Version classiqueVersion mobile

La cité des réseaux

 | 
Paulin Ismard

Chapitre 5. Le phénomène associatif et les transformations de la société civique athénienne entre haute et basse époque hellénistique

Les genê athéniens de la basse époque hellénistique : naissance d’une aristocratie

Texte intégral

  • 1 P. MacKendrick, The Athenian Aristocracy, 399 to 31 BC, Cambridge, 1969.
  • 2 Roussel, Tribu et cité, et Bourriot, Génos. Voir le chapitre 1, p. 58-61.
  • 3 De ce point de vue, l’expression de « famille sacerdotale », récemment employée par E. Perrin-Sami (...)
  • 4 Voir aussi les remarques de S. D. Lambert, « The Attic Genos », CQ, 49, 1999, p. 484-489.

1La courte synthèse de P. McKendrick1 sur l’aristocratie athénienne de l’époque classique au ier siècle constitue à ce jour l’étude la plus aboutie sur les genê de l’époque hellénistique. Faisant des genê de vastes clans aristocratiques dont l’affrontement, depuis les origines, expliquerait les évolutions politiques de la cité athénienne – qui aurait ainsi connu une phase de domination étéoboutade, à laquelle aurait succédé une période favorable aux Kérykes, etc. -, l’analyse de P. McKendrick repose sur un double postulat. D’une part, les genê seraient des structures familiales, dont l’existence remonterait aux temps les plus anciens de la cité. D’autre part, être membre d’un genos impliquerait l’appartenance à l’aristocratie civique. À la suite de F. Bourriot et D. Roussel, nous avons souligné l’inexactitude de ces deux présupposés2. Composé de différents oikoi, un genos n’était pas défini par la parenté3, et rien ne laisse penser qu’il caractérisait une aristocratie de naissance dans la cité classique4. Enfin, comme n’importe quelle association cultuelle, un genos pouvait voir sa position dans la cité évoluer au cours de l’histoire. Ce constat autorise un décentrement non négligeable des cadres traditionnels d’analyse des gene de l’époque hellénistique, principalement sous trois aspects.

  • 5 C’est par exemple très souvent l’optique de Parker, Athenian Religion.
  • 6 Voir à ce titre les remarques de M. Beard, « Les origines “archaïques” du triomphe romain », Ktèma (...)
  • 7 Le fait a déjà été noté par Bourriot, Génos, p. 695-696, p. 1383, et Parker, Athenian Religion, p. (...)

2Selon le préjugé qui veut que la sphère des pratiques rituelles soit immuable, trop d’études reconstruisent l’histoire des genê de l’époque classique à l’aide d’une documentation de l’époque hellénistique ou impériale5. Une telle approche néglige sans doute la complexité du discours grec sur l’archaïsme, selon lequel des pratiques rituelles qui revendiquent une origine ancestrale peuvent s’avérer être en réalité de véritables créations6. S’il n’est pas certain qu’elles reflètent toujours une évolution historique, les mutations documentaires concernant les genê méritent d’être examinées précisément. Nous verrons notamment qu’à partir du iie siècle, l’activité des genê connaît une remarquable effervescence7 et que rien n’empêche de concevoir de véritables créations de genê à partir de la basse époque hellénistique.

  • 8 C’est l’optique de P. McKendrick, op. cit., mais aussi de la majorité des études qui prennent pour (...)

3Il convient en outre de dissocier a priori l’étude des genê de celle, plus générale, de l’élite athénienne de l’époque hellénistique. Cela implique de se défier de toute approche qu’on pourrait qualifier de généalogiste, fondée exclusivement sur la prosopographie et reconstituant l’histoire d’un genos à partir de l’histoire de ses membres les plus prestigieux8. Cette perspective, qui envisage les genê de l’époque hellénistique uniquement dans la mesure où ils permettent de dresser la prosopographie de l’élite athénienne, entretient en effet une confusion importante entre le genos et l’oikos. Si tout genos était composé de plusieurs oikoi, la position de chacun d’entre eux à l’intérieur d’une même communauté pouvait être l’objet d’évolutions importantes selon les périodes. En privilégiant la documentation provenant des genê, on peut sans doute mieux observer les mutations éventuelles de leurs structures internes, par exemple en ce qui concerne les modes de dévolution des sacerdoces dont l’exercice revenait à la communauté ou les modes d’affiliation (patrilinéaire ou matrilinéaire) à la communauté.

  • 9 Sur les évolutions du phénomène dans les décrets honorifiques, voir F. Quass, Die Honoratiorenchic (...)
  • 10 A. Duplouy, Le prestige des élites, Paris, 2006, p. 56, qui insiste par ailleurs sur le caractère (...)

4Enfin, si l’appartenance à un genos n’implique pas par nature une position aristocratique dans la cité, le rôle des genê dans les évolutions de l’expression du prestige social mérite d’être attentivement examiné9. La revendication de l’eugeneia ou, plus largement, de l’ancestralité d’un oikos est certes une « prétention de toute époque10 », mais elle ne constitue pas un attribut immémorial, par nature associé à l’appartenance à un genos. Il convient donc d’examiner dans quelles circonstances et sous quelle forme l’appartenance à un genos peut être mobilisée dans le cadre des stratégies de distinction des élites de l’Athènes hellénistique. Nous verrons à ce propos comment la vitalité des genê apparaît comme une des composantes de l’idéologie archaïsante propre à l’Athènes des iie et ier siècles.

Le renouveau d’activité des genê aux iie et ier siècles

  • 11 Les inscriptions du iiie siècle concernent les Praxiergidai (IG II2 776, de 250-240, inscription q (...)

5Une donnée se dégage sans ambiguïté d’une lecture superficielle des sources : très peu visibles au iiie siècle11, les genê manifestent une remarquable vitalité aux iie et ier siècles. Cette efflorescence documentaire dépasse largement les proportions de l’embellie de l’épigraphie civique du début du iie siècle.

6À partir du milieu du iie siècle, sont attestés, d’une part, pour la première fois dans notre documentation, plusieurs genê jusqu’alors inconnus ; on voit renaître d’autre part sous une forme différente plusieurs communautés de la fin de la période archaïque ou du début de l’époque classique.

♦ Les Bacchiadai

  • 12 IGII2 2949 : Πιστοκράτης καὶ Ἀπολλόδωρος/ Σατύρου Αὐριδαι πομποστολήσαντες / καὶ ἄρχοντες γενόμενοι (...)
  • 13 J. Van Freeden, « Πιστοκράτης καὶ Ἀπολλόδωρος/ Σατύρου Αὐριδαις », ΖΡΕ, 61, 1985, ρ. 215-218. L’hy (...)
  • 14 S. D. Lambert, art. cité (1998), p. 394-403, ici p. 401 : If we find an Attic genos performing a r (...)
  • 15 La description de l’organisation de la fête par l’Athenaiôn Politeia, 56. 4, sans l’exclure tout à (...)

7Une dédicace du dernier quart du second siècle révèle l’existence du genos des Bacchiadai12. On y devine que la communauté, représentée par ses deux archontes, qui étaient frères, avait en charge la conduite d’une procession. Pour J. Van Freeden, cette procession devait être de nature éphébique13. Le nom du genos, ainsi que le lieu de découverte de l’inscription – le sanctuaire de Dionysos Eleutheros – laissent toutefois plutôt envisager que la procession était en rapport étroit avec les grandes Dionysies. En arguant que la fête des grandes Dionysies et le sanctuaire de Dionysos Eleutheros remontaient au vie siècle, et selon le présupposé qui veut que ce qui est de l’ordre des pratiques rituelles soit immuable, S. Lambert a avancé que le genos existait depuis la période classique14. Il peut pourtant sembler étrange qu’un tel genos, présent dans une fête aussi importante que les Grandes Dionysies, sur laquelle nous sommes bien informés à l’époque classique, n’ait jamais fait l’objet d’aucune mention dans la littérature de l’époque classique15. Peut-être est il préférable d’imaginer la création, au iie siècle, sur un mode archaïsant, d’un genos qui prenait ainsi en charge une procession relative aux Dionysies.

♦ Les Theoinidai

  • 16 E. Vanderpool, « The Genos Theoinidai Honors a Priestess of Nymphe », AJP , 100, 1979, p. 213-216. (...)

8Les Theoinidai sont connus par un décret honorifique fragmentaire du iie siècle en l’honneur d’une prêtresse des Nymphes. Dans le décret, il est précisé qu’on érigera une statue de la prêtresse dans un sanctuaire des Nymphes qui devait probablement se situer sur l’Acropole ou en contrebas16.

♦ Les Erysichthonidai

  • 17 FDIII 2, 10, col. 2, l. 17.
  • 18 IG II2 4991 (= S. Tracy, The Lettering of an Athenian Mason. Hesperia, suppl. XV, 1975, no 19, p. 8 (...)
  • 19 Erysichthon, fils de Cécrops, aurait fondé à Délos le premier sanctuaire et consacré la plus ancie (...)
  • 20 ID 1624 bis, 2515-18.
  • 21 Sur le prêtre d’Apollon désigné annuellement, voir P. Roussel, Délos colonie athénienne, Paris, 19 (...)
  • 22 Voir Parker, Athenian Religion, p. 289-290.
  • 23 P. Roussel, « Deux familles athéniennes à Délos », BCH, 53, 1929, p. 166-184, ici p. 184, et P. Br (...)

9Le genos des Erysichthonidai apparaît à la fois dans le cadre des relations nouées par Athènes avec le sanctuaire de Delphes lors des Pythaïdes et à Délos. Des membres du genos sont en effet mentionnés parmi la délégation de la Pythaïde athénienne de 97/9617. En 91/90, le genos établit par ailleurs un catalogue des jeunes hommes qui ont été amphithaleis dans le cadre d’une fête qui reste difficile à identifier18. La présence du genos à Délos ne saurait étonner, la légende d’Erysichthon étant étroitement associée au sanctuaire d’Apollon19. Enfin, à partir de l’époque augustéenne, le prêtre d’Apollon à Délos est présenté comme détenant un sacerdoce à vie (dia biou), « ἐκ τοῦ γένους τῶν Ἐρυσιχθονιδῶν20 ». On sait pourtant que, de 166 à 99/98, la prêtrise était annuelle21. Tout laisse donc penser que la détention du sacerdoce a été octroyée au genos dans le courant du ier siècle22. Dès l’époque de Tibère en revanche, les prêtres ne semblent plus issus du genos23, ce qui montre bien la mobilité des règles de dévolution des sacerdoces qu’on fait remonter parfois au haut archaïsme. Il est possible bien évidemment que le genos ait existé avant le iie siècle ; il est certain en revanche que le prestige qui lui est associé – lié à la détention de prêtrises importantes – n’est pas antérieur à la fin du iie siècle.

♦ Les Philleidai

  • 24 La Souda, Φιλλεῖδαι : γένος ἐστὶν Ἀθήνησιν· ἐκ δὲ τούτων ἡ ἱέρεια τῆς Δήμητρος καὶ Κόρης, ἡ μύουσα (...)
  • 25 IG II2 2954 : Clinton, Inscriptions Eleusis, no 379 : θυγάτηρ ἱέρηα [τῆς] /[Δήμητρος καὶ Κόρης καὶ (...)
  • 26 Voir par exemple Clinton, Inscriptions Eleusis, no 19, le calendrier de Nicomachos de la fin du ve(...)
  • 27 Clinton, Sacred Officials, p. 68-76, note qu’aucune lien familial entre les différentes prêtresses (...)
  • 28 J. H. Blok et S. D. Lambert, « The Appointment of Priests in Attic Gene », ZPE, 169, 2009, p. 95-1 (...)

10À en croire une référence de la Souda, la prêtresse de Déméter, bien connue dans le cadre des Mystères d’Éleusis, serait membre du genos des Philleidai24. Une inscription du ier siècle de notre ère indique toutefois que la prêtresse pouvait sans doute tout autant appartenir à d’autres communautés25. Il est très curieux, par ailleurs, qu’à l’époque classique le genos ne soit jamais mentionné à propos de la prêtresse26. L’hypothèse d’une continuité de la détention du sacerdoce par les Philleidai semble dans ce contexte hautement improbable. Nous inclinerions plutôt à penser, à l’inverse de K. Clinton27, qu’entre l’époque classique et l’époque impériale – à un moment difficile à déterminer mais sans doute assez tardif – le genos s’est constitué, probablement non sans rapport avec les Kérykes et les Eumolpides, et a pris en charge, peut-être avec d’autres genê, le sacerdoce. En recensant depuis l’époque classique l’ensemble des prêtresses de Déméter et Korè, J. Blok et S. D. Lambert ont noté qu’aucune lien familial entre les différentes prêtresses ne pouvait être démontré, ce qui constituerait une preuve du caractère non héréditaire de la transmission du sacerdoce28. On peut se demander surtout si cela ne témoignerait pas de la non-continuité de l’attribution du sacerdoce au genos, qui n’est pas attestée avant le ier siècle de notre ère.

♦ Les Amynandridai

  • 29 IG II2 2338 ; SEG 30. 99.
  • 30 IG II2 2338, l. 8.
  • 31 Contra Parker, Athenian Religion, p. 285-286.

11Le genos des Amynandridai est connu par deux inscriptions de l’époque augustéenne29. Dans une liste fragmentaire des membres de la communauté, on apprend qu’un prêtre de Cécrops était recruté en son sein30. Il est difficile de déterminer si ce culte était bien celui du héros éponyme de la tribu Cécropis. Si tel était le cas, cela n’impliquerait pas toutefois nécessairement que l’existence du genos remontait aux lendemains de la réforme de Clisthène31.

♦ Les Euenoridai

  • 32 Voir S. D. Lambert, « Aglauros, the Euenoridai and the Autochthon of Atlantis », ZPE, 167, 2008, p (...)
  • 33 Voir S. D. Lambert, art. cité (2008), p. 23-26.

12Une inscription récemment découverte dans le sanctuaire d’Aglauros et datée, sur critères paléographiques, du milieu du iie siècle semble évoquer l’existence du genos, par ailleurs inconnu, des Euenoridai32. En raison de son état très fragmentaire, il est très difficile de préciser les privilèges rituels réservés au genos. Peut-être le sacerdoce d’Aglauros et les célébrations des Kallunteria étaient sous sa responsabilité33.

  • 34 IG II2 3678.

13Il serait bien sûr très imprudent de postuler dans chacun des cas étudiés la création ex nihilo d’un genos ; sûrement l’est-il toutefois plus encore d’appliquer aux réalités de l’époque classique et du début de l’époque hellénistique ce qui n’est attesté qu’à partir des iie et ier siècles. Il n’est pas inutile de rappeler à ce propos que certains genê, comme celui des Praxiergidai, ou des Salaminiens, disparaissent de notre documentation après le iiie siècle – avant de réapparaître au iie siècle de notre ère pour les Praxiergidai34, ou de disparaître définitivement dans le cas des Salaminiens. Rien n’interdit de penser que, comme pour toute autre communauté, la position propre à chaque genos dans la cité pouvait connaître des évolutions importantes. Mais la vitalité des genê du iie siècle s’apprécie aussi par la renaissance, sous une morphologie différente, de genê de l’époque archaïque ou classique.

♦ Les Pyrrhakidai

  • 35 ID 66-67. Il s’agit de 2 petits monuments circulaires. ID 66 évoque un Τριτοπάτωρ/Πυρρακιδῶν/Αἰγιλ (...)
  • 36 FD III 2,7, col. 1, l. 11 ; FD III 2, 8, col. 2, l. 6 ; FD III 2, 13, col. 1, l. 7 ; FD III 2, 10, (...)
  • 37 Bourriot, Génos, p. 1161-1162, n. 230, a montré qu’il devait s’agir du dème d’Aigilia et non de l’î (...)
  • 38 ID 1416 B, l. 57.

14Les Pyrrhakidai, attestés dès la fin du ve siècle à Délos, où ils rendent un culte à un ancêtre Tritopatôr et aux Nymphes35, participent aux quatre Pythaïdes delphiques à partir de 13736. Alors que la communauté, à l’époque classique, semble avoir eu un enracinement local très fort, à Délos ou dans le dème d’Aigilia, situé dans le Sud-Est de l’Attique (les gennètes se présentant comme tôn Aigiliôn)37, elle semble regrouper à la basse époque hellénistique des individus issus de différentes zones de l’Attique. Au iie siècle, le genos paraît toujours lié à Délos puisque les inventaires déliens de 157/156 font mention d’un chôrion ton Pyrrhakidôn38. En réalité, il est difficile de déterminer si la communauté de l’époque classique constitue à proprement parler un genos, détenteur à ce titre de sacerdoces civiques, ou s’il faut plutôt y reconnaître une communauté de clérouques athéniens installés à Délos. On ne peut exclure néanmoins que nous n’identifiions qu’une des branches de la communauté de l’époque classique.

♦ Les Géphyréens

  • 39 Voir chapitre 1, p. 76-78.
  • 40 SEG 30. 85, de 37/36 (S. Follet, « Chronologie attique et chronologie delphique (iie s. av.J-C.-ie (...)
  • 41 IG II2 5007 présente un oracle gravé à la fin du ier siècle en lettres archaïsantes qui aurait été (...)
  • 42 IG II2 3629-3630, probablement en rapport avec IG II2 4813, qui évoque un Apollon Γεφυραίῳ.
  • 43 IG II2 5117 ; IG II2 5153.

15À l’époque archaïque, les Géphyréens, principalement connus par Hérodote, n’étaient pas constitués en genos. Installés dans la région d’Aphidna, le koinon se rassemblait autour d’un culte de Déméter qui lui était réservé ; la communauté ne détenait pas de sacerdoces civiques, et il semblerait que ses membres n’aient joui que d’une citoyenneté incomplète39. En 37/36, une inscription révèle que le koinon, qui porte le titre de genos, consulte, au nom du Bouzyges et du prêtre de Zeus du Palladion, l’oracle de Delphes40. Les ambassadeurs du genos, Pammenes de Marathon et Théophilos d’Halai, appartiennent à l’élite civique du ier siècle. La communauté est d’ailleurs peut-être à l’origine du renouveau dans l’Athènes du ier siècle de la mémoire de ses deux ancêtres les plus illustres, Harmodios et Aristogiton41. À l’époque impériale, un culte d’Apollon Patroos des Géphyréens est attesté42. Par ailleurs, la communauté détient la prêtrise de Déméter Achaia ou Géphyraia dans la cité, prêtrise prestigieuse puisqu’elle disposait d’un droit de proédrie43. Entre la qualification élitiste de la basse époque hellénistique et la communauté des époques archaïque et classique, seul le culte de Déméter indique une continuité cultuelle, mais la physionomie du groupe semble s’être modifiée.

♦ Les Lycomides

  • 44 IG II2 2670 (= Sh 146) confirme que le genos existe, ancré à Phlya, comme l’évoquent Pausanias et (...)
  • 45 Reconstruire le genos à l’époque archaïque à partir de ces données (dont une partie même est d’ori (...)
  • 46 Plutarque, Vie de Thémistocle, 1 ; Hippolyte, Ref. omn. Haere, 5. 20. 4-6.
  • 47 Pausanias, 4, 1. 8 :
    θαύμασα δ’ ὡς σύμπαντα Λύκος Πανδιόνιος φὼς
    Ἀτθίδος ἱερὰ ἔργα παρ’ Ἀνδανίῃ θέτο (...)
  • 48 Pausanias, 4, 1. 7 : ὡς δὲ ὁ Πανδίονος οὗτος ἦν Λύκος, δηλοῖ τὰ ἐπὶ τῇ εἰκόνι ἔπη τῇ Μεθάπου. Μετε (...)
  • 49 N. Deshours, Les Mystères d’Andania. Étude d’épigraphie et d’histoire religieuse, Bordeaux, 2006, (...)
  • 50 Comme l’a montré L. Piolot, la présentation des Mystères d’Andanie par Pausanias ne permet guère d (...)
  • 51 N. Deshours, op. cit., p. 221.
  • 52 Contra N. Robertson, « Melanthus, Codrus, Neleus, Caucon : Ritual Myth as Athenian History », GRBS (...)
  • 53 Pausanias, 4, 1. 7.

