Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Jacobins de l’Ouest

 | 
Christine Peyrard

Introduction

Texte intégral

1Cette recherche est consacrée aux Jacobins de l’Ouest. Elle s’attache à mettre en valeur, dans un cadre régional, les formes de la politisation sous la Révolution française. Une histoire politique ? Oui, assurément, mais pas seulement.

  • 1 F. Brunot cite également « jacobinière, jacobinère, jacobinade, jacobiniade, jacobiniser, déjacobi (...)

2Notre première approche consiste, en effet, à analyser comment une structure de type jacobin se met en place. Elle procède d’une interrogation ancienne : faut-il ranger le club comme le lointain ancêtre du parti politique ? Cette question a sous-tendu de nombreuses et diverses approches du « jacobinisme » dont l’histoire commence dès la Révolution. Sans doute, ce néologisme de 1791 est celui qui a le plus contribué, parmi toutes les autres appelations péjoratives1 à valoriser l’importance et le rayonnement d’une forme d’organisation politique. Forgé par ses adversaires, le concept a permis de penser, d’abord, la Révolution comme un complot de la secte philosophique et révolutionnaire, puis, la démocratie comme un lieu de manipulation de l’opinion par l’appareil des partis politiques. Sous la plume des admirateurs des Jacobins, l’idée a servi à valoriser l’action des hommes dans l’histoire, à les proposer en modèles et à réfléchir à l’organisation d’un grand parti révolutionnaire.

  • 2 F. Furet (88).

3Ce vieux débat historiographique, autour duquel des générations successives ont tenté de penser le changement politique, à des époques de transition historique, n’a pas été stérile. Sans en développer les étapes ni le limiter à la polémique suscitée par la parution du livre d’E. Quinet, La Révolution,2 disons simplement que sur la question centrale de la naissance de la pratique démocratique deux grandes thèses partagent aujourd’hui la communauté historienne. Car, laudateurs ou dénigreurs des Jacobins, tous leur reconnaissent d’avoir inventé la politique moderne.

  • 3 E. Kant, Réponse à la question : qu’est-ce que les Lumières ? 1784.
  • 4 Habermas (56) Voir J. Guilhaumou : « Espace public et Révolution française. Autour d’Habermas ». R (...)
  • 5 Mazauric (106), (107), Boutier et Boutry (37)

4Pour les uns, qui s’inscrivent dans le droit fil de la pensée du siècle des Lumières, l’entrée en politique s’apparente à cette sortie de l’âge de « la minorité », à cette « aptitude à penser par soi-même » et à ce devoir de « faire un usage public de sa raison » que Kant proposait pour définir les Lumières3. La rupture révolutionnaire est décisive pour comprendre l’élargissement sociologique d’un « espace public »4 qui ne caractérisait que la République des Lettres et pour constater le déplacement des thèmes d’intervention de l’opinion publique. Les circonstances révolutionnaires ont créé les conditions d’expérimentation d’une organisation démocratique de masse dans les milliers de sociétés populaires5

  • 6 Voir Cl. Mainfroy, Sur la Révolution française. Ecrits de Marx et Engels, Paris, 1985, et F. Furet (...)
  • 7 L’idée est développée chez Michelet comme chez Quinet.
  • 8 Sur l’actualité de la thèse d’A. Cochin, voir F. Furet (87)

5Pour les autres, la prise de conscience individuelle et la mobilisation collective de tout un peuple pour transformer la société ne sont guère que des illusions. Soit que l’illusion réside dans la croyance, héroïque, mais aliénante d’une libération sociale de l’homme par son émancipation politique6. Soit qu’elle n’ait produit qu’une nouvelle secte religieuse et son cortège d’intolérance et de fanatisme7. Soit, enfin, que l’illusion n’était pas neuve et le ver déjà dans le fruit : la floraison des sociétés populaires n’était que l’épanouissement d’un type d’organisation politique et sociale réduisant, depuis le second xviiie siècle, l’homme à opiner et à fabriquer du consensus8.

  • 9 Ozouf (109), Agulhon (65)
  • 10 Furet (89).
  • 11 Dans Le Petit Larousse, Paris, 1992.

