Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des sociétés en mouvement. Migrations et mobilité au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Circulation des détenteurs de l'autorité

La déambulation comme mode de gouvernement

L’enquête princière générale en Provence angevine, xiiie-xive siècle

Thierry Pécout

Note de l’éditeur

Abréviations utilisées : ABDR pour Archives départementales des Bouches-du-Rhône ; CL pour Cartulaire de l’abbaye de Lérins, éd. E. Blanc, H. Moris, t. 2, Paris, 1905 ; CSV pour Cartulaire de l’abbaye de Saint-Victor, éd. B. Guérard, Paris, 1857.

Texte intégral

1La circulation dans l’espace ne relève pas seulement d’un phénomène physique, qui met en jeu le voyageur et son itinéraire, tout comme les sociétés et territoires qui les sous-tendent, mais aussi d’un processus de prise de possession. Se déplacer, c’est rencontrer, comparer et connaître. Du reste, le déplacement brutalise la valeur et ce qui la fonde, car il relativise, il déclasse, il étonne. Appréhender les modes de gouvernement qui mettent en œuvre la déambulation, c’est donc entrer au cœur de ce mouvement d’appropriation qui se livre à nous souvent sous une forme ritualisée, ou encore procédurale, parce que construit selon des normes qui se veulent rigoureuses et capables d’assimiler la discontinuité. En effet, pour ses acteurs médiévaux, il s’agit bien alors de rendre compte du réel, quand nous savons qu’il s’agit surtout de le construire.

  • 1 Culmen nostrum qui [...] ubique nonpossumus, ainsi s’exprime Frédéric II en janvier 1234, dans les (...)
  • 2 Ordonnance dite de Brignoles : ABDR, B 147, fol. 21-27v, ou 142-151, ou 224-232, ou encore 265-273v (...)

2Dans le cadre de l’édifice monarchique médiéval, l’espace et la distance s’avèrent les principaux obstacles à dépasser, dès lors que le territoire atteint une certaine taille critique1, dans un contexte de parcellisation du politique qui met à rude épreuve les techniques alors disponibles pour la circulation des hommes et la diffusion de l’information. Ainsi de la principauté angevine de Sicile et Provence, entre le milieu du xiiie siècle et la fin du siècle suivant. Sans que les lien et réseau personnels s’estompent pour autant, sans que l’administratif se départe jamais d’une dimension morale, le prince a dû recourir à un nouvel outillage : une cour centrale aixoise et son milieu de grands officiers, sous-tendue par une délégation partielle de souveraineté, dont le sénéchal est la clé de voûte, appuyée sur un maillage plus serré d’officiers sédentaires, qui achève de se mettre en œuvre entre 1298 et 1322 (création des baillies de Moustiers et de Barjols en Provence centrale), et que consolident des procédures codifiées de contrôle des comptes, de mise en œuvre et de transmission de l’information proposées par l’ordonnance de juillet 12972. Outre ces institutions sédentaires, un arsenal de visites générales et d’enquêtes ponctuelles contribue non seulement à mettre à jour l’information, mais aussi à contrôler la rectitude de l’administration des officiers.

  • 3 Pour une présentation d’ensemble, voir l’introduction au volume : L’enquête générale de Leopardo da (...)

3Ces visites générales constituent un aspect singulier du processus d’institutionnalisation de la monarchie angevine, quelles visent la connaissance du domaine et des droits royaux ou bien l’évaluation des officiers qui les administrent. Entreprises durant des périodes de reprise en main, par un comte croisé mais vaincu en 1251, un roi légitime mais prisonnier en 1297 et un père privé de son unique héritier en 1331, elles procèdent de l’inquiétude du pouvoir monarchique pour sa légitimité et sa pérennité dynastique. Elles s’inscrivent dans ces processus institutionnels résultant de la subtile dialectique entre absence et présence du souverain, processus que nous connaissons bien pour le royaume de France, depuis le départ de Philippe II pour la Terre sainte jusqu’à la folie de Charles VI, et qui donnent naissance à la continuité de l’Etat. Entre 1251 et 1331, la Provence a connu trois enquêtes générales, une dernière, demeurée partielle, a peut-être été ébauchée à partir de 13643. Nous proposons ici d’examiner ces vastes opérations administratives, au regard du thème de la circulation, car, on l’aura compris, elles ont beaucoup à nous apprendre sur l’élaboration des États et des communautés politiques.

  • 4 Sur les enquêtes au royaume de Portugal, voir l’état de la question sur le site : http://www.fcsh.u (...)
  • 5 Voir, pour un état de la question, D. Carraz, « Les enquêtes générales de la papauté sur l’ordre de (...)

4En premier lieu, une remarque s’impose au sujet des origines de la pratique de ces enquêtes, qui n’a qu’une valeur programmatique, tant les investigations restent parcellaires pour le moment. Longtemps l’attention s’est portée sur la filiation à l’égard de principautés qui ont précocement recouru à l’enquête générale et de réformation contre les officiers, l’Angleterre des Plantagenêt en particulier, faisant fi en cela d’expériences presque aussi précoces, comme celles du royaume du Portugal, dès 12204. Aussi bien, la réflexion peut remonter jusqu’au polyptyque carolingien et, au-delà, vers les pratiques fiscales et cadastrales de l’Etat romain finissant. Je souhaiterais, pour ma part, noter l’importance, à mon avis tout aussi fondamentale, des ordres religieux, singulièrement des Bénédictins, comme jalons dans la mise en place de cette pratique administrative, à travers celle de la visite. Cette pratique est aussi attestée au sein des ordres militaires, mais la documentation ne commence à s’étoffer en Provence qu’au début du xve siècle5. Quant à la visite pastorale des séculiers, elle mériterait, elle aussi, une relecture approfondie. Plus largement, l’évolution que connaît la procédure canonique et ses nouveaux usages, à partir de la fin du xiie siècle, ont sans nul doute constitué un puissant ferment pour l’éclosion de l’enquête princière.

