Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Jacobins de l’Ouest

 | 
Christine Peyrard

Première partie. L'émergence d'une conscience politique nationale

Chapitre troisième. La naissance de l’association politique

Texte intégral

1La conquête du droit à l’expression politique en 1789 donne naissance à des formes radicalement nouvelles qui se construisent dans le processus révolutionnaire. La naissance de l’association politique et l’émergence de la presse provinciale constituent les deux aspects fondamentaux de la culture jacobine qu’il convient de présenter à son aurore.

2Comprendre l’institutionnalisation d’une opinion, en l’occurence celle favorable à la Révolution, dans la forme du club impose d’étudier la formation des premières Sociétés des Amis de la Constitution avant d’exposer les valeurs dont elles se réclament et les pratiques politiques qui les caractérisent.

Le réseau des Sociétés des Amis de la Constitution au printemps 1791

3Présenter le réseau des clubs à cette date c’est privilégier, en suivant Michelet, la chronologie politique. La fuite du roi présente incontestablement une césure dans le mouvement patriotique et une étape dans le jacobinisme avec le schisme des Feuillants. Quelques semaines seulement après la rédaction du règlement de la Société parisienne par Barnave en février 1790, les patriotes provinciaux établissent leur société : Le Mans et Coutances en mars, Cherbourg en avril, Caen, Vire, Saint-Calais en juin, Lisieux en juillet, Valognes en août. A la fin de l’année, Evreux, Avranches, Moyaux, Condé-sur-Noireau et Verneuil rejoignent le mouvement. A la fin du mois de juin 1791, une quarantaine de localités sont pourvues d’un club.

  • 1 D’après les statistiques établies par B. Lepetit, Les villes de la France moderne (1740-1840), Par (...)

4L’étude de ce premier réseau nécessite la mise en valeur des principaux facteurs de sociabilité. Si la corrélation avec la densité de peuplement est incontestablement positive dans cette France peuplée du Nord-Ouest, il n’en est pas de même pour la population, majoritairement (à 85 %) rurale et dispersée, de ces six départements1. Or, le critère de l’urbanisation est décisif car la vingtaine de villes de plus de 6.000 habitants ont eu leur club dès 1791. La proportion s’élève à un tiers pour la quarantaine de localités de plus de 2000 habitants qui, sous l’Ancien Régime, ont été sièges d’un évêché, d’un bailliage ou d’une subdélégation et, sous la Révolution, sont chefs-lieux de district ou de département (en raison de ces fonctions administratives anciennes ou économiques qui distinguent Louviers, Ernée, Evron, La Ferté-Bernard ou Sablé sous l’administration révolutionnaire).

5Toutefois, ce critère n’est pas suffisant pour rendre compte de la profondeur du mouvement clubiste qui touche aussi les campagnes : le quart des premières sociétés des Amis de la Constitution est créé dans des bourgs ruraux. La situation sur la route des malles-poste parisiennes peut expliquer la création précoce des clubs de Montfort (Paris-Angers) ou de Montebourg (Paris-Cherbourg) comme d’Isigny, Moyaux ou Malicorne sur d’autres routes équipées de relais. Et, à contrario, l’enclavement du Bocage Normand permet de comprendre la quasi-absence de sociétés politiques.

  • 2 Cité par E. Gautier-Desvaux, Il y a 300 ans les Protestants, Alençon, 1986.
  • 3 S. Mours, Les Eglises Réformées en France, 1958 ; J. Garrisson, L’Homme protestant, Paris, 1986, p (...)

6Le facteur géographique n’explique cependant pas la création précoce du club de Condé-sur-Noireau. Un bourg bocager connu pour son site de « collines boisées et de vallées silencieuses »2. Un pays de refuge, favorable à la résistance protestante tout au long du xviiième siècle. Le vieux foyer alençonnais éteint, il ne restait plus en Normandie après le beau xviième siècle, caractérisé par la densité des églises avec pasteurs, que le foyer urbain autour de Caen et ce refuge bocager, composé de trois autres Églises du Désert toutes proches. Dans le seul site de protestantisme rural en Normandie3, le mouvement patriotique s’y est très tôt organisé.

  • 4 Furet - Ozouf, (192) ; J. Branccolini et M.T. Bouissy « La vie provinciale du livre à la fin de l’ (...)

7Là encore, l’opposition culturelle ancienne entre la Normandie et le Maine dans l’implantation du protestantisme, l’aptitude des conjoints à signer leur acte de mariage ou dans l’édition de livres4 ne se manifeste pas aussi brutalement au plan des options patriotiques au début de la Révolution.

8Il en est de même pour la comparaison des clubs et des sociétés de pensée.

  • 5 Peyrard (295)
  • 6 Le tableau des francs-maçons et des jacobins manceaux a été réalisé à partir des listes établies p (...)

9Les caractéristiques urbaines de la sociabilité des Lumières sont aussi celles de la sociabilité révolutionnaire, avec la moitié environ des villes aux fonctions administratives sous l’Ancien Régime pourvues d’une société de pensée, puis d’un club au printemps 1791. Néanmoins, l’existence d’une loge ou d’une société de lecture dans une ville n’a pas été vraiment déterminante pour la création précoce d’une Société des Amis de la Constitution. Par exemple, La Flèche, bien située sur la vallée du Loir, peuplée de 7 000 habitants d’après le dénombrement de l’an V, ville dotée d’un bailliage, d’une recette des finances et d’une subdélégation, célèbre par son collège, pourvue d’une imprimerie, d’un journal et d’une société de lecture n’a donné naissance à un club constitutionnel que dans l’été 1791. Sa création a donné matière à de longs débats, dans les colonnes des Affiches de La Flèche, portant sur l’utilité d’une société politique dans un chef-lieu de district naturellement disposé à la sociabilité et unanimement patriote5 Au Mans, si l’on savait déjà que les leaders jacobins n’étaient pas francs-maçons, on peut ajouter qu’une minorité de francs-maçons sont devenus clubistes (10 %) et qu’un quart des membres de loges, tant bourgeoises que celle au recrutement plus populaire, ont signé une pétition de la société politique6 A Cherbourg, on voit douze membres d’une société littéraire, séante chez Mme Aboubedant, solliciter en septembre 1790 leur admission au club révolutionnaire. Rejetons comme trop simplificatrice et mécaniste l’explication de ce premier réseau des clubs par une pratique socio-culturelle antérieure à 1789. Car il convient de noter non seulement que le mouvement révolutionnaire a réalisé en une année ce qui avait nécessité une décennie sous le despotisme éclairé, mais aussi que l’engagement patriotique des petites communes anticipe souvent celui des grandes villes.

