Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Jacobins de l’Ouest

 | 
Christine Peyrard

Deuxième partie. Mouvements populaires dans les campagnes et sociabilité révolutionnaire

Chapitre huitième. La Sarthe des mouvements populaires et des sociétés politiques

Texte intégral

1L’opposition si célèbre depuis les travaux de Paul Bois entre les villageois pauvres de l’est du département, ouverts à l’esprit citadin par le commerce des bourgeois et ralliés à la cause républicaine, et les paysans riches de l’Ouest, floués par les bourgeois conquérants des villes dans leurs opérations foncières et devenus leurs adversaires politiques, se manifeste-t-elle avec tant de clarté dans le temps court des événements révolutionnaires ? Les mouvements populaires opposent-ils l’Est à l’Ouest ? L’Est républicain, radical et libre penseur a-t-il vu fleurir les sociétés politiques ? Les options politiques des villes diffèrent-elles de celles de la campagne ?

La force du mouvement populaire et de l’idée révolutionnaire : le mouvement taxateur de l’automne 1792

2Le soulèvement de novembre 1792 est le plus important mouvement populaire de la Sarthe pendant la Révolution et a mobilisé des groupes de centaines, voire de milliers d’habitants pendant plusieurs jours comme durant l’été de la Grande Peur. Cette révolte frumentaire s’inscrit dans la plus grande série de troubles qui ont affecté la Sarthe, relativement peu touchée par le soulèvement anti-nobiliaire qui vient d’enflammer l’Orne voisine, même si le départ des volontaires, deux mois plus tôt, a suscité une réaction comparable à celle qu’avait provoquée la fuite du roi : perquisition de châteaux, menaces de pillage et voies de fait contre des particuliers suspects d’aristocratie.

  • 1 Vovelle (165), p. 230-276.

3C’est dans le cadre politique de l’après 10 Août qu’il convient d’analyser ce mouvement taxateur qui affecte l’ensemble des régions entre Seine et Loire1. C’est dans l’espace départemental que nous allons tenter de suivre quelques unes des pistes tracées par Michel Vovelle, en cherchant d’abord à comprendre le temps court des attitudes, des paroles et des actes des hommes sous la Révolution.

« Révolte frumentaire et conflit politique »

  • 2 Les sources principales sont les procédures judiciaires (A.D.S. L 320) et les registres de délibér (...)

4Les aspects économique et politique paraissent intimement liés dans les revendications de ces foules armées de fusils, piques ou bâtons, au nombre de cinq-cents, quinze cents ou cinq mille qui se portent « dès la pointe du jour » comme à La Ferté-Bernard, le 20 novembre, pour marcher vers Bonnétable, distante d’environ quinze kilomètres, ou se réunissent à deux heures du matin, comme à Sillé le 29, pour aller à Evron en Mayenne ou encore se rassemblent le soir même de la taxe au Mans pour être à Château-du-Loir, à une soixantaine de kilomètres, à l’heure du marché2. « L’inquiétude et l’espérance », comme pendant l’été 89, animent ces marcheurs.

  • 3 Registre de délibératons de La Ferté-Bernard, 19 novembre 1792.

5Inquiétude économique devant le prix du pain qui ne cesse de monter, qui alarme les femmes, toujours présentes dans ce type de rassemblement, qui mobilise « les classes indigentes, souffrant depuis trop longtemps de la disette des grains et du pain »3. Inquiétude financière, causée par la dépréciation de l’assignat, sans parler des « mauvais billets patriotiques » que méprisent ou refusent les cultivateurs sur les marchés. Jamais depuis le printemps 1789, le pain n’avait été aussi rare et cher au Mans. Est-ce à dire que la peur de la famine mobilise les foules pareillement sous la monarchie absolue que sous la toute nouvelle République ?

6Ce serait passer sous silence la joie de ceux que l’on n’appelle pas les émeutiers, mais « les insurgents ». Joie qui éclate au Mans lorsque les attroupés de Bonnétable, aux portes de la ville, sont finalement reçus par les autorités constituées, prévenues contre « des brigands » et découvrant « un rassemblement de citoyens ». Joie qui s’exprime dans les cris et les danses qui s’organisent spontanément sur la place publique après la taxation du blé et du pain. Joie que l’on veut partager en allant dire aux habitants d’une autre ville ou bourgade : « N’êtes-vous pas heureux que nous venions vous faire le pain moins cher ? »

  • 4 Déposition de Louise Grison, femme d’un cultivateur de St-Mars-sous-Ballon, le 23 janvier 1793. La (...)
  • 5 Information contre Lécuyer, chirugien à Bonnétable, accusé d’avoir pris part à l’insurrection de B (...)
  • 6 Déclaration du maire et des officiers municipaux de Laigné-en-Belin le 10 décembre 1792 et informa (...)

7L’attachement à la règlementation économique, manifeste dans la Sarthe comme elle l’était dans le district de Verneuil au printemps, implique la critique du libéralisme économique comme idéologie dominante et politique gouvernementale. Cette révolte des consommateurs contre les producteurs, révélée à l’origine même du soulèvement par la place des bûcherons et ouvriers des verreries de la forêt de Vibraye, ne se contente pas de proposer une forme d’action directe, partout reproduite pour imposer la taxe sur le marché. Elle définit aussi la nature politique du conflit. Il ne s’agit pas de causer du tort aux petits fermiers et métayers chez lesquels les taxateurs se portent ensuite, élargissant ainsi le cadre urbain de la révolte, mais de changer la vie : « s’ils faisaient diminuer le prix du grain, ils feraient aussi diminuer le prix des fermes »4. Les propriétaires l’ont bien compris et vont dénoncer ceux qui, tel ce chirurgien de Bonnétable est allié inventorier, avec des journaliers et des bordagers, les greniers des environs de Ballon et organiser la vente des boisseaux de blé découverts au prix de la taxe du jour5. Le boulanger n’est pas soupçonné d’accaparement ; ce boutiquier, victime comme le peuple de la rareté du grain, est signalé parfois, comme à Laigné-en-Belin, comme étant de ceux qui se portent chez les fermiers « au nom de la loi » pour acheter au prix de la taxe et « avec de mauvais patriotes, parce que c’est tout ce qu’on lui donne » le blé nécessaire au ravitaillement du bourg6.

LE MOUVEMENT TAXATEUR ET LES CLUBS SARTHOIS DE NOVEMBRE 1792

LE MOUVEMENT TAXATEUR ET LES CLUBS SARTHOIS DE NOVEMBRE 1792
  • 7 Le dossier relatif aux troubles des grains à Sillé, montrant l’adhésion des communautés rurales de (...)

8Cette revendication économique, porteuse de ce postulat de classes, crèe alors un vaste consensus qui rallie autour du programme populaire, ancien par sa forme et son but, la plus grande partie des communautés rurales et urbaines. La géographie du mouvement taxateur n’oppose pas, comme le croyait P. Bois, les régions pauvres aux pays riches en grains : né, certes, das l’est du département, le mouvement s’est propagé dans l’Ouest où avaient eu lieu, au printemps 89, de nombreux troubles frumentaires, légitimés par les autorités de police et de justice. La taxe a été apportée au marché de Sillé-le-Guillaume par les habitants de Beaumont et, avant, de Fresnay, c’est-à-dire les deux villes, derrière Mamers, les plus constamment agitées par la question des subsistances. Le lendemain, les communautés rurales de Mont-Saint-Jean, Grez, Saint-Rémy, Pezé et, hors du canton de Sillé, celles de Segrie et Vernie, conduites par leurs élus en écharpe, encadrées par leur commandant de la garde nationale et emmenant parfois leur curé, se sont réunies au chef-lieu du district pour aller, en pleine nuit, porter la taxe du département dans celui de la Mayenne7.

9La politisation des Sarthois est évidente dans ce grand branle-bas de novembre 1792. On parle dans telle auberge de Ballon de « mettre à la raison les ennemis de la patrie ». On vante à La Ferté-Bernard le « patriotisme » de ceux qui les engagent par leur exemple à aller faire la taxation dans différents marchés. Sans cet élan patriotique de 92, on ne saurait comprendre pourquoi ce sont non seulement des villages entiers qui se soulèvent, mais aussi des bourgs qui se vident, comme dans le canton de Sillé où l’on est obligé d’annuler une vente de biens nationaux parce que ceux qui auraient pu enchérir étaient tous partis à Evron taxer le pain, pourquoi s’insurgent bon gré mal gré les habitants de la ville et de la campagne, les fortunés et les indigents, pour porter de proche en proche le message révolutionnaire fait de joie et d’espoir.

10Un programme économique d’ancien style : « la taxe sans délai ». Une propagation de la nouvelle calquée sur celle de la Grande Peur. Un mouvement organisé qui témoigne de l’aptitude de ces foules révolutionnaires à poser le problème des subsistances en termes politiques dans un soulèvement qui devient alors insurrection révolutionnaire.

La loi ou le salut public

11On peut tenter d’aborder les mentalités révolutionnaires en prêtant attention à ce qui se dit au marché, au cabaret et à l’auberge.

  • 8 Interrogatoire de Marin Reuvazé, marchand-fabricant de toiles du Mans, le 24 janvier 1793. Alors c (...)

12D’après les interrogatoires de ceux qui ont été arrêtés, on peut assez bien restituer les bruits qui ont couru sur le marché. Après l’énoncé du pourquoi : « le peuple souffre. Nous voulons le soulager. Le pain vaut 40 sols les douze livres, si vous voulez le manger à 20, joignez-vous à nous ! », on raconte le comment : « il y a eu d’autres rassemblements qui avaient eu lieu depuis Paris et il y avait lieu de croire que cela aurait lieu également dans toute la France ». Mais on donne d’autres versions : « cette taxe avait commencé à Versailles et il était malheureux que, si proche d’elle, la Convention nationale ne l’ait pas arrêtée et l’ait laissée venir jusqu’au Mans » ou bien : « il y avait un décret de la Convention » ou encore : » cela pouvait venir du parti de Marat ou de la verrerie de Montmirail ». En tout cas, une chose est sûre : « il faut faire ailleurs comme Bonnétable a fait ici : c’est une boule jouée, il faut la pousser ! »8.

13On se retrouve au cabaret pour en discuter ; on en dénombre une dizaine au Mans dont un est plus particulièrement fréquenté. On y reste parfois des heures ou l’on y passe tout l’après-midi pour convaincre les hésitants. L’auberge est, pour ces marcheurs, une étape où l’on s’arrête pour se rafraîchir, pour annoncer les nouvelles et diffuser les mots d’ordre même si les aubergistes de Ballon, Ecommoy ou Château-du-Loir ne sont guère bavards avec les juges de paix.

14Les lieux et formes de la communication restent si traditionnels, consacrant la rumeur comme première source d’information, qu’on s’interroge sur le rôle joué par les nouveaux vecteurs de l’opinion, promus par la Révolution.

  • 9 A.C. Le Mans 1006, séance du 4 mars 1792.

15A la société des Amis de la Constitution du Mans, la question de la misère du peuple, abordée dès l’époque de sa création dans les termes traditionnels de l’assistance due aux pauvres, est soulevée au printemps 1792 sous la pression populaire. La réponse politique fournie alors par les leaders du club, Levasseur et Philippeaux, ne déroge pas à la pensée libérale commune en prêchant la soumission la plus entière aux lois et en condamnant l’insurrection voisine9. Quant aux rédacteurs du Courrier Patriote du département de la Sarthe qui pensent que « le peuple ne s’éclaire pas en un instant », ils accueillent sans doute favorablement dans le journal du club, le 27 mai, le discours conservateur de l’ordre social de Roland, ministre de l’Intérieur. Toutefois, depuis février 1792, le club manceau s’est démocratisé en intégrant les membres de la Société Fraternelle et en siégeant dans le quartier populaire. Aussi, après l’insurrection taxatrice, la prégnance des idées sans-culottes dans « le temple de l’Égalité » sera mise en cause. Si le club n’est pas le lieu où s’élaborent les idées taxatrices, il offre néanmoins le cadre d’un débat d’idées dont témoigne l’éditorial du 25 novembre dans Le Courrier Patriote. Après avoir dénoncé l’influence des désorganisateurs, anarchistes et maratistes chez les Jacobins de Paris en reprenant les idées dominantes véhiculées par la presse nationale, les journalistes manceaux analysent les causes de l’agitation frumentaire et concluent que : « dans des circonstances critiques, la seule loi à consulter c’est le salut du peuple ». Non seulement la taxe adoptée par la ville du Mans est la seule solution, mais il est nécessaire qu’« elle se propage dans toute la République car autrement le blatier mènerait son blé où il le vendrait plus cher ». Même si cet éditorial, comme ses rédacteurs le diront six mois plus tard, « nous fit beaucoup d’ennemis », le rôle de la presse locale se borne à enregistrer un phénomène d’opinion.

16Car le mouvement taxateur, riche de la pratique qu’il met en œuvre, touchant aussi bien les villes que les campagnes, les régions productrices de céréales que les terres pauvres, les communes politisées par l’existence d’un club que les autres, se veut légal : la loi, depuis le 10 Août, est celle « du peuple souverain ». C’est bien cette loi que les attroupés font appliquer lorsqu’ils exigent, partout où ils passent, la promulgation de la taxe par les autorités constituées. Munis de ce papier officiel qui, au Mans, sera doublé par l’arrêté du département, fixant « la taxe pour toujours », les taxateurs font proclamer sur le marché par un officier municipal le nouveau prix du pain et du grain.

  • 10 Registre de délibérations de Sablé, le 19 décembre 1792.
  • 11 Déclaration de M. Huet, marchand au Mans, le 12 janvier 1793 devant le juge de paix de Château-du- (...)

