Version classiqueVersion mobile

La cité des réseaux

 | 
Paulin Ismard

Chapitre 5. Le phénomène associatif et les transformations de la société civique athénienne entre haute et basse époque hellénistique

Orgéons, thiases, eranoi, synodes : une mutation au début du iie siècle ?

Texte intégral

Les sources

  • 69 Arnaoutoglou, Thusias heneka, p. 171-185. Nos réserves concernent surtout la documentation du ive s (...)

1Ilias Arnaoutoglou a récemment rassemblé l’ensemble du matériel épigraphique susceptible d’être attribué aux « associations privées » de l’Athènes hellénistique. Bien que discutable concernant l’interprétation et l’attribution de quelques inscriptions, ce travail constitue désormais une recherche de référence pour dénombrer et classer les associations dites « privées » jusqu’à la fin du ier siècle avant notre ère69. Présentons l’ensemble de la documentation hellénistique dans une perspective chronologique.

  • 70 L’écart s’explique principalement par le sens qu’on attribue aux eranistai du ive siècle, selon qu’ (...)

2On peut dénombrer entre 56 et 96 groupes différents dans l’Athènes de la seconde moitié du ive siècle70. Le iiie siècle présente dans son ensemble une documentation chronologiquement homogène : parmi les 51 inscriptions provenant d’associations, 14 datent du iiie siècle sans qu’on puisse être plus précis, 19 relèvent de la première moitié du siècle, 18 de la seconde. Seules 15 associations sont attestées au iie siècle ; on peut attribuer une datation précise à 10 d’entre elles. Au ier siècle, on ne dénombre que 11 associations. Ce bilan d’ensemble doit cependant être nuancé compte tenu de la nature même de la documentation : celle du ive siècle nous apprend peu sur les associations, qui apparaissent souvent dans des contextes d’inscriptions très fragmentaires, de listes, ou de bornes hypothécaires – ce qui rend d’ailleurs possible l’attribution à deux associations distinctes des actes d’une seule d’entre elles-, alors que les inscriptions associatives de la fin de la période sont nettement plus prolixes.

3Ce premier constat suggère d’emblée trois remarques :

  • Les grandes évolutions du phénomène associatif sont indépendantes des discontinuités de l’histoire politique athénienne : les années 322, 229, 167, ou 86 ne constituent en aucun cas des tournants dans la documentation concernant les associations « privées ».

    • 71 Voir p. 327.

    Contrairement à une idée ancienne mais encore largement répandue71, le phénomène associatif est loin d’être à proprement parler hellénistique : ses manifestations sont plus claires au ive qu’au iiie siècle, et plus encore au iiie qu’au iie siècle. Si on rapporte ce dénombrement à l’épigraphie attique de l’époque hellénistique, les données numériques des ive et iiie siècles sont en convergence avec l’ensemble de la production épigraphique de la cité. En revanche, au iie siècle, le nombre d’associations diminue nettement alors que le nombre d’inscriptions dans la cité tend à augmenter légèrement.

    • 72 Contra Mikalson, Religion in Hellenistic Athens, p. 151.

    La grande majorité des associations est localisée dans l'asty ou au Pirée. Néanmoins, quand on dispose dans une aire géographique donnée d’une information dense et continue, comme c’est le cas à Rhamnonte au iiie siècle – et dans une moindre mesure à Salamine –, on voit bien que les associations n’y ont jamais cessé d’exister72. La répartition du phénomène associatif épouse donc les évolutions territoriales de la cité au iiie siècle, ce qui, somme toute, n’est guère surprenant.

4Analysant les associations principalement sous l’angle de leur organisation institutionnelle, l’étude d’I. Arnaoutoglou adopte une perspective synchronique sur l’ensemble de la période hellénistique sans guère porter attention, d’une part, aux évolutions chronologiques de la documentation, d’autre part, à son articulation aux évolutions des subdivisions civiques que sont les dèmes et les phratries. L’étude s’interdit de la sorte d’analyser la contribution du phénomène associatif aux mutations globales de la société civique athénienne. Sans reprendre l’ensemble des analyses, souvent très précieuses, d’I. Arnaoutoglou, notamment concernant les structures des associations, nous voudrions au contraire insister sur les mutations du phénomène associatif à partir du début du iie siècle. Ces mutations ne peuvent se comprendre qu’au regard de l’ensemble des évolutions structurelles qui affectent l’ensemble de la vie communautaire athénienne.

Les évolutions du vocabulaire associatif

  • 73 C’était par exemple la lecture de Poland, Geschichte Vereinswesens, p. 64-65, faisant des noms d’as (...)

5En sous-estimant la richesse du phénomène associatif de l’époque classique, on a longtemps interprété la diversité des termes de l’époque hellénistique comme l’indice d’une explosion du fait associatif lui-même73. En réalité, l’évolution du vocabulaire associatif apparaît précisément à la charnière des iiie et iie siècles, et prend trois aspects :

  • 74 On trouvait des thiases à l’intérieur des phratries, des genê, mais le terme pouvait aussi être emp (...)
  • 75 La restitution du terme dans l’inscription du ier siècle, Agora, 16. 330,1. 7, est purement hypothé (...)
  • 76 La dernière attestation du terme en Attique date de 100 av. J.-C. (Agora, 16. 245). Contra Lambert,(...)

6– Le terme de thiasos, dont l’usage à l’époque classique était à la fois large et imprécis74, disparaît progressivement dans les premières décennies du iie siècle75. Notons néanmoins que le terme d’orgéons, dont l’usage remonte au moins à l’époque archaïque, est attesté jusqu’à la fin du ier siècle, ce qui montre bien l’indépendance de ces communautés par rapport au cadre des phratries76.

7Deux termes en revanche apparaissent et s’imposent à partir de la fin du iiie siècle :

    • 77 M.-F. Baslez, « Recherches sur le yahad des manuscrits de Qumrân dans l’environnement associatif sé (...)
    • 78 Petrakos, Rhamnonte, no 167.
    • 79 B. H. Mclean, « Hierarchically organised Associations on Delos », dans Atti XI congresso Internazio (...)
    • 80 Schmitt Pantel, La cité au banquet, p. 281-283.
    • 81 Jaccottet, Dionysos, no 1,1. 30 ; IG II2 1329,1. 8. Voir aussi IG IP 4707, et Petrakos, Rhamnonte, (...)
    • 82 II2 1343,1. 10,1. 12,1. 15.
    • 83 Jaccottet, Dionysos, no 2,1. 7.
    • 84 IG IP 1329,1.8.
    • 85 SEG 36. 228.
    • 86 IG II2 1343, 1. 9 et 11. On pourrait aussi citer le petit synode connu par Kerameikos III, no 6 (ii(...)

    D’origine peut-être égyptienne77, le terme de synodos fait pour la première fois son apparition dans la documentation des associations attiques en 229, chez les Amphiaraïstes de Rhamnonte78. En étudiant les associations déliennes, B. H. McLean a cru reconnaître sous ce terme un cercle particulier au sein d’une structure associative plus large79. Une telle distinction n’est guère opérante à Athènes. Si, dans le contexte civique, le terme, qui renvoie originellement à l’idée de « réunion en commun », semble prendre une acception technique au iie siècle pour désigner les repas publics80, dans le cadre associatif, son usage apparaît assez large. Celui-ci peut être employé par une association parallèlement aux termes plus attendus d’orgéons81 ou au nom même du dieu honoré82, pour désigner la première assemblée de l’année du groupe ou les cotisations des membres, comme chez les Dionysiastes du Pirée83, ou bien le repas commun de l’association, comme chez les orgéons de la Mère des dieux84. Ce n’est que très rarement qu’on reconnaît sous le nom de synode une communauté, sans que celle-ci semble toutefois constituer une structure particulière au sein d’un groupe plus large : on identifie par exemple un synodes d’Héraklès composé de 13 membres dès la première moitié du iie siècle85. Au ier siècle, l’association des Sotériastes se présente elle-même comme un synodos86.

    • 87 Voir chapitre 4, p. 288-291.

    Nous avons vu que sous le terme d’eranistai il fallait reconnaître à l’époque classique à la fois des associations cultuelles et des groupes de coprêteurs dans le cadre de prêts gratuits de nature amicale87. Dans la documentation épigraphique et littéraire, le terme d’eranos ne se rencontrait toutefois que dans le cadre des prêts eranoi et n’était jamais utilisé pour désigner une organisation cultuelle. Ce n’est en réalité qu’à partir du iie siècle qu’eranos en vient à désigner une association cultuelle.

  • 88 Poland, Geschichte Vereinswesens, p. 158-163, ici p. 159 : Die neuere Zeit legte grösseres Gewicht (...)
  • 89 Maier, Eranos, p. 100 : Dieser Verein müsste natürlicb dann als selbständiges, begrifflich von der (...)
  • 90 Arnaoutoglou, Thusias heneka, p. 84 et p. 131.
  • 91 Voir chapitre 2, p. 146-162.

8Ces inflexions du vocabulaire associatif ont donné lieu à plusieurs types d’analyse. Pour F. Poland, l’apparition du terme de synodos, parallèlement à l’essor des associations d’éranistes, traduirait à la fois une accentuation de la dimension profane des associations et une mise en avant de leur dimension volontaire et contractuelle88. Selon G. Maier, l’avènement du terme d’eranos en lieu et place des koina d’eranistai laisserait supposer une reconnaissance juridique des associations sous la forme de la personne89. I. Arnaoutoglou préfère y voir en revanche un étiolement de la dimension collective des associations d’éranistes et l’affirmation croissante de la prééminence de certains membres au détriment de l’ensemble du koinon90. Aucune de ces réflexions très générales ne saurait emporter l’adhésion sur la simple foi des évolutions du vocabulaire associatif. L’hypothèse d’une laïcisation des associations défendue par Poland est très contestable. Nous avons montré par ailleurs que les associations athéniennes étaient reconnues en droit dès l’époque classique, en l’absence du paradigme de la personnalité légale91. Enfin, il paraît sans doute imprudent de s’appuyer sur l’évolution du vocabulaire pour identifier une mutation des structures sociales que ne peut tout à fait confirmer l’ensemble de la documentation. Dans le processus qui voit les termes d’eranos ou de synodes, qui désignaient au départ des activités particulières au sein de l’association, supplanter la notion très générale de thiase, il apparaît plus prudent à notre sens de percevoir une spécialisation, ou une technicisation, du vocabulaire associatif. Il serait séduisant d’y percevoir un fait associatif davantage conscient de lui-même et de ses spécificités au regard des autres formes communautaires athéniennes.

