Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des sociétés en mouvement. Migrations et mobilité au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Déplacements collectifs et encadrement des populations

Déplacements collectifs ?

Les exclusions politiques des communes italiennes et la mobilité géographique des populations urbaines

Giuliano Milani

Texte intégral

  • 1 G. Tabacco, « La città italiana fra germanesimo e latinità nella medievistica ottocentesca », Il M (...)

1Quel rôle jouèrent sur la mobilité des personnes les bannissements politiques qui ont eu lieu dans les communes italiennes des xiiie et xive siècles ? Pour répondre à cette question, un petit détour par l’historiographie est nécessaire. La première réflexion historiographique, celle du xixe siècle, qui prit en compte le phénomène des exclusions communales, ne manifesta qu’un faible intérêt pour la mobilité géographique. Les historiens qui, à l’époque du Risorgimento, se sont ensuite interrogés sur l’histoire communale médiévale n’identifièrent généralement pas cette période comme un moment de migrations significatives. Les grands mouvements étaient ailleurs : le haut Moyen Âge, par exemple, avait connu des migrations qui avaient provoqué des bouleversements ethniques fondamentaux pour l’histoire nationale. Ainsi, l’arrivée des Goths et surtout celle des Lombards avaient interrompu la continuité romaine de la population italienne1.

  • 2 Dante Alighieri, Epistole, 3, 1 : Exulanti Pisíoriensi Florentinus exul inmeritus per tempora diut (...)

2En outre, les historiens du xixe siècle ne disposaient pas des sources documentaires qui nous permettent aujourd’hui de répondre à des questions concrètes, comme les suivantes : combien de personnes quittèrent leurs maisons ? De qui s’agissait-il ? Pour combien de temps ? Jusqu’à la fin du siècle, les reconstructions se fondèrent en majorité sur les chroniques et sur quelques statuts. Ce type de documents, en particulier les sources narratives, était utile pour répondre à d’autres questions concernant les exils communaux. Quel avait été, par exemple, le destin des hommes qui, d’une façon semblable à celle des patriotes du Risorgimento, étaient devenus fuoriusciti pour défendre leurs idéaux ? On pensait tout d’abord à Dante qui avait amplement raconté son exil avant de mourir loin de sa patrie, exul inmeritus, comme il se désignait lui-même dans ses Epistolar2. Or, les systèmes politiques qui avaient produit des exclusions aussi injustes que celle-ci ne méritaient-ils pas, pensait-on, de tomber sous la domination étrangère, au cours d’une période qu’il était temps de combattre, en remplaçant le particularisme et la division par l’unité et la concorde ?

  • 3 C. Balbo, Sommario della storia d’Italia dalle origini fino al 1814, 5e éd., Lausanne, 1849.
  • 4 Ibid., p. 164.

3Ainsi, Cesare Balbo, auteur d’une vie de Dante et surtout d’un Aperçu sur l’histoire d’Italie, qui fut étudié dans les écoles pendant un siècle3, expliquait que les exclusions avaient été parmi les causes majeures de la décadence des communes. Les villes, écrivait-il, ne s’étaient pas seulement divisées entre les partes légitimes des nobles et du peuple, mais aussi entre les partes illégitimes de ceux qui étaient favorables ou hostiles à la domination de l’Empire. Ce deuxième conflit avait endurci le premier, débouchant sur la volonté d’anéantir complètement les adversaires. Une fois enclenché, le mécanisme des exclusions ne s’était pas arrêté et avait conduit à l’émergence de nouveaux groupes arrivés au pouvoir pour remplacer ceux qui en avaient été chassés précédemment. Ces exils continus avaient ainsi réduit numériquement l’aristocratie, ce qui provoqua l’affaiblissement général de la commune, en particulier du point de vue militaire, en rendant impossible toute résistance aux influences étrangères4.

  • 5 J. Plesner, L’émigration de la campagne à la ville libre de Florence au xiiie siècle, Copenhague, (...)
  • 6 Les étapes principales de cette révision sont représentées par E. Cristiani, Nobiltà e popolo nel (...)

4Un siècle plus tard, dans la deuxième moitié du xxe siècle, les choses avaient beaucoup changé. On disposait désormais d’une histoire sociale qui considérait la mobilité des personnes comme un objet d’étude5, d’une grande quantité de sources et d’archives pour répondre aux questions évoquées plus haut : combien de personnes quittèrent leurs maisons ? De qui s’agissait-il ? Pour combien de temps ? Du point de vue idéologique, sous l’effet de la crise politique italienne des années soixante-dix, beaucoup d’illusions étaient perdues. On ne considérait plus les communes médiévales comme des modèles d’État démocratique, mais comme de petits systèmes de clientèle, conditionnés par la concurrence politique et personnelle6. Paradoxalement, l’idée selon laquelle les exclusions avaient été la cause directe da la fin des communes ne fut pour autant pas mise en cause.

