Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Jacobins de l’Ouest

 | 
Christine Peyrard

Troisième partie. Jacobinisme et mouvement révolutionnaire urbain

Chapitre dixième. Le fédéralisme en Normandie

Texte intégral

1Avec une ampleur beaucoup plus grande que pendant la crise feuillante, des opinions contradictoires s’affrontent dans le champ politique. Comprendre le fédéralisme comme un mouvement d’opinion implique une analyse critique du jacobinisme car la récupération royaliste de l’insurrection, dans certains sites stratégiques, ne doit pas obscurcir le sens de l’événement : la contestation provinciale de l’hégémonie parisienne s’est déroulée dans les sociétés populaires avant que les conseils généraux de département ne lui offrent un cadre de légitimation.

Y-a-t-il une généalogie du fédéralisme normand ?

2L’insurrection du printemps 1793 dans les départements normands s’explique-t-elle par une tendance régionaliste, une pensée ou une pratique fédérative, une option politique différente de la capitale, bref, une autre conception du mouvement révolutionnaire ?

  • 1 Wallon (127) ; L. Dubreuil, « L’idée régionaliste sous la Révolution », Annales révolutionnaires, (...)
  • 2 M. Ozouf, « Fédéralisme » (89), p. 85-95.
  • 3 A.D.O. L 5095. Registre des Amis Réunis d’Alençon. La motion, toujours ajournée, a été proposé par (...)

3L’idée d’un régionalisme vivant à la fin du xviiième siècle a toujours été avancée dans l’historiographie pour expliquer la géographie d’une insurrection qui embrase les provinces à la périphérie de la France1. Mais, à la suite de M. Ozouf, nous ne pouvons que souligner ses faibles traces archivistiques2. L’allusion aux « fiers Normands » que l’on peut rechercher patiemment n’est qu’une figure de rhétorique utilisée, d’ailleurs, par des représentants en mission pour stimuler l’enrôlement des volontaires alors que, d’emblée, s’impose le sentiment national dans tout le mouvement associatif, révélé notamment par les relations épistolaires des clubs. La guerre patriotique ne pouvait que développer son importance avec le départ de nombreux adhérents dont les lettres du front enflamment l’auditoire et avec le passage des soldats-citoyens de toutes les provinces. La société d’Alençon reçoit ainsi des membres d’une douzaine de bataillons passant dans la ville de mars à août 1792 et conçoit l’idée « d’élever sur la place d’armes de cette ville une pyramide sur laquelle seraient gravés les noms des volontaires-citoyens de notre ville qui seraient morts pour la défense de la patrie »3.

LA CORRESPONDANCE DE LA SOCIÉTÉ DE CHERBOURG

LA CORRESPONDANCE DE LA SOCIÉTÉ DE CHERBOURG

4Aussi, les principes d’unité et d’indivisibilité, proclamés par la République, faisaient déjà largement partie des idées reçues dans les clubs. La seule idéologie, comme pensée claire, est l’idéologie nationale. Encore faut-il l’entendre dans une acception non xénophobe car la correspondance avec les clubs anglais est très répandue en Normandie. A Cherbourg, par exemple, il ne se passe pas de mois, du moins jusqu’à la déclaration de guerre, sans qu’un Anglais fraîchement débarqué soit reçu dans la société ou sans correspondance avec le club de Londres, même si ce courrier ne représente qu’1 % du volume global en 1791 et 3 % en 1792. Dans cet échange d’un millier de lettres de 1790 à l’an III avec les autres sociétés, 1793 n’est qu’une année ordinaire à Cherbourg. La grande année épistolaire a été 1791 où le club reçut plus de trois-cents lettres alors qu’il n’en enregistra que la moitié dans les années suivantes. La rupture avec les Jacobins en 1793 n’apparait que comme une péripétie dans un mouvement de longue durée où la part de la société-mère, initiatrice en 1790 (28 %), diminue progressivement au fil des ans jusqu’en l’an II (2 %) avant de disparaître logiquement l’année suivante. Si la régénération de la société, sous la République jacobine, n’entraîne aucune hégémonie parisienne dans la correspondance de la société populaire de Cherbourg, les échanges grandissent avec tous les clubs qui se multiplient alors dans le département.

5La géographie épistolaire du club normand valorise, dès 1791, la périphérie de la France. Les grandes villes ne sont pas les mieux représentées : le courrier de Lyon est moindre que celui de Châlon-sur-Saône, celui de Rennes ou Nantes moindre que celui de Brest ou Lorient. La carte des clubs affiliés à Cherbourg est, bien sûr, celle des ports mais, dès 1792, Toulouse, Strasbourg et le réseau bourguignon contrebalancent la prépondérance maritime dans ce réseau épistolaire tandis que le comité de correspondance de Bordeaux concurrence celui de Paris. Dans les circonstances de 1793, les relations avec les clubs régionaux passent de 10 à 15 % même si Caen s’efface alors au profit de Bayeux et d’Honfleur ; Paris disparait au profit de Bordeaux, mais Toulouse maintient son influence comme, d’ailleurs, Marseille. En l’an II, la guerre favorise le renforcement des relations avec tous les ports, particulièrement, ceux des côtes de la Manche et développe l’intérêt pour les villes frontalières du Nord et de l’Est. La France de l’intérieur, curieusement, en l’an III est prédominante : c’est, déjà, une autre époque, celle des bastions jacobins bourguignon et toulousain. La vision manichéenne d’un jacobinisme centralisateur, préfigurant les totalitarismes à venir, est tout autant anachronique que l’idée régionaliste. Le fait majeur, à toutes les années, est la correspondance nationale.

  • 4 Voir A.M.Duport, « Les Congrès des sociétés populaires et la question du pouvoir exécutif révoluti (...)

6C’est à H. Chobaut, archiviste méridional, que revient le mérite d’avoir su dépasser les débats, sans grande portée, sur un mouvement sans idéologie fédéraliste ni sentiment régionaliste, pour mettre l’accent sur un sujet plus prometteur : l’organisation fédérative des sociétés politiques, antérieure au printemps 1793. Sous un titre sainement provocateur, des recherches récentes ont renouvelé cette approche de la diversité des formes de la politisation provinciale4.

  • 5 Voir M. Dorigny, « Les congrès des sociétés populaires de 1792 en Bourgogne » (86), p. 91-113.

7L’initiative politique d’une fédération clubiste, prise par des militants méridionaux de base, sous l’impulsion vraisemblable du ministère « rolandin »5, était connue dans les sociétés de l’Ouest comme à Alençon ou à Cherbourg, au cours de l’été 1792 sans entraîner ailleurs que dans celle des Amis de la Constitution de Caen le désir de la suivre. Le club de Honfleur reçut, ainsi, le 24 juillet son invitation à former un comité central des clubs du Calvados afin « d’établir entre les sociétés un accord plus parfait et, surtout, de mettre plus d’uniformité dans les demandes qu’il conviendra de faire au Corps législatif ». Mais sous l’influence d’un des dirigeants du club, Louis Taveau, la question fut ajournée et ne se reposa pas. Les registres de délibérations de Falaise et de Lisieux, comme la presse départementale, ne font pas mention de ce Comité central des sociétés populaires à Caen qui, vraisemblablement, ne s’est pas réuni.

8En confirmant l’absence du grand Ouest de la cartographie des congrès des clubs, il est important de constater que la propagande « brissotine » en faveur de cette structure fédérative du jacobinisme provincial, telle que M. Dorigny l’a définie, n’eut pas de succès dans ces départements qui fourniront un grand nombre de députés girondins.

Les clubs normands et la chute de la monarchie

9Ce légalisme des sociétés normandes traduirait-il un devoir de réserve devant la représentation nationale, seule à être légitimée par le suffrage, et une méfiance devant les options de plus en plus radicales du mouvement révolutionnaire et, particulièrement, celui de la capitale ?

  • 6 A.N. Comité des Pétitions. Calvados DXL 1 (13), 5 (13), 7 (13). Eure DXL 2 (26), 9 (26). Manche DX (...)

10La propagande en faveur des sociétés populaires, sous l’influence du ministère rolandin, au printemps 1792 ne semble guère donner de résultats. Confrontés au premier mouvement taxateur, les clubs aux options politiques aussi différentes le printemps suivant que Bernay ou Le Mans et Lisieux ou Argentan condamnent d’une même voix l’insurrection populaire. Ce décalage entre les aspirations des taxateurs et le comportement légaliste des Amis de la Constitution peut expliquer le peu de succès des associations patriotiques dans les campagnes et les plaintes répétées sur le petit nombre des présents aux séances publiques dans la plupart des sociétés. Pourtant, les pétitions adressées au pouvoir législatif dans les mois qui précèdent la chute de la monarchie montrent la détermination des clubs constitués6.

  • 7 A.N. DXL 15 (71).
  • 8 A.N. DXL 12 (48).
  • 9 A.N. DXL 14 (59).

11Une quarantaine d’adresses, signées individuellement par les citoyens d’une vingtaine de communes pour éluder l’interdiction des pétitions en nom collectif, traduisent le cheminement de la conscience politique depuis la fuite à Varennes : le citoyen-clubiste ne se contente plus d’approuver la représentation nationale et de saluer ses grandes lois fondatrices, mais donne désormais son opinion sur la marche de la Révolution. A une exception près, celle de Bayeux où 400 citoyens condamnent la journée du 20 juin 1792, toutes les adresses collectives interviennent dans le même sens que le mouvement populaire parisien. Le club sarthois de Château-du-Loir, dans le district le plus constitutionnel de l’Ouest, n’a pas attendu le renvoi des ministres jacobins (le 12 juin) et les menaces de La Fayette contre les sociétés populaires pour protester contre l’utilisation du veto royal. Dès le 15 janvier, les quelques 80 clubistes s’indignaient de l’opposition du pouvoir exécutif au décret sur les prêtres réfractaires. Dans une adresse reçue le 8 juillet, ils appellent les législateurs à « frapper un grand coup » car « le moment est venu qu’un exemple frappant apprenne à respecter dans un peuple souverain la volonté générale bien manifestée ». La veille, le club du chef-lieu du département avait posé le même ultimatum aux députés : « Il est temps de déclarer que la Patrie est en danger et le salut du Peuple la suprême loi »7. De même, une centaine de citoyens de Valognes (Manche) réclament, le 27 juin, l’abdication du roi après avoir proclamé que « la souveraineté est une et appartient à la Nation »8. Tout aussi explicitement, les 185 signatures réunies par le club de Mortagne (Orne) le 12 juillet assurent « qu’un peuple qui a juré de vivre libre ne doit rien craindre de la rage désespérée du tyran » et que « jamais l’Assemblée nationale ne trouvera une plus belle occasion » qu’avec « l’approche des Fédérés »9.

12Ainsi, la révolution du 10 août a été clairement souhaitée par des petits clubs de province et applaudie dans tous les clubs normands dont on possède les registres de délibérations. Mais c’est incontestablement le Calvados qui offre la plus large mobilisation populaire d’abord, parce qu’une dizaine de sociétés populaires prennent la parole ; ensuite, parce que le nombre de signataires dépasse le nombre des clubistes, enfin, parce que les sections deviennent un lieu de politisation de masse.

