Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des sociétés en mouvement. Migrations et mobilité au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Déplacements collectifs et encadrement des populations

Migrations marchandes : dynamique et rythmes de la mobilité des Toscans avant (et après) la Peste noire

Giuseppe Petralla

Texte intégral

  • 1 Jean Boccace, Le Décaméron, éd. V. Branca, Paris, 1953, p. 34.
  • 2 Cepperello ou Ciapperello Dieteiuti da Prato était un personnage réel : non pas un notaire, mais u (...)

1« Ces chiens de Lombards, qu’on refuse de recevoir à l’église, nous ne voulons plus les supporter1 ! » Cette phrase est prononcée dans la première nouvelle de la Première Journée du Décaméron, nouvelle située dans un gros bourg, ou une petite ville, de la Bourgogne, une année quelconque de la première moitié du xive siècle. Un couple d’usuriers italiens imagine que cette phrase va devenir le mot d’ordre d’un assaut contre leurs foyers et leurs biens, voire contre leurs personnes. Les braves Bourguignons locaux n’auraient en effet pas perdu une occasion de déclencher un petit pogrom, confrontés qu’ils étaient à un mort lombard dont les péchés étaient tels qu’il était impossible de le faire entrer à l’église. Or, ces Lombards étaient en réalité des Toscans, et le mourant était le célèbre ser Cepparello ou Ciappelletto da Prato, un petit notaire sans scrupules chargé de recouvrer des créances revendiquées par le grand marchand florentin, et désormais grand chevalier, messer Musciatto Franzesi2.

2Le livre qui, plus que tout autre, illustre, dans la littérature médiévale italienne, l’épopée du marchand s’ouvre donc en mettant au premier plan non pas le grand homme d’affaires, mais l’un de ces nombreux personnages, issus d’une bourgade populeuse et dynamique de la campagne toscane, qui furent conduits à finir leurs jours dans un gros bourg des campagnes françaises, du Tyrol ou du Frioul, ou plus souvent de la Sicile ou de Naples. Ce n’est d’ailleurs pas le seul cas, nous le savons, dans le Décaméron : dans la dimension quotidienne de ses récits, Boccace a codifié de manière exemplaire un mode de vie et une mobilité particuliers aux Toscans, mobilité qui résultait de la grande croissance médiévale et qui, à un moment déterminé, devient essentielle pour son évolution. J’évoquerai ici ce type spécifique de migration marchande pour en résumer les caractéristiques principales et démontrer qu’elles s’inscrivent en fait dans un cadre plus ample de mobilité sociale, qui coïncide exactement avec les deux siècles, ou peut-être un peu plus, qui ont précédé la Peste noire.

  • 3 R. de Roover, « The Commercial Revolution of the Thirteenth Century », Entreprise and Secular Chan (...)

3Il est certain qu’il s’était constitué, vers la fin du xiiie et le début du xive siècle, un réseau de relations clairement défini, qui articulait et hiérarchisait les fonctions au service de l’échange commercial3. A un niveau supérieur, on était en présence d’un entrelacement de relations essentielles, nouées entre les principales villes/capitales et les principales villes/centres économiques, entre les grands centres de consommation et ceux qui rassemblaient et triaient la production destinée à voyager sur de longues distances. À un niveau inférieur, à partir de chacun des nœuds du réseau supérieur, une trame plus serrée était tissée par les relations d’échanges aux plans local et infrarégional. La diaspora toscane opérait à chacun de ces niveaux : les Toscans agissaient dans de grandes et moyennes compagnies, qu’ils représentaient dans les principaux centres, mais étaient aussi de petits agents au niveau local. Entre ces deux niveaux existait un mouvement incessant d’hommes, qui maintenaient le lien entre les nœuds et les maillons du réseau. Mais il serait erroné d’utiliser le modèle hiérarchique du réseau commercial mature, pour expliquer la genèse et la dynamique de la diaspora en termes de simple dépendance chronologique et fonctionnelle du deuxième niveau par rapport au premier. Le réseau s’était en effet constitué à partir de la base et non du sommet.