  • 7 Antonio Ivan Pini a dirigé une thèse de laurea sur cette documentation (A. Montagnani, I Libri ban (...)
  • 8 Ibid., p. 485 : Si pensi al doloroso fenomeno del fuoriuscitismo : da Bologna nel 1274 vengono esp (...)

5Dans ce contexte, la découverte des listes des condamnés politiques bolonais du xiiie siècle, faite par Antonio Ivan Pini au cours de ses recherches sur la démographie bolonaise7, fut interprétée comme la preuve éclatante du caractère fratricide de la lutte politique de l’âge communal. Sur la base d’une première lecture, on calculait en effet qu’en 1274, 14 000 personnes avaient abandonné Bologne : pour une ville de 50 000 habitants, c’était évidemment extraordinaire8. Si les grandes exclusions avaient provoqué de telles sélections, on pouvait aisément expliquer la fin des communes et bien d’autres choses. Si, comme on le lisait dans les chroniques, les exclusions avaient eu lieu dans plusieurs communes et si elles avaient revêtu une telle ampleur, la raison pour laquelle la forme institutionnelle qui les avait produites n’avait pas survécu devenait limpide. En somme, de tels chiffres semblaient confirmer more geometrico les réponses qu’avait avancées Cesare Balbo dans son Sommario della storia d’Italia. Les listes semblaient démontrer que les exclusions avaient frappé plus d’un quart de la population urbaine, toutes catégories démographiques confondues (hommes, femmes, enfants, vieux) et avaient donc contribué de manière substantielle au déclin démographique des communes, base, à son tour, de leur déclin politique.

  • 9 G. Milani, « Il governo delle liste a Bologna. Premesse e genesi di un libro di proscrizione duece (...)
  • 10 Antonio Ivan Pini utilise le coefficient élaboré par Roger Mols (Introduction à la démographie his (...)
  • 11 Milani, L’esclusione..., op. cit. n. 9, p. 361.
  • 12 Ibid., p. 258-260, tableau p. 463-465. Des catégories très semblables avaient été utilisées à Flor (...)
  • 13 Le fait est remarqué dans L. Castellani, Gli uomini daffari astigiani. Politica e denaro tra Piemo (...)
  • 14 Dino Compagni, après avoir mentionné les condamnés blancs, écrit : « Ce furent plus de six cents h (...)

6En réalité, des recherches ultérieures que j’ai pu mener sur l’ensemble de la documentation relative à l’exclusion bolonaise – y compris les procès, d’autres listes et les registres de biens confisqués – ont démontré que le calcul était erroné9. Le chiffre de 14 000 avait été obtenu en multipliant le nombre des personnes inscrites sur les listes (environ 4 000) par un coefficient constant de 3,5 qui correspondait, selon les statistiques, à la moyenne des hommes adultes membres de la famille10. Ce calcul aurait pu être juste si femmes, mères, vieux pères, filles et fils des exclus étaient partis avec eux, mais cela n’était pas le cas : les femmes et les enfants restaient en ville, comme le démontrent de nombreuses pétitions présentées pour obtenir de la commune la restitution des biens confisqués sur la base des droits dotaux11. En outre, j’ai mis en évidence plusieurs différences au sein du groupe des exclus inscrits sur les listes dressées par la commune après 1274. On y distingue, d’une part, les banniti (bannis), environ 1 500, effectivement privés de droits fondamentaux, y compris de la propriété, et, d’autre part, les confinati (relégués), environ 2 500, distingués selon quatre catégories de relégation en fonction de la distance du lieu de séjour par rapport à la ville. Un millier de relégués l’étaient dans la ville et ne devaient l’abandonner qu’à certaines occasions particulières12. Les 14 000 personnes exclues de la ville, à partir de 1274, n’étaient donc plus que 4000 pour ce qui est de l’exclusion politique, 3 000 pour ce qui est de l’exclusion géographique et 1 500 pour ce qui est de l’exclusion économique. Ces chiffres sont d’autant plus significatifs si l’on considère que l’exclusion bolonaise de 1274, qui frappa donc entre 1/16e (pour les individus ne demeurant plus en ville) et 1/33e (pour ceux qui avaient perdu leurs droits de citoyenneté et de propriété) de la population urbaine, fut l’une des exclusions numériquement les plus significatives de toute l’époque communale. À Pistoia, quelques années plus tard, 1/30e de la population fut banni13. Quant à l’exclusion qui condamna Dante, elle frappa à peu près 600 personnes, soit environ un habitant sur 18014.

