Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Jacobins de l’Ouest

 | 
Christine Peyrard

Première partie. L'émergence d'une conscience politique nationale

Chapitre premier. Conscience sociale et comportements politiques populaires

Texte intégral

1Toute analyse de mouvement populaire en révolution cherche à distinguer l’archaïsme de la nouveauté dans les formes de l’action comme dans les revendications exprimées. Entre jacquerie et révolution paysanne, l’histoire de la longue durée et celle du temps court de la Révolution française nous apprennent à constater les ressemblances qui témoignent de l’ancienneté d’une pratique politique sans, pour autant, mésestimer la pénétration d’idées neuves et la transformation de l’imaginaire collectif.

  • 1 J. Nicolas, dir. (152).

2L’étude des mouvements populaires pendant la décennie révolutionnaire dans le Maine et la Basse-Normandie fait apparaître l’année 1789 comme celle des plus grandes foules avec 1792. Les émeutes frumentaires du printemps 89, la révolte agraire du Bocage normand et la Grande Peur constituent les grandes vagues de protestation à partir desquelles il est possible de cerner la conscience sociale et les comportements politiques populaires1.

Les révoltes frumentaires du printemps 1789

  • 2 Dupuy (85) p 43-56. Voir également J. M. Constant et A. Fillon, Les doléances du Maine, Cahier n°  (...)

3Le prix du grain qui va mobiliser tant de foules sous la Révolution et constituer le thème majeur de tous les mouvements populaires dans cette région est un sujet qui n’a guère été abordé lors de la rédation des cahiers de doléances. Dans le Haut-Maine où le problème fiscal et celui du pouvoir constituent l’essentiel des revendications, ce quasi-silence ou les expressions contradictoires entre l’affirmation de la liberté du commerce et le refus d’exporter ses céréales s’expliquent, ici comme en Bretagne2, par l’imposssible union de la communauté, partagée entre producteurs et consommateurs de grains. L’ordre du discours des doléances exclut le sujet vital qui divise le Tiers-État entre riches et pauvres : l’analyse des représentations collectives est, pour le moins, incomplète si elle ne prend pas aussi en considération une autre série de discours que révèlent les pratiques populaires.

  • 3 Voir L. Tilly (163), Nicolas (154 et 155). Le lecteur pourra se reporter, pour plus de présisions, (...)

4Les émeutes, révoltes ou séditions qui se produisent dès janvier 1789 et, surtout, en mars et en avril touchent deux fois plus les villes, grandes ou petites, où les soulèvements se répètent que les bourgs de 500 à 2 000 habitants ; car l’émotion populaire nait sur le marché, principal lieu de sociabilité, où s’exprime en cette période de soudure particulièrement difficile la haine du blâtier qui enlève au prix fort les grains du fermier. Se déploient alors toutes les formes de révolte : si les classiques entraves et émeutes de marché l’emportent largement, les plus modernes taxations et réquisitions chez les laboureurs attestent la variété des pratiques populaires3.

5En ce printemps 89, la mobilisation populaire entrave, comme 25 ans plus tôt lors de la guerre des farines, la libéralisation de l’économie et pose le problème des subsistances au rang des questions politiques majeures. Les agitateurs, issus des rangs du menu-peuple, ont fait admettre sinon à l’intendant d’Alençon ou de Tours qui disent la loi, mais aux autorités locales de police, profondément imprégnées par les valeurs morales et l’antique tradition paternaliste du pouvoir royal, l’existence de monopoleurs et d’accapareurs. Non seulement le langage des foules révolutionnaires est déjà constitué, mais aussi les actions politiques pratiques dans le bourg ou la ville telles que perquisition, réquisition et taxation des denrées.

La révolte agraire du bocage normand

  • 4 Lefebvre (147) p 120-123, Jouanne (271).

6La nouvelle de la prise de la Bastille provoque, dans le Bocage normand, l’insurrection antiféodale4. Ainsi, du 24 juillet au 4 août, une douzaine de châteaux des environs de La Ferté-Macé sont attaqués. Les sources de la répression permettent de mettre en valeur les caractères de l’action collective, le rôle des médiateurs et les représentations nouvelles.