5À la suite des Cisterciens, relayés par la papauté à la fin du xiie siècle, les Bénédictins ont vraisemblablement joué un rôle de relais, en léguant, sinon directement aux principautés, du moins à la culture administrative du xiiie siècle, deux ressorts essentiels de l’enquête royale. La finalité de reformatio en premier lieu, où la réorganisation administrative et domaniale s’articule avec une restauration de l’ordre moral, et par là s’inscrit dans l’économie du salut. Les outils comptables en second lieu : audition, reddition des comptes, usage d’un calendrier uniforme calqué sur l’organisation liturgique et lié à la tenue des chapitres généraux, comme la Toussaint à Saint-Victor de Marseille ; mais aussi la désignation de contrôleurs, tels les diffinitores clunisiens, qui synthétisent les données recueillies et les transmettent aux organes de prise de décision, tout comme le mode de commission et de délégation du visiteur par l’abbé et le chapitre général, l’encadrement de sa mission et enfin la définition de ressorts territoriaux précis.

  • 6 D. Riche, « Les visites de l’ordre de Cluny », Comprendre le xiiie siècle, études offertes à M.-T. (...)

6On connaît bien la pratique de la visite au sein de l’ordo Cluniacensis, destinée à pallier l’incapacité de l’abbé d’embrasser à lui seul le vaste réseau de ses dépendances6. Dans la deuxième moitié du xiie siècle, les abbés de Cluny ont ainsi délégué leur pouvoir de visite. Mais celle-ci n’est précisément connue qu’après le milieu du xiiie siècle. Dès les statuts d’Hugues d’Anjou, en 1200, résultant d’une évolution qui marque le siècle venant de s’achever, la visite et le chapitre général se trouvent étroitement associés, la première donnant sa matière au second. Les statuts d’Yves de Chassant en 1276, puis de Bertrand du Colombier en 1301, comme la bulle pontificale Regis pacifici pacts du 12 septembre 1289, permettent d’en saisir l’organisation. Les provinces créées par Hugues d’Anjou délimitent les ressorts de deux visiteurs, choisis souvent parmi le chambrier provincial et les prieurs, des personnages éminents au sein de l’ordo et non de simples officiers. Aucune maison ne peut se soustraire à leur inspection. Ils sont désignés par l’abbé et par le chapitre général, reçoivent du premier des lettres d’accréditation et lui prêtent serment. Ils rédigent un rapport scellé destiné aux définiteurs, qui en proposent un résumé au chapitre général et intègrent certaines propositions dans les décisions finales de réforme. Ils se rendent dans chaque dépendance clunisienne, y réunissent l’assemblée des moines, lui présentent leurs lettres et procèdent à l’examen de leur conduite et de leur administration : tenue de l’office, respect de la règle, gestion temporelle. Un questionnaire précis est élaboré par l’abbé Henri de Fautrières en 1314 pour harmoniser les données recueillies. Mais les compétences des visiteurs sont strictement encadrées et leur pouvoir de correctio limité : ils interrogent le prieur, mais ne peuvent engager de procédures d’enquête, ni de véritables interrogatoires, s’en remettant au chapitre devant lequel ils citent à comparaître les contrevenants ; ils ne peuvent non plus agir seuls sans leur collègue, ni hors de leur province. En outre, l’abbé de Cluny continue de visiter lui-même. Contrairement aux enquêteurs royaux de la fin du xiiie siècle, leur action n’est pas sous-tendue par un cadre comparable à la procédure criminelle.

  • 7 CSV, no 886 ; voir L. Guilloreau, « Les statuts de réformation de Maynier et de Raymond Lordet, abb (...)
  • 8 L’allusion porte sans doute sur les canons 7 (Irrefragabili constitutione) et 8 (Qualiter et quomod (...)
  • 9 ABDR, 1 H 106, no 518 : 30 octobre 1219, instructions données à Marseille durant le chapitre généra (...)
  • 10 Le prieuré de Vabre accueille l’abbé Bonfils au début de l’année 1217 et en 1218 (CSV, no 891, et A (...)
  • 11 CL, t. 2, p. xc et xciv.
  • 12 CL, t. 2, p. xcvi. Mais le monastère a livré également des rôles d’état des droits, qui reposent sa (...)

7La visite se diffuse aussi dans d’autres congrégations bénédictines. En Provence, l’abbaye Saint-Victor de Marseille adopte cette pratique tout aussi précocement. En témoignent les statuts de l’abbé Bonfils (1215-1234), des 1ers novembre 1216 et 12187. En 1216, l’abbé désigne ainsi deux prieurs, ceux de Nans et d’Esparron, pour l’officium visitationis de toute l’abbacia, ce dernier terme pouvant cependant ne renvoyer qu’au monastère lui-même, et non à toutes ses possessions. Chaque année, le chapitre général désignera à son tour deux frères ou plus, qui seront chargés de la correctio, conformément au récent concile de Latran8. Les statuts de 1218 stipulent que chaque prieuré tiendra à jour une comptabilité précise, avec recettes, dépenses et solde. Elle sera tenue par les deux frères les plus vénérables, toutes les semaines (comptes hebdomadaires du dimanche au dimanche). En outre, tous les ans, chaque prieuré remettra au chapitre général le fruit de sa comptabilité, qui sera également examinée sur place par les visiteurs ou l’abbé et comparée avec les dépositions recueillies. L’excommunication sanctionnera toute omission ou déclaration frauduleuse. Mais seules des traces éparses de cette pratique nous sont parvenues. Ainsi, dès 1219 l’abbé Bonfils désigne le prieur de Saint-Promace de Forcalquier et lui donne des instructions détaillées pour toutes les maisons de la rive droite de la Durance (ultra Durenciam)9. L’abbé lui-même effectue la visite, notamment dans des prieurés extérieurs à la Provence ou dans d’anciennes abbayes qui commencent à contester la tutelle victorine10. À Saint-Honorat de Lérins en revanche, comme la structure monastique est relativement lâche et tarde à s’organiser de manière centralisée, la visite n’est attestée dans les statuts qu’en 1441 et 145311. Il s’agit d’une pratique annuelle menée en 1441 par l’abbé et le prieur de Roumoules, flanqués d’un notaire. Le prieuré visité est chargé de dresser un inventaire de ses biens, et copie en est donnée au monastère de Lérins. En 1453, la visite conduite par le sacriste et les prieurs de Vallauris et de La Napoule est trisannuelle12.

