Version classiqueVersion mobile

Une histoire provinciale

 | 
Michel Christol

Première partie. Les premiers temps de la Transalpine : conquête, contacts, mise en valeur

Chapitre 2. Une étape de l’aménagement et du peuplement des campagnes en Gaule méridionale : les établissements italiens antérieurs à la colonisation césarienne*

Note de l’éditeur

On peut tenter, par l’analyse des inscriptions de la première d’époque impériale, de repérer l'existence de populations issues de l'Italie au sein des campagnes de Gaule méridionale, dont l'établissement serait précoce ; voir Christol 2003 g à propos du territoire de la cité de Nîmes, en rapport avec quelques documents analysés ci-dessus. Voir aussi chapitre 25 en rapport avec l'arrière-pays de Narbonne.

Texte intégral

  • * B. Cursente (dir.), Habitats et territoires du Sud (126e congrès national des sociétés historiques (...)
  • 1 Goudineau 1978, p. 692 ; Goudineau 1998, p. 136.

1L’intégration de la Gaule méridionale, transalpine puis narbonnaise, dans l’espace élargi de la domination romaine s’est traduite dans la longue durée par des transformations profondes qui ont affecté l’ensemble de la vie économique et sociale. Mais il serait peut-être excessif d’opposer de façon réductrice l’avant et l’après, à la manière de Strabon. Lorsque les interventions de la puissance politique romaine devinrent de plus en plus déterminantes dans les diverses parties de la Gaule méridionale, et que celle-ci fut entrée en contacts plus étroits avec le monde italien dans le domaine économique et social, cette région connut une évolution et des transformations, qu’il importe de prendre en compte. Les interventions de Rome s’échelonnèrent aussi sur une période assez longue d’au moins un demi-siècle avant que la province ne prenne une configuration stable1. Elles varièrent aussi suivant les diverses parties de la région. Il importe donc d’être attentif à la chronologie, et pas seulement à une chronologie globale, qui a le tort d’effacer les nuances infrarégionales et d’escamoter les possibilités de bien comprendre les modalités de cette évolution. Il faut se départir de formulations trop simples et être attentif à la progressivité des processus dans le temps, à la diversité des situations dans l’espace. Toutefois ces exigences de prudence et le souci de nuancer se heurtent aux réalités de la documentation, qui n’autorise souvent que des généralisations ou des globalisations.

  • 2 Il est aussi conditionné par l’attitude des responsables de l’État face au problème politique et so (...)
  • 3 Christol 1999 d, p. 16-19.
  • 4 L’évolution suivie par la cité de Nîmes est significative : Christol 1988 a, p. 102-103b ; Christol (...)

2En plaçant comme borne temporelle la colonisation césaro-augustéenne on se réfère à une phase d’évolution marquante, voulue par le pouvoir dominant. Celle-ci concerne en premier le rapport d’ensemble entretenu par le groupe humain issu de l’extérieur avec le milieu d’accueil2. Il se transforme et se traduit désormais tant par les modalités de l’emprise sur le sol, au profit des soldats, dégagés de leur service militaire et récompensés par de la terre, que par la mise en évidence de rapports nouveaux entre le territoire et la ville chef-lieu. Ces colonies, tant les colonies de droit romain que les colonies de droit latin, importaient en Transalpine un mode d’organisation de la vie en communauté, quasiment nouveau dans la province. Nouveauté par les formes institutionnelles, nouveauté aussi par les formes que prenaient les relations de la ville avec le territoire. En tout cas nouveauté par l’ampleur imposée du phénomène, même s’il n’était pas étendu à toutes les parties de la province. En une génération à peu près, c’est-à-dire entre 45-44, date des fondations césariennes (Narbonne et Arles, plus des colonies latines) et 15 au plus tard (les dernières créations augustéennes sont peut-être même un peu plus anciennes ; c’est donc un terminus un peu large), une rupture s’était produite3. Un nouveau cadre de vie avait été définitivement posé, d’autant que très rapidement, dans l’ensemble de la province, ce mouvement de colonisation était devenu pièce essentielle d’une politique de municipalisation et d’une volonté, elle aussi générale, de développer la civilisation urbaine, conformément au modèle présenté par Strabon4.