6L’historien ne peut-il mieux cerner son domaine d’étude et élaborer son propre questionnement ? Et, d’abord, résister à la tentation de jouer des « fortunes et infortunes » du mot jacobin9. Réduira-t-on la définition à celui qui est « partisan de la dictature de salut public »10 alors que l’emploi provincial du mot est bien antérieur à la mise en place de celle-ci ? Peut-on accepter celle, plus large, de « républicain partisan d’une démocratie centralisée »11 alors qu’on a été jacobin avant l’instauration de la République ? Il y aurait une thèse à faire sur l’emploi du mot « jacobin » dans l’historiographie qui sert à désigner aussi bien la Convention, les Montagnards, les Robespierristes, le Comité de salut public, le gouvernement révolutionnaire (sous-entendu celui de l’an II), la terreur (sans précision), la dictature, la centralisation, le club des Jacobins (de septembre 1792 ou de juin 1793 à Thermidor) ou encore certains leaders parisiens de la révolution.

  • 12 Agulhon (48), « La sociabilité, la sociologie et l’histoire », L’Arc, n° 65, p 80 et Vovelle (64) (...)

7La confusion est telle qu’il convient d’expliciter notre démarche, pourtant, très simple. Elle s’inscrit dans la prospection d’un nouveau champ d’études : celui de la sociabilité. Le parcours méthodique des historiens du mouvement social et des mentalités a, en effet, dynamisé la recherche en ouvrant les frontières qui séparaient l’histoire politique de l’histoire sociale et culturelle et en désenclavant les études révolutionnaires pour les insérer dans une histoire de plus longue durée. Ce faisant, la spécificité de la période prenait comparativement plus de relief et la sociabilité révolutionnaire est devenue une voie nouvelle de la recherche historique12.

  • 13 Cardénal (76). Brinton (73), Maintenant (103), Kennedy (97).

8Par ailleurs, la chronologie que nous avons choisie ne se limite pas à la période habituellement découpée par les historiens du jacobinisme13. Le point de départ, lui-même, ne peut être fixé à l’époque de surgissement des clubs, car l’engagement militant suppose une mise en contexte sociale et culturelle qui fixe le cadre historique dans lequel la génération de 1789 a inventé la culture démocratique. Les Jacobins ne disparaissent pas aux lendemains du 9 Thermidor et de ses conséquences politiques avec la suppression des sociétés populaires en l’an III et la répression du militantisme. La résurgence de l’association politique sous le Directoire nous incite à prolonger jusqu’au 18 Brumaire l’histoire des Jacobins de l’Ouest.

9A partir de cette approche globale, des directions de recherche plus précises ont été privilégiées.

10La première consiste à étudier l’émergence et le développement du jacobinisme en mettant en valeur ses étapes majeures dans l’Ouest. Si le récit chronologique est inévitable dans la mesure où l’événement infléchit sa stratégie ou modifie son idéologie, il ne doit pas pour autant masquer l’analyse du fonctionnement de l’association politique. Quels étaient l’organisation et le rayonnement des clubs révolutionnaires ? Quels rôles ont joué la société-mère de Paris et les leaders locaux dans la politisation provinciale ? Sur quelle base sociale s’appuyaient les Jacobins et quels rapports ont-ils noué avec les diverses forces sociales en présence ? Quelle communication politique ont-ils établi avec les représentants de la nation et avec l’opinion publique ?

  • 14 Louis Simon, étaminier (1741-1820) dans son village du Haut-Maine au siècle des Lumières, journal (...)
  • 15 Dupuy (84) ; Petitfrère (112).

11L’étude des formes de la politisation nous a, d’autre part, amené à privilégier le phénomène qui marque le plus nettement l’entrée dans la politique moderne, c’est-à-dire l’engagement militant. Il est clair que l’adhésion à un club révolutionnaire ne résume pas toutes les autres voies possibles. La participation aux élections qui a profondément marqué certaines consciences, comme celle de l’étaminier sarthois Louis Simon dans son autobiographie républicaine14, le rôle de la garde nationale, surtout dans les campagnes, et l’inscription dans les armées de la révolution qui ont été bien étudiées dans l’Ouest15, la composition des comités de surveillance ou des municipalités qui sont encore de grands chantiers : voilà des sujets que nous ne pouvions traiter globalement, mais auxquels nous ferons maintes fois référence. Il est toutefois un autre champ d’études qui est partie prenante de la modernité révolutionnaire et intrinsèquement lié à l’association politique : c’est celui de la presse. Aussi, nos recherches sur le club ont été conduites parallèlement à celles du journal.

  • 16 Rémond (62).

