Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Noblesse seconde et pouvoir en Champagne aux XVIe et XVIIe siècles

 | 
Laurent Bourquin

Troisième partie. La mise à l'écart (1635-vers 1700)

Chapitre VII. La dislocation du pouvoir nobiliaire

Texte intégral

1. Les Misères de la guerre

  • 1 B.N. Fr. 3759 (68), rapport de Châtillon à Des Noyers, le 15 mars 1637.

1Mars 1637. La guerre ne fait encore que balbutier. Châtillon vient d’être dépêché en Champagne pour faire face à une invasion toute proche. Depuis deux mois, il envoie rapport sur rapport à Paris pour rendre compte du logement de ses troupes. Une routine pesante qui consiste surtout à donner à ses officiers une route et des étapes dont ils ne doivent pas s’écarter. Le 15, il vient d’apprendre que la routine a viré au bain de sang dans un village de Brie dont il ne connaît même pas le nom et qui devait abriter le régiment du colonel de Carquois. « Les paysans s’estans barricadéz et retiréz dans un petit fort autour de leur Église, après que le sieur de Carquois a usé de toutes sortes de prières à ceux qui estoyent aux premières barricades pour les obliger à le recevoir, leur asseurant qu’il ne leur seroit faict aucun tort, ilz luy ont respondu avec injures, et ensuitte ont tiré sur luy et les siens à bonnes harquebusades, qui ont tué ou blessé quelqu’uns de ses compagnons. Cela l’a obligé à faire mettre pied à terre et attaquer lesdicts paysans qui, après avoir faict une assez opiniastre résistance, ont esté contraincts et forcéz de se retirer dans leur réduict. Cela ne s’est pu faire sans une extrême viollence, qui a obligé le sieur de Carquois à faire mettre le feu au village, dont les maisons estoyent fort serrées, de sorte que tout, à deux ou trois maisons près, a bruslé. Il en est resté l’Église et une maison de noblesse qui estoit au bout dudict village... Vous voyez la résolution désespérée que les paysans commencent à prendre partout pour se deffendre contre les gens de guerre, et disent franchement que dès qu’ilz auront achevé de semer leurs avoynes, ilz abandonneront tout et se retireront là où ilz pourront, car il est très véritable que la moitié des villages de Champagne sont tellement désoléz que je ne pense pas qu’il leur reste avoyne ny fourrage, le reste sera mangé devant que nous puissions attendre le 15e avril. J’apréhende que tout d’un coup nous tomberons dans la nécessité »1.

  • 2 A.D. Marne E 715 (92).

230 novembre 1640. Depuis quatre ans, la guerre se rallume à chaque printemps. Ce jour-là, Roger de Choiseul-Praslin reçoit la liste des quartiers d’hiver pour les armées. Une liste élaborée à Paris, qu’il lui faut appliquer à la lettre en répartissant les troupes dans les garnisons des villes et tout alentour. Une liste interminable : Troyes, Reims, Châlons, Mézières, Bar-sur-Aube, Éclaron, Montier-en-Der, Mouzon, Joinville, La Ferté-sur-Aube, Saint-Dizier, Beaumont-en-Argonne, Ay, Bar-sur-Seine, Châtillon-sur-Seine, Châtillon-sur-Marne, Attigny, Rethel, Fismes, Château-Porcien, Montmirail, Montiéramey, Villeneuve, Saint-Julien-du-Sault, Villeneuve-1’Archevêque, Vitry, Bar, Vaucouleurs, Commercy, Stenay, Dun, Verdun, Épernay, Potières, Dannemoine, Donchéry, Sainte-Menehould, Damvilliers, Château-Renaud, Linchamp2. Tout l’espace champenois est mis au service des troupes du monarque.

  • 3 B.N. Champ. 36 (125), 5 avril 1649.

3Reims, le 5 avril 1649. Henri de Rothelin, gouverneur de la ville, écrit à son frère : « l’armée de M. le Mareschal du Plessis, qui est encore postée aux environs de Reims, composée de 3 ou 4 000 hommes, a fait autant de ravages qu’une armée de 50 000 combattants. Et ce ne sera pas par exagération, mais avec vérité, quand je vous dirai que ce petit corps d’armée a rendu toute la campagne déserte à plus de six lieues en ronde, pillé les maisons des gentilshommes, mis eux et leurs femmes en chemise, violé, brûlé et outragé et estropié les curéz, volé les Églises sans avoir épargné les vases sacréz, jetté et foulé aux pieds le plus saint de tous nos sacremens. Je ne vous parle point après toutes ces chozes de la barbarie dont ils ont usé envers les païsans, du dégât qu’ils ont fait des bleds et des fourrages, non plus que des mauvais traitemens qu’ils ont fait à toutes les personnes qu’ils ont eu à la rencontre. D’autre part, l’armée allemande qui a entrée en Champagne par Sainte-Menehoul a fait des partis de 800 chevaux jusqu’à nos portes, pillant et injuriant tous les lieux de leur marche, et on peut dire sans mentir que ceux-cy ont canonisé les premiers puisque le moindre de leurs crimes a été l’incendie, de sorte qu’on peut appeller tout ce païs depuis Sainte-Menehould jusqu’à Reims et entour à gauche et à droite à six lieues en ronde les déserts de l’Arabie, ne s’y trouvant pas à présent une âme, ni pour un teston de subsistance »3.

  • 4 Cité par H. Jadart, Les guerres de la Fronde dans la baronnie du Thour en Champagne, 1649-1657. Re (...)

4Février 1655. Aux confins du Rethelois et de la Picardie, les fermiers de la baronnie du Thour font leurs comptes. Devant notaire, ils dressent le bilan du passage des troupes au cours de la Fronde. 1649 : les mercenaires d’Erlach sont les premiers à picorer le pays, puis le régiment du duc de Montausier pendant les semailles, enfin trois compagnies de chevau-légers de La Ferté en octobre. 1650 : les troupes françaises viennent séjourner sur l’Aisne, à une lieue du Thour, en avril, mai, juin et une partie de juillet. Puis ce sont les troupes de Rosen, relayées en août et septembre par l’archiduc Léopold-Guillaume. Décembre voit arriver l’armée du maréchal d’Aumont, puis le retour de Rosen à la fin de l’année. 1651 : pour 200 L., il accepte de repartir, mais un autre régiment vient loger de mars à mai. Au mois de juillet, Condé et Persan ne restent pas longtemps : « voyant l’extrême nécessité desdicts habitans (estoient contraincts manger les chevaux et charogne morts et putriffié) », ils jugent qu’ils ne pourront pas subsister en ce lieu. L’hiver se passe en compagnie des troupes de Conti et Vendôme. 1652 : en janvier, le régiment de Grandpré ne peut rester plus d’une semaine dans ce pays fantôme, déserté par ses habitants. Les maisons vides sont occupées d’avril à octobre par les hommes du duc de Lorraine. 1653 : les troupes de Turenne et La Ferté les remplacent. Pourtant, une trentaine de survivants – soit le tiers de la population de 1649 – revient progressivement s’installer. Les autres sont morts de faim et de froid. 1654 : La Ferté et Turenne reviennent à plusieurs reprises en juin et octobre. À la fin de l’année, la brigade du marquis de Reynel, composée de quatre régiments, s’installe encore pendant trois semaines, malgré l’éloignement des conflits4.

  • 5 À Hortes, un village du Bassigny où l’armée de Galas, en septembre 1636, avait massacré 400 habita (...)

5Ces quatre documents ne sont que des échantillons prélevés dans un océan de sources qui fait inévitablement penser à des gravures de Jacques Callot. Pendant vingt ans, la Champagne est piétinée selon un même rituel qui, à quelques variations près, se traduit toujours par le meurtre, le pillage ou l’incendie. Pendant plus de vingt ans, les documents nous livrent une longue litanie de souffrances et de plaintes qui compose un tableau déprimant. Les années 1635-1659, pour tout le Nord-Est d’ailleurs, représentent une rupture décisive, extrêmement brutale, dont certaines communautés paysannes ont véhiculé le souvenir à travers leur tradition orale jusqu’à la fin du xviiie siècle5.

  • 6 J. Dupâquier, Statistiques démographiques du Bassin Parisien (1636-1720), Paris, 1977.
  • 7 Sur tous ces problèmes, j’ai retrouvé en Champagne de nombreux points communs avec le Hurepoix de (...)

6Les travaux de J. Dupâquier sur l’évolution démographique du Bassin Parisien au xviie siècle permettent d’en mesurer l’impact sur le long terme6. Dans l’élection de Reims, entre le rôle des tailles de 1628 et l’État général de la province de Champagne dressé par Machault en 1664, la population a diminué de 28 %. De 1636 à 1664, l’élection de Rethel a perdu 30 % de ses habitants. Encore ne s’agit-il que d’un rattrapage, car la chute, d’après les Notices sur les ravages de la guerre de Terwel, avait été de 49 % entre 1636 et 1657. Dans l’élection de Sainte-Menehould, de 1628 à 1664, le peuplement a reculé de 31 % et jusqu’en 1713, la récupération n’est encore que très lente (+ 8 %). Si la crise du milieu du siècle semble avoir frappé toutes les contrées de Champagne avec la même violence, les séquelles ultérieures en sont très variées. Ainsi, tandis que l’élection de Bar-sur-Aube perd encore 16 % de ses habitants entre 1664 et 1720, celle de Chaumont, qui a pourtant été profondément traumatisée par le conflit, en gagne 12 % de 1664 à 1690 et 17 % de 1690 à 1711. De même, si le peuplement de l’élection d’Épernay baisse de 9,7 % en vingt ans (1691-1711), celui de l’élection de Langres, tout aussi marqué par la guerre que celui de Chaumont, regagne 40 % entre 1664 et 1713. Globalement, l’étude de J. Dupâquier montre que la récupération, plus ou moins rapide, qui s’amorce à la fin des années 1650, est souvent enrayée par les crises de subsistance de 1661-1662, 1693-1694 et 1709-1710, qui semblent porter le coup de grâce à des pays mal remis des guerres du milieu du siècle7.

  • 8 Cité par M. Poinsignon, op. cit., t. III, p. 136-137.

7Ce marasme peut être confirmé de multiples manières, mais comme il ne peut entrer dans mon développement de dresser un bilan économique et social de cette crise pour l’ensemble de la province – car c’est une étude qui mériterait un livre à elle seule – je préfère clore ce panorama sinistre avant de recentrer le propos sur la noblesse, en livrant un dernier document, une lettre écrite au contrôleur général par Michel Larcher, l’intendant de Champagne, le 30 mai 1697 – soit trois ans après la famine de 1693-1694. « Depuis cinq ans et demy que j’ai l’honneur de servir dans la généralité de Champagne, j’y ai vu tous les ans augmenter la misère, et cependant je n’ai pas encore pris la liberté de vous proposer d’en modérer la taille, parce qu’elle m’a toujours paru pouvoir y estre payée ; mais il n’en est pas de même cette année-cy, où cette généralité se trouve réduite dans un état beaucoup plus fâcheux qu’elle n’a esté les précédentes, par plusieurs accidents, qui sont : que les souris y ont d’abord tellement rongé les grains semés, qu’en plusieurs places il n’est presque rien resté du tout ; que l’excessive sécheresse, dans un pays qui est déjà si sec de lui-même, y a fait ensuite périr la plupart des seigles, qui est la plus considérable de toutes ses récoltes, et dont, en plusieurs endroits, il n’y aura pas la 20e partie de l’ordinaire ; qu’il y est survenu depuis peu de jours des gresles qui ont, en différents cantons, fait encore de nouveaux désordres dans les grains ; et qu’enfin les vignes, dont on a si peu tiré depuis trois ans, ne promettent rien de mieux cette année »8.

2. La dégradation des patrimoines nobiliaires

  • 9 A.D. Ardenne 1 E 130.

