Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Jacobins de l’Ouest

 | 
Christine Peyrard

Troisième partie. Jacobinisme et mouvement révolutionnaire urbain

Chapitre onzième. La presse et l’hégémonie jacobine

Texte intégral

1Alors que le journalisme n’entre pas encore dans les dictionnaires, la pratique quotidienne ou hebdomadaire de la lecture de la presse est installée dans les mœurs révolutionnaires. Consultés dans le cabinet de lecture attenant à la salle de délibérations du club, lus à haute voix dans les assemblées publiques, placardés sur les murs par les autorités départementales et municipales, au moment de la crise fédéraliste notamment, les journaux s’imposent comme vecteurs essentiels de la communication. Moyens d’information, de propagande et de contre-pouvoir, ils participent au même titre que les sociétés populaires à la politisation de masse.

2Cette étude cherchera à mettre en évidence les changements dans la communication politique qui permettent l’épanouissement de la presse provinciale, à situer la place du champ journalistique dans le processus révolutionnaire et à présenter les journalistes de ces grandes années militantes.

Les conditions nouvelles

3C’est une nouvelle période qui s’ouvre incontestablement dans l’histoire de la presse provinciale lorsque les sociétés populaires éditent leurs propres journaux. Anticipé par la Société des Amis de la Constitution de Vire en 1791, le phénomène se généralise l’année suivante à Caen, Le Mans, Laval et L’Aigle. Cette naissance de la presse militante dans les chefs-lieux de département ou de district se situe au printemps 1792, c’est-à-dire au moment où le mouvement jacobin est à la recherche de son autonomie politique. En créant la première feuille de la ville ou de la région, en remplaçant un journal modéré ou en ajoutant sa tribune à celles déjà existantes, le club local qui a tant contribué à la diffusion de la presse nationale par ses abonnements et par ses lectures publiques, devient désormais le principal émetteur d’informations.

  • 1 Godechot (194) p 501-517.

4Cette conquête de l’opinion publique par les Jacobins de l’Ouest n’est pas réductible à une chronologie politique étroitement conçue. Car l’histoire de la presse provinciale ne se confond pas avec la chronique de la presse nationale où le 10 Août marque une période de repli1. Au contraire, 1792 et 1793 sont les années où se créent et où circulent le plus grand nombre de journaux dans ces départements. C’est pourquoi une étude de la presse qui autonomiserait son objet d’études, sans l’inscrire dans les réalités économiques, sociales et culturelles de la révolution en province, court le risque d’être purement formelle.

  • 2 Ces imprimeurs sont : Malassis fils, Vve Malassis aîné, Malassis-Cussonière, Jouenne fils (Alençon (...)

5Parmi celles-ci, il y a d’abord la transformation du marché éditorial. En l’absence de statistiques nationales, résultant de la liberté de publier, on peut recenser de manière empirique les imprimeurs qui ont édité des brochures ou des feuilles locales. Leur nombre a au moins triplé sous la Révolution2. L’activité éditoriale profite aux grandes villes comme Caen ou Le Mans où la concurrence devient importante, même si les imprimeurs qui avaient pignon sur rue en 1789 ont suivi la voie traditionnelle en s’assurant l’impression des actes de l’administration départementale, par l’obtention du titre d’imprimeur du département. Ces fonctions administratives sont nouvelles pour Evreux, Coutances ou Laval qui attirent alors des producteurs. Mais le phénomène le plus notable est la promotion de chefs-lieux de district au rang de ville culturelle. Certes, Avranches, Bayeux, Lisieux, Falaise, Vire, La Flèche et Mamers avaient déjà été dotées d’une imprimerie au cours du xviiième siècle. Des imprimeurs s’établissent aussi à Cherbourg, Saint-Lô, Pont-l’Evêque, Bernay, L’Aigle, Mortagne et Bellême, sans oublier Honfleur, Gisors voire Bourth, modeste chef-lieu de canton de 1 600 habitants. La moitié, au moins, des villes administratives sont dotées d’une imprimerie sous la Révolution. Les faibles contraintes financières et techniques permettent cet élargissement considérable du marché éditorial, car une presse suffit pour sortir un journal dont le tirage ne devait pas souvent excéder les 500 exemplaires. Ainsi, la libération de la production éditoriale va offrir à une cinquantaine de citoyens au moins la possibilité de se faire imprimeur : créneau dans lequel vont s’investir nombre de militants politiques pour une période, il est vrai, souvent aussi éphémère que leurs feuilles.

  • 3 A.N. T 1495 A et B.

6La réussite d’une entreprise éditoriale est, ensuite, soumise à l’existence de lecteurs qui, par leurs abonnements, font vivre le journal. L’essor de la presse jacobine est incontestablement lié au public que le club réunit régulièrement. La diffusion du Journal de la Montagne3 permet d’en rendre compte.

7Parmi les 120 abonnés en l’an II, dans l’Ouest intérieur, il y a 34 sociétés populaires. Leur cartographie très contrastée n’est pas, évidemment, sans rappeler le réseau des clubs à cette époque : très dense dans l’aire d’influence parisienne, notamment dans l’Eure et les districts voisins de l’Orne et du Calvados, elle s’étiole au delà (c’est le grand désert mayennais), tout en préservant le Cotentin. Ce sont des sociétés populaires aux trois-quarts rurales qui s’abonnent exclusivement, souvent, en raison de leur faible budget, au journal gouvernemental. Cette manifestation de conformisme politique n’affecte pas que des clubs créés sous le grand Comité de Salut Public. Parmi la dizaine de clubs installés dans les chefs-lieux de district ou de département, on trouve ceux de Coutances et du Mans qui ont joué un grand rôle dans l’échec du fédéralisme. En revanche, Bernay et Bayeux n’apparaissent pas, ni encore Honfleur ou Lassay qui ont eu une attitude comparable. L’absence des anciennes cités fédéralistes comme Caen. Falaise. Lisieux, Alençon ou Evreux n’implique pas ainsi un désavœu politique. L’abonnement des clubs jeunes et ruraux souligne davantage l’élargissement du public des lecteurs aux auditeurs : on se rappelle les discussions qu’a fait naître à Longny le choix des « bons lecteurs ».

  • 4 Voir Gough (195).

8La répartition géographique des abonnés particuliers corrige celle des clubs. Dans ce réseau diffus, le bocage de Normandie et du Maine ne se distingue plus comme une zone réfractaire aux idées dominantes, même si les 4 abonnés de la Mayenne ne peuvent rivaliser avec les 29 de l’Eure. Surtout, la diffusion est différente du reste de la France4 : ici près des deux-tiers des abonnés sont des ruraux, mais ce ne sont pas des paysans. Parmi les professions indiquées, qui ne représentent que la moitié des lecteurs attitrés, on ne relève que deux cultivateurs. A côté de la dizaine de professions libérales et autant d’employés de l’administration, les abonnés sont trois maîtres de forges, deux négociants, onze marchands, trois employés des forges et deux artisans. Quant aux six femmes mentionnées, elles ne peuvent contrebalancer l’influence qu’avait La Gazette royaliste auprès des lectrices. Le prix élevé de la souscription annuelle faisait préférer le fractionnement trimestriel par tous ces travailleurs du monde rural et incitait parfois à l’abonnement collectif comme à Louviers où trois citoyens se cotisent pour faire venir le journal. Par ailleurs, les militants politiques qui dirigent les sociétés populaires ne sont pas personnellement abonnés au Journal de la Montagne, à deux exceptions près (Mélouin, administrateur de la Mayenne et Le Bastard à Coutances).

9L’existence de ce public, constitué dans les sociétés populaires et composé de lecteurs résidant dans de modestes bourgades où il n’y a pas de club, expliquent tout autant que les conditions matérielles de l’édition à la fin du xviiième siècle la vitalité du marché éditorial et la croissance numérique des journaux locaux. Toutefois, pour expliquer celle-ci à une époque où l’intervention de l’État limite la liberté d’information dans la capitale et dans la nation, il est essentiel de mettre à jour les conditions culturelles spécifiques de la révolution en province.

10Loin du modèle parisien élaboré par R. Darnton, montrant une « bohême littéraire » constitué sous l’Ancien Régime qui prend le pouvoir en 1789, l’exemple de l’Ouest montre l’importance de la sociabilité révolutionnaire pour faire émerger un milieu de porte-parole. La place prise par la société populaire dans le champ politique ne peut être disjointe de son rôle de vivier intellectuel dans la production éditoriale comme dans la nouvelle conception du journalisme.

  • 5 ADM. L 1861. Interrogatoire de Michel Faur, le 25 frimaire an III.
  • 6 Lefebvre (272) p 98.

11L’engagement des imprimeurs dans la vie politique est un des faits majeurs de la presse révolutionnaire. En 1792, par exemple, cinq villes voient naître un nouveau journal : si Caen et Le Mans ne surprennent guère, en revanche Laval, Cherbourg et L’Aigle sont une grande nouveauté. A Laval, l’imprimeur du Patriote du département de la Mayenne est un ariégeois de 35 ans. Michel Faur a travaillé comme imprimeur à Paris, Orléans, puis à Angers où il résidait en 1789. Après y avoir arboré, un des premiers, la cocarde tricolore selon ses dires5, il est venu travailler à Laval en mai 1790 et s’est ensuite installé à son compte. Membre de la société populaire, l’imprimeur sera nommé en l’an II membre du Comité révolutionnaire et officier municipal par les représentants du peuple Thirion et Esnue-Lavallée. L’année suivante, son engagement jacobin le conduira en prison. Cherbourg bénéficie du changement de résidence de l’imprimeur-libraire de Valognes. G. Lefebvre signalait qu’en 1780 Pierre Clamorgam n’avait qu’une presse « qu’il tenait de ses pères qui l’avaient depuis plus d’un siècle ». On disait que « leurs moyens sont si médiocres que les livres de classe, de piété et un très petit nombre d’exemplaires d’histoire de la plus mauvaise édition font tout leur commerce »6. A partir de 1790, le club dont il est membre depuis le mois d’août lui permet d’élargir l’éventail de ses publications aux brochures politiques puis, en 1792, à son journal Les Entretiens Patriotiques destinés aux habitants de la campagne. L’imprimeur du Journal du district de L’Aigle ou le Club des Familiers qui est d’une toute autre notoriété en est aussi le rédacteur.

  • 7 AN. W 42/2865.

12A Caen, Pierre-Jean Chalopin, imprimeur de la commune et du Courrier du Calvados, sort de ses presses au printemps 1792 le Journal des Débats de la Société Patriotique de Caen. Après l’échec du fédéralisme, l’imprimeur et membre de la Société Républicaine doit justifier devant le Tribunal révolutionnaire les appels à l’insurrection qu’il a fait paraître. Le 17 frimaire an II, les scellés ont été posés par deux commissaires du comité de Sûreté générale sur son imprimerie, située au troisième étage de la rue Froide, au centre ville, là où se trouvaient « tous les ouvriers ». Les papiers du magasin, installé au second étage, ont été saisis, notamment, une adresse du club appelant à venger l’arrestation des députés girondins par une insurrection armée contre la Convention et un billet manuscrit de Barbaroux qui, après correction des épreuves, conseillait « le citoyen imprimeur » sur la couleur du papier et le tirage pour le lendemain de deux cents affiches, destinées aux « divers districts et départements de la Normandie »7.

13Au Mans, Abel Pivron, adhérent du club depuis son origine jusqu’à sa suppression, considéré comme un bon sans-culotte en l’an II et, dix ans plus tard, membre de la Société Littéraire et du Commerce, imprime à 48 ans Le Courrier Patriote du département de la Sarthe. L’éditeur du journal du club diffuse ensuite, pendant l’été 1793, le Bulletin du département de la Sarthe, c’est-à-dire les placards officiels de l’administration départementale. Quant à son frère et ami, Charles Monnoyer, qui imprime toujours les Affiches du Mans, il publie le journal du clubiste P. Philippeaux jusqu’à la réunion de la Convention.

14Cette évolution de la politique éditoriale engendre une autre conception du journalisme. Faire connaître les décisions des pouvoirs politiques locaux, en même temps que les actes du pouvoir législatif et exécutif, est une préoccupation nouvelle et particulièrement forte dans la Sarthe. Ensuite, les nouvelles que l’on communique ne sont plus seulement nationales car une correspondance s’établit au niveau départemental pour rendre compte des événements locaux. Enfin, des rubriques apparaissent ou s’étoffent comme le courrier des lecteurs, les délibérations ou les discussions du club et les commentaires de l’actualité par les rédacteurs. Ne se contentant plus d’être l’écho de la capitale, la feuille locale forge un nouveau style journalistique dans lequel le résumé de l’information cède de plus en plus la place à d’autres modes d’expression comme les lettres, les discours, les éditoriaux, les dialogues et les chansons ou poèmes. Quand le champ politique ne se limite plus à l’Assemblée nationale, les prises de parole sont multiples, faites pour être dites ou chantées autant que lues, écrites pour poursuivre ou préparer le débat oral de la société populaire. Témoin de cette transformation de l’espace public, le journal local en est aussi le médiateur privilégié. Des chambres de lecture, la politique est passée dans la rue où l’on écoute le discours du représentant du peuple, où l’on chante autour de l’arbre de la liberté le dernier air à la mode que l’on a répété au club, désormais ouvert au public. Le journaliste n’est plus l’homme de cabinet qui dépouille la presse nationale pour faire son compte-rendu, il est le reporter qui suit les délibérations du conseil général de la commune, du district ou du département, participe aux débats du club jacobin et enquête sur les manifestations populaires.

Portrait collectif des journalistes

15A l’exception de l’Eure, tous les départements voient l’émergence d’une presse militante en 1792. Cette conscience collective qui mobilise les intellectuels révolutionnaires nous invite à présenter leur itinéraire. Même si de nombreux journaux ne mentionnent pas le nom de leurs rédacteurs, au début comme à la fin de la Révolution, notamment dans le Calvados, on s’est plus souvent honoré du titre de journaliste en ne redoutant pas l’investissement dans la vie publique et ses conséquences. A partir d’une quinzaine de ces journalistes connus, on peut brosser le portrait-type du journaliste provincial en 1792-93.

16C’est, d’abord, un homme jeune qui n’a pas trente ans. Le seul quadragénaire connu, en dehors du doyen Claude Fauchet qui est exclu alors des Jacobins de Paris, est l’imprimeur Coesnon-Pellerin. Les plus jeunes sont des collaborateurs de Rabard au Sans-Culotte de la Mayenne, des instituteurs lavallois de 20 ans en 1793. Le journaliste n’est pas né dans la ville où il publie sa feuille. La majorité est même originaire de régions éloignées (trois viennent du Sud-Ouest, trois de la région parisienne, un des Vosges et un de la Touraine). Même ceux qui sont originaires du département ont été amenés à se déplacer pour suivre des études à Angers ou à Paris. Ensuite, leur origine sociale est très diverse. De l’ordre de la noblesse sont issus Pierre-Jean Sourdille et Louis-Florent de Sallet. Les doctrinaires sont également représentés avec Philippe Séguela, Joseph Laban et Dominique Rabard. La majorité des journalistes de 1792 étaient toutefois issus des milieux de l’artisanat ou de la bourgeoisie, composant le Tiers-État en 1789. Le journalisme n’étant pas encore un métier, tous ces porte-parole de leur club exercent une profession. Les enseignants dominent largement (six journalistes attitrés et trois occasionnels). On relève aussi deux avocats, un greffier au tribunal, un imprimeur, un commis de la marine, un employé au ministère de la guerre. Enfin, on connait autant d’hommes mariés que de célibataires.

17Au total, le portrait de groupe des rédacteurs-clubistes est surtout représentatif de la génération qui a eu 20 ou 30 ans en 1789. Au delà de la diversité sociale qui les a fait naître pauvres ou riches, roturiers ou privilégiés, ruraux ou citadins, ce qui les rassemble est l’aventure révolutionnaire. Précocement engagés dans les luttes politiques, les meilleurs de cette génération eurent, dans cette phase de forte accélération de l’Histoire, la volonté de marquer vite et fort leur temps. Leur engagement permet de mettre en valeur deux grands types de pratique journalistique soit individuelle, soit collective qui caractérisent la presse révolutionnaire.