Les sociétaires-fondateurs

10Au départ, un groupe d’une trentaine de patriotes se réunit dans un appartement privé, comme à Honfleur et Cherbourg, dans un local mis à leur disposition par une congrégation religieuse (les Jacobins de Lisieux et d’Argentan, les Minimes au Mans) ou dans un collège comme à Alençon. Le fichage nominatif de tous les clubistes recensés à diverses périodes permet de présenter ces adhérents de la première heure.

11Ce sont des hommes d’âge mûr en général, comme à Falaise ou Bernay où l’âge moyen est de 43 ans ; mais, à Alençon, la Société des Amis Réunis a été fondée par la jeunesse de la ville, après l’échec de leurs aînés : son doyen d’âge, choisi pour présider la séance inaugurale est un graveur sur bois de 23 ans. On peut dire toutefois que le mixage des classes d’âge, de 25 à 64 ans comme à Bernay, est une des caractéristiques de l’association politique. C’est à une grande majorité qu’ils resteront fidèles à leur engagement initial jusqu’en l’an II et III, à l’exception du club du Mans où le brassage des adhérents a été beaucoup plus grand.

12Leur profession ne nous est connue que pour un tiers seulement. Parmi ces notables urbains, la profession dominante est celle des marchands et des négociants. Il convient de relever aussi l’importance des membres du clergé qui vont jouer un rôle décisif dans ces premières années.

Tableau sociologique des fondateurs

Tableau sociologique des fondateurs

13Là où la proportion des professions inconnues est minime, on peut davantage valoriser la spécificité sociologique des fondateurs des clubs par rapport aux membres des cercles d’Ancien Régime. La noblesse brille alors par son absence. La bourgeoisie de Bernay qui, autour de deux députés de l’Assemblée nationale et de cinq prêtres, futurs abdicataires, fonde le club est surtout celle du négoce (sept négociants, quatre marchands) mais aussi celle des professions libérales avec un chirurgien et trois hommes de loi. L’entrepreneur n’ajoute que peu de variété à cette représentation socio-professionnelle qui est moins homogène dans les plus grandes villes.

14La création d’une structure associative cantonale à Moyaux, dans le Calvados, est une anticipation de ce qui va devenir en l’an II le modèle de la pratique jacobine en milieu rural. Chez un ancien professeur à Cambray, maître-es-arts de l’Université de Paris, se sont réunis le 10 décembre 1790 le procureur de la commune, deux prêtres, ex-bénédictins, et trois marchands-fabricants de ce bourg de 1300 habitants ainsi que les maires de trois communes n’atteignant pas les 500 habitants. L’ex-professeur est élu secrétaire tandis qu’un des prêtres assume la présidence et tonne contre l’aristocratie dans son discours inaugural.

15Ailleurs, c’est le marchand qui remplit cet office comme dans le bourg sarthois de Montfort-le-Rotrou, dominé par les hautes tours du château. Le rôle du leader d’opinion est incontestablement un facteur à ajouter à l’explication sociale : ici, le jeune Charles Goyet commence son apprentissage de la lutte politique. Là, dans la ville du Mans toute proche, le chirurgien Levasseur, porteur de la procuration de deux officiers nobles de la garnison, dont celle du vicomte de Valence, impose sa marque avec deux autres futurs conventionnels, l’avocat Philippeaux et le marchand Letourneur.

Les valeurs patriotiques en 1790

  • 7 Sauf mention contraire, les règlements des sociétés de 1790 figurent dans les archives des clubs, (...)

16Si la société du Mans, constituée précocement, s’est contentée de diffuser le règlement de Barnave en ajoutant un préambule, les autres clubs ont fait preuve d’originalité dans la rédaction de leurs statuts7, souvent minutieux comme les 85 articles en douze parties de Cherbourg ou les 48 articles du bourg de Vimoutiers, car les clubs provinciaux ne peuvent renvoyer, comme celui de Paris, au règlement de l’Assemblée nationale pour, notamment, l’ordre de la parole. La discussion et le vote du règlement sont la première œuvre du « cloub », comme on écrit à Bernay le 14 juillet 1790, et la première expression publique du jacobinisme. D’emblée se met en place la structure associative qui, pendant cinq ans, va façonner la vie politique française.

17Le vocabulaire politique de 1790 n’est certes pas celui de l’an II : peuple, souveraineté, République et Être Suprême ne font pas partie du corpus. Les mots-clés sont alors patriotisme, constitution, liberté et citoyen. Pourtant, l’esprit républicain caractérise la première expression publique des clubs provinciaux. La sensibilité révolutionnaire manifeste dès 1790 ses grandes valeurs morales dont l’amour de la patrie est la clé de voûte. Quoique nous ayons rencontré le mot avant 1789, on prétend à Cherbourg en avril 1790 que ce sentiment est « ignoré dans les contrées infectées de despotisme ». Jailli avec la Révolution, il est associé parfois aux Lumières pour consolider le monde nouveau, forgé dans la conscience individuelle et sans référence à un principe religieux. De lui, découlent les autres valeurs : vertu, bonheur, ordre, bien public, égalité et, surtout, liberté. La liberté s’écrit souvent sans adjectif ni complément ; toutefois, liberté d’expression et liberté individuelle sont mentionnées plusieurs fois. La régénération de la Nation a son texte de références, la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, en attendant les bienfaits de la constitution à venir.

