Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Jacobins de l’Ouest

 | 
Christine Peyrard

Deuxième partie. Mouvements populaires dans les campagnes et sociabilité révolutionnaire

Chapitre sixième. Les taxateurs et les sans-culottes du district de Verneuil (Eure)

Texte intégral

  • 1 Vovelle (165) p. 230-276.

1Lieu de naissance du premier mouvement taxateur de subsistances au printemps 17921, le district de Verneuil dans l’Eure connait une insurrection quasi-générale du 27 février au 7 mars qui mérite un examen particulier. Est-ce une révolte de communautés rurales hostiles au mouvement d’émancipation libérale de 1789 ? Son organisation, son idéologie et ses porte-parole peuvent-ils s’adapter aux institutions nouvelles et traduire dans la langue du droit les aspirations démocratiques d’une rébellion primitive ?

Un district patriote

2Dans ce district rural, où les chefs-lieux de canton ne rassemblent pas 2 000 habitants, la seule ville peuplée de 4 000 habitants est Verneuil qui a vu s’établir très tôt une société des Amis de la Constitution en novembre 1790.

  • 2 A.D.Eure : 236 L 8.

3Au centre du district, Breteuil, chef-lieu de bailliage en 1789, rivalise en patriotisme avec son chef-lieu en donnant naissance, le 8 août 1790, à une Agrégation de Filles Citoyennes2. Dans le mouvement des fédérations des gardes nationales, les filles de Breteuil, « égales en droits et sœurs d’esprit et de cœur », se cotisent pour donner à la ville un drapeau blanc. Cette « consorité », placée sous le signe du patriotime avec le serment de maintenir la constitution, n’a nul équivalent ailleurs. Les statuts précisent la fonction de cette réunion de filles, parfois mineures, qui ont obtenu le consentement de leurs parents ou tuteurs. A défaut de pouvoir manier les armes, elles entendent pratiquer toutes les vertus - tant civiques (amour des lois, respect des magistrats) que privées (bonnes mœurs, paix et concorde entre tous) - dont le drapeau blanc est le symbole. Cette association égalitaire et laïque (la référence à Dieu a toutefois été rajoutée à la fin de l’article 2) est dirigée par la doyenne d’âge qui préside et convoque les assemblées, un greffier et la trésorière. L’autorisation municipale lui permet de revendiquer son rang dans les cérémonies publiques. Cette corporation féminine qui s’organise à Breteuil est ouverte aux filles du canton et même aux « étrangères de quelque district ou département qu’elles puissent être » ; toutefois, elles payeront « le double au moins de celles qui auront payé le moins », n’auront qu’une voix consultative et porteront « le ruban ou la ceinture d’une autre manière que celles de la ville ou du canton ». Sa principale fonction est d’accompagner en cortège à l’église les sœurs qui se marieront : ce rituel, tout en valorisant avec originalité une classe d’âge, apparente l’Agrégation des Filles citoyennes aux confréries, particulièrement répandues dans l’Eure. Le mariage, rite de passage célébré solennellement par une députation de la jeunesse féminine du canton, rangée sous la bannière virginale, met un terme à la consorité : au lendemain de ses noces, la nouvelle mariée est complimentée par ses ex-sœurs qui viennent lui offrir le bouquet des « filles au drapeau blanc » ainsi qu’une comptine les appelle.

LES MOUVEMENTS TAXATEURS DANS LE DISTRICT DE VERNEUIL(Eure)

LES MOUVEMENTS TAXATEURS DANS LE DISTRICT DE VERNEUIL(Eure)

4Un autre test du patriotisme du district de Verneuil est l’acceptation massive de la constitution civile du clergé par les prêtres : avec 70 % de jureurs en avril 1791, c’est le score le plus élevé de tout le département et de tout l’Ouest intérieur, à l’exception de Château-du-Loir dans la Sarthe.

  • 3 A.D.E. : 12 L 20. Rapport des troubles du département de l’Eure.

5Le nord du district, d’où partent les troubles en 1792, est occupé par les forêts de Conches et de Breteuil. Selon le général Grimoard, à la tête de l’armée de pacification, « elles sont d’une grande étendue, d’un abord très difficile et coupées seulement par des routes étroites, bordées de bois, boueuses, escarpées dans beaucoup d’endroits et qui peuvent se comparer aux plus mauvais chemins de traverse ». La marche de l’armée, partie d’Evreux, jusqu’à Conches a été « longue, difficile et fatigante, au milieu des neiges et des désagréments de l’hiver ». A milieu hostile, population farouche et rebelle : les hommes des bois, « forgerons, abatteurs de bois, sabotiers et braconniers » sont définis comme « des gens endurcis aux travaux les plus pénibles, misérables et mutins dans tous les temps »3. C’est au cœur de la forêt que le mouvement a commencé par les troubles de subsistance.

L’insurrection de février-mars 1792

6Au marché de La Neuve-Lyre, le 20 février, non seulement le prix du pain avait considérablement renchéri, ravivant les souvenirs de 1789, mais encore les laboureurs refusaient la monnaie de papier émise à L’Aigle, Rugles et Glos sous prétexte que les propriétaires de leurs fermes n’en voulaient pas. Le lundi suivant, les ferronniers et sabotiers des Baux-de-Breteuil, auxquels se joignirent ceux de Neaufles, qui n’avaient comme moyen de paiement que ces petites coupures, émises après la disparition rapide des assignats de cinq livres, imposent au marché du chef-lieu de canton la taxation du blé et le paiement par les billets de confiance. L’exemple de l’action directe et de la détermination des 200 hommes, rangés en ordre de bataille par le capitaine de la garde nationale, un ancien militaire et présentement maître-sabotier aux Baux-de-Breteuil, se propage dans toutes les communes forestières. Les lieux où se portent les taxateurs correspondent aux marchés qui se tiennent ce jour-là car ce lieu de rassemblement est aussi le lieu de prise de conscience de l’exploitation des travailleurs.

  • 4 A.D.E. : 12 L 20. Procès-verbal des troubles et émeutes populaires du 29 février par la municipali (...)

7Les porte-parole sont issus des rangs de ces communautés rurales. Par exemple, le 29 au marché de La Barre, c’est un chapelier, membre de la garde nationale, qui dit que « leur intention était de mettre une fixation égale dans tous les marchés non seulement du blé, mais encore de toute autre denrée telle que fer, bois, cidre et autres marchandises et que, si l’Assemblée nationale ne décrétait pas au plus tôt une égalité de mesure et une fixation générale du blé, on verrait sous peu couler des ruisseaux de sang ; que les fermiers qui se plaindraient de la cherté de leurs fermes, ils pourraient les remettre au terme d’un décret »4.

  • 5 Ibid. Interrogatoire de la municipalité des Baux, le 18 mars, par les commissaires civils du dépar (...)

