Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Jacobins de l’Ouest

 | 
Christine Peyrard

Première partie. L'émergence d'une conscience politique nationale

Chapitre quatrième. La révolution de la presse et l’émergence d’un nouveau public

Texte intégral

  • 1 Habermas (56).

1Analyser la formation de la culture jacobine implique de souligner plus nettement la dialectique constante entre l’oralité de la prise de parole dans les clubs et la référence au texte écrit. Car la socialisation des idées patriotiques comme leur mise en forme journalistique participent à la création de cet espace public dont le siècle des Lumières avait rêvé la médiation entre la société civile et l’État1. L’histoire de la presse révolutionnaire et celle de l’association politique ne peuvent être dissociables car elles sont partie prenante de la mutation qui affecte aussi bien le marché de l’édition que le public des lecteurs.

Le nouveau marché de l’imprimerie

  • 2 Rétat (220).
  • 3 Quéniart « l’anémie provinciale » (178) p 358-374.

2La liberté de presse puis, la suppression des corporations, dont celle des imprimeurs-libraires, crèent des conditions radicalement nouvelles pour la transformation du marché de l’imprimerie. Si la fin du règne du privilège et de la censure a été célébrée dès 1789 à Paris par la floraison des pamphlets, libelles et journaux, en revanche seulement une trentaine de journaux ont paru en province et aucun dans notre région2. La volonté politique de libéraliser le marché est soumise au poids de l’héritage culturel : la concentration monopolistique de l’édition française à Paris tout au long du xviiième siècle a anémié la province et explique le retard provincial en 17893.

  • 4 Voir Chartier (174), Feyel (188). B.N. Fonds des Annuaires et Almanachs Lc29/64 (Maine), Lc 31/100 (...)
  • 5 D’après Quéniart (296), Duval (285, 286) et Epinal (287). Egalement R. Plessix « Les Affiches du M (...)
  • 6 Voir C. et S. Albertan, « Les silences de la presse provinciale en 1788 » (221) et Popkin (216).

3Le réseau des imprimeurs s’est, en effet, étiolé au point de ne concerner qu’un cinquième des villes administratives sous l’Ancien Régime : Vire, Mamers, Laval n’ont plus d’imprimeries en 1777 et Caen ou Le Mans en ont perdu le tiers au cours du siècle. Le marché de l’édition locale n’offre aux producteurs qu’une activité limitée si l’on excepte la publication d’un Almanach à Caen (depuis 1747 au moins), Le Mans (1752) et Falaise (1787) et, bien sûr, la création des Affiches, Annonces et Avis divers au Mans (1771), à Caen (1786) et à Alençon (1788)4. Les imprimeurs Monnoyer, Poisson et Malassis qui investissent ce nouveau créneau de l’édition provinciale pour le Maine, la Basse-Normandie et le Perche appartiennent à des dynasties d’imprimeurs : les Poisson sont implantés à Caen depuis le début du xviième siècle, les Malassis à Alençon depuis un siècle tandis que Ch. Monnoyer ne s’installe au Mans qu’en 17515. Ces gazettes publicitaires, soumises au privilège et à la censure, offrent parfois le quart ou la moitié de leur surface, comme celle du Mans, aux nouvelles locales, nationales et étrangères. L’information, certes officielle, est aussi basée sur des extraits de La Gazette de France, Le Journal de Paris et Le Journal Général de France. La mention de la suspension de La Gazette de Leyde, en juillet 1788, par le gouvernement français, témoigne au moins de l’ouverture provinciale au débat d’idées international6. Et le journal manceau se charge des souscriptions à une vingtaine de périodiques français ou étrangers en 1788.

  • 7 H.J. Martin et R. Chartier (178) p 681-693.
  • 8 Darnton (182) p 212.

4Le réseau des libraires illustre également les modifications culturelles qui ont affecté le commerce du livre7. En 1781, il est quatre fois plus dense que celui des imprimeurs et traduit la contradiction entre les besoins d’un public, plus nombreux grâce aux progrès de l’alphabétisation, et les contraintes pesant sur le marché de l’édition locale. Si le nombre des libraires a triplé au Mans au cours du siècle, la plupart des petites villes, comme Château-du-Loir par exemple, ne connaissent encore le livre que par le colporteur ou, comme à Mamers, dans la boutique du mercier ; à Sillé, les libraires sont aussi marchands-forains et achètent leurs livres à Paris, Rouen, Toulouse et Lyon et les vendent dans les foires de la région. Toutefois, les deux-tiers des villes administratives ont au moins un libraire, parfois plusieurs comme Caen, Falaise, Le Mans, Bayeux, Evreux et La Flèche. La diffusion massive de L’Encyclopédie à Caen, ville aux dix libraires, a pu en être facilitée quoiqu’on note son succès dans des villes qui n’en avaient qu’un comme Lisieux, Argentan, Alençon, Mortagne ou L’Aigle8. On ne peut, pour autant, conclure à la socialisation réussie de la pensée des Lumières car bien des villes où il existe un libraire n’ont pas connu de société de pensée (alors que les neuf-dixièmes auront un club dès la première année), Cherbourg, malgré son Académie n’a pas été un centre de vente du best-seller et le Cotentin, malgré son avance dans l’alphabétisation, reste en dehors de la diffusion.

  • 9 M. Vovelle, « L’irrésistible ascension de Joseph Sec, bourgeois d’Aix », Aix-en-Provence, 1975.

5C’est, surtout, avec la réorganisation administrative de la France, dont le formidable marché mériterait une analyse systématique, que l’imprimerie provinciale va se redéployer. Donnons le témoignage, d’abord, du graveur sur bois d’Alençon, Pierre-François Godard. Cet artiste populaire engagé, comme l’Aixois Joseph Sec9, dans l’aventure révolutionnaire a tenu à rassembler toutes les épreuves de ses gravures en albums et à les préfacer ainsi :

  • 10 B.M. Alençon, Ms 5159, 5160 et 5161. Listes des épreuves des gravures de P.F. Godard.