18Mais l’amour et la pureté du patriotisme ne sont pas dans tous les cœurs ; il existe « un patriotisme suspect » (Bernay) et, même, des « antipatriotes » (Le Mans). Le mot-phare de la Révolution exige une nouvelle alliance. Dans un univers pourtant désacralisé, existe « une sainte confédération » : celle qui lie les « frères et amis », les citoyens « vertueux », les « amis de la constitution ». Par leur zèle, leur uniformité de vœux, leur communication, leur surveillance active et éclairée, ils peuvent déjouer les méfaits du despotisme, de l’égoïsme et de tous les ennemis du bien public. Le langage des sentiments est intimement mêlé à celui de la raison ; l’un comme l’autre permettent de poser la responsabilité individuelle dans l’Histoire, conçue comme une lutte entre le bien et le mal, en forgeant l’engagement du citoyen conscient de ses droits et de ses devoirs. L’homme nouveau est un individu libre qui n’abdique pas sa raison s’il sacrifie ses intérêts particuliers en entrant dans le club patriotique : la conception de la citoyenneté jacobine est fondamentalement rousseauiste dès l’origine.

19La formule historique de Michelet, celle d’un jacobinisme parlementaire, valable pour la société parisienne, a un sens trop restrictif pour définir cette nouvelle association. La civilité républicaine qui s’instaure dès le début témoigne d’une conscience politique plus largement conçue, celle où toute la nation est assemblée. Aux citoyens de définir la loi, en l’occurence, le règlement de la société : qui sont les sociétaires ? quels sont ses représentants ? quelles sont les fonctions de l’assemblée ? Telles sont les questions politiques qui ont été préparées en commissions, amendées en assemblées plénières et finalement votées à la majorité des suffrages.

  • 8 B.M. Alençon, n° 2375. Règlement des Amis de la Constitution du bourg de Vimoutiers, Caen. 1790.
  • 9 B.N. Lb 40/3082. Règlement pour la Société des Amis de la Constitution établie dans la ville de Vi (...)

20Les sociétaires sont tous les citoyens, sans limitation numérique. Là, réside une grande différence avec le cercle de loisirs, à l’exception près de Bernay qui fixe un nombre de 25, alors que partout ailleurs on parle d’un nombre indéterminé ou illimité. Le citoyen est, d’abord, un homme, dont l’âge minimum est fixé à Vire à 18 ans, mais plus généralement à 20 ou 22 ans. Un seul club, celui de Bernay, accorde une mention aux femmes qui, en tant qu’épouses et mères, sont admises à assister aux séances. C’est, ensuite, un habitant de la commune ; mais place est faite aux « associés étrangers » qui, comme à Lisieux, ne résident pas dans la ville ; à Valognes, on précise que la cotisation sera plus élevée pour les habitants du district. Néanmoins, à Vimoutiers, il suffit d’être « citoyen français, domicilié dans le royaume »8 ; mieux, à Vire, la nationalité n’est pas un critère de citoyenneté : « Tout Français ou étranger, âgé d’au moins 18 ans, qui donnera des preuves d’attachement et de respect pour la Constitution, sera admissible dans la société »9.

21Mis à part le noyau des membres fondateurs, tout sociétaire est élu. Présenté par plusieurs membres, son nom doit être affiché sur le tableau des candidats pendant plusieurs semaines. Le scrutin se fait généralement à la majorité des fèves blanches ; parfois, celle des deux-tiers est requise. Les candidats malheureux peuvent se représenter dans un intervalle de temps défini. L’exclusion se décide à la majorité, voire au quart des votants comme à Vire ; à Bernay, le refus d’exercer une charge publique est un motif d’exclusion. La censure, en cas d’absentéisme, est prévue dans certains règlements.

22Le serment est indispensable pour les récipiendaires. La formule varie, mais le thème de fidélité à la Nation, à la Loi et au Roi est permanent jusqu’à la fuite à Varennes. Toutefois, celui de « Vivre libres ou mourir » apparait dans le cachet de la société de Valognes le 1er août 1790 et, progressivement, la devise d’un peuple en armes va devenir celle des clubistes. Les statuts de Cherbourg et de Vire exigent le port de la cocarde tricolore au chapeau ou un ruban aux couleurs de la Nation pour un ecclésiastique. Ceux de Valognes exposent le devoir politique de surveillance concernant l’application des décrets de l’Assemblée nationale ou la dénonciation d’abus, de libelles et complots.

23Outre l’engagement citoyen, l’entrée dans le club impose l’adoption d’un comportement individuel exemplaire. Le sociétaire doit avoir « un habit décent » (Lisieux) ; il doit « donner au public l’exemple de sa soumission aux lois et aux magistrats » et « refuser de se battre en duel » (Vire). Partout, il est recommandé de ne pas personnaliser le débat politique ou de manquer de respect dans l’assemblée. Un clubiste ne peut être un banqueroutier ni jouir d’une mauvaise réputation (Bernay) ou avoir subi une condamnation flétrissante (Vimoutiers). A Cherbourg, l’adhérent doit promettre « de ne faire usage que des étoffes et autres marchandises, manufacturées dans les pays qui font partie de l’Empire français ». Il doit être à jour de sa cotisation dont le montant varie ; au Mans, la cotisation parisienne de 24 livres est considérée comme un maximum ; Lisieux se contente de six livres, soit la moitié de la contribution de Vimoutiers ; Bernay préfère fixer une fourchette de six à douze livres.

24En contrepartie, les droits du clubiste sont ceux de tout citoyen membre d’une assemblée délibérante : le droit et le devoir de s’instruire en écoutant, notamment, les orateurs sans que le président ait besoin d’utiliser le rappel à l’ordre ; le droit d’élire ses représentants et de voter les motions par assis-levé, chapeau couvert ou découvert ou par appel nominal ; le droit à la parole, enfin, est le plus longuement développé pour expliciter le sens des mots de la vie parlementaire : ordre du jour, motion, amendement, question préalable, scrutin majoritaire et pour préciser les règles du débat public.

