Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Jacobins de l’Ouest

 | 
Christine Peyrard

Troisième partie. Jacobinisme et mouvement révolutionnaire urbain

Chapitre douzième. Sociabilité politique et sociétés urbaines

Texte intégral

1L’analyse sociologique du club dans la cité ne se réduit pas à une analyse socioprofessionnelle des adhérents qui, certes, est indispensable à la connaissance des réalités vécues localement. Le mode d’organisation de la démocratie de base implique, d’abord, de prendre en considération tous les aspects de son fonctionnement sous la République jacobine. Cette première expérimentation d’une organisation de masse qui a suscité autant de critiques que de vibrantes plaidoiries mérite une analyse sans complaisance, notamment du phénomène des épurations politiques auquel sera consacré le dernier développement.

La séance publique ou la Liberté à l’antique

2La publicité officielle des séances de la société populaire contribue à lui donner des allures de forum antique. Ecole civique pour tous les citoyens, y compris les citoyennes, elle est le lieu d’élaboration de l’esprit public où le peuple manifeste sa souveraineté en surveillant l’application des lois. Cette nouvelle fonction, attribuée à la société populaire résulte de son incorporation à l’État. L’association politique devient, en droit, pendant l’été 1793 et, effectivement, à partir de l’automne un des rouages du gouvernement révolutionnaire. La spécificité de l’an II qui se traduit par la floraison des clubs est-elle aussi manifeste dans la réunion des clubistes ?

La périodicité des séances

3Le dépouillement d’une cinquantaine de registres de délibérations offre une base quantitative sérieuse pour analyser le phénomène associatif. En vue d’ensemble, sur la période 1790-1795, la moyenne globale dans les six départements est de huit séances par mois, soit deux séances hebdomadaires. Deux années se distinguent avec une moyenne supérieure, l’an II bien sûr, mais aussi 1791. Ainsi, au cours de l’année qui a suivi la mise en place de l’association, un rythme de réunions très fréquentes s’est imposé à tous les sociétaires. La fuite à Varennes a provoqué un activisme politique qui évolue ensuite de façon très diversifiée. Les crises politiques des années 1792 et 1793 se traduisent par des variations mensuelles très fortes du nombre de réunions. Durant l’été de la chute de la monarchie, la mobilisation citoyenne s’effectue plus souvent dans la garde nationale que dans une société délibérante ; le printemps fédéraliste voit se développer dans certains départements l’activité sectionnaire ; l’été 93 marque une faiblesse de la vie associative après l’échec de l’insurrection. L’an II est partout, sauf dans le Calvados, la grande époque associative. Nombreux sont alors les clubs à tenir une séance journalière, en général, après le travail. La vie familiale ou simplement privée cède alors la place à la vie publique. La veillée au club dans les campagnes a son équivalent en ville où la société particulière de 1790 est devenue, quatre ans plus tard, la maison commune. La chute de Robespierre qui provoque la plus grande fréquence de réunions en fructidor, ne met pas fin aux réunions coutumières, mais entraîne leur lent déclin jusqu’à la dissolution des sociétés populaires au printemps suivant.

4Au delà de cette vue générale, les courbes départementales et locales manifestent une grande diversité. Les clubs urbains de la Manche et, notamment, celui de Cherbourg se distinguent très nettement avec une moyenne d’une séance tous les deux jours d’avril 1790 à thermidor an III. Tandis qu’au dessous de la barre médiane des huit séances mensuelles, on trouve les sociétés de l’Eure, majoritairement rurales, et celles des villes de la Mayenne qui ne totalisent que cinq réunions par mois. Le département le mieux pourvu en associations politiques et celui qui est le plus démuni se trouvent ainsi associés au plan du faible investissement militant qu’implique cette périodicité effective des séances. Cette diversité est souvent statutaire. Les réunions seulement bidécadaires sont fréquentes dans les règlements des petits clubs urbains comme Evron dans la Mayenne, Mortagne dans l’Orne ou dans les campagnes de l’Eure, comme à Beaumesnil, et ont lieu à 5 ou 6 heures du soir. Dans les sociétés populaires cantonales, comme à Trun, la réunion est fixée le décadi et le jour du marché en début d’après-midi pour profiter de la disponibilité et de l’afflux des citoyens vers le chef-lieu de canton. Le décadi est presque toujours choisi pour chômer convivialement le jour du repos du calendier révolutionnaire. Pourtant, à Carentan (Manche) c’est l’option inverse qui a été choisi en fixant la réunion tous les jours de travail et en faisant relâche le dixième jour. Au delà de la contrainte du nouveau calendrier, l’an II n’a pas modifié partout les possibilités de réunions des citoyens.

Les nouveaux statuts ou l’autoreprésentation jacobine

5Les règlements des sociétés régénérées à partir de l’automne 1793 ou des sociétés nouvelles de l’an II permettent de faire, d’abord, le point sur le vocabulaire politique. L’autoreprésentation jacobine reste celle de citoyens, de sociétaires, d’associés, de frères ou de membres de l’assemblée. Les mots nouveaux de 1793 sont ceux de républicains, de sans-culottes et de montagnards pour désigner l’association. Le terme de républicain, quoique particulièrement utilisé par les clubs qui avaient rompu avec les Jacobins, reste très utilisé que ce soit dans la Société régénérée des Républicains de la commune de Mayenne à la fin de l’année ou la Société Républicaine du Rocher de Mortagne en germinal an II. En milieu rural, le terme de Sans-Culottes connait une grande vogue. A Alençon, en septembre 1793, on préfère une formule de compromis avec la Société des Sans-Culottes Amis de la Constitution. Le groupe dirigeant de la Convention a de nombreux adeptes comme la Société des Montagnards de Carentan ou la Société populaire et montagnarde de Mamers. Toutefois, il est des expressions plus sobres, c’est la Société populaire d’Evron ou, plus originales, c’est la Société des Droits de l’Homme de Valognes en l’an II. En bref, il n’y a plus d’expression uniforme.

6Les valeurs auxquelles font référence les nouveaux statuts sont tellement identiques aux précédentes qu’on ne se donne pas la peine, à Carentan ou Mamers, de les mentionner à nouveau. Toutefois, la triade républicaine s’impose dans une dizaine de règlements de l’an II. La Liberté arrive en tête en nombre d’occurences, sans avoir même recours à l’adjectif ; seule, la République une et indivisible est capable de faire jeu égal avec la valeur fondatrice de 1789. L’Egalité, que l’on plaçait en tête après le 10 août 1792, arrive en seconde position ; mais dans le club de Mayenne, on lui préfère le respect des propriétés et on valorise les droits de l’homme sur ceux du citoyen, contrairement aux idées dominantes. Enfin, la Fraternité n’est pas seulement dûe aux membres de l’assemblée, elle est un droit social pleinement reconnue dans les clubs urbains comme celui d’Alençon, considérant qu’« offrir des secours à l’humanité souffrante, aux infortunés et des soulagements aux malheureux » fait partie des obligations de la société.

7Cet esprit de sociabilité, défini clairement dans le chef-lieu de l’Orne aussi bien au niveau des principes que des sentiments, implique une prise de conscience tant politique que morale. Le sociétaire prête serment et engage sa fidélité, son dévouement et son courage. Le texte varie d’un club à l’autre mais, partout, le clubiste est appelé à être un militant comme à Beaumesnil : « Je me déclare ami de la constitution ; je jure de tout mon pouvoir à la maintenir et à propager les principes sur lesquels elle est fondée et de me conformer aux statuts de la société » (ventôse an II) ou encore à Evron : « Je jure de maintenir de tout mon pouvoir l’unité et l’indivisibilité de la République française, de dénoncer avec courage tous les abus, même ceux qui s’en rendraient coupables, de prendre les armes aux cris de la patrie en danger et de les porter partout où le besoin sera contre les ennemis du dehors et du dedans. Vive la République ! » (messidor an II). S’il n’y a nulle part un oubli du droit public révolutionnaire, la prestation du serment qui est un vieux rituel dans les clubs n’est pas partout exigée ; à Trun-la-Montagne, la devise de la société des Sans-Culottes du canton est suffisante : « Paix, union, fraternité, vaincre ou mourir, accueil à tous les vrais sans-culottes ».

8Les conditions d’admissibilité ont changé. D’abord, le montant de la cotisation a considérablement baissé. A Mayenne, il y a toujours un droit d’entrée dans l’association, fixé à 40 sols, et une cotisation mensuelle de 10 sols. A Evron, les sociétaires doivent acquitter « 20 sols au moins », sans précision d’échéance. Les clubistes de Mortagne sont tenus à verser 30 sous par trimestre, mais seulement « s’ils sont en état de le faire ». A Mamers, chacun donne « selon sa bonne volonté ». Désormais, donc, le club est très largement ouvert, au plan pécuniaire, à toutes les catégories sociales.

9Au plan civique, il en va autrement car la sélection politique des sociétaires est officielle. Les statuts d’Evron stipulent la non-admissibilité d’une part, des nobles, de leurs anciens agents et des prêtres et, d’autre part, de ceux qui ont manifesté leur sentiment monarchique au moment de la proclamation de la République ou de la mort de Louis Capet, en ajoutant des considérations morales diverses. Le règlement de Mortagne ne fixe pas d’autre condition d’admissibilité que l’examen public du civisme du candidat depuis 1789. Dans les cas douteux, un examen de rattrapage est prévu six mois plus tard de manière à établir « la certitude de son retour aux vrais principes ». Mais à Beaumesnil ou Mamers, l’examen des candidatures n’est pas public. La manière de sélectionner les adhérents est donc très variable.

10Quant au fonctionnement des séances, désormais publiques partout, il n’a guère changé. Tous les statuts évoquent, en effet, l’enceinte réservée aux sociétaires car ceux-ci sont tenus d’assister aux réunions et de justifier leur absence s’ils ne veulent pas être censurés ou exclus. A Beaumesnil, ils doivent être coiffés du bonnet républicain ; à Mortagne, ils ont à épingler leur carte de sociétaire où est inscrit au centre « Mort aux tyrans ! ». Dans ce club, ils n’ont pas seuls le droit à la parole comme à Carentan par exemple, mais les citoyens des tribunes n’ont pas voix délibérative. La foule qui assiste aux séances fait l’objet de plusieurs articles, voire à Alençon d’une rubrique spéciale, intitulée « police extérieure ». A Carentan, on prévoit quatre inspecteurs de la salle pour faire en sorte que le passage vers l’enceinte des sociétaires ne soit pas obstrué, que le public ne s’asseoie pas sur les bancs des adhérents, à l’exception des femmes et des étrangers toutefois, et que les enfants ne dérangent pas l’assemblée par leurs jeux et leurs cris car on va désormais au club en famille.

  • 1 Jaume (95) p 359.

11Les statuts permettent, enfin, de définir les principales fonctions que s’attribuent, dans la diversité de leurs formulations, les sociétés populaires. Les fonctions pédagogiques sont reconnues comme essentielles. Eclairer (le peuple, les citoyens), propager (les principes républicains, la constitution), montrer (les droits et les devoirs), inspirer (l’amour des lois et de la constitution), instruire (tous les citoyens), diriger (l’opinion publique) sont les verbes les plus usités. Sa deuxième raison d’être est la surveillance. Sentinelle vigilante du peuple, le club doit aussi veiller (au maintien de la constitution, aux intérêts du peuple), dénoncer (les abus, les agents infidèles, les ennemis), démasquer (les traîtres), déjouer (les complots), détruire (les préjugés, les puissances coalisées), contribuer (à la paix, à l’ordre public), seconder (la Montagne, la Convention) et secourir (l’innocence opprimée, les indigents, les infirmes). Cette double fonction de la société populaire caractérise son rôle intégrateur en l’an II. Indéniablement, elle marque une étape dans l’histoire du mouvement associatif. Etape décisive dans la mesure où les clubs fleurissent et les jacobins sont confrontés à l’épreuve du pouvoir. Soutenir qu’elle implique « une bifurcation du jacobinisme »1, c’est oublier que le mouvement jacobin a sa propre histoire. Sur un socle aux fondements anciens et durables, les jacobins de l’an II adaptent leur association au nouveau jeu politique. La principale contradiction à gérer est celle de la place d’une avant-garde, qui se refuse à se définir comme parti politique, dans un gouvernement qu’elle soutient.

12L’autoreprésentation jacobine reste celle du citoyen qui s’exprime publiquement devant l’assemblée du peuple sur des sujets d’intérêt collectif, sans exercer d’autre pouvoir que la direction de l’opinion, par l’instruction et la surveillance civiques, et sans avoir d’autre point de ralliement que la Convention montagnarde. Cette conception de la citoyenneté, de la centralité législative et de la transparence de la vie politique est une idée neuve dans l’histoire de France, mais vieille de quelques années sous la République jacobine.

Centralité législative ou orthodoxie de pensée ? Le rôle du Bulletin de la Convention

  • 2 A.N. DXL 24 (Calvados), 25 (Eure), 26 (Manche, Mayenne, Orne, Sarthe).

13Parmi les pétitions reçues à la Convention, de mai 1793 à vendémiaire an IV, la demande d’un matériel de propagande est très forte et l’envoi gratuit du Bulletin de la Convention qui, plus encore que le Journal de la Montagne, fait figure de journal officiel est sollicité par une bonne centaine d’émetteurs de la Basse-Normandie et de la Sarthe2.

14C’est pendant l’insurrection fédéraliste qu’émanent les premières pétitions du Calvados et de l’Eure, surtout. Ce sont les municipalités qui, dans ce dernier département, animant la résistance aux autorités départementales protestent contre la censure du journal. Les pétitionnaires sont aussi des clubistes, comme ceux de Courtonne-la-Ville dans le district de Lisieux qui, le 23 juillet, signalent : « Le Bulletin ne nous parvient plus depuis la révolte des administrateurs du département. Ils nous envoient, en échange, des écrits incendiaires, des arrêtés liberticides ». Pour la société de Tilly-sur-Seules, dans le district de Caen, il est urgent de recevoir au moins un exemplaire du « livre de la vérité » car « le défaut d’instruction est l’arme la plus forte dont on s’est servi pour égarer le peuple ».

15Parmi les particuliers qui revendiquent le droit à l’information, les curés sont les plus nombreux. C’est celui de St-Germain-des-Angles, près d’Evreux, qui conteste la relation des événements du 31 mai et 2 juin faite par les administrateurs de l’Eure ; c’est le desservant de la paroisse de Boissy, dans l’Orne, qui « de tout temps républicain » demande un journal pour sa commune ; c’est celui de Marcei, écrivant le 5 août son « respect pour l’immortelle Montagne », qui court toujours à Argentan « chercher la feuille de l’Assemblée » pour la lire au prône de sa messe paroissiale.

16Ensuite, la diffusion du Bulletin va être systématique auprès non seulement des sociétés populaires, mais aussi des juges de paix qui, dans les campagnes, sont des intermédiaires privilégiés par le gouvernement (décret du 27 floréal). Pour bien des clubs ruraux, l’information est un problème soit parce qu’il n’y a pas de bureau de poste dans la commune, comme à La Barre-en-Ouche où l’on explique le retard à établir une association par « la difficulté à se procurer des nouvelles », soit parce que les journaux coûtent trop cher pour les citoyens qui viennent d’établir une société populaire au Cormier, près de Pacy-sur-Eure. Toutefois, celle de Rémalard, dans l’Orne, réclame le journal alors qu’elle est déjà abonnée à deux autres.

17Ceux qui reçoivent le journal sont aussi les districts, leurs tribunaux et les comités de surveillance. Parmi ces derniers, celui de St-Gabriel (canton de Creuilly) explique, le 11 novembre, que « les citoyens peu fortunés n’ont pu se procurer les journaux qui paraissent ». De fait, le gouvernement révolutionnaire est amené à attacher une importance certaine à la formation de l’opinion publique dans les moindres communes car c’est du monde rural que montent ces pétitions en l’an II. Ainsi que le révélaient les statuts des clubs ruraux comme Trun, institué en particulier pour « seconder le travail de la Montagne » ou des clubs en position difficile, comme Evron dans le bocage mayennais, faisant du « mépris de la Convention nationale » une clause de non-admissibilité, la dépendance vis à vis du pouvoir législatif est beaucoup plus forte dans les sociétés populaires qui ne disposent pas d’autre légitimité que gouvernementale. Il en va tout autrement dans les clubs pourvus d’un capital personnel de luttes politiques, sous d’autres gouvernements et d’autres assemblées législatives.

L’affiliation aux Jacobins en l’an II

  • 3 Soboul (119).

18L’étude des demandes d’affiliation et les réponses de la Société parisienne, qui constitue un complément à l’analyse d’A. Soboul sur les prises de position de Robespierre3 est fondamentale pour le jacobinisme provincial. En l’an II, le problème de l’affiliation se pose pour deux types de sociétés : celles engagées dans le mouvement fédéraliste qui avaient rompu avec la société-mère et toutes celles qui ont été créées depuis juin 1793. Examinons la situation dans le Calvados et la Mayenne.

19La société de Falaise suit l’exemple donné deux jours plus tôt par celle de Caen, en décidant le 20 septembre d’écrire aux Jacobins pour renouer correspondance et solliciter son affiliation. Sa demande est renouvellée deux mois plus tard, mais comme à l’ancien Q.G. de Puisaye, on refuse toute idée de scrutin épuratoire, il n’est pas étonnant que le club parisien ne réponde pas. Cependant, même après que la société populaire se soit conformée à la nouvelle réglementation, l’affiliation ne lui parvient toujours pas. En germinal, elle députe un des ses membres vers la capitale pour l’obtenir ; malgré toutes ses démarches et le certificat d’affiliation à la société caennaise, celui-ci fait état des « difficultés sans nombre pour l’affiliation aux Jacobins ». Sa société leur écrit une nouvelle fois : « Il nous manque votre affiliation. Nous gémissons d’être privés d’une correspondance aussi précieuse ». Le 29 floréal, elle renouvelle « son désir ardent » de s’affilier, c’est-à-dire huit mois après sa première demande.

20Les sociétés politiques plus promptes à manifester leur bonne volonté savaient, dès le mois de brumaire comme à Laval, que les Jacobins exigeaient la caution de deux sociétés déjà affiliées, l’envoi du règlement et le tableau des membres. Mais, à Mayenne, on ne l’apprend qu’en ventôse. Il faut dire que, dans tout le département, les clubistes avaient davantage été occupés par l’armée vendéenne que par la recherche d’une distinction. Les séances de la société du chef-lieu ont d’ailleurs été interrompues du 15 septembre au 9 janvier 1794 et la tenue régulière du registre des délibérations ne reprend véritablement qu’en messidor an II. Aussi, quand la société d’Ernée demande leur caution politique, seule la société de Laval est en mesure de la lui donner car celle de Mayenne se désole de « n’avoir pu, nous-même, obtenir cette affiliation malgré toutes nos demandes ». La plupart des clubs mayennais sont d’autant plus heureux de recevoir, au printemps 1794, les demandes d’affiliation des sociétés départementales ou voisines qu’elles ne sont guère nombreuses et que les Parisiens ne répondent pas.