  • 15 On trouvera des tableaux résumant l’évolution diachronique du nombre des bannis et des relégués da (...)
  • 16 Ibid, p. 249-289.
  • 17 G. Milani, « Giuristi, giudici e fuoriusciti nelle città italiane del Duecento : note sul reato po (...)
  • 18 La paix la plus connue de l’histoire communale italienne est celle de 1280 à Florence, sur laquell (...)
  • 19 Pour Bologne, voir Milani, L’esclusione..., op. cit. n. 9, p. 261-263, 268-271, 282-286. Pour Flor (...)
  • 20 Pour les villes de l’Italie du Nord, voir Milani, L’esclusione..., op. cit. n. 9, p. 186-201.

7Enfin, cette révision a acquis encore plus de consistance à la suite de l’analyse de la variation diachronique du groupe des condamnés15. En comparant les listes dressées au long des quinze premières années de l’exclusion bolonaise, j’ai pu remarquer que la tendance au retour fut particulièrement intense pour les bannis, qui tendaient avec le temps à devenir relégués, puis à rentrer en ville16. Les condamnés rentraient pour diverses raisons. Certains parvenaient à démontrer, grâce à de bons avocats, qu’ils n’avaient pas mérité le titre d’ennemi politique. À Bologne et ailleurs, jusque vers 1330, alors que le bannissement politique était encore quelque chose de relativement nouveau, les juristes trouvaient facilement des arguments pour contester sa légitimité17. Ils pouvaient également corrompre des notaires et faire effacer leurs noms des listes. Ils pouvaient enfin profiter des changements de régime politique et des pacifications accordées par le Popolo ou par l’Église18. Mais surtout, même dans les villes où le régime qui avait banni perdurait, les autorités encourageaient les bannis et les relégués à rentrer. La stratégie des régimes au pouvoir était bien plus moderne et subtile que la simple élimination physique des adversaires politiques hors de l’espace de la ville. Le régime visait plutôt à les convertir en bons et loyaux citoyens. Pour cette raison, on organisait périodiquement des cérémonies de serments au cours desquelles les bannis et les relégués pouvaient jurer fidélité au parti dominant, en se purifiant ainsi de leur condition19. Sans parler des amnisties accordées aux bannis qui dénonçaient d’autres condamnés politiques20.

  • 21 Chr. Klapisch-Zuber, Retour à la cité : les magnats de Florence, 1340-1440, Paris, 2008, p. 193-23 (...)
  • 22 Milani, L’esclusione..., op. cit. n. 9, p. 281-289.

8Christiane Klapisch-Zuber a récemment illustré la façon dont ce type de techniques était appliqué aux magnats florentins du xive siècle pour frapper les liens de solidarité qui les rendaient dangereux pour le bien public. Elle a souligné comment un magnat, qui décidait de se séparer de son lignage, d’abandonner son arme héraldique et même son nom (autant de symboles d’une puissance incompatible avec celle de la commune), pouvait devenir « populaire » et se libérer des punitions liées à la condition de magnat21. La réintégration des bannis et des relégués politiques suivait une logique similaire. Dans le cas bolonais, on peut conclure que quiconque décidait de rentrer en ville avait la possibilité de le faire22. Cela ne veut pas du tout dire que l’exclusion de la commune fut un phénomène marginal ou qu’elle eut peu de conséquences sur la vie de ceux qui furent frappés par les exils. Au contraire, les gouvernements communaux attribuèrent une énorme importance à la répression des ennemis politiques, même de ceux qui étaient considérés comme moins dangereux, tels les relégués en ville, en leur interdisant de participer à la vie politique et en limitant certains actes comme le mariage ou la vente de terrains. Sans parler du fait que, souvent, ceux qui rentraient se retrouvaient accablés de dettes et de taxes supplémentaires. Marquer, au moyen d’actions pareilles, la différence entre les citoyens fidèles à la commune et les infidèles devint l’un des fondements de la légitimation politique à la fin du xiiie siècle. Toutefois, cette répression n’eut pas d’impact significatif sur la démographie des villes.