Les membres des associations : citoyens et métèques

  • 92 L’inscription IG II2 2934, du ive siècle, est une dédicace d’un groupe de 12 personnes, hommes et f (...)

9Comme nous l’a déjà montré l’étude des orgéons de Bendis, distinguer le statut des membres d’une association n’est pas toujours chose aisée. Il n’est pas évident, en effet, que l’absence de démotique indique toujours une identité étrangère – terme préférable à celui de métèque, statut juridique dont l’existence n’est plus vraiment assurée à partir de la fin du iiie siècle –, notamment lorsque la quasi-totalité des membres d’une association en sont dépourvus. Seule l’onomastique peut alors permettre, quoique bien imparfaitement, de déterminer l’origine des membres. Si on admet toutefois que, dans une même inscription, l’association de noms accompagnés de démotiques et de noms qui en sont dénués révèle les présences conjointes de citoyens et de non-citoyens (étrangers ou esclaves), un fait s’impose d’emblée : ce n’est qu’à partir du iie siècle qu’on identifie précisément des communautés qui associent citoyens et non-citoyens92.

  • 93 La communauté de citoyens : IG II2 1316 en 272/271. La communauté de métèques : IG II2 1273 de 281/ (...)
  • 94 IG II2 1314 (213/2), 1315 (211/210), 1328 (183/2, et 175/4), 1327 (178/7). Les trois épimélètes d’I (...)

10Alors que, au début du iiie siècle, le culte de la Mère des dieux était honoré par deux thiases distincts, composés respectivement de citoyens et d’étrangers93, un groupe unifié d’orgéons de la Mère des dieux apparaît à la fin du iiie siècle. Dans chacun des décrets de l’association, le proposant est un citoyen mais, parmi les épimélètes de 178/177, on identifie, sous le nom d’Ergasion, un métèque94.

  • 95 SEG 36. 228. Tout dépend en réalité si on comprend Antiocheus (1. 7) comme un ethnique ou un phylét (...)

11En 159/158, le synodos d’Héraklès est composé de 5 citoyens, de 2 étrangers et d’un esclave. On ne peut préciser le statut précis des six autres membres de la communauté, qui, dépourvus de démotiques, sont très certainement étrangers ou esclaves95.

  • 96 Parmi ces citoyens, on remarque Diodore de Sounion, dont le fils jouera un rôle important dans l’ad (...)

12L’inscription IG II2 2358 présente le catalogue d’un très vaste eranos du milieu du iie siècle. Le prêtre de l’association et l’archéraniste sont tous deux étrangers. Parmi les membres de l’association, seuls quatre individus sont mentionnés avec leur démotique96 ; aucun des 88 autres membres n’est mentionné avec un démotique ou un ethnique. L’association regroupait donc citoyens et étrangers mais il n’est guère aisé d’identifier précisément le statut de tous ses membres. L’onomastique semble indiquer une origine non athénienne pour la grande majorité d’entre eux. On ne peut exclure par ailleurs que certains d’entre eux appartiennent à la domesticité des citoyens athéniens mentionnés.

  • 97 Kerameikos III, no 6.

13Entre 130/129 et 117/116, un synode honore un de ses membres, originaire de la petite cité de Béotie d’Anthedon97. Le proposant du décret, toutefois, est un citoyen du dème d’Atènè.

  • 98 IG II2 1335.
  • 99 S. V. Tracy, op. cit. (1995), p. 207 et p. 244.

14En 101/100, la communauté des Sabaziastes du Pirée est composée de 36 citoyens et de 13 non-citoyens ; 3 individus, enfin, dépourvus de démotiques et d’ethniques, sont probablement des esclaves98. Puisqu’on parvient à identifier la main de plusieurs graveurs, on peut toutefois penser que plusieurs listes successives d’un même groupe ont été amalgamées99.

  • 100 A. A. Themos, « Κατάλογος ἐρανιστῶν », dans A. Matthaiou éd., ATTIKAI ΕΠΙΓΡΑΦΑΙ. Πρακτικά συμποσίου(...)
  • 101 Ainsi de Olumpos, I. 25, Kritos, 1. 49, Papias, 1. 64, Graphis, 1. 76, ou d’Heraiis, 1. 115. On rem (...)

15Au milieu du ier siècle, le vaste eranos de la région d’Acharnes qui célèbre le culte d’Héraclès ne comporte que deux individus mentionnés avec leur démotique, d’Acharnes et de Phylasia. Comme dans le cas de l’eranos du milieu du iie siècle (IG II2 2358), l’absence de démotique n’implique pas nécessairement une origine étrangère : A. Themos a relevé notamment l’origine athénienne de l’onomastique d’une grande partie des membres de la communauté. Par ailleurs, le hiérope de l’association pourrait avoir été le fils d’un stratège du ier siècle, et le prêtre de la communauté, portant le démotique de Paiania, est un citoyen100. Certains noms en revanche semblent clairement d’origine étrangère101.

  • 102 On ne peut, comme le fait Arnaoutoglou, Thusias heneka, p. 101, refuser de reconnaître le caractère (...)
  • 103 Contra Poland, Geschichte Vereinswesens, p. 308.
  • 104 C. Habicht, Athènes hellénistique, Paris, 2000 (1re éd. 1995) (désormais Habicht, Athènes hellénist (...)
  • 105 Sur la représentation des étrangers à Athènes à travers les dédicaces de l’Acropole, voir R. von de (...)
  • 106 Il resterait alors à déterminer dans quelle mesure les écoles philosophiques, mixtes depuis le débu (...)

16Incontestablement, les premières décennies du iie siècle voient donc apparaître un phénomène inédit : des associations cultuelles composées de citoyens et d’étrangers102. Le phénomène n’apparaît aucunement spécifique à un type d’association (thiase, eranos ou orgéons)103. Contrairement à ce qu’affirme C. Habicht104, la domination sur Délos ne saurait à elle seule expliquer cette évolution. Celle-ci s’inscrit dans un ensemble de mutations des formes de sociabilité et de représentation de la société athénienne, qui ont déjà été observées dans d’autres contextes, comme celui des pratiques dédicatoires dans les grands sanctuaires civiques105. Bien avant que l’éphébie athénienne ne s’ouvre aux étrangers, dans le dernier quart du iie siècle, les associations, en réunissant autour de pratiques de sociabilité communes des citoyens et des étrangers, ont peut-être anticipé une transformation de la conception de la citoyenneté héritée de l’époque classique106.

  • 107 Contra Mikalson, Religion in Hellenistic Athens, p. 151.
  • 108 Sur la vitalité de la citoyenneté dans l’Athènes de la basse époque hellénistique, voir G. Oliver, (...)
  • 109 Voir par exemple infra le cas des Dionysiastes du Pirée (chapitre 5, p. 358-363).
  • 110 Voir M.-F. Baslez, « Les notables entre eux. Recherches sur les associations d’Athènes à l’époque r (...)
  • 111 IG II2 1328,1. 4 (183/182), et IG II2 1327,1. 32 (178/177).
  • 112 Jaccottet, Dionysos no 1, 1. 10.

17On constate par ailleurs que ces formes d’interactions entre étrangers et citoyens semblent dépasser le cadre de la microsociété du Pirée hellénistique107. Il semblerait par exemple que les éranistes réunis autour de Diodore de Sounion doivent être localisés autour de Pallène ou de Phlya et que la grande communauté d’éranistes du milieu du ier siècle ait pour lieu principal de réunion un sanctuaire d’Héraklès dans la région d’Acharnes ou de Cholarges. Il faut se garder toutefois d’y voir un processus uniforme témoignant du déclin du rôle de l’identité citoyenne dans la définition du prestige social108. Alors que dans quelques catalogues d’association la distinction entre citoyens et étrangers n’est plus identifiable à partir du milieu du iie siècle, dans certains contextes, plusieurs associations semblent à la même époque mettre en avant la dimension citoyenne de l’association comme si elle constituait encore un précieux signe de distinction109. Selon la destination de l’inscription et selon la nature même de l’association, l’identité citoyenne de l’association pouvait plus ou moins être mise en exergue. Il est même probable que, au début de l’époque impériale, une distinction explicite entre citoyens et étrangers ait été réaffirmée110. Ainsi, dans la première moitié du iie siècle, Simon, fils de Simon du dème de Poros, est épimélète des orgéons de la Mère des dieux111, composés de citoyens et d’étrangers, tout en étant membre des orgéons dionysiastes du Pirée, petite communauté composée exclusivement de citoyens et réunie autour du très riche Dionysios, fils d’Agathoclès de Marathon112.

Un changement d’échelle au iie siècle ?

  • 113 Le catalogue IG II2 2360, qui présente plus de 100 sunthutai réunis autour d’un grand gymnase de la (...)

18Pour analyser l’évolution de la taille des associations, une partie de la documentation épigraphique pose de nombreuses difficultés : celle des catalogues qui énumèrent les membres d’un groupe. Il est en effet souvent difficile de préciser la nature des groupes dont les membres sont catalogués. Les premiers éditeurs des Inscriptiones Graecae ont ainsi parfois attribué sans preuve à des associations des listes qui pourraient en réalité avoir une tout autre origine. Par ailleurs, il nous manque des données sur certaines communautés importantes de l’époque classique – ainsi celle des orgéons de Bendis. En utilisant avec prudence les données disponibles, on peut toutefois déceler une évolution sensible quant à la taille des associations. Celle-ci ne peut demeurer qu’imprécise en raison des lacunes de la documentation. Encore une fois, la charnière des iiie et iie siècles se présente comme une période décisive de recomposition des associations athéniennes : ce n’est qu’à partir de la seconde moitié du iiie siècle et, de façon encore plus marquée, au iie siècle, qu’apparaissent des associations de très grande taille113.

  • 114 IG II2 1297.
  • 115 IG II2 1298. Voir Parker, Athenian Religion, p. 340, n. 2, et Mikalson, Religion in Hellenistic Ath (...)
  • 116 Alors que l’onomastique de l’association semble étrangère, le prêtre est du dème de Sémachidai (IG (...)

