Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des sociétés en mouvement. Migrations et mobilité au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Circulation des détenteurs de l'autorité

Notes sur les équipes des podestats et sur la circulation de modèles culturels dans l’Italie du xiiie siècle

Enrico Artifoni

Texte intégral

Je remercie Valérie Durand pour son soigneux travail de traduction.

  • 1 I podestà dell’Italia comunale, t. 1, Reclutamento e circolazione degli ufficiali forestieri (fine (...)
  • 2 J.-Cl. Maire-Vigueur, « Conclusione », I podestà dell’Italia comunale..., op. cit. n. 1, t. 2, p. 8 (...)

11. Depuis une vingtaine d’années, l’étude du gouvernement des podestats au xiiie siècle constitue un axe de recherche de grande importance dans l’histoire des communes italiennes, et c’est en même temps le lieu d’une rencontre fructueuse entre les médiévistes italiens et les médiévistes français. Le résultat le plus abouti de cette nouvelle phase d’études est représenté par les deux grands volumes sur les podestats de l’Italie des communes, dirigés par Jean-Claude Maire-Vigueur et publiés en l’an 20001. Les dimensions de ces volumes, auxquels a collaboré une équipe de vingt-cinq spécialistes, reflètent tout à fait l’envergure du sujet qu’ils affrontent. Quelques données statistiques sont nécessaires pour comprendre que nous nous trouvons face à un phénomène de mobilité du personnel politique sans précédent dans l’histoire du Moyen Âge occidental. L’échantillon étudié dans cette recherche collective est constitué d’approximativement deux mille cinq cents officiers itinérants qui effectuent environ six mille cinq cents charges entre la fin du xiie siècle et le milieu du xive siècle. Il représente une partie d’un ensemble qui, selon un calcul hypothétique mais crédible, pourrait atteindre entre huit mille et onze mille charges2. Mais ce calcul ne concerne que les podestats. Si nous ajoutons qu’une équipe de dimensions minimales comptait au moins un juge et un miles potestatis, qui étaient choisis, pour la plupart, par le podestat dans sa ville d’origine, et si nous rappelons que dans les villes les plus importantes ces équipes comprenaient normalement au moins cinq ou six juges, il ne fait aucun doute que le mouvement continu de ces unités de gestion a concerné, au cours du xiiie siècle, quelques dizaines de milliers de charges.

2Essayons de traduire tout ceci en d’autres termes. Cela signifie que, si nous avions la possibilité de construire une représentation politique dynamique du xiiie siècle italien, cette représentation nous apparaîtrait tout d’abord comme un filet à mailles très fines, constitué par les flux intenses des fonctionnaires itinérants et de leurs collaborateurs, un réseau de connexion immense reliant les pôles urbains du Centre et du Nord, qui s’étendrait également de façon diffuse dans les centres mineurs des campagnes. Bien sûr, certains des nœuds de ce réseau sont beaucoup plus robustes que d’autres : durant les premières décennies du xiiie siècle, c’est Milan qui est le grand bassin de recrutement des podestats de l’Italie padane, suivi par Crémone, Bologne, Parme, tandis que, pendant la seconde moitié de ce siècle, ce sont les villes émiliennes qui contribuent à ce recrutement. Cependant, les changements d’équilibre internes au réseau, l’affaiblissement de certains nœuds suivi par le renforcement de certains autres, ne modifient pas de façon profonde le fonctionnement du système.

