Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des sociétés en mouvement. Migrations et mobilité au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Déplacements collectifs et encadrement des populations

La mobilité professionnelle des ouvriers du bâtiment : l’exemple de Gérone au xve siècle

Sandrine Victor

Note de l’éditeur

Abréviations utilisées :
AHMG pour Arxiu historic municipal de Girona ;
ACG pour Arxiu capitular de Girona ;
AHPG pour Arxiu historic provincial de Girona.

Texte intégral

  • 1 C. Guilleré, Girona al segle XIV, Barcelone, 1993-1994.
  • 2 R. Alberch I Fugueras, N. Castells I Calzada, La poblado de Girona (segles xiv-xx), Gérone, 1985 ; (...)
  • 3 AHMG, 1.1, Funcionament del conseil municipal, 1.1.1., Manuals d’acords, no 35-100.
  • 4 AHMG, VIII, Demografìa, VIII. 1.1, talles, no 4-5, et 1.1, Funcionament del conseil municipal, 1.1. (...)
  • 5 AHMG, XIII, Obres publiques i urbanisme, XIII, Fortificacions, no 1, 2, reg. 11686, XIII.4.1, Ponts (...)
  • 6 ACG, Llibres d’Obra de la Seu, no 23-51.
  • 7 AHPG, Fons notarial, Girona ciutat, Girona 1, 2, 3, 4, 6, 8, 11.
  • 8 AHMG, IV, Associacions, IV. 1, Gremis, no 1, 7, 8.
  • 9 AHMG, 1.1, Funcionament del conseil municipal, 1.1.1., Manuals d’acords, no 35-100.

1Des liens étroits – commerciaux, Financiers et économiques – unissent Gérone à sa campagne durant tout le Moyen Âge et, en particulier, à la fin de la période1. Ces liens se doublent d’un flux migratoire de la main-d’œuvre2, attisé et entretenu par les grands chantiers du bas Moyen Âge réalisés dans cette ville : la cathédrale gothique Sancta Maria est bâtie entre le xive et le xve siècle, et les remparts de la ville sont édifiés à la fin du xive siècle, puis à la fin du xve siècle, dans un contexte de guerre civile. Les parcours des migrants qui affluent vers Gérone pour ces chantiers, afin de louer leurs bras et leur savoir-faire, nous sont accessibles grâce à un fonds documentaire de première qualité. Il s’agit d’abord des franchises3, accordées par les autorités pour stimuler cette migration – soit cinquante-cinq actes pour le secteur de la construction au xve siècle –, puis des tailles4 – une vingtaine pour le siècle-, qui nous donnent les informations nécessaires sur l’origine et le lieu d’installation de ces nouveaux arrivants. Viennent ensuite les comptes des chantiers, complets pour les murailles, les ponts et les travaux d’embellissement de la ville5, et, à quelques unités près, également complets pour le chantier de la cathédrale6. Ils offrent un éclairage sur le profil professionnel des migrants et leur mobilité. Enfin, les actes notariés7, en particulier les testaments et les contrats de mariage, nous permettent d’envisager leur degré et leur stratégie d’intégration. Le point de vue des accueillants, quant à lui, peut être étudié grâce aux statuts des Métiers8, en particulier celui des tailleurs de pierre et des charpentiers, ainsi que grâce aux arrêtés municipaux les concernant, qui sont contenus dans les Manuals d’acords9. On peut donc voir se dessiner deux sortes de mobilité professionnelle des ouvriers du bâtiment à Gérone, au xve siècle : un macroflux, c’est-à-dire un flux de l’extérieur vers l’intérieur, de candidats à la migration, venus de la campagne environnante ou de contrées plus lointaines, et un microflux, au cœur même de la ville, de salariés qui jonglent entre divers chantiers. Enfin, au-delà de l’approche professionnelle, il est possible de dresser le portrait de ces hommes et de leur famille, de leur stratégie d’intégration et de leur implantation dans leur ville d’accueil.

Nommer et identifier les migrants

  • 10 S. Victor, La construction et les métiers de la construction à Gérone au xve siècle, Toulouse, 2008 (...)
  • 11 ACG, Llibres d’Obra de la Seu, no 29, 1417.