8D’emblée donc, les revendications dépassent le cadre des subsistances : il ne convient pas seulement de contrôler tous les marchés pour imposer la traditionnelle « économie morale des subsistances », selon l’expression d’E.P. Thompson, mais de militer aussi pour une nouvelle organisation économique et sociale. Certes, des laboureurs sont dénoncés pour mettre deux prix à leur blé : « un prix ordinaire, en payant en argent monnayé, un prix supérieur et excessif en payant avec des assignats »5. Mais la volonté unitaire du mouvement oblige à considérer les intérêts des paysans. Ainsi, au cabaret du Chêne, quelques jours plus tard, un tourneur essaie de convaincre un laboureur de participer à l’action en lui soumettant l’idée d’une réduction de moitié du prix de ses fermes ; au scepticisme du paysan qui argue que son propriétaire est bien trop loin et trop influent, le taxateur répond que la force collective du mouvement contraindra son agent à signer le nouveau contrat des baux. Si un laboureur des Essarts est écroué à Evreux pour avoir proposé la taxe de l’avoine et des sabots à Damville, au retour de l’expédition de Verneuil, la présence des paysans reste toutefois faible (7 % dans les procédures engagées par les juges de paix des cantons et ceux du tribunal criminel d’Evreux, présidé par Buzot).

  • 6 Les interrogatoires devant les différentes juridictions ont été réunis dans le même dossier. Voir (...)

9La plupart des inculpés appartiennent, ainsi que M. Vovelle l’a souligné, au prolétariat rural. Ce sont les salariés, les premières victimes d’une crise tout autant financière et industrielle que frumentaire. Parmi ces marcheurs, on distingue dans les interrogatoires ceux qui doutent : « ce ne seraient que les malheureux qui marcheraient et jamais les riches » ; ceux qui n’ont pas d’espoir : « j’ai perdu une journée, moi qui suis pauvre » ou qui n’y voient qu’« une corvée » de plus, et ceux qui restent riches de leur révolte : « il avait perdu sa semaine mais il n’avait pas de regret, il serait récompensé par le blé et les fers qu’il avait fait diminuer ».6

10Mais, aux côtés des journaliers, des compagnons de l’artisanat, des salariés du textile, de la métallurgie et des milieux forestiers, on rencontre dans une proportion presque équivalente tout l’éventail des métiers traditionnels de « l’échoppe et de la boutique ». Il y a en effet autant de marchands que de journaliers, de tailleurs que de sabotiers, de cabaretiers ou de cordonniers que d’ouvriers des forges, de maîtres que de compagnons et d’apprentis. La trentaine de métiers recensés, valorisant bien sûr les métiers du bois et du fer (33 %), montre surtout la profonde diversité de la société rurale. Notons, enfin, que la proportion des hommes de loi et des médecins est égale à celle des fermiers. Cette « large participation de la petite bourgeoisie et notamment de l’artisanat », dont parlait M. Vovelle, s’explique autant par les caractères du mouvement que par les conditions socio-économiques.

  • 7 Voir supra et Rudé (159 et 160).

11Le mouvement taxateur est organisé selon le modèle communautaire de contestation sociale, caractéristique de l’Ancien Régime, que nous avons rencontré dans le Bocage Normand en 1789 et qui était aussi celui des taxateurs de 17757. Il exclut la participation féminine qui ne s’exprime que dans la révolte immédiate. Les participants sont tous les hommes de la « paroisse » qui, en entendant sonner le tocsin et, surtout, battre la générale prennent leurs armes et se regroupent au sein de leur garde nationale : c’est la part de nouveauté, déjà soulignée par Jaurès. Les officiers municipaux sont prévenus par des billets manuscrits, leur enjoignant de se retrouver en tel lieu à telle heure : la municipalité des Baux entretenait ainsi toute une correspondance, mais elle n’était pas la seule. Les notables de la communauté marchent, ainsi, bon gré mal gré avec les attroupés qui forment des détachements de plusieurs centaines d’hommes dans des communes très peu peuplées. La solidarité communautaire est souvent exemplaire. A Francheville, tandis que le procureur de la commune, un marchand-ferronnier, se chargeait d’écrire les billets de convocation, le curé comptait les hommes de sa paroisse à Verneuil, le 5 mars, en leur réservant un bon accueil car ceux qui avaient refusé de marcher, le 3, à Conches avaient été arrêtés, enfermés dans la grange de sa cure et durent payer au maire de dix sols à trois livres, selon les cas, en échange de leur libération. Mais l’exemple le plus révélateur est celui de Breteuil.

  • 8 A.D.E. : 12 L 20. Procès-verbal de délibérations de la municipalité de Breteuil.

12Averti du rassemblement qui aurait lieu à Breteuil le lendemain, le Conseil général de la commune écrit le 28 février aux administrateurs du district. En se référant aux Droits de l’Homme, en soutenant « l’opinion publique » et en mettant en cause « la libre circulation confiée à l’égoïsme du commerce » pour déclarer que « la subsistance est due à tous les individus », il donne au mouvement populaire une légitimité politique. Après avoir mis en garde le district contre l’emploi de la force publique pour réprimer les atttroupements, la municipalité de Breteuil apporte, les jours suivants, des compléments à son manifeste démocratique. Le libéralisme économique n’étant favorable qu’aux accapareurs et spéculateurs, l’Assemblée nationale doit reconnaître « le droit à l’existence », décréter « la taxe universelle du prix du blé » et veiller à établir « l’équilibre entre le prix des subsistances journalières et celui de la journée de travail »8. La radicalité du manifeste communal n’est pas purement théorique : Breteuil devient la plaque-tournante du mouvement taxateur.

  • 9 A.D.Orne : C 46. Enquête de 1788 sur les manufactures et industries des forges.
  • 10 A.D.E. : 6 M 1239. Lettre au préfet du maire de Rugles, 5 germinal an XIII. La tentative d’apporte (...)

13Les inculpations devant le juge de paix de Verneuil, suite au mouvement du 5 mars, permettent de mesurer la mobilisation communautaire ou communaliste qui s’est faite, là aussi, sous la pression des circonstances puisqu’on avait emprisonné et libéré sous caution ceux qui n’étaient pas allés à Conches. Parmi la vingtaine d’inculpés de la ville dont l’âge moyen est de 44 ans, on relève trois hommes de loi, un receveur de l’enregistrement, quatre marchands, trois tailleurs, un boucher, un sellier, un serrurier, un tapissier, deux salariés des fourneaux et un domestique tandis que quatre autres se déclarent citoyens actifs. Six d’entre-eux seront membres de la société populaire en l’an II (l’avoué, deux marchands, un tailleur, le tapissier et le serrurier). Les structures économiques de la région, basées sur l’industrie métallurgique, expliquent la médiocrité de la présence paysanne dans ces communes riveraines de la forêt. L’enquête de 1788 montre l’importante densité des forges dans l’ancienne généralité d’Alençon et, notamment, dans ce qui est devenu le district de Verneuil9. Même si le nombre d’ouvriers employés dans chacune d’elles n’atteint pas la concentration de certaines forges du Perche ou du Bocage Normand, les retombées d’une activité métallurgique aussi dense sont déterminantes pour la grosse quincaillerie (avec les cloutiers et autres artisans si présents dans les troubles) ou la tréfilerie : par exemple, les marchands d’épingle de L’Aigle qui vont s’opposer au mouvement taxateur employaient plus de huit mille personnes, des ouvrières surtout, dont les trois-quart habitaient dans ces communes insurgées10.

