Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Jacobins de l’Ouest

 | 
Christine Peyrard

Quatrième partie. Déjacobinisation et néojacobinisme dans l'ouest

Chapitre quatorzième. Découragement des Jacobins et recomposition politique

Texte intégral

1Quand s’ouvre le Directoire, les militants du jacobinisme dans l’Ouest sortent à peine de prison, acquittés par les tribunaux républicains ou amnistiés grâce à la dernière loi votée par la Convention. Si un cycle révolutionnaire s’est achevé au printemps 1795, la République n’est abolie ni dans la forme, ni dans le fond, avant l’automne 1799. Cette longue période, si mal-aimée de l’historiographie, mérite pourtant un intérêt certain : la génération révolutionnaire est confrontée à une nouvelle réalité politique qu’il convient d’examiner avant de présenter la seule forme possible d’une expression publique sous le premier Directoire dans la diversité des conditions locales.

Les nouvelles conditions de la vie politique

  • 1 Constitution du 5 fructidor an III, art. 360 à 364.
  • 2 Peyrard (113)

2Après la déconstruction de l’idéologie jacobine, réalisée sous la Convention thermidorienne, une nouvelle règle du jeu politique a été fixée par la constitution de l’an III. Celle-ci établit un gouvernement représentatif dans le cadre duquel les assemblées primaires ou communales sont le lieu légitime d’exercice des droits politiques pour les citoyens, ceux qui, du moins, ont le droit de vote. Entre le citoyen et ses représentants aux Conseils et dans le Directoire exécutif ou dans les administrations départementales et municipales, nul corps intermédiaire ne doit entraver l’expression de la volonté générale. Les « sociétés particulières, s’occupant de questions politiques » sont strictement règlementées : elles ne peuvent se qualifier de « populaires », ni « correspondre avec une autre, ni s’affilier à elle, ni tenir des séances publiques, composées de sociétaires et d’assistants distingués les uns des autres, ni imposer des conditions d’admission et d’éligibilité, ni s’arroger des droits d’exclusion », ni enfin, présenter de pétitions collectives1. En cherchant à garantir les libertés de l’individu, le législateur-constituant a limité les droits des citoyens car la liberté, entendue comme sûreté des personnes et des propriétés, remplace désormais le bonheur commun comme fondement de la politique. Mais la transition est difficile et les débats législatifs sur les libertés publiques vont être focalisés sur le droit d’association politique et de réunion publique pendant tout le Directoire2.

  • 3 AN. F7/3661/1.

3Ces clauses constitutionnelles, approuvées par référendum, n’expliquent pas à elles-seules la léthargie de l’exercice des droits naturels du citoyen en l’an IV. Les conditions locales sont autrement déterminantes : en dépit de tous les traités de pacification, l’Ouest vit désormais à l’heure de la guerre civile. La chouannerie est la question politique majeure pour les dirigeants républicains comme pour les ci-devant jacobins. Ceux de Condé-sur-Noireau, qui avaient très tôt fondé un club, signent individuellement une pétition sous le titre « Les Patriotes de 1789 de la commune de Noireau (Calvados) et ceux des communes envahies par les chouans et les réfugiés » et expliquent ainsi, le 12 nivôse an IV, aux membres du Directoire exécutif : « Lorsqu’au mois de brumaire an III, Bollet, membre de la Convention nationale, vint dans le Calvados y renouveler les autorités constituées, il mit en liberté les ci-devant nobles, prêtres réfractaires et autres ennemis, nés et par affection, de la Révolution et incarcéra de bons et solides républicains »3. Les 46 signataires dénoncent l’ampleur de la chouannerie, l’assassinat des patriotes et l’existence d’un état-major royaliste dans le château voisin de Fiers et sollicitent du gouvernement républicain des mesures contre les châteaux fortifiés, une force armée plus nombreuse et l’exécution des lois contre les nobles et les réfractaires.

  • 4 AN. F7/4278. Liste des abonnés au Tribun du Peuple
  • 5 Voir Legrand (101) p 199. Traduits devant la Haute-Cour de justice à Vendôme, ils seront acquittés (...)
  • 6 J.M. Schiappa, « Aspects de l’implantation de la conjuration babouviste », thèse de doctorat de l’ (...)
  • 7 AN. F7/7165.

4Considérablement affaiblis par la réaction thermidorienne qui a contraint plus d’un militant à quitter sa région d’attache, les partisans de la République démocratique sont ensuite les victimes désignées, comme le mayennais Julien Quantin, de la répression du complot de Gracchus Babeuf. Le rayonnement des idées babouvistes est bien faible dans l’Ouest où Le Tribun du Peuple ne compte pas dix abonnés4. L’abonné de Cherbourg, l’horloger Fossard dont nous avons signalé le rôle en 1793, est également un correspondant de Babeuf et, à ce titre, il est arrêté avec deux de ses frères et amis, le capitaine général des douanes Rayebois et le sous-chef des classes de la marine Cordebar, exclus avec lui du club cherbourgeois après Thermidor et emprisonnés en l’an III5. Les travaux récents de J.M. Schiappa ont attiré notre attention sur la correspondance clandestine d’anciens clubistes manceaux6, qui ne sont pas des abonnés au journal. La lettre de Potier-Morandière, adressée de Paris le 24 germinal, à Bazin, son ami de tous les combats, instruit le Manceau sur la multiplication des groupes républicains qu’il fréquente comme sur la dernière séance du Corps législatif qui lui fait espérer la réouverture des sociétés populaires. Elle révèle aussi les démarches qu’il a effectuées, relativement aux nominations du personnel administratif sarthois, auprès de personnages influents dans la capitale7. C’est le vieil adversaire des Jacobins de 1792, le député de la Sarthe Bardou-Boisquetin, qui a intercepté cette lettre et la remit au Directeur Carnot. Il ajoutait, le 19 messidor an IV, qu’il s’étonnait de voir Potier « se promener presque tous les jours au Jardin-Égalité » alors qu’il avait reçu l’assurance de son arrestation. La deuxième lettre, ainsi conservée, est celle d’un autre inculpé de terrorisme au Mans en l’an III, Allain dit Dupré. Il s’adresse le 26 germinal à Rouvin qui avait également échappé, alors, à une arrestation. Employé au ministère de la Guerre, il se fait l’écho des idées babouvistes en lui parlant de « la sainte faction des Égaux ».

  • 8 Cité par Reinhard (261) p 77.

5Tandis que le complot babouviste débouche sur l’impasse insurectionnelle et contraint les anciens Jacobins à beaucoup de circonspection, car ils savent, comme Bazin déjà, qu’ils sont les suspects potentiels de toutes les conspirations réelles ou factices à venir, le péril chouan et royaliste pose la question concrète de l’exécutif républicain. Sans faire la comptabilité des patriotes assassinés, acquéreurs de biens nationaux ou administrateurs républicains, ni l’étude des méthodes de la pacification conduite par Hoche durant l’hiver 1795 et le printemps 1796, retenons seulement que « l’autorité militaire eut pleine liberté d’action, grâce à l’état de siège de toutes les grandes communes des départements insurgés »8. Au delà de l’action de ces « proconsuls » que les Jacobins manceaux n’ont pas plus aimé sous l’uniforme républicain en l’an IV que sous celui de l’armée révolutionnaire en l’an II, la question du recrutement du personnel administratif intéressait au plus haut point les militants qui manœuvraient, comme Potier et Allain à Paris, pour avoir dans la Sarthe des fermes républicains. Car, s’ils ne pouvaient rien espérer de la députation de la Sarthe au Conseil des Cinq-Cents ni à celui des Anciens, ils pouvaient faire pression sur le Directoire exécutif qui nommait un commissaire auprès de chaque administration, tant municipale que départementale.

  • 9 ADS. L 222.
  • 10 AN. F7/3684.

6Dans la Sarthe, par exemple, où les administrateurs thermidoriens ne sont pas réactionnaires (trois élus sur quatre ont été membres du club) l’arrivée du premier commissaire du Directoire exécutif, un certain Jouennault que la députation sarthoise ne connaissait guère lorsqu’elle a participé à sa nomination, entraîne une activité accrue de l’administration centrale. Son activisme lui fait accorder ainsi beaucoup d’intérêt à une société soupçonnée d’anti-républicanisme à Bonnétable. Le commissaire du Directoire exécutif près l’administration municipale de ce canton lui annonce, dans son rapport du 21 prairial, l’existence d’une Société de la Réunion. Formée à l’instar de celle de Mondoubleau, elle a établi des statuts, élu un président et tient un registre sur lequel elle fait signer les récipiendaires qui doivent garder le secret. Sans avoir rempli aucune formalité, ni auprès de la municipalité ni auprès de la gendarmerie, elle réunit au moins 60 à 80 personnes des deux sexes et de tout milieu social. Son local est la maison d’une veuve qui vit avec un ci-devant prêtre, selon les informations de son perruquier qui s’y est fait admettre. Comme « le noyau de cette société a été formée de personnes qui n’ont jamais paru bien partisans de la République et qu’on m’a dit que, jusqu’à ce moment, on n’y comptait pas des patriotes bien prononcés », le fonctionnaire de Bonnétable demande à son supérieur hiérarchique ce qu’il convient de faire. Jouennault lui répond aussitôt que « c’est un motif pressant de la surveiller sans cesse » et que la loi doit être appliquée, après vérification de la rumeur. L’hostilité des républicains locaux dont le club a été précédemment dissous et qui ont appris la fermeture par le pouvoir exécutif du club du Panthéon à Paris, pousse le représentant de l’État dans la commune à faire connaître publiquement la réponse du président de cette société à ses questions. Le 1er messidor, les citoyens de Bonnétable qui menaçaient d’intervenir apprennent le caractère non politique de ce cercle de loisirs et, trois jours plus tard, le commissaire peut annoncer la dissolution tranquille de ladite réunion9. Dans l’Orne, un rassemblement de ce type a été signalé également à Mortagne en nivôse en IV. Dans les circonstances de la guerre civile et de l’état de siège, il passait pour dangereux10. C’est au service de la défense républicaine contre les attaques des chouans que nombre de Jacobins de l’an II, loin de se laisser aller au découragement après la répression thermidorienne, vont désormais se consacrer soit dans les bureaux ministériels de la Guerre et de la Police, soit dans leur département.

7Toutefois, la liberté de la presse solennellement reconnue dans la constitution est un des traits majeurs de la nouvelle vie politique. Au plan national, c’est l’opinion royaliste ou, disons, réactionnaire qui en a essentiellement profité, vu les entraves législatives et administratives portées au mouvement associatif jacobin. Dans l’Ouest, d’une part l’émergence d’une telle presse est une grande nouveauté et, d’autre part, la presse provinciale devient le principal champ de confrontations politiques. En dépit des lois des 27 et 28 germinal an IV, consécutives à la répression babouviste, contre « tous ceux qui, par leurs discours ou leurs écrits imprimés, provoqueraient la dissolution de la représentation nationale ou du Directoire exécutif », qu’ils soient royalistes ou partisans de la loi agraire ou de la constitution de 93, la presse est en pleine expansion : l’an V est l’année de la décennie révolutionnaire qui connaît la plus forte création de journaux dans l’Ouest intérieur. Ce n’est pas l’année de tous les records toutefois, car en nombre de journaux locaux en circulation dans ces six départements, elle est devancée par 1793 et par 1792. Cette reprise de l’activité éditoriale est très forte aussi parce qu’elle est tardive : une année d’incubation des nouvelles règles politiques a été nécessaire dans ces départements chouannés pour mesurer l’importance nouvelle de ce média dans le jeu électoral. Alors qu’il était l’auxiliaire de la société populaire ou de l’administration départementale, le journal prend désormais la place occupée naguère par le club révolutionnaire. Car la République fait des élections le fondement théorique de son fonctionnement constitutionnel. L’époque directoriale inaugure, désormais, le pluralisme d’opinions caractéristique d’une République libérale et suscite la bipolarisation de l’opinion publique.