17Le sentiment que le salut public commande le peuple souverain dans son entreprise taxatrice est largement répandu : la force armée légale prend fait et cause pour l’insurrection. Les gardes nationaux de La Ferté-Bernard répondent aux autorités de la ville, prévenues la veille de la marche des taxateurs, que « loin d’empêcher ceux qui devaient venir taxer les grains, ils se disposaient au contraire à bien les recevoir ». On signale aussi la fraternisation des volontaires, casernes dans la ville, avec les attroupés. Quand les autorités de Sablé demandent du renfort aux gardes nationales voisines, le procureur de la commune d’Auvers-le-Hamon leur fait savoir que « s’il donnait un réquisitoire, ce serait au contraire pour aller les aider à entrer dans Sablé et y établir une taxe que les administrateurs pervers refusaient de recevoir »10. Le soulèvement populaire aboutit à une subversion totale des autorités et de la force armée car le tocsin que l’on fait sonner partout et la générale que l’on fait battre entraînent le citoyen « animé du désir de servir sa patrie » à « prendre son uniforme et son sabre », s’il en a un, pour se ranger en ordre de bataille sur la place d’armes11.

18Évidemment, il y a des réticents à qui, au Mans, on répond : « Il n’était jamais d’accord parce qu’il mangeait tout son saoul et qu’il n’avait jamais que de la loi à parler ». A un autre que l’on va chercher chez lui : « F.M., n’entends-tu pas battre la générale ? tu vas te lever ! Si c’était pour aller chercher les grains pour la municipalité à neuf livres par jour, tu te levais bien et comme c’est pour le faire diminuer tu ne veux pas venir ! ». On invective : « C’est un aristocrate ! ». On menace un autre : « C’est un scélérat ! Il ne veut jamais le bien du peuple ! Il faut lui couper le col ! » ou, dans un autre style : « Le premier qui ne partirait pas aurait affaire aux femmes ! ». Mais celui-là ne s’est pas présenté et Le Mans devient le centre des raids taxateurs. Plus que ces menaces, c’est la présence d’un officier municipal et de l’adjudant général de la garde nationale, à la tête du rassemblement manceau, qui rassure les timorés.

  • 12 Interrogatoire de J. Hoguin marchand au Mans, le 17 janvier. Reconnu non coupable, le sous-lieuten (...)

19La garde nationale, armée nouvelle ? Ce n’est pas la première fois que la milice citoyenne se range du côté des insurgés. Celle de Bonnétable, en lutte permanente avec la municipalité, a un caractère mutin prononcé. Celle des quartiers populaires du Mans s’est insurgée dès l’automne 89 et « la fureur des piques », notée par le journaliste sarthois, a conduit à l’expulsion du régiment des Dragons au printemps 1791. La démocratisation de l’ancienne milice bourgeoise et la révolution parisienne de l’égalité lui donnent un caractère nouveau. Sans doute, ne doit-on pas attacher plus d’importance qu’il n’en faut aux réponses de ceux qui, arrêtés en janvier 1793, dirent d’une seule voix : « Il ne vit personne commander la troupe en chef ». Mais on doit être attentif aux paroles et comportements qui traduisent la mentalité désormais républicaine de la garde nationale. Par exemple, au cabaretier-passementier, commandant du bataillon de St-Benoît au Mans, qui prétexta pour ne pas partir qu’« il ne pouvait quitter son poste, étant commandant de service », les attroupés répliquèrent : « Foutre ! il n’y a pas de commandant ici. Nous sommes tous égaux. Il faut marcher ! » A ce sous-lieutenant que les taxateurs allèrent chercher chez lui et qui, contraint et forcé, « prit son uniforme et sortit », ils lui dirent une fois dans la rue « qu’il ne fallait point d’épaulettes d’officier », et les lui ôtèrent en disant : « Portez cela chez vous ! »12. Parce que « la générale bat de par la voix du peuple » et que désormais « c’était le règne de l’égalité », les citoyens-soldats doivent mettre bas leurs épaulettes même si l’on a besoin de ceux qui « connaissent le service » pour règler la marche des taxateurs.

20« Ces enragés, à chaque pas cette étude nous les découvre » écrit M. Vovelle : que sait-on sur eux ?

Les enragés sarthois

  • 13 Ainsi, les cadres de l’insurrection de l’Est sarthois nous restent en grande partie inconnus. Sur (...)

21Les procédures judiciaires, instruites par les juges de paix du canton où se sont produits les troubles, se révèlent très lacunaires. Les 130 inculpés dont les interrogatoires ont pu être retrouvés, sont originaires surtout des cantons de Bonnétable, Beaumont, Sillé et Le Mans, c’est-à-dire une faible partie des zones insurgées13. Dans les villages comme dans les bourgs ou les villes, ce sont les cadres institutionnels (élus municipaux ou officiers de la garde nationale) qui sont appelés à rendre des comptes. Par ailleurs, si le juge de Château-du-Loir nous instruit jusqu’à la couleur de l’habit, du gilet, des bas et la forme des culottes des taxateurs manceaux, celui du canton de Sillé expédie si vite les interrogatoires en décembre qu’il ne laisse pas même le temps aux prévenus de décliner leur identité complète car le bruit court dans la ville que la Convention prépare un décret d’amnistie et qu’il serait bon d’être circonspect avec les notables du canton.

22Le taxateur manceau est, en revanche, bien connu. Socialement, il appartient au monde de l’échoppe et de la boutique. Il a 37 ans, il habite dans le faubourg populaire, il porte habit et culottes, rarement le bonnet rouge et il sait signer son nom. Dans un cas sur trois, il est officier de la garde nationale. Dans un cas sur deux, il est membre de la société populaire et a été clubiste aussi bien dans l’ancienne société des Amis de la Constitution que dans l’ancienne société Fraternelle. En l’an II, les deux-tiers seront inscrits sur la liste des Sans-Culottes dévoués au maintien des lois et cinq d’entre-eux seront encore des adhérents de l’an III alors que les autres auront été victimes des épurations de la société en Germinal et Thermidor, à l’image des deux anciens secrétaires de la société qu’il convient de présenter.

  • 14 Sur le rôle de l’hébertiste parisien en l’an II, se reporter en particulier à A. Tuetey : Répertoi (...)

23Les citoyens Valframbert et Potier de la Morandière jouent, en effet, un rôle déterminant dans le mouvement taxateur. Le premier, chef d’un bataillon manceau, a conduit la marche des gardes nationaux du chef-lieu du département vers le bourg de Loué où il a fait proclamer la taxe sur le marché. Membre de la société depuis le mois de mars, il s’y est fait remarquer par son zèle patriotique qui le fait élire secrétaire deux mois plus tard. Antifédéraliste en 1793, il est conservé membre de la société, après l’épuration de l’été, quoiqu’il réside alors à Paris. Promu commissaire à la Guerre, l’Enragé de 1792 devient naturellement Hébertiste en l’an II14.

  • 15 De la Chenaye-Desbois, Dictionnaire de la noblesse, Paris, 1776. R. de Warren, Grand Armoriai de F (...)
  • 16 La généalogie de Potier-Morandière a été dressée à partir du dépouillement des registres des paroi (...)

24La figure majeure du mouvement populaire de novembre 1792 dans la Sarthe est celle de l’administrateur du département et adjudant général de la garde nationale mancelle qui mérite bien une enquête biographique. Pierre, Alexandre, Henry Potier de la Morandière (1761-1829) appartiendrait à une famille d’ancienne noblesse, fournissant dès le xvème siècle d’illustres magistrats au Parlement de Paris15 et qui aurait, dans ce cas, dérogé depuis le xviiième siècle au moins. En effet, son grand-père paternel est mentionné comme teinturier à Paris et son père, Pierre Henry Potier, lieutenant de la Louveterie du Roi, seigneur de Noyau, s’établit au Mans comme marchand-teinturier. Après le décès de sa première femme qui lui donna dix enfants, dont deux moururent sans doute en bas âge, il se remaria l’année suivante, en 1758, avec Anne Caillon, fille d’un marchand épicier manceau et ancien juge-consul comme lui. Leur fils, Pierre-Alexandre-Henry naquit le 25 juillet 176116.

25Entre la carrière du négoce qui occupa les deux aînés, Jean-Pierre, seigneur de Noyau et François-Louis, seigneur des Fourneaux, tous deux maîtres-teinturiers dans le faubourg populaire du Mans, la filière administrative qui conduisit Pierre-François Potier du Boulay à devenir contrôleur ambulant de la Régie générale de Tours, puis receveur des aides à Bourgueil et contrôleur de la Régie à Chinon, la vocation religieuse qui fut celle des quatrième et huitième enfants du premier mariage et, enfin, la carrière des armes qui attira le sixième, Pierre Potier de la Formandière, à Saint-Pétersbourg où, d’ailleurs, il s’établit, c’est à cette dernière voie qu’était sans-doute destiné le dernier fils du second lit. P.A.H. Potier, seigneur de la Morandière, était en effet lieutenant des Chasseurs du Roi en 1786, à l’époque de son mariage. La fortune paternelle, évalué à 139.000 livres au moment de son décès, permit de marier les deux filles avec un contrôleur des vingtièmes dans la généralité de Tours et un contrôleur du grenier à sel du Lude.

  • 17 Voir le fonds 108 J 286 rassemblant les documents notariés relatifs à la succession de son père, p (...)

26A la mort de son père en 1775, le futur leader des Enragés manceaux hérita de 7.600 livres que lui versa, à sa majorité, son parrain et demi-frère, l’aîné des Potier qui garda la terre de Noyau17. Après avoir résidé à Caen et Paris, dans le faubourg St-Germain, quand il était officier de chasses de la Louveterie, c’est à Blois qu’il trouva son épouse, Marie-Adélaïde Dubin, fille d’un bourgeois de la ville. C’est au Mans que le jeune couple s’installe ; leur premier fils mourut un an après sa naissance et le second naquit en juillet 1789 mais il causa la mort de sa mère, âgée de 20 ans.

  • 18 Le parrain de François-Louis Potier, notamment, est l’honorable François Véron-Duverger, un des gr (...)
  • 19 Sur les familles consulaires du Maine, se reporter aux articles de P. Planche « La juridiction roy (...)

27Dans ce milieu du négoce manceau où les Potier sont bien intégrés comme le prouvent la charge consulaire et les alliances familiales18, les aspirations révolutionnaires se manifestent avec force dans le cahier des doléances des juges-consuls du Mans, parmi lesquelles on peut retenir la suppression de la féodalité et l’égalité fiscale, la représentation politique et la liberté de la presse, l’accès des membres du tiers-état à tous les emplois et la possibilité « pour la noblesse, sans déroger, de faire toute espèce de commerce, soit en gros soit en détail »19.

  • 20 Bois et M. Auffret « La période révolutionnaire », Histoire du Mans, s. d. F. Dornic, 1975, p. 211
  • 21 A.C.Le Mans 239.
  • 22 A.C. Le Mans 1006.

28Ce « noble dévoyé », dont parlait P. Bois20, se dit « bourgeois » quand il entre dans le Comité permanent de la ville du Mans, constitué pendant la révolution de juillet21. Le sous-lieutenant de la milice citoyenne d’octobre 1789 confirme cet engagement de première heure en adhérant à la société des Amis de la Constitution, un mois après sa création. En mars 1791, il forme une « association patriotique » dont le but est de réunir des patriotes pour « voler au secours de la patrie en danger »22. Six mois plus tard, un membre l’accuse d’avoir déserté son poste de volontaire et propose de le rayer du tableau de la société, ce qui nourrit, d’une manière acerbe, les colonnes du Journal Général de la Sarthe. En février 1792, il est secrétaire de la nouvelle société, qui résulte de la fusion des deux précédentes, dont R. Levasseur est le président. Le 30 août 1792, l’adjudant général de la garde nationale mancelle, nouvellement élu par ses camarades, propose à la société une motion qui est adoptée et diffusée dans la ville, invitant les fabriquants à augmenter le salaire de leurs ouvriers, vu la cherté du pain.

  • 23 Interrogatoire de Potier-Morandière devant le juge de paix de Château-du-Loir, 27 décembre 1792.

29En novembre 1792, administrateur du département, il fait voter par le directoire « la taxe pour toujours » ; officier de la garde nationale, il convainc les hésitants à se porter vers Sablé, Loué, La Flèche et Château-du-Loir. Parti à « l’avant-garde » du mouvement, il raconte aux élus du district et de la ville de Château-du-Loir que trois à quatre mille hommes, munis de pièces de canon, vont assiéger la ville si la taxe n’est pas promulguée. Interrogé sur les raisons de l’ampleur du soulèvement, il dit au juge que « les attroupés marchaient au nom de la souveraineté du peuple et que, quant à lui, il pensait que cela pouvait venir du parti de Marat et de Robespierre »23. D’où la question posée par le juge de paix à tous les inculpés : « Si cela venait du parti de Marat et de Robespierre », à laquelle tous répondent négativement. Longuement questionné sur sa propre présence, il la justifie par la pression populaire et l’arrêté du département. En février 1793, quand le tribunal délivre un mandat d’amener, il n’est pas chez lui et sa mère ignore où il se trouve.

30Pour Potier de la Morandière, maire du Mans en 1793, commissaire de la guerre en l’an II, dirigeant jacobin traduit devant le Tribunal révolutionnaire en germinal, ennemi public n° 1 dans la Sarthe en l’an III, ce n’est que le début de sa carrière révolutionnaire. Pour le mouvement taxateur, la présence et le rôle de tels militants politiques expliquent, en partie, son ampleur à une époque où la société populaire jure haine aux anarchistes et où les Girondins dirigent la Convention. Ce contexte politique permet d’expliquer aussi les résistances que les taxateurs ont rencontrées dans la Sarthe.

L’esprit public en décembre 1792

31Dans un chef-lieu de district producteur de grains comme Sablé, dans celui de La Flèche qui n’a, pour ainsi dire, jamais été troublé par une émotion frumentaire, mais aussi à Mamers où les troubles de subsistance sont quasi permanents, on constate la même résistance des autorités, attachées à l’ordre public.

