, des Jacobins de l’Ouest.

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540