  • 4 G. Petralia, « Sui Toscani in Sicilia tra Due e Trecento : la penetrazione sociale e il radicament (...)
  • 5 Un choix à l’intérieur d’une vaste bibliographie : G. Petralia, « I Toscani nel Mezzogiorno mediev (...)

4Un exemple idéal peut être tracé à partir de la demi-douzaine de personnages dont l’identité toscane est prouvée, qui s’étaient installés au cours des vingt dernières années du xiiie siècle à Vicari, une bourgade ayant tout au plus 3 000 habitants, située au centre de la Sicile occidentale, sur la route qui va de Palerme à Agrigente. Leurs patronymes et la manière dont ils se qualifient devant les notaires siciliens montrent qu’ils provenaient de centres mineurs des territoires de Lucques, Pise et Pistoia. Ils avaient d’abord migré de la Versilia et de la vallée de l’Arno vers Pise, puis, de là, en Sicile, où ils se fixèrent à Vicari, où vivaient leurs femmes et où ils avaient des propriétés foncières, des maisons et des échoppes sur la place ou dans la rue principale de la bourgade4. Comme tous les autres Toscans présents dans les trente bourgades situées à l’intérieur de l'île dont la population était comprise entre 2 500 et 5 000 habitants, ils exerçaient l’activité de prêteurs, ils achetaient du blé, ils négociaient des draps pour le compte des représentants et des correspondants, eux aussi toscans, des grandes compagnies marchandes et bancaires – pas seulement florentines – qui demeuraient dans le quartier pisan et toscan de Palerme ou d’une autre des grandes villes portuaires. Les relations qui unissaient les agents locaux aux principaux marchands n’étaient pas très différentes de ce que suggère la nouvelle de Boccace ou de ce que l’on sait – pour ces mêmes décennies – de la présence et des migrations de Toscans dans les Pouilles, la Calabre et le Frioul, ou dans les gros bourgs de la Bourgogne, du Tyrol, de l’Ile-de-France ou de la Haute-Provence5.

5Il y avait naturellement des variantes. Les travaux historiques mettent en lumière une morphologie différente des affaires. En Frioul ou dans le Nord et l’Est de la France, on décrit essentiellement des activités financières et de petits prêts sur gage, de demande de crédit dans des sociétés locales où la monnaie faisait généralement défaut. En Sicile ou en Calabre, c’est certainement l’activité d’intermédiaire, entre l’offre de matières premières et la demande de produits manufacturés dans des zones ayant une forte vocation agricole, qui l’emporte. Les nuances historiographiques dans la reconstitution du contexte dérivent certainement aussi des différents types de documentation disponible ou utilisée jusqu’à présent. Il n’est donc pas à exclure que ce soit la géographie et la typologie des sources qui aient empêché la mise en valeur d’un cadre commun.

  • 6 Petralia, « Sui Toscani... », loc. cit, n. 4, passim ; P. Malanima, « La formazione di una regione (...)
  • 7 Pirillo, Famiglia e mobilità sociale.op. cit. n. 2.