  • 24 A.D.S. L579.

32La grande peur des possèdants a affecté aussi bien l’ouest du département que l’Est. Les administrateurs de Sablé et de Mamers ont dénoncé cette « insurrection criminelle, attentatoire au droit de propriété », fait appel aux gardes nationales voisines, nommé des commissaires pour haranguer les citoyens et réclamé le déploiement de la force militaire. « La force armée étrangère » est jugée nécessaire à Sablé où l’on va caserner le 1er décembre « 200 frères d’armes de Laval » et demander au département d’y établir « une garnison de 50 hommes de cavalerie, aux ordres du district, pour porter secours là où elle serait requise »24.

  • 25 A.D.S. L 270.
  • 26 A.D.S. L 322. D’après les procès-verbaux de nomination des chefs de la garde nationale du district (...)
  • 27 A.D.S. L 322. État des demandes, formulées par les commissairres du département le 7 décembre 1792 (...)

33Cette armée au service des bons citoyens est la préoccupation majeure, aux lendemains de l’insurrection, des commissaires de la Convention qui arrivent le 30 novembre dans la Sarthe. Dès le 7 décembre, Lehardi, Couppé et Mathieu décident de licencier la garde nationale du Mans et de désarmer tous les citoyens qui ont « provoqué ouvertement l’infraction à la loi »25. Le 23 décembre, l’état-major de la garde nationale mancelle est entièrement renouvelé26. Les conventionnels en mission chargent, ensuite, les administrateurs sarthois d’une enquête sur la situation de la force armée, le civisme des chefs et l’esprit d’obéissance des gardes nationaux. Les réponses de sept districts permettent d’établir l’état de l’opinion publique27.

34Dans l’est du département, où est née l’insurrection, la subversion de la force armée est totale. Après avoir jugé son esprit civique très douteux, les administrateurs de La Ferté-Bernard et Saint-Calais se prononcent pour le licenciement de la garde nationale dans leur district ; ceux de St-Calais réclament, en outre, la présence des commissaires de la Convention et une force armée étrangère. Dans le district voisin de Château-du-Loir, où l’influence d’une trentaine de citoyens est jugée dangereuse, leur présence est également souhaitée. Cette enquête donne du bastion républicain sarthois une image contradictoire : ce mauvais pays, où « les têtes exaltées » et « les caractères indociles » ont beaucoup d’influence, est aussi celui où les citoyens s’engagent massivement dans la garde nationale d’après les effectifs donnés notamment par les districts de St-Calais et Château-du-Loir.

35Dans le Nord et l’Ouest, l’esprit civique des officiers n’est pas exempt de critiques. Les Saboliens dénoncent les mauvais principes du bataillon de Brûlon et les Mamertins réclament le licenciement du bataillon de St-Cosme, proche de Bonnétable et de La Ferté-Bernard, qu’ils ont désarmé le 26 novembre. L’épuration leur paraît nécessaire, quoique dangereuse ou impolitique. Les administrateurs de Mamers réclament une force armée étrangère dont ne veulent plus ceux de Sablé, après le casernement pendant quinze jours des Lavallois.

36Au sud, le district de La Flèche se singularise par le civisme et l’obéissance des officiers, la subordination de la troupe et la satisfaction de son armement : l’îlot sarthois de la force tranquille n’a aucun vœu à émettre.

37Munis de cette enquête, les commissaires de la Convention se déplacent alors dans les districts qui les ont sollicités ; à Mamers, dès le 10 décembre, ils élargissent un grand nombre de détenus et à Château-du-Loir, cinq jours plus tard, décident d’envoyer un renfort de soixante gardes nationaux à la foire de Lucé pour « maintenir la tranquillité menacée », à la satisfaction de l’opinion générale. Mais à Saint-Calais, les citoyens-soldats ont refusé de les accueillir ; à défaut d’inspecter la garde nationale, les administrateurs ont proposé à Lehardi de visiter l’Hôtel-Dieu en attendant de développer devant le peuple assemblé, dans la société des Amis de la Liberté et de l’Égalité, la nocivité de la taxation et les avantages de la politique gouvernementale. Pour briser la fronde collective, le conventionnel girondin déplaça habilement dans son discours la question de la cherté des subsistances et du conflit entre producteur et consommateur à un problème salarial entre patron et ouvriers, insuffisamment rémunérés.

  • 28 A.D.S. L 270. Pétition de la société des Amis de la Liberté et de l’Égalité du Mans au district, l (...)
  • 29 A.D.S. 1 J 60. Adresse de la société populaire du Mans, 12 ventôse an II.

38Les commissaires de la Convention girondine ne se contentent pas de licencier les gardes nationales, d’éliminer les meneurs et de porter la parole dans les clubs. Ils critiquent, au Mans, le lieu de réunion des Jacobins, dans la vieille ville populaire, « véritable antre souterrain » et responsable de l’éloignement des bons citoyens. Ils installent la société dans un nouveau local, incontestablement plus éclairé, sur la place des Halles où résident les bourgeois. Quant à ceux qui crient à la scission, on leur explique que la société ne réside pas dans les murs de son enceinte et, « pour couper court à toute chicane » que la cotisation ne serait pas majorée car le but n’est pas « d’exclure l’indigence de son sein »28. Point de vue qui ne sera pas celui des clubistes de l’an II estimant que « les sans-culottes, opprimés par les jugements et les décisions infamantes des trois représentants, privés de leurs droits de citoyens, avilis à leurs propres yeux, n’osaient plus lever leur tête abattue sous le poids de l’humiliation ni porter leur pas dans l’enceinte de l’Égalité »29. En janvier 1793, Simier et Bazin, les jeunes secrétaires du club dont nous reparlerons, appellent pourtant à une réconciliation générale. En février, les Amis de la Liberté et de l’Égalité du Mans adressent une pétition à la Convention pour réclamer l’amnistie des « citoyens égarés dans l’affaire des grains » et remercient ensuite particulièrement Levasseur et Philippeaux, les deux députés manceaux, qui ont proposé le décret.

39A court terme, le triomphe de la loi sur la libre circulation des marchandises, en dépit des interventions de Robespierre pour faire reconnaître le droit à l’existence, se traduit par un envol des prix du grain et du pain sur le marché du Mans. Le décret sur la levée en masse se produit au pire moment : jamais, ni en juillet 1789, ni même en novembre 1792, le prix du pain n’était monté aussi haut qu’en mars 1793.

  • 30 Mémoires de Levasseur de la Sarthe, éd. 1989, p. 81-82.. Après avoir critiqué dans son journal (26 (...)

40A plus long terme, « la boule poussée » en novembre 92 dans la Sarthe n’a pas fini d’être jouée. Ce grand branle-bas, impulsé par les ouvriers et maîtres-verriers de Montmirail, trouvant des relais dans tous les districts pendant dix jours, faisant jouer la vieille action communautaire comme dans le district rural de Sillé ou subvertissant les institutions nouvelles comme dans le chef-lieu du département, ne permet pas seulement d’illustrer la prégnance de la mentalité révolutionnaire dans les campagnes comme dans les villes, à l’Est comme à l’Ouest. Les revendications populaires, combattues politiquement par ceux qui ont fixé les lois à la défense des propriétés et défendues à la tribune de la Convention par les Montagnards manceaux qui prennent alors conscience de la force politique du mouvement populaire30, aboutissent en mai 1793 au compromis sur la règlementation du marché. En juin 1793, le prix du pain a considérablement baissé ; la Sarthe ne sera pas fédéraliste et ne s’apitoyera pas sur le sort de Lehardi.

41Au terme de cette analyse, on ne peut retenir l’idée d’une politisation différentielle des masses populaires, proposée par P. Bois. Néanmoins, dans l’affrontement politique entre deux conceptions de la République, où la souveraineté du peuple est opposée à la souveraineté de la loi, la répression de décembre 1792 met en jour une option d’emblée radicale de l’Est sarthois. Peut-elle être confirmée par d’autres recherches ?

Les mouvements populaires dans la Sarthe de 1789 à 1793

  • 31 Nicolas (152), (153). Voir aussi l’approche de G. Ikni : « La critique paysanne radicale et le lib (...)

42A plusieurs reprises dans sa thèse P. Bois évoque la question de la géographie des troubles pendant les premières années révolutionnaires, comme d’ailleurs celle des clubs, qu’il renonce à étudier devant l’ampleur du sujet, somme toute subsidiaire pour son enquête des structures socio-économiques. Empruntant cette voie laissée ouverte et qui, par ailleurs, suscite de nouvelles recherches aujourd’hui31, cette étude systématique, sinon totalement exhaustive, présente les données essentielles avant de déboucher sur un questionnement interprétatif.

  • 32 Outre les travaux de P. Bois, voir aussi J.L. Ornières : « Le régime seigneurial dans l’Ouest » (1 (...)

43Le recensement des troubles sur la voie publique d’après les registres délibératifs du département et des neuf districts, les fonds divers des communes, les procédures judiciaires et les compte-rendus journalistiques a permis de mettre à jour quelques deux cents mouvements populaires effectifs. Leur typologie met en valeur les affaires de subsistance (43 % des troubles) qui éclipsent par leur importance et leur permanence les autres motifs d’inquiétude. Le mouvement antiseigneurial est ici très faible (10 %) explicable par la faiblesse du prélèvement féodal32 et de la protestation seigneuriale : en effet, la plupart des perquisitions de châteaux en 1791 et 1792 ne sont connues que par les articles de presse. En juillet 1789, les nobles portent la cocarde tricolore ; en 1792, ils paient à boire aux volontaires. Les troubles fiscaux affectent essentiellement le nord du département ; limités dans le temps et numériquement faibles (7 %), ils ne dénotent pas dans la Sarthe une hostilité marquée à la fiscalité d’Ancien Régime, sauf à Mamers, bastion de toutes les révoltes.

44Les grandes réformes politiques nourrissent, dès 1790, d’autres types de contestation qu’il est malaisé de ranger sous une seule rubrique. La question religieuse est, à cet égard, significative. Les conflits entre le curé et la municipalité, entre le curé et le vicaire, entre le curé jureur ou réfractaire et leurs adversaires constituent près de 30 % des troubles publics. Ceux-ci ne peuvent être définis comme une preuve d’hostilité à la politique religieuse des assemblées révolutionnaires, mais plutôt comme une résistance d’une partie de la population débouchant sur des manifestations parfois conservatrices, parfois patriotiques ou franchement anticléricales. De même, les bris de bancs d’église ne sont signalés que là où le rejet du symbole des privilèges est contesté par une partie de la communauté. Cette résistance peut ne manifester qu’un aspect religieux secondaire : le curé est aussi un décimateur qui provoque le soulèvement des habitants de Segrie ou de St-Georges à la fin de 1790 ou un producteur contre lequel les gens de Fyé s’insurgent en février 1791 parce qu’il vend sa paille trop cher.

45Les conflits de pouvoir entre la municipalité et la garde nationale, entre celle-ci et la force militaire d’Ancien Régime, comme les charivaris contre des particuliers sont d’autres aspects de ces troubles qui accompagnent la création du nouveau régime. Enfin, les troubles suscités par le recrutement militaire constituent la dernière rubrique des mouvements populaires recensés dans la Sarthe.

46Les années des grandes foules sont les quatre premières années de la Révolution. Peut-on parler de démobilisation pour les suivantes ? Incontestablement, « la force anarchique du mouvement populaire » dont parlait R. Levasseur dans ses Mémoires, a été « poussée contre l’étranger ». A partir de 1793, à la mobilisation générale contre les forces de la coalition s’ajoutent la guerre contre les Vendéens, puis l’interminable guérilla sous le Directoire. La manifestation populaire traditionnelle a, par ailleurs, trouvé d’autres relais en l’an II dans la culture politique révolutionnaire et n’est plus le seul moyen d’expression et de revendication des masses. Enfin, à partir de l’an III, l’enquête sur les mouvements populaires est d’une autre nature. Les classiques émotions populaires d’Ancien Régime ou les troubles révolutionnaires disparaissent quasi-complètement pour laisser la place aux actions punitives et taxatrices des bandes chouannes dans les fermes, les hameaux et les villages où il n’y a pas de force armée et, par ricochet, aux incursions des gardes nationales urbaines ou de l’armée nationale dans les campagnes. Les commandos terroristes et la lutte contre la guérilla ne peuvent entrer dans le cadre de cette étude. Ainsi, le mouvement populaire sous la Révolution connaît manifestement deux phases dont 1792 marque l’apogée et 1793 l’année charnière.

Les mouvements frumentaires

47Les revendications pour les subsistances constituent le principal ferment de l’agitation populaire. Il n’y a pas d’année heureuse ni même de district privilégié. La cartographie des troubles ne laisse pas apparaître une quelconque opposition entre l’Ouest et l’Est. Dès 1789, des émotions éclatent dans les pays producteurs de grains comme dans les régions pauvres. Si une frontière se dessine alors, elle oppose davantage les localités émeutières situées au nord de l’Huisne et de la Sarthe à celles du Sud, occasionnellement touchées. Mais cette géographie évolue au fil des années au point de gommer tous les contrastes dans le bilan quinquennal.

48La carte qui apparait alors est celle des villes et des marchés sarthois. Toutes les villes ont été sensibilisées par leur prolétariat à la question frumentaire, à la seule exception de La Flèche qui n’a été agitée que par les taxateurs manceaux : Mamers, en revanche, la ville ouvrière des tisserands, est en constante effervescence. Tous les marchés, sauf deux (Pontvallain dans le district de La Flèche et Bessé-sur-Braye dans celui de St-Calais) ont été au moins une fois troublés par l’émeute ou la taxation. Enfin, dix communes, autant dans l’Est que dans l’Ouest, ont subi des arrestations de convois de grains ou des visites de greniers.