  • 5 Salmon 1969, p. 13-15, p. 24-25, p. 69-75 ; de Neevel984, p. 130-131.
  • 6 Entre autres, Maurin 1995, p. 97-135.

3Envisagé d’une façon générale, le phénomène de « colonisation » ne se réduisait pas à la création de colonies de droit romain ou de droit latin5. L’installation de vétérans ou de citoyens romains comme agriculteurs sur des terres prises sur l’agerpublicus, dans un contexte de petite propriété, ce qui permettait d’utiliser à leur égard le terme colonus, se réalisait aussi, dans certains cas, sous la forme de la colonisation viritane, à tout le moins sans que ne se produise automatiquement l’émergence d’un centre urbain, chef-lieu de cité, ni que s’établisse une entité municipale ex nihilo. Cet autre aspect du phénomène était déjà répandu en Italie, même s’il est difficile à appréhender dans la documentation. Mais on sait qu’il fut exporté en province, et par exemple, grâce à l’épigraphie de l’Afrique du Nord on connaît l’existence de pagi, communautés territoriales organisées, dont certains parvinrent à survivre de façon autonome durant toute l’époque du Haut-Empire6. En Gaule méridionale, même si la documentation est plus rare, il semble que ce phénomène peut être aussi observé. Il s’insère toutefois dans une chronologie spécifique, l’époque césarienne paraissant le moment où s’ajoute aux formes viritanes l’ample processus de fondation de colonies de vétérans. En sorte que le début véritable de ce mouvement d’installation des vétérans par le réseau des colonies concorderait peut-être avec les dernières installations dans le cadre viritan. Il se serait alors produit un phénomène de substitution. Encore faut-il préciser toutes ces données.

  • 7 Mise au point sur ces questions par Nicolet 1977, p. 120-128. On ajoutera Moatti 1992, p. 57-73 ; o (...)

4Mais on ne saurait oublier, non plus, que l’ager publicus, c’est-à-dire les terres et les ressources naturelles des peuples vaincus, ainsi que tous leurs autres revenus, étaient passés sous l’autorité du vainqueur par le droit de conquête et que la puissance romaine exerçait sur tous ces biens une autorité supérieure, justifiant le recours à des formes de mainmise et d’exploitation fort diversifiées7.

  • 8 On pourra ainsi comparer le sort de la Transalpine à celui de la Sicile ou de la Cisalpine : Gabba (...)
  • 9 On sera ainsi attentif à quelques travaux récents : Mauné-Sanchez 1999 ; Mauné 2000.

5Il importe donc de prendre la mesure de la mise en exploitation d’une province et plus particulièrement de ce qui concerne l’aménagement et le peuplement des campagnes, que traduisaient les premiers mouvements de population dont l’influence et la marque auraient pu être durables8. Mesure dans la chronologie, mesure dans l’ancrage infrarégional, puisque le dialogue avec les archéologues et l’archéologie, ici nécessaire, nous place constamment dans des contextes bien localisés9.

6Tout au long du propos il sera fait référence à la précocité de la présence italienne dans le domaine rural, à un niveau général. Mais il importera aussi, à travers des documentations diverses, de rechercher où pourraient apparaître les traces les plus anciennes de cette présence italienne. L’une de ces enquêtes nous conduira au nord d’Orange, dans la moyenne vallée du Rhône, en faisant appel à une autre sorte de documentation épigraphique, originale, voire exceptionnelle. Une autre nous conduira le long de la route qui relie Narbonne et Toulouse, puis le long de la via Domitia : elle s’appuiera aussi sur l’épigraphie, interprétée de manière rétrospective, à l’aide de quelques documents jusqu’ici assez peu mis en valeur.

  • 10 On remarquera que parmi les magistri de l’inscription de Moux, qui sera examinée un peu plus bas, c (...)
  • 11 Wilson 1966, p. 64-67. On doit aussi penser à de possibles points d’appui militaire, tel l’établiss (...)