Le missionnaire patriote ou le journaliste du club

  • 8 A la différence, sans doute, du Midi. Voir J. Guilhaumou, Marseille républicaine (1791-93), Paris, (...)

18Le journal, œuvre d’un homme qui peut se faire pour la circonstance imprimeur, n’est pas une nouveauté : dès 1791, Jacques Malo avait donné l’exemple à Vire. Mais, au printemps 1792, les clubs de Caen, Cherbourg et L’Aigle répondent au mot d’ordre des Jacobins de propager la culture révolutionnaire. Au bon apôtre succède le missionnaire patriote qui, dans l’Ouest, est plus un homme de l’écrit que la parole8.

  • 9 La confrontation publique entre royalistes et patriotes, le 5 novembre 1791, aboutit à « l’affaire (...)
  • 10 Caron (80), t 2, p 20.

19Ainsi, Victor Féron rédige le Journal des Débats de la Société Patriotique de Caen du 31 mars au 27 mai 1792, après avoir écrit de nombreuses adresses, diffusées par le club, l’année précédente. Le nouvel hebdomadaire caennais est édité par le comité de correspondance de la société des Amis de la Constitution qui tient le registre des abonnements et il se diffuse également au numéro dans un café de la ville. Comme il consacre les trois-quarts de sa surface au compte-rendu des séances du club, il constitue une sorte de supplément au Courrier du Calvados. La création du journal a lieu après une série de vifs affrontements qui ont opposé les patriotes aux royalistes et, ensuite, aux administrateurs du département9. Cette tribune de discussions politiques, destinée à renforcer la propagande des clubistes, ne semble pas avoir dépassé le neuvième numéro. Le jacobin-journaliste qui truffe ses commentaires de références à l’Antiquité nous est très mal connu. On le retrouve pourtant, en septembre 1792, commissaire du pouvoir exécutif, nommé par Roland, ministre de l’Intérieur, pour assurer l’enrôlement des volontaires10. Toujours porte-parole, il intervient dans le club jacobin de Bayeux en avril-mai 1793 avant de présider la section du Civisme à Caen, le 30 mai, dans les circonstances qui préludent à l’insurrection fédéraliste. Avant qu’on perde ensuite sa trace, il est, le mois suivant, adjudant de la place de Granville dans la Manche.

  • 11 AN. 140 AP 1 (Archives privées de Jubé de la pérelle) et F1bI 174 (7) pour son dossier préfectoral

20Le rédacteur du journal du club de Cherbourg nous est beaucoup mieux connu. Auguste Jubé est né le 12 mai 1764 à Vert-le-Petit, en Seine-et-Oise, où son père était régisseur de terres seigneuriales, son parrain, avocat en Parlement et conseiller du roi, et sa marraine, l’épouse d’un bourgeois de Paris. De sa mère, Charlotte Curry de la Pérelle, il portera le nom quand il sera fait baron sous l’Empire, en revendiquant le titre de son aïeul, chevalier de Saint-Louis11.

21Le futur baron de la Pérelle qui ne conservera dans ses archives aucune trace de l’activisme révolutionnaire de sa jeunesse et, donc, aucun exemplaire de ses Entretiens Patriotiques destinés aux Habitants des Campagnes, est en 1786 un simple bachelier qui est nommé commis dans les bureaux de la marine à Cherbourg, aux appointements de mille livres par an. Patriote de 1789, il est secrétaire de la Société Littéraire des Amis de la Constitution de Cherbourg dès sa création et fera partie du bureau de la société une bonne demi-douzaine de fois jusqu’à l’épuration de septembre 1793. C’est en mai 1792 qu’il propose à ses frères et amis de diffuser dans les campagnes du district « l’esprit de tolérance et d’obéissance à la loi » par le biais d’un journal dont le bénéfice irait aux « soldats, combattants de la liberté ». Le club soutient son entreprise et y fait insérer de nombreux articles.

  • 12 BN. 8°Lb 39/10567. Aux Habitants du district de Cherbourg. Premier Entretien Patriotique (6 mai 17 (...)

22D’après les rares exemplaires conservés, le premier hebdomadaire de Cherbourg s’apparente, par son style paternaliste au Père Gérard lorsqu’il s’entretient avec un paysan. L’entretien diffère par la forme de l’Almanach de Collot d’Herbois, dans le premier numéro du 6 mai 1792, car il se réduit à un monologue moralisateur (« Obéissez à la Loi ») et conservateur (« N’attaquons jamais les propriétés »). Le rédacteur explique qu’il ne peut « entrer dans de grands détails » car il compose cet entretien pendant la nuit et donne ses feuilles à l’imprimeur « à mesure qu’elles sont écrites »12. Relativement onéreux pour la matière qu’il offre, ce journal composé en décembre soit d’un long éditorial pour condamner les mouvements taxateurs, soit d’un procès-verbal d’une séance du club, a connu un succès certain puisqu’en mars 1793 le registre de délibérations de la société de Cherbourg y fait encore allusion.

23Le mois suivant, l’écrivain de la marine, appointé à 1200 livres depuis le 1er octobre 1792, chef de légion de la garde nationale depuis 1791, est promu inspecteur des Côtes de Cherbourg par le général Wimpfen. En juin, le clubiste toujours très actif soutient des motions plus ou moins contradictoires, tantôt pro-girondines, tantôt pro-conventionnelles. On ignore les « écrits liberticides » dont les représentants Garnier de Saintes et Le Carpentier font état, le 3 octobre 1793, pour le suspendre de ses fonctions ; on connait, en revanche, toute la bonne volonté qu’il a manifestée depuis le 28 juillet où il évoqua « le traître Wimpfen » à la société populaire. Celle-ci ne suffit pas à lui éviter un séjour d’un trimestre à la maison d’arrêt de Cherbourg, jusqu’à ce que son club, estimant en germinal an II que « Jubé avait bien servi la chose publique et qu’il pouvait la servir encore par ses talents et ses lumières », intervienne avec succès auprès du représentant du peuple Bouret pour sa libération.

24Lorsqu’au début de brumaire an III, les-dits « terroristes » sont exclus de la société, Auguste Jubé, inspecteur général des côtes depuis le mois précédent, est alors réintégré, comme une quinzaine d’autres, dans le club thermidorien. Désormais, la préoccupation n’est plus à porter la parole aux habitants des campagnes, quoique l’ancien journaliste commette à l’occasion des couplets patriotiques, mais à faire carrière. Promu adjudant général en pluviôse an IV, puis, chef d’état-major, il se mit en vedette dans ses nouvelles fonctions et fut nommé commandant en second de la garde du Directoire exécutif en vendémiaire an V. Il se distingua le 18 Brumaire et devint, quatre jours après, chef d’état-major de la garde des Conseils. Le premier suppléant de la Manche à la Convention entra au Tribunat le 10 nivôse jusqu’à sa suppression. C’est l’époque où, fait commandant de la Légion d’Honneur, il épouse la sœur du comte de Lacépède, divorcée du général Brouard, dont il aura quatre enfants. Grâce à ses états de service et à son ambition, dont on dit qu’elle décupla avec les intrigues de sa femme, A. Jubé passa de la carrière militaire à l’administration préfectorale. Préfet de la Doire, il vécut dans le Piémont de juillet 1808 jusqu’en mars 1813, quand il devint brièvement préfet du Gers.

25Pourtant, l’écriture journalistique tenta à nouveau l’historiographe du ministère de la Guerre et il donna des articles à L’Indépendant et au Censeur Européen. Le « préfet de Bonaparte » dont la carrière s’arrêta avec la chute de Napoléon qui l’avait fait baron en 1808 et doté de 4 000 F en 1809, eut sa maison pillée en 1814 et perdit sa fortune. S’il commit quelque ouvrage de circonstance en faveur de la Restauration, le baron de la Pérelle conserva, dit-on, des idées libérales avant de mourir en 1824.

  • 13 Rédacteur de L’Ami de la Patrie, quotidien de germinal an IV à sa suppression, le journaliste néoj (...)
  • 14 ADO. L 2775 et 5111. La brochure de la société thermidorienne servira à un journaliste du siècle d (...)

26De Charles Coesnon-Pellerin, le rédacteur et imprimeur du Journal du district de L’Aigle ou le Club des Familiers, on connait surtout le militant républicain à Paris sous le Directoire13. Localement, seules les archives post-thermidoriennes ont survécu et livrent un portrait-charge du « désorganisateur de l’ordre social » du chef-lieu de district. Notable de la commune, on lui reproche son manque d’assiduité aux séances du conseil général pour préférer « faire gémir sa presse de ses infâmes productions ». Membre du Comité de surveillance, il est accusé avec ses collègues d’avoir taxé les riches habitants, procédé à des arrestations arbitraires, réquisitionné les denrées chez les cultivateurs, surveillé les marchés et excité dans les campagnes les esprits contre les riches. Imprimeur du district depuis, sans doute, septembre 1792, il est celui qui « enfante laborieusement des libelles diffamatoires ». Rédacteur du premier journal de L’Aigle, il « copiait indécemment les modèles infâmes du traître, du scélérat Hébert dont il encensait les vices »14.

  • 15 AN F7/3450. Voir La Renommée de Mortagne du 11 ventôse an V. Cet article entraînera un procès en d (...)

27Un journal hébertiste de province aurait été bien intéressant à étudier, mais l’unique exemplaire d’octobre 1793 et 107ème numéro a disparu. Au printemps, on le mentionnait souvent dans un club voisin de l’Eure, car le maire de Rugles - un conventionnel démissionnaire- y réfutait les accusations de fédéralisme portées par le journaliste. D’après Almagro, Coesnon-Pellerin travaillait dans son imprimerie avec deux autres clubistes : l’ouvrier-imprimeur Jouenne et l’« artiste-typographe » Thubeuf qui s’installera ensuite à Bourth. Exclu du club de L’Aigle immédiatement après le 9 Thermidor, « l’agent et guide des sectateurs zélés de l’infâme Robespierre » est emprisonné en l’an III. Malgré son départ pour la capitale après la loi d’amnistie, son activité républicaine le fait resurgir sur la scène politique de l’Orne15.

28Les années militantes du jacobinisme provincial font émerger également une conception collective du journal, illustrée par de belles sources, dans les clubs du Mans et de Laval.

Le journal des jacobins manceaux

29A partir du 5 février 1792 et jusqu’au 28 juillet 1793, parait Le Courrier Patriote du Département de la Sarthe. Le nouvel hebdomadaire dominical adopte la même présentation et le même tarif d’abonnement annuel (à savoir un cahier de huit pages, in octavo, à pagination continue, augmenté parfois d’un supplément de quatre pages, pour six livres au Mans) que Le Journal Général du Département de la Sarthe.

30C’est avec beaucoup de mépris pour celui-ci, qui continue de paraître jusqu’à la fin du mois, que le prospectus du journal du club affirme : « Un journal patriote manquait à notre département. Ceux de nos concitoyens qui s’intéressent sincèrement à la chose publique gémissaient de ne pouvoir consigner leurs réflexions dans une feuille politique où les règles de la saine critique et du langage fussent respectées, où les faits fussent consignés avec une fidélité impartiale. Il n’existait aucune voie périodique pour faire connaître aux citoyens la véritable situation de ce département et les progrès de son administration, pour dissiper les soupçons qu’on affecte d’y répandre afin de rendre odieux au peuple et le gouvernement actuel, et ses agents ». Grâce aux encouragements prodigués par « plusieurs membres du directoire de département » dont il se prévaut, le prospectus assure ensuite le public que des informations de source sûre seront recueillies, des correspondants établis dans tous les districts et que seront publiées les discussions des sociétés patriotiques.

31Ce n’est qu’en septembre, au moment où apparaît en épigraphe « La Liberté et l’Égalité ne périront jamais », que les rédacteurs apposent leurs signatures en fin de journal. Louis-Florent Sallet, Michel Boyer et Philippe-Augustin Simier dont l’origine, la trajectoire sociale et l’itinéraire politique sont bien différents appartiennent à la génération qui a eu 20 ans en 1789.

  • 16 Reinhard (261) p 491. Voir aussi ADS. L 134, L 270 et, pour leur carrière professorale, Tl/2 et T4 (...)

32Louis-Florent de Sallet est issu d’une famille d’ancienne noblesse normande. Né le 21 février 1769 à Nogent-le-Bernard de « messire François de Sallet, écuyer, seigneur des Loges et de dame Henriette-Louise de Boisguyon », il est clerc tonsuré au mariage de son frère aîné, seigneur de Hauteclair. En 1789, alors que sa mère est décédée, que son père et son frère assistent à l’assemblée de la noblesse du Maine, il est boursier au collège Louis-le-Grand à Paris, depuis octobre 1788, et correspond avec Robespierre dont il gardera une lettre dans ses papiers. Après avoir relaté épistolairement la fuite manquée du roi à ses concitoyens de Nogent, il quitte la capitale en novembre 1791 pour occuper la chaire de philosophie au collège du Mans. D’après M. Reinhard, le jeune professeur dont le cours fut éphémère enseignait, en français, la philosophie de Condillac et voulait ajouter un cours de morale et même d’économie politique, anticipant dans son plan d’enseignement la matière du cours de législation qui n’apparaîtra qu’à l’École Centrale16. Parmi ses nouveaux collègues, appelés à remplacer les Oratoriens qui ont refusé de prêter le serment constitutionnel, figurent les deux autres futurs rédacteurs du Courrier Patriote.

33Philippe-Augustin Simier est né le 14 avril 1769 à Yvré-l’Évêque, près du Mans. Le registre paroissial ne mentionne pas la profession de ses parents, apparemment de milieu modeste, d’après la laborieuse signature du père et des parrains. C’est à Paris qu’il acheva ses études, comme élève boursier à l’Université, avant d’être maître de conférences de philosophie jusqu’en 1791. A l’automne, il prête serment comme professeur d’humanités au collège du Mans.

  • 17 J.R. Pesche, Biographie... du département de la Sarthe (S’arrête à Bro), Paris, 1828, ainsi que so (...)

34Michel Boyer naquit à Tours en 1767 et y fut élève des Oratoriens avant de s’installer au Mans en 1784, comme organiste de l’église collégiale, et de terminer ses humanités au collège où il fut nommé professeur de troisième en 1791, puis de seconde en 1793 et de rhétorique en l’an II17. Le fils de boulanger tourangeau qui songea à prendre l’état ecclésiastique avant la Révolution s’adonnait, alors, à de nombreuses activités musicales en donnant des cours et des concerts. Son engagement politique ne mit pas fin à son goût musical puisque la fouille de son appartement en 1794 signale l’existence d’un clavecin. Dès le mois de février 1791, il manifeste ses convictions patriotiques en se faisant admettre à la société des Amis de la Constitution où il prononçe l’éloge funèbre de Mirabeau. L’année suivante, ses jeunes collègues y entraient à leur tour.

35Pour étudier les prises de parti des journalistes jacobins, qui ne sont pas des leaders d’opinion dans leur club, comme l’est Pierre Philippeaux qui publie concurremment Le Défenseur de la Vérité, il importe d’analyser le champ des positions que manifeste Le Courrier Patriote dans son information. L’analyse quantitative de son contenu pendant un an et demi montre qu’il a consacré 9 % de sa surface au pouvoir central, 13 % aux pouvoirs locaux, 19 % aux nouvelles nationales (y compris les informations venant des frontières), 23 % aux nouvelles locales, 9 % au courrier des lecteurs, 7 % aux séances du club et 20 % à leur propre commentaire politique. La place consacrée aux diverses rubriques illustre sa stratégie éditoriale qui lui fait écrire dans le prospectus pour l’année 1793 : « Les parties qui doivent intéresser le plus nos abonnés sont, sans doute, celles de l’administration et des nouvelles de ce département ». A l’époque où un club urbain est abonné, depuis deux ans, à une dizaine de journaux nationaux, le créneau local est ici valorisé dans la continuité avec le journal de Le Bouyer de Monhoudou, tant critiqué dans le club manceau, mais en opposition avec Le Courrier du Calvados, par exemple. On peut ajouter que journal jacobin sarthois accorde deux fois moins de place aux actes du gouvernement que le journal feuillant précédent et trois fois plus aux autorités locales que le journal girondin du Calvados.