14C’est pourquoi l’idée de la taxe du bois et du fer naît chez les maîtres-ferronniers et les maîtres-sabotiers des Baux-de-Breteuil tout aussi rapidement que celle du pain chez les journaliers rémunérés à quinze sols la journée ou chez les ouvriers des forges qui ne gagnent guère plus. De même, les hommes de loi s’impliquent dans la question vitale de l’exploitation des forêts. On voit ainsi un juge, de réputation anticonstitutionnelle, lecteur de mauvais journaux (quoiqu’il ne soit pas mentionné comme abonné à La Gazette de Paris), M. de Girancourt se mêler à la foule des taxateurs après avoir déclaré chez un huissier de Breteuil qu’il faut réclamer les bois d’usage pour les usines du pays.

15Ainsi, tandis que le mouvement de taxe des subistances sur les marchés continue à se développer, un rassemblement de 7 à 8 000 personnes est organisé le 3 mars à Breteuil dont le maire est un important maître de forges. Après avoir obtenu de celui-ci la taxe de son fer, le cortège des communes riveraines de la forêt se rend aux forges des Vaugouins, dans le Vieux-Conches, pour taxer le fer, le charbon et le bois de son principal concurrent. Car l’accapareur le plus inquiétant de la région, c’est le capitaliste et horsain Caroillon qui vient d’acquérir du propriétaire, Godefroi de Bouillon de la Tour d’Auvergne, grand seigneur libéral, le monopole de l’exploitation des bois du district.

  • 11 A.D.E. : 12 L 20.

16Les officiers municipaux des Baux-de-Breteuil expliquent, le 18 mars, devant les commissaires civils du département de l’Eure, les motifs de cette expédition : « On n’a pas idée du despotisme et de la tyrannie qu’exercent journellement MM. Caroillon sur la classe indigente du peuple. Rien ne peut arrêter le succès de leur ambition : ils ont triplé le prix des marchandises, diminué celui des salaires, changé à leur gré les ouvriers, refusé de vendre à quelque prix que ce soit à des particuliers lorsqu’ils croient avoir des sujets de mécontentement contre eux en les privant d’ouvrage. Ce moyen est facile à MM Caroillon en ce qu’ils ont accaparé tous les bois des forêts et encore ceux des particuliers : ils tiennent de fait dans leurs mains l’existence de tous les journaliers des cantons de Lyre, Breteuil, Rugles, Verneuil, Conches, Evreux, Pacy, La Ferrière et autres »11.

17Il est donc essentiel de connaître plus profondément les intérêts économiques en jeu dans la région pour comprendre le rôle de leader d’opinion qu’a joué le maire de Breteuil.

Jean-Louis Levacher, ci-devant, capitaliste et sans-culotte

18Jean-Louis Levacher, le sexagénaire maire de Breteuil, est l’exemple-type du bourgeois conquérant dont l’ascension familiale s’est faite durant « le beau xviiième siècle ».

  • 12 A.D. Orne : C38.
  • 13 Richard (158), (276), (277), Woronoff (280).

19Son père avait acquis en 1704, à titre de fief perpétuel, les usines de Breteuil et de Condé qui, d’ailleurs, resteront dans la famille pendant plus d’un siècle. Jean-Louis, l’aîné, hérite en 1758 de la forge de Condé-sur-Iton qui en 1789 emploie 55 ouvriers, tandis qu’à son frère, François-Antoine, échoit celle de Breteuil (70 ouvriers). A cette même date, l’héritage paternel a considérablement fructifié. La famille Le Vacher exploite la forge et le fourneau de Bourth (110 ouvriers), le fourneau de Rugles (60 ouvriers) et les fourneaux de La Guéroulde (58 ouvriers). Tandis que François-Antoine acquiert la forge de Bérou, l’entreprise prend surtout de l’extension dans la subdélégation de Mortagne où Jean-Louis se rend propriétaire des forges, fourneaux et fonderies à Randonnai, qui occupent plus de 250 ouvriers, et à Tourouvre ; il les fait valoir en même temps que le fourneau de La Ventrouze dont il n’est que l’exploitant12. Aussi, G. Richard a pu écrire que « l’entreprise Levacher constituait en 1789 l’une des toutes premières entreprises sidérurgiques du royaume » et même qu’« elle soutenait la comparaison avec un Diétrich en Alsace ou un Wendel en Lorraine »13.

  • 14 Par ailleurs, un autre Levacher, Félix Orner Gratien, est député à l’Assemblée Constituante, puis (...)

20L’anoblissement couronne leur ascension sociale : François achète une charge de conseiller-secrétaire du roi en 1768 et, après avoir acquis de nombreuses terres, devient seigneur de Grandmaison et autres lieux. Jean-Louis fait de même en 1779 et ajoute à son patronyme le nom de Perla dont il est seigneur, plutôt que celui de la terre de Randonnai. A ce titre, il participe à l’assemblée de la noblesse du bailliage de Verneuil en 1789. Quoiqu’il ait laissé l’exploitation de ses établissements du district de Verneuil à ses fils, en formant avec eux une société, pour se consacrer à la direction de ceux du district de Mortagne et de l’Aigle, c’est en effet à Breteuil qu’il réside. Maire dès 1789 comme, plus tard, sous la République jacobine, la Révolution accentue l’emprise du clan Levacher sur la région14. Celle-ci se manifeste, une première fois, lors de l’insurrection de février-mars 1792 qui est sous-tendue par la rivalité industrielle avec d’autres maîtres de forges : les frères Caroillon.

  • 15 D’après les travaux de G. Richard, op. cité.
  • 16 A.D.Orne : C 50.

21Fils d’un épicier de Langres, devenu entrepreneur de la manufacture de tabac, ceux-ci augmentèrent la fortune paternelle par l’acquisition des forges de la ville et par leur mariage avec de riches héritières15. Constitués en société, les frères Caroillon investissent leur capital dans des entreprises métallurgiques du Berry et du Perche. En 1773, dans cette région, c’est l’exploitation des forges de Dampierre et Senonches, appartenant à Monsieur, frère du roi ; en 1786, c’est l’acquisition de la forge des Vaugoins à Conches. Ces maîtres de forges, par ailleurs fermiers généraux, sont, comme les Levacher, anoblis à la veille de la Révolution. Ces « nobles d’affaires » sont très éloignés de l’exploitation féodale traditionnelle, basée sur le droit de forge et de fourneau dans les forêts seigneuriales et l’affermage à un exploitant. Dès leur arrivée dans le pays, les frères de Caroillon s’associent avec le plus gros maître de forges normand et son frère, Le Vacher de Grandmaison, pour se porter adjudicataire en 1786 des forêts du comte d’Evreux, constituant ainsi un oligopole sur la matière première indispensable à l’activité métallurgique. L’année précédente, Caroillon de Tillières et Le Vacher de Grandmaison s’étaient portés ensemble en justice contre les propriétaires des forges qu’ils faisaient valoir au sujet du paiement des redevances féodales. Le Vacher de Perla demanda, à cette occasion, à l’intendant d’Alençon de porter l’affaire devant le Conseil du roi, en espérant le maintien de l’ancien prix de la mine tel qu’il avait été fixé en 1680, sans tenir compte de la valeur marchande nouvelle16. La Révolution ouvre de de vastes perspectives à Caroillon de Tillières, notamment, l’ancien fermier général de Monsieur, propriétaire des forges et fourneaux de Conches, qui passait pour l’un des grands financiers de son temps. La mise en vente des biens nationaux est l’occasion d’acheter la forge de l’abbaye de Lyre en 1791 ; ce qui, avec l’exploitation de celle de la Ferrière, en association avec Mathard, constitue une redoutable concurrence pour les Levacher. Plus avisés que ces derniers, ils prévoient l’expiration du bail de six ans avec M. de Bouillon, concluent l’affaire avec lui en octobre 1791 et se réservent la totalité de la coupe des forêts d’Evreux, Conches et Breteuil. L’obtention de ce monopole sur la fourniture du charbon de bois, réduisant les autres maîtres de forges du district à une étroite dépendance, explique la mobilisation du clan Levacher au printemps 1792.

