Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Jacobins de l’Ouest

 | 
Christine Peyrard

Première partie. L'émergence d'une conscience politique nationale

Chapitre deuxième. Essor de la sociabilité bourgeoise

Texte intégral

1Cette approche des comportements politiques ne doit pas exclure la démarche de l’histoire culturelle qui tient à valoriser les pratiques spécifiques du siècle des Lumières dans l’éveil et la formation d’une opinion publique. Depuis les travaux fondateurs de M. Agulhon, la notion de sociabilité est d’emploi courant chez les historiens. L’apparition du mot dans la langue française coïncide avec le tournant des années 1750, si décisif dans l’émergence de nouvelles valeurs et de nouveaux comportements. La vie associative se transforme alors en profondeur dans les villes où apparaissent et se multiplient des associations indépendantes des structures paroissiales ou corporatives. Cet engouement n’épuise pas les formes de sociabilité que nous avons rencontrées lors des manifestations populaires qui relèvent des modes d’interaction dans la vie quotidienne, mais constitue un phénomène de mode culturelle particulièrement intéressant.

La sociabilité des Lumières

  • 1 Inventorier les sociétés de pensée, chères à A. Cochin (179, 180) est une tâche toujours difficile (...)

2Une trentaine de villes du Maine et de la Basse-Normandie (dont toutes celles de plus de 10 000 habitants) ont vu s’établir, en effet, une loge maçonnique, une société de lecture, une académie ou une société d’agriculture dans la seconde moitié du xviiième siècle et plus de la moitié d’entre elles ont connu plusieurs associations. Les villes peuplées de 6 à 10 000 habitants ont suivi à 70 % la mode qui a eu plus de mal à s’imposer dans les plus petites villes ; enfin, ce type d’association se rencontre exceptionnellement dans les bourgs comme Trois-Monts (600 habitants) avec sa loge ou Craon (1500 habitants) avec ses deux chambres de lecture1. Les facilités de communication ont joué leur rôle en favorisant les localités situées sur les routes de poste ou sur les façades maritimes et les vallées fluviales ; les villes de l’intérieur, comme celles du Perche, sont bien moins représentées, voire absentes.

3Les deux grandes époques de création- la décennie 1760-70 et la décennie prérévolutionnaire- montrent un double mouvement. Tout d’abord, la reconnaissance des Académies provinciales, puis la création des sociétés royales d’agriculture et des loges maçonniques sont les étapes fondatrices de la sociabilité des Lumières. La politique culturelle du despotisme éclairé, basée sur l’alliance du pouvoir et du savoir telle que l’a définie D. Roche, joue pleinement son rôle même si la distinction précoce de Caen et, plus tardive de Cherbourg au rang d’Académies ne trouve guère d’émules dans la première moitié du siècle. Le désert culturel de l’Ouest dans ce réseau académique est comblé par l’implantation dans les généralités de plusieurs bureaux de sociétés d’agriculture (Le Mans, Evreux 1761, Caen, Alençon, Falaise 1762). Leur composition, fixée à une vingtaine de membres, exprime surtout le souci de faire émerger une élite provinciale, sinon urbaine. Ainsi, en 1789, au bureau du Mans, dont les assemblées sont hebdomadaires, les privilégiés (6 clercs, 7 nobles) accueillent 9 roturiers (dont un futur constituant Ménard de la Groye). Cette tripartition, chère à une société d’ordres, s’observe dans la composition des autres sociétés royales d’agriculture.

4A cette impulsion politique originelle succède un second mouvement plus dynamique. Le « club académique » se ferme au moment où le goût de la sociabilité se propage : une quarantaine de sociétés sont créées dans les années 1780-89, soit deux fois plus que dans la décennie 1760-69.

La clubomanie mancelle de la décennie prérévolutionnaire

5Ainsi, la capitale du Maine, siège d’un grand évêché, d’une élection et d’un présidial voit éclore dans la décennie prérévolutionnaire trois loges maçonniques et trois sociétés de jeux et de lectures. Cette vogue clubiste peut être illustrée à partir du témoignage du fondateur de l’une d’entre elles :

  • 2 Mémoires de J.B. Le Prince d’Ardenay, avocat en Parlement, négociant, juge-consul et maire du Mans (...)

6« Les hommes, nés pour la société, suivent naturellement l’inclination qui les porte à se réunir avec d’autant plus d’attrait et d’empressement qu’ils trouvent plus d’analogie de goût et de caractère dans ceux auxquels ils désirent s’associer (...) Lorsque (l’association) est formée, chacun porte à ce dépôt commun le tribut de ses talents, de ses connaissances et de ses forces ; la réunion forme, peu à peu, un fonds de moyens et de ressources destiné à la satisfaction et au bonheur réciproque des associés, au bien et au plus grand avantage de la patrie. Tels doivent être le but et les motifs de toute société qui désire se rendre utile à ses membres et au public. Tels étaient ceux de la Société littéraire et patriotique. »2

7Le mémorialiste, J.B. Le Prince d’Ardenay, avait déjà fondé onze ans auparavant, en 1767, une Société de musique. Alors juge-consul, ce fils de négociant enrichi dans le commerce de la cire et anobli par la charge de conseiller-secrétaire du roi organisait avec sa femme les loisirs musicaux de la jeunesse mancelle et couronnait, par ailleurs, l’ascension sociale de la famille en achetant cette même année la terre seigneuriale d’Ardenay. L’établissement d’une salle de spectacle au Mans en 1775 fit péricliter les concerts privés mais le goût de cette « société agréable et intéressante » mêla le notable manceau à de nombreuses associations.