6Pourtant un cadre commun est indéniablement fourni par les dynamiques et les rythmes de la mobilité toscane. Il provient avant tout de la parfaite homogénéité de l’aire de provenance et des identités sociales d’origine. Grâce à la richesse de la documentation privée pour la période qui va de 1250 à 1350, la Sicile offre un modèle de référence précieux. Ce dernier permet de reconstituer une géographie précise des communautés de départ, qui correspond parfaitement à la Toscane supérieure, les collines, les bourgades et les châteaux situés d’est en ouest le long de la vallée de l’Arno et des vallées secondaires, à l’intérieur d’un vaste trapèze, qui comprend les comitati et les campagnes de Lucques, Pise, Volterra, Sienne, Pistoia, Florence et Arezzo, soit l’une des zones les plus densément urbanisées d’Europe, avec précisément un nombre remarquable de centres de moyenne ou moindre importance6. Quant à l’identité sociale des migrants, elle correspond fidèlement à la stratification des groupes marchands de ces bourgades. C’est à ce monde qu’appartenait Boccace lui même – fils d’un Boccaccio di Chelino da Certaldo, centre de la Valdera –, comme le grand marchand de sa première nouvelle, puisque le Florentin Musciatto di Guido Franzese, autrefois intendant de la compagnia degli Scali, était issu d’une famille d’homines de masnada, puis de milites du bourg de Figline Valdarno7.

  • 8 Ch.-M. de la Roncière, Florence, centre économique régional au xive siècle, livre 3, Structures et (...)

7Mais, si Musciatto, comme ses associés et ses frères désormais florentins, installés à Paris et près de la cour, représentaient le niveau supérieur des classes marchandes des bourgs toscans, une bonne partie des émigrés correspondaient plutôt à une solide « bourgeoisie rurale », à ces petits et moyens propriétaires fonciers, nombreux dans les castra et dans les città borghigiane, qui s’étaient développés au cours du xiie siècle dans les campagnes toscanes. Ils ne résidaient à Pise, Florence, Sienne ou Pistoia que depuis une ou deux générations et ils représentaient comme tels un segment du complexe et vaste mouvement d’émigration spontanée des élites de village vers la ville. Mais, en général, le passage intermédiaire de la campagne à la ville, effectué dans un premier temps en Toscane, ne constituait pas une condition nécessaire de la mobilité et de la migration à une vaste échelle. Ainsi que l’a démontré Charles-Marie de La Roncière, avant 1348, les bourgades de la campagne toscane avaient une capacité de projection extrarégionale tout à fait autonome : le réseau commercial infrarégional qu’elles constituaient était de la même façon autonome et « il doublait le réseau monté par les gens de la ville » avec lequel l’intégration était possible, mais pas encore nécessaire. Il était fréquent que les agents économiques des bourgades ne dépendent ni des corporations des villes, ni d’un contrôle corporatif local8.

  • 9 Ibid., p. 1191.

8Ainsi donc la diaspora toscane apparaît-elle en premier lieu comme le fruit de dynamiques sociales et économiques liées au développement particulier des centres mineurs de la Toscane, de « ces constellations de petites villes formées à ses principaux carrefours, à la fois carrefours commerciaux et carrefours frontières », entre une campagne et l’autre qui – je cite toujours Charles de La Roncière – représentaient « une des originalités de la Toscane médiévale9 ». C’est là que naissaient les mouvements centrifuges, en suivant sur de longues distances les axes de cet ensemble d’itinéraires, autour duquel s’étaient organisés les espaces locaux de la région. Les incitations à une projection extrarégionale étaient surtout démographiques. Elles étaient la conséquence de la densité même de l’urbanisation et de l’intensité du passage de groupes sociaux appartenant à la fois aux échelons inférieurs et supérieurs de la société, vers les niveaux des intermédiaires du commerce et du crédit. C’est ainsi que des dizaines d’installations et de châteaux cessaient d’être des cellules du système seigneurial pour devenir des organismes sociaux complexes, des centres spécialisés dans les activités économiques des secteurs secondaire et tertiaire. Cette véritable mutation urbaine (et pas simplement citadine) de la société féodale produisait, bien avant les processus finaux de saturation de la croissance au xive siècle, un excédent de population spécialisée, poussée vers l’extérieur de la région à la recherche de nouvelles opportunités, pour elle-même et pour ses descendants.