32. C’est justement le mot « système » qui me permet d’introduire le second point que j’aimerais présenter. Je fais allusion à une caractéristique du gouvernement des podestats qui peut être appréhendée autant dans sa dimension interne que dans une perspective de mobilité territoriale. Pourquoi est-il possible de parler d’un système des podestats ? D’une part, le remplacement des gouvernements des consuls entre le xiie et le xiiie siècle par un recteur – élu par des conseils de citoyens, n’appartenant pas lui-même à la ville qu’il devait gouverner, officier itinérant dont la charge durait en général un an – a coïncidé avec une complexification des institutions. Multiplication des conseils, définition des charges et des prérogatives sectorielles, emploi régulier de l’écriture comme instrument pour gouverner : c’est bien un système coordonné qui, peu à peu, s’articule autour d’un axe restructuré et sur la base de nouvelles règles du jeu. Notons bien que ces règles du jeu sont autant le fruit d’un renouveau du fonctionnement des institutions que le résultat du travail des intellectuels pragmatiques des villes, en particulier des juges et des notaires, qui élaborent – en tenant compte des exigences de la nouvelle forme du gouvernement – certains principes qui deviennent permanents dans l’histoire des communes : l’affirmation de la légalité en tant que valeur, l’emploi de la discussion et du vote par le conseil pour les décisions importantes, la tenue d’élections pour l’obtention des charges, le caractère temporaire de celles-ci. Je ne suis pas en train de proposer un banal éloge de la démocratie communale. La grande gagnante, dans ce monde urbain qui, jusqu’au milieu du siècle, reste largement soumis aux influences aristocratiques, ce n’est pas la démocratie. La grande gagnante, c’est la politique, c’est-à-dire la construction progressive d’un art pragmatique et partagé de gouverner les villes.

  • 3 G. Petti Balbi, « Il libro nella società genovese del sec. xiii », La bibliofilia, 80 (1978), p. 1- (...)
  • 4 Il Libro Rosso del comune di Chieri, éd. F. Gabotto, F. Guasco di Bisio, Pignerol, 1918 (Biblioteca (...)
  • 5 Se reporter pour résumer à la Serie dei consoli, podestà, capitani e vicari di Alba disponible dans(...)

4D’autre part, si nous considérons les choses du point de vue de la mobilité, le système créé à l’intérieur des villes faisait partie d’une configuration plus ample, d’un système de second degré, c’est-à-dire l’ensemble des flux d’officiers élus et itinérants, qui se déplaçaient en fonction des relations qui existaient, à un moment ou à un autre, entre les différents centres urbains. Je tiens à souligner ceci : c’étaient des hommes qui se déplaçaient, mais c’étaient aussi des cultures politiques, des compétences, des textes de droit, de rhétorique, d’éthique du citoyen, des compositions littéraires. Je propose deux petits exemples de cette circulation d’écrits et de cultures, fondés sur des cas concrets, des inventaires de livres retrouvés dans les chartes des notaires génois. En 1257, Federico Zacarengo, un homme de la petite ville d’Alba dans le Piémont, achète au Génois Lanfranco Usodimare un Liber decretorum et une Somme d’Azon ; ces livres s’ajoutent ainsi aux autres ouvrages que Zacarengo avait déjà achetés, plusieurs années auparavant, toujours à Gênes, à une autre personne : Codicem cum libris Codicis in uno volumine, Digestum vetus et Digestum novum, Autenticum et Instituciones et Tres Partes in uno volumine3. Ils lui servent très certainement pour son métier d’administrateur et d’homme de loi, vu que nous retrouvons Federico Zacarengo, quelques années plus tard (en 1271), en tant que juge dans l’équipe du podestat de Chieri, une autre ville du Piémont4. Lanfranco Usodimare, pour sa part, disposait de ces livres et pouvait même en vendre quelques-uns, parce qu’il se consacrait au métier de podestat : nous le rencontrons dans ce rôle à Alba et à Bologne dans les années cinquante et au début des années soixante du xiiie siècle5.

  • 6 Petti Balbi, « Il libro nella società genovese... », loc. cit. n. 3, p. 43-44, doc. 47.
  • 7 Il s’agit d’une seule et unique personne selon Giovanna Petti Balbi (« Il libro nella società genov (...)

5Dans ce présent volume, Massimo Vallerani parle de cette intense circulation de textes juridiques, mais ce discours ne se limite pas au droit. En 1275, parmi les livres possédés par le juge génois Giacomo de Platealonga, décédé peu de temps auparavant, nous trouvons un Boèce, le traité du maître de rhétorique Boncompagno de Signa, intitulé Oliva, consacré aux chartes de privilèges, une Summa dictandi dont on ne connaît pas Fauteur, ainsi que de nombreux textes de littérature courtoise en provençal, conservés dans des cahiers séparés ou bien reliés en livre : librum romanciorum de quaternis novem ; quaternos decern romanciorum ; libros tres romanciorum parvi voluminis de litera minuta6. Si l’on en croit l’inventaire, les livres et les cahiers en langue romane se trouvaient chez le juge Giacomo, mais ils appartenaient en réalité à une autre personne défunte, qui les lui avait donnés comme gage pour un prêt, le Génois Percivalle Doria, mort à une date non mentionnée dans le document. Il est nécessaire de faire attention aux cas d’homonymie qui rendent difficile l’identification de ce dernier personnage qui disposait d’autant de textes provençaux. Il est cependant indiscutable qu’un certain Percivalle Doria, Génois, décédé en 1264, est bien connu, parmi les historiens de la littérature, comme auteur de poèmes en provençal et en italien, et, parmi les historiens de la politique, comme podestat à Asti, Arles, Avignon et Parme entre 1228 et 12447.