6« Je suis né à Alençon, le 21 janvier 1768, de parents pauvres. Mon père, ouvrier-imprimeur, en voyant de mauvaises planches gravées sur bois à l’imprimerie où il travaillait s’imagina de les imiter avec de mauvais outils ; par la suite, il se perfectionna et fit bon nombre de gravures. Voilà l’origine de cette science dans notre famille ; dès ma tendre jeunesse, je cherchai à suivre son exemple. Je m’aperçus de bonne heure qu’il nous manquait le dessin et je m’y appliquai de bonne heure ; je dessinai beaucoup et, si je ne suis pas parvenu à acquérir de grandes connaissances dans cette partie, c’est que je n’eus pas de maître, il n’en existait pas à Alençon à cette époque ; je regrettais beaucoup de ne pouvoir m’y livrer autant que je l’aurais désiré, mais mon père, forcé par le besoin, se fit relieur - il n’en existait pas non plus dans cette ville dans ce temps - et il y occupa toute la famille. Cependant à la naissance de la République, il nous vint de tous côtés des gravures à faire : ce fut alors que je pus satisfaire mon goût et me perfectionner un peu. J’aimais beaucoup mon travail, mais la patrie l’emporta et je partis volontaire en 1792. Je ne restais pas oisif dans ma campagne, je fus occupé dans la garnison où je séjournai. De retour, je me mariai, j’eus un fils dont je soignai l’éducation et qui est parvenu à un point de perfection que je n’ai jamais atteint et dont je n’ai qu’à me glorifier. Je mourus le... »10

  • 11 Voir E. Richard, Les Godard d’Alençon, graveurs sur bois (1735-1864), Domfront, 1921 ; L. Dimier, (...)
  • 12 P. Casselle, « Recherches sur les marchands d’estampe parisiens d’origine cotentinoise à la fin de (...)
  • 13 J. Adhémar, L’imagerie populaire française, Paris, 1968 et R. Saulnier, L’imagerie populaire du Va (...)

7Républicaine par sa brièveté, cette autobiographie l’est aussi par son silence sur la période post-révolutionnaire alors que, pendant une trentaine d’années, le ci-devant clubiste alimenta de nombreuses fabriques d’imagerie. L’atelier familial a donc été le lieu d’apprentissage de la dynastie des Godard. C’est en besognant pour son père, à l’aide du Traité théorique et pratique de la gravure sur bois de Papillon, que P.F. Godard réalise et signe ses premières gravures, reproduisant des vignettes dès l’âge de 14 ans, puis gravant ses propres compositions à 17 ans et illustrant son premier livre à 19 ans11. Mais le marché local de l’estampe limite l’œuvre de Godard I (1735-1802) à quelques motifs de typographie, affiches pour des spectacles ou faire-part d’inhumation. La ville d’Alençon, sans tradition culturelle ni vocation religieuse aussi spécifique que celles de Chartres, toute proche, ou plus lointaine d’Avignon, n’offre pas de carrière aux Godard. Godard II aurait pu suivre la filière parisienne de ces Normands cotentinois qui tentaient leur chance à la belle saison dans le circuit des marchandises prohibées en s’installant sur les quais de la Seine, avant d’ouvrir une boutique, fortune faite, rue Saint-Jacques12. Pourtant, la gravure sur bois délaissée à Paris ou Avignon, avait connu un regain d’intérêt grâce à la mesure protectionniste du gouvernement qui décida, en 1760, d’autoriser la confection des indiennes dans des villes manufacturières comme Orléans ou Le Mans qui devinrent des centres d’imagerie populaire13. Mais Godard II trouva mieux : à 21 ans, c’est le chantier révolutionnaire qui s’ouvre à lui.

  • 14 Peyrard « Perrine Dugué dans l’imagerie populaire », B.S.A.S., 1983, p 33-49 et « Gloire des marty (...)

8En examinant dans ses albums les cachets et les vignettes révolutionnaires et en ajoutant ceux que nous avons rencontrés, ici et là, dans les archives départementales, nous constatons qu’il a travaillé pour une douzaine de départements de l’Ouest (du Finistère jusqu’à la Seine-et-Oise) puis, pour les Ardennes et le Nord lors de son enrôlement patriotique. Il eut des commandes des districts de Nantes, Guérande et La Flèche, de diverses municipalités, corps judiciaires, hôpitaux et convois militaires ou encore de l’inspection des Eaux et Forêts des Deux-Nèthes à Anvers. Son activité ne s’est pas limitée à graver les nouveaux emblêmes du pouvoir pour les administrations publiques. Il a également composé la vignette du club de Domfront, après celle d’Alençon et les encadrements des sociétés populaires de Nantes et de La Flèche. L’artiste Godard resta toujours un ouvrier : à la différence de J.B. Letourmy, éditeur et marchand à Orléans, qui reconvertit dès 1789 son importante fabrique d’images populaires, essentiellement religieuses, en un exceptionnel centre provincial d’imagerie révolutionnaire, le jacobin Godard ne travailla jamais que sur commande. Aussi ne trouve-t-on dans ses albums que peu d’estampes consacrées à l’actualité politique : une prise de la Bastille, la colonne de la Liberté élevée à Nantes en 1790, un portrait de Marat, puis à son retour de l’armée, une gravure de Perrine Dugué, la sainte-républicaine14. En tout cas, l’œuvre gravée du fondateur du club d’Alençon permet de suivre la mutation des goûts et des formes dans leur consommation sociale et l’adaptation de l’artiste au nouveau marché de l’imprimerie.

9Nombre d’imprimeurs de l’Ouest se retrouvent parmi les fondateurs des sociétés patriotiques, tel le frère et ami de Godard à Alençon, Malassis fils ; d’autres adhèrent dès les premiers mois comme Monnoyer fils et Pivron au Mans, Bouquet à Falaise, Clamorgam à Cherbourg et, sans doute, Chalopin à Caen. L’intérêt commercial n’est certes pas le seul qui les pousse à obtenir le brevet d’imprimeur de la Société des Amis de la Constitution ; mais il est indéniable que l’impression des statuts, brochures et adresses représente un marché envié pour ceux qui n’ont pu obtenir le titre d’imprimeur du département comme c’est le cas pour Abel Pivron, fils de boulanger et dernier reçu dans la corporation des maîtres-imprimeurs de la capitale du Maine.

10Suivons la participation à la vie du club d’un imprimeur-libraire, comme Delaunay à Lisieux, dans une ville moyenne du xviiième siècle. Dotée d’une loge maçonnique en sommeil dès 1778, d’une imprimerie et d’un libraire qui a procuré une vingtaine de souscriptions à L’Encyclopédie, la cité épiscopale est devenue chef-lieu de district. Peuplée de 10.000 habitants dont près des deux-tiers vivent du commerce de gros draps et de toiles cretonnes, elle a créé son club en juillet 1790 avec une participation exceptionnelle de 70 personnes. Située dans un district où se tiennent d’importantes foires et marchés, elle mérite, pense-t-on au club en septembre, d’avoir un tribunal de commerce. Une bourgeoisie soucieuse de procurer du travail aux malheureux comme de surveiller les compagnons a proposé au club, ce même mois, la création d’une manufacture et d’un passeport ouvrier, visé par la municipalité. Celle-ci a interdit à tout imprimeur de donner du « Monseigneur » et de représenter les armoiries des ci-devant seigneurs sur des vignettes ; enfin, le maire est patriote et membre influent du club.