8Parce qu’elle a pour vocation de faire profession des armes, mais aussi parce qu’elle dépend étroitement de ses revenus fonciers, la noblesse ne peut qu’être concernée par cette crise qui cumule un impact militaire très puissant – beaucoup plus que les guerres de Religion, ne serait-ce que par l’ampleur des effectifs qui sont utilisés – et d’importantes conséquences socio-économiques sur la longue durée. Pour elle, la période 1635-1655 représente bel et bien une fracture béante après laquelle rien ne peut plus être comme avant. Les contemporains eux-mêmes semblent avoir mesuré très vite l’ampleur du phénomène, car ils ont éprouvé le besoin, la paix étant revenue, de faire un état des lieux après l’orage, de dresser un bilan de leurs pertes, pour essayer de savoir ce qui est détruit et réparable, obtenir un allègement de leurs charges, justifier la chute de leurs revenus. Jamais, à ma connaissance, les propriétaires fonciers ou leurs fermiers n’avaient adopté une démarche similaire à l’issue des guerres de Religion, si ce n’est sur quelques aveux et dénombrements. Il est vrai que pour la plupart, les guerres de la seconde moitié du xvie siècle avaient surtout été une période de désorganisation économique générale, conjuguée à une certaine stagnation du niveau des récoltes, rarement la cause de destructions massives. La crise de 1635-1655 est tellement exceptionnelle par son ampleur qu’elle génère parfois de nouveaux documents, par exemple cette « visite... des ruines arrivées aux empouilles du terroir [de Nanteuil] et retardement de labeur causés par les gens de guerre qui ont séjournés en ce pays », faite à la demande du fermier de la seigneurie9.

9Pour lui, il s’agit d’obtenir en juillet 1650 un allègement de ce qu’il doit à son propriétaire, Charles de La Rouère, en faisant dresser parcelle par parcelle un bilan très détaillé des dégâts. Le résultat est catastrophique. Ici, sept setiers de terre « empouillés en méteil que nous avons trouvéz fort mangé, fauché et foulé du pied des chevaux ». Là, six quartels empouillés en froment : « et n’estimons pas que l’on puisse prendre à laditte empouille pour les frais de ramassage ». Un peu plus loin, trois quartels en froment « à laquelle il ne reste pas la semence ». Les prés sont presque tous détruits, les vignes très abîmées. En tout, le document chiffre la perte à la moitié du revenu annuel des terres. À travers leurs fermiers, les nobles pratiquant le faire-valoir indirect sont particulièrement touchés par ces destructions. Ils se retrouvent pris en tenaille entre leurs besoins d’argent, que la guerre ne peut qu’accentuer, et l’incapacité de leurs fermiers à les régler comme d’habitude. Le texte de 1655, que j’ai déjà utilisé au début de ce chapitre à propos de la baronnie du Thour, a la même signification : là aussi, il s’agit pour les locataires d’obtenir un allègement de leurs charges en dressant le bilan des dommages subis depuis plusieurs années.

10On pourrait objecter que ce genre d’accidents n’affecte au bout du compte qu’une, deux ou trois années des revenus d’un domaine et que finalement, la paix étant revenue, le mode d’exploitation seigneurial pourrait avoir assez de ressources pour se remettre à fonctionner. Il n’en est rien, car outre les récoltes, tous les rouages vitaux de la seigneurie semblent avoir été touchés.

  • 10 A.D. Marne E 248.
  • 11 Lettres du cardinal Mazarin, op. cit., t. I, p. 491-492.

11Ainsi, le 25 février 1670, Lemoine, lieutenant général au bailliage d’Arzillières, dresse un procès-verbal en forme d’enquête destiné à établir pourquoi les titres de la baronnie ont disparu. L’enjeu est de taille, car il concerne les droits féodaux et seigneuriaux que la communauté villageoise doit acquitter au propriétaire, Charles II de La Vieuville. Lemoine assigne donc des témoins, qui déclarent que « depuis les années 1632 et 1633 et jusques en 1643, led. lieu et château d’Arzillières ont esté habandonnés d’un chacun et désertés, tellement que les herbes sont creues tant dans led. château que dans led. lieu d’Arzillières, et qu’ils ont veu des papiers de la baronnie d’Arzillières jettés par les rues, foulés aux pieds et bruslés... et de plus ont dit que le régiment de Nettancourt, estant logé icy au moys de mars 1637, rompirent les coffres de plusieurs particuliers qui estoient réservés au château, mesme celui où estoient les papiers réservés appartenant à Monseigneur, et iceux jettés par les rues et bruslés comme dict est »10. À l’époque, le père de Charles II, l’ex-surintendant des Finances, était en disgrâce depuis dix ans, emprisonné à Amboise puis en exil dans les Flandres. Sa longue absence est une tragédie pour ses terres, que les armées royales n’hésitent pas à saccager plusieurs saisons de suite. Son retour en France ne résout pas le problème pour autant, car il lui faut d’abord récupérer des domaines confisqués par le pouvoir et attribués à d’autres – tels le duc de Saint-Simon, l’ancien favori de Louis XIII, contre lequel il doit mener une rude bataille judiciaire11. Il lui faut ensuite recouvrer ses anciens droits à l’égard des communautés, qui ont profité de cette parenthèse pour s’affranchir de facto de la plupart de leurs redevances. À la lecture de ce procès-verbal de 1670, le mal semble décidément irrémédiable. La mémoire de sa baronnie a disparu en partie dans le conflit.

  • 12 A.N. P2152.
  • 13 A.N. P 2153.
  • 14 A.N. P 2152.
  • 15 A.N. P 217.
  • 16 A.N. Q1 41.

12Ce qui fait l’originalité de cette crise par rapport aux guerres de Religion, c’est qu’elle entraîne en maints endroits la disparition de communautés paysannes entières, qui ont abandonné leurs maisons et leurs champs pour trouver refuge ailleurs, dans un pays moins foulé par les troupes ou moins touché par les épidémies. Dès le 14 octobre 1642, Georges de Quincampoix déclare dans son aveu qu’il est obligé de laisser les friches gagner du terrain dans sa seigneurie de Sexfontaines, « tant à cause de la stérilité desd. terres scituées sur la roche que à cause de la peste dont la pluspart des laboureurs dud. Sexfontaine sont morts »12. À Espié, le 23 juillet 1644, Antoine, Henri-Antoine et Claude-Françoise de Chaumont déclarent qu’ « à présent il n’y a aucuns [habitant] à cause des guerres fort fréquentes qui ont continué depuis dix ans dans les païs de Loraine et Barois, qui ont rendu ledict lieu d’Espée désert et sans habitation de personnes »13. Tous leurs revenus, aussi bien seigneuriaux que fonciers, sont anéantis. Même si de nombreux endroits ne connaissent pas une désertification aussi poussée, les guerres semblent avoir suffisamment perturbé les communautés paysannes pour que le seigneur ait dès lors beaucoup de mal à trouver des fermiers qualifiés. Dès le 31 mai 1641, Nicolas de Saint-Belin fait consigner ce phénomène dans son aveu et dénombrement, en déclarant qu’il possède de beaux gagnages à Lignol, mais qu’ils sont « de nulle valleur ou bien petite à cause que les terres qui en dépendent sont demeurées en friches à cause des troubles et ne se peult trouver personnes qui les veuillent tenir »14. Encore en 1661, Philippe de Tournebulle déclare qu’il en est réduit à faire valoir lui-même ses terres et prés de Villers-le-Sec et Maupas, « faulte de fermier »15. Le cas extrême est celui de la seigneurie de Valdrange, dont le propriétaire, Charles de Pouilly, en est réduit en 1684 à dresser l’inventaire d’anciens droits qui ne rapportent plus rien depuis longtemps, puisqu’il n’y subsiste... qu’un seul habitant16.

  • 17 Ibid.
  • 18 A.N. P 217 (21 juin 1653). Des précisions statistiques sur cette dégradation des patrimoines peuve (...)

13À force, c’est toute l’économie rurale qui se trouve perturbée, parfois pour des décennies. En 1686, Gédéon de Vassignac rappelle par exemple dans son aveu d’Imécourt qu’un droit de foires et marchés lui avait été accordé par le souverain en avril 1645, « en considération des bons et fidelles services par luy rendus au deffunt Roy son père. Mais les guerres quy ont resgnées depuis ont interrompus lesdites foires et marchéez, que ledit seigneur prétend rétablir soubs le bon plaisir de Sa Majesté »17. Quarante ans plus tard, ses terres portent encore les stigmates de la guerre. Il serait trop long de livrer tous les documents qui décrivent les pressoirs en ruine ou les moulins brûlés qui parsèment le paysage champenois à l’issue du conflit, comme à Cernay, en 1653, où les terrages, les censives, les corvées, les bourgeoisies et jusqu’aux étangs ne rapportent désormais plus rien18. Ils ne font que confirmer une désolation qui n’est certes pas systématique, mais qui semble être le lot de la majorité des propriétaires.

  • 19 B.N. Fr. 4211 (470), 19 novembre 1652. À Grandpré, un procès-verbal de 1655 précise que la bourgad (...)
  • 20 B.N. Fr. 4211 (532), 16 décembre 1652.

14Il est vrai que la petite noblesse, du fait de la faiblesse de ses revenus, du fait de la concentration quasi exclusive de tout son capital foncier en une même seigneurie, est la plus touchée par cette crise. Mais elle est loin d’être la seule. Le 19 novembre 1652, alors que la reconquête de la Champagne face à Condé bat son plein, Mazarin écrit à Le Tellier que « les ennemis ont mis garnison dans les châteaux de Busancy et de Grandpré, ce qui achève de ruiner M. de Grandpré et M. de Bourlemont. Il faudra songer à faire quelque chose pour eux. Et cependant je suplie Leurs Majestéz d’avoir la bonté de faire garder pour ce dernier la confiscation de Chauvilly »19. Un mois plus tard, il précise que Condé « ne se contente pas seulement de faire brusler les fourrages » autour de Sainte-Menehould, assiégée par les troupes royales. Il « destruict plusieurs des meilleurs bourgs et villages qu’il y eust en ces quartiers-là et qui appartiennent à de très bons serviteurs du Roy et il en a fait brusler un, entre autres, appelé Herpon, apartenant à M. de Vaubecourt, où il y avoit près de trois cens maisons qu’il a pris soing de faire brusler touttes sans exception, commençant par celle du seigneur et finissant par celle du curé. Ledit sieur de Vaubecourt est entièrement ruiné et je vous prie de nouveau de suplier Leurs Majestés de luy donner moïen de ce récompenser sur les biens de M. le prince, qui a juré de le réduire à la dernière misère »20.

  • 21 B.N. Fr. 3759 (55), 9 mars 1637.
  • 22 A.D. Meuse PL 10712 (P).
  • 23 B.N. Fr. 3759 (120), 16 avril 1637.

15Isolés de leur contexte, ces événements pourraient passer à première vue pour les derniers feux d’un conflit sanglant qui s’achèverait en une sorte de vendetta généralisée dans laquelle les biens de la noblesse – particulièrement de la noblesse seconde – finiraient de se consumer. En fait, ce ne sont peut-être pas les mouvements des troupes ennemies qui font le plus de dégâts au cours de la période – sauf à la fin. À lire la correspondance qu’échangent les grands officiers de la monarchie depuis le déclenchement des hostilités contre les Habsbourg, il apparaît plutôt que c’est le logement des armées – surtout des armées royales – qui pose le plus de problèmes. Dès mars 1637, alors qu’il n’est en Champagne que depuis quelques mois, Châtillon écrit en effet au président Vignier que l’exemption du logement des soldats, qui représente un privilège vital pour cette noblesse très exposée, s’est vite imposée comme l’une de ses premières préoccupations : « Il vous pleut de prendre la peyne de m’accompagner à Troyes, où je jugé d’abord tout le désordre qui m’est tombé sur les bras, néantmoings je m’en suis assez heureusement démeslé jusques à présent, ayant faict subsister les troupes en la province, et espargné les terres et maisons, non seulement des personnes de grande considération, mais jusqu’aux moindres gentilshommes de ce pays, que j’ay favoriséz en tout ce que j’ay pu »21. Néanmoins, les bonnes intentions de Châtillon doivent rapidement céder la place à un certain pragmatisme qui le pousse à installer ses soldats là où il pourra trouver un hébergement sûr et de la nourriture. Les terres des nobles se mettent alors à subir elles aussi le séjour des troupes. Par contrecoup, leurs privilèges étant mis à mal par la diffusion du conflit, ils sont obligés de faire jouer de plus en plus leurs appuis à la cour pour tenter de préserver leurs villages, leurs paysans et donc leurs revenus. Dès lors, la faveur royale se traduit de façon récurrente par quelques exemptions. Ainsi, dès 1636, Louis XIII interdit à quiconque de séjourner sur les terres de Jean de Nettancourt-Vaubecourt22. De même, en avril 1637, Richelieu écrit à Châtillon au sujet de Charles-Saladin de Savigny-d’Anglure : « les services que Mr. le vicomte d’Estoges a desjà rendus au Roy avec sa compagnie de chevau-légers, ceux qu’il espère de rendre encores à l’advenir, et l’affection que je luy porte, me font prendre la plume, pour vous conjurer en cette considération de soulager en tout ce qui sera possible les villages qui dépendent de sa terre d’Estoges, du logement et contribution des gens de guerre de l’armée que vous commandez, deffendant aux maréchaux de camp et autres officiers qui sont soubz vostre charge de ne donner aucuns départements ausdicts villages ; ledict sr. vicomte d’Estoges vous en donnera les noms »23.