25La question de la représentation politique, à travers la nomination des officiers de la société et la définition de leurs pouvoirs, est bien-sûr fondamentale. Elle consacre l’idée partout répandue de la souveraineté de l’assemblée sur ses représentants. Le principe de l’élection mensuelle du président et des secrétaires est acquise, à quelques variables près portant sur la durée du mandat. Élu à la pluralité relative ou absolue des suffrages, le président ne peut être immédiatement rééligible. Ses pouvoirs sont strictement délimités : organe de la société pour règler ses séances ou ses relations avec l’extérieur, il ne peut opiner dans un débat ni répondre au courrier de son propre chef. Son autorité exécutive n’est que celle d’un mandataire qui peut, même, être rappelé à l’ordre par n’importe quel sociétaire (Vimoutiers). En outre, elle est parfois soumise à la collégialité comme à Cherbourg ou Valognes où six commissaires, élus et renouvellés mensuellement, composent le comité directeur. Le même devoir de réserve dans la discussion s’impose aussi aux deux ou quatre secrétaires, chargés de la rédaction des délibérations. Le mandat du trésorier, assisté souvent d’un adjoint, est de six mois ou un an pendant lequel il tient le registre des dépenses et recettes de la société. Rarement, comme à Vire, l’organisation est plus structurée ; ici, deux comités sont mis en place pour six mois : un comité d’Agriculture et de Commerce, chargé d’un rapport mensuel sur le développement économique du district et d’une correspondance avec la Société royale d’Agriculture. Quant au comité d’Information, son objet est la connaissance des événements politiques de la région et l’examen des actes des différents corps administratifs.

26Ainsi, l’apprentissage de la culture politique clubiste est profondément démocratique non seulement par sa diffusion dans la plupart des villes de province, mais aussi par sa conception initiale de la citoyenneté. Libre conscience individuelle, soumission à la loi, limitation des pouvoirs et surveillance des représentants, souveraineté de la nation : telles sont les valeurs politiques de tout Ami de la Constitution en 1790. Il n’est pas étonnant de constater que le premier livre mentionné dans les délibérations des clubs soit Le Contrat Social. A Cherbourg, dès le mois d’août 1790, son acquisition parait indispensable avant que n’entrent dans la bibliothèque du club, l’année suivante, les ouvrages de Voltaire et l’abbé Mably. Avec son portrait affiché aux côtés de la Déclaration des Droits et de la carte des départements français, le citoyen de Genève incarne, pour toute la génération révolutionnaire, l’homme nouveau dont la sensibilité exacerbée est inséparable de sa conception rationnelle du citoyen libre et souverain.

Des mots aux images

27La représentation iconographique des valeurs patriotiques est parfois l’objet de discussions dans le club comme à Honfleur et Alençon où des professionnels de la culture, imagiers et imprimeurs, si nombreux parmi les fondateurs ont tenu à donner aux images autant d’importance qu’aux mots. En mars 1791, lors du choix de la vignette et du cachet de la société de Honfleur, la réflexion allégorique a été ainsi exposée :

  • 10 Registre de délibérations de la Société de Honfleur.

28« Sur un socle d’ordre toscan, symbole de la stabilité et de la durée de la Constitution française, s’élève un piédestal sur lequel repose l’écusson aux trois fleurs de lys de France ; un bonnet phrygien couronne l’écusson ayant une branche de palmier pour panache ; le bonnet et chaque côté de l’écusson sont accompagnés de corne d’abondance. Le bonnet est symbole de la liberté ; la branche de palmier est le signe de la paix et de l’union ; les cornes d’abondance annoncent l’industrie d’un peuple libre chez lequel le commerce répand les richesses. Le livre de la constitution et de la loi est ouvert, appuyé sur le socle et adossé contre l’Empire, la France, sous la figure d’une femme habillée à la romaine pour indiquer les vertus guerrières ; la tête ceinte d’une couronne de feuilles de chêne qui annonce son civisme ; la tête inclinée, mais le regard fier, indique sa soumission et son respect à la constitution et à la loi. De l’autre côté de l’écusson, on voit la Philosophie, également sous la figure d’une femme, en habit de vestale qui marque sa sagesse, une couronne civique sur la tête ; autour d’elle, à ses pieds, sont les titres chimériques de la féodalité qu’elle foule aux pieds et qu’elle précipite du haut en bas du socle, sur le soubassement duquel sont assis des enfants qui les ramassent, jouent avec, les déchirent et les jettent au vent. Contre le socle, on lit ces mots : A Louis XVI, Constitution, Droits de l’Homme, Liberté ou la Mort »10.

29A Alençon, les divers projets soumis à la discussion en juillet 1791 ne comportent pas d’allégories féminines, promises pourtant à un bel avenir. L’auteur du premier se montre soucieux de l’interprétation politique :

30« Dans un médaillon de forme elliptique est inscrit un triangle, symbole de la trinité politique, établie par la constitution française : la Nation, la Loi, le Roi. Sur le sommet de ce triangle repose un joug garni de fleurs. Cet emblème fait une double allusion : par la position du joug, on voit que toutes les têtes, et spécialement celle du premier magistrat, y sont soumises ; par les fleurs dont il est orné, on juge de sa douceur. Immédiatement au dessus de la base du triangle, s’élève le livre de la constitution et, au dessous, se lisent ces mots : Les Amis Réunis à Alençon. Enfin, une pique surmontée d’un bonnet de la liberté qui couronne le joug exprime assez bien la légende qu’on voit dans la partie supérieure du médaillon : La Liberté sous le joug de la Loi ».

31En bons héritiers des Lumières ou simplement en spécialistes, l’un de la gravure sur bois, l’autre de l’imprimerie, les auteurs des projets suivants semblent prendre leur distance avec une conception savante et, parfois, obscure de l’allégorie :

32« Le projet de Godard représente deux mains soutenant un faisceau d’armes, symbole de l’union, surmonté du bonnet de la liberté. Au dessus, se lit le mot : Loi, inscrit dans un triangle, au milieu d’une gloire dont les rayons chassent les nuages des abus et des préjugés. Autour du médaillon, circule la légende suivante : Union d’Hommes Libres sous la Loi. Au bas, sont ces mots : Amis Réunis à Alençon.

  • 11 Registre de délibérations de la Société d’Alençon.

33Celui de Malassis, fils : un faisceau, entouré d’un ruban sur lequel est écrit : Amis Réunis à Alençon. Il est couronné d’un bonnet de la liberté et les livres de la constitution lui servent de base »11.

