Version classiqueVersion mobile

Une histoire provinciale

 | 
Michel Christol

Première partie. Les premiers temps de la Transalpine : conquête, contacts, mise en valeur

Chapitre I. Narbonne : un autre emporion à la fin de l’époque républicaine et à l'époque augustéenne*

Note de l’éditeur

Il faut désormais se référer aux travaux de Maria Luisa Bonsangue : d'abord à un article paru en 2002 : M. L. Bonsangue, « Aspects économiques et sociaux du monde du travail à Narbonne, d’après la documentation épigraphique (ier siècle av. J.-C.-ier siècle ap. J.-C.) », Cahiers du Centre G.-Glotz, 12, 2002, p. 201-232 ; ensuite à sa thèse de doctorat soutenue devant un jury de l’université Paris I le 12 décembre 2006 (dir de recherche : Michel Christol) : L’emporion de Narbonne : économie et société (iie siècle av. J.-C.-ier siècle ap. J-C.).
Le dossier des Usuleni est longuement repris dans Christol 2000 d [voir chapitres 25 et 31]. Sur les différents sites de Narbonne et de ses environs, on trouvera des mises au point claires dans Dellong 2002 (de Chazelles, Sanchez). L’ouvrage publié en hommage à Guy Barruol (Bats 2003) contient des contributions sur la structuration des espaces et sur les contacts ou échanges avec le monde celtique intérieur C'est dans ce cadre qu'il convient de ne pas exclure, au sein de l’œuvre du proconsul Cn(aeus) Domitius Ahenobarbus, l'intégration d’une partie du peuple rutène : cette mesure semble vraisemblablement plus précoce qu’on ne l'estimait.

Texte intégral

  • * Les Italiens dans le monde grec, iie siècle av. J.-C.-ier siècle ap. J.-C. : circulation, activités (...)
  • 1 On s’appuiera sur les travaux rassemblés par Bresson-Rouillard 1993, en particulier sur les deux co (...)
  • 2 Sur les sources de Strabon, on se référera aux observations de Lasserre 1966, p. 4-6 et p. 106-109  (...)
  • 3 Laffranque 1964, p. 67-85. Parmi les témoignages de contemporains se trouve celui de Charmolaos le (...)
  • 4 Comme on peut en prendre la mesure, à travers quelques travaux récents : Dangréaux 1988, Desbat 198 (...)

1Avec Délos et d’autres lieux du monde méditerranéen, Narbonne entre, selon Strabon, dans la catégorie des emporia1. Cet auteur, il est vrai, a recours à cet endroit à une source plus ancienne qu’il utilise fréquemment tout au long de son œuvre, à savoir Posidonius d’Apamée2. Or, parce qu’il avait voyagé dans ces pays, celui-ci décrit d’expérience ou d’après des relations une partie des régions de la Méditerranée occidentale, mais il put aussi avoir recours à des sources antérieures à son époque, en particulier à Polybe3. On voit donc que l’on peut dégager du passage de Strabon un témoignage sur le temps passé - vraisemblablement la fin du iie siècle av. J.-C. et le début du ier siècle av. J.-C. -, et un témoignage sur le temps présent - la dernière partie de l’époque augustéenne-, c’est-à-dire, en définitive, un témoignage sur la persistance d’une situation, inscrite de la sorte dans la longue durée. De plus, comme Strabon achève son œuvre dans les premières décennies du Ier siècle ap. J.-C., à un moment où s’opérait en Occident un basculement des circuits commerciaux qui, lentement, donna à Lyon, au cœur des Gaules, un rôle essentiel dans l’animation des/42/circuits marchands et de la vie économique4, et comme Narbonne perdait alors, vraisemblablement, une primauté dont elle avait joui tout au long du ier siècle av. J.-C., on peut penser que ce basculement n’était alors qu’en voie de réalisation lorsqu’il écrivait. Mais est-on assuré que le mouvement portuaire et les activités d’échanges de Narbonne auraient décliné dans l’absolu ? Il faut tenir compte de l’accroissement des quantités de marchandises transportées, en particulier de l’huile de péninsule Ibérique, dont le trafic devait en partie longer les côtes de la Gaule méridionale. Narbonne, toutefois, devenait progressivement un lieu plutôt second dans la hiérarchie des foyers économiques de la Méditerranée occidentale et de l’Occident romain, mais point un lieu secondaire. Cependant, durant un long siècle au moins elle avait été un point central dans la vie économique de ces régions.

2Ce n’est pas toutefois la seule raison qui invite à comparer le monde délien et le monde narbonnais, au-delà des décalages chronologiques qui font que l’apogée du port oriental est proche de son terme lorsque décolle le port occidental. Tous deux ne sont que des lieux où s’exprime l’expansion italienne, c’est-à-dire un mouvement qui renforce la symbiose des diverses parties du monde méditerranéen. Ce ne sont donc pas les éléments d’une histoire comparatiste qui importent seulement, ce sont aussi les données d’un mouvement historique englobant qui sont en jeu. Il s’ajoute donc la légitimité d’une recherche qui envisage l’histoire de l’emporion narbonnais dans un cadre large, et qui, en portant le regard sur d’autres lieux de la Méditerranée, devrait pouvoir s’engager dans l’examen de mouvements très amples. Ainsi l’attention portée d’abord sur Narbonne peut conduire à croiser ceux qui, à partir de Délos, ou de l’Italie, jettent les fondements d’une perspective générale en projetant leurs activités jusqu’aux rivages de Gaule et d’Ibérie.

I. Les phases et les facteurs du développement narbonnais

3On partira de Strabon, reprenant Posidonius et véhiculant peut-être ainsi des sources encore plus anciennes. Cet auteur présente d’abord Narbonne comme un lieu majeur des échanges dans le monde antique (IV 6, 1 : extrait de Posidonius, Lasserre 1966, p. 106) : « Narbonne est située en arrière de l’embouchure de l’Atax et de l’étang dit Narbonnais. C’est le plus grand port de commerce de cette région. Du côté du Rhône, en revanche, il faut citer Arélaté, ville et centre commercial importants. Ces deux marchés sont à peu près à la même distance l’un de l’autre qu’ils le sont des extrémités de leurs golfes respectifs, telles que nous les avons indiquées, Narbonne par rapport au sanctuaire d’Aphrodite, Arélaté par rapport à Massalia. De part et d’autre de Narbonne coulent, outre l’Atax, d’autres rivières, qui descendent les unes des monts /43/ Cemmènes, les autres du mont Pyréné. Des villes s’élèvent sur leurs bords, difficilement accessibles par eau et seulement à des embarcations légères. Du mont Pyréné proviennent le Ruscino et l’Illiberis, chacun avec une ville qui porte son nom. Près du Ruscino se trouve un étang, ainsi qu’un territoire marécageux, situé à faible distance de la mer, qui contient des muges enterrés... Telles sont les rivières qui descendent du mont Pyréné entre Narbonne et le sanctuaire d’Aphrodite. De l’autre côté de Narbonne, celles qui descendent du mont Cemmène dans la mer au-delà de l’Atax, sont l’Orb et l’Arauris. Sur le cours de la première s’élève Baetera, ville bien protégée et proche de Narbonne ; sur le cours de la seconde s’élève Agathè, fondée par les Massaliètes. »