19En 236/235, des thiasotes probablement étrangers honorent leur archéraniste Sophron. L’association est composée de 38 hommes et 21 femmes114. Il est probable que la communauté soit liée d’une manière ou d’une autre au thiase dédié à Artémis connu par un décret de 248/247 : les deux inscriptions ont été retrouvées au même endroit, à proximité du sanctuaire civique d’Artémis Kallistè115. Le décret de 248/247, relatif à la cotisation des membres du thiase en vue de la participation aux activités de la communauté, laisse supposer que l’adhésion à l’association était relativement souple. Il est possible que la communauté se présente comme une organisation de métèques de grande envergure attachée à un sanctuaire civique, sur le modèle des orgéons thraces de Bendis au ive siècle116.

  • 117 W. S. Ferguson, Hellenistic Athens, Londres, 1911, p. 423, n. 2, considérait que tous les étrangers (...)

20Le catalogue IG II2 2358 du milieu du iie siècle présente les membres d’un eranos, composé de plus de 94 individus (dont 36 femmes)117.

  • 118 Voir désormais sa publication par A. A. Themos, art. cité, qui a montré que la gravure de la stèle (...)
  • 119 A. Themos, art. cité, p. 258, n. 44.

21Au milieu du ier siècle, entre Acharnes et Cholarges, un eranos de plus d’une centaine de membres fréquentait un très grand sanctuaire d’Héraklès118. Un kilomètre et demi sépare le lieu de découverte du catalogue du sanctuaire d’Héraklès à Acharnes119. Il est séduisant, à la suite de G. Daux, de faire coïncider ce grand sanctuaire de contact avec le sanctuaire d’Héraklès de l’association des Mésogéens, bien connue aux ive et iiie siècles, et qui devait se trouver à Cholarges.

  • 120 Le modèle en est les deux catalogues de membres de phratries : IG II2 2344 et IG II2 2345.
  • 121 IG II2 1244, 1245, 1247.

22Ces données ne permettent guère de prouver explicitement une loi d’évolution des associations athéniennes ; elles semblent néanmoins d’indiquer, de façon malheureusement très impressionniste, une tendance vers un élargissement et un agrandissement des structures associatives. Les organisations que nous avons mentionnées présentent une morphologie très différente de celle des thiases ou des orgéons de l’époque classique – lorsqu’on parvient à les identifier avec précision. Cela ne signifie aucunement, bien entendu, que les petites associations aient disparu à partir de la basse époque hellénistique : ce modèle d’évolution, par nature très général, ne permet pas de rendre compte de l’intégralité des associations attiques. Il invite néanmoins à se demander si de telles associations particulièrement vastes ne tendaient pas à se substituer parfois, sur le plan de la sociabilité, aux très grandes organisations que constituaient les dèmes, les phratries ou les organisations territoriales, seules communautés de l’époque classique pour lesquelles on dispose de catalogues de plusieurs dizaines de membres120. Une telle hypothèse trouverait par exemple un écho s’il s’avérait que le sanctuaire d’Héraklès des Mésogéens, aux ive et iiie siècles121, a bien été réinvesti par un eranos de plus de 100 membres à partir du ier siècle. Il est possible qu’une telle évolution, qui ne peut demeurer qu’au stade de l’hypothèse, soit un des éléments marquants du processus de régionalisation de l’Attique mis en lumière par G. Oliver. Toute la difficulté de l’analyse repose néanmoins sur le sens à attribuer aux différentes listes dont le contexte n’est presque jamais explicité. On ne peut exclure par exemple que les listes enregistrent l’ensemble des individus présents lors d’une cérémonie et non pas les membres permanents d’une association.

Les nouveaux contours de la sociabilité associative

23Il convient enfin de s’arrêter sur les cas précis de deux associations, dont l’existence est bien documentée à la charnière des iiie et iie siècles. Leur analyse permettra de mettre en évidence le sens de la mutation, déjà observée à plusieurs reprises, entre haute et basse époque hellénistique. Le cas des orgéons de la Mère des dieux permet de suivre l’évolution de l’organisation communautaire d’un culte majeur du Pirée hellénistique, depuis les premières traces d’association au iiie siècle jusqu’à l’existence d’un vaste groupe d’orgéons dans la première moitié du iie siècle. L’étude de la communauté des Dionysiastes du Pirée, attestée dans la première moitié du iie siècle, révèle l’apparition d’un type de structure associative tout à fait inédit dans l’Athènes de la basse époque hellénistique.

24L’analyse des pratiques de sociabilité communautaire et des formes d’organisation des deux associations permettra, d’une part, de mesurer l’évolution des échelles d’activité des pratiques communautaires, d’autre part, d’évaluer l’inscription éventuelle du fait associatif dans les grandes scansions de l’histoire de l’évergétisme.

  • 122 IG II2 4563 et IG II2 6288 et, peut-être, IG II2 4609. Pour toute la documentation, voir J. Vermase (...)
  • 123 IG II2 1316 en 272/271. Il s’agit d’orgéons et de thiasotes, les deux termes étant indifféremment u (...)
  • 124 IG II2 1273 (281 plutôt que 265/4).
  • 125 IG II2 1314 (213/2), 1315 (211/210), 1328 (183/2, pour le premier décret, 175/4, pour le second), 1 (...)
  • 126 IG II2 1334 (71/70).
  • 127 Sur les 11 individus identifiables, 3 appartiennent à des familles assez importantes, qui n’ont tou (...)

25Deux ou trois dédicaces indiquent que le culte de la Mère des dieux était célébré au Pirée dès le ive siècle122. Ce n’est pourtant que dans la première moitié du iiie siècle qu’on aperçoit distinctement les traces d’une activité associative, à travers l’existence conjointe d’une communauté de citoyens qualifiés indistinctement de thiasotes et d’orgéons123, et d’un thiase de métèques124. À la charnière des iiie et iie siècles, enfin, on identifie, grâce à quatre inscriptions125, un vaste groupe d’orgéons, composé de citoyens et de métèques. Enfin, dans la première moitié du ier siècle, la communauté honore une de ses prêtresses126. L’association est manifestement de très grande taille, et le mode d’intégration dans la communauté semble assez souple. Ses membres ne semblent pas particulièrement appartenir à l’élite athénienne127.

  • 128 De ce point de vue, Jones, The Associations of Classical Athens, p. 262, est particulièrement témér (...)
  • 129 Ferguson, Attic Orgeones, p. 111, et, à sa suite, J. Vermaseren, op. cit., p. 68-69,1. Arnaoutoglou (...)
  • 130 Pour qui songe au cas parallèle des orgéons de Bendis, la différence n’est pas mince.
  • 131 IG II2 1315,1. 10.
  • 132 Contra Jones, The Associations of Classical Athens, p. 264.

26Toute la difficulté de l’analyse réside dans la continuité entre ces différentes structures associatives128. Dans le sillage de W. S. Ferguson, la plupart des historiens ont cru reconnaître un processus de prise de contrôle de la part de la cité et des citoyens sur un culte fondamentalement étranger129. Pourtant, rien dans la documentation ne laisse envisager une quelconque intervention de la cité dans le culte130. Seule la mention des Attideia131 pourrait laisser supposer l’existence d’un culte qui dépasserait le cadre strict des associations, mais rien n’indique explicitement que la fête ait une dimension civique. Aussi nous paraît-il plus juste de comprendre l’évolution du culte selon les mutations propres à la société athénienne elle-même, indépendamment de toute intervention civique délibérée. Par ailleurs, il n’est pas certain que le culte de la Mère des dieux soit par nature d’origine étrangère. Établir un lien entre les thiasotes étrangers et citoyens du début du iiie siècle et la vaste organisation mixte de la fin du siècle, qui prend le titre d’orgéons, est très aléatoire132. On peut tout à fait imaginer que l’organisation mixte du début du iie siècle constituait une structure d’un type nouveau sans rapport direct avec les deux communautés citoyennes et étrangères du iiie siècle.

  • 133 Principalement Arnaoutoglou, Thusias heneka, p. 109-111, p. 116-117, p. 131-132.
  • 134 C’est l’angle d’étude notamment de L. E. Roller, op. cit.

27Depuis l’étude pionnière de Ferguson, la communauté a été étudiée à plusieurs reprises, principalement sous l’angle de son organisation interne133 ou de l’origine plus ou moins étrangère du culte de la Mère des dieux134. Deux éléments, mis partiellement en lumière par N. Jones, retiendront plus particulièrement notre attention.

  • 135 IG II2 1327, 1. 9-12 : καὶ εἰς ταῦτα προεισευπορῶν πλεονάκις ἐκ τῶν ἰ/δίων καί τισιν τῶν ἀπογεγονότ (...)
  • 136 Voir surtout IG II2 1275, 1. 4-7, IG II2 1277, 1. 14-16. À Rhodes, cette solidarité funéraire entre (...)
  • 137 IG II2 1339, I. 14-15.

28L’association prend en charge l’organisation de funérailles. Un certain Hermaios, tamias de la communauté, est honoré en 178/177 pour avoir contribué à ce que les membres de l’association puissent avoir des funérailles normales. Hermaios aurait cotisé dans la caisse commune afin que les funérailles des membres dépourvus d’argent soient accomplies normalement135. Une telle solidarité funéraire est certes bien connue pour des associations de métèques à la fin de l’époque classique et au iiie siècle136. Toutefois, c’est la première mention, dans la documentation attique, d’un mutualisme funéraire entre membres d’une association composée en grande partie de citoyens. Au milieu du ier siècle, un décret de la communauté des Héroïstes, qui semble essentiellement composée de citoyens, évoque de même des formes d’assistance mutuelle en cas de maladie ou de deuil137.

  • 138 Démosthène, 43. 57-58 : ἐὰν δὲ τοῦ δημάρχου ἐπαγγείλαντος μὴ ἀναιρῶνται οἱ προσήκοντες, ό μὲν δήμαρ (...)
  • 139 Jones, The Associations of Classical Athens, p. 266.

29Or, comme N. Jones le rappelle, une loi citée dans le Contre Macartatos de Démosthène précise que, en cas de défaillance de l’oikos, le démarque devait prendre en charge l’adjudication des frais relatifs à l’inhumation du corps du défunt, les coûts étant finalement imputés à l’oikos défaillant138. À l’échelle du dème, un mécanisme contraignant sous la responsabilité du démarque assurait ainsi que la communauté des démotes ne soit pas souillée par l’exposition trop longue du corps d’un défunt dont l’oikos n’assumait pas son devoir d’inhumation. Il existait ainsi une forme de solidarité funéraire à l’échelle du dème. On peut se demander si l’association ne s’est pas en l’espèce substituée au dème en prenant en charge ce qui était, à l’époque classique, assuré par un mécanisme juridique dans le cadre du dème139.