36Intéressons-nous, d’abord, à l’information nationale. Même si, à l’aube du journalisme provincial, le pillage des informations données par des confrères s’effectue sans vergogne, il arrive que le journal cite ses sources ou encourage même la diffusion de certains périodiques. Les journaux de référence pour les rédacteurs manceaux sont La Feuille Villageoise, Le Patriote français (de Brissot), La Sentinelle (de Louvet) et Le Bulletin des Amis de la Vérité (de Bonneville) dont des extraits sont publiés. En juin 1792, ils vantent les mérites du journal de Louvet qui ne parait que depuis le mois précédent et qui est une des feuilles lancées et financées par le ministère de l’Intérieur. Roland, il est vrai, bénéficie d’un préjugé favorable dans tous les milieux jacobins provinciaux et c’est, pratiquement, la seule personnalité politique dont le journal sarthois publiera des extraits de discours. Même après sa disgrâce, aucune figure montagnarde en 1793- pas même les députés manceaux qui ont fondé leur club - n’a eu l’honneur de l’impression dans Le Courrier Patriote. En septembre 1792, c’est Brissot, le républicain avant la République, qui fait figure de modèle pour les professeurs-journalistes du Mans. L’influence girondine dans le jacobinisme provincial, du printemps à l’automne 1792, tient manifestement aux efforts de propagande de son fameux bureau « d’esprit public ». Lanthenas avait personnellement écrit, le 13 juin, aux rédacteurs manceaux pour les encourager dans leur tâche militante.

37La promotion des journaux girondins est remplacée en février 1793 par celle, dans une mouvance proche, du nouveau journal de Nicolas de Bonneville. Les relations intellectuelles ou commerciales avec l’imprimerie du Cercle Social sont, en fait, plus anciennes. Tous les livres recommandés par les journalistes ou bien l’imprimeur, Abel Pivron qui est aussi libraire, sont éditées par elle, qu’il s’agisse des ouvrages de Mercier, Bonneville ou ceux de La Vicomterie ou Lamarck par exemple. Quant à la presse d’extrême-gauche ou pro-montagnarde ou pro-jacobine, elle est, comme le journal du frère et ami Philippeaux, complètement ignorée.

38Ajoutons que, mis à part les mois d’août et de septembre 1792, où les événements parisiens et nationaux prennent plus d’importance et gonflent la rubrique « pouvoir central » à 15 %, le premier semestre de 1793 ne modifie pas les données globales, au contraire même car elle chute à 2 % au cours des mois de mai et de juin. Cette distance avec le pouvoir central et les événements parisiens n’est pas le moindre enseignement de l’étude d’un journal jacobin de province. Plus que « l’impartialité » dont se targuent les rédacteurs manceaux dans leur publicité, le choix journalistique du Courrier Patriote du département de la Sarthe lui donne une autonomie politique plus grande qu’aux feuilles politiques locales qui utilisent abondamment les informations de la presse nationale. Quelque peu d’estime qu’ils aient pour Marat, ils ne reproduisent pas ainsi son portrait-charge, ni l’image d’un Paris-populacier ou d’une Convention soumise au pouvoir des tribunes.

39Mais, passons à l’étude du champ politique local. Le journal sarthois n’a pas usurpé son titre, même si Le Mans représente près d’un quart des lieux d’émission des nouvelles et si l’existence de « correspondants » dans chaque district n’est guère probante, au vu du silence de Sillé ou La Ferté. Dans cet hebdomadaire clairement présenté, remarquablement écrit, proposant une solide information générale, la couverture des événements locaux est privilégiée. A des moments particulièrement intenses de la vie politique sarthoise, l’insurrection populaire de novembre 1792, celle de mars 1793 et le mouvement fédéraliste de 1793, on peut suivre les rapports des journalistes avec les autorités constituées, le club manceau et l’opinion publique.

  • 18 Le Courrier Patriote, n° 13, 29 avril 1792, p 105.

40Le journal qui diffuse les déclarations municipales et départementales et les délibérations de la société politique témoigne au printemps 1792 d’une méfiance certaine vis à vis des mouvements populaires. Partisan du régime constitutionnel, il condamne tout aussi vigoureusement les rassemblements de « fanatiques » attachés à leurs bons prêtres que les dévastations des cercles bourgeois par « les manœuvres et les journaliers ». Ainsi, relate-t-il avec beaucoup de mépris l’intervention au club, le 22 avril 1792, d’un « ouvrier de la ville » sur une matière aussi délicate que l’approvisionnement en grains. Dans les trois numéros précédents, il avait condamné les entraves à Bonnétable et Lucé, puis dans d’autres marchés du département et, enfin, affirmé que, seule, la libre circulation pouvait « maintenir les prix des grains à un taux modéré ». Aussi, la contradiction apportée par François Cormier, futur clubiste sans-culotte en l’an II, qui menace la société des Amis de la Constitution de « l’abandon et même de la haine du peuple, si elle ne faisait pas baisser le prix du pain » jette le trouble dans le club qui, se définissant comme « une simple réunion de citoyens sans aucun caractère politique », se dénie toute « autorité publique »18.

41Il faut attendre le grand mouvement taxateur de l’automne pour faire changer d’opinion les journalistes. Dans le numéro du 25 novembre, ils considèrent que la taxe, adoptée par la municipalité du Mans, est « le seul remède à la cherté des grains ». Les manifestants de Bonnétable, Savigné et autres lieux voisins qui demandaient l’entrée dans la ville n’étaient pas des brigands, mais des citoyens accompagnés du corps électoral. Les rédacteurs font remarquer, toutefois, que la taxe a été fixée à un trop bas prix qui risque de léser le cultivateur en le mettant dans « l’impossibilité d’acquitter sa ferme ». Aussi, souhaitent-ils qu’elle soit établie dans toute la République pour accorder les intérêts particuliers avec l’intérêt public.

42L’idée selon laquelle « Le peuple fait toujours le bien quand il agit en masse », n’est toutefois pas communément partagée par tous les abonnés. Dans le numéro suivant, après la publication de l’adresse des administrateurs de la Sarthe condamnant la politique taxatrice au nom de la liberté et de la loi, le journal fait sien un autre adage : « Quand le peuple s’égare, il agit toujours contre son propre intérêt » et rend compte des résistances opposées au mouvement à Sablé et, surtout, à La Flèche. Les journalistes doivent même insérer la note rectificative suivante : « Nous n’avons point approuvé la mesure illégale de la taxe : nous avons seulement cherché à excuser nos frères égarés et dit que la taxe générale pouvait être une mesure nécessaire ; mais il était facile de voir que nous entendions que ce n’était qu’autant que la Convention la fixerait elle-même ». Toutefois, une polémique s’engage, le 9 décembre, avec le rédacteur des Affiches de La Flèche sur le sens du mouvement populaire. Les « brigands » n’étaient pas les taxateurs manceaux qui marchaient sur La Flèche « sans intention hostile puisqu’ayant appris, dès Foulletourte, qu’on ne voulait pas les recevoir ils ont, sur le champ, décidé qu’ils ne passeraient pas outre », mais « les Fléchois et une partie des troupes qu’ils avaient demandées puisque, non contents d’arracher de la table (de l’auberge de Foulletourte) ou de leurs lits des citoyens paisibles et désarmés, ils les ont pillés. Des montres, des boucles d’argent, des portefeuilles ont été enlevés ; des citoyens ont été maltraités sur la route et même pendant leur détention ». Bref, les Manceaux n’ont pas de leçons à recevoir de ces « intrépides défenseurs des lois qu’ils ont eux-mêmes indignement violées ! »

43Partagé entre son respect des lois et le salut public, le journal des clubistes manceaux réserve, ensuite, un bon accueil aux commissaires de la Convention venus licencier la garde nationale du Mans pour en éliminer « les anarchistes » et prêcher au club la bonne parole gouvernementale sur le sens exact de la souveraineté populaire. Le changement de local de la société est ainsi justifié pour cause d’« incommodité » et d’« insalubrité », en dépit de la forte opposition à ce transfert vers la ville haute dont le journal fait état : les habitants du quartier populaire « regrettent la commodité du voisinage » et certains « crient à la scission ». Pour couper court à la rumeur publique, la Société des Amis de la République fait annoncer par le journal que « son but n’est pas d’exclure l’indigence de son sein », que la cotisation serait toujours de « six livres seulement » (soit le coût de l’abonnement annuel à l’hebdomadaire) et qu’elle se réjouirait de voir se joindre à elle « des ouvriers estimables par leurs mœurs et leur patriotisme ».

44Les relations des journalistes avec le club peuvent être approfondies avec les événements de 1793. Que le journal ne s’attache ni à soutenir les dirigeants jacobins ni à défendre la société parisienne des attaques dont elle est l’objet, n’est pas pour nous étonner après avoir mis en valeur la conception citoyenne, établie à son origine, du jacobinisme de 1793. Dans le club jacobin comme dans le journal, le refus de personnaliser le débat d’opinions conduit, d’une part, à apporter la même réponse au discours antimaratiste, antijacobin et antiparisien en exigeant de la Convention une éducation nationale, une constitution républicaine et l’organisation de la défense patriotique et, d’autre part, à n’accorder aucune publicité aux discours de leurs frères et amis qui défendent ces mêmes thèmes à la Convention à la différence, par exemple du Courrier du Calvados. Seule, la question des subsistances amène le journal à mentionner le rôle de Levasseur et de Philippeaux dans le décret d’amnistie pour les taxateurs en février et dans celui du maximum en mai. A cette occasion, les rédacteurs se contentent de ce bref rappel aux lecteurs : « Lors de l’insurrection qui eût lieu dans notre ville, nous émîmes notre vœu sur la taxe des grains, que nous croyions dès lors la seule mesure propre à mettre un frein à l’avarice de quelques cultivateurs. Cette opinion nous fit alors beaucoup d’ennemis. C’est cependant une taxe modifiée que vient d’adopter la Convention ».

45L’événement politique décisif pour les Jacobins manceaux n’est ni le procès du roi, ni la mise en accusation ou l’acquittement de Marat, ni les journées des 31 mai et 2 juin, c’est l’insurrection dans l’Ouest contre la levée des 300.000 hommes. Le soulèvement de mars 1793 modifie, en effet, le rapport des forces politiques dans le département car les violentes manifestations au chef-lieu, où on a crié « A bas le club ! », ont été canalisées par la garde nationale des quartiers populaires. Après s’être désolidarisée de celle-ci pendant tout l’hiver, pour son rôle essentiel dans les raids taxateurs de novembre 1792, ses exactions commises contre des particuliers qui n’allaient pas à la messe des curés-jureurs et son hostilité à l’épuration de ses membres, la bourgeoisie révolutionnaire qui compose les autorités, anime le club et inspire le journal reconnait alors « la générosité et la bravoure des sans-culottes ». Sans plus tergiverser, la directoire du département décide aussitôt la réintégration dans sa force armée des dits-anarchistes de décembre qui deviennent « les plus zélés défenseurs des lois » ; le journal reconnait l’importance stratégique des piques et l’oppression dont ont été victimes les sans-culottes ; le club réclame à la Convention, le 7 avril, une taxe sur les riches au profit des défenseurs de la Révolution.

46Parmi les volontaires du bataillon manceau, l’un des rédacteurs est parti, le 20 mars, « combattre les brigands fanatiques du Maine-et-Loire ». Dès lors, les lecteurs du Courrier Patriote reçoivent, chaque dimanche, les nouvelles du front vendéen transmises par le citoyen-journaliste qui invente le reportage de guerre. Du cantonnement de Beaulieu, près d’Angers, Sallet décrit l’état des forces en présence, raconte les opérations militaires à laquelle il a assisté et oppose les convictions républicaines des bataillons sarthois à la propagande intégriste dont sont victimes les rebelles de Vendée pendant que son collègue Boyer écrit une pièce versifiée, sur le thème de la défense de la Patrie et de la Révolution, que les élèves du collège vont jouer dans l’été 1793 au Mans.

47Ce contexte est, évidemment, essentiel à la compréhension de la résistance jacobine au fédéralisme qui anime le club manceau et son journal. Les éditoriaux du 12 mai (« Quelques réflexions sur la désunion des Patriotes »), du 26 (« De l’indépendance de l’opinion ») et du 9 juin (« Sur les dangers de la République ») offrent un bon témoignage de la réflexion jacobine provinciale. Cette prise de parole sur l’actualité qui est, rappelons-le, une des composantes essentielles des rubriques du journal, se caractérise par le refus du langage taxinomique, la critique du parlementarisme et l’argumentation unitaire.

48En exposant les courants d’opinion qui agitent, alors, le mouvement républicain, Le Courrier Patriote refuse l’emploi d’expressions ou d’épithètes qui cristalliseraient les opinions politiques. Certes, il existe des hommes dont « la passion du bien public ne se montre peut-être pas quelquefois à la hauteur des circonstances », d’autres qui « sont intolérants dans leurs opinions et croient que toute opposition à leurs vues sur le bien général est une perfidie » et, enfin, ceux qui « ne sont patriotes que de noms et n’ont en vue que leur intérêt personnel ». Mais le journal s’adresse à tous les républicains pour conseiller le sacrifice d’opinions particulières sur l’autel de la patrie. Le 26 mai, le journal reprend l’argumentation unitaire en déplorant que la rhétorique ait pris le pas sur la philosophie. Les jeunes intellectuels se souviennent du temps d’avant 1789 où : « On lisait volontiers les philosophes, on était de leur avis dans le cabinet ; mais on y laissait, avec les livres, la raison et la bonne foi. Hors de là, c’était un tout autre langage ; et les sottises de la chicane, les grimaces de la superstition reprenaient leur cours ordinaire : l’on devenait orgueilleux avec le noble, fanatique avec le prêtre, absurde avec l’homme du barreau ; puis, on retournait lire Jean-Jacques. » Aussi, se montrent-ils d’autant plus déçus par le nouveau régime qu’il n’a su que privilégier l’art oratoire et l’éloquence tribunicienne au détriment de la rigueur analytique et de la réflexion personnelle : les rhéteurs ont fait de la Convention « une tour de Babel » et créé autant de factions qu’il existait, jadis, de sectes religieuses. Or, la liberté pleine et entière de l’individu est menacée par le pluralisme politique et l’esprit de système : « Des factions parmi des Républicains ! Ces deux idées sont grandement contradictoires. Parmi de vrais républicains, il n’existe point de parti, parce que de vrais républicains pensent par eux-mêmes. Un homme qui adopte un parti et qui jure fidélité à ce parti est nécessairement un ignorant, un homme servile ou dominé par de grandes passions ; et un républicain ne doit rien être de tout cela : il doit être soi, rien autre chose, et faire passer toutes les idées qu’il énonce au creuset de sa propre raison. »

49En refusant d’aliéner sa conscience individuelle à l’esprit de secte qui caractérise les factions et qui déchire la Convention, le jacobin-rousseauiste de base n’entend pas fuir ses responsabilités citoyennes. En proclamant que tout citoyen est détenteur d’un langage de vérité et que sa liberté se réalise seulement dans la volonté générale, c’est au consensus politique sur les grands principes qu’appelle l’hebdomadaire jacobin : « Partisans des mesures vigoureuses, sans être Enragés, pendant que la liberté est menacée, de même que, sans être Modérés, nous désirons le retour de la tranquillité pour que nous puissions, au sein de la paix, apprendre aux autres nations à se rendre heureuses par de bonnes lois, nous continuerons toujours de ne reconnaître d’autre parti que celui de la République une et indivisible, fondée sur les bases inébranlables de la liberté et de l’égalité ».

50C’est toujours à cette hauteur de vues que le journal du club convie ses lecteurs le 9 juin, à partir d’un commentaire de L’Esprit des Lois. En rappelant la description des forces qui, selon Montesquieu, constituent les différents régimes politiques, il veut reconstruire la République à partir de son ressort essentiel : la vertu, c’est-à-dire l’amour de la patrie. Quand la dictature militaire ou l’invasion étrangère sont les deux grands périls qui menacent la France, il convient de se débarrasser des sentiments de crainte et de faux honneur et privilégier l’intérêt de la patrie. Sans avoir jamais personnalisé le débat politique, mais en ayant critiqué la concurrence des partis du régime représentatif dans les circonstances de 1793 et, notamment, ceux « qui crient sans cesse contre l’anarchie » et jettent « les premiers de nouvelles pommes de discordre », l’éditorial se termine par un appel à la vertu républicaine des Conventionnels.