  • 13 Voir notre communication à paraître : « Le personnel des enquêteurs en Provence angevine : hommes e (...)
  • 14 N. Coulet, Les visites pastorales, Turnhout, 1977 (Typologie des sources du Moyen Âge occidental, 2 (...)
  • 15 Ez. 34, 11-12 : « Je viens chercher moi-même mon troupeau pour en prendre soin. »

8Par ailleurs, il est possible aussi que la visite épiscopale et sa codification dans le droit canonique au cours du xiiie siècle aient joué un rôle dans l’élaboration de l’enquête générale, mais selon des modalités encore difficiles à préciser. On notera cependant la présence de prélats et de nombreux membres des chapitres parmi les enquêteurs royaux dès 1289 en Provence13. Le premier point commun avec nos enquêtes princières réside dans les motivations et la finalité de la pratique. La visite épiscopale est partie prenante de l’officium episcopi, du devoir d’instruire, de corriger et du pouvoir d’ordre14. Elle vise par là à la reformatio, par la connaissance de l’état matériel et spirituel du troupeau dont le pasteur a reçu la charge, en se nourrissant aux sources évangéliques de l’itinérance, de la prédication, du ministère de la parole15. Dès l’époque carolingienne, la visite est liée au synode, elle concourt ainsi à la prise de décision et à la production d’une législation réformatrice. Elle a suscité la mise au point de questionnaires précis, tout en s’articulant avec un prélèvement, la procuration, ce qui a conduit à la phase ultime de sa codification. La constitution Romana Ecclesia de 1246 présente la visite comme une vigilance, une image cultivée par Henri de Suse et que l’on retrouve dans les lettres de commission royales aux enquêteurs généraux. À partir des années 1270, on assiste à un renouveau de la visite, déjà revivifiée par la légation apostolique, autour des thèmes et méthodes de l’inquisitio, de la reformatio et de la predicatio. En outre, la nécessité posée par la réforme des ordres religieux sous l’égide de la papauté conduit à une réflexion sur l’usage de la visite en dépit de l’exemption. Enfin, plus encore que les visites monastiques, la visite pastorale s’est imprégnée d’éléments venus de la procédure criminelle. La tournée des paroisses suit ainsi un cadre qui s’en inspire largement, avec l’Examinatio testium et les interrogatoires, la visitatio rerum et hominum. L’évêque peut aussi commettre des visiteurs dans les doyennés du diocèse, dont il reçoit les procès-verbaux, et il est assisté d’un notaire.

  • 16 Statuts, chapitres généraux et visites de l’ordre de Cluny, dir. G. Charvin, t. 1, Paris, 1965, p.  (...)

9En définitive, le terme de visite que nous appliquons à ces procédures ecclésiastiques, chez les séculiers et les réguliers, les a distinguées de manière excessive et peut-être factice de l’enquête princière. Au demeurant, le titre 1 des statuts de l’abbé de Cluny Hugues d’Anjou (1200), consacrés à la visite, ne se nomme-t-il pas De inquisitione facienda16 ? Dès lors qu’un ordo se structure et se définit par l’adoption non seulement d’une règle, mais aussi de coutumes communes, se pose la nécessité de vérifier leur conformité. La visite est fille du processus de centralisation. Comme pour l’enquête princière, il s’agit de méthodes destinées à connaître et examiner les éléments d’un tout, le singulier, et à transmettre une synthèse vers un centre de décision. Cette dialectique entre le singulier et l’universel n’est pas sans rappeler, du reste, les manières de penser la connaissance élaborées dans le monde savant. Ces premiers éléments nous incitent à réfléchir davantage sur ce qui constitue sans doute un fonds commun de développement d’une pratique de gouvernement, au sein d’une même culture administrative et juridique, plutôt qu’à proposer un nouveau modèle où l’on trouverait chez les uns l’origine des autres.

  • 17 Nous renvoyons ici aux perspectives tracées par J.-P. Boyer, « Construire l’État en Provence. Les e (...)
  • 18 J.-L. Bonnaud, « La transmission de l’information administrative en Provence au xive siècle : l’exe (...)
  • 19 M. Hébert, « Voce preconia : note sur les criées publiques en Provence à la fin du Moyen Âge », Mil (...)

10En Provence angevine, l’usage administratif de la circulation et de la déambulation ne se limite pas à celui des enquêtes générales. À tous les niveaux, le déplacement régulé de l’officier coexiste avec la sédentarisation des institutions administratives et avec le relatif et lent déclin de la circulation physique du prince dans ses terres. Entre le début du xiiie siècle et le début du siècle suivant, on assiste en effet à une rétraction de l’espace parcouru par le prince, autour d’un triangle Avignon-Aix-Marseille, outre les axes principaux de circulation, notamment vers la Provence orientale et les ports d’embarquement (figures 1 et 2). Cette circulation concerne les grands officiers et tout particulièrement ce vice-roi qu’est le sénéchal17. Cette déambulation est aussi celle des officiers locaux, chez lesquels elle revêt une grande complexité18. La circulation est avant tout une condition à l’obtention de leur charge, les statuts royaux imposant que l’officier ne soit pas originaire de sa circonscription. Elle est ensuite nécessaire au fonctionnement de son office. La reddition des comptes impose en effet un voyage annuel à la Toussaint, en fin d’exercice, auprès de la Chambre des comptes et de ses auditeurs, rationaux et maîtres rationaux. Enfin, la circonscription est sans cesse parcourue non seulement par les crieurs publics diffusant les messages et ordonnances aux destinataires indéterminés, mais aussi par les nonces de la cour, souvent nombreux19.