  • 24 Ibid. (156). Nombreux autres exemples dans les mêmes registres : fol. 70 (18 mars 1637), fol. 109 (...)

16Ce type de lettre, qui se met alors à foisonner dans la correspondance de Châtillon, ne concerne pas seulement quelques personnages de la noblesse seconde champenoise, mais aussi des Parisiens qui possèdent des terres en Champagne, voire des individus parfois bien modestes, comme ce Laverdure, pour lequel Louis XIII prend la peine d’écrire à Châtillon : « Je vous escris ce mot en faveur de Laverdure, chef de mon gobelet, pour exempter de logemens de gens de guerre le hameau de Soyers près d’Anglure, consistant en deux maisons qui lui appartiennent ; s’il y en avoit davantage, j’en aurois faict considération, mais pour sy peu, comme cela ne peut pas beaucoup eslargir un logement, vous ferez chose qui me sera bien agréable sy vous vous en souvenez »24.

  • 25 Voir p. 179-180.
  • 26 B.N. Fr. 4211 (76), 31 août 1652.

17Je ne pense pas que ces marques de faveur doivent être prises pour une volonté bien nette de préserver les revenus nobiliaires contre la crise. Elles procèdent plutôt du jeu traditionnel qui imprègne depuis longtemps le fonctionnement du clientélisme royal, la traduction pure et simple d’appuis personnels, la récompense de services qui restent précieux à la couronne, l’utilisation quelque peu cynique des désordres pour faire dépendre encore plus étroitement la noblesse provinciale des bienfaits de la monarchie. Nous avons déjà vu que le pouvoir central, dès 1650, avait cru bon d’insister tout particulièrement auprès des nobles sur les dangers que leur faisaient courir les guerres civiles : en publiant une ordonnance réaffirmant leurs privilèges, en incitant la noblesse seconde à prendre la tête des opérations de maintien de l’ordre, il s’agissait de réaffirmer que la monarchie restait la garante de la stabilité économique et sociale25. En 1652, lorsque Mazarin insiste autant pour que les Anglure, les Nettancourt et les Joyeuse soient dédommagés des destructions causées par les troupes condéennes, il s’agit une fois de plus de récompenser des services, de resserrer ses liens avec quelques nobles, de protéger des agents du pouvoir, et non pas d’endiguer la crise des revenus nobiliaires qui s’annonce. En mettant le doigt dans l’engrenage de la guerre, la noblesse provinciale a pris le risque d’en pâtir, mais aussi de devenir encore plus dépendante de Paris pour en limiter les dégâts. Ces destructions deviennent donc à leur tour un enjeu de pouvoir, à tel point que Mazarin en tire les ultimes conséquences en août 1652, lorsqu’il suggère à Le Tellier que pour inciter d’autant plus les nobles à prendre les armes contre le duc de Lorraine, il sera bon « d’incérer dans les mêmes ordres que le Roy faict advancer ses armées dans cette Province pour les délivrer d’opression, en exagérant d’aultant qu’il se pourra les dégatz et les incendies qu’ilz ont souffertes »26.

18À plus ou moins long terme, le conflit de 1635-1659 déstabilise les finances d’une noblesse provinciale qui s’en trouve d’autant plus affectée que la dépression s’installe en Champagne jusqu’à la fin du siècle. Pour plusieurs décennies, elle va ainsi devoir faire face à une lente dégradation de tout son patrimoine, une érosion de ce qui a toujours constitué le fondement de sa manière de vivre et de faire carrière.

3. Une noblesse en faillite

  • 27 Mémoires d’Oudard Coquault, op. cit., p. 394.
  • 28 A.D. Ardenne 1 E 405.
  • 29 M. de Sars, op. cit., p. 39 et 42.

19En août 1659, Oudard Coquault note que « l’absence du Roy en province esloignée donne la liberté à M. le comte de Grandpré de picorer come durant la guerre, entre les rivières de Meuse et d’Aisne, avec quelque régiment qu’il a et attirail d’artillerye. Cela afflige beaucoup ce peuple et le recule de commencer à rédiffier, come on commence par-deçà »27. Comment un individu tel que Grandpré, issu de l’une des plus riches familles de la noblesse provinciale, et qui était devenu à la fin de la Fronde l’un des principaux alliés de Mazarin en Champagne, en est-il arrivé à devenir un simple gentilhomme brigand ? La réponse se trouve dans un document conservé aux Archives départementales d’Ardenne, intitulé Mémoire des dettes de la succession de Madame la Comtesse de Grandpré28. On y apprend qu’au décès de sa mère, en 1655, Charles-François de Joyeuse doit acquitter 270 061 L. impayées, dont 266 741 L. de rentes échues ou à échoir cette année-là. La situation est tellement grave que la femme de chambre n’a pas été payée depuis deux ans et demi. Déjà, en 1649, il devait 15 725 L. à son tailleur parisien, alors que les raids ennemis commençaient à mettre à mal ses domaines familiaux dans le nord de la province – en 1650, un bilan provisoire fait état de 60 000 L. de dégâts à Grandpré après le passage des Lorrains29. Le comte de Grandpré, dès la fin des années 1650, est donc pris à la gorge par un monceau de dettes qu’il est absolument incapable de régler. Peut-être est-ce dû en partie, comme on le dit souvent pour expliquer les difficultés financières des nobles, à des dépenses somptuaires excessives – la facture du tailleur pourrait en faire foi. Rien n’est moins sûr, car la plupart des dettes impayées ont été contractées pour régler l’acquisition de domaines avant la guerre. Avec la dégradation des années 1635-1659, ces dettes se transforment en un lourd passif qu’il est devenu impossible d’honorer. La faillite est proche.

  • 30 A.D. Haute-Marne 10 J 9.
  • 31 A.D. Haute-Marne 10 J 3 (31 octobre 1687).

20Les exemples de ce type sont légion. En 1653, l’inventaire après décès de Nicolas de Saint-Belin, seigneur de Vaudrémont, fait apparaître un passif de 76 902 L., constitué par des reconnaissances de dettes et des rentes impayées. Un chiffre énorme si on le compare avec ses actifs mobiliers, qui ne montent qu’à 14 254 L., dont le tiers est en fait composé du bétail et des réserves en grains. Au sortir des guerres, sa situation financière est donc complètement déséquilibrée30. Celle de ses cousins de la branche de Bielles n’est guère plus brillante. En 1687, une visite de leur château de Vaudenay montre qu’ils n’ont pas su faire face à une lente dégradation de leur patrimoine immobilier : le pont du château est entièrement ruiné ; de nombreuses portes sont pourries ; certaines n’ont même plus de serrures ; « dans la troisième chambre qui est la salle, il manque dans les deux fenestres qui sont sur la cour quarante-sept losanges, dans une autre fenestre du costé du fossey, il manque un panneau de vitre de trois pieds neuf pouces d’autour et deux pieds de large »31. Une aussi vieille famille que celle de Saint-Belin se retrouve donc à l’issue de ce conflit dans une situation très précaire, qui s’explique par l’accumulation d’un passif qu’elle est incapable d’éponger. Elle n’est pas la seule, car bien d’autres familles, et non des moindres, se débattent dans les mêmes difficultés.

  • 32 B.N. PO. 185 (34-35).

21Ainsi, en 1683, au décès de Marc de Baradat, le fils de l’ancien favori de Louis XIII, une dizaine de créanciers s’organisent autour du plus important d’entre eux, Paul Mascarany, conseiller du roi en la cour du Parlement de Rouen, pour obtenir le remboursement de 35 315 L. La somme se répartit entre plusieurs obligations dont la plus grosse monte a 14 730 L. et la plus ancienne date de 1629. La veuve et les héritiers de Marc étant incapables d’y faire face, leur marquisat de Damery, fleuron du patrimoine familial, est saisi et mis à la criée le 7 août 168332. L’accumulation des dettes impayées aboutit donc ici à sa conséquence logique, la liquidation de ce qui représente la source d’une fortune nobiliaire : ses biens fonciers. On pourrait objecter que la mine de cette famille n’est au fond que la conséquence logique de son itinéraire, qui l’avait propulsée au faîte de la réussite pendant un laps de temps très court, grâce à la faveur dont avait joui François auprès de Louis XIII en 1625-1626, mais qui s’était achevée par une disgrâce tout aussi subite. Il n’en est rien, car là encore il ne s’agit pas d’un phénomène isolé qui n’affecterait qu’une famille particulièrement malchanceuse. Au fur et à mesure que se prolonge le marasme, la faillite fait tache d’huile. À tel point qu’elle en vient à toucher les plus puissants de la province, les Livron par exemple.

  • 33 Tallemant des Reaux, op. cit., t. II, p. 457.
  • 34 Cite par Lacordaire, « Les seigneuries et féaultéz de Bourbonne-les-Bains », Revue de Champagne et (...)
  • 35 B.N. PO. 1750(105-108).
  • 36 Lacordaire, art. cit.
  • 37 Son oraison funèbre est conservée a B.N. DB. 399.
  • 38 Lacordaire, art. cit.

22Dans l’une de ses Historiettes, Tallemant des Reaux remarque perfidement au sujet de Charles II de Livron : « c’est un homme fort pauvre que Bourbonne ; d’ailleurs il n’a point de bien. Elle [Mademoiselle de Sallenove, que Livron avait enlevée en 1643] le menaçoit sans cesse de le poursuivre ; mais quand elle se vit un enfant, elle s’apaisa. Elle gouverne tout, elle va souvent à Reims, et donne quelque pistolle à son mari pour aller jouer à la paume... Avec le temps, son mari pourra avoir du bien de sa maison, car l’aisné est abbé »33. La précarité de la situation financière des Livron, assez surprenante au fond pour une famille qui a dominé depuis deux siècles le Bassigny, est mise à nu en 1667-1669. Par deux édits, Louis XIV ordonne en effet qu’il soit procédé « à la vente, aliénation, et délaissement à perpétuité par inféodation et denier d’entrée, au plus offrant et dernier enchérisseur, des petits domaines séparés ou portions de domaines mélanges avec les biens des particuliers, comme aussi des justices et seigneuries des paroisses sous domaine, ensemble des terres vaines et vagues, communes, landes, bruyères, garennes, pâtis, palus marais, étangs, etc, etc, portions de domaines appartenant en pariage à Sa Majesté avec les seigneurs particuliers »34. Pour Nicolas de Livron, le frère aîné de Charles, cela signifie qu’il va lui falloir débourser de grosses sommes pour conserver la jouissance de terres qui relèvent du domaine royal et dont sa famille avait pourtant l’usufruit depuis le xve siècle. Mais il n’en a pas le moindre Hard. En 1669, il frôle en effet de justesse la confiscation de Bourbonne, à cause de dettes impayées. Malgré une mise à la criée et une adjudication forcée pour 180 000 L., il parvient à garder son bien sans que l’on puisse savoir comment35. Après une telle affaire, il ne peut bien évidemment pas dégager l’argent nécessaire pour conserver les domaines du roi. Le 28 juin 1674, après mise aux enchères, c’est un sieur Poudreau, avocat au conseil, prête-nom de Pierre-Cesar Gumbert, président au présidial de Caudebec, qui se voit adjuger pour 4 200 L. les biens qui relèvent du domaine royal à Bourbonne, soit en fait la totality des droits seigneuriaux de la baronnie, qui se transforme ainsi du jour au lendemain en un simple domaine foncier36. Deux mois après, Nicolas se fait tuer à la bataille de Senef, en ayant pris de tels risques que les contemporains interprètent sa mort comme un suicide37. Six ans plus tard, assailli par ses créanciers et réfugié dans un cloître, Charles de Livron vend ce qui lui reste de sa baronnie à Charles Colbert du Terron, qui vient justement de racheter à Pierre-Cesar Gumbert la portion du domaine royal que celui-ci avait acquise en 1674. Il empoche 182 000 L., soit juste de quoi régler ses dettes, qui s’élèvent à 173 482 L.38.