7Dans la première phase de l’organisation de la province, dans un contexte de relations inégales issues du droit de conquête, profitaient de leur supériorité ceux qui se trouvaient au sein du peuple vainqueur ou à ses côtés. Tels étaient dans cette dernière catégorie les Marseillais et ceux qui, au sein des peuples provinciaux, jouissaient du droit de cité romaine ou de la protection des puissants du moment10. Néanmoins, la majorité des bénéficiaires sont, sans aucun doute, des gens issus de la péninsule Italienne11. Nous les connaissons d’une façon générale par deux discours de Cicéron, le Pro Quinctio et le Pro Fonteio.

  • 12 Voir ci-dessous n. 25.
  • 13 Gabba 1988, p. 93-95, p. 100.
  • 14 Gabba 1988, p. 27-44 fournit un cadre de réflexion utile, en particulier à partir de l’analyse des (...)

8Le Pro Quinctio, dont le témoignage peut illustrer des situations courant sur la fin du iie siècle et les premières décennies du ier siècle, sinon revêtir une plus large portée, présente la Gaule méridionale, et peut-être plus spécialement la région de Narbonne, comme une région où l’on peut faire fortune si l’on y établit des entreprises, si l’on s’y établit pour entreprendre. L’homme avide d’argent (pecunia ; III, 12), ou de gains (quaestus ; III, 2 ; III, 11-13), peut s’y installer. C’est le cas de Sex(tus) Naevius, mais aussi de C(aius) Quinctius, le frère de la malheureuse victime de Naevius. Il se dégage du discours quelques conclusions : ces entreprises lucratives sont distinctes de l’exploitation de faibles dimensions que gère souvent le colonus12. Mais cette activité économique tournée vers la spéculation et la recherche du profit n’est pas déshonorante13. Les exploitations dont il est question sont amples, qu’il s’agisse des biens propres de C(aius) Quinctius (III, 12 : erat ei pecuaria res ampla et rustica sane bene culta et fructuosa) ou des biens de la société qu’il avait constituée avec Sex(tus) Naevius (VI, 28 : de saltu agroque communi a servis communibus vi detruditur). Les activités engagées concernent la terre, mais aussi d’autres ressources et d’autres trafics (III, 11 : societatem earum rerum quae in Gallia comparabantur)14. Mais pour ce qui est des milieux sociaux qui sont impliqués au premier chef par ces affaires lucratives, il s’agit de gens issus d’Italie. Ils s’installent sur place, et il se produit à l’occasion une mutatio loci. C(aius) Quinctius résidait en Gaule et y avait le siège de ses affaires (IV, 14 : moritur in Gallia Quinctius) ; Sex(tus) Naevius était venu s’y installer (III, 12 : Tollitur ab atriis Liciniis et trans Alpes usque transfertur ; fit magna mutatio loci non ingeni). On peut donc voir que si beaucoup d’affaires se traitaient à Rome, un certain nombre s’était déplacé vers les provinces, puisque non seulement le lieu d’exercice des activités, mais encore le centre nerveux de l’association conclue entre C(aius) Quinctius et Sex(tus) Naevius se trouvait en Transalpine (XI, 38 : heres eius P. Quinctius in Gallium ad te ipsum venit in agrum communem, eo denique, ubi non modo res erat, sed ratio quoque omnis et omnes litterae).

9Le Pro Fonteio, dont le témoignage prend toute sa force pour illustrer une situation correspondant aux années 80-70 avant J.-C., apporte aussi un lot précieux d’informations. D’abord parce que, sous un mode exceptionnel d’énumération, il caractérise aussi la Transalpine comme une terre d’exploitation. Sont évoqués les negotiatores vestri (VI, 12 ; VII, 15), puis sont déclinées toutes les catégories de citoyens romains qui bénéficient de ressources du pays (XX, 46) : publicani, agricolae, pecuarii, ceteri negotiatores. Ce texte révèle la multiplicité des affaires : revenus publics, revenus fonciers, revenus de l’échange, et tout le reste.

