Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des sociétés en mouvement. Migrations et mobilité au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Déplacements collectifs et encadrement des populations

Défricheurs ou investisseurs ?

Fondations de villes neuves et mobilité rurale en Midi toulousain au début du xive siècle

Judicaël Petrowiste

Texte intégral

  • 1 On trouve un aperçu de cette importante mobilité des populations médiévales dans R. FOSSIER, « Asp (...)
  • 2 Le travail pionnier est celui de Ch.-Éd. Perrin, « Le droit de bourgeoisie et l’immigration rurale (...)
  • 3 Pour l’utilisation de ces sources dans la reconstitution des migrations rurales, voir notamment J.(...)

1La grande mobilité des populations rurales, pendant les temps de croissance qui courent de la fin du xe au début du xive siècle, fait partie de ces phénomènes dont l’évidence transparaît des sources les plus variées, mais dont il est cependant rarement possible de donner une mesure précise1. Tout au long de la période, et dans l’ensemble de l’Occident, l’importance des opérations d’aménagement et de peuplement de terroirs neufs, tout comme le remarquable dynamisme de l’essor des villes, ne peuvent, par exemple, se concevoir en l’absence de flux migratoires ruraux d’envergure. Ponctuellement, certains documents permettent certes d’étudier les déplacements des gens des campagnes en relation avec l’attraction urbaine, voire de restituer les stratégies de leur implantation en ville : l’intérêt des livres de bourgeoisie est, à cet égard, connu de longue date2. L’analyse des mobilités interrurales, en revanche, souffre lourdement des lacunes de la documentation avant le milieu du xive siècle. Faute d’enquêtes, de censiers, de listes de taillables ou d’actes notariés comparables à ceux qui se multiplient dans le contexte de la reconstruction agraire de la seconde moitié du xve siècle3, il faut généralement se contenter d’indications isolées et ténues.

  • 4 P. A. Rosental, Les sentiers invisibles : espace, familles et migrations dans la France du xixe si (...)
  • 5 Voir par exemple G. Duby, L’économie rurale et la vie des campagnes dans l’Occident médiéval, Pari (...)

2Celles-ci laissent le plus souvent le médiéviste bien désarmé face à des questions pourtant essentielles, qui sont parfois l’objet d’âpres débats pour des périodes postérieures4 : qui sont les ruraux qui se déplacent et pour quelles raisons ? Quelle est l’amplitude de leurs migrations ? Relèvent-elles de simples micromobilités ou de mouvements de plus grande envergure ? Face au flou documentaire, les interprétations peuvent en la matière être très influencées par le constat du lien étroit entre migration et pauvreté caractérisant notre monde contemporain. Les grandes entreprises de colonisation agraire, qui, aux xiie-xiiie siècles, s’appuient sur la fondation de bourgs de défrichement, seront par exemple associées, de façon plus ou moins implicite, à la figure du jeune cadet déraciné, dont le départ vers un front pionnier est un exutoire à la faim de terres qui sévit dans les terroirs les plus anciennement exploités5. Déterminer la part du topos dans cette image est un travail hasardeux. Cela n’en donne que plus de prix aux rares documents permettant de nourrir la réflexion. C’est le cas de plusieurs listes du début du xive siècle contenant les noms de candidats à l’installation dans un de ces villages neufs, Beauchalot, dans la région toulousaine. Ce matériau exceptionnel offre l’occasion d’analyser la nature et les motivations de la mobilité des populations rurales établies alors sur le piémont pyrénéen.

Les emolumenta marcharum de Beauchalot dans leur contexte

  • 6 Recueil des actes de l’abbaye cistercienne de Bonnefont en Comminges, éd. Ch. Samaran, Ch. Higoune (...)
  • 7 Ibid., p. 207-209.
  • 8 Ordonnances des rois de France de la troisième race, t. 12, Paris, 1777, p. 522-525. Sur 1 histoir (...)

3Beauchalot est une bastide fondée dans le comté de Comminges, en vertu d’un accord de paréage conclu, en 1325, entre l’abbaye cistercienne de Bonnefont et Raoul Chaillot, commissaire réformateur du roi de France dans la sénéchaussée de Toulouse6. Un temps retardée par l’opposition de Bernard VIII de Comminges, qui voyait d’un mauvais œil cette nouvelle implantation royale au cœur de ses domaines comtaux, la mise en œuvre du projet débuta, à partir de 1327, sur des terrains appartenant aux religieux, situés en bordure de la Garonne, au pied des Pyrénées7. La ville neuve reçut, dès 1329, du sénéchal de Toulouse des coutumes similaires à celles octroyées, quelques années plus tôt, aux bastides de Trie, Saint-Luc et Solomiac8. La création de Beauchalot s’inscrit ainsi dans les derniers feux du vaste mouvement de fondations initié par le comte de Toulouse Raymond VII, dans les années 1240, et intensifié, dans les décennies suivantes, par Alphonse de Poitiers, puis ses successeurs, les rois de France. Au total, il se traduisit jusqu’au milieu du xive siècle par l’établissement d’une centaine de bastides dans la seule sénéchaussée de Toulouse. Ces villes neuves étaient conçues à la fois comme des centres de peuplement, des pôles destinés à structurer l’expansion des terroirs cultivés, des cellules artisanales et commerciales répondant à la demande croissante d’échanges des populations rurales, et des nœuds fondamentaux du maillage administratif tissé par la monarchie, afin d’imposer des agents zélés du pouvoir royal jusqu’au cœur des principautés féodales de la région. La bastide apparaît ainsi comme l’élément clé d’un projet raymondin, puis capétien, de valorisation domaniale et d’appropriation d’un territoire théoriquement assujetti, mais mal maîtrisé.