4Il revient sur Narbonne un peu plus loin (IV 1, 12), dans un passage encore imprégné de l’œuvre de Posidonius, avant de passer à une autre source : « La plus grande partie du territoire situé de l’autre côté du fleuve est occupée par les Volques dits Arécomisques. Leur port (épinéion) est Narbonne, dont il serait d’ailleurs plus juste de dire qu’il est le port de la Celtique entière, tant il surpasse les autres par le nombre de ceux auxquels il sert de place de commerce. » Il ajoute presque immédiatement, mais ici, peut-être de son propre chef, il fait allusion à une situation qui était plus proche de son temps : « La capitale des Arécomisques est Némausus. Elle est bien inférieure à Narbonne sous le rapport de sa population étrangère et de son mouvement commercial, mais elle l’emporte sur elle sur le plan politique. »

  • 5 Sur la période précoloniale Barruol 1973, p. 55-59. La question d’un site précolonial, jusqu’ici no (...)

5Ces passages permettent d’appréhender une situation qui devait exister à partir du milieu du iie siècle av. J.-C., si Posidonius nous fait atteindre une information un peu antérieure à son œuvre. À tout le moins, ils conviennent à la fin du iie siècle av. J.-C., moment de la fondation de la colonie. Mais reste l’appréciation d’une phase antérieure à cet événement5.

  • 6 Gayraud 1981, p. 49-57, p. 85-88.

6Au point de départ il convient de retenir toutes les possibilités offertes par la position de Narbonne préromaine, c’est-à-dire d’un ensemble articulant l’oppidum de Montlaurès et les points de débarquement établis au fond des étangs. En effet, cette zone donne accès aux grands circuits commerciaux de l’Occident6. C’est d’abord sa situation au point de départ d’une route transcontinentale qui ouvrait aux produits de la Méditerranée le monde celtique de l’Ouest, et qui faisait converger vers ses ports des produits venus de loin. Il ne fait pas de doute, aussi, que la mainmise de Rome sur les côtes orientales de l’Ibérie (Hispania citerior) avait renforcé l’intérêt que présentaient les régions sises au Nord de la province romaine. La zone de Narbonne était devenue peu à peu, avant même les dates qui, traditionnellement, servent de point de départ à la conquête romaine et fixent le passage du pays sous le régime provincial, un point d’ancrage de la présence italienne : il faut envisager, en effet, que les pays situés au Nord des Pyrénées vécurent de plus en plus au rythme de la Citérieure, et/44/que les côtes du golfe Galatique virent passer de plus en plus les produits de l’exploitation de l’Ibérie en même temps quelles servaient de point d’aboutissement à des productions italiennes, avant leur redistribution.

  • 7 Bats 1986, p. 408-409 ; voir aussi Étienne 1993, p. 30-32.
  • 8 Gras 1993.

7Cette activité emporique avait d’autres dimensions que par le passé. On a fait valoir que les relations des Grecs de Marseille avec le monde indigène s’étaient plutôt nouées, longtemps, dans le contexte bien connu du « port of trade » ou bien à partir des établissements massaliètes. En sorte que la pénétration des marchands étrangers dans le monde indigène était rare, la redistribution des produits étant principalement entre les mains d’intermédiaires indigènes7. L’on était encore dans la « Méditerranée des emporia », suivant l’heureuse formule de M. Gras8. Les contacts commerciaux se nouaient dans une multiplicité de lieux, et ce qui devint plus tard, au pied de l’oppidum de Montlaurès, le carrefour narbonnais ne se distinguait pas trop d’autres lieux où s’effectuaient les échanges avant la redistribution.

  • 9 Goudineau 1992, p. 454-455 (= Goudineau 1998, p. 409-411).
  • 10 Bats 1986, p. 409-411.

8Toutefois, à partir du début du iie siècle, comme le montre l’histoire de la diffusion du vin italien, le secteur de Gaule méridionale correspondant au Languedoc occidental connaît des transformations. Elles se produisent dans un contexte marqué aussi par l’évolution propre du monde indigène, où les entités humaines, appelées confédérations, s’ordonnent et se structurent, donnant de nouvelles dimensions aux échanges (circulation des produits, réception, contreparties)9. La présence de l’élément étranger, ici le negotiator italien, se retrouve bien au-delà de la ligne des contacts, dans une zone au sein de laquelle non seulement les produits importés sont attestés en plus grandes quantités et en un large semis de points, mais encore la langue qui émerge est celle du commerçant lui-même, le latin, attesté par les graffites10. M. Bats estime que cette transformation se produisit, avec assez de rapidité, à l’échelle d’un siècle à peu près. Et, de plus, à son avis, comme dans toute phase de transition, on peut percevoir une série de périodes successives au cours desquelles s’opère la transformation : tout évolue d’une génération à une autre.

  • 11 On s’appuiera sur les analyses de Gayraud 1981, p. 136-143, p. 159-160.
  • 12 Gras 1993, p. 105.

9C’est dans ce contexte que se place la fondation de Narbonne, en 118-116. Elle est certes proche de la fin de la phase de transition : comme l’écrit M. Bats, « le véritable saut a lieu après 125 sur tout l’espace de la province romaine ». La fondation prend donc un sens très fort, puisque la chronologie l’articule avec l’étape finale de la transition économique et son inflexion. Mais, quelle que soit la place de l’événement qui ressortit, à première vue, à l’histoire politique ou à l’histoire institutionnelle provinciale, on ne peut échapper à une mise en perspective qui semble en faire une pièce importante dans une évolution engagée dès le début du iie siècle av. J.-C. et peut-être même son point d’aboutissement11. Toutes différences relevées, on prend envie de /45/ comparer avec la fondation de Marseille où, selon M. Gras, la création d’une polis succéderait à une phase emporique12.