  • 8 G. Arnaldi, « Pace e giustizia in Firenze e in Bologna al tempo di Dante », Dante e Bologna nei tem (...)

6Il est donc clair qu’il existe une immense variété d’aspects locaux et individuels, mais il est tout aussi évident que cette diversité, entraînée et canalisée dans des flux de circulation, devient un patrimoine commun et finit par contribuer à l’homogénéité substantielle du monde communal. Reconnaissons que l’histoire du système des podestats, l’histoire de cette communauté gouvernementale qui en constituait le noyau dur, est un véritable appel à une vision plus ample et synthétique, parce que ces milliers de parcours de fonctionnaires itinérants sont la trame de fond sur laquelle s’est construite la solide réalité d’une civilisation communale unitaire. C’est ce que Gilmo Arnaldi remarquait déjà il y a de nombreuses années, lorsqu’il parlait, en utilisant des expressions qui ont anticipé de nombreuses recherches effectuées par la suite, de « ce monde varié et mobile des podestats, des juges, des notaires, des chanceliers, des docteurs universitaires, qui, même s’il était dispersé sur le territoire et continuellement brassé par les déplacements d’un siège à un autre, était un monde bien homogène, uni par une culture rhétorico-juridique commune et par l’emploi courant du latin de chancellerie, appris à l’école, auprès de nombreux et illustres maîtres d’ars dictaminis8 ».

73. J’aimerais maintenant aborder deux aspects de cet univers en le considérant, cette fois, en tant que zone de rencontre et d’échange de langages. En effet, si la physionomie institutionnelle du système des podestats est bien connue, de même que la composition sociale du personnel qui le compose, il reste quelque chose à dire à ce sujet. Je ferai donc quelques observations sur les cours des podestats en tant que lieux d’hybridation de genres culturels différents et d’élaboration de valeurs civiles partagées. Je ne donnerai que quelques exemples, mais il est important de souligner qu’il ne s’agit pas de cas exceptionnels : ce sont justement des cas exemplaires, c’est-à-dire représentatifs d’une réalité bien plus vaste.

  • 9 Parmi les exemples présentés ci-dessous, nombreux sont ceux qui se trouvent dans l’ouvrage précurse (...)
  • 10 Annali genovesi di Caffaro e de’suoi continuatori dal mclxxiv al mccxxiv, éd. L. T. Belgrano, C. Im (...)
  • 11 Pour une synthèse, voir E. Ragni, « Buvalelli, Rambertino (Lambertino) », Dizionario biografico deg (...)
  • 12 G. Polena, « Tradizione e cultura trobadorica nelle corti e nelle città venete », Storia della cult (...)
  • 13 Les notices historiques sont disponibles dans Bertoni, I trovatori d’Italia..., op. cit. n. 7 ; Bol (...)
  • 14 F. Brugnolo, « I Toscani nel Veneto e le cerchie toscaneggianti », Storia della cultura veneta, t.  (...)
  • 15 Dante Alighieri, De vulgari eloquentia, 1, 14, 7, éd. P. V. Mengaldo, Opere minori, t. 2, Milan-Nap (...)