  • 140 Tel est le sens littéraire du terme, attesté par exemple chez Ps.-Xénophon, 1. 4. Le seul parallèle (...)
  • 141 IG II2 1329, 1. 12-14 : ἐφρόντισεν δὲ τοῦ καὶ / τοὺς δημοτικοὺς μετέχειν τῶν δεδομένων ὑπὸ/τῶν ὀργε (...)
  • 142 Voir à titre d’exemple CIRhod, 2, 1932, 175, n° 4, avec le commentaire de V. Gabriselsen, The Naval (...)
  • 143 Jones, The Associations of Classical Athens, p. 267 : The association is here found functioning, as (...)

30En 175/174, les orgéons honorent un certain Chaireas, fils de Dionysios d’Athmonon, qui a officié en tant que grammateus de la communauté plusieurs années de suite, pour avoir permis que les dêmotikoi, les « indigents140 », bénéficient de la philanthrôpa des orgéons141. Derrière le terme de philanthrôpa (ou philanthrôpia), on peut imaginer l’organisation de repas ou, comme c’est attesté à Rhodes, des distributions d’argent142. Il reste à préciser ce qu’il faut entendre sous le terme de dêmotikoi : celui-ci peut désigner précisément les membres les plus pauvres de l’association ou, plus largement, ceux du Pirée. N. Jones privilégie la première solution143. Or, on comprend mal pourquoi le décret évoquerait la philanthrôpa des orgéons en général si certains d’entre eux en étaient les seuls bénéficiaires. Si on peut voir dans la philanthrôpa des orgéons un acte d’évergétisme, dont il est difficile, toutefois, de préciser la nature, celui-ci devait concerner l’ensemble de l’association à l’égard d’un cercle plus large, celui des dêmotikoi du Pirée du iie siècle par exemple. Les orgéons de la Mère des dieux auraient ainsi été amenés à prendre en charge l’organisation d’un certain nombre de pratiques de sociabilité concernant une partie de la population du Pirée qui n’était plus définie en termes strictement statutaires.

31Si les deux hypothèses sont valables, on perçoit un peu mieux un des aspects de la transition entre les iiie et IIe siècles : les associations, dans certains cas, auraient organisé une partie des formes de sociabilité qui se déroulaient jusqu’alors dans le cadre des subdivisions civiques, tels les dèmes ou les phratries. Bien entendu, le cas des orgéons de la Mère des dieux, par la taille et l’importance de son sanctuaire dans le Pirée du iie siècle, ne saurait toutefois constituer un paradigme valable pour l’ensemble de l’Attique.

Stratégies de distinction et mise en scène de la mémoire sociale

  • 144 Arnaoutoglou, Thusias heneka, p. 149-150.
  • 145 Arnaoutoglou, Thusias heneka, p. 104.
  • 146 Poland, Geschichte Vereinswesens, p. 423-446, et Arnaoutoglou, Thusias heneka, p. 151-152.
  • 147 Poland, Geschichte Vereinswesens, p. 427.

32De manière générale, il convient de déterminer dans quelle mesure les évolutions caractéristiques du monde associatif font écho aux scansions propres à l’histoire de l’évergétisme. À cet égard, un traitement systématique des décrets associatifs ne permet guère de tirer des conclusions satisfaisantes. I. Arnaoutoglou a bien mis en évidence l’absence dans les décrets associatifs de toute référence au titre d’évergète144. Par ailleurs, faute d’une documentation continue qui proviendrait de plusieurs associations, l’analyse de l’évolution des modes de désignation des magistrats n’est guère concluante. On peut même observer que, depuis l’époque classique, l’itération et le cumul des charges au sein d’une communauté, notamment dans celles de petite taille, étaient certainement chose courante145. L’étude des honneurs rendus aux magistrats des associations permet en revanche d’identifier une évolution non négligeable : à partir du milieu du iiie siècle, on peut en effet observer une complexification du système des honneurs rendus. Alors que, jusque dans la première moitié du iiie siècle, l’honneur principal était la couronne, souvent d’or, à partir du milieu du iiie siècle, s’ajoutent couramment l’érection d’une statue et l’anagoreusis (une proclamation publique)146 : la banalisation de tels honneurs exceptionnels témoigne peut-être de la dépendance croissante des associations à l’égard de certains de leurs membres. Notons néanmoins, à la suite de Poland147, que la disparition de la couronne d’or au profit de la couronne d’olivier ou de chêne pourrait démentir le processus. Plus globalement, une telle évolution, déterminée par la mise en série de dizaines d’inscriptions, ne peut rester malheureusement que très approximative en l’absence de toute information sur le contexte précis de la quasi-totalité des actes et décrets associatifs.

33Peut-être convient-il dès lors, pour affiner l’interrogation, d’orienter la recherche vers certaines communautés dont l’existence et l’évolution peuvent être à chaque fois restituées dans un contexte suffisament riche. L’étude des Dionysiastes du Pirée, éclairée par la comparaison avec d’autres associations des iie et ier siècles, permettra de mettre en lumière le rôle des associations dans les pratiques évergétiques et les diverses stratégies de distinction de l’élite athénienne de la basse époque hellénistique.

  • 148 Jaccottet, Dionysos, vol. 2, inscriptions no 1 (décret honorifique envers le prêtre Dionysios en 18 (...)
  • 149 Jaccottet, Dionysos, vol. 1, p. 163-171.

34On connaît les Dionysiastes du Pirée grâce à trois inscriptions qui datent du premier quart du iie siècle148. Dans son étude consacrée au thiase dionysiaque de l’époque hellénistique, A.-F. Jaccottet a récemment consacré un large développement à cette organisation149.

  • 150 Jaccottet, Dionysos, vol. 1, p. 166-167, insiste sur la mise en scène d’une certaine officialité qu (...)
  • 151 Sur la prosopographie de quelques membres, voir Mikalson, Religion in Hellenistic Athens, p. 204.
  • 152 Jaccottet, Dionysos, vol. 2, no 2,1. 11.
  • 153 Sans faire le lien avec le Dionysios de notre communauté, D. J. Geagan, « A Family of Marathon and (...)
  • 154 Jaccottet, Dionysos, vol. 1, p. 169. On connaît un cas semblable à l’époque impériale, avec le syno (...)
  • 155 Voir aussi U. Köhler, « Die Genossenschaft der Dionysiasten in Piraeus », MDAI A 9, 1884, p. 288-29 (...)
  • 156 U. Köhler, art. cité, p. 297, Poland, Geschichte Vereinswesens, p. 459-460 (qui faisait de l’ensemb (...)
  • 157 Jaccottet, Dionysos, vol. 2, no 1,1. 22-24, répété dans Jaccottet, Dionysos, vol. 2, no 2, 1. 13.
  • 158 Jaccottet, Dionysos, vol. 2, no 1,1. 24-26 : παρεσκεύασεν δὲ τοῖϛ Διονυσιασταῖς ἵν’ ἔχωσιν χρᾶ/[σθα (...)
  • 159 C’est de cette façon qu’on doit certainement comprendre Jaccottet, Dionysos, vol. 2, no 1, 1. 31, e (...)
  • 160 Voir de ce point de vue les remarques de B. Laum, Stiftungen in dergriechischen undrömischen Antike (...)

35Sous le nom d’orgéons150, les Dionysiastes constituent un groupe d’une quinzaine de citoyens, appartenant à l’élite de la cité du iie siècle151. Une personnalité se dégage parmi eux, celle de Dionysios de Marathon, qui, dans le décret de 185/184, est à la fois le prêtre et le trésorier de l’association152. Il semblerait que celui-ci soit lié à la grande famille de Zénon et Pamménès de Marathon, particulièrement en vue aux iie et ier siècles153. On peut même penser que l’association entretient une savante ambiguïté concernant son propre nom, qui renvoie aussi bien à la divinité Dionysos qu’à sa figure tutélaire, Dionysios154. Reprenant l’hypothèse formulée par U. Köhler et F. Poland155, A.-F. Jaccottet a par ailleurs montré que le lieu de découverte des inscriptions devait constituer le péristyle de la demeure de Dionysios ; celui-ci devait certainement comporter le sanctuaire et le local même de l’association156. Dans le premier décret honorifique, il est d’ailleurs affirmé que Dionysios aurait donné à la caisse de l’association 1 000 drachmes pour « que, à partir du revenu, les Dionysiastes puissent offrir le sacrifice au dieu chaque mois selon les coutumes ancestrales » (ἀπὸ τῆς προσόδου θύειν τῶι θεῶι κα/[τὰ μῆνα ἕκαστον κ]ατὰ τὰ πάτρια)157 ; il aurait aussi fourni à l’association les objets cultuels ainsi que le local de réunion158. Le décret de 185/184 nous apprend enfin qu’une loi de la communauté avait établi de quels espaces de la demeure de Dionysios les orgéons étaient usufruitiers159. Dionysios avait donc affecté à perpétuité, sur le modèle de la fondation, une partie de son patrimoine pour permettre à la communauté d’accomplir ses rites160.

  • 161 Jaccottet, Dionysos, vol. 2, no 1, 1. 20 : κατασταθεὶς ταμίας ὑπὸ τῶν Διονυσιαστῶν πλείω ἔτη, repri (...)
  • 162 Jaccottet, Dionysos, vol. 2, no 1,1. 20-21.
  • 163 L’expression πλείω ἔτη suggère que la détention de la magistrature, si elle fut de facto à perpétui (...)
  • 164 Jaccottet, Dionysos, vol. 2, no 2, 1. 30-34 : περὶ ὧν / καὶ ὁ νόμος τῶν ὀργεώνων καλεῖ πρῶτ[ον ἐ]πὶ (...)
  • 165 Jaccottet, Dionysos, vol. 2, no 2,1. 44-45 : ἐπὶ τὰ τοῦ πατρ[ὸς]/ὑπάρχοντα. Il est par ailleurs fai (...)
  • 166 II2 2358.