9Dans quelle direction ? Bien évidemment vers des espaces qui connaissaient des processus de transformation semblables, où l’on était en présence non seulement d’un manque de moyens de paiement, mais aussi d’un manque de capital humain, d’une insuffisance de population spécialisée et donc d’une demande non satisfaite au niveau local de services d’intermédiation. Dans cette perspective, les bourgades de Bourgogne, celles de l’Île-de-France, du Frioul et du Tyrol, ou de l’Italie méridionale et de la Sicile apparaissent comme la réplique – à un stade antérieur – des espaces d’action infrarégionaux constitués par le développement des bourgades toscanes. La nature des sources permet de privilégier les témoignages relatifs aux émigrations stables, plutôt que les mouvements de moindre importance provoqués par une mobilité temporaire ou saisonnière. Mais, de cette manière, les sources signalent une donnée réelle : la diaspora ne contribuait pas uniquement à alimenter les réseaux commerciaux utiles aux affaires des grands marchands et banquiers de l’Europe méditerranéenne ; elle répondait à des dynamiques propres, qui étaient communes à l’ensemble de l’espace européen. Toute la grande Europe féodale, qui s’était structurée au cours des xie et xiie siècles, où les nobles et les paysans avaient constitué des milieux productifs fondés sur l’échange et sur l’utilisation de la monnaie, donnait désormais aux Toscans (comme aux « vrais » Lombards et à ceux qu’on qualifiait de Cahorsins, et naturellement aussi aux juifs) la possibilité d’aller constituer – là où leur présence était nécessaire – les cadres permanents de l’intermédiation locale. C’est ainsi que fut donnée une contribution essentielle à la constitution et à l’entretien des processus de commercialisation des campagnes, qui soutenaient la grande transformation. La « révolution commerciale » du long xiiie siècle, qui allait permettre le développement des réseaux commerciaux et financiers des grandes compagnies, se fondait sur une constellation complexe de processus de « mercantilisation » de base, constitués à partir des initiatives et de la mobilité locales, mais aussi, à une plus ample échelle, par une multitude d’agents sociaux.

  • 10 Cf. O. R. Constable, Housing the Stranger in the Mediterranean World : Lodging, Trade and Travel i (...)
  • 11 Petralia, « Sui Toscani... », loc. cit. n. 4, p. 142-149.

10Les mouvements migratoires étaient, pour leur part, également régulés par un équilibre complexe de coûts et de bénéfices. En effet, les choix de mobilité géographique des individus étaient des paris faits en fonction de stratégies de mobilité sociale. Ils étaient effectués pour minimiser les risques de déclassement et autoriser la reproduction des formes d’existence dans les générations à venir. Les aires d’accueil offraient une gamme d’opportunités différentes, déterminées par les conditions dans lesquelles les communautés et les institutions locales autorisaient l’installation et en définissaient les limites. Partout le droit de bourgeoisie demeurait accessible, même dans les zones où, à plusieurs reprises, il fut question de projets d’expulsions collectives. Aucun espace institutionnellement fermé, comme les fondaci et les enclaves méditerranéennes de l'aire islamique ou byzantine, n’existait dans l’Europe chrétienne du xiiie siècle. Cela étant, les Toscans tendaient à se concentrer naturellement le long d’une même route ou dans un même quartier, dans une vicinia déterminée10. L’émigration donnait donc lieu à une dialectique ouverte entre l’identité d’origine et la nouvelle identité locale ; une dialectique signalée dans les sources par les variations de l’anthroponymie, qui montrent les processus de détermination des noms de famille, qui s’adaptent à la langue locale et qui ont fréquemment une dérivation toponymique, dans les descendances des nouveaux venus qui en étaient dépourvus à leur arrivée. Il s’agit là d’un indice assez évident de la transformation des familles en dynasties, qui confirme leur récente promotion sociale dans le lieu d’accueil11.

