Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Jacobins de l’Ouest

 | 
Christine Peyrard

Préface

Michel Vovelle

Texte intégral

1Il convient de saluer l’exploit. On ne peut manquer de ressentir quelque appréhension (mais que dirait l’auteur !), lorqu’on a suivi l’élaboration d’une grande thèse « chef d’œuvre » et qu’on a eu le privilège d’en lire l’intégrale, à découvrir sa transcription abrégée, adaptée aux contraintes de l’édition et, plus encore, à la réceptivité d’un public élargi, sans pour cela perdre ce qui a fait sa richesse et sa nouveauté. Qu’on veuille bien me croire sur parole : non seulement l’essentiel s’y retrouve, mais la vigueur est intacte, mieux encore, renforcée : la thèse au sens académique s’efface, il en sort un livre, porteur lui-même d’une thèse au sens fort du terme.

2A vrai dire, l’inquiétude n’était pas grande, car la bataille était déjà gagnée, dans la mesure où Christine Peyrard avait d’ores et déjà surmonté avec une admirable autorité les obstacles de fond, somme toute les plus dangereux, qui se présentaient sur sa route. Car il fallait quelque audace pour associer tout uniment sous un titre dont la simplicité est trompeuse deux objectifs aussi coriaces : « les jacobins » et « l’Ouest ».

3L’Ouest ? Nous connaissons, ou nous estimons avoir de bonnes raisons de commencer à le connaître. Planait sur cette entreprise la grande ombre de la thèse de Paul Bois « Paysans de l’Ouest » qui fut, voici trente ans, pour les chercheurs de ma génération une découverte et une incitation puissante. Qu’on en adopte le modèle ou, le temps passant, qu’on le conteste, elle est restée une référence qu’on ne saurait passer sous silence. Puis les études se sont multipliées, sans qu’il soit besoin de les énumérer : sur la Vendée, l’Anjou, la Bretagne, la Haute-Normandie. Simultanément, dans la dernière décennie, une problématique nouvelle s’est imposée, celle des « résistances à la Révolution », reflétant la complexification des analyses en cours, pour une part, mais aussi la tentation croissante de se polariser sur l’autre face de l’aventure, celle de la Révolution refusée, et singulièrement dans ces contrées.

4D’une France de l’Ouest ainsi investie sur tous les fronts, et volontiers assimilée à l’épicentre d’un monde du refus, même si une place avait été réservée dans l’autre camp aux bleus d’Anjou ou de Bretagne, que restait-il à découvrir ? L’espace prospecté par Christine Peyrard est largement taillé, impressionnant même, si l’on se risque à parler en termes de sources et d’archives, puisqu’il englobe une demi-douzaine de départements, de l’Eure au Calvados et à la Manche, à l’Orne, la Sarthe et la Mayenne : affrontant la disparité locale des sources, mais plus encore la diversité des pays, des plaines au bocage de la Basse-Normandie et du Maine. Là où Paul Bois s’était fixé pour défi de découvrir dans l’espace restreint d’une monographie départementale sur la Sarthe la frontière qui sépare la France bleue de l’adhésion à la République, de la France blanche de la chouannerie, notre auteur prend le risque, en investissant la majeure partie de l’Ouest intérieur de déconstruire l’image trop simple de la frontière, sans pour cela remettre en cause la spécificité de cet espace, où la Révolution a rencontré, plus qu’ailleurs, des obstacles sur son chemin.

5Et c’est ici qu’il convient de saluer la seconde audace de cette thèse : prendre pour objet « les jacobins de l’Ouest » n’était pas une mince affaire. C’était affronter une problématique lourde d’interrogations, à la fois très ancienne et renouvelée dans la ou les dernières décennies, où le débat historiographique national s’est plus d’une fois focalisé sur la question du jacobinisme, élément original de l’expérience révolutionnaire française, qu’on l’exalte ou qu’on l’anathémise. La réflexion de Christine Peyrard, maîtrisant toutes les subtilités et les enjeux du problème, s’inscrit comme un apport qu’on ne pourra désormais ignorer dans le processus actuel de relecture du jacobinisme historique : entendons par là d’une voie spécifique de la découverte de la politique moderne, et de l’expérience démocratique française, aux origines d’une culture politique.