7C’est, bien sûr, l’action communautaire qui est la marque distinctive de la révolte agraire quels que soient les types de coalescence : la propagation par annonce qui se répercute le lendemain dans les paroisses voisines ou l’entraînement d’une « bande » particulièrement déterminée, comme celles de La Sauvagère, La Coulonche ou Couterne. Le tocsin paroissial, sonnant des heures durant, fait suite à l’agitation signalée dans les marchés ou l’annonce par billets de syndic à syndic. Il rassemble devant l’église tous les hommes du bourg et des écarts, armés de batons, fourches, faux ou fusils parfois. Le nombre de plusieurs centaines à deux milliers confirment la mobilisation générale. Les femmes, si nombreuses dans les émeutes frumentaires, ne participent pratiquement jamais à une action armée de la communauté. La troupe marche toujours derrière le syndic et le curé qu’elle place en tête, bon gré mal gré, en leur adjoignant quelques notables comme le notaire.

8L’ordonnancement même du cortège traduit le but de l’action : ni brigandage ni anarchie mais revendication légitime de la communauté derrière ses cadres institutionnels. Cette discipline dans l’action est, partout, identique ; on peut l’interpréter comme une prise de conscience de la nécessité de l’union de tous les vassaux d’une seigneurie dont témoigne l’origine des participants, d’un souci de légalisme devant l’autorité judiciaire qui révélerait une mémoire de jacqueries dans la culture politique paysanne ou de la seule possibilité d’action offerte par le cadre de vie de cette société rurale.

  • 5 Hesse(141).

9Pour faire marcher la troupe, la communauté une fois réunie, il est besoin d’un médiateur qui jouisse d’une autorité reconnue. Ici le syndic, habitué à porter la parole du « général de la paroisse » devant la justice ; là, le marchand qui, à défaut du curé, sait aussi lire les nouvelles-vraies ou fausses- qui annoncent l’ordre du roi, de l’intendant d’Alençon ou du Tiers-État réuni à Versailles ou encore le respectable avocat qui arrive de la capitale avec les dernières informations du royaume. Au château, la troupe exige les chartriers et tous les titres féodaux. L’action ne se limite pas à regarder brûler le vieux monde : on force le seigneur, quand il est présent, à résilier par écrit tous ses droits féodaux et rentes seigneuriales devant le notaire et le curé requis par la force. La table rase du passé exige un nouveau contrat social. Contrat écrit, qui témoigne d’une conscience juridique dépassant les coutumes locales5. Contrat rétroactif, qui implique le remboursement d’amendes indues. Contrat négocié, qui justifie le remboursement des journées de travail perdues à courir sonner le tocsin et réunir les parties en présence. Les nouveaux maîtres des lieux fêtent ensuite l’événement en faisant ripaille ou en allant pêcher dans l’étang seigneurial.

  • 6 A.D.O. Fonds de la maréchaussée. Pillages des châteaux en 1789. La procédure contre les instigateu (...)

10Les procédures judiciaires6 commencent juste après le décret de l’Assemblée nationale du 10 août, relatif au « rétablissement de la tranquillité publique », et les lettres patentes du lendemain par lesquelles le roi décide que les troubles seraient jugés prévôtalement et en dernier ressort. L’exemplarité attendue de la répression se mesure à la rapidité de l’enquête qui se concentre sur quelques paroisses seulement tandis que la désorganisation de l’appareil d’État se manifeste par l’importance du nombre de contumaces. Les meneurs de la révolte -du journalier au propriétaire aisé, du garçon cordonnier au maître maçon, du laboureur au marchand de fers - appartiennent à toutes les catégories sociales. L’expression de « révolution paysanne » paraît restrictive : c’est toute la société rurale qui mène la lutte contre la féodalité.

  • 7 A.N. BB3O/79.

11Les suppliques, requêtes et mémoires rédigés à la fin de l’année 1789 ou au début de 1790 pour défendre les inculpés offrent deux représentations contradictoires de l’événement. La supplique est tournée vers le passé et parle de cet âge d’or où « les vassaux » accomplissaient leurs devoirs seigneuriaux d’autant plus docilement qu’ils étaient « peu grevés par le régime féodal, doux par essence et par la manière honnête avec laquelle l’exerçaient leurs seigneurs respectés et chéris » ; âge d’or qu’il convient de restaurer à l’aide surtout « de la religion et de la loi » car « le patriotisme n’offre qu’une faible estime » ; événement qu’il faut effacer de la mémoire, en offrant aux seigneurs « le renouvellement de leurs terriers sur leur seule déclaration ». Au contraire, le mémoire judiciaire du marchand de fers dont le fils est avocat, Saint-Martin de la Rigaudière, consacre à l’événement révolutionnaire une place majeure en énumérant toutes les régions de France concernées par les révoltes et en imputant à la force des choses l’entrainement de l’honnête « citoyen », bon patron pour ses 50 à 100 ouvriers, qui finalement « n’est pas plus coupable que le marquis de La Fayette d’être venu à la tête d’une multitude »7.