  • 10 A.N. DXL 14 (59). La pétition de Falaise a été classée avec celles du département de l’Orne.

13Le flot de pétitions débute le 21 juin par celle du petit club de Moyaux qui accuse le Comité autrichien de tromper le roi. Le lendemain, 900 citoyens de Caen condamnent le renvoi des ministres, sur lequel la municipalité s’était déjà prononcée deux jours auparavant. Le 23, la pétition de Falaise qui recueille 411 signatures, réclame l’abolition du veto et la réintégration « illico des ministres qui avaient la confiance de la nation », accuse « le roi des Français de faire un mauvais usage de la pension énorme que lui a accordée la générosité du peuple français » et donne pour finir ce conseil aux députés : « Si vous pensez que la constitution vous lie les mains à cet égard, convoquez le peuple en assemblées primaires et vous verrez, par ses réponses énergiques, qu’il n’a pas oublié qu’il est le souverain »10. Le lendemain, 150 citoyens de Honfleur se prononcent également contre le veto et le renvoi des ministres. Tandis que le département du Calvados condamne la journée du 20 juin, en suivant la prise de position des citoyens de Bayeux, 60 clubistes de Vire rédigent, le 1er juillet, un manifeste en faveur des sociétés populaires.

  • 11 Sauf mentions contraires, les pétitions du Calvados se trouvent dans le carton DXL 7 (13).
  • 12 A.N. DXL 5 (13).
  • 13 Les registres de délibérations conservées pour la période du printemps 1792 au printemps 1793 sont (...)

14En juillet, le mouvement protestataire durcit ses positions. Ce sont « 50 citoyens libres du canton de Moyaux » qui critiquent, le 10, « une administration départementale gangrenée », le rôle peu glorieux de La Fayette et « un roi parjure ». En constatant que « la défense de la patrie est confiée à ses ennemis et celle de la constitution à des conspirateurs », ils réclament la proclamation de la patrie en danger11. Le 16, 130 citoyens de Honfleur demandent la suspension du pouvoir exécutif. Ce sont 1 600 Caennais qui signent la pétition du 21 juillet contre le roi et « le général traître » et invitent les législateurs à ne pas attendre « qu’on vienne jusque dans nos bras égorger nos femmes et nos enfants ». Le lendemain, au nom de « la souveraineté du peuple », 50 citoyens des cantons de Cambremer, Beaumont, Beuvron et Bonnebosq condamnent « la volonté arbitraire d’un seul ». Puis, 339 citoyens de Condé-sur-Noireau, assemblés dans les sections le 29, exigent la destitution de Louis XVI ; 250 citoyens de la première section de Falaise demandent le 31 la convocation des sections et la déchéance du pouvoir exécutif en condamnant « un roi traître et parjure » ; le 4 août, les cinq sections réunies à Caen se prononcent pour la déchéance du roi et sont suivies, le 9, par les citoyens de St-Pierre-sur-Dives. Enfin, tandis que la société populaire de Honfleur organise spontanément une cérémonie civique et religieuse « en mémoire de nos frères morts au Champ d’Honneur » et décerne, en présence de toutes les autorités constituées, les honneurs funèbres aux « braves Parisiens et à tous les braves fédérés tombés le 10 du mois en défendant la cause de la liberté », il revient aux 54 citoyens de Moyaux de conclure le 19 août : « Louis XVI a creusé le tombeau des rois : c’est le seul bien qu’il ait fait au genre humain »12. C’est, donc, dans une parfaite union avec le mouvement révolutionnaire parisien, auquel les Calvadossiens empruntent l’utilisation des sections comme tribunes politiques, que l’avènement de la République est vécu, puis fêté dans les clubs normands13.

  • 14 La première autodéfinition jacobine que l’on rencontre dans les clubs remonte en juin 1792 sous la (...)

15Le changement de régime politique n’a pas conduit à la rédaction de nouveaux statuts ni à l’amendement de leur règlement interne. C’est de manière empirique que les problèmes de la participation populaire ont été résolus par chaque société. Après la grande effervescence estivale pendant laquelle on avait, à Bernay organisé la lecture des papiers-publics tous les soirs, transformé à Honfleur les séances en « assemblées populaires » et constaté à Alençon que la plupart de ses membres s’étaient enrôlés dans la levée des volontaires, l’automne 1792 marque une nouvelle étape dans la propagande jacobine14.

16Le club de Honfleur a voulu maîtriser, dès le mois d’octobre, la politisation de masse qu’il avait organisée. Après avoir constaté que « dans les séances publiques, les membres ne pouvaient émettre leurs opinions sans crainte d’être conspués » et qu’il était « urgent d’arrêter les différentes motions et pétitions qui, se succédant rapidement, mettaient ou pourraient mettre le trouble dans la ville », il rejette la distinction entre les séances publiques, uniquement consacrées à la lecture des nouvelles, et les débats à huis-clos entre sociétaires de même que le privilège d’une enceinte réservée aux membres et opte pour une assemblée générale sous la direction d’un bureau, chargé de contrôler à l’avance les motions écrites, de nommer les censeurs et de n’accorder la parole qu’aux seuls adhérents. En novembre, le club renforce sa propagande en confiant aux citoyens-clubistes comme à ceux des tribunes la mission de parcourir les campagnes des alentours pour lire son adresse sur le ravitaillement de la ville et en nommant des commissaires dans chaque quartier de la ville pour unir plus fermement les citoyens à la société populaire.

17Progressivement, une identité républicaine se construit dans laquelle se mêlent les références historiques et les principes de la révolution de l’Égalité. Ainsi, la même société, en janvier 1793 « invite les citoyens à ne point afficher dans leur toilette un éclat scandaleux et une pompe contradictoire avec la modestie des nouveaux principes qui feront notre félicité » et opte pour le tutoiement en « considérant que des républicains doivent adopter les vertus, l’austérité des mœurs républicaines et la simplicité de langage du républicanisme ». Toutefois, l’usage ancien des « distinctions absurdes » est justifié quelques jours plus tard par un principe révolutionnaire qui ne saurait être oublié : « La liberté étant indéfinie, les mots tu et vous seront employés à volonté ».

18Parallèlement à cette inflexion progressive du comportement des clubistes, la chute de la monarchie a donné une vigueur nouvelle au mouvement associatif dans trois départements surtout : le Calvados, avec 22 communes dotées d’une société populaire, la Sarthe et la Manche avec vingt ; les districts de Lisieux, Bayeux, Le Mans et Valognes sont particulièrement en pointe avec six sociétés politiques. En revanche, l’Orne, l’Eure et la Mayenne ont des résultats modestes avec respectivement treize, dix et neuf clubs. En juin 1793, le réseau clubiste dans l’Ouest intérieur reste un réseau urbain : quatorze districts n’ont qu’une société politique, généralement celle du chef-lieu. Alors que le jacobinisme est entré dans sa phase militante dans les villes, les campagnes n’ont pas vu se multiplier les clubs, comme l’espéraient les Jacobins en mars 1792, puisqu’un tiers des sociétés seulement est implanté en milieu rural. Pour autant, la mentalité clubiste n’est pas différente de celle du Paris révolutionnaire dans les mois qui précèdent l’insurrection normande. Il reste à comprendre comment a évolué la politisation des sociétés populaires après la réunion de la Convention nationale.

Les clubs dans le champ du pouvoir

  • 15 A.N. Comité des Pétitions : DXL 19 (Calvados, Eure), 21 (Manche), 22 (Mayenne, Orne), 23 (Sarthe). (...)

19Les prises de position collectives, à travers l’étude des pétitions adressées à la Convention dont le nombre s’enfle de janvier à juin 1793, permettent de cerner les rapports entre les clubs provinciaux, les pouvoirs locaux et la représentation nationale. La place majeure occupée dans l’espace public par les sociétés populaires se traduit par l’usage, désormais consacré sous la République, de la lecture du courrier à la tribune de la Convention nationale : la moitié des quelques deux-cents adresses, reçues des six départements, émane des clubs et l’autre moitié des administrations de département, de district et de commune en laissant un faible reste aux lettres particulières15.

20Le premier sujet qui a mobilisé l’attention et l’opinion des clubs, dès la réunion de la Convention, a été le procès du roi.

  • 16 A.N. DXL 19. Sauf mention contraire, pour les pétitions du Calvados.
  • 17 A.N. DXL 21 (Manche). A Avranches, une scission va alors s’opérer opposant la Société des Amis de (...)

21Après les félicitations de la Société des Amis de la Liberté et de l’Égalité de Sablé - ainsi s’intitulent la plupart des clubs depuis le 10 Août - pour l’abolition de la royauté le 2 octobre, la première prise de position sur le procès de Louis XVI vient de Bayeux où une pétition condamnant la journée du 20 juin 1792 avait eu un réel succès. Le 13 décembre, la société populaire, présidée par Le Tual, déclare : « Nous vous le répétons : plus de roi, voilà notre vœu ; punition du crime, voilà ce que la Loi vous ordonne. Oui, citoyens, vous anéantirez le dernier des tyrans ! Et, par un grand exemple de justice envers le plus coupable des hommes (s’il est déclaré tel), vous allez ôter à tout intrigant l’envie de s’élever sur les débris du trône... »16. Pendant le long procès du roi, les adresses clubistes sont unanimes à condamner l’appel au peuple. Celle de Laval du 9 janvier reconnait, après avoir hésité, que la convocation des assemblées primaires était un piège ; celle d’Avranches du 10 invite les députés à assumer leurs fonctions et celle de La Haye-Pesnel, signée par une cinquantaine d’Amis de la Liberté et de l’Égalité de ce petit club de la Manche, désavoue par avance le 18 janvier les députés qui voteraient « l’appel au peuple, préparé par les amis de la royauté »17.

  • 18 A.N. DXL 23 (Sarthe).
  • 19 A.N. C 247 (366-368).

22Après le 21 janvier, les félicitations accordées à la Convention sont générales. Dans le club du chef-lieu de la Sarthe, elles sont immédiates et attendues puisque huit députés sur dix ont voté la mort du roi : dès le 23 janvier, la société des Amis de la République du Mans, présidée par Bazin, en profite pour réclamer « une constitution où la loi ne transige pas avec les principes »18. Dans les petits clubs, comme au Lude dans la Sarthe, on décide le 5 février d’organiser une fête pour célébrer l’événement et de le commémorer chaque année ; quant à la Société d’Instruction de la Carneille dans l’Orne, présidée par le juge de paix, qui recueille 110 signatures pour sa première pétition le 1er février et se croit obligée de faire certifier son authenticité et l’enthousiasme général par le conseil municipal, l’annonce de la mort du « populicide Louis Capet » est le symbole d’un monde nouveau : « Vous avez donné vie à la République en décrétant la mort du tyran (...) Maintenant, nous voyons, nous sentons l’égalité, nous la comprenons »19.

23Dans le courant des mois de février et mars, ce sont les clubs du Calvados qui se distinguent dans l’activité pétitionnaire avec les félicitations des Amis de la République de Moyaux, des Amis de la Liberté et de l’Égalité de Vire, des Carabots Sans-Culottes de Caen, des Amis de la République Une et Indivisible de Caen, de la société populaire de Condé-sur-Noireau et celle de Falaise. Pourtant, seuls deux députés sur treize ont voté la mort sans sursis.