21Ce n’est pas le cas à Lisieux où la société, visitée par les représentants Lindet et Du Roy dès le 30 juillet 1793, a reçu une semaine plus tard du courrier des Jacobins et a été affiliée après son épuration. Pendant le semestre qui va de frimaire à prairial an II, elle doit répondre à la demande d’une douzaine de sociétés nouvelles dans son district et des alentours qui veulent obtenir la même distinction nationale. La procédure suivie par les clubistes de Lisieux pour leur répondre est celle appliquée partout par les Jacobins. Mais pour des sociétés hors-district, comme celle La Ferté-Fresnel dans l’Orne ou de Chambray dans l’Eure, ils décident de consulter les deux sociétés qui les ont appuyées, à savoir respectivement L’Aigle et Bernay, la société des Lindet dont la réputation montagnarde est déjà éloquente. En nivôse, le mois suivant, l’affiliation de la société de St-Julien-le-Faucon soulève un débat car son secrétaire est un ex-noble. Et, comme partout dans l’Ouest où le problème a été posé, on considère que le passé des adhérents est moins important que le présent. Pourvu qu’il soit « bon républicain », un ci-devant n’entache pas de vilenie une société populaire de l’Ouest. D’ailleurs, comme on le fait remarquer alors, car il y en a un dans le club du chef-lieu, « il y a beaucoup de nobles à la Convention dont on connaît la probité ». La demande de la société de St-Pierre-sur-Dives, créée en 1791, d’appuyer son affiliation aux Jacobins fait surgir, en pluviôse, la question des prêtres non-abdicataires. A l’heure de la déchristianisation, il est exigé que le prêtre en question vienne déposer, d’abord, ses lettres de prêtrise au district tandis qu’un curé abdicataire de Lisieux est chargé de « réprimander fraternellement » la dite-société. Ainsi, les jacobins de Lisieux ont le souci de manifester la même rigueur républicaine que ceux de Paris, en étant élitaires pour tous. Quand ils apprennent la création des sociétés de Fervaques en pluviôse, de Courtonne-la-Ville, Courson ou Nassandres en prairial, ils décident de temporiser pour vérifier leurs principes républicains avant d’accorder leur affiliation.

22Une anecdote est significative du comportement des Jacobins parisiens, privilégiant le rigorime des principes plutôt que la volonté de centralisation. En ventôse an II, la société de Lisieux n’a pas encore établi son nouveau règlement, en préparation depuis plusieurs semaines. Aussi, un clubiste de Bayeux propose dans une séance d’adopter celui de la société parisienne. Un mois plus tard, le 26 germinal, celle-ci répond qu’« elle n’envoie pas son règlement car elle observe qu’il ne peut servir en tout de base et elle invite la société de Lisieux à choisir elle-même ce qui est le plus sage pour la société ». Ce même jour, parvient la lettre d’un clubiste qui, à Paris même, n’a pu se procurer les statuts des Jacobins mais joint ceux d’une société sectionnaire, celle des Vertus Républicaines à l’Observatoire. Ainsi, au moment même où l’offensive contre les sociétés sectionnaires est lancée, les Jacobins de Paris refusent d’être les directeurs de conscience républicaine ou, plus simplement, le centre de propagande des jacobins provinciaux. Cette politique « janséniste » a été déplorée même dans les sociétés qui, telle Honfleur, avaient résisté à la propagande girondine. Pourtant affiliée, elle écrit le 1er, puis le 26 frimaire son « désir de renouer les nœuds de la fraternité avec les Jacobins ».

23Vu de province, il est clair que ceux-ci n’ont pas joué en l’an II leur rôle d’organisateur collectif, en dépit de l’attente et de la pression de la base. L’image des Jacobins que renvoient toutes les sociétés de l’Ouest est inverse de celle, souvent retenue, d’un groupe dirigeant profondément centralisateur. Elle atteste, au contraire, leur effacement progressif en tant que mouvement associatif au profit d’une centralité législative et exécutive, émanant de la Convention.

L’adhésion dans les villes ou le militantisme moderne

24Au delà de la multiplication des clubs en milieu rural en l’an II, que se passe-t-il dans les villes ?

25Le tableau chronologique des adhésions dans sept clubs, aux archives suffisamment abondantes pour dresser un fichier nominatif des sociétaires, montre la continuelle attraction que suscite l’association au cours des cinq ou six années d’existence dans la cité. Il y a, bien sûr, des étapes décisives qui correspondent à celles déjà mises en évidence, c’est 1791 et l’an II.

26On observe, en effet, qu’environ la moitié des adhésions au club ont eu lieu lors des deux premières années. Le tassement du nombre des adhésions est général en 1792. En cette année creuse au plan de la sociabilité, c’est-à-dire de la création des nouveaux clubs, la radicalisation de la vie politique se fait au sein de cette avant-garde qui tente, par la voie du journalisme dans l’Ouest, d’étendre son influence dans les campagnes. 1793 est une année contradictoire : si le mouvement associatif s’essouffle dans la plupart des villes moyennes, il prend une nouvelle vigueur dans les cités plus importantes comme Cherbourg ou Le Mans. Au moment où se développe la sociabilité révolutionnaire dans le monde rural, de nouvelles couches urbaines entrent massivement dans les sociétés politiques les plus anciennes. Après Thermidor, l’élan est visiblement brisé même si on enregistre encore de nouveaux membres.

27Le total des adhésions montre bien le phénomène de politisation de masse. Certes, les clubistes ne représentent guère que 5 à 10 % de la population urbaine, mais en éliminant les femmes et les enfants, l’ampleur de la mode clubiste apparait clairement.

Tableau des adhésions dans les clubs urbains

Tableau des adhésions dans les clubs urbains

(* Les chiffres au Mans ont été établis, à défaut de registres complets, à partir de listes qui ont tendance à être plus restrictives ; les registres de Lisieux de juin 1791 à novembre 1792 sont restés introuvables ; ceux d’Argentan manquent en l’an II et III, faussant les pourcentages).

La question des femmes

  • 4 Butet-Hamel (235). Les registres de délibérations de la société de Vire de juin 1790 à germinal an (...)

28La participation des femmes à la vie politique dans le mouvement associatif n’a pas été, en revanche, un phénomène massif. Des revendications, pourtant, se sont exprimées ici et là. A Vire, des plaidoyers pour leur collaboration et leur inscription au club auraient été entendus dès juillet 17904. En juin 1792, on demanda que les veuves un peu fortunées montent la garde ou, du moins, la fassent monter. Ce devoir citoyen sans droit politique n’a pas été apprécié dans les tribunes où les femmes présentes rétorquèrent qu’elles monteraient la garde le jour où elles seraient admises dans la société. Mais à Vire, comme dans la très grande majorité des clubs, elles n’ont pu s’honorer du titre de membres.

  • 5 AC Le Mans 1006. Registre de la Société des Amis de la Constitution.

29La représentation politique de la femme pour le sociétaire est, d’abord, celle de la compagne qui doit soutenir le patriote et donner une bonne éducation à ses enfants. Le concours de récitation de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, organisé au club du Mans en septembre 1791, est ouvert aux jeunes citoyens de moins de 15 ans et aux jeunes citoyennes de moins de 13 ans ; il accorde, d’ailleurs, les mêmes prix aux filles et aux garçons, à savoir Le Contrat Social de Rousseau et Les Devoirs du Citoyen de Mably. En décembre 1791, on aménage les tribunes pour mieux accueillir « les dames qui font l’honneur d’assister aux séances du club ». Mère et épouse, l’image de « la dame » est toute imprégnée de celle de la Vierge qui, placée sur un piédestal, veille par sa sollicitude sans avoir la moindre prérogative. La femme sous influence des prêtres, chère à Michelet et qui va inspirer à la pensée de gauche au xixème siècle la crainte de donner une voix de plus au curé, en accordant le droit de vote aux femmes, est déjà présente dans le discours d’un citoyen de la campagne qui, en février 1792, fait état des « efforts des prêtres pour fanatiser les femmes crédules et porter le trouble dans les ménages »5.

30Mais les références vont changer. La première rupture se produit au printemps1792, avec la déclaration de guerre. Pour la première fois, une députation de « citoyennes patriotes » du Mans demande et obtient la parole le 20 mars. « Fières de leurs origines, elles demandent à l’exemple des femmes des Gaulois, nos ancêtres, d’aller à la guerre ». Leur motion à la municipalité, consistant à obtenir « autant de piques qu’il y a de ménages patriotes afin que les femmes puissent être armées » obtient l’appui de la municipalité mancelle. Les « dames citoyennes » sont devenues, le 25 mars, des « héroïnes » qui reçoivent la cocarde tricolore et offrent « le bonnet de la liberté » au club. En mai, elles obtiennent de participer à la fête de la Fédération du 14 juillet en portant un drapeau à la tête de leur cortège et en prêtant le serment civique. L’exemple des Mancelles, aussitôt connu, est imité à Laval. La mobilisation patriotique a débouché, parfois, sur l’engagement militaire. Dans la Sarthe, comme dans d’autres départements, des femmes se sont engagées au moment de la levée en masse au printemps 1793.

  • 6 Le Courrier Patriote du département de la Sarthe, n° 30, 28 juillet 1793.

31La seconde étape dans l’Ouest a été l’avènement de la République. C’est en octobre 1792 que se place, en effet, la création d’une société de Citoyennes Républicaines à Mortain (Manche) sur laquelle on sait peu de choses. Avec l’abolition de la distinction entre citoyens actifs et passifs et au fur et à mesure que le club se démocratise, la place accordée aux femmes comme aux tribunes grandit. La question de leur rôle politique peut être posée en termes féministes dans le club du Mans lorsque la République affronte tous les périls, intérieur et extérieur, au cours de l’été 1793. Le brillant discours d’une citoyenne sur Marat, l’Ami du Peuple, lu à la tribune par un sociétaire dans la séance du 21 juillet décide les clubistes à la recevoir au nombre de ses membres : « Et, voulant enfin bannir ce reste d’inégalité et d’injustice qui fait que les hommes se regardent tellement supérieurs aux femmes, qu’ils cherchent à les réduire à une nullité absolue, la société a arrêté qu’elle recevrait dans son sein toutes les femmes dont l’énergie, les lumières et le civisme pourront être utiles à la patrie6 ».

  • 7 AC Valognes. Registre de délibérations de la Société Montagnarde (22 sept. 1793-20 messidor an II)

32La réorganisation de la société populaire de Valognes, après le fédéralisme, conduit également à poser clairement la question des femmes. La publicité officielle des séances, depuis le décret de la Convention, est comprise comme impliquant l’intégration des spectateurs des tribunes quels que soient leur sexe ou leurs possibilités financières. Le 22 septembre 1793, la société du conventionnel jacobin et montagnard Le Carpentier devient une société mixte où 25 « Montagnardes » sont les premières à s’inscrire. Une semaine plus tard, une présidente est élue adjointe au président du club. Dès lors, les citoyennes participent aux travaux de la société en prêtant le serment civique et en étant reçues membres. Leur zèle à servir la patrie se manifeste surtout dans les tâches spécifiques. Ainsi, le 20 brumaire, il est décidé au club d’organiser le travail féminin pour préparer la charpie et les bandages au dessus du local pendant que les hommes discuteront politique. Aussitôt, les 26 adhérentes se mobilisent, sans y voir malice, pour faire la publicité chacune dans leur quartier et, à la satisfaction générale, elles réussissent à convaincre notamment quatre ci-devant religieuses à participer à leurs travaux patriotiques. Elles ne sont pas, toutefois, exclues du lieu de parole ni confiner dans les travaux manuels. Pour établir le tableau des besoins des mères et épouses des canonniers ou pour donner l’accolade fraternelle à Le Carpentier qui arrive dans la ville, le club choisit ses commissaires-députés à parité parmi les adhérents et adhérentes. Si une citoyenne propose une motion relative aux subsistances, la présence des femmes dans la société populaire s’affirme surtout dans les tâches caritatives. Ce sont des citoyennes qui se proposent pour faire la quête dans Valognes au profit d’une fermière victime d’un incendie, pour créer « un bureau de bienfaisance » afin de subvenir aux besoins des vieillards ou encore pour aller au district demander des toiles afin d’habiller les soldats7. Même si elles sont minoritaires dans la société, en représentant 13 % des effectifs en septembre 1793 comme à la fin de l’an II, elles ont pu se sentir politiquement exister pendant une année et contribuer à l’ancrage communautaire de la société populaire.

  • 8 AD Mayenne. L 1625. Registre de la société populaire d’Evron.

33Dans la Mayenne, c’est également d’un modeste chef-lieu de district qu’est montée l’exigence d’ouverture aux femmes de l’association politique. Le registre de délibérations de la société d’Evron mentionne, le 25 germinal an II, que « les citoyennes qui désirent d’affilier à la société soient admises pareillement que les enfants depuis 12 ans seulement et qu’une enceinte soit faite pour les citoyennes et les jeunes gens »8. Le statut inférieur de la femme qui l’identifie politiquement aux gamins n’a pas découragé les militantes de la Révolution à Evron. Les adhérentes obtiennent, le 30 germinal, de déposer leur motion au moins une fois par mois ; c’est dire qu’elles sont admises collectivement, comme des membres affiliées, et non individuellement comme des égales en droit. En adoptant cet arrêté, la société populaire leur demande de contribuer, selon leur générosité, aux frais généraux. L’une d’elles est choisie, le 5 floréal, pour réclamer de la municipalité une mesure coercitive contre ceux qui refusent d’administrer des secours aux femmes pauvres lors des accouchements. Dans le tableau des membres de l’an II, les 25 citoyennes, dont la profession est rarement indiquée, représentent malgré tout 16 % des effectifs de la société populaire.

34Les clubs mixtes de Valognes, d’Evron ainsi que celui d’Ecouis en milieu rural dans l’Eure, font figure d’exception dans le mouvement associatif révolutionnaire. Néanmoins, la participation politique des femmes peut se mesurer à d’autres critères, comme au Mans dans l’activité militante de la section. Pour les exclues de la citoyenneté politique, la source répressive offre, sous l’ancien comme sous le nouveau régime, la meilleure documentation. Nous y reviendrons.

Les adhérents : des hommes mûrs

35La structure par âge des Jacobins de l’Ouest ne fait que confirmer le portrait du sans-culotte parisien. Dans les villes comme dans les campagnes, les quadragénaires sont ceux qui s’investissent le plus massivement dans l’activité politique. Plus de la moitié des clubistes ont entre 30 et 50 ans ; les trois-quarts des effectifs se répartissent dans trois décennies de 30 à 60 ans : l’engagement politique est celui de la maturité. L’activité professionnelle se prolongeant au delà de la soixantaine, la proportion des sexagénaires et, même, des octogénaires à Evreux est non négligeable.

Les classes d’âge dans les clubs urbains

Les classes d’âge dans les clubs urbains

36Les jeunes, en revanche, sont peu représentés. Les listes d’adhérents de brumaire an III mentionnent parfois les jeunes hommes, partis volontaires dans les bataillons départementaux : c’est le cas, par exemple, des deux benjamins de 17 ans à Bernay. Mais il est difficile de cerner avec précision l’importance de leur enrôlement patriotique. La jeunesse muscadine (le terme est employé dès 1792) qui fera des cafés, des promenades et des théâtres ses lieux de sociabilité dans le mouvement réactionnaire exprime, certes, une revanche idéologique. Toutefois, l’interprétation politique de la surreprésentation d’une classe d’âge n’est pas entièrement convaincante.

37On observe, en effet, que l’âge d’admission dans les clubs, fixé d’abord à 21 ans, même s’il a été ensuite abaissé pour accueillir de rarissimes adolescents comme à Falaise, correspond à un seuil théorique. Dans la petite bourgeoisie provinciale, l’entrée dans la vie professionnelle est tout aussi tardive que l’âge au mariage. L’exemple du club de Bernay où les jeunes sont nombreux montre que la plupart d’entre-eux, désignés comme fils de famille ou étudiants en 1789, n’adhèrent à l’association qu’en l’an II, une fois installés dans la vie active. Le rajeunissement de la société populaire s’accompagne d’une modification socio-professionnelle, avec l’arrivée tardive des paysans et des rentiers, à la différence des marchands, artisans, professions libérales et employés qui, dans la proportion des deux-tiers, sont entrés très tôt au club. Enfin, au niveau des leaders politiques, le phénomène de classe d’âge ne se vérifie pas : le révolutionnaire jeune et célibataire est bien représenté dans certaines sociétés populaires.

La composition socio-professionnelle

  • 9 Sauf à Falaise, dont le tableau date de nivôse an III. Il comprend les noms de tous ceux qui ont é (...)

38Les professions déclarées par les adhérents de brumaire an III9 permettent d’établir des tableaux clubistes comparatifs. Cette précieuse source a, néanmoins, ses limites : c’est une photographie à un moment donné. L’épuration politique est alors considérable dans le club du Mans qui ne compte plus qu’une centaine d’adhérents tandis que dans une ville moyenne, comme Bayeux, sont répertoriés les leaders de 1793 - le médecin Le Tual et le notaire Vautier. L’érosion des clubistes existe, certes, à Bernay et Evreux notamment, mais dans des proportions qui rendent fiable l’exploitation de ces listes post-thermidoriennes. Enfin, les difficultés de l’analyse socio-professionnelle dans les villes de l’époque moderne sont bien connues. Partagé entre le souci de respecter la profonde diversité des métiers et des fonctions et le souci d’aboutir à une représentation claire des groupes sociaux, l’historien n’évite jamais totalement le risque d’un catalogue-inventaire avant l’écueil d’un raccourci sommaire.

39Les professions des clubistes en 1789 constituent une bonne approche sociale des milieux réceptifs aux changements révolutionnaires.

40La faible mobilisation des paysans dans la sociabilité urbaine était attendue. Toutefois, elle n’est pas partout insignifiante : la ville de l’intérieur reste ouverte, non seulement aux jardiniers, mais aussi aux cultivateurs. D’ailleurs, à Bayeux en particulier, la double profession est répandue : un laboureur est également cocher et des cultivateurs sont aussi meuniers, comme dans les campagnes.

41Les artisans et les marchands confondus représentent partout, sauf à Bayeux, le groupe dominant. Certes, c’est un monde extrêmement divers et le classement selon les branches professionnelles ne permet pas de distinguer les riches fabricants des modestes artisans et boutiquiers. Mais le terme de « marchands » est une catégorie trop fourre-tout, particulièrement à Bernay, pour être davantage mise en exergue. Cette solution classificatoire n’a pour seul mérite que d’ordonner les diverses activités économiques urbaines qui sont bien représentées dans la société populaire. Néanmoins, la rubrique « salariat » est un indicateur précieux : les journaliers, les apprentis, les compagnons ou les commis de marchands ne vont pas s’inscrire au club.

42Le pôle économique de ces villes est l’activité textile qui marque, d’emblée, sa prépondérance politique. Des marchands-fabricants jusqu’aux humbles tisserands, des influents marchands-drapiers jusqu’aux fripiers, c’est en fait tout l’éventail des divers métiers du vêtement et de la toilette qui figure dans les clubs. Dans des villes moins spécialisées que Mamers dans l’industrie textile, on constate que nul secteur professionnel n’est en marge de l’activité patriotique. Certes, les aubergistes et les cafetiers sont partout nombreux à promouvoir la vie associative, mais les épiciers, les boulangers ou les bouchers sont également bien représentés. Les professions rares, celles du livre par exemple, cotoient les métiers les plus répandus, ceux de tailleur, perruquier, cordonnier, menuisier ou tisserand qui constituent la grande masse des sociétaires. Le monde de l’échoppe et de la boutique est partie prenante en 1789 du changement révolutionnaire, sans pouvoir partout entrer encore dans le mouvement associatif.

