Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des sociétés en mouvement. Migrations et mobilité au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Circulation des détenteurs de l'autorité

Réflexions pour une analyse structurelle du voyage pontifical aux xie et xiie siècles

Didier Méhu

Texte intégral

  • 1 Tous ces voyages n’ont pas été étudiés et plusieurs itinéraires restent à établir, d’où le recours (...)
  • 2 A. Paravicini Bagliani, « La mobilità della Curia Romana nel Duecento : riflessi locali », Società (...)
  • 3 Telle est la vision entérinée par A. Fliche, La réforme grégorienne et la reconquête chrétienne (1 (...)
  • 4 P. Toubert, Les structures du Latium médiéval. Le Latium méridional et la Sabine du Dé siècle à la (...)

1Le xie siècle marque un tournant dans l’histoire de l’Église romaine dont l’une des caractéristiques est le déplacement fréquent, à longue distance et sur plusieurs mois, du pape et de sa cour. Parmi les vingt papes légitimes des années 1050-1180, neuf se déplacent en direction du royaume des Francs ou de l’Empire : Léon IX, Victor II, Urbain II, Pascal II, Gélase II, Calixte II, Innocent II, Eugène III et Alexandre III1. La durée des séjours est variable, le plus bref étant celui de Gélase II, mort en route trois mois après son départ, le plus long étant celui d’Alexandre III, qui passe trois ans et demi dans le royaume des Francs entre 1162 et 1165. Ces déplacements longs et lointains s’ajoutent à des séjours brefs en Italie pour réunir des conciles ou négocier la paix avec les Normands, les Byzantins ou l’empereur et, dès le milieu du xiie siècle, à l’installation périodique du pape et de la Curie dans les palais du Latium, dont le premier est construit par Eugène III à Segni2. Ces différents aspects de l’itinérance pontificale sont bien connus, mais ils ne sont généralement pas envisagés comme des phénomènes articulés. Les premiers sont considérés avant tout comme des réponses conjoncturelles aux difficultés nées de la querelle du Sacerdoce et de l’Empire3, les seconds comme les témoignages de l’essor de la diplomatie pontificale et les troisièmes comme la manifestation de la conscientisation étatique du pape dans le Latium4. Si la mise en avant des facteurs conjoncturels éclaire les motifs de quelques départs et certains itinéraires, elle tend à faire du voyage pontifical un pis-aller dont on imagine qu’il aurait pu être évité dans un contexte moins troublé. On néglige alors de le considérer comme un élément positif et choisi dont userait la papauté. Aussi me risquerai-je ici à quelques hypothèses pour articuler ces phénomènes et intégrer l’histoire des voyages pontificaux dans celle des déplacements à l’époque féodale.

La conjoncture du voyage

  • 5 Pour l’ensemble des événements cités, hormis des précisions spécifiques, on se reportera à la synt (...)
  • 6 Ils demeurent très rarement plus de dix jours dans le même lieu, le plus souvent trois ou quatre. (...)

2Au plus fort de la querelle des Investitures et de la lutte du Sacerdoce et de l’Empire, les papes se sont vus, à plusieurs reprises, contestés par un partisan de l’empereur, parfois contraints de trouver refuge dans le château Saint-Ange ou sur l’île tibérine, voire chassés de Rome5. Urbain II, Pascal II, Gélase II, Calixte II, Innocent II et Alexandre III ont fait face à un « antipape » et, pour les deux derniers, l’opposition prit la forme d’un véritable schisme. Cependant, les difficultés du pape n’impliquent pas nécessairement qu’il parte en voyage. Qu’il quitte la Ville dans laquelle son autorité n’est plus reconnue est un fait, qu’il choisisse de se déplacer pendant plusieurs mois et ce, même après la pacification de Rome, en est un autre. À l’exception de Grégoire VII, exilé entre juin 1084 et mai 1085 à Salerne, les papes grégoriens ne quittent pas Rome pour se réfugier sur les terres d’un protecteur et n’en plus bouger. Ils choisissent au contraire la voie délicate, éprouvante et parfois dangereuse du voyage, demeurant rarement longtemps dans le même lieu6. En outre, la connexion entre l’insécurité romaine et le départ du pontife est loin d’être automatique. Léon IX, grand pape voyageur, ne rencontre aucune opposition dans la Ville. Urbain II, contraint de quitter régulièrement le Siège de saint Pierre pendant les premières années de son pontificat, entreprend son voyage lorsque son autorité à Rome ne fait plus de doute. Calixte II, élu après la mort de Gélase II à Cluny en janvier 1119, ne rentre pas pour autant à Rome, mais sillonne le royaume des Francs pendant un an et demi, apparaissant, à l’instar de tous les papes voyageurs, davantage comme un prince en démonstration que comme un prince en exil. Les motifs du voyage sont donc moins dans l’obligation du départ que dans la quête de ce que l’on va trouver.

3Les justifications pragmatiques sont assez claires. Il s’agit de quérir le soutien nécessaire d’un réseau de fidèles en vue d’asseoir l’autorité pontificale. Léon IX et Urbain II se tournent avant tout vers leurs frères et leurs pairs, le premier revenant à deux reprises sur les terres lotharingiennes dont il est originaire, le second, ancien grand prieur de Cluny, effectuant une série de stations dans les monastères clunisiens dont il confirme les privilèges et consacre les églises. Le choix privilégié du royaume des Francs s’explique en grande partie par le souci d’assurer le soutien capétien à la politique réformatrice romaine. Le voyage de Pascal II est motivé par la rencontre avec le roi Philippe Ier et les légats de l’empereur Henri V pour confirmer le compromis sur les investitures, conclu en 1104. Gélase II souhaite renouveler l’alliance avec Louis VI, qu’il doit rencontrer à Vézelay. Mort en route, c’est à son successeur, Calixte II, qu’il revient de rencontrer le roi. L’entrevue a lieu à Étampes, le 3 octobre 1119, puis Louis VI accompagne le pape pendant trois semaines au fil des étapes franciliennes de son périple. Ensuite, Calixte effectue deux crochets significatifs pour rencontrer l’empereur et le roi d’Angleterre. Le voyage d’innocent II dans le royaume des Francs en 1131 est ponctué de plusieurs entrevues avec les trois mêmes autorités et culmine avec le sacre du jeune Louis VII dans la cathédrale de Reims.

  • 7 Suger, Vita Ludovici Grossi regis, 10, 27 et 32, éd. et trad. H. Waquet, Paris, 1964, p. 50-68, 20 (...)
  • 8 Les exagérations de Suger au sujet de la bienveillance capétienne pour le pape sont soulignées par(...)
  • 9 La vie du pape Léon IX (Brunon, évêque de Tout), éd. et trad. M. Goullet, M. Parisse, Paris, 1997. (...)