2Croiser les migrants dans les sources, c’est d’abord les nommer. Une première catégorie d’ouvriers est constituée de ceux qui viennent travailler à Gérone depuis leur localité d’origine, couchant éventuellement sur place (chantier, loge ou auberge) et prenant le statut d’habitator (s’ils sont de passage) ou de comorans (s’ils s’installent plus longuement, sans toutefois devenir citoyens)10. Ainsi, Antoni Canet, maître majeur de la cathédrale, est toujours présenté comme de Barcelona11, même s’il habite à Gérone.

3Une seconde catégorie de migrants quitte son village pour s’installer et travailler à Gérone. Dans les documents – les comptes en particulier-, l’apposition, à côté du nom de l’ouvrier, de son lieu d’origine, village, royaume ou comté, est systématique. Au fil des semaines, les procurateurs auront néanmoins tendance à négliger de mentionner cette origine : le migrant se fond alors dans la masse des bâtisseurs, connus et reconnus par la fabrique. Dans les actes de la pratique, la mention par le notaire de l’origine géographique du migrant, récent ou ancien, est en revanche systématique, soit sous forme directe (Joan Moliner de Sarria de Ter, par exemple), soit indirecte (Joan Moliner, citoyen de Gérone ou vivant à Gérone, originaire de la paroisse de Sarria de Ter).

  • 12 Victor, La construction..., op. cit. n. 10, p. 146.

4Dernier cas de Figure, certains ouvriers sont présentés comme étant « de Gérone ». Deux explications s’offrent à nous. Ils peuvent faire partie d’un corps de métier prestigieux. Auquel cas, l’apposition de l’origine au nom est vécue comme un complément de dénomination professionnelle. Ainsi, l’orfèvre géronais Coromina est toujours dit « de Gérone », même dans les actes locaux12. Autre explication possible, les ouvriers sont originaire de l’extérieur de la ville et s’y sont à présent installés, devenant citoyens à part entière de Gérone. Le procurateur fait ainsi la différence entre leur ancien et leur nouveau statut.

Les flux migratoires

Un premier flux de mobilité professionnelle : un mouvement de l’extérieur vers l’intérieur de la ville

  • 13 Ibid., p. 277-282 ; C. Guilleré, Girona medieval : crisis i desenvolupament 1360-1460, Gérone, 1992 (...)
  • 14 Victor, La construction..., op. cit. n. 10, p. 149-150 et 319-321 ; J. M. Font Rius, Cartas de pobl (...)
  • 15 AHMG, 1.1, Funcionament del conseil municipal, 1.1.1., Manuals d’acords, no 99.

5Gérone perd la moitié de sa population entre le début du xve siècle et 1462, date du début de la guerre civile13. Cette perte dramatique de main-d’œuvre et, par voie de conséquence, de masse fiscale incite la municipalité à prendre des mesures pour favoriser l’immigration en accordant des franchises de taille et/ou commerciales. Dans ce contexte, la ville mène deux grandes campagnes pour attirer de la main-d’œuvre14. Jusqu’en 1462, elle accorde des exemptions de taille pour une durée moyenne de sept ans. Si l’artisan est un réel atout pour le dynamisme économique de la ville, celle-ci peut accroître les avantages. Ainsi, le maître de maison Antoni Cuadre bénéficie d’une exemption de toutes les impositions pour huit ans15. Après 1470, du fait des changements de fiscalité, les exemptions portent sur les impositions qui appartiennent à la fiscalité indirecte. Ce second type de franchise exempte uniquement des taxes levées sur la farine et le vin, et ce pour une durée moyenne de quatre ans.

  • 16 Victor, La construction..., op. cit. n. 10, p. 145.