  • 39 A.D. Aube Ε 789.
  • 40 B.N. PO. 1652 (48), 30 avril 1667.
  • 41 A.D. Aube Β 1146(A).

23Les Livron ne sont pas seuls à faire les frais de cette dégradation de leur fortune. Ainsi, le 20 août 1661, Charles et Georges L’Argentier cèdent à Claude Michelin, procureur au bailliage et présidial de Troyes, tous leurs droits dans la succession de leur père, Louis L’Argentier, baron de Chapelaines, l’ex-bailli de Troyes, et de leur oncle Charles, seigneur de Chamoy. Le tout pour 50 000 L., dont ils semblent avoir un urgent besoin. Les deux frères précisent que « quelques soins qu’ils ayent cy-devant apporté, et personnes qu’ils ayent employé aux affaires de leurs successions... ilz n’ont peu éviter un très grand désordre et confusion, tant pour le vol et pillerie de leurs titres et papiers que par le moyen de plusieurs fraudes et collusions pratiquées contre eux, par le moyen de quoy lesd. seigneurs de L’Esguillon et de Belval se voyent réduicts de leurs biens à une grande extrémité »39. En fait, en se posant en victimes, les deux frères tentent de sauver la face alors que leur situation resulte tout simple-ment d’un grave endettement, assez surprenant néanmoins pour cette famille, qui était encore il y a cinquante ans l’une des plus riches de Troyes. Six ans plus tard, en effet, la seigneurie du Hauliguet, qui appartient à Charles L’Argentier, est saisie à son tour pour payer les créanciers. L’Argentier parvient heureusement à éviter la vente pure et simple : la seigneurie est baillée à ferme au plus offrant, les sommes ainsi dégagées devant servir au remboursement de ses dettes40. J’ai la conviction que les origines de cette faillite ne sont pas récentes. En effet, le 3 mai 1660, la veuve d’Henri L’Argentier, qui fut bailli de Troyes après Louis, fait procéder à la visite du château familial de Chamoy par un expert. Le tableau est affligeant. Le grand portail est à refaire complètement (1 200 L.) ; dans la seconde des quatre tours, les ouvriers « ont recongnu y avoir quantité de réparations pressantes à faire pour en éviter la ruyne totale » (400 L.) ; la galerie circulaire, qui fait tout le tour du château, doit être recouverte entièrement (500 L.) ; dans la grange, il faut prévoir 1 200 L., rien qu’en charpenterie ; les écuries, les bergeries, le pressoir, le moulin, le colombier et même le chenil sont dans un état de délabrement avancé. En tout, il faudrait y consacrer 10 810 L., soit l’équivalent de plus d’une année de hauts revenu dans une belle seigneurie comme Arzillieres41. Le passage de la bourgeoisie à la noblesse d’épée, opéré de façon spectaculaire au début du siècle par les L’Argentier, semble les avoir lentement mines. D’ailleurs, après ces difficultés successorales, je perds la trace des deux frères, qui sombrent dans l’anonymat.

  • 42 A.D. Aube Β 1185(A).
  • 43 A.D. Aube Β 1154(A).
  • 44 A.D. Marne E 13 (1674)
  • 45 A.D. Marne Ε 24.

24Cette dégradation de leur patrimoine, qui ressemble beaucoup à celle qui avait été mise en évidence chez les Saint-Belin, frappe de la même façon bien d’autres familles. En 1694, le marquisat de Saint-Phalle, qui vient de passer aux Dauvet après la mort du dernier rejeton de la famille Vaudrey, devrait subir des réparations pour une somme supérieure 11 000 L., ce qui représente près de 7 % de sa valeur immobilière42. En 1686, Marie-Sidonia de Lenoncourt vit dans un cadre très fruste. Dans son château de Marolles, les meubles sont rares et composent un ensemble piteux. Sa chambre elle-même n’est garnie que d’une couchette, une table, quelques chaises et deux fauteuils à fond de paille, deux rideaux, deux guéridons, une tapisserie de futaine, un miroir et un paravent43. L’inventaire après décès de Jean-Louis d’Ambly, dressé en 1674, foisonne des mêmes termes (« vieux », « usé »...). Ses meubles sont si pauvres que le notaire ne prend même pas la peine de les priser. Seule l’argenterie peut représenter quelque valeur, mais bien faible : il n’y a que deux assiettes, une écuelle, dix cuillers, six fourchettes et deux flambeaux44. Moins de dix ans plus tard, en 1685, sa seigneurie d’Anglus est saisie sur sa veuve, faute du paiement de 30 000 L. qu’elle doit à son gendre et à sa propre fille Marguerite45.

25Il y a quelque chose d’implacable dans le mécanisme de l’endettement qui détruit ainsi quelques unes des plus anciennes familles de la province. Lorsque Ton peut appréhender la situation financière de quelques familles de moindre envergure – ce qui est rare du fait de la pauvreté des sources qu’elles ont laissées – il apparaît qu’elles subissent le même enchaînement inéluctable, la même logique de la créance impayée et de la saisie.

  • 46 B.N. PO. 480 (14).
  • 47 Ibid. (20).
  • 48 Ibid. (16).

26Ainsi, en 1668, Abel-François de Boutillac, héritier des biens de son père Louis et de sa tante Louise, est pressé par leurs créanciers de vendre sa terre de Signy-le-Petit46. Pendant six ans, de requête en requête, il parvient à éviter le pire. Il obtient même que les comtes d’Aspremont et de Grandpré prennent à leur charge 200 000 L. de dettes en échange des terres de Chemery et Stonne. Mais tous deux, eux-mêmes en cessation de paiement, se révèlent incapables de rembourser les créanciers, qui, en 1674, s’organisent autour du plus éminent d’entre eux, le due de Saint-Simon, en un syndic bien décide à obtenir la confiscation et la mise en vente forcée de tous les biens des Boutillac – y compris les domaines obtenus à vil prix par Aspremont et Grandpré47. Le 28 juin, un extrait des registres des requêtes du palais, conserve soigneusement par d’Hozier – très attentif à tous ces problèmes – indique que les créanciers sont parvenus à leurs fins. Les terres des Boutillac sont vendues aux plus offrants et les deniers ainsi perçus « seront baillés et délivres aux créanciers et utilement coloqués suivant l’ordre de leur hypotèque et privilège, conformément aux susdites sentences d’ordres »48.

  • 49 B.N. PO. 2439 (68).
  • 50 Ibid. (76).
  • 51 Ibid. (84).

27La même mécanique broie la famille Ravenel au cours des années 1680. Le 7 juillet 1682, Françoise Ménardeau, épouse de Francois-Joseph de Ravenel, comte de Vinde, présente une requête auprès du Parlement. II s’agit de sa terre et seigneurie de Verdelot, qu’elle a dû vendre en 1672 à un individu nomme René de Mousseron, afin de rembourser les créanciers de son beau-père Edmond de Ravenel, marquis de Sablonnieres. Le prix de la transaction avait été fixe à 6 000 L. Sur cette somme, Mousseron avait régie 4 220 L. comptant, un argent immédiatement utilise par les Ravenel pour calmer leurs créanciers. Mais depuis dix ans, Mousseron n’avait toujours pas régie le solde, soit 1 780 L.49. Une nouvelle requête, présentée par Françoise Ménardeau en 1689, nous apprend qu’à cette date, Sablonnières et Vinde, les plus beaux domaines appartenant aux Ravenel, vont être mis à la criée, toujours pour dettes impayees50. Déjà le 16 juin 1685, deux créanciers avaient obtenu la vente et adjudication par décret de leur terre et seigneurie « des chasteau et principal manoir de la Maison Deschamps, fief du Chenest, Romaincourt et leurs appartenances et dépendences, circonstances et dépendances, de la ferme de Congis et le pressoir Dupleché, paroisse de Souldoye »51. En une quinzaine d’années, la famille a vu s’échapper toutes ses possessions, les unes après les autres, jusqu’à ce que le cœur de son patrimoine soit touché à son tour, à la fin du processus.

28Il est bien évident que les sources ne permettent jamais de connaître la situation financière de toutes les familles de la noblesse champenoise, soit parce que nombre d’entre elles continuent à végéter sans laisser plus de documents qu’au siècle précédent, soit parce que d’autres disparaissent des sources par l’extinction de leur lignée mâle. Il est troublant néanmoins de constater qu’à chaque fois que les bureaux de d’Hozier, vers 1670-1680, ont pu constituer un épais dossier sur une famille, il comporte toujours une grande masse de documents récents qui détaillent les reconnaissances de dettes impayées depuis longtemps, les requêtes des créanciers, les factums et les lettres de justification et, en fin de parcours, la saisie et la mise à la criée. Cette ruine semble donc avoir un caractère assez massif pour que l’administration royale éprouve le besoin d’en collecter les traces écrites. Cette attention portée par le pouvoir à tous ces problèmes ne doit cependant pas être interprétée comme une façon de les connaître pour leur trouver une solution. Au contraire, le désordre qui s’installe dans les revenus nobiliaires champenois dans la seconde moitié du xviie siècle est très rarement comblé par une pension nouvelle ou une gratification exceptionnelle qui auraient pourtant été les bienvenues dans ce contexte délabré.

  • 52 G. de Plancy, Le marquisat de Plancy et ses seigneurs, Arcis-sur-Aube, 1895, p. 101-103.

29Les nobles de Champagne se retrouvent seuls face à leurs créanciers et les états de services de ceux qui ont tenu des emplois pour la couronne ne leur sont d’aucun secours pour obtenir de la part du monarque une aide ponctuelle. Certains d’entre eux n’ont alors d’autre solution que d’opposer une résistance farouche et quelque peu désespérée à une procédure judiciaire contre laquelle ils ne peuvent pas faire grand chose. C’est ainsi qu’en 1651, condamné à voir sa baronnie de Plancy mise à la criée pour dettes, Claude de La Croix réagit d’une manière qui traduit bien l’impasse juridique dans laquelle aboutissent de nombreux nobles. Le procès-verbal de saisie, rédigé le 19 octobre, raconte en effet : « À l’égard du fief de La Perte, ou il y avoit autrefois un village et où il n’y a plus rien, ledit sergent auroit mis et apposé un pannonceau contre le premier et le plus gros arbre dudit lieu, et pour ce qui est de la terre et seigneurie de Plancy, n’ayant pu mettre ou apposer de panonceaux à la porte du château et démonstration de la saisie réelle de ladite terre et baronnie de Plancy, pour avoir trouvé le pont-levis levé, auroit mis et apposé un pannonceau contre le principal potteau de la halle dudit bourg de Plancy ». Le sergent parvient enfin à remettre l’ordre de saisie à un valet du baron. « Comme ledit sergent donnoit exploit audit vallet, auroit été à sa clameur fait plusieurs viollences audict sergent par plusieurs habitans dudict Plancy, cavalliers et gens incogneus, ce qui auroit obligé ledict sergent se retirer au plus vitte, qui auroit couru le risque de la vye ». Le document conclut qu’il est done impossible « de pouvoir faire la cryée de ladite terre de Plancy vu les choses cy-dessus et qu’il se trouveroit sergens qui les voulussent entreprendre, à cause des viollences dudit baron de Plancy »52. Malgré son grade de colonel de cavalerie dans l’armée, malgré la fidélité que son grand-père avait témoignée à Henri IV pendant la Ligue, Claude de La Croix ne reçoit aucun appui de la part du pouvoir central. Trois ans plus tard, après bien des efforts, légaux et illégaux, sa baronnie est quand même attribuée à Henri de Guénégaud.

30Les conséquences des combats de 1635-1659 sont donc très difficiles à effacer. D’abord parce que les destructions ont été profondes et les réparations onéreuses. Ensuite parce qu’elles ont inauguré une conjoncture socio-économique très morose, que les crises agricoles qui ponctuent le règne de Louis XIV n’ont fait qu’accentuer. Asphyxiée lentement par cette dégradation de ses finances, la noblesse s’est retrouvée dans l’incapacité d’honorer ses dettes et de sauvegarder son patrimoine familial. À très court terme, les moyens dont elle disposé pour faire carrière sont ainsi laminés par ce mécanisme, d’autant que le roi de France ne semble pas disposé à lui sauver la mise à tout prix. Les fondements mêmes du pouvoir nobiliaire dans la province se trouvent dès lors remis en question.