Figure 1. – Les lieux de séjour de la cour comtale sous les derniers comtes catalans , 1198-1245

Figure 2. – Les séjours de Charles II, 1278-1309

  • 20 ABDR, B 169 (104 folios) et sa copie B 170 ; Enquêtes sur les droits et revenus de Charles Ier d’An (...)
  • 21 Ibid, p. 28-31.
  • 22 On trouve successivement : episcopatus Nicie, episcopatus Vende, episcopatus Grasse, episcopatus Fo (...)

11Les enquêtes générales viennent donc couronner de manière sporadique, selon un rythme trentenaire, des pratiques de déambulation omniprésentes. L’institutionnalisation ne saurait se réduire à une sédentarisation, celle-ci coexistant et se nourrissant même de nombreux déplacements régulés. La première de ces commissions itinérantes, menée en 1251-1252, a été confiée à un membre de l’administration locale, Hugues Robaudi, procureur du comte et notaire originaire de la région de Nice20. Mais les lettres de commission de Charles d’Anjou (1246-1285) ne nous sont pas parvenues21. Le registre qui nous a transmis cette procédure s’organise par grandes aires et recourt au cadre diocésain comme base de la géographie administrative22. Il reste toutefois difficile d’en induire un itinéraire précis de l’enquêteur (figure 3). Son point de départ serait la Provence orientale, suivant une progression vers l’ouest, depuis Nice, Vence, Grasse, Fréjus, Toulon, et enfin Aix. Puis l’on semble s’orienter vers le nord et la Haute-Provence, jusqu’à Digne et Glandèves. Il aurait complété ses investigations dans la vallée du Rhône, à Avignon, Tarascon et Arles.

  • 23 L’enquête comporte aujourd’hui vingt et un volumes (ABDR, B 1019-1038), avec celui concernant le Co (...)
  • 24 Pour la présentation des phases préparatoires de cette enquête et de la bibliographie la concernant (...)
  • 25 ABDR, B 400, B 147, fol. 164 ; Aix-en-Provence, Bibl. Méjanes, ms. 716, fol. 30v ; C. Giraud, Essai (...)
  • 26 ABDR, B 1037, fol. l-2v. Sur les détails de la procédure et l’identité des commissaires royaux, je (...)
  • 27 Nice, Arch. dép. des Alpes-Maritimes, Ni Paesi 14/1, fol. 1-2. NI Paesi, Mazzo 14/2, 1er cahier). L (...)

12La seconde enquête générale est ordonnée par le roi Charles II (1285-1309), durant l’été 1297, et conduite jusqu’en 129923. Elle a été préparée par d’autres commissions ordonnées dans les années 1289-1290 et visant à la reformatio curialium, ainsi que par des enquêtes de reprise en main du domaine royal motivées par le problème des aliénations, en 1294-129524. La décision d’une enquête domaniale dans les deux comtés apparaît dès l’ordonnance du 12 juin 129625. Elle est en grande partie effectuée par les officiers locaux, et non par une unique commission itinérante. L’enquête générale est, en premier lieu, confiée à des commissaires royaux (figure 4). Le 2 juillet 129726, le roi désigne Giovanni dell’Aqua, un notaire qui deviendra entretemps rational de Provence, et Bertrand Miracla, un ancien auditeur des comptes. Ils devront visiter la Provence occidentale et le comté de Forcalquier : les vigueries d’Avignon, de Tarascon, d’Arles, d’Aix, de Marseille, d’Hyères, les baillies de Réauville, de Brignoles, de Saint-Maximin et Barjols, de Sisteron, avec les possessions de l’évêque de Gap et celles des Hospitaliers de Manosque, la viguerie de Forcalquier et enfin la baillie d’Apt, Pertuis et La Tour d’Aygues. Le 5 juillet suivant27, le roi commet le notaire de chancellerie Martino di Agerola et Hugues Jaucerandi, un notaire de Grasse, qui se consacreront à la Provence orientale et centrale, avec les vigueries de Draguignan et Fréjus, de Grasse, de Nice, les baillies du Val de Lantosque et Comté de Vintimille, de Puget-Théniers, de Castellane, de Digne, Moustiers et Riez, de Seyne et de Barcelonnette, du Val de Stura. Giovanni dell’Aqua et Bertrand Miracla ne parcourent effectivement que la baillie de Sisteron en 1297, la viguerie de Marseille l’année suivante et celles d’Avignon et Tarascón jusqu’en 1299. Quant à Martino di Agerola et à Hugues Jaucerandi, ils n’enquêtent que dans les baillies du Val de Lantosque et Comté de Vintimille en août 1297, et en partie de Puget-Théniers, ainsi que plus tardivement dans les vigueries de Nice et de Grasse en 1298.

Figure 3. – L’enquête générale des environs de 1251 dans le comté de Provence

Figure 4.– L’enquête générale de Charles II, 1297-1299 (circonscriptions visitées mpar les commissaires royaux

  • 28 ABDR, B 1032, fol. 1-2 ; B 1029, fol. 2 ; B 1028, fol. lv-2 : B 1036, fol. 1.

13Dès le 28 septembre, le roi modifie sa stratégie et ordonne au lieutenant du sénéchal de Provence, Rinaldo di Lecce, que l’enquête soit menée dans les vigueries de Nice, de Grasse et de Draguignan, et dans les baillies de Castellane, de Digne, du Val de Stura, de Barcelonnette et de Seyne28. Par son intermédiaire, ce sont désormais les bailes et viguiers qui prennent en charge l’exécution de la commission royale (figure 5). Ils ont trois mois pour informer le rational Pierre de Toulouse des résultats de leur mission. La procédure s’étend bien au-delà du délai imparti, durant les années 1298 et 1299. Et pourtant, les vigueries d’Arles, d’Hyères, la baillie de Réauville, la baillie d’Apt et Pertuis, celle de Digne, du Val de Stura semblent avoir échappé à toute investigation. Si la Provence orientale, centrale et alpine a presque été entièrement examinée, à l’exception de la baillie de Digne, la Provence occidentale et le comté de Forcalquier comportent d’importantes lacunes. La coexistence de deux types de commissions résulte vraisemblablement de tentatives pour pallier l’inefficacité et les carences de la procédure. Il en a sans doute résulté quelque confusion et une impression d’inachèvement.