  • 20 Sur la polémique entre Fauchet et le club de Honfleur, voir Le Journal des Amis, n° 8, 23 février (...)
  • 21 La réponse sarcastique de Cl. Fauchet, toisant d’un égal mépris les clubistes de Honfleur et les v (...)

24Mais un consensus républicain s’établit, comme à Honfleur, après le vote de la Convention. Lorsque le député Taveau lui avait demandé son opinion sur le procès du roi, la société de Honfleur avait dit, en décembre, sa confiance dans le jugement de la Convention et ajoutait « dans le cas où ce jugement porterait contre lui la peine de mort, la majorité bien prononcée de la société est qu’il serait digne des sentiments d’humanité et de fierté des véritables républicains de laisser la vie à Louis Capet ». Au début de janvier, elle décida de « garder le plus profond silence sur le jugement de Louis-le-Dernier » et adopta la question préalable sur la motion de l’abolition de la peine de mort. Quant à Louis Taveau, il vota l’appel au peuple et la mort avec sursis. Or, en février, cette même société reprocha à un autre élu du Calvados, Claude Fauchet qui avait exprimé pourtant une même sensibilité politique à la Convention, de manquer à la discipline républicaine dans son Journal des Amis20. La vive polémique avec l’évêque-député-journaliste sur le jugement du roi, faisant suite à celle sur sa lettre pastorale condamnant le divorce et le mariage des prêtres, aboutit au discrédit total de celui qu’hier encore les clubistes de Honfleur appelaient « l’infatigable Fauchet »21. Par ailleurs, le vote des députés du Calvados a été sévèrement critiqué dans certains clubs. Ainsi, les clubistes de Vire dénoncent, le 17 février, « les ruses de Cour pour détourner de la peine de mort » et les Carabots de Caen, deux jours plus tard, « les astuces de l’appel au peuple ». Surtout, et nous y reviendrons, ces derniers sont les seuls dans l’Ouest à féliciter particulièrement « les braves et généreux Montagnards ».

25Concurremment au procès du roi, un autre procès est engagé dans les départements : celui des anarchistes parisiens. Brisant le consensus républicain qui s’établit par le vote majoritaire de la Convention sur Louis XVI, un discours anti-parisien, anti-jacobin et anti-maratiste construit, au fil des pétitions, l’hégémonie girondine dans les clubs de l’Ouest.

  • 22 A.N. DXL 21, sauf mention contraire, pour les pétitions de la Manche.

26Ce discours, fortement structuré, apparaît très tôt dans les sociétés normandes. Alors que les clubs sarthois en sont encore à fêter l’abolition de la royauté, la Société des Amis de la République française, universelle et indivisible de la Manche, section de Coutances, est la première à énoncer dans son adresse, reçue le 23 novembre 1792, son inquiétude devant les divisions de la Convention, sa conviction : « Marat et ses sectaires tentent tous les moyens de ramener l’anarchie », son verdict : « Foudroyez, écrasez cette tête infâme, anéantissez le monstre » et sa proposition : « Avez-vous besoin d’une force armée pour écraser le maratisme ? ». Deux thèmes majeurs du discours fédéraliste - l’antimaratisme et l’appel à la garde départementale- sont déjà constitués ; l’extrême violence des propos contre l’élu du peuple de Paris ne condamne pas encore la population parisienne puiqu’il est question de se réunir aux « valeureux Marseillais et Parisiens du 10 Août » afin « d’exterminer les assassins du Deux Septembre et leurs orateurs »22. Au fur et à mesure que la condamnation du roi devient inéluctable, cette opinion s’amplifie dans les clubs de la Manche où cinq députés sur treize seulement vont voter la mort du roi sans réserve ni sursis. Le 2 janvier 1793, c’est le club de Granville qui communique les bruits qui courent dans le port : « On parle dans Paris de nous donner un dictateur » et déclare adhérer à l’adresse de « nos braves frères de Marseille ». Celui de Valognes soutient, le 4 janvier, la demande du département du Finistère de lever une garde départementale. La légitimité acquise par les fédérés marseillais aux Tuileries permet de contester progressivement le rôle du Paris révolutionnaire. « La République est Une ; le peuple de Paris (...) ne peut s’arroger le droit de dicter vos lois » écrivent le 10 janvier les clubistes de Saint-Lô et les citoyens de Périers signent massivement une pétition municipale « pour faire tomber les têtes ». Car le langage maratiste est utilisé en province par ses adversaires : « Qu’un exemple terrible, mais salutaire, frappe les agitateurs et les factieux d’épouvante ! ». Bouc-émissaire des événements de septembre, le député-journaliste de Paris constitue la figure repoussante du « provocateur au meurtre » ou du « cannibale » et incarne « une faction toute dégouttante de sang, cause de tous nos maux ». La protestation contre les crimes de septembre est un appel à expier dans le sang ce macule originel, alors même que la députation de la Manche hésite à condamner le roi.

  • 23 Voir Caron (172), Perroud (213).
  • 24 A.N. C 247 (364-365).
  • 25 A.N. C 250 (405).

27Au contraire, dans la Sarthe qui dispose de sa propre presse et d’une information contradictoire sur la capitale fournie par ses députés, la propagande girondine, par son bureau d’esprit public23, limite son influence à la seule administration départementale. Elle ne rencontre guère d’obstacles dans les clubs du Calvados, où l’administration départementale, vice-présidée par Le Normand, avec le procureur général syndic Bougon, avait écrit le 2 janvier aux conventionnels : « On vous peint comme exposés sous la hache des bourreaux ; Paris, le berceau de la liberté est rempli d’agitateurs orgueilleux et sanguinaires » et assuré que « les citoyens du Calvados sont levés (...) et veulent partir » deux jours avant que la municipalité de Caen ne vienne confirmer cette appréciation. C’est le 6 février que le club de Lisieux annonce sa rupture avec les Jacobins en rejetant leurs « principes anarchiques et liberticides » et en déplorant l’exclusion des membres qui étaient « républicains avant qu’il fut permis de l’être ». La personnalité de Robespierre est la première à surgir aux côtés de Marat, en attendant Danton pour former le « triumvirat » dans cette adresse comme dans celle du club voisin de Moyaux24. Toutefois, les deux sociétés du district de Vire ne participent pas à ce courant d’opinion : les clubistes de Vire dénoncent « les motifs de politique » qui ont tenté d’empêcher « le décret de mort que la loi de l’égalité et le salut de la République exigeaient » et réclament, le 17 février, une Éducation nationale, une constitution et des canons face aux Anglais25. De même, ceux de Condé-sur-Noireau s’inquiétent de l’état de la force armée sur les côtes tout en adhérant aux décrets de la Convention et en exprimant leur douleur pour la mort de Le Peletier. L’absence de députés de la région à la Convention éloigne, sans doute, ces sociétés de la propagande girondine qui, ailleurs, est décisive. Le 15 mars, c’est la société de Falaise, fondée notamment par deux hommes de loi, Legot et Henry-Larivière, et en relation épistolaire avec deux autres conventionnels (Dubois-Dubais et Vardon, surtout, natif de la ville) qui accable de son mépris « un parti sanguinaire que la France déteste ». Le 27, c’est la société de Bayeux, présidée alors par Delarue, qui déclare : « Que la tête du coupable tombe, que la liberté illimitée de la presse n’en puisse pas exempter celui qui osera prêcher le meurtre et le pillage. Les citoyens ne doivent plus s’insurger, la Révolution est faite ».

28A cette date, le portrait-charge de Marat est délaissé dans le journal du club de Laval. De la réunion de la Convention à la rupture avec les Jacobins, les leaders du club du chef-lieu de la Mayenne ont transmis, à travers l’image de sa désorganisation physique et mentale, une représentation du Paris qui l’a élu, des Jacobins qui le soutiennent et de la Convention qu’il discrédite par sa seule présence. Mais le discours girondin est contesté après le jugement du roi et le journal donne alors la parole à ceux qui dans la ville sont calomniés sous l’épithète de « factieux », « homme sanguinaire » ou « correspondant du parti Marat ». En mars 1793, la lutte pour la reconnaissance d’une opinion différente aboutit à une auto-désignation : « Je suis jacobin ». Les rédacteurs qui ont pris désormais leur distance avec les nouvelles en provenance de la capitale, introduisent de nouveaux acteurs- Robespierre, la Montagne, les Sans-Culottes- et leurs revendications sociales.

  • 26 A.N. DXL 22 (Orne).
  • 27 A.N. C 258 (528).

29Aux lendemains de l’acquittement de Marat par le Tribunal révolutionnaire, la Convention ne reçoit plus guère d’adresses contre les « anarchistes, les maratistes et les tribunes » (Moyaux) ou « les prédicateurs éternels de pillage » (Sées). Sans doute, c’est la société d’Alençon qui a eu le plus de mal à admettre le triomphe parisien de celui qui avait surnommé « chef de la faction des hommes d’État » Dufriche-Valazé, député de l’Orne, chez qui se réunissaient la plupart des Girondins. Le 30 avril, elle réprouve encore ce « monstre enfanté pour le malheur du genre humain, horreur des vrais patriotes » et ce « fléau dangereux et désorganisateur perfide » en l’associant, pour la circonstance, à d’Orléans et Dumouriez26. Enfin, le 20 mai, la société des Républicains de Falaise réclame la démission du maire et de la Commune de Paris ; le 24, celle de Caen, présidée par Le Normand, jure avec Bordeaux « haine éternelle aux anarchistes qui veulent perdre la République »27.

30Mais, à cette époque, le thème s’est usé. La représentation girondine du débat politique parisien n’est plus hégémonique dans les clubs car un autre discours réclamant l’union de la Convention, une constitution et une Éducation nationale s’affirme avec plus de force.

  • 28 A. N. DXL 19 (Eure).

31L’appel à l’union de la Convention se manifeste dès janvier 1793, surtout après l’assassinat du conventionnel régicide Le Peletier, et émane, à l’exception du club du Mans, de municipalités. C’est celle de Beaumont-sur-Sarthe (ci-devant le-Vicomte) qui met sur le même plan « la faction girondine » et « la faction maratiste », celle de Laval, sous l’influence du clubiste Bescher, qui valorise la Convention comme « centre d’unité auquel doivent se rallier tous les membres du corps politique », celle de Château-Gontier qui tient à opposer les républicains aux royalistes comme les deux véritables partis en présence ou celle de Villiers-en-Désœuvre, dans l’Eure, qui réclame « des lois contre l’accaparement » car les « tyrans » ne sont pas à Paris, contrairement à ce qu’affirme alors le directoire du département, mais au milieu d’eux : ce sont « les prêtres, les ci-devant nobles, leurs agents et tous les gros laboureurs et les gros marchands » qui discréditent les assignats, provoquent le renchérissement des prix et « tiennent de beaux discours philosophiques »28.

  • 29 A.N. DXL 22 (Mayenne).