11La première tâche de Delaunay a été l’impression des brevets individuels de réception à la société ainsi que, vraisemblablement, son règlement. Le travail ordinaire de l’imprimeur du club, si l’on en juge par son activité semestrielle, est l’édition d’une brochure mensuelle dont le tirage varie entre 200 à 2 000 exemplaires. En novembre, c’est le discours au prône d’un curé-clubiste ; en décembre, l’avis d’un curé caennais ; en janvier 1791, une adresse à l’Assemblée nationale sur l’égalité des partages ; en février, une circulaire aux sociétés affiliées contre le monopole de la correspondance par le journal de Laclos ; en mars, une adresse aux habitants de la campagne diffusée dans toutes les communes du district...Par ailleurs, la lecture au club d’un numéro du Père Duchesne qui a « paru du premier comique mais plein d’esprit » a décidé l’imprimeur, en septembre 1790, à l’éditer pour son compte : l’emprunt d’un journal de la société a été exceptionnellement autorisé à la condition de fournir un exemplaire à chaque membre. Enfin, le club décida en novembre d’éditer à ses frais un Almanach du district de Lisieux et de vendre les 2 000 exemplaires au profit des pauvres de la ville. Quatre commissaires furent nommés pour le composer, faire insérer l’instruction politique envoyée par une autre société et surveiller la qualité de l’édition avec le libraire. Delaunay ne vendit que 400 exemplaires de l’ouvrage dont le prix avait été fixé à 7 sous en gros et 8 au détail et le stock restant fut partagé en mars 1791 entre les membres du club.

12La libération du marché de la presse suppose désormais l’acceptation de la loi de l’offre et de la demande ou une modification de la consommation sociale pour rendre effective la révolution culturelle.

Le public des clubs

13Les pratiques de la lecture connaissent, avec la Révolution, une mutation décisive avec la multiplication des lieux de lecture, la modification de la clientèle et les sollicitations politiques qui favorisent l’émergence d’un nouveau public.

  • 15 Kennedy (200).

14L’abondance et la succession à rythme soutenu des nouvelles politiques constituent la spécificité de l’époque révolutionnaire et consacrent le journal au titre d’informateur privilégié. La cherté des périodiques qui a favorisé le goût de la sociabilité et la pratique de l’abonnement collectif au cours des dernières décennies d’Ancien Régime constituent encore, avec la multiplicité de leurs titres, une des raisons majeures de l’association. Certes, le public des clubs ne constitue pas toute la clientèle des journaux de même qu’on ne peut réduire le club à son cabinet de lecture, mais leur histoire parallèle rend nécessaire l’examen des relations entre publicistes et clubistes.15

  • 16 D’après Godechot (194) p 464.

15Ce sont, d’abord, des rapports de producteurs à consommateurs que nous pouvons étudier à partir des souscriptions du club de Cherbourg. Dans ce modeste chef-lieu de district de 8 000 habitants, tourné vers les activités militaires et marchandes du port, le club s’abonne à vingt journaux en 1790. Parmi les titres choisis, une seule gazette d’Ancien Régime, Le Journal de Paris : le premier quotidien français conservait encore une belle audience avec un tirage de 12.000 numéros16. En souscrivant à 13 journaux lancés en 1789 et à six nouveaux titres de l’année, où quotidiens et hebdomadaires ont part à peu près égale, le club du district s’ancre dans la modernité.

16Les deux premiers journaux auxquels le club s’est abonné, Les Révolutions de Paris et Les Révolutions de France et de Brabant (Desmoulins), représentent l’opinion d’extrême-gauche. Au fur et à mesure que le club reçoit de nouveaux adhérents et dispose d’un budget plus important, il peut se permettre d’offrir à ses adhérents un panorama quasi-complet de la France politique, à l’exception de l’opinion d’extrême-droite. On peut classer, avec J. Godechot, comme organes de la presse contre-révolutionnaire modérée Le Journal de Paris et La Gazette Universelle, comme exemples de journaux révolutionnaires modérés Le Courrier de Provence de Mirabeau, Le Patriote français de Brissot, Les Annales Patriotiques et Littéraires de Mercier et Carra, Le Courrier de Gorsas ainsi que le Journal des Amis de la Constitution de Choderlos de Laclos ; comme journaux d’information Le Moniteur, Le Point du Jour de Barère, Le Bulletin de Mme de Beaumont, Le Journal des Décrets de l’Assemblée nationale et La Feuille Villageoise de Cérutti. Ainsi, le club de Cherbourg s’est abonné, au moins pour trois mois, à tous les grands titres de la presse parisienne.

17Au large éventail de la première année, succède en 1791 une politique de réabonnement. Malgré un accroissement notable du budget qui passe à quelques 350 livres, la fidélité à une dizaine de feuilles empêche la tentation novatrice représentée seulement par Le Journal des Amis de la Constitution de Lyon et L’Ami des Citoyens, conseillé par les Jacobins. L’opinion d’extrême-gauche perd, en juin 1791, deux de ses tribuns avec le non-renouvellement du journal de Camille Desmoulins et celui de Robert, Le Mercure National, tandis que l’opinion conservatrice maintient ses deux organes. Comme dans les autres clubs, les démocrates ont peu d’influence et Le Moniteur apparait comme le journal officiel. La lecture préférée devient celle des partisans modérés du nouveau régime dont on cite souvent les feuilles en les accompagnant du nom, devenu familier, du rédacteur à savoir Mercier ou Carra, Laclos, Gorsas et Brissot. Ainsi, se forme une opinion dominante.

  • 17 A.D.O. L 5095. Registre de délibérations des Amis Réunis à Alençon.

18Le nombre de prospectus ou exemplaires de journaux envoyés dans les clubs montre bien l’importance prise par ces nouveaux consommateurs. Mais dans la meilleure chambre de lecture de la ville, le public avide d’information est aussi exigeant et critique. Les clubistes guettent l’arrivée de la poste, somment le concierge d’agir avec la plus grande célérité, déplorent les mauvaises relations de la ville avec la capitale et apprécient la lecture publique d’une feuille nouvelle, surtout quand le rédacteur fait, comme Dorfeuil, la tournée des clubs pour présenter sa Lanterne magique. Membre des sociétés de Bayonne et Toulouse, il se fait recevoir à celle du Mans le 3 septembre 1791 grâce à son talent oratoire et sa motion de faire porter à Paris, pour la prochaine Fédération, le cœur d’Henri IV dont les reliques sont à La Flèche. Le lendemain le club sarthois achète 200 exemplaires de son journal, auquel la société de Cherbourg s’était abonnée dès le mois d’août 1790. Le 6 septembre, il est à Alençon où « sa déclamation excessive et vigoureuse » charme tant le public qu’on lui demande de rester le lendemain car on estime qu’il « a le double mérite d’instruire et d’amuser en propageant les principes du plus pur patriotisme »17.

19La médiation journalistique est trop importante pour ne pas susciter la vigilance critique de ce public politisé qui fait rectifier un article paru dans la presse nationale, étudie le contenu des journaux avant de souscrire et sanctionne son désaccord par un non-réabonnement trimestriel. Toutefois, si dès 1790 on parle de journaux « orthodoxes » et de « l’infâme Royou », c’est progressivement que l’âpreté des conflits politiques va susciter une sélection des périodiques, transformant la mentalité patriotique en option politique fortement structurée. Pour l’heure, en mettant la presse nationale à la disposition d’une centaine de lecteurs et d’un nombre beaucoup plus grand d’auditeurs, le club qui, en juin 1791, a fait le plein dans le milieu des bourgeoisies de négoce et de talents dans les villes moyennes, participe activement à l’essor de la presse et à la politisation de son public.