4. Un pouvoir local dévalorisé

31Le traité des Pyrénées, qui met un point final en 1659 à ce conflit long d’un quart de siècle, inaugure un bouleversement géostratégique comparable à celui qu’avait connu le royaume de France dans les années 1530, lorsque la pression militaire s’était décalée de l’Italie vers le nord-est des frontières. Désormais, la guerre est refoulée encore plus à l'est, en direction de la Lorraine et de l’Alsace. Désormais, la Champagne n’est plus une frontière aussi sensible qu’autrefois. La paix obtenue par Mazarin en 1659 permet en effet de réunir à la couronne plusieurs places importantes qui verrouillent les chemins de l’invasion : Montmédy, Thionville, Damvilliers. Désormais, Sedan, Rethel et Mézières ne sont plus aux avant-postes de la défense du territoire. Surtout, le duché de Lorraine est à présent considéré comme un glacis, à l’intérieur duquel les troupes françaises peuvent se déplacer pour porter leurs coups bien au-delà. Toutes les guerres de Louis XIV vont confirmer cette orientation nouvelle, car à chaque fois, elles vont tendre à repousser encore un peu plus loin la limite du danger, en élargissant l’espace de sécurité qui englobe le Bassin Parisien. En 1670, c’est 1’occupation militaire des duchés de Bar et de Lorraine, qui se prolonge jusqu’en 1697. En 1679, c’est l’acquisition de la Franche-Comté, qui libère le Bassigny des menaces qui pesaient sur lui depuis un siècle et demi. Officiellement, la Champagne est encore une frontière. En fait, elle n’en constitue plus que l’arrière-cour, protégée par la nouvelle liberté de manœuvre dont disposent les troupes du roi de France vers le Rhin. Sa vocation n’est plus celle d’une forteresse.

32Comment les cadres militaires de la province, habitués depuis des dizaines d’années à évoluer sous la pression continuelle des incursions ennemies, peuvent-ils réagir à cette nouvelle donne ? Jusqu’à quel point leurs functions, leurs carrières, leurs chances de promotion peuvent-elles évoluer face à cette modification fondamentale des enjeux stratégiques qui avaient tant pesé sur eux et leurs ancêtres depuis si longtemps ? Par ricochet, peut-on toujours établir une nette corrélation entre la familiarité qu’ils entretiennent avec leur province natale et les emplois qui leur sont conférés par le souverain ? Autant de questions qui vont, au fond, nous conduire à appréhender les mutations qui affectent ce vieux système de domination militaire qui s’était mis en place il y a cent cinquante ans avec la noblesse seconde.

  • 53 Louis de Machault, État général de la province de Champagne (1665), B.N. 500 Col., 273.
    Michel Larc (...)

33Dans une première approche, il est nécessaire de mesurer l’étendue des charges locales qui sont confiées aux nobles seconds, et surtout leurs variations, car il s’agit là de ce qui a toujours conditionné leurs carrières depuis François Ier. Deux sources, situées à plus de trente ans d’écart, permettent de cerner ce paramètre avec assez de netteté : l’État général de la province de Champagne, établi par Louis de Machault en 1664-1665, et le Mémoire de l’intendant de Champagne, rédigé par Michel Larcher pour le duc de Bourgogne en 169853. Dans les deux cas, le gouvernement militaire de la province y est si bien détaillé que l’on peut en mesurer les variations avec assez de finesse (tableau 23).

  • 54 Mémoire de M. Larcher, ed. J.-P. Brancourt, p. 175.
  • 55 Ibid., p. 168.
  • 56 La Chesnaye-Desbois, Dictionnaire..., t. V, col. 915-919.
  • 57 Mémoire de M. Larcher, ed. J.-P. Brancourt, p. 175.
  • 58 B.N. DB. 399.
  • 59 B.N. DB. 186.
  • 60 B.N. DB. 399 et La Chesnaye-Desbois, Dictionnaire, t. V, col. 915-919.
  • 61 B.N. DB. 486.
  • 62 Mémoire de M. Larcher, ed. J.-P. Brancourt, p. 175.
  • 63 La Chenaye-Desbois, Dictionnaire..., t. V, col. 915-919.
  • 64 Mémoire de M. Larcher, éd. J.-P. Brancourt, p. 169.

34Apparemment, les plus vieilles familles de la province bénéficient d’une remarquable stabilité dans l’exercice de leur pouvoir militaire local tout au long de la deuxième moitié du xviie siècle. À Châlons, Louis-Claude de Nettancourt succède à son père Nicolas en 167854. À Troyes, le gendre et cousin de François de Choiseul-Praslin reprend sa charge, ainsi que celle de lieutenant général en Champagne méridionale55. À Chaumont, Clériadus de Clermont-Reynel, après sa mort sous les murs de Valenciennes en 1677, est remplacé par son frère Louis, puis par le fils de celui-ci56. À Langres, Claude de Choiseul-Francières reste à son poste pendant plus de cinquante ans, de 1660 à 171157. Les Livron eux-mêmes, qui disparaissent du Memoire de Larcher après avoir perdu tous leurs biens au début des années 1680, ont pu, avant tous leurs déboires, conserver leur emploi de lieutenant général du Bassigny, en le faisant passer de Charles Ier à son fils Nicolas, qui meurt en 167458. À première vue, l’époque ne semble donc pas propice à de grands bouleversements qui modifieraient en profondeur les titulaires du pouvoir local. Bien au contraire, ces quelques familles sont depuis plusieurs générations dans les emplois qu’elles détiennent encore à la fin du siècle. Ainsi, la lieutenance générale de Champagne méridionale est entre les mains des Choiseul-Praslin depuis 160959. Celle du Bassigny a été détenue sans interruption par les Livron de 1609 à 1674, de même que celle de Brie, qui est détenue par les L’Hospital pendant soixante-dix ans, jusqu’à la mort de François-Marie, en 167960. Le gouvernement de Châlons est exercé par les Nettancourt du début des années 1630 jusqu’à 1705, date de la mort de Louis-Claude61. À Langres, les Choiseul-Francières exercent le gouvernement de la ville depuis trois générations, sans compter leurs cousins plus ou moins éloignés qui avaient tenu ce poste de manière ponctuelle au cours du xvie siècle62. À Chaumont, Louis de Clermont est le sixième membre de sa famille à occuper cette fonction, après son bisaïeul, son grand-père, ses deux oncles et son père63. À Mouzon et Beaumont-en-Argonne, les Joyeuse-Grandpré exercent leur pouvoir depuis 1595 jusqu’à la mort de Charles-François, en 1680. Près de vingt ans plus tard, en 1698, son fils peut faire valoir cette longue expérience familiale pour obtenir la lieutenance générale en Champagne septentrionale64.

  • 65 B.N. DB. 416 et 659.
  • 66 B.N. CBH. 36.
  • 67 Voir p. 171-172.
  • 68 B.N. DB. 667.

35Pourtant, cette stabilité de façade cache en fait de profondes mutations. En tout premier lieu, il est clair que quantité de familles ont à peu près tout perdu en quelques années : les Livron, bien sûr, qui font faillite entre 1674 et 1680, mais aussi les L’Hospital-Vitry, dont la lignée male s’éteint avec le fils de François-Marie, tué dans un duel en 1674. Mais ce n’est pas tout. Les familles qui avaient profité des avances du pouvoir central pour s’agréger à la noblesse seconde au cours de la première phase des guerres de Religion ont désormais complètement disparu du paysage militaire champenois : les Vaudrey, les Mailly et les Saint-Belin, qui étaient en déclin depuis longtemps, n’ont pas retrouvé les chemins de la réussite. Les Vaudrey et les Mailly s’éteignent tous deux vers 165065. Quant aux Saint-Belin, dont on a vu à quel point leur situation financière était précaire dans les années 1660, deux branches seulement ne s’achèvent pas par des filles : les comtes de Bielles et les seigneurs de Vaudrémont. Incapables de faire face aux dépenses que nécessite une carrière militaire, ils ne remplissent aucun emploi assez important pour que les sources généalogiques aient pris la peine de le signaler66. Les La Vieuville eux-mêmes ont sombré. En 1663, Charles II a cédé à François de Brouilly la charge de lieutenant général en Champagne septentrionale qu’il avait obtenue pendant la Fronde et qui lui avait valu une humiliation publique à Reims en mars 164967. Désormais, ses descendants n’ont plus aucune chance d’obtenir un quelconque emploi local dans leur province d’origine. D’après une note laissée au début du xviie siècle par un généalogiste royal, son petit-fils est devenu « yvrogne », « crapuleux », et « s’adonne au vin jusqu’à boire avec ses laquais »68. La splendeur des La Vieuville est bien loin.

  • 69 Mémoire de M. Larcher, éd. J.-P. Brancourt, p. 168.
  • 70 B.N. DB. 389.
  • 71 Machault, État général de la province..., fol. 35.
  • 72 B.N. DB. 23.
  • 73 B.N. PO. 1346.
  • 74 B.N. DB. 224.

36Ces quatre familles ne sont pas les seules à avoir perdu plus précocement que les autres leur emprise locale et sans doute leur crédit auprès du souverain. Dès le ministériat de Richelieu et surtout lors du déclenchement du conflit contre les Habsbourg, un tel phénomène avait pu être observe dans le cas des Lenoncourt, des Anglure, des La Croix et des Godet. Ils disparaissent eux aussi des cadres militaires locaux, exception faite toutefois de Louis-Saladin d’Anglure de Bourlemont, qui parvient un temps à tenir un emploi de lieutenant général en Champagne du Nord à la fin du siècle69. Généralement, ils font carrière d’une autre façon. Les Lenoncourt – du moins les branches qui ne ne sont pas tombées en quenouille – se sont repliés sur leur pays d’origine : la Lorraine. Les marquis de Blainville deviennent ainsi maîtres de la garde-robe et gentilshommes de la chambre du duc, tandis que les cadets de la branche de Gondrecourt lui donnent un capitaine de ses gardes et un grand-écuyer70. Quant à la branche de Vignory, qui avait donné à la monarchie ses serviteurs les plus zélés, elle est, selon Machault, « à présent ruinée et dans le dernier désordre »71. Les Anglure, eux, suivent les nouvelles modalités de la carrière militaire mises en place sous Richelieu : l’obtention d’une charge pour commander des troupes dans l’armée royale sans pour autant exercer de pouvoirs locaux. Ainsi, Marc-Antoine-Saladin, marquis du Bellay, fait sa carrière dans le régiment de la reine et son frère Charles-François, marquis d’Anglure, obtient un emploi de capitaine aux gardes. Quant à leur cousin Henri, marquis de Busancy, le frère du lieutenant général, il peut entrer dans le régiment du Dauphin comme capitaine. L’itinéraire des autres branches reste obscur, sans doute parce qu’elles ont peu de moyens pour payer les frais d’une carrière72. Les Godet suivent une voie similaire : Jacques, seigneur de La Grand-Maison, devient lieutenant au régiment d’infanterie de Dampierre, Philibert, seigneur de La Motte, à celui de Picardie, Louis, son frère, au régiment du Dauphin, Henri, vicomte de Soude, enseigne au régiment des gardes, Claude, vicomte de Villiers-aux-Neufs, capitaine à celui de Bourlemont, et Jean, seigneur de Faremont, dans un régiment de carabins73. Quant à Claude VI de La Croix, ruiné depuis les années 1650, il n’obtient rien de plus qu’un office de lieutenant des maréchaux à Épernay74.

  • 75 B.N. PO. 1652 et 1923.

37Les rares nobles qui avaient pu pénétrer dans la noblesse seconde entre 1620 et 1650 ne connaissent pas plus de réussite. Les L’Argentier, dont nous avons vu la faillite dans les pages qui précédent, parviennent à se maintenir dans leur office de bailli d’épée à Troyes jusque vers 1670. Par la suite, ils disparaissent de nos sources, à l’instar des enfants de Charles de Ménisson, le gouverneur nommé à Sainte-Menehould pendant la Fronde75.