4Cet aspect diplomatique des voyages pontificaux apparaît d’autant plus clairement qu’il est souligné par les chroniqueurs royaux. Dans la Vita Ludovici Grossi, Suger évoque les voyages de Pascal II, Gélase II, Calixte II et Innocent II, parce qu’ils permettent de valoriser Louis VI, hôte remarquable, et le royaume des Francs, terre d’asile des papes opprimés7. Le poids de Suger dans l’historiographie française et la lecture littérale de ses allégations sur les voyages des papes ont joué un rôle essentiel dans la présentation du phénomène de manière essentiellement conjoncturelle8. L’historiographie pontificale présente un autre point de vue. Alors que les Vitae du Liber pontificalis s’attardent peu sur les déplacements des papes, y compris lorsque ceux-ci effectuent de longs voyages (comme Léon III, Etienne IV ou Jean VIII), les Vies des papes grégoriens leur accordent de longs développements. La Vie de Léon IX, par exemple, est une véritable mise en scène discursive des déplacements du héros. Ils ponctuent les différentes parties constitutives du récit, pour en former la matière même, depuis la jeunesse de Brunon jusqu’au transitus final9. Ce changement narratif accompagne très probablement une valorisation nouvelle du déplacement des papes dont il convient de tenir compte.

  • 10 Crozet, « Le voyage d’Urbain II et ses négociations... », loc. cit. n. 1 ; A. Graboïs, « Les séjou (...)
  • 11 Zadora-Rio, « Lieux d’inhumation... », loc. cit. n. 1.

5Par ailleurs, on a parfois souligné le caractère administratif et programmatique des voyages pontificaux de la période grégorienne, en voyant là tantôt un moyen d’assurer la mise en place de la fiscalité pontificale, tantôt un outil efficace pour diffuser la politique réformatrice ou le projet de croisade10. Récemment, Élisabeth Zadora-Rio relevait l’impact que le voyage d’Urbain II pouvait avoir eu sur la diffusion du rite de la consécration du cimetière, invitant à réexaminer la dimension liturgique, sociale et spatiale des voyages pontificaux11. Ces faits ne peuvent être négligés, mais ils doivent être articulés. Si les papes voyageurs ont réuni des conciles, où ils excommuniaient les simoniaques avec véhémence, s’ils profitaient de leurs tournées pour rencontrer les rois, consacrer des cimetières et des églises, confirmer des privilèges, revendiquer le cens romain dû par les monastères exempts, prêcher la croisade, porter occasionnellement la tiare ou prononcer un sermon, c’est que ces faits avaient une cohérence. Une cohérence qui va au-delà des intentions affichées par les chroniqueurs et au-delà de la conjoncture difficile. La première piste que l’on peut explorer pour tenter de saisir cette cohérence est de mettre en relation les voyages des papes avec les autres déplacements alors valorisés par l’Église romaine.

Mouvements centripètes et centrifuges

  • 12 S. Weiss, Die Urkunden der päpstlichen Legaten von Leo IX. bis Coelestin III. (1049-1198), Cologne (...)

6L’envoi des légats pontificaux à travers l’Europe commence au ive siècle, mais la pratique connaît une forte dynamique dans la deuxième moitié du xie siècle12. On constate alors une augmentation de la durée des légations ; Grégoire VII et Urbain II instaurent des légats permanents en Gaule, en Espagne, en Germanie et en Lombardie, puis, au début du xiie siècle, les légations se multiplient dans des régions où le pape ne se rend jamais, comme la Bohême, le Portugal, l’Écosse, la Scandinavie et le royaume latin de Jérusalem. Les légats sont les représentants plénipotentiaires du pape, et leur mission tient lieu d’un voyage pontifical « par procuration ». Même permanents, ils n’ont pas de siège fixe. On les voit au contraire fréquemment en chemin, stationnant auprès des cathédrales ou dans les abbayes de leur ressort, réunissant des conciles, confirmant des privilèges au nom du pape, tranchant des litiges entre ecclésiastiques ou consacrant des églises.

  • 13 Gratien, Decretum, D. 93, c. 4, éd. E. Friedberg, Corpus iuris canonici, t. 1, Leipzig, 1879, col. (...)
  • 14 M. Maccarrone, « Ubi est papa, ibi est Roma », Aus Kirche und Reich. Studien zu Théologie, Politik (...)

7La diffusion centripète de la juridiction romaine s’accompagne d’une valorisation des déplacements vers la personne du pape, vers son siège (même lorsque celui-ci est en déplacement) et vers le centre historique et symbolique de la Christianitas. Les papes réformateurs du xie siècle rendent le déplacement ad limina apostolorum (c’est-à-dire sur le tombeau des apôtres, considéré comme le seuil du royaume céleste) obligatoire pour tous les dignitaires ecclésiastiques, et la norme est cristallisée dans le Décret de Gratien au milieu du xiie siècle13. C’est alors que le voyage ad limina se confond avec la visite auprès du pape ou de la Curie romaine, où qu’elle se trouve, évolution qui trouve sa formulation classique dans la formule d’Hostiensis (v. 1253), Ubi papa ibi Roma14. Avec Léon IX, les déplacements vers la Ville sont également encouragés par la création d’un concile annuel auxquels sont conviés des ecclésiastiques extérieurs à la province de Rome. Il se tient régulièrement au Latran entre 1050 et 1100, généralement au moment du Carême, et devient le lieu habituel pour demander la confirmation de privilèges ou le règlement des litiges pendants. Au début du xiie siècle, le concile annuel est remplacé par le consistoire, assemblée juridique dirigée par les cardinaux, à laquelle s’ajoutent des conciles occasionnels dits « généraux », dont les plus connus sont les trois du Latran (1123, 1139, 1179), sans oublier les grands conciles tenus lorsque les papes sont en voyage, où se retrouvent des ecclésiastiques venus de différents royaumes (Reims en 1049, 1119, 1131, 1148 ; Clermont en 1095, 1130 ; Plaisance en 1095 ; Tours en 1163).

  • 15 Cet opuscule est le point de départ de l’ouvrage d’A. Paravicini Bagliani, Il corpo del Papa, Turi (...)
  • 16 De Gallica Petri Damiani profectione et eius ultramontano itinere, éd. G. Schwartz, A. Hofmeister,(...)

8En 1059, le décret de Nicolas II réforme l’élection pontificale pour la confier aux cardinaux. Recrutés auparavant exclusivement parmi le clergé de la province de Rome, ils proviennent désormais partiellement des provinces éloignées : Lombardie, France, Germanie, Angleterre. L’organisation du collège cardinalice contribue à structurer l’institution ecclésiale comme un corps. Si on ne le qualifie pas encore de mystique, on conçoit déjà qu’il survit au-delà de la personne du pape et qu’il vit grâce à la conjonction de membres éloignés dont les déplacements assurent la cohésion. Pierre Damien en témoigne dans les années 1060. C’est dans un opuscule qu’il adresse à Alexandre II, en juin 1064, que l’on trouve la première expression de la complémentarité entre la caducité de la personne du pape et la pérennité de l’Église qui lui survit15. L’année précédente, Pierre Damien avait achevé une longue légation en Gaule, où il avait représenté la personne pontificale, consacré des églises, des évêques et dirigé des conciles : autant d’actions dont il souligna la cohérence dans son De profectione et itinere. Ce récit constitue la première narration détaillée d’une légation pontificale, soit l’expression selon laquelle l’Église, depuis la progression existentielle des fidèles jusqu’à la construction du corps social, se construit sur le déplacement16.