  • 13 Mise en perspective par Hinard 1975. On utilisera le commentaire de Kinsey 1971.
  • 14 Barruol 1975, p. 291-293. L’auteur rappelle, p. 293 n. 2 les débats sur l’identification et la loca (...)

10Mais, quelles que soient les raisons de la création d’une colonie de citoyens romains et la forme quelle revêtit dans le contexte régional, au début de l’avant-dernière décennie du iie siècle av. J.-C., le lieu d’établissement des colons devint rapidement un lieu d’attraction pour des hommes d’affaires italiens et un nœud des routes commerciales de l’Occident méditerranéen. Le Pro Quinctio, dont l’occasion fut un procès qui se déroula en 81 av. J.-C., se réfère à une affaire de peu d’années antérieure13. Mais la situation que révèle le développement de cette affaire, et dont les composantes apparaissent grâce au texte cicéronien, était bien plus ancienne, et très certainement aussi elle met au jour un contexte plus général : notamment parce qu’il faut admettre que la situation décrite par Cicéron, qui existait dans une part de la province apparemment éloignée de Narbonne, devait être encore plus caractéristique de cette ville et de la zone la plus immédiatement voisine. Ce que réalisait la société établie chez les Sébaginniens14, devait être encore plus courant dans le chef-lieu régional ou à son approche. Nous pouvons donc, à l’aide de cette source, dresser un tableau valable pour le tournant de la fin du iie siècle et du début du ier siècle.

  • 15 Non seulement il participe à la société qu’il a mise sur pied avec C. Quinctius, et qui est appelée (...)
  • 16 Andreau 1987 a, (= Andreau 1997, p. 157-176). Il faut ici mentionner, dans le contexte de ces liens (...)

11La Transalpine - et pourquoi ne pas considérer que cette caractéristique est encore plus marquée dans la zone de Narbonne ? - apparaît comme une région où l’on fait fortune, car Naevius, homme avide, attiré par l’argent (pecunia), et qui ne peut se contenter de gains ou de bénéfices médiocres (quaestus), établit hors d’Italie le cœur de ses entreprises15. Alors que son adversaire malheureux, P. Quinctius, doit pour ses affaires voyager, mais péniblement, se rendre en Gaule pour faire face à des difficultés ennuyeuses, Naevius s’était installé en province (III, 12) : « Voici donc Naevius arraché aux salles de Licinius (atria Licinia), à la réunion des crieurs publics, et transporté en Gaule, jusqu’au-delà des Alpes ». Il y avait peut-être des lieux où, à Rome, l’on pouvait évoquer plus aisément qu’ailleurs la conjoncture économique du monde méditerranéen,/46/comme dans la Bourse d’Amsterdam au xviie siècle les affaires du monde entier16. Si l’on estime que la situation décrite par Cicéron devait être encore plus spécifique du point d’ancrage de la domination romaine en Transalpine, Narbonne avait dû devenir pour beaucoup d’Italiens, tentés par l’aventure dans le Far West occidental, un point à atteindre, une nouvelle résidence, qui se substituait à Rome. Cicéron enchaîne : « il en résulte un grand changement de milieu (mutatio loci), mais pas de caractère ». De fait, c’est en Gaule que Naevius passe désormais le plus clair de son existence. Mais il ne rompt pas avec Rome, où il conserve des attaches et où il lui arrive même de se rendre assez fréquemment, surtout quand il le faut pour faire progresser ses affaires. Mais ses voyages ne paraissent pas aussi fastidieux que ceux de R Quinctius, pour qui le déplacement depuis l’Italie est un arrachement au pays natal. Les deux hommes, et les milieux qu’ils représentent, apparaissent ainsi très distants dans la bouche de l’orateur.

  • 17 Il faut tirer profit du commentaire de Kinsey 1971, p. 63 (sur la présentation assez elliptique du (...)

12Il ne faut pas oublier que C. Quinctius, le frère de Publius, avait certainement précédé en Gaule Naevius17. Peut-être Cicéron essaie-t-il de dresser de lui une image rassurante, afin de mieux accuser le contraste avec le portrait de Naevius. Il le présente en effet d’une façon traditionnelle : C. Quinctius est un paterfamilias et prudens et attentus (III, 11), attaché à la terre, même s’il ne dédaigne pas l’exploiter au mieux et en retirer tout le profit, ce qui demeure honorable. Mais il disposait, en propre, avant même de s’associer à Naevius, d’une belle exploitation rurale (III, 12) : erat ei pecuaria res ampla et rustica sane bene culta et fructuosa. Une partie de ses biens fera l’objet d’enchères (IV, 15 et V, 20). De tous les personnages mentionnés, il est celui qui, le premier, a choisi de résider en Gaule ; et c’est là qu’il meurt. N’oublions pas, de plus, que pour gérer ces biens qui lui sont parvenus par héritage, P. Quinctius, son frère, doit séjourner longuement en Gaule.

13C. Quinctius et Sex. Naevius offrent peut-être deux images diverses de ces Italiens établis en Transalpine. Le premier est aussi le plus anciennement établi, bien avant la création de la société qui attire Naevius dans ce pays. Il y réside, vraisemblablement de façon définitive, et il se consacre à la mise en valeur de ses terres. Celles-ci sont vastes, ce qui doit distinguer le personnage du monde des colons, lotis certes mais plutôt modestement. C. Quinctius n’est pourtant pas coupé du monde des affaires, prompt à saisir les occasions de faire du profit. Il ne dédaigne pas de donner à son activité des formes neuves, dépassant le cadre de l’exploitation familiale, en s’associant à un personnage dont les préoccupations sont un peu différentes. En effet, pour Naevius, l’association /47/ semble être conçue comme une affaire purement spéculative, à l’image des autres activités marchandes qu’il entreprend. S’il est arraché à Rome, il ne rompt pas avec les milieux d’affaires qui s’y trouvent et il ne semble pas s’attacher à la terre comme l’avait fait son associé.

14Il n’en reste pas moins que ces deux types sont associés dans l’exploitation de la province. Ils sont réunis par la possibilité de s’engager en commun et d’articuler ainsi leurs intérêts. Ils divergent tout de même, car C. Quinctius semble appartenir à la catégorie des hommes de patrimoine foncier, tandis que Sex. Naevius s’ouvre davantage à d’autres activités économiques.