  • 17 A.D.Orne : L 2786. Lettre adressée au département de l’Eure, le 27 mars 1792, par « les citoyens d (...)
  • 18 A.N. : DXL 9 (26).
  • 19 A.D.E. : 12 L 20.

22Le maire de Breteuil ou le parrain du clan Levacher est l’un des principaux inculpés du mouvement taxateur. Il a été dénoncé comme l’instigateur du mouvement par les citoyens de L’Aigle notamment, suite à l’article paru dans les Annales Patriotiques et Littéraires de Gautier, secrétaire de la municipalité de Breteuil, qui contestait la version officielle du « brigandage des taxateurs » pour donner au soulèvement populaire une légitimité nationale17. Jean-Louis Levacher, écroué à Evreux du 12 mars au 7 mai, organise sa défense en publiant un mémoire judiciaire, précédé d’un « précis historique des causes qui ont donné lieu aux troubles du département »18. Expliquant que ses forges, situés dans les forêts du Perche, n’ont aucun besoin des bois de M. de Bouillon et qu’à 63 ans il n’aspire qu’à la retraite, il veut être disculpé de l’expédition taxatrice contre les Caroillon et innocenter tous les autres maîtres de forges du district. La force du mouvement populaire résidait uniquement dans l’inquiétude légitime de manquer du pain (à cause de la dépréciation des billets patriotiques) et du fer (par l’accaparement des bois) qui s’est développée « dans les anciennes et nombreuses manufactures de quincaillerie, clouterie, taillanderie, bouclerie etc ». La défense du maire a été organisée aussi à Breteuil, dès le 19 mars par la pétition notariée des notables du chef-lieu, recouverte de 54 noms, et par celle de la garde nationale qui recueille 94 signatures19.

  • 20 A.N. : DXL 9 (26). Précis de C.T.M.Dupuis, veuve Narbonne, contre la Cie adjudicataire des forêts (...)

23Son élargissement provisoire, le 7 mai, en attente de la décision du Corps législatif, ne désarme pas le clan Levacher. Le 28 mai, à Paris, la veuve Narbonne, propiétaire des forges de La Guéroulde et de Rugles, exploitées par les Levacher, proteste contre les « Caroillon, Mathard, Fontenay, négociant à Rouen, et Compagnie » qui refusent de lui vendre des bois. Cette « Cie dont l’esprit paraît être de s’enrichir des dépouilles d’autrui » est cause de « la misère d’une foule immense d’ouvriers » par suite de « l’inaction forcée des usines »20. En juin, de nouveaux troubles sont signalés sur les marchés à cause du refus de la monnaie de papier par les laboureurs. Aussi, le 29 juin 1792, le maire de Breteuil et son Conseil adressent un mémoire à l’Assemblée nationale. Pendant que les jacobins des villes célèbrent la fête de la Loi en l’honneur de Simonneau, le maire d’Etampes abattu par les taxateurs, le Conseil général de la commune de Breteuil proclame que « le salut du peuple est la première Loi » et développe les arguments démocratiques d’un programme politique :

24«... Le peuple est la partie la plus nombreuse de la population de cet empire ; il est aussi la portion la plus laborieuse et la plus utile ; il est encore la portion la moins salariée. Si, dans cet état, il n’est pas assuré de la subsistance du lendemain, s’il peut même concevoir des inquiétudes à ce sujet, quel sera le lien qui pourra le retenir au contrat social ? C’est donc sur l’article important de ce contrat que ceux à qui l’exécution en est confiée doivent avoir une continuelle sollicitude : l’équitable distribution des subsistances à portée de tous les individus est une mesure indispensable.

25L’Assemblée Constituante a pourvu par son décret sur la libre circulation des grains au maintien de la liberté du commerce. Mais a-t-elle prévu l’abus que l’égoïsme, la cupidité, l’avarice, la malveillance introduisaient dans ce mode d’exécution ? La constitution défend-elle d’y remédier, de l’amender, de le modifier ? Si les agents de la libre circulation sont corrompus par les passions, si leur administration, loin de remplir le but de la loi, aggrave le mal dont elle devrait être le remède pourrait-il être douteux qu’il fallût changer le mode d’opération ?

  • 21 A.D.E., op. cité.

26Sans doute, et nous devons l’espérer, un temps viendra où l’esprit public, suite de nos lois nouvelles, animera tous les citoyens, où l’égoïsme, l’agiotage seront des mots inutiles dans notre langue. Alors, chaque citoyen sera fortement persuadé que son bonheur n’aura de base solide que dans le bonheur de ses semblables. Mais, hélas ! nous ne faisons qu’entrevoir l’aurore de ces temps heureux. »21

  • 22 Bodinier (266).

27Il n’est peut-être pas sans paradoxe de conclure que les aspirations démocratiques des communautés rurales sont portées, après la répression de l’insurrection, par un ci-devant et l’un des plus gros acquéreurs de biens nationaux du département 22 et que le plus constant porte-parole des revendications populaires reste le patron des forges. L’hégémonie politique et culturelle du clan Levacher dans la région de Breteuil se manifeste avec clarté en 1793.

La société populaire de Breteuil et le clan Levacher

  • 23 A.D.E. : 236 L 2, 3 et 4. Archives de la société populaire de Breteuil.

28Le 11 août 1793, quatorze citoyens, dont J.L. Levacher, réunis dans la salle de l’auditoire de l’ancien bailliage, fondent la société des Amis de la Constitution Républicaine de Breteuil. Autour du maire, deux officiers municipaux, l’agent national, son substitut et un administrateur du district ; autour du négociant, cinq marchands, quatre hommes de loi, le percepteur des contributions, un boulanger, un employé au parc de construction des convois militaires et son caissier. La bourgeoisie urbaine se dote d’un club après la chute des Girondins et l’échec du fédéralisme ; elle donne lecture pendant un mois de la lettre de Payan, insérée dans le Journal Républicain ; elle coiffe son président du bonnet rouge décoré de la cocarde ; elle projette de s’affilier à la société des Jacobins de Paris ; elle s’abonne au Batave ou Journal des Sans-Culottes ; elle brûle les effigies de Louis XIV, Necker et La Fayette dans la salle de ses séances ; elle fait donner aux rues de Breteuil les noms des grands hommes Rousseau et Voltaire, des héros Le Peletier, Marat et les Sans-Culottes, des valeurs révolutionnaires Tolérance (puis, Raison pour l’ancienne rue aux Juifs), Droits de l’Homme, Loi, Liberté, Égalité, Fraternité, Union, Patrie et Montagne23.