  • 9 Sur tout cet arrière-plan, O. de Saint-Blanquat, La fondation des bastides royales dans la sénécha (...)
  • 10 Toulouse, Bibl. mun., ms. 638, p. 123.

4Ces hautes ambitions imposaient évidemment le rassemblement rapide dans la ville neuve d’une population significative, aux activités diversifiées, ce qui constituait un défi de taille, compte tenu de la profusion de projets rivaux de fondations, lancés par les principaux seigneurs de la région, au premier rang desquels les comtes de Foix ou de Comminges : entre le milieu du xiiie et le milieu du xive siècle, pas moins d’une quarantaine de ces bastides seigneuriales apparurent dans la sénéchaussée de Toulouse. Dans ce contexte de concurrence souvent âpre, la royauté pouvait certes capitaliser sur le prestige attaché, dès les années 1270, à ses fondations. Celles-ci, au-delà de la stricte concession de terres, offraient en effet aux ruraux un cadre de vie valorisé, d’inspiration urbaine, et une seigneurie royale à la fois lointaine et rassurante, encadrée par des coutumes appréciées. Elles jouissaient donc d’une redoutable capacité d’attraction sur les tenanciers des seigneuries voisines9. D’autant que la monarchie disposait de relais efficaces pour promouvoir ses villes neuves. En 1281, le sénéchal de Toulouse n’hésite pas à faire crier officiellement à Pamiers et dans plusieurs autres localités notables du comté de Foix la nouvelle de la fondation d’une bastide royale près de Gabre, accompagnée d’une invitation à partir s’y installer10. L’on comprend dès lors combien la multiplication des créations de bastides a pu contribuer à stimuler la mobilité rurale dans le Midi toulousain de l’époque et à rendre les autorités particulièrement attentives à l’efficience de leur peuplement.

  • 11 L. Gallet, Les traités de partage dans la France féodale, Paris, 1935, p. 232 (paréage de Saint-Lu (...)
  • 12 Documents sur les relations de la royauté avec les villes en France de 1180 à 1314, éd. A. Giry, P (...)
  • 13 Ainsi dans le traité de Beauchalot : Recueil..., op. cit. n. 6, p. 204.
  • 14 Paris, Arch, nat., K 497, no 3 (compte de 1333-1334) ; Paris, BNF, Clairambault 29, p. 1198 et 122 (...)

5C’est ce que traduit, à partir des années 1320, la perception d’emolumenta quoque marcharum que levabuntur ab illis qui juxta foros bastide ibidem domos suas non edificaverint infra annum11. Il s’agit de pénalités financières d’un marc d’argent frappant toutes les personnes ayant prêté serment de s’installer dans une bastide, mais n’ayant toujours rien bâti sur leur parcelle au bout d’un an. Leur levée résulte de la stricte application d’une charte de 1303, fixant pour les villes du domaine royal les modalités d’accès à la bourgeoisie, explicitement étendues aux bastides nouvellement fondées12, stipulant notamment que les candidats doivent s’engager auprès du représentant local du roi à faire bâtir ou à acheter, dans un délai d’un an et un jour, une maison d’une valeur minimale de soixante sous. Il n’est donc pas anodin que les amendes d’un marc d’argent exigées dans les bastides pour défaut de construction soient justement équivalentes à une soixantaine de sous. Leur soudaine apparition dans les sources au début des années 1320 relève manifestement d’un durcissement institutionnalisé : les traités de paréage en prévoient désormais le partage dès avant la fondation de la ville neuve13, et un collector marcharum nove bastide leur est spécialement affecté. Ces sommes font en outre l’objet d’un chapitre particulier parmi les recettes des rôles comptables de la sénéchaussée de Toulouse. C’est d’ailleurs grâce à la conservation de certains de ces documents des années 1330 qu’il a été possible de réunir trois états annuels des emolumenta marcharum perçus par le collecteur Béthon de Verdun, au titre de la bastide de Beauchalot14. Ils révèlent d’emblée l’importance des sommes en jeu : plus de 220 livres sur les trois années considérées, quand l’ensemble des revenus réguliers de la bastide, affermés en bloc, s’élevaient à une cinquantaine de livres à l’année... Pour le plus grand bonheur de l’historien, Béthon était un administrateur fort méticuleux. Non content de reporter dans ses comptes le nom du contrevenant et le montant de son amende, il a généralement pris soin d’indiquer également la localité où résidait ce dernier, faute d’avoir encore bâti sa maison dans la bastide, voire aussi – mais de façon très épisodique – son statut social ou sa profession. Dans son bilan pour l’année 1333-1334, il va même jusqu’à classer les individus en fonction de leur circonscription administrative de provenance (jugerie ou sénéchaussée). Au total, cette source exceptionnelle recense 173 candidats à l’installation dans la bastide de Beauchalot, pour 154 desquels l’origine géographique est précisée. Elle rend ainsi possible une enquête relativement précise sur l’envergure des migrations que pouvait susciter le peuplement d’une ville neuve dans les années 1330.