  • 29 Je renvoie à la présentation de cette enquête et de ses acteurs dans l’introduction du volume : L’e (...)
  • 30 Sisteron, Alpes-de-Haute-Provence ; Draguignan, Var.

14La troisième enquête générale fut ordonnée par le roi Robert, les 24 et 25 août 1331, et conduite entre octobre 1331 et décembre 133329. Sa méthode est beaucoup plus aboutie. Les deux commissaires sont issus de la chapelle royale, d’origine noble, ecclésiastiques et membres du conseil royal, tous deux proches du défunt Charles de Calabre, l’héritier de Robert. Si Nicolo di Acerno, évêque de Bisignano, puis de Nola, joue un rôle éphémère, entre octobre 1331 et janvier 1332, Leopardo da Foligno, archiprêtre de Bénévent, chanoine de Naples, mène l’enquête générale à son terme. Avec son escorte de familiers et de proches originaires de Foligno et de Pérouse, ses deux notaires successifs, Pierre Henrici, originaire de Sisteron, à partir d’août 1332, puis Jacques Gaufridi, qui provient de Draguignan, à partir de mars 133330, Leopardo parcourt presque toutes les circonscriptions des deux comtés entre janvier 1332 et décembre 1333 (figure 6). Au premier semestre 1334, il regagne la Chambre des comptes d’Aix pour effectuer de nombreuses vérifications. Leopardo s’installe le plus souvent au chef-lieu des circonscriptions visitées, mais s’y déplace aussi quelquefois, en particulier lorsqu’elles sont vastes et de géographie complexe. Avec l’aide des clavaires et notaires locaux, il examine ainsi les cartularia et registres des officiers, il visite les édifices royaux et en inventorie le mobilier. Il procède aussi à l’audition des bailes domaniaux, jurés et probes hommes des communautés, au sujet des droits royaux. En outre, il fait procéder à l’enregistrement des reconnaissances de tenures, lors de séances parfois très nombreuses, étalées sur plusieurs semaines. Les communautés viennent ainsi en groupe auprès de l’enquêteur et de son notaire pour effectuer les déclarations. Leopardo commet aussi certains notaires locaux, pour se rendre directement dans les castra en son nom.

Figure 5. – L’enquête générale de Charles II, 1297-1299 (circonscriptions visitées par les officiers locaux)

  • 31 Pour une présentation plus détaillée : Pécout, « Une quatrième enquête générale en Provence... », l (...)
  • 32 ABDR, B 828, fol. 1-2 : 10 juillet 1364, lettre de commission du sénéchal Foulque d’Agoult au maîtr (...)
  • 33 ABDR, B 196, fol. 162-172.
  • 34 ABDR, B 827 (8 folios), entre le 29 juillet et le 27 août 1364.
  • 35 ABDR, B 826, fol. lv-2v. Giovanni da Firenze est présent dans la baillie de Moustiers dès le 23 jan (...)

15La Provence angevine semble avoir connu une dernière opération d’envergure, sous le règne de Jeanne31. Elle ne paraît pas procéder d’un ordre royal, mais plutôt d’une initiative du sénéchal Foulque d’Agoult. Ce dernier émet en 1364-1365 une série de commissions destinées à remettre de l’ordre dans le domaine royal et à en repérer les usurpations. Ce sont les grands officiers de la Camera rationum d’Aix qui en sont chargés, et non des commissaires venus du Regno. Elles portent, en premier lieu, sur la Provence alpine32. Leur mission s’achève le 12 novembre, et, le 27 février 1365, ils rendent compte des sommes recouvrées et de leurs dépenses à la Chambre des comptes à Aix33. Dans le même temps, le deuxième maître rational, Jean Guchii, est commis le 28 juillet 1364 pour enquêter sur les atteintes aux revenus des salines et gabelles d’Hyères et de Toulon34. Puis, le 4 janvier 1365, le sénéchal envoie le rational Giovanni Gerardi da Firenze dans les circonscriptions de Castellane, de Moustiers et de Puget-Théniers35. Ce faisceau de commissions suggère un vaste projet, de l’ordre des enquêtes générales précédentes qu’il invoque comme précédent (figure 7). Mais ni les moyens, ni la durée, ni la stabilité politique de la Provence ne semblent alors avoir autorisé une opération à l’échelle de toutes les terres provençales.

Figure 6. – L’itinéraire de l’enquêteur royal Leopardo da Foligno, 1332-133 (itinéraire supposé en pointillé)

  • 36 Les modalités de sa déambulation sont variables. L’itinérance peut n’être que partielle, comme chez (...)
  • 37 Voir, sur ce point, la contribution à paraître de P. Jansen, « La participation des communautés et (...)

16Si, pour les deux premières enquêtes générales, nous ne disposons pas d’éléments suffisamment précis pour reconstituer un itinéraire, et si, pour la seconde, sa réalisation complexe et sans doute inachevée a autant reposé sur l’itinérance de commissaires royaux que sur la diligence d’officiers sédentaires locaux, la troisième de ces expériences permet de mieux percevoir ce processus de déambulation. Il s’agit d’abord de celui de l’enquêteur et de sa suite, en un itinéraire qui circonscrit l’espace de sujétion au prince angevin36 ; celui des reconnaissants, qui se pressent par communauté auprès de lui37 ; celui enfin des particuliers ou des procureurs qui rattrapent l’enquêteur général en cours de route pour lui présenter libelles exécutoires, titres probatoires et argumentaire de défense ; celui aussi de ses courriers, en contact avec la Chambre des comptes aixoise et avec les officiers locaux des circonscription traversées.

  • 38 ABDR, B 1139 (48 folios) ; voir Pécout, « Une quatrième enquête générale en Provence... », loc. cit (...)