51Ce mode de raisonnement fait perdre au Courrier Patriote l’appui de l’administration départementale qui va s’engager dans le mouvement fédéraliste et, aussi, de nombreux lecteurs qui ne renouvelleront pas leur abonnement. Les deux derniers mois du journal sont marqués par les nouvelles inquiétantes de Vendée : l’annonce de la prise de Saumur, le récit des massacres de Machecoul, la peur panique de l’arrivée des fanatiques dans la Sarthe. Le journal du club qui a choisi de soutenir la Convention et la nouvelle constitution républicaine ne mentionne pas les travaux fédéralistes des autorités départementales réunies dans le chef-lieu, préférant donner la version clubiste de l’expulsion des Carabots caennais du local des séances le 16 juin. Après l’arrivée de Philippeaux, commissaire de la Convention pour condamner le fédéralisme et réconciler les patriotes sarthois, l’acceptation de la constitution par les citoyens du Mans est la dernière contribution des journalistes de la Société Républicaine. Dès le 14 juillet, ils expliquaient ainsi leur échec : « Nous aimons à croire que ce n’est point la manifestation de nos principes, notre attachement à la République une et indivisible, notre exécration pour le fédéralisme qui font abandonner notre journal. On ne veut que des nouvelles politiques et de département. On trouve les unes dans les papiers de Paris et les autres dans le Bulletin de la Sarthe, et on juge que notre feuille n’a plus d’utilité ». Malgré ce dernier appel aux patriotes pour couvrir seulement les frais de papier et d’impression, les jeunes clubistes qui ne peuvent offrir que « leur temps et leurs soins » au journal et n’ont aucune « idée sordide de gain » prennent acte de la situation le 28 juillet en annonçant, ainsi, la fin du journal : « Le Bulletin du département de la Sarthe, donnant tous les jours des nouvelles fraîches et intéressantes, éclairant l’esprit public, remplit le but que nous nous étions proposés en rédigeant Le Courrier Patriote ».

52Tandis que nos allons retrouver bientôt Mucius-Scaevola Sallet et Regulus Boyer dans le groupe dirigeant de la société populaire, la personnalité de Simier s’efface progressivement. Professeur de latin au collège national de l’an II, il est connu comme un bon sans-culotte. Mais quand ses collègues et amis sont traduits devant le Tribunal révolutionnaire en germinal, il se garde de déposer en leur faveur devant le comité de surveillance où il assure qu’il ne fréquente plus le club depuis que les personnalités l’ont emporté sur les principes. Pourtant, c’est à lui que Sallet adresse de sa prison parisienne une lettre pleine de noblesse républicaine et charge de faire parvenir à son amie une missive confidentielle. En brumaire an III, l’instituteur Simier est considéré comme un franc républicain par le club thermidorien qui refuse ses anciens amis. Il peut, dès lors, continuer sa carrière professorale au Mans dans la classe de rhétorique ou des belles-lettres, en dépit d’une suspension en l’an IV et d’une nomination provisoire en l’an VI. Lors de la création de l’École Centrale en pluviôse an VI, c’est lui qui prononce le discours d’inauguration, en l’émaillant de références à Locke et Condillac. Les interventions écrites du ci-devant Jacobin sont celles d’un enseignant rédigeant un drame, en un acte, pour la fin de l’année scolaire et un discours de distribution de prix en l’an IX. Quand l’Histoire le rattrape, le 29 juillet 1830, c’est le jour de sa mort.

53La longue vie de Michel Boyer lui aura permis de connaître deux autres révolutions puisqu’elle s’achève en 1858 ; mais les convictions républicaines du jeune Regulus, marié à Vérité-Victoire Biou en novembre 1793, s’étaient dissipées depuis longtemps. Libéré de sa prison en thermidor an II, où le nouveau Regulus n’a pas fait preuve de la même fermeté de caractère que son modèle historique, Boyer fait partie des élèves désignés par le district du Mans pour suivre les premiers cours de l’École Normale. Après avoir été maître de pension ou instituteur particulier dans la capitale, il revient au Mans en 1804 où il retrouve son ancien collège, après la suppression de l’École Centrale, pour enseigner aux élèves de seconde et de rhétorique jusqu’en 1836 un tout autre programme. L’ardent ami de la Raison qui avait écrit à la Convention sa profession de foi républicaine et pédagogique, lui valant les honneurs de la mention honorable et l’insertion au Bulletin en août 1793, était, en effet, devenu un partisan du trône et de l’autel. Son premier biographe manceau, J.R. Pesche qui, jeune gavroche en 1793, défendait la ville républicaine contre l’Armée catholique et royale, ne tarissait pas de sarcasmes à l’égard cet ex-Jacobin devenu le thuriféraire de la royauté et de l’éducation religieuse. Avec plus de mesure dans l’appréciation de ses divers opuscules sous la Restauration, disons que l’homme de la maturité qui « remerciait Dieu de lui avoir donné l’amour de la médiocrité en tout » avait conservé de sa jeunesse la porosité à l’événement qui fait les bons journalistes.

54Quant à Louis-Florent de Sallet, on perd trop vite sa trace après sa grande époque militante. Volontaire en mars 1793 pour défendre la Révolution, il obtient une permission de retourner au Mans en avril du général Menou qui, du Q.G. de Beaulieu, loue son patriotisme. En juin, le département le nomme commissaire pour mobiliser les gardes nationales dans le nord de la Sarthe en vue de préparer la défense du Mans contre les Vendéens. En frimaire an II, Vincent lui confie une mission de commissaire de guerre dans la Mayenne et la Sarthe. Toujours rétribué comme professeur jusqu’en nivôse an II, il devient alors fonctionnaire du nouveau régime ; déjà nommé notable, le représentant en mission Garnier de Saintes le fait receveur du timbre extraordinaire au Mans. En germinal an II, Mucius-Scaevola Sallet qui loge toujours dans une chambre du collège, est un des premiers clubistes, à être arrêté sur ordre du même représentant. A la différence de Boyer, les prisons du Plessis, puis la Conciergerie n’ébranlent pas ses convictions politiques. Un an plus tard, son nom figure en quatrième position sur la liste des « terroristes » manceaux à arrêter, mais le partisan de la république démocratique n’habite plus la ville et la police, comme l’historien, perdent sa trace à Paris. En revanche, les demoiselles de Sallet sont de célèbres amazones de la chouannerie à Nogent-le-Bernard et Pesche signalait que l’État-major royaliste se réunissait, pendant les Cent-jours, au château de M. de Sallet avec une vingtaine de chouans.

L’équipe rédactionnelle du club de Laval

55A la différence du Courrier Patriote, où les journalistes signaient collectivement chaque numéro, le journal du club de Laval est l’œuvre d’une équipe rédactionnelle plus diversifiée. Le premier journal de Laval dont la création a été soutenue par les frères et amis manceaux parait au début du mois de mai 1792. Le Patriote du Département de la Mayenne est un hebdomadaire de 16 pages in 8° qui sort des presses de Faur et Cie, chaque samedi et dont la souscription annuelle est de 10 livres au chef-lieu et 12 livres ailleurs. La première épigraphe : « Respectons les lois et disons la vérité » sera complétée, à partir du 29 septembre, par la formule « et chérissons la République ».

56C’est au club que se sont rencontrés l’imprimeur et les cinq rédacteurs, propriétaires du journal. Si l’un d’entre-eux, Rabard, reçoit le courrier, s’occupe de la rubrique des nouvelles locales et assume la coordination générale, chaque rédacteur est responsable de sa rubrique. Cette direction collégiale ou autogestionnaire, qui permet de réunir des compétences variées et des sensibilités différentes, dure du printemps à l’hiver 1792. Ainsi, Sourdille, élu au directoire du département, rédige la rubrique administrative ainsi que les compte-rendus des séances de l’Assemblée nationale ; Bescher, greffier du tribunal criminel, traite toutes les questions judiciaires ; Séguela, professeur d’éloquence, se charge de l’instruction aux habitants des campagnes. Laban ne signe pas ses articles mais on aurait tendance à confier au futur bibliothécaire de l’École centrale de la Mayenne la compilation des Nouvelles, sans savoir s’il assurait aussi les compte-rendus du club lavallois.

57L’équipe rédactionnelle est composée d’un noyau d’enseignants méridionaux qui ont quitté, depuis plusieurs années, leur midi natal pour les brumes de l’Ouest. Philippe Séguela est né à Montauban, Joseph-Dominique Laban à Toulouse en 1756 et Dominique Rabard à Tarbes en 1761. C’est au collège de La Flèche, dirigé par les pères de la Doctrine Chrétienne depuis 1776, et dont le principal, dix ans plus tard, est Noël Villar, un autre toulousain, que commence la carrière professionnelle des doctrinaires. Après l’élection de leur ancien principal comme évêque constitutionnel de la Mayenne, ses vicaires épiscopaux s’installent à Laval. Professeur d’éloquence et de poésie, Séguela fit paraître à La Flèche en 1790 un discours versifié sur La liberté de la presse. Laban était professeur de rhétorique, puis, un temps, principal avant d’administrer le collège de Laval. Rabard enseignait dans les classes de seconde et de rhétorique avant d’être nommé principal du collège de Laval en décembre 1791. Nouveaux venus dans la ville, ces « prêtres-philosophes » bien intégrés dans leurs nouveaux postes, se lient avec deux Mayennais d’origine sociale différente et vont diriger le mouvement révolutionnaire du chef-lieu.

  • 19 Abbé Angot, Dictionnaire... de la Mayenne, Laval, 1902.

58Pierre-Jean Sourdille est né à Château-Gontier le 11 décembre 1761. Son père est, à sa naissance, seigneur de Lavalette, écuyer et ancien garde de corps du roi. Son grand-père paternel et parrain est conseiller du roi à l’élection de la ville. Son grand-père maternel est Pierre Enjubault de la Roche, également conseiller du roi et premier avocat au siège présidial. Héritier brillant, le petit-fils est en 1786 avocat du roi dans sa ville natale ; marié et père de famille, il remplit dès le début de la Révolution des fonctions prestigieuses. Sa « brillante élocution, son air imposant et ses influences familiales »19 l’imposent à la présidence de l’assemblée électorale du département en 1790 et 1791, à la présidence de la société des Amis de la Constitution de Laval et à la fonction d’administrateur de la Mayenne.

59René-François Bescher est également né à Château-Gontier, le 2 février 1763. Son père, marchand-teinturier, signe avec aisance son acte de baptême comme d’ailleurs sa marraine et son parrain, marchand-cirier. Issu d’un milieu relativement aisé puisque le contrat de mariage de son père évalue ses biens mobiliers à 15.000 livres, il commence ses études à Laval et fait sa philosophie au séminaire d’Angers. Il entre dans la vie active comme praticien chez son cousin et homonyme, avocat en Parlement et procureur du roi au grenier à sel de Château-Gontier. Celui-ci, devenu juge sous la Révolution et jacobin notoire, sera exécuté par les Vendéens en octobre 1793. Ensuite, le jeune Bescher s’engage dans le régiment de Turenne et achète son congé après 26 mois de services. Il revient dans sa ville où il travaille dans l’étude d’un autre avocat. Encore praticien, avant de devenir premier clerc, il se marie en 1788 avec Françoise-Renée Buisneau dont il aura deux enfants en 1789 et 1790.

  • 20 BN. Lb51/325. R.F.Bescher, Le Patriote de 1789, Paris 1830.

60« Le Patriote de 1789 », ainsi qu’il se nommera dans son autobiographie en 1830, est nommé notable par ses concitoyens et lieutenant de la garde nationale, puis, procureur de sa commune. Mais « le vieillard » qui explique la Grande Révolution à son petit-fils, après celle de Juillet, et dédie son opuscule « aux mânes de ses amis qui errent sur Grenelle et sur une des côtes sauvages de l’Afrique »20, ne retrace pas complètement son propre itinéraire. Cette mémoire, précieuse mais trop sélective, ne retient pas en particulier son activité journalistique, pourtant, très riche et qui ne fait que commencer avec Le Patriote de la Mayenne. Mais il tient à signaler que, dans sa première fonction administrative, il réussit à faire rentrer la commune « dans ses propriétés, usurpées par les seigneurs ». Promu, ensuite, greffier au tribunal criminel de la Mayenne, il s’installe à Laval à la même époque que les vicaires épiscopaux et l’administrateur du département. C’est naturellement à la Société des Amis de la Constitution que se retrouve cette génération dont la Révolution a infléchi la trajectoire sociale.

  • 21 Dans son numéro du 16 juin 1792, le journal donne le texte de la pétition présentée au district d’ (...)

61D’emblée, le pluralisme d’opinions caractérise la rédaction du journal. Ainsi, les processions religieuses fournissent, dès les premiers numéros, un vif sujet de discussions. L’époque est aux grandes manifestations publiques des prêtres insermentés qui réunissent, avec leurs ouailles des paroisses rurales, plusieurs milliers de personnes21. Aussi, la participation des corps constitués à la procession de la Fête-Dieu, le 7 juin 1792, a embarrassé Sourdille. L’administrateur y est allé, mais le juriste constitutionnel exprime son malaise dans son compte-rendu en considérant qu’« il est temps de prouver qu’aucune religion n’est dominante », qu’« on peut être bon administrateur et protestant » et qu’ « on ne doit pas exiger l’adhésion des juifs et des mahométans ». En exprimant le vœu d’une séparation de l’Église et de l’État et d’une pratique religieuse limitée aux lieux de culte, l’avocat issu de la noblesse mayennaise estime que la neutralité religieuse est la seule garantie contre « l’intolérance bien connue de la religion catholique ». Le vicaire épiscopal Rabard, originaire comme ses collègues d’une région où les protestants sont nombreux, intervient dans le numéro suivant pour défendre la liberté de conscience et de religion et considérer que l’abolition des processions serait « une intolérance civile en matière religieuse ». Le 30 juin, Bescher qui, lui, n’est pas allé à la procession tient à réfuter l’opinion de Rabard. Ouvrant Rousseau comme d’autres ouvrent la Bible, le greffier du tribunal puise de nombreux extraits dans l’œuvre de « l’immortel auteur du Contrat Social », invoqué déjà par le principal du collège, pour démontrer que la religion de l’homme doit se borner au culte purement intérieur du Dieu Suprême et que celle du citoyen reste à inventer : « Citoyens, mes frères, substituons à toutes ces processions qui sont, pour le moins, inutiles des fêtes nationales qui resserrent entre nous les liens de la fraternité, accélèrent le développement de l’esprit public et fortifient notre liberté encore chancelante et attaquée par des ennemis puissants ; mais, souvenons-nous que la superstition fut toujours le code des esclaves ».

62Alors que l’idée laïque gagne de plus en plus la bourgeoisie révolutionnaire et que la religion traditionnelle mobilise les ruraux, les « Instructions aux habitants des campagnes » tentent de valoriser le rôle de médiation culturelle et politique joué par le curé patriote dans la communauté villageoise. Pour Roland, ministre de l’Intérieur, à qui les premiers numéros du journal ont été envoyés, ces instructions sont « une idée heureuse » qu’il conviendrait de diffuser largement. Rédigeant plus de trente articles, consacrés à l’explication pédagogique des droits de l’homme et du citoyen, le montalbanais Séguela met en scène, sous une forme dialoguée, le curé de Gerfeuil et ses paroissiens.