11Il existait certes une gamme de conditions variables, en premier lieu entre la France et l’Italie. La Sicile et l’Italie méridionale offraient des conditions de plus grande liberté d’installation et d’intégration avec la société locale. Si, contrairement à ce qui advenait dans le Frioul, dans les sources siciliennes le terme collectif de « Toscans » n’était pas employé (Tusci ou Tuscani), il est également certain que ces Toscans n’étaient pas confondus avec les Lombards (comme dans le Frioul et contrairement à la France). « Lombards » était en effet une dénomination collective, qui désignait sur l'île les communautés de colonisateurs latins septentrionaux de l’époque normande et souabe, qu’avaient attirés les franchises royales accordées dans les castra et sur les terres des petits propriétaires musulmans. Tuscus, au singulier, était (comme partout en Italie) le qualificatif spécifique de ces Toscans qui, dépourvus de la citoyenneté des grandes villes communales, provenaient des bourgades et des châteaux de la campagne. Pour eux aussi, il est possible de faire remonter à la fin de l’époque normande les signes d’une présence diffuse sur le territoire de l'île, tout comme ceux de leur installation en qualité de petits propriétaires et entrepreneurs ruraux dans la campagne sicilienne, qui s’accompagnait de l’exercice du petit prêt et du commerce aux niveaux local et infrarégional. Mais il est clair que l’immigration toscane apparaît surtout comme un phénomène du xiiie siècle, selon les caractères d’une « migration en chaîne », qui augmente à mesure que la documentation se fait plus riche et qui, très probablement, résulte aussi de la croissance démographique et productive effective jusqu’au début du xive siècle. La part sicilienne de la diaspora toscane, bien que présentant des aspects de colonisation culturelle et économique absents ailleurs, n’échappe donc pas au modèle général dont elle respecte largement la chronologie.

  • 12 Exil et civilisation en Italie (xiie-xive siècles), éd. Ch. Bec, J. Heers, Nancy, 1990 ; J. Heers,(...)

12Le modèle doit toutefois être complété par au moins une autre variable. En effet, la mobilité et les migrations des Toscans ne dépendaient pas uniquement des règles démographiques, économiques et sociales, mais étaient également influencées par les pratiques politiques typiques de l’Italie et de la Toscane des communes : la pratique d’exclusion des factions vaincues. Appliquée pendant tout le xiiie siècle, cette pratique contribuait certainement à augmenter le passage de la mobilité économique à l’émigration définitive, à ces retours toujours renvoyés et qui n’ont au total jamais heu. D’autre part, les solidarités interrégionales entre partis et factions contribuaient aussi à orienter – et pas seulement en Italie – les choix de faire de destination, car elles activaient des mécanismes de protection par les pouvoirs politiques locaux12.

  • 13 H. Bresc, Un monde méditerranéen. Economie et société en Sicile. 1300-1450, Rome, 1986, p. 429-430 (...)
  • 14 La Roncière, Florence..., op. cit. n. 8, p. 1203-1221 ; G. Pinto, La Toscana nel tardo medioevo. Am (...)

13Avec la Peste noire, cette constellation connaît un changement radical. Après la seconde moitié du xive siècle, il n’y a plus de diaspora toscane diffuse dans les villes du Frioul, dans les grandes bourgades et dans les agrotos de l’Italie méridionale et de la Sicile, ainsi que dans les régions françaises qui avaient été témoin des exploits de tous ces Ceppatello da Prato et de leurs compères. En Sicile, dans l’Italie méridionale et dans le Frioul, le remplacement des réseaux internes toscans par les activités et les services offerts par les communautés juives est évident13. Au-delà des Alpes, on doit envisager leur remplacement par des groupes d’agents pour la plupart 119 autochtones. De même que les raisons qui expliquent la diaspora sont nombreuses et multiples, celles qui vont justifier son déclin drastique sont également complexes. Compte tenu du rôle assumé dans la phase finale par les grandes compagnies florentines, leurs faillites n’ont certainement pas été dépourvues de conséquences. Mais il convient d’analyser surtout les facteurs structurels de ces changements. La contraction de la production et l’interruption de la longue phase de croissance commencèrent par ralentir les canaux de la mobilité à une vaste échelle et en interrompirent ensuite les mécanismes de poussée et de traction – de push and pull, si nous voulons utiliser le jargon des démographes de langue anglaise-, tandis que la demande extérieure de spécialistes des échanges et de l’argent provenant de zones éloignées diminuait certainement et que la disponibilité locale d’agents et d’institutions alternatives augmentait. La Toscane, elle-même, ne disposait plus de beaucoup de candidats à l’émigration. La crise du xive siècle démantela donc les réseaux des grandes bourgades, anéantit la force démographique et économique des centres mineurs dont le rang et le rôle dépassaient une aire locale, et redessina tout l’espace régional en fonction de la primauté urbaine et économique de Florence. Contrairement à ce qui se produisit ailleurs en Italie et hors d’Italie, le changement de la fin du Moyen Âge allait produire, en Toscane, un système économique dans lequel le taux d’urbanisation se réduisait et se stabilisait à des niveaux inférieurs à ceux enregistrés avant 134814.