Le pluralisme d’opinions dans l’Eure et le Calvados

  • 11 Voir Wauters (299).

8Le rôle décisif accordé au chef-lieu de département sous le Directoire renforce les possibilités d’émergence d’un périodique non seulement à Caen ou au Mans qui ont déjà une longue pratique éditoriale, mais également à Evreux où surgit, en vendémiaire an IV, le premier titre de presse. Le Journal des Départements, dont il ne reste qu’un numéro est très mal connu11. Rédigé anonymement, dirigé par Courtin fils et imprimé par les frères Chaumont, qui n’ont pas fait partie des 432 membres de la société populaire d’Evreux, épurée en brumaire an III, le journal dans son numéro quatre condamne vigoureusement l’insurrection parisienne du 13 vendémiaire, affichant ainsi une position républicaine et pro-gouvernementale.

  • 12 Voir Woloch (129) p 189-205.
  • 13 D’après la Biographie Universelle, ancienne et moderne, Paris, 1857.

9Un an plus tard, en frimaire an V, débute un journal qui, jusqu’aux élections de germinal an VI, va jouer un rôle décisif dans la vie politique locale12. Le propriétaire du Bulletin de l’Eure est l’imprimeur de l’administration centrale, J.B. Touquet qui ne s’était pas plus distingué précédemment que son principal collaborateur Guy Chaumont-Quitry. C’est dans les combats sous le Directoire que le publiciste fixe sa carrière d’opposant politique qui le rendra célèbre dans les premières années de la Restauration. Son biographe précise que Touquet publia alors « un grand nombre d’ouvrages révolutionnaires et contraires à la religion », notamment « les œuvres de Voltaire et de Rousseau auxquelles l’esprit de parti donna beaucoup de vogue ». L’ancien militaire, forcé de se réfugier en Belgique, revint en France après 1830 et mourut à Dieppe peu de temps après, sans avoir pu bénéficier de sa pension de retraite de colonel qui lui était enfin accordée13. Son journal connait un réel succès auprès du public qui l’invite, d’abord, à supprimer le supplément onéreux d’un bulletin de législation faisant double emploi avec l’officiel Bulletin des Lois pour insérer les lois importantes dans le journal, puis à changer son titre initial de Bulletin du département de l’Eure pour se démarquer de l’administration gouvernementale et, enfin, à proposer une périodicité tous les deux jours au lieu de la parution bi-décadaire initiale. Le journal de Touquet qui consacre aux informations nationales et au commentaire de l’actualité une place importante, donne au courant démocratique une réelle audience dans le département.

10Tandis que « les patriotes prononcés » ou « les anciens terroristes » ont leur journal, un concurrent est opposé à celui-ci, à Evreux, à partir du 1er pluviôse an V jusqu’au 10 frimaire an VI au moins. Le Journal du Bon Sens sort des presses de l’imprimeur J.L. Ancelle qui, à 45 ans en l’an III était membre de la société populaire et thermidorienne d’Evreux. Ce journal décadaire, dont l’abonnement mensuel même abaissé à 15 F en ventôse, ne peut avoir comme lecteurs qu’une clientèle aisée à la différence du Bulletin de l’Eure qui ne coûte trimestriellement que 6 F. Par ailleurs, il n’offre qu’un seul article, sous forme épistolaire comme dans le premier numéro où un curé faisait part de ses observations générales. Ce n’est donc pas dans cette épître décadaire d’un ancien curé de campagne ou dans cette chronique du « bon prêtre », raillée par l’anticlérical Touquet, que les adversaires des démocrates trouveront un réel contrepoids à leur influence. A défaut d’avoir pu créer un journal officiel, ils feront supprimer le journal de Touquet dont le dernier numéro paraîtra le 21 germinal an VI.

11A Caen, c’est le journal des « honnêtes gens » qui est contrebalancé par un nouveau titre de presse, même si l’époque florissante du journalisme est bel et bien passée dans ce département. Le Journal Général du Calvados paraît, du 1er thermidor an IV au 12 vendémiaire an VI, chez l’imprimeur-libraire L.J. Poisson qui a édité de nombreuses feuilles à Caen et a été emprisonné sous la Terreur, comme Touquet d’ailleurs. A sa mort, en frimaire, sa veuve dirige l’imprimerie et continue l’édition du journal jusqu’au coup d’arrêt consécutif au 18 fructidor an V. Rédigée par « une société de gens de lettres », dont les membres ont préféré garder l’anonymat, la feuille qui paraît tous les deux jours rapporte des informations brèves, prises dans des journaux nationaux, et préfère la compilation aux autres formes discursives. Dès le premier numéro, le journal se félicite « du bon esprit du gouvernement » qui a montré sa détermination à combattre « l’anarchie » et invite « les honnêtes gens » à se réunir à lui pour concourir à établir « la liberté individuelle et la jouissance certaine de sa propriété », même si beaucoup d’entre eux, « pleins de déchirants souvenirs », hésitent encore à le faire. L’actualité du procès de Babeuf facilite l’amalgame entre les partisans des Egaux, les anciens « terroristes » et les actuels « exclusifs ». Néanmoins, cet anti-jacobinisme virulent a dû être tempéré.

  • 14 Journal Général du Calvados, 11 thermidor an V.
  • 15 Idem, 9 et 13 fructidor.

12D’abord, la fête du 9 thermidor an IV n’a pas été dignement célébrée à Caen où la statue de la Liberté a été l’objet des sarcasmes des partisans de Robespierre qui « ont fait tous leurs efforts pour persuader le peuple que cette fête était celle des assassins et ont insinué que c’était l’image de Charlotte Corday qu’on offrait à leurs regards »14. A Pont-l’Evêque, le discours du président de l’administration municipale a été interrompu par « une voix de stentor qui a fait entendre ce cri séditieux : Vive la constitution de 93 ! ». L’ancien agent de la commune en l’an II a été aussitôt arrêté, mais de nombreux amis sont intervenus en sa faveur et le journal de Caen s’étonne de voir parmi ces « exclusifs » non seulement le directeur de la poste aux lettres, un quasi-fonctionnaire, mais encore de nombreux suspects de fédéralisme incarcérés en 1793, envoyés devant le Tribunal révolutionnaire et délivrés grâce au 9 thermidor. Ensuite, au delà de la recomposition politique des forces républicaines, il y un héritage commun qui reste vivace. A la demande d’un abonné, Le Journal Général du Calvados est contraint à faire amende honorable et à reconnaître que « parmi les membres qui composaient la Société des Jacobins de Caen, il y a nombre de personnes éclairées et vraiment patriotes » tout en ajoutant que « sa très grande majorité a toujours été très éloignée de partager les fureurs des terroristes »15

13L’arrivée d’un concurrent sur le marché éditorial radicalise toutefois le journal qui prend parti, dans les troubles au théâtre du chef-lieu, pour la jeunesse dorée qui réclame la pièce à la mode, L’Intérieur des Comités révolutionnaires, contre « tous les restes du parti jacobin ». Puis, au fil des mois suivants, c’est « l’orgueilleuse philosophie » qui est dénoncée, c’est « le désorganisateur Rousseau » qui est vilipendé et c’est le programme même de l’École Centrale de Caen qui est critiqué. Un ancien universitaire condamne ainsi, le 9 nivôse an V, un enseignement basé sur les ouvrages d’auteurs comme Mably que « j’aimerais assez si son peu de connaissances de l’économie politique ne lui avait pas fait méconnaître l’importance de la propriété et s’il n’eut ainsi fourni des armes à l’anarchie et au sans-culottisme », comme Raynal dont « les connaissances qu’il nous a données sur les découvertes des Européens dans les Indes et, même, son tardif repentir ne peuvent balancer le mal produit par ses fougueuses déclamations » ou encore Helvétius qui « employa tous ses talents à propager les désastreux, les désolants principes du matérialisme ». Bref, il déclare à l’opinion publique qu’il préfère pour ses enfants « l’ignorance la plus absolue à une science qui ne serait propre, à mon avis, qu’à en faire d’adroits fripons ou des brigands éhontés ».

  • 16 Idem, 17 germinal et 9 floréal an V.

14Désormais, le journal se fait le défenseur des prêtres injustement persécutés, consacre de nombreux articles aux massacres des planteurs blancs dans les colonies « depuis que l’infâme général Lavaux a démoralisé les Noirs, qu’il les a forcés de quitter l’utile et paisible état de cultivateur pour les habituer au meurtre, au pillage et à l’incendie et à se vautrer dans l’ordure et la débauche » et légitime l’action de ceux que l’on traite de « royalistes » qui, depuis l’établissement de la constitution, n’ont « rien fait pour la détruire ». Enfin, la campagne électorale est l’occasion de donner des conseils aux électeurs : « Nommez des propriétaires, des propriétaires vivant habituellement dans nos cantons. Voyez combien tous ces prolétaires, ces hommes de loi chassés par le sort sont devenus souples devant le pouvoir exécutif : c’est qu’ils attendent des places ». En ferraillant avec La Gazette du Calvados, le journal dénonce « les exclusifs » qui, dans un café, ont affirmé que « le règne de Robespierre était le meilleur » et combat même l’idée d’égalité : « Il est faux que l’égalité, celle qu’entendent les Jacobins, soit une loi de la nature. La nature n’a rien fait d’égal. Sa loi souveraine est la subordination et la dépendance »16.

15La Gazette Universelle ou Bulletin du Calvados est apparue le 1er vendémiaire an V, en choisissant comme épigraphe : « Le véritable ressort de l’autorité est dans l’opinion et dans le cœur des citoyens » et va connaître une assez belle longévité puisque le dernier numéro connu est le 498ème, daté du 25 prairial an VII. Son prospectus parle de la nécessaire instruction des citoyens sous la République et de l’attachement au gouvernement. Editée chez un nouvel imprimeur caennais, Boullay-Malassis, la gazette coûte une livre de moins par trimestre pour son lancement que la feuille de son concurrent, avant d’aligner ses tarifs d’abonnement sur ceux de son adversaire. Le périodique qui préfère l’in-octavo au quarto du Journal du Calvados affiche à sa Une deux piques horizontales, entrelacées de feuilles de chênes se terminant par une couronne, qui rejoignent au centre l’Œil de la surveillance. C’est par son profond anticléricalisme que se distingue, surtout, ce journal qui offre la même répartition des rubriques et le même style journalistique que l’autre journal caennais. Ce fonds culturel commun des républicains explique autant que son faible engagement partisan la longévité de cette gazette.