63Tout en situant ses entretiens à l’automne 1789 et dans une paroisse où il existe une communauté protestante, le rédacteur intervient sans cesse dans le débat politique de 1792. Au printemps, il prêche le respect des lois pour condamner les mouvements populaires, dénoncer l’ancienne oppression du clergé et distinguer « la religion de l’Évangile » de celle « des prêtres imposteurs ». Refusant d’admettre Voltaire dans son Panthéon des grands hommes, le curé-philosophe préfère pratiquer l’œcuménisme en invitant le pasteur dans son église paroissiale où son discours, émaillé de références à Montesquieu, Locke, Mably et Rousseau, a fortement impressionné l’auditoire. Après la révolution du 10 août, les paroissiens de Gerfeuil comme les lecteurs du journal, apprennent surtout à bien connaître « l’illustre apôtre de la liberté des nations », « l’ardent ami de l’humanité », « l’homme de bien et de génie » qu’est l’auteur du Contrat Social. Le commentaire pédagogique de l’article 6 de la déclaration de 1789 arrive à un moment particulièrement favorable : de la question de la représentation de la volonté générale à celle de la mise en place d’un régime républicain, Rousseau est l’indispensable référence des Jacobins provinciaux dans cette période de transition. Dans l’été 1792, le cours d’éducation civique du curé patriote approfondit la réflexion politique de ses concitoyens en rendant familière et naturelle l’idée neuve de République : « Vous parlerais-je des droits de l’homme, mes amis, si je n’étais pas républicain ? » (18 août) ; en faisant envisager une conséquence possible : « Le roi lui-même, mes enfants, s’il trahissait la nation porterait sa tête sur l’échafaud » (25 août) et en soulignant l’importance de l’enjeu électoral : « Les droits de l’homme ne seraient qu’une paperasse si, par des lois claires et positives, nos représentants n’en assuraient l’exécution » (7 septembre).

64Le Patriote de la Mayenne, qui salue la révolution du 10 août comme le couronnement des grands principes de 1789, voit son influence se concrétiser au moment des élections. D’abord, celles du 26 août 1792, à Laval où Rabard, Bescher, Sourdille et Séguela sont nommés électeurs. Puis, à la fin de l’assemblée électorale, après la nomination des députés à la Convention, se distinguent Bescher et Rabard qui combattent la motion de limiter les pouvoirs des députés tandis que Séguela exige d’eux le serment de « ne consentir aucune loi attentatoire à la propriété ». Enfin, en novembre, Rabard est élu à nouveau président de l’assemblée électorale qui siège à Lassay pour le choix des administrateurs et qui adresse à la Convention sa réprobation des maratistes de la capitale. Bescher y est réélu membre du tribunal criminel tandis que Sourdille devient procureur-syndic du district de Laval. Aussitôt, celui-ci annonce à Rabard dans une lettre-ouverte publiée le 24 novembre que l’importance de ses fonctions nouvelles lui impose de mettre un terme à sa collaboration régulière au journal. L’avènement du nouveau régime va provoquer, en fait, la désunion de l’équipe rédactionnelle.

65Ce sont de fortes personnalités dans la société populaire qui rédigent l’hebdomadaire lavallois. Pendant les premiers mois de la Convention, celui-ci se fait l’écho de l’opinion dominante, c’est-à-dire pro-girondine, et diffuse largement sa condamnation de Marat et des agitateurs parisiens comme celle des taxateurs qui entravent la libre-circulation des grains. Toutefois, le journal se nourrit, comme le club, d’opinions plurielles. Dans le compte-rendu de la séance du club du 2 décembre, Rabard se plaint d’avoir été calomnié : « L’on m’a fait un crime d’avoir osé dire, dans votre dernière séance, qu’il fallait plutôt chercher à éclairer qu’à massacrer ces troupes nombreuses de citoyens en insurrection qui servent, sans le savoir, la cause de leurs ennemis ». Bescher souligne ensuite la réalité de la crise sociale : « Il ne suffit pas que le gain abonde dans nos marchés, il faut encore que tous les citoyens puissent en acheter ». Le club charge un comité d’un rapport pour assurer la subsistance du peuple et faciliter la circulation des denrées. Un semblable compromis politique résulte des discussions sur le procès du roi. Tandis que le curé de Gerfeuil se prononce contre l’abolition de la peine de mort : « La mort d’un assassin est un acte d’humanité envers la société entière » (8 décembre), Laban, partisan de l’appel au peuple pour juger le roi, et Bescher, adversaire de cette « tactique visant à sauver le coupable de la peine de mort », affrontent leurs points de vue au club. L’indécision de Rabard pousse Séguela à proposer une adresse pour demander que Louis Capet soit jugé par un juré composé de citoyens choisis dans les 84 départements.

66Au fur et à mesure que s’aggrave le conflit entre la Gironde et la Montagne, le journal dans lequel Séguela fait dire au curé-patriote, le 16 janvier 1793, qu’« il n’y a de liberté d’opinions que pour ceux qui cajolent le peuple », va devenir progressivement la tribune des leaders minoritaires dans le club. Le 29 janvier, le jacobin Noyer demande à Rabard de publier sa réponse à ceux qui l’ont calomnié en le traitant de « perturbateur, ameuteur de peuple », ou « correspondant du parti Marat ». Le 2 mars, dans la Société des Amis de la République de Laval qui a rompu avec la société-mère, Rabard tente de faire respecter la dite liberté d’opinions : « J’ai une opinion différente de la vôtre, pourquoi voulez-vous me traiter de factieux, d’homme sanguinaire ? Combattez mes opinions, respectez ma personne et nous serons bons amis. L’on ne cesse de me demander pourquoi je tiens si fortement à la Société des jacobins de Paris. Je n’ai d’autre réponse à faire que celle-ci : les jacobins veulent l’unité de la République, le respect des personnes et des propriétés et, surtout, une constitution populaire. Ils veulent une révolution fondée sur les bases de l’égalité. Alors, il n’y aura plus d’esclaves, et le citoyen, vivant à son aise du fruit de son industrie, jettera un regard de mépris sur les vastes domaines du riche propriétaire. Je conclus de tous ces principes que je suis jacobin ».

67Ce jour-là, le journal qui réservait aux discours d’Isnard, Vergniaud ou Roland le privilège de l’impression donne, pour la première fois, la parole à Robespierre. Désormais, sans qu’on sache les conditions de son retrait, Séguela ne rédige plus aucun article dans Le Patriote de la Mayenne. L’hebdomadaire s’engage, lors des troubles du sucre à Paris, dans une critique sociale radicale. Contre le sens commun qui « ne cesse, lorsqu’il arrive une émeute, de répéter jusqu’à satiété que le peuple est en insurrection contre les propriétaires » et contre la plupart des publicistes qui « perpétuent les forfaits du riche et les malheurs du pauvre et prolongent entre ces deux classes rivales une lutte nuisible à la félicité commune », l’organe jacobin de la Mayenne considère, le 13 mars, qu’il est temps d’écrire : « Les riches sont en continuellement en insurrection contre le peuple et non l’inverse », en mettant en garde « nos modernes Crassus : ce peuple que vous calomniez, dont vous contestez l’existence politique (...) vous le verrez fouler aux pieds l’aristocratie des riches comme il a déjà réduit au néant le despotisme des nobles et des prêtres ».

68Le 13 avril, le journal s’intitule désormais Le Sans-Culotte du département de la Mayenne avec, en épigraphe, une phrase de Mably : « C’est en défendant avec courage la dignité du Peuple, qu’on prépare la fortune d’un État ». Seul rédacteur officiel, Dominique Rabard a tenu compte des vœux des souscripteurs en réduisant le nombre des caractères par page et en portant le nombre de pages à 24 pour faciliter la lecture, sans augmenter le tarif de l’abonnement car « le rédacteur ne veut retirer que les frais d’impression ».

69Ayant accepté sa nomination, à la fin du mois, comme principal du collège national de Château-Gontier, il recourt à des collaborateurs, comme Augustin Garot, pour suivre les séances du club de Laval. Aux côtés de cet ancien clerc tonsuré, nommé à 21 ans, en janvier 1792, au collège du chef-lieu qui intervient souvent à la société populaire dès le début de l’année 1793, d’autres jeunes instituteurs ont dû apporter leur contribution, quoique les articles du journal ne sont pas signés, comme ces disciples et collègues qui vont suivre Rabard, nouvellement marié, à Château-Gontier : René Cordier (1774-1793), secrétaire du club de Laval en février 1793, et François Huchedé (1769-1821) qui a retrouvé à Laval les ex-doctrinaires de La Flèche qui ont été ses maîtres. Par ailleurs, on retrouve dans Le Sans-Culotte R.F Bescher qui anime à Laval la résistance aux autorités fédéralistes, le graveur Leroux et l’instituteur et notable de la ville, Geoffroy Noyer, qui s’était défendu d’être « un anarchiste ». Grâce à ce noyau de militants lavallois, le journal continue la publication des séances de la société populaire du chef-lieu et non celle de Château-Gontier.

70Les relations entre la nouvelle équipe rédactionnelle et le club sont complexes. Bescher, élu président en avril, quitte souvent son fauteuil présidentiel pour prendre la parole en faveur des Jacobins comme du Paris révolutionnaire, auquel Rabard avait consacré sa dernière intervention, en louant les mérites des sans-culottes et des héros du faubourg St-Antoine. Pourtant, ces militants jacobins sont désavoués par la société qui décide, à la fin du mois, de ne correspondre avec aucune société de la République. C’est à une lettre-ouverte qu’est réduit Bescher, suivi par Leroux, pour condamner cette décision obscurantiste qui porte ateinte aux « intérêts du peuple ». Mis en minorité, ils continuent de fréquenter la société populaire et de publier des morceaux choisis de ses séances.

71La cohabitation est facilitée par la publicité que le journal donne aux interventions de Marat et de Robespierre à la Convention tandis que « la clique brissotine » n’a droit qu’à un résumé aussi partisan que celui réservé aux Montagnards au début de la Convention. Le 18 mai, le projet de déclaration des Droits de l’Homme de Robespierre du 24 avril est, ainsi, intégralement publié. Par ailleurs, la crise sociale du printemps 1793 trouve un vif écho dans Le Sans-Culotte, que ce soit dans les interventins de Bescher au club contre « les gros riches qui sont les ennemis naturels du peuple » ou dans l’éditorial de Rabard du 25 mai qui dénonce la politique du gouvernement trop favorable à « la ligue des banquiers, des gros marchands, des riches propriétaires et des agioteurs ».

72L’insurrection fédéraliste entraîne la rupture entre l’aile gauche et la majorité du club. Pendant trois mois, de juin à août, le journal ne rend plus compte des séances de la société populaire de Laval. L’organe jacobin ne fait aucune allusion aux activités locales ni aux hommes qui dirigent le mouvement contre la Convention, au premier rang desquels se trouvent Sourdille et Séguela. Il se contente de publier les informations gouvernementales, les adresses des clubs anti-fédéralistes et diverses chansons à la gloire des sans-culottes. Dans les numéro d’août, il signale tardivement le ralliement de la société de Mayenne à la constitution républicaine et la déclaration antifédéraliste du club de Lassay. Il faut attendre le 14 septembre pour voir réapparaître la rubrique des séances de la société populaire de Laval.

73Entre temps, l’hégémonie jacobine a été concurrencée par un nouveau journal, édité par le même et unique imprimeur, Le Bulletin du Département de la Mayenne. Du 2 au 20 juillet 1793, l’affiche des autorités réunies au département depuis le 7 juin, destinée à être placardée est rédigée par Séguela trois fois par semaine et prend fin le 26 juillet. Le journaliste qui offre un reportage des derniers événements oscille entre l’emploi des verbes au passé et l’utilisation du présent qui engage à la poursuite de l’action. Rédacteur engagé, il montre le rayonnement régional de la cause insurrectionnelle et communique les décisions prises dans la Mayenne de lever une force départementale et de ne pas reconnaître « les proconsuls » de la Convention.

74La succesion rapide des événements commande une écriture de l’urgence, bien différente de la rhétorique que déployait le professeur de collège pour expliquer pédagogiquement les droits de l’homme dans le Patriote de la Mayenne. On la retrouve, pourtant, dans le numéro du 16 juillet dont la moitié des colonnes est consacrée à un dialogue entre un Parisien et un Bordelais, où celui-ci réfute comme calomnieuses les accusations de fédéralisme et de haine de Paris. Le militant anti-maratiste qui avait affirmé, dès le premier numéro, l’attachement formel à la République une et indivisible des départements insurgés, est contraint, le 20 juillet, de fournir une autojustification politique. Devant l’échec patent de la mobilisation et de l’insurrection, le rédacteur explique que son but était seulement de « faire connaître au public l’impression provoquée par les journées des 31 mai et 2 juin » et renvoie ses lecteurs à la lecture critique du Bulletin de la Convention nationale, tout en manifestant le désir d’une acceptation de la constitution dans le département. Dans son dernier numéro, il peut donc se féliciter de la quasi-unanimité qu’elle a obtenue à Laval comme de la fraternisation avec les citoyens de Paris. Cette rétractation, en nom collectif, met un terme à la feuille départementale, qui n’a pas plus entretenu que Le Sans-Culotte une polémique entre les anciens frères et amis.

75Il n’y a nul triomphalisme dans les derniers numéros du « journal de Rabard », ainsi qu’on l’appelle. Le derniers grands éditoriaux des 17 et 24 août, rédigés sans doute par Bescher, sont plutôt un bilan amer et critique de cinq ans de révolution. Le militant jacobin, affligé par la misère du peuple, réclame une autre politique, basée sur l’intervention des pouvoirs publics dans l’économie et la reconnaissance de droits économiques et sociaux (droit au travail journalier, aux secours publics, à la santé, à la subsistance). Il propose, aussi, de demander à la Convention que les frais des sociétés populaires soient payés par la nation. Cette adresse du club reconstitué paraîtra dans le numéro du 21 septembre 1793 que le rédacteur du Sans-Culotte de la Mayenne ne verra pas imprimé car Dominique Rabard, comme René Cordier, vont être tués à Beaulieu dans la bataille contre les Vendéens. L’aventure s’est achevée tragiquement aussi pour le procureur-syndic Sourdille, le plus actif organisateur de la résistance armée dans la Mayenne, qui va être arrêté à Compiègne en nivôse an II et guillotiné le mois suivant. Quant à Séguela, il partit pour Rouen après la parution de son dernier texte et mourut, dit-on, de chagrin en mars 1794.

76Une époque s’achève pour les militants révolutionnaires en 1793 dans l’Ouest. Perceptible tant dans les attentes des abonnés sarthois au journal du club que dans les propos du dernier rédacteur lavallois, le temps de la propagande pour les droits de l’homme et du citoyen doit céder la place à celui de leur mise en œuvre concrète. C’est dans l’encadrement de l’action politique que nous allons retrouver nombre de journalistes jacobins.

Le champ journalistique du printemps 1792 à l’hiver 1793

77Ces grandes années militantes de 1792 et 1793 sont la belle époque du journalisme dans l’Ouest. Le décalage dans la floraison des journaux par rapport à la capitale montre que l’on ne peut plus écrire une histoire de la presse en se fondant sur les seules mesures gouvernementales car la politique déborde le champ du pouvoir national.

  • 22 Si on n’a pas trouvé trace du Bulletin de l’Eure, il ne subsiste qu’un exemplaire du Journal du dé (...)
  • 23 Toutefois, Alençon qui publiait les Affiches du Perche en 1788 perd son monopole éditorial dans l’ (...)

78La décentralisation de la France révolutionnaire est, à cet égard, une des données majeures et consacre l’espace départemental comme champ politique et éditorial. La création des chefs-lieux de département et de district a donné une très vive impulsion au marché éditorial que renforce la publicité des actes de tout corps administratif. Les imprimeurs qui se multiplient dans ces villes comme dans de petites localités deviennent des médiateurs si influents que la profession va tenter plus d’un révolutionnaire, à commencer par Coesnon-Pellerin à L’Aigle. Ces producteurs indépendants, par les sollicitations dont ils font l’objet et par les engagements qu’ils prennent, occupent une position variable selon les lieux. Incontestablement, leur marge de manœuvre est faible chez les éditeurs de la Manche qui semblent n’être que de simples exécutants que ce soit Clamorgam, l’imprimeur du club de Cherbourg, ou G. Joubert, l’imprimeur du département qui publie un nouveau périodique, en janvier 1793, à Coutances, le Journal du département de la Manche22. De même, l’unique imprimeur lavallois ne peut refuser d’éditer le journal des autotités départementales fédéralistes tout en continuant de publier l’hebdomadaire jacobin. La situation est différente dans les vieux centres d’édition où les éditeurs d’Affiches d’Ancien Régime, quoique concurrencés par de nouveaux imprimeurs, maintiennent leur production et leur réseau d’abonnés.23

  • 24 Le journal d’Affiches, annonces et avis divers de Basse-Normandie (jan 1786-Nov 1793), après avoir (...)