36Plusieurs années de suite, Dionysios fut trésorier de l’association161, magistrature qu’il cumulait avec le sacerdoce de Dionysos162. Il paraît toutefois difficilement concevable que de iure ces magistratures lui aient été confiées à vie163. Or, en 176/175, il est précisé que, selon une loi des orgéons, le plus âgé de ses fils, Agathoclès, héritera du sacerdoce « à vie » (dia biou) et prendra la charge de trésorier pour « les temps à venir ». On apprend par ailleurs qu’un fils de Dionysios, Kallicratès, détenait déjà la prêtrise du vivant de son père164, et que le jeune frère d’Agathoclès, Dionysios, est introduit dans la communauté en 176/175 « en vertu du droit hérité de son père165 ». D’une certaine façon, l’association, à la mort de Dionysios, se présente comme une fondation funéraire, dont l’objet principal est l’entretien de la mémoire de Dionysios, assuré par ses propres héritiers qui sont, à perpétuité, à la fois les prêtres et les trésoriers de la communauté. Une telle emprise familiale sur les magistratures les plus importantes d’un groupe se retrouve dans d’autres communautés de la basse époque hellénistique : ainsi, dans le vaste eranos du milieu du iie siècle, connu par un simple catalogue, on croit deviner que l’archéraniste et le prêtre de l’association sont pères et fils166.

  • 167 Jaccottet, Dionysos, vol. 2, no 2,1. 46-47 : φροντίσαι δὲ τοὺς ὀργεῶνας ὅπως ἀφηρωισθεῖ Δι[ο]/νύσιο (...)
  • 168 Jaccottet, Dionysos, vol. 2, no 2,1. 47.
  • 169 Jaccottet, Dionysos, vol. 2, no 2,1. 47-48.
  • 170 Sur la pratique de l’héroïsation dans le cadre des écoles philosophiques : voir Poland, Geschichte (...)
  • 171 IG II2 1339,1. 3-5, de 37/36 (sur la date de l’inscription, voir S. Follet, « Les deux archontes Pa (...)

37Mais l’essentiel n’est pas là. Au lendemain de la mort de Dionysios, en 176/175, la communauté héroïse son fondateur167. Dans le même décret, il est précisé qu’une statue de Dionysios sera placée après sa mort dans le sanctuaire « à cote du dieu » (παρά τον θεόν)168. Dans le sanctuaire se trouvait déjà une statue du père de Dionysios, Agathoclès169. Peut-être une association existait-elle déjà, organisée autour d’Agathoclès, auquel cas Dionysios l’aurait, d’une certaine manière, reconstituée sur le modèle de la fondation grâce à sa fortune personnelle. Comme le précise A.-F. Jaccottet, le temenos n’est pourtant pas un herôon familial puisque la tombe de Dionysios ne sera pas placée dans le sanctuaire. Il n’en demeure pas moins qu’une telle pratique d’héroïsation dans un cadre associatif est tout à fait inédite dans la documentation athénienne – du moins si on ne tient pas compte de la documentation des écoles philosophiques dans lesquelles le phénomène existe sans doute depuis la fin du ive siècle170. Une association du milieu du ier siècle présente un autre cas d’héroïsation : il s’agit d’un vaste eranos qui se présente comme une association d’« Ἡροιστῶν τῶν Διοτίμου/[καὶ Ζήνωνος κ]αὶ Παρμένου, ὧν ἀρχερανιστὴς/Ζηνίων Διοτί]μου Μαραθώνιος171 ». L’archéraniste de la communauté est le propre fils de Diotimos de Marathon, Zénon.

  • 172 P. Schmitt Pantel, « Évergétisme et mémoire du mort. À propos des fondations de banquets publics da (...)

38Il est intéressant de comparer le rôle des deux associations dans la mise en scène de deux mémoires familiales. En étudiant les fondations funéraires de l’époque hellénistique, P. Schmitt Pantel a distingué rigoureusement deux types de mémoire mises en scène, la mémoire familiale et la mémoire civique. La mise en scène d’une « mémoire privée », qui s’inscrit « dans le cercle des proches », résulterait avant tout d’une contrainte, la position sociale du fondateur l’empêchant d’ouvrir à un cercle élargi les bienfaits de sa fondation. La fondation funéraire ne serait finalement qu’un « pis-aller » pour qui ne peut prétendre à la mémoire de la cité172.

  • 173 Sur une autre association d’Héroïstes, voir IG VII 2725 : à Akraiphia en Béotie, à la fin du ier si (...)
  • 174 Voir chapitre 5, p. 379-380.

39L’inscription des Héroïstes a été retrouvée au nord de l’Acropole, et on peut penser que c’est dans le sanctuaire même d’Athéna, au centre de l’asty, qu'elle était exposée. De toute évidence, l’association des Héroïstes participe à la mise en scène d’une mémoire ouverte à un grand nombre de citoyens et qui, sans être civique, possède une indéniable dimension publique173. Le phénomène ne saurait étonner pour une association qui célébrait un des oikoi les plus puissants de l’Athènes du ier siècle. Les Héroïstes ne constituent toutefois qu’une des communautés investies par la famille, dont les membres sont en effet attestés en moins d’un siècle dans plus de cinq genê différents174. L’oikos semble ainsi voir particulièrement mobilisé l’activité des associations en vue de ses propres stratégies de distinction dans la cité du ier siècle.

  • 175 Jaccottet, Dionysos, vol. 2, no 1, 1. 3-17.
  • 176 Jaccottet, Dionysos, vol. 2, no 2, 1. 13.
  • 177 Voir R. Bogaert, Banques et banquiers dans les cités grecques, Liège, 1968, p. 215.
  • 178 Apollodoros de Lamptra est thesmotète en 214/213 (IG II2 1706, 1. 114), Andron d’Hamaxante est thes (...)
  • 179 Ainsi, parmi l’association des Sôtériastes, entre 62 et 38 (IG II2 1343, de 37/36) qui rendait prob (...)

40Les Dionysiastes semblent présenter un cas de figure tout à fait différent. L’association ne regroupe que quinze membres175 et ses pratiques semblent confinées à un cercle social relativement étroit. La mémoire mise en scène par l’oikos de Dionysios de Marathon peut être qualifiée de privée. Dionysios et ses fils appartenaient néanmoins sans aucun doute à l’élite de la cité du iie siècle, comme en témoigne l’ensemble architectural qui devait composer leur maison et dans laquelle furent retrouvées les inscriptions de la communauté. Par ailleurs, Dionysios aurait contribué pour 1 000 drachmes à la tenue des sacrifices mensuels de la communauté176. Dans la Rhodes hellénistique, les fondations ont généralement pour montant entre 100 et 500 drachmes. À ce titre, il est difficile d’imaginer que la mise en scène de cette mémoire privée soit le résultat d’une contrainte, Dionysios et ses fils ne pouvant faire participer un cercle élargi à sa célébration en raison de la modestie de leurs moyens financiers177. On doit plutôt supposer qu’un tel repli était l’objet d’une décision et d’une stratégie. La référence au terme très ancien d’orgéons avait même peut-être pour fonction d’inscrire l’histoire de la communauté dans celle des temps de l’Athènes archaïque. La fermeture de la communauté peut se comprendre, dès lors, comme un signe de distinction. Or, la puissance sociale apparente de Dionysios et de ses fils semble ne pas avoir connu de traduction politique : si certains membres de la communauté appartiennent à l’élite politique civique, sans être toutefois des personnages de premier plan178, aucun des membres de 1’oikos n’est attesté à la tête d’une magistrature. Pour faire vivre sa « mémoire sociale », Dionysios en appelle moins à la mémoire civique qu’à l’activité cultuelle d’une association réunie en son nom. Dans ce contexte, on peut se demander si les associations n’ont pas pu constituer des lieux permettant l’expression de stratégies de distinction alternatives par rapport au cadre civique pour une élite sociale, sûrement minoritaire, qui ne fait plus de la détention des grandes magistratures civiques un objectif primordial. On peut se demander par exemple si les Sôteriastes, attestés en 37/36, et qui célébraient un culte d’Artémis, organisé, semble-t-il, autour de Diodore d’Aphidna, ne constitueraient pas une autre attestation du phénomène179.

41Notre démarche a permis d’identifier, au début du iie siècle, un tournant dans la vie des associations. La taille et la composition des associations évoluent ; des termes nouveaux pour les désigner font leur apparition, en même temps que celles-ci acquièrent de nouvelles fonctions. À certaines étapes de notre raisonnement, nous croyons avoir reconnu les indices d’un certain nombre de reconfigurations entre le cadre des dèmes, des organisations territoriales et celui des associations. La participation du fait associatif aux différentes stratégies de reconnaissance des élites ne fait par ailleurs guère de doute, même s’il convient d’insister sur leur variété, dans un contexte de recomposition progressive de l’élite athénienne, comme nous le verrons en étudiant les genê de la basse époque hellénistique.

42Dans un article récent, M.-F. Basiez a fait de l’époque impériale une période aux traits bien individualisés concernant l’évolution du fait associatif. L’apparition de cultes héroïques dans le cadre de fondations, ainsi que la fermeture des associations à une classe de « notables » constitueraient deux phénomènes perceptibles seulement à partir du ier siècle avant notre ère. Notre étude nous conduit à remettre en cause une telle perspective. Les pratiques d’héroïsation dans le cadre de fondations sont attestées dès le début du iie siècle, période essentielle de mutation du cadre associatif athénien. Il convient sans doute d’identifier une période qui engloberait les deux derniers siècles avant notre ère, au sein de laquelle les associations présentent un ensemble d’évolutions parallèles, avant de renaître sous une forme différente après une période d’éclipse au iie siècle après notre ère. En outre, il nous paraît dificile de reconnaître un processus de fermeture des associations. Une telle approche néglige les relations inégalitaires dont les associations peuvent être les cadres. De toute évidence, les Dionysiastes du Pirée au iie siècle, comme les Sôteriastes ou les Héroïstes du ier siècle, laissent deviner des structures associatives très inégalitaires par lesquelles un oikos de l’élite athénienne a réuni autour de lui ceux qui sont peut-être ses clients.

43L’étude des subdivisions civiques et des associations privées de l’Athènes hellénistique laisse ainsi entrevoir, dans le courant du iie siècle, un processus de recomposition de l’architecture communautaire athénienne issue de l’époque classique. L’analyse, toutefois, resterait largement incomplète si elle en ignorait l’aspect le plus spectaculaire : l’extraordinaire vitalité des genê à partir de la basse époque hellénistique.