L’héritage de Coesnon-Pellerin dans l’Orne et la fabrication d’une idéologie réactionnaire

16La mémoire de l’éditeur du journal du club de L’Aigle en l’an II, devenu sous le Directoire le rédacteur parisien de L’Ami de la Patrie et l’imprimeur momentané du Bulletin de l’Eure, lors de la suspension du journal de Touquet au cours de l’an VI, a marqué les ci-devant districts de l’est du département. C’est, en effet, à L’Aigle et Mortagne, que se publient en l’an V Le Pacifique et La Renommée et non dans le chef-lieu de l’Orne, bien que se soit établi à Alençon comme imprimeur, Jouenne, un ancien ouvrier du journaliste jacobin, qui édita notamment la protestation de Julien Quantin après son interdiction de séjour dans la Mayenne.

  • 17 Avant que l’unique exemplaire du Courrier de l’Aigle ne disparaisse, Almagro avait pu le présenter (...)

17La Renommée ou le Journal de Mortagne, qui paraît tous les deux jours, a dû être éditée du 21 vendémiaire au 7 vendémiaire de l’an VI. Le Pacifique ou Courrier de L’Aigle a vraisemblablement paru à partir du 23 pluviôse an V et, au moins, jusqu’au 29 floréal de la même année17. Si on ne peut guère connaître ce dernier journal, en revanche l’information judiciaire ouverte, après le coup d’État de fructidor, contre le propriétaire de La Renommée est très intéressante pour rendre compte d’une conception du journalisme provincial sous la Révolution.

  • 18 ADO. L 7225.

18Ce périodique, de format in octavo et de huit pages, se compose de nouvelles étrangères et intérieures, de compte-rendus des séances du Corps législatif et d’un courrier des lecteurs. Le prix de l’abonnement est de 20 livres par an ou 5 livres pour trois mois. Le contenu de l’information est profondément hostile à la République, aussi bien à ses militants locaux qu’à ses représentants officiels et, notamment, à ses Directeurs car le journal de Mortagne se nourrit des articles de La Quotidienne ou des Annales Catholiques, largement reproduits. Les attaques virulentes et répétées contre la personne de Coesnon-Pellerin, publiées notamment dans les numéros du 3 frimaire et du 27 pluviôse, ne sont peut-être pas étrangères à l’ouverture d’une enquête judiciaire18. Toujours est-il que c’est elle qui nous révèle la fabrication mercantile d’une information journalistique.

19Le 6 brumaire an VI, Michel Marre, l’imprimeur du journal, est arrêté consécutivement au décret signé par La Revellière-Lépeaux, président du Directoire exécutif ordonnant, d’après le rapport du ministre de la Police, l’arrestation des « propriétaire, entrepreneur et directeur de La Renommée ou Journal de Mortagne ». Les scellés apposés chez lui font découvrir son imprimerie, installée dans son appartement. Du mobilier non professionnel, le rapport de police ne retient que « deux couchettes de lit, deux paillasses, un lit de plume, une contre-pointe et deux housses de lit » avec un poêle de faïence, muni de ses tuyaux. On ignore si l’artisan, marié et père de famille, possèdait autre chose et si cette pièce était réservée aux employés de l’imprimeur. Toujours est-il que sa femme se fait la gardienne des scellés car elle déclare être « hors d’état de payer un gardien ». Le propriétaire du journal possède deux presses, douze paires de casses garnies de leurs caractères et un marbre d’imprimerie. Michel Marre déclare alors avoir imprimé le journal « pour gagner sa vie », en ajoutant qu’« il ne sait ni lire ni écrire » ! Il dénonce son prote, le citoyen Fourbet, devenu marchand-épicier à Tourouvre, comme ayant été le seul rédacteur. Celui-ci échappe à son arrestation, le 8 brumaire, mais les gendarmes incarcèrent momentanément le notaire du bourg qui a facilité son évasion.

20L’affaire est relancée trois mois plus tard par Barras, ministre de la Justice, en « considérant que depuis Fructidor, l’audace contre-révolutionnaire n’a rien perdu de ses affreuses espérances et qu’il est urgent de l’atteindre jusque dans ses dernières ramifications ». Aussi, le 6 pluviôse an VI, le rédacteur supposé du journal de Mortagne est prévenu, comme Ferréol Beaugeard, du vieux Journal de Marseille, et le toulousain Durand du Journal du canton de Revel de « complicité dans la conspiration déjouée le 18 fructidor contre la sûreté intérieure de la République », tandis que le citoyen Marre est mis en liberté. Le commissaire du pouvoir exécutif auprès de la municipalité de Mortagne, chargé de l’exécution de cet arrêté, fournit les pièces saisies chez l’imprimeur, selon les termes de la loi du 27 germinal an IV, au directeur du jury d’accusation de son arrondissement. Il lui recommande, le 19 pluviôse, l’indulgence pour le citoyen Marre qui, analphabète, a été « dupe de son ignorance », mais dénonce son prédécesseur, « le faux patriote Thoumin » - un ancien adversaire des Jacobins de Mortagne - qui approuvait les opinions et les principes du journal. Le juge de paix relève, effectivement, en levant les scellés de l’imprimerie, des lettres de l’ancien commissaire Thoumin avec des exemplaires de La Quotidienne.

  • 19 R. Gérard, Un journal de province sous la Révolution. Le journal de Marseille de F. Beaugeard (178 (...)
  • 20 Dans les pièces relatives au procès de Fourbet, se trouve une lettre manuscrite de Beaugeard, écri (...)

21Tandis que Ferréol Beaugéard est arrêté à Bordeaux le 13 prairial an VI19, Jacques-Louis Fourbet qui se cache, lui aussi, depuis des mois est découvert le 12 vendémiaire an VII. Mais comme aucune pièce à charge n’a été découverte contre le prote, accusé par son patron d’être le rédacteur du journal, le ministre de la Police demande, le 8 brumaire, de clore rapidement l’affaire en recommandant que « justice prompte soit rendue au citoyen Fourbet ». L’accusateur public près le tribunal criminel de l’Orne en avise autrement lorsqu’il conseille, le 28 brumaire, le directeur de jury d’accusation de Mortagne de « soumettre l’affaire à l’examen le plus scrupuleux et de ne mettre l’accusé en liberté que lorsque vous serez bien convaincu de son innocence ». Le citoyen Fourbet n’ayant pas la même envergure que le journaliste marseillais, soumis à douze interrogatoires pendant sa détention, n’en subira que trois les 13, 20 vendémiaire et le 17 floréal an VII devant la même instance judiciaire. Il n’apparaît pas qu’il ait récusé ses huit jurés, comme Beaugeard qui réclamait des « hommes nourris des lettres et des lois » à la place d’hommes du peuple, ni qu’il ait cherché à constituer comme lui un dossier pour préparer sa défense20.

22Jacques-Louis Fourbet, originaire d’un canton rural de la région, est un jeune homme de 27 ans qui vit chez son beau-père, marchand-épicier à Tourouvre. Avant de s’y établir à son tour comme chandelier, il a d’abord été ouvrier compositeur dans l’imprimerie de Marre de vendémiaire an II au début du mois de thermidor an V Sa version contredit celle de son patron qui, certes, signe son nom avec moins d’aisance que son prote. Attaché à prouver qu’il n’était pas rédacteur du journal, Fourbet souligne qu’après son départ de la ville, le journal a continué de paraître de même qu’il ne subissait pas d’interruption lorsqu’il rentrait chez lui, une semaine par mois, et demande à être confronté aux deux autres ouvriers. Il soutient également que son patron savait lire puisqu’il « travaillait lui-même quelquefois à la casse sur des manuscrits ».

23Le prote explique comment se faisait l’édition du journal : « Il n’y avait rien d’écrit de la main de Marre, il nous présentait les journaux auxquels il s’était abonné ainsi que des écrits qui lui étaient adressés par différentes personnes et il nous chargeait d’imprimer ce qui lui convenait ; ce que nous faisions. Nous n’insérions pas toujours le nom du journalistes, à moins que Marre ne le demande ». Il précise que celui-ci « variait journellement dans ses observations, tantôt il trouvait tel article royaliste, tel autre jacobin » mais « qu’après avoir été en ville, il disait qu’il ne fallait pas employer telle ou telle chose » car sa politique était « de suivre l’opinion publique ». Suite au premier article non signé contre Coesnon-Pellerin, celui-ci, alors rédacteur à Paris de L’Ami de la Patrie, avait intenté un procès contre le propriétaire-imprimeur qui reconnut à ce moment-là « qu’il n’avait pas assez d’esprit, qu’il fallait qu’il trouve un rédacteur » et qui pensa même vendre son imprimerie à un certain Périgault-Lamotte. Marre contacta ensuite le ci-devant prêtre Poitevin « pour se mettre à couvert des poursuites » mais, comme celui-ci lui demanda douze cents francs pour être rédacteur, il dut y renoncer car « il n’avait pas une quantité suffisante d’abonnés ».

  • 21 AN. F7/3450.

24Parmi les auteurs locaux qui écrivaient dans le journal, l’ouvrier inculpé cite J.L. Brard, auteur du deuxième article calomniateur sur Coesnon-Pellerin et d’un hymne, intitulé « le Chant de Germinal », dont le commissaire exécutif de Mortagne est venu interdire l’impression chez Marre, après les événements du 3 germinal an V où deux républicains de Mortagne furent tués et tous les autres, obligés de quitter momentanément la ville. S’il disculpe le commissaire Thoumin, en revanche, il nomme un administrateur de l’Orne, Louis Délestang qui commença sa carrière au début de la Révolution et la termina comme sous-préfet de Mortagne sous l’Empire tout en adulant ensuite les Bourbons ; en plus des charades qu’il faisait publier dans La Renommée, il rédigeait « sur l’invitation de Marre, les nouvelles du pays et d’autres ». La défense argumentée du prote a laissé courir la rumeur sur l’identité véritable du rédacteur du journal. La piste Délestang ayant été laissé de côté, on supputa que l’instituteur Legros de Mortagne, ex-moine du couvent de La Trappe, à la tête de l’insurrection de germinal, pouvait bien être le rédacteur secret du journal royaliste. La rumeur publique dénonçait aussi Coulonge, un ex-noble et frère d’émigré, et un certain Soupné « égorgeur en chef de germinal »21.

25Le 1er prairial an VII, compte tenu que La Renommée ou Journal de Mortagne « a, pendant l’an V, répandu les calomnies les plus noires et les plus avilissantes contre les représentants les plus attachés à notre constitution, le Directoire, les ministres, les généraux et, enfin, les fonctionnaires les plus zélés pour le gouvernement républicain, en cherchant à ridiculiser leurs actions, à leur faire perdre la confiance publique et à exciter la guerre civile », le directeur du jury d’accusation de Mortagne demanda aux jurés de se prononcer sur la déclaration de l’inculpé et celle de son patron. Mais on ignore quel fut le verdict.

Le rayonnement de l’idée républicaine au Mans

26A l’opposé de cet exemple ornais, le journalisme manceau n’est pas conçu comme une entreprise mercantile ; les journalistes, il est vrai, sont d’abord des militants politiques. D’emblée, il convient de dire l’originalité de ce département où paraît l’un des grands journaux révolutionnaires provinciaux, où le principal porte-parole de la politique de défense républicaine est l’un des leaders de la société populaire mancelle en 1793 et où la mémoire de la Révolution s’inscrit dans la fidélité aux idéaux de l’an II. Ni La Gazette du Calvados, dont les rédacteurs préfèrent conserver l’anonymat, ni Le Bulletin de l’Eure, rédigé par de courageux républicains, ne peuvent soutenir la comparaison avec La Chronique de la Sarthe de J.R. Bazin qui est le produit d’une stratégie éditoriale profondément mûrie par l’expérience militante.