17Le recours à ce type de déambulation n’est pas systématique, dès lors que d’autres modalités de connaissance sont mises en œuvre, comme l’enquête archivistique, et dès lors que les motivations de la visite sont purement administratives. L’enquête générale coexiste ainsi avec des informations ponctuelles, qui résultent de décisions prises en interne et selon une procédure ordinaire. Il s’agit d’enquêtes conduites dans le cadre d’un ressort limité, afin d’obtenir des données fiables et précises en un minimum de temps, la plupart du temps ordonnées par la Chambre des comptes à partir de la fin du xiiie siècle. Enfin, on notera le cas particulier de l’enquête de 1355, qui fait l’économie de tout déplacement38. Il s’agit d’une opération complexe, puisqu’elle tient aussi bien de la mission diplomatique auprès du pape, à propos des cens du royaume de Naples, que de l’audition des comptes. Elle est motivée par la révision de la politique domaniale, depuis la mort du roi Robert, et elle est menée par de grands personnages issus de la cour napolitaine. En l’occurrence, il s’avère que la maturité de l’État angevin et la précision de ses archives permettent de dispenser les commissaires d’une enquête itinérante auprès du domaine et des officiers locaux, et d’obtenir une information satisfaisante en se passant de toute déambulation. Mais ces contre-exemples sont aussi révélateurs du rôle essentiel que jouent les motivations politiques et idéologiques dans les enquêtes générales itinérantes. La déambulation est bien plus qu’une méthode administrative ou même qu’un moyen de gouvernement, c’est une façon de régner.

Figure 7. – L’enquête ordonnée par le sénéchal en 1364-1365 et 1379

18La circulation que mettent en œuvre les enquêtes générales ici évoquées est complexe. Elle relève davantage du nœud que du processus linéaire, d’une mécanique politique que de la chevauchée. L’enquêteur parcourt et restaure l’espace de la domination princière, non seulement parce qu’il perpétue l’usage de la circulation physique du prince dont il est les yeux et dont il nourrit la certaine science, mais aussi parce qu’il amène à lui les sujets venus déclarer et témoigner, jurer et négocier, dénoncer et se plaindre, en un processus de rassemblement qui illustre celui du peuple autour de son maître. En ce sens, et conformément peut-être aux figurations savantes de l’organisation du monde sublunaire et des sphères célestes, circuler c’est peut-être aussi mettre en cercle autour du monarque, en attendant que d’autres, pour d’autres temps, filent encore plus loin une métaphore devenue solaire.

Notes

1 Culmen nostrum qui [...] ubique nonpossumus, ainsi s’exprime Frédéric II en janvier 1234, dans les statuts installant des cours solennelles bisannuelles dans les diverses provinces du royaume : Historia diplomaticaFridericisecundi, éd. J. L. A. Huillard-Bréholles, t. 41, Paris, 1854, p. 460-462.

2 Ordonnance dite de Brignoles : ABDR, B 147, fol. 21-27v, ou 142-151, ou 224-232, ou encore 265-273v ; ABDR, B 401 ; ABDR, B 2, fol. 288v-292v ; voir V.-L. Bourrilly, R. Busquet, La Provence au Moyen Age, Paris, 1924, p. 297-308 ; M. Hébert, « L’ordonnance de Brignoles, les affaires pendantes et l’information administrative en Provence sous les premiers Angevins », Information et société en Occident à la fin du Moyen Age, dir. C. K. Boudreau, C. Fianu, C. Gauvard, M. Hébert, Paris, 2004, p. 41-56 ; J.-L. Bonnaud, Un Etat en Provence. Les officiers locaux du comte de Provence au xive siècle (1309-1382), Rennes, 2007.

3 Pour une présentation d’ensemble, voir l’introduction au volume : L’enquête générale de Leopardo da Foligno en Provence orientale (avril-juin 1333), dir. T. Pécout, éd. G. Butaud, M. Bouiron, P. Jansen, A. Venturini, Paris, 2008 ; Id., « Une quatrième enquête générale en Provence ? L’enquête du sénéchal Foulque d’Agoult en 1364-1365 », Du castrum au registre, et vice versa. L’enquête générale en Provence angevine, fin xiiie-Fin xive : aspects domaniaux et codicologiques, dir. T. Pécout, dans Rives méditerranéennes, à paraître.

4 Sur les enquêtes au royaume de Portugal, voir l’état de la question sur le site : http://www.fcsh.unl.pt/iem/investigar-proj-iem.htm. Inquirições gerais de D. Dinis, 1284, éd. J. A. de Sotto Mayor Pizarro, Lisbonne, 2007 (Portugaliae Monumenta Historica, n. s., 3, Inquisitiones).

5 Voir, pour un état de la question, D. Carraz, « Les enquêtes générales de la papauté sur l’ordre de l’Hôpital (1338 et 1373). Analyse comparée dans le prieuré de Provence », Quand gouverner, c’est enquêter. Les pratiques politiques de l’enquête princière, Occident, xiiie-xive siècle, actes du colloque d’Aix-en-Provence et Marseille, 19-21 mars 2009, dir. T. Pécout, à paraître.

6 D. Riche, « Les visites de l’ordre de Cluny », Comprendre le xiiie siècle, études offertes à M.-T. Lorcin, dir. P. Guichard, D. Alexandre-Bidon, Lyon, 1995, p. 111-118.

7 CSV, no 886 ; voir L. Guilloreau, « Les statuts de réformation de Maynier et de Raymond Lordet, abbés de Saint-Victor de Marseille (novembre 1202-1288) », Revue Mabillon, 6 (1910-1911), p. 86-88 ; E. Magnani Soares-Christen, Monastères et aristocratie en Provence, milieu xe-début xiie siècle, Münster, 1999, p. 282-283.