6Affinons ces remarques liminaires. Grâce aux franchises, aux comptes et aux actes notariés, il a été possible de repérer 543 origines d’ouvriers sur les 2 500 présents sur les chantiers au xve siècle16. 373 personnes sont dites « de Gérone », civis, habitator ou comorans. Il reste donc 170 personnes venant d’ailleurs. Deux aires de recrutement se distinguent : une aire de grande migration et une aire de recrutement de proximité. Premier point, 27 % des migrants viennent d’au-delà du Principat ou des zones limitrophes du Principat au sens large (Languedoc, Roussillon, Gascogne, Béarn, etc.). Il faut ajouter 15,6 % qui viennent de France, d’Allemagne ou d’Italie, en particulier de Florence. Les courants de migration en provenance du Nord semblent plus forts que ceux en provenance du Sud : seulement 4 % des migrants viennent de la péninsule Ibérique. La Catalogne, la « clef du royaume », tourne le dos à la Castille pour porter le regard de l’autre côté des Pyrénées. Les régions historiquement attachées à la Catalogne sont, bien sûr, les plus représentées (Elne, Foix, Pamiers, Narbonne). Elles ont bien souvent un passé commun et jouissent surtout d’une langue commune ou voisine, qui facilite les communications. Les liens sont parfois plus complexes. Par exemple, Foix est largement tournée vers Andorre, qui elle-même a toujours trouvé, tout comme les nombreux villages des Pyrénées, un débouché économique à Gérone dans les périodes difficiles. Quant à l’immigration plus lointaine (Allemagne, France, Florence), elle concerne surtout les maîtres. C’est là une manifestation du gothique international, qui engendre des mouvements migratoires, garants de la transmission de savoir-faire, d’autant que Gérone jouit d’une place de prestige dans le monde gothique.

  • 17 J. Olivro, L’homme à toutes vitesses. De la lenteur homogène à la rapidité différenciée, Rennes, 20 (...)
  • 18 ACG, Llibres d’Obra de la Seu, no 24.

7Ensuite et surtout, la majorité de la main-d’œuvre migrante, c’est-à-dire 71,5 %, vient du Principat, dont 10 % de plus de 50 km de distance. Si l’on s’en tient aux villages représentés, la majorité de cette population vient également du nord d’un axe Begur-Anglès et, en particulier, du Plà de l’Estany, de la Garrotxa et de l’Empordà. Les principales sources d’immigration se situent donc entre 3 h 20 et 5 h 20 de marche17. Le fait peut être intéressant, si l’on prend en considération le statut de l’habitator. Par exemple, Berenger Cervia, en 1405, vient de Banyoles18, soit 3 h 45 de marche aller. Il doit donc impérativement coucher sur le chantier, même si l’information n’est pas attestée par les sources. La plupart des ouvriers proviennent de zones éloignées de moins de 15 km de Gérone. La campagne environnante offre un vivier de bras pour les travaux à Gérone et dans ses environs (exploitations des carrières de Pedret, par exemple, qui fournissent le chantier de la cathédrale en pierres). C’est un débouché précieux pour les artisans, ou les paysans des villages pendant les saisons creuses. On peut donc conclure que la main-d’œuvre vient pour la plupart des campagnes voisines. Mais plus on s’avance dans le xve siècle, plus l’éloignement géographique s’affirme. Gérone regarde au Nord, depuis sa propre campagne jusqu’aux confins des évêchés méridionaux et limitrophes. Les campagnes peuplées comblent le déficit en hommes dans les villes frappées de plein fouet par les pandémies et les guerres.

  • 19 J. Yarza, « Anisa-artesano en el gótico catalan », Lambard, 3 (1987), p. 129-169.

8Enfin, on peut se demander si la profession influe sur les mouvements de population. Les ouvriers les plus prompts à se déplacer sont les moins qualifiés : manœuvres, charretiers. Ces deux catégories de métiers ne sont d’ailleurs pas scrupuleusement attachées à la construction. Les hommes peuvent se louer pour l’agriculture, le textile, le commerce, etc. Cependant, ils font partie presque exclusivement de l’aire de recrutement local, c’est-à-dire à moins de 50 km de distance de Gérone. Les « artistes-artisans19 » viennent d’horizons plus variés et surtout plus lointains : 6,25 % des architectes, 25 % des vitriers, presque 10 % des tailleurs de pierre et environ 8 % des peintres viennent de l’extérieur du Principat. L’acquisition d’un savoir-faire leur garantit un emploi où qu’ils aillent. De plus, le voyage de chantier en chantier tend à devenir un rituel pour les élites des Métiers, qui consolident et complètent ainsi leur apprentissage et leur expérience.