L’intensité de la mobilité rurale dans le Midi toulousain du début du xive siècle

  • 15 Ch. Higounet, « Le peuplement de Toulouse au xiie siècle », Annales du Midi, 55 (1943), p. 489-498 (...)
  • 16 Ch. Higounet, « Mouvements de population dans le Midi de la France du xie au xve siècle », Annales (...)
  • 17 Saint-Blanquat, La fondation..., op. cit. n. 9, p. 69.

6La cartographie des localités d’origine de ces personnes (cartes 1 et 2) révèle que l’attraction de la bastide est maximale dans un rayon de quelques dizaines de kilomètres : 58 % des candidats à la migration résidaient à moins de 35 km de Beauchalot. Le phénomène est pour le moins remarquable, dans la mesure où il rapproche cette simple bourgade rurale de villes bien plus importantes, telles que Toulouse, Arras ou Metz, qui recrutaient également l’essentiel de leurs bourgeois dans une telle aire15. Sans doute faut-il y voir une expression de l’aura propre aux villes neuves royales de l’époque, dont le peuplement pouvait en outre compter sur le relais efficace fourni, dans l’ensemble de la région, par l’administration capétienne. L’on notera de fait la même capacité d’attraction sur de longues distances de la bastide de Montréjeau, fondée une cinquantaine d’années plus tôt16. Un tel constat justifie l’inquiétude que ne manquaient pas de susciter ces fondations auprès des seigneuries voisines. Dans le traité de paréage négocié avec le roi de France en vue de la création de Marciac (1298), le comte de Pardiac veilla, par exemple, à introduire une clause interdisant aux hommes de plusieurs bourgades situées dans un rayon d’une quinzaine de kilomètres autour de la future bastide d’y migrer dans les six ans à venir17.

Carte 1. — Localités d’origine des individus soumis à l’emolumentum marcharum de Beauchalot (1333-1337)

Carte 2. — Localités d’origine des individus soumis à l’emolumentum marcharum de Beauchalot (1333-1337), détail de la carte 1

  • 18 S. Dejean, « Statuts et règlements de l’an 1262. Une charte de coutumes inédite à Mauzac », Revue (...)
  • 19 M. Berthe, « Les territoires des bastides : terroirs d’occupation ancienne ou terroirs de colonisa (...)

7De façon plus spectaculaire encore, il y a lieu de souligner le maintien d’une forte capacité d’attraction de Beauchalot au-delà de cette aire de recrutement privilégiée : près d’un quart des candidats à la migration sont originaires de localités distantes de 40 à 70 km (graphique 1). Elle témoigne, là encore, de l’efficacité de la circulation de l’information, en liaison notamment avec l’action des officiers royaux, qui, de façon plus ponctuelle, permet même de susciter des migrants jusqu’à plus de 130, voire 150 km (Castres, Mireval, Cordes-Tolosannes). Les listes dressées par Béthon de Verdun offrent ainsi un témoignage saisissant sur l’intensité de la mobilité rurale en Midi toulousain, que laissait déjà présager, depuis le milieu du xiiie siècle, l’insistance croissante des communautés d’habitants à faire reconnaître dans leurs chartes de franchises la possibilité de quitter librement la seigneurie avec leurs biens meubles. Les coutumes du castrum de Mauzac, en Comminges, admettent par exemple, dès 1262, que les habitants puissent partir s’installer dans une bastide, à la seule condition de vendre leurs tenures dans les huit jours suivant leur départ18. À cet égard, l’étude des migrations suscitées par le peuplement de Beauchalot réserve une autre surprise : elles semblent ne relever que marginalement de micro-mobilités, puisque seuls 9 % des candidats à l’installation proviennent de localités situées à moins de 10 km de la bastide. Il est pourtant couramment admis que ces villes neuves croissaient d’abord aux dépens des hameaux et villages de leur environnement immédiat19. Faut-il y voir un biais documentaire, les populations voisines étant peut-être plus promptes à migrer et à bâtir dans les délais sur l’emplacement qui leur a été dévolu ? Elles échapperaient ainsi à l’amende, et donc à notre source.