Tableau socio-professionnel des clubistes

Tableau socio-professionnel des clubistes

* Il n’y a qu’une profession inconnue au Mans et trois à Evreux. Quant aux 178 autres membres, mentionnés sans renseignement à Falaise, ce sont ceux qui n’ont pas été épurés.

43La présence d’un fort contingent de professions libérales et d’employés est également bien caractéristique. Partout, les hommes de loi se sont engagés massivement dans le nouveau régime. Les anciens militaires sont parfois plus nombreux, surtout parmi les adhérents de 1793, que les anciens percepteurs d’impôts ou autres employés de l’administration d’Ancien Régime. Dans l’ancienne cité épiscopale qu’était Bayeux, on note la forte mobilisation des curés ou des religieux. Si les domestiques, exclus du corps électoral, sont souvent restés à l’écart de la sociabilité révolutionnaire, les hommes de confiance ont été nombreux dans le club d’Evreux. Avec un ou plusieurs feudistes par club, la cité démocratique se construit aussi avec ces représentants de l’ancienne société.

44Enfin, la population passive, au sens économique actuel du terme, est peu concernée. Les rentiers de 1789 ne sont pas bien nombreux à adhérer au club, surtout à Bayeux, alors que la jeunesse qui étudie son droit ou sa médecine est prête à prendre sa place dans l’association politique. Est-il besoin de préciser que la mention « ex-noble » n’apparaît jamais et que les anoblis de la veille, qui sont restés membres jusqu’à la fin de la société populaire, ne se sont pas auto-désignés ainsi ?

45La nouvelle sociabilité, qui apparaît en germe, est ainsi marquée par la prépondérance du monde du travail. Les changements professionnels, cinq ans plus tard, n’affectent pas le monde paysan dont les effectifs restent stables. En revanche, la proportion du groupe des artisans et marchands diminue (51 %), comme celle des passifs (5 %), au profit des employés et professions libérales (40 %).

46Dans le monde de l’échoppe et de la boutique, ceux qui n’ont pas changé d’emploi en l’an III depuis 1789 sont ceux qui ont les métiers les plus qualifiés (orfèvres ou horlogers) ou les situations enviables (tout le secteur de l’alimentation). Les petits métiers (maçons, teinturiers, cordonniers ou couvreurs) font, comme les salariés, davantage l’objet de mutations professionnelles. Seule, la catégorie des « divers » connait une progression de ses effectifs avec le travail du salpêtre pour les besoins militaires.

47La diminution des effectifs des « sans profession » en 1789 s’explique par l’entrée dans la vie active des jeunes, malgré l’arrivée de nouveaux « consommateurs » ou retraités qui viennent s’ajouter à ceux qui « vivaient de leurs biens ». Peu nombreux sont les étudiants ou les « fils de famille » qui ont pris l’activité paternelle dans l’exploitation agricole ou le commerce. On les retrouve exerçant la profession qu’ils préparaient ou à l’armée et, surtout, dans les emplois administratifs tandis qu’il ne reste plus que 25 jeunes « sans état ».

  • 10 Les mentions subsidiaires, données dans les listes d’adhérents, de notables, officier municipal ou (...)

48Les reconversions professionnelles concernent davantage le groupe des professions libérales et des employés. Trois secteurs sont devenus attractifs : celui de l’administration, de l’armée et, dans une moindre mesure, de l’enseignement. Autrement dit, le service public est le grand bénéficiaire de la Révolution. De nombreux hommes de loi et de médecins se sont engagés dans la direction administrative de la France révolutionnaire. Peut-on dire qu’ils sont devenus des bureaucrates en acceptant des fonctions administratives ? Le problème de ces listes réside, en effet, dans l’autodésignation des clubistes : on choisit plus volontiers d’indiquer sa responsabilité politique que sa position sociale. Pourtant, la rotation des cadres révolutionnaires est très grande dans les villes : on ne reste pas longtemps maire, agent national, administrateur de district ou de département. En mêlant ainsi les directeurs ou receveurs de l’Enregistrement, percepteurs ou archivistes aux fonctions temporaires des cadres politiques, on gonfle sans doute artificiellement cette rubrique (114 citoyens au lieu de 48 en 1789). Toutefois, elle témoigne symboliquement aussi d’une réalité sociale10. Quant aux emplois subalternes dont le nombre a triplé, il est indéniable que tous ces chef-lieux de district, voire de département pour Evreux et Le Mans, ont tiré profit de la nouvelle géographie administrative de la France en offrant une situation de commis à un grand nombre de citoyens.

49Prenons l’exemple de la société populaire d’Evreux dont 65 adhérents sont des commis du département de l’Eure, du district d’Evreux ou de Vernon et divers employés des administrations. Seize d’entre-eux étaient déjà des employés administratifs en 1789, neuf faisaient leurs études et un jeune homme vivait chez son père. La reconversion professionnelle concerne les trois prêtres, huit clercs de notaire ou de procureur, cinq hommes de loi, six soldats, onze artisans ou boutiquiers, deux salariés, un feudiste, un maître musique, un cultivateur et un « littérateur » de 25 ans qui « a voyagé en Italie jusqu’en 1792 ».

50L’engagement militaire est, d’après ces listes, moins attractif que le travail aux écritures dans les bureaux. Il est difficile de ne pas relier la fonctionnarisation de la société populaire avec les avantages obtenus par ces adhérents. Néanmoins, le nombre des citoyens-soldats a presque doublé. Par ailleurs, l’enregistrement des volontaires pour le front au début de l’an III ne tient pas compte de ceux qui l’ont été les années précédentes, qui sont rentrés ou disparus ni de la nécessaire présence médiatrice d’un parent ou ami pour donner les renseignements indispensables au secrétaire du club. Seule, en effet, la société populaire de Falaise porte les noms des absents, dont 28 membres « à l’armée ».

51Enfin, l’enseignement enregistre une certaine progression, du moins dans la Sarthe. Si l’on néglige les maîtres de musique (deux à Falaise, Evreux et Bayeux dont une minorité a dû se reconvertir) pour se limiter aux instituteurs, leur nombre est passé de 21 à 25. L’autodésignation varie suivant les villes mais le terme d’instituteur tend à l’emporter sur celui de maître d’école, d’Ancien Régime. A la différence de Bayeux et du Mans où l’on se désigne démocratiquement sous ce terme généraliste, à Evreux on distingue les instituteurs des écoles primaires des professeurs de collège. Dans 70 % des cas, l’instituteur-clubiste est un ancien enseignant. Une minorité a quitté la profession dont trois à Bayeux : le sexagénaire « vit de sa fortune depuis la Révolution », un quadragénaire est entré dans l’administration tandis que le dernier, âgé de 28 ans, cherche sa voie en se faisant tanneur, après avoir été prêtre constitutionnel. Enfin, un instituteur parisien de 29 ans s’est mis à fabriquer des bas à Bernay. Mais le métier attire plus de citoyens qu’il n’en décourage. Au Mans, un jeune employé de l’administration provinciale et deux jeunes hommes, originaires l’un de la région, l’autre de Béthune ont, après leurs études à Paris, choisi d’être instituteurs. La carrière des nouveaux enseignants de Mamers est plus hétérodoxe : un fabricant de toile de 30 ans, un tisserand de 24 ans et un cultivateur de 41 ans se sont ainsi reconvertis en compagnie d’un quinquagénaire qui était à la fois « hôte, marchand de vin et maître d’école ».

52Quant au clergé, les registres de Bernay et de Bayeux sont seuls à mentionner les abdicataires. Sur les quatorze ecclésiastiques qui ont adhéré au club de Bayeux, deux ont « remis leurs lettres » de prêtrise, six sont restés avec le titre de curés ou de vicaires épiscopaux. Quatre autres se sont orientés vers l’administration : un chanoine est devenu commissaire du département de Paris, un chapelain est désormais huissier du comité révolutionnaire, un curé est membre du comité de surveillance et « un ministre d’un culte », sans doute un pasteur, est employé comme commis au district. Enfin, un frère de l’Ecole chrétienne est devenu instituteur et un curé s’adonne à la culture des terres tout en étant procureur de la commune et assesseur du juge de paix.

53Le grand remue-ménage que l’on observe en l’espace de ces cinq années est-il totalement imputable à la Révolution ? L’étude des lieux de naissance et de résidence antérieure à 1789 montre l’attraction de la ville et l’importante migration des hommes à la fin du xviiième siècle.

54La moitié des clubistes n’étaient pas nés dans la ville où ils se sont installés. Un quart était originaire, toutefois, du département : ce n’est pas exactement la proportion de l’exode rural car beaucoup de Caennais, par exemple, ont choisi de vivre à Bayeux ou encore de Fléchois au Mans. Un dixième vient des départements limitrophes ; ce qui ne représente qu’un déplacement d’une centaine de kilomètres tout au plus. Mais on observe, surtout, que plus d’un clubiste sur dix est originaire du Nord, de l’Est, de Paris ou du Midi de la France. Enfin, on trouve des natifs de pays étrangers qui indiquent leur ville (Liège ou Luxembourg), leur région ou pays d’origine (Hollande, Westphalie, duché de Trêves, Suisse et Empire). Seul, le Suisse revendique sa nationalité. Pour deux militaires, les autres sont marchand, jardinier, vitrier, serrurier, sculpteur et corroyeur.

Origine géographique des clubistes

Origine géographique des clubistes

55Ces clubistes ne sont pas des déracinés de fraîche date : la plupart sont résidents dans la ville depuis au moins 1789. La deuxième partie du tableau montre que la Révolution n’a pas provoqué, dans ces villes moyennes de l’intérieur, de grands mouvements migratoires durables. A leur très grande majorité, les clubistes étaient implantés dans la ville où ils ont adhéré au club. Néanmoins, près d’un dixième a voyagé. Les uns parce qu’ils étaient militaires, les autres « sans domicile fixe » parce qu’ils étaient marchands-forains ; deux originaux se promenaient, qui en Italie, qui en Amérique ; enfin, la majorité parce qu’ils étaient étudiants à Paris ou parce qu’ils ont changé de métier.

56Il convient d’aller plus loin dans cette analyse sociale en confrontant la structure professionnelle de la société de Falaise, par exemple, avec celle de la population urbaine, en étudiant la sociabilité de quartiers dans l’espace de la grande ville, comme au Mans, et en suivant l’évolution des groupes sociaux dans le club de Cherbourg au fil des années.

Les jacobins à Falaise

  • 11 M. Le Thuillier « Structures socio-professionnelles à Falaise au xviiième siècle », mémoire de maî (...)

57Le dénombrement de l’an IV à Falaise, qui a fait l’objet d’une étude11, permet de comparer les professions déclarées des clubistes en 1789 avec celles des habitants de la ville. La confrontation des deux types de document, à quelques années d’intervalle, pose quelques problèmes comme le nombre d’étudiants, plus important dans la société populaire que dans la ville, mais en résout d’autres comme la question des volontaires nationaux. La difficulté plus générale est la détermination exacte de la place des femmes dans la population active. Que constatons-nous d’après le tableau ?

Tableau socio-professionnel des clubistes et des habitants de Falaise

Tableau socio-professionnel des clubistes et des habitants de Falaise

58Il y a des groupes socio-professionnels surreprésentés à la société populaire : c’est surtout l’ensemble des professions libérales et des employés. Minoritaire dans la ville (5,4 %), le groupe dirigeant du club - les hommes de loi et les médecins parmi lesquels se recrutent les présidents et secrétaires et où figurent les deux conventionnels Le Got et Henry-Larivière - constitue, si on leur adjoint les étudiants, plus du quart des effectifs. De l’ancien juge au bailliage jusqu’au maître d’école, l’engagement politique est important (39,5 %). Dans le détail, on observe que plus le capital intellectuel est élevé, plus l’adhésion est massive : elle s’élève à 71 % pour les avocats et autres hommes de loi et descend à 17 % pour les instituteurs dont la profession ne jouit pas d’une grande considération à l’époque moderne ; elle s’établit aux environs de 36 % pour les médecins et membres de l’administration d’Ancien Régime avec, dans cette dernière catégorie, une prime pour ceux qui ont des postes de responsabilité (47 %) par rapport à ceux qui détiennent des emplois subalternes (31 %).

59Le groupe majoritaire dans la ville, celui des artisans et marchands (33,3 %), est hégémonique dans le club (61,5 %). L’engagement reste très fort avec une proportion globale d’un adhérent pour six travailleurs. Certaines professions sont mieux représentées : un clubiste pour quatre aubergistes, cafetiers ou tailleurs ; un pour trois épiciers, fripiers ou perruquiers ; un pour deux chapeliers, teinturiers ou tanneurs ; deux pour trois marchands de coton ; quatre pour cinq orfèvres ou horlogers.

60L’appartenance à un corps de métier ne dit pas le statut économique avec la rigueur du document fiscal. Nous avons pu mesurer dans le campagnes l’extrême diversité qui se cache sous une appellation professionnelle. Mais l’on peut faire le constat que riches et pauvres cohabitent, également, dans la société populaire urbaine : les modestes fripiers s’engagent presqu’autant que les fortunés marchands de coton ; les petits métiers de rue sont représentés au club par les cordiers, couvreurs ou plafonneurs dans une proportion comparable à celle des « marchands ». Néanmoins, à Falaise, plus la qualification professionnelle est élevée, plus l’adhésion au club semble aisée. La forte présence des orfèvres, horlogers, apothicaires comme celle des tailleurs d’habits, ébénistes, sculpteurs peut être ainsi expliquée.

61Contrairement à ce qu’on pourrait penser, la participation des paysans n’est pas médiocre puisqu’un agriculteur sur huit est devenu membre du club. Il est certain toutefois que les jardiniers ont un statut bien différent des laboureurs et fermiers, absents de la société populaire, et que le terme de cultivateurs peut cacher bien des conditions d’existence. Retenons, en tout cas, qu’ils ne sont pas écartés de la sociabilité urbaine.

62Les groupes sous-représentés sans le club de Falaise sont, d’une part, les rentiers et, à l’autre extrémité de l’échelle sociale, les salariés et les domestiques. Ceux qui vivent de leurs biens restent en marge de l’action politique jacobine (à 95 %) ; ceux qui sont dépendants économiquement des autres, qu’ils soient journaliers ou employés de maison, sont exclus de fait de la vie démocratique.

Les clubistes manceaux dans l’espace social de la ville

  • 12 AC Le Mans. 1008. Liste des Sans-Culottes dévoués au maintien des lois.
  • 13 AC Le Mans 1557. Recensement de l’an VIII. Voir également P. Bois (267).

63Dans une ville où les affrontements politiques ont laissé le club exsangue après Germinal et Thermidor, il est préférable de travailler sur la liste des sans-culottes dévoués au maintien des lois de l’an II12 plutôt que sur le tableau des maigres adhérents de l’an III. Elle a l’avantage, aussi, de localiser dans l’espace urbain les militants jacobins. L’étude du recensement de l’an VIII, tardif mais complet, permet de mener une approche très fine de la réalité sociale de la ville en faisant apparaître la diversité des quartiers du Mans13. Le chef-lieu de la Sarthe est divisé en quatre sections, dont celles de la Liberté et l’Egalité dans la ville haute, et celles de la Fraternité et l’Unité qui sont situées dans la ville basse, de part et d’autre de la Sarthe.

64La section de la Liberté, dont le lieu de réunion des assemblées primaires est la ci-devant cathédrale St-Julien, est composée en l’an VIII de six cantons urbains, situés pour l’essentiel dans la vieille ville avec, au nord, un quartier plus récent autour de l’abbaye St-Vincent et du collège de l’Oratoire (collège national en l’an II ou Ecole Centrale en l’an VIII) et du plus important canton rural. 40 % de la population a un emploi et 25 % est salariée comme dans l’ensemble de l’agglomération. Toutefois, la part de ceux et, surtout, celles qu’on appelle plus communément, alors, salarié(e)s que domestiques est plus importante que la moyenne urbaine.

  • 14 Ces vieillards qui « ne font rien », ces enfants employés souvent « à tricoter » et ces nombreux b (...)

65Dans cette section, comme dans celle de l’Egalité, dont les assemblées primaires se tiennent à La Couture, résident les rentiers, les professions libérales et les employés. La société des Amis de la Constitution s’est réunie, de mars 1790 à mai 1791 dans l’église des Minimes, donnant sur la place des Halles, puis jusqu’en février 1792 dans celle, plus vaste de La Couture, dans un quartier légèrement excentré de la ville et d’urbanisation récente. Autour de la place des Halles, le nouveau foyer économique de l’époque moderne (place de la République aujourd’hui), se concentrent les négociants et les marchands qui, comme les propriétaires, les hommes de loi et les fonctionnaires du département entretiennent une nombreuse domesticité, tant féminine que masculine. La populeuse rue Basse de la section de l’Egalité vient, toutefois, ajouter un élément populaire à ce quartier bourgeois. De même que, toujours à la périphérie, la présence de l’hôpital apporte une population spécifique14.

66La première société politique mancelle s’est, ainsi, installée dans la ville haute, dans les quartiers bourgeois où résident la plupart des marchands, des avocats, des chirurgiens, des prêtres et, plus tard, des professeurs.

67Les quartiers, riverains de la rivière, sont socialement très différents. La ville basse, c’est celle où les femmes ont majoritairement un emploi. Certes, les femmes définies par leur métier sont nombreuses et ont des professions très diverses, de la veuve du marchand jusqu’à l’humble fileuse, en passant par les ci-devant domestiques des maisonnées bourgeoises. Toutefois, dans les cantons ruraux, les femmes de paysans et leur nombreuse progéniture ne sont pas reconnues comme actives dans ce dénombrement de la population.

68De l’autre côté de la Sarthe, dans la section de la Fraternité, ou section Marat en 1793, qui réunit ses électeurs dans l’église du Pré, les membres des professions libérales et les employés sont rares à se loger. Rares aussi, les boutiques de luxe et les grandes maisonnées où vivent les domestiques. Les rentiers sont davantage des « consommateurs », des artisans retraités en l’occurrence, que des « propriétaires ». C’est la section où les salariés sont les plus nombreux. Plus de la moitié des journaliers manceaux y demeurent et, environ, la moitié des fileuses de la ville : c’est le faubourg des prolétaires. Là résident aussi les tisserands, les maçons, les couvreurs, c’est-à-dire les artisans moins qualifiés. Là, s’est installée la Société Fraternelle en 1791 dans l’église St-Victeur. Là, aussi, se trouvent la plus forte proportion des Sans-Culottes sous la République jacobine. Toutefois, on observe que ce n’est pas dans les rues les plus prolétariennes, comme la rue St-Jean ou la rue St-Gilles où pratiquement toutes les femmes sont fileuses, qu’habitent les militants mais, autour de l’église du Pré où réside l’élite ouvrière.