27L’annonce de la création « d’une feuille périodique, dirigée par une société d’Amis de la Patrie » est un événement en ces derniers jours de l’an IV. Un événement éditorial dans la Sarthe où, mis à part le bulletin officiel du département et le journal des Affiches, aucun périodique n’était apparu depuis 1793. Un événement politique, aussi, qui suscite une vive polémique nationale. La royaliste Gazette Française insère alors la lettre d’un abonné anonyme dénonçant la tolérance des administrateurs sarthois vis à vis des « nombreux rassemblements d’amnistiés qui tiennent des clubs et forment des complots » et la nomination d’un de ces « anarchistes et robespierristes » comme rédacteur du journal. L’administration centrale dément aussitôt toute connivence avec les rédacteurs du journal, réfute l’existence d’un club au Mans et rappelle le principe constitutionnel de la liberté de la presse.

28Le prospectus incriminé du citoyen Bazin mérite une assez longue citation : « Il est un temps pour les révolutions ; il en est un pour le bonheur. Les révolutions sont la suite inévitable des calamités publiques et ne seraient elles-mêmes que d’horribles fléaux si, dans leurs résultats, elles ne faisaient qu’aggraver les maux de la société. Le peuple en fut toujours l’instrument, rarement l’objet et souvent la victime. Français, feuilletez les pages de votre Histoire : tant d’exemples frappants qu’elle contient vous étonnent mais ne vous corrigent pas. Vous gémissez sur les effets ; vous fermez l’œil sur les causes. Si quelque main hardie ne déchire le bandeau qui vous aveugle, chaque jour ne fera que vous rapprocher de l’abîme qui menace de vous engloutir. Malheur encore à quiconque s’empresse de détourner vos pas de la pente fatale ! Il ne reçoit, en retour, que haine et malédictions ; mais que serait l’amour de la patrie, s’il n’aidait à surmonter tous les dégoûts, à vaincre tous les obstacles ; s’il n’était supérieur à toute crainte ; s’il ne trouvait en lui-même son aliment, son espoir et sa récompense ? Ce sentiment aussi délicat qu’énergique serait-il éteint dans tous les cœurs ? Jusques à quand nos malheureuses contrées n’auront-elles d’échos que pour les vociférateurs du royalisme ? La liberté n’y a-t-elle plus de stentor ou n’aurions-nous tant fait pour elle que pour la voir reléguer au pays des chimères ?

29Et toi, peuple, le saint mot ÉGALITÉ ne frapperait-il plus ton âme parce qu’il ne sonne plus à ton oreille ? Honteux découragement, léthargie cruelle, triste repos de l’esclavage, depuis trop longtemps vous engourdissez nos cités silencieuses ! Faites place aux accents du patriotisme, à sa primitive activité, à sa vigueur, à son empire (...)

30Patriotes, il ne s’agit point de faire un honteux trafic de la pensée ; mais il s’agit de votre intérêt et du soutien de la liberté. Unissons-nous ensemble de moyens et d’intention pour ériger, de nouveau, le tribunal renversé de l’opinion publique. Songez que votre sort dépend du succès de la Révolution, quelle qu’ait été la nuance de vos opinions. Si vous la laissez périr, elle vous écrasera sous ses débris et vous mourrez TOUS chargés d’imprécation et d’ignominie. Si vous en retrempez les ressorts, elle remontera bientôt à son apogée et c’est alors que le peuple, jouissant enfin du fruit de ses travaux et de ses longues privations, bénira les fidèles amis de la patrie qui n’auront jamais désespéré de son salut (...) ».

31Avant d’entrer plus avant dans la conception de l’idée républicaine chez ce journaliste, âgé seulement de 25 ans, mais mûri précocement par ses engagements révolutionnaires et ses neuf mois passés déjà en prison, entrons d’abord dans le laboratoire où se rédige La Chronique du département de la Sarthe. Le premier numéro sort le 4ème jour complémentaire de l’an IV des presses de Merruau, un ancien frère et ami de la société populaire. L’abonnement à ce périodique de huit pages in octavo qui paraît tous les deux jours n’est que de 18 livres par an ou 5 livres par trimestre pour Le Mans et une à deux livres de plus pour les autres communes. Si J.R. Bazin assume, comme rédacteur, la responsabilité juridique des dix premiers numéros, le sous-titre du journal mentionne sa direction par « une société d’amis de la patrie ». Parmi ces « sept à huit » citoyens qui ont projeté la création du journal comme substitut au club prohibé, il y a une recrue de marque pour les manceaux en la personne de Saint-Martin de la Rigaudière.

32De la « bastille » alençonnaise où nous l’avons vu sortir au début de l’an IV, pas plus « amnistié » que Bazin, sorti de la prison mancelle trois jours après le 13 vendémiaire, l’ex-fonctionnaire de la Mayenne est allé d’abord dans la capitale. Un rapport de police parisien mentionne qu’il a vécu avec sa femme, sa belle-mère et un « particulier âgé et assez tranquille » dans un appartement dont il a payé en germinal an IV le loyer pour six mois. L’ex-avocat de La Ferté-Macé, l’ex-agent national du district de Lassay faisait officiellement « un très petit commerce de mouchoirs ». Mais les voisins ont noté qu’il « recevait beaucoup de monde et donnait chez lui des repas » qui attiraient « beaucoup d’officiers de rang supérieur » et, peut-être, des « députés ».

  • 22 AN. F7/7187.

33Au début du mois de fructidor an IV, le « négociant » Saint-Martin est installé dans une auberge du Mans et, comme étranger, il fait l’objet d’une surveillance très étroite. On note qu’il s’est entretenu avec les officiers de la Dordogne et du Lot-et-Garonne qui ont osé chanter La Marseillaise dans un cabaret et qui ont été relégués dans un autre casernement pour ce chant devenu séditieux. On s’étonne de l’argent qu’il dépense en invitant à dîner tous les jours plusieurs personnes, parmi lesquelles on reconnait Delélée, « maintenant receveur de l’Enregistrement à Corbeil, qui a figuré ici sous le règne de la terreur et dont Garnier de Saintes disait que l’âme est plus hideuse que le corps, ce qui n’est pas une petite chose tant il est laid ». Surtout, on dépouille consciencieusement le courrier qu’il reçoit de Boissay, directeur de la poste-aux-lettres de Saint-Calais, alors à Paris. Celui-ci, complètement « désespéré » par l’affaire du Camp de Grenelle dans sa lettre du 26 fructidor et n’ayant pas « le courage, actuellement, d’entrer dans les détails » mais lui promettant de « lui donner les noms des prisonniers tués ou échappés », préfère l’entretenir sur les démarches qu’il a effectuées pour la parution du journal. D’abord, il l’a abonné au Journal des Hommes Libres, puis il lui envoie les adresses de 44 journaux, essentiellement parisiens, de toute tendance politique sans oublier aucun grand périodique républicain, et lui donne, enfin, les conseils suivants : « Dis à Bazin qu’il soit bien prudent dans sa rédaction et qu’il la soigne bien. Qu’il fasse une circulaire pour toutes ces adresses et leur envoie son prospectus et son journal en demandant le leur en échange : cela se pratique ainsi tous les jours. Qu’il rende surtout sa feuille intéressante par les détails de tout ce qui se passera dans les pays ci-devant chouannés. » Le correspondant de Saint-Martin, bien introduit dans le milieu parisien directorial, termine sa lettre en regrettant de n’avoir pas eu de l’argent au bon moment parce qu’il « aurait gagné gros ici sur les mandats (territoriaux), ayant été prévenu de la hausse ». Quelques jours plus tard, il lui annonce qu’il ne pouvait plus approcher ni ministres, ni directeurs depuis l’affaire de Grenelle et qu’il ne pouvait solliciter pour lui une place, sauf à faire agir quelques députés républicains et l’ami Jouennault, bien connu des démocrates22.

  • 23 ADS. L 193. Correspondance des députés avec l’administration centrale du département.
  • 24 AN. F7/7187.

34L’attaque du Camp de Grenelle, rapportée dès le 24 fructidor, par le député Bardou-Boisquetin aux administrateurs sarthois motive une surveillance accrue contre « les terroristes égorgeurs qui chercheraient asile sur notre territoire »23. A défaut d’en trouver, il n’était pas difficile de se rabattre sur Saint-Martin que « la renommée nous avait peint comme l’anarchiste le plus dangereux et dont la présence au Mans depuis environ trois semaines inquiétait tous les bons citoyens, amis de la paix ». En présentant au commissaire de police du Mans son passeport, délivré le 22 thermidor par la municipalité du 9ème arrondissement de Paris, il ne pouvait être impliqué dans l’affaire. Mais comme il a également exhibé des pouvoirs de surveillance dans l’Orne et la Mayenne contre les chouans dont l’avait chargé, en ventôse an IV, le ministre de la Police Merlin de Douai, les administrateurs demandent à la députation de la Sarthe, le 1er jour complémentaire de l’année, de se concerter avec celle des deux autres départements et d’aviser au besoin le ministère24.

  • 25 ADS. L 274.
  • 26 Minutier central des notaires parisiens. Notaire Gobin, 26 germinal an IX.

35Pendant ce temps, Saint-Martin de la Rigaudière croit pouvoir, à 31 ans, s’installer au Mans et La Chronique annonce que « l’ex-avocat au Parlement de Paris vient s’établir comme défenseur officieux près les divers tribunaux de ce département et défendra gratis tous les indigents, les militaires et les opprimés ». En vendémiaire et brumaire an V, il y rédige quelques articles juridiques avant d’être contraint de disparaître car le nouveau ministre de la police, Cochon, ce régicide repenti qui succéda au rédacteur de la loi des suspects, devenu suspect à son tour, fit effectuer des recherches dans ses bureaux et au ministère de la Justice, avertit les administrateurs sarthois, le 6 brumaire, qu’il n’a trouvé aucune trace d’une mission secrète confiée à Saint-Martin et les invita à surveiller le personnage avec beaucoup d’attention25. On perd, alors, la trace de ce militant peu ordinaire qui retourna vraisemblablement à Paris puisqu’un document notarié fait état de son divorce en germinal an IX, de la renonciation à la communauté des biens de sa femme qui la trouve « plus onéreuse que profitable » et de la vente de ses meubles, sans préjudice pour ses enfants26.

36Alors que Bazin perd ainsi son collaborateur des premiers jours, il décide de se passer des services de son imprimeur : le jeune manceau cumule, à partir du 18 brumaire an V, les fonctions de directeur, rédacteur et imprimeur du journal. Cette restructuration d’une entreprise journalistique mérite un intérêt certain.