Graphique 1. — Provenance des individus soumis à l’emolumentum marcharum de Beauchalot (1333-1337)

  • 20 La propension des populations à quitter une ville neuve pour une autre faisait déjà l’objet de con (...)
  • 21 L’échec précoce de ces deux bastides, aujourd’hui réduites à de simples hameaux, est en effet pate (...)

8Au-delà de la question de l’envergure des migrations liées au peuplement de la bastide de Beauchalot, l’examen des lieux d’origine des individus mis à l’amende livre également de précieux éléments sur la nature des mobilités en jeu. La grande majorité d’entre eux (79 %) proviennent de localités antérieures au xiiie siècle, correspondant pour l’essentiel à de modestes castra champêtres, ainsi qu’à quelques grosses bourgades marchandes (Saint-Gaudens, Saint-Girons, Avignonet, voire Lézat ou Auterive). Le caractère très largement rural, sinon paysan, des déplacements vers la bastide est avéré par le petit nombre de citadins attirés par l’entreprise : un seul vient de Toulouse. Il est plus intéressant encore de noter que pas moins de 21 % des candidats au départ résidaient déjà dans des bastides. Certaines d’entre elles, à l’instar du Fousseret, de Montjoie ou de Gimont, remontent certes aux années 1240-1260, soit deux à trois générations avant la fondation de Beauchalot. Mais bon nombre d’entre elles sont assez récentes – Valentine, Grenade ou Belfort datent des années 1290-, voire carrément contemporaines de cette bastide, comme Longages ou Saint-Luc (1322). Et que dire de Monflourès, qui fournit un migrant à Beauchalot en 1333, alors que son propre peuplement n’était toujours pas achevé, puisque le collector marcharum y prélève également, cette même année, plusieurs amendes ! Cela traduit une extrême mobilité de la population rurale du Midi toulousain en ce début de xive siècle, qui voit les arrière-petits-enfants, petits-enfants et même enfants de certains des migrants qui avaient peuplé les bastides des décennies précédentes partir vers des fondations plus récentes. Si cette situation ne semble pas nouvelle20, elle a pu s’intensifier au cours des années 1320 : il y a fort à croire que certains des individus ayant souhaité s’installer à Beauchalot en 1332 étaient les mêmes que ceux qui peuplaient Saint-Luc ou Monflourès dix ans plus tôt21.

9Le compte de Béthon de Verdun de 1333-1334 offre d’ailleurs un aperçu de cette volatilité des populations rurales de l’époque. Arnaud Baudric, condamné pour n’avoir pas respecté son engagement de bâtir une maison à Beauchalot, est dit originaire d’Avignonet, en Lauragais. Mais, lorsque son paiement est enregistré par le collecteur, il est nunc olerius Tholose. De tels constats poussent à considérer avec circonspection toute démarche prétendant, pour des périodes aussi tardives, reconstituer l’origine du peuplement ou le rayonnement d’une bourgade par la simple collecte des patronymes de ses habitants, formés à partir d’un nom de lieu. C’est en effet négliger les déplacements successifs qu’ont pu accomplir un individu et ses descendants depuis la fixation du nom de famille. Nos sources le démontrent sans ambiguïté : Bernard de Narbonne vit à Fabas en Couserans, Guilhem de Rieux habite à Martres-Tolosane, Bernard de Montespan à Saint-Élix, etc. Le lien entre patronyme et lieu de résidence ne se vérifie pour aucun des noms formés à partir d’un toponyme sur la vingtaine de cas recensés. II est, au début du xive siècle, clairement rompu par suite des bouleversements induits au fil des décennies par l’extrême mobilité des populations, à la faveur de leurs stratégies migratoires successives.

La diversité des stratégies migratoires

10Il est possible d’en tenter une analyse, malgré la sécheresse de la source exploitée ici. L’on notera d’abord sans surprise que les hommes représentent l’écrasante majorité des candidats à la mobilité. Sur les 173 personnes s’acquittant d’une amende, on ne compte en effet que six femmes dont l’une, présentée en tant qu’uxor Guillelmi Fabri de Granadeta, intervient manifestement par défaut, son mari étant sans doute décédé. Les cinq autres, qui agissent en leur nom propre et probablement en tant que veuves dont les fils sont encore mineurs, montrent toutefois que la migration n’est pas forcément qu’une affaire d’hommes. Les exemples de Pons et Guilhem d’Alos, originaires de Saint-Girons, ou de Raymond et Guillat Boède, de Montastruc-de-Salies, qui paient chacun une amende d’un marc, rappellent qu’elle pourrait être aussi une affaire de famille. L’existence de « filières migratoires » n’est d’ailleurs pas à exclure : l’observation, sur la carte, de grappes de foyers d’émigration, centrés sur un gros centre marchand et d’encadrement administratif, tel que Saint-Gaudens, Rieux, Saint-Ybars, Cazères ou Le Fousseret, semble bien renvoyer aux conditions de la publicité des projets de fondation. On a vu en effet que celle-ci reposait sur l’envoi de hérauts sur les places des principales bourgades du pays, notamment lors des foires et marchés permettant de toucher la population des environs. L’existence de trous sur la carte, comme celui correspondant aux coteaux commingeois aux sols ingrats, pose dès lors question : s’expliquent-ils par une circulation de l’information moins efficace en l’absence de gros bourgs, ou plutôt par le fait que la migration y a été effective, faute d’alternative économique locale, et qu’elle n’a donc pas donné lieu à la perception d’une amende qui apparaîtrait dans nos documents ?