16Attestée par une borne hypothécaire, l’existence des Lycomides à l’époque classique ne fait guère de doute44. Nous avons avancé l’hypothèse selon laquelle le genos se situait quelque peu en marge de la politeia archaïque. Il est remarquable en réalité que l’association nous soit principalement connue par des sources de l’époque impériale45. Alors que Plutarque évoque la communauté pour présenter l’enfance de Thémistocle, Hippolyte s’interesse plus particulièrement aux cultes orphiques dont les Lycomides auraient été les desservants46. Le témoignage de Pausanias dans le contexte de l’évocation des Mystères d’Andanie mérite un examen particulier. Le Périégète aurait vu dans le local (klision) des Lycomides, à Phlya, une inscription qui mentionnait que le héros éponyme du genos, Lycos, aurait créé les Mystères d’Andanie47, et que Méthapos, lui aussi lycomide, les aurait réorganisés48. N. Deshours a montré que la lecture de Pausanias visait pour l’essentiel à inscrire, sous l’égide de la référence éleusinienne, l’histoire des Mystères d’Andanie dans l’orbite athénienne49. Le récit de Pausanias serait une véritable création datant de l’époque d’Hadrien. De toute évidence, la filiation proposée par Pausanias, qui évoque les Megalai Theai d’Andanie, ne saurait emporter l’adhésion, principalement du fait que l’inscription d’Andania ne mentionne pas les deux grandes déesses éleusiniennes, mais deux grands dieux (megaloi theoi), ce qui laisse supposer un culte des Dioscures ou des Cabires50. L’introduction du culte de Déméter n’est pas antérieure en effet au règne d’Auguste51. Rien n’indique toutefois, comme on l’affirme trop rapidement, que les Lycomides, qui possédaient leurs propres cultes de Déméter dans la région de Phlya, soient par nature associés aux mystères d’Éleusis52. Il est étonnant à cet égard que les genê éleusiniens, florissants à l’époque impériale, ne soient pas évoqués par Pausanias. On peut donc concevoir une tradition propre au genos, distincte de toute référence au culte éleusinien, et qui l’associait à la création des Mystères d’Andanie. L’indication de Pausanias selon laquelle les Lycomides auraient introduit le culte des Cabires à Thèbes, faisant écho aux Megaloi Théoi d’Andanie, suggère encore l’existence d’une tradition propre à la communauté, autonome à l’égard de la légende éleusinienne53.

  • 54 La proximité entre Plutarque et les Lycomides est attestée par Hippolyte de Rome, qui utilise les (...)

17Il n’est pas certain par ailleurs que ce récit lycomide soit une création de l’époque d’Hadrien. Nous disposons en effet au moins d’un indice qui suggère une réécriture de l’histoire du genos entre le ier siècle avant notre ère et le ier siècle de notre ère, qui serait à la source du récit plutarquéen sur le genos54. Aussi, lorsque Pausanias affirme avoir mené des recherches dans le klision des Lycomides, il faut sans doute comprendre qu’il reprend lui aussi toute une tradition construite par les Lycomides, non pas à l’époque d’Hadrien, mais dès le ier siècle avant notre ère ou dans les premières décennies du ier siècle de notre ère.

♦ Les Euneidai

  • 55 Les Euneidai, dans les Pythaïdes de 106/105 et 97/96 : FD III 2, 13, l. 13 et FD III 2, 10, l. 27. (...)
  • 56 IG II2 5056 et 5060.
  • 57 Harpocration, s. v. Εὐνεῖδαι.

18Essentiellement connu par les lexicographes, le genos des Euneidai apparaît dans le contexte des Pythaïdes de la fin du iie siècle55. À l’époque romaine, c’est au sein du genos qu’était désigné le sacerdoce de Dionysos Melpomenos56. Si la référence au genos dans un fragment de discours de Lysias, rapporte par Harpocration, laisse supposer son existence dans l’Athènes classique, on ne peut exclure que, comme dans le cas des Pyrrhakidai, le genos ait changé de physionomie à l’époque hellénistique57.

♦ Les Bouzygai

  • 58 Voir en particulier I. Bekker, Anecdota Graeca, I. 221.8 (sous la forme Bouzugia) ; Photius, Bouzu (...)
  • 59 Bourriot, Génos, p. 1281-1286. Sur les attestations littéraires de l’époque classique, voir en part (...)
  • 60 C’est l’hypothèse de Parker, Athenian Religion, p. 287.

19Les Bouzygai sont présentés comme un genos par un grand nombre de lexicographes ou de scholiastes58. Pourtant, comme l’a montré F. Bourriot, le terme de Bouzygès, dans la littérature de l’époque classique comme dans les inscriptions d’époque impériale59, semble plutôt désigner une fonction rituelle dans le cadre du culte. On peut, à la suite de Bourriot, disqualifier la présentation des lexicographes ou bien considérer, plus vraisemblablement, qu’un genos se serait constitué, à une date indéterminée, autour de la détention du sacerdoce60.

Naissance d’une littérature περί γενών et reconstruction des traditions communautaires

  • 61 Par rapport à la liste exhaustive proposée par Parker, Athenian Religion, p. 284-327, nous ne déno (...)
  • 62 Sur le rôle des traités peri genôn dans les notices des lexicographes, voir F. Jacoby, FGrH, Drift (...)

20Une grande partie de la réflexion sur les genê n’a d’autres moyens que de s’appuyer sur les indications livrées par les lexicographes. En l’absence d’informations précises sur les genê, notamment dans la littérature de l’époque classique, ceux-ci révèlent au moins leurs sacerdoces respectifs et quelques-unes de leurs pratiques rituelles. Ainsi, des 45 genê connus, 33 ne le sont qu’à l’aide des lexicographes61. En présupposant la stabilité, si ce n’est la permanence, du fait religieux, on considère tacitement que leur témoignage révélerait une réalité invariante du système religieux athénien depuis l’époque archaïque. Une telle approche, dans laquelle l’historien reproduit sans discernement l’« effet d’atemporalité » construit volontairement par les sources qu’il étudie, n’est pas satisfaisante. Si on interroge l’historicité propre au modèle véhiculé par les lexicographes, on s’aperçoit en effet que ceux-ci font reposer pour une large partie leur présentation sur un genre littéraire caractéristique de la basse époque hellénistique, la littérature περὶ γενῶν62.

  • 63 FG rH 344 : καθὰ φησι Δράκων Περὶ γενῶν. FGrH 345 : διείλεκται περὶ τοῦ καθέτου Μελίτων ἐν α Περὶ τ (...)
  • 64 J. Kirchner, Prosopographia Attica, no 4555, F. Jacoby, FGrH, Drifter Teil b. Kommentar zu nr. 297 (...)
  • 65 F. Jacoby, FGrH, Dritter Teil b. Kommentar zu nr. 297-607, Berlin, 1958, p. 112.
  • 66 LGPN II, p. 303. On connaît 6 Méliton athéniens entre le milieu du iie siècle et le milieu du ier  (...)

21On identifie, sous les noms de Dracon et Méliton, deux auteurs de ces traités63. La datation des œuvres de Dracon et Méliton est malheureusement assez hypothétique. Si on s’accorde communément à reconnaître en Dracon un riche Athénien du iie siècle du dème de Batè, et qui serait membre des Étéoboutades64, le cas de Méliton est plus complexe. Contrairement à ce que pensait Jacoby65, une étude onomastique des Athéniens de l’époque hellénistique rend probable que Méliton soit un auteur du iie siècle plutôt que de l’époque d’Hadrien66.

22Ces traités participaient très certainement de la vogue archaïsante qui caractérise, sous de multiples aspects, l’art athénien de la basse époque hellénistique : on devine qu’il s’agissait avant tout d’exposer les origines mythiques de la communauté et d’expliciter les privilèges de tel ou tel genos à détenir un sacerdoce civique. L’avènement de cette littérature constitue un fait remarquable au regard de la pauvreté de la littérature de l’époque classique et du début de l’époque hellénistique. Comme le rappelle Jacoby, les Atthidographes, qui se sont pourtant attachés à réélaborer autour d’un récit unitaire les traditions des différentes communautés de l’Attique, n’avaient pas consacré d’ouvrages aux genê athéniens.

  • 67 Clinton, Inscriptions Eleusis, no 275, l. 3-5 (= IG II2 3490). Sur l’ensemble de ces recherches des (...)
  • 68 Cicéron, Lettre à Atticus, l. 9 : « Thyillus te prie, et moi aussi, à sa prière, de le renseigner (...)
  • 69 FGrH 346. Le personnage est aussi mentionné dans l’Etym. Magnum sans précisions de dates. F. Jacob (...)
  • 70 Clinton, Inscriptions Eleusis, no 300, l. 63-64 (de 21/20).

23La naissance de cette littérature trouve des échos dans le mouvement de collecte des traditions communautaires (patria) attesté au ier siècle à l’intérieur même des genê. Sur une base dedicatoire datée de la décennie 60, en l’honneur du hiérophante des Eumolpides, Médeios du Pirée, celui-ci est particulièrement honoré pour sa philotimia dans son « explication des iera et des patria » (τῆς περὶ τὴν ἐξήγησιν τῶν ἱερῶν / καὶ πατρίων)67. À la même époque, dans une lettre à Atticus, Cicéron demande à son correspondant de l’informer sur les patria des Eumolpides68. On sait par ailleurs qu’au Ier siècle, un membre des Kérykes, Théodore le Panangkès, aurait écrit un patria ton Kerukôn69. Enfin, un décret honorifique civique du dernier quart du ier siècle pour le dadouque Thémistocle d’Hagnonte constitue la preuve la plus explicite de ce mouvement. Il y est en effet précisé que Thémistocle est particulièrement honoré pour « son zèle dans sa recherche des traditions (σπουδάσαντα περὶ τὴν τῶν πατρ[ί]/ων ἐπίγνωσιν)70 ».

  • 71 Pour une présentation générale du mouvement archaïsant dans l’art athénien hellénistique, voir J. (...)
  • 72 Sur la réélaboration des Theseia après 165/164 ou 161/160, voir Mikalson, Religion in Hellenistic (...)
  • 73 K. Karila-Cohen, op. cit., p. 709, montre par exemple que l’accroissement et la complexité du cort (...)
  • 74 B. Le Guen, Les associations de technites dionysiaques à l’époque hellénistique, Nancy 2001 no 10, (...)

24Par ces recherches, il s’agissait probablement pour les communautés de collecter leurs traditions, les expliquer et faire ainsi remonter leur existence à l’époque archaïque. On comprend dans ce contexte que le renouveau des traditions communautaires, et, de manière plus large, le renouveau des activités des genê soient probablement une des composantes importantes du mouvement archaïsant dans l’Athènes des iie et ier siècles71. Le processus accompagne sans aucun doute la redécouverte des patria civiques. La rénovation, à partir des années 160, des Theseia puis des Thargélia72, et, bien évidemment, des Pythaïdes, fête dans laquelle les genê ont joué un rôle primordial, en fait évidemment partie73. Lorsque, en 128/127, la cité de Delphes honore la compagnie des technites dionysiaques, en précisant que « le peuple d’Athènes a décrété de mener jusqu’à nous la Pythaïde après une interruption d’un certain nombre d’années, conformément aux oracles et aux informations (historiai) reçues74 », on comprend qu’un travail d’enquête sur les patria de la fête de l’époque classique avait été réalisé avant qu’elle ne fût réinstaurée solennellement.

25Éclosion d’une littérature peri genôn, apparition de genê jusqu’alors inconnus, renaissance sous une forme différente de genê de l’époque classique : indéniablement, les genê athéniens des iie et ier siècles connaissent un considérable regain d’activité. Or, ce renouveau est indissociable d’une recomposition des structures internes de ces communautés, l’appartenance à un genos jouant un rôle déterminant dans la redéfinition de l’identité de l’élite athénienne.

Multiaffiliation, adoption, mariage : les transformations du mode d’affiliation à un genos

  • 75 E. Perrin-Saminadayar, art. cité (2005), et, surtout, K. Karila-Cohen, op. cit.

26De nombreux indices suggèrent l’apparition d’un fait inédit au sein de l’élite athénienne de la fin du iie siècle et du ier siècle : la multiaffiliation, par laquelle les membres d’un même oikos appartiennent en moins de trois ou quatre générations a plusieurs genê différents. Deux études prosopographiques récentes, de E. Perrin-Saminadayar et de K. Karila-Cohen, en ont fait une demonstration si precise qu il convient moins de reprendre l’argumentation prosopographique que d’insister sur les mécanismes – mariage et adoption – qui permettent l’apparition du phénomène, inconnu de l’époque classique75.

  • 76 Habicht, Athènes hellénistique, p. 357.
  • 77 Habicht, Athènes hellénistique, p. 317-318.
  • 78 Ps-Plutarque, Vie de Lycurgue, 843 a-b. Pour l’ensemble du stemma, voir E. Perrin-Samidanayar, op. (...)
  • 79 Ps-Plutarque, Vie de Lycurgue, 843 b.
  • 80 Clinton, Inscriptions Eleusis, no 275 : IG II2 3490.
  • 81 SEG 30. 93, l.21-22.
  • 82 SEG 30. 93 et Ps.-Plutarque, Vie de Lycurgue, 843 c.
  • 83 Clinton, Inscriptions Eleusis, no 298 et no 301 : IG II2 3509-3510.
  • 84 E. Perrin-Samidanayar, art. cité (2005), p. 66.

27Le destin de deux réseaux familiaux gravitant autour de deux oikoi prestigieux permet de mettre en lumière l’ampleur du phénomène. Suivons tout d’abord l’histoire de l’oikos de Médeios du Pirée. Lorsque Médeios fut désigné plusieurs années de suite archonte au début du ier siècle76, l’appartenance de l’oikos à l’élite dirigeante de la cité était encore assez récente, remontant aux dernières décennies du iie siècle77. À en croire le Pseudo-Plutarque, la grand-mère paternelle de Médeios, descendante de Lycurgue, était étéoboutade, alors que son père, Médeios du Pirée (I), était exégète des Eumolpides78. Médeios du Pirée (II), prêtre de Poséidon Erechthée, était étéoboutade. Sa soeur Philippè fut prêtresse d’Athéna Polias, prêtrise qui revenait aux Étéoboutades79. Son fils, Médeios (III) sera exégète des Eumolpides80. Philippè épousa Dioclès de Mélitè, et deux de leurs fils, Sarapion et Dioclès, furent membres du genos des Kérykes81. La fille de Dioclès, Nicostratè, épousa Thémistocle d’Hagnonte, qui, en tant que dadouque et prêtre de Poséidon Erechthée, fut membre des Etéoboutades et des Kérykes82. Le fils de Thémistocle, Théophraste, fut dadouque83. En moins d’un siècle, par une série d’alliances familiales, les membres de l’oikos de Médeios du Pirée (II) sont donc attestés parmi les Eumolpides, les Etéoboutades et les Kérykes, un même individu comme Thémistocle d’Hagnonte ou Médeios du Pirée (III) pouvant appartenir à plusieurs genê. On peut légitimement soupçonner que l’appartenance à un genos constituait un des motifs essentiels de ce qui constituait de véritables « stratégies matrimoniales84 ».

  • 85 D. J. Geagan, « A Family of Marathon and Social Mobility in Athens of the First Century BC », Phoe (...)
  • 86 SEG 30. 85, l. 20-21.
  • 87 ID 1592, 1593, 1594, 1605, 1626, 2515, 2516, 2517, 2518. S. Follet, « Les deux archontes Pamménès  (...)
  • 88 Clinton, Inscriptions Eleusis, no 324 (= IG II2 3523) ; Clinton, Inscriptions Eleusis, no 336 (= IG(...)
  • 89 IG II2 5477.
  • 90 En effet, Diopeithès d’Halai, neveu de Théophilos, est mentionné comme amphithalês parmi les Erysi (...)
  • 91 SEG 30. 93, l. 7 et l. 20.
  • 92 SEG 30. 85, l. 19-20.
  • 93 Un autre exemple a été mis en lumière par J. Tréheux et P. Charneux, art. cité, qui étudient la fa (...)

28Si on examine le parcours des membres de l’oikos de Pamménès et Zénon de Marathon aux iie et ier siècles, la logique de cette multiaffiliation apparaît encore plus nettement. Comme l’a montré D. Geagan, la famille, qui jouera un rôle politique de premier plan au ier siècle, ne s’affirme parmi l’élite politique civique qu’à partir de l’extrême fin du iie siècle85. Le petit-fils de Pamménès de Marathon (I), archonte en 83/82, du même nom, est ambassadeur pour les Géphyréens auprès de l’oracle d’Apollon en 36/3586 et membre du genos des Erysichthonides en tant que prêtre d’Apollon à Délos87. De ses deux fils, l’un, Zénon, erysichthonide, sera au tout début du ier siècle de notre ère prêtre d’Apollon à Délos lorsque l’autre, Pamménès (III), sera exégète des Eumolpides88. Un des fils de Pamménès (I), l’archonte de 83/82, Diodoros, a été adopté par Théophilos d’Halai89, dont l’oikos était membre des Erysichthonides90. Des deux fils de Diodoros, l’un, Diotimos, est mentionné parmi les Kérykes91, alors que l’autre est ambassadeur des Géphyréens, avec son cousin Pamménès, en 36/3592. Dans le cadre d’un réseau familial bien moins étendu que celui de la famille de Médeios, les membres de l’oikos de Pamménès de Marathon sont donc attestés en moins d’un siècle à la fois parmi les Eumolpides, les Kérykes, les Géphyréens et les Erysichthonides. Les membres de l’oikos de Diodore d’Halai, alliés par adoption à la famille de Marathon, sont attestés parmi les Kérykes, les Erysichthonides et les Géphyréens93.

  • 94 L’appartenance de Philippè aux Étéoboutades : Ps.-Plutarque, Vie de Lycurgue, 843b.
  • 95 E. Perrin-Samidanayar, art. cité (2005b), p. 66.
  • 96 Voir sur ce point J. H. Blok et S. D. Lambert, art. cité (2009), p. 102-104.

29Le parcours des membres des deux oikoi laisse entrevoir le rôle essentiel joué par les mariages et la pratique de l’adoption dans la constitution de réseaux familiaux larges qui permettent d’associer plusieurs affiliations à différents genê. C’est probablement grâce à son mariage avec Philippè, fille de Charmidos, que Lysandros du Pirée, père de Médeios du Pirée (I), put intégrer le genos des Étéoboutades94 ; de toute évidence, c’est par son mariage avec Nikostratè, fille de Dioclès de Mélité, dont la mère, Philippè, était étéoboutade, que Thémistocle d’Hagnonte devint membre des Étéoboutades et prêtre de Poséidon Erechthée. Comme l’affirme E. Perrin-Samidanayar, « la prêtrise était le corollaire du mariage – on pourrait l’assimiler à une dot95 ». Notons néanmoins que la transmission par branche maternelle de l’appartenance à un genos n’apparaît pas à l’époque hellénistique96.