49Ce semis de troubles nous amène à envisager la classique opposition des villes et des campagnes dans les pays de bocage sous un autre angle. Le lieu de l’affrontement social est donc le marché qu’il soit urbain ou rural. Partout, dans la Sarthe, les consommateurs protestent contre la cherté des grains des fermiers, contre la spéculation des accapareurs, contre la libre-circulation des denrées de première nécessité. La grande ville consommatrice, Le Mans, est relativement épargnée : après le départ du régiment de Dragons, la politique municipale d’approvisionnement, l’action de la force publique (ces 400 gardes nationaux et 20 gendarmes envoyés, par exemple, à Courcemont en mars 1792, suite à l’arrestation par les femmes du bourg d’une charretée de blés destinée au chef-lieu du département), la création d’emplois par une politique de grands travaux (l’entretien des routes, l’embellissement de la ville), la reconnaissance, enfin, par les laboureurs des billets patriotiques manceaux sont, sans doute, des facteurs d’explication.

  • 33 A.D.S. L 72 et 104.
  • 34 A.D.S. L 268.
  • 35 A.D.S. L 320.

50Dans les campagnes, la force publique ne prend pas toujours le parti de la loi. Dans le gros bourg de Bonnétable, la garde nationale a toujours refusé d’intervenir contre les émeutiers et se mêle, en mars 1792, de donner des conseils à la municipalité33. Au Grand-Lucé, les mêmes démêlés constants entre les deux pouvoirs nécessitent l’envoi d’un médiateur par le département en juillet 1792 car, depuis le printemps, le bourg loge chaque mercredi des troupes de Château-du-Loir pour assurer la tranquillité du marché. Le 21 mars, jour de l’émeute, la municipalité est accusée de loger les détachements chez les pauvres et la garde nationale, chargée le lendemain du transfert des détenus vers le chef-lieu du district, ne résiste pas à l’agression des femmes de St-Vincent du Lorouer et laisse évader les émeutiers arrêtés34. Ceux de St-Jean-d’Assé, chef-lieu de canton de 1 200 habitants, qui ont pillé, le 27 juin, les voitures de grains allant au Mans ont pu être identifiés par le juge de paix de La Bazoge. Cette trentaine de consommateurs ruraux qui, armés de fusils, haches, fourches, piques et bâtons, ont procédé au partage des boisseaux sous la direction des femmes sont douze journaliers, sept tisserands et sept artisans divers (maçons, savetiers, boucher, charron et scieur de long). Trois journaliers et le scieur de long, âgés de 30 à 60 ans, tous analphabètes, sont seuls à comparaître le 1er juillet et relâchés seulement le 16 octobre 179235.

  • 36 A.D.S. L321.
  • 37 Jessenne (144) et « Continuités et ruptures dans la détention des fonctions locales en Artois (178 (...)

51La protestation du prolétariat urbain et rural ne trouve pas qu’en novembre 1792 un écho dans les couches bourgeoises. Le 13 mai 1793, Nicolas Froger, huissier à Auvers-le-Hamon, - commune de 2 000 habitants qui avait refusé d’envoyer sa garde nationale contre les taxateurs de novembre 1792 - est le porte-parole du mouvement populaire au marché de Sablé. Accusant la municipalité et le district de n’être composés que « d’aristocrates et d’accapareurs, tous marchands de blés » et de tenir cachée la loi de la Convention pour ne pas la faire exécuter, il fait circuler à l’auberge la loi du 4 mai qu’il avait promulguée déjà dans sa commune. Puis, il décide de demander sur le marché et auprès des autorités constituées une diminution du prix du grain de 40 sols par boisseau, proposée d’ailleurs par un producteur mayennais à la halle de Sablé. Cinq jours plus tard, l’avant-veille du marché hebdomadaire, la municipalité de Sablé le fait arrêter et le district organise aussitôt le transfert du prisonnier au Mans par crainte d’un attroupement. Malgré la protestation d’une cinquantaine d’habitants d’Auvers dont le maire, les officiers municipaux, les notables, le juge de paix et les officiers de la garde nationale, « l’agitateur dangereux », marié et père de famille, est condamné à un mois et demi de prison par le tribunal de police correctionnelle de Sablé36. Cet exemple dans l’Ouest sarthois révèle toute l’influence du lobby des producteurs dans l’appareil administratif et judiciaire. On mesure l’importance d’une étude sur la composition des municipalités, comme l’a réalisée J.P. Jessenne dans le nord de la France, pour mettre à jour « la fermocratie »37 du bocage.

Les troubles religieux

52La nature complexe des troubles religieux ne permet pas d’établir une cartographie rigoureuse. La confrontation avec la carte du serment constitutionnel n’autorise aucune analogie simple : un district jureur connait autant de troubles qu’un district réfractaire. Néanmoins, les prêtres constitutionnels menacés sont signalés dans les districts non-conformistes (à Auvers-le-Hamon encore et Solesmes dans celui de Sablé ou à St-Jean-de-la Motte dans celui de La Flèche) ainsi que les principales manifestations des partisans des réfractaires (à Montreuil et St-Symphorien dans le district de Sillé) tandis que, dans le district constitutionnel de Fresnay, les ruraux qui protestent contre la dîme et le privilège du banc à l’église ne créent pas de problèmes lors de l’installation des jureurs. Le constat qui s’impose est davantage celui de la ruralité des troubles religieux quelle que soit leur origine.

53Mais l’importance du clivage religieux se manifeste d’une autre manière, à la campagne comme à la ville, par le charivari. La majorité des troubles contre des particuliers sont des manifestations organisées contre les déviants de la communauté, ceux en l’occurence qui ne vont pas à la messe du jureur. La jeunesse rurale ou citadine prend alors toute sa place dans ce traditionnel rituel festif.

  • 38 A.D.S. L 272.

54Aux portes du Mans, à Yvré-l’Évêque, le dimanche des Rameaux de 1792 a été troublé par des incidents. Dans la soirée, à la sortie de l’auberge, une bande de jeunes, entrainant avec eux l’idiot du village qui criait : « Nous ne sommes point des aristocrates ! », sont allés casser les vitres de plusieurs maisons du bourg. Ces quinze charivariseurs sont des jeunes travailleurs agricoles d’Yvré dont un seul sait signer son nom. Arrêtés le 2 mai et conduits à la prison du Mans, un vaste rassemblement a lieu trois semaines plus tard pour exiger vainement leur libération puisqu’ils ne seront relâchés que le 7 août par le tribunal du district38.

  • 39 A.D.S. L 279.
  • 40 A.D.S. L31 bis.

55A Sceaux, en mai 1792, ce sont les gardes nationaux du lieu et des communes voisines qui abattent le mai, érigé devant la maison du maire, réputé « aristocrate »39. L’érection d’un mai devant la maison des notables était une pratique honorifique courante dans la Sarthe. En abattant le mai épiscopal en mai 1791, deux dragons éméchés avaient provoqué l’indignation des patriotes manceaux. En une heure, la place des Jacobins était couverte de citoyens rédigeant un pétition pour demander le renvoi du régiment royal. La garde nationale, convoquée pour arrêter le peuple, s’était ralliée aux manifestants et la municipalité dut se résoudre à exiger le départ immédiat du régiment des dragons, à défaut de pouvoir proclamer la loi martiale puique la garde nationale était en insurrection40.

  • 41 A.D.S. L72.
  • 42 A.D.S. L 269.

56La politisation du folklore s’observe aussi dans les villes. A Mamers, la promenade sur l’âne d’un marchand-drapier qui a refusé de faire baptiser son enfant par le curé constitutionnel en novembre 1791 a été annoncée la veille par le tapage d’une multitude, excitée par le son d’un clairon. Le charivari s’est poursuivi par la tentative de promener aussi la marraine dans les rues de la ville, mais les attroupés ont préféré s’occuper le lendemain de la vente à l’encan de charretées de bois, saisies par les gardes de la forêt de Perseigne, en chassant l’huissier et la garde et en se partageant le butin41. En avril 1792, la rumeur de messes nocturnes, célébrées par des réfractaires chez le même particulier, est à l’origine d’une nouvelle émeute. Sa maison est investie par la foule qui l’enlève de force avec sa femme, l’enfant et deux employés. Sur la place publique, leurs cheveux ont été coupés. Puis, placés dans un tombereau, ils ont été promenés dans les rues de la ville, sous les huées et les insultes. Les administrateurs du district ont condamné cette « scène scandaleuse » et dénoncé cette « violation des droits de l’homme » ; mais il ne semble pas y avoir eu de poursuites judiciaires42.

  • 43 A.D.S. L 29. Rassemblement du 27 août 1792.
  • 44 A.D.S. L 272. L’information judiciaire, ouverte sur la requête du clubiste faisant attester par ce (...)

57Au chef-lieu du département, des scènes identiques se sont produites le 17 septembre 1792, au moment du passage des volontaires du Maine-et-Loire. Une quinzaine de personnes sont dénoncées comme « aristocrates » par leurs voisins aux citoyens-soldats. A la différence de l’Orne, ce ne sont ni des nobles ni des prêtres car, le mois précédent, un grand rassemblement populaire où les femmes étaient particulièrement virulentes avait exigé des autorités départementales la déportation immédiate et effective des prêtres réfractaires43. Aussi, les personnes agressées par la foule et les volontaires sont supposées être des partisans des réfractaires puisqu’elles ne vont pas à la messe : ce sont des femmes du peuple surtout. Avec elles, deux hommes dont l’un quoique clubiste de la première heure est dénoncé aux Angevins parce qu’il s’était porté volontaire et n’avait pas eu le courage à 44 ans de partir aux frontières. Malgré l’intervention de sa femme montrant sa carte du club, il est promené comme les autres dans une brouette et conduit jusqu’à la place des halles où tous sont insultés et tondus44.

Les troubles antinobiliaires

  • 45 A.D.S. L267.

58La Sarthe n’a pas connu de mouvement antiseigneurial comparable à celui de l’Orne et même de la Mayenne. Les troubles contre les châteaux n’ont entraîné de mobilisation communautaire qu’aux époques de crise politique : la Grande Peur, la fuite à Varennes et la levée des volontaires à l’automne 1792. Des incidents ponctuels ont éclaté pour réclamer les armes au seigneur (Courcelles, juillet 1790) ou pour rechercher des prêtres réfractaires (Ste-Cérotte, février 1792, Louvigny en mars ou La Fontaine en septembre). Le rassemblement s’est parfois terminé par une grande fête comme au château de Louvigny où les gardes nationaux d’Ancinnes, Rouessé-Fontaine et Fyé ont forcé tous les gens du château à danser avec eux45.

  • 46 A.D.S. L 128 et 155.

59De cette apparente accalmie, après le massacre collectif de Ballon en 1789, faut-il conclure à la faiblesse du sentiment antinobiliaire dans la Sarthe ? Ce serait ignorer les mesures de contrôle municipal prises après le 10 Août car le château, comme symbole d’un monde inquiétant et redoutable, imprègne fortement les mentalités populaires. Si le compte-rendu par le district de Mamers de l’insurrection au château de Louvigny le 11 mars 1792 tend à minimiser l’événement, la plainte de la propriétaire fait davantage ressortir l’animosité des attroupés qui la soupçonnaient d’accaparement et de détentions d’armes46.

  • 47 Bois, op. cité, p. 327. La carte de corrélation entre les mouvements antinobiliaires et la proprié (...)
  • 48 A.D.S. L 29.

60Cette inquiétude, essentiellement politique, explique que les troubles contre les châteaux aient lieu au moment des fortes tensions nationales et, aussi, qu’ils ne se produisent pas particulièrement dans les lieux de grande propriété nobiliaire47. Le départ des volontaires en septembre 1792 ne suscite pas des troubles majeurs : certes, ceux-ci réquisitionnent bien les chevaux dans les châteaux des environs du Mans et les soldats-citoyens réunis à Beaumont taxent les châtelains de 100 à 800 livres pour s’habiller et se nourrir48.Toutefois, à Lucé-sous-Ballon, les propriétés de Mme Godard d’Assé ont été menacées de pillage pour la contraindre à acquitter dans les 24 heures 1 200 livres pour les volontaires qui se dévouent au service de la patrie.

  • 49 A.D.S. L 29 et 471.

61Les deux seuls mouvements de caractère antiféodal se produisent dans le nord-ouest de la Sarthe, à Rouez et Fresnay, où la menace de brûler les titres féodaux en octobre 1792 aboutit à des pillages49. Là encore, il n’y a pas de corrélation avec l’importance de la propriété nobiliaire. Il convient donc davantage de parler de mouvements antinobiliaires que de mouvements antiseigneuriaux.

Les troubles de la réquisition

62L’opposition au recrutement militaire qui est à l’origine du soulèvement vendéen mérite, enfin, un dernier développement.

  • 50 A.D.S. L 128 et 29.

63En mars 1793, avec le décret de la levée en masse, les premiers troubles des « gens de la campagne » se produisent au Mans et se propagent ensuite dans quatre autres districts : trois à l’Est, un à l’Ouest. Mieux encore, dès 1792, St-Calais, à l’Est, connait la première manifestation d’opposition au recrutement le 17 août, (suivi par Lavardin le 15 septembre), lorsqu’il est question de compléter l’armée de ligne en réunissant les gardes nationales du canton50. Si ce n’était l’inquiétude justifiée des administrateurs du district de Sablé d’une insurrection générale, en mai 1793, on aurait tendance à conclure que les paysans de l’Ouest manifestent plus de patriotisme que les villageois de l’Est.

  • 51 A.D.S. L 326. Voir Petitfrère (112).