8 L’allusion porte sans doute sur les canons 7 (Irrefragabili constitutione) et 8 (Qualiter et quomodo) de Latran IV.

9 ABDR, 1 H 106, no 518 : 30 octobre 1219, instructions données à Marseille durant le chapitre général.

10 Le prieuré de Vabre accueille l’abbé Bonfils au début de l’année 1217 et en 1218 (CSV, no 891, et ABDR, 1 H 102, no 497) et une nouvelle visite est attestée en 1268 (ABDR, 1 H 1 54, n“758). L’abbaye de Castres est visitée par les prieurs de Chirac et d’Ambiolet en 1276 (ABDR, 1 H 158, no 778 ; visites de 1254 : 1 H 128, n“629-630 ; de 1258, 1 H 137, no 673 ; de 1268, 1 H 758bis la visite suscite en 1254-1258 un conflit porté devant le pape par l’abbé de Castres). L’abbaye de Saint-Savin, déjà visitée en 1265, subit, en 1296, l’inspection de deux moines qui édictent des statuts de réformation au nom de l’abbé Guillaume de Sabran (ABDR, 1 H 150, nu 737 et 1 H 181, no 891).

11 CL, t. 2, p. xc et xciv.

12 CL, t. 2, p. xcvi. Mais le monastère a livré également des rôles d’état des droits, qui reposent sans doute sur une inspection extérieure, tels les inventaires de possessions du prieuré de Puget-Théniers en 1378, avec l’enregistrement de reconnaissances prêtées au prieur et à son notaire, ou ceux de Carnolès au début du xive siècle, d’Albiosc en 1338 ou de Callian en 1341 (CL, t. 2, nos 108, 89 et 19 ; E. Magnani, « Réseau de dépendances et structure ecclésiale de Lérins (xie-milieu xve siècle) », Histoire de l’abbaye de Lérins, dir. M. Labrousse et alii, Bellefontaine, 2005, p. 218).

13 Voir notre communication à paraître : « Le personnel des enquêteurs en Provence angevine : hommes et réseaux, 1251-1365 », Quand gouverner, c’est enquêter..., op. cit. n. 5.

14 N. Coulet, Les visites pastorales, Turnhout, 1977 (Typologie des sources du Moyen Âge occidental, 23).

15 Ez. 34, 11-12 : « Je viens chercher moi-même mon troupeau pour en prendre soin. »

16 Statuts, chapitres généraux et visites de l’ordre de Cluny, dir. G. Charvin, t. 1, Paris, 1965, p. 41-42, titre 1.

17 Nous renvoyons ici aux perspectives tracées par J.-P. Boyer, « Construire l’État en Provence. Les enquêtes administratives (mi-xiiie siècle-mi-xive siècle) », L’espace provençal sous l’administration de la première maison d’Anjou-Naples, Lyon, 1994, p. 1-26, et Hébert, « L’ordonnance de Brignoles... », loc. cit. n. 2. Pour les statuts ici mentionnés : G. Giordanengo, « Statuts royaux et justice en Provence (1246-1309) », La justice temporelle dans les territoires angevins. Théories et pratiques, dir. J.-P. Boyer, A. Mailloux, L. Verdon, Paris-Rome, 2005, p. 107-126.

18 J.-L. Bonnaud, « La transmission de l’information administrative en Provence au xive siècle : l’exemple de la viguerie de Forcalquier », Provence historique, 46 (1996), p. 211-228 ; Id., Un Etat en Provence..., op. cit. n. 2.

19 M. Hébert, « Voce preconia : note sur les criées publiques en Provence à la fin du Moyen Âge », Milieux naturels, espaces sociaux : études offertes à Robert Delort, dir. É. Mornet, F. Morenzoni, D. Millioud, Paris, 1997, p. 689-701 ; Id., « Les sergents-messagers de Provence aux xiiie et xive siècles », Le petit peuple dans l’Occident médiéval. Terminologies, perceptions, réalités, dir. P. Boglioni, R. Delort, C. Gauvard, Paris, 2002, p. 293-310.

20 ABDR, B 169 (104 folios) et sa copie B 170 ; Enquêtes sur les droits et revenus de Charles Ier d’Anjou en Provence (1252 et 1278), éd. É. Baratier, Paris, 1969.

21 Ibid, p. 28-31.

22 On trouve successivement : episcopatus Nicie, episcopatus Vende, episcopatus Grasse, episcopatus Forojuliensis ; bajulia Sancii Maximi ; episcopatus Massilie, archiepiscopatus Aquensis ; bajulia Vallis Colmarii, bajulia Vallis Mucii, bajulia Sedene, bajulia Digne ; episcopatus Glandatensis, episcopatus Senecensis, episcopatus Avignonensis, avec la villa Tarasconi et la civitas Avenionensis, puis la civitas Arelatensis, plus enfin certains castra extérieurs à la Provence angevine et enclavés dans les possessions du comté de Venaissin. Pour chaque circonscription, est composé un cartularium proprietatis pour les biens fonciers, ainsi qu’un cartularium albergarum, cavalcatarum, justiciarum, etc., pour les divers droits comtaux.

23 L’enquête comporte aujourd’hui vingt et un volumes (ABDR, B 1019-1038), avec celui concernant le Comté de Vintimille et Val de Lantosque (Nice, Arch. dép. des Alpes-Maritimes,

24 Pour la présentation des phases préparatoires de cette enquête et de la bibliographie la concernant : T. Pécout, « Indagatiti diligens et solers inquisitici. L’enquête princière, domaniale et de réformation : France actuelle, Provence angevine, xiiie-xive siècle », Inquirir na Idade Média : espaços, protagonistas epoderes (sécs. xii-xiv). Tributo a Luís Krus, Coloquio international, 14 e 15 de Dezembro de 2007, dir. A. Aguiar Andrade, Lisbonne, à paraître.

25 ABDR, B 400, B 147, fol. 164 ; Aix-en-Provence, Bibl. Méjanes, ms. 716, fol. 30v ; C. Giraud, Essai sur l’histoire du droit français au Moyen Age, t. 2, Chartes et coutumes, Paris, 1846, p. 46 ; publication le 22 septembre 1296 à Aix.

26 ABDR, B 1037, fol. l-2v. Sur les détails de la procédure et l’identité des commissaires royaux, je renvoie à mes communications à paraître : « Indagatio diligens et solers inquisitio... », loc. cit. n. 24, et « Le personnel des enquêteurs en Provence angevine », loc. tit. n. 13.