  • 97 P. Roussel, art. cité (1929), p. 182. Les membres de la famille de Diodoros d’Halai sont dès 100 m (...)
  • 98 C’est l’hypothèse de K. Karila-Cohen, op. cit., p. 650-651, mais il n’existe pas d’arguments proba (...)
  • 99 Selon l’expression gond de suivi du patronyme et, parfois, du démotique de naissance. Ainsi, Πραζι (...)
  • 100 L. Rubinstein, L. Bjertrup, Μ. H. Hansen, T. Heine Nielsen et T. Verstegaard, « Adoption in Hellen (...)
  • 101 V. Gabrielsen, The Naval Aristocracy of Hellenistic Rhodes, Aarhus, 1997, p. 112-120, p. 137-140. (...)
  • 102 Ainsi, à la fin du ier siècle, parmi les Kérykes, Sophocle, dont le père naturel est Dionysodoros (...)
  • 103 Il apparaît difficile de voir en revanche dans la mention du double patronyme une insistance sur l (...)

30L’adoption semble avoir constitué un autre moyen, moins connu, par lequel les membres de l’élite ont pu intégrer plusieurs genê. Ainsi, c’est par l’adoption du fils de Pamménès, Diodoros, par Théophilos d’Halai, que les membres du genos de Pamménès de Marathon purent sans doute devenir des Erysichthonides97 et, peut-être, Kérykes98. Il convient à ce titre de rappeler que, dans les inscriptions attiques de l’époque hellénistique, l’individu adopté est mentionné à la fois par son démotique d’adoption, son patronyme et, parfois, son démotique de naissance, ce qui semble indiquer qu’il conservait un certain nombre de droits associés à son oikos de naissance99. La pratique de l’adoption au sein de l’élite athénienne à la basse époque hellénistique apparaît ainsi très éloignée du modèle athénien de l’adoption de l’âge classique, qui impliquait un véritable changement d’identité100. Le rôle des pratiques d’adoption dans l’élite de la Rhodes hellénistique est de ce point de vue riche d’enseignement. V. Gabrielsen a montré en effet que, derrière l’usage du double démotique, on pouvait reconnaître un ensemble de stratégies par lesquelles un même individu cumulait des prérogatives réservées traditionnellement à différents segments de l’élite. La pratique de l’adoption jouerait un rôle déterminant pour qu’une famille puisse par exemple accéder à plusieurs reprises à la prêtrise civique d’Athéna Lindia101. On peut supposer qu’il en était de même dans l’Athènes de la basse époque hellénistique, l’adoption étant une des voies essentielles par lesquelles des membres de l’élite pouvaient accéder à certains sacerdoces réservés à tel ou tel genos. Parmi les individus de la basse époque hellénistique, les membres des genê (et particulièrement les Kérykes) apparaissent en effet particulièrement représentés102. La mention d’un double patronyme permettait de mettre en avant l’affiliation à plusieurs genê103. Nous verrons par ailleurs que l’adoption pouvait sans doute être pratiquée pour contourner les règles communautaires de dévolution des sacerdoces au sein des genê.

  • 104 Sans souscrire entièrement aux thèses de A. Duplouy, « Les Eupatrides d’Athènes, “nobles défenseur (...)
  • 105 FD III 2, 7, col. B, l. 1 ; FD III 2, 13, l. 3.
  • 106 On identifie précisément 3 des 8 familles. Ces trois familles appartiennent à chaque fois à plusie (...)

31Par le mariage et l’adoption, se constituait ainsi, aux iie et ier siècles, une élite restreinte qui accumulait l’appartenance à plusieurs genê comme autant de signes de distinction. En étudiant la composition des cortèges athéniens lors des Pythaïdes de la deuxième moitié du iie siècle, K. Karila-Cohen a suggéré que le renouveau de la notion d’eupatride était lié à cette fermeture de l’élite athénienne, l’appartenance à un genos devenant constitutive de sa définition. À l’époque archaïque et classique, les Eupatrides ne constituent pas un genos mais une catégorie identitaire revendiquée par des membres de l’élite athénienne en vertu de leur ancestralité sur le sol attique104. Or, un cortège d’Eupatrides est mentionné dans deux des quatre Pythaïdes de la fin du iie siècle, celles de 138/137 et de 106/105105. Le renouveau du terme est bien évidemment caractéristique de l’idéologie archaïsante de la cité du iie siècle. Pas plus qu’à l’époque archaïque ou classique, les Eupatrides ne semblent constituer un genos : leur mention n’est jamais mise sur un même plan que celle des autres genê. Par ailleurs, les Eupatrides ne détiennent pas de sacerdoces liés à un culte civique. Leur présence parmi les Pythaïstes n’est toutefois probablement pas sans lien avec les genê : l’étude des 8 familles qui composent le groupe des Eupatrides durant les deux fêtes, bien que largement lacunaire, laisse en effet envisager que l’appartenance à un genos soit devenue constitutive de l’identité eupatride106. Les membres qu’on parvient à identifier auraient même pour spécificité d’appartenir à plusieurs genê à la fois. Il apparaît donc très probable que, contrairement à l’époque classique, la notion d’eupatride ait des liens étroits avec l’identité attachée à la participation à un genos – après que celle-ci a profondément évolué à la basse époque hellénistique. En ce sens, l’identité eupatride de la basse époque hellénistique diffère profondément de celle de l’époque classique. La référence eupatride avait été resémantisée pour en venir à désigner l’eugeneia que suppose l’appartenance à un genos ou plusieurs genê. Par la dimension archaïsante attachée à la référence eupatride, les genê ancraient leur légitimité dans les origines mêmes de la cité athénienne.

32L’apparition d’une élite restreinte pour laquelle l’appartenance à un genos jouait un rôle déterminant peut s’observer plus encore à travers l’examen des structures internes des genê, et l’étude des modes de dévolution des sacerdoces dont ils étaient les détenteurs.

La dévolution des sacerdoces civiques entre oikos et genos

  • 107 J. Martha, Les sacerdoces athéniens, Paris, 1882, p. 37, pense qu’à l’exception des Étéoboutades, (...)

33Qu’on imagine la prédominance de procédures électives, de tirage au sort ou de transmission héréditaire, le mode de dévolution des sacerdoces dans les genê de l’époque archaïque et classique fait débat107. Trois sources différentes de l’époque classique sont susceptibles de nous renseigner :

  • Dans le règlement de 363/362, qui fait suite à une procédure d’arbitrage entre les deux branches du genos des Salaminiens, il est précisé : « Lorsqu’un prêtre ou une prêtresse décédera, qu’on procède par tirage au sort parmi les deux groupes (καὶ κ/ληροσθαι κοινῆι ἐξ ἀμφοτέρων ἐπειδὰν τελευτ/ήσει τις τῶν ἱερειῶν ἢ τῶν ἱερέων)108. »
  • Une inscription fragmentaire du ive siècle évoque un prêtre de Poséidon et Erechthée en indiquant que ce dernier « sera désigné par le sort » (τὸν ἱερέα τὸν ἀεὶ]/ λαχόντα)109. On ne sait si l’inscription concerne le prêtre du genos des Étéoboutades, évoqué dans le cadre d’un culte de dimension civique, ou le prêtre du héros éponyme de la tribu Érechtheis ; puisque les sacerdoces de la majorité des cultes des éponymes étaient détenus par les genê, il est fort probable en réalité que les Étéoboutades aient assuré le sacerdoce des deux cultes110.
  • Enfin, le lexique de Patmos paraphrase un fragment perdu de l’Athenaiôn Politeia :

Καὶ φυλαὶ τούτων ἦσαν δ, τῶν δὲ φυλῶν ἑκάστη μοίρας εἶχε γ, ἃς φρατρίας καὶ τριττύας ἐκάλουν. τούτων δὲ ἑκάστη συνειστήκει ἐκ τριάκοντα γενῶν καὶ γένος ἕκαστον ἄνδρας εἶχε τριάκοντα τοὺς εἰς τὰ γένη τεταγμένους, οἵτινες γεννῆται ἐκαλοῦντο, ὧν αἱ ἱερωσύναι ἑκάστοις προσήκουσαι ἐκληροῦντο, οἷον Εὐμολπίδαι καὶ Κήρυκες καὶ Ἐτεοβουτάδαι, ὡς ἱστορεῖ ἐν τῇ Ἀθηναίων πολιτείᾳ Ἀριστοτέλης λέγων οὕτως.

  • 111 Aristote, Athenaion Politeia, frgt. 3 (trad. M. Sève).

Il y avait 4 tribus ; chacune des tribus avait trois parties que l’on appelait phratries et trittyes. Chacune d’entre elles consistait en trente genê, et chaque genos avait trente hommes, qui étaient appelés gennètes. C’est parmi eux qu’on tirait au sort les prêtrises incombant à chacun, par exemple les Eumolpides, les Kérykes et les Étéoboutades, comme le raconte Aristote dans sa Constitution des Athéniens111.

34Bien entendu, on peut douter de la vérité historique de la politeia archaïque décrite par le fragment. Il est néanmoins particulièrement intéressant de constater que, pour l’auteur de l’Athenaiôn Politeia, il allait de soi que les sacerdoces étaient tirés au sort à l’intérieur du genos.

  • 112 D. M. Lewis, « Notes on Attic Inscriptions, II. 23, Who was Lysistrata ? », ABSA, 50, 1955, p. 7-1 (...)
  • 113 S. Aleshire, art. cité (1994), p. 333.
  • 114 J. H. Blok et S. D. Lambert, art. cité (2009), p. 105-109.

35À ces trois témoignages ont semblé s’opposer les conclusions qu’on peut tirer des recherches prosopographiques conduites à propos des détentrices de la prêtrise d’Athéna Polias, membres du genos des Étéoboutades. D. Lewis a montré en effet que 6 des 8 prêtresses que nous pouvions identifier avec certitude devaient appartenir à la même famille112. Face à la difficulté, S. Aleshire a fait l’hypothèse que le tirage au sort devait se dérouler à partir d’une liste très restreinte113. En reprenant l’ensemble du dossier, et en s’appuyant sur une liste de 13 prêtresses, J. Blok et S. Lambert sont néanmoins parvenus à des conclusions substantiellement différentes : si une famille du dème de Batè semble avoir tout particulièrement fourni de nombreuses prêtresses, la transmission héréditaire du sacerdoce n’est en rien démontrée et il faudrait plutôt imaginer que le tirage au sort se déroulait – selon le modèle proposé par le décret des Salaminiens – au sein même d’une branche étroite du genos des Étéoboutades114.

  • 115 Les prêtrises civiques athéniennes étaient désignées par tirage au sort et, semble-t-il, renouvelé (...)

36Tout semble ainsi indiquer que le mode de désignation des prêtres et prêtresses au sein des genê, reposant sur le principe du tirage au sort, n’était pas différent à l’époque classique de celui qui avait cours pour les autres prêtrises civiques115. La spécificité des sacerdoces des genê tient à ce que leur détention était pour la vie (dia biou).

37Or, une analyse précise de la détention des sacerdoces réservés aux Étéoboutades, aux Kérykes ou aux Eumolpides – les trois seuls genê pour lesquels une telle recherche peut être conduite – laisse percevoir, à partir de la seconde moitié du iie siècle, une patrimonialisation des sacerdoces, ces derniers se transmettant de plus en plus sous forme héréditaire à l’intérieur même d’un oikos au sein d’un genos.

♦ Les Étéoboutades et les prêtrises de Poséidon Erechthée et Athéna Polias

38Pour étudier l’évolution des sacerdoces dont les Étéoboutades avaient la charge, il n’est d’autres moyens que de prendre pour point de départ la généalogie de l’oikos de Lycurgue, telle qu’elle est proposée par le Pseudo-Plutarque dans la Vie des dix orateurs.

  • 116 Ps-Plutarque, Vie des dix orateurs, 843 b (trad. F. Durrbach modifiée).

Il laissa comme fils Habron, Lycurgue et Lycophron : parmi eux, Habron et Lycurgue moururent sans enfants ; mais Habron avait joué un rôle éminent en politique. Quant à Lycophron, il épousa Callistomachè, fille de Philippe, du dème d’Aixoné, et eut d’elle Callisto. Cette fille épousa Cléombrotos, fils de Démocratès d’Acharnes, et de cette union naquit Lycophron, qu’adopta son grand-père Lycophron et qui mourut sans enfants. Après la mort de Lycophron, Callisto devint la femme de Socratès et eut de lui un fils, Symmachos : ce dernier eut pour son fils Aristonymos, père de Charmidès, lequel eut pour fille Philippé ; de cette Philippé et de Lysandros naquit Médéios, qui devint exégète désigné parmi les Eumolpides (ὁ καὶ ἐξηγητὴς ἐξ Εὐμολπιδῶν γενόμενο). Du mariage de Médeios avecTimothéa, fille de Glaucos, naquirent Laodamia, Médeios, qui exerça le sacerdoce de Poséidon Erechthée et Philippé, qui fut dans la suite prêtresse d’Athéna (ὃς τὴν ἱερωσύνην Ποσειδῶνος Ἐρεχθέως εἶχε, καὶ Φιλίππη, ἥτις ἱεράσατο τῆς Ἀθηνᾶς ὕστερον) ; précédemment, elle avait été mariée à Dioclès, du dème de Mélité, qui lui donna pour fils Dioclès, stratège des hoplites. Ce Dioclès épousa Hédisté, fille d’Habron, et engendra d’elle Philippidès et Nicostraté ; Thémistoclès, fils de Théophrastos, épousa Nicostraté et engendra Théophrastos et Dioclès ; il transmit aussi par héritage la prêtrise de Poséidon Erechthée (διετάξατο δὲ καὶ τὴν ἱερωσύνην τοῦ Ποσειδῶνος Ἐρεχθέως)116.

  • 117 Ps-Plutarque, Vie des dix orateurs, 843 f.
  • 118 Ps-Plutarque, Vie des dix orateurs, 843 f (trad. F. Durrbach).
  • 119 C’est d’ailleurs en ce sens que l’avait compris J. Martha, Les sacerdoces athéniens, Paris, 1882, (...)

39La filiation proposée par le Pseudo-Plutarque suit la transmission gentilice des sacerdoces qui conduit de Lycurgue jusqu’à Thémistocle d’Hagnonte, à la fin du ier siècle. Si la prêtrise de Poséidon avait été détenue par l’oikos de Lycurgue selon un droit ancestral, l’auteur indiquerait donc à chaque fois quel membre de la lignée l’avait détenu. Tout semble indiquer que le sacerdoce passait d’un oikos à l’autre selon les générations, ce qui justifie que le Pseudo-Plutarque mentionne uniquement les individus de l’oikos qui en auraient bénéficié. Aussi, lorsque le Pseudo-Plutarque indique ultérieurement que le fils de Lycurgue, Habron, « λαχὼν ἐκ τοῦ γένους τὴν ἱερωσύνην117 », plutôt que de comprendre qu’il « avait hérité du sacerdoce par droit héréditaire118 », comme le traduit F. Durrbach, sans doute est-il préférable d’y voir la simple mention selon laquelle l’appartenance au genos des Étéoboutades lui avait permis d’exercer le sacerdoce de Poséidon, dont la désignation s’effectuait par tirage au sort (λαχων)119. Ce tirage au sort pouvait peut-être se faire, comme c’est le cas pour de nombreuses magistratures athéniennes de l’époque classique, sur liste restreinte. À un sacerdoce qui se transmettrait de père en fils, il est préférable de concevoir un groupe large d’oikoi entre lesquels la prêtrise ne cessait de tourner. Alors que Lycurgue n’a jamais été prêtre de Poséidon Erechthée, son fils Habron le fut probablement à la suite d’une simple procédure de tirage au sort, puis le sacerdoce serait passé à d’autres oikoi. Qu’Habron ait pu transmettre en cours de charge le sacerdoce à son frère Lycophron n’indique aucunement que la transmission de la prêtrise était héréditaire.

  • 120 J. K. Davies, op. cit. (1971), p. 348-349, avait noté l’anomalie, sans reconnaître toutefois que l (...)
  • 121 Tel est nous semble-t-il le sens qu’impose l’usage de Διατάσσω au moyen, conformément à son emploi (...)
  • 122 Le fils de Thémistocle, Théophraste, est dadouque vers 25 (Clinton, Inscriptions Eleusis, no 298), (...)

40Poursuivons l’examen de la filiation retracée par le Pseudo-Plutarque. À partir de la fin du iie siècle, autour du personnage de Médeios du Pirée et de sa descendance, on croit percevoir un oikos qui s’est particulièrement accaparé les sacerdoces réservés aux Étéoboutades. Au tournant des iie et ier siècles, Médeios, fils de Médeios du Pirée, et sa sœur Philippé sont en effet respectivement prêtres de Poséidon et d’Erechtée, et d’Athéna Polias. La réunion dans un même oikos des deux prêtrises principales détenues par le genos constitue en elle-même un fait inédit120. Selon la description de Pseudo-Plutarque, Thémistocle d’Hagnonte aurait lui-même transmis par héritage (διετάξατο)121 la prêtrise de Poséidon Erechthée en raison de son mariage avec la petite-nièce de Médeios. Il est probable que la transmission du sacerdoce entre Médeios du Pirée et son petit-neveu par alliance ait été directe122. On peut donc penser que les règles de dévolution des sacerdoces dans le genos ont été modifiées entre la deuxième moitié du ive siècle et la fin du iie siècle. Si la description plutarquéenne est si complexe, c’est qu’en réalité elle ne cesse de confondre volontairement l’oikos de Lycurgue et le genos des Étéoboutades. Comme nous le verrons, cette confusion est riche d’enseignement concernant l’évolution des genê à la basse époque hellénistique et à l’époque impériale.

♦ Les hiérophantes des Eumolpides

  • 123 Clinton, Sacred Officials, p. 10, et, désormais, J. H. Blok et S. D. Lambert, art. cité (2009), p.  (...)
  • 124 Clinton, Sacred Officials, p. 37, n. 4.
  • 125 Il s’agit d’Archias, mentionné par [Démosthène], 59. 117.

41La prosopographie des hiérophantes de l’époque classique laisse apparaître sans ambiguïté que le sacerdoce n’était pas transmissible héréditairement123. K. Clinton en a déduit que le sacerdoce devait être électif124. Nous avons vu pourtant que le fragment de l’Athernaiôn Politeia ainsi que la comparaison avec les pratiques des autres genê conduisent plutôt à concevoir la pratique du tirage au sort. Par ailleurs, un seul des hiérophantes de l’époque classique semble appartenir à la classe liturgique125.

  • 126 Clinton, Inscriptions Eleusis, no 233 (1re éd. : B. Meritt, Hesperia, 11, 1942, no 58, p. 293-298). (...)
  • 127 IG II2 2332, l. 50-52. Voir Clinton, Sacred Officials, p. 27.
  • 128 Clinton, Inscriptions Eleusis, no 233, l. 7, indique qu’il devint hiérophante sous l’archontat d He (...)
  • 129 Clinton, Inscriptions Eleusis, no 235 (=IG II2 3469) : Ἱεροφάντ[ης] Ἀμυνόμαχ[ος]/Εὐκλέ[ους Ἁλ]αιεύς

42La prosopographie des hiérophantes de l’époque hellénistique demeure assez difficile à établir. On dispose néanmoins de certains indices qui suggèrent, là encore, des tentatives de concentration du sacerdoce, à partir du iie siècle, entre les mains d’une famille particulière. La pièce maîtresse est constituée par le décret honorifique de 149/148 par lequel Aristoclès de Perithoidai, hiérophante depuis 183/182, est honoré par les Eumolpides126. Or, celui qui propose le décret, Amynomachos, n’est autre que son propre frère de naissance, qui a été adopté par un certain Euclès de Halai127. Aristoclès fut hiérophante de façon certaine de 183/182 à 148/147128. À sa mort, Amynomachos, son frère, devint lui-même hiérophante des Eumolpides129. On peut imaginer qu’un des motifs de l’adoption d’Amynomachos fut de pouvoir briguer la charge de hiérophante, alors même que les statuts de la communauté l’interdisaient formellement. Dans ce cas, on aurait la trace d’une tentative de patrimonialisation de la charge de hiérophante par un oikos particulier qui contournerait ainsi les règles communautaires traditionnelles. Nous avons vu qu’un tel phénomène est bien connu chez les élites rhodiennes de la basse époque hellénistique pour s’assurer la détention de la prêtrise d’Athéna Lindia.