  • 20 Guilleré, Girona medieval..., op. cit. n. 13, p. 36-37.
  • 21 ACG, Llibres d’Obra de la Seu, no 31-41.
  • 22 P. Bonnassie, « Survie et extinction du régime esclavagiste dans l’Occident du haut Moyen Age (ive (...)
  • 23 ACG, Llibres d’Obra de la Seu, no 46.
  • 24 Voir l’exemple d’Antoni Bosch, manœuvre à la cathédrale, et dont on précise qui fuit esclau (ACG, L (...)

9Faisons un cas à part des esclaves, présents à Gérone au xve siècle : leur immigration n’est certes pas choisie, mais il y a migration tout de même. La concentration des embauches d’esclaves correspond à un besoin conjoncturel20. En effet, la majeure partie d’entre eux apparaissent dans les comptes de la cathédrale entre 1420 et 145021, c’est-à-dire au moment des grands travaux des deux premières travées de la nef unique. Ils apparaissent dans les comptes, mais rien ne nous dit s’ils sont arrivés expressément pour cela ou s’ils habitaient déjà en ville auparavant. Les origines de cette quarantaine d’homme sont difficiles à cerner. De certains nous ne connaissons rien : ni le nom, ni le prénom. Ils sont nommés « un esclave » ou « l’esclave de X ». Quand leur prénom d’origine apparaît, on constate qu’il est à consonance arabe (Salem, Abrim, Abdala, Ali). C’est la seule piste pour trouver leur origine au sens large : l’Afrique du Nord ou l’Afrique noire, où la traite est déjà implantée22 pour fournir des esclaves aux Maures, d’autant qu’ils sont parfois flanqués du surnom de negre, qu’ils conservent même après leur affranchissement éventuel, comme le carrier affranchi Joan Serra negre en 147423. Il faut noter que, dans bien des cas, ils utilisent des noms christianisés, dans un évident souci d’intégration, qui passe par une acculturation. Leur origine sociale est donc notée, mais pas leur origine géographique précise. Cependant, même dans ces cas, ils ne pourront pas être absorbés par la société qui continue à les marquer par des surnoms laissant une trace claire de leur passé24.

Un second type de mobilité professionnelle : le flux intra-muros entre chantiers

  • 25 AHMG, Obres publiques i urbanisme, XIII. 1, Fortificacions, no 1.
  • 26 Victor, La construction..., op. cit. n. 10, p. 171-173.

10Pour savoir s’il y avait des mouvements entre les chantiers, nous nous sommes intéressé aux comptes de 1412 concernant les murailles25 et le chantier de la cathédrale26 : 84,5 % des artisans apparaissant dans les comptes de cette année-là ne le font que sur un seul chantier, contre seulement 15,5 %, qui travaillent à la fois à la cathédrale, la Seu, et sur les murailles du Mercadal. Nous pouvons avancer quelques éléments d’explication quant à ces mouvements de main-d’œuvre. Les hommes qui travaillent sur le chantier du Mercadal sont moins formés que ceux œuvrant à la Seu. On peut alors raisonnablement penser que, si un si petit nombre d’entre eux (75 personnes) ne travaillent qu’à la Seu ou sur les deux chantiers, c’est qu’ils forment une certaine caste supérieure des Métiers. Le chantier de la cathédrale requiert un savoir-faire supérieur à celui des murailles. Les tailleurs de pierre et les manœuvres qui y travaillent doivent donc avoir acquis une technique plus maîtrisée de la construction. Les intervenants non qualifiés qui travaillent à la cathédrale doivent être spécialistes de la construction, à l’inverse des 138 manœuvres qui travaillent uniquement sur les murailles, qui, eux, ne cherchent peut-être qu’un revenu complémentaire et ne sont donc pas rompus aux techniques du bâtiment. La fabrique de la cathédrale rechercherait donc une plus grande qualité de formation et d’expérience. D’autre part, il ne faut pas négliger le fait que l’on a peut-être affaire à une sorte de clientélisme de la part des fabriques ou des Métiers. Il n’est pas impossible, en effet, que ce soit les confréries de Métiers et leurs élites dirigeantes qui réservent le prestigieux chantier de la cathédrale aux maîtres les plus élevés dans les sphères du Métier. On voit donc que les mouvements entre chantiers sont assez réduits. Les mieux formés semblent préférer travailler à la cathédrale, alors que la masse artisanale se concentre sur le chantier des murailles. Ces microflux se superposent alors aux macroflux. En effet, les migrants ayant les origines les plus lointaines travaillent en priorité sur le chantier de la cathédrale ou cumulent les deux ouvrages : mobiles depuis l’extérieur, ils le sont également entre les chantiers de la ville. Les ouvriers les moins qualifiés se concentrent, pour leur part, sur les chantiers des murailles. Ils viennent, en outre, en majorité des campagnes les plus proches de la ville. Il s’agit d’une main-d’œuvre occasionnelle, majoritairement des habitatores.