12Une histoire politique, avons-nous dit, mais pas seulement politique. L’Histoire à laquelle nous avons été formée et croyons être fidèle ne s’est jamais bien reconnue dans un champ d’études trop délimité. C’est peut-être cet héritage vivant qui nous rend difficile le passage au tout-politique ou au tout-culturel qui sont l’objet des modes actuelles. Certes, la réappréciation du politique dans l’historiographie actuelle et, en particulier, dans celle de la Révolution a des vertus critiques positives même si nous ne pensons pas que le phénomène politique évolue de façon autonome dans le monde social et indépendamment de l’héritage culturel. Sans doute, y avait-il aussi un risque de dispersion à entreprendre une histoire des Jacobins qui mette en relation leur expérience avec le mouvement social dans les manifestations, orales et écrites, où s’exprime la conscience politique des porte-parole. Il fallait pourtant surmonter ces risques pour tenter une histoire politique large, enracinée dans le social. Car l’étude de la sociabilité politique nécessite l’approche de toutes les disciplines de l’histoire politique, telles qu’elles viennent d’être récemment prospectées par les historiens de l’époque contemporaine : elle est le lieu où se croisent l’histoire des idées et des mots, l’histoire de l’opinion et des médias, l’histoire des partis et des associations, l’histoire des protagonistes et des intellectuels16. Mais pourrait-elle se comprendre pleinement en occultant la réalité sociale de l’époque ? Une histoire politique désincarnée, oublieuse du riche héritage de l’histoire sociale, ne peut être qu’un effet de mode. Rendre au jacobinisme sa dimension historique, dans la complexité de ses composantes, exige une quête de sources appropriées que nous présenterons au fil des chapitres.

13N’était-ce pas une gageure pourtant de prétendre étudier les Jacobins dans l’Ouest qui, apparemment, n’est pas l’espace régional qui se prête le mieux à l’étude des prises de position favorables à la révolution ? Que les circonstances - si importantes dans l’histoire dite-jacobine de la Révolution française- aient contribué à ce choix, pourquoi ne pas le reconnaître ? Le hasard d’une nomination fut l’occasion pour une fonctionnaire de la République, originaire d’Avignon, de retrouver l’itinéraire d’un missionnaire patriote avignonnais venu, aux lendemains du 10 août 1792, éclairer les populations sarthoises sur l’importance de l’instruction et de l’association politique. L’occasion, aussi, de dépasser le sentiment d’étrangeté qui nous saisissait sur les bancs de la faculté d’Aix-en-Provence lorsque Michel Vovelle nous parlait de ces « errants qui couraient la grande plaine », phrase magique du conteur qui dévoilait aux étudiants des villes et des bourgs urbanisés de la Provence agulhonienne un univers étrange et excitait notre curiosité intellectuelle.

  • 17 Bois (49).
  • 18 Depuis lors de nombreuses recherches ont été conduites notamment à l’Université de Rouen, sous la (...)
  • 19 Vovelle (125) p 339.

14Mais au delà de cet itinéraire personnel, il y a une réalité historique incontestable qui justifie notre choix : « Tout l’Ouest ne fut pas chouan, tout l’Ouest aujourd’hui n’est pas réactionnaire », écrivait Paul Bois, il y a plus de trente ans17. Nous pouvions donc partir de cette région pour tester sa capacité différenciée de réceptivité au jacobinisme en acte. L’espace géographique devait, d’abord, être défini. La Sarthe de P. Bois présentait l’avantage d’un département-frontière, partagé entre des options politiques contradictoires ; mais l’espace départemental était trop étroit pour une telle recherche et le grand Ouest, de la Vendée à l’Eure, en passant par les Côtes d’Armor où nos prospections initiales nous ont conduite, se révélait trop démesuré. A l’époque où nous commencions nos recherches dans les fonds d’archives départementaux, le Maine et la Basse-Normandie étaient alors peu prospectés par les historiens, à la différence de la Bretagne, de la Vendée et de l’Anjou18. Par ailleurs, les départements de la Manche, du Calvados, de l’Eure, de l’Orne, de la Mayenne et de la Sarthe offrent un espace hétérogène plus propice à une étude géopolitique que l’espace homogène, soigneusement délimité et préalablement établi par la tradition universitaire de géographie régionale. Issu des provinces du Maine et de la Normandie, partagé en quatre généralités sans les recouvrir entièrement, divisé en six diocèses, cet espace territorial a l’avantage de bien illustrer cet « agrégat de peuples désunis » qu’est la France à la veille de la Révolution. Coupé par la ligne Maggiolo, il oppose la Normandie alphabétisée et productrice de livres au Maine analphabète où le protestantisme ne s’est jamais bien implanté. Cet espace juxtapose aussi des pays façonnés diversement par la nature : des grandes vallées comme celles de Caen aux anciennes marches forestières comme le pays d’Ouche ; des ports comme Cherbourg aux villes de l’intérieur ; des régions proches de Paris comme la plaine de l’Eure à celles enclavées du Bocage Normand ou, encore, des voies de passage comme le pays manceau à ce bout du monde qu’est le Cotentin. Un ensemble artificiel de départements ? Point tout à fait. Par leur densité de population, ils appartiennent à la France peuplée du Nord et du Nord-Ouest à la fin du xviiième siècle. Par la faiblesse de leur urbanisation (avec seulement deux villes, Caen et Le Mans, parmi les cinquante premières cités françaises de 1794) et l’importance corrélative de leur population rurale, ils caractérisent bien l’Ouest de la France où le bourg est la cellule fondamentale de la vie sociale. Un Ouest plein « de mystères »19 encore dans l’analyse géopolitique de la Révolution française où le radicalisme initial des mouvements populaires côtoie très vite la résistance au mouvement révolutionnaire.

