Version classiqueVersion mobile

Voyage en Afrique rentière

 | 
Géraud Magrin

Rentes et territoires : formes et variables de la conjugaison

Rentes et territoires : formes et variables de la conjugaison

Texte intégral

1La rente oriente, elle ne détermine pas. Les systèmes rentiers, « comme mode d’insertion spécifique dans l’économie capitaliste internationale » (Destremau, 2000 : 490), influencent la trajectoire des États et des territoires. Les sociétés africaines interprètent l’extraversion en fonction de leur histoire, de leurs héritages socioculturels et de leur propension à les amalgamer au répertoire mondialisé – selon des modes de créolisation inhérents à l’historicité qui leur est propre (Bayart, 1989 : 50) –, de leur position géographique aussi. Celle-ci n’est pas indifférente : elle éclaire l’identité des acteurs en présence, l’ancienneté des relations, leurs champs, leurs conditions plus ou moins favorables, qui dessinent des profils d’extraversion variés.

2Au cours des dernières décennies, les séquences erratiques du temps mondial conjuguent donc leurs effets avec les configurations propres à chaque pays. L’interaction entre cycles internationaux et territoires africains est également déterminée par les stratégies des acteurs mondiaux, la façon dont ils perçoivent les ressources du continent et conçoivent les modalités de leur exploitation. Enfin, les interactions entre spatialités africaines anciennes, logiques modernes de l’État, cycles mondiaux et pratiques des acteurs extérieurs donnent naissance à des formes spatiales spécifiques, où cohabitent de manière contradictoire des logiques de connexion avec les dynamiques de l’économie endogène et de fragmentation territoriale.

© Éditions de la Sorbonne, 2013

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search