8Selon lui, la Société littéraire et patriotique, établie au Mans en 1778 pour « lire ensemble les nouvelles politiques, les journaux littéraires et les ouvrages relatifs aux sciences et aux beaux-arts » n’avait pas pour seul but de réunir « les talents » afin de disserter doctement entre collègues, en s’attachant particulièrement à l’histoire locale. Même si la reconnaissance académique aurait été la distinction suprême, il s’agissait aussi de s’occuper du « bien public » en communiquant « franchement » ses idées, sans exclure les nouvelles politiques, et « en fournissant les moyens de propager les lumières et les connaissances ». Pour cela, il lui importait de répandre « ce mode d’instruction » en accueillant les jeunes professeurs du collège et, réciproquement, en allant assister aux séances littéraires organisées par les écoliers. Le mémorialiste, un libéral qui a été maire du Mans en 1790, insiste sur la valeur éducative et l’utilité publique de ces réunions entre « citoyens ». La citoyenneté n’est celle que « d’un petit nombre » ; elle ne définit pas des droits mais des devoirs pédagogiques. Le riche négociant manceau, membre de la Société d’agriculture, syndic du Tiers-État à l’Assemblée provinciale mais admis à figurer en 1789 dans l’ordre de la noblesse n’oublie pas de rappeler dans ses Mémoires l’ordre dans lequel il est né ni de montrer la profonde détresse de ceux qu’il visite en tant qu’administrateur du Bureau de charité, créé en 1785, dans une ville où le quart de la population doit être alors secourue.

9S’il ne devint jamais franc-maçon et n’adhéra pas au club révolutionnaire à la différence de son frère, Le Prince de Claircigny, le fondateur de la Société littéraire et patriotique fit partie de la Société d’histoire naturelle et des arts, créée en 1790, installée dans l’abbaye St-Vincent en 1791 et dotée d’un cabinet de physique et d’un jardin de botanique jusqu’à sa dissolution l’année suivante. Le patriote de 1789, retiré sur ses terres d’Ardenay en 1793, présida durant plusieurs années la Société libre des arts, créée en l’an V, dont l’objet concernait les sciences, les arts, le commerce et l’agriculture. Son goût pour la société de ses semblables ne peut être défini comme celui d’un mondain satisfait d’avoir appartenu aux meilleurs cercles de la ville, mais comme celui d’un esprit ouvert à toutes les connaissances de son temps. En cela, il est resté un homme des Lumières.

10C’est un autre regard sur la sociabilité mancelle que porte l’abbé Nepveu de la Manouillère (1732-1810). Issu d’une famille d’ancienne noblesse, le chanoine de l’Église du Mans, fils du prévôt provincial du Maine, a tenu son journal de 1759 à 1807. Réfractaire au serment constitutionnel, il vécut la tourmente révolutionnaire caché dans la Beauce puis, dans un grenier au cœur de la ville. Sa réception dans une Société a été une date marquante :

  • 3 Mémoires de Nepveu de la Manouillère, chanoine de l’Eglise du Mans (1732-1810), publiés et annotés (...)

11« Le 13 janvier 1786, j’ai été reçu à la Société du jardin du bas de la rue St-Vincent. C’est une assemblée d’hommes de différents états, tous gens comme il faut. Il y a dans cette société des règlements très sages ; on y trouve, dans une chambre particulière, toutes les nouvelles et papiers publics. Il y a deux billards, on y joue des jeux de société et point de jeux de hasard ; défense d’y boire et d’y manger ; enfin, tout s’y passe dans la plus grande honnêteté. On nomme tous les ans un président (...) et quatre commissaires pour veiller aux besoins et provisions nécessaires du Jardin. On donne un louis en entrant et un louis par an. La Société n’a commencé qu’en 1785. Il y a cent associés et on n’en recevra pas davantage. Quand il en vaque, on les remplace »3.

  • 4 Cité par Bois et Auffret, Histoire du Mans, s.d. F. Dornic, 1975, p 199.