34C’est le projet du graveur et fondateur du club d’Alençon, P.F. Godard (1768-1838)- considéré par Quérard dans sa France Littéraire comme « l’un des meilleurs graveurs sur bois de la France » ou comme « un maître de l’imagerie populaire française » selon J. Adhémar- qui a été retenu après une discussion qui a abouti à la suppression des mains, des nuages et du triangle.

35L’année de parution à Paris du grand traité d’Iconologie, illustré par les gravures de Gravelot et Cochin, est celle où on expérimente un peu partout, dans des compositions plus ou moins savantes, l’usage des premiers symboles du nouveau régime. Le besoin d’une renaissance iconographique s’accompagne d’une explication dans les clubs et d’un débat sur le contenu politique de l’image. Bonnet phrygien et fleur de lys font encore bon ménage dans la vision constitutionnelle du club de Honfleur ; tandis que celui d’Alençon choisit une option radicale en refusant, après la fuite du roi, toute référence monarchique ou même maçonnique.

36Passer de l’étude des représentations, textuelles ou imagées, à celle de la pratique politique, c’est dégager les traits majeurs de cette nouvelle association qui instaure la réunion politique, qui met en place une organisation nationale et qui acquiert une influence décisive dans l’opinion publique.

Des sociétés délibérantes

37Les Amis de la Constitution se réunissent généralement deux fois par semaine (dimanche compris) pour participer aux séances ordinaires du club dont l’horaire varie beaucoup selon les lieux. Quand ils disposent d’un local spécifique, ils peuvent néanmoins considérer le club comme un cercle de lecture. C’est bien ainsi que les fondateurs de la Société Littéraire des Amis de la Constitution l’ont conçu à Cherbourg en louant, en mai 1790, un appartement pour 300 livres par an, en chargeant le propriétaire de mettre en place les boiseries nécessaires et en interdisant aux associés d’emporter aucun journal sous peine d’amende. Ouvert « du soleil levant » jusqu’à dix heures du soir, il est entretenu par les servantes de la maison qui balaient, allument le poêle le matin, éteignent les lumières le soir tandis que le facteur touche une rémunération pour apporter le courrier le plus promptement possible.

38C’est bientôt au nom de ses 148 adhérents que le club proteste auprès des Jacobins et de l’Assemblée nationale contre l’interdiction municipale de l’illumination de leur chambre pour le 14 juillet. Le nombre des sociétaires augmentant très rapidement, l’aménagement de banquettes a, d’abord, été nécessaire, puis le démontage des tables les jours d’assemblée pour installer, à l’automne, deux douzaines de chaises supplémentaires jusqu’à ce que le changement de local s’impose en août 1791. En mai, on avait calculé qu’ « il faut au moins quatre pieds carrés pour la place occupée par un membre assis et, pour pouvoir réunir 400 personnes, il faut un espace de 1 600 pieds carrés, non compris le logement du gardien, la place de la bibliothèque, plus les tribunes au pourtour de la salle pour le public ». Désormais, un concierge attitré est indispensable pour aller tous les matins à la poste chercher le courrier de la société, tenir la porte ouverte à partir de 5 heures du matin en été (8 heures en hiver) jusqu’à 10 heures du soir (ou 9 heures), ranger les journaux suivant leurs titres et faire toutes les commissions. Logé, chauffé et éclairé il reçoit un salaire mensuel de 15 livres.

39La croissance rapide des adhérents pose partout le problème de l’exiguité du premier local. A Lisieux, le mois suivant la création du club, le couvent des Jacobins est délaissé pour une chambre privée, le cabinet littéraire, chauffé par un poêle, est délaissé pour une chambre privée, le cabinet littéraire, chauffé par un poêle, est aménagé en casiers pour ranger tous les papiers publics et l’entretien est confié à un concierge rémunéré à 180 livres par an. A Honfleur comme à Alençon, le club a démenagé trois fois en six mois. Le premier a délaissé sa chambre pour la lieutenance du port, puis a occupé l’ancien bailliage ; la salle du collège d’Alençon étant trop étroite, le club s’est installé dans le tribunal de commerce, occupé en partie par les juges, puis dans une église dont le caractère rendait tout à fait indécente la lecture du Père Duchesne aux oreilles de certains clubistes qui préférèrent, en décembre 1791, l’entendre au collège.

40La finalité même de l’association, à savoir la réunion politique, suppose un local plus spacieux que celui des sociétés de pensée : les jeux sont interdits au club, la chambre de lecture n’est qu’une salle annexe et la délibération en assemblée générale est l’activité essentielle. Soumise à un rituel civique, la séance commence par la lecture du procès-verbal de la délibération précédente, des nouvelles et du courrier. L’ordre du jour détermine les thèmes de la discussion qui s’ordonnent autour d’un rapport, d’une loi ou d’un article. Elle peut déboucher sur une mission auprès de la municipalité, une pétition à l’Assemblée nationale, une décision interne ou un ajournement tandis que la réception des nouveaux adhérents, la prestation d’un serment ou l’organisation d’une fête constituent les agréments nécessaires. La variété des formes de la réunion facilite, malgré une participation que l’on juge parfois insuffisante, la conservation de la tenue bi-hebdomadaire de séances qui durent plusieurs heures. Et la discussion collective a amené tous les clubistes à s’interroger sur le caractère privé ou public de leur réunion politique.

Cercle politique ou espace public ?

41Quatre jours seulement après sa fondation en avril 1790, la société de Cherbourg proclame l’ouverture de la salle à « toutes les classes de citoyens qui voudront partager ses sentiments », en songeant aux officiers des troupes de ligne, nombreux dans une ville de garnison. Cette préoccupation sociale se manifeste à nouveau, en juillet, pour refuser une augmentation de la cotisation parce qu’elle « serait peut-être capable d’empêcher plusieurs citoyens de se faire recevoir dans notre société ». Et, le mois suivant, conséquente avec sa volonté d’ouverture politique, elle amende son règlement intérieur en ajoutant l’admission du public à ses séances. En septembre, elle se flatte du consensus politique qui règne dans la ville. Dans cette union patriotique, toutes les classes d’âge sont partie prenante : en février 1791, une députation du club des Enfants est chaleureusement applaudie pour son refus de servir la messe à des prêtres insermentés.