64Sur cette question politiquement sensible, il est intéressant de revenir en arrière, c’est-à-dire à la première levée de volontaires en 1791, considérée comme la plus authentique. Le bataillon sarthois des 574 volontaires nationaux est formée de huit compagnies de 71 hommes chacune (plus les grenadiers). Assemblés au Mans le 2 septembre 1791, leur départ est retardé d’au moins quinze jours car les neuf-dixièmes n’ont pas de culottes, les7/10èmes n’ont ni veste ni souliers, les 6/10èmes n’ont ni chemise ni habit et les 4/10èmes n’ont pas de chapeau51. Le bataillon de la Sarthe, à différence de celui du Maine-et-Loire, est un bataillon de pauvres auxquels il faut distribuer, en outre, fusils et cocardes.

65La carte des premiers soldats de la Révolution, d’après leur origine géographique, coupe la Sarthe en deux : l’Ouest se lève pour défendre la patrie en danger ; l’Est boude le recrutement. Le district du Mans, deux à trois fois plus peuplé que les autres, fournit trois compagnies ; ceux de Mamers, La Flèche et Sablé forment chacun une compagnie ; Fresnay et Sillé s’associent pour en lever une ; quant au futur bastion républicain sarthois, il rassemble péniblement une compagnie en recrutant dans trois districts. Or, le district de Château-du-Loir est aussi peuplé que celui de La Flèche, celui de La Ferté-Bernard autant que celui de Mamers et le district de St-Calais n’a pas une population moindre que celui de Sablé. Ainsi, les districts réfractaires au serment des prêtres (Le Mans, Sablé, La Flèche) sont volontaires pour le service militaire alors que les districts constitutionnels (Château-du-Loir, La Ferté, Fresnay et St-Calais) y sont réfractaires. La géographie des troubles de 1793 apparait moins surprenante.

  • 52 A.D.S. L 266.

66Les révoltés de 1793 se recrutent dans les milieux populaires des campagnes. A Jupilles, le tumulte dans l’église où la municipalité faisait donner lecture de la loi par les commissaires du district de Château-du-Loir, a été provoqué par deux hommes de 30 et 35 ans, analphabètes, ouvriers dans le forêt de Jupilles et condamnés le 16 juin à six mois de prison52. A Mamers, les troubles ont éclaté en octobre, à l’assemblée des réquisitionnaires du district, déjà constitués en bataillons pour partir sur le front vendéen dans le Maine-et-Loire. On relève plusieurs causes de malaise : la ville est incapable d’assurer leur subsistance ; le district ne peut leur fournir ni armes, ni habits ; enfin, les exemptions sont dénoncées. Le conflit oppose nettement la ville à la campagne ; la garde nationale de Mamers est désarmée par les insurgés mais une quarantaine d’entre-eux sont néanmoins arrêtés. C’est le comité de surveillance de Mamers qui mène l’enquête dès le lendemain.

  • 53 A.D.S. L 600.

67Le réfractaire à la réquisition est âgé de 18 à 22 ans (le seul quinquagénaire est un père venu accompagner ses deux fils au chef-lieu du district). Il habite les petites communes qui entourent la forêt de Perseigne, dans le canton de La Fresnaye. C’est un paysan dans un cas sur deux ou alors il est domestique ou artisan. Un sur quatre sait signer son nom. Les commissaires, nommés pour rechercher les conspirateurs dans ce canton, procèdent à l’arrestation du ci-devant d’Aillières, dans la commune qui porte son nom, convaincu d’incivisme et suspect d’intelligence avec l’ennemi. Quant aux jeunes gens de la réquisition, ils sont tous reconnus non coupables et élargis une semaine plus tard53.

La géopolitique des mouvements populaires dans la Sarthe

68Interpréter les manifestations populaires, dans le temps court de la Révolution, oblige à sérier les questions.

69Peut-on parler de mouvements paysans ?

70La définition de la paysannerie n’a pas entraîné de débat historiographique aussi passionné que celui consacré à la bourgeoisie. Pourtant, on mesure bien qu’il y a une définition stricto-sensu, « celui dont le travail exclusif ou principal est l’exploitation de la terre », selon P. Bois, et une définition élargie : celui qui vit des travaux campagnards (journalier, bûcheron, cloutier, forgeron...) ou celui qui réside à la campagne (tisserand, cordonnier, cabaretier...).

71Si l’on adopte une définition stricte, on ne peut pas qualifier les deux-cents mouvements populaires sarthois de mouvements paysans. Quelle que soit la typologie des troubles, les artisans, les marchands et les bourgeois sont constamment mêlés à l’agitation. Il est clair, toutefois, que la source judiciaire contribue à valoriser la représentation des notables, poussés en avant par la pression populaire. Par ailleurs, hormis certains troubles ponctuels qui permettent à certaines catégories socio-professionnelles d’émerger plus particulièrement (mais ce sont rarement des paysans à proprement parler), les grandes manifestations sont très nettement communautaires faisant ainsi apparaître l’extrême diversité de la société rurale.

72Peut-on parler d’action autonome des masses rurales ?

73L’idée communément acceptée dans l’Ouest d’une opposition catégorique de la ville et de la campagne ne ressort pas de l’analyse des mouvements populaires dans la Sarthe.

74Il ne s’agit pas de nier la méfiance des ruraux pour les gens de la ville (méfiance, d’ailleurs, réciproque) qui apparait avec clarté dans les troubles de la réquisition. Mais il ne convient pas de la surévaluer. Des villes assaillies par les campagnes, nous en avons rencontrées car la ville est un lieu de pouvoir administratif, judiciaire et politique. Des troubles essentiellement ruraux, également. Mais la très grande majorité des mouvements recensés dans les premières années de la Révolution montrent, au contraire, la grande complicité entre campagnards et citadins car la ville est aussi un lieu de rencontres où les idées circulent, un lieu de marché hebdomadaire, un lieu de rassemblement des gardes nationales ou des volontaires. La diversité de la société urbaine permet la réceptivité aux mots d’ordre des ruraux comme le montre le soulèvement des quartiers populaires manceaux, en novembre 1792, relayant les taxateurs de la forêt de Vibraye.

  • 54 Selon l’expression d’Y.M. Bercé (131) pl45.

75C’est, sans doute, la chouannerie qui a tendu à figer la représentation de deux mondes antagonistes : la guérilla tient la campagne, mais échoue dans la ville, où elle se heurte à une force armée suffisante, comme dans le bourg, où peut s’opérer un rassemblement populaire. Certes, les troubles religieux de 1791 et 1792 comme ceux de la réquisition en 1793 ont une nette dominante rurale qui peut constituer un terrain favorable à une action armée contre-révolutionnaire. Mais on ne peut pas parler dans la Sarthe de « véritable guerre des campagnes contre l’insolente oppression des cités »54.

76Peut-on parler de comportements différents entre l’Est et l’Ouest ?

77La géographie des mouvements populaires ne laisse rien apparaître de ce clivage de la Sarthe en options politiques si tranchées, contrairement à ce qu’affirmait P. Bois. Certes, les deux grandes insurrections de juillet 89 et de novembre 92 partent de l’Est, mais l’Ouest ne les boude pas. Dans les troubles de subsistance, la moitié riche et la moitié pauvre font jeu égal. Dans les troubles de la réquisition, l’Est est encore à l’avant-garde de la protestation, mais les troubles dans le district de Sablé seront, il est vrai, d’une exceptionnelle ampleur.

78Peut-on parler de pérennité des comportements populaires ?

79L’historien des jacqueries d’Ancien Régime retrouve un terrain familier dans l’observation des mouvements révolutionnaires. L’engagement communautaire est, en effet, une forme d’action majeure, caratéristique du puissant mouvement antiseigneurial dans l’Orne, de la grande Peur dans le Maine, des grands mouvements taxateurs de l’Eure au printemps 1792 et de la Sarthe à l’automne. L’intérêt personnel ou l’opinion individuelle d’un membre de la communauté villageoise sont balayés par la volonté générale des habitants. Le maire, les élus municipaux et les officiers de la garde nationale occupent le rang des syndic, curé et notaire autrefois.

80Mais il est essentiel de souligner la mutation qui s’opère avec l’organisation du peuple en armes : la protestation populaire dans le cadre des institutions révolutionnaires n’est pas purement formelle. Les nombreux conflits qui opposent la municipalité à la garde nationale, au curé ou au district signalent la vivacité des luttes politiques au village comme au bourg et la rivalité pour le pouvoir local. La politisation, ensuite, n’est pas une spécificité des masses urbaines ; la perquisition des châteaux pendant la Grande Peur, puis à l’époque de la fuite du roi et après la prise des Tuileries, montre bien l’intense mobilisation des ruraux. Surtout, la démocratisation de la garde nationale, précédant celle des sociétés politiques, assure une force exécutive aux revendications populaires qui tend même à devenir délibérante dans les moments critiques. Enfin, l’existence de tant de foules de 1789 à 1793 traduit bien le relai de la tradition émeutière par la manifestation où la violence n’est pas une fin, mais un moyen d’expression civique ; manifestation qui est clairement comprise par les dominés comme une force politique et par les gouvernants comme une composante de l’opinion publique.

81Si tout s’enchevêtre -l’ancien et le nouveau, les paysans et les autres, les campagnards et les citadins, l’Est et l’Ouest- rendant à cette société révolutionnée toute sa complexité mentale, sociale et politique, n’est-ce pas le signe manifeste que l’étude des mouvements populaires constitue la meilleure approche de la politisation des campagnes ? Mais, apprécier l’entrée en politique du monde rural ne se réduit pas à étudier les formes d’action directe. Dans l’apprentissage de l’action représentative, une place majeure doit être accordée à la réunion publique et à l’association politique.

La géopolitique du jacobinisme sarthois

82L’étude du réseau des sociétés populaires comme un test de l’engagement politique et du rayonnement culturel et social des Jacobins permet de nourrir la réflexion sur la politisation des campagnes pendant la Révolution.

Répartition des sociétés populaires dans la Sarthe

  • 55 Voir Aulard (35) tl, p. lxxxix, les enquêtes de Chobaut et de Cardénal sur le nombre des clubs A.H (...)

83La grande enquête du Bicentenaire a permis de mettre à jour une quarantaine de clubs révolutionnaires dans la Sarthe, dépassant largement la quinzaine de sociétés inventoriées auparavant55. Pourtant, aucune enquête, aussi exhaustive soit elle, ne peut prétendre à l’infaillibilité. La quasi-absence de registres de délibérations a limité nécessairement les découvertes dans ce département. De cette lacune archivistique, il ne convient pas de conclure, comme le faisait rapidement P. Bois, qu’en dehors du chef-lieu du département le jacobinisme sarthois était inexistant car avec 8,6 % de clubs par rapport au nombre de communes, le département a un réseau de sociétés populaires relativement étoffé dans l’Ouest français. Il est vrai que la cartographie obtenue ne s’intègre pas plus que celle des mouvements populaires à la problématique de sa thèse : le mouvement jacobin n’oppose pas l’Est à l’Ouest, ni la ville à la campagne. Il y eut même davantage de créations de clubs dans l’ouest de la Sarthe.

84La corrélation de la carte de la chouannerie sous le Directoire, dressée par P. Bois, avec celle de la sociabilité politique de l’an II montre, en effet, que les trois-quarts des « mauvais » ou « très mauvais cantons », à recrutement chouan facile, ont eu un club dans les premières années de la Révolution tandis que les deux-tiers seulement des cantons républicains ont connu, à cette époque, l’association politique. Dans ce qui deviendra les meilleurs cantons républicains (Mayet, Le Grand-Lucé, Tresson) on n’a pas trouvé trace de l’existence d’une société populaire ; Bouloire, seul, faisant exception. On ne peut donc guère suivre l’historien des Paysans de l’Ouest lorsqu’il affirme : « A partir de 1793, les clubs n’intéressent plus directement notre recherche, les prises de position ayant déjà eu lieu ».

85Par ailleurs, des clubs ruraux ont été créés bien avant des clubs urbains. C’est le cas, par exemple, de Malicorne, Montfort-le-Rotrou (avril 1791) et de Bouloire (juin) établis avant celui de La Flèche ; de Ste-Sabine (février 1792) et Vallon-sur-Gée (mars) avant ceux de trois chefs-lieux de district (Fresnay, La Ferté-Bernard et Sillé-le-Guillaume). La géographie des sociétés politiques confirme, en revanche, l’étude des mouvements populaires : l’engagement révolutionnaire ne se réduit pas au militantisme urbain.

  • 56 A.N. W 356. Correspondance, saisie en germinal an II, de Marat-Jourdain.

86Mis à part l’engagement précurseur du Mans et de St-Calais (seule ville à ériger, en 1889, une Marianne devant l’Hôtel de Ville « en l’honneur de la Révolution française »), la floraison des clubs en 1791 s’inscrit dans la bataille idéologique autour de la constitution civile du clergé. Le rôle des « prêtres-citoyens » est dès lors fondamental. On en compte une vingtaine parmi les adhérents de la société des Amis de la Constitution du Mans, au début de l’année 1792. En terre réfractaire, leur mission s’avère difficile comme à Etival-lès-Le Mans pour l’abbé Jourdain à qui son collègue et ami clubiste Haloppé donne le conseil suivant en février 1793 : « Abstiens-toi de leur parler révolution. Prêche-leur la morale la plus simple : ce sera le meilleur moyen de faire tomber les préventions56 ».

  • 57 Affiches du Mans, 30 vendémiaire an V.

87Certains ont soutenu la politique religieuse de l’Assemblée nationale en créant un club, comme l’abbé Monrocq, à Coulans-sur-Gée et en l’affiliant à celui du Mans. Il devra s’en justifier en l’an V dans les colonnes des Affiches du Mans : « Vous me faites le fondateur d’un club sanguinocrate à Coulans. Or, il n’a jamais existé qu’une société de paisibles cultivateurs qui s’assemblèrent dans ma salle le dimanche après les vêpres pour lire les nouvelles et la collection des décrets. Cela a duré tout l’hiver 1791... »57.