8Qu’est-ce que nous entendons par hybridation de genres culturels ? Cela signifie que ce monde de juges, de notaires, d’experts de l’ars dictaminis, qui composait les équipes des recteurs itinérants, d’une part, trouvait son unité de fond dans un savoir rhétorico-juridique et, d’autre part, exprimait et faisait circuler ce savoir sous des formes diverses, aussi diverses que pouvaient l’être justement les applications de la rhétorique et du droit. Pensons au cas du juge de Bologne Rambertino Buvalelli, qui fut chargé de missions importantes pour sa commune9. En réalité, la majeure partie de ses activités se déroulèrent ailleurs, pendant les vingt premières années du xiiie siècle, et suivirent les étapes d’un métier politique qui commençait à se professionnaliser : pour se limiter aux attestations certaines, entre 1208 et 1221, il fut podestat à Milan, puis à Parme, Mantoue, Modène, Gênes et enfin Vérone. Il devait être plutôt doué, vu que les Annales Ianuenses le présentent avec enthousiasme en ces termes : Tanquam strenuus et illustris cuneta sagaciter et prudenter disponens, civitatem feliciter ac laudabiliter gubernavit10. Essayons de considérer cette même personne d’un autre point de vue. Rambertino Buvalelli est l’auteur d’un petit recueil de poèmes écrits en provençal, composé de dix chansons, dont certaines sont dédiées à Béatrice d’Este, dissimulée sous le senhal de Mon Restaur11. Un poète podestat ? Une telle définition serait un anachronisme car il n’existait pas alors de statut professionnel pour l’activité poétique. J’affirmerais plutôt, avec Gianfranco Folena, que Rambertino Buvalelli est simplement l’un des premiers représentants d’une longue série d’administrateurs communaux dont la culture rhétorico-juridique s’exprime normalement avec des instruments à la fois différenciés et homogènes, parce qu’ils procèdent justement de la même éducation12. Nous pouvons dire la même chose du petit groupe de trouvères ligures formé par Luca Grimaldi, Luchetto Gattilusio, Percivalle Doria et Lanfranco Cigala : ils furent tous podestats ou membres d’équipes de podestats13. Mais il s’agit en réalité d’une situation plutôt habituelle (consueta, comme le dit Folena), récemment reliée, malgré le manque d’études globales, à d’autres exemples. Parmi ceux-ci, je n’en mentionnerai que deux, parce qu’ils ont attiré l’attention non seulement des historiens des institutions, mais également de ceux des faits littéraires (en particulier de Corrado Bologna) : il s’agit du Florentin Lambertuccio Frescobaldi, podestat à Padoue en 1291, poète du même style que Guittone d’Arezzo et auteur de six sonnets contre Charles d’Anjou14 ; on peut aussi évoquer le cas du juge de Padoue, Aldobrandino Mezzabati, qui fut capitaine du Peuple à Florence, la même année, et y gagna d’être cité dans le De vulgari eloquentia de Dante Alighieri, où l’on parle de lui comme du seul poète de la Vénétie qui essaya de dépasser sa langue maternelle en se tournant vers le vulgaire curial15.

  • 16 C. Giunta, Versi a un destinatario. Saggio sulla poesia italiana del Duecento, Bologne, 2002, p. 16 (...)
  • 17 A. Montefusco, « “Mostrando allor se ttu ssé forte e duro” [LX. 3]. Amicizia, precettistica erotica (...)
  • 18 E. Artifoni, « Retorica e organizzazione del linguaggio politico nel Duecento italiano », Le forme (...)

9Si nous examinons maintenant l’influence du contexte professionnel des podestats sur les formes poétiques, les recherches récentes dans ce domaine, même si elles ne sont pas encore systématiques, vérifient elles aussi des faits importants. L’étude déterminante de Claudio Giunta sur la poésie italienne du xiiie siècle souligne la présence évidente, dans la première poésie en langue vulgaire, du langage technique de la rhétorique épistolaire et de la quaestio, c’est-à-dire de compétences très diffusées parmi les groupes qui entouraient les recteurs itinérants16. À une époque très proche de la nôtre, on a considéré comme légitime une interprétation particulière de certains passages de l’énigmatique recueil de sonnets connu sous le nom de Il Fiore, souvent attribué à Dante. Cette interprétation se fondait sur une culture du conseil, typique des milieux proches des podestats. D’autre part, des traces textuelles significatives de la magistrature ont également été trouvées dans la littérature des troubadours de Provence, une région dans laquelle il est bien connu que fut exportée l’institution des podestats17. Tout ceci donne l’impression qu’un emploi conscient d’une clé interprétative fondée sur la circulation, la rencontre et l’hybridation de genres et de champs culturels – des phénomènes, autrement dit, tous favorisés par la structure des gouvernements de podestats – peut constituer un axe de recherche particulièrement prometteur18. Il ne s’agit pas, à vrai dire, d’affirmations nouvelles, mais il convient d’en mesurer les conséquences en dépassant les barrières traditionnelles entre les disciplines et en observant le système des podestats itinérants et de leurs équipes comme un phénomène qui touche autant l’histoire politique que l’histoire culturelle.

