Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Les auteurs

p. 159-161


Texte intégral

1 Nicolas Bouteloup est jeune chercheur en philosophie de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, titulaire d’un master recherche, et a travaillé sous la direction de Chantal Jaquet. Il participe activement à plusieurs séminaires de recherche spinoziste. Ses domaines d’étude portent essentiellement sur les philosophies de Spinoza, Nietzsche et Bergson, et sur les notions d’expérience, de puissance et de durée. L’article ci-présent est sa première publication universitaire.

2J. Vicente Cortès est doctorant à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, où il travaille sous la direction de Chantal Jaquet. Sa thèse porte sur le problème des passions dans la pensée politique de Spinoza, et les rapports de celle-ci avec les pensées de Hobbes et de Machiavel. Actuellement, il enseigne la philosophie à l’université Diego Portales, à Santiago du Chili.

3Ancien professeur à l’ENS de Pise, Paolo Cristofolini est aujourd’hui directeur de la revue internationale Historia philosophica. Il a notamment publié II cielo aperto di Pierre Cuppé. Con un ’edizione critica del (Le ciel ouvert à tous les hommes’) (Florence, Olschki, 1981) ; Vico et l’histoire (Paris, PUF, 1995) ; Spinoza per tutti (Milan, Feltrinelli, 1993), traduit en français sous le titre Chemins dans l’Ethique (Paris, PUF, 1996) ; Vico pagano e barbaro (Pise, ETS, 2001) ; Spinoza edonista (Pise, ETS, 2002) ; L’uomo libéra (Pise, ETS, 2007) ; La scienza intuitiva di Spinoza (Pise, ETS, 2009). Il est en outre l’auteur de diverses éditions critiques : celle de l’œuvre de Vico, La scienza nuova 1730 (Naples, Guida, 2004) en collaboration avec Manuela Sanna, ainsi que celles du Tractatuspoliticus et de l’Ethica de Spinoza, toutes deux accompagnées d’une traduction italienne du texte latin (Pise, ETS, 2004 et 2009).

4Professeur agrégé et docteur en philosophie, Eric Delassus travaille principalement sur l’application de la philosophie de Spinoza aux questions d’éthique contemporaines (éthique médicale, relations humaines dans le monde du travail, création artistique). Il a également participé au groupe d’aide éthique à la décision médicale de l’hôpital de Bourges et aux travaux du laboratoire de recherche en éthique médicale de l’université François-Rabelais de Tours. Sa thèse a été publiée sous le titre De l’Ethique de Spinoza à l’éthique médicale (Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011).

5Ancienne étudiante de Paolo Cristofolini à l’Ecole normale supérieure de Pise, Ilaria Gaspari est actuellement doctorante en cotutelle sous la direction de Chantal Jaquet (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Alfredo Ferrarin (université de Pise). Sa thèse porte sur les problèmes liés à la conscience de soi au xviie siècle chez Spinoza et Pascal. Elle travaille également à une édition et traduction italienne de la correspondance de Spinoza.

6Professeur agrégée de philosophie, Sophie Laveran a enseigné en lycée puis à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne en tant qu’allocataire-monitrice puis attachée temporaire d’enseignement et de recherche. Elle prépare actuellement une thèse intitulée « Le problème de la singularité chez Spinoza : une redéfinition à partir de sa critique de l’atomisme », sous la direction de Chantal Jaquet à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Elle est notamment l’auteur de deux articles, « Un rire philosophique ? Spinoza et les atomistes » (Historia philosophica, 9/2011) et « Le problème de la composition politique chez Spinoza » (Philonsorbonne, n° 6, 2011-2012). Elle anime également depuis 2010 un atelier de lecture consacré à Spinoza et ouvert à tous.

7Après une maîtrise sur « Le mode indicatif dans l’Éthique de Spinoza » en 1993 sous la direction de Robert Misrahi, Laurent Martinet est devenu documentaliste puis journaliste, tout en poursuivant ses recherches personnelles sur Spinoza. Il a publié plusieurs textes en ligne : « L’hyperspinozisme de Pierre-François Moreau » et « Zourabichvili avait raison » (2007), « Grammaires spinozistes » (2008) et « Le spinozisme du langage » (2010), qui a servi d’ébauche au texte publié dans ce recueil. Il travaille actuellement sur les notions de vérité et d’erreur chez Spinoza pour donner plus de corps à l’hypothèse d’une rationalité inhérente à l’imagination. Ses travaux sont consultables sur le site http://martinetl.free.fr/.

8 Luis Placencia a étudié et enseigné la philosophie au Chili (Université catholique, université Alberto-Hurtado et université Andrés-Bello), avant de rejoindre l’université Martin-Luther Halle-Wittenberg où il est actuellement doctorant et enseignant. Ses domaines de spécialisation sont la philosophie moderne, la théorie de l’action, l’éthique et l’épistémologie. Il a notamment publié La ontologia del espacio en Kant (Pamplune, Eunsa, 2007) ; B. Spinoza. Tratado de la reforma del entendimiento (introduction, traductions et notes avec B. Eremiev, Buenos Aires, éd. Colihue, 2008) ; « Self-Preservation, Consciousness and Self-Knowledge. Spinoza’s Concept of Conatus and the Natural Grounds of Morals » (dans A. Vigo (éd.), Oikeiosis and the Natural Bases of Morality, Hildesheim, Georg Olms, 2012). Il est membre de la rédaction de Methodus. An International Journal for Modem Philosophy (Sankt Agustin, Academia).

9Docteur en philosophie, Andrea Sangiacomo vient de soutenir sa thèse, préparée en cotutelle sous la direction de Filippo Mignini (université de Macerata) et de Pierre-François Moreau (ENS de Lyon). Celle-ci porte sur la conception spinoziste du corps et ses sources philosophiques et scientifiques. Spécialiste de la pensée de l’âge classique, en particulier des questions éthico-politiques et de l’histoire des sciences, il a publié une édition italienne des œuvres de Spinoza (Spinoza. Tutte le opéré. Testa latino e nederlandese afronte, Milan, Bompiani, 2010) ainsi qu’un ouvrage intitulé Homo Liber. Verso una morale spinoziana (Milan, Mimesis, 2011). Actuellement, il travaille sur les débats concernant la causalité au tournant des xviie et xvine siècles, tout en étudiant en parallèle le projet hobbesien d’une science de la politique, sa réception et son évolution jusqu’à Rousseau.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.