15C. Quinctius avait aussi des dettes et son frère éprouve des difficultés à mobiliser les liquidités nécessaires. C’est aussi une différence qui l’oppose à Naevius. Mais s’il faut établir une comparaison entre R Quinctius et Sex. Naevius, deux autres types se manifestent, qui font apparaître une distinction entre l’Italie et la province (Gallia). Le monde que représente Naevius dispose de liquidités partout et de la capacité d’engager des affaires tant en province qu a Rome ; ses affaires sont aussi plus diverses, associant l’exploitation foncière à d’autres trafics, notamment celui des esclaves. Le monde auquel il appartient est composé de personnes qui ont une mentalité spéculative, et qui, quoique prêtes à se déraciner par rapport à Rome et à l’Italie, conservent une capacité d’ubiquité. Elles ont besoin, pour l’efficacité de leurs affaires, de tenir les deux extrémités du circuit des opérations dans lequel elles se sont engagées. P. Quinctius est quasiment à l’opposé, car il ne semble pas parvenir à comprendre les comportements de son adversaire.

16Le monde de C. Quinctius et celui de Sex. Naevius confinent à Narbonne. Telle doit être la société de cette ville, qui vit s’ajouter au lot de colons fondateurs, petits propriétaires fonciers dont l’horizon n’était peut-être pas exceptionnellement élargi, tous ceux qui, par esprit d’aventure et souci de faire fortune, se lancèrent dans l’exploitation des pays de l’Occident. Parmi ces derniers, les uns s’enracinèrent en transférant d’Italie les modes d’exploitation de la terre qui existaient dans la péninsule et en s’y livrant sans trop d’entraves ; les autres, quoique établis durablement à Narbonne, conservèrent des liens avec l’Italie dans un genre de vie qui impliquait une réelle mobilité.

II. Les sources du développement de l’emporion narbonnais

  • 18 Tchernia 1986, p. 74-85.

17L’accélération des importations vinaires italiennes arrima puissamment Narbonne au grand commerce méditerranéen. Cet aspect, marqué sur les cartes par les découvertes d’amphores vinaires italiques, a été mis en évidence par les travaux d’A. Tchernia, complétés par les observations de M. Bats. L’isthme aquitain a été, sans aucun doute, le point de passage d’un trafic important, reliant les régions côtières de la Tyrrhénienne à l’intérieur de la Celtique. Et des deux grandes voies suivies par ce trafic, la voie qui passait par Narbonne a longtemps été la plus importante par rapport à la voie rhodanienne18. La rupture de charge et la redistribution constituent ainsi des fondements de /48/ l’activité de l’emporion narbonnais jusqu’à l’époque augustéenne. Il ne fait pas de doute, à présent, que cette ville est le point d’ancrage d’une série de courants commerciaux ou d’activités économiques de grande amplitude.

18Mais l’attention portée aux données du Pro Quinctio permet maintenant d’aborder d’autres éléments composant le cadre économique dans lequel se développe Narbonne. Elle est au cœur d’un horizon économique dont il importe de définir d’autres éléments constitutifs. Les éléments habituels de l’emporion, à savoir les échanges de produits, se complètent d’autres données, montrant fortement qu’il s’est produit un dépassement du niveau commercial. Sont apparus, par dérivation ou par surimposition, des processus économiques autres que l’activité commerciale. Ils donnent à la colonie de Narbonne d’autres dimensions que celles d’une simple colonie de citoyens romains puisqu’a partir d’elle on embrasse un espace économique terrestre élargi, au-delà du territoire propre. Les éléments composant ce tableau s’affirment de plus en plus quand on avance dans le ier siècle av. J.-C. Le Pro Fonteio offre alors un premier repère chronologique, accompagné et suivi par la documentation épigraphique.

19II. 1. La colonie romaine doit être considérée en premier lieu

  • 19 Les recherches récentes sur le site permettent de conclure à un déclin rapide, sinon à un abandon, (...)
  • 20 On éclairera cette question à l’aide de Ferrary 2002 [dans le même colloque].
  • 21 Exposé de la question par Goudineau 1978, p. 692. L’attention sur ce problème a été attirée par Bad (...)
  • 22 Informations sur le personnage et la fonction : MRR III, Suppl. (1986), p. 211 : on admet qu’il gou (...)
  • 23 Cic., Pro Quinctio IV, 15 : auctionem in Gallia P. hic Quinctius Narbone se facturum esse proscribi (...)
  • 24 Sur le rôle de l'argentarius, Andreau 1987, p. 69-70, p. 75-77.

20Elle se substituait à l’oppidum de Montlaurès19 ; elle était ainsi plus proche des points de débarquement, établis au fond des étangs. Elle était aussi, par son rôle de capitale et de résidence des proconsuls, un centre de vie économique, en particulier pour les ventes aux enchères20. Quelle que soit la position que l’on adopte sur la création d’une province de Transalpine21, le rôle de Narbonne est évident dès l’époque du Pro Quinctio, soit comme capitale provinciale, soit comme chef-lieu d’assises à l’intérieur d’une province plus large. En effet, le conflit dont traite le discours se place sous le proconsul C. Valerius Flaccus qui, à l’occasion de son gouvernement, triompha de Celtiberis et Gallis : il devait disposer d’une province associant l’Hispania Citerior à une Gallia que E. Badian considérait comme l’ensemble de la Transalpine et que Ch. Ebel considérait comme la seule partie occidentale22. C’est à Narbonne que P. Quinctius avait fait procéder à la vente aux enchères de ses biens23. Si l’on ne peut tirer de ce choix /49/ une indication décisive sur la localisation éventuelle de ses biens, elle indique tout de même que Narbonne était un des lieux où se trouvait le personnel nécessaire à la réalisation de cette procédure (le praeco et l’argentarius)24. De toute façon, Narbonne apparaît dans le Pro Quinctio comme le seul lieu de vie financière dans la Gaule de cette époque, en tout cas comme un lieu de référence pour les Italiens établis in Gallia. En sorte que l’on peut se demander si, dans un certain nombre de passages le terme de Gallia n’est pas un simple substitut de Narbo, en particulier lorsqu’il s’agit d’évoquer les points de départ ou d’aboutissement de voyages entrepris par les personnages impliqués dans le conflit juridique.