  • 19 Nous avons déjà utilisé ce concept dans plusieurs études précédentes : E. Artifoni, « Prudenza del (...)
  • 20 Ce sujet est tout particulièrement approfondi dans la partie finale de Artifoni, « Tra etica e prof (...)

104. Enfin, qu’entendons-nous par élaboration de valeurs civiles partagées ? Je le dirai avec une formule. Si le personnel qui travaillait dans les milieux des recteurs itinérants a fait circuler l’art de gouverner de manière partagée, il a également participé, dans une large mesure, à la diffusion de ce que je définirais comme un art de la citoyenneté19. Cet art reposait, de fait, sur une pédagogie sociale qui agissait à deux niveaux complémentaires : d’une part, cette pédagogie proposait la participation à la politique comme la réalisation la plus aboutie de la condition de civis ; d’autre part, elle mettait au point des règles de comportement en société en essayant de situer la conduite individuelle dans un contexte collectif auquel cette conduite ne devait nuire en aucun cas. Ici encore, notre jugement se doit d’être pondéré, parce qu’il est nécessaire de rappeler qu’il s’agissait d’un projet éducatif comportant également certains aspects autoritaires et parfois l’exclusion brutale de ceux qui ne le respectaient pas. Dans tous les cas, nous savons tous que l’œuvre dans laquelle ces deux niveaux convergent organiquement est le Trésor du notaire florentin Brunetto Latini, qui remonte aux années soixante du xiiie siècle, et dans lequel la carrière de podestat est proposée comme la réalisation la plus noble d’un parcours pédagogique qui passe d’abord par l’histoire, la géographie, les sciences naturelles, l’éthique des vices et des vertus, et la rhétorique20.

  • 21 Iohannes Viterbiensis, Liber de regimine civitatum, éd. G. Salvemini, Bibliotheca iuridica medii ae (...)
  • 22 J. M. Powell, Albertanus of Brescia. The Pursuit of Happiness in the Early Thirteenth Century, Phil (...)
  • 23 Les informations de base ainsi que la bibliographie sont disponibles dans S. Foà, « Giamboni, Bono (...)

11Mais, en réalité, tous les intellectuels qui évoluaient autour des podestats itinérants se sont engagés dans l’art de la citoyenneté, comme peuvent le montrer quelques exemples. En ce qui concerne le premier niveau, la noblesse de la politique, il ne me semble pas que, jusqu’ici, cette vaste tendance éducative ait été relevée dans les textes destinés aux podestats professionnels. Le Liber de regimine civitatum – écrit par le juge Jean de Viterbe, qui assistait le podestat de Florence – ne manque pas de rappeler les devoirs des membres des conseils, cités explicitement dans un serment destiné aux conseillers21 : en d’autres termes, cette œuvre, même si elle est consacrée aux podestats, à leurs vertus, aux principaux collaborateurs et aux procédures de gouvernement, ne manque pas d’adresser à l’ensemble des citoyens élus au conseil son appel à une politique soumise à des règles codifiées. En ce qui concerne le second niveau, il nous suffit de nous tourner vers le vaste domaine de la littérature didactique, qui se développe en étroite relation avec la nouvelle forme de gouvernement. Entre 1238 et 1246, Albertano de Brescia, un juge qui suivit à Gênes un podestat de la famille brixienne des Maggi, a consacré ses trois traités à un plan bien agencé d’éducation sociale, à l’art de parler et de se taire, à la manière de donner et d’obtenir des conseils, à la prudence comme le pilier porteur des comportements sociaux22. Exactement de la même façon, au cours de la seconde moitié du siècle, le Florentin Bono Giamboni (qui, en réalité, n’était pas un fonctionnaire itinérant, mais au contraire un juge du podestat dans la cour du sestiere de Por San Piero) a tiré de la Rhetorica ad Herennium des enseignements sur l’art de parler de façon efficace lors d’un conseil et a écrit pour ses concitoyens un traité sur les vices et les vertus23. Nous revenons ainsi à notre point de départ : à travers l’activité des recteurs des villes et de leurs équipes, à travers mille destins qui se croisent, la pluralité se transforme en une extraordinaire homogénéité.