42L’égalité entre les sexes est, toutefois, la question qui ébranle l’harmonie. Six mois plus tard, une mère de famille discourt, en effet, sur « l’état de nullité dans lequel on tient les femmes relativement à la politique. Elle se plaint amèrement de ce qu’elles sont exclues de toute délibération. Elle insiste particulièrement pour que les femmes soient au moins admises dans les délibérations qui regardent les familles, le bon ordre et la tranquillité publique et, surtout, dans les séances des Amis de la Constitution ». Si son discours et sa réponse aux objections ont été vivement applaudis, on constate qu’un an après la décision de séances publiques les femmes n’étaient pas incluses dans le-dit public. Malgré le rejet de la motion d’un clubiste réclamant l’admission des femmes comme sociétaires, elles obtiennent en septembre 1791 la partie gauche des tribunes.

43La position de principe de la société de Cherbourg a anticipé la réflexion collective des autres clubs. Celui de Lisieux, plus lié sans doute à la pratique des loges maçonniques en recommandant à ses membres de tenir secrètes les discussions, plus sensible aux bruits de guerre en décidant en août 1790 que « Nul étranger ne pourra être admis aux séances de la société, pas même ceux qui auraient pu lui faire hommage de quelque travail » arrête que chaque clubiste devra avoir un certificat d’admission et se munir d’une carte d’entrée. Néanmoins, une motion relative à la publicité des séances en décembre amène la société à distinguer dans le public trois catégories : les habitants de la ville, les gens de la campagne et les étrangers. Si l’admission d’externes est envisagée, en revanche le refus est catégorique pour les premiers. Mais, le mois suivant, la société accepte la demande d’un prêtre, pas encore sociétaire, d’assister à une séance avec ses élèves. Et, au printemps 1791, c’est elle qui invite les membres de la garde nationale, puis ceux du corps électoral réunis pour l’élection épiscopale (en ouvrant même son cabinet de lecture pendant le temps de leur résidence en ville) et, enfin, « les dames citoyennes au nombre d’une bonne vingtaine qui, en présence de l’évêque nouvellement élu, acceptent de prêter le serment civique et celui d’élever leurs enfants dans les principes de la constitution ».

44La bataille idéologique autour de la constitution civile du clergé amène également les sociétés d’Argentan et d’Honfleur à prendre conscience de la nécessité de séances publiques et, par conséquent, de l’inadaptation du lieu de réunion à la nouvelle mission de la société. Au club du Mans où on agrandit le local pour recevoir tous les électeurs en février 1791, dès le mois d’août 1790 en fait, on consacrait le dimanche à la lecture publique des décrets de l’Assemblée nationale et une séance mensuelle à celle de la Déclaration des Droits de l’Homme, puis en décembre la première heure de chaque séance à « l’instruction du peuple ». Semblable lecture et commentaire des papiers-publics est décidée, beaucoup plus tard, en novembre 1791, par le club d’Alençon qui ouvre aussi au public sa salle de lecture à certaines heures de la semaine.

45Un mouvement se dessine, même s’il n’est pas synchrone et général -comme le montre le refus du public à Bernay en octobre 1791- qui transforme le local privé du cercle politique en un espace ouvert aux non-adhérents, aménagé en tribunes distinctes de l’enceinte des sociétaires. La publicité des séances, vertu contre la calomnie et gage de transparence, devient un fondement de la société politique dès son origine.

46Tout en faisant leur apprentissage de la réunion politique locale, les patriotes constituent une organisation nationale.

L’espace de la politique

  • 12 F. Brunot, Histoire de la langue française, t. IX, 1937, p 810

47Les fondateurs ont tenu, dès les premiers jours, à communiquer l’annonce de leur création non seulement à la capitale initiatrice, mais à la nation entière. Tous les clubs provinciaux ont sollicité l’affiliation à la société séante aux Jacobins dont ils ont pris le nom, à quelques rares exceptions près. Les premières réponses ont été très rapides et signées de la main du président, en l’occurence Robespierre, pour la société du Mans (avril 1790) et de Cherbourg (en mai). Celle de Lisieux a préféré, en août, confier à son maire le soin de porter la demande à Paris. Mais, à la fin de l’année, sous l’avalanche de demandes d’affiliation, la société parisienne décide une sélection. Attachée à la multiplication des sociétés, mais craignant d’accorder un blanc-seing à « une réunion d’Amis tièdes, faibles ou corrompus » comme l’écrit son comité de correspondance au club de Lisieux à propos de la demande de Verneuil, elle exige une liste des membres et prend des renseignements sur la chaleur de leur patriotisme auprès des sociétés voisines. Sans médiateur prestigieux pour accélérer l’opération, Falaise n’obtiendra son certificat qu’en mars 1792. En revanche, le club d’Argentan a été aussitôt affilié que créé (avril 1791) grâce à l’appui de son député à l’Assemblée, Goupil de Préfelm, qui s’est empressé d’apporter son soutien et son adhésion au club de sa ville. Mais celui d’Alençon, voulant passer par son entremise le mois suivant, n’a pas eu l’honneur d’une réponse : il est vrai qu’alors le constituant très actif se signale à Paris par ses attaques contre la « clubocratie » et les « clu-bocrates »12, peu de temps après avoir soutenu la clubomanie locale.

48Désormais, les anciens clubs sont sollicités par les nouveaux pour obtenir cette forme de reconnaissance publique ; ainsi, les clubs sarthois, y compris la Société fraternelle du Mans, se flattent de l’affiliation à celui du chef-lieu de département. Ce réseau jacobin ne présente pas qu’un aspect centralisateur auquel nombre d’historiens ont voulu réduire « la machine jacobine », mais une structure horizontale dans laquelle les patriotes pouvaient fraterniser de ville en ville et s’offrir mutuellement une assistance plus concrète dans le combat politique quotidien que celle apportée par la distinction nationale. L’affiliation à la société-mère n’est pas exclusive : ainsi, Le Mans s’honore, en mai 1790, du diplôme de la Société de 1789. Mais l’échange épistolaire s’est interrompu très vite au moment où l’organisation jacobine se renforçait en se dotant de son important comité de correspondance.