Composition socio-professionnelle des sections du Mans

Composition socio-professionnelle des sections du Mans

69Sur la rive gauche de la Sarthe, la section de l’Unité, appelée la Montagne en 1793, comprend quelques quartiers de la ville médiévale mais, surtout, les faubourgs très populaires et d’habitat très dense, installés au bas de la muraille gallo-romaine jusqu’à la rivière. Cette section, dont les assemblées électorales siègent dans l’église St-Benoît, présente une structure sociale comparable à celle de la Fraternité ; les hommes et les femmes sans profession y sont moins nombreux mais la population active se compose surtout de salariés, d’artisans et de marchands. Sans spécialisation professionnelle marquée, on y rencontre tous les corps de métiers, dans une proportion supérieure à celle de toutes les autres sections, et près de la moitié des compagnons et des apprentis : c’est, surtout, le faubourg de l’échoppe et de la boutique. C’est dans cette section que s’opère la réunion, en février 1792, des Amis de la Constitution et des membres de la Société Fraternelle. Le nouveau local du club jacobin manceau est alors l’église St-Hilaire jusqu’à ce que « cet antre souterrain » soit jugé insalubre par les représentants girondins en mission dans la Sarthe en décembre. Alors, l’église de la Visitation, place des Halles, est choisie comme nouveau local de la Société Républicaine au moment où les gardes nationaux du Pré et de St-Benoît sont désarmés, à cause de leur participation au mouvement taxateur de novembre. En l’an II, les sans-culottes, « dévoués au maintien des lois », sont particulièrement nombreux dans cette section. Et, quand l’ordre thermidorien s’installe, les bas-quartiers manceaux sont ceux des classes dangereuses en l’an III.

70La présentation d’un espace social relativement bien différencié dans une ville de l’époque moderne de quelques 20.000 habitants peut ainsi offrir une meilleure compréhension des options politiques collectives.

Le brassage des adhérents dans le club de Cherbourg

71A défaut du tableau des membres de l’an III, il est très intéressant de pouvoir suivre annuellement l’évolution socio-professionnelle du club à partir d’un fichier des 808 sociétaires qui, de la création du club jusqu’aux premières semaines de l’an III, ont été enregistrés par les secrétaires dans les registres de délibérations, remarquablement bien tenus et bien conservés dans cette ville.

72L’analyse chronologique des adhésions révèle l’importance des deux premières années qui sont celles de l’entrée massive dans la société. Après sa fondation en avril 1790 par une trentaine de citoyens, c’est autant de membres qui, pendant un semestre, viennent s’inscrire au club chaque mois. On constate une relative baisse dans l’hiver où une dizaine de citoyens sont reçus mensuellement, mais le printemps 1791, marqué par la question du serment des prêtres et du schisme religieux, correspond à la plus grande poussée d’adhésions : on en enregistre 70 en avril, 60 en mai. Ces premiers clubistes sont des actifs du secteur tertiaire qui, pour nombre d’entre eux, ne sont installés à Cherbourg que pour un temps provisoire : celui d’une expédition militaire de surveillance des côtes, d’une escale pour les marins ou même pour les passagers d’un navire. La comparaison socio-professionnelle des clubistes et des habitants permanents ne serait guère exploitable.

73A partir de l’automne 1791 et pendant toute l’année suivante, les secrétaires n’enregistrent plus guère d’adhésions. On observe, alors, que le groupe des artisans et des marchands se renforce puisqu’il représente 27 % des effectifs à partir de 1792 et jusqu’en l’an II compris. Une liste des Amis de la Constitution, établie pendant l’hiver 1791-92, après le schisme des Feuillants, compte 322 membres soit les deux-tiers des effectifs théoriques de la société. Onze ont été rayés du tableau des membres et vingt-neuf sont considérés comme absents. La rotation rapide des clubistes et la pratique de l’auto-épuration sont des caractéristiques initiales.

74Le mouvement d’adhésions repart dans l’hiver 1792-93 et culmine au printemps avec la crise fédéraliste. Ensuite, il est plus difficile de suivre l’évolution chronologique car les scrutins épuratoires modifient les conditions d’entrée dans la société populaire. Notons simplement qu’à Cherbourg, à la différence du Mans, il n’y a pas une grande poussée populaire en l’an II. L’analyse socio-professionnelle des clubistes marque l’originalité d’une ville militaire et portuaire.

75Dans cette place militaire qui ne s’est développée que dans les années 1780, avec le lancement des grands travaux portuaires, la Société Littéraire et Patriotique de Cherbourg a accueilli, dès la première année, les officiers militaires et, l’année suivante, les soldats volontaires. Le renouvellement des effectifs s’explique, en grande partie, par la rotation des effectifs de l’armée. Ainsi, la première caractéristique de la société populaire de Cherbourg est d’avoir recruté un tiers au moins de ses adhérents pendant le séjour des différents bataillons ou corps d’armée.

76La fonction portuaire de la ville apparaît nettement, ensuite, avec ces nombreux capitaines de navire, originaires ou pas de Cherbourg, qui ont accosté le port et fréquenté un temps le club, mais aussi ces entrepreneurs et constructeurs de navire, auxquels il faudrait ajouter les ingénieurs (classés dans la catégorie « divers ») et les commis de marine (catalogués avec les administrateurs subalternes) ; ce qui représente, environ, un cinquième des clubistes. Dans cette « auberge de la Manche » que prévoyait Vauban, la société s’est constituée en 1790 à partir des quelques négociants de la ville et de toutes les professions liées aux travaux d’aménagement du port militaire.

77Ce n’est que sous la République que la société politique va accueillir les artisans de la ville. Mais l’échoppe et la boutique ne représentent pas 10 % des sociétaires dont la profession est connue. Nulle mention n’est faite, pour ainsi dire, de compagnons, d’apprentis ou de journaliers dans les registres du club. Tournée vers la mer, la cité ignore le monde rural : un seul laboureur a été répertorié et les habitants du district sont, par ailleurs, peu intégrés à la société urbaine. A l’époque de la déchristianisation, au printemps de l’an II, le club va organiser de nombreuses missions patriotiques dans les communes du district et des environs. Pour « lutter contre le fanatisme » et « les dimanchistes », une bonne cinquantaine de clubistes sont allés « éclairer nos frères des campagnes, en leur inspirant des discours civiques et l’amour du patriotisme », de ventôse jusqu’en fructidor an II ; une trentaine de communes au moins ont reçu ainsi la visite de deux jacobins du chef-lieu pendant ce semestre.

78Enfin, la bourgeoisie rentière est pratiquement inexistante. Dans ce chef-lieu de district où la bourgeoisie intellectuelle des hommes de loi et des médecins comble sa faiblesse numérique par une surreprésentation au bureau de la société, les titulaires de fonctions administratives représentent un dixième des effectifs connus.

L’épuration des adhérents ou l’anticipation du parti politique de gouvernement ?

79Le tournant de l’été 1793 dans le mouvement associatif réside essentiellement dans la mise en place d’une pratique nouvelle : « l’épurement » de la société populaire. Ce n’est pas tant le phénomène d’exclusion des membres qui est nouveau - dès 1791, chaque club est confronté au mouvement révolutionnaire qui entraîne rupture, désaveu ou lassitude des sociétaires - mais, davantage, le caractère systématique de la mise en cause individuelle et collective du principe d’adhésion libre et volontaire dans la réception des candidats. La sélection des adhérents sur des critères politiques constitue une première étape dans la transformation de l’association.

80L’étude chronologique s’impose car les sociétés populaires ont pratiqué le scrutin épuratoire à trois grandes époques : après le fédéralisme, après la formation du gouvernement révolutionnaire et après Thermidor.

L’épuration après le fédéralisme

81Après la ratification populaire de la constitution de 1793 qui consacre le droit d’association politique, le décret de la Convention du 25 juillet 1793 légitime le rôle des sociétés populaires dans la vie politique en prévoyant de poursuivre comme « coupable d’attentat contre la liberté », punissable de cinq ou dix années de fers, tout individu qui y ferait obstacle. Mais l’engagement de certains clubs dans le fédéralisme suscite la méfiance des Parisiens, tant au gouvernement qu’aux Jacobins. Ceux-ci s’attachent, d’abord, à se justifier des « calomnies répandues contre eux par la faction Brissot » par des circulaires aux sociétés affiliées (14 juin), puis à maîtriser l’information nationale par le biais journalistique (le 30 août, la société-mère propose l’abonnement au Journal de la Montagne) tandis que l’idée d’une nécessaire épuration des membres court d’un club à l’autre, pendant l’été, en Normandie. Ainsi, lorsque la société nouvelle de Caen demande son affiliation le 18 septembre, les réticences l’emportent à Paris sur le prosélytisme, tant sont fortes les craintes que « cette société ne se forme sur les débris de l’autre ».

82C’est en brumaire an II que s’organise alors aux Jacobins le débat sur la croissance des sociétés populaires, la demande multipliée d’affiliations et la nécessité de leur épuration. Après avoir rejeté la motion peu égalitaire et peu réaliste d’une épuration des sociétés provinciales par le club parisien et reconnu ce droit exclusif aux sociétés locales, les Jacobins décident le 19 brumaire, après l’intervention de Robespierre, de n’accorder leur correspondance et affiliation qu’à celles qui « auraient subi rigoureusement cette épreuve du scrutin épuratoire ». A cette date, la plupart des clubs de l’Ouest ont déjà procédé à cette régénération, à l’exception de Lisieux et, surtout, de Falaise. Celle-ci se distingue par son refus de principe. Le 13 frimaire, le scrutin épuratoire y a été proposée par le président de la société populaire de Caen et une réunion de travail préparatoire a lieu le lendemain. Mais, la société arrête à l’unanimité, le 20, que « le scrutin épuratoire n’aura point lieu et qu’une pareille mesure pourrait troubler l’harmonie qui règne maintenant dans le sein de la société ».

83Tandis qu’au plan national s’efface politiquement le club des Jacobins, dont le rôle se cantonne aux affiliations, l’autorité législative décrête la suppression des assemblées générales de section (9 septembre), autorise ses comités à correspondre directement avec les sociétés populaires (le comité d’instruction publique, le 28 septembre ou le comité d’aliénation des biens d’émigrés le 24 vendémiaire), enjoint à chaque clubiste de donner état de ce qu’il a été et fait depuis 1789 (24 vendémiaire), interdit les clubs de femmes et ordonne la publicité des séances des sociétés populaires (9 brumaire). Enfin, le 23 brumaire le comité de Salut Public s’adresse à elles pour fixer une de leurs tâches : le choix des fonctionnaires publics, en officialisant une pratique politique qui avait déjà cours. Par exemple, à Mayenne le 1er octobre le club invitait « les citoyens des galeries, au nombre de plus de quatre cents, à donner leur approbation pour la liste des six candidats à être administrateurs ». Les sociétés populaires sont donc appelées à être les auxiliaires du gouvernement, avant même d’en être reconnues dignes par les Jacobins. Ainsi, les clubistes de Falaise, sans être ni épurés ni affiliés, s’empressent de servir le nouveau pouvoir politique.

84Les modalités de l’épuration ou de la régénération des clubs après le fédéralisme sont aussi variées que sont complexes les conditions de sa mise en place. Au Mans, où la tentative oppositionnelle de l’administration départementale s’est heurtée à la société pro-montagnarde et a rapidement avorté du fait de l’insurrection vendéenne, c’est très tôt, en août 1793, que la société confectionne une liste de ses membres sans que l’on sache le nombre des exclus. A Bernay, où la situation est comparable, le registre des délibérations ne mentionne pas plus l’existence de membres douteux que les modalités de ce scrutin. Il en va autrement dans la plupart des clubs du Calvados ou de la Manche.

85A Cherbourg, où la rupture avec les Jacobins avait conduit le club à partager le discours girondin tout en suscitant un important débat au moment de l’insurrection, c’est à partir du 25 août qu’on parle d’une nécessaire épuration dont le conventionnel Ribet fera, le premier, les frais. La politique de consensus, préconisée alors par A. Jubé, au nom de ceux qui « auraient prêché le fédéralisme et montré, depuis, une conduite civique » n’a pas survécu à la fête du 10 août aux lendemains de laquelle Fossard et ses amis jacobins démissionnent. L’arrivée du représentant du peuple Le Carpentier, en mission dans son département, modifie la situation. Après avoir refusé, d’abord, de venir dans l’enceinte d’une société non épurée, puis d’indiquer comme « Montagnard » le mode du scrutin épuratoire, il finit par céder à l’insistance de la société en choisissant vingt citoyens pour former le noyau épuratoire. Les membres du Conseil du représentant en mission qui comprennent, évidemment, les démissionnaires sont de vieux adhérents : 6 sont des membres fondateurs, 3 ont adhéré dans le mois de création de la société patriotique et 5 autres en 1790. Nul doute que ce critère d’ancienneté et, en quelque sorte, de légitimité ait été décisif même si le premier de la liste, le général de brigade Jacques Tilly, un ci-devant, a rejoint le club en mai 1793 comme 4 autres et si l’horloger Fossard est un adhérent d’août 1792. Les membres de l’échoppe et de la boutique sont minoritaires dans ce noyau épuratoire où dominent les hommes de loi, les médecins et les employés. Par ailleurs, les sociétaires qui n’ont jamais fait partie du bureau sont à parité avec ceux qui ont été élus, parfois à plusieurs reprises, au secrétariat ou à la présidence du club. Enfin, onze d’entre eux feront partie de la société en l’an III alors que cinq seront rejetés avec beaucoup d’éclat après Thermidor. Le Conseil, réuni autour de Le Carpentier, discute le 21 septembre du mode de scrutin et retient six considérants : « Les opinions seront ouvertes et à voix haute. Elles seront motivées. Il faudra obtenir les 3/4 des voix. Ceux qui n’obtiendraient que la moitié plus une jusqu’aux trois-quarts seront soumis à un nouveau scrutin à la fin de la séance. Chaque membre du Conseil parlera à son tout et ne témoignera sur les opinions de ses collègues ni approbation, ni improbation. Lorsqu’un seul membre connaîtra les qualités, bonnes ou mauvaises, du candidat, il sera ajourné sur délibération ». Le scrutin eut lieu, en l’absence du conventionnel qui déclina l’offre de présidence de séance.

86Loin du modèle bureaucratique adopté à Cherbourg, la société voisine de Valognes mit l’épuration-régénération à l’ordre du jour de sa séance du 22 septembre. Sans la présence immédiate de Le Carpentier, son ancien fondateur, mais sous ses auspices vraisemblablement car il est le premier à être épuré, la séance est très animée. Des séries de motions sont proposées et adoptées dans l’enthousiasme général : que les citoyens qui ont suivi les séances de la société depuis qu’elles sont publiques soient admis et regardés comme membres de la société populaire ; que la même faveur soit consentie à leurs épouses et à leurs enfants ; que ceux qui auraient été membres de la société des Carabots se retirent ; que l’on « scrutine » selon le règlement de la société, à savoir par boules blanches, noires et rouges plutôt que selon le modèle proposé précédemment par oui ou par non. C’est en s’installant dans une église plus vaste pour accueillir tous les citoyens et les citoyennes que la société de Valognes s’est épurée.

87A Honfleur, le scrutin épuratoire a duré plusieurs jours. Après en avoir adopté le principe le 29 vendémiaire, les sociétaires décident ensuite de voiler du tableau des membres les noms de ceux sur qui pèse la suspicion d’incivisme, en attendant d’avoir des preuves certaines pour les rayer. Aussitôt, le 3 brumaire, certains se récrient sur le dit incivisme d’un clubiste qui « n’a été induit en erreur qu’un moment, lors de l’insurrection départementale » et décident la société à faire parvenir sa justification aux sections de la ville. Pour le scrutin épuratoire qui commence le 13 du mois, la société s’érige en Comité général, avec un souci formaliste dont n’ont pas eu la moindre idée les adeptes de la démocratie directe à Valognes. Tout en continuant ses travaux, elle continue d’épurer ses membres pendant plusieurs séances jusqu’à la fin du mois de frimaire.

88Dans la société de Lisieux, le scrutin épuratoire a eu lieu tardivement, mais en un seul tour, le 4 frimaire. Après discussions, la proposition « d’admettre le peuple à dénoncer et émettre son vœu sur chaque candidat, concurremment avec les membres » a été adoptée. Nul doute que certains sociétaires ne se soient pas présentés à ce scrutin public. La prestation du serment d’avoir accepté la nouvelle constitution, de vouloir la maintenir de tout son pouvoir ainsi que la liberté et l’égalité a été jugée indispensable après la réception de chaque membre. Enfin, la censure du peuple n’a pas paru complète sans la consultation des sections qui restent donc, dans le Calvados, une instance de la vie démocratique. La réponse épistolaire des trois sections de la ville, portant approbation du scrutin, parviendra à la société populaire le 11 frimaire.

Analyse des scrutins épuratoires après le fédéralisme

Analyse des scrutins épuratoires après le fédéralisme

(La première ligne du tableau indique le nombre des membres épurés dans chaque société populaire selon leur date d’adhésion, et leur pourcentage dans la société régénérée. Le nombre des effectifs théoriques permet de calculer la proportion des membres épurés par rapport aux sociétaires qui sont entrés dans le club la même année, jusqu’à la date du scrutin épuratoire.)

89Le tableau du scrutin épuratoire dans cinq sociétés populaires, où les résultats, les dates et le nombre d’adhésions sont connus, permet de comparer des clubs aux options politiques précédentes différentes.

90En termes quantitatifs, c’est à Cherbourg seulement que l’épuration est grande puisqu’un quart des adhérents, parmi lesquels le journaliste Jubé, ont été ajournés ou rejetés. La forte proportion des membres absents -due autant à la situation portuaire et militaire qu’à la méticulosité des secrétaires - ajoute un élément supplémentaire à la rigueur du scrutin. Avec 278 membres conservés, c’est seulement 40 % des effectifs théoriques de la société depuis sa création qui passent le cap de la vigilante épuration du Conseil du représentant en mission. Dans les autres sociétés, le score final est partout supérieur à 50 % : les clubs épurés ont conservé la majorité de ceux qui en ont été membres. Les meilleurs résultats sont obtenus à Bernay et Lisieux où plus des deux-tiers des adhérents se retrouvent dans une société régénérée. La continuité, dans un club montagnard et dans un club girondin, l’emporterait sur la dissidence si l’on ne prenait pas en considération la date d’adhésion : la société de Lisieux a été profondément renouvelée par les nouveaux adhérents. En l’espace de quelques semaines, les 164 recrues du début de l’an II représentent près de la moitié des sociétaires des quatre premières années. A Bernay, au contraire, c’est la fidélité des anciens membres qui est particulièrement remarquable.

91Toutefois, au delà de la diversité qui existe d’une société à l’autre, il est important de souligner que, globalement, les sociétaires de la première heure représentent, en moyenne, le tiers des effectifs de la société populaire à la fin de l’année 1793. Dans le détail, mis à part le fait que les effectifs clubistes sont beaucoup plus stables dans les villes de l’intérieur que dans un port militaire où l’on voit passer beaucoup de monde, la société de Lisieux conserve davantage de vieux sociétaires de 1790 que celui du Mans.

92Les résultats du scrutin épuratoire dans d’autres clubs, où l’analyse ne peut être aussi rigoureuse, confirment néanmoins la réussite de cette nouvelle pratique de présentation des candidats qui remplace avantageusement le droit d’entrée antérieur pour les citoyens des tribunes, c’est-à-dire les moins fortunés. C’est ainsi que dans une ville longtemps considérée comme « rebelle », en raison de l’accueil réservé aux députés « fugitifs », la Société des Sans-Culottes d’Evreux compte 230 membres après le scrutin des 13 et 15 brumaire an II. De même que la société populaire de Valognes totalise 204 adhérents en septembre 1793, grâce au contingent des 26 citoyennes.