Le déplacement comme élément constitutif de l’autorité pontificale

  • 17 R. Schmidt, Königsumritt und Huldigung in ottonisch-salischer Zeit, Stuttgart, 1961, p. 97-233 ; J (...)
  • 18 K. J. Benz, Untersuchungen zurpolitischen Bedeutung der Kirchweihe unter Teilnahme der deutschen H (...)
  • 19 La geste du roi Conrad II se consacre longuement à la peragratio regnorum qui a suivi son élection (...)
  • 20 Swinarski, Herrschen mit den Heiligen..., op. cit. n. 18. Les rois mages, présentés comme les prem (...)

9On peut également se demander si le déplacement n’était pas un élément constitutif de l’autorité pontificale, à l’instar de tout dominium aux temps féodaux. Le cas des souverains ottoniens est éclairant. Dès leur avènement, ceux-ci effectuent de longues chevauchées autour du royaume afin de (re)nouer les liens fondateurs du regimen royal. Ces chevauchées sont ponctuées de cérémonies récurrentes comme la prestation de serments, le don des insignes impériaux, l’intronisation, la réunion de conciles17. Les rois devaient aussi pactiser avec les saints, garants essentiels de l’ordre social, en leur rendant visite, en leur offrant des présents et en participant parfois aux translations de reliques qu’ils portaient eux-mêmes sur une longue distance, sans oublier les consécrations d’églises auxquelles ils participaient18. Le déplacement permettait la réalisation de ces cérémonies et, dans la geste royale, il devint une figure du gouvernement, un moyen de maintenir la paix du royaume et d’anéantir les rebelles. Le règne tout entier fut montré comme une peregrinado et le voyage comme le signe du cheminement existentiel du roi, un transitus permettant à l’homme de devenir un souverain, au souverain de devenir un homme de Dieu19. Le roi pérégrinant devint un modèle qui s’articulait à celui des rois mages dont on vénérait les reliques dans un haut lieu du royaume, la cathédrale de Cologne, et qui ne tarda pas à s’incarner dans le départ pour les croisades20.

  • 21 Anselme de Saint-Remy, Histoire de la dédicace de Saint-Remy, éd. et trad. J. Hourlier, La Champag (...)
  • 22 Cela est mentionné dans une lettre de Bebo, diacre de Bamberg, adressée en 1021 à l’empereur Henri (...)
  • 23 S. Twyman, « Papal Adventus at Rome in the Twelfth Century », Historical Research, 69 (1996), no 1 (...)

10Le cas des souverains ottoniens est d’autant plus éclairant que le premier pape voyageur est issu de leur milieu. Léon IX et ses successeurs semblent avoir bien compris que, pour construire la nouvelle autorité pontificale, ils devaient se montrer en princes itinérants et en maîtres de cérémonie. Lors de leurs voyages, ils s’approprient des gestes qu’ils n’effectuaient auparavant que dans la seule ville de Rome ou qui étaient utilisés pour la valorisation de l’autorité royale. Lorsque Léon IX arrive à Reims, le 26 octobre 1049, pour dédicacer la nouvelle église abbatiale Saint-Remi et réunir un concile réformateur, il est accueilli à Courmelois, à 15 km au sud-est de la cité, par l’abbé de Saint-Remi et les quatre évêques de Trèves, Lyon, Besançon et Porto. Ceux-ci l’escortent jusqu’à l’atrium de l’abbatiale, où le pape rejoint l’assemblée présidée par les évêques de Senlis, d’Angers et de Nevers, représentant trois provinces ecclésiastiques du royaume des Francs. La procession s’avance jusque dans le chœur de l’église où le pape s’installe dans un siège (sedes) qui lui a été préparé21. On ignore s’il est arrivé à cheval jusqu’aux portes de Saint-Remi, comme l’avait fait quatre ans plus tôt son prédécesseur, Benoît VIII, à la cathédrale de Bamberg22. La narration est également trop elliptique pour déterminer si l’adventus rémois reproduit l’entrée solennelle des papes à la basilique du Latran ou à Saint-Pierre de Rome23. Néanmoins la volonté de faire du lieu visité une sedes pontificale est manifeste.

  • 24 Le cérémonial de l’investiture du pape à Rome apparaît clairement vers 1100 dans la Vita de Pascal (...)
  • 25 Le Liber pontificalis. Texte, introduction et commentaire, éd. L. Duchesne, t. 2, Paris, 1892, p.  (...)
  • 26 Chronicon sancii Martini Turonensis, éd. O. Helder-Egger, Hanovre, 1882 (MGH SS, 26), p. 461. Sur (...)
  • 27 Pascal II porte le phrygium à la manière romaine le dimanche 24 mars 1107 à Tours : Suger, Vita Lu (...)
  • 28 C’est ainsi que l’empereur Lothaire est présenté lors de l’adventus d’innocent II à Liège le 2 mar (...)

11Dès la fin du xie siècle, les stations pontificales lors des voyages peuvent s’apparenter explicitement aux rituels qui marquent l’investiture temporelle du pape à Rome : déplacements processionnels, intronisations au Latran, port des insignes royaux et de symboles christiques24. Le couronnement du pape lors de son investiture semble apparaître sous Nicolas II et l’on sait, grâce à la narration détaillée de la cérémonie dans la Vita de Pascal II, que le pape porte aussi la couronne lors d’une procession dans la Ville après la consécration à Saint-Pierre25. Il semble qu’Urbain II soit le premier à la porter more romano lors d’un voyage, comme lors d’une procession à Tours, le jour de l’Annonciation de l’année 1096. À cette même occasion, il porta processionnellement la rose d’or ointe de baume et de musc – ce symbole dont Eugène III et ses successeurs souligneront la valeur christique – avant de l’offrir à son hôte Foulque d’Anjou26. Pascal II, Calixte II, Innocent II apparaissent couronnés more romano à plusieurs reprises, lors de leurs voyages respectifs. Leur couvre-chef est le phrygium, soit cet insigne conféré à Sylvestre par Constantin, selon le Constantinum Constantini, et qui deviendra la tiare27. Et encore, à l’instar du Sylvestre de la légende, c’est un pape chevauchant qui est accueilli lors de ses périples ultramontains, ses hôtes prenant la pose de l’écuyer et tenant la bride de son cheval blanc28.

  • 29 Iogna-Prat, La Maison Dieu..., op. cit. n. 1, p. 336-398.
  • 30 R. Crozet, « Étude sur les consécrations pontificales », Bulletin monumental, 104 (1946), p. 5-46.
  • 31 Zadora-Rio, « Lieux d’inhumation... », loc. cit. n. 1. Le phénomène est observable dès le voyage d (...)
  • 32 M. Lauwers, Naissance du cimetière. Lieux sacrés et terre des morts dans l’Occident médiéval, Pari (...)
  • 33 Voir la création d’un bannum apostolum par Léon IX autour de la cathédrale Saint-Etienne de Besanç (...)
  • 34 Recueil des chartes de l’abbaye de Cluny, éd. A. Bernard, A. Bruel, t. 5, Paris, 1896, p. 71, no 3 (...)
  • 35 C’est le cas du sacer bannus de Cluny, institué par Urbain II après la consécration de l’église ab (...)