  • 130 IG II2 2452. Sur l’inscription, voir Clinton, Sacred Officials, p. 28, S. Tracy, op. cit., p. 214- (...)
  • 131 On ne peut suivre à ce titre Clinton, Sacred Officials, p. 28, qui imagine les trois hiérophantes (...)
  • 132 Il est probable que le fils d’Eustrophos du Pirée soit Theodotos, fils d’Eustrophos du Pirée, hono (...)

43Constatons néanmoins qu’un mystérieux catalogue de la toute fin du iie siècle mentionne trois hiérophantes, dont le lien avec Amynomachos ou Aristoclès ne peut être établi130 : l’un d’entre eux est le fils d’Eustrophos du Pirée, les deux autres de Ménecleidès et Théophemos de Kydathenaion. L’inscription, pour laquelle S. Tracy identifie plusieurs graveurs différents, ne permet guère de fixer une chronologie précise de la transmission de la hiérophantie131. Une étude prosopographique minutieuse laisse penser, contrairement à l’ordre de succession établi par K. Clinton, que le fils d’Eustrophos du Pirée a succédé à Amynomachos et que les deux membres de la famille de Kydathenaion ont détenu le sacerdoce à la fin du iie et au début du ier siècle132. Parmi les trois hiérophantes attestés, les fils de Ménécleidès et Théophemos de Kydathenaion sont père et fils. Nous pouvons donc identifier deux oikoi au sein desquels la transmission de la hiérophantie aurait été directe, au milieu et à la fin du iie siècle, et entre lesquels le fils d’Eustrophos du Pirée aurait détenu le sacerdoce. Il est impossible d’établir la moindre relation entre ces deux oikoi qui ne semblent pas appartenir à l’élite politique de la cité. À partir du ier siècle, le principe de la hiéronymie rend malheureusement impossible toute identification des hiérophantes.

44Il serait hasardeux, bien sûr, en l’état de nos connaissances, de postuler une modification des règles de dévolution de la hiérophantie à l’intérieur des Eumolpides. On comprendrait mal notamment comment le fils d’Eustrophos du Pirée aurait pu devenir hiérophante entre les deux oikoi d’Aristoclès de Perithoidai et de Ménécleidès de Kydathenaion, respectivement dans la première moitié des iie et ier siècles. Il n’en demeure pas moins que la transmission familiale du sacerdoce, deux fois attestée, est tout à fait inédite au regard de la riche prosopographie du sacerdoce à l’époque classique. Si on ne peut affirmer que la règle de dévolution des sacerdoces a été modifiée, on peut aisément concevoir que de grandes familles athéniennes ont voulu s’accaparer et se transmettre un sacerdoce de grand prestige, parfois en usant de la stratégie de l’adoption, comme dans le cas d’Amynomachos d’Halai, pour contourner les règles traditionnelles.

♦ Les dadouques des Kérykes

  • 133 Habicht, Athènes hellénistique, p. 357, et E. Perrin-Samidanayar, art. cité (2005). Pour Clinton, S (...)
  • 134 Pour le stemma d’ensemble, voir E. Perrin-Samidanayar, art. cité (2005), Annexe 1, p. 404.
  • 135 Habicht, Athènes hellénistique, p. 357.
  • 136 Voir Clinton, Sacred Officials, p. 47-50, qui reprend la démonstration de P. Foucart, Les Mystères (...)
  • 137 Clinton, Inscriptions Eleusis, no 300, l. 37-38.

45L’analyse de l’évolution de la charge de dadouque au sein des Kérykes représente le cas le plus explicite d’une patrimonialisation sacerdotale. À partir des premières décennies du iie siècle, comme l’a montré C. Habicht et, à sa suite, E. Perrin-Samidanayar133, la dadouquie est monopolisée par deux familles, celle de Léontios, Sophocle et Xénoclès d’Acharnes, d’une part, celle de Philistidès et de Philoxenidès d’Hagnonte, d’autre part. Or, à la fin du iie siècle, les deux familles s’unissent par le mariage de Thémistocle d’Hagnonte et d’Akestion : du fait de l’extinction d’une des deux familles, le sacerdoce n’est dès lors plus concentré qu’entre les mains d’une seule famille134. Thémistocle du dème d’Hagnonte et ses descendants deviennent les seuls détenteurs du sacerdoce jusqu’au début de l’empire. Comme l’affirme C. Habicht, « depuis le début du iie siècle jusqu’au-delà du règne d’Auguste, soit pendant plus de deux cents ans, tous les dadouques se trouvèrent unis entre eux par des liens de parenté ou d’alliance135 ». Le contraste est saisissant au regard de nos connaissances sur les dadouques de l’époque classique et du iiie siècle : il n’est qu’entre Callias et son petit-fils, au ve siècle, que l’on peut établir une filiation entre deux dadouques. Comme l’avait affirmé P. Foucart, suivi par K. Clinton, il paraît dès lors très peu crédible que la dadouquie ait été héréditaire à l’époque classique136. Il semble donc plus simple de concevoir que la charge était alors tirée au sort entre les membres du genos, conformément à nos connaissances sur les autres genê de l’époque classique. On peut dès lors penser que, à partir du iie siècle certaines familles se sont arrogé de facto le privilège d’une transmission héréditaire, avant peut-être que, à la fin du ier siècle, une telle évolution ne soit sanctionnée de iure au profit d’une seule d’entre elles. Le décret honorifique civique pour Thémistocle d’Hagnonte de 21/20 témoignerait de cette évolution. Il y est en effet indiqué que Thémistocle aurait reçu l’eugeneia et la prêtrise par héritage (παρειληφότα/τὴν εὐ[γ]ένειαν καὶ τὴν ἀπ’αὐτῆς ἱερεωσύνην ἐγ διαδοχῆς)137. Il faut probablement comprendre la phrase littéralement : à la fin du ier siècle, la dadouquie était devenue une charge transmissible héréditairement pour un oikos à l’intérieur d’un genos ; la détention de la prêtrise était pensée comme résultant (ἀπ’αὐτῆς) de l’eugeneia.

Les genê dans l’histoire de l’élite athénienne à l’époque hellénistique

  • 138 Ainsi, dans la tribu Hippothontis, une même famille de Gargettos détient le sacerdoce du culte du (...)
  • 139 L’hypothèse a été avancée par C. Habicht, Studien zurgeschichte Athens in hellenistischer Zeit, Go (...)

46Le cas des Étéoboutades, des Kérykes et des Eumolpides nous conduit donc à formuler une hypothèse : dans le courant du iie siècle, le mode de dévolution des sacerdoces dans les genê a évolué, conduisant à leur concentration entre les mains de quelques oikoi. Il est difficile de déterminer à chaque fois si cette évolution a reçu une véritable sanction en droit, comme nous sommes tentés de le penser chez les Kérykes ou les Étéoboutades au début de l’époque impériale, ou s’il est préférable de concevoir une lente évolution des pratiques conduisant à la monopolisation de facto des sacerdoces par certains oikoi. Ces formes de patrimonialisation de sacerdoces ne sont peut-être pas propres aux genê : on observe à la même époque que certains cultes des héros éponymes dans les tribus deviennent transmissibles de façon héréditaire, sans qu’on puisse déterminer s’il convient d’y reconnaître l’existence d’un genos inconnu138. On peut même se demander si cette évolution n’avait pas été inaugurée par la cité elle-même lors de la création du culte du Dêmos et des Charites, en 229. Il semblerait en effet que, dès sa création, le sacerdoce avait été confié, sur un mode gentilice, aux frères de Kephisia, Eurycleidès et Mikion139. D’une certaine façon, la cité avait elle-même institué un oikos à la tête d’un des cultes les plus importants de la cité.

  • 140 Parmi les 5 familles identifiées par C. Habicht, op. cit. (1982), p. 178-197, comme constituant l’ (...)
  • 141 E. Perrin-Samidanayar, art. cit (2005), p. 67, précise même, de façon peut-être excessive : « Il f (...)
  • 142 Voir les conclusions dans ce sens de Mikalson, Religion in Hellenistic Athens, p. 310-311, et les (...)

47Un tel processus, ainsi que les formes de multiaffiliation qui caractérisent l’appartenance aux genê à la basse époque hellénistique doivent tout d’abord s’analyser à la lumière d’un des éléments originaux de la cité de la basse époque hellénistique : le rôle croissant que joue la détention de charges religieuses dans l’affirmation de la légitimité politique. La classe politique athénienne des ive et iiie siècles n’a jamais mis en avant le fait de détenir un sacerdoce civique – et pour l’essentiel il semblerait d’ailleurs qu’elle n’ait pas recherché particulièrement à en exercer un140. Il convient à ce titre de rappeler que le décret honorifique de Stratoclès de 307/306 en l’honneur de Lycurgue, tel que le transmettent le Pseudo-Plutarque et IG II2 457, ignore la qualité d’Etéoboutade de l’orateur. L’élite politique qui émerge à partir des années 160 à Athènes met au contraire en avant l’exercice de charges religieuses pour construire sa légitimité politique141. Il semblerait que la détention de sacerdoces soit devenue un instrument pour revendiquer une position politique dominante dans la cité142. On comprend dans un tel contexte le rôle déterminant que pouvaient jouer, pour les élites athéniennes, les genê et les sacerdoces dont ils étaient les détenteurs.

  • 143 Habicht, Athènes hellénistique, p. 317.
  • 144 Voir par exemple en ce sens B. Dreyer, « Wann endet die klassische Demokratie Athens ? » AncSociet (...)
  • 145 On dispose en effet d’un cas intéressant avec la famille de Pyrrhos et Byttakos de Lamptrai qui, à (...)

48Plus globalement, il convient de réinscrire le phénomène dans l’histoire générale de l’élite athénienne de la basse époque hellénistique. C. Habicht a bien montré à quel point le milieu du iie siècle représentait une période de rupture dans la composition de l’élite dirigeante de la cité, dont les assises matérielles changaient profondément143. La plus grande partie de la classe dirigeante postérieure aux années 160 ne semble pas d’ailleurs avoir d’ascendance importante parmi la classe dirigeante du iiie siècle144. L’apparition d’une élite marchande, aux liens étroits avec Délos, aurait profondément déstabilisé l’élite aux biens essentiellement fonciers qui dominait encore l’Athènes du iiie siècle. Le iisiècle serait ainsi caractérisé par une ouverture de l’élite athénienne et une concurrence accrue entre ses différentes composantes. C’est dans un tel contexte que l’appartenance à un genos pouvait sans doute participer aux stratégies de distinction de l’élite athénienne en vue de l’affirmation d’une légitimité politique et sociale, même s’il était sans doute un peu rapide de prétendre que l’ensemble de l’élite politique athénienne l’ait recherché145. On peut d’ailleurs concevoir que pour les deux familles que nous avons évoquées, celle de Médeios et Pamménès, dont l’intégration à l’élite politique à la fin du iie siècle était récente, l’appartenance à un genos, en ce qu’elle inscrivait ces familles symboliquement dans les origines ancestrales de l’histoire athénienne et leur donnait pour ainsi dire une dimension autochtone, constituait un enjeu crucial.

49Si l’affiliation à un genos en était ainsi venu à constituer un élément de sélection sociale et définir l’appartenance à l’élite athénienne, il reste à préciser sous quelles formes elle permettait de construire une rhétorique de légitimité dans l’Athènes de la basse époque hellénistique.

Genê et eugeneia : un nouveau paradigme

  • 146 Voir en particulier Démosthène, 57. 46.
  • 147 A. Duplouy, op. cit. (2006), p. 56.

50À l’époque archaïque et classique, l’affiliation à un genos permettait de mettre en avant son eugeneia, conçue avant tout comme une qualité attestant l’enracinement ancestral de sa propre famille dans la communauté civique. Exclu de son dème, Euxithéos, bien que de condition très modeste, pouvait ainsi arguer de son appartenance à un genos (sans doute modeste), pour prétendre appartenir aux citoyens les « mieux nés » (eugenestatoi) dont la citoyenneté était indiscutable146. On chercherait toutefois en vain dans la littérature athénienne de l’époque classique un discours cohérent sur l’eugeneia qui aurait pour fondement l’identité gennète. Si l’eugeneia est une « prétention de toute époque147 », ce n’est en réalité qu’à partir du milieu du iie siècle que l’appartenance à un genos en vint à constituer le fondement d’un discours sur l’eugeneia de la part de l’élite athénienne. Indissociable du processus d’aristocratisation que nous avons mis en lumière, l’évolution devait conduire à une modification sensible du terme même d’eugeneia, renvoyant désormais au moins autant à une position sociale spécifique, celle de l’élite, qu’à un enracinement dans la communauté civique.

51Tâchons tout d’abord d’éclairer la place que tient le genos dans la rhétorique honorifique de la basse époque hellénistique. La mise en scène de la mémoire de Lycurgue l’Etéboutade dans l’Athènes de la fin du ive siècle offrira un point de comparaison intéressant pour mesurer les évolutions du rôle joué par l’appartenance à un genos dans l’expression du prestige social, entre haute et basse époque hellénistique.

♦ La prêtresse Philtera

  • 148 S. Tracy, op. cit., p. 190-191, grâce à l’étude de la « main » du graveur, a abaissé la date de l’ (...)

52Une inscription en particulier mérite d’être attentivement examinée. Il s’agit de la base dédicatoire d’une statue de la prêtresse d’Athéna Polias qui devait se situer sur l’Acropole. Sa gravure remonte au dernier quart du iie siècle148.

  • 149 IG II2 3474.

Παλλὰς Ἐρεχθειδᾶν ἀρχαγ[έτι, σὸν] κατὰ ναόν
ἄδε τοι ἱδρύθη Φιλτέρα ἱρ[οπόλος]
Βουταδέων ἐτύμων ἐξ αἵ[ματος], ἇς γενέτωρ μέν
ταγὸς ἔφυ στρατιᾶς πεντάκι Παυσίμαχος
τοὶ πρόγονοι δ’ ἄνθησαν ἐν Αἰγείδαισι Λυκοῦργος
χὡ χθονὶ τιμάεις Ἀτθίδι Διογένης.
ὧν τῶι μὲ[ν] ῥήτωρ λόγος ἅνδανεν, οὗ δὲ δί ἔργα
ἔδρακεν ἀρχαίαν πατρὶς ἐλευθερίαν.
vacat
[Εὔ]χειρ καὶ Εὐβουλίδης Κρωπίδαι ἐποίησαν149.

Près de ton temple, Pallas, toi l’archégète des Erechteidai
On a dressé cette statue de la prêtresse Philtera,
De par son sang, elle est membre des Étéoboutades. Comme père,
Elle eut Pausimachos, qui fut cinq fois stratège
Ses ancêtres ont fleuri parmi les Aigeidai. C’est Lycurgue
et Diogène qui sont honorés sur la terre de l’Attique.
L’un a ravi par ses discours, mais par les actes de l’autre
La patrie a retrouvé son ancestrale liberté
Vacat
Eucheir et Euboulidès du dème des Kropidai l’ont faite.

  • 150 L’expression ἐξ αἵματος est courante en revanche dans le cadre des affranchissements. Ainsi, dans (...)
  • 151 Par exemple pour désigner la filiation entre Héraclès et Zeus : Iliade, 19. 111 : oῖ σῆς ἐξ αἵματο (...)
  • 152 Voir V. Sébillotte, Libérez la patrie. Patriotisme et politique en Grèce ancienne, Paris, 2006, p. (...)

53Deux éléments en particulier méritent toute notre attention. Tout d’abord, l’emploi de l’expression ἐξ αἵματος (l. 3), dont la restitution ne fait guère de doute, est particulièrement frappant. Dans le sens ici employé, l’expression est sans équivalent dans les inscriptions attiques150. Sa véritable référence est en effet homérique151, et son emploi constitue indéniablement un archaïsme. D’une certaine façon, la dédicace joue sur le double sens du genos, à la fois corporation religieuse et, dans un sens plus épique, lignée ou filiation, et dont l’invocation chez Homère est souvent associée à la référence à l’haima152.

  • 153 C’est la proposition par exemple de Osborne, Naturalization, vol. III, p. 92-93. On considère trad (...)
  • 154 Voir F. Quass, op. cit., avec les remarques de P. Gauthier, BE, 1994, no 194, p. 506. F. Quass, op (...)
  • 155 Sur la notion de progonikè aretê dans les décrets honorifiques de la basse époque hellénistique, v (...)

54Le père de Philtera, Pausimachos, est inconnu, et sa filiation avec Lycurgue est prosopographiquement impossible. Pausimachos semble donc être le fils de Diogène, le libérateur d’Athènes. Peut-être est-ce par sa filiation maternelle que Philtera aurait un rapport d’hérédité avec Lycurgue, mais l’hypothèse reste fragile153. Mais l’essentiel n’est pas là. L’enjeu de la dédicace est avant tout de construire une filiation entre Philtera et l’orateur du ive siècle sur la base d’une commune appartenance au genos des Étéoboutades : ce qui justifie la mention d’une ascendance lycurguéenne est l’appartenance même de l’orateur au genos. La référence au genos comme corporation religieuse permet de mettre en avant une ascendance prestigieuse, source de légitimité ; le genos permet d’évoquer des progonoi, des ancêtres, et d’en faire les ancêtres d’un oikos. En ce sens, la renaissance des genê à la basse époque hellénistique participe à l’extension à plusieurs générations d’un discours généalogique et la revendication croissante de l’ancestralité, dans l’expression du prestige social à la basse époque hellénistique – phénomène bien étudié dans le cadre des décrets honorifiques154. L’appartenance à un genos permettait de mettre en avant une progonikè arétè de façon somme toute assez comparable à celle que mettent en scène, dans d’autres cités, les décrets civiques en l’honneur de plusieurs grands évergètes à partir de la basse époque hellénistique155.

♦ Le dadouque Thémistocle et la mémoire des Kérykes

55Une telle rhétorique s’apprécie davantage encore à l’examen de la mise en sène, de la fin du iie siècle au dernier quart du ier siècle, de la mémoire familiale de l’oikos de Thémistocle d’Hagnonte, fondée sur l’identité Kérykes et la détention de la dadouquie. L’expression de cette mémoire familiale semble avoir emprunté des supports variés.

  • 156 Voir chapitre 5, p. 385-387.

56Dans la Vie des dix orateurs, le Pseudo-Plutarque fait descendre la généalogie de Lycurgue jusqu’à Thémistocle d’Hagnonte. Nous avons vu que la logique de la description résidait dans la transmission des sacerdoces dans le cadre des différents genê156. C’est l’appartenance aux Étéoboutades qui sert en réalité de fil directeur pour tisser un prétendu lien généalogique entre Lycurgue et Thémistocle d’Hagnonte. Il y a de fortes chances que la description de Plutarque s’appuie sur des monuments ou des inscriptions érigé par l’oikos de Thémistocle d’Hagnonte.

  • 157 Il est difficile de déterminer la source d’information de Pausanias, mais, comme en a fait l’hypot (...)

57En effet, Pausanias, dans sa description de l’Attique, paraphrase l’épigramme funéraire d’une des femmes de dadouques de la fin du iie siècle157, une certaine Akestion :

  • 158 Pausanias 1, 31.7 (trad. J. Pouilloux).

