Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Jacobins de l’Ouest

 | 
Christine Peyrard

Quatrième partie. Déjacobinisation et néojacobinisme dans l'ouest

Avant-propos

Texte intégral

  • 1 Mémoires de Levasseur de la Sarthe, ex-conventionnel, éd. Ch. Peyrard, 1989, p. 595.

1La chute de Robespierre est annoncée presque partout dans les sociétés populaires par les Conventionnels eux-mêmes : Taveau à Honfleur, Legot à Falaise, Lindet à Evreux et Bernay, Bouillerot à Bernay, en attendant que Le Carpentier ou Desgrouas confortent la version officielle dans les clubs de Cherbourg ou de Mortagne et que Levasseur écrive dans ses Mémoires, au nom des Montagnards : « Nous étions tous thermidoriens »1. Le refus de concevoir le réseau jacobin comme un possible contre-pouvoir politique à celui de la Convention est lourd de conséquences aux lendemains du 9 thermidor.

2Alors que la déjacobinisation, mise à l’ordre du jour, favorise l’essor de la chouannerie dans l’Ouest, l’époque thermidorienne ouvre la voie à une grande recomposition politique et débouche sur un nouveau régime constitutionnel. Sa philosophie libérale condamne l’existence d’un pouvoir public autonome et parallèle à celui du pouvoir représentatif, mais ses principes républicains exigent qu’il recherche l’appui de l’opinion publique pour défendre les conquêtes de la Révolution. Nous présenterons, dans un premier temps, les divers aspects politiques et sociaux que la réaction thermidorienne a revêtus dans l’Ouest, puis les effets de la constitution du nouveau champ politique et, enfin, les conditions et les caractères que prend, dans ces départements, la résurgence de l’association politique et de la réunion publique à la fin de la décennie révolutionnaire.

Notes

1 Mémoires de Levasseur de la Sarthe, ex-conventionnel, éd. Ch. Peyrard, 1989, p. 595.

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540