Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Noblesse seconde et pouvoir en Champagne aux XVIe et XVIIe siècles

 | 
Laurent Bourquin

Conclusion

Texte intégral

1La noblesse seconde de Champagne est née de la guerre et s’en est nourrie jusqu’à l’autodestruction.

2François Ier a fait appel, vers 1530, a une poignée de nobles champenois pour répondre aux nouveaux problèmes militaires qui se posaient sur sa frontière nord-est. Dotes d’une assise foncière bien plus large et dispersée que la masse des gentilshommes locaux, solidement implantés dans leur province, voire jusqu’en Lorraine et en Bourgogne, ces individus étaient alors à même d’organiser les structures défensives voulues par le souverain, en complément des anciens réseaux nobiliaires que les grands féodaux entretenaient dans chacune de leurs aires d’influence. Jusqu’à la paix du Cateau-Cambrésis, ils ont donc accru leurs attributions locales dans des villes importantes ou des places fortes sensibles, tout en obtenant de la part du pouvoir central toute une gamme de bienfaits qui les ont introduits dans la clientèle du monarque. Petit à petit, à la suite de ces quelques officiers zélés, le souverain a pu ainsi compter sur l’attachement de lignages entiers qui lui ont apporté les compétences militaires dont il avait besoin sur sa frontière.

3Tout aurait pu en rester là sans le déclenchement des guerres de Religion. Du fait de la densité du réseau guisard en Champagne, mais aussi de la puissance du parti huguenot, solidement installé à Sedan, les bases locales du pouvoir monarchique ont été particulièrement menacées dans cette province. Afin de restaurer les canaux de son autorité, la monarchie a tenté, dès le début des années 1560, de s’introduire encore plus dans la société nobiliaire du pays, en exploitant les récompenses royales que la haute noblesse elle-même réclamait pour ses fidèles. En permettant ainsi à de nouveaux venus d’accéder à la cour et a des charges locales stratégiques, elle est parvenue à étoffer, avec un bonheur inégal, les liens de clientèle qui l’unissaient depuis plusieurs décennies déjà aux anciennes familles de la noblesse seconde. En 1579, la nomination de Dinteville au poste de lieutenant général est intervenue comme une relance de cette politique : une tentative visant à recomposer les relais locaux de la couronne autour d’un grand officier champenois, bien introduit dans la société nobiliaire et indépendant de toutes les factions. L'Opération a certes permis d’apaiser les huguenots, mais Dinteville et son réseau d’amis n’ont pu s’opposer efficacement aux ultra-catholiques qu’après la mort de Guise. Ce n’est en effet qu’à partir de 1589-1590 que la noblesse seconde, complétée par d’autres individus en quête d’ascension, est parvenue enfin à s’affirmer comme un outil indispensable à la stabilité de la province. En combattant contre la Ligue, elle a pu ainsi consacrer sa mainmise sur le pouvoir militaire champenois, avant de régler les problèmes que posait l’application concrète de l’édit de Nantes. La victoire d’Henri IV a donc été aussi celle de la noblesse seconde.

4Les problèmes militaires de la première moitié du xviie siècle ont largement contribué à conforter ces officiers dans leur rôle. En tenant le pays contre les grands pendant la régence de Marie de Médicis, ils ont encore une fois démontre que leurs carrières étaient tout entières liées à leurs charges provinciales. Quelques années plus tard, leur adhésion à la politique étrangère agressive voulue par Louis XIII et Richelieu s’est située dans le prolongement de cette tradition. Même si quelques-uns d’entre eux avaient perdu dans les années 1620 leurs attributions locales, même si d’autres avaient tenté de pousser leurs ambitions jusqu’à Paris, presque tous ont pu, après 1635, faire valoir une fois encore leur familiarité avec l’espace champenois. Logiquement, ce conflit n’aurait dû que les renforcer. Il les a brisés.