  • 15 S. R. Epstein, Freedom and Growth. The Rise of States and Markets in Europe, 1300-1750, Londres, 2 (...)

14Ce sont là des transformations qu’il faut comprendre dans une perspective largement comparatiste, ainsi que le suggérait dans ses dernières recherches Stephen Epstein. Dans toute l’Europe, la crise obligea les milieux locaux à se retrancher dans les limites d’une plus grande intégration économique à un niveau régional, et le fait augmenta la spécialisation et la hiérarchisation des espaces provinciaux, tout en créant de nouvelles opportunités pour les classes citadines et commerciales locales15.

15À moyen terme, ces changements étaient aussi destinés à réduire l’activité de diasporas spécialisées, comme l’étaient celles des Toscans et des Lombards qui avaient été les protagonistes de la phase précédente de la longue croissance. Le taux d’urbanisation élevé et le type de développement économique réalisé par les villes italiennes du Centre et du Nord, avant la crise du milieu du xive siècle, avaient été le fruit d’un marché international et interrégional encore très segmenté et peu intégré, qui générait des profits particulièrement élevés pour les first comers, les premiers arrivés : précisément ces marchands et ces hommes d’affaires toscans et lombards. Cette segmentation et ce différentiel de développement avaient constitué un atout pour les élites marchandes et pour les petits acteurs économiques, pour les grandes familles citadines et pour le peuple des bourgades de l’interieur. L’importance première des marchands italiens n’allait naturellement pas être perdue immédiatement, bien au contraire, elle allait permettre encore longtemps aux hommes d’affaires des principales villes et à leurs émissaires de bénéficier des positions obtenues au cours du xiiie siècle. Mais les niveaux moyens et inférieurs de l'intermédiation commerciale et financière, dans la mesure où ils n’étaient pas mobilisés par les compagnies internationales, réduisirent leur horizon d’activité à la dimension régionale ou à une mobilité interrégionale de type saisonnier. Pour ces hommes, la migration permanente ne retrouva plus l’importance qu’elle avait revêtue par le passé. Ainsi furent surtout réduits la mobilité autonome à une vaste échelle et les nombreux déplacements des free-lances de cette solide classe de « bourgeoisie rurale » projetée vers des horizons lointains qui, aux xiie et xiiie siècles, avait apporté une contribution essentielle au commerce médiéval et à la circulation, à l’échelle européenne, de connaissances, de formes de vie et d’expériences liées à la pratique de l’échange et à l’usage de l’argent dans les espaces locaux.