6La nouveauté et le mérite essentiel de l’auteur, confronté aux difficultés délibérément assumées du cahier des charges que nous venons de définir, c’est sans-doute, en récusant l’illusion de proposer un modèle explicatif unique - tel que la thèse de Paul Bois en fournissait la référence, mais d’autres études aussi, chacune à sa manière - d’avoir défini un objectif et une démarche que je résumerai, en simplifiant à l’extrême : comment s’opère à chaud, dans la décennie révolutionnaire, l’apprentissage de la politique dans un cadre régional ? Qu’on ne se trompe pas à l’apparente limpidité du propos. Ce faisant, Christine Peyrard s’inscrit sans doute à sa manière dans le mouvement actuel qui vise à réinvestir le politique au cœur du processus révolutionnaire. Thème à la mode pour certains qui, dénonçant, non sans quelque excès, l’hégémonie du « tout social » d’hier aspirent à opérer une reconversion radicale au « tout politique » d’un conflit de concepts sans racines. Telle n’est point, on s’en doute, la lecture de l’auteur, même si elle n’a pas voulu s’en tenir aux hypothèses de travail sociologisantes de ses prédécesseurs (la vente des biens nationaux, le conflit ville-campagne...), puisque la réalité sociale demeure omniprésente dans sa démarche, mais au filtre de la mise en question fondamentale des cheminements de la prise de conscience puis de la pratique politique. C’est ainsi qu’elle l’aborde, à l’état naissant dirait-on, dans les expressions les plus directes de l’entrée en Révolution que sont les émotions et mouvements populaires, de la révolte du bocage en juillet 1789 à la Grande Peur, aux soulèvements de l’Orne et aux taxations du printemps puis de l’automne 1792. Avant d’être discours, la politique s’affirme en actes, à travers les expressions de la violence revendicatrice, et la thèse leur fait la place qui leur revient, nous transportant d’un site d’opérations à l’autre au fil de leur déroulement. Tel parti pris de saisir à la base la revendication collective est courageux : car il implique - et Christine Peyrard n’esquive pas le problème - de s’interroger sur la réalité d’une voie spécifique de la révolution paysanne et sur ses formes d’articulation avec le militantisme urbain, ou le discours des élites révolutionnaires locales. Ce qui implique aussi l’éventualité de l’échec, ou de la rencontre manquée, quand la mobilisation communautaire prend d’autres voies, en se crispant sur le problème religieux à partir de 1791 et, surtout, après 1793 quand interfèrent les retombées du soulèvement proche de la Vendée, puis la chouannerie et les formes de régression sur la rébellion primitive d’une partie de la population rurale. Aspects que Christine Peyrard a exclus de son champ d’enquête : qui lui en fera reproche ? C’eut été matière à une ou plusieurs autres thèses. Elle préfère tenir fermement le cap, pour concentrer son attention sur ceux qui, dans ce contexte souvent hostile, aux prises avec les pesanteurs locales comme avec les sollicitations majeures de l’événementiel national (la crise feuillante, le fédéralisme, la crise de germinal an II puis les épisodes post-thermidoriens du Directoire) sont devenus les acteurs conscients et progressivement avertis d’un jeu politique à inventer : en un mot, les jacobins de l’Ouest.

7En soulignant la nouveauté et la créativité de l’épisode, l’auteur ne minimise pas pour cela le poids des héritages et des frayages : les voies ouvertes depuis les recherches de Maurice Agulhon sur la sociabilité, d’ancien et de nouveau style, ne sont pas méconnues, et l’on fait la place qui leur revient aux structures associatives de l’Ancien Régime, loges et sociétés de pensée dans les villes et les gros bourgs, confréries de Charité dans certaines aires, comme le Perche, avec comme toile de fond la communauté, dont on soupçonne à la fois la présence, mais dont on fait plus que deviner les tensions internes, interdisant toute mystification facile.

8C’est dans l’étude fouillée des structures et supports de politisation que la Révolution fait naître que la richesse de l’analyse proposée nous entraîne et nous convainc le plus. Christine Peyrard a étudié les sociétés populaires dans toute la région, elle en restitue le réseau avec ses contrastes, de l’Est à l’Ouest : forte densité mais de création tardive et de durée éphémère dans l’Eure, implantation beaucoup plus lâche au niveau des cantons ailleurs. Elle restitue le rythme de ces créations, insiste sur le rayonnement des grandes sociétés urbaines et mène cette aventure à son terme avec l’évocation des cercles constitutionnels, notamment dans la Sarthe où ils appliquèrent la pédagogie particulièrement originale de l’« ambulance » de leurs rassemblements. C’est dans le vivier des clubistes que Christine Peyrard a rencontré le noyau dur de ses jacobins, cette élite d’une élite de militants dont, par ailleurs, elle propose une sociologie suggestive, faisant apparaître l’importance, ici comme ailleurs, de l’échoppe et de la boutique au bourg et à la ville, à côté des représentants des professions libérales, cependant que le salariat ne se montre pas et que la sous-représentation paysanne est flagrante.