  • 22 Recueil..., op. cit. n. 6, p. 204.
  • 23 Auch, Arch. dép. du Gers, I 349.
  • 24 C. Lavigne, Essai sur la planification agraire au Moyen Age. Les paysages neufs de la Gascogne méd (...)

11Ce dernier aspect renvoie au délicat problème des motivations présidant au choix migratoire. Le fait qu’une part importante des candidats à l’installation à Beauchalot proviennent de modestes villages laisse penser que les paysans sont nombreux parmi eux. Leur projet de mobilité paraît relever du schéma classique du travailleur agricole saisissant l’opportunité de la fondation d’une ville neuve pour quitter des terroirs anciens surchargés. De fait, le paréage de Beauchalot prévoyait bien la mise à disposition des défricheurs de 800 arpents de terre ainsi que du bois de Jol22. Un acte d’arpentage et d’accensement de terres de 134223, ainsi que le découpage d’un parcellaire régulier contemporain de la fondation24 témoignent de l’application de ce projet de colonisation agraire. Mais le souci de répondre à une éventuelle « faim de terres » ne constitue sans doute pas l’unique finalité du départ, comme le montre la présence, parmi les prétendants à la migration vers Beauchalot, d’habitants de bastides récentes, où ils avaient de toute évidence déjà bénéficié d’une concession de terre, et où en certains cas (Saint-Luc, Monflourès) la médiocrité du peuplement laissait des parcelles disponibles. La teneur des coutumes de Beauchalot, similaire à celles de plusieurs de ces villes neuves, ne pouvant entrer en ligne de compte, faut-il expliquer cette préférence par la meilleure qualité supposée de son terroir ou par des motivations autres que strictement agraires ?

  • 25 B. De Lassus, « Statuts et coutumes de Montréjeau », Revue de Comminges, 12 (1896), p. 110.
  • 26 On y comptait en 1345 au moins 13 notaires pour 289 chefs de famille (Coutumes de Saint-Girons, éd (...)

12Il convient en effet de souligner que les candidats au départ sont loin d’être tous des paysans. De rares précisions dans les listes de Béthon de Verdun révèlent ainsi la présence parmi eux de treize magistri, dont l’un est explicitement désigné comme notaire, résidant dans les principales bourgades de la région (Saint-Girons, Saint-Gaudens, Rieux), mais aussi dans de simples villages. À ces personnages revêtus de la dignité universitaire s’ajoutent des marchands et des artisans, comme le potier toulousain Arnaud Baudric ou le boucher Bertrand Dorsieg, officiant dans le gros bourg de Saint-Ybars. De façon plus inattendue, on notera également la mention de quatre individus auxquels le scribe donne le titre de dominus, parmi lesquels se distingue Simon Ferratier, chevalier (miles) de la bastide de Gimont. Il n’est pas jusqu’à un prêtre (presbyter), originaire d’un village de la jugerie de Rieux, qui ne figure dans ce raccourci saisissant de la société des campagnes médiévales. À travers celui-ci, il faut voir le large éventail d’opportunités ouvert par la multiplication des bastides à partir du milieu du xiiie siècle, suscitant des stratégies de mobilité très variées. Ces villes neuves étaient en effet conçues pour s’affirmer comme d’importants pôles démographiques et des centres à l’économie diversifiée. Au-delà des paysans en quête de terres, elles avaient donc d’emblée vocation à accueillir des commerçants et artisans attirés par un marché local d’autant plus actif que le peuplement prenait rapidement et que la bourgade étendait son rayonnement sur les campagnes voisines, à l’image de la ville neuve de Montréjeau, qui, quelques années après sa création (1272), abritait déjà tisserands, drapiers, charpentiers, forgerons, potiers et cordonniers25. Les spécialistes du droit pouvaient également s’y mettre au service d’administrations dont l’accueil constituait une autre des missions de la bastide. Ainsi, il n’est pas anodin que quatre des magistri intéressés par Beauchalot proviennent de Saint-Girons, qui constituait un véritable nid à notaires26, où, face à la menace de pléthore, ces derniers ne pouvaient qu’être sensibles à la formation prochaine d’un foyer de clientèle dans les environs.

  • 27 Cl. Devic, J. Vaissete, Histoire générale de Languedoc, 3e éd., t. 10, Toulouse, 1885, col. 792.
  • 28 Saint-Blanquat, La fondation..., op. cit. n. 9, p. 70-71.
  • 29 B. Cursente, Des maisons et des hommes. La Gascogne médiévale (xie-xve siècle), Toulouse, 1998, p. (...)
  • 30 Ibid., p. 266.

