Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des sociétés en mouvement. Migrations et mobilité au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Déplacements collectifs et encadrement des populations

Espace du village, lieux du pouvoir et déplacements en Italie du Nord au xiiie siècle

Luigi Provero

Texte intégral

  • 1 Sur tout ceci : G. Tabacco, « Il rapporto di parentela come strumento di dominio consortile : alcu (...)
  • 2 M. Bourin, R. Durand, Vivre au village au Moyen Âge, Paris, 1984.

1L’appréhension de l’espace villageois dans toutes ses articulations est l’un des acquis les plus solides de l’historiographie récente consacrée à la société rurale. Bien des synthèses et des recherches ponctuelles nous montrent que l’image simple d’un village, formé d’un seul noyau d’habitations, dominé par un seul seigneur, uni dans une seule paroisse, etc., est une image idéale, qui n’a guère de rapport avec la réalité. Les pouvoirs seigneuriaux sont au contraire toujours multiples, fondés sur des formes de division et de partage du pouvoir très libres et complexes : ce qu’on peut appeler un « village », qui se reconnaît en tant que communauté, est en général formé par une multiplicité de noyaux de peuplement dont la hiérarchie n’est pas toujours évidente à saisir. L’unité même de la paroisse est marquée par des lignes de fracture réelles ou potentielles, avec des tensions territoriales opposant des secteurs de la communauté et prenant la forme de projets de création de nouvelles églises paroissiales par exemple1. On entrevoit surtout dans le village – c’est le point qui m’intéressera particulièrement – une pluralité de lieux revêtant des significations sociales et politiques : du château seigneurial à l’église paroissiale, du cimetière à la place du marché, des maisons des chevaliers aux pâturages communs. Tous ces lieux prennent une identité et une signification en vertu des actes quotidiens ou exceptionnels qui les investissent2. Je voudrais ici mettre en évidence quelques clés de lecture susceptibles de rendre compte de la complexité de l’espace villageois, du point de vue de l’usage social de l’espace et de la conscience de la valeur politique que peuvent représenter les lieux, grâce aux déplacements individuels et collectifs qui marquent le village et sont l’un des éléments fondamentaux du cérémonial local. Je ferai surtout référence à la documentation du Piémont méridional et à quelques cas très ponctuels, mais j’espère ainsi faire quelques suggestions de portée plus générale.

21. Dans quelques cas, les déplacements collectifs à l’intérieur de l’espace villageois ont une dimension cérémonielle explicite : je pense évidemment aux pratiques processionnelles, très riches en signification soit religieuse, soit plus largement sociale, et qui sont des moments fondamentaux d’élaboration et de renforcement des solidarités communautaires. Un exemple peut nous aider à relever les implications de ces mouvements collectifs, ainsi que la conscience que les clercs et les laïcs pouvaient avoir de ces implications.

  • 3 Pour les conflits autour de Voghera et de ses églises : G. G. Merlo, Forme di religiosità nell'Ita (...)
  • 4 Ille sacerdos Sancti Ilarii, cum clerico, recipiebant canonices plebis in letaniis, sicut alii cap (...)