  • 58 A.D.S. L 202.
  • 59 Voir H. Chobaut : « Un révolutionnaire avignonnais A.P. Peyre (1743-1796) », A.H.R.F., jan-mars 19 (...)
  • 60 Voir Fleury (237), Peyrard (257).

88Si l’on mesure ici l’importance de ce petit club rural dans la mémoire locale, il est difficile de présumer de la durée de ces sociétés patriotiques qu’on ne connait parfois que par une pétition à une Assemblée révolutionnaire, une adresse à une autre société ou une mention dans un registre de correspondance ou dans un journal. En l’occurence, le club de Coulans n’a pas cessé ses réunions en 1791 puisqu’un procès-verbal de délibérations de la Société des Bons Citoyens de Coulans atteste sa vitalité en juin 179358. Toutefois, certaines sociétés sont tombées en sommeil pendant plusieurs semaines comme celles de Saint-Calais, ranimée en août 1793 pour faire front à l’insurrection vendéenne, ou encore de Mamers, fondée au printemps 1791 et recréée en septembre 1792, sous les auspices de l’avignonnais Peyre, commissaire du pouvoir exécutif59. Les Mamertins élisent alors, après son passage, comme président de la société des Amis de la Liberté et de l’Égalité, la plus illustre figure intellectuelle de la Sarthe, le collaborateur de Diderot à l’Encyclopédie, l’économiste Véron de Forbonnais60.

  • 61 A.D.Mayenne L 1631.

89Les sociétés populaires du Nord et de l’Ouest ne nous sont pratiquement connues que par leur correspondance avec les sociétés de l’Orne et de la Mayenne. C’est le cas de Fresnay et de Beaumont, par la correspondance d’Alençon en décembre 1792 ; de Conlie et de Loué, par l’affiliation avec celle de Mayenne, en germinal an II, « quand les patriotes, chassés de leur ville par les brigands, se sont rendus (chez eux) »61. Quant à Sillé et Epineu-le-Chevreuil, c’est en juin 1793, au moment de la crise fédéraliste et de la Virée de Galerne, « pour s’occuper des mesures à prendre sur la situation politique de notre gouvernement », que leurs procès-verbaux de délibérations nous les font connaître.

90La comparaison du réseau des sociétés populaires avec la carte des prêtres jureurs en 1792 s’avère peu convaincante. Les districts les plus constitutionnels sont ceux où le pourcentage des clubs rapporté au nombre des communes est le plus faible. L’insociabilité du district de Mont-sur-Loir (ci-devant Château-du-Loir, avec 5,3 % de sociétés populaires) qui a accueilli avec enthousiasme la constitution civile du clergé (78 % de jureurs) se vérifie aussi à La Ferté-Bernard (60 % de jureurs et 6,5 % de clubs) et Fresnay (59 % de jureurs et 4,2 % de clubs). Ce sont les districts les plus réfractaires au serment des prêtres qui ont établi une réseau plus dense de sociétés populaires. La « sociabilité naturelle » des Fléchois (11,8 % de clubs et 34 % de jureurs) se retrouve non seulement dans le district du Mans (11 % de clubs et 37 % de jureurs) mais aussi à Sillé-la-Montagne (12,9 % de clubs et 46 % de jureurs). Il semblerait donc que la réunion jacobine ait été ressentie comme une nécessité dans l’Ouest sarthois pour contrecarrer les résistances à la Révolution. Mais cette hypothèse ne doit pas masquer le fait majeur : la non-réductibilité du phénomène associatif à des conformismes politiques ou religieux.

91Malgré le rôle des prêtres-citoyens, confrontés les premiers à l’ampleur de la tâche pédagogique dans ces anciens pays de mission et placés bien souvent à l’avant-garde du mouvement associatif dans les campagnes, le jacobinisme sarthois présente de nettes caractéristiques urbaines en touchant 76 % des chefs-lieux de canton de plus de 2 000 habitants pour seulement 5 % des communes rurales. Mais la corrélation de la sociabilité politique avec la carte des marchés, urbains et ruraux, montre le rayonnement du jacobinisme dans la Sarthe.

  • 62 Voir Mazauric (106) p. 90-107.

92Dans pratiquement toutes les bourgades, en effet (à l’exception de six), où se tient au moins un marché hebdomadaire, une société populaire est implantée en l’an II. Il n’est pas exagéré de parler d’hégémonie jacobine62 quand, après la conquête des lieux décisifs de la vie politique, c’est-à-dire les chefs-lieux de district, sont gagnés à l’association politique la très grande majorité des gros bourgs bocagers où se nouent les échanges économiques entre la ville et la campagne. On a déjà souligné, en étudiant les mouvements frumentaires, l’importance dans l’économie rurale de ce lieu qui favorise les médiations sociales et la communication politique.

  • 63 A.N. F 10/320.
  • 64 Guilhaumou (93) p. 9-27.

93Prenons l’exemple d’un de ces bourgs où la société des Amis de la Constitution prend l’initiative, le 20 mars 1792, d’une campagne de pétitions. Malicorne, modeste chef-lieu de canton de 1 500 habitants environ, a été la première commune du district de La Flèche à se doter d’un club, six mois avant le chef-lieu du district. Elle envoie à toutes les municipalités des communes riveraines de la Sarthe un formulaire imprimé demandant la réunion du Conseil général de la commune afin de se prononcer pour « l’abolition de ce souvenir de la féodalité » qu’est le droit exclusif de pêche63. En citant les décrets du 4 août 1789 et du 10 octobre 1791 relatif à l’abolition de ce privilège, la société de Malicorne revendique « le droit naturel de pêche », à l’égal de celui de chasse. Une douzaine de communes (Moulins, St-Georges, Montreuil, Montbizot, La Guierche, La Bazoge, Neuville, Spay, La Suze, Fercé, Noyen, Parcé et Sablé), essentiellement des communes rurales et dépourvues d’association politique (celle de Sablé sera créée en juillet) ont signé cette pétition. Les villes se sont abstenues. Ainsi, au printemps 1792, les ruraux de l’Ouest sarthois sont familiarisés avec la langue du droit64 qui légitime leur activité pétitionnaire et consacre leur citoyenneté.

94Si cet exemple illustre bien la politisation des campagnes, il est nécessaire d’apprécier le rôle de la société du chef-lieu du département dans le champ politique. Car la situation géographique du Mans, au cœur de la Sarthe, et son poids démographique lui confèrent une importance plus grande qu’ailleurs.

Le rayonnement des jacobins manceaux dans le département

95Tout en nous réservant d’étudier plus loin la sociabilité et la presse mancelles, il convient de présenter le prestige ou l’ascendant des Jacobins manceaux sur le réseau associatif et le mouvement politique et social du département.

96Le réseau des sociétés affiliées en août 1792, à l’époque où se termine son premier registre de délibérations et le seul conservé, montre l’influence géopolitique du Mans dans cinq districts sur neuf, situés dans la moitié sud. La douzaine de communes qui établissent un club recherchent d’emblée, en 1791 comme en 1792, à l’exception toutefois de Mamers, l’affiliation avec la société-mère du département. Seules deux sociétés (St-Calais et Malicorne) ont reçu une distinction plus grande et sont affiliées aux Jacobins de Paris. Le Nord qui échappe alors au rayonnement manceau est, l’année suivante, particulièrement bien représenté dans la mouvance du chef-lieu : le club manceau accueille une quinzaine d’adhérents de Mamers et quelques frères et amis de Fresnay, Sillé ou Montmirail sans compter une demi-douzaine de républicains du district, autant et de Mayet et une dizaine de Parisiens.

  • 65 Voir P. Gueniffey, Le nombre et la raison, La Révolution française et les élections, Paris, 1993.

97Au delà des frères et amis sarthois, quelle a été l’influence des Jacobins sur les électeurs du département ? Peut-on soutenir encore que les clubs fonctionnent comme des « machines électorales » alors même que l’on reconnait que l’enjeu électoral ne domine pas la vie politique de cette période ?65. Mais, prenons l’exemple de l’élection des députés à la Convention qui, dans la Sarthe, est particulièrement significatif puisque les électeurs du second degré ont fait confiance, pour la première fois, aux citadins.

  • 66 A.D.S. L 199.

98Notons, d’abord, que l’assemblée électorale s’est réunie, non au Mans, mais à Saint-Calais, du 2 au 10 septembre 1792. Remarquons, ensuite, que la représentation électorale défavorise les villes et, singulièrement, Le Mans (0,1 % d’électeurs rapporté à la population urbaine totale) à la différence des cantons ruraux comme celui de St-Jean, dans le district de La Flèche (8,3 %) : les 21 électeurs manceaux ne représentent ainsi qu’une infime minorité dans le collège électoral (3,8 % des 548 électeurs sarthois). Ajoutons, enfin, l’assiduité des électeurs à toutes les journées de scrutin puisque le nombre de présents au choix des députés varia seulement de 541 pour l’élection de Boutroue à 515 pour celle du troisième suppléant66.

99Certes, les jacobins manceaux exercent alors une hégémonie sur la presse départementale et les assemblées primaires dans le chef-lieu ont vu un triomphe des clubistes avec leurs 18 élus. Dès la formation de l’assemblée électorale à St-Calais, deux des leurs, Philippeaux et Levasseur, sont choisis aux postes-clés de président et de secrétaire du bureau où celui-ci donna lecture des circulaires officielles et des adresses de la société des Jacobins de Paris et celle du Mans.

100L’origine géographique de tous les députés élus ensuite à la Convention (10 députés, 4 suppléants et une élection supplémentaire à cause du refus de Condorcet) mérite examen. Malgré la suppression de la règle de représentation de chaque district qui a permis l’élection de deux grands intellectuels parisiens (Sieyès et Condorcet), chaque district a eu au moins un élu, à l’exception de celui de Château-du-Loir animé pourtant par le club du chef-lieu depuis mars 1791 ; or, il est peu de départements qui comptent autant de districts. Ensuite, si les ruraux qui forment la très grande majorité des électeurs ont élu neuf citadins, dont trois jacobins manceaux, ils ont tout de même porté à la députation six des leurs. Enfin, si l’on tient compte de la population du district du Mans, trois fois plus élevée que celle des autres, sa représentation paraît nettement moins dominante.

  • 67 Peyrard (258).

101Il reste néanmoins le fait relevé par P. Bois que cette assemblée électorale rurale, élue théoriquement pour la première fois au suffrage universel masculin, fait désormais confiance aux Jacobins. La moitié des conventionnels sarthois se feront inscrire au club parisien : Levasseur, Philippeaux, Letourneur (du Mans), Boutroue (de Greez-sur-Roc) et Richard (de la Flèche). On ignore, dans ce dernier cas comme dans celui de François-Primaudière (Sablé) et de Froger (Saint-Calais), s’ils étaient clubistes dans leur ville : en revanche, on sait que Lehault était membre de celui de Mamers67.

102On ne peut pas déduire de l’influence réelle des Jacobins manceaux sur l’opinion des électeurs après la chute du trône que le club est une machine électorale : c’est le confondre avec le cercle constitutionnel du Directoire, autrement dit un anachronisme. Dans les délibérations des sociétés des Amis de la Constitution (de 1791) ou dans celles des Amis de la Liberté et de l’Égalité comme dans les articles de journaux, la question électorale est un sujet extrêmement mineur. D’ailleurs, les élections administratives du mois suivant n’ont pas été particulièrement favorables aux citadins et aux clubistes.

103Mais lorsque s’ouvre un conflit politique national, comme au printemps 1793, l’influence des Jacobins locaux est à nouveau déterminante.

104Résolument antifédéraliste, le club manceau qui a organisé la première manifestation politique moderne, avec banderoles et chansons, dans les rues de la ville pour condamner l’action des administrateurs, élus en novembre, a refusé logiquement de déléguer un commissaire à la réunion organisée par le Conseil général du département. Parmi les treize autres sociétés populaires alors en activité, cinq d’entre-elles n’ont pas envoyé de délégués (Mamers, Fresnay, Sablé, La Ferté-Bernard ; le cas de Bonnétable est problématique car le délégué de la municipalité prétend représenter aussi le club). Certains corps administratifs et judiciaires également n’ont pas répondu à la convocation : le district et les corps judiciaires de La Ferté-Bernard, les corps judiciaires de Château-du-Loir ; le bureau de conciliation de La Flèche, Sablé, Fresnay, Mamers ne sont pas non plus représentés ni seize municipalités de chefs-lieux de canton.

  • 68 A.D.S. L 202. Procès-verbaux des séances de l’assemblée départementale.
  • 69 A.D.S. L 202.

105L’engagement aux côtés des fédéralistes est, toutefois, massif puisque 89 % des districts, 70 % des municipalités et 57 % des sociétés populaires annoncent leur participation. Le but de la réunion est, il est vrai, très vague : les députés sont « chargés d’étudier avec l’administration centrale les mesures à prendre en raison de la situation politique du gouvernement »68. Toutefois, les procès-verbaux des séances du 25 au 30 juin 1793 signalent des défections dans les rangs des délégués des sociétés populaires. Le professeur de mathématiques du collège de La Flèche n’est pas venu au Mans. Le vicaire de Vallon et le délégué de Château-du-Loir n’ont assisté qu’à deux séances. D’ailleurs, la société de cette ville avait donné un mandat précis à son commissaire : « concourir au bien général ; réprimer des propos factieux tendant à ruiner le bonheur public, à encourager l’anarchie et à rappeler le despotisme ; ne consentir, en aucune manière, à la création d’une force armée dans la Sarthe dont la destination ne serait pas la destruction des rebelles de la Vendée ou tous autres contre lesquels la Convention appellera ; et protester contre cette création si elle a lieu et faire connaître sa protestation et les motifs qui la dicteront ». Le 1er juillet, la société Républicaine de Château-du-Loir réitère son refus de toute mesure fédéraliste et précise que son délégué n’est pas mandaté pour délibérer « sur la situation politique de notre gouvernement qui est confiée à la Convention nationale qui, seule, peut s’en occuper »69.