13Au total, l’association traditionnelle entre migration et pauvreté ressort pour le moins affadie de ce tableau. L’amende d’un marc d’argent (une soixantaine de sous) réclamée à toutes ces personnes, prises en défaut dans leur serment de bâtir à Beauchalot, représente en effet une somme considérable, équivalant à 120 années de cens d’un emplacement dans la bastide. À une époque où un maître charpentier reçoit trois sous pour sa journée de travail27, on ne peut qu’être frappé qu’une trentaine de ces migrants potentiels, dont le potier Arnaud Baudric, aient été en mesure de s’acquitter en une seule fois de leur dette... La présence de nobles et de clercs du voisinage parmi les preneurs des lots offerts par les fondateurs vient renforcer ce sentiment. Même si leur installation, officiellement interdite, était de fait admise dans les bastides depuis le xive siècle28, elle ne saurait évidemment relever, comme dans les cas précédents, d’une stratégie migratoire liée à l’activité professionnelle. Elle prend en revanche tout son sens si l’on conçoit qu’un projet de lotissement dans une conjoncture favorable est par nature hautement spéculatif. De tels investissements, éminemment lucratifs, sur la croissance du bourg sont bien attestés à l’époque dans les pays gascons, prenant la forme de la location de maisons ou de leur revente avec plus-value29. Il est, dès lors, très tentant de voir dans le chevalier Simon Ferratier intervenant à Beauchalot un héritier de ce Guillaume Ferratier, également habitant de Gimont, connu à la fin du xiiie siècle pour ses spéculations immobilières dans les bourgs des environs30. Dans ce contexte, il est évidemment douteux que Simon ait envisagé de venir s’installer sur sa parcelle, comptant plutôt sur l’essor futur de la bastide pour en faire un placement rentable. Son projet semble pourtant bien avoir tourné court, son lot restant vide en 1333.

  • 31 Petrowiste, Naissance et essor..., op. cit. n. 10, p. 680.
  • 32 Ibid., p. 706-717.
  • 33 Toulouse, Arch, mun., AA 3, 220.
  • 34 Ordonnances..., op. cit. n. 8, t. 2, Paris, 1729, p. 232.

14Il ne faut pas oublier en effet que le compte de perception des emolumenta marcharum résulte d’un durcissement de l’administration royale, au début des années 1320, à l’égard des particuliers laissant vacantes les parcelles à bâtir, qui leur ont été concédées dans une bastide. Les 173 individus contraints au paiement du marc d’argent entre 1333 et 1337, qui résident toujours dans leur localité d’origine, n’ont donc pas donné suite à leur engagement d’édifier une maison à Beauchalot, voire de l’occuper. Compte tenu de la taille d’une bastide moyenne à l’époque, de l’ordre de quelques centaines de feux31, cette forte évaporation pose clairement question. Elle reflète sans doute le ralentissement de conjoncture qui touche le Midi toulousain dans les années 1320 et qui s’accentue au cours de la décennie suivante32. En rendant moins pressant le besoin de mobilité des acteurs de l’économie rurale, il a pu faire des grandes entreprises de colonisation agraire dont les bastides étaient le fer de lance des instruments anachroniques, accentuant la concurrence entre les projets et précipitant l’échec des dernières fondations de la région (Saint-Luc, Mont-Saint-Jacques, Cros, Monflourès, etc.). Il est ainsi frappant de constater que les individus n’ayant finalement pas occupé leur emplacement à Beauchalot se concentrent le long de la Garonne, c’est-à-dire dans la région la plus fertile et prospère du Comminges. A contrario, on a vu que les coteaux commingeois défavorisés n’apparaissent pas dans notre source, ce qui pourrait indiquer qu’ils demeurent des terres d’émigration. Il semble bien que l’existence d’alternatives économiques induisait désormais des arbitrages qui ne jouaient plus forcément en faveur des bastides, sapant au passage certains investissements spéculatifs. L’intervention de la monarchie sonne, à cet égard, comme un rappel des priorités. Elle est aussi probablement la conséquence de l’« effet d’aubaine » induit par ses propres efforts pour encourager, par des privilèges étendus, le peuplement de ses bastides à une époque où il devenait plus compliqué. Il est possible, en effet, que derrière certains des 173 bourgeois sans maison de Beauchalot se cachent ces investisseurs avisés qui, par la possession d’une simple parcelle, cherchaient à accéder à un statut fiscal avantageux. Une plainte transmise par les consuls de Toulouse au roi de France condamne, en 1317, la pratique en des termes sans équivoque : de nombreuses personnes, bien qu’elles n’aient encore édifié aucune maison à Montgeard et n’y fassent pas résidence, se prévaudraient de la dispense de trois ans accordée à tout bourgeois de cette nouvelle bastide pour refuser de solder leurs créances33. En dépit de l’action des agents royaux pour limiter les abus de la non-résidence par une stricte application de la charte sur la bourgeoisie de 1303, des marchands italiens installés à Nîmes dénonçaient encore, en 1345, ceux qui se disaient habitants de la récente ville neuve de Beauvais, en Albigeois, pour se dérober à leurs obligations financières34. L’opportunisme économique, plus que jamais, restait bien un élément clé des stratégies de mobilité associées aux bastides.