38Au bout du compte, les derniers nobles seconds dont Louis XIV semble encore utiliser les services dans la province après sa victoire contre les fron-deurs et les Espagnols sont tous issus des familles qui avaient conservé le plus de poids dans les instances militaires locales depuis le ministérial de Richelieu : François, Jean-Baptiste-Gaston, Claude et Antoine-Clériadus de Choiseul, Charles-François et Jules de Joyeuse-Grandpré, Nicolas et Louis-Claude de Nettancourt, Cleriadu1s et Louis de Clermont-Reynel. La stabilité de leurs fonctions territoriales ne fait donc que confirmer une situation de fait, acquise depuis plusieurs décennies. Leur maintien dans ces charges représente ainsi une solution commode pour le monarque, qui se contente de reconduire de génération en génération des pouvoirs familiaux qu’il n’a pas besoin de bouleverser en profondeur étant donné la faiblesse des enjeux stratégiques champenois après la paix des Pyrénées. Ces quelques personnages sont les derniers représentants d’une noblesse seconde qui était toute-puissante au début du siècle, mais qui s’est rétrécie comme une peau de chagrin. L’évolution semble finalement logique, voire inéluctable, tant les revenus de cette noblesse ont pu pâtir des conflits. Dans quelle mesure peuvent-ils alors représenter un intérêt quelconque pour un monarque dont les ambitions militaires sont maintenant loin de la Champagne et dont l’autorité ne saurait plus être contestée par des révoltes nobiliaires comparables à celles du comte de Soissons en 1641 ou de Condé en 1651 ? Leurs carrières sont-elles restées identiques à celles de leurs ancêtres, à l’écart de toutes les mutations qui viennent d’être observées dans les autres familles, qui sont, elles, appelées à combattre loin de chez elles ? Bénéficient-ils comme autrefois des mêmes signes de reconnaissance qui ont toujours autant de prix aux yeux de la noblesse : des emplois de cour près du roi, un collier de l’ordre de Saint-Michel ou du Saint-Esprit, bref une distinction honorifique plus ou moins factice qui puisse leur donner le sentiment qu’ils font partie des intimes de leur maître ? Répondre à toutes ces questions revient finalement à essayer de savoir si, au fond, les nobles seconds qui subsistent en Champagne remplissent les mêmes tâches que leurs aïeux, avec les mêmes outils : l’exercice d’un pouvoir local effectif et efficace au service d’un souverain-patron qui les a intègrés dans sa propre clientèle. En d’autres termes, ces quelques personnages, derrière une stabilité de façade, sont-ils toujours bien des nobles seconds ?

5. La dispersion des carrières

  • 76 Machault, État général de la province..., fol. 31-33.

39Plusieurs éléments m’incitent à répondre par la négative. Dans son État général de la province de Champagne, Machault fait de nombreuses allusions au crédit dont jouissent les officiers dont il fait la liste. Il sait que ce problème revêt une importance toute particulière car chaque décision, pour être bien appliquée, doit passér par une chaîne de relais locaux qui doivent être crédibles : sans eux, aucun pouvoir ne peut fonctionner réellement. Le résultat est plutôt contrasté. François de Choiseul-Praslin, le lieutenant général de Champagne méridionale, « ne s’applique pas beaucoup à faire sa charge et a fort peu d’authorité dans la province ». Charles de Livron, le lieutenant général du Bassigny, « est un homme fort aagé, retire ches luy, ne se meslant de rien, et qui est sans crédit ». À Troyes, Charles L’Argentier est « un homme qui a force meschantes affaires et qui n’est en aucune considération ». Par contre, Nicolas de Nettancourt est un « homme de mérite qui a quitté le service pour se donner à l’œuconomie et au mesnage, et qui est considéré à Châlons ». De même, à Langres, Claude de Choiseul « à servy dans les armées, et est encor dans l’emploi ; les habitans se louent de sa façon de vivre ». À Chaumont, Clériadus de Clermont est « un très galant homme et vivant dans son gouvernement avec honnesteté, y a crédit et y est fort estimé ». Enfin Charles-François de Joyeuse-Grandpré « est aimé et considéré » dans son gouvernement de Mouzon et Beaumont-en-Argonne76. Ces jugements de valeur, aussi subjectifs et partiaux qu’ils puissent être, me semblent malgré tout d’un grand intérêt. Désormais, l’intendant de Champagne s’applique à faire connaître au souverain sur quel degré de crédibilité son pouvoir peut compter pour employer à bon escient la noblesse militaire. Tout en reconduisant les héritiers dans les charges de leurs aïeux, le roi ne peut être dupe sur leur efficacité, d’autant qu’il disposé dorénavant d’un corps d’officiers nouveaux, issus de la robe, qui font respecter son autorité sans qu’il ait obligatoirement recours à la noblesse de la province. Finalement, les guerres s’étant éloignées de la frontière, les grands ne pouvant plus s’opposer à ses décisions, le monarque n’est plus autant lie que naguère à une noblesse dont le principal attrait était la compétence militaire. La Champagne n’étant plus aussi menacée qu’au temps de Richelieu et de Mazarin, sa noblesse est dès lors nettement moins indispensable pour y assurer la sécurité et le maintien de l’ordre qui étaient nécessaires à la bonne application des volontés qui émanent de Paris.

40De la découlent les itinéraires nouveaux que ces individus se mettent à accomplir pour faire leur service au souverain et faire avancer leurs carrières. J’ai pu en reconstituer quelques uns grâce au Catalogue des chevaliers de l’ordre du Saint-Esprit, élaboré par d’Hozier, diverses pièces généalogiques conservées au Cabinet des Titres de la Bibliothèque Nationale et surtout la savante édition critique que J.-P. Brancourt a conçue pour le texte de Larcher.

  • 77 Mémoire de M. Larcher, éd. J.-P. Brancourt, p. 168.

41Si la plupart des grands officiers militaires de la province semblent avoir encore pour vocation en 1665 de séjourner dans leur charge locale, il n’en est pas de même une trentaine d’années plus tard. Ainsi, Jean-Baptiste-Gaston de Choiseul, le gendre du lieutenant général que Machault accusait de « ne pas beaucoup [s’appliquer] à faire sa charge », commence sa carrière en se battant sous les ordres du maréchal de Luxembourg en 1676. Deux ans plus tard, il est blessé à Ypres alors qu’il n’est encore que lieutenant au régiment du roi. En 1684, il obtient enfin un grade de capitaine de cavalerie et c’est en 1690 seulement qu’il est pourvu de la lieutenance générale en Champagne méridionale, à la mort de son beau-père. Cette consécration locale, en fait, ne modifie pas du tout les orientations globales de sa carrière. Bientôt, il prend part aux combats de Valcourt, Fleurus, Mons, Steinkerque et Neerwinden comme mestre de camp du régiment Choiseul-Praslin. En 1694, il devient brigadier et en 1702, maréchal de camp. C’est en Italie qu’il se fait tuer, à la suite d’une blessure reçue à Cassano en 1705. Un tel profil est fort éloigné de ceux que nous avons eu l’habitude de rencontrer tout au long de cette étude. Désormais, la réussite d’un Choiseul ne passe plus forcément par l’exercice d’une charge provinciale prestigieuse. À présent, un tel rejeton de la noblesse seconde doit se battre aux quatre coins de l’Europe s’il veut se faire remarquer et gravir les raides échelons de la hiérarchie militaire77.

  • 78 Ibid. p. 175 et B.N. Fr. 25199 (513-518).

42Une même logique est à l’œuvre dans le cas de son cousin Claude de Choiseul-Francières. En 1658, il succède à son père comme grand bailli et gouverneur de Langres. Jusqu’alors, il s’était surtout illustré, comme bien d’autres nobles seconds, au cours de la campagne de 1652-1653 qui avait permis à Mazarin et à Turenne de reprendre le contrôle de la Champagne face à Condé. À partir de cette date, il s’affirme au fil des années comme l’un des principaux officiers du roi, l’un de ceux qui conduisent ses armées un peu partout en Europe. En 1664, on le retrouve ainsi à la bataille de Saint-Gotthard, disputée contre les Turcs en Hongrie. Cinq ans plus tard, il est à Candie, puis à la prise d’Ulm (1672) et à la bataille de Senef (1674). En 1676, il est lieutenant général des armées de Lorraine. En 1684, général des troupes de l’électeur de Cologne, il est à la prise de Lille. En 1689, il est en Bavière. Chevalier du Saint-Esprit depuis 1688, il devient maréchal de France en 1693. L’année suivante, il est en Normandie, puis en Bretagne, avant de retourner une dernière fois, à la tête de l’armée, en Allemagne78. Ce n’est bien évidemment pas le gouverneur de Langres qui est récompensé par un collier du Saint-Esprit et un bâton de maréchal ; c’est l’officier qui a su conduire des troupes avec efficacité pour le service d’un souverain qui se préoccupe davantage du sort de ses armes en Europe que du pouvoir local en Champagne.

  • 79 César du Plessis-Praslin devient duc et pair le 14 novembre 1665, sans avoir pu obtenir le gouvern (...)

43Certes, ce n’est pas la première fois que les Choiseul-Praslin sont utilisés par le roi de France pour des campagnes fort éloignées de leurs terres provinciales. Ainsi, on pourrait objecter que Charles, lieutenant général en 1609 et maréchal de France en 1619, avait participé aux sièges de Saint-Jean-d’Angely, Clairac, Montauban, Royan, Toulouse. Plus tard, César du Plessis-Praslin, son neveu, avait conduit pendant plus de quinze ans les armées d’ltalie jusqu’en 1648. La remarque est fondée, mais elle s’appuie sur un contexte bien different. Charles de Choiseul-Praslin devait toute sa réussite au travail qu’il avait accompli en Champagne aux cotes de Dinteville contre les ligueurs. Bien des années après, Marie de Médicis avait d’ailleurs eu recours de nouveau à ses competences provinciales pour juguler les rebellions de Nevers, Condé et Bouillon pendant la minorité de son fils. De même, si Cesar du Plessis-Praslin avait entamé son parcours en guerroyant en Italie, il était revenu en France dès le début de la Fronde pour conforter le pouvoir d’Anne d’Autriche et de Mazarin en Champagne. À chaque fois, ces individus avaient représenté des atouts maîtres dans les mains d’une monarchie en quête d’autorité et de fidélités provinciales. À présent, le calme qui règne dans cette région exsangue et apaisée après vingt-cinq ans de guerres rend leur rôle local beaucoup moins intéressant pour le roi, qui cherche avant tout à drainer à son service des officiers aptes à accomplir ses ambitions internationales. Les Choiseul n’ont d’autre ressource, pour préserver leur audience et leur crédit à la cour, que d’accepter cette politique79.

  • 80 Mémoire de M. Larcher, éd. J.-P. Brancourt, p. 171.

44De tels phénomènes de reconversion ne sont pas l’apanage des Choiseul, car ils se rencontrent également chez Louis-Claude de Nettancourt, qui devient gouverneur de Châlons en 1678. Contrairement à son grand-père, qui s’était fait une spécialité de résoudre les problèmes spécifiques que posait à sa province le début du conflit avec l’Espagne, contrairement à son père, qui avait parcouru la Champagne en tout sens pour le compte de Mazarin pendant la Fronde, la fonction locale de Louis-Claude ne tient qu’une place très marginale dans sa vie. En 1675-1676, il fait campagne dans le régiment des gardes, avant d’obtenir un régiment de son nom l’année suivante. Petit à petit, à force de participer aux guerres européennes du roi, il ne se consacre plus qu’a sa carrière dans l’armée. En 1687, il est inspecteur général d’infanterie, puis brigadier en 1688. Quatre ans plus tard, il est maréchal de camp et lieutenant général des armées en 1696. C’est alors qu’il accepte de partir pour l’Italie, où il se trouve en 1700. Nommé gouverneur de Verceil [Vercelli] en 1704, c’est la qu’il s’y fait tuer un an plus tard, bien loin de Châlons-sur-Marne80.

  • 81 Ibid., p. 175.
  • 82 B.N. Fr. 25199 (519-522).

45Ce n’est qu’au prix d’un tel déracinement que ces nobles peuvent encore espérer rendre un service digne d’intérêt pour le monarque. Louis de Clermont-Reynel semble l’avoir tardivement compris lorsqu’il se décide à acheter le régiment de Lagny en 1701, après avoir paisiblement exerce le gouvernement de Chaumont depuis le décès de son père. Mais sa carrière s’achève prématurément, car il meurt dès l’année suivante de la petite vérole devant Liège81. Dans un tel contexte, un individu comme Jules de Joyeuse-Grandpre, qui se contente de la charge de lieutenant général en Champagne du Nord, qu’il acquiert en 1698, fait figure d’anachronisme vivant. Mais il est vrai que son lignage fournit quand même au roi de France un très grand officier, en la personne de Jean-Armand, son oncle. Celui-ci prend part à la bataille de Valenciennes en 1655, puis devient brigadier, avant d’aller combattre en Franche-Comté en 1671, puis dans le Roussillon en 1672, avec un grade de maréchal de camp. Devenu lieutenant général des armées, après 1676, il poursuit sa carrière en Flandres, en Allemagne, au Luxembourg et aux Pays-Bas, avant d’obtenir le collier du Saint-Esprit en 1691 et le bâton de maréchal de France en 169282.