32Ce n’est pas encore le divorce entre les municipalités et l’administration départementale, comme ce sera très nettement le cas dans l’Eure en juin 1793, mais le débat politique évolue vite avec les circonstances. Pour les « républicains sans-culottes » de Coutances, c’est la législation sociale qui motive leur pétition de mars : les clubistes réclament une loi qui établisse, au nom du droit naturel, « la sainte égalité parmi les enfants d’un même père », une éducation nationale en prenant l’avis de « tous les philosophes de l’univers » et, avant tout, l’assurance du droit à l’existence de tous les Français car « la vie est le premier des droits ». Puis, en mai et en juin, cette dernière filiale des Jacobins dans la Manche ne cessera de marteler un même mot d’ordre dans ses pétitions : « Nous voulons une Constitution ». Pour les « bons sans-culottes » du Lude, les citoyens de Verneuil ou les clubistes de Honfleur, c’est le péril extérieur qui, en avril, crée les conditions d’un appel à l’union. Pour la société des Amis de la Liberté et de l’Égalité de Laval, présidée alors par Bescher, c’est la crainte d’une guerre civile qui l’amène, le 27 avril, à critiquer l’attitude irresponsable des représentants du peuple français29. Au mois de mai, le discours partisan est désavoué, le langage unitaire étant devenu dominant. Tandis que les clubistes, de toutes parts, essaient de conjurer l’issue fatale, des pétitions étonnantes de fraîcheur arrivent à la Convention comme celle des « enfants de la Liberté et de l’Égalité de l’école de Ballée dans la Mayenne », soussignée par l’instituteur ou celle de la petite société populaire de Champeaux dans la Manche qui annonce avec plaisir sa création.

33De cet état de l’opinion publique que livrent les pétitions, on ne peut qu’être sensible à l’évolution du rapport des forces et juger insatisfaisante une quelconque statistique des clubs girondins et montagnards. Des études de cas permettent de mettre en valeur le fonctionnement interne des clubs dans la diversité des situations locales.

Argentan, un club dirigé par les anciens Feuillants

34Le chef-lieu de ce district de l’Orne offre l’exemple d’une société qui a partagé le discours girondin, mais qui a refusé en juin 1793 de participer à l’insurrection fédéraliste.

  • 30 Goupil de Préfelm, Notions recueillies, relatives aux Affaires présentes, par un citoyen d’Argenta (...)

35Affilié aux Jacobins le 25 mars 1791, avant même d’avoir tenu sa première réunion, grâce à la diligence de son député Goupil de Préfelm, le club connait alors une très grande vogue : plus de deux cents citoyens adhèrent à la société des Amis de la Constitution en 1791, dont une trentaine de curés et vicaires de cette ville de moins de 6 000 habitants et des environs. Les séances très suivies ont lieu tous les deux jours, c’est à dire que le club a adopté, dès sa création, le rythme militant des sociétés populaires de l’an II. Depuis la réunion de l’Assemblée législative, l’ancien avocat d’Argentan et député du Tiers-État qui réclamait en 1789 l’abolition de la noblesse héréditaire30 est devenu président du tribunal du district. Depuis son amende honorable au club, Goupil-Préfelm a découvert les satisfactions de la « clubocratie » locale puisqu’il a été le plus constamment élu pour présider la société (novembre 1791, mai 1792, janvier et août 1793). Il n’est pas toutefois le seul ancien Constituant dans le club, car son gendre Belzais de Courmenil, maire de la ville depuis la séparation de la prestigieuse assemblée, en fait également partie. Mais, par son âge comme par ses fréquentes interventions, le rayonnement du beau-père est incontestablement plus grand. Ainsi, le 20 novembre 1791, son discours sur « les classes qui composent l’empire français » dans lequel il oppose la « classe oiseuse » aux classes « productive » (les cultivateurs), « industrieuse » (les artisans et ouvriers) et auxiliaire » (les juges, astronomes, navigateurs et géomètres) occupe toute la séance publique. Ce discours électoral a appris aux Argentanais le vote de classe : les élus du peuple- administrateurs ou juges- doivent être choisis dans « la classe qui nourrit, dans celle qui fournit les instruments et dans la classe qui est la boussole des deux premières ».

  • 31 Cité par P. Nicolle (253).

36A partir du printemps 1792, au moment où le mouvement révolutionnaire se radicalise ailleurs, il semble s’essoufler à Argentan. Le club n’enregistre qu’une vingtaine d’adhésions et se réunit moins souvent. Les démêlés de son leader avec le journal de Gorsas sont évoqués en mai 1792 ; l’avant-veille du 10 août, la motion pour la déchéance de Louis XVI est violemment combattue par Goupil-Préfelm qui la juge « inconstitutionnelle, source de grands maux et de nouvelles divisions » ; enfin, le 21 septembre la dissolution de la société est évoquée car les séances, de plus en plus rares, sont aussi « désertes » aux dires du secrétaire, rappelant avec nostalgie combien elle était « autrefois redoutable aux ennemis de la patrie ». Le fils de l’ancien président des Feuillants, membre du club d’Argentan et, surtout, du directoire départemental, exprime clairement l’opinion moyenne lorsqu’il écrit au ministre de l’Intérieur, le 28 septembre : « Je n’espérais pas être le témoin d’une seconde révolution »31. Le résultat de cette attitude est que son père et son beau-frère sont éliminés comme « feuillants » du corps électoral à l’automne 1792. La République n’entraîne pas les foules au club puisque, de la réunion de la Convention à juin 1793, seize citoyens seulement sont reçus membres. C’est dans cette période de déliquescence que la société adopte, en novembre, la motion pour la garde départementale et pour la rupture avec les Jacobins si « Marat et ses complices ne sont pas renvoyés ».

37C’est là qu’il est légitime de s’interroger sur la représentation des massacres des 2 et 3 septembre à Paris dans un département qui a connu sa propre terreur populaire. Car si les séances sont désertées au club d’Argentan dans l’été 1792 c’est bien parce que l’Orne est en révolution. Les meurtres politiques précèdent l’arrivée des commissaires exécutifs, Peyre et Vincent, membre de la Commune de Paris, à qui les propriétaires fonciers de l’Orne imputent, pourtant, la responsabilité des manifestations antiseigneuriales et des discours sur le partage des terres. Ce spectre de la loi agraire et des maratistes ressurgit, en novembre, avec le mouvement taxateur sarthois qui a été repoussé par la garde nationale de Bellême et des environs. Au club des Amis de la République et des Lois, on ne parle jamais « des gros riches » et, rarement, des accapareurs. On croit plus volontiers aux bruits de brigands qui parcourent la campagne en demandant aux bergers et aux enfants s’il existe des riches propriétaires ou fermiers et qui sont sûrement les complices de ceux qui ont été arrêtés pour pillages de châteaux. En janvier 1793, on admet, après réflexion et avis de la municipalité, que surveiller les transactions des céréales risquerait d’éloigner les vendeurs de la halle d’Argentan et la même réticence municipale se manifeste en mai pour appliquer la loi sur la taxe des grains. Après avoir lacéré et brûlé en avril l’adresse des Jacobins, signée de Marat, la société répond au Conventionnel Dufriche-Valazé, qu’« elle n’a jamais cru aux calomnies lancées contre lui ».

  • 32 BM Alençon. Ms 612. Registre de délibérations de la société d’Argentan.

38Pourtant, le mois suivant, le club reste dans l’expectative, partagé qu’il est entre sa prévention contre les anarchistes parisiens et sa crainte de l’insurrection vendéenne, alors que le directoire de l’Orne s’est lancé dans l’aventure fédéraliste. Invité à se rendre à l’assemblée départementaliste, le 20 juin à Alençon, il charge son commissaire, Goupil-Préfelm fils, de « concourir à toutes les mesures qui pourront tendre au bien de la patrie, à l’affermissement de la concorde entre toutes les parties du territoire de la République et à l’extinction des troubles qui auraient commencé » mais aussi de « n’adopter aucune mesure contraire à l’unité et à l’indivisibilité de la République ou favorable au royalisme, ni à l’établissement d’aucun pouvoir incompatible avec la liberté, l’égalité, la souveraineté ou l’indépendance du peuple français ». Le compte-rendu de la séance du 22, présidée par le commissaire-député, ne commente pas l’échec subi par les fédéralistes, malgré la présence de Joseph de Puisaye et Louis Caille au chef-lieu du département. Le 3 juillet, la société présidée par Goupil-Préfelm père, en l’absence du fils, dénonce « les progrès liberticides du Calvados » et décide une « réquisition permanente de tous les sociétaires, les armes à la main ». Dans la nuit, on accuse le club de Falaise, où Puisaye est souverain depuis qu’il a établi son quartier-général dans cette ville, de complicité dans le vol d’une quarantaine de chevaux à Argentan. Le 4 septembre, un commissaire du pouvoir exécutif qui est passé par Evreux où « le dégoût et l’insouciance sont grands parmi le peuple », par Lisieux où « c’est encore pis » et par Caen où « les corps administratifs sont encore fédéralistes, mais la masse du peuple et des sans-culottes, prête à voler à la défense de la patrie », se félicite de trouver, enfin, à Argentan des « frères ». Le président explique que « sans eux, le département de l’Orne aurait consenti à la coalition départementale et aurait été, en cela, bientôt imité par celui de la Sarthe, ce qui aurait favorisé la communication avec les rebelles de la Vendée »32.

39Dans cette société dirigée par les notables de la ville, le discours contre les anarchistes parisiens ne signifiait pas allégeance aux Girondins qui, du temps où ils étaient jacobins, les avaient dénoncés comme feuillants. Dans ce département où le mouvement populaire de l’été et de l’automne 1792 avait mobilisé tant de foules contre les propriétés des nobles et les prêtres réfractaires, les fédéralistes n’ont été, selon l’expression de P. Nicolle, que « des chefs sans troupes ».

Un club d’option girondine

40A la différence des clubs girondins de Falaise ou de Lisieux qui ont connu, comme celui d’Argentan, une baisse d’activité avec la réunion de la Convention, le club de Cherbourg a maintenu, depuis sa création précoce en avril 1790, son rythme de réunion trois fois par semaine. Pendant la crise fédéraliste, comme au moment de la fuite à Varennes ou de la chute de la monarchie, les clubistes se réunissent, en moyenne mensuelle, tous les deux jours.

41La société a envoyé siéger à la Convention deux de ses anciens membres. Etienne Le Tourneur était capitaine au corps municipal du génie lorsqu’il adhéra au club en juillet 1790. Quoiqu’il y fut effacé, le député à la Législative fut réélu à la Convention où il vota pour l’appel au peuple, pour la mort et contre le sursis avant de partir en mission pendant tout le premier semestre de 1793 sur les côtes de la Méditerranée. Son collègue, Bon Ribet, négociant et armateur anobli à la fin de l’Ancien Régime, entra au club un mois plus tôt et fut élu à trois reprises secrétaire ou président. Administrateur du département, député suppléant à la Législative, il manifesta au sein de la Convention la même aptitude que son frère et ami à faire carrière dans le Comité de la marine puis, dans les autres assemblées. A la réception de leurs lettres, le club décida le 21 octobre 1792 de brûler, séance tenante, le journal de Marat et d’envoyer ses cendres à la Convention, à Brissot, Carra et Gorsas.