15À l’évidence, les comptes des emolumenta marcharum relatifs à Beauchalot représentent donc une source exceptionnelle pour l’histoire des migrations interrurales dans le Midi toulousain du début du xive siècle. En livrant une importante liste d’individus ayant reçu un lot à bâtir dans la ville neuve et en précisant leur localité d’origine, ces documents permettent en effet la reconstitution de la vaste aire à partir de laquelle était susceptible de s’opérer le peuplement d’une bastide royale, au-delà parfois d’une centaine de kilomètres. En cela, ces fondations capitalisaient sur les représentations favorables dont elles étaient l’objet dans la société, mais bénéficiaient également des puissants réseaux de l’administration royale, mis au service du projet de peuplement. L’on comprend dès lors mieux combien la multiplication des bastides, à partir du milieu du xiiie siècle, contribua à stimuler les mobilités rurales dans la région, procédant à l’occasion par bonds successifs d’une ville neuve à une autre. Si elles ne permettent guère d’appréhender le détail des comportements individuels, les listes constituées par Béthon de Verdun laissent cependant deviner la diversité des acteurs et des stratégies migratoires, bien loin de se résumer au modèle du jeune défricheur pauvre fuyant des terroirs surpeuplés. De par les fonctions qui doivent être les siennes, la bastide est en effet appelée à rassembler des gens de tous horizons sociaux et professionnels, attirés par les opportunités économiques qui leur sont offertes sur place. La richesse de notre source ne doit toutefois pas faire perdre de vue sa faiblesse principale : elle n’évoque que des migrants virtuels, des candidats au départ, qui, dans les années 1333-1337, n’avaient toujours pas répondu à leur obligation de bâtir sur la parcelle qui leur avait été concédée. En échappant aux tracasseries de l’administration royale, les migrants réels échappent donc également aux historiens. Par sa nature, le document met cependant en lumière, dans la conjoncture plus fragile du deuxième quart du xive siècle, le caractère particulièrement précaire et mouvant du peuplement des bastides, du fait de la grande volatilité d’une partie des migrants qui fondent sur le surcroît de privilèges accordés aux dernières villes neuves des comportements d’opportunisme économique. De cette faiblesse structurelle, l’échec de plusieurs bastides, avant même le choc de 1348, fournit probablement l’illustration la plus éloquente.

Notes

1 On trouve un aperçu de cette importante mobilité des populations médiévales dans R. FOSSIER, « Aspects des migrations en Europe occidentale à la fin du Moyen Age (xiiie-xve siècles) », Le migrazioni in Europa (secc. xiii-xviii). Atti della 25a settimana di studi dell’Istituto internazionale di storia economica F. Datini di Prato, Florence, 1994, p. 47-63.

2 Le travail pionnier est celui de Ch.-Éd. Perrin, « Le droit de bourgeoisie et l’immigration rurale à Metz au xiiie siècle », Annuaire de la Société d’histoire et d’archéologie de Lorraine, 30 (1921), p. 513-639 ; 33 (1924), p. 148-152.

3 Pour l’utilisation de ces sources dans la reconstitution des migrations rurales, voir notamment J. Lartigaut, Les campagnes du Quercy après la guerre de Cent Ans, vers 1440-vers 1500, Toulouse, 1978 ; La reconstruction après la guerre de Cent Ans. Actes du 104e Congrès national des sociétés savantes, Paris, 1981 ; R. Germain, « Les migrations comme facteur d’équilibre démographique (Bourbonnais, xive-xve siècles) », Population et démographie au Moyen Âge, dir. O. Guyotjeannin, Paris, 1995, p. 251-266.

4 P. A. Rosental, Les sentiers invisibles : espace, familles et migrations dans la France du xixe siècle, Paris, 1999. Pour l’époque moderne, voir les positions opposées d’A. Croix, « L’ouverture des villages sur l’extérieur fut un fait éclatant dans l’ancienne France », Histoire et sociétés rurales, 11 (1999), p. 109-146, et de J.-P. Poussou, « L’enracinement est le caractère dominant de la société d’autrefois », Histoire, économie et société, 21 (2002), p. 97-108.

5 Voir par exemple G. Duby, L’économie rurale et la vie des campagnes dans l’Occident médiéval, Paris, 1962, rééd. dans Qu’est-ce que la société féodale ?, Paris, 2002, p. 728, 733 et 735.

6 Recueil des actes de l’abbaye cistercienne de Bonnefont en Comminges, éd. Ch. Samaran, Ch. Higounet, Paris, 1970, p. 203-207.

7 Ibid., p. 207-209.

8 Ordonnances des rois de France de la troisième race, t. 12, Paris, 1777, p. 522-525. Sur 1 histoire de la bastide de Beauchalot, voir H. et L. Gary, Beauchalot, bastide du xive siècle, Saint-Gaudens, 1949.