21Si dans le Pro Fonteio, pour les besoins de sa défense, l’orateur lui rend avant tout le rôle de propugnaculum du peuple romain, et s’il retrouve ainsi un élément premier de l’existence d’une colonie romaine, il fait référence bien vite à l’ensemble des « intérêts » romains dans la région en énumérant une longue catégorie d’hommes d’affaires, qui montre qu’on ne peut pas réduire la domination de Rome à la présence d’une colonie de citoyens et d’une cité grecque, alliée très fidèle.

22II.2. Une part de l’activité économique qui se développe autour de Narbonne, et pour une grande part à partir d’elle, prend appui sur l’exploitation des ressources revenant au peuple romain : l’exploitation de l’ager publicus, les ressources du sous-sol.

  • 25 Mise au point, avec des éléments archéologiques neufs, par Gourdiole-Landes 1998.
  • 26 Christol 1998 d, p. 212-217 [voir aussi le chapitre 8 ; sur les nuances à apporter, voir l’introduc (...)
  • 27 Déjà Albenque 1948, p. 76-77.
  • 28 Christol 1986 a (d’où AE 1986,470).

23II.2.1. L’exploitation minière a été mise en évidence récemment. Elle concerne les zones de retombée du Massif central, où les affleurements métallifères sont nombreux. Outre le rebord de la Montagne Noire, étudié en particulier par Claude Domergue et par son équipe, un second secteur, tout aussi important, a été mis en évidence dans la haute vallée de l’Orb. Il s’agit de mines de plomb argentifère et de cuivre. L’exploitation des sites, quels qu’ils soient, est définie par une chronologie caractéristique, puisque le matériel archéologique comporte des amphores Dr 1, en général en grandes quantités, des céramiques campaniennes, puis des céramiques arrétines, enfin des céramiques sigillées sud-gauloises. La période ainsi définie commence donc dans la seconde moitié du iie siècle et s’étend jusque vers le milieu du ier siècle ap. J.-C.25. Il convient, à ce propos, d’articuler ces observations avec les données de l’épigraphie. En effet, dans la haute vallée de l’Orb, devaient se situer les Rutènes provinciaux de César26, c’est-à-dire une partie du grand peuple des Rutènes, intégrés dans la provincia à une date qui est encore problématique. Ceci ne s’était pas produit en 121, à l’issue des campagnes de Cn. Domitius Ahenobarbus. Mais cette intégration aurait pu se produire en 81, à l’issue de la guerre conduite par C. Valerius Flaccus, qui lui avait permis de triompher de Celtiberis et Gallis. En tout cas elle était acquise au moment /50/ du Pro Fonteio, ce qui a fait penser parfois à une décision de Pompée27. De ce secteur rutène, désormais provincial, provient l’inscription latine la plus ancienne de la province, à l’exception du milliaire de Domitius Ahenobarbus. Il s’agit d’un fragment provenant du village de Villemagne-L’Argentière, que ses caractéristiques paléographiques font comparer aux inscriptions d’Italie du ier siècle av. J.-C., à partir de Sylla28. S’il est impossible d’être plus précis, il faut se garder, par on ne sait quelle prudence, de ne retenir que la partie basse de la fourchette chronologique déterminée (à savoir entre l’époque de Sylla et l’époque d’Auguste). Surtout, le peu qui reste de ce texte important indique que le personnage cité était membre de la tribu Pollia, c’est-à-dire de la tribu qui fut celle des premiers colons narbonnais. La relation qui s’établit ainsi entre ce secteur minier, éloigné d’environ 60 km à vol d’oiseau, et la colonie doit être mise en évidence. Mais il faut ajouter à ce document un autre élément, tout aussi important. À quelques kilomètres du site de Villemagne-L’Argentière se trouvent les mines de Lascours, toujours dans ce pays rutène, tel que nous l’avons défini. Or, en ce lieu où apparaissent des tessères portant mention d’une societas Rut(enorum), qui ne peut être autre chose qu’une société d’exploitants italiens, le centre du village minier offre un habitat présentant des caractéristiques importées d’Italie. Les thermes ne peuvent correspondre qu’à un aménagement du cadre de vie par des Italiens pour des Italiens. Ne doit-on pas en dégager la conclusion que ce sont désormais les ressources du pays qui font l’objet d’une exploitation tenue par des entrepreneurs italiens, à faire entrer dans la catégorie des publicani du Pro Fonteio ?

  • 29 L’analyse du cadastre B de Béziers a été réalisée par Clavel-Lévêque 1995. Nous sommes de plus en p (...)

24II.2.2. L’autre composante de la construction d’un horizon économique terrestre est fournie par les développements relatifs à l’ager publicus. Une des données importantes de l’histoire de cette région, révélée aussi par l’archéologie, est le développement précoce des cadastres. L’un de ceux-ci, appelé cadastre B de Béziers, est vraisemblablement un cadastre dont l’histoire doit être retracée, pour la période antérieure à la création de cette colonie de vétérans (en 36 av. J.-C.), en liaison étroite avec la colonie de Narbonne. Ce cadastre se juxtapose au cadastre narbonnais, vraisemblablement celui de la fondation, à une époque où seule Narbonne est un point d’ancrage de la présence italienne en Transalpine. Il en assure ainsi un prolongement en structurant les zones de bons coteaux du Languedoc central29. Mais, plutôt que d’une hypothétique colonisation viritane, il pourrait marquer, sur un territoire enlevé aux indigènes qui, depuis la conquête, ne disposaient du sol qu’à titre précaire, l’emprise d’une forme nouvelle de possession et d’exploitation au profit des Italiens. Forme nouvelle/51/de possession, par concession de l’ager publicus à des exploitants qui en disposaient moyennant paiement d’un vectigal, ce qui permettait la constitution d’unités productives de bonnes dimensions. Forme nouvelle d’exploitation, parce que celle-ci se déroulait désormais dans un cadre d’activité transposé d’Italie. Le Pro Quinctio, en 81 av. J.-C., indique que le premier associé de Naevius, C. Quinctius, disposait en Transalpine de biens fonciers détenus de longue date, mais dont l’ampleur s’explique mal dans le cadre des distributions coloniaires. Puis le Pro Fonteio indique aussi l’expulsion d’indigènes de terres qu’ils ne pouvaient occuper jusque-là qu’à titre précaire. Il y aurait eu, ainsi, deux moments de mise en exploitation de l’ager publicus, en Transalpine, l’un plus proche du début du ier siècle, l’autre plus lié à l’action de Pompée. À première vue, il serait normal que les zones les plus proches de Narbonne aient fait l’objet de cette appropriation nouvelle, source de revenus et d’enrichissement pour les bénéficiaires. C’est pourquoi, alors que l’on semblait s’accorder pour mettre en relation la datation du cadastre B de Béziers et l’œuvre de Pompée, exécutée par Fonteius, on prendra en compte les travaux les plus récents, fondés sur l’observation de nombreux sites ruraux, pour mettre en évidence un horizon de la fin du iie et du début du ier siècle. On peut donc remonter de quelques décennies ce fait important pour l’histoire de l’hinterland narbonnais. Si l’on ajoute que ces remaniements jouèrent un rôle déterminant dans la structuration de l’espace rural, en établissant des centres d’exploitation qui perdurèrent le plus souvent jusqu’à la période de l’Antiquité tardive, échappant ainsi aux vicissitudes de l’histoire du peuplement, on ne pourrait mettre plus fortement en valeur l’importance de cette période, correspondant à la fin du iie siècle et au premier tiers du ier siècle, ainsi que les renseignements que l’on peut généraliser à partir des données sur la société de Naevius et de Quinctius, et à partir des indications du Pro Fonteio sur la présence d’aratores et de pecuarii, gens d’importance à côté des colons narbonnais.