Notes

1 I podestà dell’Italia comunale, t. 1, Reclutamento e circolazione degli ufficiali forestieri (fine XII sec.metà XIV sec.), dir. J.-Cl. Maire-Vigueur, Rome, 2000 (Collection de l’École française de Rome, 268).

2 J.-Cl. Maire-Vigueur, « Conclusione », I podestà dell’Italia comunale..., op. cit. n. 1, t. 2, p. 898-899.

3 G. Petti Balbi, « Il libro nella società genovese del sec. xiii », La bibliofilia, 80 (1978), p. 1-45, p. 36-37, doc. 24 ; p. 40, doc. 34.

4 Il Libro Rosso del comune di Chieri, éd. F. Gabotto, F. Guasco di Bisio, Pignerol, 1918 (Biblioteca della Società storica subalpina, 75), p. 62, doc. 34 ; p. 101, doc. 52 ; p. 129, doc. 69 ; p. 145, doc. 77.

5 Se reporter pour résumer à la Serie dei consoli, podestà, capitani e vicari di Alba disponible dans Appendice documentaria al Rigestum comunis Albe, éd. F. Gabotto, Pignerol, 1912 (Biblioteca della Società storica subalpina, 22), p. xxxix (charge de 1254). Pour une charge à Bologne en 1260, se référer à Vittorio Franchini (Saggio di ricerche su l’instituto del podestà nei comuni medioevali, Bologne, 1912, p. 216 et n. 1), confirmé par un dépouillement des chroniques bolonaises. D’autres exemples intéressants, mais plus tardifs, de livres de droit circulant dans les cours des podestats sont disponibles dans G. Orlandelli, « Alcuni documenti relativi al corredo di libri legali dei giudici del podestà nella prima metà del sec. xiv », Atti e memorie della Deputazione di storia patria per le province di Romagna, nouv. série, I (1953-54), p. 286-294.

6 Petti Balbi, « Il libro nella società genovese... », loc. cit. n. 3, p. 43-44, doc. 47.

7 Il s’agit d’une seule et unique personne selon Giovanna Petti Balbi (« Il libro nella società genovese... », loc. cit. n. 3, p. 14), ce dont doute en revanche Giulio Bertoni (I trovatori d’Italia. (Biografie, testi, traduzioni, note), Modène, 1915, p. 89-93) ; voir également Id., I trovatori minori di Genova. Introduzione, testo, note e glossario, Dresde, 1903 (Gesellschaft fur romanische Literatur, 3) p. XI-XVIII. En ce qui concerne Percivalle Doria en Provence et les rapports, dans cette zone géographique, entre la poésie et la magistrature des podestats, voir G. Larghi, « Poesia, politica e podestà in Provenza », Comunicazione e propaganda nei secoli XII e XIII, dir. R. Castano, F. Latella, T. Sorrenti, Rome, 2007, p. 397-411, en part. p. 409-410. Au cours des dernières années, les liens entre la culture poétique et le monde des podestats ont surtout été étudiés par C. Bologna, « Poesia del Centro e del Nord », Storia della letteratura italiana, dir. E. Malato, t. 1, Dalle origini a Dante, Rome, 1995, p. 416 sq., et ID., « Politica e poesia in volgare nell’Italia del Duecento », Storiografia e poesia nella cultura medioevale, Rome, 1999 (Nuovi studi storici, 35), p. 263-284. Pour un cadre général, il peut être utile de se référer à E. Artifoni, « I podestà professionali e la fondazione retorica della politica comunale », Quaderni storici, 63 (1986), p. 687-719.

8 G. Arnaldi, « Pace e giustizia in Firenze e in Bologna al tempo di Dante », Dante e Bologna nei tempi di Dante, dir. Facoltà di Lettere e Filosofia dell’Università di Bologna, Bologne, 1967 (Comitato nazionale per le celebrazioni del VII centenario della nascita di Dante, 11), p. 163-177, ici p. 166.