37Les circonstances familiales expliquent la seule interruption, du 20 vendémiaire au 18 brumaire, que connaîtra La Chronique de la Sarthe pendant plus d’un an et demi d’existence. Le 22 vendémiaire, Bazin, orphelin de père depuis 1785, perd sa mère, marchande-épicère au Mans dans la section de l’Égalité. Dans son journal, il ne fait aucune mention de sa vie privée, si ce n’est une fois pour évoquer le violent désir du jeune homme d’assister à la fameuse Fête de la Fédération qui lui avait fait voler à sa mère l’argent du voyage, dont il s’était bien repenti grâce aux remontrances de son frère, de sept ans son aîné, qui l’avait rattrapé sur la route de Paris. Le deuil de sa mère, chez qui il vivait et qui était sa seule correspondante quand il était à la prison du Plessis, permet de comprendre la longue interruption du journal et les changements que son directeur va apporter.

  • 27 Reinhard, op. cité, p 507.

38Dès le sixième numéro, Bazin était rassuré sur son existence professionnelle. Dans le journalisme, il prenait sa revanche sur ceux qui, en messidor an IV, repoussèrent sa candidature à la chaire d’Histoire de l’École Centrale du Mans - notamment, le très influent membre du jury, le citoyen Besnard qu’il retrouvera sur sa route - et qui préférèrent faire élire, en accord avec la députation sarthoise, emmenée par Delahaye, emprisonné à Chartres en octobre 1793, un parisien plutôt qu’un tel militant27. Il annonçait, en effet, dans son numéro du 12 vendémiaire que le nombre de souscripteurs était suffisamment important pour éditer un journal de huit pages à un prix très compétitif. Avec la loi sur le timbre, il annonça quelques jours après un supplément de 9 sols par mois, soit un abonnement uniforme de 6 livres « dans toute la République ». Imprimeur, il vendra également la feuille au numéro pour 3 sols. Le lancement de son journal a été facilité par l’envoi du prospectus dans les communes du département, grâce à la bonne volonté de Jouennault, commissaire du Directoire exécutif. Comme on ignore le nombre et la qualité des abonnés, on ne peut préjuger du nombre de municipalités qui ont répondu à l’appel direct de Bazin et à l’invitation discrète du représentant du gouvernement.

  • 28 ADS. Notaire Hourdel, 18 brumaire, 4 et 16 pluviôse an V.

39Le 18 brumaire, le onzième numéro paraît sous le titre Chronique de la Sarthe, par J.R. Bazin où il expose que « La direction, la rédaction et l’impression de ce journal sont maintenant réunies dans les mêmes mains ; en conséquence, le caractère n’en sera que plus uniforme et mieux soutenu, la distribution plus prompte et mieux règlée, l’ensemble typographique plus neuf et mieux soigné. Nos abonnés recevront, sur leur prochain trimestre, une indemnité pour les numéros qu’ils n’auront pas reçus ». Ce jour-là les frères Bazin commencent à vendre une partie de l’héritage familial, en l’occurence un terrain au Mans pour 800 livres, puis, en pluviôse, la partie de la maison habitée par leur mère jusqu’à sa mort pour 5 000 livres ainsi qu’une autre maison pour 2 700 livres et, enfin, en thermidor l’appartement que le journaliste occupait pour 1 300 livres. Avant le partage équitable entre les deux frères, au mois de ventôse an V, d’une succession évaluée à 50.000 livres, ces premières liquidités permettent l’installation du cadet tandis que l’aîné, marié et père de famille, exerce le métier d’apothicaire, variante fin de siècle de la branche professionnelle paternelle28.

  • 29 ADS. Notaire Martigné, 7 prairial an V.

40Le métier d’imprimeur n’est pourtant pas nouveau dans la famille de Jacques Rigomer Bazin. Un arrière grand-père, Ambroise Ysambart, était imprimeur comme son parrain au moment de son baptême, Jacques Ysambart qui a fait avec René Levasseur ses études au collège de l’Oratoire et qui optera ensuite pour une carrière juridique. Le publiciste imprime également un supplément décadaire de son journal, L’Indicateur du département de la Sarthe et divers opuscules dont il assure la publicité sans parler de travaux administratifs. Son entreprise commerciale marche bien puisqu’il décide d’acheter, le 7 prairial an V, la maison qu’il loue depuis le mois précédent, située près le département, au centre géopolitique de la ville, pour la coquette somme de 10.000 livres en argent ou or dont il s’engage devant notaire à payer 40 % dans les trois semaines et le reste, le 11 brumaire an VI29.

41Cette maison spacieuse, un bien national acquis par un notaire en 1791, devient le domicile privé et professionnel de l’imprimeur célibataire. La vente aux enchères de son mobilier, en fructidor an VI, nous invite à pénétrer dans l’intérieur domestique d’un militant révolutionnaire de la bourgeoisie provinciale. Ses amis, Chauvel et Clairian, l’un notaire à Lombron, l’autre, propriétaire à Château-du-Loir, ont regroupé en 92 lots les biens meubles de sa maison (presses, livres et vêtements exclus) qui ont été mis en vente pendant deux jours et n’ont pas rapporté plus de 1000 francs. Les études conduites par D. Roche sur les intérieurs populaires parisiens au xviiième siècle permettent une utile confrontation avec cette maison bourgeoise de la ville haute.

  • 30 D. Roche, Le peuple de Paris, Paris, 1981, p 130-160.
  • 31 AN. AFIII 259, Sarthe.

42Le jeune homme a aménagé cette maison avec une grande partie du mobilier de sa mère. Ainsi, s’explique la part très importante (46 % du total de la vente) impartie au mobilier des chambres à coucher. A suivre l’historien du peuple de Paris30, c’est par le lit qu’il faut commencer pour tester le confort d’un intérieur domestique. Le journaliste manceau dispose de deux bois de lit à baldaquins, avec leurs paillasses et leurs rideaux d’étoffe, l’une verte, l’autre jaune qui se sont vendus plus de 70 F et les deux matelas 40 F. En dépit des deux poêles en fonte, munis de leurs tuyaux et d’un lot de bois de chauffage en réserve, le stock de couvertures, couettes, oreillers, courtepointes et couvre-pieds est impressionnant : une quinzaine, dont la valeur s’élève à 240 F, soit le quart de la valeur d’ensemble ! Si du côté chambres, le confort matériel est assuré et lui permet de recevoir des invités, en revanche la cuisine d’un célibataire, dont on a dit qu’il prenait ses repas en l’an II chez les traiteurs de la ville, est assez dépareillée (11 % du bénéfice de la vente). Non qu’il manque l’ameublement de base avec ses trois fourneaux de fonte, sans parler de la crémaillère, des chenets en fer ou en cuivre, de la rôtissoire ou des chaudrons. C’est plutôt la vaisselle qui est introuvable, mis à part six assiettes, huit soucoupes et neuf verres à liqueur ; il est possible que l’argenterie manquante ait été vendue auparavant. En tout cas, Bazin pouvait se faire du café avec ses deux cafetières, en cuivre et en fer, son brûle-café, son sucrier et ses deux tasses. Côté cave, c’est beaucoup mieux avec ses deux cents bouteilles de verre, vendues 40 Frs soit plus du tiers de son mobilier de cuisine. Quand l’écrivain n’était pas emmitouflé dans ses couvertures, il pouvait trouver un autre réconfort chaleureux. D’ailleurs, sa réputation de ce côté-là était également faite : ne s’était-il pas laissé à dire, après un banquet républicain, que « la constitution de l’an III est aristocratique, il n’y a que celle de 1793 qui puisse convenir au peuple français ? »31

43Le décor de maison de ce fils de marchand-épicier a plus de valeur que la cuisine (14 % du prix de la vente). La tapisserie à rayures, quoiqu’en mauvaise soie, a rapporté 20 F, la quinzaine de rideaux à siamoises ou les toiles peintes une cinquantaine de francs et les trois glaces encadrées, la même somme. Sa tante s’est portée acquéreuse de nombre de ces objets familiers. Les objets de toilette (5 %) sont surtout représentées par les deux fontaines avec leurs cuvettes de cuivre ou de fer, sans parler des bassinoires, cuviers et pots-de-chambre. Pour le reste, soit Bazin en faisant précipitamment ses malles n’a pas oublié d’emporter son rasoir et autres accessoires, soit il avait coutume d’aller chez le perruquier. Le plus intéressant de son inventaire concerne son mobilier général, non à cause de sa valeur marchande (24 % du total) mais parce qu’il révèle l’aménagement personnel de son lieu de vie. Certes, le mobilier de rangement avec son armoire vendue 40 F, son buffet, son bas de buffet et sa huche qui en rapportent autant, vient de l’héritage maternel. Mais le mobilier de groupe ou d’apparat a visiblement été acheté par le militant pour transformer son intérieur en salon de lecture.

  • 32 ADS. Notaire Chauvel, 9 floréal an V.

44C’est le 8 messidor an V qu’il annonce dans son journal l’ouverture d’un cabinet de lecture où ses abonnés pourront consulter gratuitement tous les journaux qu’il reçoit (une quarantaine de titres sont cités en références dans sa Chronique) et les livres de sa bibliothèque, bien achalandée sans doute en histoire et en philosophie. Les non-abonnés sont tenus d’acquitter la somme de 4 livres par trimestre. Avec sa maison située à côté du siège de l’administration centrale de la Sarthe, tous les fonctionnaires publics, employés au Mans et ceux du département, en visite dans le chef-lieu, trouvaient ainsi porte-ouverte chez le journaliste. Il pouvait asseoir vingt cinq personnes sur des chaises empaillées (même si elles ne valaient pas grand chose, une dizaine de francs) et onze autres sur des bergères ou fauteuils en joncs, avec ou sans coussins, plus confortables pour la lecture (qui se sont vendus une cinquantaine de francs). Car les onze tables qu’il possède, à part une belle table de marbre, sont essentiellement des tables de jeux. Son cabinet de lecture est, en fait, le cercle républicain de la ville installé pour contrebalancer l’influence des « Clichyens » ou des « Messieurs » qui fréquentent à nouveau, sous le Directoire, des sociétés de loisirs. Il n’y a pas de billard chez Bazin, mais on peut jouer aux dames, aux échecs et au tric trac sur six tables aux tapis verts. On ignore, enfin, l’emplacement de ses deux belles commodes et de son secrétaire en marqueterie d’une valeur de 50 F environ32. Les conditions de liquidation précipitée de son mobilier personnel tiennent évidemment au contenu politique de sa Chronique.

45Vite rassuré sur la survie financière de son entreprise, Bazin n’en continue pas moins de solliciter la participation active de ses lecteurs pour faire le journal. Cet appel à contribution est un succès puisqu’une cinquantaine de communes vont régulièrement contribuer à informer le public sarthois des faits locaux. Celles qui sont le plus souvent citées sont Saint-Calais, Le Grand-Lucé, Château-du-Loir et Mamers. Derrière ces bastions républicains, on trouve également le chef-lieu de l’Orne, Beaumont, La Ferté-Bernard, Précigné et La Flèche ; puis Bonnétable, Nogent-le-Bernard et Sablé. La géographie des locuteurs républicains sous le Directoire n’est ni celle des anciens chefs-lieux de district, ni celle des sociétés populaires : les bourgs ruraux sont dans l’ensemble bien représentés. Les correspondants qui signent leur contribution de leur nom ou d’une simple initiale sont au nombre d’une quarantaine dans le département. A côté des personnalités politiques auxquelles le journal donne la parole comme le démocrate Hésine du Loir-et-Cher, le babouviste Germain emprisonné au fort de Cherbourg, le journaliste parisien Coesnon-Pellerin, les ex-conventionnels Desgrouas de l’Orne et Levasseur de la Sarthe, il y a aussi deux collaborateurs réguliers.