49En ce siècle épistolaire, la correspondance revêt une importance considérable dans la communication politique. Adhérer aux Jacobins, c’est recevoir régulièrement des informations de la capitale et, surtout, obtenir la liste des autres sociétés affiliées : tel est le vœu formulé par Cherbourg en juin 1790, juste après son affiliation. L’analyse des archives montre une très grande variété selon les clubs dans le nombre de correspondants qui n’est que d’une quarantaine à Honfleur, par exemple, au printemps 1791 alors qu’il s’élève à deux-cents à Lisieux. Par rapport aux quelques quatre-cents filiales des Jacobins à cette date, une sélection s’opère de manière si différentielle qu’une explication unique (coût de l’impression, organisation d’un bureau ou goût épistolaire) ne peut être retenue. Reste le constat de l’autonomie des clubs.

50L’exemple des sociétés correspondantes de Lisieux illustre bien un caractère essentiel de la pratique jacobine. Son réseau, à partir des lettres reçues et conservées de juillet 1790 à juin 1791, dévoile l’espace de la communication politique d’un simple chef-lieu de district. Cet espace est national : dès la création du club, Lisieux entretient des relations avec la France entière. Peu de régions, même la Corse, ne lui ont pas une fois au moins adressé une lettre. Mieux, les correspondances les plus régulières se nouent avec les villes les plus extrêmes du territoire comme Strasbourg, Brest, Bordeaux ou Aix-en-Provence. Marseille, avec une quinzaine de lettres, compte autant que Caen ; Rouen n’a pas plus d’influence que Toulouse, Avignon ou Limoges.

51La conception nationale de l’espace politique tend à dissoudre le cadre provincial d’hier pour les clubistes de cette petite cité drapière : 10 % seulement des lettres viennent de Normandie, dont la moitié du Calvados. Le département, en effet, devient un espace de vie politique comme en témoigne le volume grandissant de la correspondance de Lisieux avec les autres clubs du Calvados. La société parisisenne occupe sans conteste la première place : initiatrice en 1790, avec 20 % des échanges épistolaires, sa part diminue de moitié l’année suivante avec la multiplication des clubs. Enfin, l’espace politique n’est pas cloisonné par les frontières nationales puisque Lisieux, comme tous les clubs normands, s’honore de correspondre avec la société de Londres - sa sensibilité libérale faisant fi de la concurrence économique anglaise, pourtant dénoncée dès la création du club.

  • 13 L. Coudart, « Les lecteurs de la Gazette de Paris », dans Les résistances à la Révolution, (98).

52Le courrier de la société de Lisieux témoigne d’une représentation du monde élargie et modifiée ; élargie, quand la culture et l’action politique se forgent dans le dépassement du cadre spatial où se circonscrit le rapport social quotidien de l’homme avec son milieu ; modifiée, en ce sens que de cet agrégat hier, encore, désuni émerge avec son organisation la conscience de l’idée nationale comme force politique. Héritière de la correspondance des savants dans la république des Lettres et de l’expérience professionnelle des marchands et négociants si nombreux dans les clubs, la Révolution met à la disposition de tout clubiste la richesse de cette appréhension du monde. Avec près de trois-cents lettres mentionnées dans le registre de délibérations, en provenance d’une centaine de clubs, le courrier reçu annuellement par le club d’une ville de moins de 10.000 habitants représente le cinquième de celle imprimée par un journal national comme la Gazette de France13. L’enjeu politique de ce moyen de communication n’a échappé ni aux clubs, ni aux journaux.

  • 14 Godechot (92), p 77.

53La lettre de la Société des Amis de la Constitution de Béthune du 24 août 1790 a ainsi fait naître le débat dans tous les clubs sur le marc d’argent et la question du suffrage, attribut essentiel de la citoyenneté. Rappelons que la discrimination la plus criante dans le régime électoral était le cens d’éligibilité qui réservait les places de député aux membres de l’aristocratie terrienne. Prenant le relai de la protestation des 27 districts parisiens en février 179014, la société de Béthune dénonce cette atteinte aux droits de l’Homme, cette préférence donnée « au citoyen opulent sur le citoyen instruit », cette « substitution de la soif de richesse à l’amour de la patrie » et milite pour son abrogation en sollicitant l’appui des clubs affiliés et le soutien de « M de Robespierre ».

54Un exemple de refus d’adhésion est donné, dès réception, par le club du Mans qui clôt ainsi sa séance du 5 septembre consacrée à ce débat. En revanche, Lisieux prend la même position politique le 22 octobre, après une lecture circonstanciée un mois et demi plus tôt. Quant à la société de Cherbourg, elle organisa trois lectures avant d’en débattre le 7 septembre et d’en confier le compte-rendu à une commission spéciale. A l’issue de cette longue réflexion collective, les arguments des clubistes qui emportent le débat sont les craintes de faire vaciller le pouvoir législatif en le faisant revenir sur un de ses décrets et de dissoudre l’unité nationale par une fédération de sociétés patriotiques. C’est la volonté de défendre le régime représentatif, menacé par la revendication démocratique, qui s’impose le 14 septembre à Cherbourg face aux risques de retour à un pouvoir arbitraire.

55Cette prise de position illustre, certes, la conception modérée et dominante au sein des Jacobins à cette date et, surtout, le cheminement et la formation d’une opinion collective ainsi que la conception, héritée de Rousseau, du rôle néfaste des partis dans le débat politique.

56Ce débat, relancé au printemps 1791 par Robespierre à l’Assemblée et les Cordeliers qui imprimèrent son discours comme par les journaux de Marat, Desmoulins et Loustalot, fut à nouveau à l’ordre du jour dans les clubs. A Lisieux, en juin, on donna la parole à un défenseur du marc d’argent mais la société ne revint point sur son option précédente et plaça son espoir dans la sagesse des législateurs futurs. Point de vue qui ne fut pas partagé par les jeunes clubistes d’Alençon qui adressèrent, le 8 août, à l’Assemblée nationale une pétition contre le marc d’argent. On sait que la Constituante finit par cèder sur ce point, tout en augmentant le cens des électeurs du second degré ; ce qui s’appelle gouverner avec l’opinion.