12Léon IX et tous ses successeurs avaient un avantage considérable sur les rois dont ils réinterprétaient les cérémonies. Ils ne se contentaient pas de doter les églises ou d’assister aux consécrations, mais les consacraient eux-mêmes, se présentant comme les véritables créateurs de l’espace social dont ils proposaient une régénérescence29. Les voyages pontificaux sont en effet ponctués de consécrations d’autels et de dédicaces d’églises. Elles jalonnent tous les itinéraires, à tel point que ces voyages apparaissent parfois comme de véritables tournées de consécration30. La conjonction entre la consécration d’un point central, l’autel ou l’église, et la délimitation d’une aire protégée autour de celui-ci (atrium, cimiterium) apparaît comme une constante31. La structure discursive des narrations met clairement en évidence la logique des cérémonies : la consécration implique une restriction de l’accès au lieu consacré et sa mise sous un statut réservé qui l’isole des biens, des lieux et des personnes ordinaires. Les parties attenantes au lieu de culte se voient ainsi destinées aux seuls contacts entre les sphères terrestre et céleste. Aussi le cimiterium ainsi défini n’est-il pas simplement un lieu de sépultures, mais une zone dont la proximité immédiate avec un pôle consacré a transformé le statut pour le destiner entièrement à Dieu et aux rapports sociaux qui permettent de se rapprocher de Lui32. De telles zones sont qualifiées salvamentum ou bannum, soit des aires de refuge à l’intérieur desquelles s’exerce le seul dominium des saints qui reposent dans l’autel et des agents qui les représentent en desservant le lieu consacré33. Les habitants de ces « sauvetés » vivent dans un espace qui se comporte comme une église, sans en avoir tout à fait les qualités : quasi in ecclesia securus et liber, comme on l’écrit à Nevers en 1097 pour qualifier toute personne qui se réfugierait dans le bourg Saint-Etienne, alors que l’évêque Yves de Chartres vient de consacrer la nouvelle église abbatiale34. Et, parfois, la zone délimitée est explicitement considérée comme une terre consacrée35.

  • 36 Anselme de Saint-Remy, Histoire de la dédicace..., op. cit. n. 21, p. 230-232.
  • 37 Gélase II aurait disposé des terminos lapídeos autour de la sauveté du prieuré de Tornac en décemb (...)

13La sanctification d’une sauveté passe par le parcours de ses limites. Le parcours peut être bien réel. À Reims, en 1049, avant que les évêques de Reims et de Lisieux effectuent le triple circuit consécrateur autour de l’abbatiale Saint-Remi, Léon IX charge les chanoines de la cathédrale de porter processionnellement les reliques de saint Remi per gyrum urbis, et castelli, eique adjacentis municipii36. Le parcours effectif est également manifeste lorsque le pape dispose des croix ou des bornes aux limites de la sauveté37.

  • 38 C’est ce que fait Léon IX à Romainmôtier en 1050 : Le cartulaire de Romainmôtier ( xiie siècle). I (...)
  • 39 Ce phénomène a été souligné par Michel Zimmermann (« Les enjeux de la consécration d’autel en Cata (...)
  • 40 Les ordines romani du haut Moyen Age, éd. M. Andrieu, t. 4, Louvain, 1956, p. 343.

14En revanche, la délimitation discursive peut parfois suffire, dès lors qu’elle est prononcée devant le peuple, puis consignée ensuite par écrit. Il s’agit alors d’énumérer les termini de la zone protégée, dans un ordre qui dessine un cercle autour du lieu consacré38. On est tenté de mettre en relation ces terminationes avec les délimitations de parrochiae, qui apparaissent en Catalogne à la fin du ixe siècle dans le contexte discursif des « actes de consécration ». La fixation des termini de la parrochia procède de la consécration du point central, comme s’il s’agissait d’une conséquence logique. Les termini dessinent un cercle théorique figuré par l’expression in circuitu ou par la mention des points cardinaux selon un ordre rigoureux : est, sud, ouest, nord39. Ces circuits discursifs rappellent les circuitus réels effectués par l’évêque autour de l’autel et de l’église lors de la consécration de l’édifice. Dès l’ ordo romanus 41 (Ordo quomodo ecclesia debeat dedicari), composé à la fin du viiie siècle, il est en effet précisé que le célébrant doit asperger les murs intérieurs de l’église par un circuitus qui part de l’autel, soit de l’est, pour se diriger vers sa droite, soit le sud, et terminer son circuit par un retour vers l’autel40.

  • 41 Anselme de Saint-Remy, Histoire de la dédicace..., op. cit. n. 21, p. 244.
  • 42 La vie du pape Léon IX..., op. cit. n. 9, p. 88-90.
  • 43 Anselme de Saint-Remy, Histoire de la dédicace.op. cit. n. 21, p. 234-238.

15La proclamation de l’autorité pontificale se marque aussi par les conciles réformateurs dont le but rencontre celui de la consécration, à savoir la purification du corps ecclésial par la purification des lieux et des corps dans lesquels il s’incarne. Là encore, le mouvement semble initié par Léon IX. Lors des conciles de Reims et de Mayence qu’il réunit en novembre 1049, les évêques de Langres et de Spire sont excommuniés pour simonie. Les prélats simoniaques cumulent plusieurs crimes (homicidio) dont la litanie résonne comme le programme de la purification ecclésiale : lutte contre l’hérésie, contre la sodomie, respect du mariage pour les laïcs, abstinence du port des armes par les clercs41. La purification du corps des évêques simoniaques et, par voie de conséquence, la purification du corps de l’Église romaine sont effectuées par la condamnation prononcée lors du concile, et celle-ci procède de la consécration de l’église célébrée la veille. La mémoire écrite des événements articule clairement les deux événements. La Vita Leonis papae fait de la consécration de l’abbatiale Saint-Remi le préambule de la condamnation de l’évêque de Langres42, alors que la Narratio dedications ecclesiae d’Anselme de Saint-Remi enchaîne au récit détaillé de la dédicace la narration du concile43.

  • 44 L’hypothèse est formulée, de manière plus large, par A. Guerreau, « Quelques caractères spécifique (...)

16Jalonnés de consécrations d’autels, d’églises et de cimetières, de sanctifications de zones d’asile, de prises de parole (sermons ou conciles) qui énoncent les règles de la société régénérée par la consécration, les voyages pontificaux apparaissent comme des facteurs décisifs dans la constitution d’un espace chrétien multipolaire, ponctué de lieux consacrés, reproductibles et isomorphes à partir desquels les rapports sociaux sont redéfinis44. Bien sûr, les papes n’ont pas l’apanage des consécrations, qui demeurent une compétence épiscopale, mais ils apparaissent comme des consécrateurs de marque, susceptibles de transmettre une part de leur majestas au locus qu’ils visitent et consacrent. La recherche d’un consécrateur de renom a sans doute incité nombre de prélats à solliciter le pape qui séjournait dans la région pour consacrer leur lieu de culte, même si la construction de celui-ci n’était qu’à peine ébauchée. Les itinéraires tortueux de la plupart des voyages pontificaux ne sont pas sans rapport avec de telles sollicitations, qui montrent par ailleurs que les voyages n’étaient pas totalement planifiés à l’avance. Et, lorsque le pape ne venait pas en personne, il était toujours possible de le faire venir virtuellement. Une recherche d’envergure sur la mémoire pontificale dans l’historiographie ecclésiastique des xie et xiie siècles serait nécessaire pour bien prendre la mesure du phénomène.