Il se trouve que dans la famille d’Akestion, fille de Xénoclès, lui-même fils de Sophocle, lui-même fils de Léon, tous ces hommes remontant jusqu’à la quatrième génération celle de Léon exercèrent la fonction de dadouques, et au cours de sa vie elle vit d’abord son frère Sophocle exercer la fonction de dadouque, puis son mari Thémistocle, puis à la mort de celui-ci, son fils Théophraste (τούτους τε ἐς τὸν τέταρτον πρόγονον Λέοντα δαδούχους πάντας ὑπῆρξε γενέσθαι <καὶ> παρὰ τὸν βίον τὸν αὑτῆς πρῶτον μὲν τὸν ἀδελφὸν Σοφοκλέα εἶδε δᾳδουχοῦντα, ἐπὶ δὲ τούτῳ τὸν ἄνδρα Θεμιστοκλέα, τελευτησαντος δὲ καὶ τούτου Θεόφραστον τὸν παῖδα)158.

58Là encore, la généalogie tissée par Pausanias repose sur la transmission de la dadouquie : aussi n’évoque-t-il ni le beau-père d’Akestion ni son second fils, probablement parce qu’ils n’ont pas été eux-mêmes dadouques.

  • 159 Voir chapitre 5. III. D. 3.
  • 160 Clinton, Inscriptions Eleusis, no 300, l. 38.
  • 161 Clinton, Inscriptions Eleusis, no 300, l. 33.
  • 162 Clinton, Inscriptions Eleusis, no 285 (post mi-ier) ; Clinton, Inscriptions Eleusis, no 298 (post m (...)

59Enfin, dans le sanctuaire d’Éleusis, dans le dernier quart du ier siècle, un long décret civique en l’honneur de Thémistocle d’Hagnonte retraçait toute la généalogie des dadouques jusqu’au début du iie siècle. Le décret honorifique se présente comme un discours à la gloire d’un oikos qui a monopolisé la charge de dadouque depuis la fin du iie siècle159. L’appartenance au genos se présente ici explicitement comme la base d’un discours sur l’eugeneia, vertu dont Thémistocle aurait hérité en même temps que du sacerdoce de dadouque160, et qu’il aurait manifestée aussi bien dans sa vie privée que dans sa charge de dadouque161. Parallèlement, 3 statues de 4 membres de la famille furent érigées par le dêmos athénien dans la deuxième moitié du ier siècle162. Il existait donc manifestement à Eleusis un groupe statuaire célébrant l’oikos des dadouques sous forme familiale et mettant en scène sur plusieurs générations leur identité de Kérykes.

60L’innovation ne tient pas, bien entendu, à la célébration de la mémoire d’un oikos, même si, s’étendant à plus de trois générations, elle constitue un fait caractéristique de la basse époque hellénistique ; elle procède bien plutôt de l’utilisation de l’histoire ou de la mémoire du genos et de ses monopoles sacerdotaux en vue d’une extension à plusieurs générations du discours généalogique d’un oikos, genos et oikos en venant à se confondre. On peut même se demander si les genê n’ont pas été finalement les cadres d’expression privilégiée d’une rhétorique liée à l’ancestralité et l’illustre ascendance qui, dans d’autres cités, s’exprimait sous la forme de décrets civiques votés en l’honneur des grands bienfaiteurs de la cité. Pour mesurer le caractère inédit d’une telle construction discursive, il convient d’examiner la mise en scène de la mémoire de Lycurgue à la fin du ive siècle.

♦ Un contre-exemple : la mémoire de Lycurgue dans l’Athènes de la fin du ive siècle

61Le Pseudo-Plutarque évoque de la façon suivant la mise en scène de la mémoire de Lycurgue dans l’Erechthéion de la fin du ive siècle :

Καὶ ἔστιν αὕτη ἡ καταγωγὴ τοῦ γένους τῶν ίερασαμένων τοῦ Ποσειδῶνος ἐν πίνακι τελείῳ, ὃς ἀνάκειται ἐν Ἐρεχθείῳ, γεγραμμένος ὑπ’ Ἰσμηνίου τοῦ Χαλκιδέως. Καὶ εἰκόνες ζύλιναι τοῦ τε Λυκούργου καὶ τῶν υἱῶν αὐτοῦ, Ἅβρωνος Λυκούργου Λυκόφρονος, ἃς εἰργάσαντο Τίμαρχος καὶ Κηφισόδοτος, οἱ Πραζιτέλους υἱεῖς. Τὸν δὲ πίνακα ἀνέθηκεν Ἅβρων ὁ παῖς αὐτοῦ, λαχὼν ἐκ τοῦ γένους τὴν ἱερωσύνην καὶ παραχωρήσας τῷ ἀδελφῷ Λυκόφρονι.

  • 163 Ps.-Plutarque, Vie de Lycurgue, 843 e-f (trad. F. Durrbach modifiée : nous reprenons la traduction (...)

Les membres du genos qui furent successivement prêtres de Poséidon sont représentés en pied sur un tableau consacré dans l’Erechthéion qui a été peint par Isménias de Chalcis. Là aussi on voit des statues en bois de Lycurgue et de ses fils Habron, Lycurgue et Lycophron, qui sont l’oeuvre des fils de Praxitèle, Timarque et Kephisodote. Le tableau fut consacré par son fils Habron, qui, après avoir obtenu par le sort la prêtrise patrimoniale, l’avait cédée à son frère Lycophron163.

  • 164 C’est probablement ce pinax qu’a vu Pausanias, 1, 26. 5 : γραφαὶ δὲ ἐπὶ τῶν τοίχων τοῦ γένους εἰσὶ (...)
  • 165 Le point est noté par B. Hintzen-Bohlen, « Die Familiengruppe – Ein Mittel zur Selbstdarstellung h (...)
  • 166 C. Löhr, op. cit., p. 147.

62On mesure aisément ce qui sépare la construction mémorielle de Thémistocle d’Hagnonte de celle de Lycurgue dans l’Erechthéion. À en croire le Pseudo-Plutarque, Habron aurait consacré un pinax, peint par Isménias de Chalcis, mettant en scène la gloire des Étéoboutades164. Au début du iiie siècle, un groupe statuaire en bois, dont le commanditaire reste inconnu165, aurait par ailleurs représenté Lycurgue et ses fils. La description du pinax est imprécise mais, comme le remarque C. Löhr, la description du Pseudo-Plutarque implique qu’il ne s’agissait pas d’une représentation de type généalogique166, mais bien plutôt d’un récit sur l’histoire du genos, ce que confirme Pausanias qui, pour décrire le pinax, n’évoque pas Lycurgue mais le genos des Boutades. Habron aurait donc clairement dissocié la représentation de l’oikos de Lycurgue de celle du genos qui avait en charge le sacerdoce de Poséidon et d’Erechthée. Par le groupe statuaire, Habron mettait en avant un oikos précis au sein du genos alors que le pinax représentait certainement les prêtres du genos qui devaient appartenir à des oikoi différents. Rappelons par ailleurs que le décret de Stratoclès de 307/306 évoque les ancêtre prestigieux de Lycurgue sans jamais toutefois établir un lien quelconque avec le genos des Étéoboutades, la qualité d’Etéoboutade de l’orateur étant même ignorée.

63L’étude de la mise en scène de la mémoire de Lycurgue dans l’Athènes de la fin du ive siècle permet de mettre en lumière, par contraste, le rôle acquis par l’appartenance à un genos dans les stratégies de distinction et les constructions de discours de légitimité de l’élite de la basse époque hellénistique.

Un ordre des gennètes aux premiers temps de l’Athènes romaine ?

  • 167 L’hypothèse a été partiellement avancée par J. H. Oliver, « From Gennetai to Curiales », Hesperia,(...)

64Nous avons vu par quels moyens les genê en étaient venus à définir progressivement une situation élitaire dans la cité de la basse époque hellénistique. On peut se demander si le processus n’a pas débouché sur la constitution des genê en véritable ordo dans l’Athènes romaine – au sens où l’appartenance à un genos aurait défini un véritable statut légal dans la cité167.

  • 168 Comme l’a montré Habicht, Athènes hellénistique, p. 347-349, sous le terme de constitution postsyl (...)
  • 169 Il s’agit très certainement de Théophémos de Kydathenaion. Le fils ou le neveu du hiérophante sera (...)

65Plusieurs indices suggèrent que les genê se sont vu octroyer une place privilégiée dans le fonctionnement de la Constitution postsyllanienne168. Notons tout d’abord que le premier archonte postsyllanien, en 84, fut le hiérophante du genos des Eumolpides, mentionné dans la liste des archontes sous le simple titre de hierophantês169. Il s’agissait très certainement de « refonder » symboliquement la politeia athénienne en confiant la magistrature la plus prestigieuse à un citoyen dont la personnalité pouvait paraître éclipsée par sa fonction sacerdotale. Mais l’essentiel n’est pas là.

  • 170 Clinton, Inscriptions Eleusis, no 300, l. 67-68.
  • 171 Sur la procédure d’apographê, voir L. Gernet, Dèmosthène, Plaidoyers civils, t. III, qui précise p (...)
  • 172 Contra Clinton, Sacred Officials, p. 56, qui comprend l’apographê comme la simple publication de l (...)
  • 173 Sur la datation du décret, voir G. C. R. Schmalz, Augustan and Julio-Claudian Athens. A New Epigra (...)
  • 174 IG II2 2338. L’écart maximal est entre l’Erechtheide, dont 10 membres sont Amynandridai, et l’Acam (...)
  • 175 IG II2 2339 (republiée par D. J. Geagan, The Athenian Constitution after Sylla, Princeton, 1967, a (...)
  • 176 IG II2 1078, l. 39 (postérieur à 220 de notre ère) : le tamias est responsable de l’érection de la (...)
  • 177 SEG 30. 99, l. 7-8 : ----διατελεῖ] / τῷ δήμῳ τῷ Ἀθηναίω [ν διαφυλάττων----. On peut sans doute res (...)
  • 178 P. Graindor, « Inscriptions attiques d’époque romaine », BCH, 51, 1927, p. 245-247, pensait que le (...)

66Dans le décret civique en son honneur, promulgué en 21/20, le dadouque Thémistocle d’Hagnonte est célébré pour son action lors des investigations conduites dans le cadre des apographai (« ἐπιπεσουσης τῆς περὶ τὰς ἀπογραφὰς ζητήσεως πολλὰ [καὶ] / [μ]ε[γ]άλα διαπεπράχθαι »)170. Dans l’Athènes classique, une apographê était un inventaire des biens d’un débiteur public, qui précédait et permettait une éventuelle confiscation171. Aussi peut-on concevoir que les apographai mentionnées dans le décret consistaient en une opération civique de recensement des membres du genos sur la base de leur fortune172. Or, une liste de 19/18173, malheureusement en grande partie fragmentaire, présente pour singularité de répartir les membres du genos jusqu’alors inconnu des Amynandridai selon leur tribu. Les gennètes y sont distribués de façon homogène entre les différentes tribus, chaque tribu comportant une dizaine de membres ou un peu moins174. Deux listes des membres des Kérykes et Eumolpides aux iie et iiie siècles de notre ère présentent étrangement une configuration assez similaire175. Ce qu’on sait des genê de l’époque classique et hellénistique ne laisse en aucun cas soupçonner une répartition aussi homogène des membres ; celle-ci paraît être le fait d’une réorganisation volontaire des communautés. Par ailleurs, dans les premières lignes de la liste des Amynandridai sont mentionnés un tamias, un prêtre et un archonte. L’archonte du genos, Areios de Paiania, était par ailleurs l’archonte éponyme civique en 19/18 et c’est à sa charge que l’inscription devra être gravée. La fonction de tamias, essentiellement administrative, est inconnue dans les genê de l’époque classique et hellénistique. La charge est mentionnée en revanche dans un décret des Eumolpides au iiie siècle de notre ère176. Enfin, contemporain de la liste des membres de la communauté, un décret des Amynandridai, très fragmentaire, célèbre un personnage en raison des services qu’il a rendus au dêmos athénien177, ce qui laisse penser que le genos joue à cette date un rôle en relation avec l’ensemble du corps civique178.

  • 179 J. Oliver, art. cité (1980), p. 45.
  • 180 Le seul élément qui pourrait confirmer l’hypothèse d’une réorganisation sous la forme de curies es (...)
  • 181 SEG 30. 85.

67Pour James Oliver, la liste des membres des Amynandridai, ainsi que la mention d’apographai dans le décret en l’honneur de Thémistocle laisseraient envisager une réorganisation des genê athéniens sous l’influence romaine, consécutive au séjour d’Auguste à Athènes, annoncé dès 21 et accompli en 19179. Cette réorganisation aurait visé la transformation des genê en curies ; elle aurait par ailleurs été inspirée par la volonté de retrouver la politeia des premiers temps de la cité, telle que le fragment d’Aristote transmis par le lexique de Patmos pouvait la concevoir : les genê seraient ainsi devenus de véritables subdivisions de la cité dans le cadre d’une réorganisation oligarchique. L’hypothèse, très séduisante, présente quelques inconvénients : il ne semble pas que les curies aient la vocation spécifiquement aristocratique dans le monde romain que l’affiliation à un genos semble progressivement revêtir, comme nous l’avons vu, depuis le milieu du iie siècle180. En outre, si la tradition transmise par le fragment d’Aristote a pu constituer un modèle, on comprendrait mal pourquoi les phratries, qui contiendraient chacune trente genê, n’auraient pas fait l’objet d’une réorganisation. Par ailleurs, le lien tissé par J. Oliver entre l’ambassade des Géphyréens auprès du sanctuaire d’Apollon à Delphes181, en 37/36, et cette réorganisation des genê apparaît très aléatoire. Il apparaît plus simple de concevoir que l’ambassade avait pour objet une entreprise de réécriture des patria du genos, comme cela est attesté pour d’autres genê du ier siècle.

68S. Aleshire analyse en revanche cette mutation documentaire comme la marque d’une réforme religieuse de grande ampleur qui aurait vu les genê acquérir une place déterminante dans la vie religieuse athénienne. Les genê, qui auraient ainsi été contraints d’intégrer de nouveaux membres, étaient ainsi destinés à assurer la renaissance d’une religion civique dont les structures avaient été profondément affaiblies depuis les destructions syllaniennes. Thémistocle d’Hagnonte serait même explicitement à l’origine de la réforme.

  • 182 Voir D. J. Geagan, op. cit. (1967), p. 103-112.

69L’épigraphie des Amynandridai ainsi que la mention d’apographai constituent assurément des indices importants qui suggèrent une réorganisation des genê consécutive à un recensement et une recomposition de leurs membres, sans qu’on puisse déterminer avec précision le rôle nouveau que les genê étaient amenés à jouer dans la politeia des débuts de l’Empire. Notons seulement que, dans l’Athènes des iie et iiie siècles de notre ère, plusieurs fonctions sacerdotales relevant de genê disposent d’honneurs particulièrement prestigieux. Les hiérophantes et les dadouques feront partie par exemple des aisitoi de l’Athènes impériale à partir du milieu du iie siècle182.

  • 183 À en croire P. Hamon, « Le Conseil et la participation des citoyens : les mutations de la basse ép (...)
  • 184 Voir B. Cohen, « La notion à’ordo dans la Rome antique », Bulletin Association Guillaume Budé, 197 (...)
  • 185 B. Cohen, art. cité, p. 278.
  • 186 P. Hamon, art. cité (2005), p. 140.
  • 187 P. Hamon, ibidem, p. 143.
  • 188 P. Hamon, ibidem, p. 143.

70On peut se demander, dès lors, si le dernier quart du ier siècle n’a pas vu la constitution des genê en véritable ordo – processus qui a déjà été remarqué à propos des Conseils de la basse époque hellénistique183, et sous lequel il conviendrait d’entendre une « division artificiellement introduite dans le corps civique184 » sur la base de la fortuna et de la dignitas, qui impliquerait une « position déterminée dans la vie publique185 », les gennètes étant appelés à jouer un rôle spécifique au sein de la politeia186. On peut supposer par exemple que les genê aient constitué le cadre au sein duquel étaient désignés les membres de la Boulé. Mise en lumière par P. Hamon, l’évolution du mode de participation à la Boulé dans la Cyzique de la basse époque hellénistique est à cet égard suggestive. À l’époque classique, Cyzique avait sans doute emprunté à Athènes son modèle de participation à la Boulé : au sein de chaque tribu, 50 citoyens étaient destinés annuellement à devenir bouleutes, les prytanes étant désignés selon le principe de la rotation mensuelle. Dans la première moitié du ier siècle, apparaissent dans la documentation des timêtai, dont la fonction principale semble avoir été la qualification, sur la base de leur fortune, des membres de la Boulè. P. Hamon fait l’hypothèse que ceux-ci « auraient bien été qualifiés à vie au rang bouleutique par les timètes, mais ils n’auraient pas tous été retenus, chaque année, pour siéger, dans la Boulè effectivement en fonction187 ». Un ordo se serait ainsi constitué, selon des critères censitaires, rassemblant l’ensemble des citoyens susceptibles d’être membres au cours de leur vie de la Boulè. Les bouleutes en étaient ainsi venus à constituer un « ordre privilégié de citoyens188 » au sein de la cité. Or, cette innovation s’est accomplie en respectant, semble-t-il, le cadre traditionnel de répartition des bouleutes en fonction de leur appartenance à telle ou telle tribu. Cela laisse supposer une nouvelle répartition des membres de l’« ordre bouleutique » à l’intérieur des différentes tribus.

  • 189 Voir A. Heller, « La cité grecque d’époque impériale : vers une société d’ordres ? », Annales HSS,(...)

71Nous avons vu que la liste des Amynandridai révélait une réorganisation de la communauté au terme de laquelle les différents membres étaient répartis de façon homogène entre les différentes tribus. Il est admis que, dans l’Athènes d’époque impériale, les tribus demeuraient le cadre de désignation des bouleutes conformément à l’exigence de représentativité de l’ensemble du corps civique de la Boulè depuis l’époque classique. Si on considère que cette nouvelle répartition est consécutive à une apographê, on peut se demander si l’appartenance à un genos n’en est pas venue à définir un « statut bouleutique ». Parmi les gennètes auraient ainsi été désignés chaque année et selon le principe du tirage au sort les membres de la Boulè. Si l’apparition d’un statut bouleutique constituait dans le contexte athénien une véritable innovation, son installation aurait ainsi respecté deux des éléments traditionnels de la politeia athénienne, le principe du tirage au sort et la répartition des bouleutes en fonction de leurs tribus. À cet égard, le cas athénien serait tout à fait caractéristique du principe d’« hybridation institutionnelle » qu’a mis en lumière, au sujet d’autres cités du début de l’époque impériale, A. Heller189.

Conclusion

72Nous pouvons désormais établir certains points de comparaison entre les différentes associations athéniennes, et analyser le processus qui unit leurs évolutions respectives. Notre étude a identifié une période décisive dans l’évolution du fait associatif, entre la fin du iiie et le milieu du iie siècle, accréditant l’idée d’un contraste prononcé entre les haute et basse époque hellénistique. Tout indique en effet que l’Athènes des associations du milieu du iiie siècle ne ressemble guère à celle de la fin du iie siècle. Dans le courant du iie siècle, les associations sont en effet parties prenantes d’un vaste mouvement de recomposition de la société civique athénienne.

  • 190 Nos conclusions rejoignent à cet égard celles de P. Hamon, art. cité (2007).