106Il est néanmoins des députés-clubistes qui ont assisté à une demi-douzaine de séances de l’assemblée départementale (Sillé, Epineu-le-Chevreuil, Malicorne et Saint-Calais). Le remboursement des frais de déplacement de tous les commissaires permet de classer les délégations de Saint-Calais et de Sillé parmi les plus assidues, même si elles ne peuvent rivaliser avec le représentant du district de Fresnay qui fait figure de permanent de l’assemblée. Tout le district de La Ferté-Bernard a manifestement boycotté la réunion et celui de Château-du-Loir paraît très réservé. S’il n’y avait cette forte présence des délégués du district de Saint-Calais, cette géographie des options fédéralistes, rappellerait beaucoup la carte de la répression du mouvement taxateur en décembre 1792 et celle des options politiques sous le Directoire.

107Mais la prise de position des autorités constituées n’est pas hégémonique. L’opinion de la société populaire du Mans, en dépit de l’arrestation de ses leaders, entraîne majoritairement celle des autres et l’opinion de la grande majorité des députés sarthois à la Convention fait vaciller l’autorité politique du département. Entre l’insurrection vendéenne et l’insurrection normande, Le Mans est un pôle de résistance qui fait de la Sarthe un bastion montagnard.

108Son emprise sur le mouvement populaire en l’an II en témoigne.

  • 70 A.D.S. L 321.
  • 71 A.D.S. L 483.

109Si la question des subsistances n’est plus prioritaire parce qu’une législation de salut public, correspondant aux objectifs du mouvement taxateur, a été votée par la Convention montagnarde et aussi parce que la Sarthe est confrontée à la Virée de Galerne mobilisant toutes les énergies, elle reste particulièrement sensible. Le mouvement populaire n’inscrit plus son action, sauf rares exceptions, dans le cadre protestataire qui était le sien jusqu’alors. On ne relève que deux manifestations traditionnelles sur une quinzaine de troubles frumentaires. Le 22 frimaire an II, un attroupement des habitants de Mont-Saint-Jean, armés de bâtons, se porte au marché de Sillé sur les conseils de leur maire, meunier de la commune, pour prendre le grain destiné à l’armée70. Le 25 ventôse, ce sont les femmes de Mamers qui investissent tous les locaux administratifs pour réclamer « le pain à 3 sols la livre comme à Paris, La Ferté-Bernard et Bonnétable », une taxe sur « les gens riches qui regorgent ici d’assignats » et une seule sorte de pain dans la ville car « on fait manger le son ». Les administrateurs parleront du droit à l’existence, des lois bienfaisantes de la Convention en faveur des indigents et de l’impossibilité de lever un impôt forcé d’après la loi du 14 frimaire ; ils obtiendront le lendemain l’envoi de 6 000 quintaux de grains pour le district71.

  • 72 Voir Gauthier-Ikni (139).

110Les autres formes d’action qui ont donné lieu à une information judiciaire relèvent de l’application du programme social du gouvernement72.

  • 73 A.D.S. L 269.

111Avant même, vraisemblablement, que soit connu à Mamers le décret du 17 août 1793 sur la réquisition des récoltes, un « détachement de sans-culottes » opère, trois jours après, le recensement des grains partout dans la ville et découvre un prêtre réfractaire qu’il fait arrêter ; son évasion fait naître un attroupement considérable contre le maire, accusé de complicité, et sauvé de la fureur populaire par l’intervention du district73. Dans le district du Mans, le 11 septembre, la municipalité de St-Mars-la-Brière découvre, au cours de sa visite de recensement, qu’un bordager a dissimulé la moitié de sa récolte dans la crainte « que son blé, qu’il entendait vendre à Noël, ne lui fut enlevé ». Conduit en prison au Mans, il est relâché le 1er novembre, la municipalité se portant garante de son patriotisme.

112Les dénonciations civiques font l’objet des autres informations judiciaires. A Parigné-l’Évêque, dans le district du Mans, un garçon-tisserand entend dire, le 26 septembre, qu’un fermier faisait manger du grain à ses bestiaux. Aussitôt, quatre tisserands, deux journaliers, deux menuisiers, un serger et un cordonnier, âgés de 17 à 68 ans, la plupart analphabètes, vont vérifier les allégations et avertissent les autorités. Le bordager de 69 ans expliqua au juge de paix que les grains, trouvés dans l’auge à cochons, n’étaient « qu’une tisane » pour son cochon malade qui refusait même de prendre « une motte de pain avec du beurre » ou « du pain rôti trempé dans du cidre ». Arrêté le 4 octobre, il bénéficia d’une pétition favorable d’une trentaine de citoyens du bourg, sachant tous signer. Le 20 brumaire, le comité de surveillance d’Yvré-sur-Huisne (ci-devant Yvré-l’Évêque) procède à l’arrestation d’un fermier, accusé de fausse déclaration de grains, en découvrant une fraude de 140 boisseaux de blé ; le juré d’accusation n’ayant pas reconnu sa culpabilité, il est libéré le 19 nivôse. Au Mans, une dénonciation à la société populaire d’accaparement des denrées conduit à perquisitionner la maison d’une veuve chez qui on trouve 21 potées de beurre alors que « les pauvres de la ville n’en avaient pas pour faire leur soupe ». Le même jour, 2 frimaire, le comité de surveillance fait arrêter deux ci-devants, « prévenus d’avoir refusé d’ensemencer leurs terres dans un moment de disette » ; la procédure, interrompue par les menaces d’invasion des Vendéens, reprend le 9 nivôse et aboutit, trois jours plus tard, à l’élargissement des inculpés, le témoignage de la fermière n’ayant pas été confirmé par les autres témoins.

113Ici, c’est la municipalité de Chemiré-le-Gaudin qui révèle, en germinal, le rôle du meunier qui dissimulait dans ses moulins plusieurs centaines de boisseaux de blé appartenant à des habitants d’une dizaine de communes alentour, dans le district du Mans et de Sablé. Là, c’est la société populaire de La Ferté-Bernard qui, le 12 thermidor, dénonce les contraventions à la loi du Maximum à Bonnétable où le marché est bien approvisionné alors que celui de La Ferté est déserté parce qu’on n’y tolère pas la vente au dessus du prix maximum ni les ventes illicites hors des marchés publics.

114La lutte contre le marché noir et la surveillance de l’application des lois par les municipalités, les comités de surveillance et les simples citoyens ne sont pas les seules fonctions du mouvement populaire. Les pétitions qui se multiplient en 1793 et 1794 témoignent, d’une autre manière, de la vivacité des luttes de classes au village et de l’opposition de la paysannerie productrice à l’intervention de l’État dans l’économie.

  • 74 Cité par Lefebvre (148) p. 135.
  • 75 idem, p. 159.
  • 76 A.N. F 10/284.
  • 77 A.N. F 10/264.
  • 78 A.N. F 10/320.

115La question agraire avait déjà été posée par certains cahiers de doléances, tel celui de Boessé-le-Sec, village de l’Est, accusant le fermier général de considérer « les sous-fermiers comme des nègres qui ne doivent travailler que pour l’enrichir »74. Elle est relançée en 1793 dans la même région. Lors du plébiscite de l’été, les non-propriétaires du canton de Vibraye critiquent le principe de liberté de culture, car l’extension des prés et des bois implique une suppression de main d’œuvre75. En octobre, 45 fermiers de Tuffé, menacés d’expropriation par le fermier général de la terre de Bonnétable qui vient de signer un bail avec la propriétaire parisienne, réclament la suppression des fermiers-généraux et le retour de « leur maîtresse » sur ses terres76. Très vite, les administrateurs et les représentants du peuple font part à la Convention de l’attitude négative des producteurs vis-à-vis de la politique de salut public. C’est le procureur général syndic de la Sarthe qui, le 5 septembre, expose ses craintes de voir les fermiers élever des bestiaux plutôt que de produire des céréales, afin de se soustraire au maximum77. C’est le conventionnel François (de la Primaudière) qui déplore, le 9 frimaire, les friches agricoles et la recherche du profit individuel78.

  • 79 A.N. F 10/285.
  • 80 A.N. F 10/320.
  • 81 A.N. F 10/233.

116Dans les sociétés populaires urbaines où les paysans sont très minoritaires, l’attaque est frontale contre « les gros cultivateurs, gangrenés pour la majeure partie d’aristocratie, d’égoïsme et d’avarice ». Celle du Mans, présidée par R. Bazin, propose le 2 octobre des lois sévères contre ceux qui, « voyant la taxe établie, se disposent à ne point ensemencer leurs terres ou les mettre en herbages », à savoir l’obligation d’une culture céréalière sous la responsabilité municipale, la nationalisation des récoltes des contrevenants et la confiscation de leurs biens s’ils sont propriétaires ou la résiliation de leur bail s’ils sont exploitants79. Elle ne faisait pourtant que relayer la pétition que lui avait adressée la société populaire de Bessé-sur-Braye (district de Saint-Calais) qui avait proposé le 29 septembre une règlementation des cultures sur les conseils du juge de paix du canton, un propriétaire aisé, critiquant « les égoïstes qui, depuis qu’ils ne font plus la loi sur les marchés, ont laissé le tiers ou le quart de leurs terres ensemencer en trèfles parce que c’est d’un plus gros rapport »80. Finalement, la pétition de la société populaire de La Ferté-Bernard du 14 ventôse an II résume bien le sentiment général dans le Maine et la Normandie, c’est-à-dire l’impuissance des patriotes devant la reconversion des terres labourables en prairies permanentes puisqu’aucun arrêté du Comité de salut public n’a touché à la liberté du propriétaire81.

  • 82 A.N. F 10/320.

117La géographie du mouvement protestataire sous le Gouvernement révolutionnaire de l’an II privilégie le district du Mans où sont signalées la moitié des interventions populaires. Les revendications agraires, portées par des citoyens ou des sociétés populaires, émanent toutes de l’Est sarthois. Au Comité d’agriculture de la Convention, il ne parvient de l’Ouest que le rapport de l’agent national du district de Sablé signalant, en pluviôse, les conséquences néfastes pour l’agriculture de l’arrestation des 900 citoyens des alentours de Brûlon, transférés dans les prisons de Chartres et de Pontoise à la suite de l’insurrection vendéenne82. Mobilisés sur le front patriotique, les jacobins de l’Ouest sarthois ne peuvent guère, sans doute, ouvrir un front de classes.

118Il est clair que le mouvement social ne peut être détaché du contexte politique et, qu’à ce titre, 1793 est un tournant : celui de la fin des mouvements de foule.

119L’ancrage sociologique du jacobinisme rural constitue, enfin, le dernier axe de cette recherche.

La citoyenneté jacobine

120L’analyse socioprofessionnelle des clubistes peut être menée dans quatre communes du nord de la Sarthe qui, par leur population, peuvent être considérées comme des bourgs, plus ou moins urbanisés. Parmi elles, toutefois, deux villes administratives d’Ancien Régime qui ont eu leur club dès 1792, Beaumont (2 200 habitants) et Fresnay (2 000 habitants), chef-lieu de district ; les deux bourgs ruraux, Ballon (3 400 habitants) et Savigné (2 200 habitants), dans le district du Mans, ont créé leur société populaire en l’an II.

  • 83 A.D.S. L 284 et 265. Le tableau des membres de la société populaire de Beaumont a été publié dans (...)

121Les jacobins en l’an III sont peu nombreux dans ces petites communes sarthoises, leur proportion oscillant entre 2 et 4 % de la population totale83 L’étude montre, s’il en était besoin, l’importance des fonctions administratives pour modifier la composition sociale d’un bourg : plus il est urbanisé, plus la place des paysans est réduite. Alors qu’à Savigné ils représentent plus du tiers des effectifs de la société populaire (34 %), leur proportion est seulement de 13 % à Ballon et, surtout, tombe à 4 % à Fresnay et Beaumont. Corrélativement, les bourgeois, les professions libérales et les emplois du secteur tertiaire, si on ne craint pas l’anachronisme, sont plus nombreux : 51 % à Beaumont (où 11 % des professions nous sont inconnues), 33 % à Fresnay, 16 % à Ballon et 12 % à Savigné. La place des travailleurs du secteur secondaire est toujours la plus forte : 34 % à Beaumont, 54 % à Savigné, 63 % à Fresnay et 71 % à Ballon. C’est dans l’industrie textile, prédominante dans la Sarthe, que se recrutent la majorité des clubistes, de l’employé au patron.

  • 84 A.D.S. L 198 bis.

122Si on ne peut comparer ici les professions des adhérents et celles des habitants, en revanche il est très utile de confronter ces tableaux d’adhérents de brumaire an III aux listes électorales de 179084.

  • 85 Bois, op. cité, p. 224-227. Guéniffey, op. cité, p. 89-105.

123La proportion des clubistes de 1794 parmi les citoyens actifs est très variable ; dérisoire dans un bourg rural, dépourvu de marché, comme Savigné (5 %), elle s’élève à 15,5 % à Fresnay sans que l’on puisse voir une relation de cause à effet car dans la ville de Beaumont elle est de 7,5 % et de 11 % à Ballon. Le pourcentage de citoyens actifs dans ces quatre communes, plus important à Savigné (17 %) qu’à Fresnay (13 %) est de 15 %, celui de la moyenne sarthoise et nationale. Toutefois, P. Bois estimait que cette proportion devait être corrigée par une méthode de calcul augmentant d’un point et demi le nombre des actifs et diminuant le nombre des citoyens passifs (ramené ainsi de 10 à 6 %), en raison d’une forte natalité et de probables négligences85.