3Aux marges du village de Voghera, dans le diocèse de Tortona, l’abbaye Sainte-Marie du Senatore de Pavia obtient, entre le xie et le xiie siècle, un important domaine foncier placé entre le village et une petite rivière toute proche, le Staffora. Ces terres et les quelques dizaines d’hommes qui les tenaient en concession de l’abbaye, deviennent, au xiie siècle, la base d’un processus lent et conflictuel d’élaboration communautaire, une tentative de bâtir un noyau social séparé du village de Voghera. Une étape importante de ce processus est la tentative de transformer en paroisse l’église Saint-Hilaire, dépendante de l’abbaye3. C’est dans le contexte de cette tension territoriale – qui prend des formes clairement ecclésiastiques – qu’il faut placer les actes processionnels qui sont décrits dans des témoignages présentés par l’abbaye en 1205, au cours du conflit qui l’oppose à l’église paroissiale de Voghera et à l’évêque de Tortona. L’un des éléments invoqués par l’évêque pour affirmer la dépendance de Saint-Hilaire à l’égard de la paroisse de Voghera est, en effet, la participation du chapelain aux letaniae, c’est-à-dire aux processions des clercs de Voghera. Il est intéressant de voir qu’un laïc, Ottone Cacciardo, le premier témoin de l’abbesse, déclare que « le prêtre de Saint-Hilaire, avec son clerc, recevait les chanoines de l’église lors des processions comme le faisaient les autres chapelains ; mais ensuite les autres chapelains suivaient les chanoines, tandis que le prêtre de Saint-Hilaire ne le faisait pas4 ». Le témoin propose ainsi une distinction importante, fondée sur une lecture attentive des formes que le chapelain avait adoptées pour participer aux rites processionnels fondamentaux de la solidarité communautaire, des formes qui visaient probablement à souligner son appartenance à la communauté, mais en même temps à nier sa dépendance vis-à-vis de l’église de Voghera. Il est donc intéressant de constater non seulement l’importance des processions dans la vie cérémonielle de la communauté, mais aussi la façon dont clercs et laïcs pouvaient interpréter ces cérémonies, en lisant leurs implications du point de vue de l’appartenance communautaire et de la dépendance ecclésiastique.

42. Ces actes processionnels représentent le niveau évident et explicite de l’usage politique soit de l’espace local, soit des mouvements collectifs. Mais c’est un niveau qui laisse des traces très fragmentaires dans les sources des xiie et xiiie siècles. Il faut donc travailler sur des aspects et sur des séries documentaires différents. Les actes notariaux proposent un bon point de départ, les lieux de rédaction pouvant nous offrir une clé permettant de saisir les articulations de l’espace social.

  • 5 La référence à Emmanuel Le Roy Ladurie (Montaillou, village occitan de 1294 à 1324, Paris, 1975 ; (...)

5Beaucoup d’études soulignent l’existence dans l’habitat villageois d’une série de lieux caractérisés, dont l’usage est bien différencié5. Du côté de la communauté paysanne, il faut penser aux lieux fondamentaux de la sociabilité et des rencontres quotidiennes, c’est-à-dire la place ou le marché, mais aussi aux lieux des rencontres institutionnelles : l’église, le cimetière, parfois la maison de la commune. Du côté seigneurial, on pense au château, qui est en général un bâtiment complexe, où l’on peut mettre en scène des cérémoniaux politiques différenciés, car – nous allons le voir – ce n’est pas la même chose de rédiger un acte devant la porte du château, dans son église ou dans la chambre du seigneur. Il faut surtout rappeler que le pouvoir seigneurial sur un village n’est jamais la simple domination d’un seul seigneur, mais un pouvoir partagé entre des seigneurs laïcs et ecclésiastiques, un pouvoir aidé mais aussi limité par la présence de chevaliers dans le village. Autant de pouvoirs, autant de centres de pouvoir dans le village. Le château n’est pas seul en compte. Il faut aussi prendre en considération le monastère, les églises ou encore les maisons des chevaliers.

  • 6 J’utilise ici le terme « franchise » dans un sens très ample, en comprenant tous les actes par les (...)
  • 7 Les études sur les franchises ont prêté beaucoup d’attention aux données concrètes (les impôts, le (...)

6Dans cette topographie villageoise assez complexe, on peut saisir un usage pleinement politique des lieux en analysant une série assez spécifique d’actes : les franchises et les accords entre seigneurs et communautés6. La rédaction des actes de franchise résulte d’un cérémonial complexe, fait de mots, de gestes et de lieux, qui reste encore en grande partie à étudier, mais pour lequel on peut proposer d’ores et déjà quelques observations concernant les lieux et les déplacements qu’accomplissaient seigneurs et communautés pour arriver à un compromis7. Il ne faut d’ailleurs pas opposer trop simplement les seigneurs aux communautés paysannes ; il est préférable de prêter attention aux groupes intermédiaires, petite aristocratie et grands possesseurs paysans, c’est-à-dire l’élite locale. Cette élite gérait en partie les relations avec le seigneur et pouvait intervenir sur le cérémonial participant à la définition des franchises. Si l’accord devait être ratifié par l’assemblée – laquelle ne comprenait pas toujours l’ensemble des chefs de famille-, les groupes entrant en relation avec le ou les seigneurs, en tant que consuls, syndics ou sacramentales, chargés de déclarer sous serment les usages réglant la vie locale, étaient bien plus restreints.