9Il est important de prendre en compte tout cela pour tenter de répondre à notre question de départ, c’est-à-dire essayer de saisir le rôle joué dans la mobilité des personnes par les bannissements politiques qui eurent lieu dans les communes italiennes des xiiie et xive siècles. La réduction des chiffres suggère que les exclusions communales ne furent pas des événements en mesure de couvrir l’Italie et l’Europe de bannis, et de contribuer à tarir les ressources humaines de la ville qui bannissait. Bien plus, les multiples possibilités de retour supposent que ceux qui décidaient de ne pas en profiter représentaient une petite minorité au sein du groupe des condamnés, une élite prête à renoncer à la condition de civis de sa propre commune dans l’attente d’une alternance possible, sinon plus désirable. La seule mobilité géographique significative – c’est-à-dire qui ne se limitait pas à un rapide mouvement d’aller-retour-, provoquée par l’exclusion politique, est donc à rechercher dans ce petit groupe d’hommes moins sensibles à la nécessité de rentrer, un groupe à la fois diversifié et homogène. On peut en effet les classer en trois ensembles : les professionnels de la guerre, ceux de l’argent, et ceux du droit et de l’administration.

  • 23 Sur la militia citoyenne italienne, au sens large, voir J.-Cl. Maire Vigueur, Cavaliers et citoyen (...)
  • 24 P. Racine, « La discordia civile », Storia di Piacenza, t. 2, Dal vescovo conte alla signoria, Pla (...)
  • 25 G. Milani, « Prima del Buongoverno. Motivi politici e ideologia popolare nelle pitture del Broletto (...)
  • 26 J.-Cl. Maire Vigueur, « Flussi, circuiti e profili », Ipodestà dell’Italia comunale, t. 1, Recluta (...)
  • 27 J. K. Laurent, « The Signory and its Supporters : The Este of Ferrara », Journal of Mediaeval Hist (...)
  • 28 M. Davide, Lombardi in Friuli. Per la storia delle migrazioni interne nell’Italia del Trecento, Tr (...)

10Le premier ensemble est celui de la grande aristocratie militaire. Les factions étaient des structures militaires, guidées par des personnages qui faisaient partie de la militia au niveau le plus haut23. Membres des grands lignages, ils exerçaient parfois la fonction de podestat dans d’autres villes ou, plus souvent, celle – plus marquée en un sens militaire – de capitaine du Popolo ou capitaine de guerre. Plus engagées que les autres dans la faction, ces familles de magnats étaient les mêmes qui, une fois exclues, cherchaient à rentrer en ville comme vainqueurs plutôt que comme ennemis rachetés. Parmi eux, il y avait à la fois d’anciens et de nouveaux signori, c’est-à-dire les détenteurs de juridictions dans les campagnes, qui pouvaient s’appuyer sur leurs châteaux, leurs clientèles et leurs troupes pour combattre la commune qui les avait exilés. Forts de cette puissance, ils avaient souvent constitué, dans la première moitié du xiiie siècle, un problème sérieux pour les communes. On le voit bien à travers les exemples de Plaisance avec les Landi24 ou de Brescia avec les Ugoni25. Ces individus formaient l’élément de connexion entre le monde communal et le monde des domini loci des campagnes, qui furent souvent choisis comme podestats, tant par les communes que par les exilés, quand ils constituaient une commune alternative à celle de la ville26. Les lignages de ce type pouvaient rester longtemps en exil, exploiter les liens avec de puissants lignages d’autres régions et parfois s’y installer pour des longues périodes. Ces comportements s’inscrivaient dans la continuité de traditions qui précédaient l’apparition même des communes, comme le démontrent le cas éclatant des Este, qui quittèrent la localité homonyme du contado de Padoue pour arriver à Ferrare, puis à Reggio et Modène27, ou celui des Della Torre, chassés de Milan par les Visconti, à la fin des années 1270, et qui colonisèrent le Frioul, en occupant pour une longue période le siège archiépiscopal d’Aquilée28. Il s’agit d’un cas très intéressant sur lequel je reviendrai plus loin.

  • 29 Mise au point par R. Greci, « Nuovi orizzonti di scambio e nuove attività produttive », Economie u (...)
  • 30 ILombardi in Europa nel Medioevo, dir. R. Bordone, F. Spinelli, Milan, 2005.
  • 31 Castellani, Gli uomini d’affari astigiani..., op. cit. n. 13, p. 209-238.