9 Parmi les exemples présentés ci-dessous, nombreux sont ceux qui se trouvent dans l’ouvrage précurseur d’A. Zenatti, Arrigo Testa e iprimordi della lirica italiana, Florence, 1896 (Biblioteca critica della letteratura italiana, 4). Voir également E. Artifoni, « Tensioni sociali e istituzioni nel mondo comunale », La Storia. I grandi problemi dal medioevo all’età contemporanea, dir. N. Tranfaglia, M. Firpo, t. 2, Turin, 1986, p. 461-491, 469-470.

10 Annali genovesi di Caffaro e de’suoi continuatori dal mclxxiv al mccxxiv, éd. L. T. Belgrano, C. Imperiale di Sant’Angelo, t. 2, Rome, 1901 (Fonti per la storia d’Italia, 12), p. 159 ; aux p. 145-169, on trouvera l’intéressant récit des activités politico-militaires de Rambertino.

11 Pour une synthèse, voir E. Ragni, « Buvalelli, Rambertino (Lambertino) », Dizionario biografico degli Italiani, t. 15, Rome, 1972, p. 629-631, et, pour le développement plus récent de l’activité littéraire, Bologna, « Poesia del Centro e del Nord... », loc. cit. n. 7, p. 417, et Id., « Politica e poesia in volgare... », loc. cit. n. 7, p. 274. Pour ce qui concerne le rôle politique de Rambertino, J.-L. Gaulin, « Ufficiali forestieri bolonais : itinéraires, origines et carrières », I podestà dell’Italia comunale..., op. cit. n. 1, t. i, p. 345-346 ; Maire-Vigueur, « Conclusione », loc. cit. n. 1, p. 1072.

12 G. Polena, « Tradizione e cultura trobadorica nelle corti e nelle città venete », Storia della cultura veneta, t. i, Dalle origini al Trecento, Vicence, 1976, p. 489 : Il Buvalelli era un magistrato bolognese e ci presenta per la prima volta la fisionomia, così consueta nel Duecento, dell’alto funzionario comunale dilettante di poesia.

13 Les notices historiques sont disponibles dans Bertoni, I trovatori d’Italia..., op. cit. n. 7 ; Bologna, « Poesia del Centro e del Nord... », loc. cit. n. 7, p. 417-418 ; Id., « Politica e poesia in volgare... », loc. cit. n. 7, p. 274-275.

14 F. Brugnolo, « I Toscani nel Veneto e le cerchie toscaneggianti », Storia della cultura veneta, t. 2, Il Trecento, Vicence, 1976, p. 380 ; Bologna, « Poesia del Centro e del Nord », loc. cit. n. 7, p. 418 ; Id., « Politica e poesia in volgare... », loc. cit. n. 7, p. 275 ; S. Raveggi, « I rettori fiorentini », Ipodestà dell’Italia comunale..., op. cit. n. 1, t. i, p. 621, n. 47.

15 Dante Alighieri, De vulgari eloquentia, 1, 14, 7, éd. P. V. Mengaldo, Opere minori, t. 2, Milan-Naples, 1979, p. 118 ; Inter quos omnes unum audivimus nitentem divertere a materno et ad curiale vulgare intendere, videlicet Ildebrandinum Paduanum ; Brugnolo, « I Toscani nel Veneto... », loc. cit. n. 14, p. 371-375 ; Bologna, « Poesia del Centro e del Nord... », loc. cit. n. 7, p. 418 ; ID., « Politica e poesia in volgare... », loc. cit. n. 7, p. 275 ; S. Bortolami, « Politica e cultura nell’import-export del personale itinerante di governo dell’Italia medioevale : il caso di Padova comunale », Ipodestà dell’Italia comunale..., op. cit. n. 1, t. i, p. 252.

16 C. Giunta, Versi a un destinatario. Saggio sulla poesia italiana del Duecento, Bologne, 2002, p. 167 sq. ; voir également, ID., « Generi non letterari e poesia delle origini », Da Guido Guinizzelli a Dante. Nuove prospettive sulla lirica del Duecento, dir. F. Brugnolo, G. Perón, Padoue, 2004 (Carrubio, 3), p. 239-255.