  • 8 Pour une synthèse sur le pouvoir des marquis de Saluces entre les xiie et xiiie siècles : L. Prove (...)
  • 9 G. Manuel DI San Giovanni, Memorie storiche di Dronero e della Val Maira, t. 3, Turin, 1868, p. 8, (...)
  • 10 A. Tallone, Regesto dei marchesi di Saluzzo (1091-1340), Pignerol, 1906, p. 496-500, doc. 133-136.

7Le marquisat de Saluces constitue un cas intéressant : en tant que détenteurs d’un pouvoir princier, les marquis agissaient dans un horizon territorial bien plus vaste que celui d’un seigneur de château, et cela nous permet de relever les dynamiques plus complexes à l’œuvre dans les déplacements et le choix des lieux de rédaction8. Le système des lieux, avec ses variables- château, église, place, cimetière – que l’on constate pour chaque village, s’enrichit, en effet, en raison de l’intervention du pouvoir régional, par exemple, lorsque les représentants de la communauté vont jusqu’au centre du pouvoir princier, à Saluces, pour obtenir des concessions des marquis9, ou encore quand le marquis réunit, comme en 1286, les représentants de plusieurs communautés dans l’abbaye de Staffarda, l’un des centres symboliques du marquisat, pour qu’ils jurent fidélité à son fils, le futur marquis10. Le jeu politique et cérémoniel devient évident, si l’on analyse les données relatives à quelques communautés spécifiques.

  • 11 R. Menochio, Memorie storiche della città di Carmagnola, Carmagnole, 1890, p. 300-303, doc. 16.
  • 12 Pour le contrôle de Chieri sur cette zone : M. Montanari Pesando, Villaggi nuovi nel Piemonte medi (...)
  • 13 Menochio, Memorie storiche..., op. cit. n. 11, p. 303-304, doc. 17.

8a) Le premier cas est celui de Carmagnola. Il est illustré par un dur conflit ayant opposé, au début du xiiie siècle, la communauté locale et les familles de chevaliers au service des marquis de Saluces. Il trouve une solution en 1203, grâce à l’intervention du podestat de Chieri et à la sentence qu’il émet11 : il est important de relever que cette sentence est promulguée en pleine campagne, bien à l’extérieur du village de Carmagnola, en un lieu sous le contrôle de Chieri12. Après la sentence, c’est au château de Carmagnola que le marquis renouvelle le lien féodal avec les chevaliers, dont il obtient un serment de fidélité13. La complexité de la réalité politique locale se traduit donc par l’usage des lieux : la commune semi-urbaine de Chieri affirme son hégémonie en convoquant le seigneur et la communauté de village dans un espace placé sous son contrôle, tandis que le marquis tente, après la sentence, de reprendre le contrôle du cérémonial politique local, quand il réaffirme sa supériorité sur la petite aristocratie.

  • 14 Concernant la pression politique exercée par Coni sur cette vallée : F. Panero, « La formazione de (...)
  • 15 Cartari minori, éd. A. Tallone, F. Guasco di Bisio, F. Gabotto, Pignerol, 1912-1923, t. 3, p. 13, (...)
  • 16 Cartari minori..., op. cit. n. 15, t. 3, p. 24-27, doc. 17 (p. 27 : ante castrum Demontis, prope f (...)
  • 17 Tallone, Regesto dei marchesi di Saluzzo..., op. cit. n. 10, p. 412-416, doc. 87-91.