Arriver, s’établir, s’insérer

Quels sont les profils des migrants ?

11Ces migrants ont-ils un profil particulier, un comportement particulier, ou ont-ils, au contraire, le même profil que leurs concitoyens, calqué avant tout sur leur milieu socioprofessionnel ? La structure familiale des nouveaux arrivants n’est guère éloignée de celle des natifs : sur un corpus de 290 migrants connus entre 1473 et 1498, 24 % étaient sans enfants, 32,5 % en avaient un seul, 16,5 % deux, 15 % trois ; les familles de quatre enfants ou plus ne composaient que 12 % des nouveaux Géronais. On retrouve là les comportements observés à Gérone pour des artisans modestes, qui contrôlent leur natalité en fonction de leur assise économique. Les quartiers de prédilection des nouveaux venus répondent à des exigences sociales et professionnelles. Ils s’installent dans les quartiers où la densité des actifs de leur secteur professionnel est la plus élevée, ce qui les immerge dans un bain social qui leur est connu : les quartiers de Pedret, de Sant Pere et de Sant Feliu, au nord de la ville, et le quartier artisanal du Mercadal à l’ouest. Des liens sociaux se tissent rapidement entre les habitants de ces quartiers, nouveaux et anciens. Ainsi, 83 % des personnes apparaissant dans un acte notarié commun (un testament, un contrat, etc.), soit comme parties prenantes, soit comme témoins, ont une origine géographique commune dans la cité : ils sont voisins. Ce lien social se substitue donc à tout regroupement par origine géographique hors de la cité. Il n’y a donc pas ou peu de phénomènes de regroupement ou de cloisonnement. Le comportement des migrants face à l’acquisition de patrimoine se calque parfaitement sur le comportement global des artisans et ouvriers du bâtiment. La majorité d’entre eux louent leur maison, bien peu en sont propriétaires. Ces derniers font partie des sphères dirigeantes des Métiers : les maîtres, immigrés ou non, sont les rares personnes à pouvoir acquérir leur domicile et posséder leur atelier, car, notons-le, la politique salariale vis-à-vis de ces migrants de la part des chantiers est transparente. Ils touchent exactement la même rémunération que leur collègue. Il n’y a pas de distinction entre eux et les natifs, ni non plus de distinction entre origines géographiques. C’est le savoir-faire qui prime, non l’origine. Ainsi, même si les procurateurs des chantiers les affublent de surnoms bien caractéristiques (le Français, le Valencien) ou mentionnent leur origine géographique (de Castille, de Palamos, d’Allemagne, etc.), il n’en demeure pas moins qu’ils reçoivent la même paie qu’un ouvrier natif, à compétence, âge et expérience identiques. Nous pouvons même étendre ce constat aux esclaves, puisque, à travail égal, ils touchent, ou plutôt leur maître touche, le même salaire qu’un homme libre. Il en est de même pour les affranchis.

Une société d’accueil ?

  • 27 AHMG, Associacions, Gremii, IV. 1, llig. 7 (1419-1835).
  • 28 Ibid.
  • 29 AHMG, 1.1, Funcionament del conseil municipal, 1.1.1., Manuals d’acords.
  • 30 Ibid., no 81, fol. 168v-170v.
  • 31 Ibid., no 82, fol. 46-v.
  • 32 Ibid., no 83, s. f.

