Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Jacobins de l’Ouest

 | 
Christine Peyrard

Troisième partie. Jacobinisme et mouvement révolutionnaire urbain

Avant-propos

Texte intégral

11793 et 1794 sont les grandes années de la sociabilité révolutionnaire dans l’Ouest. Au fur et à mesure que la révolution se radicalise, le mouvement associatif se développe tant géographiquement, en atteignant toutes les petites villes et en pénétrant plus ou moins largement dans les campagnes, que politiquement, en acquérant une influence décisive sous l’impulsion girondine et un statut officiel sous la Convention montagnarde. Le droit à l’association, garanti à nouveau constitutionnellement le 24 juin 1793, consolide le principe acquis du forum dans la cité où l’éducation civique est dispensée, la surveillance populaire confirmée, la propagande républicaine établie et consacre, par là-même, l’existence politique, longtemps contestée, des sociétés populaires.

2Cette place à la fois conquise dans l’espace public et attribuée par le Gouvernement révolutionnaire dans les circonstances de 1793 nécessite une analyse globale. Certes, la chronologie politique est fondamentale pour expliquer l’essor de cette force politique comme ses crises et recompositions. Loin de la négliger, nous lui accorderons toute sa place dans l’analyse du fonctionnement et de la composition sociale des sociétés populaires. Mais elle ne saurait suffire à rendre compte du phénomène majeur de la Révolution française qu’est la politisation de masse. Pour restituer la vitalité du jacobinisme comme un fait social et culturel autant que politique, trois axes de recherche vont être empruntés : une situation conflictuelle, d’abord, avec la grande crise fédéraliste puis, une analyse des porte-parole avec l’essor du journalisme et, enfin, l’étude des relations sociales autour des sympathisants, adhérents et militants jacobins dans les villes de l’Ouest.

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540