73Les structures de participation aux instances civiques qu’étaient les dèmes ne semblent plus jouer un rôle déterminant dans le fonctionnement institutionnel de la cité. Il semblerait même qu’une partie de la sociabilité qui se déroulait au sein des dèmes, des phratries, ou de certaines organisations régionales à l’époque classique ait désormais dans certains cas pour cadre de vastes associations cultuelles « privées ». Alors que le statut civique cesse sensiblement d’orienter une partie des pratiques de sociabilité associative, dans un contexte de concurrence accrue entre les différentes composantes de l’élite civique, l’appartenance à un genos devient une marque de sélection sociale – au point de définir peut-être un véritable ordo dans la politeia du début de l’époque impériale. Les genê sont à ce titre partie prenante d’un « processus d’aristocratisation » débutant à la basse époque hellénistique mais qui ne devait se concrétiser sur un plan juridique qu’à partir de l’époque impériale190. Les genê ne constituent pas toutefois le seul cadre d’expression du prestige social pour l’élite athénienne : certaines « associations privées » participent aussi à l’élaboration de véritables stratégies de distinction dont il convient de mesurer à chaque fois la variété d’échelles des horizons de réception.

74On mesure désormais ce qu’une analyse du fait associatif se cantonnant à l’étude de réseaux sociaux en dehors de toute référence aux structures civiques, ou sous le seul prisme de l’histoire de l’élite, manque inévitablement dans la compréhension globale des mutations des sociétés civiques hellénistiques. Ainsi, dans l’Athènes du iie siècle, le déclin des dèmes, la recomposition des associations privées et le renouveau des genê constituent trois composantes étroitement interdépendantes d’un même processus. Par la multiplicité des modes d’appartenance et la complexité des réseaux sociaux qui la caractérisent, la société athénienne constitue bien entendu un cas tout à fait spécifique, qui ne trouve probablement son équivalent, au sein du monde des cités hellénistiques, qu’à Rhodes. Nous avons d’ailleurs noté à plusieurs reprises les rapprochements que la vie associative dans ces deux cités éminemment « complexes » suggérait.

Notes

1 P. MacKendrick, The Athenian Aristocracy, 399 to 31 BC, Cambridge, 1969.

2 Roussel, Tribu et cité, et Bourriot, Génos. Voir le chapitre 1, p. 58-61.

3 De ce point de vue, l’expression de « famille sacerdotale », récemment employée par E. Perrin-Saminadayar, « Traditions religieuses et stratégies familiales. Sur quelques familles sacerdotales athéniennes de l’époque hellénistique », dans M.-F. Baslez et F. Prévot éd., Prosopographie et histoire religieuse. Actes du colloque tenu en l’université Paris XII-Val-de-Marne les 27 et 28 octobre 2000, Paris, 2005, p. 51-68, obscurcit la distinction nécessaire entre deux ordres de réalité tout à fait différents.

4 Voir aussi les remarques de S. D. Lambert, « The Attic Genos », CQ, 49, 1999, p. 484-489.

5 C’est par exemple très souvent l’optique de Parker, Athenian Religion.

6 Voir à ce titre les remarques de M. Beard, « Les origines “archaïques” du triomphe romain », Ktèma, 31, 2006, p. 131-135, en particulier p. 131-132.

7 Le fait a déjà été noté par Bourriot, Génos, p. 695-696, p. 1383, et Parker, Athenian Religion, p. 284, sans donner lieu toutefois à une analyse systématique de la documentation.

8 C’est l’optique de P. McKendrick, op. cit., mais aussi de la majorité des études qui prennent pour point de départ le travail de J. K. Davies, Athenian Propertied Families, 600-300 BC, Oxford, 1971.

9 Sur les évolutions du phénomène dans les décrets honorifiques, voir F. Quass, Die Honoratiorenchicht in den Städten des griechischen Ostens, Untersuchungen zur politischen und sozialen Entwicklung in hellenistischer und römischer Zeit, Stuttgart, 1993, p. 62-66, et les remarques de P. Gauthier dans le Bulletin épigraphique 1994, no 194, REG, 107, 1994, p. 505-508.

10 A. Duplouy, Le prestige des élites, Paris, 2006, p. 56, qui insiste par ailleurs sur le caractère flou de la notion à l’époque archaïque, qui ne correspondrait à aucune réalité statutaire (p. 54).

11 Les inscriptions du iiie siècle concernent les Praxiergidai (IG II2 776, de 250-240, inscription qui évoque aussi la prêtresse étéoboutade d’Athéna Polias), le décret des Salaminiens de 265/264 (Annexe 3.2, p. 423 ; Agora, 19. L 4b) et des Mésogéens (IG II2 1247), dont il n’est pas sûr qu’il s’agisse au sens strict d’un genos. Une grande partie des inscriptions provenant des genê éleusiniens ont récemment été redatées du ive siècle ou du iie siècle par Clinton, Inscriptions Eleusis, et S. Tracy, Attic Letter-Cutters of 229 to 86 BC, Berkeley, 1990 (ainsi IG II2 2944 = Clinton, Inscriptions Eleusis, no 236, serait de 140 : S. Tracy, op. cit., p. 149). Ne demeure que IG II2 1235 (Clinton, Inscriptions Eleusis, no 201) de 225, qui voit les Kérykes et Eumolpides célébrer un hiérophante. Toutes ces inscriptions sont dans leur forme dans la continuité absolue de celles de l’époque classique. La raréfaction de l’épigraphie des genê a même conduit S. Aleshire et S. D. Lambert, « The Attic Gene and the Athenian Religious Reform of 21 BC [ici S. D. Lambert] » (à paraître dans J. H. Richardson et F. Santangelo éd., Priests and State in the Roman World) à évoquer un relatif déclin des genê au début de l’époque hellénistique. Je remercie chaleureusement Stephen Lambert de m’avoir permis de prendre connaissance de cet article.

12 IGII2 2949 : Πιστοκράτης καὶ Ἀπολλόδωρος/ Σατύρου Αὐριδαι πομποστολήσαντες / καὶ ἄρχοντες γενόμενοι τοῦ γενοῦς / τῶν Βακχιαδῶν vacat ἀνέθηκαν. L’inscription a été trouvée dans le sanctuaire de Dionysos Eleutheros. Pour S. D. Lambert, « The Attic Genos Backhiadai and the City Dionysia », Historia, 47. 4, 1998, p. 394-403, ici p. 403, l’inscription daterait de 120-100.

13 J. Van Freeden, « Πιστοκράτης καὶ Ἀπολλόδωρος/ Σατύρου Αὐριδαις », ΖΡΕ, 61, 1985, ρ. 215-218. L’hypothèse s’appuie sur le fait que les deux archontes, frères, sont pythaistai paides, respectivement en 138/137 et en 128/127. Comme le remarque S. D. Lambert, art. cite (1998), p. 396, l’écart d’âge entre les deux frères laisse difficilement concevoir qu’ils aient pu être éphèbes en même temps.

14 S. D. Lambert, art. cité (1998), p. 394-403, ici p. 401 : If we find an Attic genos performing a role in archaic cult in the hellenistic period, it is probably legitimate to infer, in the absence of evidence of the contrary, that it also did in the classical. Rappelons à ce titre la remarque de Roussel, Tribu et cité, p. 65 : « On notera tout d’abord que ce n’est pas parce qu’un groupe social apparaît à une certaine époque comme voué au service d’un culte très ancien que l’origine de ce groupe doit nécessairement remonter très loin dans le passé. »

15 La description de l’organisation de la fête par l’Athenaiôn Politeia, 56. 4, sans l’exclure tout à fait, laisse difficilement concevoir l’intervention d’un genos : πομπῶν δ’ ἐπιμελεῖτ[αι τῆς τ]ε τῷ Ἀσκληπιῷ γιγνομένης, ὅταν οἰκουρῶσι μύσται, καὶ τῆς Διονυσίων τῶν μ[εγά]λων μετὰ τῶν ἐπιμελητῶν, οὓς πρότερον μὲν ὁ δῆμος ἐχειροτόνει δέκα ὄντας, κ[αὶ τὰ] εἰς τὴν πομπὴν ἀναλώματα παρ’αὑτῶ[ν] ἀνήλι[σ]κον, νῦν δ’ ἕνα τῆς φυλῆ[ς ἑκ]άστης κληροῖ, καὶ δίδωσιν εἰς τὴν κατασκευὴν ἑκατὸν μνᾶς. : « Il (l’archonte-roi) s’occupe aussi des processions : celle pour Asklepios quand les mystes restent à la maison ; celles des grandes Dionysies avec les épimélètes, qu’autrefois le peuple élisait à main levée, au nombre de dix, et qui prenaient à leur charge les dépenses de la procession ; maintenant il en tire au sort un par tribu et verse pour l’exécution cent mines » (trad. M. Sève).

16 E. Vanderpool, « The Genos Theoinidai Honors a Priestess of Nymphe », AJP , 100, 1979, p. 213-216. La datation de l’inscription ne peut se faire que sur critères paléographiques.

17 FDIII 2, 10, col. 2, l. 17.

18 IG II2 4991 (= S. Tracy, The Lettering of an Athenian Mason. Hesperia, suppl. XV, 1975, no 19, p. 80-81). Sur la foi d’une remarque de Pausanias l’Atticiste, citée par Eustathe, Il. 4. 666, N. Robertson, « The Ritual Background of the Erysichthon Story », AJP , 105, 1984, p. 369-408, a avancé que les amphithaleis du genos devaient intervenir dans le cadre des Pyanopsia. N. Robertson ajoute néanmoins sans la moindre preuve : The genos must be as ancient as any in Athens, though we first hear of it in documents of the later Hellenistic period (p. 387).

19 Erysichthon, fils de Cécrops, aurait fondé à Délos le premier sanctuaire et consacré la plus ancienne statue d’Apollon. Il aurait été l’initiateur des théories envoyées d’Attique à Délos et serait mort à son retour. Voir sur ce point G. Colin, Le culte d’Apollon Pythien à Athènes, Paris, 1905, p. 61. Par ailleurs, le tombeau d’Erysichthon, à en croire Pausanias l.31.2, serait dans le dème de Prasiai : ἔστι δὲ μνῆμα ἐπὶ Πρασιαῖς Ἐρυσίχθονος, ώς ἐκομίζετο ὀπίσω μετὰ τὴν θεωρίαν ἐκ Δήλου, γενομένης οἱ κατὰ τὸν πλοῦν τῆς τελευτῆς : « Il y a à Prasiai le tombeau d’Erysichthon, qui revenait de Délos après avoir conduit la théorie et mourut pendant la traversée » (trad. J. Pouilloux).

20 ID 1624 bis, 2515-18.

21 Sur le prêtre d’Apollon désigné annuellement, voir P. Roussel, Délos colonie athénienne, Paris, 1916, p. 211-212, et P. Bruneau, Recherches sur les cultes de Délos à l’époque hellénistique et impériale, Paris, 1970, p. 62-65.

22 Voir Parker, Athenian Religion, p. 289-290.

23 P. Roussel, « Deux familles athéniennes à Délos », BCH, 53, 1929, p. 166-184, ici p. 184, et P. Bruneau, op. cit., p. 64.

24 La Souda, Φιλλεῖδαι : γένος ἐστὶν Ἀθήνησιν· ἐκ δὲ τούτων ἡ ἱέρεια τῆς Δήμητρος καὶ Κόρης, ἡ μύουσα τοὺς μύστας ἐν Ἐλευσῖνι.

25 IG II2 2954 : Clinton, Inscriptions Eleusis, no 379 : θυγάτηρ ἱέρηα [τῆς] /[Δήμητρος καὶ Κόρης καὶ] τὰ γένη ἐξ ὧ[ν αἱ] /[ἱέρειαι γίγνονται ----]δαι, Φιλλεῖδα[ι] / [τὸν δεῖνα ἕνεκα τῆς εἰς αὐτ]ὰ ευεργεσίας. On peut concevoir que la prêtresse serait membre du groupe, malheureusement inconnu, mentionné avant les Philleidai. Il faut peut-être imaginer dans ce cas un tirage au sort entre les membres des différents groupes.

26 Voir par exemple Clinton, Inscriptions Eleusis, no 19, le calendrier de Nicomachos de la fin du ve siècle (SEG 42. 58, l. 73-76), ou Plutarque, Vie d’Alcibiade, 22. 5.

27 Clinton, Sacred Officials, p. 68-76, note qu’aucune lien familial entre les différentes prêtresses ne peut être démontré, ce qui constituerait une preuve du caractère non héréditaire de la transmission du sacerdoce. On peut se demander surtout si cela ne témoignerait pas de la non-continuité de l’attribution du sacerdoce au genos, qui n’est pas attestée avant le ier siècle de notre ère.

28 J. H. Blok et S. D. Lambert, « The Appointment of Priests in Attic Gene », ZPE, 169, 2009, p. 95-121, ici p. 119-120.

29 IG II2 2338 ; SEG 30. 99.

30 IG II2 2338, l. 8.

31 Contra Parker, Athenian Religion, p. 285-286.

32 Voir S. D. Lambert, « Aglauros, the Euenoridai and the Autochthon of Atlantis », ZPE, 167, 2008, p. 22-26. Lambert propose de mettre en rapport la découverte avec la mention du héros Euenor dans le récit de l’Atlantide du Critias (113a-b), ce qui pourrait laisser penser que le genos existait déjà à l’époque classique. En l’absence de toute autre attestation du genos, l’hypothèse reste très fragile.

33 Voir S. D. Lambert, art. cité (2008), p. 23-26.

34 IG II2 3678.

35 ID 66-67. Il s’agit de 2 petits monuments circulaires. ID 66 évoque un Τριτοπάτωρ/Πυρρακιδῶν/Αἰγιλιῶν, ID 67 des « νύμφαι/Πυρρακιδῶν ». Voir P. Roussel, art. cité, p. 169-179.

36 FD III 2,7, col. 1, l. 11 ; FD III 2, 8, col. 2, l. 6 ; FD III 2, 13, col. 1, l. 7 ; FD III 2, 10, col. 2, l. 17. Les Pyrrhakidai étaient le seul genos présent dans les 4 pythaïdes. K. Karila-Cohen, Les pythaïstes athéniens et leurs familles. Étude sur la religion à Athènes à la basse époque hellénistique ( iie- ier siècle avant J.-C.), 2 vol., thèse soutenue à l’université Paris 4 en 2003, p. 628, a montré que les noms des Pyrrhakidai ont été gravés sur les listes de 138/137 et de 106/105 en 98/97. Je remercie chaleureusement Karine Karila-Cohen pour m’avoir autorisé à consulter son travail.

37 Bourriot, Génos, p. 1161-1162, n. 230, a montré qu’il devait s’agir du dème d’Aigilia et non de l’île d’Aigilia. On comprendrait mal qu’il s’agisse d’une communauté de Déliens, comme le suggère Parker, Athenian Religion, p. 308, si ceux-ci font référence au dème d’Aigilia. Bourriot, Génos, p. 1168, considère qu’il s’agit d’une branche du genos qui se serait déplacée à Délos.

38 ID 1416 B, l. 57.

39 Voir chapitre 1, p. 76-78.

40 SEG 30. 85, de 37/36 (S. Follet, « Chronologie attique et chronologie delphique (iie s. av.J-C.-ier s. ap.) », Topoi, 8. 1, 1998, p. 259-260). L’inscription est divisée en deux parties : les l. 5-14 présentent la lettre du genos aux Delphiens, les l. 15-27 la réponse des Delphiens au genos.

41 IG II2 5007 présente un oracle gravé à la fin du ier siècle en lettres archaïsantes qui aurait été rendu à Harmodios et Aristogiton, leur ordonnant de sacrifier au héros Thriasios et de l’honorer après la réussite de leur entreprise (sur la date, voir P. Graindor, Album d’inscriptions uniques d’époque impériale avec notes, corrections et inédits, Gand, 1924, no 7, pl. 6). Les deux magistrats monétaires de 84, Mentor et Moschion, firent par ailleurs représenter sur les monnaies d’argent les tyranoctones Harmodios et Aristogiton, probablement en référence à l’épisode tyrannique d’Athenion (voir C. Habicht, « Zur Geschichte Athens in der Zeit Mithridates, VI », Chiron, 6, 1976, p. 127-142, ici p. 135-142). Il n’est pas impossible que les deux magistrats, probablement de Marathon, appartiennent au genos.

42 IG II2 3629-3630, probablement en rapport avec IG II2 4813, qui évoque un Apollon Γεφυραίῳ.

43 IG II2 5117 ; IG II2 5153.

44 IG II2 2670 (= Sh 146) confirme que le genos existe, ancré à Phlya, comme l’évoquent Pausanias et Plutarque, à l’époque classique. Le témoignage de Plutarque sur l’appartenance de Thémistocle aux Lycomides nous semble aussi incontestable (voir chapitre 1, p. 78-81). En revanche, les hypothèses de J. K. Davies, op. cit. (1971), p. 346, selon lequel le genos serait composé de deux branches, celle de Lycomedes et celle de Thémistocle, sont très fragiles.

45 Reconstruire le genos à l’époque archaïque à partir de ces données (dont une partie même est d’origine patristique) est très périlleux. Voir chapitre 1. Il nous semble largement préférable de concevoir plusieurs phases de construction du groupe et de ses traditions.

46 Plutarque, Vie de Thémistocle, 1 ; Hippolyte, Ref. omn. Haere, 5. 20. 4-6.

47 Pausanias, 4, 1. 8 :
θαύμασα δ’ ὡς σύμπαντα Λύκος Πανδιόνιος φὼς
Ἀτθίδος ἱερὰ ἔργα παρ’ Ἀνδανίῃ θέτο κεδνῇ.
« Et j’ai admiré comment Lycos, mortel enfant de Pandion,
Établit tous les rites sacrés d’Attique en la vénérable Andanie » (trad. J. Auberger).

48 Pausanias, 4, 1. 7 : ὡς δὲ ὁ Πανδίονος οὗτος ἦν Λύκος, δηλοῖ τὰ ἐπὶ τῇ εἰκόνι ἔπη τῇ Μεθάπου. Μετεκόσμησε γὰρ καὶ Μέθαπος τῆς τελετῆς ἔστιν ἅῥ ὁ δὲ Μέθαπος γένος μὲν ἦν Ἀθηναῖος, τελεστὴς δὲ καὶ ὀργίων [καὶ] παντοίων συνθέτης. : « Que ce Lykos soit le fils de Pandion, les vers inscrits sur la statue de Méthapos l’attestent, car Méthapos apporta aussi certaines modifications à l’ordonnance de la cérémonie des Mystères. Méthapos était Athénien de naissance, initiateur et organisateur de Mystères en tout genre » (trad. J. Auberger). Il est évidemment impossible de trancher concernant l’historicité présumée de Méthapos : H. Sauppe, « Die Mysterieninschrift aus Andania » [Ausgewählte Schriften, Berlin, 1896, p. 261-307, ici p. 265-266], et J. G. Frazer, Pausanias Description of Greece, III. Commentary of Books II-V, New York, 1965 (1re éd. 1898), p. 407, y ont reconnu un Athénien du ive siècle ; pour I. Loucas, « Le Daphnephorion de Phlya », Kernos, 3, 1990, p. 211-218, ici p. 215, Méthapos aurait vécu au temps de la seconde guerre de Messénie. Il nous paraît au moins tout aussi probable qu’il n’ait jamais existe...

49 N. Deshours, Les Mystères d’Andania. Étude d’épigraphie et d’histoire religieuse, Bordeaux, 2006, p. 216-217.

50 Comme l’a montré L. Piolot, la présentation des Mystères d’Andanie par Pausanias ne permet guère de rendre compte de la réalité du rite au début du ier siècle : L. Piolot, « Pausanias et les Mystères d Andanie. Histoire d’une aporie », dans J. Renard éd., Le Péloponnèse. Archéologie et Histoire, Rennes, 1999, p. 195-228. Pour N. Deshours, op. cit., p. 207-210, l’expression désignerait les Dioscures, alors que H. Sauppe, art. cité, p. 295, concevait un culte des Cabires.