15Dans l’Ouest ainsi défini, il convient de mesurer l’implantation régionale, le niveau de pénétration et la capacité de mobilisation des Jacobins dans l’Ouest et de s’interroger s’il existait des conditions favorables ou bien des blocages prévisibles. Cette question peut nous permettre d’étudier par là-même les fonctions sociales remplies par l’association politique dans la grande ville comme au village. Quels effets de mode, d’héritage culturel et d’incitation politique au changement ont déterminé les citoyens à créer un club et à le faire vivre ? Quel était le degré de politisation des militants, des simples adhérents et du public qui suivait les séances de la société populaire ? L’intensité plus ou moins grande de la vie associative sous la révolution a-t-elle eu des conséquences durables sur les options politiques de longue durée dans ces diverses régions ?

16Nous avons ainsi tenté de restituer la spécificité de la sociabilité révolutionnaire dans une aire géographique où il n’y a peut-être pas un jacobinisme spécifique, mais en tout cas des Jacobins et, peut-être, des Jacobins de l’Ouest.

Notes

1 F. Brunot cite également « jacobinière, jacobinère, jacobinade, jacobiniade, jacobiniser, déjacobiniser, enjacobiniser, jacobite » et « clubiste, anti-clubiste, clubique, clubical, clubiner, clubinière, clubinomanie, clubocratie, clubomanie, clubocrate » dans son Histoire de la langue française des origines à nos jours, tome IX, La Révolution et l’Empire, Paris, 1937.

2 F. Furet (88).

3 E. Kant, Réponse à la question : qu’est-ce que les Lumières ? 1784.

4 Habermas (56) Voir J. Guilhaumou : « Espace public et Révolution française. Autour d’Habermas ». Raisons pratiques, 1992, n° 3, p 275-290 et R. Monnier, L’espace public démocratique. Essai sur l’opinion à Paris de la Révolution au Directoire, Paris, 1994.

5 Mazauric (106), (107), Boutier et Boutry (37)

6 Voir Cl. Mainfroy, Sur la Révolution française. Ecrits de Marx et Engels, Paris, 1985, et F. Furet, Marx et la Révolution française, Paris, 1986.

7 L’idée est développée chez Michelet comme chez Quinet.

8 Sur l’actualité de la thèse d’A. Cochin, voir F. Furet (87)

9 Ozouf (109), Agulhon (65)

10 Furet (89).

11 Dans Le Petit Larousse, Paris, 1992.

12 Agulhon (48), « La sociabilité, la sociologie et l’histoire », L’Arc, n° 65, p 80 et Vovelle (64) p. 143-156.

13 Cardénal (76). Brinton (73), Maintenant (103), Kennedy (97).

14 Louis Simon, étaminier (1741-1820) dans son village du Haut-Maine au siècle des Lumières, journal publié par A. Fillon, Le Mans, 1982, p 1-80.

15 Dupuy (84) ; Petitfrère (112).

16 Rémond (62).

17 Bois (49).

18 Depuis lors de nombreuses recherches ont été conduites notamment à l’Université de Rouen, sous la direction de C. Mazauric dont les thèmes entrecroisent les notres, tant sur le personnel jacobin avec les recherches de D. Pingué que sur la presse avec les travaux d’E. Wauters (299).

19 Vovelle (125) p 339.

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540