42La familiarité du nom des journalistes girondins dit mieux que les statistiques l’influence de leur presse. Les journaux qui comptent le plus grand nombre d’abonnés et de lecteurs dans les clubs de l’Ouest sont alors Les Annales Patriotiques de Carra et Mercier (Argentan, Bayeux, Bernay, Cherbourg, Lisieux), Le Patriote Français de Brissot et Girey-Dupré (Cherbourg, Honfleur, Lisieux), Le Courrier Français de Gorsas (Argentan, Cherbourg, Falaise), La Chronique de Paris de Millin et Noël (Bernay, Honfleur, Cherbourg). Les deux autres titres très appréciés sont Le Moniteur (Argentan, Falaise, Honfleur) et La Feuille Villageoise (Argentan, Cherbourg, Honfleur). La presse montagnarde, qui ne bénéficie pas des subventions gouvernementales, n’est guère mentionnée à cette date.

  • 33 AC Cherbourg : 2I 115.
  • 34 Si l’on suppose une périodicité bi-mensuelle, ce congrès a dû se tenir en décembre à Macon, après (...)

43La correspondance avec les sociétés affiliées constitue la troisième source d’information et d’opinion. L’adresse de Marseille contre Marat décide le club à réclamer, le 26 octobre 1792, une garde départementale ; la pétition de Lisieux contre les agitateurs parisiens fait revendiquer, le 9 novembre, une loi contre les provocateurs au meurtre et à l’anarchie ; la circulaire de Bordeaux enjoignant la Convention d’exclure « les membres qui la déshonorent tels que Chabot, Merlin, Panis, Danton, Robespierre, Marat et autres anarchistes du même genre » amène le club de Cherbourg, le 25 décembre, à cesser toute correspondance avec les Jacobins « jusqu’à ce qu’ils aient chassé de leur sein tous les désorganisateurs du bien public tels que Marat, Robespierre, Danton, Chabot et autres »33. Toutefois, cette information est pluraliste : on lit aussi, le 23 novembre, la lettre de Toulouse soutenant que « la Convention n’a pas besoin de s’entourer d’une force armée pour faire respecter les lois, mais seulement de la confiance publique » ou bien, le 15 janvier 1793, celle de Mâcon où sont réunis les clubs de Saône-et-Loire. Bien que la date ne soit pas mentionnée, il s’agit vraisemblablement du 5ème Congrès des sociétés populaires de ce département34. Toujours est-il que ce congrès n’est plus girondin et que l’hypothèse émise par M. Dorigny sur « un possible contre-pouvoir face à une hégémonie parisienne » ne se vérifie pas. Le secrétaire cherbourgeois note, en effet, qu’« il regarde l’envoi d’une force départementale comme contraire aux principes d’unité et d’indivisibilité et comme conduisant nécessairement au fédéralisme » et qu’il souhaite un ralliement général aux Jacobins. Un clubiste demande que cette lettre soit brûlée, un autre que la censure du courrier soit établie par les secrétaires, mais la société décide seulement de faire connaître aux Mâconnais sa prise de position et sa rupture avec les Jacobins. Mais, une semaine après, elle préfère passer à l’ordre du jour sur l’adresse des Sans-Culottes de Strasbourg en remarquant la ressemblance avec celle de Mâcon.

44C’est l’arrivée de J.B. Le Carpentier, un des rares conventionnels montagnards de la Manche, fondateur de la société voisine de Valognes et en mission dans le département, qui amène la société de Cherbourg à reconsidérer, le 31 mars, son option politique. Le rétablissement de la correspondance avec les Jacobins est, ainsi, mis à l’ordre du jour de la séance du 7 avril à laquelle assistèrent trois autres représentants en mission Rochegude, Defermon et le montagnard Prieur de la Côte-d’Or, accompagnés du général Wimpfen, commandant de l’armée des Côtes de Cherbourg. Alors que tous les orateurs du club parlèrent contre la réunion, Defermon qui avait été violemment apostrophé par Marat et d’autres Jacobins pendant le procès du roi et qui sera mis hors-la-loi après la chute des Girondins, les interrompit pour parler avec Prieur le langage de l’unité patriotique. Au milieu des applaudissements, le club inscrivit sur le registre de ses membres les noms des quatre citoyens aux destinées bien divergentes et laissa la question partisane en suspens.

45Mais, désormais, le débat politique est lancé et ne nuit pas au rayonnement de la société qui accueille une quarantaine de nouveaux membres en mai 1793 et une cinquantaine, le mois suivant. Le 3 mai, un horloger de la ville et adhérent d’août 1792, Pierre Fossard, demande la fin de l’abonnement au journal de Gorsas. Augustin Jubé, un des dignitaires de la société à cette date puiqu’il a été élu quatre fois à son bureau, qu’il dirige son journal et rédige la plupart de ses adresses, doit déployer tout son talent oratoire pour renouveler la confiance du club envers le rédacteur du Courrier Français. Le 17 mai, l’adresse antigirondine de Metz, recevant des applaudissements, provoque une nouvelle discussion. A la fin mai, le discours dominant reste progirondin et la nouvelle du 31 mai parisien suscite l’indignation collective. En présence d’un Carabot de Caen, la discussion s’ouvre sur l’adresse de Bordeaux appelant à venger l’attentat commis contre la Convention et les clubistes vont vivre à l’heure des assemblées générales où l’on fait l’Histoire. Une dizaine de motions et de contre-motions se succèdent à chaque séance car les partisans du fédéralisme, qui ne se recrutaient pas particulièrement dans « l’oligarchie mercantile », mise en cause par Danton, sont confrontés à une vive opposition interne. Au fil des séances, l’indignation contre le coup d’État est remplacée par la condamnation de l’arrestation des représentants du peuple à Bayeux par les Carabots de Caen. L’attitude de l’avocat Duprey, membre fondateur, élu trois fois président ou secrétaire, est à cet égard significative. Après avoir partagé le discours antimaratiste, le voici qui, dès le 3 juin, se range aux côtés de Fossard - se félicitant, lui, de la révolution parisienne - pour se rallier aux décrets de la Convention. Aux côtés de Jubé, c’est Ferregeau, ingénieur des Ponts et Chaussées, ancien membre de la société Littéraire de Cherbourg, adhérent du club en septembre 1790, élu secrétaire puis, président en mai 1793, qui dénonce l’avilissement de la Convention et propose sa réunion à Bourges.

46Pour répondre à la convocation par la Société Républicaine d’Avranches d’une assemblée générale des sociétés populaires, prévue à Coutances le 9 juin, le club choisit la veille au soir de nommer Ferregeau et Duprey comme ses porte-parole, après avoir délimité leur mandat aux revendications suivantes : la formation pour juger les 32 conventionnels arrêtés, d’un tribunal composé d’un citoyen par département, installé à 40 lieues au moins de Paris et la punition de celui qui, le premier, avait osé faire tirer à Paris le canon d’alarme. A la différence de Goupil-Préfelm fils à Argentan, ils ont dû rendre compte de leur mission, s’exposer aux critiques et rédiger un rapport écrit. Rapport qui est un récit haut en couleurs de l’échec du fédéralisme dans la Manche. C’est, d’abord, la rencontre matinale à l’hôtel de Coutances avec les représentants du peuple Prieur de la Marne et Lecointre, la réception fraternelle de Prieur qui désapprouva le quatrième article de leur mandat, puis la discussion passionnée sur Marat, les Jacobins, la Montagne et « le côté droit » qui convertit presque l’ingénieur cherbourgeois. C’est, ensuite, le déroulement de la réunion qui préluda par une invitation à la société du chef-lieu du département, important bastion jacobin, pour rejoindre le mouvement et qui, finalement, eut lieu avec toutes les autorités civiles et militaires de la ville. Ce changement du caractère de l’assemblée incita les clubistes de Cherbourg à participer en simples citoyens et non en délégués de la société. Leur méfiance s’accrut lorsque le procureur général syndic donna lecture, une fois les représentants du peuple introduits dans l’assemblée générale, de l’arrêté du Calvados qui mettait en état d’arrestation Romme et Prieur de la Côte-d’Or et invitait le département de la Manche à prendre la même mesure. La discussion enfiévrée qui s’ensuivit, remarquablement dirigée par Prieur de la Marne qui batailla ferme toute la nuit, apprit aux députés de l’Orne qui arrivaient le lendemain matin que la Manche ne s’aventurerait pas dans la cause fédéraliste.

47Lors de la seconde réunion départementale à la fin du mois de juin, organisée par la jeune Société des Carabots de Coutances (créée sous l’influence des Caennais devant l’irréductibilité des jacobins du chef-lieu) le clan antifédéraliste de la société populaire de Cherbourg, mené par Duprey et Fossard, tenta de donner un mandat impératif aux deux députés cherbourgeois qui firent seulement leur profession de foi républicaine en « repoussant avec horreur la seule idée de se séparer de la Convention nationale ». Cette nouvelle assemblée générale, mieux préparée avec les « courses civiques » des Carabots dans la plupart des clubs du département et avec le renfort d’une forte députation caennaise, conduite par Caille et Chaix d’Est-Ange, aboutit à l’expulsion manu-militari, dans la soirée du 26 juin, des représentants en mission. Ce modeste succès des fédéralistes dans la Manche aboutit dans le club de Cherbourg à accumuler des ressentiments entre les différentes options politiques jusqu’à l’épuration des membres en septembre. Mais Cherbourg qui n’aimait pas Marat resta une cité républicaine.

Un club conquis à la cause fédéraliste : la Société des Carabots de Caen

  • 35 Voir Grall (242), (243), Goodwin (241), Patry (255), Hanson (244).

48L’absence d’archives associatives, autres que fragmentaires, rend difficile toute entreprise explicative du fédéralisme et du jacobinisme dans le chef-lieu du Calvados35.Pourtant, le mouvement associatif n’a pas peu contribué à faire de Caen une capitale régionale de la rebellion ou de la résistance à l’oppression.

  • 36 AC Caen : I 275.
  • 37 AC Caen : I 33 et 34.

49La société populaire de Caen qui, sous le nom des Amis de la Constitution, a été présidée par Lomont et Fauchet en 1791, Doulcet de Pontécoulant en 1792 et dont firent vraisemblablement partie deux autres conventionnels caennais, Cussy et Bonnet de Meautry, a rompu avec les Jacobins sur les conseils de la députation du Calvados à la Convention dont Bonnet se désolidarisa le 1er janvier 179336. Même si sa correspondance ne pouvait guère rivaliser avec l’abondant courrier antijacobin de Cussy37, le député montagnard demanda aux clubistes le 12 février 1793 si la société, dont il n’avait plus de nouvelle, existait toujours. La perte de vitalité du club, imputable autant sans doute à l’émancipation des Jacobins qu’au départ de ses leaders, contraste singulièrement avec l’activisme de l’administration du département qui multiplie alors les adresses à la Convention contre Marat, Robespierre et Danton. Cette société maintiendra toutefois son existence malgré la création d’un nouveau club.

  • 38 Les journaux de L. Esnault et V. Dufour ont été publiés dans Episodes de la Révolution à Caen, rac (...)