  • 8 S. Maza, « Le tribunal de la nation : mémoires judiciaires et opinion publique à la fin de l’Ancie (...)

12Deux mois après la rédaction de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, ces lectures de l’histoire, communautaire ou individualiste, conservatrice ou progressiste se font sans référence à la nuit du 4 août : elles témoignent d’un moment historique où l’antique doléance des communautés dispute encore sa place à l’expression citoyenne. Celle-ci va s’imposer dans le mémoire imprimé à Alençon du principal inculpé qui, présenté dans sa facture classique8, n’est pas seulement le plaidoyer d’un innocent ayant recours à cette expression publique très en vogue à Paris dans les dernières années d’Ancien Régime : c’est aussi le pamphlet d’un citoyen dénonçant la barbarie de lois encore existantes. Sa libération en mars 1790 fait l’objet d’un article dans le Journal pour le département d’Alençon : l’appel à l’opinion publique est désormais relayé par d’autres formes d’expression. Quant aux requêtes rédigées par les avocats pour défendre leurs clients, elles consacrent les représentations nouvelles en revendiquant aussi bien l’application des nouveaux principes de liberté individuelle qu’en légitimant la révolte collective contre les abus du système féodal.

Les jeudi et vendredi fous dans le Maine

13La Grande Peur qui ébranle le Maine dans la seconde quinzaine de juillet 1789 fait de cette région, où est née un des sept grands courants de panique générale dans presque toute la France, un site privilégié pour l’étude des comportements collectifs.

14La nouvelle de l’arrivée imminente des brigands, colportée oralement, de proche en proche parcourt le Maine en trois jours. Le point de rassemblement est, partout, l’église ; le personnage central, le curé pour faire sonner le tocsin ; le cadre de réunion, la paroisse qui regroupe en cortège tous « les hommes armés de brocs, piques, fusils et bâtons » comme à Laval ; dans la campagne de Ballon, des groupes vont chercher des fermiers réticents auxquels on demande aussi d’apporter des grains, en cas de siège prolongé du château.

  • 9 Peyrard (275).

15A Ballon, l’organisation nous est bien connue grâce à l’enquête judiciaire au cours de laquelle plus de cent témoins ont été entendus9. Défendre la place de Ballon pour la vingtaine de paroisses alentour, implique une organisation quasi-militaire. Dirigées par ceux dont l’aptitude au commandement est reconnue, elles relèvent à l’aube celles qui ont passé la nuit à veiller et à creuser des tranchées ; un mot de passe permet de reconnaître les troupes amies : au « Qui vive ? » la bonne réponse est « Tiers-État ». Le voyageur en soutane qui s’égare dans les parages est aussitôt un « suspect » qu’on interroge. Le bénédictin qui allait rejoindre son abbaye tourangelle a été considéré comme un espion au service des brigands jusqu’à l’intervention d’un curé patriote. Aucune médiation n’est, en revanche, suffisante pour empêcher le massacre de Cureau et de son gendre de Montesson. Ce n’est pas en leur seule qualité de nobles qu’ils ont été massacrés et que leurs têtes ont été promenées au bout d’un broc dans la ville, au son du tambour, derrière la foule qui criait : « Haut les armes, vive le Tiers-État ! ». Pendant qu’à l’auberge on disait : « Il y en a déjà deux de foutus, il faut en faire autant à la foutue justice et aux foutus calotins », d’autres allèrent chercher des officiers pour dresser un procès-verbal de la journée afin de légitimer le massacre collectif. Ce sont l’accaparement et l’exportation de grains qui constituent l’acte d’accusation de cette justice populaire. La rumeur du complot aristocratique a donné une coloration politique aux revendications populaires.

16Tandis que l’ordre est ensuite assuré par les bourgeois dont les milices sont à l’origine de toutes les arrestations consécutives à ces « jeudi et vendredi fous » dans le Maine, la justice prévôtale inculpe quatre paysans analphabètes parmi ceux qui se trouvaient à Ballon. Leur rôle de bouc-émissaire est nettement mis en cause dans les faubourgs manceaux. A l’automne, après une émeute frumentaire contre la municipalité, un front de classe surgit au sein de la milice citoyenne le jour de la prestation du serment national : les citoyens-soldats des quartiers populaires du Mans se soulèvent aux cris de : « Point de serment ! Nous voulons les prisonniers de Ballon ! ». La municipalité est assaillie à coups de pierres, la garde nationale se scinde en deux camps, l’ordre est rétabli par le régiment des Dragons, la répression exemplaire.