12Dans une ville que la haute noblesse a désertée pour Paris ou Versailles, les élites urbaines qui s’associent pour leurs loisirs ne se définissent pas tant par leur ordre que par leur position sociale. L’essor de la bourgeoisie, grâce notamment au commerce international de l’étamine et de la cire, a permis l’élargissement de la société de loisirs à un plus grand nombre d’hommes. Quoique ne disposant pas de la liste des associés, nous pouvons penser que le Jardin St-Vincent était fréquenté par les hommes de loi, nombreux à graviter, comme cette quarantaine d’avocats et procureurs, autour de la vingtaine des magistrats du présidial. Leur esprit frondeur, lors de la suppression des parlements, se manifesta en 1786 par une franche opposition à la politique royale. La répression de l’agitation des magistrats conduisit l’intendant de Tours à en exiler quelques uns et à fermer temporairement cette société4. C’est le seul exemple de notre connaissance où la lecture et le commentaire des nouvelles a provoqué la fermeture d’un cercle sous l’Ancien Régime.

13Cette société masculine qui choisit ses membres par cooptation se retrouve dans une maison particulière dont l’espace pour la lecture et les jeux limite le nombre des sociétaires. Aussi, dès 1787, une autre société se forme au Bourg d’Anguy, imité un peu plus tard par une troisième qui s’installe dans cette même rue, disposant chacune d’un jardin et de chambres, haute et basse, où des billards sont installés. Elles nous sont connues par la dévastation de leur local, le 26 mars 1792.

  • 5 A.D.S. L 270. Registre de délibérations du district du Mans 27-28 mars 1792 et Le Courrier Patriot (...)

14A l’origine de la fermentation populaire, le bruit répandu dans la ville de prêtres réfractaires, cachés dans les églises et couvents. L’attroupement ne les trouve pas, mais saccage le mobilier des trois sociétés particulières. Les casseurs de billards, inconnus des concierges, sont pour les administrateurs du district des « gens sans aveu », pour les rédacteurs du Courrier Patriote « des manœuvres et des journaliers qui, depuis quelque temps, projetaient de détruire plusieurs sociétés non-délibérantes, établies depuis quelques années dans cette ville, comme rendez-vous de lecture et de jeux »5. La protestation de patriotisme de certains membres de la Société du Bourg d’Anguy, présents lors de l’émeute, n’a pas convaincu tous les attroupés. Quant au journal du club, il condamne cette émotion populaire comme les velléités à former « un attroupement aristocratique ». La violence révolutionnaire, où briser le billard aristocratique paraît s’inscrire dans une lutte de classes, pose le problème de la pratique sociale de cette mode culturelle.

  • 6 Bouton (283)

15Les travaux d’A. Bouton sur la franc-maçonnerie mancelle6 ont permis d’appréhender ce phénomène social. Dans son ampleur numérique d’abord, puisqu’au total dans la décennie prérévolutionnaire près de 170 personnes ont fait partie d’une loge. Dans sa diversité sociologique, ensuite. Dans la loge du Moria qui, de 1783 à 1790, a admis 90 maçons et se compose de 58 membres en 1789 et 1790, se retrouvent les élites urbaines, également partagées entre roturiers et privilégiés. Les moines et les prêtres, aussi nombreux que les nobles, fréquentent les négociants et les notaires dans la quinzaine de réunions annuelles. Pour entrer dans cette brillante société d’officiers du régiment des dragons de Monsieur, de membres du Présidial et de grands négociants en cours d’anoblissement, le récipiendaire remettait 72 livres auxquels s’ajoutaient les 36 livres pour l’agrégation et la cotisation mensuelle de 30 sols, sans oublier les frais des banquets et les 3 livres pour le frère servant.

  • 7 Bois (267)

16Dans cette sociabilité maçonnique si peu démocratique, la bonne société mancelle ne fraie point avec l’échoppe et la boutique. La fondation d’une nouvelle loge, celle de St-Julien, installée d’abord dans un cabaret inquiéta la loge du Moria. La vulgarité de ce lieu public comme l’admission de modestes artisans lui paraissaient discréditer la maçonnerie mancelle. Dans la cinquantaine de frères recensés, on ne relève point de nobles. Les deux moines cisterciens, initiés en 1788, constituent les exceptions de cette loge roturière qui a installé son nouveau local dans la ville basse. La moitié des membres sont des artisans ; s’ils sont maîtres dans leur corps de métier, excepté un compagnon charpentier, ils ne font pas partie des plus imposés au rôle du vingtième d’industrie7. Les marchands drapiers, épiciers ou horlogers, parmi les plus aisés, fréquentent dans la loge les cordonniers, tailleurs ou traiteurs dont les cotes d’impôt sont inférieures à une livre. Dans cette loge se retrouvent les chirurgiens en nombre aussi important que tous les hommes de loi réunis, tandis que les négociants ne sont qu’une minorité.

17La naissance de la loge St-Hubert, enfin, en 1788 est dûe à une scission de celle du Moria. Dans la cinquantaine de ses membres, on retrouve une bonne quinzaine d’entre eux et la répartition entre les trois ordres y est similaire.