11Le deuxième ensemble de ce groupe d’exilés particuliers est celui des hommes d’affaires : marchands et surtout banquiers29. Comme la guerre, la finance avait ses propres circuits, qui pouvaient éventuellement être activés au moment de l’exclusion : Giano della Bella, aristocrate florentin chassé de sa ville pour avoir combattu les magnats, faisait ainsi fortune comme prêteur à Paris. Des recherches récentes ont d’ailleurs très bien éclairé ce point. Un cas bien documenté est celui des Lombards d’Asti, qui se spécialisèrent dans le prêt sur gage et le change, au cours de la première moitié du xiiie siècle, en Champagne et Bourgogne, puis, passant par la Lorraine, en Flandres et dans la vallée du Rhin30. Luisa Castellani a montré que, jusqu’aux premières années du xive siècle, les grandes familles de banquiers d’Asti, qu’elles aient été guelfes ou gibelines, avaient des bureaux dans beaucoup de localités européennes. Or, à partir de 1303, quand les Gibelins furent bannis de la ville pour la première fois, les maisons de prêteurs gibelins occupèrent la majorité de ces localités, ce qui poussa, pour ainsi dire, les prêteurs guelfes à concentrer leurs affaires dans des lieux plus proches de leur ville de provenance, qu’ils contrôlaient désormais31.

  • 32 A. Battistella, I toscani in Friuli, Bologne, 1898 ; C. de Franceschi, Esuli fiorentini della comp (...)

12Un autre cas est lié à la présence – déjà relevée – des Della Torre dans le patriarcat d’Aquilée. Si, jusqu’alors, la région avait été traversée par les banquiers siennois, lorsque les Della Torre arrivèrent pour la coloniser, les Siennois furent remplacés par les Florentins, qui étaient liés à la famille du nouveau patriarche. La chose intéressante est que, lorsque de nombreux partisans des Cerchi – les « blancs » (avec Dante) –, mais aussi des Gibelins furent bannis de Florence, ceux d’entre eux qui avaient des parents et des associés en Frioul et en Istrie décidèrent de les rejoindre pour y rester longtemps32. Les circuits des affaires et ceux de la guerre pouvaient donc se superposer à l’occasion d’un exil.

  • 33 G. M. Monti, Cino da Pistoia giurista, con bibliografia e tre appendici di documenti inediti, Citt (...)
  • 34 D. Novarese, « Francesco d’Accorso », Dizionario biografico degli Italiani, t. 49, Rome, 1997, p.  (...)

13Le troisième ensemble au sein de ce groupe d’exilés mieux préparés à l’exil est le plus fragmenté et, donc, le plus difficile à décrire. Si les membres des deux premières catégories étaient souvent organisés en groupes plus ou moins institutionnalisés, ceux-là se présentent isolés, et pourtant ils sont de loin les plus connus. Il s’agit en effet de fonctionnaires qui travaillaient en général dans les familles des podestats et des capitaines du Popolo, ainsi que de professeurs des studia : en somme, on y trouve surtout des juges, quelques notaires, quelques professeurs de droit, qui pouvaient se recycler comme procureurs, et parfois des personnes formées à la faculté des arts. Il s’agissait d’hommes d’une haute culture, comme Cino da Pistoia33 ou, avant lui, Francesco d’Accorso34, détenteurs d’une compétence qui pouvait se révéler utile dans n’importe quelle ville qui utilisait le ius commune.

14L’élément qui rend cohérent ce groupe composé de grands capitaines, de banquiers et de juges cultivés est le fait que toutes ces catégories se trouvaient à l’aise dans les circuits qui liaient entre elles les villes de l’Italie communale, parce qu’ils les avaient déjà fréquentées avant l’exil. Si le bannissement était dans l’ordre des possibles, conserver ce statut de banni constituait un stade supérieur, réservé à ceux qui disposaient des instruments pour s’adapter à cette nouvelle situation. La guerre, mise en œuvre par des armées de citoyens, la finance et le commerce, qui dépassaient les frontières citoyennes, la politique et la justice, liées au système du podestat, avaient permis la création d’un univers de contacts, qui fut l’un des fondements de la culture italienne de la fin du Moyen Âge.

  • 35 E. Coccia, S. Piron, « Poésie, sciences et politique. Une génération d’intellectuels italiens (129 (...)
  • 36 P. Cammarosano, « Presentazione », Lombardi in Friuli..., op. cit. n. 28, p. 9.
  • 37 J.-Ch. L. Simonde de Sismondi, Storia del Risorgimento, de’ progressi, del decadimento e della rov (...)