79Prenons, d’abord, l’exemple du Calvados. C’est le cas de Poisson à Caen qui se contente de modifier le titre de sa feuille d’Affiches en novembre 1793 ainsi que sa ligne politique, dès l’échec du fédéralisme, en prétextant un changement rédactionnel24. Cette position sociale fait quelquefois des émules, comme Chalopin, l’imprimeur du Courrier du Calvados qui parvient, par la longévité de son journal d’opinion et la fidélité de son public, à affirmer son autonomie dans le champ de production. Le phénomène, qui reste rare à l’époque des révolutions, mérite d’être souligné. L’ancien Courrier des Cinq-Jours, devenu le Courrier du Calvados, avant de s’intituler en janvier 1793 le Courrier républicain du Calvados est, depuis 1790, l’organe des « patriotes » du chef-lieu. Les thèmes traités dans le supplément dominical qu’est le Journal des débats de la société patriotique de Caen, au printemps 1792, sont ceux que le bi-hebdomadaire popularise depuis plusieurs années.

  • 25 En 1792, Le Courrier du Calvados consacre 7 % de sa surface au pouvoir central, 6 % aux pouvoirs l (...)

80L’analyse de contenu montre toutefois une évolution certaine : les séances de l’Assemblée Législative, puis, de la Convention ne donnent pas lieu à des compte-rendus aussi fournis que celles de la Constituante. Réduisant l’espace consacré au pouvoir central, les journalistes qui sont restés dans l’anonymat développent leurs commentaires de l’actualité. Par ailleurs, la mince rubrique consacrée au club explique la création du journal de Féron. Ainsi, le journal prenant ses distances avec deux des instances politiques majeures, sans conférer de l’importance aux autorités locales25 fait partager à ses abonnés l’idée valorisante d’une autonomie de la presse dans le champ politique. Cette inflexion s’observe, également, dans l’expression formelle. Le résumé n’occupe plus en 1792 la place majeure qu’il détenait lors des deux premières années. Si les lettres-ouvertes comme les dialogues avec des personnages fictifs ont toujours constitué une écriture journalistique, les discours et proclamations prennent de plus en plus d’importance : le document brut et l’analyse rédactionnelle prévalent désormais sur la compilation des nouvelles, plus largement répandues il est vrai qu’au début de la Révolution.

  • 26 Le 13 mai, c’est la description de Bayeux : « Autrefois, elle était l’étable d’une centaine de por (...)

81Le discours politique que tient en 1792 Le Courrier du Calvados mêle des audaces voltairiennes à des positions plus conformistes. Nulle part ailleurs, l’opposition entre les « patriotes », bientôt républicains, et les « aristocrates » ne s’exprime avec autant de force. Les adversaires de la Révolution que l’on brocarde volontiers, en souvenir de Jean Bart, sous les termes d’« aristobètes » ou d’« aristobuches », sont incontestablement nombreux à Caen. Socialement, ce sont les anciens privilégiés dont on dénigre la citoyenneté en les désignant comme « les jeunes Messieurs », en faisant allusion aux « jupons de soie », en se gaussant d’« un marquis revenu en haillons de Coblentz » ou en reprenant, avec des guillemets, leur auto-désignation « les honnêtes gens » quand celle de la « canaille » n’est pas utilisée. Néanmoins, les ex-nobles dont on pense, au printemps, qu’ils « ne seront jamais convertis » mais auxquels on offre, à l’automne « paix et amitié », ne composent pas seuls cette nébuleuse socio-politique. La cible principale du journal est « le fanatisme sacerdotal ». Les insultes et les menaces dont sont victimes les curés constitutionnels dans les campagnes offrent l’occasion de développer un thème central : l’anticléricalisme. Aucun organe officiel d’un club ne peut se permettre de dénoncer avec une telle violence « l’esprit du sacerdoce » comme fondement du fanatisme religieux : « Toujours les prêtres ! », titre ainsi l’éditorial du 1er avril 179226. Les patriotes, en revanche, ne se définissent pas par des intérêts particuliers à défendre, mais par leur conception citoyenne de la chose publique. Aussi, est-il déconseillé d’afficher des différences d’opinion politique ou de situation sociale : lorsqu’on « dira aux uns, vous êtes le peuple ; aux autres, vous êtes les bourgeois », on ne fera que susciter des factions dangereuses pour l’unité du mouvement révolutionnaire. Le journal qui dresse l’apologie des Jacobins au printemps 1792 se félicite de la création des sociétés patriotiques dans les campagnes parce qu’elles font avancer « l’esprit public ». Toutefois, les clubs ne sont pas les seuls lieux où les citoyens peuvent acquérir et propager cette conception désintéressée de la vie publique, capable d’engendrer un consensus d’opinion et de fournir une assise au régime constitutionnel. Il y a aussi les cafés, et particulièrement celui du Waxhall qui « n’a jamais été empoisonné des vapeurs méphitiques de l’aristocratie », dont les portes sont décorées du bonnet de la liberté, posé sur une pique, avec l’inscription « Vivre libres ou mourir ».

82Mais Le Courrier du Calvados n’apporte aucune information sur la réunion des sections de Caen dont l’activité politique a été pourtant essentielle à partir de juin 1792. Il semblerait, donc, que la constitution d’un public de lecteurs, façonnés par l’idéologie des Lumières et la propagande du Tiers-État, qui assure la liberté d’expression du journal contribue, en retour, à limiter la capacité subversive du discours politique. Timide sur la question d’opportunité de la République au printemps 1792, silencieux ensuite sur la démocratie sectionnaire, le journal caennais devient hostile, à l’automne 1792, à l’émergence d’une nouvelle force politique et sociale dans le Paris révolutionnaire. Bien que l’innovation ne vienne pas du champ journalistique - aucun journal sans-culotte ou carabot ne parait à Caen - Le Courrier du Calvados se sent menacé dans sa fonction idéologique par le nouveau rapport de forces politiques, dès la réunion de la Convention, et s’attache alors à dévaluer la surenchère de la nouvelle avant-garde.

83Le journal des jacobins anticléricaux de Caen devient l’organe de la députation girondine du Calvados, renforcé à partir de janvier 1793 par Le Journal des Amis de Claude Fauchet puis, en juin et juillet, par Le Bulletin des Autorités constituées réunies à Caen. Paris n’est plus que « le cloaque de la France », Robespierre « celui qu’on avait appelé le vertueux, l’incorruptible » n’est qu’un « aboyeur sous le nom d’avocat en Artois, sans talents réels et sans génie » tandis que le discours de Louvet fait la une de quatre numéros en novembre, en attendant la publication intégrale de celui de Vardon en décembre. Parallèlement, les mouvements populaires sont moins excusables et ceux des taxateurs, condamnés sans réserves. Les quelques exemplaires conservés de l’année 1793 ne permettent pas d’étudier l’attitude de la rédaction, confrontée à la fois à l’épreuve du pouvoir avec le gouvernement girondin et à l’émergence des Carabots sans-culottes de Caen. Engagé résolument dans l’insurrection fédéraliste, il déplore le 20 juin l’inefficacité de sa tâche : « En vain, le ci-devant Dauphiné, la Provence, le Languedoc et la Bretagne se sont ébranlés pour voler au secours de Paris. Nous avons ici des gens qui tâchent d’égarer l’opinion. Le malveillant parle et le lâche écoute avec avidité. Je croyais mes concitoyens dignes de la République. Il est douloureux de m’être trompé ». Le 14 juillet 1793, le journal vante les mérites du projet de Condorcet comparé au « chiffon constitutionnel » et dénonce « le cloaque qui s’intitule Convention ». Pourtant, dans le dossier de l’imprimeur traduit devant le Tribunal révolutionnaire pour avoir imprimé les proclamations de la commune de Caen, il n’est pas question du Courrier du Calvados qui s’achève, vraisemblablement à cette date.

84Du 6 janvier au 16 juin 1793, l’évêque du Calvados publie donc dans la capitale un volume de ses chroniques dont la périodicité des numéros, théoriquement hebdomadaire, est tout aussi variable que le nombre de ses pages. Le Journal des Amis, relativement onéreux (9 livres par trimestre en province), est un substitut de la chaire et de la tribune pour Claude Fauchet qui renoue ainsi avec le journalisme parisien. Homme public, l’évêque-député entend assumer ses responsabilités morales et politiques non dans les joutes partisanes du débat démocratique à la Convention, mais dans le journalisme indépendant. Attaché à son indépendance tant politique que financière, le journaliste ne s’adresse ni à ses électeurs ni à ses ouailles diocésaines, mais aux « amis de la nature, de la société, de la patrie, de la liberté véritable, de la véritable égalité, de la religion et de la morale ». Cette quête de légitimité extra-départementale s’explique par le décri dont est victime le responsable politique dans le Calvados. La très faible correspondance avec les clubs du département est nourrie de critiques plus ou moins acerbes même, par exemple, dans sa réponse à la société de Falaise qui lui présentait des objections « fraternelles et civiques » et faisait état des doutes émis sur son républicanisme d’Honfleur à St-Pierre-sur-Dives. Le publiciste se flatte, ainsi, du nombre et de la qualité de ses lecteurs dans la capitale et, notamment, dans la Convention.

  • 27 Le Journal des Amis, n°12, p 543.

85Mais, à l’heure des bilans, le résultat est sans doute décevant. A l’annonce du décret du 9 mars, consécutif à la mise à sac des imprimeries des journaux girondins à laquelle Le Journal des Amis échappa, et qui imposait aux membres de la Convention de choisir entre « la qualité de folliculaire et celle de représentant du peuple », Claude Fauchet choisissait son fauteuil de député. Après la révocation du décret le 2 avril, le journaliste faisait ses comptes : « Le premier trimestre n’a pas fourni en souscriptions la moitié de la dépense de l’impression et de l’envoi : j’en suis pour dix-huit cents livres du mien, en ce moment. J’engage mes souscripteurs, s’ils veulent que mon ouvrage continue, à renouveler leur abonnement et à me procurer au moins un autre abonné chacun. Je n’en ai que deux-cents ; il en faut cinq-cents pour couvrit mes avances. Je veux bien perdre pour être utile, mais je ne veux pas dépasser la mesure de mes facultés. Aucune liste civile ne vient à mon secours ». Le tirage à mille exemplaires d’un hebdomadaire à la parution irrégulière et aux informations, à la fois peu nombreuses et datées, se révélait ambitieux car la vente au numéro chez l’auteur et les libraires ne pouvait compenser le manque d’abonnés. L’échec éditorial n’entamait pas sa détermination : « Jusqu’à ce que je puisse être au niveau de mes moyens, au lieu de 48 pages par numéro, je n’en fournirai que 32. Il me reste six à sept-cents exemplaires du premier trimestre ; je pourrai donc en fournir aux nouveaux souscripteurs qui voudront avoir la totalité de l’ouvrage : il peut avoir du prix par son ensemble. Je continuerai à me montrer avec intrépidité le vengeur de la liberté républicaine et religieuse ».27

86Les critiques de ses lecteurs n’atteignent pas celui qui prophétise, comme Marat, son propre destin. A contre-courant de l’opinion publique, Fauchet ne cherche pas à plaire à son auditoire mais à témoigner devant l’Histoire. Le dernier message de celui dont la Commune de Paris demandait l’arrestation le 20 avril et qui partagea le sort tragique des Girondins le 31 octobre 1793, est un violent réquisitoire contre la Convention et le Paris révolutionnaire. Le travail législatif ne préoccupe guère le député qui fait rédiger le compte-rendu des séances de la Convention par un de ses secrétaires ou employé anonyme, occupant une loge de journaliste à l’assemblée. Comme les nouvelles nationales ou internationales n’occupent qu’une portion congrue, son journal est un long éditorial auquel sont joints des discours politiques comme documents. Totalement discrédités à ses yeux par le vote sur le sort du roi, ses collègues sont désignés par les épithètes suivantes : « cannibales, ivres de sang humain », « monstres », « bouchers de chair humaine », « anthropophages » et « buveurs de sang ». Ses anciens frères et amis des Jacobins sont « les plus odieux scélérats qu’ait vomi l’enfer » ou encore « les dominateurs cannibales de l’opinion ». A leur tête, Robespierre « la vipère d’Arras », « la mouche enragée » ou « le dieu des sans-culottes », Marat « le Pluton de l’éloquence » et Danton caractérisé par « sa bouche torse et sa voix de taureau ». Mais sa plume n’épargne pas les seconds rôles comme Chabot (« avant de le voir, on le sent ») ou Philippe-Égalité (« tu me dois 1200 livres depuis l’oraison funèbre que j’ai faite de ton père »). Enfin, Paris c’est « la ville des 2, 3 et 4 septembre » dont « l’opinion est dépravée », à cause de « la licence effrénée de la presse » et de la toute puissance des sans-culottes qui empêchent « un philanthrope » de prendre la parole et de se faire entendre.

87En contrepoint, les discours de ses collègues favorables à l’appel au peuple et à l’emprisonnement du roi comme ceux de Paine, Vardon, Lomont, Buzot, Brissot et Kersaint se succèdent pendant tout le premier trimestre. Quant au testament de Louis Capet, c’est un document historique publié intégralement le 9 février parce qu’il « offre, dans toute sa vérité, le caractère du dernier roi des Français ».

  • 28 idem, n° 10, p 455.

88Le prophète qui annonce, en janvier, son décret d’accusation et sa mort sur l’échafaud, méprise les critiques ; mais le rhéteur aime à débusquer « les principes de la nouvelle tyrannie » dans les réactions du public. C’est ainsi qu’est présentée la fameuse lettre de la société populaire de Honfleur priant « le législateur » de quitter « le métier de journaliste, ou plutôt de libelliste ». L’interpellation républicaine du simple « délégué » par les clubistes du petit club normand, tout autant choqués par sa lettre pastorale contre le mariage des prêtres que par « sa collection d’injures, lancées contre la majorité de nos représentants, qui révoltent l’homme le moins délicat », n’est pas faite pour ébranler les convictions du ci-devant prédicateur du roi qui, à 49 ans, s’est aguerri dans de nombreux combats politiques. Repoussant avec moins de dédain les critiques des frères et amis de Falaise, le député justifie sa politique d’alliance objective avec « les aristocrates qui me haïssaient si violemment autrefois ». Estimant que la situation actuelle avait rendu caducs les motifs de leur haine, aussi bien l’espoir ruiné du rétablissement de l’ancien régime monarchique que la crainte vaine de la ruine de la religion, le vrai républicain considère désormais qu’une alliance de bon sens lie ceux qui veulent « échapper à l’anarchie et voir le règne des lois assurer les propriétés, les libertés et les personnes »28.

  • 29 idem, n° 7, p 295.

89Enfin, l’évêque du Calvados, malgré l’estime pour la personne de Roland et celle de Bonneville, ne peut s’empêcher de se démarquer de la politique anti-catholique de l’un et de la philosophie maçonnique de l’autre. Sa leçon de l’Évangile (« le christianisme est par nature républicain »29) comme sa condamnation du matérialisme (« la morale des brutes ») et de l’irréligion (« la dissociabilité ») le conduisent à privilégier le clergé comme seul rempart contre la désorganisation sociale. L’époque semble lointaine où le missionnaire-patriote débarquait à Colleville-sur-Mer pour soutenir les journaliers sans terre dans leurs revendications des jouissances terrestres. Associé aux Girondins, dont il reconnaissait qu’ils n’avaient pas la stature d’hommes d’État, Claude Fauchet tenait davantage du combattant solitaire qui rédigeait dans Le Journal des Amis sa dernière confession.

  • 30 Bulletin des Autorités constituées réunies à Caen, éd. Ch. Renard, Caen, 1875.

