Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Jacobins de l’Ouest

 | 
Christine Peyrard

Deuxième partie. Mouvements populaires dans les campagnes et sociabilité révolutionnaire

Chapitre neuvième. Le jacobinisme rural dans l’Ouest

Texte intégral

1Notre recherche a montré la diffusion de l’idéologie et de la pratique jacobine dans les campagnes et l’appropriation d’une forme associative nouvelle par le monde rural. Les études de cas ont apprécié, également, la sociologie des médiateurs du jacobinisme dans les pays bocagers. Il convient de conclure sur les aspects majeurs de cette acculturation politique dans l’ensemble régional.

Peut-on parler de jacobinisme rural dans l’Ouest ?

2Pour l’ensemble des six départements, correspondant au Maine et à la Basse-Normandie, la cartographie des sociétés populaires rurales révèle d’emblée la faiblesse de l’implantation du jacobinisme dans les communes de moins de 2 000 habitants. En effet, dans plus de la moitié des districts, la proportion des clubs ruraux est inférieure à 5 % des communes ; dans un tiers, elle est comprise entre 5 et 10 % (Lisieux et Bayeux dans le Calvados, Coutances et Cherbourg dans la Manche, L’Aigle et Bellême dans l’Orne, Le Mans, La Flèche, Saint-Calais et Mamers dans la Sarthe, Pont-Audemer et Evreux dans l’Eure) ; enfin, dans cinq districts seulement, elle est supérieure à 10 % (Les Andelys, Louviers, Bernay, Verneuil dans l’Eure et Sillé dans la Sarthe).

  • 1 A. Siegfried, Tableau politique de la France de l’Ouest sous la IIIème République, Paris, 1913, p. (...)
  • 2 A. Frémont, « La Basse-Normandie », Géopolitiques des régions françaises, Paris, 1986, t. 2, p. 25

3D’André Siegfried décrivant, au début de ce siècle, le Bas-Normand comme « étranger aux formes superficielles de la vie politique »1 à Armand Frémont, aujourd’hui, peignant cette société « fixée sur la famille et le proche voisinage » qui « tourne l’espace de sa vie dans une gravitation d’une douzaine de kilomètres autour d’une église, d’une étude de notaire et d’un cabinet de médecin »2, l’analyse géopolitique a toujours mis en valeur le conservatisme de ces pays d’habitat globalement dispersé.

4Dans ces campagnes de l’Ouest, rétives à la sociabilité politique, il convient de mettre à part celles de l’Eure qui, quoique tardivement gagnées par le mouvement associatif, lui manifestent une plus franche adhésion. Ainsi, dans un département profondément rural, où les communes de moins de 500 habitants rassemblent les deux-tiers de la population, le test de la politisation des campagnes se révèle positif en l’an II. La proximité de la capitale l’explique en grande partie. L’aire de ravitaillement de Paris devient une zone de conformisme politique à l’époque de l’économie dirigée. La brève existence de ces sociétés populaires, dont nombre d’entre elles ne nous sont connues que par des mentions isolées, ne doit pas illusionner le chercheur sur la profondeur de l’engagement politique. L’appropriation de la culture politique par le peuple qui fréquenta ou milita dans ces clubs révolutionnaires, créés bien souvent comme des comités de surveillance, c’est-à-dire des administrations auxiliaires, est un vaste problème que l’on se doit de poser.

5Les pourcentages de sociétés populaires dans les chefs-lieux de canton ruraux apportent une autre perception du phénomène. Cette unité administrative est aussi un lieu de regroupement des villageois à l’occasion des marchés et, donc, la cellule économique essentielle dans le monde rural. Il n’est pas sans importance de constater que la moitié des chefs-lieux de canton ont vu s’établir un club. La géographie ne valorise plus seulement les districts de l’Eure qui, à l’exception de celui de Louviers, connaissent une implantation réussie dans plus des deux-tiers de ces communes, mais aussi ceux de la Sarthe (avec Sillé, Le Mans, Calais-sur-Anille, La Flèche et Mamers) et ceux de Bayeux, Domfront et Alençon. Ce dernier district tient la vedette puisque tous les chefs-lieux de moins de 2 000 habitants, déjà familiarisés avec l’association laïque par les confréries de charité, ont connu cet espace public de délibérations.