9Malgré le dynamisme évident de certains milieux urbains - Le Mans en tout premier, mais aussi bien Cherbourg -, la faible densité des sociétés populaires de l’Ouest ne saurait leur permettre dans ce contexte de jouer un rôle comparable à celles du Midi. Elles n’en ont pas moins été, suivant des voies diverses, dont on esquisse la typologie, non point un embryon de partis politiques mais des lieux de rencontre interclassiste, avec leurs limites, de fraternisation et de pédagogie civique, d’acquisition des éléments d’une culture politique durablement enracinée. Plus encore, la presse provinciale assure dans ces régions un relai tout particulièrement notable et, pour une part, inattendu. A côté des journaux des villes importantes -Caen, Le Mans, Evreux, Cherbourg ou Laval - des centres de plus médiocre importance se sont dotés de leur feuille locale d’opinion, souvent porteuse d’un discours volontariste, engagé à l’initiative de journalistes en qui l’on retrouve bien souvent les animateurs du club local. 1792 a été la grande année du rayonnement des idées jacobines par le journal : mais la presse ne disparait pas en l’an II, et les journaux tiennent, lors des luttes de la période directoriale, une place de premier plan.

10On peut regretter que l’état d’avancement des enquêtes en cours sur les pratiques électorales à l’époque révolutionnaire, auxquelles participe C. Peyrard, n’ait pas permis d’ajouter un troisième élément à ce que suggère déjà le croisement des études sur les sociétés populaires et la presse : mais nous en savons déjà assez pour que prennent consistance, sous notre regard, le profil et le rôle des jacobins de l’Ouest. Un cliché reçu - toujours en vogue - en ressort bien mal en point : celui du jacobinisme comme transmission verticale de mots d’ordre nationaux reçus passivement. S’impose au contraire, exacerbé peut-être, surtout sous le Directoire, par un environnement hostile, l’image d’espaces publics d’expérimentation de pratiques politiques modernes, à la rencontre de quelques héritages, et d’une réelle créativité. Ces cadres d’opinion ne sont point de simples courroies de transmission manifestant l’existence de tempéraments ou, si l’on n’aime point le terme, de centres d’initiative issus des rapports de force locaux, animés par des individualités ou des groupes constitués. Dans leurs nuances locales, les réactions au fédéralisme - épreuve de vérité -, témoignent à la fois de cette complexité et de cette vitalité.

11Si elle a pu rendre non seulement crédible, mais convaincante cette démonstration, c’est que Christine Peyrard a su, avec une maîtrise certaine, associer une réflexion toujours en éveil à un goût du concret, des réalités de terrain, telles qu’elles les a appréhendées au fil de son enquête. Dans les contraintes mêmes de l’édition allégée, elle sait garder le sens du récit : l’importance du moment et des situations, telle qu’elle les évoque dans les épisodes du mouvement populaire en 89 ou en 92 ; elle a le sens des pays, sans tomber dans l’anecdotique d’une microgéographie sans perspectives : mais Verneuil, Cherbourg, Laval ou, bien-sûr, Le Mans prennent pour nous une consistance et une familiarité proche. Elle passe avec aisance du tableau de groupe - à partir d’approches statistiques dont on apprécie le mérite, ainsi dans la sociologie du recrutement des sociétés populaires -, au portrait individuel, documenté de façon érudite, non moins vivant pour cela, dans le parcours de carrière qu’il restitue. Nous n’oublierons plus Rigomer Bazin, l’héroïque publiciste qui assure au Mans la continuité et le passage du flambeau des affrontements de 1794 à la monarchie restaurée. J’ai retrouvé à Verneuil le sieur Levacher, maître de forges pugnace, paternaliste et bon jacobin ( ?) que j’avais évoqué au passage voici plus de trente ans, dans un de mes premiers articles, avec l’impression que je n’avais pas compris grand chose alors, à ce petit monde de la métallurgie normande !

12Mariant le récit et l’analyse, prudente mais assurée dans ses conclusions, Christine Peyrard nous ouvre des voies nouvelles. C’est ainsi qu’il convient aujourd’hui d’appréhender le politique dans la réalité du tissu social. J’avais quelque vergogne à m’être risqué dans ma Géopolitique de la Révolution française à parler des « mystères de l’Ouest », clin d’oeil facile. Reconnaissons à notre auteur, qui n’a point de ces complaisances, le mérite d’avoir levé un coin du voile.

Auteur

Professeur Emérite à l’Université de Paris I.

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540