25Ce que nous pouvons apprécier par la bonne connaissance du cadastre B de Béziers ne peut-il pas être recherché dans deux autres directions à partir de Narbonne : vers l’Ouest et le Lauragais d’une part, vers le Roussillon et les Pyrénées d’autre part ?

III. Les problèmes de la construction d’un espace économique

26Les questions de chronologie sont ici importantes. Elles permettent de mettre en évidence les diverses étapes de la construction d’un espace économique et la diversification dans l’exploitation des richesses. À toutes les étapes, que l’on se réfère à la strate du Pro Quinctio, à celle du Pro Fonteio, ou, par l’étude régressive de l’épigraphie, aux diverses périodes du ier siècle av. J.-C., on constate la présence d’Italiens et l’on n’a plus, à leur sujet, les mêmes problèmes de définition qu’aux époques précédentes, puisque l’issue de la guerre sociale a profondément modifié la situation des populations de la péninsule. La place de ces Italiens est essentielle dans la seconde moitié du ier siècle et aux débuts de l’époque augustéenne, lorsque, en sus des grands circuits commerciaux branchés au large sur l’Italie et la Méditerranée orientale, apparaît autour de Narbonne un espace commercial propre, apparemment plus autonome par rapport aux trafics issus de l’Italie et au monde commercial italien, même s’il est tenu par des Italiens d’Occident. /52/

  • 30 On doit mettre en évidence tout ce que peut apporter une bonne connaissance des activités artisanal (...)
  • 31 Christol 1997 a ; Christol 1998 c. Sur le développement du vignoble hispanique et sur l’acheminemen (...)

27Les affaires des Usuleni, telles qu’on peut les circonscrire et les analyser, permettent d’engager une réflexion sur ce point. En effet, depuis peu, les pièces d’un dossier articulant épigraphie amphorique et épigraphie lapidaire viennent suggérer que des Italiens, plutôt émigrés à l’image de Naevius que colons installés sur un lot de dimensions moyennes, ont construit, par leur dynamisme et par leurs affaires propres, un espace économique structuré autour de Narbonne, qui ne demande plus rien à l’Italie. Ils annoncent, dans certains domaines, le renversement d’un certain nombre de courants commerciaux à l’époque augustéenne et au ier siècle ap. J.-C. Dans le cas des Usuleni, il s’agit d’un groupe familial relativement ramifié qui joint à l’exploitation foncière sur un modèle courant dans l’Italie la plus dynamique, donc un modèle importé en Transalpine rompant avec les modes d’exploitation locaux, des activités commerciales révélant peut-être une prise de risque sur certains trajets d’Occident. Les deux parents, P. Usulenus Veiento et M. Usulenus, sont possessionnés dans l’avant-pays de Narbonne en direction du Lauragais, certainement au-delà du territoire de la colonie, dans une zone qui put être ajoutée à un certain moment à ce dernier et qui constituait un pagus à l’époque augustéenne. Absentéistes, ils sont représentés par leurs affranchis dans la vie locale. L’on sait depuis peu, par ailleurs, que M. Usulenus faisait fabriquer des tuiles sur son domaine, comme d’autres propriétaires d’origine italienne en d’autres secteurs dépendant de Narbonne30. Mais c’est le destin de P. Usulenus Veiento qui se dégage de la façon la plus significative. Ce personnage, père d’un grand notable de la fin de l’époque augustéenne, outre la gestion de ses domaines, s’est lancé dans le trafic du vin hispanique. Avait-il aussi des domaines dans l’Ampurdan, là où le matériel archéologique livré par des fours de céramique a fait connaître sa marque, apposée tant sur des tuiles que sur des amphores ? Il faudrait alors déterminer pourquoi il se trouvait propriétaire assez loin de Narbonne : avait-il effectué des investissements ? Peut-être ne faut-il pas trop presser la documentation, si l’on s’engage sur cette voie, pourtant classique, d’une articulation entre possession du domaine et valorisation de la production. Si l’on n’est pas sûr qu’il ait été possessionné, à tout le moins avait-il tourné son regard vers les possibilités de profit que suscitait le développement du premier vignoble hispanique, en Léétanie et dans l’Ampurdan. En faisant signer de son nom une production amphorique, il pouvait révéler son contrôle sur la commercialisation d’un produit qui, dès la seconde moitié du ier siècle av. J.-C., commençait à s’imposer sur l’isthme aquitain31. Narbonne apparaissait alors comme le centre de ses affaires, mais dans un contexte économique détaché de l’Italie. /53/

IV. Les hommes : les Italiens d’Occident

  • 32 Gayraud 1981, p. 479-491.