  • 15 Voir Le Journal des Amis de la Constitution, juin 1791, n°2.

57La réflexion sur le coût financier de la correspondance amena ensuite les clubs qui, comme Cherbourg reçurent une centaine de lettres ou paquets au cours de l’année 1790, à décider en janvier 1791 de ne plus accepter le courrier non-affranchi. C’est l’époque où Choderlos de Laclos propose ses services par son Journal des Amis de la Constitution. Les avantages économiques, jugés décisifs par les clubs de Lyon, Bar-le-Duc, Dijon, Bédarrieux, Marseille, Brignoles ou Toul annonçant à Lisieux que désormais ils se serviraient du journal, ont été combattus par ceux d’Amiens et Tours dénonçant cette mainmise d’un journal parisien sur leur propre correspondance. Lisieux et Cherbourg se prononcèrent dans le même sens et, pour ces deux clubs normands, l’année 1791 fut leur grande année épistolaire tandis que Verneuil, Vire ou Condé-sur-Noireau utilisèrent le média national15. L’été allait révéler toute l’importance du réseau politique des sociétés affiliées au moment du schisme des Feuillants.

***

58Ainsi, l’association jacobine présente, dès son origine, ses caractères distinctifs.

59La vogue associative qui avait progressivement conquis les élites urbaines dans le second xviiième siècle, se répand soudainement sous la Révolution pour imposer la structure clubiste dans des provinces culturellement peu dynamiques, dans des localités pas nécessairement dotées d’une société de pensée et même dans certaines bourgades. Certes, les pesanteurs structurelles de l’Ouest bocager - son enclavement, sa population rurale, son habitat dispersé - vont être essentielles pour comprendre le difficile développement du mouvement associatif. Mais, observons d’abord la nouvelle donne de 1789 qui favorise la réunion politique en même temps que l’association.

60L’ouverture des clubs à un public indifférencié explique, en partie, qu’une minorité seulement des notabilités des villes d’Ancien Régime se retrouve sociétaire aux Amis de la Constitution où la bourgeoisie du commerce et de l’artisanat prend, d’emblée, une grande place. Le bourgeois anobli du cercle des Lumières laisse la place à l’avocat, au chirurgien ou au marchand pour devenir l’intermédiaire culturel entre le haut-Tiers et le menu-Tiers, encore absent. Surtout, les traits constitutifs du jacobinisme sont fixés dès 1790 dans les statuts du moindre club de province comme dans la pratique associative.

61Les grands principes sont élaborés lors de la création des clubs : souveraineté de la nation, définition très large de la citoyenneté, principe électif à la pluralité des suffrages, rotation rapide des membres du bureau. L’activité délibérante sur la chose publique conduit à privilégier le pouvoir de l’assemblée sur le pouvoir exécutif : les représentants de la société ne sont que des mandataires. L’apprentissage des règles de la démocratie représentative à l’échelle de la nation est parallèle à celui de la démocratie directe à l’intérieur du club.

62Le huis-clos des délibérations bi-hebdomadaires disparait très vite au profit du forum dans la cité : le club est un espace public ouvert aux non-adhérents. La section délibérante de base participe au débat national par la correspondance et l’affiliation avec la société-mère et toutes les autres sociétés politiques. La question de la nature de son intervention publique - soutien à la politique des réformes ou parti politique indépendant - est soulevée dès la première contestation nationale ouverte sur la définition de la citoyenneté. La méfiance vis à vis des obstacles à l’expression de la volonté générale, dans laquelle la liberté individuelle s’accomplit, empêche les jacobins de se définir comme des médiateurs partisans : l’héritage de Rousseau est entier dans les clubs révolutionnaires.

63Le jacobinisme n’emprunte pas sa conception de la citoyenneté au seul modèle de l’ecclesia ou du forum antique. La mission kantienne de « faire un usage public de sa raison » est aussi un héritage de la République des Lettres. le retour en force de la parole publique dans les clubs s’accompagne de la profusion des textes imprimés : c’est dans cette dialectique que le jacobinisme doit être étudié.

Notes

1 D’après les statistiques établies par B. Lepetit, Les villes de la France moderne (1740-1840), Paris, 1988, p 449-455.

2 Cité par E. Gautier-Desvaux, Il y a 300 ans les Protestants, Alençon, 1986.

3 S. Mours, Les Eglises Réformées en France, 1958 ; J. Garrisson, L’Homme protestant, Paris, 1986, p 40.

4 Furet - Ozouf, (192) ; J. Branccolini et M.T. Bouissy « La vie provinciale du livre à la fin de l’Ancien Régime » (191)

5 Peyrard (295)

6 Le tableau des francs-maçons et des jacobins manceaux a été réalisé à partir des listes établies par A. Bouton et du fichier que nous avons constitué des adhérents du club du Mans et des sympathisants :
Image

7 Sauf mention contraire, les règlements des sociétés de 1790 figurent dans les archives des clubs, mentionnées à la fin du livre.

8 B.M. Alençon, n° 2375. Règlement des Amis de la Constitution du bourg de Vimoutiers, Caen. 1790.

9 B.N. Lb 40/3082. Règlement pour la Société des Amis de la Constitution établie dans la ville de Vire, Avranches, 1790.

10 Registre de délibérations de la Société de Honfleur.

11 Registre de délibérations de la Société d’Alençon.

12 F. Brunot, Histoire de la langue française, t. IX, 1937, p 810

13 L. Coudart, « Les lecteurs de la Gazette de Paris », dans Les résistances à la Révolution, (98).

14 Godechot (92), p 77.

15 Voir Le Journal des Amis de la Constitution, juin 1791, n°2.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1051/img-1.jpg
Fichier image/, 115k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1051/img-2.jpg
Fichier image/, 174k
Titre Tableau sociologique des fondateurs
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1051/img-3.jpg
Fichier image/, 131k

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540