93Ce n’est guère qu’à Cherbourg qu’on puisse conduire une analyse sociale de l’épuration et du fédéralisme, en confrontant les 184 membres de la société régénérée (après la réintégration de 14 membres ajournés ou absents) aux 64 exclus et aux 33 absents, essentiellement des marins et des militaires.

  • 15 Même si les professions inconnues s’élèvent respectivement à 14 %, 33 % et 14 %. Il faut ajouter l (...)

94On ne peut pas donner raison à l’argument de Danton, selon lequel « l’oligarchie mercantile » aurait été compromise dans l’insurrection. A Cherbourg, les trois-quarts des négociants et armateurs, membres du club, sont restés fidèles à la Convention. Certes, les artisans du port ne se sont pas engagés dans l’aventure fédéraliste qui n’a tenté que quelques aubergistes. En outre, la proportion des artisans et des marchands est plus forte dans la société épurée (34 %) que parmi les exclus (20 %) et les absents (9 %). Mais les avocats, hommes de loi et médecins se retrouvent à 85 % dans la société montagnarde. Nul front de classe n’a été ouvert dans le club de Cherbourg15

95De même, l’interprétation critique de la Révolution selon laquelle une France maritime, plus libérale, s’opposerait à une France terrienne plus conservatrice ne se vérifie pas non plus. Le monde de la mer au bout du Cotentin, avec ses capitaines de navire et ses marins ne se distingue pas par une quelconque dissidence : au contraire, les quatre-cinquièmes sont épurés tandis qu’un dixième est en mer. La réalité à Cherbourg est plus complexe et ne peut se réduire à une formule brillante.

96Ceux qui ont davantage été touchés par l’épuration étaient des fonctionnaires de la République. La justice épuratoire a été plus sévère pour ceux qui détenaient des fonctions de commandement dans le port militaire : 13 administrateurs (soit les 4/5ème), 6 employés ou commis de la marine (soit près de la moitié) et 8 officiers de l’armée (soit l/5ème). Globalement, le groupe des professions libérales et des employés est plus important parmi les exclus (61 %) et les absents (58 %) que dans la société populaire (51 %). Notons également que le seul laboureur du club, qui avait adhéré quelques mois auparavant, n’a pas passé le cap du premier scrutin épuratoire. Enfin, les fédéralistes cherbourgeois sont davantage des adhérents de 1793 (34 soit 53 %) que des vieux militants (respectivement 30 %, 12 % et 5 % pour 1790,1791 et 1792) : la moitié des membres exclus en septembre avaient rejoint la société républicaine lors de la grande vague d’adhésion du premier semestre de l’année.

L’épuration après la formation du Gouvernement révolutionnaire

97Une deuxième vague d’épuration figure à l’ordre du jour des clubs lorsque se met en place, dans les départements, le gouvernement révolutionnaire. Le décret de la Convention du 14 frimaire ne précise pas la place des sociétés populaires dans ce nouveau dispositif gouvernemental, mais il leur interdit l’envoi de commissaires et la formation de congrès ou de comité central - interdictions qui, dans l’Ouest, ne tirent à aucune conséquence. Pourtant, la centralisation politique de la France a des conséquences majeures sur le fonctionnement du mouvement jacobin.

  • 16 « ...La grande société populaire est le peuple français et celles qui portent la terreur dans l’âm (...)
  • 17 Dans le débat aux Jacobins, le 8 pluviôse, Levasseur de la Sarthe est pourtant intervenu contre ce (...)

98Dès le 6 nivôse, au lendemain de son célèbre discours à la Convention sur les principes du Gouvernement révolutionnaire où il justifiait la Terreur par l’état de guerre, Robespierre critique aux Jacobins les sociétés « prétendues populaires »16. La contradiction que les dirigeants de la Révolution ont à gérer est celle de l’existence d’organisations politiques de masse (les sociétés populaires dans près de 5500 communes) avec la conception du salut public qui implique la concentration des pouvoirs autour de la Convention, de son principal comité et de ses représentants en mission. Lucidement perçue par Robespierre dans son discours à la tribune de la Convention, bien au delà de la polémique entre Indulgents et Exagérés, il faisait appel à « la bonne foi » des agents responsables. Concrètement, elle se traduit dans la direction du mouvement associatif par un choix de l’élitisme républicain : les Jacobins refusent l’affiliation à une société sectionnaire parisienne, retirent leur affiliation aux sociétés fondées après le 31 mai17 (qui sont pourtant, en province, les plus pro-gouvernementales) et demandent aux sociétés populaires de pratiquer leur auto-épuration.

  • 18 Le 29 frimaire, aux Jacobins, Hébert et Danton font accepter la demande d’« n comité qui a la conf (...)

99Désormais, la société parisienne achève d’hypothéquer son autonomie politique en faisant sienne la politique de la Convention, « centre unique de l’impulsion du gouvernement », en transmettant à son comité de Salut Public la liste des sociétés affiliées18 et en laissant à ce dernier la définition du rôle des sociétés populaires. La circulaire du 16 pluviôse, très bien mise en valeur par A. Soboul, leur assigne des fonctions de surveillance administrative et non de délibération et d’action politique. C’est un tournant majeur : la traditionnelle fonction tribunicienne du club est remise en cause en même temps que la conception de la société populaire comme assemblée du peuple souverain. Revendiquées par les Cordeliers qui, un mois plus tard, voilent d’un crêpe funèbre la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, elles le sont également dans les clubs jacobins de l’Ouest. La crise politique nationale, qui aboutit au « drame de Germinal », met en jeu à la fois l’organisation des pouvoirs et la ligne politique du gouvernement. La mise en place provinciale du Gouvernement révolutionnaire est effectuée par les représentants en mission : la centralité législative devient une centralisation administrative contestée notamment dans les clubs qui, par leur ancienneté et leur lutte contre le fédéralisme, disposent d’un prestigieux capital symbolique. C’est le cas du club du Mans qui oppose sa propre légitimité à celle du représentant de la Convention dans le département. Cette mise en place et, parfois, en question du Gouvernement révolutionnaire a lieu, par ailleurs, au moment où le comité de Salut Public définit sa politique sur la question religieuse. Sa circulaire du 23 pluviôse, concernant tous les fanatismes, avec cette fameuse phrase : « On ne commande point aux consciences », est largement discutée dans les sociétés régénérées de l’Ouest où les Exagérés, par la diffusion du Père Duchesne et les agents de l’armée révolutionnaire, ont bénéficié jusqu’alors d’une opinion favorable.

100La dialectique entre mouvement associatif et gouvernement révolutionnaire finit de s’épuiser dans le rapport de Saint-Just du 23 ventôse contre les sociétés populaires, « autrefois, temples de l’Egalité » et maintenant envahies « d’êtres artificeux qui briguent leur élévation législative, ministérielle ou au généralat ». Entre les « factions » discréditées et le gouvernement légitime de la Convention, l’alternative dans laquelle la chute de Robespierre se prépare ne laisse aux sociétés populaires institutionnalisées que le choix du conformisme politique. Lorsque les Jacobins parisiens, le 23 floréal, invoquent la nécessaire centralisation jacobine sous l’égide de la société-mère, le débat est factice car, d’une part, le club parisien a abdiqué, de fait, son pouvoir politique depuis longtemps et, d’autre part, le « drame de germinal » a eu des conséquences désastreuses dans l’opinion des Jacobins de l’Ouest.

101Les conditions de ce nouveau scrutin épuratoire, dont les modalités restent confiées aux clubs, sont donc politiquement très complexes. C’est bien pour cela qu’il s’échelonne, pendant près de six mois dans l’Ouest, de la fin du mois de frimaire (dans le club de Valognes) à celui de floréal an II (à Ecouis ou Cherbourg). Il convient, d’abord, de présenter les procédures suivies et le rôle tenu par les représentants en mission, d’analyser les résultats de l’épuration et, enfin, de mettre en valeur la propagande cordelière dans les sociétés populaires.

102A la fin du mois de frimaire et en nivôse, l’initiative appartient aux sociétés populaires. Est-ce sur les conseils de l’énergique Le Carpentier, auréolé de ses succès récents au siège de Granville, que la société de Valognes, après avoir fêté le retour de ses « braves canonniers », décide de pratiquer cette nouvelle épuration dès le 20 frimaire ? En relation permanente avec son député, même s’il ne pénètre pas dans son enceinte, la société élit alors un comité révolutionnaire de 18 membres qui procède à l’épuration six jours plus tard, mais ne consigne pas les résultats dans son registre de délibérations. De même, la société des Sans-Culottes d’Evreux décide, le 3 nivôse, qu’un comité permanent de douze membres est désormais chargé de la présentation des candidats et qu’il devra lui soumettre les raisons du refus d’admissibilité ou d’exclusion. Mais, des résultats de son activité, on ne connait que le nombre des 418 adhérents mentionné, sept mois plus tard, dans son registre. Les délibérations, intégralement conservées, du club de Honfleur font état, le 16 nivôse, de la nomination de quinze membres pour former une commission épuratoire dont les travaux sont contestés au début du mois suivant par l’assemblée qui atteste le patriotisme d’un membre rejeté. Par ailleurs, ce club conseille celui de Pont-Audemer qui lui a demandé son appui pour obtenir l’affiliation des Jacobins de pratiquer sa propre épuration.

103Mais, deux jours après l’arrivée du conventionnel Bouret, en mission dans le Calvados pour organiser le gouvernement révolutionnaire, on parle à nouveau du scrutin épuratoire sur le modèle de la société-mère qu’il a proposé. Ce jour-là, le 3 ventôse, cinquante membres ont subi le scrutin public en répondant aux questions suivantes : « Que faisais-tu avant la Révolution ? Qu’as-tu fait depuis ? Qu’as-tu fait pour la Révolution ? A quelle époque de la Révolution t’es-tu montré ? N’étais-tu ni noble, ni prêtre ? » L’épuration va se poursuivre au cours des séances suivantes jusqu’à la fin du mois de germinal.

104C’est plus tôt que la société populaire de Falaise, qui avait refusé le premier scrutin épuratoire, va répondre aux vœux du gouvernement tout en se préoccupant du sort de ses adhérents, victimes d’une inculpation judiciaire, et en rayant parfois certains du « tableau d’infamie ». Consciente du « choc des passions » qui avait entravé sa marche et flattée d’accueillir le 7 pluviôse Frémanger, représentant en mission dans le département, ou de correspondre avec Bouret, le 12 du mois, elle décide d’organiser le scrutin épuratoire, par appel nominal et en assemblée plénière, dans les séances des 23 et 24 pluviôse. Il consiste à manifester « hautement, avec la loyauté et la fermeté républicaines, tous les faits d’incivisme ou d’insouciance qui pourraient être reprochés à chaque membre » et à se prononcer sur « le caractère moral, politique et révolutionnaire de chaque frère ». La majorité des suffrages suffit pour être épuré. On ne connait pas les résultats globaux, mais seulement les trois exclusions, les quatre sursis et les dix-huit censures pour absences trop fréquentes.

105Dans la société populaire de Bernay, dans l’Eure, c’est la lecture de l’adresse du comité de Salut Public sur l’épuration des corps constitués qui motive, le 25 pluviôse, avant l’arrivée prévue du représentant du peuple, la création illico d’une commission de dix membres qui est invitée aussitôt à se retirer dans la Chambre littéraire pour délibérer et faire appeler successivement les frères et amis qui patientent agréablement en écoutant le dialogue entre un sans-culotte et un curé, mis en scène par deux clubistes. Le spectacle était si intéressant que l’on n’a pas pris la peine d’enregistrer le bilan de l’épuration. Quant à l’autre vieille société montagnarde, celle du Mans, on ignore à quelle date elle a établi la liste des quelques 650 « sans-culottes dévoués au maintien des lois ». Avant, en tout cas, le mois de germinal. Mais avant de développer le cas, particulièrement remarquable, du Mans, intéressons-nous d’abord aux modalités du scrutin dans les anciens clubs girondins de Lisieux et de Cherbourg.

106Dans la société de Lisieux, de nombreuses discussions entre clubistes ont préparé le scrutin. A la séance du 23 nivôse, un sociétaire demande que « chacun soit interrogé sur ce qu’il avait fait pour être pendu si la Contre-Révolution avait lieu » et la société arrête que « chaque membre montera, l’un après l’autre, à la tribune pour rendre compte de sa conduite et répondre aux demandes qui lui seront faites ». Le 27, six commissaires sont élus pour recevoir les déclarations, prendre des renseignements et épurer les clubistes avec les vingt premiers membres reçus. Considérés comme des « terroristes » en l’an III, les membres de la commission épuratoire sont majoritairement des artisans et des boutiquiers et, paritairement, des jacobins de fraîche date et des vieux adhérents. Il est prévu, également, de rédiger un rapport circonstancié de l’épuration pour les Jacobins de Paris afin d’obtenir une nouvelle affiliation, de voter au scrutin individuel à l’aide des fèves et de proclamer l’admission d’un candidat s’il obtient les trois-quarts des fèves blanches, plus une. Le 29, il est ajouté que les deux-tiers au moins de la société doivent être réunis et que les absentéistes seront rayés du tableau. Dans une autre séance, l’ajournement est fixé à huit jours pour ceux qui n’obtiendraient pas le quorum. Enfin, la société considérant qu’elle est épurée le 18 pluviôse, décide de féliciter la Convention pour l’abolition de l’esclavage.

107A Cherbourg, l’épurement a été tardif. C’est le 20 germinal qu’on consulte le représentant en mission, en l’occurrence Bouret qui n’était même pas membre des Jacobins, mais qui donne la même procédure à suivre qu’à Honfleur. Le scrutin commence le 30, mais il est annulé à la séance du 2 floréal par l’arrivée d’un autre conventionnel, chargé de l’embrigadement à l’armée des Côtes de Cherbourg. Le jacobin Pomme, originaire d’Arles mais député de la Guyane, admis à la Convention trois jours avant de refuser de prendre part au vote sur la mise en accusation de Marat, en délicatesse avec Barras et Fréron lors de sa précédente mission à Marseille, fait alors part de son étonnement sur le mode d’admission des sociétaires. Ayant appris que les Cherbourgeois avaient traité de « monstre » l’Ami du Peuple, il critique le fait que pas un seul membre épuré n’ait eu la franchise d’avouer son erreur ou sa mauvaise foi et que pas un seul auditeur n’ait eu le courage de se manifester. Une épuration où, selon son expression, « un barbier rase l’autre » est nulle et non avenue. En conséquence, il invite la société à choisir sept commissaires, en se défiant de « ces nouveaux patriotes, de ces fougueux parleurs qui sont toujours aux tribunes et font retentir la salle de leur voix tonnante » pour préférer « des membres connus par leur principe invariable dans le chemin de la Révolution depuis 1789, des personnes fermes, justes et sévères, des hommes sans passion et sans partialité, des hommes vertueux et de bonne foi ». Chargée de vérifier, en particulier, les motions portées sur les registres de délibérations, la commission épuratoire soumettra son travail préparatoire à son collègue Bouret, lors de son retour au club. Le scrutin va durer tout le mois de floréal an II sous l’œil vigilant des deux Conventionnels.

Scrutins épuratoires de l’an II

Scrutins épuratoires de l’an II

(* Les effectifs théoriques pour la société du Mans ne reposent que sur cette seule source ; pour Lisieux ont été retenues les adhésions jusqu’au mois de prairial, pour Cherbourg jusqu’en foréal, c’est-à-dire à la fin de leur scrutin épuratoire)

108C’est à partir seulement de trois listes complètes de sociétés populaires épurées que l’on peut étudier ce deuxième scrutin. Deux cas de figure apparaissent nettement : celui de la société mancelle qui reconnait comme « dévoués au maintien des lois » 650 sans-culottes, soit plus des deux-tiers de ses effectifs absolus : Aux côtés des vieux militants des premières années, figure une proportion majoritaire d’adhérents de l’an II, résidant dans les quartiers populaires de la ville. Après la terrible époque de la bataille du Mans contre l’armée vendéenne, la société qui reprend ses travaux a, au vu des résultats, le souci de créer un parti républicain de masse.

109Le modèle qu’offrent les sociétés de Lisieux et de Cherbourg, différemment épurées pourtant, est tout autre : celui d’une avant-garde orthodoxe et minoritaire. Avec environ 150 membres retenus après une épuration respectant à la lettre les consignes gouvernementales ou sous les auspices des représentants en mission, les clubistes de ces chefs-lieux de district ne représentent alors que le tiers ou moins du cinquième des adhérents au club depuis l’année de création. Manifestement, la politique des sociétés populaires dans leur auto-recrutement, a été soumise à dure épreuve lors de la mise en place du gouvernement révolutionnaire. Or, la phase d’épuration des clubs n’est pas achevée lorsqu’éclatent les crises de ventôse et de germinal.

110Les manifestations d’adhésion collective à la politique de la Convention sur les factions dénoncées, les complots déjoués et les cultes révolutionnaires ne doivent pas masquer les luttes politiques ni sous-estimer l’influence cordelière dans les clubs provinciaux. Par exemple, la société de Lisieux est abonnée, en nivôse, à sept journaux dont Le Père Duchesne et Le Vieux Cordelier, organes des Exagérés et des Indulgents qui s’opposent alors violemment dans la capitale. Dans son numéro du 16 nivôse, Camille Desmoulins accusait Hébert de recevoir l’argent du ministère de la Guerre pour son Père Duchesne ; ce qui lui valut une dénonciation aux Jacobins et une réprimande de Robespierre auquel le journaliste lança son fameux : « Brûler n’est pas répondre ». Le 23 nivôse, la société populaire qui commence ses séances aux cris de : « Vive la Convention nationale ! Vive la Montagne ! » décide de suspendre son abonnement aux deux journaux et passe à l’organisation du scrutin épuratoire. L’absence du Bulletin de la Convention ou du Journal de la Montagne, parmi ses lectures, ne signifie pas recherche d’hétérodoxie.

  • 19 Cobb (82), t 2 p. 841.

111Pourtant, si la propagande des Indulgents reste sans écho dans les délibérations des clubs, à l’exception de celui du Mans, le rayonnement des Hébertistes est tout autre, en raison de leurs positions dans l’appareil d’État. Même si le journal d’Hébert était connu dans l’Ouest bien avant sa large diffusion par ledit ministère, il est incontestablement largement répandu dans les sociétés populaires par les citoyens-soldats de l’Armée révolutionnaire. Les idées qu’ils propagent par leur activité militante sont bien accueillies localement. R. Cobb a cité cette lettre du 26 ventôse où la société de Lisieux demande au général Vialle un détachement de 50 hommes pour forcer les accapareurs à suivre le mouvement révolutionnaire puisque « l’égoïsme l’emporte sur l’humanité, il faut que la terreur l’emporte sur l’égoïsme »19. A l’heure de la déchristianisation, leurs interventions à la tribune des clubs sont souvent consignées, même s’ils ne sont pas les seuls intervenants extérieurs. Il y a aussi un Jabobin de Paris, J.F. Bereytter, marchand de tableaux et originaire de Normandie, qui expose plusieurs fois en nivôse au club de Lisieux que « la véritable religion de la nature est celle de l’homme sans préjugés », ou encore un commissaire du comité de Salut Public qui préconise, le 8 ventôse, l’envoi de commissaires dans les campagnes pour extirper le fanatisme. Il y a, bien sûr, les représentants en mission qui écrivent, comme Garnier de Saintes, en faveur de la Raison ce qui décide la société en pluviôse de « rayer les sociétaires qui ne fermeraient pas leur boutique les jours de décade et qui fêteraient le dimanche », sans parler de la prodigieuse correspondance que le conventionnel Albitte entretient avec tous les clubs qui reçoivent, en germinal, ses listes d’abdicataires et ses conseils de surveillance des prêtres. Il y a, enfin, les sociétés du district qui pétitionnent, comme celle de Moyaux le 27 ventôse pour faire incarcérer tous les prêtres non abdicataires ou qui invitent les clubistes du chef-lieu à venir dans leur canton « fanatisé » pour propager les principes républicains, comme celles de Courtonne-la-Ville et de Courson en germinal.