28À l’époque concernée, au cœur de la vie de ce que Strabon qualifie d’emporion, se trouvent donc des Italiens. Il s’agit non seulement des descendants des colons, mais encore et surtout de ceux qui sont venus d’eux-mêmes pour s’installer, travailler, trafiquer, s’enrichir... ou se perdre, si l’on retient toutes les connotations morales du portrait de Naevius par Cicéron. Le cas de Naevius, celui de P. Quinctius, constituent des repères significatifs de ce mouvement. Plus anonymement, le Pro Fonteio énumère successivement diverses catégories (V, 12) : negotiatores, coloni, publicani, aratores, pecuarii. C’est cet afflux d’hommes d’affaires, d’affaires de toutes sortes, qui donne à la société narbonnaise, telle que nous la connaissons par l’épigraphie de la seconde moitié du ier siècle av. J.-C. et de l’époque augustéenne, les traits distinctifs de son originalité32 :

  • une anthroponymie fortement imprégnée par les influences italiques : gentilices rares ou peu répandus, parfois exclusivement concentrés à Narbonne, au sein de la province de Transalpine ;

    • 33 CIL XII, 4964. Ce type de dénomination, extrêmement concentré à Narbonne, a été mis en évidence pou (...)

    une épigraphie qui révèle une forte proportion d’affranchis et d’affranchis d’affranchis. Ces derniers sont aisément reconnaissables, car ils indiquent souvent leur statut par référence non au prénom du patron, mais en référence à son surnom. Et ce dernier est, le plus souvent, un cognomen caractéristique des esclaves ou des anciens esclaves. Par exemple C. Maius Philarguri 1. Masclus, dont le patron, Philargurus, porte un surnom qui est caractéristique des esclaves et des affranchis33 ;

  • une épigraphie qui révèle un nombre important de métiers, y compris les métiers de l’argent : ampullarius (fabricant de flacons), anularius (fabricant de bagues), capistrarius (fabricant de muselières ; bourrelier ?), gypsarius (celui qui moule le plâtre ; stuccateur ?), purpurarius (marchand de pourpre), vestiarius (marchand d’habits). Mais aussi, impliquant un artisanat plus développé, vascularius (fabricant de vases ; fondeur ?), aurifex (orfèvre). Et surtout des métiers qui tournent autour de l’argent, des affaires et des ventes aux enchères : argentarius et coactor argentarius, mensularius, nummularius. Parmi ces derniers aussi, la proportion d’affranchis est considérable.

  • 34 On rappellera ici les distinctions établies entre cette catégorie économique et sociale et ce que J (...)
  • 35 Christol 1997 c, p. 271-280.

29On retire de l’examen de cette documentation la conclusion suivante : la société de Narbonne, au moment de l’apogée commercial de la ville, est une société dans laquelle la place des artisans, celle des métiers, est également importante. Toutefois, en mentionnant cette activité dans le texte des épitaphes, on ne lui attribuait pas un caractère péjoratif. Ce monde de gros artisans et de gros boutiquiers, dont le bon niveau économique ne doit pas être méconnu, était fier de son rôle et de sa situation34. Une des familles les mieux connues, dont la trajectoire se développe entre le milieu /54/ du ier siècle av. J.-C. et l’époque augustéenne est celle des Vettieni. Tout semble partir d’un [C.] Vettienus T.f. Pol(lia), mensularius, qui pratiquait ce métier de l’argent vers le milieu du ier siècle av. J.-C. et durant les premières décennies suivantes. Grâce aux diverses composantes d’un enclos funéraire, nous connaissons les strates d’affranchis qui dépendaient de lui : en effet, son affranchi Metrodorus avait lui aussi un affranchi, Eros, personnage dont la richesse peut être évaluée par l’ampleur et la qualité de sa propre épitaphe. L’un puis l’autre apparaissent comme les continuateurs du tribule de la Pollia. Mais, pour finir, Eros se lie par son mariage au milieu des ingénus, montrant, à côté d’autres exemples, la possibilité de confluences entre ces deux groupes socio-juridiques35. Mais ces deux groupes ne sont-ils pas définis aussi par la distinction qui sépare, selon J. Andreau, les gros boutiquiers et les « hommes de patrimoine foncier » ? Toutefois, faute de connaître le gentilice de l’épouse de C. Vettienus Eros, l’enquête tourne court.

V. Conclusion

30Ce seul bilan justifierait une comparaison avec Délos, même si pour ces deux foyers économiques, les chronologies ne sont pas strictement identiques. Le cycle de la grandeur économique délienne s’engage avec un bon siècle d’avance sur le démarrage narbonnais. Il subit l’effet d’un choc au début de la seconde décennie du ier siècle av. J.-C., alors que s’affirment le rayonnement de Narbonne et sa puissance d’attraction. Il s’infléchit alors, puis s’interrompt, alors que s’ouvre pour Narbonne la période du plus grand épanouissement, dans le contexte de l’essor économique des provinces d’Occident, durant l’époque triumvirale et l’époque augustéenne. Nous devons toutefois poser une question, même s’il est difficile pour l’instant d’apporter une réponse satisfaisante. En effet, même si elle est vraisemblable, elle ne présente qu’un caractère supputatif. Il est difficile d’admettre que le volume des transactions, quoique important, ait atteint à Narbonne l’ampleur qu’il dut revêtir à Délos. Peut-être même faut-il envisager entre les deux emporia un véritable changement d’échelle, qui tient aux différences économiques entre les pays de la Méditerranée orientale et ceux de l’Occident romain. Il convient d’en tenir compte pour étudier les milieux sociaux liés à la vie de ces emporia.

31Néanmoins, le cas de Narbonne permet d’envisager, outre l’élargissement incontestable de la Méditerranée des Italiens, suivant quelles modalités apparut avec de plus en plus de netteté et de force ce point d’animation de la vie économique en Occident. Le rayonnement narbonnais ne dépend pas seulement de la bonne situation sur des courants commerciaux. Il résulte aussi d’un rôle peu à peu acquis dans l’animation d’une zone soumise à divers phénomènes d’exploitation (mise en valeur, c’est-à-dire transformation du cadre productif). Cette diversification des activités caractérise, sans aucun doute, l’histoire de Narbonne au ier siècle av. J.-C. et à l’époque augustéenne et confère à ses structures sociales une réelle originalité que l’on peut apprécier grâce aux données de l’épigraphie.

Notes

* Les Italiens dans le monde grec, iie siècle av. J.-C.-ier siècle ap. J.-C. : circulation, activités, intégration (actes de la table ronde, ENS, Paris, 14-16 mai 1988,) BCH Suppl. 41, Athènes, 2002, p. 41-54.

1 On s’appuiera sur les travaux rassemblés par Bresson-Rouillard 1993, en particulier sur les deux contributions d’Étienne 1993 et de Rouillard 1993. Diodore de Sicile, pour sa part, considère Narbonne comme le plus grand emporion de la Gaule (V, 38, 5) : Duval 1971, I, p. 286-289.

2 Sur les sources de Strabon, on se référera aux observations de Lasserre 1966, p. 4-6 et p. 106-109 : Duval 1971, I, p. 242-246.