10C’est à propos de la terre que le discours devient encore plus précis. Le Pro Fonteio fait en effet allusion à des confiscations de terres (VI, 14) : dicunt qui ex agris ex Cn. Pompei decreto decedere sunt coacti. Ce texte vise les modes de possession et les modes d’exploitation du sol. On a puni des indigènes en les chassant de leurs terres. Mais ces terres étaient déjà entrées dans l’ager publicus par les conquêtes des époques précédentes. Il s’agissait du transfert du droit d’exploitation. Mais celui-ci ne s’exerçait pas au profit des membres d’une colonie. Il s’agissait d’une exploitation de l’ager publicus sous d’autres formes, situation neuve qui pouvait être accompagnée d’une mesure des terres et de procédures spécifiques pour attribuer le droit d’exploitation sinon le droit de possession du sol. Ces bouleversements pouvaient entraîner une transformation des méthodes de mise en valeur.

11Ces textes cicéroniens permettent de fixer les données générales qui affectent l’aménagement et le peuplement des campagnes en Gaule méridionale : cadre historique dans lequel se déroule le processus, modalités de ce processus lui-même, identification des bénéficiaires principaux, qui sont issus de l’Italie. Peut-être ajoutent-ils, du point de vue chronologique, une donnée supplémentaire, par la référence à l’époque de Pompée, c’est-à-dire au moment de la guerre de Sertorius. On se place ainsi dans un contexte qui, s’ajoutant à l’oeuvre de C(aius) Valerius Flaccus, couvre les premières décennies du ier siècle av. J.-C. jusqu’aux années 70 av. J.-C. : cette période peut avoir été un moment d’intensification des interventions du monde italien dans la vie de la nouvelle province.

12Il importe toutefois d’aller plus avant et d’établir d’une façon plus concrète les détails de cette page d’histoire économique et sociale. Mais on ne peut réaliser cet objectif qu’en ajoutant aux textes littéraires d’autres documents, ou bien en précisant les conditions d’interprétation de certains documents.

  • 15 Clavel-Lévêque 1995 ; Clavel-Lévêque 1995 a.
  • 16 Mauné 2000, p. 245-249.
  • 17 Clavel-Lévêque 1998.

13Abordons d’abord les documents cadastraux. Depuis plusieurs décennies on s’est intéressé aux grilles cadastrales, décelées sur la carte topographique ou sur la photographie du paysage. Des zones cadastrées ont été définies, des chronologies ont été élaborées, non sans débats, parfois véhéments. Sans revenir sur l’ensemble de la question, on peut retenir comme acquis que, dans la zone de Béziers et dans le Biterrois, un cadastre appelé cadastre B marque profondément l’organisation de l’espace rural15. On l’avait daté de l’époque pompéienne, mais peut-être convient-il d’en rechercher l’installation et les premières marques sur le paysage dès la fin du iie siècle avant J.-C.16. Mais cette grille n’est point le cadastre correspondant à l’installation des vétérans de la septième légion, lors de la fondation de la colonie en 36 avant J.-C. (cadastre C). Sur le territoire de la cité, dans les dimensions qu’il prit durant le Haut-Empire, coexistent ainsi plusieurs cadastres d’époques différentes, ayant chacun leur propre orientation et intégrant des zones complémentaires plutôt que concordantes17. N’en serait-il pas de même à Orange, où le positionnement des cadastres B et C vient de faire l’objet de nouvelles propositions ?

  • 18 Christol 1999 g : [Imperator Cae]sar Ve[spasianus A]ug(ustus) po[ntifex] max(imus), trib(unicia) po (...)
  • 19 Christol 1996 e.
  • 20 Ballais 1996.
  • 21 Piganiol 1962, p. 14-15 ;voir Mauné 2000, p. 239-240.