18La sociabilité mancelle à la fin du xviiième siècle révèle l’inadaptation de la société d’ordres à la réalité sociale d’une ville de province où émerge du groupe de notables le milieu du négoce qui tient le haut du pavé dans la ville et consolide son ascension sociale en s’agrégeant aux privilégiés, sous la houlette de ces intermédiaires culturels que sont les négociants anoblis. L’imitation des comportements des élites urbaines par la classe moyenne dans des associations parallèles témoigne d’une volonté d’acculturation comme d’une fermeture du groupe des élites sur lui-même. Le modèle manceau de civilité urbaine est adopté aussi dans les petites villes comme Sablé ou Château-du-Loir où les bourgeois crèent une loge en 1789.

De la société savante au cercle

19Si l’on passe à une approche plus synthétique de la vie associative des élites urbaines dans des villes de moindre importance que Le Mans, telles Laval, Mayenne, Château-Gontier, Bayeux, Cherbourg et même Alençon, siège d’une généralité, deux formes de sociabilité sont à distinguer que l’on pourrait appeler commodément la société savante et le cercle.

  • 8 Lefebvre (272)

20Cherbourg, dotée en 1775 d’une Société Littéraire et Académique, autorisée par le roi, ne fait pourtant pas figure d’une cité brillante aux yeux de son historien. Quand G. Lefebvre fouillait, au début de ce siècle, les archives municipales de cette ville de 8 000 habitants en 1790, il notait la décadence du collège, l’absence d’imprimerie et le peu de vitalité de son Académie. Dumouriez, le commandant de la place à partir de 1778 et pas encore l’illustre vainqueur de Jemmapes, dédaignait cette société « composée de cinq à six membres fort peu instruits » dont il fut président. Il prétendait même qu’« une société de gens de lettres marins et bas-normands ne pouvaient enrichir ni la littérature ni la langue française. C’étaient des juges d’amirauté, des marchands, des curés de campagne »8. Alors que l’Académie de Cherbourg ne se réunissait plus en 1789, depuis six ans, le modèle académique attirait d’autres élites urbaines

  • 9 B.M. Bayeux, Ms 325. Société littéraire de Bayeux, pièces et discours.

21C’est le cas notamment à Bayeux où existait, depuis 1770, une Chambre de Société. Le préambule de ses statuts soulignait ses buts : « trouver un honnête délassement soit dans la douceur de la conversation, soit dans la lecture des nouvelles politiques et littéraires, soit enfin dans la récréation des jeux de société, réservés dans de justes bornes »9. Parmi ses administrateurs, on trouve les noms de Launay, avocat à Bayeux, et de Cussy, directeur de la Monnaie à Caen, tous deux députés du Tiers-État du bailliage de Caen en 1789. A la fin de l’année, sans qu’on sache s’il y a eu scission ou formation d’une autre réunion, la Société littéraire de Bayeux sollicite du roi la reconnaissance de ses nouveaux statuts et l’obtention des prérogatives accordées aux Académies des Sciences et Belles-Lettres du royaume. Le 23 décembre 1789, le Conseil d’État du roi reconnait officiellement cette société dont l’article premier du règlement fixe à quinze le nombre de ses membres. Ce club académique très fermé est composé majoritairement de clercs et de nobles, parmi lesquels se distingue le futur héros de Thionville, le baron Félix de Wimpfen, député de la noblesse aux États-Généraux et actuel Constituant.

22Le registre des délibérations de la Société Littéraire, de janvier à juillet 1790, confirme la définition des associés comme « livrés à la culture des sciences et particulièrement celles de l’histoire, de la morale, des arts libéraux et de l’agriculture », donnée dans les statuts. Ils prévoyaient la publicité de la séance du premier dimanche de chaque mois, dans l’après-midi, afin d’enrichir les connaissances de la jeunesse notamment. Ces séances ont été effectivement consacrées à entendre les discours des membres titulaires, comme l’abbé Delaunay qui, en mai 1790, disserta sur la question : « Quels doivent être les principes de l’éducation chez un peuple libre ? » ou de membres asociés, comme le chevalier de Buffon qui, en février, fit l’éloge historique du comte de Buffon, son frère. Elles fournissaient aussi l’occasion d’accorder le titre de membres à de prestigieux confrères, membres d’autres Académies, tels de Jussieu ou l’abbé Sicard, de proposer son affiliation au Musée de Paris et sa correspondance au Musée de Bordeaux.

23Deux au moins des membres de cette société qui aspire à la reconnaissance académique en pleine effervescence révolutionnaire, feront partie du club de Bayeux en 1793. Les modalités de cette transition entre le club littéraire très élitiste et la société populaire nous sont inconnues, faute de documents pour la période 1790-92. Mais alors qu’à Cherbourg les structures de la société savante n’ont plus de vitalité et contraignent les patriotes à établir une Chambre Littéraire, à l’automne 1789, pour lire les journaux, on peut penser que celles de la Société littéraire de Bayeux ont été formatives pour l’organisation interne de la société politique, fondée sans doute en août 1790, avec la constitution du bureau directeur, la confection du règlement, la tenue des séances, l’impression des meilleurs discours, la correspondance avec d’autres sociétés, voire l’affiliation. Dans le cadre d’une sociabilité d’ancien style, élitiste et attachée au privilège royal, les aspirations nouvelles ont pu infléchir les raisons même de s’associer.