Notes

69 Arnaoutoglou, Thusias heneka, p. 171-185. Nos réserves concernent surtout la documentation du ive siècle. Concernant certaines mentions d’eranistai au ive siècle, nous ne pensons pas, contrairement à I. Arnaoutoglou, qu’il puisse s’agir d’associations cultuelles clairement constituées (voir chapitre 4, p. 288-291). Par ailleurs, I. Arnaoutoglou ignore l’inscription du thiase des Praxiergidai, récemment publiée par Μ. H. Jameson (« An Altar of Herakles », dans P. Flensted-Jensen, T. Heine Nielsen et L. Rubinstein éd., Polis and Politics. Studies in Ancient Greek History, Copenhague, 2000, p. 217-228), et attribue imprudemment la grande inscription IG II2 2345 à une association « privée » alors qu’il semblerait qu’on ait plutôt là une liste de phratères (voir chapitre 3, p. 233-234).

70 L’écart s’explique principalement par le sens qu’on attribue aux eranistai du ive siècle, selon qu’on considère qu’il s’agit d’associations cultuelles comme V. N. Andreyev, « Some Aspects of Agrarian Conditions in Attica in the Fifth to the Third Century BC », Eirene, 12, 1974, p. 5-46, J. Vondeling, Eranos, Groningen, 1961, Maier, Eranos, p. 88-90, et Arnaoutoglou, Thusias heneka, ou bien plutôt des groupes de coprêteurs d’eranos, à la suite de Finley, Studies in Land and Credit. Nous inclinons en faveur de la seconde proposition (voir chapitre 4, p. 288-291).

71 Voir p. 327.

72 Contra Mikalson, Religion in Hellenistic Athens, p. 151.

73 C’était par exemple la lecture de Poland, Geschichte Vereinswesens, p. 64-65, faisant des noms d’association dérivés de divinité une spécificité du iie siècle.

74 On trouvait des thiases à l’intérieur des phratries, des genê, mais le terme pouvait aussi être employé pour d’autres formes associatives. Le terme a un sens particulièrement souple et peut se retrouver dans une série de contextes différents (voir Arnatoutoglou, Thusias heneka, p. 64).

75 La restitution du terme dans l’inscription du ier siècle, Agora, 16. 330,1. 7, est purement hypothétique. La dernière référence à des thiasotes se trouve chez les orgéons de Dionysios du Pirée dans le premier quart du iie siècle, et son emploi, dans le cadre d’une épitaphe en vers, est fortement métaphorique (A.-F. Jaccottet, Choisir Dionysos. Les associations dionysiaques ou la face cachée du dionysisme, Zurich, 2003 (désormais Jaccottet, Dionysos), no 3,1. 6.

76 La dernière attestation du terme en Attique date de 100 av. J.-C. (Agora, 16. 245). Contra Lambert, Phratries, p. 74-77, qui fait des orgéons des subdivisions des phratries.

77 M.-F. Baslez, « Recherches sur le yahad des manuscrits de Qumrân dans l’environnement associatif sémitique et grec », dans N. Belayche et S. Mimouni éd., Les communautés religieuses dans le monde gréco-romain. Essais de définition, Brepols, Belgique, 2003, p. 75-92, ici p. 78. L’hypothèse s’appuie fondamentalement sur l’emploi du terme par Philon d’Alexandrie, In Flaccum, 136, pour désigner les associations d’Alexandrie. Chez Isocrate, 3. 54, le terme pouvait désigner des associations mais il est très difficile d’en préciser les contours exacts et on n’en trouve aucun écho dans la documentation épigraphique de l’Athènes classique. Sur l’emploi de synodos dans le contexte égyptien, voir en particulier I. Arnaoutoglou, « Collegia in the Province of Egypt in the First Century AD », Ancient Society, 35, 2005, p. 197-216.

78 Petrakos, Rhamnonte, no 167.

79 B. H. Mclean, « Hierarchically organised Associations on Delos », dans Atti XI congresso Internazionale di Epigrafia Greca e Latina. Roma, 18-24 settembre 1997, Rome, 1999, t. 1, p. 361-370, p. 368-369. Le thiasos serait le terme large d’une communauté au sein de laquelle on pourrait identifier un koinon et un synode.

80 Schmitt Pantel, La cité au banquet, p. 281-283.

81 Jaccottet, Dionysos, no 1,1. 30 ; IG II2 1329,1. 8. Voir aussi IG IP 4707, et Petrakos, Rhamnonte, no 203, 1. 4-5, dans le cadre d’un eranos.

82 II2 1343,1. 10,1. 12,1. 15.

83 Jaccottet, Dionysos, no 2,1. 7.

84 IG IP 1329,1.8.

85 SEG 36. 228.

86 IG II2 1343, 1. 9 et 11. On pourrait aussi citer le petit synode connu par Kerameikos III, no 6 (iie siècle), et IG II2 4707 (ier siècle).

87 Voir chapitre 4, p. 288-291.

88 Poland, Geschichte Vereinswesens, p. 158-163, ici p. 159 : Die neuere Zeit legte grösseres Gewicht auf die Beiträge, qui ajoute : Hat so die Synodos zwar ein eranistisches Element.

89 Maier, Eranos, p. 100 : Dieser Verein müsste natürlicb dann als selbständiges, begrifflich von der Mitgliedergesamtbeit als losgelöst verstandenes Gebilde eine eigene Rechtspersönlichkeit besitzen. Hierin kbnnten also die Anfänge einer juristischen Person stecken.

90 Arnaoutoglou, Thusias heneka, p. 84 et p. 131.

91 Voir chapitre 2, p. 146-162.

92 L’inscription IG II2 2934, du ive siècle, est une dédicace d’un groupe de 12 personnes, hommes et femmes, citoyens et métèques. Rien ne permet d’y deviner une association (contra U. Kron, « Priesthoods, Dedications and Euergetism. What Part Did Religion Play in the Political and Social Status of Greek Women ? », dans P. Hellström et B. Alroth éd., Religion and Power in the Ancient Greek World, Uppsala, 1996, p. 139-182, ici p. 163).

93 La communauté de citoyens : IG II2 1316 en 272/271. La communauté de métèques : IG II2 1273 de 281/280 ou 265/264.

94 IG II2 1314 (213/2), 1315 (211/210), 1328 (183/2, et 175/4), 1327 (178/7). Les trois épimélètes d’IG II2 1327, 1. 31-33, sont Neon de Cholarges, Simon de Poros et un certain Ergasion. Mikalson, Religion in Hellenistic Athens, p. 143, et Parker, Athenian Religion, p. 192, ont avancé que l’association devait être exclusivement composée de citoyens. R. Parker pense notamment qu’Ergasion est un esclave. Nous y voyons deux objections. Sur le plan onomastique, le nom d’Ergasion n’est pas particulièrement qualifié par l’asservissement et nombreux étaient les Ergasion citoyens ou métèques (voir les Ergasion étrangers dans M. J. Osborne et S. G. Byrne, The Foreign Residents of Athens. An Annex to the Lexicon of Greek Personal Names : Attica, Louvain, 1996) ; par ailleurs, il est difficile d’imaginer un esclave épimélète d’une telle association. Nous nous rallions donc sans difficulté à la position de Poland, Geschichte Vereinswesens, p. 306, et L. E. Roller, In Search of God the Mother. The Cult of Anatolian Cybele, Los Angeles, 1999, p. 219 (« the organizational documents of the Piraus Meter cult do not reveal any separation between citizens and noncitizens »), bien que cette dernière fasse certainement erreur sur le statut de Simon de Poros, dans lequel elle reconnaît un métèque, alors que le dème de Poros est bien attesté comme appartenant à la trittye côtière de la tribu Akamantis.

95 SEG 36. 228. Tout dépend en réalité si on comprend Antiocheus (1. 7) comme un ethnique ou un phylétique. P. C. Bol, Liebieghaus-Museum Alter Platik. Frankfurt am Main. Bildwerke aus Stein undaus Stuck von archaischer Zeit bis zur Spätantike, Melsungen, 1983, p. 216-217, ici p. 216, suppose qu’il puisse s’agir d’un phylétique. Il faudrait toutefois de bien plus nombreuses attestations de l’usage du phylétique pour pouvoir avancer l’argument. Comme l’a indiqué Parker, Athenian Religion, p. 341, n. 46, le Petrôn oikogenês doit être en réalité être l’esclave Petrôn qualifié d’oikogenês : il s’agit donc très certainement d’un esclave.

96 Parmi ces citoyens, on remarque Diodore de Sounion, dont le fils jouera un rôle important dans l’administration de Délos (ID 1562,1. 3 ; 1800,1. 5 ; 2228,1. 1 ; 2261,1. 8 ; 2285,1. 7 ; 2626,1. 5).

97 Kerameikos III, no 6.

98 IG II2 1335.

99 S. V. Tracy, op. cit. (1995), p. 207 et p. 244.

100 A. A. Themos, « Κατάλογος ἐρανιστῶν », dans A. Matthaiou éd., ATTIKAI ΕΠΙΓΡΑΦΑΙ. Πρακτικά συμποσίου εις μνηίμην Adolf Wilhelm (1864-1950), Athènes, 2004, p. 253-259. Le stratège en question est Antiochos, fils d’Apollonios de Sphettos (IG II2 2283). Le hiérope est Apollonios fils d'Antiochos (1. 2).

101 Ainsi de Olumpos, I. 25, Kritos, 1. 49, Papias, 1. 64, Graphis, 1. 76, ou d’Heraiis, 1. 115. On remarque aussi un certain nombre de noms romains : voir le commentaire d A. Themos, art. cité, p. 261-264. Voir en outre les remarques de S. Byrne, « Early Roman Athenians », dans D. Jordan et J. S. Traill éd., Lettered Attica : A Day of Attic Epigraphy, Toronto, 2003, p. 1-20, p. 9 : les Romains n’apparaissent vraiment qu’à partir des années 40.

102 On ne peut, comme le fait Arnaoutoglou, Thusias heneka, p. 101, refuser de reconnaître le caractère inédit du phénomène en arguant de l’existence de certaines communautés pour lesquelles le statut de citoyen reste prédominant.