50D’après le journal de Victor Dufour, l’initiative a été lancée par la société elle-même : « Dimanche 10 février 1793. On affiche un arrêté du club des Jacobins qui invite les anciens et les nouveaux carabots à s’assembler aujourd’hui en la ci-devant église des Jacobins, à 9h du matin, pour délibérer comment passer les trois journées de carnaval ». D’après celui de L. Esnault, cette réunion est due à une scission : « Ceux qui ne trouvaient plus leur compte dans ce repos s’avisèrent de former une nouvelle société sous le nom de carabots ou confrères de la mort ; cette société se composa de clubistes qui s’ennuyaient de n’entendre que de vaines paroles et trouvaient mieux leur bénéfice dans les actions »38.

  • 39 Mancel (247), Renard (260), F. Vaultier, Souvenirs de l’insurrection normande dite du Fédéralisme, (...)
  • 40 Voir F. Vaultier (1772-1843), secrétaire de la section de la Liberté à Caen en 1793, puis professe (...)
  • 41 A.N. DXL 19 (Calvados) ou ADC. L 10121 « Procès-verbal de la réunion des Carabots de Caen, le 12 f (...)

51« Carabot » est utilisé en Normandie pour désigner les portefaix ; le terme a une connotation péjorative en juillet 1789, ce sont les séditieux qui sèment la révolte populaire, des « perturbateurs venus de la capitale » pour les uns ou des « repris de justice » pour d’autres, en tout cas des « hommes sans aveu » dans la tradition orale locale39. Pour G. Lefebvre qui a rencontré également l’expression en Picardie, ce sont des « errants » que la rumeur va transformer en « brigands » dans l’été de la Grande Peur. Mais il est une autre acception du terme, exclusivement caennaise selon F. Vaultier où, lors de la prise de la bastille locale, on nomma ainsi par dérision les gens pauvres qui s’étaient armés des fusils de l’arsenal et vêtus des uniformes de garde-côtes40 et qui constituèrent une milice populaire jusqu’à l’exclusion des « caporaux-carabots » de la garde nationale. Aussi, lors de la diffusion provinciale du terme de « sans-culotte », l’épithète burlesque locale est clairement revendiquée dans le procès-verbal de la réunion des Carabots de Caen le 12 février 179341.

  • 42 L. Esnault, op. cit., p. 102.

52Leur première apparition publique, le jour de mardi gras et de la traditionnelle sortie des masques, « dédommagea » -écrit perfidement Esnault- la bourgeoisie caennaise de la privation du carnaval depuis la Révolution. Car leur défilé dans la ville avec les tambours et la musique de la garde nationale, leur bannière de taffetas noir avec une tête de mort et deux os en sautoir, leur brassard identique et leur sabre à la main marquaient l’originalité de ce club dont le porte-parole est, ce jour-là, le chef de la légion de Caen. L’organisation para-militaire est renforcée par le serment suivant, prêté sur la place publique : « Je jure de maintenir la République une, indivisible et populaire, la liberté, l’égalité ; d’observer les lois qui auront pour bases ces principes et d’exterminer tous ceux qui voudraient un autre gouvernement ». L’adhésion des membres des autorités constituées à ce club, qui éclipsa très vite l’ancien par son autorité dans la ville, ne rassura pas entièrement le chroniqueur caennais. Pour lui, ce club était « plus dangereux que le premier parce qu’il était armé » et qu’il agissait comme « un tribunal inquisitorial » : il « se mêlait de la police, de l’administration, de l’exécution des lois, de tout enfin. Lorsqu’il était nécessaire, on battait leur générale particulière, les membres s’assemblaient, délibéraient et agissaient de suite »42.

  • 43 A.N. C 250 (407). La publication, le 5 mars, dans le Bulletin de la Convention nationale mentionne (...)

53Dans une ville qui est représentée à la Convention par des députés modérés, la création d’un pouvoir exécutif révolutionnaire qui proclame la République populaire, après l’exécution du roi, est souvent occultée. L’adresse des Carabots sans-culottes de Caen du 19 février, qui reçut la mention honorable et l’insertion dans le Bulletin de la Convention, également. Composée de phrases très courtes, utilisant un vocabulaire simple, proche du langage parlé, où le verbe ne s’embarrasse pas de compléments, elle est la seule dans l’Ouest à féliciter « les braves et généreux Montagnards, aux principes toujours purs » pour leur rôle dans le procès du roi, non sans avoir dénigré au passage « l’astuce de l’appel au peuple ». C’est à eux qu’ils « offrent l’hommage de la fédération qu’ils viennent de faire et du serment qu’ils ont prêté devant l’arbre de la liberté »43 Le même jour, « le carabot Lemarchand, jeune et brave officier, qui se dévoue tout entier au service de la République » explique à la barre de la Convention les précautions qu’ils ont « prises pour assurer et maintenir l’exécution de la loi ». Une semaine plus tard, la Société des Amis de la République une et indivisible de Caen applaudit à son tour aux décrets contre « le tyran ».

  • 44 A.N. C 250 (403).
  • 45 ADC. 1L381. Registre du district de Caen, 19 mars 1793.

54Les interventions concrètes des Carabots, en mars et en avril, par lesquelles ils transcrivent en actes leurs proclamations révolutionnaires, concernent la répression des troubles au moment de la levée en masse et la réquisition des grains dans les campagnes. L’étroite collaboration avec les autorités locales pousse, semble-t-il, le directoire du département à féliciter la Convention, le 10 mars 1793, pour la création du Tribunal révolutionnaire et la taxe sur les riches, en lui recommandant « pas d’autre gouvernement que celui de la République populaire » et en lui demandant -quoique le passage ait été raturé - « la fixation d’un Maximum du prix des grains dans toute l’étendue de la République »44. Le 16 mars, c’est Bougon-Longrais, procureur-général syndic du Calvados et bientôt leader de l’insurrection fédéraliste, qui cherche à communiquer son enthousiasme à la Convention pour « les braves sans-culottes » qui composent la « fédération républicaine et guerrière » des Carabots. Sous leur pression, dès la fin-février, le district et la municipalité de Caen envoyèrent des détachements de gardes nationaux pour « assurer la sécurité des cultivateurs qui n’apportaient pas leurs grains à la halle ». En mars, devant l’ampleur des critiques et des craintes d’accaparement, des commissaires ont été chargés d’inspecter les halles d’Argences et de Dives45. Puis, en avril, ce sont les Carabots qui organisent les réquisitions de grains, en faisant dresser un procès-verbal dans toutes les communes où ils opèrent, pour les vendre eux-mêmes à la halle de Caen. Alors, les partisans de la liberté économique et les autorités chargés de l’application des lois interviennent pour rappeler, comme Louis Caille, procureur-syndic du district de Caen, la loi du 8 décembre 1792 sur la libre circulation des denrées, pour se démarquer des Carabots, comme la municipalité de Caen qui avait accepté de lire en public leurs procès-verbaux et qui conseille, ensuite, aux propriétaires de se trouver à la halle pour vendre leurs grains, ou comme le club girondin de Lisieux, pour condamner cette entrave à la libre-circulation et demander, le 28 avril, « l’anéantissement de cette société » auprès du département et de la Convention.

  • 46 AC Caen : I 33 et I 276.
  • 47 BN. Lb 40/2618.

55A partir de cette date jusqu’au 30 mai 1793, on ignore l’évolution des Carabots. Il n’est pas fait mention de leur approbation à l’adresse du Conseil général du Calvados contre « les factieux Marat, Robespierre et Danton » qui a été signée, dans une séance publique le 20 avril, par la société populaire de Caen, présidée par Le Normand, mais dont la lecture à la barre de la Convention a été déconseillée par un notable de Caen, à la suite de l’acquittement triomphal de Marat. Cette rétractation a été vivement reprochée par les députés Lomont, Fauchet, Delleville, Doulcet, Vardon et Dumont qui écrivent à la Société Républicaine, le 4 mai : « Votre courage pouvait en imposer aux ambitieux et aux scélérats. Quand vous lirez la présente, peut-être les crimes abominables qu’ils méditent seront consommés »46. Aussi, s’empresse-t-elle, le 24 mai, de faire sienne l’adresse de Bordeaux et de « jurer haine éternelle aux anarchistes »47. Quant à la société des Carabots, qui le 26 a accueilli les Conventionnels en mission, Prieur et Lecointre, elle ne ressurgit sur la scène publique qu’au moment de l’insurrection.

  • 48 AC Caen : I 36. Copie d’une délibération de la société des Carabots.

56Le 30 mai, le procureur-syndic du district, à l’annonce des nouvelles alarmantes de la capitale, requiert la convocation des sections tandis que la municipalité fait battre « la carabotte ». Le procès-verbal de la section du Civisme, dans le centre-ville, présidée par V. Féron, mentionne que la séance est peu nombreuse ; celui de la section de l’Unité, dans le faubourg, indique seulement la nomination de deux commissaires au Conseil du département. Dans la nuit, il est décidé d’envoyer dix délégués à la Convention, représentant les cinq sections de Caen, la société populaire, celle des Carabots, la commune, le district et le département. Désormais, les prises de position des Carabots se confondent avec celles de l’Assemblée Centrale de résistance à l’oppression ainsi que va s’appeler, en juin, le Comité central des autorités constituées, des sections et des clubs. Une délibération particulière, non datée mais antérieure au 2 juin, indique clairement l’option fédéraliste des Carabots qui réclament le rappel immédiat des députés du Calvados, la création d’un tribunal pour juger les maratistes, l’établissement d’un comité de surveillance, la formation d’une force armée et annoncent l’arrestation de tous les courriers de la Convention48.

  • 49 ADC. 1L382.

57Après son coup d’éclat du 9 juin à Bayeux, où elle procèda à l’arrestation des représentants du peuple, la société des Carabots, force exécutive révolutionnaire, ne se distingue plus guère de la force armée levée dans le département. D’abord, parce que le 22 juin la plupart de ses membres vont s’enrôler dans le premier contingent de l’armée fédéraliste, ensuite, parce qu’ils se rangent, avec leur bannière, sous le commandement des autorités insurrectionnelles. Autorité délibérante encore le 28 juin, elle députe des commissaires pour faire approvisionner la halle de Caen à l’Assemblée Centrale qui prend, le lendemain, des mesures exceptionnelles car la ville est en état de siège. Toutefois, on ne relève qu’un seul carabot parmi les 18 commissaires, dépêchés dans chaque canton du district pour réquisitionner les grains49. Par ailleurs, si le rayonnement des Carabots s’étend dans les départements voisins jusque dans la Sarthe, si leurs porte-paroles se font entendre dans les clubs de Cherbourg et de Laval, si leur mission est couronnée de quelques succès, momentanés ou partiels, à Bayeux et à Coutances, leurs émissaires se confondent avec ceux du Calvados. La substitution du caennocentrisme à l’hégémonie parisienne tant critiquée n’est pas le moindre des paradoxes de l’insurrection contre le coup d’État parisien.