  • 24 V. Miguet : Verneuil pendant la Révolution, thèse dactylographiée, École des Chartes, 1976-77.

29Pourtant quelques notoires habitants se sont compromis dans l’aventure fédéraliste avant de s’intégrer dans le club. Le médecin Pierre Gautier et l’un des fils de Levacher, résidant à Verneuil, se sont rendus le 6 juin à Evreux, au Conseil général du département, en compagnie d’un des Caroillon, président du district, pour répondre à la convocation du conventionnel Buzot, ancien président du tribunal criminel de l’Eure en 1792. Malgré leur rétractation rapide, leur arrestation en même temps que celle d’un membre fondateur, soupçonné d’accaparement, est longuement discuté en frimaire an II au club. Tandis que la municipalité de Verneuil juge sévèrement Levacher fils dans l’été 1793 comme « notoirement suspect d’incivisme et d’aristocratie »24, les amis de P. Gautier sont nombreux à Breteuil où ils plaident longuement sa cause de républicain égaré l’espace d’un jour, mais revêtu depuis de la confiance des habitants du canton qui l’ont choisi pour porter leur acceptation de la constitution le 10 août à Paris et qui est un des clubistes les plus actifs. Malgré l’approbation donnée, le 6 nivôse, à la motion du curé de Breteuil de rayer son nom de la liste des membres et au souhait des clubistes de discuter de « l’intérêt général et non de personnalités », la société populaire n’oubliera pas dans sa prison de Verneuil ce patriote opprimé et proposera même aux autorités une assignation à résidence dans sa ville. Toutefois, l’épisode n’a pas marqué cette jeune société qui ouvre toutes ses séances aux cris répétés de « Vive la République ! vive la Montagne ! »

  • 25 A.D.E. : 236 L 5. Liste des adhérents de la société populaire de Breteuil.

30Le succès du jacobinisme à Breteuil se manifeste par la régularité des séances de la société chaque quintidi et décadi comme par l’accroissement continu des adhérents. Avec plus de 140 adhésions d’août 1793 à floréal an III, soit 7 % de membres par rapport à la population totale, le club est bien implanté dans la ville. Les sociétaires qui acquittent une cotisation fixée à trois livres sont, surtout, des bourgeois (16 % de propiétaires et professions libérales, 11 % d’entrepreneurs, maîtres et agents des forges, 14 % de marchands). Le club exerce une attraction forte sur les artisans et boutiquiers de la ville (30 %) et faible sur les paysans du canton (8 %). La cotisation relativement élevée dans le district écarte manifestement la très grande majorité des ouvriers et employés des forges et fourneaux de Breteuil (9 %) et la totalité de ceux de La Guéroulde ; le reste des effectifs de la société populaire est constitué en ventôse an II de divers employés, instituteurs et garde-forestiers.25

31La famille Levacher est au complet : les négociants Jean-Louis et François-Antoine avec leurs fils (trois maîtres de forge, un agent des fourneaux, un médecin et un marchand) ; sans doute, aussi, celle des Blanchet (le père, maître de forge, et les fils, entrepreneur d’armes et agent du fourneau). La bourgeoisie industrielle qui rassemble autour d’elle ses principaux commensaux est partie prenante dans la politique jacobine de défense nationale.

  • 26 A.D.E. : 188 L 23.

32Les commissaires du pouvoir exécutif ont conclu notamment avec François-Antoine Levacher de Grandmaison, en 1792, un traité de fourniture d’armements. Le fourneau de Breteuil dont il est le propriétaire fournit ainsi de septembre à novembre 1792 un total de 21.000 boulets de canon de divers calibres26, comme en pluviôse an II, à l’époque où le représentant du peuple Etienne Deydier est chargé par la Convention de la fabrication des canons dans les fonderies de l’Eure et de l’Orne. Le mois suivant, François-Antoine et son fils François-Robert rejoignent à la société populaire leur autre fils ou frère, François-Louis, qui avait adhéré au moment de la grande vague d’adhésion de brumaire. Quoique la présence du conventionnel en mission ait été plusieurs fois signalée de germinal à messidor, il ne parait pas avoir exercé une particulière influence dans le club, à la différence de certains commissaires parisiens du pouvoir exécutif envoyés à Breteuil dans la fonderie de canons.

Le fer, le pain et les communaux

33Les questions économiques et sociales qui sont débattues au sein de la société ne concernent pas plus ici qu’ailleurs la vente des biens nationaux, mais se concentrent sur les questions toujours essentielles des forges et des subsistances, auxquelles s’ajoute celle des biens communaux.

34Le premier projet d’adresse à la Convention, le 19 septembre 1793, alors que la société populaire ne compte que 26 membres, est pour demander la fixation du prix des fers qui ne cesse d’augmenter. De la taxe au maximum, la bourgeoisie de Breteuil persévère dans son attitude antilibérale. Pour autant, d’autres documents montrent que le directeur des forges de Randonnai a une autre attitude que le maire de Breteuil.

  • 27 A.D.Orne : L 2948. Correspondance du directeur des forges de Randonnai avec le district de Mortagn (...)

35Ainsi, le 26 prairial an II, J.L. Levacher conteste le maximum du prix des fers tel qu’il vient d’être fixé par les énergiques patriotes du district de Mortagne dans l’Orne. Partisan du premier maximum qui fut établi d’après les relevés effectués chez tous les marchands de fer, il estime avoir suffisamment fait de sacrifices pour la chose publique depuis le début de la Révolution pour avoir le droit de contester l’application du maximum général. Arguant du fait que les mines de fer n’ont pas le même rendement dans toute la République et que le prix du bois varie selon les localités, le maître des forges de l’Orne apparait ainsi comme un opposant au contrôle étatique après avoir été un adversaire du capitalisme sauvage. Il s’estime lésé vis à vis non seulement de ses concurrents de la Nièvre, du Cher, de la Loire-Inférieure et de l’Ille-et-Villaine, vu la médiocre valeur de leurs fers, mais encore vis à vis de ses ouvriers dont le salaire est augmenté de moitié par rapport à celui de 1790 alors que le prix maximé du fer n’est relevé que d’un tiers. Aussi donne-t-il aux administrateurs de Mortagne l’exemple de ceux de Verneuil qui n’ont pas changé le prix du fer du premier maximum. Bon gré, mal gré le directeur des forges de Randonnai s’est plié à ce qu’il appelle lui-même, dans sa lettre du 26 vendémiaire an III, « le service public » 27

36D’autant plus facilement que la politique de l’an II est créatrice de nombreux emplois dans la région. A l’invitation du Comité de sûreté générale, deux commissaires de la société populaire de Breteuil sont choisis pour rechercher, à la fin de ventôse, des ouvriers pour la fabrique d’armes. En prairial, les canonniers révolutionnaires parisiens, dépêchés par le Comité de salut public, demandent à fraterniser avec les clubistes. Ils donnent lecture du recueil des actions héroïques et civiques des Républicains français, montrent les avantages du nouveau calendrier ou donnent une instruction militaire aux enfants de la commune. Lorsqu’il est question en nivôse an III de déplacer le parc de construction des convois militaires, il se trouve encore 69 clubistes pour signer la pétition tendant à conserver l’entreprise qui occupe tant d’employés et d’ouvriers dans la ville.