Naissance de la presse patriote dans les départements

  • 18 Labrosse et Rétat (202, 203), Rétat (220, 221), Gough (196), Popkin (217), Wauters (299).

20Avec le décalage d’une année par rapport à la capitale, les journaux font leur apparition à l’époque de la réorganisation administrative de la France. L’intérêt nouveau porté à la variété et la profusion des formes discursives dans « la révolution du journal »18 a contribué à doter cette source classique de l’historiographie d’analyses pluridisciplinaires, à inventorier avec une grande rigueur méthodologique les titres de presse et à donner de solides études régionales mais présente le risque d’autonomiser le champ journalistique du champ de production culturelle et politique d’une époque.

  • 19 D’après Frère, Manuel du Bibliographe normand, Caen, 1858 et J. Quéniart (296).

21Les premiers périodiques politiques apparaissent en 1790 dans le Calvados, l’Orne et la Manche dans des conditions différentes. A Caen où l’existence d’une Gazette est mentionnée dès 1732 et où ont paru bi-mensuellement des Nouvelles Littéraires de 1740 à 174419 avant les Affiches, Annonces et Avis divers de la Basse-Normandie, trois imprimeurs sont en situation de concurrence : G. Le Roy « seul imprimeur du Roi à Caen », sort des Nouvelles qui, au vu des rares numéros conservés, semblent n’être que des réimpressions de feuilles parisiennes ; J.L. Poisson, déjà imprimeur des Affiches, édite en janvier le Journal Patriotique de Basse-Normandie, rédigé par un avocat qui abandonnera le journalisme trois mois plus tard sans que les abonnés connaissent le nom de son succeseur ; enfin, P. Chalopin imprime à partir de la même date Le Courier des Cinq-Jours qui, après l’élimination de ses concurrents en août devient Le Courier des Cinq-Jours ou du Département du Calvados, puis en janvier 1791 Le Courrier du Calvados.

  • 20 L. de la Sicotière, Bibliographie des journaux de l’Orne, Le Mans, 1894, Lavalley (291), Jouanne ( (...)

22A Coutances, il est clair que la nouvelle géographie administrative en émancipant la Manche du cadre provincial d’hier a joué un rôle décisif dans l’apparition du premier journal au chef-lieu : L’Argus ou Journal du département de la Manche qui, rédigé par un futur professeur au collège de la ville au printemps 1791, lors du remplacement des prêtres réfractaires, et fondateur du club des Amis de la Liberté et de l’Égalité, sort des presses de G. Joubert, « imprimeur du département ». A Alençon, après l’échec en janvier 1789 des Affiches et le projet avorté d’un Journal des Assemblées Provinciales du Royaume proposé par le publiciste et futur conventionnel Dufriche-Valazé, J.Z. Malassis publie Le Journal du département d’Alençon avant de l’intituler en mai Journal du département de l’Orne20.

23Si le format du livre, l’in octavo, s’impose à tous les imprimeurs, la périodicité de la feuille est très variable comme le coût de l’abonnement : de l’ambitieux quotidien caennais à 3 livres par mois à l’hebdomadaire ornais à 6 livres par an, en passant par la publication tous les cinq jours avec un nombre variable de pages selon l’actualité et un tarif trimestriel de 2 livres 8 sous ou annuel à 7 livres 4 sous.

24L’analyse de contenu permet de dégager les grands traits de la comunication politique à l’aube du journalisme départemental. Le résumé des séances de l’Assemblée nationale, qu’il occupe ou non les premières pages, est une rubrique essentielle par son volume (l/5ème ou 1/4 du journal) et par sa permanence. Sous la monarchie constitutionnelle, le lieu de références est déjà le pouvoir législatif dont l’intense activité structure toute la vie politique. Le pouvoir exécutif n’est pas ignoré, il est de fait marginalisé. Les autorités locales n’ont pas la cote médiatique dans le Calvados (et ne l’auront d’ailleurs curieusement jamais) alors qu’il y a un véritable intérêt dans les départements voisins pour les actes des nouvelles administrations. De même, l’existence des Sociétés des Amis de la Constitution n’en fait pas un espace politique incontournable. Les nouvelles nationales, surtout, constituent la majeure part de l’information. Enfin, la correspondance avec les abonnés, plus souvent réels que fictifs, est un moyen de diversifier agréablement le journal grâce à l’envoi de lettres, de discours ou de poèmes et, aussi, de conférer au simple citoyen le droit à l’expression. Cette période d’apprentissage de la presse politique locale est très vite dépassée dans le Calvados où surgit d’emblée, dans une situation de concurrence, une presse d’opinion consacrant une large part de ses feuilles au commentaire de l’actualité politique.

Le Courrier du Calvados : un journal à la recherche de son public

25C’est aux « intrépides amis de la liberté et de la loi » que le journal s’adresse en janvier 1790 en définissant son public : « Nos lecteurs (sont) dans la classe privilégiée, c’est-à-dire parmi ces hommes dont le tact est sûr et dont les cœurs sont enflammés par l’amour du bien public ». A défaut d’autre source pour connaître la composition de ce public, il faut analyser l’image qu’en donne ce journal dont la forme et le fond sont étonnamment anticipatrices de la presse républicaine.

26La création d’un public imaginaire passe par la constitution de personnages qui établissent une communication immédiate par l’emploi du « Je ». Les journalistes, d’abord, ne sont pas typés physiquement comme « le vieux Jean Bart » auquel il est fait une fois référence ; mais des différences de tempérament soulignent les signatures : le bouillant Ariste s’oppose à ses confrères plus pondérés que sont Théodore et Eugène, le Directeur intervenant peu. Dans le secret entourant le nom du ou des rédacteurs, un dialogue parfois contradictoire peut s’engager entre ces archétypes comme entre deux hommes de la rue tandis que les conversations de salons ou chez un libraire sont toujours dépréciées. Ensuite, le journal se voulant collectif est accueillant aux suggestions de lecteurs représentatifs d’une nation nouvelle : François, garçon menuisier, touchant 15 sols par jour qui propose le recensement de tous les citoyens actifs du district et la publication de leur imposition ; Bonaventure, soldat national, qui suggère la démolition du château de Caen ou Julie qui réclame une loi sur le divorce pour sortir les femmes de leur condition « d’enfant » ou de « poupée ». La pédagogie à l’œuvre dans la diversité de l’expression formelle est poursuivie dans le traitement de l’information. La comparaison avec Le Journal Patriotique de Basse-Normandie dont le rédacteur se définit dans le prospectus comme « un écrivain impartial » est éclairante sur deux sujets d’actualité en ce premier trimestre de l’année : le problème colonial et les interventions populaires.