112Dans la société de Falaise, « le combat à mort contre la redoutable superstition » est à l’ordre du jour de la plupart des séances de ventôse. Aussi, le numéro 347 du Père Duchesne, envoyé par un membre qui l’a reproduit à 300 exemplaires, aussitôt distribués dans la salle, a été lu avec une telle ferveur que la société, « considérant que les principes sont excellents et qu’ils peuvent faire échouer les efforts des cagots, des calotins et des intrigants qui trompent le peuple », décide le 18 ventôse de l’imprimer à deux mille exemplaires pour les distribuer dans les communes du district. La justification politique de son rédacteur, qui vient d’être arrêté à Paris, parvenue le 24 est aussitôt affichée dans le local du club. Mais trois jours plus tard, 1’ « intrépide défenseur des droits du peuple » devient « l’infâme Hébert » et sa justification brûlée lorsque le conventionnel Legot annonce la conspiration des Hébertistes en joignant le Journal des Amis de la Liberté et de l’Egalité. Aussitôt, l’agent national déclare avoir été trompé par le journaliste qui n’avait pas toutes les vertus de Marat et le président du club tire ensuite la conclusion politique qui s’impose : « en révolution, il ne faut jamais idolâtrer personne ». Au delà des prises de position conformistes, intéressons-nous aux conséquences de l’élimination de ladite faction.

113La société de Lisieux qui correspond toujours, en germinal, avec le club parisien des Cordeliers comme avec celui des Jacobins, est heureuse d’apprendre que Bereytter, compromis dans le procès Chaumette, a été acquitté par le Tribunal révolutionnaire et en profite pour dénoncer les « aristocrates » qui l’ont fait inculper. Par ailleurs, elle accepte sans difficulté, le mois suivant, de transformer le Temple de la Raison en Temple de l’Etre Suprême. Dès le 1er germinal, elle avait rappelé au représentant en mission dans le département, Frémanger, sa promesse que le peuple ne manquerait pas de pain et l’avait invité à renouveler les municipalités rurales « en y mettant tous les vrais sans-culottes et non les richards ». Puis, les critiques contre les administrateurs et les autorités constituées vont se faire plus virulentes au point de motiver la dénonciation, auprès du comité de la Convention, d’un « parti antipopulaire » à Lisieux. A sa tête, quatre clubistes membres également du comité de surveillance, dont le procès aura lieu, en fait, en vendémiaire an III. La justification des inculpés dans la séance du 1er prairial suffit alors à la société populaire qui les soutient dans son adresse à la Convention.

114A Cherbourg, où on a allumé un feu de joie, avec les feuilles du Père Duchesne, en apprenant le 28 ventôse la conspiration déjouée à Paris, les rapports deviennent tendus en germinal entre le Montagnard en mission Pomme et la société populaire. Après avoir critiqué l’épuration des clubistes, celui-ci se plaint le 3 germinal du ton de sommation sur lequel lui parlent ses commissaires et, particulièrement, Victor Le Fourdrey, un des dirigeants du club. Sous-lieutenant de la garde nationale, lors de son adhésion en mai 1790, officier municipal en 1793 quand il est choisi par Le Carpentier pour faire partie de son Conseil, directeur de la Poste-aux-lettres quand il est épuré ce même mois de germinal, Victor Le Fourdrey est un agent politique du gouvernement révolutionnaire qui sera exclu de la société thermidorienne en l’an III. Président du club en brumaire, il a lancé un vaste programme déchristianisateur. Sa « Morale républicaine », ainsi qu’il intitule sa causerie du décadi, rencontre l’assentiment des clubistes qui, pendant tout l’an II, vont se mobiliser en faveur de l’abdication des prêtres, du seul culte de la Liberté, de l’Egalité et de la Raison qui n’exclut pas, d’ailleurs, les liturgies consacrées à Marat et autres martyrs de la Liberté pendant le mois de nivôse, en attendant les missions patriotiques dans les campagnes du printemps et de l’été. Selon le représentant du peuple, celui-ci s’exprime « avec le ton de sûreté d’un ci-devant noble ! ». Aussitôt, le militant se disculpe devant la société qui approuve sa plaidoirie dans laquelle il assure « qu’il n’a jamais manqué de respect à la représentation nationale et à un Montagnard aussi pur que le représentant en mission ». Le même jour, un conflit se produit avec un adjudant général qui traite le club de « société de désorganisateurs ». Deux jours plus tard, on apprend la destitution par le comité de Salut Public du frère de Victor, Augustin Le Fourdrey, adhérent au club depuis septembre 1790. La société écrit alors, le 18 germinal, à Bourdon de l’Oise que la destitution de Le Fourdrey, agent maritime à Cherbourg, « avait tellement abattu les patriotes qu’ils n’osaient plus se montrer ». Le 26, elle décide que la loi qui protège les sociétés populaires sera écrite en gros caractères à l’intérieur de la salle des séances. Le lendemain, elle fait ajouter un bandeau : « Une portion du Souverain est assemblé ici. Respect ! » pour rendre plus clair le message destiné au représentant en mission qui va imposer, deux jours plus tard, son mode d’épuration à la société populaire.

115La chute des factions en germinal a d’autres conséquences que celles d’attiser les rivalités de pouvoir entre les Conventionnels et les clubistes, en attendant de faire surgir les thermidoriens. Par exemple, on reparla à Honfleur du système d’Hébert et de Ronsin pour lui imputer, en messidor, la déchristianisation radicale qui conduit à l’immoralité et à l’insensibilité, visibles en particulier dans les enterrements, confiés à « des mains mercenaires ». Aux lendemains de la fête de l’Etre Suprême, la société populaire, invitée par un membre à donner « à la cérémonie funèbre toute la pompe et la décence qui convient à un peuple régénéré », formalise le rite du dernier passage en mettant au point un cérémonial laïque, égalitaire et familial.

116Ce n’est pas la mort héroïque qui, comme à Mamers, est valorisée pour inscrire la survie des soldats de l’an II dans la mémoire collective par la construction d’un monument aux morts dans la cité qui mobilise concrètement tous les clubistes pendant l’été 1794. C’est le deuil familial dont on s’occupe à Honfleur. Les services municipaux avaient pris le relai des confréries de charité et le noir d’usage avait été remplacé par le drap tricolore dans des inhumations « conformes à l’égalité ». Le rituel qu’imagine la société populaire tend à combler le vide laissé par l’éradication du culte catholique. Elle restaure l’usage du noir en confiant à la commune la charge de confectionner, pour les deux sections et leur cimetière, six manteaux de serge et six grands crêpes à attacher au chapeau que porteront les parents les plus proches du défunt. Le convoi funèbre et l’annonce des funérailles par la famille, concue comme une marque essentielle de civilité, sont également restaurés. Quant aux condoléances, elles sont supprimées car la cérémonie doit rester silencieuse. Il s’agit « d’oublier les cérémonies ridicules que la vanité et la superstition faisaient pratiquer » en offrant un rituel républicain.

« L’affaire du Mans »

117La vie militante des Jacobins provinciaux en l’an II est particulièrement intéressante à suivre dans le chef-lieu de la Sarthe. Car la résonance du « drame de germinal » a une grande amplitude avec les contestataires manceaux.

118La séance inaugurale de « l’affaire » a lieu le 7 germinal à La Couture. Arrivé au Mans la veille au soir, Garnier de Saintes, le représentant en mission qui était déjà venu épurer les autorités constituées conformément à la loi du 14 frimaire, convoqua une assemblée populaire à dix heures du matin. Elle réunit trois mille personnes selon les témoins. D’après l’un l’eux, les protagonistes se placèrent à gauche comme « toutes les mauvaises têtes », et « les gens tranquilles, à droite ». Entouré des chefs de la force armée, le représentant du peuple monte à la tribune prononcer son réquisitoire, d’après les instructions du comité de Sûreté Générale, contre les leaders de la société populaire. Tandis que l’on commence à murmurer que « le citoyen Garnier ressemble à Dumouriez, entouré de l’état-major de Cobourg », Rigomer Bazin, agent national du district, et Charles Goyet, membre de l’administration du département, sont accusés de conspirer contre la Convention et mis en état d’arrestation. Aussitôt, des cris se font entendre : « C’est faux ! C’est abominable ! » ou encore « Cela ne se passera pas comme on croit ! » pendant que des femmes appellent à la révolte : « Les laisserons-nous aller en prison ? ». Le tumulte grandit, la foule se presse autour de Garnier, des coups de bâton sont échangés. Goyet monte alors à la tribune pour enjoindre au peuple de garder son calme, de respecter le député qui faisait son devoir et de laisser faire la justice républicaine qui ne manquerait pas de reconnaître leur innocence.

  • 20 Dans sa correspondance avec son collègue François, en mission dans l’Ille-et-Vilaine, Levasseur éc (...)

119La dénonciation politique d’une conspiration au Mans émane de plusieurs sources. Celle du député, Levasseur de la Sarthe qui, depuis son élection à la Convention et ses nombreuses missions à l’Armée du Nord, n’a pas eu le loisir de revenir au Mans mais qui a conservé des frères et amis qui lui apprennent, notamment, sa radiation du club dont il était le fondateur20 ; celle du représentant en mission, Garnier de Saintes qui, depuis une année, court de l’Armée des Côtes-de-la-Rochelle à celle de Brest en traversant tous les départements de l’Ouest et qui a nommé, comme agents politiques du gouvernement dans le chef-lieu de la Sarthe, les militants du club ; celle aussi, plus tardive, de l’accusateur public du tribunal Juteau-Duhoux, futur président de la société thermidorienne, qui rédige un rapport confidentiel.

  • 21 A.N. W 356. Affaire du Mans.

120L’enquête judiciaire menée par un juge de paix manceau, adhérent du club dès la première année, a été réalisée dans une totale indépendance vis à vis du pouvoir politique quelles qu’aient pu être les accusations de partialité. De l’audition de près de 70 témoins, il ressort clairement qu’à la tribune de la société populaire on a fait le procès du Gouvernement révolutionnaire21. On y a dit que « la Convention était usée et qu’il fallait en changer », qu’« il était dangereux de laisser trop longtemps le pouvoir dans les mains des mêmes personnes parce qu’accoutumées à manier ces pouvoirs, elles finissaient insensiblement par croire qu’ils étaient leur propriété », que « si les députés, disséminés dans les départements, y restaient trop longtemps ils y despotiseraient et, par là, feraient manquer notre révolution » et on a réclamé : « Plus de vizirs ! Plus de tyrans ! ». On a aussi avili la représentation nationale en dénonçant les Montagnards Levasseur et Garnier comme « ennemis du peuple » parce que l’un n’avait pas soutenu leur pétition sur les subsistances à la Convention et l’autre faisait relâcher les parents d’émigrés.

121Les témoins qui dressent l’acte d’accusation critiquent surtout la dictature qui régnait dans la société populaire depuis que les inculpés en avaient pris la direction : « Ils tyrannisaient le club », « les opinions n’étaient pas libres », « on n’y instruisait plus le peuple », « on ne faisait monter à la tribune que ceux qui parlaient en leur sens » et, enfin, « on rayait de la société tous ceux qui refusaient de signer leurs adresses ». Parmi ces modérés, reprochant aux dirigeants du club leur exagération terroriste, se trouvent de vieux militants qui ont combattu à leurs côtés les administrateurs fédéralistes, comme Marat Roustel, le premier prêtre abdicataire de la Sarthe devenu commissaire des guerres au Mans, arrêté en juin 1793 comme maratiste et radié, lui aussi, du club.

122Certains témoins ont dit aussi que « les accusés n’ont point trempé dans la conspiration d’Hébert et que s’ils ont avili la Convention et sa représentation, ce n’est que par un zèle outré, les ayant entendus se plaindre de l’élargissement de plusieurs individus détenus comme suspects ». Des partisans convaincus et fidèles ont même juré qu’ils n’avaient « jamais entendu de propos contre la Convention ou ses représentants ». D’autres ont tenu à rapporter les propos exacts de Bazin : « Garnier était un vrai Montagnard et un bon Sans-Culotte mais il était trompé par les gueux ou aristocrates qui l’entouraient » et « il n’avait pas le droit de dissoudre la société populaire d’Alençon comme il avait fait » car « en entrant dans la société, le représentant passait par dessous le niveau de l’égalité ».

123D’emblée, le conflit politique au Mans n’est pas la reproduction du conflit national qui oppose, en ce printemps 1794, Exagérés et Indulgents ni celui qui dresse Levasseur contre Philippeaux même s’il va être interprété, d’abord, comme un complot hébertiste, puis, au fil des jours de germinal comme une conspiration philippotine.

  • 22 AD Sarthe. 1 J 60. Papiers Monnoyer.

124Les Jacobins manceaux, après avoir longtemps refusé d’intervenir dans les querelles de personnes, ont pris position pour la véracité du rapport de Philippeaux sur la Vendée. Leur adresse du 26 pluviôse à la Convention nationale, au comité de Salut Public et à toutes les sociétés populaires, signée par 120 clubistes, dénonçait avec une vigueur égale à celle du Défenseur de la Vérité les généraux de l’Armée révolutionnaire22. Lorsque Le Père Duchesne, où Levasseur compte des amis, réagit avec une aussi grande virulence contre les « philippotins manceaux », les Sans-Culottes de la Société Républicaine du Mans répliquent le 12 ventôse dans un long historique du club, adressé à la fois aux Jacobins et aux Cordeliers. D’abord, ils renvoient dos à dos les deux Montagnards de la Convention qui, en 1791, rejetèrent l’idée d’un gouvernement républicain et la pétition sur l’abolition du fameux marc d’argent en rappelant que Philippeaux proposa l’affiliation aux Feuillants, sans susciter l’opposition de Levasseur, de Letourneur ni de Boutroue et que ce sont les sans-culottes de la Société fraternelle qui les ramenèrent dans la voie révolutionnaire. Ensuite, après l’analyse du mouvement taxateur et du rôle des clubistes dans l’échec du fédéralisme, Bazin et ses amis accusent la députation de la Sarthe, en bloc, de protéger les administrateurs fédéralistes, emprisonnés à Chartres, pourtant « prévenus de complicité avec les brigands de la Vendée ». Enfin, après avoir renvoyé Hébert à l’exactitude des faits avant d’écrire son journal, ils terminent par une profession de foi jacobine : « Quelques efforts que l’on fasse pour nous jeter dans des partis extrêmes, nous ne nous séparerons jamais du centre d’unité ».

125L’influence cordelière, dans la lutte contre le modérantisme des Conventionnels ou dans la revendication de l’autonomie politique de la société populaire, n’est imputable ni au journal d’Hébert, ni « à la foule d’épauletiers, de muscadins parvenus qui, demain, croupiraient dans la plus vile nullité si la guerre (de Vendée) finissait et qui ne la prolongent que pour se perpétuer dans leurs places et leurs fortes pensions ». Il convient donc de valoriser l’expérience politique locale qui a forgé ces militants. Si l’on dresse le portrait collectif du groupe des militants qui, au nombre de dix finalement, sont traduits devant le Tribunal révolutionnaire, on est évidemment frappé par sa jeunesse. Les prétendus « vieux amis du peuple, qui n’avaient pas 24 ans » dont se gaussait Garnier de Saintes, n’ont effectivement pas 30 ans. Ajoutons, ensuite, que s’ils ont tous connu le scrutin épuratoire de 1793 et sont enracinés par leur famille dans la ville ou dans la région, ce ne sont pas des vieux adhérents du club. L’épithète de « patriotes de 93 » fait pourtant réagir Ch. Goyet, marchand à Montfort-le-Rotrou, qui comme son ami, avait 18 ans en 1789, en développant le militantisme dont il a fait preuve dans sa commune depuis le début de la Révolution et les résultats positifs qu’il y a obtenus lors de la ratification populaire de la constitution. Incontestablement, il y a un conflit générationnel entre les jeunes « gauchistes » du club et leurs aînés de la Convention.

126On trouve néanmoins, à leurs côtés, un adhérent de la première heure en la personne de P.A. Potier qui, illustrant un parcours classique d’Enragé de 1792 à Exagéré, est alors commissaire des guerres, après avoir été maire du Mans en 1793. Il y a aussi un ancien président de la Société fraternelle, Louis Le Faucheux qui, membre du comité de surveillance, est le doyen du groupe avec ses 52 ans. Mis à part le jeune Bazin qui a du attendre d’avoir 21 ans pour adhérer au club, sont entrés avec lui en 1791 les anciens journalistes Michel Boyer, officier municipal, et Louis-Florent Sallet, alors receveur du timbre, ainsi qu’un ancien vicaire constitutionnel du Mans de 33 ans, Alexis Jourdain, membre également de la société populaire de sa commune natale de Nogent-le-Rotrou et sous-chef de bureau au département. Les adhérents de 93 ne sont pas des manceaux. Outre Goyet, dont la femme est restée à Montfort s’occuper de leur commerce de toiles, Louis Guédon-Dubourg, un notaire de 34 ans loue une maison bourgeoise dans la section de l’Egalité depuis qu’il est devenu juge au tribunal de district tandis que François-René Delélée, receveur de l’Enregistrement, âgé de 25 ans et ancien clerc de procureur de Sainte-Suzanne, occupe une modeste chambre garnie de même que le benjamin, Pierre Turbat, un nivernais de 22 ans et demi, qui a été bénédictin puis employé à la municipalité de Paris avant de venir au Mans où il est secrétaire général de la commune.

127Le mode de vie des jeunes gens, célibataires comme Bazin, Sallet, Turbat et Jourdain ou veuf comme Potier, et de leurs amis défraie un peu la chronique. Ils ont, en effet, l’habitude de prendre leurs repas ensemble chez deux ou trois traiteurs habituels. Ceux-ci et leurs servantes n’ont, toutefois, jamais entendu mal parler de la Convention même si la rumeur publique soutient que leurs clients y tiennent des conciliabules qui, sous la plume de Fouquier-Tinville, deviendront des « orgies ». A leur réputation de piliers de cabarets et de motionnaires forcenés, ils ajoutent celle de théâtreux. Créateurs au printemps de la Société Dramatique du Mans, les militants d’un théâtre d’agitation politique ont réservé un accueil très froid au riche négociant Le Prince, ci-devant de Claircigny, vénérable de la loge mancelle jusqu’en 1790 et adhérent de la société populaire depuis « l’invasion des Brigands » qui venait leur proposer de monter sa pièce, intitulée Le Décadi. Celui-ci reconnait toutefois que son contenu « les avait un peu déridés ». Ensuite, Bazin et Potier lui avaient conservé un rôle dans son Triomphe du Patriotisme, et comme il craignait « d’avoir de la timidité sur le théâtre pour une première fois, ils lui dirent : Il te faudra boire une bouteille de bon vin, cela te donnera du courage, nous irons dîner chez toi ce jour-là ! ; qu’en effet, ils y vinrent, au nombre de neuf, tous acteurs, et qu’il ne fut question pendant tout le dîner que de comédie ».