51 N. Deshours, op. cit., p. 221.

52 Contra N. Robertson, « Melanthus, Codrus, Neleus, Caucon : Ritual Myth as Athenian History », GRBS , 29, 1988, p. 201-261, ici p. 254, et N. Deshours, op. cit., p. 217. Le seul indice est un décret honorifique d’époque impériale voté conjointement par les Lycomides et des Eumolpides : IG II2 3559. Il est tout à fait imprudent d’établir par ailleurs un lien entre Thémistocle d’Hagnonte le dadouque et le grand Thémistocle lycomide du ve siècle. Thémistocle d’Hagnonte n’est jamais identifié dans nos sources comme Lycomide.

53 Pausanias, 4, 1. 7.

54 La proximité entre Plutarque et les Lycomides est attestée par Hippolyte de Rome, qui utilise les dix livres écrits par Plutarque contre Empédocle pour décrire les cultes orgiastiques de Phlya, qu’il dit antérieurs même au culte éleusinien : Hippolyte, Ref. omn. Haere, 5, 20. 4-6. Par ailleurs, selon F. J. Frost, Plutarch’s Themistocles. A Historical Commentary, Princeton, 1980, p. 64-65, la prêtresse des Lycomides honorée par IG II2 3559 serait la belle-fille du maître de Plutarque Thrasyllos.

55 Les Euneidai, dans les Pythaïdes de 106/105 et 97/96 : FD III 2, 13, l. 13 et FD III 2, 10, l. 27. Il reste par ailleurs à déterminer l’identité du genos finissant en-ντίδαι dans la Pythaïde de 106/105 (FD III 2, 30, l. 1-2).

56 IG II2 5056 et 5060.

57 Harpocration, s. v. Εὐνεῖδαι.

58 Voir en particulier I. Bekker, Anecdota Graeca, I. 221.8 (sous la forme Bouzugia) ; Photius, Bouzugis ; Scholiaste d’Eschine, 2. 78 ; Scholiaste d’Aelius Aristide, 130. 13.

59 Bourriot, Génos, p. 1281-1286. Sur les attestations littéraires de l’époque classique, voir en particulier Aristophane, Lysistrata, 397, Eschine, 2. 78. Sur le Bouzygès dans l’épigraphie hellénistique et impériale : SEG 30. 85. l. 10-11, l. 18-19, IG II2 3177, IG II2 5055, IG II2 5075, IG II2 1092 B. l. 32. Il n’est jamais fait référence à un genos des Bouzygai.

60 C’est l’hypothèse de Parker, Athenian Religion, p. 287.

61 Par rapport à la liste exhaustive proposée par Parker, Athenian Religion, p. 284-327, nous ne dénombrons pas les Philaidai, de même que les 4 genê dont la fonction n’est pas définie par Hésychius (voir Parker, Athenian Religion, p. 327) ; nous admettons en revanche dans le calcul les Bruthakes, les Kodeies et les Thurgonidai, même si nous ne disposons d’aucune information solide à leur sujet (voir respectivement Parker, Athenian Religion, p. 320 et p. 325).

62 Sur le rôle des traités peri genôn dans les notices des lexicographes, voir F. Jacoby, FGrH, Drifter Teil b. Kommentar zu nr. 297-607, Berlin, 1958, p. 111-112.

63 FG rH 344 : καθὰ φησι Δράκων Περὶ γενῶν. FGrH 345 : διείλεκται περὶ τοῦ καθέτου Μελίτων ἐν α Περὶ τῶν Ἀθήνησι γενῶν.

64 J. Kirchner, Prosopographia Attica, no 4555, F. Jacoby, FGrH, Drifter Teil b. Kommentar zu nr. 297-607, Berlin, 1958, p. 111, et Bourriot, Génos, p. 42, ont considéré qu’il s’agissait du fils d’Ophélos de Batè, épimélète de Délos en 147/146 (LGPN, 5). Le lexicographe ayant consigné la référence sous la rubrique Etéoboutadai, on peut penser que Dracon était étéoboutade. J. Tréheux et P. Charneux, « Décret des Athéniens de Délos en l’honneur d’un épimélète de l’île », BCH, 122, 1998, p. 239-276, icip. 254, refusent d’établir un lien avec l’épimélète Ophélos sous le prétexte que la famille n’est pas spécifiquement connue comme Étéoboutade : la réserve nous semble excessive. Notons qu’il existait toutefois au iie siècle, contrairement à ce que pensaient Kirchner, Jacoby et Bourriot, deux Dracon, fils d Ophélas de Batè, membres de la même famille (J. Tréheux et P. Charneux, art. cité, p. 254-255).

65 F. Jacoby, FGrH, Dritter Teil b. Kommentar zu nr. 297-607, Berlin, 1958, p. 112.

66 LGPN II, p. 303. On connaît 6 Méliton athéniens entre le milieu du iie siècle et le milieu du ier siècle, et trois Méliton postérieurs à 50 ap. J.-C.

67 Clinton, Inscriptions Eleusis, no 275, l. 3-5 (= IG II2 3490). Sur l’ensemble de ces recherches des traditions, voir J. H. Oliver, The Athenian Expounders of the Sacred and Ancestral Law, Baltimore, 1950, p. 50-51.

68 Cicéron, Lettre à Atticus, l. 9 : « Thyillus te prie, et moi aussi, à sa prière, de le renseigner sur les traditions des Eumolpides (Eumolpidôn patria) ».

69 FGrH 346. Le personnage est aussi mentionné dans l’Etym. Magnum sans précisions de dates. F. Jacoby, FG rH, Dritter Teil b. Kommentar zu nr. 297-607, Berlin, 1958, p.112, situe son activité entre 100 avant notre ère et 50 après notre ère.

70 Clinton, Inscriptions Eleusis, no 300, l. 63-64 (de 21/20).

71 Pour une présentation générale du mouvement archaïsant dans l’art athénien hellénistique, voir J. J. Pollitt, Art in the Hellenistic Age, Cambridge, 1986, p. 164-184, qui distingue trois types d’archaïsme différents, l’emblématique, le représentatif, le compréhensif (p. 182). Voir aussi sur la question les remarques de A. S. Chankowski, « Processions et cérémonies d’accueil : une image de la cité de la basse époque hellénistique ? », dans P. Frôhlich et C. Müller éd., op. cit., p. 185-206 : « Le conservatisme des cités de la basse époque hellénistique, qui utilisent le modèle classique de la cité comme un instrument lui permettant de manifester l’organisation séculaire et (presque) immuable de la communauté » (p. 206).

72 Sur la réélaboration des Theseia après 165/164 ou 161/160, voir Mikalson, Religion in Hellenistic Athens, p. 252-253. Sur les Thargelia : SEG 21. 469 C, de 129/128.

73 K. Karila-Cohen, op. cit., p. 709, montre par exemple que l’accroissement et la complexité du cortege des Pythaïstes après 106/105 tiennent à la place sans cesse grandissante donnée aux familles sacerdotales.

74 B. Le Guen, Les associations de technites dionysiaques à l’époque hellénistique, Nancy 2001 no 10, l. 5-6.

75 E. Perrin-Saminadayar, art. cité (2005), et, surtout, K. Karila-Cohen, op. cit.

76 Habicht, Athènes hellénistique, p. 357.

77 Habicht, Athènes hellénistique, p. 317-318.

78 Ps-Plutarque, Vie de Lycurgue, 843 a-b. Pour l’ensemble du stemma, voir E. Perrin-Samidanayar, op. cit. (2005), annexe I, p. 404.

79 Ps-Plutarque, Vie de Lycurgue, 843 b.

80 Clinton, Inscriptions Eleusis, no 275 : IG II2 3490.

81 SEG 30. 93, l.21-22.

82 SEG 30. 93 et Ps.-Plutarque, Vie de Lycurgue, 843 c.

83 Clinton, Inscriptions Eleusis, no 298 et no 301 : IG II2 3509-3510.

84 E. Perrin-Samidanayar, art. cité (2005), p. 66.

85 D. J. Geagan, « A Family of Marathon and Social Mobility in Athens of the First Century BC », Phoenix, 46, 1992, p. 29-44. Pour l’ensemble du stemma, voir K. Karila-Cohen, op. cit., P-743, p. 243-248.

86 SEG 30. 85, l. 20-21.

87 ID 1592, 1593, 1594, 1605, 1626, 2515, 2516, 2517, 2518. S. Follet, « Les deux archontes Pamménès », REG, 113, 2000, p. 189-192, a montré que la prêtrise devait avoir été exercée entre 21 et 12.

88 Clinton, Inscriptions Eleusis, no 324 (= IG II2 3523) ; Clinton, Inscriptions Eleusis, no 336 (= IG II2 3524), de 25 ap. J.-C. : on reconnaît le démotique de Marathon mais l’identité de l’individu n’est pas assurée.

89 IG II2 5477.

90 En effet, Diopeithès d’Halai, neveu de Théophilos, est mentionné comme amphithalês parmi les Erysichthonides : IG II2 4991 (= S. Tracy, The Lettering of an Athenian Mason, Hesperia, suppl. XV, 1975, no 19, p. 80-81, l. 26).

91 SEG 30. 93, l. 7 et l. 20.

92 SEG 30. 85, l. 19-20.

93 Un autre exemple a été mis en lumière par J. Tréheux et P. Charneux, art. cité, qui étudient la famille de Batè qui fournit au milieu du iie siècle l’épimélète de l’île Ophélas, fils d’Habron de Batè. En 106/105, cette famille est enregistrée parmi les Eupatrides lors des Pythaïdes (FD III 2, 13, l. 3-5). La même année, la famille fournit un pythaïste ek... -ntidôn (FD III 2, 30, l. 1-2). On a donc là une famille qui appartient à un genos et aux Eupatrides. Par ailleurs, elle appartient très certainement aussi aux Étéoboutades. Sur la famille, voir le stemma dans K. Karila-Cohen, op. cit, p. 131. Selon K. Karila-Cohen, op. cit., p. 631-632 : « Il n’y a donc pour cette famille d’Eupatrides que des présomptions d’appartenance à un genos, mais assez nombreuses. »

94 L’appartenance de Philippè aux Étéoboutades : Ps.-Plutarque, Vie de Lycurgue, 843b.

95 E. Perrin-Samidanayar, art. cité (2005b), p. 66.

96 Voir sur ce point J. H. Blok et S. D. Lambert, art. cité (2009), p. 102-104.

97 P. Roussel, art. cité (1929), p. 182. Les membres de la famille de Diodoros d’Halai sont dès 100 membre du genos des Erysichthonides (IG II2 4991, avec les corrections de Hesperia, suppl. 15, 1975, p· 80, no 19, l. 26). Ce n’est que dans le dernier quart du ier siècle que Pamménès de Marathon est prêtre d’Apollon à Délos. Pour K. Karila-Cohen, op. cit., p. 650, les deux branches attestées seraient trop éloignées pour que les deux familles n appartiennent pas préalablement aux Erysichthonides. On n’en sait toutefois pas assez des règles de transmission de l’affiliation au genos à cette époque pour pouvoir l’avancer.

98 C’est l’hypothèse de K. Karila-Cohen, op. cit., p. 650-651, mais il n’existe pas d’arguments probants.

99 Selon l’expression gond de suivi du patronyme et, parfois, du démotique de naissance. Ainsi, Πραζικλῆς / Εὐφρονίου / γόνῳ δὲ / Καλλικράτου / Θορικίου (IG II2 6239) est Praxiclès, fils adoptif d’Euphronios et fils naturel de Kallistratos de Thorikos.

100 L. Rubinstein, L. Bjertrup, Μ. H. Hansen, T. Heine Nielsen et T. Verstegaard, « Adoption in Hellenistic and Roman Athens », C§M, 42, 1991, p. 139-151, ont identifié 36 cas d’adoption dans l’épigraphie hellénistique et impériale athénienne. Loin de disparaître à la fin du ive siècle, l’adoption apparaît ainsi comme une réalité bien vivante de l’Athènes hellénistique et impériale, particulièrement au sein de l’élite citoyenne (p. 146).

101 V. Gabrielsen, The Naval Aristocracy of Hellenistic Rhodes, Aarhus, 1997, p. 112-120, p. 137-140. La régularisation de cette pratique au sein de l’élite rhodienne ne serait pas antérieure aux années 230. 95 des 229 prêtres d’Athéna Lindia connus ont été adoptés.

102 Ainsi, à la fin du ier siècle, parmi les Kérykes, Sophocle, dont le père naturel est Dionysodoros de Deiradiôtès, est adopté par Philotas de Sounion (Clinton, Inscriptions Eleusis, no 300, l. 27-28). Peut-être est-ce par cette adoption qu’il devint membre des Kérykes (Clinton, Inscriptions Eleusis, no 300, l. 27-28). Un autre cas révèle la persistance des liens de l’adopté avec son oikos d’origine : un certain Eudemos a été adopté par Sarapion de Mélité, son père naturel étant Gorgippos (FD III 2, 8, l. 7). Or, Clinton, Inscriptions Eleusis, no 300, l. 15, mentionne un Gorgippos, fils d’Eudemos de Mélité fils de Sarapion, qui est probablement membre des Kérykes. On peut penser qu’Eudemos a donné à son fils le nom de son oikos d’origine, l’adoption ayant eu au moins en partie pour objet l’intégration au sein des Kérykes.

103 Il apparaît difficile de voir en revanche dans la mention du double patronyme une insistance sur la dimension proprement citoyenne des individus (contra L. Rubinstein et alii, art. cit., p. 147-148, dont l’approche reste marquée par l’idée d’un déclin de l’identité civique à la basse époque hellénistique).

104 Sans souscrire entièrement aux thèses de A. Duplouy, « Les Eupatrides d’Athènes, “nobles défenseurs de leur patrie », CCGG, 14, 2003, p. 7-22 – notamment en ce qui concerne le rôle prétendu des Eupatrides dans la libération de la tyrannie à la fin du vie siècle –, on peut s’accorder sur ce simple fait : les Eupatrides à l’époque archaïque et classique ne constituent pas un genos.

105 FD III 2, 7, col. B, l. 1 ; FD III 2, 13, l. 3.

106 On identifie précisément 3 des 8 familles. Ces trois familles appartiennent à chaque fois à plusieurs genê. Voir K. Karila-Cohen, op. cit., p. 633 : « La prosopographie de ces huit familles n’apporte donc pas de conclusion certaine, mais elle n’interdit pas de penser que les Eupatrides forment bien une catégorie sociale pour la définition de laquelle l’appartenance à un genos joue un rôle. »

107 J. Martha, Les sacerdoces athéniens, Paris, 1882, p. 37, pense qu’à l’exception des Étéoboutades, on devait procéder par élection. J. Toepffer, Attische Genealogie, Berlin, 1889, p. 124-127, défend le principe de la transmission héréditaire. Clinton, Sacred Officials, p. 67, soutient l’idée d’une élection concernant les genê éleusiniens. Bourriot, Génos, p. 1342-1344, défend l’idée d’un tirage au sort. Roussel, Tribu et cité, p. 70, est hésitant. Sur cette question, l’article de S. Aleshire, « The Demos and the Priests : The Selection of Sacred Officials at Athens from Cleistenes to Augustus », dans R. Osborne et S. Hornblower éd., Ritual, Finance, Politics. Athenian Democratic Accounts Presented to David Lewis, Oxford, 1994, p. 326-337, en faisant l’hypothèse d’un tirage au sort sur liste restreinte, a constitué une avancée décisive. Très récemment, J. H. Blok et S. D. Lambert, art. cité (2009), ont repris l’ensemble du dossier pour conclure en faveur du tirage au sort.

108 Rhodes-Osborne, no 37, l. 12-14 (trad. P. Brun) (Annexe 3.1, p. 417).

109 SEG 25. 140, l. 3-4 ( : IG II2 1146).

110 Sur l’historiographie des interprétations de l’inscription, voir Bourriot, Génos, p. 1342, n. 593, auquel il convient d’ajouter désormais M. Christopoulos, « Poseidon Erechtheus and erechtheis thalassa », dans R. Hägg éd., Ancient Greek Cult Practice from the Epigraphical Evidence, Stockholm, 1994, p. 123-130, ici p. 124, Parker, Athenian Religion, p. 292, et J. H. Blok et S. D. Lambert (2009), p. 98.

111 Aristote, Athenaion Politeia, frgt. 3 (trad. M. Sève).

112 D. M. Lewis, « Notes on Attic Inscriptions, II. 23, Who was Lysistrata ? », ABSA, 50, 1955, p. 7-12.

113 S. Aleshire, art. cité (1994), p. 333.

114 J. H. Blok et S. D. Lambert, art. cité (2009), p. 105-109.

115 Les prêtrises civiques athéniennes étaient désignées par tirage au sort et, semble-t-il, renouvelées annuellement : voir Parker, Athenian Religion, p. 127-128. Sur la foi d’une restitution contestable de dia bio désormais abandonnée en IG I3 35 et 36, l. 3-4, on a pu avancer que la prêtrise d’Athéna Nikè était détenue pour la vie : le fait reste encore largement incertain.

116 Ps-Plutarque, Vie des dix orateurs, 843 b (trad. F. Durrbach modifiée).

117 Ps-Plutarque, Vie des dix orateurs, 843 f.

118 Ps-Plutarque, Vie des dix orateurs, 843 f (trad. F. Durrbach).

119 C’est d’ailleurs en ce sens que l’avait compris J. Martha, Les sacerdoces athéniens, Paris, 1882, p. 34, qui proposait la traduction suivante de l’extrait : « Habron, qui, après avoir obtenu par le sort la prêtrise patrimoniale, l’avait cédée à son frère Lycophron. »

120 J. K. Davies, op. cit. (1971), p. 348-349, avait noté l’anomalie, sans reconnaître toutefois que la prêtrise de Poséidon Erechthée devait être à l’époque classique tirée au sort à l’intérieur du genos.

121 Tel est nous semble-t-il le sens qu’impose l’usage de Διατάσσω au moyen, conformément à son emploi chez Plutarque, Moralia, 1129 a. La traduction de F. Durrbach, qui comprend que Thémistocle aurait hérité de la prêtrise, apparaît à cet égard très douteuse. S. Aleshire et S. D. Lambert, art, cité (à paraître) [S. Aleshire], traduisent au contraire διετάξατο par « il a réorganisé ». Thémistocle serait ainsi à l’origine d’une véritable réorganisation du sacerdoce. Il nous semble que le contexte généalogique de l’extrait recommande plutôt la première interprétation.

122 Le fils de Thémistocle, Théophraste, est dadouque vers 25 (Clinton, Inscriptions Eleusis, no 298), ce qui laisse penser que lorsque le dêmos honore Thémistocle en 21/20 (Clinton, Inscriptions Eleusis, no 300), il n’était déjà plus dadouque. L’ampleur du décret indique en outre que la dadouquie de Thémistocle fut probablement longue. On peut donc concevoir une dadouquie inaugurée à la fin des années 70 ou au début des années 60. Pythaïste-enfant en 128/127, Médeios du Pirée Il est né très certainement au début de la décennie 130. Il aurait donc 70 ans vers 70. Si tel n’est pas le cas, peut-être Dioclès de Mélitè, beau-père de Thémistocle et neveu de Médeios, a pu être prêtre entre Médeios et Thémistocle. Fils de Philippè, prêtresse d’Athéna Polias, et époux d’Hédistè, fille d’Habron, descendante de Lycurgue, il était évidemment étéoboutade (c’est la suggestion de K. Karila-Cohen, op. cit., p. 631). On connaît un autre cas de transmission probable par-delà une génération, entre grand-père et petit fils, avec le sacerdoce d’exégète des Eumolpides que Médeios du Pirée I aurait transmis à Médeios du Pirée III.