3 Laffranque 1964, p. 67-85. Parmi les témoignages de contemporains se trouve celui de Charmolaos le Marseillais (Strabon III, 4,17). Sur l’intérêt de Posidonius, Feuvrier-Prévotat 1978. À propos de Narbonne, on se référera à Gayraud 1981, p. 77 et p. 98.

4 Comme on peut en prendre la mesure, à travers quelques travaux récents : Dangréaux 1988, Desbat 1987, Desbat 1989.

5 Sur la période précoloniale Barruol 1973, p. 55-59. La question d’un site précolonial, jusqu’ici non attesté, à l’emplacement de la ville romaine, a été posée à plusieurs reprises, sans que l’on puisse apporter de réponse. Sur le toponyme Naro/Narbo, voir aussi Gayraud 1981, p. 80.

6 Gayraud 1981, p. 49-57, p. 85-88.

7 Bats 1986, p. 408-409 ; voir aussi Étienne 1993, p. 30-32.

8 Gras 1993.

9 Goudineau 1992, p. 454-455 (= Goudineau 1998, p. 409-411).

10 Bats 1986, p. 409-411.

11 On s’appuiera sur les analyses de Gayraud 1981, p. 136-143, p. 159-160.

12 Gras 1993, p. 105.

13 Mise en perspective par Hinard 1975. On utilisera le commentaire de Kinsey 1971.

14 Barruol 1975, p. 291-293. L’auteur rappelle, p. 293 n. 2 les débats sur l’identification et la localisation de ce peuple, qui n’est pas autrement connu. Rappelons le commentaire de Kinsey 1971, p. 186 : « the location is no more than a guess based on Cicero’s exiguous evidence ».

15 Non seulement il participe à la société qu’il a mise sur pied avec C. Quinctius, et qui est appelée indifféremment ager (XI, 38 : ager communis ; XXIX, 90 : totum agrum, qui communis est, suum facere), saltus (XXIX, 90 ; voir aussi en VI, 28 l’association de deux de ces termes : de saltu agroque communi a servis communibus vi detruditur) et praedium (VII, 28 : expulsus atque eiectus e praedio), mais encore il fait le trafic des esclaves pour son propre compte (VI, 24 : vident perfamiliarem Naevi, qui ex Gallia pueros venales isti adducebat, L. Publicium). Sur l’avide recherche des gains et du profit que manifeste Naevius, marquée par le mot quaestus : III, 11, 12 (deux fois), 13.

16 Andreau 1987 a, (= Andreau 1997, p. 157-176). Il faut ici mentionner, dans le contexte de ces liens entre Rome et Narbonne, les suggestions offertes par le dossier de l’oculiste narbonnais L. Suestilius L.l. Aprodisius : ce gentilice, très rare, se retrouve particulièrement à Rome, par l’inscription de L. Suestilius L.l. Clarus, argentarius ab Sex Areis, et de L. Suestilius Laetus, nummularius ab Sex Areis (CIL VI, 9178) : Christol 1996 c, p. 313-318, ainsi qu’Andreau 1987, p. 109-110, 115, 216.

17 Il faut tirer profit du commentaire de Kinsey 1971, p. 63 (sur la présentation assez elliptique du personnage, en comparaison d’autres discours cicéroniens), p. 66 (sur la nature de la société constituée par C. Quinctius et Sex. Naevius), p. 70-71 (sur les liens d’affaires entre Sex. Naevius et P. Quinctius).

18 Tchernia 1986, p. 74-85.

19 Les recherches récentes sur le site permettent de conclure à un déclin rapide, sinon à un abandon, à partir du milieu du ier siècle av. J.-C., « peut-être même avant les années - 50 » : Mauné-de Chazelles 1998.

20 On éclairera cette question à l’aide de Ferrary 2002 [dans le même colloque].

21 Exposé de la question par Goudineau 1978, p. 692. L’attention sur ce problème a été attirée par Badian 1966.

22 Informations sur le personnage et la fonction : MRR III, Suppl. (1986), p. 211 : on admet qu’il gouvernait en péninsule Ibérique dès 92, et qu’il put ajouter la Gaule à sa compétence peut-être à partir de 85 : Badian 1966, p. 908 ; Ebel 1975, p. 363. On sait qu’il fait obtenir le droit de cité romaine à un notable helvien (César, BG, I, 47, 4) : Badian 1958, p. 305 ; Goudineau 1996, p. 74. On se référera aussi au commentaire de Kinsey 1971, p. 90.

23 Cic., Pro Quinctio IV, 15 : auctionem in Gallia P. hic Quinctius Narbone se facturum esse proscribit earum rerum quae ipsius erant privatae.

24 Sur le rôle de l'argentarius, Andreau 1987, p. 69-70, p. 75-77.

25 Mise au point, avec des éléments archéologiques neufs, par Gourdiole-Landes 1998.

26 Christol 1998 d, p. 212-217 [voir aussi le chapitre 8 ; sur les nuances à apporter, voir l’introduction de cette partie].

27 Déjà Albenque 1948, p. 76-77.

28 Christol 1986 a (d’où AE 1986,470).

29 L’analyse du cadastre B de Béziers a été réalisée par Clavel-Lévêque 1995. Nous sommes de plus en plus convaincu de la nécessité de remonter la datation de ce réseau avant l’époque pompéienne, à une époque qui devait être de peu postérieure à la fondation de Narbonne, et certainement antérieure au Pro Quinctio. Les effets de ce remodelage de l’espace rural ont été mis en valeur par la thèse de Mauné 1998, p. 39-57. Les données archéologiques récoltées plus récemment encore renforcent cette hypothèse.

30 On doit mettre en évidence tout ce que peut apporter une bonne connaissance des activités artisanales ayant pour siège le domaine rural : Christol 1999 e. Autre témoignage sur la production de tuiles à haute époque Sabrié 1992 [voir aussi chapitre 25].

31 Christol 1997 a ; Christol 1998 c. Sur le développement du vignoble hispanique et sur l’acheminement de sa production Tchernia 1986, p. 142-145.

32 Gayraud 1981, p. 479-491.

33 CIL XII, 4964. Ce type de dénomination, extrêmement concentré à Narbonne, a été mis en évidence pour la Gaule narbonnaise par Pflaum 1981.

34 On rappellera ici les distinctions établies entre cette catégorie économique et sociale et ce que J. Andreau appelle les « hommes de patrimoine foncier » : Andreau 1987, p. 363-364 et p. 393-394.

35 Christol 1997 c, p. 271-280.

© Éditions de la Sorbonne, 2010

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search