128En révolutionnaires conséquents de l’an II, la plupart délaissent leurs prénoms de baptême pour adopter les grands noms de l’Antiquité. Ainsi, les jeunes gens frais émoulus du collège comme Bazin, Boyer et Sallet ont choisi respectivement Timoléon, Regulus et Mucius Scaevola ; les hommes mûrs, traités de maratistes dans l’hiver 1792-93, ont adopté des prénoms doubles, ainsi Brutus-Marat Le Faucheux ou Marat-Cincinnatus Jourdain. Quant à Tell Goyet, il choisit un héros de l’époque féodale pour évoquer ses propres luttes contre le bailli de Montfort ; Potier semble s’être contenté de supprimer la suite féodale de son nom.

  • 23 AN. Outre le carton W 356 pour leurs papiers saisis à leur domicile et non restitués, voir égaleme (...)

129Prévenus de conspiration contre la Convention nationale, ils sont écroués, après quelques jours à la Conciergerie, dans une chambrée de dix à la prison du Plessis à l’exception, toutefois, de Boyer et de Turbat d’abord interrogés comme simples témoins par le juge de paix manceau, et de Guédon-Dubourg, vite transféré ailleurs pour raisons de santé. « Libres jusque dans les fers », comme l’écrivent Potier et Sallet, ceux qui attendent de comparaître devant le Tribunal révolutionnaire ont conservé, pour leurs parents (qu’ils vouvoient) ou leurs proches, un optimisme de bon aloi aussi pour les censeurs qui lisent le courrier avant de l’expédier : leur correspondance, privée ou collective, affiche la sérénité de républicains, sûrs de leur conscience, et fortifiée de fait par l’esprit de groupe. A la différence du pauvre Boyer, qui laisse tomber son masque de Regulus pour désavouer tous ses frères et amis en écrivant de la Conciergerie à Fouquier pour se démarquer de « la ramification, au Mans, de l’infâme conspiration d’Hébert »23.

130Les dix inculpés comparaissent le 9 floréal devant le Tribunal où l’accusateur public retient le crime de conspiration et réclame contre eux une peine de détention tandis que « les jurés réclament la parole pour les accusés et mettent les dix témoins manceaux en contradiction avec eux-mêmes », comme l’écrira le journaliste Bazin. Trois jours plus tard, le verdict du vice-président Coffinhal est l’acquittement car « il n’est point constant que, dans la commune du Mans, il ait existé une conspiration contre la liberté et la sûreté du peuple français tendant à dissoudre la représentation nationale, à anéantir le gouvernement républicain et à exciter la guerre civile en armant les citoyens les uns contre les autres et contre l’exercice de l’autorité légitime ».

131L’annonce du verdict aussitôt connu dans la Sarthe suscite la fête dans les sections de Marat et de la Montagne où les femmes répandent la nouvelle de leur arrivée au Mans et d’où hommes et femmes partent le 14 floréal pour les accueillir sur la route de Paris « avec du fricot, du vin, de la liqueur et des démonstrations de joie et d’enthousiasme ». Mais, par ailleurs, Garnier de Saintes écrit son indignation à Billaud-Varenne et au comité de Salut Public le 15 floréal et deux témoins, présentés par l’accusation au procès, sollicitent un arrêté de la municipalité pour que les détenus restent incarcérés. La « joie enivrante » des habitants des quartiers populaires ne dure pas longtemps : après avoir attendu vainement, leurs lauriers et leurs palmes à la main, le retour des clubistes innocentés par le redoutable Tribunal, ils apprennent l’organisation d’un scrutin épuratoire à la société populaire. Le 22 floréal, en présence du représentant en mission, un clubiste et témoin à charge, Lebrun juge au tribunal de district, propose d’exclure définitivement les dix militants disculpés. Sa motion, malgré les cris et les huées des femmes dans les tribunes, est adoptée. Le lendemain, dans une séance privée, le président Roustel demande aux membres épurés de prêter le serment, par appel nominal et lettre alphabétique, « tel qu’il a été rédigé et sans observation ». Mais les premiers appelés refusèrent de jurer « de ne jamais recevoir parmi eux les dix détenus si, par hasard, ils sortaient de prison » : Garnier de Saintes était parti et la foule attendait devant la porte en criant que cet arrêté était « contraire aux droits de l’homme ».

132Forts de ce succès, leurs partisans s’enhardissent les 28 et 29 floréal. Un clubiste de 1793, le traiteur manceau Coutard propose une adresse, bruyamment soutenue par les tribunes, qui désavoue les opérations de Garnier et réclame la libération des prisonniers. Pour mettre fin au tumulte, le président Juteau, ancien procureur au pré-sidial et agent national de la commune, renvoie la discussion au lendemain. Le 29, le vice-président Le Prince, négociant et membre de la Société dramatique, fait retirer la motin et adopter une adresse de félicitations à la Convention pour son décret sur l’Etre Suprême et l’immortalité de l’âme. Mais la contestation n’est pas enrayée : d’autres clubistes, notamment Brossard, tireur d’étain de son métier, fait valoir que l’arrêté du 22 floréal est inconstitutionnel et fait adopter par les membres présents qu’une copie en soit faite et envoyée aux Jacobins et à la Convention. L’annulation postérieure de sa motion ne le décourage pas. Ses adversaires diront que les motions du modeste ouvrier étaient l’œuvre des frères Chauvel, notaire et employé au département, chez qui il passait tous les après-midi. Le 12 prairial, il en propose une autre que le président Le Prince ne peut que refuser de signer ; comme les secrétaires se rangent à ses côtés, le renouvellement du bureau est aussitôt décidé : Brossard et Coutard sont élus secrétaires et Pissot, un commis au département adhérent de janvier 1792, est porté à la présidence. L’adresse pouvant ainsi être signée en nom collectif, les clubistes décident d’organiser une quête dans toute la ville pour payer les frais du voyage à Paris de Coutard.

  • 24 Le principal porte-parole, J.P.Bonjour, est bien connu comme militant de la section du Bonnet Roug (...)

133Dès le lendemain de son départ, une enquête est ouverte sur « les troubles occasionnés dans la société populaire » par le comité de surveillance du Mans dont les membres qui le composent, pour la plupart depuis le mois de vendémiaire, ont été épurés par Garnier ; rémunérés à trois livres par jour, ils sont, d’une part, largement issus du monde de l’échoppe et de la boutique et, d’autre part, ce sont de vieux clubistes. Leur enquête se poursuit, après une première série d’arrestations dans les milieux populaires, lorsqu’arrivent au Mans deux commissaires24, membres des Jacobins et envoyés par le comité de Sûreté Générale, au nom du comité de Salut Public. Le commissionnaire monté à Paris porter la pétition des clubistes a réussi à mettre en branle le pouvoir jacobin. Toute la ville est aussitôt en émoi, des membres du comité de surveillance leur rendent visite à l’auberge où ils sont descendus, suivis par des clubistes qui avaient fait apposer quelques jours auparavant les scellés sur les registres du club. Une foule considérable se presse le soir du 28 prairial à la société populaire. Après avoir présenté leurs diplômes et leurs pouvoirs au président Juteau, à défaut de Le Prince qui jouait au théâtre, ils réclament les arrêtés des séances du 22, 28 et 29 floréal, sous les applaudissements des tribunes. On parla aussi à cette séance qui se termina à 11 heures du soir de l’application du Maximum qui laissait à désirer, tandis que des discussions avec les partisans des détenus se prolongèrent à l’auberge jusqu’à trois heures du matin. Quand les commissaires quittent Le Mans, leur opinion est faite : aux partisans de Garnier dans le club, accusés par les autres d’être de son bord pour garder leurs places, ils ont clairement dit « qu’ils étaient des mous et des lâches de laisser opprimer des patriotes ».

  • 25 AD Sarthe L 604-606. Registres du Comité de surveillance du Mans.
  • 26 AD Sarthe. L 123. Papiers relatifs aux troubles de la société populaire et L 1827. Registres d’écr (...)

134Toutefois, dès le lendemain et jusqu’au 4 messidor, le comité de surveillance reprend ses auditions et interrogatoires de plus de 70 personnes, aboutissant à d’autres arrestations25. Le représentant du peuple près l’Armée de l’Ouest est venu entre-temps rétablir l’ordre au Mans. Le procès-verbal de l’assemblée populaire, tenue dans la fameuse enceinte de la La Couture le 1er messidor, dont les secrétaires sont Juteau et Le Prince, mentionne la présence de « quatorze mille individus qui étaient venus entourer de leur affection et reconnaissance » Garnier de Saintes. Toujours entouré de son état-major, mais aussi de la garde nationale et de tous les corps administratifs et judiciaires, le représentant du peuple « spécialement envoyé par le comité de Salut Public », après avoir tenu un discours « analogue aux circonstances » (c’est-à-dire imprégné du complot des prisons qui agite alors la capitale), donne la parole aux autorités mancelles qui, à tour de rôle, montent à la tribune pour dénoncer « le foyer de conspiration, formé par les détenus de Paris, qui se renouvelait depuis leur absence par l’entremise des agents qu’ils ont laissé après eux ». Soucieux d’établir le plus parfait consensus, sans se contenter des applaudissements qui ponctuent chaque discours, le représentant du peuple demande une relecture des prises de position officielles et sollicite l’opinion du peuple par un lever de mains ou de chapeaux. L’unanimité obtenue dans la séance publique, Garnier de Saintes décide le lendemain d’épurer une nouvelle fois la société populaire en précisant qu’il se réserve le droit, une fois la liste des membres établie par la commission épuratoire et ratifiée en assemblée générale, « d’en exclure ceux contre lesquels nous aurions des reproches connus et pertinents à opposer »26 Mais la veille de son départ, ayant appris le 9 messidor que « dans les bas-quartiers de cette commune où les factieux ont été le plus constamment rassemblés, on débite avec une criminelle complaisance qu’on a reçu de bonnes nouvelles de Paris », il décide l’exclusion de la société populaire de tout citoyen qui « sera convaincu, aux yeux du jury populaire, d’avoir eu des relations intimes avec la faction Bazin » et la non-admission de clubistes nouveaux.

  • 27 AD Sarthe. Outre la correspondance du comité de surveillance, voir celle de l’administration du di (...)

135Désormais, un néologisme est né dans la Sarthe : les Bazinistes. Le compte-rendu de mission des commissaires du comité de Sûreté Générale ne renverse pas le rapport de forces : l’agent national du district communique le 28 messidor, au comité de surveillance du Mans l’ordre de celui-ci de poursuivre « tous les partisans de Bazin et Morandière ». Le 9 Thermidor a une résonance toute particulière au Mans car la rumeur, cette fois fondée, de la libération prochaine des détenus parisiens provoque, à la fin du mois, une grande effervescence. Au café d’un clubiste, on a entendu dire qu’« à l’arrivée de Bazin et Morandière, deux-cents têtes tomberaient ». Jacques Sargeuil, un marchand analphabète de 53 ans dont la femme est sous les verrous, est ainsi arrêté pour trouble à l’ordre public. Dans les rues « d’Outrepont et autres, connus sous le nom de bas-quartiers » le comité de surveillance apprend qu’ « il se tient des propos incendiaires », que « plusieurs particuliers ont arrêté des passants pour leur demander s’ils étaient du parti de Morandière et autres et, sur l’affirmative, ils les laissaient passer »27. C’est le moment aussi où René Coutard, le commissaire de la société vers les Jacobins et le comité de Salut Public, revient au Mans et se fait arrêter comme robespierriste. Du complot des prisons à la conjuration de Thermidor, ce sont au total 23 « bazinistes » qui ont été arrêtés et emprisonnés au Mans.

136Les partisans de la démocratie directe sont des hommes et des femmes du peuple, dont la grande majorité réside dans la section Marat. Ces quadragénaires, mariés et pères de famille sont pour les trois-quarts des membres de l’échoppe et de la boutique : trois cordonniers, deux charpentiers, deux marchands, un tisserand, un ouvrier en laine, un traiteur, un jardinier, un garde-magasin et un voiturier. Il y a aussi le notaire Chauvel, chez qui tous les républicains sous le Directoire signeront leurs contrats notariés, deux employés au département et deux ex-prêtres. Cette répression des troubles politiques, à connotation sociale marquée, semble vouloir signifier, juste avant thermidor, la rupture de l’alliance jacobine de la bourgeoisie et des classes populaires. Cinq femmes, parmi les premières arrêtées, sont des militantes de la révolution dans leur section et les tribunes du club. Les sans-culottes manceaux ne sont pas de vieux adhérents du club : s’il y a deux vieux compagnons de la Société Fraternelle d’Outrepont et un clubiste de 1792, neuf autres ne sont entrés à la société populaire qu’en 1793 et deux en l’an II. Un manceau détenu n’a jamais fréquenté que les tribunes ainsi que les ruraux de Parigné-le-Pôlin, Fresnay, Foulletourte et La Bazoge qui ont été poursuivis dans les ramifications départementales de la prétendue conspiration. Ils sont libérés de prison, le 4 fructidor, par Rigomer Bazin et Louis-Florent Sallet dès leur arrivée au Mans.

137Le moment thermidorien n’est pas uniquement consacré aux retrouvailles des manceaux avec les ex-détenus et à leurs efforts pour obtenir leur réintégration civique dans le club et la ville car, avec la conspiration déjouée de Robespierre, ils vont devoir affronter les accusations de désorganisateurs et de terroristes. Pour l’instant, il est nécessaire de conclure sur les luttes partisanes du Mans. L’interprétation soboulienne d’une contradiction entre les aspirations de la sans-culotterie parisienne et la politique jacobine, pour être retenue, ne peut pas être comprise au Mans comme une opposition entre une double organisation. La contestation du gouvernement révolutionnaire de l’an II est conduite par les agents politiques de ce gouvernement qui utilisent la tribune du club jacobin pour asseoir leur hégémonie. Leur critique se nourrit autant de la mentalité républicaine qui postule l’égalité entre tous les citoyens, députés à la Convention compris, que de la conception jacobine de l’assemblée publique où le peuple est souverain. C’est la structure interne de l’association politique, et non une influence externe, qui a rendu possible la dissidence d’une société populaire dont les leaders, emplis de la fougue de leur jeunesse et revêtus du prestige d’avoir lutté aux avants-postes contre les fédéralistes et les Vendéens, avaient acquis une réelle audience dans les quartiers populaires.

L’épuration post-thermidorienne

138La chute de Robespierre entraîne une dernière et nouvelle vague d’épurations. En apparence, le 9 thermidor ne modifie pas le mouvement associatif provincial qui réagit par la pratique, désormais, classique de l’auto-épuration à un nouveau tournant politique. L’événement n’a toutefois pas affecté de petites sociétés populaires comme Longny-au-Perche ou Mamers qui se sont contentés d’envoyer le tableau de leurs membres. La situation est bien différente dans les villes comme Falaise, où une nouvelle épuration est réclamée dès le 19 fructidor après la réapparition au club du Conventionnel Vardon qui votait avec les Girondins en 1793, ou encore Cherbourg dont le club est sollicité pour réintégrer, dès le 25, les membres précédemment exclus.

139La reprise en main par la Convention du pouvoir politique, avec un gouvernement révolutionnaire instrumentalisé, n’a été effective que deux à trois mois après l’événement. Elle s’est traduite, d’abord, par l’envoi à toutes les sociétés populaires comme aux autorités constituées, de la proclamation du 18 vendémiaire an III, rappelant la centralité législative, la légitimité populaire du gouvernement représentatif et précisant qu’« aucune autorité particulière, aucune réunion n’est le peuple, aucune ne doit parler, ne doit agir en son nom ». Après cet avertissement aux « héritiers des crimes de Robespierre qui s’agitent en tout sens », la Convention nationale s’engage, par son décret du 25, dans une voie réactionnaire en interdisant toute affiliation, toute correspondance et toute pétition en nom collectif tout en demandant aux sociétés populaires d’établir et d’envoyer le tableau de leurs membres.

  • 28 Brunel (75).

140Le débat législatif qui commence alors pour s’achever le 6 fructidor, avec la dissolution des clubs et sociétés populaires, inaugure le long débat politique sur l’héritage toujours vivant de Robespierre : le jacobinisme. Les Thermidoriens y reprennent la critique libérale, faite sous la monarchie constitutionnelle et rapportée jadis par Le Chapelier, en dénonçant l’existence d’une puissance intermédiaire entre le peuple et ses représentants qui concurrence le pouvoir légitime du gouvernement représentatif. Quel que soit le courage des députés qui ont défendu alors à la tribune le droit d’association, comme « droit naturel et imprescriptible de l’homme et du citoyen » et rappelé l’histoire parallèle des clubs et de la Révolution, les Conventionnels qui, l’année précédente, avaient garanti constitutionnellement le droit à l’association politique, ajoutent pour actualiser le débat, que l’affiliation et la correspondance sont les principes du fédéralisme des sociétés populaires et que la surveillance des autorités relève de l’Inquisition. La coalition hétéroclite des Thermidoriens28 dont la plupart ont été les membres fondateurs de la clubocratie locale et savent très bien que les sociétés populaires sont fermement tenues en main par les représentants en mission, n’a pas d’autre but alors que de supprimer l’héritage parisien de Robespierre. La fermeture du club des Jacobins, le 22 brumaire an III, est la conséquence à court terme de Thermidor. Motivée par le fait que « Robespierre dominait dans les clubs de toute la République par l’organisation qu’il avait su donner au club des Jacobins de Paris », elle ne concerne pas les sociétés provinciales qu’il s’agit simplement, pour l’instant, de rallier au nouveau pouvoir.

141Dans la société du Mans, tant de fois épurée par Garnier de Saintes, les membres de la société thermidorienne ne sont plus qu’une poignée. Dans celles d’Honfleur ou de Bernay, les clubistes se mettent en conformité avec la loi. A Honfleur, où on s’est plaint en fructidor « du modérantisme qui est à son comble dans la société », on s’est finalement prononcé le 19 vendémiaire an III pour féliciter la Convention et former un comité d’épuration. Les résultats du scrutin, achevé le 16 brumaire, restent inconnus. Le nombre des présents aux séances diminuent régulièrement et Taveau essaie d’expliquer aux Jacobins de sa ville qu’« ils se sont trompés sur les principes de la Convention et ont présumé, à tort, qu’en fermant la Société des Jacobins, elle avait l’intention d’anéantir les sociétés populaires » : c’est sur cette dernière intervention du conventionnel que s’achève, le 19 pluviôse an III, le registre de la société d’Honfleur. A Bernay, après avoir beaucoup discuté sur la perte d’énergie de l’esprit public, on applaudit le 10 vendémiaire le rapport sur l’état actuel de la République que fit Robert Lindet, avant de quitter le pouvoir, au nom des principaux comités de la Convention. Voulant conserver avec lui des illusions sur le sens du 9 thermidor, ses concitoyens trouvèrent « ses principes purs et consolateurs ». La rédaction du tableau des membres est effectuée le 18 brumaire, comme d’habitude, sans commentaires. La voie thermidoriene d’un ancien club montagnard se fait sans rupture avec le passé : on peut remarquer, en effet, que la perte de quelques vieux militants est largement compensée par la fidélité des derniers adhérents. C’est, tardivement, en nivôse an III, que la société des frères Lindet décide l’annulation des règles du scrutin épuratoire et l’admission des « citoyens qui se sont momentanément séparés de la société ». Mais on ignore le nombre et la qualité des citoyens réintégrés.