Notes

1 Jean Boccace, Le Décaméron, éd. V. Branca, Paris, 1953, p. 34.

2 Cepperello ou Ciapperello Dieteiuti da Prato était un personnage réel : non pas un notaire, mais un petit marchand, receveur des dîmes et des tailles en France pour Philippe le Bel et Boniface VIII à la fin du xiiie siècle ; dans les comptes du son ragionato, un des plus anciens textes en langue toscane, il signale ses rapports avec Biccio et Musciatto Franzesi, et évoque Mâcon et d’autres lieux en Bourgogne : cf. C. Paoli, « Documenti di ser Ciappelletto », Giornale storico della letteratura italiana, 5 (1885), p. 328-369 ; Testi pratesi della fine del Dugento e dei primi del Trecento, éd. L. Serianni, Florence, 1977, p. 163-172. Pour les Franzesi à la cour du roi, voir P. Pirillo, Famiglia e mobilità sociale nella Toscana medievale. I Franzesi della Foresta da Figline Valdarno, Florence, 1992, p. 51-67.

3 R. de Roover, « The Commercial Revolution of the Thirteenth Century », Entreprise and Secular Change, éd. F. C. Lane, J. C. Riemersma, Homewood (Illinois), 1953, p. 80-85 ; Id., « The Organisation of Trade », Cambridge Economic History of Europe, t. 3, Cambridge 1963, p. 42-118 ; P. Spufford, « Le rôle de la monnaie dans la révolution commerciale du xiiie siècle », Etudes d'histoire monétaire, xiie-xixe siècles, éd. J. Day, Lille, 1984, p. 355-395 ; Id., « Trade in Fourteenth-Century Europe », New Cambridge Medieval History, t. 6, Cambridge, 2000, p. 155-208 ; G. Petralia, « Moneta, commercio e credito », Storia d’Europa e del Mediterraneo, dir. A. Barbero, t. 4, Il Medioevo (secoli v-xv ), éd. S. Carocci, t. 9, Strutture, preminenze, lessici comuni, Rome, 2006, p. 450-457.

4 G. Petralia, « Sui Toscani in Sicilia tra Due e Trecento : la penetrazione sociale e il radicamento nei ceti urbani », Commercio, finanza, funzione pubblica. Stranieri in Sicilia e in Sardegna nei secoli xiii-xiv Naples, 1989, p. 129-218, ici p. 163.

5 Un choix à l’intérieur d’une vaste bibliographie : G. Petralia, « I Toscani nel Mezzogiorno medievale : genesi ed evoluzione trecentesca di una relazione di lungo periodo », La Toscana nel secolo xiv. Caratteri di una civiltà regionale, éd. S. Gensini, Pise, 1988, p. 287-336 ; Id., « Calabria medievale ed operatori mercantili toscani. Un problema di fonti ? », Mestieri, lavoro e professioni nella Calabria medievale : tecniche, organizzazioni, linguaggi, Atti dell’VIII congresso storico calabrese, Palmi, 21-22 novembre 1987, Soveria Mannelli, 1993, p. 293-325 ; A. Battistella, I Toscani in Friuli, Bologne, 1898 ; A. Falce, « Colonie mercantili toscane in Venezia-Giulia ai tempi di Dante (secc. xiii-xiv) », Rivista storica degli archivi toscani, 4 (1932) ; P. S. Leicht, « Note sull’economia friulana del secolo xIII », Memorie Storiche Forogiuliesi, 33-34 (1937-1938) ; B. Polese, « Organizzazione economica e attività di prestito nel Friuli “toscano” », I Toscani in Friuli. Atti del Convegno (Udine, 26-27 gennaio 1990), éd. A. Malcangi, Florence, 1992, p. 11-60, et L. De Biasio, « I Toscani a Gemona », ibid., p. 143-155 ; D. de Grassi, « L’economia del tardo medioevo », Storia della società friulana, dir. G. Miccoli, t. 1, Il Medioevo, éd. P. Cammarosano, Udine, 1988, p. 424-425 ; M. Davide, Lombardi in Friuli. Per la storia delle migrazioni interne nell'Italia del Trecento, Trieste, 2008, p. 30-33 ; D. Neri, « I commercianti fiorentini in Alto Adige nei secoli xiii e xiv », Archivio per l Alto Adige, 42 (1948) ; C. Piton, Les Lombards en France et à Paris, Paris, 1892-1893 ; L. Gauthier, Les Lombards dans les deux Bourgognes, Paris, 1907 ; G. Bigwood, Les livres des comptes des Gallerani, éd. A. Grunzweig, t. 1, Le texte, Bruxelles, 1961, p. 123-209, t. 2, Introduction et tables, Bruxelles, 1962, p. 260 ; cf. aussi le très récent travail de R. Cella, La documentazione Gallerani-Fini nell Archivio di Stato di Gent, Florence, 2009 ; Ch.-M. de la Roncière, Lippo di Fede del Sega (ca. 1280-ca. 1363). Vie et affaires d’un changeur florentin, Paris, 1974 ; R.-H. Bautier, « Les Lombards et les problèmes du crédit en France aux xiiie et xive siècles », Rapporti culturali ed economici fra Italia e Francia nei secoli dal xiv al xvi Atti del colloquio italo-francese, Roma, 18-20 febbraio 1978, Rome, 1979, p. 7-32.