  • 10 Cité par Richard (297)

24C’est aussi par référence explicite au modèle académique que se constitue en 1775 la première société lavalloise. Son président, Pichot de la Graverie, juge civil, réunit autour de lui presque tous les officiers du siège de Laval, gentishommes, bourgeois et négociants pour louer un jardin, s’abonner aux gazettes, installer une bibliothèque et tenir des conférences utiles et agréables10. Toutefois, la forme de sociabilité qui s’impose n’est pas celle de l’élitisme, du sérieux et de la gravité académiques que l’on rencontre à Bayeux, mais celle de l’adhésion massive des notables aux divertissements culturels et ludiques que propose le cercle de la ville. Nos exemples sont suffisamment nombreux pour esquisser une anthropologie de la sociabilité des élites urbaines dans les petites villes provinciales de l’Ouest.

  • 11 A.D. Mayenne. 183 J. Registre, règlements et délibérations de MM les associés du Nouveau Jardin de (...)

25La recherche d’un local est le premier souci de l’association qui s’appelle le plus souvent dans le Maine « Jardin » et dans la Normandie « Société littéraire ». La maison située au centre de la ville est généralement louée par un bail de neuf ans ; c’est le cas à Laval du Jardin Vaumorin en 1755 et du Jardin Berset en 1763. Ici, le propriétaire fait parti de l’association et s’engage à édifier au dessus de la salle du pavillon, une chambre avec cheminée, deux fenêtres et un escalier extérieur. Il autorise les sociétaires à transformer le jardin, tout en respectant « les espaliers, vignes, pêchers et autres arbres étant près des murs », de manière à y planter des arbres formant ombrage et à y établir « des allées pour jouer à la boule »11. En 1772, lorsque le bail de location est renouvelé, le loyer est doublé, ce qui le porte à deux cents livres, à charge pour le bailleur d’édifier cet escalier extérieur, d’agrandir l’appartement et faire règler les cheminées. En 1781, on se soumet aux conditions financières du propriétaire, en acceptant le bail de cinq ans fixé à quatre cents livres, mais on s’oppose à sa volonté d’expulser certains associés. En 1786, les exigences du maître des lieux s’élève à six cents livres et, faute d’avoir trouvé un autre local ou par attachement à ce lieu, l’assemblée générale finit par accepter.

  • 12 Cité par Jouanne (289), voir aussi Louisfert (292).

26A Alençon, la Société littéraire qui existe depuis 1782 au moins, décide de faire construire un pavillon afin d’assurer sa complète autonomie. A raison de trois cents livres par an, elle pense amortir les frais de construction en 23 annuités. L’autorisation municipale accordée, la pose de la première pierre en juin 1784 est l’occasion d’une fête avec violons et tambours12.

27L’ameublement du local donne les raisons majeures de l’association. Au rez-de-chaussée, la salle d’assemblée est pourvue à Alençon d’une grande cheminée afin que les associés puissent « former un cercle pour s’y chaufffer en grand nombre et à leur aise ». Peut-être est-elle surmontée, comme au Jardin Berset, du règlement et du tableau des membres, inscrits sans autre distinction que l’ordre chronologique de réception. Au centre de la pièce, le grand billard en chêne, commandé pour le nouveau pavillon. L’étage se compose d’un cabinet de lecture et d’une autre pièce aménagée pour les jeux de dames, d’échecs ou de cartes. Le pavillon est ouvert toute la journée et, la nuit, un réverbère est prévu près de l’entrée comme des chandeliers dans toutes les pièces.

  • 13 A. Grosse-Duperron, Villes et pays de Mayenne, Laval, 1908.

28Dans les sociétés lavalloises, le jardin tient une grande place. Les statuts du Jardin Berset, en 1763, précisent bien qu’il ne doit « jamais être regardé comme public ». Dans ce huis-clos, les sociétaires se retrouvent pour bavarder puisque dès l’automne ils font installer des bancs ou pour le jeu de boules, auquel ils consacrent près de deux cents livres pour le faire arranger vingt ans plus tard. A Mayenne, le Cercle littéraire dispose aussi d’un jardin, ombragé l’été avec sa charmille et son allée de tilleuls13. Le climat ne favorise guère les loisirs de plein air et ramène vite les associés à l’intérieur pour les jeux de société. Au Jardin Berset, on joue aux cartes ; en 1772, on prévoit l’achat de deux tric-trac supplémentaires et, en 1776, on installe un billard dans la salle du bas. La vogue du billard, au tournant de ces années 80, explique sans doute la multiplication de ces sociétés. Le Jardin est ouvert dès sept heures du matin en été, huit heures en hiver ; si ce n’était l’interdiction de boire, manger ou même d’apporter quelques liqueurs, les rentiers pourraient passer leur journée jusqu’au soir dans une compagnie exclusivement masculine.

