Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Jacobins de l’Ouest

 | 
Christine Peyrard

Deuxième partie. Mouvements populaires dans les campagnes et sociabilité révolutionnaire

Avant-propos

Texte intégral

11792, année creuse de la sociabilité révolutionnaire dans l’Ouest, est l’année des grandes foules. Alors que le mouvement de création des clubs s’essouffle dans ces départements, où toutes les villes notables sont désormais pourvues d’une société des Amis de la Constitution, leurs « frères, les habitants des campagnes » se réunissent à leur tour à l’occasion des troubles frumentaires, religieux ou anti-seigneuriaux.

2L’étude des pratiques politiques mises en œuvre pendant l’année de tous les troubles, dans la diversité des situations conflictuelles et des sociétés rurales, est un des moyens d’aborder la question de la participation des campagnes au mouvement politique. La complexité de cette question impose, aujourd’hui, une étude de cas à partir et autour des événements survenus en 1792. Au printemps, ce sont les grands mouvements taxateurs dont l’exemple du district de Verneuil permet d’approfondir les caractères de cette rébellion sociale. Pendant l’été de la chute de la monarchie, la violence populaire dans le département de l’Orne constitue une étape dans la prise de conscience politique. A l’automne, la Sarthe connait à son tour une grande flambée taxatrice qui nous incite à réfléchir aux relations ville-campagne. Ces formes d’action collective nous conduiront à un chapitre conclusif sur le jacobinisme rural dans l’Ouest.

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540