17 A. Montefusco, « “Mostrando allor se ttu ssé forte e duro” [LX. 3]. Amicizia, precettistica erotica e cultura podestarile-consiliare nel Fiore », Arzanà, sous presse (nous remercions l’auteur qui nous a permis de lire sa contribution avant impression) ; Larghi, « Poesia, politica e podestà in Provenza », loc. cit. n. 7.

18 E. Artifoni, « Retorica e organizzazione del linguaggio politico nel Duecento italiano », Le forme della propaganda politica nel Due e nel Trecento, dir. P. Cammarosano, Rome, 1994 (Collection de l’École française de Rome, 201), p. 157-182, en part. p. 160-166 ; voir également, même s’il s’agit d’un travail consacré à une période postérieure à celle qui nous intéresse, l’importante contribution d’E. Coccia, S. Pirón, « Poésie, sciences et politique. Une génération d’intellectuels italiens (1290-1330) », Revue de synthèse, 129 (2008), no 4, p. 549-586.

19 Nous avons déjà utilisé ce concept dans plusieurs études précédentes : E. Artifoni, « Prudenza del consigliare. L’educazione del cittadino nel Liber consolationis et consilii di Albertano da Brescia (1246) », Consilium. Teorie e pratiche del consigliare nella cultura medievale, dir. C. Casagrande, C. Crisciani, S. Vecchio, Florence, 2004 (Micrologus’ Library, 10), p. 195-216 ; Id., « Segreti e amicizie nell’educazione civile dell’età dei comuni », Il Segreto, Florence, 2006 (Micrologus, 14), p. 259-274 ; Id., « Tra etica e professionalità politica : la riflessione sulle forme di vita in alcuni intellettuali pragmatici del Duecento italiano », Vie active et vie contemplative au Moyen Âge et au seuil de la Renaissance, dir. C. Trottmann, Rome, 2009 (Collection de l’École française de Rome, 423), p. 397-417.

20 Ce sujet est tout particulièrement approfondi dans la partie finale de Artifoni, « Tra etica e professionalità politica... », loc. cit. n. 19, p. 412-414 ; pour ce qui concerne Brunetto en tant qu’intellectuel rhétorico-politique, une contribution importante est celle d’E. Fenzi, « Brunetto Latini, ovvero il fondamento politico dell’arte della parola e il potere dell’intellettuale », A scuola con ser Brunetto. Indagini sulla ricezione di Brunetto Latini dal Medioevo al Rinascimento, dir. I. Maffia Scariati, Florence, 2008 (Archivio romanzo, 14), p. 323-369.

21 Iohannes Viterbiensis, Liber de regimine civitatum, éd. G. Salvemini, Bibliotheca iuridica medii aevi, dir. A. Gaudenzi, t. 3, Bologne, 1901, eh. 44, p. 18a. Naturellement, de nombreux chapitres sont consacrés au fonctionnement concret des conseils : ch. 50, p. 20a ; ch. 1 19, p. 48a ; ch. 120, p. 48a-49b (le passage suivant y est d’un intérêt tout particulier : Ut consilium suum et comunis debeat modis omnibus honorare tam verbis quam factis, cum sit consilium pars corporis sui : quoniam potestas caput, illi vero membra sunt eius). La date du Liber de regimine civitatum n’est pas certaine. La datation traditionnelle entre les années cinquante et le début des années soixante du xiiie siècle a été récemment remise en question ; elle pourrait au contraire remonter à 1234, au moment de la prise en charge de la fonction de podestat à Florence par le Romain Giovanni de Iudice : voir A. Zorzi, « Giovanni da Viterbo », Dizionario biografico degli Italiani, t. 56, Rome, 2001, p. 267-272.

22 J. M. Powell, Albertanus of Brescia. The Pursuit of Happiness in the Early Thirteenth Century, Philadelphie, 1992 ; Artifoni, « Prudenza del consigliare... », loc. cit. n. 19.

23 Les informations de base ainsi que la bibliographie sont disponibles dans S. Foà, « Giamboni, Bono (Bono di Giambono) », Dizionario biografico degli Italiani, t. 54, Rome, 2000, p. 302-304. Au sujet du Fiore di rettorica, une vulgarisation creative du traité Ad Herennium, voir les mises à jour dans Artifoni, « Tra etica e professionalità politica... », loc. cit. n. 19, p. 410-411, et annexe 2, p. 416-417.

© Éditions de la Sorbonne, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site