14Dans leur ensemble, les plans gravés sur le marbre correspondent, au moins pour le cadastre B et le cadastre C, à la révision flavienne d’une situation créée par Auguste lorsqu’il établit la colonie de vétérans, en 35 av. J.-C., et qu’il dota celle-ci en revenus collectifs (publics, en tant que revenus de la cité) par l’abandon des recettes que produisaient les terres de l’ager publicus non distribuées aux vétérans et exploitées moyennant paiement d’un vectigal annuel18. Il existe donc plusieurs niveaux chronologiques : la confection flavienne, les fondements augustéens retrouvés à travers la politique de restauration des biens publics, et même une réalité pré-augustéenne qu’il importe de retrouver. En effet, les mesures d’Auguste embrassaient un terroir un peu plus large que celui de la colonie : il en demeure trace dans le résultat graphique de l'époque flavienne. Le cadastre B concerne la rive gauche du Rhône au nord d’Orange ; le cadastre C concerne les îles du Rhône à l’ouest d’Orange et la plaine jusqu’aux environs de Carpentras. Le cadastre C, qui entoure la ville d’Orange à l’Est comme à l’Ouest, peut être considéré comme le cadastre colonial, puisque le chef-lieu était pris dans son maillage19. Quant au cadastre B, on ne peut plus lui attribuer la zone du chef-lieu, comme l’avait estimé A. Piganiol dans son édition première. Le réexamen du positionnement d’un certain nombre de fragments ne permet plus de les maintenir dans la zone correspondant actuellement au lit de l’Aygues20. Il faut les déplacer vers le Nord, en sorte que le cadastre B ne peut plus apparaître comme le cadastre colonial. Ce dernier comporte aussi la mention de terres rendues aux Tricastins, peuple qui constituait sous le Haut-Empire une entité politique propre, avec un chef-lieu, Augusta Tricastinorum (Saint-Paul-Trois-Châteaux)21. Il est le témoin de modifications importantes de l’attribution de certaines terres, et de leur rétrocession à la communauté indigène, faisant connaître l’inversion de quelques processus de confiscation, tels qu’on les connaît d’après le Pro Fonteio. Le cadastre B d’Orange s’apparente assez bien au cadastre B de Béziers, car tous deux sont antérieurs à la fondation de la colonie. Il avait pour fonction d’assurer l’emprise sur les terres de la rive gauche du Rhône. Une partie d’entre elles avait été enlevée aux Tricastins, dont le territoire avait été alors réduit à l’extrême, avant de retrouver une certaine consistance un peu plus tard. C’est vraisemblablement un peu après la fondation d’Orange (en 35 av. J.-C.) que les Tricastins reçurent ce territoire dont ils avaient été privés plus tôt : en effet l’emprise des terres distribuées aux vétérans s’imbrique fortement dans les terres rendues aux Tricastins, en sorte que l’on peut supposer que la distribution de bonnes terres eut lieu d’abord, et la restitution des mauvaises un peu plus tard (lors de la fondation de la cité d’Augusta Tricastinorum ?).

  • 22 À comparer avec l’Italie : Gabba 1988, p. 62-66.

15Tant le cadastre B de Béziers que le cadastre B d’Orange, aux premiers temps de leur histoire, ne furent peut-être pas lotis pour être distribués à de petits exploitants de la terre qu’étaient les coloni. Leur mise en valeur se fit plutôt dans le cadre de la grande exploitation que permettait la locatio des terres et leur concession aux agricolae et aux pecuarii qu’évoque Cicéron dans le Pro Fonteio22.

16Lépigraphie fournit aussi un lot de renseignements à qui essaie d’apprécier l’aménagement et le peuplement des campagnes en Gaule méridionale entre la fin du iie siècle et le milieu du ier siècle av.).-C. Mais les documents sont rares et, de surcroît, d’interprétation délicate. Néanmoins on peut, grâce à quelques inscriptions, remonter d’une période qui correspond à la seconde moitié du ier s. av. J.-C. aux époques antérieures. Leur explication conduit souvent à les considérer comme témoins de l’aboutissement de phénomènes dont l’origine est bien plus ancienne.

  • 23 CIL XII, 5370 : T(itus) Valerius C(ai) f(ilius) Senecio/P(ublius) Usulenus Veientonis l(ibertus)/Ph (...)
  • 24 Voir ci-dessus n. 10.
  • 25 Sur ce caractère des attributions de lots, de Neeve 1984, p. 133-135.