46Le premier est Pierre-Joseph Rouvin qui insère ses premiers articles en frimaire an V. « Confident intime des pensées de Bazin », selon un rapport administratif, il a partagé son itinéraire politique. Membre de la Société des Amis de la Constitution en février 1791, pétitionnaire pro-jacobin de la Société Fraternelle en août, il a fait partie du premier bataillon des volontaires sarthois. La Chronique de la Sarthe rendra, d’ailleurs, un vibrant hommage au général Lenoir, qui se suicida à Paris en floréal an V, comme étant « celui que nous appelâmes en 91 à notre tête pour nous conduire à la frontière ». Tandis que Bazin, « blessé aux Champs d’Honneur en septembre 92 », rentre au Mans pour jouer le rôle que l’on sait dans la société populaire, Rouvin est toujours à l’armée, lors de son épuration en août 1793. C’est après Thermidor, lorsque les rangs des militants se clairsèment, que Rouvin devient ce « meneur en rébellion contre les principes actuels de justice et d’humanité de la Convention nationale » qui figure en huitième position sur la liste des manceaux à arrêter en germinal an III. L’ex-agent national de la commune du Mans, nommé par Génissieu pour une brève période, avait pu échapper à son arrestation. M. Reinhard avait souligné ses « dons de pamphlétaire » et son feuilleton, intitulé « Caractères », où il ridiculisait « par touches adroites, un adversaire désigné uniquement par ses vices ou travers ». Signant une quarantaine d’articles dont aussi de très nombreux éditoriaux politiques, Rouvin devient progressivement le principal collaborateur de Bazin. Elu chef de demi-brigade en nivôse an VI, il va jouer ensuite un rôle d’organisateur de la garde nationale mancelle et de propagandiste républicain.

47L’ami de Château-du-Loir, Louis-Jean Clairian, commence en ventôse an V par donner des récits concernant sa ville. Puis, les contributions de l’ancien procureur-syndic se font plus nombreuses et plus générales l’année suivante. Il tiendra, ensuite, la rubrique du Loir-et-Cher, en suivant le général Cambray et le Cercle ambulant.

  • 33 AN. F1BII, Sarthe 14.

48Très vite, le journal devient le môle de l’activisme républicain dans la Sarthe. Dès le mois de brumaire an V, le bureau de La Chronique est le lieu où les patriotes sont invités à venir signer des pétitions. La première en date est celle, adressé aux membres du Directoire exécutif, qui proteste contre la révocation du commissaire Jouennault. Tandis que le journal fait état des « républicains proscrits, de l’intrigue triomphante et du royalisme souriant aux incroyables méprises d’un gouvernement indécis et versatile », la pétition recueille près de cent signatures et une vingtaine de personnalités locales s’associent à la protestation, dans une adresse au citoyen Letourneur, estimant que « c’est un jour de deuil pour les républicains »33. Les trois-quarts des pétitionnaires ont été membres du club ; un tiers exercent des fonctions publiques comme juges, officiers municipaux, employés au département, commissaire de police ou commandant de gendarmerie. On remarque la prise de position d’Ysambart, président du tribunal de commerce et parent de Bazin, ainsi que celle du juge Ménard-Lagroye, ancien constituant et ami du journaliste. Les artisans et boutiquiers manceaux représentent 15 % des effectifs connus : la révocation du fonctionnaire républicain, justifiée officiellement par un vice de forme dans sa nomination (le sarthois Jouennault, fonctionnaire de la République, ne résidait pas depuis une année dans le département où il a sa famille et ses biens), concerne aussi les anciens sans-culottes. Les conditions de la nomination de son successeur, choisi par la députation sarthoise, l’ancien curé de la Couture, Maguin qui n’a jamais été membre du club, provoquent la méfiance des militants qui, au fil des événements, va s’atténuer.

49Dans le contexte très difficile de l’an V, le rôle essentiel du journal est idéologique. A défaut d’être « le temps du bonheur » qu’évoquait le prospectus, c’est celui de la méditation sur l’héritage révolutionnaire qui fait l’originalité profonde de La Chronique de la Sarthe. L’intérêt soutenu pour la politique nationale, avec le compte-rendu des débats législatifs ou les arrêtés du Directoire exécutif, pour la politique locale alors que celle-ci est passée complètement sous silence dans les journaux du Calvados, les nouvelles générales et la correspondance des lecteurs se remarquent dans la structure remarquablement équilibrée de cette feuille départementale. L’étude quantitative des expressions formelles met aussi en valeur, au delà des qualités littéraires de Bazin et de Rouvin, l’héritage dans lequel ils s’inscrivent : celui des journaux de 1792 et de 1793. Formés politiquement dans la société populaire, les rédacteurs restituent la multiplicité des prises de parole : la proclamation officielle, le discours politique, la chanson patriotique, le débat contradictoire, l’analyse pédagogique d’une situation politique et le dialogue fictif dans lequel Bazin excelle déjà, annonçant ses écrits de la Restauration. En cette année électorale triomphante pour les réacteurs et les royalistes, l’idée républicaine est marquée par une indéniable nostalgie qui fait du journal un ersatz de la société populaire.

  • 34 AN. AFIII 259, Sarthe. Rapport de Baudet-Dubourg au ministre de l’Intérieur, 28 germinal an VI.

50Les néojacobins du Directoire, dont La Chronique offre le meilleur témoignage provincial, sont des militants marqués par leur expérience politique. Si le nom de Robespierre n’est jamais prononcé, la date de sa chute est le leitmotiv de leur réflexion : « la réaction thermidorienne » marque désormais le présent. Rien n’est plus symbolique de l’avant et de l’après Thermidor que la mode vestimentaire. Les rédacteurs entraînent leurs lecteurs à suivre sur les boulevards et au théâtre les muscadins manceaux qui tiennent le haut du pavé, réclament L’Intérieur des Comités révolutionnaires et tiennent La Marseillaise pour « le chant funèbre de septembre ». Leur plume voltairienne ne fait que mieux ressortir une virulente critique sociale du nouveau régime. A Caen comme au Mans, c’est au théâtre que se joue la lutte politique pour faire interdire par la municipalité la représentation des pièces réactionnaires. Le ressentiment de ces jeunes bourgeois, rentiers du sol, même modestes comme Bazin, Rouvin et Clairian, contre « les gueux enrichis par le Trésor public », « la classe privilégiée », « les gens riches », « la nouvelle aristocratie » est un héritage de l’an II. Cette idée républicaine, liant la forme du régime politique, née de la haine de la monarchie, à un mode de vie égalitaire, nourri par la conception interclassiste de la société populaire, réunit les opposants à la République directoriale dont le journal se fait le porte-parole. Son influence dans « les bas-quartiers du Mans » sera dénoncée par le commissaire du gouvernement, nommé en germinal an VI. C’est là, dira-t-il, « où se trouve la classe indigente et laborieuse que la faction désorganisatrice avait le plus d’influence », que l’on disait « que l’on n’avait pas besoin de proclamations » du Directoire exécutif, « que le peuple était le souverain » pour déplorer que « c’étaient des artisans, des malheureux ouvriers qui parlaient de la sorte ! »34.

51La prise de position sur le procès de Babeuf et des Égaux, au cours de l’an V, est d’autant plus intéressante. Malgré la proximité de Vendôme et la camaraderie qui lie Bazin à Hésine, le fameux rédacteur du Journal de la Haute-Cour de Justice, croisé dans les prisons parisiennes en l’an II, l’information n’est guère originale : c’est celle des nouvelles officielles et du Journal des Hommes Libres. Mais, aucun autre journal de l’Ouest n’offre de tels commentaires sur le fonctionnement de la justice républicaine. Dès le mois de vendémiaire, l’opinion de La Chronique est faite : le procès de Vendôme est celui « des amis de la République ». Bazin réfute toute discrimination entre républicains pour réunir en bloc toutes les victimes de la réaction.

  • 35 Chronique de la Sarthe, t. 1, p. 332-333.

52Sur le fond de l’affaire, il reste jacobin : sa conception d’une République démocratique ne s’inscrit pas dans une subversion des rapports sociaux. Après avoir évoqué « les lubies » de Babeuf et déploré « les dupes de Grenelle », il s’attache à défendre la mémoire des Jacobins et est amené à se démarquer des idées communistes. Dans le feuilleton du mois de nivôse, intitulé « L’Aristocrate converti », il fait dialoguer un propriétaire et un locataire, l’un s’avouant « hautement aristocrate depuis 1789 » mais « brave homme, au fond », l’autre étant « ce qu’on appelait jadis un patriote prononcé » et aujourd’hui « un de ces malheureux proscrits par le royalisme, abandonnés par le gouvernement, trahis par la fortune et n’ayant plus d’appuis que dans le courage et la pureté d’une âme forte ». L’aristocrate s’est laissé convertir aux principes de la volonté générale et des droits naturels de l’homme, puis a admis que la religion n’était pas nécessaire à l’ordre social avec l’exemple de la Vendée et, enfin, s’est laissé convaincre que de bonnes lois, instaurant des écoles publiques gratuites, lui feraient délaisser ses préjugés sur « la classe ignorante de la société ». Le 20 nivôse, la question du catéchisme jacobin porte sur la notion d’égalité et des « intentions du gouvernement de 93 » : Bazin explique que les Jacobins « marchaient à la diminution des grandes fortunes » mais qu’ils n’ont laissé aucun écrit dénotant « leur penchant vers le partage des terres ». La trajectoire ambiguë du Tribun du Peuple le discrédite autant à ses yeux que l’aventurisme en politique : « Babeuf, après le 9 thermidor, écrivit pour la faction d’alors ; il écrivit ensuite pour la communauté des biens : scélératesse ou démence de sa part, que nous importe ? Cet homme n’appartenait pas plus aux Jacobins qu’aux Chouans ; et jusqu’à ce que l’évidence me prouve qu’il ait eu des coopérateurs, je ne lui ferai pas l’honneur de lui en supposer. J’avouerais, avec vous, qu’il existait un moyen infaillible de culbuter l’édifice de la Révolution, c’était d’en outrer les excès ; et, sous ce point de vue, vous payez Babeuf d’ingratitude. Non, je le répète, aucun révolutionnaire, ami de la raison et de sa patrie, n’a conçu l’idée d’une loi agraire »35.

53Le « système extravagant » de Babeuf ne l’empêche pas de rendre un vibrant hommage à Antonelle, celui des inculpés qui suscite son plus profond respect, ni de dénoncer « la révoltante partialité » de l’accusateur de la Haute-Cour et « l’assassinat » de Darthé et Babeuf, ces « deux nouveaux martyrs de la liberté ». A cause du verdict qui condamne des « partisans de la constitution de 93 » comme pour leur courage devant la mort, les babouvistes sont intégrés dans le panthéon des héros jacobins. Dans La Chronique la mémoire de la Conspiration des Égaux n’est pas celle de la doctrine, mais de ses militants : la dernière lettre de Gracchus Babeuf à sa femme et ses enfants rejoint les dernières paroles d’un autre héros révolutionnaire, le conventionnel Javogues.