27Dès son premier numéro, Le Courrier annonce la bonne nouvelle de l’abolition de la traite des nègres dans le Bengale et les poursuites contre les trafiquants et les propriétaires d’esclaves. Les circonstances ne modifieront pas son point de vue philosophique. Le soulèvement de St-Domingue est imputable aux « préjugés détestables, fruits d’une éducation vicieuse, qui ont été la base de l’administration de ce pays » et « aux traitements horribles exercés contre les Nègres » (n° 7). Pour Le Journal Patriotique, la révolte est une « sédition » et un « crime ». A la Martinique, la condamnation à la roue et la potence des chefs de la « conspiration » (n° 12) ou à St-Domingue la décollation de Ferrand de Baudières, instigateur du « complot des mulâtres » (n° 61) apparaissent comme le gage du rétablissement de la tranquillité. Au contraire, Le Courrier qui présente Ferrand comme « le premier martyr du patriotisme et de la raison » (n° 7) et explique « l’esprit d’indépendance » des colonies comme « un effet du despotisme » (n° 13), continue à dénoncer l’esclavage dans son information sur les colonies (n° 51).

28La même opposition se manifeste autour de la notion de peuple. Aux observations péjoratives du Journal Patriotique sur, par exemple, les défenseurs de Marat faisant partie de « ces classes de citoyens qu’un plus haut degré d’instruction aurait dû garantir de l’erreur » (n° 29) ou sur les briseurs de bancs seigneuriaux qui, confrontés à « une brave et courageuse baronne », n’osèrent plus réclamer les titres féodaux et redevinrent de simples « vassaux » (n° 7), le Courrier oppose un langage régénéré. L’homme nouveau bannit le terme de « populace » de son vocabulaire (n° 1) et parle « d’insurrection de la multitude » pour décrire une émotion populaire avant de la justifier. Quand le peuple manifeste contre les accapareurs, c’est qu’« il a été tant de fois trompé » (n° 27) ; quand il incendie le château d’un ci-devant, c’est que celui-ci était un « criminel » qui avait tiré sur la patrouille envoyée par la municipalité (n° 58). Toutefois, « le peuple n’entend pas toujours raison » (n° 24), il y a « des foules aveugles que des perturbateurs peuvent exciter », il est donc impératif que « la France reste armée » pour faire apparaître ce « peuple nouveau » (n° 6). Or, dans cette régénération nationale, le spectacle quotidien de la misère afflige l’homme sensible et pousse le citoyen-journaliste, à l’époque du débat législatif sur la mendicité, à proposer une sorte d’amendement aux droits de l’homme : « Tout citoyen qui nait sans propriété a droit d’exiger que la société s’occupe des moyens de pourvoir à sa subsistance. Il lui doit ses bras et son travail ; mais elle est obligée de l’employer », avant d’énumérer les moyens -tableau exact par canton, avance des matières premières, règlement du salaire et primes d’émulation (n° 17, 26 mars 1790). Substituer l’État-Providence à la Providence divine est un thème majeur de ce journal anticlérical.

29Dans le second semestre de l’année, quand son concurrent a cessé de paraître, le journal reste attentif au public qui le soutient et consacre une dizaine de numéros à la législation relative à la question féodale, réclamée par ses lecteurs (n° 25). En 1791, il modifie sa parution qui devient bi-hebdomadaire et son format à la demande de plusieurs souscripteurs. Le Courrier, rédigé par « des gens de lettres », est indépendant de la Société des Amis de la Constitution de Caen et consacre peu de place à la diffusion des adresses du club. Son autonomie acquise par sa réussite commerciale et politique, il se propose désormais « de concilier, autant qu’il est possible, les sentiments des adversaires de la révolution et ses partisans ». Pari difficile à l’époque de la grande campagne idéologique sur la constitution civile du clergé dans laquelle le journal du Calvados s’engage totalement. Pour s’opposer aux libelles anonymes diffusés par les adversaires, il n’a de cesse depuis sa création de composer un portrait-charge du clergé opulent et égoïste et de dénoncer le fanatisme religieux, en ayant soin de relever des exceptions dans le clergé bas-normand, de proposer une conception plus épurée du christianisme et de promouvoir la liberté des cultes. Si l’on tente de mesurer l’influence du journal d’après les résultats de la prestation du serment constitutionnel qui donnent 22 % de jureurs dans le district de Caen et 39 % dans le département, on mesure le faible pouvoir des publicistes et l’espoir qu’ils placent dans l’arrivée du nouvel évêque Claude Fauchet.

30Pendant que le journal continue son combat, un autre périodique voit le jour dans le département sans bénéficier de la moindre publicité du Courrier du Calvados.

Le Courrier des Campagnes ou le journal à un sou

31La parution, en janvier 1791, d’un hebdomadaire dans la petite ville de Vire (8000 habitants) qui ne possèdait pas d’imprimerie au xviiième siècle, est d’autant plus remarquable qu’il est édité par une société typographique, créée à cet effet. L’originalité de ce journal qui parait le vendredi réside, ensuite, dans son exclusive vente au numéro. En se privant du soutien financier des abonnés, le journal soutenu par la très active Société des Amis de la Constitution comptant, au printemps 1791, 254 membres dont 183 virois, espère toucher le public rural auquel il s’adresse pour la modique somme d’un sou. Un journal à la portée du peuple, également par la clarté de sa présentation et la simplicité de l’écriture. Composé de trois grandes rubriques, il présente le compte-rendu des travaux de l’Assemblée nationale, un sujet de nouvelles et le commentaire du journaliste. Pas de références savantes à l’Antiquité ni de locutions latines, mais de nombreuses « maximes morales et politiques » à faire sourire les habitués des gazettes.

  • 21 Nicolle (251).

32Le rédacteur du Courrier des Campagnes nous est bien connu grâce aux travaux de P. Nicolle21. Le normand Jacques Malo (1757-1801 ?) était garçon-meunier avant d’entrer à 21 ans dans la communauté des Cordeliers de Vire. Frère-quêteur au sein de ce clergé plébéien qui ne manifesta pas de résistance lors de l’abolition des vœux monastiques, il sortit de l’ordre en février 1790 et fut nommé gardien de l’enclos jusqu’à l’aliénation de l’immeuble. Membre du club depuis sa fondation le 6 juin 1790, il fonde alors, à 34 ans, la société typographique avec un associé. Unique exemple de journaliste plébéien, il veut montrer au peuple les bienfaits de la Révolution : la « terre affranchie », la réforme judiciaire ou la fin de l’absolutisme monarchique. Dans la controverse religieuse du printemps, le clerc défroqué bataille ferme pour la vente des biens nationaux, la prestation du serment et l’acceptation du nouveau clergé.