15Ainsi, l’exclusion politique catalysa et transforma parfois des circuits et des groupes déjà existants. Ce n’est donc peut-être pas un hasard si ce fut précisément au cours de cette période, où l’exclusion devint un phénomène généralisé, que se forma le premier groupe d’intellectuels complètement détachés de toute dimension locale, la génération active entre 1290 et 1330, qui a été étudiée récemment par Emanuele Coccia et Sylvain Piron35. Ce fut en particulier ce groupe, cette élite culturelle des immigrés qui se mouvaient d’une région à l’autre, les Italiani in Italia – expression éponyme d’un projet de Paolo Cammarosano36-, qui fit le meilleur usage possible de l’exil, en entrant en contact et en faisant circuler hommes, livres et idées. En 1821, à contre-courant de toute l’historiographie future, Jean-Charles Leonard Simonde de Sismondi écrivait à propos de l’exclusion politique communale : « Les immigrés des républiques italiennes acquéraient souvent de nouvelles richesses et une nouvelle influence pendant l’exil, parce que la nécessité les obligeait à se dédier avec une ardeur redoublée au travail, au commerce, aux études militaires37. » Certainement, ce passage nous frappe par son optimisme assuré, expression du caractère pédagogique d’une œuvre qui essayait d’offrir des modèles d’action aux Italiens du Risorgimento. Et cependant, à la lumière de parcours d’exilés comme Giano della Bella, Francesco d’Accorso et – pourquoi pas ? – Dante Alighieri, cette considération semble moins naïve qu’on aurait pu le penser au premier abord.

Notes

1 G. Tabacco, « La città italiana fra germanesimo e latinità nella medievistica ottocentesca », Il Medioevo nell’Ottocento in Italia e Germania, éd. R. Elze, P. Schiera, Bologne-Berlin, 1988, p. 23-42. Sur les Lombards, voir E. Artifoni, « Ideologia e memoria locale nella storiografìa italiana sui Longobardi », Ilfuturo dei Longobardi. L’Italia e la costruzione dell’Europa di Carlo Magno. éd C. Bertelli, G. P. Brogiolo, Milan, 2000, p. 219-227.

2 Dante Alighieri, Epistole, 3, 1 : Exulanti Pisíoriensi Florentinus exul inmeritus per tempora diuturna salutem etperpetuae caritatis ardorem (« Dante Alighieri, Epistole », éd. E. Pistelli, Enciclopedia Dantesca, Appendice, Rome, 1978, p. 803-817, p. 806). Au xixe siècle, les biographies de Dante proliféraient. Entre autres, on peut signaler ici M. Missirini, Vita di Dante Alighieri, Milan, 1844 ; C. Balbo, Vita di Dante, Florence, 1853 ; P. Fraticelli, Storia della vita di Dante Alighieri, Florence, 1861 ; I. Del Lungo, I bianchi e i neri. Pagine di storia fiorentina da Bonifazio VIII a Arrigo VII per la vita di Dante, Florence, 1899.

3 C. Balbo, Sommario della storia d’Italia dalle origini fino al 1814, 5e éd., Lausanne, 1849.

4 Ibid., p. 164.

5 J. Plesner, L’émigration de la campagne à la ville libre de Florence au xiiie siècle, Copenhague, 1934 ; L. A. Kotel’nikova, Mondo contadino e città in Italia dall’XI al XIV secolo. Dallefonti dell’Italia centrale e settentrionale, Bologne, 1975.

6 Les étapes principales de cette révision sont représentées par E. Cristiani, Nobiltà e popolo nel comune di Pisa, dalle origini del podestariato alla signoria dei Donoratico, Naples, 1962 ; J. Heers, Le clan familial au Moyen Age. Étude sur les structures politiques et sociales des milieux urbains, Paris, 1974 ; P. Jones, « Economia e società nell’Italia medievale : la leggenda della borghesia », Annali della storia d’Italia, t. 1, Dalfeudalesimo al capitalismo, Turin, 1978, p. 185-372, rééd. dans Id., Economia e società nell’Italia medievale, Turin, 1980. Sur les racines de cette vision des communes, voir aussi M. Vallerani, « La città e le sue istituzioni. Ceti dirigenti, oligarchia e politica nella medievistica italiana del Novecento », Annali dell’Istituto storico italo-germanico in Trento, 20 (1994), p. 165-230.

7 Antonio Ivan Pini a dirigé une thèse de laurea sur cette documentation (A. Montagnani, I Libri bannitorum del comune di Bologna. Per una storia del ghibellinismo bolognese, Tesi di Laurea dell’Università degli studi di Bologna, relatore A. I. Pini, a. a. 1971-1972) et utilisé les résultats de ce travail dans plusieurs articles sur l’histoire de Bologne, comme A. I. Pini, R. Greci, « Una fonte per la demografia storica : le “Venticinquine” bolognesi (1247-1404) », Rassegna degli archivi di stato, 36 (1976), p. 337-417 ; A. I. Pini, « Un aspetto dei rapporti tra città e territorio nel medioevo : la politica demografica “ad elastico” di Bologna fra il xII e il xIv secolo », Studi in memoria di Federigo Melis, t. 1, Naples, 1978, p. 365-408, ici p. 381, et surtout dans sa synthèse d’histoire communale, Id., « Dal comune città-stato al comune ente amministrativo », Comuni e signorie. Istituzioni, società e lotte per l’egemonia, O. Capitani, R. Manselli, G. Cherubini, A. I. Pini, G. Chittolini, Turin, 1981 (Storia d’Italia Utet, 4), p. 449-587.