17Il en va de la sorte pour une inscription de Moux, village sis dans l’arrière-pays de Narbonne23. Associée aux données de l’archéologie amphorique et de l’archéologie tégulaire, elle fait connaître les activités d’une famille narbonnaise, d’origine italienne, celle des Usuleni. Leur présence à Moux, dans ce pagus distant d’un peu plus de vingt kilomètres du chef-lieu de la colonie, s’explique par un contexte économique et social autre que colonial. Les affranchis qui sont les magistri du pagus, en compagnie d’un homme de naissance libre qui pourrait être le descendant d’un aristocrate indigène ayant reçu le droit de cité romaine24, dépendent sans aucun doute de patrons qui sont établis à Narbonne, l’un d’eux étant même un grand notable narbonnais. Leur présence indique un mode de gestion absentéiste, mais dans le cadre de grandes exploitations foncières : sommes-nous dans le territoire propre de la colonie, loti petitement25 ? Ne sommes-nous pas plutôt dans une zone comparable à celle que couvrait initialement le cadastre B de Béziers, et ne peut-on pas envisager que cette zone qui s’articule avec le tracé de la voie d’Aquitaine, entre Narbonne et Toulouse, était le support de grandes affaires comparables à celles qu’évoque Cicéron lorsqu’il se réfère aux agricolae ? Cette inscription de Moux, qui date de l’époque augustéenne, traduit une situation acquise bien plus tôt ; elle concerne des situations léguées par l’époque qu’envisagent les discours cicéroniens.

  • 26 CIL I, 1490 = I2, II, 1, 2281, cf. IV, 1, p. 1110 = CIL XII, 4190 : Sex(tus) Vetto, C(aius) Pedo, a (...)

18On évoquera aussi une inscription de Murviel-les-Montpellier, agglomération dont l’importance du cadre urbain au ier siècle av. J.-C. et à l’époque augustéenne vient d’être mise en valeur26. La date proposée correspond au troisième quart du ier siècle avant J.-C. et, s’il faut retoucher cette proposition, on doit plutôt remonter vers le milieu du ier siècle. On apprend que la communauté dont faisaient partie Sex(tus) Vetto et C(aius) Pedo avait adopté ou avait reçu des institutions copiées sur les modèles italiens les plus courants et en assurait le fonctionnement régulier : il existait des décurions, il y avait des édiles. Il ne s’agit pas de notables nîmois, mais de notables locaux. Si le site de Murviel-les-Montpellier fit partie des oppida latina qui perdirent leur autonomie quand Auguste, en 22 avant J.-C., organisa la grande cité de Nîmes, nous serions de plus, de façon certaine, avant cette date. Mais, en définitive, ce point est secondaire pour notre propos.

19L’important est de considérer les dénominations des deux édiles, Sex(tus) Vetto et C(aius) Pedo. Il s’agit, sans aucun doute, de personnes venues d’Italie. Vetto et Pedo sont des gentilices rares, mais comparables à Varro, Cato, Aco, Sveto, tous considérés comme d’authentiques noms de famille italiens, à date assez haute. Ainsi est mise en évidence l’existence d’un groupe social extérieur au monde indigène, mais vivant en symbiose relative avec lui. Se posent deux questions : comment définir ce groupe d’Italiens dans ses caractéristiques sociales ? À quelle date remonterait son installation ? La vraisemblance impose d’envisager leur installation une ou deux générations avant le début de l’époque augustéenne. Nous pouvons considérer que ce document est pertinent au thème que nous avons envisagé.

  • 27 CIL XII, 4180 : Cn(aeus) Plaetorius Macrinus/ colonis et incolis/ex ea pequnia quae ei in/statuas c (...)
  • 28 Chastagnol 1996 (= Chastagnol 1995, p. 131-141).
  • 29 De Neeve 1984, p. 36-37.