  • 14 A.D. Mayenne L 991. Registre de délibérations du district de Château-Gontier, 8 germinal an II. Vo (...)

29Dans la bibliothèque du Jardin Vaumorin à Laval, comme à Château-Gontier, on trouve les dictionnaires de Trévoux et de Moréri ; à Alençon et Château-Gontier, l’Encyclopédie. Les derniers membres de la Société Beau-Soleil à Château-Gontier ont offert au district, en 1794, leur cent-cinquante volumes « pour que leurs neveux puissent dire : ce moment atteste le patriotisme de nos ancêtres ; comme eux, soyons pénétrés de l’amour de la patrie et de la liberté, c’est en lisant le philosophe que naît la véritable philanthropie, c’est par elle que la vertu se dirige et, sans la vertu, on ne peut être républicain »14.

  • 15 Cité par Chartier (175), p194.

30Pour l’abonnement aux journaux, la société d’Alençon consacre en 1784 deux-cent dix livres. Elle reçoit La Gazette de France, le Journal de Paris, Le Courrier de l’Europe et le Courrier du Bas-Rhin. Le Jardin Berset est, d’abord, abonné à La Gazette de France, celle de Hollande, au Journal de Verdun et au Mercure de France ; en 1771, il préfère recevoir La Gazette de Leyde, le Courrier de Monaco et les Affiches puis, en 1772, il revient au Mercure et s’abonne au Journal Encyclopédique et au Journal Historique. Les événements de « la guerre actuelle », en 1780, lui font acheter des cartes géographiques et un almanach de la marine. La multiplicité des gazettes, à cette époque de développement du journalisme, répond à ce goût de la lecture des nouvelles qui s’affirme comme un besoin. C’est le cas, nettement explicité, dans la petite ville de Mortain où une trentaine de personnes forme une société de lecture15. Ainsi, dans les villes provinciales, la pratique de la lecture de la presse, nationale et européenne, est d’emblée liée à la vie associative. Cela devient une tradition ensuite : dans le Cercle de Mayenne reconstitué en 1796, on lisait Le Moniteur, L’Ami des Lois, Le Journal des Hommes Libres et La Gazette de France ; puis, sous la Restauration, Le Propagateur, La Minerve, Le Conservateur et Le Constitutionnel.

31Les deux ou trois assemblées générales annuelles qui se sont tenues au Jardin Berset de Laval en trente et un ans d’existence n’ont pas offert le prétexte d’une brillante causerie, comme à la Société littéraire de Bayeux. Pour remplacer les sociétaires décédés, démissionnaires ou quittant la ville par de nouveaux membres âgés d’au moins 24 ans, pour modifier le bail ou le règlement dix-huit membres, en moyenne, se dévouent pour y assister. Mais le jour où l’on décide l’achat du billard, on relève près de soixante présents, ce qui a dû faire plaisir aux quatre permanents, le président, le secrétaire, le trésorier et son associé. Les statuts prévoyaient de limiter le nombre des membres à trente-cinq, mais c’est à quatre-vingt membres que le cercle lavallois va très vite fonctionner. Dès 1769, il s’ouvre à dix membres qui fréquentaient le Jardin Vaumorin : le principe du remplacement individuel des membres cédait la place à celui de l’admission collective, plusieurs fois utilisée. L’assurance de trouver du monde au cercle pour causer, jouer ou flâner agréablement, à n’importe quelle heure du jour, l’emportait sur les critères élististes du modèle académique. La question du nombre des sociétaires s’est posée aussi à Alençon en 1784 : « Si on était plus de soixante ou quatre-vingt, les appartements, quoique grands, ne suffiraient pas pour les contenir ». Ailleurs, des chiffres comparables (de soixante dans les petites villes d’Ernée et de Mayenne à cent au Mans au Jardin St-Vincent, en passant par les quatre-vingt du Jardin Vaumorin à Laval) montrent le succès de ces sociétés de loisirs.

32La cotisation, fixée à 24 livres à Bayeux, Alençon et Laval, est le premier filtre sélectif ; la cooptation assure ensuite la maîtrise du flux annuel des membres. L’exclusion est prévue, dans les statuts du Jardin Berset, pour ceux qui contreviendraient aux règles de la bienséance en provoquant, par exemple, des altercations sur « des sujets qui exigent le silence ou qui peuvent regarder l’administration et le gouvernement de la ville ». Elle devait être votée en assemblée générale et recueillir les deux-tiers au moins des suffrages. Sur trois décennies, deux sociétaires, convaincus d’avoir emporté des journaux, ont été exclus et ont fait rajouter en 1770 un additif au règlement, stipulant ce motif d’exclusion.