12Pouvons-nous, pour autant, décrire la société professionnelle et civile géronaise comme une communauté qui accueille, sans retenue, les nouveaux arrivants ? Certes non. Les périodes de tensions poussent à des réflexes protectionnistes, qui apparaissent surtout et justement dans le cadre professionnel, prenant le contre-pied des mesures municipales et royales de stimulation de l’immigration. Le premier signe apparaît dans les statuts des Métiers même, et en particulier celui des tailleurs de pierre, des arbalétriers et des charpentiers, placé sous l’invocation des quatre Saints Martyrs de Gérone. Un premier privilège d’Alphonse le Magnanime, en 141927, ouvrait le Métier à tous ceux qui étaient désireux d’y entrer, femmes incluses, ce qui laisse à penser que la structure était encore fortement liée à la confrérie. En revanche, en 1480, les privilèges de Ferdinand le Catholique28 structurent réellement le Métier stricto sensu et en expliquent les raisons : l’acte est rédigé pour le bien de l’Etat et contre l’inexpérience de certains, qui pratiquent ces métiers et qui menacent les confrères de chômage. L’objectif est de « prévenir la mauvaise formation de certains jeunes et la venue d’étrangers, qui nuisent à la qualité de la formation et du travail des confrères ». Le texte des statuts de 1480 est renforcé par les réglementations du Métier qui émaillent les Manuals d’acords de la municipalité, sous la forme d’ordonnances29. Pour Gérone, nous disposons ainsi de trois compléments aux statuts : une ordonnance de 1481 pour les tailleurs de pierre, charpentiers et maîtres de maison30, une autre en 1482 pour les tailleurs de pierre uniquement31 et une dernière en 1483 pour les maréchaux-ferrants et assistants32, soit toutes les trois durant la période où la municipalité souhaite accueillir le plus de migrants, afin de combler le déficit démographique de la guerre civile. Le rejet de l’étranger extérieur à la ville est très net : « Des personnes, non-confrères, viennent d’une autre contrée, d’une autre terre ou d’autres villes, sans avoir l’expérience du savoir des confrères, ni leurs charges dans ladite confrérie, et ils leur mangent leur pain et occupent les emplois des anciens confrères. » C’est une approche paradoxale de l’étranger qui point dans ces ordonnances. En effet, comme nous venons de le voir, celui qui vient du dehors de la ville ou du Métier est stigmatisé, mais, parallèlement, les maîtres étrangers ne sont pas soumis à l’examen d’entrée dans le Métier : ils doivent seulement justifier de quatre ans d’expérience. Cette ouverture est réduite dès 1482 : ils doivent désormais justifier d’une location de maison en ville, où ils doivent vivre avec toute leur famille, et payer des impôts. En 1501, ils doivent impérativement être mariés. Pour les non-maîtres, le droit d’examen augmente de 5 à 10 sous, et, même s’il est dit qu’on ne fait pas de différence entre les fils de membres et les étrangers, les premiers peuvent passer l’examen sans apprentissage. On voit bien là la volonté d’une migration à deux vitesses, pour ne pas dire choisie : on attire les maîtres, c’est-à-dire la technicité, le savoir-faire, les compétences, et non les apprentis, les manœuvres, les sans-grade, vus comme des voleurs de travail, voire de femmes.

13Pour conclure, les phénomènes migratoires à destination de la ville de Gérone au xve siècle suivent un triple mouvement, calqué, avant tout, non sur l’origine, mais sur le niveau socioprofessionnel des candidats à la citoyenneté. Les maîtres sont ceux dont l’origine est la plus lointaine : ils s’installent avec l’aide de la municipalité et du Métier, qui encouragent leur venue. Leurs compétences leur permettent, de plus, de se louer sur tout type de chantier, quelle qu’en soit la difficulté technique. Quant aux ouvriers du bâtiment, s’ils ont bénéficié d’un apprentissage, ils peuvent envisager une installation dans de bonnes conditions à Gérone, même si le Métier tend à se fermer à la fin de la période. Leur aire de recrutement est plus réduite que celle des grands maîtres, mais leur expérience est un précieux sésame. Enfin, au bas de l’échelle, les manœuvres, à faire de recrutement très restreinte, se bornant à la campagne environnante, ne sont pas qualifiés, et leur venue n’est pas bien vue par le Métier.