33La fuite à Varennes le porte à s’engager parmi les premiers volontaires et, après son départ en novembre 1791 dans le second bataillon du Calvados, le journal cesse de paraître. La carrière militaire s’ouvre alors au fils du peuple qui gagne à l’Aimée du Nord ses galons de capitaine. Au printemps 1793, dans l’Armée des Côtes de Cherbourg, l’admirateur de Wimpfen fait partie de l’armée qui marche sur Paris. Dans la débâcle fédéraliste, il suit Barbaroux jusqu’à Bordeaux où il est incarcéré avant d’être acquitté en germinal an II. Il quitte l’Armée des Pyrénées Orientales, où il végétait comme simple cavalier, pour regagner son grade à Paris en combattant l’insurrection populaire de prairial an III. Le chef d’escadron charge ensuite les émeutiers au Camp de Grenelle en fructidor an IV. Nommé général de brigade, après avoir infiltré et déjoué un complot royaliste, il est destitué en fructidor an V par le Directoire qui le trouve trop compromettant. Cet itinéraire en révolution s’achève dans une mort obscure.

34C’est dans des conditions bien différentes que sont publiés les premiers journaux sarthois.

Les Affiches de La Flèche ou un journal local d’information nationale

35Les Affiches de La Flèche ou Journal National du District, par des membres d’un club patriotique paraissent deux fois par semaine, en janvier 1791, dans la seconde ville du département. Offrant une compilation équilibrée des séances de l’Assemblée et des nouvelles nationales, c’est un journal d’une étonnante constance dans les options clairement définies dans le premier numéro : peu d’informations locales, de correspondance ou de commentaires politiques. L’érudition qui se manifeste dans l’extrait d’une épitre d’Horace ou d’une fable de Phèdre placées en épigraphes et le goût récurrent de citations latines sont de bon aloi dans une cité qui s’honore du brillant passé culturel de son collège. Le choix d’un résumé austère de l’information, sans fioritures anecdotiques ni débordement passionnel, et le refus conséquent de toute forme explicative ou pédagogique permettent de circonscrire un public homogène, cultivé et déjà constitué : celui des chambres de lecture.

  • 22 « Le Bulletin », gazette manuscrite du Grand Jardin à Laval, eut beaucoup de succès au moment de l (...)

36C’est donc dans la tradition socio-culturelle des Lumières que s’inscrivent les rédacteurs anonymes, membres d’un « club vraiment patriotique », orné au printemps d’un buste de Mirabeau « le Régénérateur de la France ». Les héritiers de la gazette manuscrite qui circulait d’une société littéraire à l’autre, comme à Laval par exemple22, ne renoncent pas complètement à cette pratique ; ainsi, le 28 janvier, ils signalent le remplacement de « quelques pamphlets ou annonces » figurant dans le bulletin des nouvelles par « les décrets les plus intéressants » à la demande de plusieurs abonnés, mais proposent à ceux qui le souhaitent, moyennant 24 livres par an (soit le double de l’abonnement), de donner une copie manuscrite de la première forme. L’autre tradition des Lumières est celle des Affiches : il y a une évidente substitution des édits royaux, tels qu’ils étaient reproduits dans les Affiches du Mans en particulier, par les lois nouvelles.

37L’enfantement révolutionnaire du premier journal fléchois justifie son premier sous-titre qui témoigne de son attachement au nouveau régime. Mais c’est surtout dans le traitement de l’information que ces partisans d’une monarchie constitutionnelle manifestent leur conception de la chose publique. Les compte-rendus des séances de l’Assemblée nationale sont dépouillés des débats conflictuels qui précèdent le vote des lois comme de toute forme de personnalisation, à de rares exceptions près. L’Assemblée dit la Loi, que le Roi sanctionne. Dans ce journal où le commentaire politique est absent, même si les sources des confrères parisiens privilégient le point de vue conservateur, la seule prise de position claire concerne l’accueil favorable à la constitution civile du clergé. Tout en ayant le souci de ménager les consciences individuelles face au serment exigé des fonctionnaires publics, les rédacteurs redoutent que le fanatisme religieux des « bigotes » et réfractaires ne déclenche une guerre civile. Leur campagne civique n’a pas eu grand succès avec 34 % de jureurs dans le district, soit le plus mauvais résultat du département.

38Cette contribution patriotique à rendre la Loi souveraine, en dégageant le texte des lois des prises de position des législateurs, et la Nation souveraine, en exposant les nouvelles du royaume sans commentaire journalistique, est toutefois ébranlée par la création d’une Société des Amis de la Constitution qui l’oblige, en juillet, à changer son sous-titre au profit de « Recueil de Nouvelles intéressantes ». La conception du périodique ne varie pas : il reste toujours le bulletin officiel pour sa clientèle qui lui reste fidèle jusqu’en décembre 1792 tandis que les clubistes fléchois font publier leurs informations dans le nouveau journal manceau.

Le Journal Général du département de la Sarthe ou les espoirs d’un noble libéral

39C’est une toute autre conception de la presse départementale que manifeste, à partir de mars 1791, cet hebdomadaire qui mérite bien son titre. La priorité accordée aux nouvelles locales et au commentaire de la vie politique sarthoise, est tout à fait novatrice. Non seulement le journal s’informe auprès du directoire du département et de la municipalité mancelle, mais il est le premier à mettre en place un réseau de correspondants dans tous les districts. Cette capacité de production autonome de l’information caractérise le premier journal politique manceau qui sort des presses de Monnoyer, un éditeur déjà expérimenté puisqu’il continue de publier les Affiches.

  • 23 A.C. Le Mans 1006. Registre de la Société des Amis de la Constitution.

40Dès ses premiers numéros, le journal rencontre l’hostilité de la Société des Amis de la Constitution du Mans qui avait tant souhaité voir paraître « un journal patriotique à portée du peuple ». A l’ordre du jour de plusieurs séances en décembre 1790, sa conception est l’objet de débats où les partisans d’un journal indépendant de la société, dans lequel les rédacteurs restent « maîtres de leur plume », s’opposent à ceux qui auraient préféré confier la rédaction de « La Semaine Patriotique » aux membres du club. Un compromis est trouvé avec le projet du « Journal du département de la Sarthe » où la société n’apposerait pas son veto, mais pourrait insérer des articles en les signant. En janvier 1791, un rédacteur non-clubiste annonce sa prochaine parution et ajoute que « son intention n’est pas de se déclarer le rival de la société »23. Or, très vite, dès la fin-avril, celle-ci va demander à Charles Monnoyer, de ne plus prêter son concours au journal. Comme il refuse de choisir entre sa qualité de sociétaire et son entreprise de presse, on parle désormais de « l’affaire Monnoyer ». Appuyés par la Société fraternelle, les Amis de la Constitution considèrent, le 15 mai, que le journal « n’offre qu’un tissu d’impostures et de calomnies soit contre la garde nationale et le peuple en général, soit en particulier contre les citoyens qui professent hautement les principes de la Révolution » et déclarent « qu’il y a incompatibilité absolue entre la qualité de co-rédacteur et imprimeur d’un pareil libelle et celle de membre de la Société des Amis de la Constitution ». Se refusant toutefois à l’exclure, elle lui interdit de participer aux séances jusqu’à ce qu’il reconnaisse « les erreurs où il a été entraîné par un vil folliculaire ».