20Un autre document provient d’un lieu situé plus à l’Est, à Sextantio27. L’inscription peut aussi être datée par ses caractéristiques paléographiques et par la graphie pequnia. L’association de coloni et d’incolae a suscité des difficultés d’interprétation, en sorte que l’on s’est même demandé si le document n’avait pas été transporté depuis une colonie voisine, celle de Béziers par exemple28. La juxtaposition de coloni, c’est-à-dire d’exploitants du sol établis par le pouvoir romain29, et d’incolae, c’est-à-dire d’indigènes maintenus dans leur cadre de vie traditionnel, se comprend bien dans un contexte antérieur à la création de la colonia Augusta Nemausus. L’inscription montre la coexistence de deux groupes de populations hétérogènes. Qui peuvent être les coloni, sinon des exploitants du sol, émigrants d’Italie, établis pour mettre en valeur les ressources locales ?

  • 30 Christol 1986 a.

21Ces inscriptions sont peut-être isolées dans leur contexte local, comme d’ailleurs l’inscription de Villemagne-L’Argentière qui est nettement antérieure au milieu du ier siècle av. J.-C. et qui provient d’un secteur minier au pied du Massif central30. Deux d’entre elles, d’une façon directe, à Murviel-les-Montpellier et à Sextantio, font entrevoir la présence et l’influence de ces milieux étrangers à la province comme des groupes sociaux organisés et peut-être assez étoffés en nombre. D’autres, à Moux comme à Villemagne-LArgentière, renvoient à ces groupes sur un mode indirect, mais toutes deux confirment aussi l’existence d’interventions économiques de la part de groupes venus d’Italie, et actifs au-delà des grandes agglomérations. Toutefois ceci ne saurait signifier que l’activité des Italiens établis en Transalpine était essentiellement rurale : le Pro Fonteio et le Pro Quinctio indiquent clairement le caractère multiforme de ces interventions.

22En somme, émergent de-ci de-là quelques documents épigraphiques qui ne s’éclairent que si l’on regarde en arrière, vers les descriptions que fournissent les discours de Cicéron. En tout cas ces documents ne peuvent renvoyer à des situations créées par la colonisation césarienne ou par la colonisation augustéenne. Ils laissent entendre qu’existaient des noyaux de population italienne et que leur présence s’explique par la mise en valeur de la province. Peut-être que la chronologie de leur installation varie entre la fin du iie siècle et le milieu du ier siècle avant J.-C., suivant les zones envisagées : plus précoce certainement autour de Narbonne, tant vers le seuil de Naurouze que vers les collines du Biterrois, plus tardive peut-être dans le pays occupé par les Volques Arécomiques ou dans la moyenne vallée du Rhône. Mais peut-on être plus précis à l’heure actuelle ? N’est-ce pas une question à résoudre, dans ses détails, une fois quelle a été posée comme hypothèse de travail ? On remarquera toutefois l’aspect structurant du réseau des grands axes de circulation : route d’Aquitaine entre Narbonne et Toulouse, via Domitia, route de rive gauche du Rhône dans la plaine cavare, antérieurement au tracé de la voie d’Agrippa. C’est en tout cas sur une de ces voies que fut établi Forum Domitii, lieu de regroupement des activités publiques, destiné tout autant aux indigènes qu’aux populations venues d’Italie. Mais l’hypothèse de travail étant posée, il reste à préciser les modalités du phénomène et à déterminer son rythme d’évolution, puis les effets de ce mouvement sur l’aménagement des campagnes. C’est la tâche des archéologues.

Notes

* B. Cursente (dir.), Habitats et territoires du Sud (126e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Toulouse, 2001), Paris, 2004, p. 349-359.

1 Goudineau 1978, p. 692 ; Goudineau 1998, p. 136.

2 Il est aussi conditionné par l’attitude des responsables de l’État face au problème politique et social de la réinsertion des vétérans : Brunt 1962, p. 81-83.

3 Christol 1999 d, p. 16-19.

4 L’évolution suivie par la cité de Nîmes est significative : Christol 1988 a, p. 102-103b ; Christol 1999 d, p. 21-22.

5 Salmon 1969, p. 13-15, p. 24-25, p. 69-75 ; de Neevel984, p. 130-131.

6 Entre autres, Maurin 1995, p. 97-135.

7 Mise au point sur ces questions par Nicolet 1977, p. 120-128. On ajoutera Moatti 1992, p. 57-73 ; on établira une comparaison avec la péninsule Ibérique : Peña 1994.