6La signification, là encore, est problématique. Dans le département de la Sarthe, c’est le district de Sillé-la-Montagne qui obtient le meilleur score (75 %) alors que, dans ceux de La Ferté-Bernard ou de Mont-sur-Loir, ci-devant Château-du-Loir, les patriotes ne sentent pas la nécessité de se regrouper dans un chef-lieu rural de canton (33 % seulement). Dans l’Orne, c’est le district de Domfront, bientôt chouan lui aussi, qui détient une des meilleures proportions du département. On peut donc parler d’une sociabilité de résistance dans ces régions, traversées par l’Armée catholique et royale, qui se dotent en 1793 et 1794 d’une société populaire.

7L’analyse chronologique est, à cet égard, fondamentale. Mises à part quelques exceptions de clubs ruraux dans le Calvados dès 1790 ou anticipations (les 17 % et 20 % des clubs de la Mayenne et de la Sarthe créés en 1791), l’association jacobine en milieu rural est diffusée trois ans après la création des clubs urbains : les deux-tiers ou les trois-quarts sont les sociétés populaires fondées en l’an II, à l’exception de la Sarthe. La volonté politique nationale conduit à une ramification géographique à partir des chefs-lieux de district, puis des chefs-lieux de canton. Mais la transformation d’une pratique culturelle élitaire en une pratique populaire est une opération lente : ainsi s’expliquent les quelques créations tardives de l’an III.

8Sans prétendre renouveler l’histoire sociale de la Révolution française, il convient de faire le bilan sociologique de l’adhésion aux valeurs jacobines.

Les acteurs sociaux de la politisation des campagnes

9Le millier d’adhérents à une société populaire en milieu rural que nous avons présentés au cours de ces chapitres, constitue une base solide pour une étude socioprofessionnelle. La compilation des données dans les quatorze clubs ruraux de l’Eure, du Calvados, de l’Orne et de la Sarthe pour lesquels les listes d’adhérents de brumaire an III ont été conservées, donne les résultats suivants :

Bilan socioprofessionnel des adhérents ruraux aux sociétés populaires

Bilan socioprofessionnel des adhérents ruraux aux sociétés populaires

10L’engagement politique dans l’Ouest a été massif pour les bourgeoisies rurales comme pour les autres professions du secteur tertiaire, si l’on accepte l’anachronisme. Le recrutement prédominant s’effectue dans le milieu de l’échoppe et de la boutique, qui n’est pas celui du secteur secondaire stricto sensu car les professions du petit commerce comme du négoce y sont représentées. A côté de ces milieux si constamment présents dans les mouvements populaires, la paysannerie proprement dite ne représente qu’une force d’appoint, certes, non négligeable mais qui n’est déterminante que dans certaines localités.

11La représentation de la société rurale qu’offre la composition des sociétés populaires a des allures de structure urbaine et rend compte de la politique jacobine d’alliances entre la ville et la campagne, dans ses succès comme dans ses limites.

12Cet inventaire du jacobinisme rural, saisi dans ses structures de sociabilité et dans ses acteurs, nous invite à nous interroger sur les formes de la politisation rurale et les contenus sociaux de cette pratique politique.

Les voies diverses de l’action politique

13Que la communauté villageoise, moins structurée dans l’Ouest que dans le Midi, n’ait pu devenir un lieu de sociabilité révolutionnaire ne signifie pas pour autant qu’elle soit restée à l’écart de la politisation de masse. Ses aspirations démocratiques, étudiées dans le mouvement populaire, n’ont pas toutes débouché sur le modèle culturel du civisme républicain qui, pourtant, a donné lieu à de multiples usages.

14La société populaire n’est pas réductible à sa structure institutionnelle. Elle est une cellule vivante du corps social et, à ce titre, elle véhicule les composantes et les tensions d’une société révolutionnée.