37C’est aussi ce même mois qu’on établit le constat désillusionné que le rapport fait à la société populaire pour le partage des biens communaux n’a servi à rien puisque l’agent national de la commune, un des fondateurs du club, ne l’a pas mis à exécution. L’application de la loi sur le partage des biens communaux avait été portée à l’ordre du jour d’une dizaine de séances à partir d’octobre 1793, mais ses partisans rencontrèrent d’incessantes temporisations des élus. En germinal an II, à la veille du scrutin épuratoire de la société, un nouveau rapport est présenté aboutissant à la décision d’exclure les clubistes qui refuseraient de restituer les biens communaux dont ils se prétendent propriétaires. Un des membres fondateurs, responsable du parc de constructions militaires, présente sa démission quelques jours plus tard ; mais, en prairial, il est élu président. Les partageux présentent leur dernier rapport le 10 thermidor en invitant l’agent national à convoquer tous les habitants, propriétaires et non-propriétaires, pour examiner le travail de la commission. Le clubiste démissionnaire et réintégré observe que la plupart des titres de ces biens qui ont été nationalisés sont difficiles à se procurer et « qu’il faut prendre des précautions pour ne pas compromettre la société » ; ce qui met un point final à la discussion.

38La question frumentaire est tout aussi révélatrice du fonctionnement de la démocratie communale. Dans un club où les consommateurs forment l’écrasante majorité, les critiques contre les laboureurs et les fermiers s’expriment plus facilement que celles portant sur la gestion municipale. Mais la seule unanimité qui se concrétise en arrêté de la société populaire, affiché dans tous les lieux publics, est la dénonciation comme suspects, en brumaire an II, des délinquants de la forêt et de tous ceux qui violent les propriétés d’autrui. La présence de paysans dans le club, quoique minoritaire, tend à établir un compromis : on les incite à respecter la loi ou à s’adonner à la culture des pommes de terre dans les jachères pour éviter une nouvelle disette, réelle ou factice ; à son arrivée dans le club, François-Antoine Levacher offre ainsi généreusement de donner dix boisseaux à ceux qui voudraient tenter l’expérience. Au printemps 1794, l’inquiétude sur les subsistances occupe régulièrement les séances par des pétitions à la municipalité, au district, au représentant du peuple pour demander des secours et dépêcher des commissaires vers les régions productrices. C’est à cette époque que la société apprend avec stupéfaction la nouvelle de l’arrestation du maire, d’un membre du comité de surveillance et d’un autre clubiste, propriétaire à Breteuil.

39La seconde arrestation de Jean-Louis Levacher mobilise pendant plusieurs jours, en séances extraordinaires, la société populaire qu’il a fondée. Celle-ci rédige un long rapport sur le patriotisme du maire de Breteuil, dépêche deux commissaires dans chacune des treize municipalités du canton ainsi qu’au chef-lieu de district et nomme ceux qui vont apporter les témoignages de son civisme au Comité de sûreté générale de la Convention. La période d’incarcération de Levacher à Paris, du 23 messidor au 18 thermidor, est celle où malgré le certificat attestant qu’il n’a montré aucune négligence pour les subsistances, la critique de la gestion communale peut se faire entendre dans la société. On reproche ainsi à la municipalité sa décision de délivrer le blé aux boulangers pour distribuer du pain de mauvaise qualité ; on dénonce la fabrication du pain mollet pour les privilégiés tandis que la classe indigente n’a droit qu’à une nourriture malsaine et insuffisante ; on critique l’injustice de la répartition qui n’est pas proportionnée aux besoins de ceux qui effectuent des travaux pénibles. Cette protestation pour le pain de l’égalité qui continue à se faire entendre au début de l’an III et dont la municipalité doit prendre acte est, peut-être, le seul succès des milieux populaires dans le club de Breteuil.

  • 28 A.D.E. : 236 L 6. Registre de correspondance de la société de Breteuil : lettre à la société popul (...)
  • 29 Soboul-Monnier (45), p. 165.

40Dénoncé par un canonnier révolutionnaire, J.L.Levacher est arrêté par les membres du comité de surveillance d’Evreux et d’Anet qui saisirent chez lui une très importante somme d’argent avant d’aller se divertir au billard de l’auberge, au grand scandale des habitants28. Suspect en raison de sa fortune aux yeux des militants de la sans-culotterie parisienne, le maire de Breteuil est, pour ses concitoyens, un républicain exemplaire : celui qui a fait un don patriotique conséquent, qui a généreusement ouvert sa bourse aux volontaires nationaux, qui a largement contribué à l’emprunt volontaire, qui a secouru les nécessiteux de sa commune et qui a assisté à toutes les fêtes, notamment à celle de l’Être Suprême, malgré le décès de son épouse deux jours plus tôt. Le suspect d’intelligence avec l’ennemi est libéré par le 9 thermidor qui est présenté au club par un autre canonnier parisien comme la chute de « l’hydre effroyable » dont il importe de couper toutes les têtes. La queue de Robespierre à Breteuil, c’est son collègue Binet, canonnier aux armées, membre de la société populaire de la section Brutus à Paris et qui sera décrété d’arrestation en prairial an III dans la capitale et dénoncé en l’an IX comme motionnaire forcené29. Après l’avoir confronté le 30 thermidor au ci-devant suspect et avoir demandé à Gautier de confirmer la dénonciation, la société populaire de Breteuil chasse Binet de son sein, réintègre le ci-devant fédéraliste et continue de tenir ses séances jusqu’au printemps 1795.

Breteuil et le réseau des sociétés populaires du district de Verneuil en l’an II

41Dès le 19 septembre 1793, la société populaire de Breteuil a appelé les autres communes du district à suivre son exemple et invité les républicains du canton à assister à ses séances.

  • 30 A.D.E. : 236 L 9. Registre de délibérations de la société populaire de Condé-sur-Iton.
  • 31 A.D.E. : 236 L7. Comptes du trésorier de la société de Breteuil ans II-III.
  • 32 A.D.E. : 236 L 14. Registre de délibérations de la société de Rugles. La question de l’exclusion d (...)

42Parmi ses adhérents, on ne relève toutefois que vingt citoyens résidant dans les communes proches (La Guéroulde et Les Essarts, surtout) ou affiliés au nouveau club de Rugles ou à celui de Verneuil. Son rayonnement cantonal est donc faible, malgré la création du club de Condé-sur-Iton le 30 nivôse sous les auspices, en fait, de trois députés de la société du chef-lieu de district30. Hors du canton, les sans-culottes de Breteuil ne sont entrés en relation épistolaire qu’avec une douzaine de sociétés voisines, principalement, L’Aigle, Verneuil, Bourth et Rugles. Avec un budget de quelques quatre-cents livres provenant des cotisations annuelles, ils n’ont pu qu’aménager la chapelle de l’Hôtel-Dieu comme local du club, assurer le bon fonctionnement des séances et s’abonner à un seul journal31. Mais afin d’assurer une propagande orale de la culture républicaine, leur Comité d’instruction publique organisa plusieurs conférences. L’explication du mouvement céleste et l’origine de la terre était le sujet du 21 brumaire qui a tant passionné l’auditoire qu’il fut continué le 10 frimaire par la formation de la terre et l’origine des plantes ; le 6 nivôse, une discussion générale fut menée autour de trois thèmes : « Qu’est-ce que la Patrie ? un patriote ? qu’elle est la meilleure forme de gouvernement ? ». Mais en pluviôse, la société de Breteuil est dénoncée par celle de Bourth auprès des autres sociétés du district pour conserver des prêtres dont l’influence sur les opinions et l’administration publique est jugée pernicieuse. Le club de Rugles qui, le mois précédent, avait pris pourtant la décision de rejetter tout prêtre non déprêtrisé ou non marié, estima pour sa part que « Breteuil était maître dans ses foyers »32.