46Tous ces hommes n’ont plus grand chose de commun avec leurs ancêtres, qui devaient l’essentiel de leur fortune, de leur audience, de leur promotion, à des fonctions locales qui avaient été si précieuses aux périodes de crise qu’avait traversées l’autorité monarchique. Désormais, ils ne forment plus le groupe nobiliaire bien spécifique que j’avais défini sous l’expression de noblesse seconde.

6. Le déracinement des alliances

47Cette dispersion des nobles seconds sur les champs de bataille du règne de Louis XIV trouve sa traduction dans un domaine qui touche au plus profond de leur existence sociale : leurs alliances matrimoniales et, partant, leur réseau de relations. Le tableau 24, qui est à comparer avec le tableau 15, montre l’évolution de la stratégie matrimoniale de tous les individus qui ont fait partie de la noblesse seconde au cours des années 1635-1659. Il s’agit ici, en effet, des dernières années ou fonctionne le système que nous avons vu se former autour de la noblesse seconde. Pour chaque individu qui en fait encore partie à cette époque, j’ai isolé les alliances de ses grands-pères, de son père, de lui-même, de ses frères et sœurs ainsi que de ses enfants, afin de saisir non seulement dans quelle sphère de relations il est appelé à évoluer à cause des choix matrimoniaux de ses parents, mais aussi celle dans laquelle il va pousser ses propres descendants.

  • 83 B.N. DB. 371
  • 84 B.N. DB. 186
  • 85 La Chesnaye-Desbois, Dictionnaire..., t. V, col. 915-919.
  • 86 B.N. DB. 371 et 486.
  • 87 B.N. DB. 399 et La Chesnaye-Desbois, Dictionnaire, t. X, col. 713-730.
  • 88 B.N. PO. 1652.

48Au milieu du siècle, alors que ces hommes exerçaient encore une domination très forte sur la Champagne et étaient appelés à y passer l’essentiel de leur temps, leurs alliances privilégiaient des femmes issues de familles voisines ou parentes – voire des cousines, comme dans le cas d’Antoine-François de Joyeuse83. Cette pratique ne faisait que rappeler ce que le tableau 15 avait déjà mis en valeur pour la génération qui avait vécu les guerres de Religion. La seule différence notable se trouvait dans la politique matrimoniale des Choiseul, qui s’écartait sensiblement de son horizon provincial à la fin du xvie siècle. Désormais bien introduits dans les arcanes du pouvoir central, les membres de cette famille pouvaient s’allier avec ceux qui faisaient partie, comme eux, des familiers de leur souverain. Par exemple la fille de Charles de Choiseul-Praslin épousa en 1642 Henri de Guénégaud84. Partout ailleurs, les alliances qui se pratiquaient dans la noblesse seconde ne changeaient pas de nature. Les Clermont se mariaient toujours aussi peu en Champagne qu’un siècle auparavant85, tandis que les Joyeuse et les Nettancourt confirmaient dès la fin des guerres de Religion leur intégration dans la noblesse seconde par des alliances au sein de ce groupe – avec les La Vieuville, les Anglure, les Choiseul86. Les Livron se mariaient toujours autant en Lorraine qu’en Champagne et seuls les L’Hospital, poussés rapidement dans le très proche entourage de Louis XIII, négligeaient de s’allier dans leur province d’origine87. Au cours de la période 1635-1659, Richelieu puis Mazarin pouvaient ainsi compter sur un groupe très fortement structure, cohérent par ses alliances internes et capable d’étendre des ramifications un peu partout en Champagne, voire dans tout le Nord-Est. Les L’Argentier semblaient l’avoir parfaitement bien compris, en délaissant leurs alliances marchandes et urbaines et en épousant deux filles de la maison de Choiseul au moment précis où ils intégraient la noblesse seconde avec une charge de bailli d’épée à Troyes88.

  • 89 B.N. DB. 486. Machault, État général de la province..., fol. 32.
  • 90 Tallemant des Réaux, op. cit., t. II, p. 357-358.
  • 91 B.N. DB. 399.
  • 92 La Chesnaye-Desbois, Dictionnaire, t. X, col. 713-730.

49Malgré des similitudes évidentes avec les pratiques de la génération précédente, il s’agit en fait des dernières années où l’on peut encore parler de la noblesse seconde comme d’un groupe social uni par des relations aussi fortes que peuvent l’être des alliances matrimoniales. En effet, à partir du milieu du siècle, leurs enfants ne se marient plus dans la même sphère – celle de la noblesse d’épée champenoise – mais diversifient considérablement l’origine géographique et sociale de leurs unions. Louis-Claude de Nettancourt épouse ainsi Catherine Amelot, fille de Charles, président au Grand Conseil, l’un des robins les plus en vue de son époque. Marie de Nettancourt, l’une de ses sœurs, épouse en 1692 François, comte d’Estaing, grand seigneur du Rouergue appelé à succéder à son beau-frère au gouvernement de Châlons en 1705. Une autre de ses sœurs, Anne-Françoise, se marie avec Jérôme-Ignace de Goujon, marquis de Thuisy, conseiller au Grand Conseil, fils d’un sénéchal de Reims et trésorier de France à Châlons, dont Machault affirme perfidement qu’il est « d’une dignité sans crédit [et] fort riche »89. Charles II de Livron choisit la même alliance, en enlevant puis en épousant des 1650 Claude de Sallenove, une orpheline dont la mère est également une Goujon de Thuisy, et qui, d’après Tallemant, « pouvoit avoir quarante mille escus de bien »90. Par la suite, néanmoins, les alliances des Livron se font de plus en plus rares à mesure que s’accroissent leurs problemes d’argent : sur les quatre frères et sœurs de Charles II, un seul se marie91. Chez les L’Hospital, la diversification des alliances est d’autant plus nette qu’elle a été plus précoce, avec le manage en 1617 de Nicolas, le marquis de Vitry qui avait exécuté Concini, avec Lucrèce-Marie Bouhier, fille de Vincent, trésorier de l’Épargne. Son fils François-Marie délaisse tout autant que lui la Champagne, en se mariant en 1646 avec la fille de Claude Pot, seigneur de Rhodes, grand-maître des cérémonies de France, et d’Anne-Louise-Henriette de La Châtre92.

  • 93 B.N. DB. 371. Quant aux alliances des L’Argentier et des Ménisson, les sources du Cabinet des Titr (...)

50Seuls les Joyeuse maintiennent l’essentiel de leurs alliances dans la noblesse d’épée champenoise. Cette particularité s’explique sans doute par le fait qu’ils n’ont plus guère les moyens financiers indispensables pour mener une politique matrimoniale ambitieuse. Surtout, les Joyeuse sont alors confrontés à de graves problèmes successoraux, provoqués par deux branches qui s’achèvent par des filles à trente ans d’écart. Dans la branche aînée de Grandprè, d’une part, Marguerite, l’ultime héritière du comté, doit épouser en 1623 son cousin Antoine-François, issu de la branche cadette de Saint-Lambert. Cette manœuvre permet ainsi de conserver la terre de Grandpré dans la famille. En 1658, d’autre part, un procédé parfaitement identique est utilisé pour la branche de Verpel, qui est en train de s’achever par une autre fille, elle aussi appelée Marguerite. Celle-ci épouse donc son cousin Jean-Armand, avec lequel elle n’a pas d’enfants, mais qui répartit avant son décès toutes les terres ainsi rassemblées entre la nouvelle branche de Grandpré et celle de Saint-Lambert93.

51Ainsi, le cas des Joyeuse mis à part, tous les personnages qui appartiennent encore à la noblesse seconde sous Richelieu et Mazarin commencent dès les années 1640-1650 à diversifier leurs alliances un peu partout en France et dans d’autres sphères sociales que la noblesse d’épée champenoise dans laquelle ils étaient habitués à évoluer depuis des générations. Ils adoptent cette nouvelle pratique comme s’ils anticipaient le mouvement de dispersion des carrières qui va les affecter au cours du règne de Louis XIV. Il s’agit là de deux phénomènes très répandus, qui convergent petit à petit pour les déraciner de pouvoirs locaux qu’ils n’exercent plus, semble-t-il, que de manière purement formelle, sans que leur itinéraire ne soit plus lie comme autrefois à leur province d’origine. En se conjuguant à la chute de leurs revenus fonciers, ces orientations inédites les conduisent à délaisser de plus en plus une province dont ils ne tirent plus autant de bénéfices en termes de fortune et de pouvoir.

7. La fin des ascensions provinciales

52Ce mouvement de dispersion de la noblesse seconde, qui transforme ses alliances et ses carrières, qui l’éloigne de sa province et de ses charges locales, s’accompagnerait-il simultanément de la promotion d’individus nouveaux, issus de familles plus modestes, qui profiteraient de ce vide pour exercer à leur tour toutes ces tâches d’encadrement militaire local ? Serait-il le signe d’un profond renouvellement de la noblesse seconde, le plus vaste sans doute depuis les guerres de Religion ? La réponse à ces questions, qui revient à savoir si le mode de domination exercé par une noblesse seconde a encore du prix aux yeux du monarque, se trouve dans le Mémoire de Larcher. Dans la liste des gouverneurs militaires que dresse l’intendant de Champagne en 1698, apparaissent en effet de nombreux personnages qui n’appartiennent pas aux vieilles familles dont nous venons d’observer les mutations. Qui sont-ils ?

  • 94 Mémoire de M. Larcher, éd. J.-P. Brancourt, p. 171.
  • 95 Ibid, p. 171.
  • 96 Ibid., p. 171-172.

53La plupart sont des hommes étrangers à la province, qui y sont affectés en raison sans doute de leurs compétences particulières en matière de commandement. À Sedan, Mézières et Charleville, les seules places fortes qui n’aient pas été démantelées sur ordre du souverain, on trouve respectivement Louis de Guiscard-Magny, Jean de Gassion et Hugues L’Hôte de Bœce – ce dernier étant en fait sous les ordres du gouverneur de Mézières. Louis de Guiscard-Magny, comte de Neuvy-sur-Loire et de Puycalvary, seigneur de La Bourlie, est originaire du Quercy. Il a succédé à son père Georges en 1692, après avoir été lieutenant général dans les armées du roi et ambassadeur en Suède. Un peu plus tard, il sera gouverneur de Namur94. Jean de Gassion n’est pas champenois non plus. Son père était procureur général puis président a mortier au Parlement de Navarre, avant de devenir conseiller d’État et intendant de justice en Béarn. Délaissant les carrières de robe, Jean obtient un brevet de lieutenant aux gardes, puis le gouvernement de Dax, celui de Mézières (1693) et enfin le commandement de la maison du roi, sous les ordres du maréchal de Villars, en 171095. Son subordonné à Charleville, Hugues L’Hôte de Bœce, est un soldat professionnel dont je n’ai pas réussi à retrouver 1’origine géographique. après les campagnes de Hollande (1665-1666), il devient major de la citadelle de Lille (1671), puis lieutenant du roi à Courtrai (1675), gouverneur de Pignerol (1693) et enfin lieutenant à Mézières. Il finit sa carrière en 1706, avec le grade de brigadier96.

54Dans les trois cas, il s’agit donc d’individus qui n’ont pas d’affinités particulières avec la Champagne. Ces postes ne sont pour eux qu’une étape dans un itinéraire complexe, marque par la succession d’emplois varies qui les conduisent un peu partout en France, voire en Europe. Leur pouvoir local ne puise donc pas sa légitimité, à l’instar de la noblesse seconde, dans un statut préalable de grands propriétaires fonciers provinciaux, mais dans leur capacité à commander efficacement les troupes qui sont placées ici sous leur autorité.