33Sur près de cent-cinquante admissions, la majorité des membres est restée fidèle, pendant de nombreuses années, à cette société qui n’eut que quatre présidents. Lors de sa dissolution, en avril 1793, on note encore la signature de deux fondateurs du Jardin Berset et, comme le plus grand nombre a passé plus de vingt ans dans ce pavillon, c’est avec beaucoup de nostalgie que le président évoque « les jours brillants de cette assemblée et les plaisirs purs et tranquilles que les citoyens les plus respectables de cette ville venaient partager avec nous ».

34Dans le jardin d’un noble lavallois, J.B. Berset seigneur d’Hauterive, se retrouvaient, en effet, les notables de la ville. Par son ascension sociale, ce fils de banquier, anobli par la charge de secrétaire du roi en 1735 et ayant acquis la seigneurie deux ans plus tard, reflète assez bien le milieu des sociétaires du Jardin Berset.

35C’est la haute bourgeoisie, aspirant à la noblesse et ajoutant souvent un nom de terre à son patronyme, comme c’est l’usage dans les familles nombreuses du Bas-Maine, qui compose le meilleur cercle de Laval. Parmi les membres fondateurs, les nobles représentent moins du quart du groupe si on leur adjoint le capitaine de l’armée, deux écuyers qui exercent des fonctions dans l’administration civile et un négociant vivant bourgeoisement malgré l’achat d’une charge anoblissante. Par ailleurs, quatre d’entre-eux assistent en 1789 à l’assemblée de la noblesse du Maine ou d’Anjou. L’absence de représentants du premier ordre de la société pourrait s’expliquer par le côté ludique de l’association si on ne rencontrait pas, par exemple, cinq prêtres dans la liste des membres du cercle de Mayenne en 1790. En fait, il existait à Laval un « Jardin des prêtres », sans qu’on sache s’ils jouaient eux aussi aux boules et au billard et sans qu’on puisse trancher entre le snobisme des uns ou l’anticléricalisme des autres pour expliquer ce qui poussait le clergé de Laval à faire bande à part. Enfin, l’entrée dans les élites urbaines où dominent les milieux du négoce et de la justice est bien étroite pour les médecins.

  • 16 Bouton-Lepage (284).

36Une infime minorité des membres du cercle fait aussi partie de la loge des Amis Unis où se retrouvent la petite noblesse et la bourgeoisie. Sur les soixante-huit maçons des années 1786-1793, huit seulement allaient au Jardin Berset ; et aucun n’a fréquenté la loge de l’Union créée par de modestes bourgeois16. Quant aux options sous la Révolution, elles seront partagées. Deux membres du Jardin Berset sont élus députés du Tiers-État du Maine : l’avocat Enjubault de la Roche, membre fondateur, plus tard président du district et guillotiné pour activité fédéraliste en 1794, et le négociant Lasnier de Vaussenay, sociétaire depuis 1771. Plusieurs nobles vont émigrer tandis que les bourgeois occuperont des fonctions administratives ou parlementaires, comme le médecin Plaichard de la Choltière, conventionnel puis membre du Conseil des Anciens.

Transfert ou mutation de sociabilité ?

37La confrontation nominative des listes de sociétaires de la fin du xviiième siècle avec celles des clubistes aboutit à distinguer manifestement l’association des Amis de la Constitution des précédentes sociétés. Si quelques personnalités, membres d’un cercle ou d’une loge, ont fait le choix politique d’adhérer au mouvement patriotique, il en est un nombre équivalent pour épouser la cause contre-révolutionnaire. Les vieilles théories, remises à l’ordre du jour, sur l’aliénation de l’individu dans les strutures associatives de l’époque des Lumières ne trouvent pas de fondement dans une histoire descriptive. Surtout, c’est la révolution populaire qui fait voler en éclats ce modèle associatif socialement élitaire et nullement démocratique comme on a pu le qualifier hâtivement.

  • 17 Agulhon (167).

38Dans l’Ouest, l’impulsion initiale est assurément politique : c’est bien l’état monarchique qui a fabriqué la théorie des élites ; c’est bien le despotisme éclairé qui a miné la société aristocratique en vendant des offices et en grossissant le corps des serviteurs de l’État, par le biais également des sociétés d’agriculture. L’illusion de la politique entraîne souvent la revanche de la société réelle : la haute noblesse du Maine qui préfère cultiver la société de Cour laisse les négociants de Laval et du Mans donner le ton aux réunions des notables que la croissance urbaine et l’enrichissement bourgeois développent. C’est bien une sociabilité bourgeoise qui se constitue par mimétisme envers le modèle de distinction aristocratique mais qui élabore ses valeurs propres qui s’épanouiront dans le cercle du xixème siècle17.