  • 10 B.M. Le Mans, Fonds Maine, 1094.

17Le risque d’un éclatement de l’unité du Tiers-État chemine déjà dans la conscience de ceux qui vont être les leaders jacobins de la ville : le chirurgien R. Levasseur, membre de la municipalité, va s’occuper désormais de la question des subsistances et l’avocat P. Philippeaux, qui signe le procès-verbal de la cour prévôtale, publie un opuscule intitulé : « Moyen de faire cesser la misère du peuple, d’assurer son bonheur et de remédier pour toujours au brigandage et à la mendicité qui désolent la France »10. Il y expose son rêve d’un monde meilleur où les « cinq à six millions de pauvres » participeraient à la régénération nationale en devenant de petits propriétaires grâce à une distribution de terres, au soutien financier de l’Église et à une aide de l’État. C’est à l’Assemblée nationale qu’il dédie son utopie sociale basée sur un principe : « le bonheur du peuple est la suprême loi ».

18Démêler le vieux du neuf dans les comportements collectifs de 1789, c’est témoigner d’emblée de la politisation des masses populaires. L’analyse serait bien superficielle qui chercherait à faire du politique une réalité exogène, produite par l’événement parisien et colportée par des meneurs extérieurs. L’assimilation d’un vocabulaire politique, né des luttes nationales, et que révèle l’événement local opposant Tiers-État et suspects, patriotes et aristocrates constitue bien sûr l’originalité de ces mouvements sociaux, porteurs d’une vision plus globale qu’autrefois du politique. Mais c’est bien dans le creuset du monde ancien que s’est forgée la culture politique du peuple. Les grands thèmes de rassemblement de 1789, le pain ou la lutte pour la vie, les armes ou la lutte pour la dignité, la suppression des droits féodaux ou la lutte pour l’égalité et la protestation fiscale pendant tout le second trimestre de l’année, sont basées sur les exigences de la vie quotidienne et les conditions ni modernes ni archaïques de l’existence sociale.

19Les cadres sociaux de la révolte sont, à la campagne, la communauté rurale qui manifeste dans le Bocage normand sa vitalité par son aptitude à encadrer des mouvements de masse, organisés et disciplinés ; ou la paroisse qui se lève dans le Haut-Maine, unanime derrière son curé, mêlant le notaire avec le tailleur d’habits analphabète, le maître avec le compagnon, le fermier avec le domestique, l’échoppe et la boutique avec la paysannerie. A la ville, ce sont la rue et le quartier qui constituent les éléments fédérateurs de l’action collective, plus nettement encore dans la grande ville, comme Le Mans, partagée socialement et géographiquement en deux.

  • 11 Huard(58).

20Le marché est, avec l’église, le lieu de circulation des nouvelles et des rumeurs. L’unanimité est nécessaire pour combattre l’esprit de soumission davantage partagé que l’esprit de révolte qui marque quelques actions groupusculaires ou isolées. Dans ces faits de culture qu’exprime chaque révolte, nous constatons bien11 une approche spécifique du phénomène politique qui se nourrit aux exigences de la vie quotidienne dans une action immédiate, un espace proche et une tradition communautaire. De sa capacité d’adaptation aux idées comme aux formes d’action nouvelles dépend le rayonnement de la culture politique populaire.

Notes

1 J. Nicolas, dir. (152).

2 Dupuy (85) p 43-56. Voir également J. M. Constant et A. Fillon, Les doléances du Maine, Cahier n° 6 du Collectif républicain de commémoration. Le Mans, 1989.

3 Voir L. Tilly (163), Nicolas (154 et 155). Le lecteur pourra se reporter, pour plus de présisions, à notre thèse « Les Jacobins de l’Ouest. Formes de politisation dans l’Ouest intérieur pendant la Révolution française », Université de Paris-i-Panthéon-Sorbonne, 1993, tome 1, p 1-30.

4 Lefebvre (147) p 120-123, Jouanne (271).

5 Hesse(141).

6 A.D.O. Fonds de la maréchaussée. Pillages des châteaux en 1789. La procédure contre les instigateurs de violences à La Motte-Fouquet aboutit à la condamnation à mort, le 24 octobre, d’un laboureur et d’un cordier de St-Patrice du Désert.

7 A.N. BB3O/79.

8 S. Maza, « Le tribunal de la nation : mémoires judiciaires et opinion publique à la fin de l’Ancien Régime », AESC, janvier 1987.

9 Peyrard (275).

10 B.M. Le Mans, Fonds Maine, 1094.

11 Huard(58).

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540