Notes

1 C. Guilleré, Girona al segle XIV, Barcelone, 1993-1994.

2 R. Alberch I Fugueras, N. Castells I Calzada, La poblado de Girona (segles xiv-xx), Gérone, 1985 ; N. Castells I Calzada, « Els moviments migratoris en la Catalunya moderna : el cas de la immigració envers la ciutat de Girona (1473-1576) », Actes del l’congres d’Historia Moderna de Catalunya, t. 1, Barcelone, 1984, p. 65-74.

3 AHMG, 1.1, Funcionament del conseil municipal, 1.1.1., Manuals d’acords, no 35-100.

4 AHMG, VIII, Demografìa, VIII. 1.1, talles, no 4-5, et 1.1, Funcionament del conseil municipal, 1.1.1., Manuals d’acords, no 35-100.

5 AHMG, XIII, Obres publiques i urbanisme, XIII, Fortificacions, no 1, 2, reg. 11686, XIII.4.1, Ponts, no 1-8.

6 ACG, Llibres d’Obra de la Seu, no 23-51.

7 AHPG, Fons notarial, Girona ciutat, Girona 1, 2, 3, 4, 6, 8, 11.

8 AHMG, IV, Associacions, IV. 1, Gremis, no 1, 7, 8.

9 AHMG, 1.1, Funcionament del conseil municipal, 1.1.1., Manuals d’acords, no 35-100.

10 S. Victor, La construction et les métiers de la construction à Gérone au xve siècle, Toulouse, 2008, p. 145-146.

11 ACG, Llibres d’Obra de la Seu, no 29, 1417.

12 Victor, La construction..., op. cit. n. 10, p. 146.

13 Ibid., p. 277-282 ; C. Guilleré, Girona medieval : crisis i desenvolupament 1360-1460, Gérone, 1992, p. 34 ; et R. Alberch I Fugueras, N. Castells I Calzada, La poblado..., op. cit. n. 2, p. 17-33.

14 Victor, La construction..., op. cit. n. 10, p. 149-150 et 319-321 ; J. M. Font Rius, Cartas de poblacion y franquicias de Cataluña, Barcelone, 1969, p. xi.

15 AHMG, 1.1, Funcionament del conseil municipal, 1.1.1., Manuals d’acords, no 99.

16 Victor, La construction..., op. cit. n. 10, p. 145.

17 J. Olivro, L’homme à toutes vitesses. De la lenteur homogène à la rapidité différenciée, Rennes, 2000.

18 ACG, Llibres d’Obra de la Seu, no 24.

19 J. Yarza, « Anisa-artesano en el gótico catalan », Lambard, 3 (1987), p. 129-169.

20 Guilleré, Girona medieval..., op. cit. n. 13, p. 36-37.

21 ACG, Llibres d’Obra de la Seu, no 31-41.

22 P. Bonnassie, « Survie et extinction du régime esclavagiste dans l’Occident du haut Moyen Age (ive -xie siècles) », Cahiers de civilisation médiévale, 28 (1985), no 4, p. 307-343 ; Ch. Verlinden, « Le retour de l’esclavage », Forme ed evoluzione del lavoro in Europa (xiii-xviii), série II, Atti della tredicesima settimana di studio, 2-7 mai 1981, Prato, 1991, p. 65-92 ; R. Delort, « Quelques précisions sur le commerce des esclaves », Mélanges d’archéologie et d’histoire, 78 (1966), p. 215 ; H. Bresc, Un monde méditerranéen : économie et société en Sicile (1300-1460), t. 1, Paris-Rome-Palerme, 1986, p. 442 sq.

23 ACG, Llibres d’Obra de la Seu, no 46.

24 Voir l’exemple d’Antoni Bosch, manœuvre à la cathédrale, et dont on précise qui fuit esclau (ACG, Llibres d’Obra de la Seu, no 31.)

25 AHMG, Obres publiques i urbanisme, XIII. 1, Fortificacions, no 1.

26 Victor, La construction..., op. cit. n. 10, p. 171-173.

27 AHMG, Associacions, Gremii, IV. 1, llig. 7 (1419-1835).

28 Ibid.

29 AHMG, 1.1, Funcionament del conseil municipal, 1.1.1., Manuals d’acords.

30 Ibid., no 81, fol. 168v-170v.

31 Ibid., no 82, fol. 46-v.

32 Ibid., no 83, s. f.

© Éditions de la Sorbonne, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site