LE RÉSEAU DE LA SOCIÉTÉ POPULAIRE DE BRETEUIL, an II

LE RÉSEAU DE LA SOCIÉTÉ POPULAIRE DE BRETEUIL, an II

43Certes, en germinal, le Christ de la salle des séances de Breteuil a été remplacé par une flamme tricolore avec la devise « Liberté, Egalité, Fraternité ou la Mort » mais la « proclamation de l’existence de l’Eternel et de l’immortalité de l’âme » ravit la société qui félicita la Convention le 5 prairial. L’influence du maire de Breteuil dans la société populaire a été surtout sensible sur la question de l’instruction de la jeunesse : en prairial, il pressa la société de recruter des instituteurs, il encouragea les timides à se manifester et expliqua l’importance des écoles primaires. Tandis que Breteuil est alors mobilisée par la réflexion pédagogique, on constate que les communes forestières qui se sont insurgées au printemps 1792 ne se sont pas intégrées au réseau des sociétés populaires de l’an II. La Neuve-Lyre, où débuta le mouvement taxateur, est ainsi le seul chef-lieu de canton dépourvu de club dans ce district malgré l’essor de la sociabilité politique et l’exemple de Breteuil, suivi par six autres chefs-lieux de canton et quatre autres communes. Les aspirations démocratiques du mouvement populaire n’ont donc pas toutes été récupérées par la République jacobine.

Bilan et épilogue

  • 33 Voir S. Chassagne : Oberkampf. Un entrepreneur capitaliste au siècle des Lumières, Paris, 1980, p. (...)

44Lieu d’intégration à la culture républicaine, la société populaire a joué pleinement son rôle là où les détenteurs du pouvoir économique et, donc, politique dans les bourgs se sont engagés dans la voie révolutionnaire. Le rôle des maîtres de forge de la région a été déterminant. A défaut des archives du club de Verneuil qui nous manquent pour apprécier celui de ce missionnaire patriote qu’est le jacobin Caroillon en l’an II, les registres des abonnés du Journal de la Montagne mentionnent les noms d’autres maîtres de forges que nous avons déjà rencontrés comme Blanchet à Verneuil ou Mathard à Bernay, issus des rangs du Tiers-État. On ne peut manquer de rapprocher la position économique et politique de Levacher à Breteuil de celle du citoyen Oberkampf, ce grand manufacturier fondateur de la société populaire de Jouy-en-Josas33.

  • 34 Dornic (269).

45En élargissant notre champ d’observation au cadre de l’ancienne généralité d’Alençon, on ne constate nulle part ailleurs une pareille concentration capitaliste des forges que celle réalisée dans le pays d’Ouche et le Perche par la famille Levacher. La moindre dépendance économique vis à vis des maîtres de forge peut expliquer, en partie du moins, la résistance à l’acculturation politique jacobine dans le Domfrontais par exemple où la population paysanne est particulièrement importante. Les travaux de F. Dornic ont montré le clivage politique entre les ouvriers des forges dans le Maine et les troupes paysannes de Jean Chouan34.

46Dans cette révolution où la bourgeoisie industrielle est, partout, partie prenante il convient de suivre la destinée de ces remarquables intermédiaires sociaux que sont les Levacher, à la fois propriétaires et exploitants, issus du Tiers-État et anoblis à la fin de l’Ancien Régime, capitalistes et sans-culottes, aristocrates suspects et républicains exemplaires.

  • 35 A.D.E. : 188 L 23. Registre des visas, enregistrements des marchés avec la République et autres pa (...)
  • 36 A.D.Sarthe : 1 Mi II. Archives du château de Monhoudou. Forges de Breteuil (1783-1810) Famille de (...)

47Peut-on dire que la République a été la grande période du clan Levacher ? Tandis que J.L. Levacher sera confronté aux graves troubles frumentaires de l’an III, non comme maire, mais comme patron paternaliste dans le district de Mortagne, François-Antoine, associé avec ses deux fils, signe en vendémiaire an III un contrat avec la République pour exploiter à Breteuil une fonderie de canons. Le contrat stipule une avance de 20.000 livres contre l’engagement de fournir 445 canons, payés au tarif du Maximum, en utilisant les fourneaux de Breteuil, Condé et Lallier ; il préconise d’assurer une formation aux ouvriers en les envoyant en stage au Creusot et prévoit la mise à la disposition d’arpents de bois dans la forêt de Breteuil, un approvisionnement en charbon aux mines de Littry dans le Calvados et la réquisition d’hommes, chevaux et matériel nécessaires35. Mais la fonderie nationale pour l’artillerie de la marine n’a pas fonctionné durablement : en messidor an VII, ses bâtiments ont été mis en vente36.

  • 37 A.D.E. : 38 L 4. Forêt domaniale de l’Eure. Affaires contentieuses (1793-an VI). Mémoire adressé a (...)
  • 38 A.D.E. : 38 L4. Lettre de l’administration municipale du canton de Rugles à l’administration centr (...)

48En l’an VI, pour le renouvellement de l’adjudication des coupes de bois dans la forêt appartenant à l’héritier de Bouillon de La Tour d’Auvergne, les frères Levacher, avec cinq autres propriétaires ou exploitants de forges et fourneaux (dont l’ex-jacobin Blanchet) adressent un mémoire au ministre de l’Intérieur. Ils revendiquent l’usage ancestral des bois pour les usines de la région (on reconnait l’influence de Girancourt, devenu exploitant de forges, qui se manifeste dans le rappel des obligations d’Ancien Régime) ; ils dénoncent le racket des adjudicataires, propriétaires et fermiers du quart des usines du canton, qui sont maîtres du prix du bois ; ils soulignent les conséquences économiques désastreuses : non seulement les maîtres de forge ne peuvent plus être concurrentiels, mais encore les ferronniers et les sabotiers sont réduits au chômage. Mais le rapport des commissaires du pouvoir exécutif n’est pas favorable au clan Levacher : on les accuse de « vouloir renouveler les scènes d’il y a six ans » et « d’avoir pris des engagements avec La Tour d’Auvergne au moment où ils signaient le mémoire en question »37. L’administration départementale prend toutefois des renseignements auprès des municipalités cantonales ; celle de Rugles confirme, chiffres à l’appui, le mémoire des Levacher et brosse un tableau sombre de l’économie régionale avec la ruine des maîtres de forge, la paralysie du commerce du fer et le pillage de la forêt car « le peuple est réduit à l’impossibilité absolue d’acheter du bois à brûler, à bâtir et à travailler »38.