54Cette prise de parole journalistique sous le Directoire inaugure la tradition républicaine sarthoise du xixème siècle : le récit de l’histoire révolutionnaire va soutenir toutes les luttes politiques dans ce département qui deviendra le bastion de la gauche en France pendant la première moitié du siècle. Car le ralliement pragmatique du journaliste-historien à la constitution de l’an III, face à la chouannerie, ne l’empêche pas de souhaiter ouvertement sa révision afin de rendre aux citoyens tous leurs droits politiques. Aussi, le militant est particulièrement attentif à l’emploi des mots qui discréditent toute l’œuvre démocratique. Ainsi, celui de « terrorisme » auquel il consacre de nombreux articles dès le mois de vendémiaire an V.

55Pour saper l’ordre du discours dominant, Bazin établit la généalogie du mot : « Notre dictionnaire s’est enrichi de ce mot à la suite du 9 thermidor », avant de faire l’analyse critique de ses usages. S’il admet que « Danton et, après lui, ceux qui l’ont fait conduire à l’échafaud avaient bien employé celui d’ultra-révolutionnaire » et que « vous étiez certain alors d’encourir la disgrâce du gouvernement, de quelque façon que ce soit », son propos est de démontrer qu’à « ce régime oppresseur en succéda un autre, mille fois plus atroce ». En spécialiste de la langue politique, il dévoile l’hypocrisie des réacteurs qui réclamèrent « justice et humanité » et firent emprisonner, proscrire et guillotiner « tous les ardents amis de la Révolution » : « A l’instant où l’on demandait la punition du 2 septembre, des flots de sang inondaient le Midi. C’est en vociférant avec rage contre la loi sur les suspects que, comme suspects de terrorisme, on désarmait les patriotes et qu’on les entassait dans les prisons ». En bon historien, il fait remarquer que l’invention du mot revient aux députés de la Convention : « Terrorisme, disaient-ils, est le système de terreur organisé par le gouvernement révolutionnaire et ses agents contre certains amis de la patrie. Mais bientôt le royalisme devenu prépondérant rejeta cette définition comme sentant l’hérésie exclusive. Terrorisme, répliqua-t-il, est le système entier de la Révolution ». Le militant ne se prive pas de rappeler qu’au 13 vendémiaire, les inventeurs du mot, réalisant « trop tard qu’ils avaient forgé une arme terrible contre eux » eurent bien besoin que « les généreux terroristes oublient leurs infortunes ». La résurgence actuelle du mot, avec la découverte de la conspiration babouviste, est l’occasion pour lui de fixer clairement une ligne politique, basée sur l’oubli des divisions passées et sur l’union de tous les républicains. Puis, la récurrence de son emploi l’amène à déjouer « la guerre faite aux mots pour mieux la faire aux choses » et à n’admettre, comme acception du mot « terrorisme » ou « anarchie », que « son véritable sens » : celui du « régime de l’affreuse terreur institué par les chouans ». Fidèle à l’héritage de l’an II, La Chronique du 8 thermidor an V célèbre, à sa façon, la date anniversaire du nouveau régime en consacrant un long éditorial à « la réaction fatale qui, depuis le 9 thermidor, a tué l’opinion publique, ruiné nos finances, corrompu la génération présente, infecté les générations futures, sacrifié les plus purs républicains, sauvé les plus odieux coupables, protégé l’assassinat, le pillage et la déprédation du Trésor public ». Dans un tout autre contexte politique, le 20 pluviôse an VI, elle publiera une chanson, intitulée « Le terrorisme », débutant ainsi : « Chacun avec moi l’avouera/En France, il existe une clique/Qui, de tout temps, abhorra/Le régime démocratique (bis)/ Des amis de la liberté/Qu’en tout temps elle a détesté/L’énergique et brûlant civisme/Jadis, par elle, fut traitée/Du nom fameux (bis)/ De terrorisme ».

  • 36 Ch. Peyrard, « Le journalisme et la diffusion de l’idée républicaine dans la Sarthe de la première (...)

56Ce récit de l’Histoire, qui va devenir le récit républicain de la Révolution dans la presse départementale36, est très vite confronté à une autre vision, celle des rédacteurs du Préservatif de l’Anarchie.

La contre-offensive royaliste dans la Sarthe

57Le Préservatif de l’Anarchie ou l’Espion constitutionnel de la Sarthe sort des presses de l’imprimeur F.J. Maudet, le 30 brumaire an V ou 20 novembre 1796, avec l’épigraphe suivante : « Des poignards affrontant l’homicide vengeance, Au juste comme au vrai, donnons la préférence ». L’abonnement à la feuille de huit pages in octavo, paraissant « le jeudi et le dimanche de chaque semaine », est de 4 livres pour trois mois ou 15 livres par an pour Le Mans et 5 ou 18 livres dans les autres communes. Les rédacteurs qui affichent le plus complet mépris pour le calendrier républicain sont Tréton et Maudet jusqu’au 60ème numéro ; puis, l’imprimeur reste seul rédacteur officiel du 30 prairial au 16 thermidor an V.

58Le prospectus s’adresse « aux amis de l’ordre » pour s’opposer à « la minorité anarchique » du département et « arrêter ou, du moins, détourner l’impétuosité d’un torrent incendiaire et dévastateur ». Respectueux pour la constitution « de 1795 », le journal se propose de restaurer la Morale en combattant les exécrables maximes de la Philosophie qui sont causes de « l’oubli le plus complet de tous les devoirs de l’homme envers la Divinité ». Le grand intérêt que peut faire naître l’exposé des grands thèmes de la pensée conservatrice au xixème siècle est vite démenti par la lecture du journal et l’étude de son contenu. La place accordée à la politique nationale et locale est dérisoire ; à la différence de tous les autres périodiques sarthois de la décennie révolutionnaire, une part prépondérante est octroyée aux commentaires de la rédaction. Lancée un mois après la Chronique, la feuille extrémiste n’a pas d’autre raison d’être que de la combattre.

  • 37 Ch. de la Sarthe, 22 frimaire an V et 18 frimaire an VI.

59Les journalistes sont des nouveaux venus sur la scène politique sarthoise. Bazin connaît Tréton, cet « enfant du vice ou de la pauvreté » qui fut élevé à l’hospice : « Lorsqu’il fallut combattre les Vendéens armés contre la République, il entra dans nos bataillons mais pour se jeter ensuite au milieu des bandes fanatiques dont il seconda les fureurs. Traître à tous les partis, il abandonna ces brigands comme il avait déserté ses drapeaux ». Il le retrouva après le 9 thermidor, à sa sortie de prison, où celui-ci « faillit l’étouffer dans ses embrassements en lui protestant de son zèle, de son dévouement et de son estime ». De ce « chouan libelliste » dont il fait le portrait sans citer de nom, Bazin conclut ainsi : « Associé depuis aux brigandages du chouannisme, taré dans les bureaux de la police et des généraux, vagabond nocturne, ténébreux aventurier, son existence est une perpétuelle énigme ». Quant à Maudet, imprimeur de la municipalité de l’an IV, lors de son installation au Mans, La Chronique le tiendra pour un comparse mais se laissera aller à écrire que « sa maison était un tripot où le libertinage, d’accord avec le génie de la contre-révolution, s’était formé un asile presqu’imperméable à l’œil de la police. Les faux-passeports, les faux congés, les libelles chouanniques sortaient avec profusion de sa presse vénale »37.

60C’est encore elle qui nous renseigne sur les collaborateurs anonymes du Préservatif, des étrangers à la ville comme l’homme de loi, Olivier dit de Blancpert « ci-devant bailli, révolutionnaire en 89, royaliste en 95 » qui a vécu tour à tour à Sées, Fresnay et Mamers avant d’arriver au Mans en l’an IV et de quitter rapidement la ville pour Evreux où il va se distinguer contre un autre journaliste, ainsi que l’apprendront les Manceaux en lisant le Bulletin de l’Eure. L’abbé Charpentier, originaire des environs de Mortagne dont les méchantes langues républicaines disent qu’il aurait quitté la cure après avoir engrossé une paysanne, est le rédacteur des plus violentes diatribes contre « l’orateur de la jacobinière mancelle ».

  • 38 ADS. L 160.

61La demande en réparation d’injures, de diffamations et de calomnies de Bazin devant le tribunal civil du Mans est d’abord, en ventôse, annulée pour vice de forme ; en germinal, au moment du triomphe électoral de ses adversaires, elle n’aboutit qu’au renvoi de l’affaire pour « égalité de calomnies » selon le magistrat et au paiement partagé des frais de procédure. Pourtant, dès le mois de nivôse, le commissaire du Directoire exécutif auprès du département avait fait parvenir au ministre de la Police un numéro du Préservatif de l’Anarchie en demandant s’il pouvait « dénoncer au directeur du jury d’accusation les auteurs de ce journal dont l’esprit contre-révolutionnaire se développe de plus en plus dans leurs feuilles trivialement mensongères et de les faire poursuivre pour calomnies, conformément à la loi du 28 germinal ». Maguin lui demandait de ne pas s’attarder sur « les deux premières pages qui contiennent une diatribe virulente contre les philosophes en général, premiers moteurs de notre révolution », mais de s’attacher, surtout, à celles où les auteurs « plaisantent, avec quelle joie maligne, sur la fausse nouvelle qu’ils ont fabriquée de l’échec de la flotte de Brest sur les côtes d’Irlande » et de constater, également, « avec quelle impudence, ils osent calomnier la garnison de Strasbourg dont ils prétendent que 1 200 hommes ont refusé de marcher sur les Autrichiens »38.

62C’est avec une totale impunité que le journal a pu continuer de diffamer les personnes et l’armée républicaine, de passer sous silence la fameuse campagne d’Italie, d’imputer à « la jacobinaille » ou à « la canaille jacobite » les insurrections de l’Ouest et de défendre « les honnêtes gens » calomniés sous les épithètes de « chouans, aristocrates et royalistes ». Le journal qui cite de nombreux extraits de La Gazette Française ou de La Quotidienne, peut ainsi publier « Le Chant de Germinal » de l’Ornais J.L. Brard, qui avait été finalement refusé par La Renommée de Mortagne, contenant un appel à l’insurrection en cas d’élections défavorables. Rassuré par celles-ci, il rend compte de la fête du 14 juillet, célébrée au Mans par de nombreux coups de canon, en se demandant si, pour la sécurité des citoyens et même pour son intérêt historique, il ne conviendrait pas de la supprimer. En revanche, le 9 thermidor lui paraît être « la seule fête de la révolution que l’homme vertueux puisse célébrer » car il ne convient pas d’oublier que « les Jacobins », anéantis ce jour-là, « ont renversé toutes les institutions de notre gouvernement monarchique et héréditaire ».

  • 39 ADS. L 77. Registre des séances extraordinaires du département.
  • 40 ADS. L 163.
  • 41 Chassin, La Pacification de l’Ouest, Paris, 1899, t 3, p 215.