  • 45 L’acte intitulé Privilegium Benedicti pape et omnium episcoporum Galliarum est édité, sans le préa (...)
  • 46 La date de rédaction du privilegium Benedicti pape a été amplement discutée par Monique Zerner, qu (...)
  • 47 C. Treffort, « Charlemagne à Charroux. Légendes de fondation, histoire architecturale et création (...)
  • 48 Le cartulaire de Romainmôtier..., op. cit. n. 38, p. 71-73 ; J.-D. Morerod, « La visite du pape Ét (...)
  • 49 D. Méhu, « Les privilèges pontificaux de Lérins. De 1 élaboration du cartulaire à la nouvelle Vita (...)

17Il a été récemment mis en évidence pour Saint-Victor de Marseille, où un pseudo-privilège, copié vers 1080 dans le dossier introductif du grand cartulaire, évoque la consécration de l’église abbatiale par le pape Benoît IX en 1040, en inscrivant la cérémonie dans la mémoire de la consécration du monasterium et de deux églises par le pape Léon Ier45. Ces deux consécrations pontificales n’ont jamais eu lieu et elles sont manifestement des reconstructions mémorielles de la période grégorienne, en un temps où de telles cérémonies ponctuaient les déplacements des papes. Les moines de Saint-Victor de Marseille, qui n’avaient pas eu le privilège de recevoir la visite du pape, inventèrent la consécration de Benoît IX, pontife régnant au moment de la consécration de leur église abbatiale, et firent remonter cette relation privilégiée avec Rome aux premiers temps de leur histoire46. La légende de fondation de l’abbaye de Charroux, composée dans la seconde moitié du xie siècle, attribue la consécration de l’église abbatiale au pape Léon III, lors d’un prétendu voyage sur place, alors qu’il revenait de rencontrer Charlemagne. Cette légende est insérée dans le récit de la consécration de l’abbatiale effectuée réellement par Urbain II en 1096 et, au début du xiie siècle, la chronique de Saint-Maixent ajoute que Léon IX aurait envoyé en 1047 (sic) une pierre d’autel consacrée pour la dédicace de l’église de Charroux47. Le cartulaire de Romainmôtier, composé vers 1140, trace une généalogie entre la délimitation (réelle) d’une zone d’immunité autour de l’abbatiale par le pape Léon IX en 1050 et le (pseudo-)voyage du pape Étienne II dans l’abbaye jurassienne en 754, alors qu’il se rendait auprès de Pépin le Bref48. Quant à Lérins, c’est la consécration légendaire de l’ensemble de l’île que le récit hagiographique relatif à saint Honorat, recomposé à la fin du xiiie siècle, attribua à un pape, Eugène III, le père de la deuxième croisade, alors même que l’on valorisait le pèlerinage vers l’île comme un ersatz de celui vers Jérusalem49.

18De nombreuses nuances pourraient être apportées à ce schéma général par l’analyse détaillée de chacun des itinéraires – qu’il conviendrait d’abord de dresser – et des motivations spécifiques de tel détour, de telle cérémonie. La tentative de rapprochement des aspects liturgiques, institutionnels et diplomatiques des voyages pontificaux avait pour but de réfléchir à la dimension spatiale des transformations institutionnelles qui affectent l’Église romaine entre 1050 et 1150. Et, pour ce faire, c’est un élargissement bien plus considérable que celui qui vient d’être esquissé ici qu’il conviendrait de mener. Ces remarques devraient nous conduire vers une réflexion sur le rôle structurel de la mobilité spatiale dans l’Ecclesia médiévale, prise ici dans son articulation des xie et xiie siècles. Par mobilité spatiale, j’entends évidemment les déplacements des biens et des personnes qui s’effectuent vers les lieux de culte et dont on sait qu’ils connaissent une valorisation notable lors de la période considérée. Mais il convient également d’intégrer les déplacements figurés, dont le lieu de culte est le point nodal – je pense notamment aux expériences suscitées par les reliques et les images-, c’est-à-dire d’écrire une histoire articulée de l’ensemble des transitus réels et figurés dont le locus ecclésial est le cadre.

Notes

1 Tous ces voyages n’ont pas été étudiés et plusieurs itinéraires restent à établir, d’où le recours toujours nécessaire à Ph. Jaffé, S. Loewenfeld, Regesta pontificum Romanorum, 2e éd., Leipzig, 1885-1888. Parmi les travaux synthétiques et transversaux, je retiens J. Johrendt, « Die Reisen der frühen Reformpäpste – ihre Ursachen und Funktionen », Römische Quartalschriftfür christliche Altertumskunde und Kirchengeschichte, 96 (2001), p. 57-94, et l’ouvrage collectif Aspects diplomatiques des voyages pontificaux, dir. B. Barbiche, R. Grosse, Paris, 2009. Parmi les travaux relatifs à un pape en particulier, je retiens M. Parisse, « Léon IX et l’Europe », Il papato e l’Europa, éd. G. de la Rosa, G. Gracco, Soveria Mannelli, 2001, p. 81-97 ; D. Iogna-Prat, « Léon IX, pape consécrateur », Léon IX et son temps. Actes du colloque international organisé par l’Institut d’histoire médiévale de l’université Marc-Bloch, Strasbourg-Eguisheim, 20-22juin 2002, éd. G. Bischoff, B.-M. Tock, Turnhout, 2006, p. 355-383, repris et approfondi dans Id., La Maison Dieu. Une histoire monumentale de l’Église au Moyen Âge (v. 800-v. 1200), Paris, 2006, p. 366-398 ; R. Crozet, « Le voyage d’Urbain II en France et son importance du point de vue archéologique », Annales du Midi, 49 (1937), p. 42-69 ; Id., « Le voyage d’Urbain II et ses négociations avec le clergé de France (1095-1096) », Revue historique, 179 (1937), p. 271-310 ; A. Becker, Papst Urban II. (1088-1099), t. 1, Stuttgart, 1988, p. 213-226, et t. 2, p. 435-458 : « Urbans II Frankreichreise 1095-1096 (Regesten) » ; E. Zadora-Rio, « Lieux d’inhumation et espaces consacrés. À propos du voyage du pape Urbain II en France (août 1095-août 1096) », Lieux sacrés, lieux de culte, sanctuaires. Approches terminologiques, méthodologiques, historiographiques et monographiques. Actes de la table ronde de l’École française de Rome (2-3 juin 1997), dir. A. Vauchez, Rome, 2000, p. 197-213 ; B. Schilling, « Zur Reise Paschalis’II. nach Norditalien und Frankreich 1106/07 », Francia, 28 (2002), no 1, p. 115-1 58 ; Ead., Guido von Vienne. Papst Calixt II, Hanovre, 1998, p. 686-717 : « Itinerar » ; M. Horn, Studien zur Geschichte Papst Eugens III. (1145-1163), Francfort, 1992, p. 271-292 : « Regesten der Reise Eugens III. nach Frankreich, Deutschland und Burgund ».