90Au cours de cette année 1793 où le plus grand nombre de feuilles locales sont mises en circulation et révèlent le pouvoir attribué à ce vecteur de l’opinion par tous ceux qui exercent une fonction publique, les émetteurs de journaux se multiplient : la presse des clubs est concurrencée non seulement par celle des députés à la Convention, mais aussi par celle de l’administration départementale et de l’armée républicaine. L’intervention dans le débat public d’un nouvel espace politique, celui des autorités constituées dans les départements, ne saurait être négligée dans le Calvados fédéraliste. Le seul journal révolutionnaire provincial à avoir eu les honneurs de la réédition est Le Bulletin des Autorités constituées réunies à Caen qui a, sans nul doute, connu le plus fort tirage régional. Son éditeur de 1875 signalait les éditions parallèles, avec quelques variantes, sous la forme de placards ou sous la forme usuelle de cahiers de huit à douze pages, tirés à 1 500 exemplaires, destinés aux districts et municipalités avec mission de les faire lire au prône dominical30. Comme dans la Mayenne et dans la Sarthe, le directoire du département utilise les fonds publics pour diffuser sa propagande dans toutes les communes par la voie administrative et en ajoutant celle de l’Église constitutionnelle. La feuille qui s’est appelée également Bulletin de l’Assemblée Générale réunie au chef-lieu du Calvados a connu une diffusion régionale. Même si Le Roy à Caen a édité la collection la plus complète, du 24 juin au 17 juillet, Ancelle un imprimeur d’Evreux a publié au moins un cahier et deux placards du Bulletin avec l’avancée de l’armée fédéraliste. Le compte-rendu tous les trois jours des séances des autorités insurgées est agrémenté des nouvelles des départements favorables à la cause commune car la « Marseille du Nord » n’est pas isolée dans son soutien aux députés proscrits. Le mouvement insurrectionnel qui se dote d’un comité de rédaction, dont les membres sont restés dans l’anonymat, explique que le boycottage des informations de Paris et de la Convention ne signifie pas un abandon des principes républicains : la République est Une et Indivisible.

91Le drame du fédéralisme est tout entier dans la contradiction entre un attachement formel à l’idéologie révolutionnaire, nationale et unitaire, et l’action fédérative des corps intermédiaires qui désagrège l’unité nationale ; entre un discours politique contre l’anarchie et une stratégie de désorganisation de la République ; entre une défense républicaine de la représentation nationale dans son intégrité et la traque de tous « les maratistes ». Car ils sont partout. Ici, sous l’uniforme national - c’est le neveu de Danton ou le frère du Montagnard Duhem qui sont dénoncés et arrêtés en raison de leur parenté illustre ; là, c’est leur influence pernicieuse dans les clubs de Moyaux ou de Condé-sur-Noireau qui est mise à jour. Dans l’Eure, c’est la progression de l’avant-garde qui est entravée par les maratistes de Bernay, de Pacy ou de Vernon. Mais, à l’arrière, on les débusque même à Alençon ; à Bayeux, les Carabots caennais ont pu en arrêter une douzaine ; mais à Mortain, dans la Manche, on ne peut rien faire : « la ville est archimaratisée ». Et la mort de Marat, annoncée dans le dernier numéro, ne met pas fin à la croisade contre les anarchistes normands qui reste à l’ordre du jour du Bulletin.

  • 31 Voir Martin (207) et Lavalley (291).

92L’influence de l’ensemble de la presse fédéraliste du Calvados motiva la création d’un journal de reconquête montagnarde de l’opinion. A l’initiative de Robert Lindet, en mission dans la zone insurgée, un service de propagande est affecté à « l’armée de pacification ». L’autonomie de « l’imprimerie de la guerre suivant l’armée » permet, ici comme ailleurs31, de publier les proclamations officielles et d’éditer un journal militaire. Le premier numéro du Journal de l’Armée des Côtes-de-Cherbourg parut à Evreux le 28 juillet 1793, à Lisieux le 30, puis à Caen à partir du 4 août jusqu’au 25 frimaire an II. J.J. Derché, son rédacteur, a été employé au ministère des Affaires étrangères et, avant de retrouver cet emploi en l’an IV, occupe les fonctions de journaliste auprès du ministère de la Guerre. Le journal ne s’adresse pas uniquement aux soldats-volontaires, en majorité parisiens, de l’armée républicaine mais, aussi, au public normand. Ainsi, après l’ordre du jour militaire, une large part est consacrée à rendre compte des séances de la société populaire de Caen. Dans une ville placée sous le contrôle de l’armée, les délibérations du club tiennent davantage du monologue du fonctionnaire jacobin, par ailleurs originaire des Vosges et en mission en Angleterre en 1792, que de débats républicains. Mais les préventions contre la force armée et son porte-parole se dissipèrent avec l’esprit de concorde qui présidait à la pacification de la Normandie. L’absence d’une politique de répression systématique fit, bien davantage que la propagande journalistique, affluer au club un si grand nombre de citoyens que l’on envisagea un changement de local au début de l’an II. La politique jacobine d’éducation populaire par la diffusion du journal officiel dans chaque commune et la création des sociétés populaires cantonales allait se poursuivre sans l’aide du journaliste. Le quotidien, dont la parution avait été irrégulière depuis le remplacement de Lindet par le représentant Laplanche, annonça à ses lecteurs le 15 décembre 1793 la fin de sa publication. La reconquête de l’opinion était achevée.

93La situation politique et éditoriale est différente dans la Sarthe. Au Mans, Monnoyer se comporte en véritable patron de presse en continuant la publication paternelle des Affiches, en diversifiant sa production dès 1791 et, surtout, en remplaçant le journal feuillant par un journal jacobin en février 1792 quand le club manceau décide de publier sa feuille chez un concurrent. L’époque où les bourgeois de la Société des Amis de la Constitution se réunissent aux citoyens de la Société Fraternelle qui ont brûlé sur la place publique des exemplaires de son Journal Général, incite à un changement de stratégie éditoriale. En assurant à son public d’abonnés, majoritairement ruraux, que la nouvelle formule sera beaucoup plus intéressante, il fait ainsi paraître Le Défenseur de la Vérité ou l’Ami du Genre Humain de Pierre Philippeaux, membre influent du club, dont le premier numéro sort trois jours avant celui du Courrier Patriote, édité par Pivron. Les considérations politiques locales ne sont peut-être pas seulement dictées par les circonstances ; Charles Monnoyer, qui a eu maille à partir avec le club manceau dont il a été adhérent dès la première année, fera partie de la société populaire après l’épuration d’août 1793 et, si on ne le trouve pas assis aux côtés des thermidoriens en l’an III, il figurera avec tous les anciens jacobins dans la liste des membres de la Société littéraire et commerciale de 1803, interdite par le préfet. Ainsi, jusqu’à la fin du mois de février 1792, l’éditeur envoie gratuitement à ses abonnés du Journal Général, son nouvel organe de presse dont le coût d’abonnement est identique à celui du Courrier patriote dans le département, mais moins onéreux encore pour le chef-lieu.

  • 32 Philippeaux, Moyen de faire cesser la misère du peuple, d’assurer son bonheur et de remédier, pour (...)
  • 33 Voir Mautouchet (249, 250), Peyrard (258).
  • 34 Le Défenseur de la Vérité, n° 30, 23 août an IV de la Liberté.

94Son rédacteur est Pierre Philippeaux. L’avocat au présidial, installé au Mans depuis 1785, marié et père de famille, avait entrepris dès 1789 « un grand ouvrage sur la législation civile » mais, dès la fin de l’année, le citoyen estimait « qu’avant de s’occuper du bonheur plus parfait des propriétaires, il est d’une justice rigoureuse d’adoucir le sort de ceux qui n’ont rien du tout »32. L’engagement politique de Philippeaux est dès lors fixé33. Officier municipal au Mans, il fait partie des membres fondateurs de la société des Amis de la Constitution et acquiert quelques biens nationaux comme tous les patriotes ; juge au tribunal du district, il est toutefois battu lors de l’élection en septembre 1791 à la présidence du tribunal criminel du département. Du 2 février 1792 au 27 brumaire an II, Pierre Philippeaux se veut le Défenseur de la Vérité ou l’Ami du genre humain. Les quelques numéros conservés de l’année 1792, avant la réunion de la Convention, révèlent la primeur du commentaire politique auquel les trois-quarts des pages sont consacrées, sur l’information nationale ou locale. C’est « un cours d’instruction » qu’il propose en expliquant, chaque jeudi, dans un cahier de huit pages in 8°, la portée et le sens des événements écoulés. L’engagement militant est clairement affiché dès le premier numéro où il invite « les hommes libres », débarrassés des chaînes de l’Ancien Régime, à défendre, pique à la main, les conquêtes de la Révolution. Son analyse des événements du 20 juin où il dénonçait les intentions perfides du roi et les manœuvres de la Cour lui valut, ainsi, une comparution en justice à la demande du ministre de la Justice. Un juge de paix manceau se contenta d’enregistrer la brillante plaidoirie du juge du district, basée sur l’article 10 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. L’affaire, évidemment close par le 10 août, n’empêcha pas le journaliste de revenir alors sur « la scène scandaleuse du 20 juin où Louis XVI embrassant le peuple lui préparait le même sort que Charles IX à l’amiral Coligny »34. Incontestablement, Le Défenseur de la Vérité exprime les idées les plus radicales en province à cette époque. Son éditorial du 6 septembre est consacré à valoriser l’action des Jacobins dans le contexte électoral en les opposant aux partisans de l’Ancien Régime et aux modérés « qui veulent la constitution pourvu que les riches propriétaires soient mis à la place de l’ancienne noblesse ». Élu à la présidence de l’assemblée électorale du département, dont les séances commençaient à six heures du matin et se terminaient à dix heures du soir, Philippeaux ne put sortir son numéro suivant que le 13 septembre. L’heureux élu à la Convention annonce à ses lecteurs qu’il les dédommage avec ce numéro double auquel il a travaillé pendant deux nuits et, aussi, qu’il a l’intention de continuer à Paris : « S’il m’est impossible d’y travailler le jour, j’y consacrerais quelques heures de la nuit pour concilier ce que je dois à la nation, comme député, avec le vœu que mon cœur a formé de ne quitter la plume littéraire que lorsque les lumières auront vivifié les campagnes, qu’il existera un club d’instruction dans chaque village et que les bons cultivateurs cesseront d’être dépendants des hommes plus instruits dont ils sont tributaires ».

95Il ne lui fallut que trois semaines pour trouver un nouvel éditeur dans la capitale. En quittant Le Mans, il laissait à Monnoyer « le bénéfice éventuel du journal » et, surtout, la tâche de recevoir les abonnements. L’hebdomadaire qui parait régulièrement le samedi chez Chaudé à Paris a doublé le nombre de ses pages et son tarif d’abonnement. Toutefois, la lettre du député sarthois coûte quatre fois moins cher à ses commettants que celle de son collègue du Calvados Claude Fauchet. Membre assidu et actif de la Convention, le nouveau représentant du peuple consacre l’essentiel de ses pages au compte-rendu de ses séances qu’il rédige parfois sur place.

96En arrivant à Paris, le clubiste manceau n’est pas allé aussitôt s’inscrire aux Jacobins comme son collègue Levasseur dont il partage, d’ailleurs, les mêmes préventions à l’égard de Marat. « Ne voulant faire de cour à personne », le député-journaliste se définit, en janvier 1793, comme « neutre et observateur impassible au milieu de cette tourmente ». C’est progressivement que « l’ami du genre humain » est amené à prendre position, en prenant pour seule boussole sa conscience. Répugnant à donner une version partisane des séances de la Convention, « le défenseur de la vérité » a toutefois une mission à remplir : le procès du roi est l’époque où Philippeaux choisit son camp. Après avoir soutenu l’appel au peuple, il note le 5 janvier : « Le fiel que Vergniaud et Gensonné ont distillé dans leurs discours sur Louis XVI a été plus nuisible que favorable au système qu’ils voulaient défendre ». Le 19, il déplore l’obstruction systématique de Buzot et de ses amis et dénonce « leur mauvaise foi » : « Il paraissait étrange que ces personnages prétendissent n’être pas libres, alors qu’ils avaient abusé, jusqu’à la fureur, de la liberté non seulement d’opiner mais de calomnier et d’outrager sans cesse ceux qu’ils affectaient de redouter ».

97L’image qu’il donne de la Convention, par la bonne couverture des travaux constitutionnels et des délibérations législatives, est celle d’un digne aréopage où travaille quotidiennement une représentation exceptionnelle de talents et de vertus. Ce ne sont pas les tribunes qui pertubent les séances mais « les hommes d’État » ou « les amis des lois » dont certains sont de véritables « factieux ». Contre « les journalistes du parti » qui sont chargés de peindre un Paris aux couleurs lugubres, le jeune député provincial de 37 ans s’insurge tout autant. Il n’a de cesse de réfuter les calomnies « des gens riches » contre « les hommes laborieux et voisins de l’indigence », des « honnêtes gens » contre « les braves sans-culottes ». Le discours social qu’il tenait dès 1789 et qu’il retrouve dans le Paris révolutionnaire l’attache désormais à la cause montagnarde, partagée par la majorité de la délégation sarthoise à la Convention. Ainsi, il analyse et combat les arguments des Girondins et non leur personne, dans tous les numéros de juin 1793 au détriment de toute autre nouvelle jusqu’à la publication, le 29, de la nouvelle constitution.

  • 35 Dans son numéro 33, Philippeaux répond au curé constitutionnel qui lui reprocha au club son « lang (...)

98Envoyé en mission dans les départements du Centre et de l’Ouest, où il joue notamment un rôle de conciliateur au Mans le 1er juillet entre les autorités départementales et les clubistes, Philippeaux continue néanmoins de faire paraître régulièrement son journal. Pendant tout l’été 1793, il arrive, on ne sait trop comment, à communiquer son éditorial hebdomadaire à son éditeur parisien qui publie également les rapports et décrets du gouvernement. Dans son premier numéro, l’éditorialiste annonçait un texte essentiel pour lui dans le contexte politique de l’Ouest, que le représentant en mission réédite alors à Nantes : son Catéchisme moral et religieux que Saint-Just jugera « ridicule » dans son rapport du 11 germinal. Son déisme n’était pas non plus du goût des prêtres constitutionnels de la société populaire mancelle car ses attaques anticléricales, même ciblées sur le pape et les prêtres imposteurs, ne les épargnaient guère. Par ailleurs, son retour au texte biblique s’apparentait davantage au protestantisme et sa présentation de Jésus-Christ, premier militant des droits de l’homme, annonçait le culte du « sans-culotte Jésus »35.

  • 36 Le Bulletin du département de la Sarthe a dû paraître à partir de mars 1793 et de manière irréguli (...)
  • 37 Sa veuve publiera, l’année suivante, la Réponse de Philippeaux à tous les défenseurs officieux des (...)

99Alors que le public sarthois n’a plus d’autre alternative que la lecture du Bulletin du département de la Sarthe, c’est-à-dire les proclamations de l’administration départementale relatives à l’organisation de la défense républicaine contre l’armée catholique et royale36, et la feuille du Montagnard qui paraît jusqu’à la fin-novembre, celle-ci se dote alors d’une nouvelle rubrique qui va briser la carrière et la vie de Pierre Philippeaux : son compte-rendu de mission sur le front vendéen. Après la parution de son compte-rendu officiel à la Convention, Le Défenseur de la Vérité publie les notes du correspondant de guerre à partir du 24 août. Le journaliste livre ainsi les impressions et analyses du député en mission sur les échecs et carences de l’armée républicaine. D’emblée, il dénonce le général Ronsin et « sa cour nombreuse d’épauletiers qui environnent son petit trône » avec ces « généraux de fraîche date, se vautrant avec dix ou douze comédiennes ». Pendant un trimestre, il ne cesse de s’indigner de « la Cour de Saumur » et de critiquer le commandement militaire et le gouvernement. Toutefois, dans son dernier numéro, il laisse sa tribune à Robespierre en publiant son rapport du 27 brumaire. Son combat journalistique, qu’il n’avait pourtant pas l’intention d’abandonner, se poursuit ensuite à la tribune de la Convention où il tente de faire la lumière sur les raisons de l’interminable guerre de Vendée qui ne sont pas imputables, selon lui, au seul rapport de forces entre l’armée et la guérilla. On a beaucoup retourné alors contre le journaliste-député l’argument qu’il avait utilisé contre les Girondins un an plus tôt : « Le législateur doit sacrifier tout sentiment de vanité ou d’amour-propre au salut public ». Critiqué à Paris tant par ses collègues que par les porte-parole de l’armée révolutionnaire, Philippeaux choisit en germinal an II de sacrifier sa vie pour la défense d’une vérité37.