  • 50 ADC. 2L17. « La Société des Vrais Carabots opprimés pour avoir accepté l’acte constitutionnel » dé (...)
  • 51 AN. F7 3446. F. Wimpfen (1744-1814) précise, le 9 thermidor an IV, que « l’insurrection n’a point (...)
  • 52 Voir les travaux de J. Grall, op. cités. Comme F. Wimpfen, Louis Caille (1767-1848) resurgira aprè (...)

58Après la déroute de Brécourt, une partie des Carabots abandonnent la cause fédéraliste et acceptent l’acte constitutionnel le 19 juillet50 Le témoignage de Wimpfen confirme le changement d’opinion dans les clubs : « L’armée de retour à Caen, nous trouvâmes que le parti de la Montagne y avait fait de si grands progrès qu’on manqua de venir aux mains à la société populaire »51. Le 6 août, un décret de la Convention met fin à cette « association monstrueuse et armée, existant à Caen et autres lieux » à la demande des Conventionnels, emprisonnés plus d’un mois au château de Caen. Toutefois, s’ils condamnent le principe d’une force exécutive et armée, les Montagnards Romme et Prieur de la Côte-d’Or ajoutent qu’ils ne souhaitent pas la suppression de la société délibérante composée aussi de bons patriotes. Cette clémence vis à vis de ceux qui les ont arrêtés inaugure celle de tous les députés accompagnant l’armée de pacification52.

Fédéralisme et jacobinisme

  • 53 L’expression est de R. Dupuy (83).

59Soutenir que le fédéralisme a été « un monstre polémique fabriqué par le jacobinisme », c’est renouer avec le langage incantatoire des acteurs de la Révolution que l’on reproche ordinairement aux historiens jacobins. C’est oublier, aussi, la virulence du langage girondin et la traduction du député de Paris devant le Tribunal révolutionnaire. Toutefois, on admet volontiers avec Mona Ozouf que le vocabulaire de la lutte pour le pouvoir n’implique pas toujours une adéquation profonde à la philosophie politique des protagonistes. Les acteurs du mouvement fédéraliste en Normandie n’avaient d’autre credo que la République une et indivisible et les jacobins locaux ne rêvaient nullement, au gré des épithètes contradictoires, de dictature ou d’anarchie. L’utilisation d’un autre néologisme comme « départementalisme »53, qui a le mérite de valoriser la fédération des forces civiles et militaires départementales au début de l’insurrection, n’est guère satisfaisante pour la généalogie du mouvement. Celle de « fédéralisme jacobin » est, surtout, une invitation à une étude critique de l’association révolutionnaire ; car, si la pratique fédérative des sociétés populaires n’a pas été expérimentée dans l’Ouest, l’homologie entre jacobinisme et centralisation y paraît bien superficielle. L’analyse de l’opinion clubiste pendant cette longue période conflictuelle permet de mettre en relief, surtout, l’ambivalence de l’association politique sous la Révolution. Cette ambivalence tient à sa situation dans le champ du pouvoir, c’est-à-dire au rôle effectif et attribué aux sociétés populaires, et à sa structure interne, autrement dit son fonctionnement concret.

60Dans le champ du pouvoir, les sociétés populaires ont conquis par leur lutte contre la monarchie une place essentielle. La campagne de pétitions du printemps et de l’été 1792 marque une étape décisive. D’une part, le premier ministère « jacobin », « rolandin » ou « brissotin » a largement contribué à cette évolution du rapport de forces en appelant le mouvement associatif à se développer et à soutenir sa politique. D’autre part, les clubistes ne se contentent plus de propager les idées neuves en vantant les mérites de la constitution civile du clergé et des droits de l’homme. La pétition du 27 juin d’une centaine d’adhérents du club de Valognes, réclamant l’abdication du roi, est significative à cet égard. L’auxiliaire du nouveau régime devient le lieu de contestation d’un pouvoir constitutionnel qui bafoue le droit révolutionnaire de la nation souveraine. L’héritage est donc double : la crise de la représentation politique précède la réunion de la Convention nationale et la société populaire, sans cesser d’être un forum civique au niveau local, est devenue, par la pratique pétitionnaire qu’on lui a contestée, un nouvel espace de légitimité révolutionnaire. Le conflit politique de septembre 1792 à juillet 1793 montre bien l’impossibilité de réduire l’association à l’une ou l’autre de ses fonctions.

61Le mouvement de contestation dans la sphère du pouvoir contre l’hégémonie parisienne (députation, Commune et club des Jacobins) a certes utilisé les directoires de département et les clubs provinciaux comme moyens de reconquête du leadership révolutionnaire. Les Girondins qui ont tant animé l’activité jacobine dans le printemps et l’été 1792, qui disposent des organes de presse les plus lus dans les clubs et qui entretiennent souvent de bonnes relations avec leurs électeurs dans les sociétés populaires bas-normandes, ont cru que l’association politique de base pouvait leur servir de contre-pouvoir. Et, comme courroie de transmission au service d’un clan politique, la Société des Amis de la Liberté et de l’Égalité qui rompt avec le club des Jacobins de Paris, au début de l’année 1793, pour s’intituler souvent Société Républicaine a bien fonctionné de Caen à Cherbourg, de Lisieux à Argentan ou de Falaise à St-Lô.

62Cet espace et ce pôle de dissidence n’est pas antijacobin, au sens organisationnel et politique du terme. La rupture avec la société-mère n’induit pas une critique libérale du jacobinisme, telle que Le Chapelier l’avait précédemment énoncée. C’est bien devant le forum démocratique des militants que les Girondins portent leurs plaintes et leurs revendications. C’est bien cette caisse de résonance qu’ils font fonctionner par la circulation des mêmes mots d’ordre dans les clubs et les pétitions. La reconquête d’une légitimité révolutionnaire que Paris leur conteste passe par le contrôle du réseau provincial des sociétés populaires. Telle est bien la finalité de la déconstruction du Paris héroïque du 14 Juillet et du 10 Août et de la diffusion inlassable du Paris septembriseur.

  • 54 La société qui, au printemps 1793, correspond autant avec le député de la ville Ph. Delleville qu’ (...)

63Lors de l’insurrection fédéraliste, les pratiques politiques qui apparaissent (politisation des sections, envois d’émissaires-clubistes, création de sociétés concurrentes, assemblée générale départementale et régionale des corps administratifs et des clubs) ne relèvent pas d’un mouvement centrifuge : c’est la substitution d’un caennocentrisme au pariscentrisme tant vilipendé. De même, les pouvoirs exceptionnels des représentants du peuple en mission dans les départements ou auprès de l’armée ne sont pas l’objet de critiques avant l’insurrection en Normandie : la crainte des Anglais était beaucoup trop présente pour bricoler une polémique sur « les proconsuls », entourés qu’ils étaient encore au mois de mai dans le club de Bayeux, par exemple54, du respect des principaux chefs de l’insurrection.

64L’échec du fédéralisme a empêché la société populaire, en voie d’instrumentali-sation par les Girondins, de se transformer en parti politique. L’analyse des situations locales montre, en effet, que les relations objectives qui lient le club au pouvoir politique ne sont pas suffisantes pour expliquer les divergences de prises de position. Certes, le parti pris pour les thèses girondines à Caen, Lisieux et Cherbourg ou, pour celles des Montagnards à Bernay, Le Mans voire Honfleur est d’autant plus net que la société populaire est intimement liée à ses délégués à la Convention par une correspondance confiante et régulière ou par une médiation journalistique : la presse du Calvados est, par exemple, entièrement girondine et celle de la Sarthe, montagnarde. Par ailleurs, le départ pour la capitale des leaders locaux a parfois anémié l’association politique locale, comme à Lisieux ou Bernay, et favorisé le ralliement aux options des anciens dirigeants. Toutefois, le fonctionnement d’une société populaire n’est pas celui d’une « machine », mais bien d’une cellule vivante d’un corps social.

65A ce titre, d’abord, elle ne peut être figée dans une position immuable. L’adoption d’une ou de plusieurs motions contre Marat et les tribunes parisiennes n’implique pas à Bayeux une rupture avec les Jacobins ; l’intervention de députés en mission, comme à Cherbourg, de soldats ou d’émissaires de sociétés voisines, ailleurs, peut remettre en question l’opinion de la société ; l’absence de certains leaders aux séances du club peut contribuer, comme à Laval, au renversement d’une opinion dominante et à la reprise de la correspondance avec les Jacobins ; ou, tout simplement, un nouveau contexte politique peut modifier la stratégie d’une société comme Argentan où les ex-Feuillants soutiennent le discours conservateur des Girondins, tant qu’ils constituent un rempart contre la terreur populaire locale, mais opposent leur veto à la levée d’une force armée départementale au moment de l’insurrection anarchique de leurs anciens adversaires politiques.

66Ensuite, la société populaire reste un vivier de militants. Le dynamisme de certains clubs comme Cherbourg ou Le Mans contraste avec l’affaiblissement de ceux de Caen ou de Falaise. La cohésion du groupe dirigeant éclate, parfois comme à Laval, avec la radicalisation de la vie politique. Plus souvent, l’autorité des anciens leaders est confrontée à celle de nouveaux venus comme l’horloger Fossard, futur lecteur de Babeuf à Cherbourg, comme le jeune Rigomer Bazin au Mans ou comme l’avocat St-Martin, inculpé dans les troubles agraires du Bocage normand en 1789, qui fonde un club à Lassay pour s’opposer aux directives du département de la Mayenne. Mais à Bayeux, c’est un membre de l’ancienne Société Littéraire, le médecin quadragénaire Le Tual du Manoir qui, après avoir défendu les Montagnards, organise la résistance au mouvement sectionnaire et carabotique.

67Enfin, l’enfantement clubiste se poursuit. Dans les villes, de nouvelles couches sociales revendiquent le droit d’association, s’agrègent aux anciennes comme au Mans ou imposent, comme à Caen, un pouvoir exécutif révolutionnaire dans la ville girondine avant de servir de fer de lance à l’insurrection fédéraliste. Par ailleurs, les clubs ruraux commencent en 1793 à faire leur percée en attendant leur âge d’or en l’an II. La politisation des campagnes se fait à l’écart des luttes fratricides qui déchirent la Convention, à de rares exceptions près, et suppose la valorisation des thèmes consensuels.

68La dynamique interne du club ne se limite pas, pour autant, à l’arrivée d’une nouvelle génération de militants que les patriotes de 89 appelleront avec quelque mépris, y compris Robespierre, les républicains de 93. Les options prises pendant toute la durée de la crise fédéraliste invitent à prendre en considération l’autonomie politique des clubs. L’inventaire des choix possibles -suivre un mot d’ordre ou résister au discours dominant ; opiner ou s’abstenir ; diffuser sa prise de position ou appeler la Convention à l’union - montre l’efficace de la dynamique associative. S’il y a des clubs enrégimentés dans la propagande girondine, ils n’en sont pas prisonniers ; quant aux Montagnards qui n’ont pas alors le pouvoir, la seule société qui valorise leur action est - et ce n’est pas vraiment un paradoxe - celle des Carabots de Caen et, un peu plus tard, celle des Sans-Culottes de Montebourg, c’est-à-dire les clubs dont le capital symbolique est le plus faible. En fait, les vieilles sociétés dont la dynamique n’est pas usée puisent leurs références de pensée et d’action dans leur propre champ historique. Car, avant d’être républicain et, bientôt, sans-culotte, le clubiste est citoyen.