103 Contra Poland, Geschichte Vereinswesens, p. 308.

104 C. Habicht, Athènes hellénistique, Paris, 2000 (1re éd. 1995) (désormais Habicht, Athènes hellénistique), p. 318.

105 Sur la représentation des étrangers à Athènes à travers les dédicaces de l’Acropole, voir R. von den Hoff, « Tradition and Innovation : Portraits and Dedications on the Early Hellenistic Akropolis », dans O. Palagia et S. V. Tracy éd., op. cit., p. 173-185, qui a montré que les statues d’étrangers sur l’Acropole n’apparaissaient qu’à partir de 228. Sur les repas publics, voir Schmitt Pantel, La cité au banquet, qui note p. 405 : « Le critère de la citoyenneté, c’est-à-dire de la participation à la vie politique, ne joue plus un rôle aussi déterminant dans l’invitation aux banquets qu’aux époques précédentes. » P. Gauthier a précisé le propos toutefois en insistant sur la rupture que constituait en particulier le iie siècle et en restreignant le phénomène aux banquets organisés par des évergètes : P. Gauthier, BE 1993, p. 483.

106 Il resterait alors à déterminer dans quelle mesure les écoles philosophiques, mixtes depuis le début du ive siècle, ont pu jouer un rôle précurseur pour toutes les associations.

107 Contra Mikalson, Religion in Hellenistic Athens, p. 151.

108 Sur la vitalité de la citoyenneté dans l’Athènes de la basse époque hellénistique, voir G. Oliver, « Citizenship : Inscribed Honours for Individuals in Classical and Hellenistic Athens », dans J. C. Couvenhes et S. Milanezi éd., op. cit., p. 273-292, ici p. 279-280, et E. Perrin-Samina-dayar, « Image, statut et accueil des étrangers à Athènes à l’époque hellénistique », dans D. Nourisson et Y. Perrin éd., L’étranger et le barbare : images de l’autre, Saint-Étienne, 2005, p. 67-91. Les deux auteurs insistent notamment sur le fait que l’accès à l’éphébie à partir des années 120 ne valait pas intégration à la citoyenneté (E. Perrin-Samidanayar, art. cité (2005), p. 80-82 en particulier). E. Perrin-Samidanayar, art. cité (2005), p. 74, rappelle en outre que les étrangers composaient plus de 95 % des effectifs connus dans les écoles philosophiques. Parmi les éphèbes, on dénombre 14 étrangers sur 124 éphèbes en 123/122, 17 étrangers sur 141 en 119/118, et 40 étrangers sur 141 en 102/101. Ce n’est qu’à partir de 39/38 que « la part des étrangers dans les contingents éphébiques dépasse celle des Athéniens » (p. 76). Rien ne permet de supposer une mutation majeure dans l’octroi de la citoyenneté aux IIe et Ier siècles : « On assista plutôt à la multiplication de statuts nouveaux, qui, à côté du statut de citoyen, permettaient à la fois de d’accueillir l’étranger tout en maintenant les barrières civiques » (p. 79). E. Perrin-Samidanayar, art. cité (2005), p. 83, fait par ailleurs l’hypothèse que la loi de Périclès aurait été abrogée autour de 125.

109 Voir par exemple infra le cas des Dionysiastes du Pirée (chapitre 5, p. 358-363).

110 Voir M.-F. Baslez, « Les notables entre eux. Recherches sur les associations d’Athènes à l’époque romaine », dans S. Follet éd., L’hellénisme d’époque romaine. Nouveaux documents. Nouvelles approches (Ier s. a. C-IIIe s. p. C.) Paris, 2005, p. 105-120, qui évoque p. 110 l’hypothèse d’une fermeture à l’époque impériale, période durant laquelle on ne trouverait aucune association mixte.

111 IG II2 1328,1. 4 (183/182), et IG II2 1327,1. 32 (178/177).

112 Jaccottet, Dionysos no 1, 1. 10.

113 Le catalogue IG II2 2360, qui présente plus de 100 sunthutai réunis autour d’un grand gymnase de la cité, ne peut, selon nous, concerner une association. Il s’agit certainement d’un culte du gymnase, qui n’implique pas nécessairement une association. Il semble en outre que l’inscription doive désormais être attribuée à la cité béotienne d’Anthedon (voir Arnaoutoglou, Thusias heneka, p. 45, n. 41). Nous excluons par ailleurs de notre recension les Sabaziastai connus grâce à IG II2 1335 dans la mesure où la liste amalgame sans doute plusieurs moments différents de la vie du groupe (voir p. 350).

114 IG II2 1297.

115 IG II2 1298. Voir Parker, Athenian Religion, p. 340, n. 2, et Mikalson, Religion in Hellenistic Athens, p. 148-149.

116 Alors que l’onomastique de l’association semble étrangère, le prêtre est du dème de Sémachidai (IG II2 1297, 1. 44). Peut-être incarne-t-il une forme de contrôle civique à l’égard d’une pratique cultuelle qui serait réservée à une communauté d’étrangers.

117 W. S. Ferguson, Hellenistic Athens, Londres, 1911, p. 423, n. 2, considérait que tous les étrangers mentionnés dans l’inscription, qui semblent d’origine orientale, devaient être des esclaves, ce qui n’apparaît guère convaincant. Le ratio citoyen/esclave serait par ailleurs dans ce cas exorbitant.

118 Voir désormais sa publication par A. A. Themos, art. cité, qui a montré que la gravure de la stèle s’était réalisée en trois étapes, probablement en fonction du renouvellement de la communauté. La première gravure concernerait les lignes 101-104, la deuxième, les lignes 104-117, la troisième à partir de la ligne 118.

119 A. Themos, art. cité, p. 258, n. 44.

120 Le modèle en est les deux catalogues de membres de phratries : IG II2 2344 et IG II2 2345.

121 IG II2 1244, 1245, 1247.

122 IG II2 4563 et IG II2 6288 et, peut-être, IG II2 4609. Pour toute la documentation, voir J. Vermaseren, Corpus Cultus Cybelae Attidisque, Il : Graecia atque Insulae, Leyde, 1982, p. 82-97.

123 IG II2 1316 en 272/271. Il s’agit d’orgéons et de thiasotes, les deux termes étant indifféremment utilisés.

124 IG II2 1273 (281 plutôt que 265/4).

125 IG II2 1314 (213/2), 1315 (211/210), 1328 (183/2, pour le premier décret, 175/4, pour le second), 1327 (178/7), 1329 (175/174).

126 IG II2 1334 (71/70).

127 Sur les 11 individus identifiables, 3 appartiennent à des familles assez importantes, qui n’ont toutefois jamais détenu des magistratures très prestigieuses (voir Mikalson, Religion in Hellenistic Athens, p. 204).

128 De ce point de vue, Jones, The Associations of Classical Athens, p. 262, est particulièrement téméraire en affirmant que les orgéons existent depuis le ive siècle.

129 Ferguson, Attic Orgeones, p. 111, et, à sa suite, J. Vermaseren, op. cit., p. 68-69,1. Arnaoutoglou, « The date of IG II2 1273 », ZPE, 104, 1994, p. 103-106, Mikalson, Religion in Hellenistic Athens, p. 143, Jones, The Associations of Classical Athens, p. 264.

130 Pour qui songe au cas parallèle des orgéons de Bendis, la différence n’est pas mince.

131 IG II2 1315,1. 10.

132 Contra Jones, The Associations of Classical Athens, p. 264.

133 Principalement Arnaoutoglou, Thusias heneka, p. 109-111, p. 116-117, p. 131-132.

134 C’est l’angle d’étude notamment de L. E. Roller, op. cit.

135 IG II2 1327, 1. 9-12 : καὶ εἰς ταῦτα προεισευπορῶν πλεονάκις ἐκ τῶν ἰ/δίων καί τισιν τῶν ἀπογεγονότων οὐχ ὑπάρχοντος / ἀργυρίου τῶι κοινῶι προιέμενος εἰς τὴν ταφὴν τοῦ / εὐσχημονεῖν αὐτοὺς καὶ τετελευτηκότας : « Il a contribué plusieurs fois avec ses propres revenus à la caisse communautaire, quand l’argent manquait pour les funérailles de membres de l’association décédés, et pour entretenir leur tombe après leur mort. »

136 Voir surtout IG II2 1275, 1. 4-7, IG II2 1277, 1. 14-16. À Rhodes, cette solidarité funéraire entre membres d’une association est bien attestée : P. M. Fraser, Rhodian Funerary Monuments, Oxford, 1977, p. 58. Sur le coût des funérailles et ce qu’il peut représenter pour les populations modestes de l’Attique, voir G. J. Oliver, « Athenian Funerary Monuments : Style, Grandeur, and Cost », dans G. J. Oliver éd., The Epigraphy of Death. Studies in the History and Society of Greece and Rome, Fiverpool, 2000, p. 59-80, ici p. 74-78.

137 IG II2 1339, I. 14-15.

138 Démosthène, 43. 57-58 : ἐὰν δὲ τοῦ δημάρχου ἐπαγγείλαντος μὴ ἀναιρῶνται οἱ προσήκοντες, ό μὲν δήμαρχος ἀπομισθωσάτω ἀνελεῖν καὶ καταθάψαι καὶ καθῆραι τὸν δῆμον αὐθημερόν, ὅπως ἂν δύνηται ὀλιγίστου ἐὰν δὲ μὴ ἀπομισθώση, ὀφειλέτω χιλίας δραχμὰς τῷ δημοσίῳ. : « Si les parents n’obéissent pas à l’ordre du démarque, celui-ci mettra en adjudication le jour même, au plus bas prix possible, l’enlèvement et l’ensevelissement du cadavre et la purification du dème. Faute de quoi, il devra payer 1 000 drachmes au trésor public » (trad. L. Gernet).

139 Jones, The Associations of Classical Athens, p. 266.

140 Tel est le sens littéraire du terme, attesté par exemple chez Ps.-Xénophon, 1. 4. Le seul parallèle épigraphique qu’on puisse établir est le décret honorifique pour un gymnasiarque à Pergame : IPergamon II. 252, mais le statut des individus mentionnés n’est pas clair.

141 IG II2 1329, 1. 12-14 : ἐφρόντισεν δὲ τοῦ καὶ / τοὺς δημοτικοὺς μετέχειν τῶν δεδομένων ὑπὸ/τῶν ὀργεώνων φιλανθρώπων : « Il prit soin que que les dèmotikoi prennent leur part des dons provenant des philanthropiai des orgéons. »

142 Voir à titre d’exemple CIRhod, 2, 1932, 175, n° 4, avec le commentaire de V. Gabriselsen, The Naval Aristocracy of Hellenistic Rhodes, Aarhus, 1997, p. 83-84.