8 Ibid., p. 485 : Si pensi al doloroso fenomeno del fuoriuscitismo : da Bologna nel 1274 vengono espulsi quattoridicimila « ghibellini » in una città che contava 50 mila abitanti.

9 G. Milani, « Il governo delle liste a Bologna. Premesse e genesi di un libro di proscrizione duecentesco », Rivista storica italiana, 108 (1996), p. 149-229 ; Id., L’esclusione dal comune : conflitti e bandi politici a Bologna e in altre città italiane tra XII e XIV secolo, Rome, 2003 (Nuovi studi storici, 63).

10 Antonio Ivan Pini utilise le coefficient élaboré par Roger Mols (Introduction à la démographie historique des villes d’Europe du xive au xviiie siècle, Louvain, 1954-1956), à partir de son étude « Problemi demografici bolognesi del Duecento », Atti e memorie della deputazione di storia patria per le province di Romagna, n. s., 17-19 (1965/66-1967/68), p. 147-222.

11 Milani, L’esclusione..., op. cit. n. 9, p. 361.

12 Ibid., p. 258-260, tableau p. 463-465. Des catégories très semblables avaient été utilisées à Florence en 1267 et 1268 : M. Campanelli, « Quel che la filologia può dire alla storia : vicende di manoscritti e testi antighibellini nella Firenze del Trecento », Bullettino dell’Istituto storico italiano per il Medio Evo, 105 (2003), p. 87-247.

13 Le fait est remarqué dans L. Castellani, Gli uomini daffari astigiani. Politica e denaro tra Piemonte e l’Europa (1270-1312), Turin, 1998, p. 223-224.

14 Dino Compagni, après avoir mentionné les condamnés blancs, écrit : « Ce furent plus de six cents hommes qui allèrent subsistant avec peine de par le monde, qui d’un côté, qui de l’autre » (Chronique des événements survenant à son époque, éd. P. Mula, Grenoble, 2002, p. 158). La note de l’éditeur (« On estime que près de six mille personnes, en comptant les familles et leurs suites, durent s’exiler ») n’est pas, à mon avis, confirmée par le texte des condamnations édité dans M. Campanelli, « Le sentenze contro i Bianchi fiorentini del 1302. Edizione critica », Ballettino dell’Istituto storico italiano per il Medio Evo, 108 (2006), p. 187-378. Roberto Davidsohn (Storia di Firenze, t. 3, Le ultime lotte contro l’impero, Florence, 1960, p. 293-294) avait compté 559 condamnations à mort et 108 amendes, en confirmant les chiffres de Dino Compagni. Florence comptait, à cette époque, entre 100 000 et 120 000 habitants, selon M. Ginatempo, L. Sandri, L’Italia delle città. Il popolamento urbano tra Medioevo e Rinascimento (secoli XIII-XVI) Florence, 1990, p. 106.

15 On trouvera des tableaux résumant l’évolution diachronique du nombre des bannis et des relégués dans Milani, L’esclusione.op. cit. n. 9, p. 287.

16 Ibid, p. 249-289.

17 G. Milani, « Giuristi, giudici e fuoriusciti nelle città italiane del Duecento : note sul reato politico comunale », Pratiques sociales et politiques dans les villes de l’Occident à la fin du Moyen Age, éd. J. Chiffoleau, C. Gauvard, A. Zorzi, Rome, 2007 (Collection de l’École française de Rome, 385), p. 595-642 ; Id., « Crimines y procesos polìticos en las comunas italianas », Procesos, inquisiciones, pruebas. Homenaje a Mario Sbriccoli, dir. E. Conte, M. Madero, Buenos Aires, 2009, p. 185-204.

18 La paix la plus connue de l’histoire communale italienne est celle de 1280 à Florence, sur laquelle on peut consulter I. Lori Sanfilippo, « La pace del cardinale Latino a Firenze nel 1280. La sentenza e gli atti complementari », Bullettino dell’Istituto storico italiano per il Medioevo e Archivio Muratoriano, 89 (1980-1981), p. 193-260, et M. Sanfilippo, « Guelfi e ghibellini a Firenze : la pace del cardinal Latino (1280) », Nuova rivista storica, 44 (1980), p. 1-24.