9b) Un usage politique riche des lieux est également attesté lorsque l’on examine un contexte bien différent, sans hégémonie urbaine et renvoyant à un contrôle des marquis. Il s’agit du cas de la vallée du Stura, près de Coni14, dont les villages sont appelés épisodiquement, tout au long du xiiie siècle, à envoyer des représentants à Saluces, tandis qu’ils rencontrent les marquis et leurs envoyés dans quelques lieux de la vallée (églises, cimetières ou maisons), avec une polarisation autour de Demonte, le village le plus important de la vallée, dont l’église et le cimetière semblent jouer un rôle de point de référence aussi pour les autres villages15 : c’est, en effet, à Demonte, devant la porte du château, que le marquis, dans un acte ample et solennel, reconnaît, en 1231, les usages qui règlent ses relations avec l’ensemble des communautés de la vallée16. Toutefois, dans ces actes rédigés à Demonte, chaque communauté intervient par des représentants, une modalité qui apparaît insuffisante quand le marquis veut réaffirmer clairement son pouvoir. On le voit bien en 1275, à la fin de la première domination angevine en Piémont : les représentants du marquis, qui a alors repris le pouvoir dans la région, parcourent la vallée tout entière, obtenant de chaque village un serment de fidélité, formalisé dans des actes écrits dans l’église, dans le cimetière ou in loco ubi ius reddi tub17. Le cœur de ces actes n’est pas la définition d’un droit local, mais l’affirmation de la dépendance de ces villages à l’égard du marquis. Celle-ci se marque par un cérémonial collectif et élargi, par la réunion d’une assemblée dans chaque village.

  • 18 Ibid ., p. 332, doc. 13.
  • 19 Ibid ., p. 343, doc. 24 (1220) ; p. 397, doc. 76 (1267).
  • 20 Statuti e documenti di Carrù. Statuti e « Liber franchisiarum et libertatum » di Dogliani, éd. G. (...)
  • 21 Tallone, Tomaso I.op. cit. n. 8, p. 412, doc. 62 (In castro Doliani, in salapalatii dicti castri).
  • 22 In pieno consilio hominum Doliani [...] in palatio castri Doliani domini lobannis (ibid ., p. 414, (...)
  • 23 Statuti e documenti di Carrù..., op. cit. n. 20, p. 21, doc. 13 (1300) ; p. 22, doc. 14 (1315).

10c) Un troisième cas est fourni par le château de Dogliani, dans les Langhe, à une cinquantaine de kilomètres de Saluces. En 1215, au moment où le marquis prend possession du village, il convoque les consuls de Dogliani à Saluces, dans son palais, pour donner confirmation des usages dont le village avait joui sous le seigneur précédent18. Mais, durant les décennies suivantes, le cérémonial politique utilisé par les marquis semble privilégier les espaces à l’intérieur du village de Dogliani, avec des actes rédigés dans l’église du château ou sur la voie publique19. Un changement majeur se produit toutefois en 1297, lorsque Manfredo de Saluces confirme les usages des hommes de Dogliani, en reçoit un serment de fidélité et en transfère la juridiction dans les mains de son frère Jean. On assiste alors au passage d’un pouvoir régional à un pouvoir local, qui va à son tour changer les lieux de l’action politique. La confirmation des usages par Manfredo, au mois de février, est rédigée en conseil, sur la place située devant l’église Saint-Laurent de Dogliani, que l’acte définit comme un « lieu public20 ». Mais quand le pouvoir passe au frère du marquis, Jean, le nouvel accord entre seigneur et communauté, en avril, est rédigé dans la salle du palais du château, témoignant d’un nouveau cérémonial politique21. Le changement n’est pas fortuit : deux mois plus tard, en juillet, un nouvel accord est rédigé « lors du conseil des hommes de Dogliani, dans le palais du seigneur Jean au château de Dogliani22 ». Jean a donc transféré le conseil à l’intérieur du palais. Le palais seigneurial est du reste, dans les décennies suivantes, le lieu de la confrontation politique entre seigneur et communauté23. Le passage d’un pouvoir régional – le marquis de Saluces – à un pouvoir local – son frère – se reflète ainsi très directement dans le cérémonial politique.