143 Jones, The Associations of Classical Athens, p. 267 : The association is here found functioning, as with the burials, as a mechanism for redistributing the bounty of the rich among the needy.

144 Arnaoutoglou, Thusias heneka, p. 149-150.

145 Arnaoutoglou, Thusias heneka, p. 104.

146 Poland, Geschichte Vereinswesens, p. 423-446, et Arnaoutoglou, Thusias heneka, p. 151-152.

147 Poland, Geschichte Vereinswesens, p. 427.

148 Jaccottet, Dionysos, vol. 2, inscriptions no 1 (décret honorifique envers le prêtre Dionysios en 185/184, no 2 (décret honorifique post-mortem à Dionysios et succession au poste de prêtre en 176/175) et no 3 (dédicace du sanctuaire par Dionysios).

149 Jaccottet, Dionysos, vol. 1, p. 163-171.

150 Jaccottet, Dionysos, vol. 1, p. 166-167, insiste sur la mise en scène d’une certaine officialité qui apparaît dans le décret.

151 Sur la prosopographie de quelques membres, voir Mikalson, Religion in Hellenistic Athens, p. 204.

152 Jaccottet, Dionysos, vol. 2, no 2,1. 11.

153 Sans faire le lien avec le Dionysios de notre communauté, D. J. Geagan, « A Family of Marathon and Social Mobility in Athens of The First Century BC », Phoenix, 46.2, 1992, p. 29-44, ici p. 37, repère dans une branche latérale de la famille, au milieu du iie siècle, un Zénon qui aurait un père nommé Dionysios : il doit s’agir du petit-fils de notre Dionysios, qui a lui-même un fils dénommé Dionysios.

154 Jaccottet, Dionysos, vol. 1, p. 169. On connaît un cas semblable à l’époque impériale, avec le synode des orgéons de Belela, autour d’Euporos du Pirée, alors que la divinité honorée porte l’épiclèse d’Euporia : IG II2 2361.

155 Voir aussi U. Köhler, « Die Genossenschaft der Dionysiasten in Piraeus », MDAI A 9, 1884, p. 288-298.

156 U. Köhler, art. cité, p. 297, Poland, Geschichte Vereinswesens, p. 459-460 (qui faisait de l’ensemble de la maison une hiera oikia), et Jaccottet, Dionysos, vol. 1, p. 164-167. La cour à péristyle de l’ensemble du bâtiment constituerait le sanctuaire des Dionysiastes, accolé à la propre demeure de Dionysios.

157 Jaccottet, Dionysos, vol. 2, no 1,1. 22-24, répété dans Jaccottet, Dionysos, vol. 2, no 2, 1. 13.

158 Jaccottet, Dionysos, vol. 2, no 1,1. 24-26 : παρεσκεύασεν δὲ τοῖϛ Διονυσιασταῖς ἵν’ ἔχωσιν χρᾶ/[σθαι αὐτοῖς καὶ χρυσώ]ματα καὶ ἀργυρώματα καὶ τὴν λοιπὴν χορηγίαν πᾶσαν τὴν δέο/[υσαν εἰς τὰ ἱερὰ καὶ τόπον εἰ]ς ὃν συνιόντες καθ’ἕκαστον μῆνα μεθέξουσιν τῶν ἱερῶν : « Qu’il a fourni aux Dionysiastes pour leur usage des objets d’or et d’argent ainsi que toutes les autres fournitures nécessaires aux cérémonies sacrées ainsi qu’un endroit où ils puissent se réunir chaque mois pour participer aux cérémonies sacrées » (trad. A.-F. Jaccottet), répété en Jaccottet, Dionysos, vol. 2, no 2, 1. 13-15.

159 C’est de cette façon qu’on doit certainement comprendre Jaccottet, Dionysos, vol. 2, no 1, 1. 31, et 1. 45 : Dionysos a donné un endroit pour qu’ils puissent se rassembler chaque mois pour participer aux cérémonies sacrées, répété dans Jaccottet, Dionysos, vol. 2, no 2, 1. 13-15.

160 Voir de ce point de vue les remarques de B. Laum, Stiftungen in dergriechischen undrömischen Antike, Leipzig, 1914, p. 157.

161 Jaccottet, Dionysos, vol. 2, no 1, 1. 20 : κατασταθεὶς ταμίας ὑπὸ τῶν Διονυσιαστῶν πλείω ἔτη, repris en Jaccottet, Dionysos, vol. 2, no 2,1. 11-12.

162 Jaccottet, Dionysos, vol. 2, no 1,1. 20-21.

163 L’expression πλείω ἔτη suggère que la détention de la magistrature, si elle fut de facto à perpétuité, devait être renouvelée tous les ans. Il en fut probablement de même pour le sacerdoce, qui ne fut pas dia biou, puisque le fils de Dionysios l’exerça du vivant même de son père.

164 Jaccottet, Dionysos, vol. 2, no 2, 1. 30-34 : περὶ ὧν / καὶ ὁ νόμος τῶν ὀργεώνων καλεῖ πρῶτ[ον ἐ]πὶ [ταῦ]/τα τὸν πρεσβύτατον τῶν ὑῶν, καθὼς καὶ προεισ[ῆ]/κται ἐπὶ τὴν χώραν τἀδελφοῦ Καλλικράτου ζῶν/τος τοῦ πατρός : « À ce sujet la loi des orgéons, elle aussi, appelle en premier à ces postes les plus âgés des fils, attendu de plus qu’il a été introduit d’avance à la place de son frère Kallikratès du vivant de son père » (trad. A.-F. Jaccottet). Le fils aîné de Dionysios, Kallikratès, est mort prématurément ; son second fils, Agathoklès, l’a remplacé. Son troisième fils, Dionysios, enfin, est entré dans l’association après le décès de son père.

165 Jaccottet, Dionysos, vol. 2, no 2,1. 44-45 : ἐπὶ τὰ τοῦ πατρ[ὸς]/ὑπάρχοντα. Il est par ailleurs fait référence 1. 31 à une loi des orgéons qui aurait institué une telle pratique successorale (voir note précédente).

166 II2 2358.

167 Jaccottet, Dionysos, vol. 2, no 2,1. 46-47 : φροντίσαι δὲ τοὺς ὀργεῶνας ὅπως ἀφηρωισθεῖ Δι[ο]/νύσιος.

168 Jaccottet, Dionysos, vol. 2, no 2,1. 47.

169 Jaccottet, Dionysos, vol. 2, no 2,1. 47-48.

170 Sur la pratique de l’héroïsation dans le cadre des écoles philosophiques : voir Poland, Geschichte Vereinswesens, p. 228. Sur les évolutions du culte héroïque à l’époque hellénistique, voir D. D. Hugues, « Hero Cult, Heroics Honors, Heroic Death : Some Developments in the Hellenistic and Roman Periods », dans R. Hägg éd., Ancient Greek Hero Cult, Stockholm, 1999, p. 167-175, pour lequel le culte héroïque aurait à partir de l’époque hellénistique pour vocation de créer une distance et non plus de nouer un lien avec la figure héroïsée. Voir aussi F. Graf, Nordionische Kulte. Religiongeschichtliche und epigraphische Untersuchungen zu den kulten von Chios, Erythrai, Klazomenai und Phokaia, Rome, 1985, p. 127-135, qui montre que les frontières entre héros et puissances divines ont tendance à disparaître (p. 130).

171 IG II2 1339,1. 3-5, de 37/36 (sur la date de l’inscription, voir S. Follet, « Les deux archontes Pammenes du ier siècle a. C. à Athènes », REG, 113, 2000, p. 188-192, p. 189).

172 P. Schmitt Pantel, « Évergétisme et mémoire du mort. À propos des fondations de banquets publics dans les cités grecques à l’époque hellénistique et romaine », dans G. Gnoli et J.-P. Vernant éd., La mort, les morts dans les sociétés anciennes, Paris/Cambridge, 1982, p. 177-188, ici p. 182 : « Le souci d’une mémoire qui s’inscrit dans le cercle des proches (culte autour du tombeau), d’une mémoire privée, ne résulte pas d’un “choix” mais d’une contrainte : la position sociale, la fortune des fondateurs, ne leur permet pas de s’adresser à un groupe social plus étendu, car ils n’ont pas les moyens de consacrer un capital important qui alimenterait une fondation largement ouverte. »

173 Sur une autre association d’Héroïstes, voir IG VII 2725 : à Akraiphia en Béotie, à la fin du ier siècle ou au iie siècle de notre ère, on identifie une association se qualifiant de synode des héroïastes (1. 5-6). La communauté est fondée par Pythis pour son propre fils Épaminondas et sa fille Théocriné qui ont dû vivre au milieu du ier siècle de notre ère.

174 Voir chapitre 5, p. 379-380.

175 Jaccottet, Dionysos, vol. 2, no 1, 1. 3-17.

176 Jaccottet, Dionysos, vol. 2, no 2, 1. 13.

177 Voir R. Bogaert, Banques et banquiers dans les cités grecques, Liège, 1968, p. 215.

178 Apollodoros de Lamptra est thesmotète en 214/213 (IG II2 1706, 1. 114), Andron d’Hamaxante est thesmotète en 213/212 (IG II2 1706, 1. 128), et Dionysogenes de Paiania participe à une souscription publique (IG II2 2332,1. 133), tout comme Dionysios (IG II2 2332, 1. 306).

179 Ainsi, parmi l’association des Sôtériastes, entre 62 et 38 (IG II2 1343, de 37/36) qui rendait probablement un culte à Artémis Soteira (voir Poland, Geschichte Vereinswesens, p. 238, qui faisait le lien entre la communauté, et IG II2 4695, dédicace du iie-ier siècle en l'honneur de Artémis Sôteira, honorée probablement en bordure de l’Eridanos). Quatre fois, en 62, 41, 40 et 38, Diodoros d’Aphidna, outre son statut de prêtre, fut trésorier de l’association et n’hésita pas à investir personnellement de l’argent dans l’association (IG II2 1343, 1. 26-27). Même si on ne connaît aucune inscription qui attesterait de sa participation, d’une manière ou d’une autre, à la vie politique dans la cité, à une période épigraphiquement peu documentée, on peut penser que l'individu appartient à l’élite de la cité et que l’association existe en grande partie autour de sa personne (déjà Poland, Geschichte Vereinswesens, p. 238).

© Éditions de la Sorbonne, 2010

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search