19 Pour Bologne, voir Milani, L’esclusione..., op. cit. n. 9, p. 261-263, 268-271, 282-286. Pour Florence, on peut suivre les rentrées à travers le cas de Dante. Beaucoup des condamnés de 1302 eurent la possibilité de jurer fidélité au gouvernement et de rentrer en 1311 et en 1315 (Codice diplomatico Dantesco, éd. R. Piattoli, Florence, 1940, p. 132-144, 153-155).

20 Pour les villes de l’Italie du Nord, voir Milani, L’esclusione..., op. cit. n. 9, p. 186-201.

21 Chr. Klapisch-Zuber, Retour à la cité : les magnats de Florence, 1340-1440, Paris, 2008, p. 193-238, 313-331.

22 Milani, L’esclusione..., op. cit. n. 9, p. 281-289.

23 Sur la militia citoyenne italienne, au sens large, voir J.-Cl. Maire Vigueur, Cavaliers et citoyens : guerre, conflits et société dans l’Italie communale, xiie-xiiie siècles, Paris, 2003.

24 P. Racine, « La discordia civile », Storia di Piacenza, t. 2, Dal vescovo conte alla signoria, Plaisance, 1984, p. 237-258 ; P. Castignoli, « Il comune podestarile », ibid., p. 259-276.

25 G. Milani, « Prima del Buongoverno. Motivi politici e ideologia popolare nelle pitture del Broletto di Brescia », Studi medievali, ser. 3, 49 (2008), p. 19-85.

26 J.-Cl. Maire Vigueur, « Flussi, circuiti e profili », Ipodestà dell’Italia comunale, t. 1, Reclutamento e circolazione degli ufficiali forestieri (fine xii sec.-metà xiv sec), dir. J.-Cl. Maire Vigueur, Rome, 2000, p. 897-1099, ici p. 1011-1038.

27 J. K. Laurent, « The Signory and its Supporters : The Este of Ferrara », Journal of Mediaeval History, 3 (1977), p. 39-51 ; A. Castagnetti « Enti ecclesiastici, Canossa, Estensi, famiglie signorili e vassallatiche a Verona e Ferrara », Structures féodales et féodalisme dans l’Occident méditerranéen ( xe-xiiie siècles). Bilan et perspectives de recherches, Rome, 1980, p. 387-412.

28 M. Davide, Lombardi in Friuli. Per la storia delle migrazioni interne nell’Italia del Trecento, Trieste, 2008.

29 Mise au point par R. Greci, « Nuovi orizzonti di scambio e nuove attività produttive », Economie urbane ed etica economica nell’Italia medievale, dir. R. Greci, Rome-Bari, 2005, p. 77-150.

30 ILombardi in Europa nel Medioevo, dir. R. Bordone, F. Spinelli, Milan, 2005.

31 Castellani, Gli uomini d’affari astigiani..., op. cit. n. 13, p. 209-238.

32 A. Battistella, I toscani in Friuli, Bologne, 1898 ; C. de Franceschi, Esuli fiorentini della compagnia di Dante mercanti e prestatori a Trieste e in Istria, Venise, 1939.

33 G. M. Monti, Cino da Pistoia giurista, con bibliografia e tre appendici di documenti inediti, Città di Castello, 1924 ; Cino da Pistoia. Colloquio (Roma, 25 ottobre 1975), Rome, 1976 (Atti dei Convegni Lincei, 18).

34 D. Novarese, « Francesco d’Accorso », Dizionario biografico degli Italiani, t. 49, Rome, 1997, p. 654-656.

35 E. Coccia, S. Piron, « Poésie, sciences et politique. Une génération d’intellectuels italiens (1290-1330) », Revue de synthèse, 129 (2008), p. 549-586.

36 P. Cammarosano, « Presentazione », Lombardi in Friuli..., op. cit. n. 28, p. 9.

37 J.-Ch. L. Simonde de Sismondi, Storia del Risorgimento, de’ progressi, del decadimento e della rovina della libertà in Italia. Prima versione italiana, Lugano, 1833, p. 176 : Gli emigrati delle repubbliche italiane procacciavansi spesso nel loro essiglio nuove ricchezze e una novella preponderanza ; perché la necessità costringevasi ad attendere con maggior zelo al lavoro, al commercio, agli studi militari.

© Éditions de la Sorbonne, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site