123 Clinton, Sacred Officials, p. 10, et, désormais, J. H. Blok et S. D. Lambert, art. cité (2009), p. 115-116.

124 Clinton, Sacred Officials, p. 37, n. 4.

125 Il s’agit d’Archias, mentionné par [Démosthène], 59. 117.

126 Clinton, Inscriptions Eleusis, no 233 (1re éd. : B. Meritt, Hesperia, 11, 1942, no 58, p. 293-298). Voir les commentaires de Clinton, Sacred Officials, p. 24-27.

127 IG II2 2332, l. 50-52. Voir Clinton, Sacred Officials, p. 27.

128 Clinton, Inscriptions Eleusis, no 233, l. 7, indique qu’il devint hiérophante sous l’archontat d Hermogène, qu’on date de 183-182. On dispose en effet d’un deuxième décret en son honneur gravé, semble-t-il vers 149/148 : Clinton, Inscriptions Eleusis, no 234. Par ailleurs, IG II2 1934 évoque un hiérophante fils de Nouphradès de Perithoidai. S. Tracy, op. cit., p. 155-156, a redaté l’inscription, qu’on croyait du ive siècle, autour de 170-150. Il s’agit très certainement d’Aristoclès puisqu’en 230/229, est mentionné un Nouphradès père d’Aristoclès (SEG 22. 101, l. 25).

129 Clinton, Inscriptions Eleusis, no 235 (=IG II2 3469) : Ἱεροφάντ[ης] Ἀμυνόμαχ[ος]/Εὐκλέ[ους Ἁλ]αιεύς.

130 IG II2 2452. Sur l’inscription, voir Clinton, Sacred Officials, p. 28, S. Tracy, op. cit., p. 214-215, qui la date de 105-95, et les remarques générales de S. Dow, « Catalogui generis incerti IG II2 2364-2489. A Check-List », Ancient World, 8, 1983, p. 95-106.

131 On ne peut suivre à ce titre Clinton, Sacred Officials, p. 28, qui imagine les trois hiérophantes se succéder dans l’ordre.

132 Il est probable que le fils d’Eustrophos du Pirée soit Theodotos, fils d’Eustrophos du Pirée, honoré par le « dème non officiel » des Salaminiens en 131 (IG II2 1227). Ménecleides fils de Théophémos est hiérophante à l’extrême fin du iie siècle (Clinton, Inscriptions Eleusis, no 242 : IG II2 3512). Notons que sa fille est prêtresse de Déméter à la fin du iie siècle (Clinton, Inscriptions Eleusis, no 243), ce qui laisse penser soit que l’oikos était aussi membre des Philleidai soit qu’à cette date les Eumolpides détenaient le sacerdoce. Le fils de Ménecleidès en IG II2 2452 ne peut être que le fils du hiérophante, lui-même hiérophante dans les premières décennies du ier siècle.

133 Habicht, Athènes hellénistique, p. 357, et E. Perrin-Samidanayar, art. cité (2005). Pour Clinton, Sacred Officials, p. 67, l’alternance entre les deux familles devait se faire sur la base de la séniorité.

134 Pour le stemma d’ensemble, voir E. Perrin-Samidanayar, art. cité (2005), Annexe 1, p. 404.

135 Habicht, Athènes hellénistique, p. 357.

136 Voir Clinton, Sacred Officials, p. 47-50, qui reprend la démonstration de P. Foucart, Les Mystères d’Éleusis, Paris, 1914, p. 191, et, désormais, J. H. Blok et S. D. Lambert, art. cité (2009), p. 118-119.

137 Clinton, Inscriptions Eleusis, no 300, l. 37-38.

138 Ainsi, dans la tribu Hippothontis, une même famille de Gargettos détient le sacerdoce du culte du héros éponyme tout au long du iisiècle : voir la démonstration de B. D. Meritt, Hesperia, 21, 1952, p. 362-363.

139 L’hypothèse a été avancée par C. Habicht, Studien zurgeschichte Athens in hellenistischer Zeit, Gottingen, 1982, p. 84 n. 32, et Habicht, Athènes hellénistique, p. 201. Elle repose fondamentalement sur la mention d’un Mikion de Kephisia prêtre du Dêmos et des Charites vers 190 (IG II2 2798) et les frappes monétaires d’un descendant de la famille en 122/121 qui évoqueraient la relation de la famille avec le culte (voir M. Thompson, The New Silver Coinage of Athens, New York, 1961, p. 604). La mention d’Eurycleidès de Kephisia en IG II2 4676 ne repose toutefois que sur la restitution très aléatoire de L. Moretti, Iscrizioni storiche ellenistiche, Florence, 1976, no 27, p. 58.

140 Parmi les 5 familles identifiées par C. Habicht, op. cit. (1982), p. 178-197, comme constituant l’élite politique de la cité depuis 229 jusqu’au milieu du iie siècle – celles d’Eurycleidès et Mikion de Kephisia, Dromeas d’Erchia, Alexion et Speusippos d’Azénia, Echedemos de Kydathenaion et Leon et Kichesias d’Aixonè –, aucune ne semble avoir particulièrement mis en valeur la détention de prêtrise civique. Ainsi, si Eurycleidès et Mikion de Kephisia ont été célébrés comme prêtres du Démos et des Charites par des membres de leur famille, cette mise en scène n’est pas antérieure à la seconde moitié du iie siècle.

141 E. Perrin-Samidanayar, art. cit (2005), p. 67, précise même, de façon peut-être excessive : « Il faut donc inverser le rapport que l’on présente souvent entre religion et politique : ce n’est pas parce qu’ils contrôlent les principales magistratures qu’on retrouve les personnages du stemma dans les fonctions sacerdotales les plus glorieuses ; c’est parce qu’ils exercent ces dernières et qu’ils les utilisent qu’ils peuvent occuper les devants de la scène politique. »

142 Voir les conclusions dans ce sens de Mikalson, Religion in Hellenistic Athens, p. 310-311, et les remarques de S. Aleshire et S. D. Lambert, « Making the Peplos of Athena. A New Edition of IG II2 1060 + IG II2 1036 », Zpe, 142, 2003, p. 65-86, ici p. 86.

143 Habicht, Athènes hellénistique, p. 317.

144 Voir par exemple en ce sens B. Dreyer, « Wann endet die klassische Demokratie Athens ? » AncSociety, 31, 2001, p. 27-66, ici p. 54-57 et p. 65, et, semble-t-il, R. S. Fischer, From Polis to Province : An Analysis of the Athenian Governing Class from 16716 BC to 13/4 AD, diss., McMaster University, Hamilton, 1986 (cité par D. J. Geagan, art. cité (1992)).

145 On dispose en effet d’un cas intéressant avec la famille de Pyrrhos et Byttakos de Lamptrai qui, à la fin du iie siècle, ne semble associée à aucun genos. Les deux individus sont pythaïstes en dehors de toute affiliation à un genos. Byttakos est hippeus pythaïste (FD III 2, 28, l. 16), gymnasiarque à Délos en 104/103 (ID 2599, l. 3), épimélète du Pirée (IG II2 2336, 102/101), et prêtre à Délos ( ID 2041, l. 2). Pyrrhos de Lamptra sera directeur de la dêmosia trapeza à Délos ( IG II2 2336, l. 268).

146 Voir en particulier Démosthène, 57. 46.

147 A. Duplouy, op. cit. (2006), p. 56.

148 S. Tracy, op. cit., p. 190-191, grâce à l’étude de la « main » du graveur, a abaissé la date de l’inscription, jusque-là traditionnellement fixée autour de 150.

149 IG II2 3474.

150 L’expression ἐξ αἵματος est courante en revanche dans le cadre des affranchissements. Ainsi, dans le recueil de P. M. Petsas, Μ. B. Hatzopoulos, L. Gounaropoulou et P. Paschidis, Inscriptions du sanctuaire de la Mère des dieux autochthones de Leukopetra (Macédoine), Paris/Athènes, 2000, ἐξ αἵματος a le sens de « depuis la naissance » (no 39, l. 7 ; no 71, l. 8 ; 86, l. 12 ; no 103, l. 12-13 ; no 128, l. 5-6).

151 Par exemple pour désigner la filiation entre Héraclès et Zeus : Iliade, 19. 111 : oῖ σῆς ἐξ αἵματος εἰσι γενέθλης.

152 Voir V. Sébillotte, Libérez la patrie. Patriotisme et politique en Grèce ancienne, Paris, 2006, p. 308.

153 C’est la proposition par exemple de Osborne, Naturalization, vol. III, p. 92-93. On considère traditionnellement que Pausimachos est le petit-fils d’un Pausimachos du dème de Colone, connu au milieu du iiie siècle (SEG 32. 118, col. 2, l. 50). L’identité citoyenne de Diogène reste par ailleurs très discutée. Sur l’hypothèse, extrêmement incertaine, d’un lien avec Lycurgue, par l’intermédiaire d’une branche des Étéoboutades localisée dans le dème de Batè et à laquelle Philtera pourrait appartenir, voir J. H. Blok et S. D. Lambert, art. cité (2009), p. 109.

154 Voir F. Quass, op. cit., avec les remarques de P. Gauthier, BE, 1994, no 194, p. 506. F. Quass, op. cit., p. 62-67, insiste par ailleurs sur la dimension souvent fictive des liens reconstruits. Il paraît important à cet égard de préciser le danger qu’il y a à faire comme on l’a longtemps fait des prosopographies de l’élite athénienne sur la base de leur appartenance à un genos, en supposant une relation parentale entre deux membres d’une même communauté. Cette relation est très souvent à l’époque hellénistique une construction des acteurs qui, dans le cadre de stratégies de distinction, mobilisent l’affiliation à un genos pour célébrer un oikos fictif. C’est encore une fois confondre genos et oikos.

155 Sur la notion de progonikè aretê dans les décrets honorifiques de la basse époque hellénistique, voir les remarques de P. Hamon, « Élites dirigeantes et processus d’aristocratisation à l’époque hellénistique », dans H.-L. Fernoux et C. Stein éd., Aristocratie antique : modèles et exemplarité sociale, Dijon, 2007, p. 79-100, ici p. 96.

156 Voir chapitre 5, p. 385-387.

157 Il est difficile de déterminer la source d’information de Pausanias, mais, comme en a fait l’hypothèse W. Geominy, « Eleusinische Priester », dans H.-U. Cain, H. Gabelmann et D. Salzmann éd., Festschrift fur Nikolaus Himmelmann, Mayence, 1989, p. 253-264, p. 258, un épigramme semble le plus probable. Cette Akestion est connue par ailleurs comme ergastine en 103/102 : IG II2 1034, 23.

158 Pausanias 1, 31.7 (trad. J. Pouilloux).

159 Voir chapitre 5. III. D. 3.

160 Clinton, Inscriptions Eleusis, no 300, l. 38.

161 Clinton, Inscriptions Eleusis, no 300, l. 33.

162 Clinton, Inscriptions Eleusis, no 285 (post mi-ier) ; Clinton, Inscriptions Eleusis, no 298 (post mi-ier) ; Clinton, Inscriptions Eleusis, no 301 (vers 20).

163 Ps.-Plutarque, Vie de Lycurgue, 843 e-f (trad. F. Durrbach modifiée : nous reprenons la traduction de J. Martha pour le passage controversé concernant la dévolution de la prêtrise de Poséidon à Habron).

164 C’est probablement ce pinax qu’a vu Pausanias, 1, 26. 5 : γραφαὶ δὲ ἐπὶ τῶν τοίχων τοῦ γένους εἰσὶ τοῦ Βουταδῶν : « Des tableaux aux murs représentent le genos des Boutades. » Sur le pinax, voir C. Löhr, Griechische Familienweihungen. Untersuchungen einer Repräsentationsform von ihren Anfängen bis zum Ende des 4. Jhs. v. Chr., Rhaden /Westf., 2000, no 167, p. 147.

165 Le point est noté par B. Hintzen-Bohlen, « Die Familiengruppe – Ein Mittel zur Selbstdarstellung hellenistischer Herrscher », JdI, 105, 1990, p. 129-154, ici p. 153, et C. Löhr, op. cit., p. 160. Ce groupe statuaire a du être édifié à l’extrême fin du ive siècle ou au début du iiie siècle, peut-être entre 307 et 290, et Kephisodotos le jeune et Timarchos en sont les auteurs (voir sur ces deux scuplteurs les remarques de P. Schultz, « Kephisodotos the Younger », et R. van den Hoff, « Tradition and Innovation : Portraits and Dedications on the Early Hellenistic Akropolis », dans O. Paliaga et S. V. Tracy éd., op. cit., respectivement p. 186-193, ici p. 189, et p. 173-185, ici p. 179).

166 C. Löhr, op. cit., p. 147.

167 L’hypothèse a été partiellement avancée par J. H. Oliver, « From Gennetai to Curiales », Hesperia, 49, 1980, p. 30-56, sans donner lieu toutefois à de véritables discussions, à l’exception de l’article poshtume de S. Aleshire : S. Aleshire et S. D. Lambert, « The Attic Gene and the Athenian Religious Reform of 21 BC » (à paraître dans J. H. Richardson et F. Santangelo éd., Priests and State in the Roman World).

168 Comme l’a montré Habicht, Athènes hellénistique, p. 347-349, sous le terme de constitution postsyllanienne, il convient d’entendre non pas une constitution octroyée par Sylla mais une nouvelle politeia mise en place par les partisans des Romains à Athènes, et dont les débuts du ier siècle présentaient certains signes annonciateurs. Habicht, Athènes hellénistique, p. 349, note néanmoins : « On ne sait pas du tout si l’on a affaire à de véritables modifications constitutionnelles, dues à l’action de Rome, ou s’il s’agit simplement de variantes de caractère technique et sans portée politique. »

169 Il s’agit très certainement de Théophémos de Kydathenaion. Le fils ou le neveu du hiérophante serait Théophémos, archonte éponyme en 61/60 et président de l’Aréopage en 56/55 (Habicht, Athènes hellénistique, p. 356).

170 Clinton, Inscriptions Eleusis, no 300, l. 67-68.

171 Sur la procédure d’apographê, voir L. Gernet, Dèmosthène, Plaidoyers civils, t. III, qui précise p. 82 : « Le verbe (apographein) siginifie proprement dresser l’inventaire de biens dénoncés comme appartenant à la cité. » Voir aussi A. R. V. Harrisson, The Law of Athens, Oxford, 1971, t. II, p. 211-217, ici p. 211, et K. Hallof, « Der Verkauf konfiszierten Vermögens vor den Poleten in Athen », Klio, 72, 1990, p. 402-426, ici p. 405. Sur le rôle joué par les démarques dans la procédure à l’époque classique, voir M. Faraguna, « Registrazioni catastali nel mondo greco : il caso di Atene », Athenaeum, 85, 1997, p. 7-33, ici p. 23-26. Dans certains contextes, non athéniens, le terme ne désigne qu’une opération de publication : ainsi a Cyzique, l’ apographê est une declaration de mariage effectuée devant le cosmophylaque : M. Sève, « Un décret de consolation à Cyzique », BCH, 103, 1979, p. 327-359, ici p. 354.

172 Contra Clinton, Sacred Officials, p. 56, qui comprend l’apographê comme la simple publication de la liste des membres du genos. Or, le terme d’apographê en contexte attique implique une évaluation des biens – un census en somme.

173 Sur la datation du décret, voir G. C. R. Schmalz, Augustan and Julio-Claudian Athens. A New Epigraphy and Prosopography, Leyde, 2009, p. 66-67 et p. 80-82.

174 IG II2 2338. L’écart maximal est entre l’Erechtheide, dont 10 membres sont Amynandridai, et l’Acamantide qui en comporte 7.

175 IG II2 2339 (republiée par D. J. Geagan, The Athenian Constitution after Sylla, Princeton, 1967, appendice III, p. 163-186, avec un commentaire approfondi : SEG 24. 200) et IG II2 2340. Il est possible toutefois qu’IG II2 2339 présente une liste d’initiés et non de membre des Kérykes.

176 IG II2 1078, l. 39 (postérieur à 220 de notre ère) : le tamias est responsable de l’érection de la stèle. Or, dans le décret des Eumolpides et Kérykes, Clinton, Inscriptions Eleusis, no 201 (IG II2 1235), l. 24, de 225 av. notre ère, la publication de la stèle est sous la responsabilité des archontes. Peut-être la charge de tamias au sein des genê est-elle une création de l’époque impériale.

177 SEG 30. 99, l. 7-8 : ----διατελεῖ] / τῷ δήμῳ τῷ Ἀθηναίω [ν διαφυλάττων----. On peut sans doute restituer l. 7 εὔνους διατελεῖ.

178 P. Graindor, « Inscriptions attiques d’époque romaine », BCH, 51, 1927, p. 245-247, pensait que le décret avait été promulgué en l’honneur d’un souverain étranger, ce qui ne peut constituer qu’une hypothèse, assez improbable : on ne connaît pas de décrets passés par un genos en l’honneur d’un souverain et les restitutions de la ligne 7 restent assez aléatoires (voir J. Oliver, op. cit. (1980), p. 47).

179 J. Oliver, art. cité (1980), p. 45.

180 Le seul élément qui pourrait confirmer l’hypothèse d’une réorganisation sous la forme de curies est l’extrait de La vie des sophistes, 2. 3, de Philostrate, affirmant que Claudius Atticus, lorsqu’il sacrifiait une hécatombe à Athéna, distribuait la viande aux Athéniens par tribu et par genê. Dans ce contexte, les genê seraient bien des structures de participation pour l’ensemble de la population citoyenne. Le sens de l’emploi de genos n’est pas clair néanmoins : doit-on y voir les communautés cultuelles qui sont l’objet de notre étude ou l’équivalent d’oikoi ?

181 SEG 30. 85.

182 Voir D. J. Geagan, op. cit. (1967), p. 103-112.

183 À en croire P. Hamon, « Le Conseil et la participation des citoyens : les mutations de la basse époque hellénistique », dans P. Frôhlich et C. Müller éd., Citoyenneté et participation à la basse époque hellénistique, Genève, 2005, p. 121-144, ici p. 138, alors que les Boulai des cités d’Asie mineure se seraient progressivement constituées en ordines à partir du ier siècle av. J.-C., l’évolution aurait été plus précoce en vieille Grèce. À Cyzique, au ier siècle de notre ère, un collège de timêtai établissait sur une base censitaire la liste des bouleutes (p. 141). À Athènes, la Boulè continua de fonctionner selon le modèle clisthénien, mais l’Aréopage devint au ier siècle l’instance principale.

184 Voir B. Cohen, « La notion à’ordo dans la Rome antique », Bulletin Association Guillaume Budé, 1975, p. 259-282, ici p. 277, et C. Nicolet, « Les ordres romains : définition, recrutement et fonctionnement », dans C. Nicolet éd., Des ordres à Rome, Paris, 1984, p. 7-21.

185 B. Cohen, art. cité, p. 278.

186 P. Hamon, art. cité (2005), p. 140.

187 P. Hamon, ibidem, p. 143.

188 P. Hamon, ibidem, p. 143.

189 Voir A. Heller, « La cité grecque d’époque impériale : vers une société d’ordres ? », Annales HSS, mars-avril 2009, no 2, p. 341-373, ici p. 353-354.

190 Nos conclusions rejoignent à cet égard celles de P. Hamon, art. cité (2007).

© Éditions de la Sorbonne, 2010

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search