6 Petralia, « Sui Toscani... », loc. cit, n. 4, passim ; P. Malanima, « La formazione di una regione economica : la Toscana nei secoli xiii-xv », Società e storia, 6 (1983), p. 229-271 ; G. Pinto, Campagne e paesaggi toscani del Medioevo, Florence, 2002.

7 Pirillo, Famiglia e mobilità sociale.op. cit. n. 2.

8 Ch.-M. de la Roncière, Florence, centre économique régional au xive siècle, livre 3, Structures et conditions du commerce dans le contado, Aix-en-Provence, 1976, p. 1065-1066, 1077.

9 Ibid., p. 1191.

10 Cf. O. R. Constable, Housing the Stranger in the Mediterranean World : Lodging, Trade and Travel in Late Antiquity and the Middle Ages, Cambridge, 2003, notamment p. 215-218, 306-314.

11 Petralia, « Sui Toscani... », loc. cit. n. 4, p. 142-149.

12 Exil et civilisation en Italie (xiie-xive siècles), éd. Ch. Bec, J. Heers, Nancy, 1990 ; J. Heers, L’esilio, la vita politica e la società nel Medioevo, Naples, 1997, p. 195-206 ; G. Milani, L’esclusione dal Comune : conflitti e bandi politici a Bologna e in altre città italiane tra XII e XIV secolo, Rome, 2003.

13 H. Bresc, Un monde méditerranéen. Economie et société en Sicile. 1300-1450, Rome, 1986, p. 429-430 ; Petralia, « Sui Toscani... », loc. cit. n. 4, p. 174 ; L. Billiani, Dei Toscani ed ebrei prestatori di denaro in Gemona. Note e documenti, s. l., 1895 ; Polese, « Organizzazione economica... », loc. cit. n. 5, p. 57-58 ; Davide, ILombardi in Friuli..., op. cit. n. 5, p. 30.

14 La Roncière, Florence..., op. cit. n. 8, p. 1203-1221 ; G. Pinto, La Toscana nel tardo medioevo. Ambiente, economia rurale, società, Florence, 1982, p. 68-77 ; S. R. Epstein, « Stato territoriale ed economia regionale nella Toscana del ‘400 », La Toscana al tempo di Lorenzo il Magnifico. Politica, economia, cultura, arte, t. 3, Pise, 1996, p. 869-874.

15 S. R. Epstein, Freedom and Growth. The Rise of States and Markets in Europe, 1300-1750, Londres, 2001, p. 38-72 ; Id., « I caratteri originali. L’economia », L’Italia alla fine del medioevo : i caratteri originali nel quadro europeo, éd. F. Salvestrini, t. 1, Florence, 2006, p. 381-431.

Auteur

Università di Pisa

© Éditions de la Sorbonne, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site