  • 3 Voir Ch. Peyrard, « Peut-on parler de jacobinisme rural dans l’Ouest ? » (157) p. 373-375.

15Les citoyens de Colleville-sur-Mer dans le district de Bayeux, par exemple3 n’ont pas attendu le 10 août parisien pour revendiquer leurs droits sociaux. Du camp des exclus de la représentation politique est montée l’exigence de la démocratie au village. Leur éphémère société populaire est condamnée par les autorités constituées comme une corporation partisane, dressant une partie de la communauté villageoise contre celle qui détient le pouvoir économique et politique. Le syndicat des journaliers de Colleville, pour brève qu’ait été son existence, montre non seulement un des usages de la réunion et de la délibération collectives, mais aussi la réalité de la lutte des classes au village.

  • 4 Voir D. Margairaz, « La Révolution et l’intégration des paysans à une économie marchande », (157), (...)

16Moins anticipateur des luttes prolétariennes, mais profondément révélateur de la société rurale du xixème siècle, le modèle patronal de la société populaire de Breteuil révèle la grande influence de la bourgeoisie dans les campagnes industrialisées. A la tête du mouvement populaire et à l’avant-garde du mouvement révolutionnaire, le maître des forges de la région, pourtant impliqué dans des formes capitalistes de développement, participe à une critique du libéralisme économique et à une réflexion collective sur le rôle régulateur de l’État dans l’économie qui ne font pas que reproduire les critiques formulées dès l’Ancien Régime par les communautés rurales4.

17Plus répandu, sans doute, est le modèle consensuel de la République au village, tel que le bourg de Longny nous renvoie l’image. Dans l’organisation de veillées ou de fêtes républicaines où toute la population participe, la société populaire offre une représentation de la vie communautaire où les disparités sociales et les rapports de force sont quasiment occultés. Transparence de la vie civique, utopie d’un monde fraternel, rêve d’une société idéale : le club de l’an II communiquait l’espérance en un monde meilleur.

18Mais dans le monde imaginaire, tous ne se sont pas laissés entraîner. Les dizaines de militants qui se regroupent en pleine bataille idéologique autour de la question religieuse en 1791, qui fondent un club dans la tourmente fédéraliste et vendéenne comme dans l’Ouest sarthois ou à Lassay dans la Mayenne, dont nous reparlerons, n’ont pas connu les rivages enchantés de l’utopie réalisée. Sur le front de l’Ouest, la société populaire a offert le cadre de réunion à un groupe minoritaire, préfigurant le parti politique.

  • 5 Hobsbawm (142).

19Enfin, dans cet apprentissage de la vie politique, il y a les exclus. Ceux dont les aspirations démocratiques n’ont pu se concrétiser comme telles et qui, faute d’une culture démocratique vécue, vont se retourner vers « la rébellion primitive »5. Dans cet état des lieux du jacobinisme rural en l’an II, on peut comprendre comment la revendication du droit à l’existence qui mobilisait tant de foules en 1792 peut se retourner en son contraire et déboucher, ensuite, sur l’expression récurrente de la violence. L’équilibre traditionnel des sociétés rurales a été rompu sans avoir changé la vie du plus grand nombre. Le repli sur les valeurs communautaires qui scelle alors l’antagonisme entre les villes et les campagnes est la conséquence culturelle d’un affrontement politique.

Notes

1 A. Siegfried, Tableau politique de la France de l’Ouest sous la IIIème République, Paris, 1913, p. 346.

2 A. Frémont, « La Basse-Normandie », Géopolitiques des régions françaises, Paris, 1986, t. 2, p. 25.

3 Voir Ch. Peyrard, « Peut-on parler de jacobinisme rural dans l’Ouest ? » (157) p. 373-375.

4 Voir D. Margairaz, « La Révolution et l’intégration des paysans à une économie marchande », (157), p. 165-182.

5 Hobsbawm (142).

Table des illustrations

Titre Bilan socioprofessionnel des adhérents ruraux aux sociétés populaires
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1059/img-1.jpg
Fichier image/, 91k

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540