  • 39 A.D.Sarthe, op. cité. La famille de Martel possèdait une partie de la correspondance d’affaires de (...)
  • 40 A.D.E., op. cité. Questions et réponses de M. Levacher d’Urclé, maître de forges du fourneau de Co (...)

49Six ans après l’insurrection de 1792, la transition du féodalisme au capitalisme s’effectue sans alternative politique : la Cie Caroillon, où Roy prend de plus en plus d’importance, se fait adjuger à nouveau l’exploitation de la forêt. Jean-Louis Levacher meurt en 1800 ; François-Antoine fait faillite en1802 39 et vend la forge de Breteuil à Roy et Caroillon en 1804. Au début du xixème siècle, la mairie de Breteuil et celle de Condé sont encore aux mains des fils Levacher. Levacher d’Urclé, héritier de Jean-Louis, maître de forges de Condé et gros acquéreur de biens nationaux lui-même, résiste jusqu’aux années vingt à cette impitoyable concurrence. Pour l’enquête ministérielle de 1811, le dernier des Levacher dresse le bilan économique et social de la période : « sur une dizaine de maîtres de forges qui ont fait valoir depuis la Révolution, les deux-tiers au moins ont fait faillite ou se sont retirés après avoir perdu plusieurs centaines de mille francs de leur fortune ». Les « marchés paisibles » sont devenus des « arènes » où triomphent les spéculateurs. L’Ancien Régime apparaît comme l’âge d’or de l’exploitation familiale car les propriétaires s’arrangeaient, lors des enchères, pour vendre aux exploitants solvables et le prix des coupes de bois était favorable aux maîtres de forges. La Révolution a instauré la sordide loi du profit qui a poussé, d’une part, la compagnie adjudicataire des forêts à une exploitation maximale en anticipant de nombreuses coupes de bois et, d’autre part, a incité les riverains à dévaster les forêts en faisant paître leurs bestiaux qui ont mangé les repousses de bois et en enlevant ce qui leur était nécessaire pour vivre et travailler40.

50En 1818, le fils de Jean-Louis Levacher n’exploite plus que trois usines et, en 1827, il vend sa dernière propriété, la forge et le fourneau de Condé, à la Cie Roy et Duval. En accélérant la concentration capitaliste que combattaient le mouvement taxateur de 1792 et le clan Levacher, la Révolution a bel et bien été le tournant économique majeur de cette région.

Notes

1 Vovelle (165) p. 230-276.

2 A.D.Eure : 236 L 8.

3 A.D.E. : 12 L 20. Rapport des troubles du département de l’Eure.

4 A.D.E. : 12 L 20. Procès-verbal des troubles et émeutes populaires du 29 février par la municipalité de St-André la Barre, le 4 mars 1792.

5 Ibid. Interrogatoire de la municipalité des Baux, le 18 mars, par les commissaires civils du département auprès du Q.G. de l’armée.

6 Les interrogatoires devant les différentes juridictions ont été réunis dans le même dossier. Voir aussi L. Boivin-Champeaux (234) p. 242-257.

7 Voir supra et Rudé (159 et 160).

8 A.D.E. : 12 L 20. Procès-verbal de délibérations de la municipalité de Breteuil.

9 A.D.Orne : C 46. Enquête de 1788 sur les manufactures et industries des forges.

10 A.D.E. : 6 M 1239. Lettre au préfet du maire de Rugles, 5 germinal an XIII. La tentative d’apporter la taxe à L’Aigle avorta grâce à la mobilisation patronale et à son contrôle de la garde nationale.

11 A.D.E. : 12 L 20.

12 A.D. Orne : C38.

13 Richard (158), (276), (277), Woronoff (280).

14 Par ailleurs, un autre Levacher, Félix Orner Gratien, est député à l’Assemblée Constituante, puis administrateur du district et membre de la société populaire de Breteuil.

15 D’après les travaux de G. Richard, op. cité.

16 A.D.Orne : C 50.

17 A.D.Orne : L 2786. Lettre adressée au département de l’Eure, le 27 mars 1792, par « les citoyens de l’Aigle amis et défenseurs de la constitution » qui se sont opposés à « la horde de brigands ». Annales Patriotiques et Littéraires, supplément au n° 83 : la lettre de Gautier « citoyen de Breteuil, électeur du département de l’Eure », datée du 8 mars, est un droit de réponse à l’article paru dans le n° 67 du journal de Carra.

18 A.N. : DXL 9 (26).

19 A.D.E. : 12 L 20.

20 A.N. : DXL 9 (26). Précis de C.T.M.Dupuis, veuve Narbonne, contre la Cie adjudicataire des forêts d’Evreux.

21 A.D.E., op. cité.

22 Bodinier (266).

23 A.D.E. : 236 L 2, 3 et 4. Archives de la société populaire de Breteuil.

24 V. Miguet : Verneuil pendant la Révolution, thèse dactylographiée, École des Chartes, 1976-77.

25 A.D.E. : 236 L 5. Liste des adhérents de la société populaire de Breteuil.

26 A.D.E. : 188 L 23.

27 A.D.Orne : L 2948. Correspondance du directeur des forges de Randonnai avec le district de Mortagne.

28 A.D.E. : 236 L 6. Registre de correspondance de la société de Breteuil : lettre à la société populaire d’Anet le 30 fructidor.

29 Soboul-Monnier (45), p. 165.

30 A.D.E. : 236 L 9. Registre de délibérations de la société populaire de Condé-sur-Iton.

31 A.D.E. : 236 L7. Comptes du trésorier de la société de Breteuil ans II-III.

32 A.D.E. : 236 L 14. Registre de délibérations de la société de Rugles. La question de l’exclusion des nobles y a soulevé de vifs débats en nivôse et ventôse an II alors qu’à Breteuil elle n’a pas été posée.

33 Voir S. Chassagne : Oberkampf. Un entrepreneur capitaliste au siècle des Lumières, Paris, 1980, p. 171-176.

34 Dornic (269).

35 A.D.E. : 188 L 23. Registre des visas, enregistrements des marchés avec la République et autres particuliers.

36 A.D.Sarthe : 1 Mi II. Archives du château de Monhoudou. Forges de Breteuil (1783-1810) Famille de Martel.

37 A.D.E. : 38 L 4. Forêt domaniale de l’Eure. Affaires contentieuses (1793-an VI). Mémoire adressé au ministre de l’Intérieur le 26 ventôse an VI par les maîtres de forges, propriétaires ou exploitants.

38 A.D.E. : 38 L4. Lettre de l’administration municipale du canton de Rugles à l’administration centrale de l’Eure le 17 germinal an V.

39 A.D.Sarthe, op. cité. La famille de Martel possèdait une partie de la correspondance d’affaires de Levacher de Grandmaison. De Martel, signataire du mémoire de l’an VI avec les Levacher était propriétaire d’un fourneau dans le district de Breteuil.

40 A.D.E., op. cité. Questions et réponses de M. Levacher d’Urclé, maître de forges du fourneau de Condé, le 10 décembre 1811.

Table des illustrations

Titre LES MOUVEMENTS TAXATEURS DANS LE DISTRICT DE VERNEUIL(Eure)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1056/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 615k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1056/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre LE RÉSEAU DE LA SOCIÉTÉ POPULAIRE DE BRETEUIL, an II
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1056/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 363k

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540