41Le journal n’est pas un libelle contre-révolutionnaire et il est loin d’épouser les vues du côté droit de l’Assemblée. Dans la ligne constitutionnelle, il prône la soumission aux lois dans la question religieuse comme, aussi, dans les mouvements populaires. Certes, ses sources d’information nationale ne proviennent pas de la presse radicale : sur la dizaine de titres mentionnés, sa préférence va au Mercure Universel et il n’hésite pas à faire de la publicité pour La Rocambole de Journaux, au nom de la liberté des opinions, même aristocratiques.

  • 24 Bois (49), p 248-251. L’historien a beaucoup utilisé Le Journal Général de la Sarthe comme source (...)

42Mais la grande question, au printemps 1791 au Mans, est celle de la direction de la force publique. Dans la garde nationale, l’État-Major, composé de ci-devants, a été contraint à la démission ; et, désormais, la présence du régiment de Chartres-Dragons dans la ville est l’objet d’une vive polémique sur laquelle le journal est contraint de se taire en mai 1791. Une campagne de pétitions oppose les notables de la ville, partisans du maintien de la force armée, aux démocrates du club et de la garde nationale qui s’appuient sur un important mouvement populaire pour obtenir son départ. La victoire populaire va nourrir les préventions des électeurs du département contre le chef-lieu, au moment des élections à l’Assemblée législative24.

  • 25 Desportes, Bibliographie du Maine, Le Mans, 1844 ; C. Girault, La noblesse émigrée et ses pertes f (...)

43Le « folliculaire » en question est un ci-devant dont la consonance patronymique avec « le traitre Bouillé » appellera des justifications généalogiques après la fuite à Varennes. Né à Monhoudou (dans le nord de la Sarthe), François-Georges Le Bouyer de Saint-Gervais, seigneur de Monhoudou, capitaine des chasseurs et poète à ses heures, a fait paraître dans les Affiches du Mans, de 1783 à 1789, diverses pièces de vers. En 1789, il assista à l’assemblée de la noblesse du Maine et, en 1790, « à la fois soldat, acteur et patriote » il fit jouer au théâtre du Mans sa pièce, « la Mort de César », inspirée du Brutus de Voltaire. L’année suivante donc, il entreprend la rédaction de ce journal qui reste sa contribution majeure à la diffusion des idées nouvelles puisqu’il sera inscrit sur la liste des émigrés dont il se fera rayer en 1803, avant de mourir à Bonnétable en 182625.

44Le témoignage d’un noble libéral, qui entend assurer son rôle de « citoyen libre » et de « publiciste impartial » et invoque « la publicité, comme sauvegarde du peuple », est particulièrement précieux à cette époque charnière. Le journal mesure la place prise par le club manceau, au fil des événements de l’année 1791, en constatant d’abord que « l’affluence du peuple est ordinairement très nombreuse » (13 mars), en critiquant ensuite « l’esprit de parti » qui le caractérise (15 mai) et, surtout, en appelant les électeurs « honnêtes et éclairés » à ne pas se laisser intimider dans les assemblées primaires par « les citoyens des villes qui ont tout l’avantage sur les habitants des campagnes » (19 juin). Après la fuite du roi et le schisme des Feuillants, le publiciste souligne le discrédit des Jacobins à Paris (24 juillet) et conseille « aux citoyens estimables par leurs connaissances et leurs lumières » de s’agréger à la nouvelle société de La Flèche afin d’éviter qu’elle ne se forme « dans la classe la moins instruite des citoyens » et qu’elle ne « s’ancre dans l’opinion populaire ». Enfin, le 16 octobre, il revient sur la question conflictuelle de la force armée en déplorant les résultats de l’élection des officiers de la garde nationale mancelle, après l’éviction des chevaliers de St-Louis, imputable à « un système d’égalité mal conçu » et à « une opinion publique dirigée par les clubs », avant de dénoncer en décembre « la fureur des piques ». En souhaitant l’avènement « d’un esprit public pour le bonheur de l’humanité, le bien de la patrie et la réussite de la révolution », le journaliste qui « n’est d’aucune société » partage la conviction révolutionnaire de la nécessité d’« une éducation publique bien organisée » afin « d’éclairer le peuple » dans le cadre constitutionnel d’un régime où « l’anarchie serait totalement détruite » (23 octobre). C’est, sans doute, l’échec de la politique feuillante qui explique l’arrêt de la publication de son journal. Le 26 février 1792, l’imprimeur annonce, sans autre explication, que les souscripteurs recevront désormais à la place Le Défenseur de la Vérité « qui s’imprime chez nous depuis trois semaines et auquel nous avons joint celui du Département de la Sarthe ». Véritable patron de presse, Monnoyer sanctionne la ligne politique d’un journal qui ne représente plus une opinion influente à Paris.

  • 26 A.D.S. L 1960. « Table réelle du Journal Général ».

45Il est dommage qu’on ignore les réactions de la clientèle à la lecture du compte-rendu par Pierre Philippeaux, le nouveau rédacteur, de la séance du 20 juin aux Tuileries ! Car les quelques 300 abonnés au Journal Général, connus seulement par leur lieu de résidence26, offrent une répartition géographique assez singulière.

46La carte des abonnés au journal monarchiste constitutionnel couvre assez bien le département puisque 29 % des communes comptent au moins un lecteur et offre un semis dense dans le nord et l’ouest sarthois qui s’oppose au maillage plus large de l’Est et du Sud, rappelant celle des options politiques sous le Directoire, dessinée par P. Bois. Un autre caractère est la majoritaire présence du monde rural avec un tiers d’abonnés dans des communes inférieures à 1 000 habitants et un quart dans celles comprises entre 1 000 et 2 000 habitants. S’il y a une cinquantaine d’abonnements au Mans (dont trois pour l’administration départementale), les villes du Nord boudent le journal du châtelain du pays à la différence des campagnes : Mamers n’a que trois souscripteurs et Fresnay est le seul chef-lieu de district à ne pas figurer dans la liste des communes. La Flèche arrive logiquement en deuxième position avec douze abonnés mais, ensuite, la hiérarchie des villes n’intervient plus guère car, dans les communes de l’Est qui comptent une bonne demie-douzaine d’abonnés, Bonnétable n’a pas de fonction administrative et Château-du-Loir et Saint-Calais n’ont pas trois mille habitants.

47Le public des lecteurs n’est pas exclusivement sarthois : des communes plus ou moins proches dans l’Orne et la Mayenne reçoivent le journal. La présence de la capitale et des villes régionales comme Alençon, Angers, Caen, Laval, Nantes et Tours peut être expliquée par la mise en place de correspondances journalistiques comme les références au Courrier du Calvados le laissent penser.