113. On peut donc dire que les lieux de rédaction des actes de franchise sont des indices importants du système cérémoniel mis en jeu dans les moments exceptionnels et solennels de définition des rapports entre le seigneur et la communauté. Mais ces rapports sont bâtis avant tout sur des pratiques quotidiennes de pouvoir, dont la distribution au sein de l’espace villageois représente un témoignage important des fonctionnements concrets et des équilibres politiques locaux. Je me réfère ici surtout aux modalités du prélèvement et aux mécanismes par lesquels ces modalités deviennent un élément de tension spécifique dans les conflits entre différents pouvoirs seigneuriaux, surtout dans les cas où une opposition se développe entre un pouvoir local et un pouvoir qui agit dans des horizons territoriaux plus larges.

  • 24 Le dossier documentaire est présenté et étudié dans L. Provero, « Conflitti di potere e culture po (...)
  • 25 Provero, « Conflitti di potere... », loc. cit. n. 24, p. 311, 331-332, 345-347.

12De ce point de vue, les conflits qui opposent, entre 1218 et 1239, les chanoines de Casale Monferrato (dans la partie orientale du Piémont) à une série de familles seigneuriales pour le contrôle des habitants de quelques villages situés à une dizaine de kilomètres de Casale sont un cas particulièrement intéressant. Ces conflits sont décrits dans une série de témoignages, qui nous permettent d’entrevoir la quotidienneté des rapports de pouvoir qui serait autrement invisible dans les sources24. L’une des différences les plus évidentes entre les chanoines et, par exemple, les seigneurs de Torcello réside dans leur niveau d’enracinement local et de contrôle de la société paysanne, que révèlent les différentes modalités de prélèvement : si les chanoines reçoivent à Casale les cens payés par leurs dépendants, les Torcello ne se limitent pas à recevoir paiements et corvées dans leur château ; ils sont concrètement présents et actifs dans le territoire du village ; ils prélèvent les cens dans les maisons et les champs ; ils opèrent des réquisitions à l’encontre de ceux qui refusent de payer et s’opposent durement aux prélèvements faits par les chanoines25.

  • 26 Pour cette définition, voir Ch. Wickham, Legge, pratiche e conflitti. Tribunali e risoluzione dell (...)

13Les lieux du prélèvement montrent donc différents niveaux d’efficacité de l’action seigneuriale. Cette efficacité différenciée peut devenir une question de légitimité : si les paysans des chanoines apportent leurs produits jusqu’à Casale, ceux qui dépendent des Torcello payent leur cens à l’intérieur de l’espace villageois. Ces actes de prélèvement sont donc des actions publiques et répétées26, des précédents évidents et sûrs, qui réaffirment, aux yeux de la société locale, la dépendance de ces hommes par rapport aux seigneurs de Torcello. Cette différence prend tout son relief à l’occasion du conflit, lorsque de nombreux témoins peuvent rappeler les actes de prélèvement des Torcello, tandis que ceux des chanoines sont des actes éloignés, étrangers et presque invisibles aux yeux de la société villageoise. Si le bourg de Casale et le village de Torcello sont placés à peu de kilomètres l’un de l’autre, il est bien évident qu’ils représentent deux espaces politiques séparés : pour la société locale, un même acte – selon qu’il est accompli en un lieu ou un autre – revêt des significations et une importance bien différentes.

14La très forte fragmentation politique des campagnes dans les siècles centraux du Moyen Âge rend toute synthèse très difficile. Si l’on ne peut guère décrire simplement l’usage des lieux et le cérémonial politique des villages, on peut toutefois en proposer quelques clés de lecture. En observant les lieux de l’action politique locale, on constate certes une opposition fondamentale entre « seigneur » et « communauté », mais aussi l'insuffisance d’une telle opposition. Les termes de seigneur et de communauté, au singulier, sont tout à fait impropres pour décrire une structure politique qui comprenait en fait une multitude d’acteurs, qui partageaient un usage conscient du cérémonial et des lieux. Sans y introduire quelque automatisme que ce soit, je pense qu’une analyse des lieux du village et de la topographie de l’action politique peut suggérer des rapprochements et devenir une clé précieuse pour lire le réseau des pouvoirs actifs dans un village.