124Il est certain que la confection des listes électorales laissait aux municipalités une grande latitude dans l’application de la loi. L’exemple de Fresnay le montre bien. La liste de 1790 précise, en effet, le montant de la taille de chaque citoyen actif et on constate qu’au dessous du seuil fiscal des trois journées de travail, il y a des citoyens actifs (18,5 %) et même quelques éligibles. Dans une ville pauvre ou faiblement imposée, avec une cote fiscale moyenne de 11 livres alors qu’elle oscille entre 30 et 40 livres dans la Sarthe, la majorité des citoyens actifs n’acquittent pas 5L10 au fisc (58,5 %), 29 % paient moins de 20 livres, 7 % moins de 50 livres et le faible reste moins de 200 livres. S’il est difficile de se faire une idée claire du prélèvement fiscal complet à Fresnay et du nombre des non-imposés, reste le constat d’une large acception de la notion de citoyen actif, d’après la mention de la cote de taille, en dépit d’un médiocre résultat global. Comme à Longny, les clubistes de ce chef-lieu de district se répartissent assez bien dans toutes les tranches fiscales.

125Si la majorité des clubistes, à Fresnay comme ailleurs, étaient citoyens actifs en 1790, une proportion, partout très forte (43 à 49 %), d’adhérents à la société populaire ne l’était pas.

Répartition des adhérents des sociétés populaires selon les conditions du cens électoral de 1790

Répartition des adhérents des sociétés populaires selon les conditions du cens électoral de 1790

126Certains adhérents étaient trop jeunes a 1’époque, d autres ne résidaient pas dans le bourg et certains ne résident pas dans la commune. Mais il convient de reconnaître dans le reste, les citoyens passifs de 1790 qui représentent le cinquième des jacobins de Beaumont et de Fresnay et le tiers de ceux de Ballon ; l’imprécision de la liste de Savigné ne permet pas de procéder à cette évaluation. Ce ne sont pas d’anciens domestiques (sauf un, à Ballon) ; certes, certains pouvaient être fils majeurs dans le foyer paternel, vu leur âge, mais globalement, ce sont de vrais pauvres. Les parias de la monarchie constitutionnelle dont l’existence est reconnue dans les villes (Mamers, Fresnay...) existent aussi dans les bourgs de Ballon, Beaumont et Savigné.

127Ces clubistes, non recensés dans les listes électorales, sont surtout des tisserands (un quart à Ballon, un tiers à Fresnay) ; ensuite, viennent dans l’ordre des marchands, cordonniers, tailleurs, charpentiers, journaliers, instituteurs et cordiers. Le recours aux listes d’adhérents des sociétés populaires permet donc de contester la vision de P. Bois d’un suffrage censitaire qui aurait offert une représentation, somme toute, démocratique de la nation française. Sans qu’on puisse fixer le nombre exact de citoyens passifs, sa méthode de calcul sous-évalue manifestement leur proportion dans la population rurale. C’est sous la république jacobine qu’ils accèdent à la citoyenneté.

***

128L’étude des comportements politiques, dans le temps court de la Révolution, montre que la mise en pratique des idées révolutionnaires, dans le mouvement populaire comme dans l’association jacobine, est effective dans tout le monde rural sarthois, à l’Est comme à l’Ouest. La diversité de la société rurale bocagère est une réalité incontournable donnant à l’échoppe et à la boutique le rôle de médiation sociale, politique et culturelle entre la paysannerie et la bourgeoisie. La volonté jacobine d’alliance politique entre les classes sociales et entre les villes et les campagnes atténue, sans doute, cette tripartition de la société civile, si elle ne parvient pas à masquer des luttes sociales plus radicales. Ne serait-elle qu’une illusion, la fraternité républicaine est bien une idée neuve qui ne fait pas de la Révolution un épisode anecdotique dans le temps historique.

Notes

1 Vovelle (165), p. 230-276.

2 Les sources principales sont les procédures judiciaires (A.D.S. L 320) et les registres de délibérations des districts de La Ferté-Bernard (L 263), Château-du-Loir (L 413), La Flèche (L 459), St-Calais (L 385), Mamers (L 479), Fresnay (L462), Sillé (L 584), Sablé (L 579), Le Mans (L 529) et du directoire de département (L 255).

3 Registre de délibératons de La Ferté-Bernard, 19 novembre 1792.

4 Déposition de Louise Grison, femme d’un cultivateur de St-Mars-sous-Ballon, le 23 janvier 1793. La mention de la réduction des baux se retrouve aussi dans le registre de délibérations de Mamers.

5 Information contre Lécuyer, chirugien à Bonnétable, accusé d’avoir pris part à l’insurrection de Ballon pour la taxe des grains.

6 Déclaration du maire et des officiers municipaux de Laigné-en-Belin le 10 décembre 1792 et information du juge de paix du canton d’Ecommoy le 11 janvier 1793.

7 Le dossier relatif aux troubles des grains à Sillé, montrant l’adhésion des communautés rurales de l’Ouest au mouvement taxateur, a été retrouvé, par le hasard de nos recherches, dans un autre carton d’archives n’ayant point trait aux mouvements frumentaires et replacé depuis avec les autres informations judiciaires.

8 Interrogatoire de Marin Reuvazé, marchand-fabricant de toiles du Mans, le 24 janvier 1793. Alors capitaine de la garde nationale du quartier populaire, il a été membre de la société fraternelle, membre associé de celle des Amis de la Constitution en 1791 et sera un militant de base du jacobinisme manceau en 1793 et 1794 et fera partie du comité de surveillance en germinal et prairial an II.

9 A.C. Le Mans 1006, séance du 4 mars 1792.

10 Registre de délibérations de Sablé, le 19 décembre 1792.

11 Déclaration de M. Huet, marchand au Mans, le 12 janvier 1793 devant le juge de paix de Château-du-Loir. Le lieutenant de la garde nationale du Mans est un jacobin de 1793 et de 1794.

12 Interrogatoire de J. Hoguin marchand au Mans, le 17 janvier. Reconnu non coupable, le sous-lieutenant de la garde nationale, ancien membre de la société fraternelle en 1791, n’apparait plus dans le mouvement révolutionnaire manceau.

13 Ainsi, les cadres de l’insurrection de l’Est sarthois nous restent en grande partie inconnus. Sur la famille Duval à Montmirail, voir l’article de Vovelle et la thèse de Bois.

14 Sur le rôle de l’hébertiste parisien en l’an II, se reporter en particulier à A. Tuetey : Répertoire général des sources manuscrites de l’Histoire de Paris pendant la Révolution, Paris, 1889-1914, t. XII. p. 335.

15 De la Chenaye-Desbois, Dictionnaire de la noblesse, Paris, 1776. R. de Warren, Grand Armoriai de France, Paris, rééd. 1975.

16 La généalogie de Potier-Morandière a été dressée à partir du dépouillement des registres des paroisses du Pré et de St-Jean au Mans. Dans la série 2 E 191 ont été utilisés les registres 32, 34, 35, 60, 62, 63 et 191.

17 Voir le fonds 108 J 286 rassemblant les documents notariés relatifs à la succession de son père, provenant de plusieurs notaires manceaux, parisiens et un extrait du registre de la chancellerie du consulat général de France en Russie.

18 Le parrain de François-Louis Potier, notamment, est l’honorable François Véron-Duverger, un des grands notables du négoce manceau.

19 Sur les familles consulaires du Maine, se reporter aux articles de P. Planche « La juridiction royale des Consuls du Maine (1710-1791) », Province du Maine, 1986-87. Voir également, lors de la suppression de la compagnie des juges-consuls, les extraits de délibérations de 1762 et celles de leurs héritiers en l’an II dont certains, comme Potier et Bazin, sont les leaders jacobins de la ville, A.D.S. L 315.

20 Bois et M. Auffret « La période révolutionnaire », Histoire du Mans, s. d. F. Dornic, 1975, p. 211.

21 A.C.Le Mans 239.

22 A.C. Le Mans 1006.

23 Interrogatoire de Potier-Morandière devant le juge de paix de Château-du-Loir, 27 décembre 1792.

24 A.D.S. L579.

25 A.D.S. L 270.

26 A.D.S. L 322. D’après les procès-verbaux de nomination des chefs de la garde nationale du district du Mans, les 5 août et 23 décembre 1792, Guillemaux de Montbrais, ancien colonel de la garde nationale en 1789, est élu chef de légion par 35 voix sur 89 ; il remplace le taxateur Girard qui, en août, avait obtenu 89 voix sur 198 votants. Succède à Potier-Morandière comme adjudant-général, un certain Bérard recueillant 30 voix sur 50.

27 A.D.S. L 322. État des demandes, formulées par les commissairres du département le 7 décembre 1792, sur la situation de la force armée dans les chefs-lieux de district et dans les lieux de foire et de marché.

28 A.D.S. L 270. Pétition de la société des Amis de la Liberté et de l’Égalité du Mans au district, le 10 décembre 1792 et Courrier Patriote de la Sarthe.

29 A.D.S. 1 J 60. Adresse de la société populaire du Mans, 12 ventôse an II.

30 Mémoires de Levasseur de la Sarthe, éd. 1989, p. 81-82.. Après avoir critiqué dans son journal (26) le 16 février 1793 « la multitude aveugle qui crût pouvoir diminuer les grains par des taxes arbitraires », Philippeaux constate 28 avril que « le France est comme une ville assiégée », qu’il ne s’agit plus de « suivre les routes ordinaires et de s’épuiser en lieux communs sur les conséquences fausses du droit de propriété » et propose la fixation d’un prix maximum des denrées. La loi du 4 mai fait sienne une partie du projet de Philippeaux.

31 Nicolas (152), (153). Voir aussi l’approche de G. Ikni : « La critique paysanne radicale et le libéralisme économique pendant la Révolution » (157) p. 507-520.

32 Outre les travaux de P. Bois, voir aussi J.L. Ornières : « Le régime seigneurial dans l’Ouest » (157) p. 31-40.

33 A.D.S. L 72 et 104.

34 A.D.S. L 268.

35 A.D.S. L 320.

36 A.D.S. L321.

37 Jessenne (144) et « Continuités et ruptures dans la détention des fonctions locales en Artois (1789-1800) » (157), p. 397-412.

38 A.D.S. L 272.

39 A.D.S. L 279.

40 A.D.S. L31 bis.

41 A.D.S. L72.

42 A.D.S. L 269.

43 A.D.S. L 29. Rassemblement du 27 août 1792.

44 A.D.S. L 272. L’information judiciaire, ouverte sur la requête du clubiste faisant attester par certificat médical les coups et blessures et une incapacité temporaire de travail, débouche le mois suivant sur la mise en accusation des volontaires et la responsabilité de Valframbert, commandant d’un bataillon de la garde nationale.

45 A.D.S. L267.

46 A.D.S. L 128 et 155.

47 Bois, op. cité, p. 327. La carte de corrélation entre les mouvements antinobiliaires et la propriété de la noblesse n’est, en effet, pas significative. Il y a autant de mouvements populaires dans les zones de grande implantation nobiliaire que dans celles où elle est inférieure à la moyenne nationale.

48 A.D.S. L 29.

49 A.D.S. L 29 et 471.

50 A.D.S. L 128 et 29.

51 A.D.S. L 326. Voir Petitfrère (112).

52 A.D.S. L 266.

53 A.D.S. L 600.

54 Selon l’expression d’Y.M. Bercé (131) pl45.

55 Voir Aulard (35) tl, p. lxxxix, les enquêtes de Chobaut et de Cardénal sur le nombre des clubs A.H.R.F, 1927 (p78-79, 163), 1931 (p 250), 1939 (p266-67) et Bois, op. cité, p. 289 (note 1).

56 A.N. W 356. Correspondance, saisie en germinal an II, de Marat-Jourdain.

57 Affiches du Mans, 30 vendémiaire an V.

58 A.D.S. L 202.

59 Voir H. Chobaut : « Un révolutionnaire avignonnais A.P. Peyre (1743-1796) », A.H.R.F., jan-mars 1931, p. 31-41. Démocrate de la première heure, il fut élu pour porter en juin 1790 la revendication du peuple avignonnais à disposer de lui-même. L’avocat méridional s’acclimata à Paris, fréquentant les clubs des Jacobins et, surtout, des Cordeliers dont il fut un des présidents, notamment, en juillet 1791. Envoyé après le 10 août dans les départements pour prêcher la république et l’engagement patriotique, il parcourut l’Eure, l’Orne et la Mayenne avant d’être envoyé sur le front vendéen.

60 Voir Fleury (237), Peyrard (257).

61 A.D.Mayenne L 1631.

62 Voir Mazauric (106) p. 90-107.

63 A.N. F 10/320.

64 Guilhaumou (93) p. 9-27.

65 Voir P. Gueniffey, Le nombre et la raison, La Révolution française et les élections, Paris, 1993.

66 A.D.S. L 199.

67 Peyrard (258).

68 A.D.S. L 202. Procès-verbaux des séances de l’assemblée départementale.

69 A.D.S. L 202.

70 A.D.S. L 321.

71 A.D.S. L 483.

72 Voir Gauthier-Ikni (139).

73 A.D.S. L 269.

74 Cité par Lefebvre (148) p. 135.

75 idem, p. 159.

76 A.N. F 10/284.

77 A.N. F 10/264.

78 A.N. F 10/320.

79 A.N. F 10/285.

80 A.N. F 10/320.

81 A.N. F 10/233.

82 A.N. F 10/320.

83 A.D.S. L 284 et 265. Le tableau des membres de la société populaire de Beaumont a été publié dans La Révolution dans le Maine, 1936, p. 238-240.

84 A.D.S. L 198 bis.

85 Bois, op. cité, p. 224-227. Guéniffey, op. cité, p. 89-105.

Table des illustrations

Titre LE MOUVEMENT TAXATEUR ET LES CLUBS SARTHOIS DE NOVEMBRE 1792
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1058/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Répartition des adhérents des sociétés populaires selon les conditions du cens électoral de 1790
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1058/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 210k

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540