63Ce n’est pas la propagande royaliste qui a obligé Maudet à une retraite anticipée, c’est l’article sur les acquéreurs de biens nationaux, traités de « fripons » qui a motivé un mandat d’arrêt contre lui et Tréton. Prévenus par le magistrat manceau qui n’avait pas retenu la diffamation contre Bazin, les rédacteurs peuvent échapper aux poursuites judiciaires. Tréton va, toutefois, être arrêté en thermidor an VI dans le canton de Sablé. Ayant rejoint l’armée de Rochecotte, il était chargé « de voler sur les grands chemins les courriers, chargés d’argent pour la République » selon la Chronique de la Sarthe. Au moment de son arrestation, il portait sur lui deux lettres manuscrites, intitulées « Jean Bon Bougre, aux Patauds » et « Jean Bon Bougre, chouan pour la vie », datées du 23 avril et du 23 juillet 1798, dans lesquelles l’auteur s’honorait « d’avoir servi sous les drapeaux de Condé et de Charette, d’y avoir obtenu le grade d’adjudant général, de ne s’être jamais rendu et d’être dans la disposition de ne se rendre jamais »39. Conduit à la prison du Mans où le capitaine de gendarmerie l’a fait isoler dans un cachot, il est ensuite traduit devant la Commission militaire de Tours. Les administrateurs sarthois ayant considéré qu’en sa qualité d’émigré rentré, reconnue implicitement dans l’aveu d’avoir servi le corps d’émigrés de Condé, il était justiciable devant une Commission militaire, préférable à la traduction du chouan devant le Tribunal criminel où « cet être artificieux et souple aurait pu échapper aux formes longues et entortillées des tribunaux administratifs ». Ils recommandent à son égard une particulière surveillance et assurent que « son retour dans le pays serait le signal de la terreur et de l’assassinat »40. Son interrogatoire à Tours apporta beaucoup de révélations sur les dirigeants de la chouannerie au Mans et dans la Sarthe41.

  • 42 AN. BB 18/733.

64Avant que ne disparaisse Le Préservatif de l’Anarchie, un autre journal royaliste avait tenté de paraître au Mans. Sous le titre Le Conciliateur ou Annales des Assemblées Primaires, un nouvel imprimeur manceau publiait le premier et unique numéro, daté du « 1er germinal an V ou 21 mars 1797 ». Créé pour les élections, il ne se contentait pas de « mettre en garde le peuple contre le républicanisme des bêtes féroces » que sont « les partisans de la secte jacobite ». Un dialogue fictif entre législateurs, dans cette feuille signée par Pierret, faisait dire à Louvet : « Un Roi, voilà donc un grand mot/Sur lequel ici chacun glose/Mais ce mot est fort peu de choses/Quant à moi, je dirai bientôt/Au peuple moins sot/Faut-il de tes droits qu’on dispose ?/ Prends la chose et laisse le mot »42. Les responsables politiques du département informent aussitôt le ministère de « cette provocation au rétablissement de la royauté » et des poursuites judiciaires sont engagées contre les responsables du Conciliateur. L’imprimeur, Toussaint-Jacques Bouquin, a été arrêté le 12 germinal. Interrogé un mois plus tard, il se justifia en faisant remarquer que ce journal était uniquement composé d’extraits des Annales Politiques et Littéraires et des Rhapsodies, paraissant librement à Paris. La nouvelle administration sarthoise, mise en place après les élections, ne parvint pas à le faire sortir de prison où il resta jusqu’au 18 thermidor, date à laquelle on renvoya l’affaire devant le jury d’accusation de Vendôme. Il avoua alors que le véritable rédacteur était l’abbé Charpentier, ce que La Chronique avait révélé dès le 14 germinal.

  • 43 Ch. de la Sarthe, 26 floréal an V. On ignore la conclusion juridique de l’affaire. Pierret, dénonç (...)

65L’auteur mentionné dans Le Conciliateur était un journaliste parisien. Arrêté en floréal, Joseph Pierret demanda au rédacteur de La Chronique de publier sa lettre, écrite de Sainte-Pélagie, dans laquelle il dénonçait l’utilisation de son nom par un faussaire qui avait mutilé les extraits de ses Annales Politiques et pillé également un autre confrère43. L’occasion était belle pour Bazin de mettre en valeur « l’imposture » et « la bassesse » de ses concurrents et adversaires politiques et de s’interroger plus globalement sur le rôle politique que l’on attribue, alors, à de tels « organes de l’opinion publique ». Après le coup d’État du 18 fructidor an V et les mandats d’arrêt contre ceux que Bazin appelle « les lieutenants de Louis XVIII dans la Sarthe », l’imprimeur Bouquin et l’ex-prêtre Charpentier font partie, aux côtés de Tréton, de la trentaine de personnes encore recherchées en frimaire an VI.

66La presse royaliste a été dans la Sarthe d’une franche médiocrité et La Chronique de la Sarthe reste, avant le coup d’État du Directoire, le seul journal du département. Il faut ajouter que le 18 Fructidor a été minutieusement préparé par le pouvoir exécutif. Pendant que la majorité réactionnaire du Corps Législatif s’empresse de mettre à l’ordre du jour de ses séances la règlementation des sociétés politiques, renaissantes à Paris et en province, le Directoire exécutif encourage la création des Cercles constitutionnels. Le journal républicain s’en fait l’écho en créant une rubrique nouvelle le 6 messidor et, pendant deux mois, annonce l’ouverture de cercles patriotiques dans une trentaine de villes françaises. Dans cette avant-garde, l’Ouest n’est guère représenté que par Rennes et Caen qui se proposent d’imiter cet exemple, davantage répandu dans la Bourgogne et le Sud-Ouest. C’est, rappelons-le, le 8 messidor que Bazin ouvre son cabinet de lecture tandis que Le Préservatif dénonce les réunions des « frères et amis » dans des maisons particulières à Château-du-Loir et à Bessé ou « au bureau de la poste » à Saint-Calais. M. Reinhard avait signalé l’existence de « la petite Convention » à Fresnay, du « Comité » de Mamers, du « poêle du directeur des postes » à Château-du-Loir et de la réunion pour « la lecture des lois et des nouvelles » de La Ferté-Bernard. Dès le 14 messidor, Rouvin mettait en garde les républicains contre un « esprit trop exclusif » dans ces réunions qui « risquait d’affaiblir nos forces » et il fixait leur ligne politique : « Que vos réunions soient populaires : plus elles approcheront de ce caractère, plus elles vous assureront le succès ». Deux jours après, arrivait dans la Sarthe le général Cambray qui allait modifier le rapport de forces dans les campagnes, en luttant efficacement contre les chouans grâce à l’organisation de la garde nationale en colonnes mobiles. Pour l’heure, l’état d’esprit n’était pas à l’euphorie. Ce que Bazin a bien traduit, dans une réponse au journal de La Harpe, Le Mémorial, pour nier l’existence d’un club révolutionnaire au Mans, présidé par le nouveau commandant de la force armée : « Depuis la mission de Monsieur Dubois-Dubais, le ministre de la réaction dans notre département, les patriotes exilés, incarcérés, dispersés, ruinés n’ont eu ni le temps, ni le pouvoir, ni l’envie de se réunir ». S’il ajoutait, toutefois, qu’ils « étaient prêts à se réunir », c’est que la destitution du ministre de la Police, Cochon, annonçait un profond changement dans la politique du pouvoir exécutif. Celui-ci procèda, en thermidor, au limogeage de l’équipe administrative sarthoise, mise en place après les élections de germinal. Seul, Maguin le commissaire du pouvoir exécutif était maintenu à son poste ; les autres étant remplacés par de fermes républicains, Baret, Paré et Vérité qui, sortis de l’ombre de leurs bureaux, étaient considérés comme de bons sans-culottes en l’an II. La nouvelle provoqua la consternation du Préservatif et une évidente lueur d’espoir pour La Chronique : c’est du pouvoir suprême que les noyaux de républicains, réunis dans de petits groupes, encore informels dans l’Ouest, attendaient leur salut.

Notes

1 Constitution du 5 fructidor an III, art. 360 à 364.

2 Peyrard (113)

3 AN. F7/3661/1.

4 AN. F7/4278. Liste des abonnés au Tribun du Peuple

5 Voir Legrand (101) p 199. Traduits devant la Haute-Cour de justice à Vendôme, ils seront acquittés. Fossard sera particulièrement maltraité pendant sa détention ; après le jugement, il demandera une indemnité pour rejoindre Cherbourg en faisant valoir sa jambe fracturée et son indigence.

6 J.M. Schiappa, « Aspects de l’implantation de la conjuration babouviste », thèse de doctorat de l’Université de Paris I, 1992.

7 AN. F7/7165.

8 Cité par Reinhard (261) p 77.

9 ADS. L 222.

10 AN. F7/3684.

11 Voir Wauters (299).

12 Voir Woloch (129) p 189-205.

13 D’après la Biographie Universelle, ancienne et moderne, Paris, 1857.

14 Journal Général du Calvados, 11 thermidor an V.

15 Idem, 9 et 13 fructidor.

16 Idem, 17 germinal et 9 floréal an V.

17 Avant que l’unique exemplaire du Courrier de l’Aigle ne disparaisse, Almagro avait pu le présenter dans Le Glaneur de l’Orne et l’Eure, du 30 septembre 1877.

18 ADO. L 7225.

19 R. Gérard, Un journal de province sous la Révolution. Le journal de Marseille de F. Beaugeard (1781-1797), Paris, 1964, p 288 et suivantes.

20 Dans les pièces relatives au procès de Fourbet, se trouve une lettre manuscrite de Beaugeard, écrite d’Aix, le 2 vendémiaire an VII. Il ne précise pas à son correspondant qu’il y est en prison depuis le mois de messidor, mais le méticuleux journaliste le prie de lui transmettre toutes les données relatives à l’affaire de Mortagne.

21 AN. F7/3450.

22 AN. F7/7187.

23 ADS. L 193. Correspondance des députés avec l’administration centrale du département.

24 AN. F7/7187.

25 ADS. L 274.

26 Minutier central des notaires parisiens. Notaire Gobin, 26 germinal an IX.

27 Reinhard, op. cité, p 507.

28 ADS. Notaire Hourdel, 18 brumaire, 4 et 16 pluviôse an V.

29 ADS. Notaire Martigné, 7 prairial an V.

30 D. Roche, Le peuple de Paris, Paris, 1981, p 130-160.

31 AN. AFIII 259, Sarthe.

32 ADS. Notaire Chauvel, 9 floréal an V.

33 AN. F1BII, Sarthe 14.

34 AN. AFIII 259, Sarthe. Rapport de Baudet-Dubourg au ministre de l’Intérieur, 28 germinal an VI.

35 Chronique de la Sarthe, t. 1, p. 332-333.

36 Ch. Peyrard, « Le journalisme et la diffusion de l’idée républicaine dans la Sarthe de la première à la seconde République », Révolution et République. L’exception française, s.d. M. Vovelle, Paris, 1994, p. 511-522.

37 Ch. de la Sarthe, 22 frimaire an V et 18 frimaire an VI.

38 ADS. L 160.

39 ADS. L 77. Registre des séances extraordinaires du département.

40 ADS. L 163.

41 Chassin, La Pacification de l’Ouest, Paris, 1899, t 3, p 215.

42 AN. BB 18/733.

43 Ch. de la Sarthe, 26 floréal an V. On ignore la conclusion juridique de l’affaire. Pierret, dénonçant « le lâche et méprisable Charpentier », a été transféré en thermidor à la maison d’arrêt du Mans de laquelle il fit de nouveau appel à son confrère manceau (20 fructidor).

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540