Notes

1 Sur tout ceci : G. Tabacco, « Il rapporto di parentela come strumento di dominio consortile : alcuni esempi in Piemonte », Famiglia e parentela nell’Italia medievale, éd. G. Duby, J. Le Goff, Bologne, 1981, p. 83-88 ; L. Provero, L’Italia dei poteri locali. Secoli x-xii, Rome, 1998, p. 130-136, 164-169 ; Id., « Parrocchie e comunità di villaggio in Piemonte (xii-xiii secolo) », Quaderni di storia religiosa, 14 (2007), p. 33-60. Voir aussi, pour l’époque moderne, A. Torre, « Terre separate e immunità nel Piemonte di età moderna », Quaderni storici, 131 (2009), p. 461-492.

2 M. Bourin, R. Durand, Vivre au village au Moyen Âge, Paris, 1984.

3 Pour les conflits autour de Voghera et de ses églises : G. G. Merlo, Forme di religiosità nell'Italia occidentale dei secoli xi e xii, Coni-Verceil, 1997, p. 57-146 ; Provero, « Parrocchie e comunità di villaggio... », loc. cit. n. 1.

4 Ille sacerdos Sancti Ilarii, cum clerico, recipiebant canonices plebis in letaniis, sicut alii capellani ; sed alii capellani postea secuntur eos canonicos, quod non facit sacerdos Sancti Ilarii : l’acte, conserve à l’Archivio di Stato de Milan, est publié par L. Innocenti, Pergamene del monastero di San Cristoforo dell’Archivio di Stato di Milano, dactyl., Univ. de Pavie, 1975 (Biblioteca del Dipartimento storico-geografico. Sezione di scienze paleografiche e storiche del medioevo), p. 90, doc. 26. Le fait qu’Ottone soit le premier témoin n’est probablement pas un hasard, mais le signe de l’importance de son témoignage dans la stratégie judiciaire de l’abbaye : L. Provero, « Chi sono i testimoni del signore ? Conflitti di potere e azione contadina, tra tattica giudiziaria e sistemi clientelari (secolo xiii) », Hispania, sous presse.

5 La référence à Emmanuel Le Roy Ladurie (Montaillou, village occitan de 1294 à 1324, Paris, 1975 ; trad., Storia dì un paese : Montaillou. Un villaggio occitanico durante l’inquisizione (1294-1324), Milan, 1977, p. 17-35 et 287-289) reste fondamentale. Voir aussi Bourin, Durand, Vivre au village..., op. cit. n. 2. Pour un exemple dans une région très proche de celle que j’étude ici : P. Guglielmotti, Comunità e territorio. Villaggi del Piemonte medievale, Rome, 2001, p. 21-89.

6 J’utilise ici le terme « franchise » dans un sens très ample, en comprenant tous les actes par lesquels on arrive à un accord ou à une pacification entre le seigneur et la communauté.

7 Les études sur les franchises ont prêté beaucoup d’attention aux données concrètes (les impôts, les droits du seigneur, etc.) ou aux formes des actes (les arengue, surtout), mais on ne s’est guère intéressé aux Procédures et au cérémonial qui amènent à la rédaction de l’acte de franchise : voir, par exemple, O. Redon, Uomini e comunità nel contado senese nel Duecento, Sienne, 1982, p. 97-175 ; O. Guyotjeannin, « Vivre libre dans une seigneurie juste. Note sur les préambules des chartes de franchise », Campagnes médiévales : l’homme et son espace. Etudes offertes à Robert Fessier, Paris, 1995, p. 375-386 ; M. Grinberg, « La rédaction des coutumes et les droits seigneuriaux. Nommer, classer, exclure », Annales HSS, 52 (1997), p. 1017-1038.