48Assurément, la supposition serait plus audacieuse si l’on estimait que les abonnés ruraux du journal étaient, d’abord, le noble et le curé du lieu. Favorable à l’œuvre religieuse de la Constituante, mais dans le respect de la liberté religieuse proclamée en 1789, l’hebdomadaire pouvait bien circuler dans les presbytères et la remarquable information sur les dévastations des propriétés nobiliaires, consécutives à la fuite du roi, permet de penser que les châtelains étaient bien représentés dans la clientèle de Le Bouyer de Monhoudou.

***

49L’étude du champ politique et culturel de la presse révolutionnaire est essentielle à sa compréhension. Les conditions d’émergence d’une presse provinciale sont liées à plusieurs facteurs. Le retard de l’Ouest dans la révolution de la presse s’explique par la politique de la monarchie absolutiste au xviiième siècle. Plus que la proclamation de la liberté d’expression en août 1789, qui va aussitôt créer les conditions de diffusion de la presse nationale par l’abonnement collectif aux journaux et favoriser le développement de la sociabilité politique, c’est l’organisation départementale de la France qui va contribuer à libérer le marché éditorial en province. Les positions acquises antérieurement, tant par les imprimeurs que par les villes d’édition, jouent assurément un rôle et expliquent l’absence de journaux dans l’Eure et la Mayenne. Mais le mouvement révolutionnaire bouleverse déjà les données culturelles, en imposant la société typographique de Vire dans le monde de l’édition, et ébranle les préjugés sociaux, en promouvant un autre public pour faire l’opinion que celui des chambres de lecture.

50Le contenu de l’information politique est, dans l’Ouest, ancré dans la modernité : les partisans de l’Ancien Régime ne se font pas publicistes. La presse qui naît dans les départements est une presse patriote qui se veut, d’abord, informative.

51La mise en place d’un régime constitutionnel consacre un lieu de légitimité : l’Assemblée nationale, dont le compte-rendu des lois occupe une place privilégiée. Mais, très vite, le travail journalistique ne se limite pas à résumer les textes législatifs et les principales nouvelles, d’après les articles parisiens ou les correspondances entre confrères. La communication politique se trouve confrontée à plusieurs dynamiques. L’une est externe, c’est la dynamique révolutionnaire. Elle ouvre d’autres champs à l’investigation journalistique : l’application des lois, les manifestations populaires, l’influence du club ou des prêtres par exemple ; elle impose d’autres acteurs en introduisant un nouveau langage politique ; elle modifie le rapport des forces en entraînant, sans cesse, de nouveaux positionnements dans le jeu politique. L’autre est la dynamique interne. Difficile à apprécier en raison de la rapide rotation des titres de journaux, elle concerne le rapport entre le public des lecteurs, l’imprimeur ou l’éditeur et les rédacteurs. Dans ce microcosme où producteurs et consommateurs sont partie prenante d’un univers social qui redéfinit le sens des demandes, le journal devient un outil pour transformer le rapport des forces et le journalisme, une pratique majeure de la révolution culturelle et politique.

Notes

1 Habermas (56).

2 Rétat (220).

3 Quéniart « l’anémie provinciale » (178) p 358-374.

4 Voir Chartier (174), Feyel (188). B.N. Fonds des Annuaires et Almanachs Lc29/64 (Maine), Lc 31/100 (Caen), 31/216 (Le Mans), 23/35 et 36 (Falaise). G.A. Crapelet « Des brevets d’imprimeurs...munis du tableau général des imprimeurs de toute la France (1704-1840). Paris, 1840.

5 D’après Quéniart (296), Duval (285, 286) et Epinal (287). Egalement R. Plessix « Les Affiches du Mans, source de l’histoire sociale du Maine à la fin de l’Ancien Régime », B.S.A.S., 1974, p 240-263.

6 Voir C. et S. Albertan, « Les silences de la presse provinciale en 1788 » (221) et Popkin (216).

7 H.J. Martin et R. Chartier (178) p 681-693.

8 Darnton (182) p 212.

9 M. Vovelle, « L’irrésistible ascension de Joseph Sec, bourgeois d’Aix », Aix-en-Provence, 1975.

10 B.M. Alençon, Ms 5159, 5160 et 5161. Listes des épreuves des gravures de P.F. Godard.

11 Voir E. Richard, Les Godard d’Alençon, graveurs sur bois (1735-1864), Domfront, 1921 ; L. Dimier, « Mémoire sur Godard d’Alençon », B.H.A.O., 1919 ; R. Jouanne « En marge de la critique d’art », B.H.A.O., 1922; R. Saunier et Duchartre, L’imagerie populaire, Paris, 1925, p. 285-289 ; R. Faille, « P.F. Godard, graveur des imprimeries Hurez à Cambrai et Vanackère à Lille », B.H.A.O., 1965, p. 115-136.

12 P. Casselle, « Recherches sur les marchands d’estampe parisiens d’origine cotentinoise à la fin de l’Ancien régime », B.H.M.C., 1978, p. 75-93.

13 J. Adhémar, L’imagerie populaire française, Paris, 1968 et R. Saulnier, L’imagerie populaire du Val de Loire, Angers, 1945.

14 Peyrard « Perrine Dugué dans l’imagerie populaire », B.S.A.S., 1983, p 33-49 et « Gloire des martyrs et culte des héros : des Bienheureux de Laval à Perrine Dugué, la Sainte-Patriote », L’événement, Aix-en-Provence, 1986.

15 Kennedy (200).

16 D’après Godechot (194) p 464.

17 A.D.O. L 5095. Registre de délibérations des Amis Réunis à Alençon.

18 Labrosse et Rétat (202, 203), Rétat (220, 221), Gough (196), Popkin (217), Wauters (299).

19 D’après Frère, Manuel du Bibliographe normand, Caen, 1858 et J. Quéniart (296).

20 L. de la Sicotière, Bibliographie des journaux de l’Orne, Le Mans, 1894, Lavalley (291), Jouanne (290) P. Blin « Tableau chronologique des journaux de la Sarthe », B.S.AS, 1932.

21 Nicolle (251).

22 « Le Bulletin », gazette manuscrite du Grand Jardin à Laval, eut beaucoup de succès au moment de l’expulsion des Jésuites d’Espagne, d’après Richard (297).

23 A.C. Le Mans 1006. Registre de la Société des Amis de la Constitution.

24 Bois (49), p 248-251. L’historien a beaucoup utilisé Le Journal Général de la Sarthe comme source pour la pratique électorale.

25 Desportes, Bibliographie du Maine, Le Mans, 1844 ; C. Girault, La noblesse émigrée et ses pertes foncières dans la Sarthe, Laval, 1957.

26 A.D.S. L 1960. « Table réelle du Journal Général ».

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540