142Dans les clubs de Falaise et de Cherbourg, les délibérations sont beaucoup plus précises et détaillées car c’est, bien sûr, l’heure de la revanche politique. A Cherbourg, où depuis Thermidor, on discute beaucoup et tout autant qu’en juin 1793, le conformisme idéologique est toujours de rigueur à l’heure de l’épuration. Le 3 brumaire, la société décide de réintégrer les exclus de 1793 et de réhabiliter le conventionnel Ribet puis, pendant une quinzaine de jours que dure le scrutin épuratoire, elle fait le procès des « complices de Robespierre », « agents de Pitt et de Cobourg » ou « de la faction héberticide » et rejette, notamment, l’horloger Fossard, le capitaine Rayebois et le directeur de la poste Victor Le Fourdrey. L’épuration est toutefois moins massive qu’en 1793. Socialement, on constate que les nouveaux exclus appartiennent davantage au milieu des artisans et marchands qu’à celui des fonctionnaires ou des professions libérales sans que la société thermidorienne soit modifiée dans sa structure socio-professionnelle par la perte d’un dixième de ses membres. Ces militants de la République jacobine qui ont tous joué un rôle essentiel en 1793 et 1794, soit en faisant partie du Conseil du représentant Le Carpentier, soit en étant membre du comité de surveillance, sont nombreux à être des clubistes de la première heure. Leurs anciens adversaires reviennent au club dans la proportion des deux-tiers, en comprenant la dizaine de ceux qui sont rentrés dès germinal an II. Le renouvellement des effectifs de la société populaire est considérable : la majorité des membres n’a subi, en brumaire an III, qu’un scrutin épuratoire alors que seulement une cinquantaine, moins du cinquième, ont été trois fois épurés et qu’un quart des effectifs a subi favorablement deux épurations.

143De Falaise, vient toujours l’originalité. C’est de la société qui ne voulait pas recevoir les discours de Marat et de Robespierre en novembre 1792, rompit avec les Jacobins en janvier 1793, se compromit dans le fédéralisme et refusa l’épuration consécutive que vint la reconnaissance de la grande popularité de Robespierre et la conscience de vivre en thermidor un tournant de la Révolution. Le discours du président Dupont, un homme de loi de Falaise, n’est pas émaillé des clichés et rumeurs qui circulent alors sur l’Incorruptible : en son nom propre comme au nom de la société qui, en ventôse, louait « notre digne représentant Robespierre » pour son discours sur les principes de morale politique ou qui, le mois suivant, évoquait son « sublime rapport » sur l’Etre Suprême, il impute sa tyrannie dénoncée à une « coupable idolâtrie » collective. En traduisant le malaise qui s’installe parmi les républicains et en s’interrogeant sur la confiance que l’on peut porter aux hommes politiques, il a été diversement compris puisque le vice-président, un huissier quinquagénaire l’« aurait métamorphosé en panégyriste de Robespierre ». Toujours sous le choc des « événements extraordinaires qui se sont passés à la Convention », la société accueille Vardon et parle aussitôt d’exclure certains clubistes. Puis, en vendémiaire, son correspondant régulier, le conventionnel Legot qui prêche le ralliement autour de la Convention s’inquiète des rumeurs d’une division de la société que certains imputent « aux continuateurs de Robespierre ».

144Le 3 brumaire an III, l’épuration est mise à l’ordre du jour par un Caennais, s’étonnant que l’on « n’ait point encore procédé à l’expulsion des partisans de Robespierre dont l’existence publique est un crime liberticide ». Les Amis de la Convention de Falaise lui répondent leur répugnance à ce procédé et consacrent alors leur dernier débat politique à discuter, point par point, les modalités juridiques du scrutin. Par crainte explicite de l’arbitraire, la commission de dix membres, élus à bulletins secrets et à la pluralité relative, sera étroitement soumise au pouvoir de l’assemblée générale. Les dix élus doivent se soumettre eux-mêmes à l’épuration publique en exposant à la tribune leur conduite privée et publique. Leurs pouvoirs sont strictement limités à recevoir toutes les dénonciations du public, vérifier si elles sont fondées et les tenir secrètes jusqu’à l’assemblée générale. L’épuration se fera par appel nominal et dans l’ordre alphabétique autour de seize questions posées à chaque candidat.

145La société de Falaise choisit comme commissaires-épurateurs des bourgeois, quadragénaires, natifs de la ville, adhérents de 1791 et membres à plusieurs reprises de son bureau. Prenons simplement le premier élu, F. Gachet, 37 ans, ancien officier de santé et juge au tribunal, dont la trajectoire politique éclaire le fonctionnement de la société : il a été choisi 18 fois comme président ou vice-président et 6 fois comme secrétaire, de septembre 1791 jusqu’en nivôse an III, en passant par le printemps 1793, l’automne et tout l’an II. Au cours du scrutin épuratoire qui dura jusqu’à la fin du mois de frimaire, on fit le procès de la terreur mais on refusa, comme après le fédéralisme, l’exclusion des Falaisiens radicaux. Seul, un horsain a été offert à la vindicte publique ainsi que quelques partisans des tribunes. La motion de réintégration d’Henry-Larivière au sein de la Convention, proposée le 25 frimaire, n’a pas eu de succès dans une société qui l’a considéré trop longtemps comme « un ennemi de la patrie ».

146L’organisation de ce scrutin épuratoire est tout à fait remarquable. D’abord, parce qu’il n’y eut pour ainsi dire pas d’épuration : le modèle intégrateur de la société populaire a résisté à toutes les passions politiques. Ensuite, la mise en scène du scrutin a donné lieu à une défense du droit républicain : sans se démarquer des vainqueurs, après le 9 Thermidor comme après le 2 Juin, les sociétaires ont défendu les droits civiques des vaincus. Enfin, les séances de la société populaire après ce bilan ne sont plus ouvertes que pour la forme et sans ordre du jour. En nivôse, la société établit le tableau de tous ceux qui, historiquement, ont eu l’honneur d’en être membres, en y intégrant ceux qui, tel le républicain contesté Henry-Larivière, avaient été porté « sur un tableau d’infamie ».

Scrutins épuratoires de l’an III

Scrutins épuratoires de l’an III

(*Le total a été effectué sans prendre en considération les données de Bayeux ni de Falaise. A Bayeux, où 5 membres se disent fondateurs de la première société, parce que les sources ne permettent pas d’établir un fichier des membres ; à Falaise, parce que les données de l’an II et III sont manifestement sous-évaluées).

147Le tableau des scrutins épuratoires de brumaire montre, au delà de diversité des situations, la chute absolue ou relative des effectifs. En pourcentage, les clubistes qui sont restés des adhérents fidèles au bout de cinq années sont une minorité, sauf à Bernay qui illustre l’engagement thermidorien d’un club montagnard sous les auspices de Lindet. A l’opposé de ce modèle, il y a la société du chef-lieu de la Sarthe qui, à cette date, n’a pas encore réintégré Bazin et quelques-uns de ses amis, clubistes impénitents. Dans les clubs du Calvados et de la Manche, on peut remarquer que le scrutin thermidorien ne permet pas de retrouver l’apogée de 1793, même après la reconquête de l’opinion.

148Toutefois, le scrutin de brumaire an III n’est pas le dernier bilan des effectifs clubistes dans certains clubs. Par exemple, à Mamers, après avoir confectionné le tableau des 100 adhérents en brumaire, conformément à la loi du 25 vendémiaire, sans procéder à une quelconque épuration politique mais en évoquant avec nostalgie les 160 clubistes précédents, un dernier tableau des 64 derniers membres est réalisé en nivôse an III. Les chiffres disent parfois mieux que les mots, l’incontestable désaffection du club dans les villes de l’Ouest après Thermidor. Le procédé de l’épurement, né d’une pression collective où l’aspiration à la transparence publique, exigible de chaque citoyen, rencontrait la volonté gouvernementale de contrôle de l’opinion, a plutôt mal résisté à ce troisième grand tour de scrutin. Si la pratique est entré dans les mœurs - mais avec quelle réticence à Falaise ! - la méthode laisse de plus en plus de déçus de la Liberté à l’Antique sur le bord de la route.

La fin d’un modèle ?

149Il convient de faire le bilan de l’hégémonie jacobine de l’an II, avant que ne s’impose, durablement, la conception thermidorienne et libérale de l’association politique jacobine comme celle d’un pouvoir public faisant obstacle au pouvoir légitime des élus de la Nation.

150La caractéristique majeure de cette « République démocratique » pour laquelle, nous allons le voir, les militants jacobins vont être poursuivis en justice, est la volonté politique, à la fois constitutionnelle et législative, de concilier le principe associatif et le principe représentatif. Depuis 1789, les Jacobins de Paris et de l’Ouest font de l’Assemblée nationale la référence suprême : avant comme après thermidor, la Convention est « le point de ralliement ». La reconnaissance de la légitimité du pouvoir représentatif ne passe néanmoins pas par la méconnaissance de la souveraineté populaire : c’est bien l’insurrection du 10 août qui fait naître la République. Cette tension entre les deux pôles de références révolutionnaires subsiste en l’an II, malgré l’institutionnalisation de la société populaire dans la cité.

151La délimitation des fonctions des clubs, la modification de leur recrutement sociologique et le contrôle des représentants en mission sur leur activité a infléchi la culture jacobine vers une culture gouvernementale. En étudiant le fonctionnement de l’association locale, on a constaté toutefois une large gamme d’attitudes entre les clubs forcés à l’orthodoxie, quel que soit le gouvernement, dans le port militaire stratégique de Cherbourg par exemple, et ceux qui choisissent, tel le club de Falaise, de se soumettre ou d’adapter les consignes officielles. L’autonomie de la vie associative locale est revendiquée avec d’autant plus de force que les clubs ont derrière eux une longue histoire de luttes politiques, leur permettant de contester l’autorité législative et exécutive d’un représentant du peuple dans leur enceinte. L’exemple du Mans, en germinal, montre bien l’affrontement des deux légitimités : en haut, la loi qui instaure « le gouvernement révolutionnaire jusqu’à la paix » ; en bas, l’héritage antique du club comme assemblée du peuple souverain. C’est bien dans cette dialectique entre le mouvement politique national et le mouvement associatif local, riche de sa propre histoire, que réside la compréhension du jacobinisme.

152Ensuite, l’avancée démocratique de l’an II est incontestable. La floraison des clubs dans les campagnes, l’entrée des ci-devant citoyens passifs dans les sociétés populaires, la reconnaissance certes partielle des droits des femmes à la politique sont loin d’être négligeables. En développant la parole du pouvoir, dans les manifestations d’adhésion collective à la politique de la Convention nationale, la République jacobine a tenu à consacrer aussi - il ne faudrait pas l’oublier - le pouvoir de la parole. D’autant plus facilement, certes, que Robespierre incarne à la Convention et aux Jacobins les deux légitimités. Mais faut-il déplorer que la conception démocratique de l’association politique soit alors celle du club et non celle du parti politique ? Car le magistère politique et moral de Robespierre n’explique ni l’incapacité des Jacobins à assumer un rôle politique autonome par rapport à la Convention ni l’élimination des factions, des Girondins aux Montagnards, par la représentation nationale. Société particulière ou société publique en l’an II, le club jacobin qui fonctionne comme un parti en édictant ses statuts, en imposant un serment à ses membres, en excluant les non-orthodoxes selon la ligne politique du moment, exclut l’idée partisane qui nuit à l’expression de la volonté générale. L’association politique des partisans du régime est, en même temps, une réunion publique où le citoyen des tribunes peut critiquer la gestion de ses représentants à tout moment, y compris au cours d’un scrutin épuratoire des adhérents. La conception jacobine du club, comme forum dans la cité ou réunion publique de la communauté villageoise, est historiquement datée. Mais, elle est une étape fondatrice de la pensée et de la pratique démocratique.

Notes

1 Jaume (95) p 359.

2 A.N. DXL 24 (Calvados), 25 (Eure), 26 (Manche, Mayenne, Orne, Sarthe).

3 Soboul (119).

4 Butet-Hamel (235). Les registres de délibérations de la société de Vire de juin 1790 à germinal an III ont été détruits pendant la dernière guerre.

5 AC Le Mans 1006. Registre de la Société des Amis de la Constitution.

6 Le Courrier Patriote du département de la Sarthe, n° 30, 28 juillet 1793.

7 AC Valognes. Registre de délibérations de la Société Montagnarde (22 sept. 1793-20 messidor an II).

8 AD Mayenne. L 1625. Registre de la société populaire d’Evron.

9 Sauf à Falaise, dont le tableau date de nivôse an III. Il comprend les noms de tous ceux qui ont été membres du club, sans pouvoir fournir les renseignements sur l’âge, le domicile et la profession de 178 d’entre eux qui, depuis longtemps, n’ont pas été épurés comme Henry-Larivière.

10 Les mentions subsidiaires, données dans les listes d’adhérents, de notables, officier municipal ou de la garde nationale n’ont pas, toutefois, été prises en compte : à Bayeux, où ces distinctions ont été consignées, elles concernent plus du tiers des effectifs de la société populaire.

11 M. Le Thuillier « Structures socio-professionnelles à Falaise au xviiième siècle », mémoire de maîtrise dactylographié, s.d. H. Neveux, Université de Caen, 1976.

12 AC Le Mans. 1008. Liste des Sans-Culottes dévoués au maintien des lois.

13 AC Le Mans 1557. Recensement de l’an VIII. Voir également P. Bois (267).

14 Ces vieillards qui « ne font rien », ces enfants employés souvent « à tricoter » et ces nombreux bébés placés en nourrice pour lesquels une pension est versée trimestriellement, ont été mis à part du tableau socio-professionnel.

15 Même si les professions inconnues s’élèvent respectivement à 14 %, 33 % et 14 %. Il faut ajouter les 3 % de rentiers et d’étudiants parmi les membres rejetés qui représentent 1 % dans la société épurée.

16 « ...La grande société populaire est le peuple français et celles qui portent la terreur dans l’âme des tyrans et des aristocrates est celle des Jacobins et des sociétés qui lui ressemblent, qui lui étaient affiliées depuis longtemps et qui ont, comme elle, commencé la Révolution. Les sociétés prétendues populaires, multipliées à l’infini depuis le 31 mai, sont des sociétés bâtardes, qui ne méritent pas ce nom sacré ». Extrait du discours de Robespierre du 6 nivôse an II, cité par Aulard (35).

17 Dans le débat aux Jacobins, le 8 pluviôse, Levasseur de la Sarthe est pourtant intervenu contre cette version : « Je ne puis révoquer en doute le patriotisme qu’ont montré quelques sociétés et quelques communes. Plusieurs départements, même éloignés, n’ont pas été les derniers à détruire les monuments honteux de la superstition. Je demande que la Société des Jacobins ne se déshonore pas en leur retirant son affiliation », cité par Aulard (35).

18 Le 29 frimaire, aux Jacobins, Hébert et Danton font accepter la demande d’« n comité qui a la confiance du peuple », malgré l’opposition de Dufourny.

19 Cobb (82), t 2 p. 841.

20 Dans sa correspondance avec son collègue François, en mission dans l’Ille-et-Vilaine, Levasseur écrit le 6 ventôse son embarras sur la situation dans le chef-lieu de leur département. Il est au courant du voyage à Paris de Garnier. « décidé à mettre à la raison ces scélérats qui se sont démasqués après l’avoir cruellement trompé » mais il juge « l’affaire très délicate s’il les met en état d’arrestation » car « ils se présenteront comme des patriotes opprimés pour avoir dénoncé les administrateurs fédéralistes et contre-révolutionnaires ». Il se montre « partisan de la prudence » et de la nécessité « de rendre justice à chacun » AD Sarthe. L 123.

21 A.N. W 356. Affaire du Mans.

22 AD Sarthe. 1 J 60. Papiers Monnoyer.

23 AN. Outre le carton W 356 pour leurs papiers saisis à leur domicile et non restitués, voir également W 178, 184,194 et 356 pour leur correspondance en prison.

24 Le principal porte-parole, J.P.Bonjour, est bien connu comme militant de la section du Bonnet Rouge à Paris. L’agent du comité de Sûreté Générale sera arrêté en Thermidor et libéré en brumaire an IV. Néojacobin en vue, il sera victime de la purge consécutive à l’explosion de la fameuse machine infernale et envoyé en résidence surveillée dans le Jura d’où il ne reviendra qu’en 1806. D’après Monnier-Soboul (45) p. 473.

25 AD Sarthe L 604-606. Registres du Comité de surveillance du Mans.

26 AD Sarthe. L 123. Papiers relatifs aux troubles de la société populaire et L 1827. Registres d’écrou des prisons du Mans.

27 AD Sarthe. Outre la correspondance du comité de surveillance, voir celle de l’administration du district avec la Convention (L 152) et ses registres de délibérations (L 546 et 538).

28 Brunel (75).

Table des illustrations

Titre Tableau des adhésions dans les clubs urbains
Légende (* Les chiffres au Mans ont été établis, à défaut de registres complets, à partir de listes qui ont tendance à être plus restrictives ; les registres de Lisieux de juin 1791 à novembre 1792 sont restés introuvables ; ceux d’Argentan manquent en l’an II et III, faussant les pourcentages).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1064/img-1.jpg
Fichier image/, 227k
Titre Les classes d’âge dans les clubs urbains
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1064/img-2.jpg
Fichier image/, 312k
Titre Tableau socio-professionnel des clubistes
Légende * Il n’y a qu’une profession inconnue au Mans et trois à Evreux. Quant aux 178 autres membres, mentionnés sans renseignement à Falaise, ce sont ceux qui n’ont pas été épurés.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1064/img-3.jpg
Fichier image/, 420k
Titre Origine géographique des clubistes
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1064/img-4.jpg
Fichier image/, 350k
Titre Tableau socio-professionnel des clubistes et des habitants de Falaise
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1064/img-5.jpg
Fichier image/, 593k
Titre Composition socio-professionnelle des sections du Mans
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1064/img-6.jpg
Fichier image/, 707k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1064/img-7.jpg
Fichier image/, 440k
Titre Analyse des scrutins épuratoires après le fédéralisme
Légende (La première ligne du tableau indique le nombre des membres épurés dans chaque société populaire selon leur date d’adhésion, et leur pourcentage dans la société régénérée. Le nombre des effectifs théoriques permet de calculer la proportion des membres épurés par rapport aux sociétaires qui sont entrés dans le club la même année, jusqu’à la date du scrutin épuratoire.)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1064/img-8.jpg
Fichier image/, 342k
Titre Scrutins épuratoires de l’an II
Légende (* Les effectifs théoriques pour la société du Mans ne reposent que sur cette seule source ; pour Lisieux ont été retenues les adhésions jusqu’au mois de prairial, pour Cherbourg jusqu’en foréal, c’est-à-dire à la fin de leur scrutin épuratoire)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1064/img-9.jpg
Fichier image/, 223k
Titre Scrutins épuratoires de l’an III
Légende (*Le total a été effectué sans prendre en considération les données de Bayeux ni de Falaise. A Bayeux, où 5 membres se disent fondateurs de la première société, parce que les sources ne permettent pas d’établir un fichier des membres ; à Falaise, parce que les données de l’an II et III sont manifestement sous-évaluées).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1064/img-10.jpg
Fichier image/, 258k

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540