8 On pourra ainsi comparer le sort de la Transalpine à celui de la Sicile ou de la Cisalpine : Gabba 1988, p. 163-170.

9 On sera ainsi attentif à quelques travaux récents : Mauné-Sanchez 1999 ; Mauné 2000.

10 On remarquera que parmi les magistri de l’inscription de Moux, qui sera examinée un peu plus bas, c’est-à-dire dans l’élite de ce secteur rural, se trouve un personnage du nom de T(itus) Valerius C(ai) f(ilius) Senecio, en qui l’on peut voir le descendant d’un indigène qui avait acquis la citoyenneté romaine grâce à l’intervention du proconsul C(aius) Valerius Flaccus : Christol 2000 d, p. 257-260 [voir chapitre 25]. Voir aussi, sur un plan plus général, Goudineau 1998, p. 74-75. La marque du proconsul C(aius) Valerius Flaccus est ignorée dans l’ouvrage récent de Roman 1997.

11 Wilson 1966, p. 64-67. On doit aussi penser à de possibles points d’appui militaire, tel l’établissement d’Aquae Sextiae : mise au point de Gascou 1995, p. 21-23.

12 Voir ci-dessous n. 25.

13 Gabba 1988, p. 93-95, p. 100.

14 Gabba 1988, p. 27-44 fournit un cadre de réflexion utile, en particulier à partir de l’analyse des positions de Caton l’Ancien.

15 Clavel-Lévêque 1995 ; Clavel-Lévêque 1995 a.

16 Mauné 2000, p. 245-249.

17 Clavel-Lévêque 1998.

18 Christol 1999 g : [Imperator Cae]sar Ve[spasianus A]ug(ustus) po[ntifex] max(imus), trib(unicia) potestate VIII, im[p(erator) XVIII], p(ater) p(atriae), co(n)s(ul) VII, censor/ [ad restituenda pub]lica qu[ae Divus Augustus militibus l]eg(ionis) II Gallicae dederat, po[ssessa a priva]tis per aliquod annos/ [formam agrorum pro]poni [iussit, adnotat]o in sin[gulis centuriis] annuo vectigali, agente curam L(ucio) V[alerio Um]midio Basse proco(n)s(ule)] provi[nciae]. Ce texte diffère un peu de celui que reconstitua Piganiol 1962, p. 79-81.

19 Christol 1996 e.

20 Ballais 1996.

21 Piganiol 1962, p. 14-15 ;voir Mauné 2000, p. 239-240.

22 À comparer avec l’Italie : Gabba 1988, p. 62-66.

23 CIL XII, 5370 : T(itus) Valerius C(ai) f(ilius) Senecio/P(ublius) Usulenus Veientonis l(ibertus)/Phileros/T(itus) Alfidius T(iti) l(ibertus) Stabilio/M(arcus) Usulenus M(arci) l(ibertus) Charito/ magistri pagi ex reditu fani/Larrasonis cellas faciund(as)/curaverunt idemque probaverunt. Voir à ce sujet, avec l’ensemble de la documentation, Christol 2000 d, p. 247-273 [chapitre 25].

24 Voir ci-dessus n. 10.

25 Sur ce caractère des attributions de lots, de Neeve 1984, p. 133-135.

26 CIL I, 1490 = I2, II, 1, 2281, cf. IV, 1, p. 1110 = CIL XII, 4190 : Sex(tus) Vetto, C(aius) Pedo, aed(iles)/viam lacum ex d(ecreto) d(ecurionum) refic(iendum) coer(averunt).

27 CIL XII, 4180 : Cn(aeus) Plaetorius Macrinus/ colonis et incolis/ex ea pequnia quae ei in/statuas conlata est.

28 Chastagnol 1996 (= Chastagnol 1995, p. 131-141).

29 De Neeve 1984, p. 36-37.

30 Christol 1986 a.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search