69La culture civique est celle qui a le plus profondément imprégné les mentalités jacobines en imposant, d’emblée, la subordination de l’intérêt particulier à la volonté générale exprimée par la loi positive. Le patriotisme de 1792 a renforcé le décri rousseauiste des corps intermédiaires dont le jeu des luttes partisanes fait obstacle à la transparence de la vie démocratique. La discipline républicaine que les clubistes de Honfleur exigent de leur député-évêque-journaliste après le procès du roi n’est que la conséquence de cette conception citoyenne de la chose publique. Dans la crise politique du premier semestre à la Convention, elle s’exprime par deux mots d’ordre - constitution et éducation nationale - qui vont l’emporter en Normandie sur ceux de la propagande girondine. Après l’échec du fédéralisme, le mouvement jacobin forge son unité sur le consensus à la politique gouvernementale ou, plus exactement, sur le ralliement à la Convention, en hypothéquant son autonomie politique.

70Toutefois, le mouvement révolutionnaire a donné un héritage contradictoire au jacobinisme. Il a aussi revêtu de caractère sacré l’insurrection, en donnant raison souvent à la minorité sur la majorité ; il a décrété la souveraineté de la nation, en mettant en cause toute représentation politique et la traduction de Marat devant le Tribunal révolutionnaire est un redoutable précédent que l’on sait rappeller à Lassay en juin 1793 ; il a invoqué, enfin, les droits naturels, en discréditant toute loi positive au profit du salut public. Les contradictions de la culture politique jacobine ne datent pas de 1793, mais de 1789. Elles ouvrent toutes grandes les portes du mouvement revendicatif et rendent vaines les objurgations sur la fin de la Révolution : le mouvement sans-culotte est là, en 1793, pour régénérer le jacobinisme. Enfin, elles ne disparaissent pas en l’an II, comme nous allons le voir ; car, en participant à l’extension des pouvoirs de l’État, l’association jacobine ne s’est pas dissoute dans l’appareil d’État.

71Dans les fortunes et infortunes du mot jacobin, on a oublié peut-être de parler de l’essentiel, c’est-à-dire d’une structure complexe, animée par des leaders d’opinion périodiquement remis en question, impulsée par un idéal fondateur sur lequel se greffent de nouvelles idées, disposant d’une autonomie d’action qui peut servir d’auxiliaire ou de contre-pouvoir : une association volontaire d’hommes qui expérimentent la démocratie.

Notes

1 Wallon (127) ; L. Dubreuil, « L’idée régionaliste sous la Révolution », Annales révolutionnaires, 1919 ; Cardenal (76), (77) ; Dupuy (83) ; A. Forrest « Le fédéralisme et l’image de la révolution parisienne », L’image de la Révolution française, Paris, 1989, t 1, p. 65-72.

2 M. Ozouf, « Fédéralisme » (89), p. 85-95.

3 A.D.O. L 5095. Registre des Amis Réunis d’Alençon. La motion, toujours ajournée, a été proposé par Cimaroli le 22 mai, puis le 2 juin 1792.

4 Voir A.M.Duport, « Les Congrès des sociétés populaires et la question du pouvoir exécutif révolutionnaire », AHRF, sep-oct. 1986, p. 518-519 ; M. Dorigny « Fédéralisme », (121) p. 437-438 et les contributions de J. Bernet, A.M.Duport, J. Guillaumou, F. Wartelle (86). Voir également G. Guibal, Le mouvement fédéraliste en Provence en 1793, Paris, 1908.

5 Voir M. Dorigny, « Les congrès des sociétés populaires de 1792 en Bourgogne » (86), p. 91-113.

6 A.N. Comité des Pétitions. Calvados DXL 1 (13), 5 (13), 7 (13). Eure DXL 2 (26), 9 (26). Manche DXL 3 (48), 12 (48). Mayenne DXL 13 (51). Orne DXL 3 (59), 14 (59). Sarthe DXL 4 (71), 15 (71).

7 A.N. DXL 15 (71).

8 A.N. DXL 12 (48).

9 A.N. DXL 14 (59).

10 A.N. DXL 14 (59). La pétition de Falaise a été classée avec celles du département de l’Orne.

11 Sauf mentions contraires, les pétitions du Calvados se trouvent dans le carton DXL 7 (13).

12 A.N. DXL 5 (13).

13 Les registres de délibérations conservées pour la période du printemps 1792 au printemps 1793 sont ceux d’Alençon, Argentan, Bernay, Honfleur, Falaise et Lisieux auxquels s’ajoutent ceux de Bayeux et Laval à partir de septembre 1793.

14 La première autodéfinition jacobine que l’on rencontre dans les clubs remonte en juin 1792 sous la plume du journaliste de la société de Coutances, lecteur de Lanthenas et Carra. Sous le titre « Aux bons citoyens, P.C.F. Mithois, vengeur des sociétés populaires. Les Sociétés ou la Mort », il oppose le Feuillant au vrai patriote pour conclure : « Soyons tous Jacobins, chauds, énergiques, vrais amis du peuple. Aimons passionnément la Liberté et sacrifions tout pour elle » (B.N. Lb40/2657).

15 A.N. Comité des Pétitions : DXL 19 (Calvados, Eure), 21 (Manche), 22 (Mayenne, Orne), 23 (Sarthe). Pièces annexes aux procès-verbaux de la Convention, classées chronologiquement : C 243, 245, 246, 247, 249, 250, 252, 254, 255, 257, 258, 260.

16 A.N. DXL 19. Sauf mention contraire, pour les pétitions du Calvados.

17 A.N. DXL 21 (Manche). A Avranches, une scission va alors s’opérer opposant la Société des Amis de la République à celle des Amis de la Liberté et de l’Égalité. Réunis le 4 janvier 1793, les clubistes se diviseront à nouveau en juin.

18 A.N. DXL 23 (Sarthe).

19 A.N. C 247 (366-368).

20 Sur la polémique entre Fauchet et le club de Honfleur, voir Le Journal des Amis, n° 8, 23 février 1793, p. 338-341.

21 La réponse sarcastique de Cl. Fauchet, toisant d’un égal mépris les clubistes de Honfleur et les vociférateurs des tribunes parisiennes, n’a pas été sans conséquence sur l’évolution du club normand. Le 26 février 1793, la société arrête, à l’unanimité et par appel nominal, que Fauchet a perdu sa confiance, qu’elle cesse toute correspondance avec « ce journaliste » et en informe les clubs du Calvados, les journaux nationaux et la Commune de Paris.

22 A.N. DXL 21, sauf mention contraire, pour les pétitions de la Manche.

23 Voir Caron (172), Perroud (213).

24 A.N. C 247 (364-365).

25 A.N. C 250 (405).

26 A.N. DXL 22 (Orne).

27 A.N. C 258 (528).

28 A. N. DXL 19 (Eure).

29 A.N. DXL 22 (Mayenne).

30 Goupil de Préfelm, Notions recueillies, relatives aux Affaires présentes, par un citoyen d’Argentan, 1789. Sur la carrière politique du Constituant, voir le recueil de ses papiers à la B.M. d’Alençon, Ms 1162.

31 Cité par P. Nicolle (253).

32 BM Alençon. Ms 612. Registre de délibérations de la société d’Argentan.

33 AC Cherbourg : 2I 115.

34 Si l’on suppose une périodicité bi-mensuelle, ce congrès a dû se tenir en décembre à Macon, après ceux d’Autun en avril, Châlon-sur-Saône en juin, Charolles en août et Louhans en octobre. Voir note 5.

35 Voir Grall (242), (243), Goodwin (241), Patry (255), Hanson (244).

36 AC Caen : I 275.

37 AC Caen : I 33 et 34.

38 Les journaux de L. Esnault et V. Dufour ont été publiés dans Episodes de la Révolution à Caen, racontés par un bourgeois et un homme du peuple, annotés par L. Lesage, Caen, 1926.

39 Mancel (247), Renard (260), F. Vaultier, Souvenirs de l’insurrection normande dite du Fédéralisme, présentés par G. Mancel, Caen, 1858. Voir aussi A. Mathiez, « Les Carabots », Annales révolutionnaires, 1913, t. VI, p. 106, 160 et G. Lefebvre (147) p. 25.

40 Voir F. Vaultier (1772-1843), secrétaire de la section de la Liberté à Caen en 1793, puis professeur à la faculté, op. cit., p. 9.10.

41 A.N. DXL 19 (Calvados) ou ADC. L 10121 « Procès-verbal de la réunion des Carabots de Caen, le 12 février 1793, l’an deuxième de la République française ».

42 L. Esnault, op. cit., p. 102.

43 A.N. C 250 (407). La publication, le 5 mars, dans le Bulletin de la Convention nationale mentionne seulement que « les Carabots sans-culottes de Caen adhèrent aux décrets de la Convention et expriment leurs regrets sur la mort de Le Peletier ».

44 A.N. C 250 (403).

45 ADC. 1L381. Registre du district de Caen, 19 mars 1793.

46 AC Caen : I 33 et I 276.

47 BN. Lb 40/2618.

48 AC Caen : I 36. Copie d’une délibération de la société des Carabots.

49 ADC. 1L382.

50 ADC. 2L17. « La Société des Vrais Carabots opprimés pour avoir accepté l’acte constitutionnel » dénonce, le 22 juillet 1793, « la croisade » prêchée contre elle.

51 AN. F7 3446. F. Wimpfen (1744-1814) précise, le 9 thermidor an IV, que « l’insurrection n’a point dépassé la salle du département (du Calvados) et une partie de la société populaire. Elle n’était point surtout dans les districts, et les campagnes étaient à la glace. Mais, comme le crime d’alors est devenu une vertu, beaucoup de gens prétendent avoir été insurgés ».

52 Voir les travaux de J. Grall, op. cités. Comme F. Wimpfen, Louis Caille (1767-1848) resurgira après Thermidor. Seul parmi les principaux leaders, Bougon-Longrais, ayant rallié le parti vendéen sera guillotiné à Rennes en janvier 1794.

53 L’expression est de R. Dupuy (83).

54 La société qui, au printemps 1793, correspond autant avec le député de la ville Ph. Delleville qu’avec les Jacobins de Paris, qui se réunit sous le buste de Cl. Fauchet sans se soucier de la suspicion propagée par le club de Honfleur, qui est flattée de compter Wimpfen parmi ses membres fondateurs et de le recevoir quand la rumeur de Thionville se répand, accueille alors tous les protagonistes de l’insurrection. Mobilisée par l’organisation de l’Armée des Côtes de Cherbourg, elle agrège à la société jacobine les chefs militaires dont J. Puisaye, elle charge un clubiste caennais V. Féron de rédiger une adresse à la Convention, et salue avec eux les commissaires de la Convention, Prieur de la Marne, Lecointre, Romme et Prieur de la Côte d’Or, sous le terme flatteur de « Montagnards ».

Table des illustrations

Titre LA CORRESPONDANCE DE LA SOCIÉTÉ DE CHERBOURG
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1062/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540