2 A. Paravicini Bagliani, « La mobilità della Curia Romana nel Duecento : riflessi locali », Società e istituzioni nell’Italia comunale : l’esempio di Perugia (secoli xii-xiv), Pérouse, 1988, p. 155-278 ; Id., « Der Papst auf Reisen im Mittelater », Fest und Feiern im Mittelalter. Paderborner Symposion des Mediävistenverbandes, éd. D. Altenburg, J. Arnut, H. H. Steinhoff, Sigmaringen, 1991, p. 501-514 ; Id., « I luoghi del potere dei papi (secoli xi-xiii) », Arti e storia nel Medioevo, éd. E. Castelnuovo, G. Sergi, t. 1, Turin, 2002, p. 435-472. Itineranza pontificia. La mobilità della curia papale nel Lazio (secoli XII-XIII), dir. S. Carocci, Rome, 2003. Μ. T. Gigliozzi, Ipalazzi del papa. Architettura e ideologia : il Duecento, Rome, 2003.

3 Telle est la vision entérinée par A. Fliche, La réforme grégorienne et la reconquête chrétienne (1057-1123), Paris, 1940, et A. Foche, R. Foreville, J. Rousset, Du premier concile de Latran à l’avènement d’innocent III (1123-1198), Paris, 1944 (Histoire de l’Église depuis les origines jusqu’à nos jours, 8 et 9).

4 P. Toubert, Les structures du Latium médiéval. Le Latium méridional et la Sabine du Dé siècle à la fin du xiie siècle, t. 2, Rome, 1973, p. 1051-1068, et l’ensemble des contributions de l’ouvrage Itineranza pontifìcia..., op. cit. n. 2.

5 Pour l’ensemble des événements cités, hormis des précisions spécifiques, on se reportera à la synthèse d’I. S. Robinson, The Papacy (1073-1198). Continuity and Innovation, Cambridge, 1990, et aux ouvrages cités supra n. 1.

6 Ils demeurent très rarement plus de dix jours dans le même lieu, le plus souvent trois ou quatre. L’installation de la curie d’Eugène III à Auxerre, entre juillet et octobre 1147, et d’Alexandre III à Sens de septembre 1163 à avril 1165 apparaît comme une exception.

7 Suger, Vita Ludovici Grossi regis, 10, 27 et 32, éd. et trad. H. Waquet, Paris, 1964, p. 50-68, 200-218, 256-270.

8 Les exagérations de Suger au sujet de la bienveillance capétienne pour le pape sont soulignées par Schilling, « Zur Reise Paschalis’II... », loc. cit. n. 1, p. 129-138.

9 La vie du pape Léon IX (Brunon, évêque de Tout), éd. et trad. M. Goullet, M. Parisse, Paris, 1997. L’enquête mériterait d’être menée pour toutes les Vitae pontificales des xie et xiie siècles, afin de mesurer la place du déplacement dans celles-ci et les contrastes avec les Vitae du Liber pontificalis dans sa version de la fin du ixe siècle, qui présentent avant tout des papes fondateurs, constructeurs et dotateurs d’églises.

10 Crozet, « Le voyage d’Urbain II et ses négociations... », loc. cit. n. 1 ; A. Graboïs, « Les séjours des papes en France au xiie siècle et leurs rapports avec le développement de la fiscalité pontificale », Revue d’histoire de l’Église de France, 49 (1963), p. 5-18.

11 Zadora-Rio, « Lieux d’inhumation... », loc. cit. n. 1.

12 S. Weiss, Die Urkunden der päpstlichen Legaten von Leo IX. bis Coelestin III. (1049-1198), Cologne-Weimar-Vienne, 1995.

13 Gratien, Decretum, D. 93, c. 4, éd. E. Friedberg, Corpus iuris canonici, t. 1, Leipzig, 1879, col. 321.

14 M. Maccarrone, « Ubi est papa, ibi est Roma », Aus Kirche und Reich. Studien zu Théologie, Politik und Rechi im Mittelalter, éd. H. Morder, Sigmaringen, 1983, p. 371-382.

15 Cet opuscule est le point de départ de l’ouvrage d’A. Paravicini Bagliani, Il corpo del Papa, Turin, 1994, trad. fr., Le corps du pape, Paris, 1997, p. 21-28.

16 De Gallica Petri Damiani profectione et eius ultramontano itinere, éd. G. Schwartz, A. Hofmeister, Leipzig, 1934 (MGH SS, 302), p. 1034-1046.

17 R. Schmidt, Königsumritt und Huldigung in ottonisch-salischer Zeit, Stuttgart, 1961, p. 97-233 ; J. W. Bernhardt, Itinerant Kingship and Royal Monasteries in Early Medieval Germany, c. 936-1075, Cambridge, 1993 ; G. Castelnuovo, « Un regno, un viaggio, una principessa : l’imperatrice Adelaide e il regno di Borgogna (931-999) », Le storie e la memoria. In onore di Arnold Esch, dir. R. Delle Donne, A. Zorzi, Florence, 2002, p. 215-234.

18 K. J. Benz, Untersuchungen zurpolitischen Bedeutung der Kirchweihe unter Teilnahme der deutschen Herrscher im hohen Mittelalter. Ein Beitrag zum Studium des Verhältnisses zwischen weltlicher Macht und kirchlicher Wirklichkeit unter Otto III. und Heinrich II, Kallmünz, 1975 ; U. Swinarski, Herrschen mit den Heiligen. Kirchenbesuche, Pilgerfahrten und Heiligenverehrung früh-und hochmittelalterlicher Herrscher (ca 500-ca 1200), Berne et al, 1991.

19 La geste du roi Conrad II se consacre longuement à la peragratio regnorum qui a suivi son élection en 1024-1025. Son intronisation est un transitus (chap. 6) ; le roi doit ensuite peragrare (chap. 14) et pertransire (chap. 14 et 17) pour installer son autorité en Italie, et regna peragrare avec son fils Henri pour faire reconnaître sa légitimité (chap. 23). Wipo, Gesta Chuonradi II. imperatoris, éd. H. Bresslau, 3e éd., Hanovre-Leipzig, 1915 (MGH SS rer. Ger., 61), p. 1-62.

20 Swinarski, Herrschen mit den Heiligen..., op. cit. n. 18. Les rois mages, présentés comme les premiers pèlerins à s’être rendus auprès du Christ, furent proposés en modèle aux rois de France du xiiie siècle pour les inciter à partir en croisade, comme le rappelait le dominicain Gilles d’Orléans dans un sermon prononcé à la Sainte-Chapelle pour Philippe III en 1273, cité par N. Bériou, « Le pèlerinage de saint Jacques vu par les prédicateurs du xiiie siècle », Saint Jacques et la France. Actes du colloque des 18 et 19 janvier 2001 à la Fondation Singer-Polignac, dir. A. Rucquoi, Paris, 2003, p. 350-368, ici p. 354.

21 Anselme de Saint-Remy, Histoire de la dédicace de Saint-Remy, éd. et trad. J. Hourlier, La Champagne bénédictine. Contribution à l’année saint Benoît (480-1980), dans Travaux de l’Académie nationale de Reims, 160 (1981), p. 220-222.

22 Cela est mentionné dans une lettre de Bebo, diacre de Bamberg, adressée en 1021 à l’empereur Henri II, dans laquelle il rappelle le séjour du pape l’année précédente : Bebo, Epistola, éd. Ph. Jaffé, Bibliotheca rerum germanicarum, t. 5, Berlin, 1869, p. 492-495.