8 Pour une synthèse sur le pouvoir des marquis de Saluces entre les xiie et xiiie siècles : L. Provero, Dai marchesi del Vasto ai primi marchesi di Saluzzo. Sviluppi signorili entro quadri pubblici (xi-xii secolo), Turin, 1992. Voir aussi A. Tallone, Tomaso I marchese di Saluzzo (1244-1296). Monografia storica con appendice di documenti inediti, Pignerol, 1916.

9 G. Manuel DI San Giovanni, Memorie storiche di Dronero e della Val Maira, t. 3, Turin, 1868, p. 8, doc. 3 (1264).

10 A. Tallone, Regesto dei marchesi di Saluzzo (1091-1340), Pignerol, 1906, p. 496-500, doc. 133-136.

11 R. Menochio, Memorie storiche della città di Carmagnola, Carmagnole, 1890, p. 300-303, doc. 16.

12 Pour le contrôle de Chieri sur cette zone : M. Montanari Pesando, Villaggi nuovi nel Piemonte medievale. Due fondazioni chieresi nel secolo XIII : Villastellone e Pecetta, Turin, 1991, p. 26-29.

13 Menochio, Memorie storiche..., op. cit. n. 11, p. 303-304, doc. 17.

14 Concernant la pression politique exercée par Coni sur cette vallée : F. Panero, « La formazione del territorio comunale di Cuneo. Dalla fondazione della villanova alla prima dominazione angioina », Storia di Cuneo e delle sue valli, t. 2, Fra Asti e Milano. Origini e primi sviluppi di Cuneo comunale nel declino della potenza sveva. 1198-1259, éd. R. Comba, Coni, 1999, p. 127-147.

15 Cartari minori, éd. A. Tallone, F. Guasco di Bisio, F. Gabotto, Pignerol, 1912-1923, t. 3, p. 13, doc. 7 (1214) ; p. 17, doc. 10 (1224) ; p. 19, doc. 12 (1225) ; p. 22, doc. 15 (1228) ; p. 29, doc. 19 (1240) ; p. 34, doc. 25 (1250) ; Tallone, Regesto dei marchesi di Saluzzo..., op. cit. n. 10, p. 371, doc. 47 (1250).

16 Cartari minori..., op. cit. n. 15, t. 3, p. 24-27, doc. 17 (p. 27 : ante castrum Demontis, prope fossatum).

17 Tallone, Regesto dei marchesi di Saluzzo..., op. cit. n. 10, p. 412-416, doc. 87-91.

18 Ibid ., p. 332, doc. 13.

19 Ibid ., p. 343, doc. 24 (1220) ; p. 397, doc. 76 (1267).

20 Statuti e documenti di Carrù. Statuti e « Liber franchisiarum et libertatum » di Dogliani, éd. G. Barelli, Turin, 1952, p. 9, doc. 9 (in piena et generali contiene bominum Doliani, in loco publico, videlicet in via seu platea que est ante seu prope ecclesiam sancii Laurenti de Doliano).

21 Tallone, Tomaso I.op. cit. n. 8, p. 412, doc. 62 (In castro Doliani, in salapalatii dicti castri).

22 In pieno consilio hominum Doliani [...] in palatio castri Doliani domini lobannis (ibid ., p. 414, doc. 63).

23 Statuti e documenti di Carrù..., op. cit. n. 20, p. 21, doc. 13 (1300) ; p. 22, doc. 14 (1315).

24 Le dossier documentaire est présenté et étudié dans L. Provero, « Conflitti di potere e culture politiche nelle campagne del Duecento : la chiesa di Casale Monferrato dopo la distruzione del 1215 », Bollettino storico-bibliografico subalpino, 105 (2007), p. 281-391 ; les actes sont édités dans Le carte dell’Archivio capitolare di Casale Monferrato, éd. F. Gabotto, U. Fisso, Pignerol, 1907-1908, t. 1.

25 Provero, « Conflitti di potere... », loc. cit. n. 24, p. 311, 331-332, 345-347.

26 Pour cette définition, voir Ch. Wickham, Legge, pratiche e conflitti. Tribunali e risoluzione delle dispute nella Toscana del xii secolo, Rome, 2000, p. 155.

© Éditions de la Sorbonne, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site