39Nous retrouvons là les traits distinctifs mis en valeur par M. Agulhon : l’égalité, oui (pas de préséance pour les privilégiés dans les tableaux des membres ou les tours de scrutin, pas d’admission sans vote majoritaire) mais avec des réserves (goût de la distinction sociale, nécessité de l’aisance et de temps de loisir) ; la masculinité (la femme est reléguée aux travaux domestiques et à l’éducation des enfants) ; la laïcité (pas de mention particulière pour l’ouverture du cercle le dimanche) ; enfin, la joie de vivre ou le goût de la société de ses semblables. Ce « modèle de vie collective » que l’historien voit s’épanouir dans la civilisation bourgeoise du xixème siècle naît, dans les villes de l’Ouest, au tournant des années 1750, sous l’impulsion de la bourgeoisie négociante, souvent fraîchement anoblie.

40Comme les loges maçonniques, l’exemple se développe ensuite vers les centres urbains moins importants et se multiplie dans les grandes villes. Le comité révolutionnaire de Laval cite, en nivôse an II, comme « asiles des égoïstes et des aristocrates » les jardins de La Béraudière, Hubert, Beau-Soleil en ajoutant un regrettable etc. D’après le registre du jardin Berset, nous pouvons ajouter ceux de Vaumorin, des Prêtres, du Grand Jardin et de la Place du Palais. Sans connaître le nombre total de leurs sociétaires, nous mesurons toutefois l’importance de cet effet de mode qui rend presque dérisoire le chiffre des 49 francs-maçons de la ville en 1789.

  • 18 Voir R. Mallet, Cadiou et Bialet, La Ferté-Bernard pendant la Révolution, La Ferté, 1989.

41Les répercussions de 1789 sur l’essor de la sociabilité sont évidentes. A La Ferté-Bernard, le notaire Chauvel, avant de devenir le premier président de la société populaire en vendémiaire an II et un républicain convaincu dans la tourmente des années postérieures, a créé en 1789 une société récréative pour jouer au billard et lire les journaux ; exemple imité dans la même ville en janvier 179218. A Sillé-le-Guillaume, la Société littéraire a dû se former à la même époque. Quant au cercle de Mayenne, créé 25 ans plus tôt, il enregistre en 1790 vingt-six nouveaux membres. Enfin, le besoin de communication a amené une des sociétés de La Flèche à éditer un journal, sans pour autant se dissoudre dans la société des Amis de la Constitution.

42Les possibilités de transfert sont évidentes, mais il convient de mettre en valeur la mutation de sociabilité qui s’opère avec la création des clubs révolutionnaires.

Notes

1 Inventorier les sociétés de pensée, chères à A. Cochin (179, 180) est une tâche toujours difficile malgré les travaux d’E. Justin (198), D. Roche (222), d’A. Le Bihan (40) et, dans l’Ouest, de J. Quéniart (296) et J.L. Marais (293). Les sources originales relèvent davantage des bonheurs de la recherche que d’une investigation méthodique car l’application du décret des 19 et 22 juillet 1791, imposant la déclaration municipale des sociétés, est très variable d’une commune à l’autre. Quant à l’enquête départementale de 1811, elle est trop tardive, voir C. Peyrard (295).

2 Mémoires de J.B. Le Prince d’Ardenay, avocat en Parlement, négociant, juge-consul et maire du Mans (1737-1815), Le Mans, 1880, p 118-132.

3 Mémoires de Nepveu de la Manouillère, chanoine de l’Eglise du Mans (1732-1810), publiés et annotés par l’abbé Esnault, Le Mans, 1878, t 1, p 130.

4 Cité par Bois et Auffret, Histoire du Mans, s.d. F. Dornic, 1975, p 199.

5 A.D.S. L 270. Registre de délibérations du district du Mans 27-28 mars 1792 et Le Courrier Patriote, 1er avril 1792. A Alençon, après une fermeture temporaire de la société par la municipalité en mai 1790, c’est le 14 juillet 1791 que le mouvement populaire saccage son local (B.M. Alençon, ms 569. Registre de la municipalité 1790-93).

6 Bouton (283)

7 Bois (267)

8 Lefebvre (272)

9 B.M. Bayeux, Ms 325. Société littéraire de Bayeux, pièces et discours.

10 Cité par Richard (297)

11 A.D. Mayenne. 183 J. Registre, règlements et délibérations de MM les associés du Nouveau Jardin des Trente-Cinq.

12 Cité par Jouanne (289), voir aussi Louisfert (292).

13 A. Grosse-Duperron, Villes et pays de Mayenne, Laval, 1908.

14 A.D. Mayenne L 991. Registre de délibérations du district de Château-Gontier, 8 germinal an II. Voir aussi R. Gauchet « Une ville d’Anjou sous la Terreur », B.C.H.A.M., 1932.

15 Cité par Chartier (175), p194.

16 Bouton-Lepage (284).

17 Agulhon (167).

18 Voir R. Mallet, Cadiou et Bialet, La Ferté-Bernard pendant la Révolution, La Ferté, 1989.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1050/img-1.jpg
Fichier image/, 218k

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540