23 S. Twyman, « Papal Adventus at Rome in the Twelfth Century », Historical Research, 69 (1996), no 170, p.233-253 ; Ead., Papal Ceremonial at Rome in the Twelfth Century, Londres, 2002, p. 41-87.

24 Le cérémonial de l’investiture du pape à Rome apparaît clairement vers 1100 dans la Vita de Pascal II transcrite dans le Liber pontificalis, puis surtout grâce aux ordines composés à partir des années 1140 et compilés en 1192 dans le Liber censuum Romanae Ecclesiae, éd. P. Fabre, L. Duchesne, collab. G. Mollat, Paris, 1889-1952, auxquels on doit ajouter les textes édités et étudiés par B. Schimmelpfennig, « Ein bisher unbekannter Text zur Wahl, Konsekration und Krönung des Papstes im 12. Jahrhundert », Archivum historiae pontificiae, 6 (1968), p. 43-70 ; lu., « Ein Fragment zur Wahl, Konsekration und Krönung des Papstes im 12. Jahrhundert », Archivum historiae pontificiae, 8 (1970), p. 323-331 ; Id., Die Zeremonienbücher der romischen Kirche im Mittelalter, Tübingen, 1973, et en dernier lieu Id., « Pâpstliche Liturgie und päpstliches Zeremoniell im 12. Jahrhundert », Das Papsttum in der Welt des 12. Jahrhunderts, éd. E. D. Hehl, I.H. Ringel, H. Seibert, Stuttgart, 2002, p. 263-272. Parmi les autres travaux sur le cérémonial pontifical à Rome au xiie siècle, je retiens M. Maccarrone, « La Cathedra Sancii Petri nel Medioevo, da simbolo a reliquia », Rivista di storia della Chiesa in Italia, 39 (1985), p. 349-467 ; Robinson, The Papacy..., op. cit. n. 5, p. 18-22 ; A. Boureau, « Vel sedens, vel transiens : la création d’un espace pontifical aux xie et xiie siècles », Luoghi sacri e spazi della santità. Atti del convegno di studi lAquilaRoma, ott. 1987, éd. S. Boesch-Gajano, L. Scaraffia, Turin, 1990, p. 367-379. Pour la fin du xiie et le xiiie siècle ; Paravicini Bagliani, Le corps..., op. cit. n. 15, p. 56-115 ; ID., Le Chiavi e la Tiara. Immagini e simboli del papato medievale, Rome, 1998.

25 Le Liber pontificalis. Texte, introduction et commentaire, éd. L. Duchesne, t. 2, Paris, 1892, p. 269.

26 Chronicon sancii Martini Turonensis, éd. O. Helder-Egger, Hanovre, 1882 (MGH SS, 26), p. 461. Sur le symbole de la rose d’or, voir Paravicini Bagliani, Le corps..., op. cit. n. 15, p. 100-102 et n. 35, p. 298-299 ; Id., Le Chiavi..., op. cit. n. 24, p. 53-55 ; Id., « En guise d’introduction : le pouvoir pontifical a-t-il besoin des cinq sens ? », I cinque sensi/ The Five Senses, Florence, 2002 (Micrologus, 10), p. ix-xiv.

27 Pascal II porte le phrygium à la manière romaine le dimanche 24 mars 1107 à Tours : Suger, Vita Ludovici..., op. cit. n. 7, p. 52-54. Calixte II apparaît couronné « comme le demande la manière romaine » à trois reprises lors de son voyage en France : à Clermont, le dimanche de Pentecôte 1119, à Autun, le jour de Noël, et à Cluny, le jour de l’Épiphanie de 1120 : Schilling, Guido von Vienne..., op. cit. n. 1, p. 689, 700-701. Innocent II porte le phrygium more romano à Saint-Denis, le mercredi saint 15 avril 1131 : Suger, Vita Ludovici..., op. cit. n. 7, p. 262-264. Le 25 octobre 1131, à l’occasion du sacre de Louis VII, il est revêtu de tous ses insignes et porte le phrygium selon la chronique de Morigny : Historia Mauriniacensis monasterii, 2, éd. G. Waitz, Hanovre, 1882 (MGH SS, 26), p. 42.

28 C’est ainsi que l’empereur Lothaire est présenté lors de l’adventus d’innocent II à Liège le 2 mars 1131 par Suger, Vita Ludovici..., op. cit. n. 7, p. 260-262, ou Alexandre III à Montpellier en avril 1162, voir Boson, Vita Alexandri III, Le Liberpontificalis..., op. cit. n. 25, p. 404. Sur les chevauchées pontificales, voir J. Traeger, Der reitende Papst. Ein Beitrag zur Ikonographie des Papsttums, Munich-Zürich, 1970 ; Paravicini Bagliani, Le corps..., op. cit. n. 15, p. 103-109 ; ID., Le Chiavi..., op. cit. n. 24, p. 76-78.

29 Iogna-Prat, La Maison Dieu..., op. cit. n. 1, p. 336-398.

30 R. Crozet, « Étude sur les consécrations pontificales », Bulletin monumental, 104 (1946), p. 5-46.

31 Zadora-Rio, « Lieux d’inhumation... », loc. cit. n. 1. Le phénomène est observable dès le voyage de Léon IX, notamment à Bouzonville (1049 ?) et Besançon (1050) : Notitiae fundationis monasterii Bosonis-Villae, éd. O. Holger-Egger, Hanovre, 1888 (MGH SS, 152), p. 977-980 ; B. de Vrégille, Hugues de Salins archevêque de Besançon, 1031-1066, t. 3, Lille, 1983, p. 113*-114*, no xxxiii. Il est également attesté lors des voyages de Pascal II qui aurait consacré le cimetière de la cathédrale Saint-Maurice de Vienne en juillet 1107 (Bullaire du pape Calixte II Essai de reconstitution, éd. U. Robert, t. 1, Paris, 1901, p. 37, no 25, et p. 215, no 145), et de Calixte II qui aurait béni, délimité puis protégé le cimiterium des abbayes de Saint-Antoine-en-Viennois et de Tournus en 1120 (ibid., t. 1, p. 2-3, no 3, p. 189, n“128).

32 M. Lauwers, Naissance du cimetière. Lieux sacrés et terre des morts dans l’Occident médiéval, Paris, 2005, p. 55-88.

33 Voir la création d’un bannum apostolum par Léon IX autour de la cathédrale Saint-Etienne de Besançon qu’il dédicace le 3 octobre 1050 (texte des années 1100), éd. Vrégille, Hugues de Salins..., op. cit. n. 31 ; et la création d’un salvamentum autour du monastère de Saint-Mont, après sa consécration par Géraud d’Ostie, légat d’Alexandre II, en 1073 (texte de la fin du xie siècle transcrit dans le cartulaire de Saint-Mont), éd. R. Averkorn, Adel und Kirche in der Graftchaft Armagnac. Das cluniacensische Priorat Saint-Jean-Baptiste de Saint-Mont (1036-1130), Bochum, 1997, app. 5, p. 340.

34 Recueil des chartes de l’abbaye de Cluny, éd. A. Bernard, A. Bruel, t. 5, Paris, 1896, p. 71, no 3724.

35 C’est le cas du sacer bannus de Cluny, institué par Urbain II après la consécration de l’église abbatiale, le 25 octobre 1095 : D. Méhu, Paix et communautés autour de l’abbaye de Cluny (xe- xve siècle), Lyon, 2001, p. 151-165.