27 Nice, Arch. dép. des Alpes-Maritimes, Ni Paesi 14/1, fol. 1-2. NI Paesi, Mazzo 14/2, 1er cahier). Les registres de la baillie de Seyne (B 1036), de la baillie de Sisteron (B 1037), de la viguerie de Marseille (B 1019) sont en cours d’édition, respectivement par Damien Ruiz (docteur de l’univ. Paris-Ouest Nanterre) ; Joachim Stephan (univ. de Poznan, Pologne) ; Juliette Sibon (UMR Framespa, univ. Toulouse 2) et Marc Bouiron (UMR CEPAM, univ. de Nice).

28 ABDR, B 1032, fol. 1-2 ; B 1029, fol. 2 ; B 1028, fol. lv-2 : B 1036, fol. 1.

29 Je renvoie à la présentation de cette enquête et de ses acteurs dans l’introduction du volume : L’enquête de Leopardo da Foligno.op. cit. n. 3.

30 Sisteron, Alpes-de-Haute-Provence ; Draguignan, Var.

31 Pour une présentation plus détaillée : Pécout, « Une quatrième enquête générale en Provence... », loc. cit. n. 3.

32 ABDR, B 828, fol. 1-2 : 10 juillet 1364, lettre de commission du sénéchal Foulque d’Agoult au maître rational Louis de Tabia et au rational Hugues Bernardi, copiée également dans le registre ABDR, B 196, fol. 162-v. Le second se met en route le 12 juillet, le premier le 12 août. ABDR, B 828 (330 folios) : enquête dans la baillie de Seyne, 17 août-26 octobre 1364 ; fol. 1 : 10 juillet, lettre de commission du sénéchal Foulque d’Agoult au maître rational Louis de Tabia et au rational Hugues Bernardi. Le 26 octobre, les enquêteurs sont à Vernet. ABDR, B 1150 (92 folios) ; reconnaissances des habitants d’Auzet (29-30 août 1364), de Verdaches (21 octobre), de Pontis (21 octobre), d’Ubaye (21 octobre), de Selonnet et Saint-Martin (21 octobre). ABDR, B 1148 (125 folios) : enquête pour La Bréole, 3-7 septembre 1364. ABDR, B 1147 (35 folios) : enquête à Meyronnes et Larche, 1364. ABDR, B 1149 (43 folios), seul jalon chronologique, la date du 3 octobre 1364 ; état pour les castra de Méolans, Revel, Le Lauzet, Jausiers, Châtelard, Meyronnes, Larché, Saint-Paul, Tournoux et Les Gleisolles, Seyne, Auset, Couloubroux, La Bréole, Verdaches, Montclar, Pontis, Ubraye, Selonnet et Saint-Martin, Saint-Vincent.

33 ABDR, B 196, fol. 162-172.

34 ABDR, B 827 (8 folios), entre le 29 juillet et le 27 août 1364.

35 ABDR, B 826, fol. lv-2v. Giovanni da Firenze est présent dans la baillie de Moustiers dès le 23 janvier 1365 et enregistre des reconnaissances entre le 25 janvier et les 10-12 juillet. En avril, il gagne la viguerie de Puget-Théniers où il est attesté jusqu’en septembre suivant (ABDR, B 1151). Pour Castellane, le registre semble perdu.

36 Les modalités de sa déambulation sont variables. L’itinérance peut n’être que partielle, comme chez certains prédécesseurs de Leopardo da Foligno. L’enquêteur se borne à séjourner dans le cheflieu, où il dispose des archives locales du clavaire et où il reçoit les reconnaissances des tenanciers. Ainsi de Nicolas Verticelli de Naples, professeur dans les deux droits et enquêteur royal en 1323. Il se rend dans la baillie de Sisteron et s’installe dans la demeure de l’évêque et dans la maison du prévôt. Il procède les 21-29 novembre puis 1er-22 décembre 1323 (respectivement pour ces deux périodes, ABDR, B 821 et B 822 : le premier registre est le fait du notaire de l’enquêteur Jean Isnardi, le second de nombreux autres rédacteurs sans doute recrutés sur place). Ainsi de l’évêque de Troia Arnaldo, son collègue, chargé d’opérer dans la viguerie de Forcalquier (ABDR, B 1104). Ce dernier s’installe dans la demeure du prévôt, entre le 22 septembre et le 30 décembre 1323. Il commet le notaire Jean Ferrerii qui sera chargé de se rendre dans les castra, afin d’établir les droits royaux et recevoir les reconnaissances. L’itinérance des enquêteurs est ainsi relayée par leurs notaires recrutés sur place, sans doute plus à même d’évoluer dans la langue et le milieu locaux.

37 Voir, sur ce point, la contribution à paraître de P. Jansen, « La participation des communautés et de leurs représentants à l’enquête princière (Provence, 1332-1333) », Quand gouverner, c’est enquêter..., op. cit. n. 5.

38 ABDR, B 1139 (48 folios) ; voir Pécout, « Une quatrième enquête générale en Provence... », loc. cit. n. 3.

Table des illustrations

Légende Figure 1. – Les lieux de séjour de la cour comtale sous les derniers comtes catalans , 1198-1245
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/10488/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Figure 2. – Les séjours de Charles II, 1278-1309
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/10488/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Figure 3. – L’enquête générale des environs de 1251 dans le comté de Provence
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/10488/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Figure 4.– L’enquête générale de Charles II, 1297-1299 (circonscriptions visitées mpar les commissaires royaux
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/10488/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Figure 5. – L’enquête générale de Charles II, 1297-1299 (circonscriptions visitées par les officiers locaux)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/10488/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Figure 6. – L’itinéraire de l’enquêteur royal Leopardo da Foligno, 1332-133 (itinéraire supposé en pointillé)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/10488/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Figure 7. – L’enquête ordonnée par le sénéchal en 1364-1365 et 1379
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/10488/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 263k

© Éditions de la Sorbonne, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site