***

100Si la presse jacobine est fondamentalement marquée par les conditions locales de la production, elle n’évolue pas de manière autonome dans le champ politique. La formation d’un milieu culturel, de consommateurs et de producteurs, est l’autre donnée décisive pour faire émerger des porte-parole journalistiques. C’est, en effet, au club que se forment le goût et l’ambition de rédiger un journal, que se rencontrent imprimeurs et gens de plumes, que se décide la création d’un organe de presse. L’histoire de la presse révolutionnaire et celle de l’association politique ne sont pas dissociables : l’autonomisation d’un de ces champs d’études est préjudiciable à la compréhension de la révolution culturelle. La sociabilité révolutionnaire est le produit d’un double héritage : oral, c’est celui du forum antique ; écrit, c’est celui de la république des lettres - qui se manifeste dans la publicité des séances et la diffusion des imprimés.

101L’expression d’une opinion journalistique est le produit complexe de plusieurs facteurs. La maturation d’un mouvement politique national qui, au printemps 1792, veut affirmer son existence autonome en consacrant, notamment, par le compte-rendu des séances du club la réalité d’un nouvel espace public est, sans nul doute, le principe commun à la création des journaux jacobins. Mais les prises de position sont également dépendantes du contexte local : rédacteurs et imprimeurs entretiennent des relations complexes avec le public des lecteurs qui ne se réduit pas à celui des abonnés.

102Le journal est une marchandise dont le produit peut être désavoué par les lecteurs : le non-renouvellement des abonnements cause la disparition du Courrier Patriote de la Sarthe dans le contexte de la guerre de Vendée ; mais, par ailleurs, l’insuffisance du nombre de souscripteurs n’empêche pas la parution du Journal des Amis de Fauchet. Le journal est, aussi, un lieu de consécration d’une opinion qui suscite une lutte politique : l’activisme des lecteurs manceaux a contribué à ruiner la carrière du Journal Général de la Sarthe dont la légitimité à dire vrai est contestée.

103Le soutien d’un groupe politique organisé est vital dans ces années militantes et explique l’hégémonie culturelle du jacobinisme. Toutefois, celle-ci n’est pas monolithique : elle est l’expression d’un corps social extrêmement diversifié d’un club à l’autre. La reproduction culturelle de formes d’expression dominante s’opère dans une grande diversité en 1792. L’orthodoxie de la feuille de Cherbourg - diffusion du message éclairé vers les campagnes et conservatisme social - contraste avec l’avant-gardisme du journal caennais dans son anticléricalisme militant ou des feuilles mancelles dans leur radicalisme social et politique. Les positions hétérodoxes sont plus faciles à occuper dans les milieux culturels plus riches d’expériences tant culturelles que politiques. Ainsi, peut être mieux comprise l’indépendance d’opinions manifestée par le Courrier du Calvados sur la question religieuse qui, dans les sociétés populaires où figurent nombre de prêtres jureurs, est l’objet de mesures conciliatrices. Toutefois, un franc-tireur comme Couesnon-Pellerin à L’Aigle peut apporter sa propre représentation du monde vécu parmi les dominés, sans être disqualifié par le contrôle social qui pèse plus lourdement dans les villes culturelles.

104La crise de la représentation politique qui, en 1793, affecte fortement le mouvement jacobin oblige à une redéfinition du rôle de la presse. L’enjeu de la communication politique se resserre autour de la lutte pour consacrer la légitimité d’un discours révolutionnaire, passe désormais par la conquête de l’opinion clubiste et contraint les journalistes à prendre position. Ceux-ci, progirondins dans le Calvados et promontagnards dans la Sarthe, sont dans la Mayenne partagés et vivent la contradiction au sein même de l’équipe rédactionnelle. La contestation de l’ordre du discours girondin impose une rupture d’autant plus nette qu’elle est difficile : Le Patriote de la Mayenne, diffusant l’image du Paris-septembriseur et du Marat-terroriste, devient en avril 1793 Le Sans-Culotte de la Mayenne, favorable à l’Ami du peuple et propagandiste des œuvres de Robespierre. La marginalisation de leur parole dans le club de Laval pousse les rédacteurs à occuper une position d’avant-garde et à gauchir le discours unitaire du jacobinisme. Porte-parole des sans-voix qui n’ont rien obtenu après cinq ans de révolution et ne peuvent pas plus payer les frais d’abonnement au journal que de cotisation à la société, ils cherchent à asseoir leur légitimité sur ces nouvelles catégories sociales qui sont dans les tribunes en discréditant « les gros riches ».

105Le sans-culottisme lavallois du printemps 1793 est une réponse politique, fondée sur un projet de révolution sociale, à la crise de la République. Son idéologie ne le différencie pas du jacobinisme : le gauchissement du discours jacobin répond à la radicalisation du mouvement révolutionnaire. Les sources philosophiques restent les mêmes : Rousseau, bien-sûr, mais aussi Mably et, à l’occasion, Montesquieu. Les circonstances locales - la Vendée toute proche - expliquent également, et plus encore dans la Sarthe que dans la Mayenne, la réussite provinciale de la greffe sans-culotte : l’idéologie populiste qui régénère discours et pratique politique apparaît comme la seule solution pour défendre les conquêtes de la Révolution.

  • 38 H. de Balzac, Les journalistes (1843), rééd. Paris, 1991.

106Tandis que le journalisme jacobin de l’ancienne province du Maine capte à son profit une vision contestataire de l’ordre social, qui ne se réduit pas à la transmission d’une mode parisienne en province, de nouveaux éditeurs font leur apparition et contribuent à diversifier le journalisme en 1793. La quête de la légitimité politique tout autant que la propagande auprès de la population favorisent la multiplication des journaux et les types de publicistes : apparaissent ainsi le journaliste-député, le journaliste-fonctionnaire, le journaliste de l’armée qui, après le journaliste du club, échapperont à la plume sarcastique de Balzac38.

107Le silence provincial de la presse en l’an II interroge l’historien du mouvement social car la contradiction entre l’essor du mouvement associatif et le déclin de la presse n’est pas facile à résoudre. Nombre de ceux qui ont pris la plume ont disparu : soit ils ont été guillotinés, soit ils ont été tués sur le champ de bataille par les Vendéens, soit on perd leur trace. La majorité d’entre-eux s’est reconvertie dans la fonction publique : les missionnaires-patriotes sont devenus les cadres de la République jacobine. Mais il n’y a pas de nouveaux journalistes. Dans la Sarthe, ce n’est pas le gouvernement de salut public qui impose la censure sur la presse : c’est le public qui, antérieurement à sa mise en place, a exigé des faits, non des discours. Le discrédit de la presse locale dans ses luttes partisanes est un constat au même titre que l’orthodoxie de pensée imposée dans le Calvados. Incontestablement dans l’Ouest, les luttes fratricides de la Convention en 1793 ont discrédité autant le contre-pouvoir politique de la presse que celui des clubs. La pluralité des opinions y a été combattue à la fois dans le discours girondin qui réclamait l’expulsion des anarchistes de la Convention et déniait à Marat la liberté d’expression et, aussi, dans le discours jacobin qui n’a cessé de prêcher l’unité nationale et fait désormais de la Convention, malgré son décri, son seul point de ralliement. Avant de parler de rupture dans le processus d’autonomisation du mouvement associatif, il convient d’examiner le fonctionnement de l’association dans son espace social.

Notes

1 Godechot (194) p 501-517.

2 Ces imprimeurs sont : Malassis fils, Vve Malassis aîné, Malassis-Cussonière, Jouenne fils (Alençon), Le Court (Avranches), Vve Nicolle (Bayeux), Philippe frères (Bernay), Lacroix, Thubeuf (Bourth), Le Roy, Poisson, Chalopin, Robillard, Boullay-Malassis (Caen) Clamorgam, Giguet (Cherbourg), Joubert, Agnès (Coutances), Dariot (Domfront), Ancelle, Chaumont frères, Lalande, Lanoë, Magner, Touquet (Evreux), Bouquet (Falaise), Vasse (Honfleur), Coesnon-Pellerin, Glaçon (L’Aigle), La Fosse (La Flèche), Dariot, Faur (Laval), Monnoyer, Pivron, Bazin, Maudet, Toulippe, Bouquin, Merruau (Le Mans), Delaunay (Lisieux), Boulanger (Mamers), Marre (Mortagne), Dauge (Pont-l’Evêque), Gomont (Saint-Lô), Société typographique (Vire). Voir Veuclin (298) pour les imprimeries citées de Gisors et Les Andelys.

3 A.N. T 1495 A et B.

4 Voir Gough (195).

5 ADM. L 1861. Interrogatoire de Michel Faur, le 25 frimaire an III.

6 Lefebvre (272) p 98.

7 AN. W 42/2865.

8 A la différence, sans doute, du Midi. Voir J. Guilhaumou, Marseille républicaine (1791-93), Paris, 1992, p 41-89.

9 La confrontation publique entre royalistes et patriotes, le 5 novembre 1791, aboutit à « l’affaire des 84 », arrêtés par la garde natinale de Caen, emprisonnés au château pour complots contre-révolutionnaires et libérés en février l792 sur ordre de l’Assemblée Législative. Le 23 janvier 1792, c’est la composition du juré du tribunal criminel qui soulève le club contre le directoire départemental, accusé de donner une écrasante majorité aux « aristocrates ».

10 Caron (80), t 2, p 20.

11 AN. 140 AP 1 (Archives privées de Jubé de la pérelle) et F1bI 174 (7) pour son dossier préfectoral.

12 BN. 8°Lb 39/10567. Aux Habitants du district de Cherbourg. Premier Entretien Patriotique (6 mai 1792). L’hebdomadaire de Jubé, dont la souscription est de 6L/an est composé d’environ 8000 signes. A titre de comparaison, Le Courrier Patriote de la Sarthe est composé de 20. 000 signes pour une souscription annuelle identique.

13 Rédacteur de L’Ami de la Patrie, quotidien de germinal an IV à sa suppression, le journaliste néojacobin est présenté comme « un républicain franc et désintéressé » et comme « un homme pressé par la misère » dans les rapports de police. Subventionné après le 18 fructidor par le Directoire exécutif, le journal est d’abord suspendu pour avoir dénoncé « les fils de famille » qui siègent au Conseil des Anciens et « la poignée de perpétuels qui regardent la République comme leur domaine bientôt héréditaire », puis supprimé par le gouvernement en germinal an VI. Coesnon-Pellerin sort également de ses presses, rue St-Nicaise, La Résurrection du Véritable Père Duchesne, Foutre !, à partir de pluviôse an V, trois fois par décade pendant un trimestre, dans lequel est dénoncé le procès de Babeuf. Le titre sera repris en l’an VI. Voir Mathiez (208) et Woloch (129) p 291.

14 ADO. L 2775 et 5111. La brochure de la société thermidorienne servira à un journaliste du siècle dernier, A. Almagro, pour rédiger un feuilleton sur le journalisme à Laigle dans Le Glaneur de l’Orne et l’Eure, du 15 juillet au 21 octobre 1877.

15 AN F7/3450. Voir La Renommée de Mortagne du 11 ventôse an V. Cet article entraînera un procès en diffamation dans lequel le défenseur officieux de Coesnon-Pellerin sera le commissaire du Directoire exécutif de Mortagne, déplorant « l’esprit de fanatisme » de ce journal.

16 Reinhard (261) p 491. Voir aussi ADS. L 134, L 270 et, pour leur carrière professorale, Tl/2 et T47/1.

17 J.R. Pesche, Biographie... du département de la Sarthe (S’arrête à Bro), Paris, 1828, ainsi que son Dictionnaire... de la province et diocèse du Mans, 1829-1842, t. 1, p CCCII. Desportes, Bibliographie du Maine, Le Mans, 1844, Edom, « Notice sur la vie et les écrits de M. Boyer », BSASAS, 1860. M. Vanmackelberg « M. Boyer et la baronne Dudevant (1789-1841) Province du Maine, jan. 1984.

18 Le Courrier Patriote, n° 13, 29 avril 1792, p 105.

19 Abbé Angot, Dictionnaire... de la Mayenne, Laval, 1902.

20 BN. Lb51/325. R.F.Bescher, Le Patriote de 1789, Paris 1830.

21 Dans son numéro du 16 juin 1792, le journal donne le texte de la pétition présentée au district d’Evron par un ecclésiastique au nom de 8 à 9 000 hommes armés, exigeant le remplacement des prêtres « intrus » et la suppression des clubs jacobins.

22 Si on n’a pas trouvé trace du Bulletin de l’Eure, il ne subsiste qu’un exemplaire du Journal du département de la Manche, imprimé à Coutances par Joubert, à partir de janvier 1793. Le deuxième numéro ne contient pas d’allusion à la situation conflictuelle des républicains au pouvoir et renvoie à ses lecteurs l’image du consensus politique sur les grands principes de la Révolution.

23 Toutefois, Alençon qui publiait les Affiches du Perche en 1788 perd son monopole éditorial dans l’Orne et s’efface, même, dès 1792 au profit de L’Aigle, puis de Mortagne.

24 Le journal d’Affiches, annonces et avis divers de Basse-Normandie (jan 1786-Nov 1793), après avoir fait cause commune avec tous les autres titres de presse et annoncé, le 15 juin, qu’il ne rendrait compte désormais des débats législatifs que sous la rubrique « la soi-disant Convention nationale », avait prudemment annoncé, après la défaite militaire de Pacy-sur-Eure, un changement rédactionnel et s’était rallié, dès le 25 juillet, à la nouvelle ligne officielle en s’intitulant Echo politique, annonces et avis divers du département du Calvados (nov 1793-juil 1796).

25 En 1792, Le Courrier du Calvados consacre 7 % de sa surface au pouvoir central, 6 % aux pouvoirs locaux, 1 % au club, 21 % aux nouvelles nationales, 16 % aux nouvelles locales, 11 % à la correspondance et 38 % à son commentaire de l’actualité.

26 Le 13 mai, c’est la description de Bayeux : « Autrefois, elle était l’étable d’une centaine de porcs, appelés chanoines ; aujourd’hui, elle est devenue le repaire de singes de toutes sortes. Ces animaux sont connus sous le nom de réfractaires ». Le 27 mai, il est question de « ces cadavres pourris, revêtus d’une soutane » ou encore de « ces hommes noirs à rabats qu’il faut enchaîner comme des dogues enragés ».

27 Le Journal des Amis, n°12, p 543.

28 idem, n° 10, p 455.

29 idem, n° 7, p 295.

30 Bulletin des Autorités constituées réunies à Caen, éd. Ch. Renard, Caen, 1875.

31 Voir Martin (207) et Lavalley (291).

32 Philippeaux, Moyen de faire cesser la misère du peuple, d’assurer son bonheur et de remédier, pour toujours aux brigandages et à la mendicité qui désolent la France, Le Mans 1789.

33 Voir Mautouchet (249, 250), Peyrard (258).

34 Le Défenseur de la Vérité, n° 30, 23 août an IV de la Liberté.

35 Dans son numéro 33, Philippeaux répond au curé constitutionnel qui lui reprocha au club son « langage hétérodoxe et hérétique » et à la campagne menée contre lui par les prêtres électeurs : « Il est vrai que je n’aime pas beaucoup les prêtres parce qu’ils ont toujours fait du mal aux hommes. Jésus-Christ ne les aimait pas non plus, lui qui était venu pour les détruire et qu’ils ont immolé à leur vengeance en le crucifiant. L’amour de Dieu et des prêtres sont deux choses inconciliables ». Si le président de l’assemblée électorale de septembre 1792 a été flatté d’annoncer à l’abbé Sieyès le choix des électeurs sarthois, dans le numéro du 9 mars 1794, le conventionnel critiqua violemment le mandement épiscopal de Claude Fauchet « où il anathémise tout prêtre qui aura la probité de s’unir à une honnête femme, au lieu d’aller porter la corruption et le désordre dans les ménages d’autrui ».

36 Le Bulletin du département de la Sarthe a dû paraître à partir de mars 1793 et de manière irrégulière jusqu’en frimaire an II, c’est-à-dire durant la période de mobilisation des Sarthois pour la défense républicaine contre l’Armée catholique et royale. Les seuls numéros conservés ont trait à la guerre de Vendée, avant comme après le renouvellement des autorités départementales.

37 Sa veuve publiera, l’année suivante, la Réponse de Philippeaux à tous les défenseurs officieux des bourreaux de nos frères de la Vendée, c’est-à-dire le dernier texte d’un journaliste républicain.

38 H. de Balzac, Les journalistes (1843), rééd. Paris, 1991.

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540