9 Sur tout cet arrière-plan, O. de Saint-Blanquat, La fondation des bastides royales dans la sénéchaussée de Toulouse aux xiiie et xive siècles, Paris, 1985 ; J. Petrowiste, Naissance et essor d’un espace d’échanges au Moyen Age : le réseau des bourgs marchands du Midi toulousain (début du xie-milieu du xive siècle), doct. histoire, univ. Toulouse 2-Le Mirail, 2007, en part. p. 275-317.

10 Toulouse, Bibl. mun., ms. 638, p. 123.

11 L. Gallet, Les traités de partage dans la France féodale, Paris, 1935, p. 232 (paréage de Saint-Luc, 1322).

12 Documents sur les relations de la royauté avec les villes en France de 1180 à 1314, éd. A. Giry, Paris, 1885, p. 158. Voir également Saint-Blanquat, La fondation..., op. cit. n. 9, p. 71.

13 Ainsi dans le traité de Beauchalot : Recueil..., op. cit. n. 6, p. 204.

14 Paris, Arch, nat., K 497, no 3 (compte de 1333-1334) ; Paris, BNF, Clairambault 29, p. 1198 et 1221 (comptes de 1335-1336 et 1336-1337).

15 Ch. Higounet, « Le peuplement de Toulouse au xiie siècle », Annales du Midi, 55 (1943), p. 489-498 ; J. Lestocquoy, « Tonlieu et peuplement urbain à Arras aux xiie et xiiie siècles », Annales ESC, 10 (1955), p. 391-395 ; Perrin, « Le droit de bourgeoisie... », loc. cit. n. 2.

16 Ch. Higounet, « Mouvements de population dans le Midi de la France du xie au xve siècle », Annales ESC, 8 (1953), p. 11. Le cas n’est toutefois pas général : les migrants ruraux qui vinrent peupler la bastide royale de Domme en 1281 venaient tous de localités situées à moins de 30 kilomètres, voir O. de Saint-Blanquat, « Comment se sont fondées les bastides du Sud-Sud-Ouest ? », Annales ESC, 4 (1949), p. 289.

17 Saint-Blanquat, La fondation..., op. cit. n. 9, p. 69.

18 S. Dejean, « Statuts et règlements de l’an 1262. Une charte de coutumes inédite à Mauzac », Revue de Comminges, 114 (1998), p. 544.

19 M. Berthe, « Les territoires des bastides : terroirs d’occupation ancienne ou terroirs de colonisation nouvelle ? », Annales du Midi, 102 (1990), p. 96-108.

20 La propension des populations à quitter une ville neuve pour une autre faisait déjà l’objet de contre-mesures dans le paréage de Montastruc en 1242 (Layettes du Trésor des chartes, éd. A. Teulet, t. 2, Paris, 1866, p. 462).

21 L’échec précoce de ces deux bastides, aujourd’hui réduites à de simples hameaux, est en effet patent : on déplore dès 1327 la médiocrité du peuplement de Saint-Luc (M. Berthe, Le comté de Bigorre. Un milieu rural au bas Moyen Age, Paris, 1976, p. 50).

22 Recueil..., op. cit. n. 6, p. 204.

23 Auch, Arch. dép. du Gers, I 349.

24 C. Lavigne, Essai sur la planification agraire au Moyen Age. Les paysages neufs de la Gascogne médiévale (xiiie-xive siècles), Paris, 2002.

25 B. De Lassus, « Statuts et coutumes de Montréjeau », Revue de Comminges, 12 (1896), p. 110.

26 On y comptait en 1345 au moins 13 notaires pour 289 chefs de famille (Coutumes de Saint-Girons, éd. F.-J. Samiac, F. Pasquier, Foix, 1924, p. 38-39).

27 Cl. Devic, J. Vaissete, Histoire générale de Languedoc, 3e éd., t. 10, Toulouse, 1885, col. 792.

28 Saint-Blanquat, La fondation..., op. cit. n. 9, p. 70-71.

29 B. Cursente, Des maisons et des hommes. La Gascogne médiévale (xie-xve siècle), Toulouse, 1998, p. 251-254.

30 Ibid., p. 266.

31 Petrowiste, Naissance et essor..., op. cit. n. 10, p. 680.

32 Ibid., p. 706-717.

33 Toulouse, Arch, mun., AA 3, 220.

34 Ordonnances..., op. cit. n. 8, t. 2, Paris, 1729, p. 232.

Table des illustrations

Légende Carte 1. — Localités d’origine des individus soumis à l’emolumentum marcharum de Beauchalot (1333-1337)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/10374/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
Légende Carte 2. — Localités d’origine des individus soumis à l’emolumentum marcharum de Beauchalot (1333-1337), détail de la carte 1
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/10374/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 289k
Légende Graphique 1. — Provenance des individus soumis à l’emolumentum marcharum de Beauchalot (1333-1337)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/10374/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 93k

© Éditions de la Sorbonne, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540