36 Anselme de Saint-Remy, Histoire de la dédicace..., op. cit. n. 21, p. 230-232.

37 Gélase II aurait disposé des terminos lapídeos autour de la sauveté du prieuré de Tornac en décembre 1118, Pandolphe, Vita Gelasti II, Le Liber pontificalis.op. cit. n. 25, p. 317. Quelques mois après avoir béni le cimiterium de l’abbaye de Tournus, Calixte II a confirmé l’inviolabilité de la salvitas dont les limites ont été fixées par des croix, Bullaire du pape Calixte II..., op. cit. n. 30, t. 1, p. 341-342, no 231. Des croix délimitant un spatium circulaire autour de l’abbaye de Fontevraud sont disposées à la demande de Calixte II en septembre 1119, ibid., t. 1, p. 85-89, no 61. Arnaud, archevêque de Narbonne, légat d’innocent II, dédicace l’église Saint-Martin de Creissan et délimite une salvitas autour en fixant des croix : Paris, BNF, coll. Doat, t. 55, fol. 191, cité par J. Flach, Les origines de l’ancienne France, t. 2, Paris, 1893, p. 184, n. 1.

38 C’est ce que fait Léon IX à Romainmôtier en 1050 : Le cartulaire de Romainmôtier ( xiie siècle). Introduction et édition critique, éd. A. Pahud, Lausanne, 1998, p. 104. Le légat Pierre d’Albano puis le pape Urbain II procèdent de la même manière à Cluny en 1080 et 1095 : MÉHU, Paix et communautés..., op. cit. n. 35, p. 133-165.

39 Ce phénomène a été souligné par Michel Zimmermann (« Les enjeux de la consécration d’autel en Catalogne à l’époque romane [xie-xiie siècles] », Autour de l’autel roman catalan, Paris, 2008, p. 11-35), qui renvoie à ses travaux antérieurs sur les « actes de consécration » catalans. L’énonciation des termini de la parrochia en partant de l’est est notamment soulignée dans les actes de consécration de Saint-Christophe de Vallfogona le 15 novembre 985 (original perdu, copie du xiie siècle), de Saint-Clément d’Orús le 8 novembre 1037 (orig. aux archives d’Urgell) et de Saint-Vincent de Rus, le 9 février 1106 (original perdu, copie du xiiie siècle), éd. C. Baraut, « Les actes de consagracions d’esglésies del bisbat d’Urgell (segles ix-xii) », Urgellia. Anuari d’estudis histórics dels antics comtats de Cerdanya, Urgell i Pallars, d’Andorra i la vall d’Aran, 1 (1978), p. 107-108, no 41, p. 113-114, no 45, p. 166, no 77.

40 Les ordines romani du haut Moyen Age, éd. M. Andrieu, t. 4, Louvain, 1956, p. 343.

41 Anselme de Saint-Remy, Histoire de la dédicace..., op. cit. n. 21, p. 244.

42 La vie du pape Léon IX..., op. cit. n. 9, p. 88-90.

43 Anselme de Saint-Remy, Histoire de la dédicace.op. cit. n. 21, p. 234-238.

44 L’hypothèse est formulée, de manière plus large, par A. Guerreau, « Quelques caractères spécifiques de l’espace féodal européen », L’État ou le roi. Les fondations de la modernité monarchique en France (xive-xviie siècles), dir. N. Bulst, R. Descimon, A. Guerreau, Paris, 1996, p. 85-101 ; Id., « Structure et évolution des représentations de l’espace dans le haut Moyen Âge occidental », Uomo e spazio nell’alto medioevo, Spolète, 2003, p. 91-115.

45 L’acte intitulé Privilegium Benedicti pape et omnium episcoporum Galliarum est édité, sans le préambule, par B. Guérard, Cartulaire de l’abbaye Saint-Victor de Marseille, t. 1, Paris, 1857, p. 14-18. Il a été réédité intégralement avec un fac-similé et étudié par Monique Zerner (« L’abbaye de Saint-Victor de Marseille et ses cartulaires : retour aux manuscrits », Les cartulaires méridionaux, dir. D. Le Blevec, Paris, 2006, p. 163-216, ici p. 188-202, 211-213), dont les conclusions sont prolongées dans Ead., « Le grand cartulaire de Saint-Victor de Marseille : comparaison avec Cluny, crise grégorienne et pratique d’écriture », Saint-Victor de Marseille. Études archéologiques et historiques. Actes du colloque Saint-Victor, Marseille, 18-20 novembre 2004, dir. M. Fixot, Turnhout, 2009, p. 295-322, ici p. 315-321.

46 La date de rédaction du privilegium Benedicti pape a été amplement discutée par Monique Zerner, qui penche pour un acte composé dans les années 1040 au scriptorium de Saint-Victor, avant d’être copié vers 1080 dans le grand cartulaire où le titre de privilegium lui fut attribué. Cette hypothèse ferait remonter aux années 1040 la fausse consécration pontificale, comme « la première expression d’un mouvement qui démarre ». Selon une seconde hypothèse, l’acte aurait été fabriqué ou fortement interpolé au moment de la composition du cartulaire (ou peu avant) dans le cadre d’une entreprise d’autolégitimation, qui passe par l’écriture d’une histoire recomposée du monastère, incluant ses figures tutélaires, passées et présentes, dont les papes, alors étroitement associés au rayonnement de Saint-Victor. Le pseudo-privilège s’inscrirait ainsi dans une série de chartes de consécration copiées dans le cartulaire, dont le type a été mis au point par les moines de Saint-Victor dans les années 1060 : M. Lauwers, « Consécration d’églises, réforme et ecclésiologie monastique. Recherches sur les chartes de consécration provençales du xie siècle », Mises en scène et mémoires de la consécration de l’église dans l’Occident médiéval, dir. D. Méhu, Turnhout, 2007, p. 93-142, et Id., « Cassien, le bienheureux Isarn et l’abbé Bernard. Un moment charnière dans l’édification de l’église monastique provençale (1060-1080) », Saint-Victor de Marseille..., op. cit. n. 45, p. 213-238, en part. p. 236-238.

47 C. Treffort, « Charlemagne à Charroux. Légendes de fondation, histoire architecturale et création épigraphique », Revue historique du Centre-Ouest, 6 (2007), p. 277-296.

48 Le cartulaire de Romainmôtier..., op. cit. n. 38, p. 71-73 ; J.-D. Morerod, « La visite du pape Étienne II », Romainmôtier. Histoire de l’abbaye, éd. J.-D. Morerod, Lausanne, 2001, p. 51-58 ; A. Pahud, « Romainmôtier et la mémoire. La question des origines », Zeitschrift fur schweizerische Kirchengeschichte/Revue d’histoire ecclésiastique suisse, 97 (2003), p. 7-35.

49 D. Méhu, « Les privilèges pontificaux de Lérins. De 1 élaboration du cartulaire à la nouvelle Vita Honorati (milieu xiie-début xvie siècle) », Lérins, une île sainte de l’Antiquité au Moyen Age, dir. Y. Codou, M. Lauwers, Turnhout, 2009, p. 457-543.

© Éditions de la Sorbonne, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540