5D’abord, sa longueur et l’étendue de ses destructions ont mine un pays dont les nobles seconds, comme tous les autres nobles d’épée, tiraient leurs principales ressources. Ensuite, malgré la parenthèse frondeuse, pendant laquelle ils ont retrouvé le rôle que leurs ascendants avaient tenu au cours des guerres de Religion, ils ont vu s’évanouir dans le conflit leurs dernières perspectives de faire une belle carrière en Champagne. Paradoxalement victimes de la victoire remportée par le roi de France sur les Espagnols, ils ont en effet perdu, après 1659, l’intérêt stratégique qui avait toujours été le leur : appartenir à une noblesse frontalière. En obtenant au traité des Pyrénées des concessions territoriales substantielles dans le Nord-Est, Louis XIV a consolidé les marges de son royaume. De ce fait, il a préparé le démantèlement du vieux système défensif champenois, dont la noblesse seconde avait jusqu’alors constitué le principal pivot. Assaillis par leurs créanciers, réduits à une dépendance croissante envers la couronne pour trouver un emploi digne de leur lustre passe, ces personnages sont ainsi devenus des officiers comme les autres, destines à conduire les armées du roi un peu partout en Europe. À la fin du siècle, ils ont donc perdu ce qui avait toujours fait leur spécificité : le pouvoir militaire local.

6Le terme de cette évolution, qui déracine une noblesse habituée depuis longtemps à évoluer dans sa province, pourrait se concevoir en première analyse comme un phénomène novateur, atypique. Il est vrai qu’il entérine la dislocation d’une domination militaire qui se fondait sur des réseaux locaux peut-être rétifs aux tentatives de centralisation menées par Louis XIV. Dans cette perspective, la dissolution de la noblesse seconde serait la conséquence logique de la mise en place d’un pouvoir central aux prétentions absolutistes. Les choses ne sont pas si simples, car l’État, malgré ses transformations - dont il ne s’agit bien sûr pas de minimiser la portée - a toujours besoin de relais locaux pour faire appliquer ses volontés. En fait, si la trajectoire de ces nobles s’éloigne de la Champagne, c’est parce qu’ils ne présentent plus le même attrait militaire, et non pas en raison d’une modification fondamentale des rapports qu’ils entretiennent avec le souverain.

7En effet, le sens des mutations qui affectent la noblesse seconde de Champagne sur deux siècles, y compris à la fin de cette période, est tout entier contenu dans le concept de fidélité. Dès la fin du xve siècle, les Anglure et les Dinteville ont intégré le service de Louis XI parce qu’ils ont transféré la fidélité qui les unissait à Charles Le Téméraire sur son vainqueur, le roi de France. Plus tard, François Ier et Henri II ont organisé la défense du territoire champenois autour de la noblesse seconde parce que celle-ci était préalablement liée à leur service de manière quasi exclusive, ce qui garantissait son efficacité au même titre que la familiarité qu’elle entretenait avec le pays. Quelques Lorrains, implantés en Champagne depuis peu, en sont même venus à convertir la fidélité qu’ils vouaient au due et à entrer dans la clientèle royale tout en accédant à des postes de responsabilité dans leur nouvelle province. Au cours des guerres de Religion, la monarchie a tenté d’accroître le réseau de sa noblesse seconde, pour se ménager d’autant plus de fidélités au sein de la société nobiliaire locale. C’est d’ailleurs à Tissue de cette crise que la plupart d’entre eux en sont venus à superposer l’attachement qu’ils vouaient a la personnalité propre à chaque souverain et celui qu’ils commençaient à ressentir envers la couronne en tant qu’abstraction : d’abord en entérinant le changement de dynastie opéré entre Henri III et Henri IV, ensuite en apportant un soutien inconditionnel à la régente. Sous Louis XIII, leur dévotion à l’égard du pouvoir central est restée un élément décisif de leurs carrières : si les chances de promotions de quelques-uns ont été moins nettes, c’est parce qu’ils n’ont su entrer dans le réseau du cardinal de Richelieu ou traduire au cours de la guerre leur loyauté en termes d’efficacité. Du coup, ils n’ont pas réussi à faire face au blocage de leurs perspectives d’ascension, voire à la dégradation de leur crédit à la cour. À cet égard, la Fronde a représenté la dernière occasion pendant laquelle ils pouvaient encore faire juxtaposer leur dévouement au roi et leur autorité en Champagne, leur attachement à la couronne et leur savoir-faire provincial.

8Avec la double consolidation du pouvoir monarchique et de la frontière nord-est, la noblesse seconde s’est retrouvée privée d’ennemis. Sans eux, elle n’était plus aussi indispensable qu’autrefois. Pour continuer à se nourrir de la guerre, elle a donc été obligée d’aller la chercher au loin. Pour garder une chance de promotion, pour conserver un certain crédit auprès de son maître, elle a dû obéir une fois encore à ses volontés, se dissoudre dans ses armées et faire survivre ses liens de fidélité au détriment de son pouvoir local.

© Éditions de la Sorbonne, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540