  • 97 Déjà, en 1642, a Tissue de la révolte du comte de Soissons et de la bataille de La Marfée, c’est l (...)
  • 98 Voir le tableau 23.
  • 99 Mémoire de M. Larcher, éd. J.-P. Brancourt, p. 173.
  • 100 Ibid., p 174.
  • 101 Ibid., p 176.
  • 102 Ibid., p 177.
  • 103 Ibid., p 177. Caumartin, Recherche de la noblesse..., art. Des Salles.

55Il est vrai que ces trois places, du fait des fortifications qu’elles sont les seules en Champagne à avoir gardées, ont sans doute un intérêt stratégique supérieur à toutes les autres, ce qui amène le pouvoir central à les confier à des officiers expérimentés, étrangers à la province si besoin97. Cependant, cette explication ne me semble pas pleinement satisfaisante, dans la mesure où d’autres villes, moins sensibles, ont elles aussi des gouverneurs tels que ceux-ci. C’est le cas de Rocroi, Sainte-Menehould, Bar-sur-Aube, Fismes et Vaucouleurs98. À Rocroi, c’est Nicolas-Jeannot de Batillât qui assume le gouvernement de cette place. En 1697, date à laquelle il a été pourvu de ce poste, il a une longue carrière derrière lui, passée en Franche-Comte, en Hollande et en Allemagne (1668-1675), aux sièges de Valenciennes, Cambrai, Fribourg, avec des grades de plus en plus élevés (inspecteur général de la cavalerie en 1681, maréchal de camp en 1688, lieutenant général des armées en 1693). Son ultime charge, qui le conduit ainsi en Champagne, ressemble à une paisible retraite après trente ans de bons et loyaux services99. À Sainte-Menehould, c’est un Picard qui commande la ville : Léon Le Cirier de Neufchelles. Son profil ressemble beaucoup à celui de Bartillat, sauf qu’il n’est pas inconnu en Champagne, puisque son père avait été pourvu de la même charge avant lui100. À Bar-sur-Aube, Claude de Bressey de Belrey est un mercenaire qui est passe au service de la France en 1691 après avoir travaillé pour le roi d’Espagne en tant qu’ingénieur militaire101. À Fismes, on trouve Jean-Antoine de Mesmes, comte d’Avaux, le quatrième fils du président de Mesmes. En fait, sa nomination ici est de pure forme, car il a passé l’essentiel de sa vie à conduire des ambassades, à Venise (1672-1674), à Nimègue (1675-1678), en Suède (1692) et à La Haye (1695-1701) »102. À Vaucouleurs, enfin, c’est le descendant d’une famille béarnaise passée en Lorraine qui tient la place : Claude-Gustave-Chrétien des Salles. Comme son grand-père Claude et son père François, il a servi le roi de France en prenant part à ses campagnes dans divers régiments ; la charge qu’il détient à Vaucouleurs apparaît comme un simple détour dans une vie passée sur tous les champs de bataille du règne103.

  • 104 Machault, État général de la province..., fol. 33. et B.N. PO. 2771.
  • 105 Machault, État général de la province..., fol. 32. et B.N. PO. 2244.
  • 106 Machault, État général de la province..., fol. 33.
  • 107 Ibid., fo1. 32-33.
  • 108 Mémoire de M. Larcher, éd. J.-P. Brancourt, p. 174.
  • 109 B.N. PO. 530.

56Ces hommes ont des traits finalement assez semblables. À part Jean-Antoine de Mesme, tous sont des professionnels qui restent longtemps au service de Louis XIV et dont la nomination à un poste local dans cette province ne représente qu’un moment dans une carrière fort bien remplie. En 1698, ils composent la majorité des nouveaux gouverneurs militaires qui n’appartiennent pas à l’ancienne noblesse seconde champenoise. Déjà en 1665, les étrangers commen-9aient à apparaître dans le Mémoire de Machault : des personnages aussi différents les uns des autres que « le sieur de Saint-Pé » — probablement Gascon — à Donchéry104, le Normand Guy de Pertuis à Épernay105, voire Henri-Albert de Cossé-Brissac, l’arrière-petit-fils du maréchal, à Mézières106. Mais à cette époque, la majorité des cadres militaires appartenaient encore à la noblesse locale : Pierre de Pleurs à Sézanne, « le sieur d’Ailleville » à Bar-sur-Aube, Claude de Bollogne à Nogent-le-Roi, Pierre de Langault à Wassy, « le sieur de Verneuil » à Rethel, « le sieur de La Caillèteriez » à Chateau-Porcien107. D’autres ne s’étaient implantés que depuis peu, mais possédaient néanmoins de bonnes terres dans la région : c’était le cas de Nicolas Bourdin, gouverneur de Vitry – venu en Champagne par son manage avec Cléophile Cauchon108 – ou de l’Artésien François de Brouilly, marquis de Wartigny, petit-fds d’Antoine de Saint-Paul par sa mère, qui avait été pourvu de la lieutenance générale en Champagne du Nord, grâce sans doute à la recommandation de son cousin Antoine, marquis de Piennes109.

  • 110 Mémoire de M. Larcher, éd. J.-P. Brancourt, p. 176. Caumartin, Recherche de la noblesse..., art. B (...)
  • 111 Mémoire de M. Larcher, éd. J.-P. Brancourt, p. 169 et 276.

57En 1698, ces individus, qui auraient pu enclencher un ample renouvellement de la noblesse seconde, ont presque tous disparu. En outre, ceux qui n’ont pas été supplantés par des officiers étrangers à la province remplissent des fonctions qui n’ont plus rien à voir avec l’exercice d’une autorité locale. Ainsi, Roger Brûlart de Sillery, l’arrière-petit-fils du chancelier, qui est nommé gouverneur d’Épernay en 1668, a commencé sa carrière comme capitaine au régiment de Turenne. II a participé à la bataille des Dunes, au siège de Dunkerque, à la campagne de Hongrie (1664), avant de devenir lieutenant-colonel de son régiment, en 1665. Sa nomination à Épernay ne change rien à sa vie. Il fait la campagne d’Allemagne sous les ordres de Turenne avec le grade de brigadier, puis devient maréchal de camp (1676), lieutenant général (1696), ambassadeur en Suisse (1697) et enfin chevalier de l’ordre du Saint-Esprit (1705)110. Roger Brûlart de Sillery ressemble donc beaucoup aux anciens nobles seconds de sa province, qui sont, comme lui, obliges de faire un service militaire itinérant, couteux et périlleux pour avancer dans le monde. Sa nomination en Champagne a d’ailleurs le même sens que celle de Charles-Claude-Aficain de L’Hoste, un Lorrain passé depuis quatre générations en Champagne. Celui-ci a succédé en 1689 à son père Gaston-François, décédé quelques mois seulement après avoir été pourvu de la lieutenance générale en Brie, au terme d’une carrière qui l’avait conduit à Valenciennes (1656), Montmédy (1657), Djidjedi (1664), Gand, Ypres, Saint-Denis, Minden (1679) et enfin en Irlande (1689)111. Ainsi, Gaston-François et Charles-Claude-Africain de L’Hoste ne sont pas nommés en Champagne parce qu’ils possèdent le marquisat d’Escots, mais parce qu’ils sont avant tout des officiers zélés que le roi de France entend Désormais utiliser partout dans le royaume et même au-delà.

58À Tissue de sa victoire sur les Espagnols, Louis XIV ne cherche donc pas à renouveler les cadres militaires de Champagne selon les mêmes modalités qu’autrefois. Depuis deux siècles, la frontière n’a jamais été aussi tranquille et la noblesse locale n’a plus maintenant pour principale vocation d’en assurer la stabilité. Désormais, sa connaissance du terrain s’est dévalorisée, au profit de sa capacité à exercer un commandement efficace là où le souverain a décidé de l’envoyer. L’exercice d’une charge locale ne représente donc plus qu’une tache somme toute assez secondaire dans la vie des nobles provinciaux, qui sont tous obliges de parcourir l’Europe au service de leur maître. Malgré le maintien formel de quelques uns dans des postes locaux qui ont perdu la majeure partie de leur importance stratégique, le gouvernement militaire de la province subit la même logique, qui consiste à y nommer des individus qui ne sont là que pour quelque temps, en attendant une autre affectation ou le départ pour une nouvelle campagne, quelque part aux Pays-Bas ou dans l’Empire. Cette diversification des missions qui incombent Désormais à la noblesse champenoise était déjà en germe sous Louis XIII et Richelieu : ceux qui étaient les plus aptes à conduire leurs troupes dans le Luxembourg ou le Languedoc pouvaient escompter une promotion bien plus rapide que ceux qui restaient incapables de quitter leur région. Dorénavant, cette évolution s’est confirmée au point de devenir une régie générale : pour un noble, les voies de la réussite ne passent plus par l’intégration dans un corps d’officiers locaux dont la cohérence était garantie par ses alliances et son autorité provinciale, mais par sa faculté à s’adapter avec souplesse aux commandements qui lui sont confiés un peu partout. Ce n’est donc pas physiquement que la noblesse seconde champenoise disparaît sous Louis XIV, mais plutôt en tant que système de domination militaire. Éreintée par la dégradation de sa fortune, mise en porte-à-faux par l’éloignement des dangers qui pesaient sur sa province, sa raison d’être n’est plus de défendre mais de conquérir.

Notes

1 B.N. Fr. 3759 (68), rapport de Châtillon à Des Noyers, le 15 mars 1637.

2 A.D. Marne E 715 (92).

3 B.N. Champ. 36 (125), 5 avril 1649.

4 Cité par H. Jadart, Les guerres de la Fronde dans la baronnie du Thour en Champagne, 1649-1657. Relations contemporaines, Arcis-sur-Aube, 1885, 23 p.

5 À Hortes, un village du Bassigny où l’armée de Galas, en septembre 1636, avait massacré 400 habitants sur les 4 000 qui s’y étaient barricadés, brûlant 165 maisons et deux églises, les habitants ont gardé jusqu’à la fin du xviiie siècle le souvenir de cette prière : « A Forkats, Gallas et Piccolomini libera nos, Domine ». Cité par M. Poinsignon, op. cit., t. III, p. 561.

6 J. Dupâquier, Statistiques démographiques du Bassin Parisien (1636-1720), Paris, 1977.

7 Sur tous ces problèmes, j’ai retrouvé en Champagne de nombreux points communs avec le Hurepoix de J. Jacquart (La crise rurale..., p. 650-657 et surtout p. 660-680). Voir aussi le livre d’A. Feillet, La misère au temps de La Fronde et saint Vincent de Paul, Paris, 1886.

8 Cité par M. Poinsignon, op. cit., t. III, p. 136-137.

9 A.D. Ardenne 1 E 130.

10 A.D. Marne E 248.

11 Lettres du cardinal Mazarin, op. cit., t. I, p. 491-492.

12 A.N. P2152.

13 A.N. P 2153.

14 A.N. P 2152.

15 A.N. P 217.

16 A.N. Q1 41.

17 Ibid.

18 A.N. P 217 (21 juin 1653). Des précisions statistiques sur cette dégradation des patrimoines peuvent être consultées dans l’exemplaire dactylographié de ce travail, édité sur microfiche par le service de reproduction des thèses de l’université de Lille III.

19 B.N. Fr. 4211 (470), 19 novembre 1652. À Grandpré, un procès-verbal de 1655 précise que la bourgade « a esté tellement fatiguée, pillée, bruslée des gens de guerre tant du party du roy que des ennemis de l’Estat qu’à présent il est réduict en une misère extrême et au quart des bourgeois qui y estoient auparavant ». (Cité par M. de Sars, op. cit., p. 40). D’après Sars, la ruine de Grandpré est telle qu’on ne pourra réparer l’église qu’en 1664 (p. 42).

20 B.N. Fr. 4211 (532), 16 décembre 1652.

21 B.N. Fr. 3759 (55), 9 mars 1637.

22 A.D. Meuse PL 10712 (P).

23 B.N. Fr. 3759 (120), 16 avril 1637.

24 Ibid. (156). Nombreux autres exemples dans les mêmes registres : fol. 70 (18 mars 1637), fol. 109 (11 avril 1637), fol. 125 (20 avril 1637), fol. 126 (21 avril 1637), fol. 141 (28 avril 1637), Fr. 3760 (233), 24 novembre 1637, Fr. 3765 (23), 14 mai 1641.

25 Voir p. 179-180.

26 B.N. Fr. 4211 (76), 31 août 1652.

27 Mémoires d’Oudard Coquault, op. cit., p. 394.

28 A.D. Ardenne 1 E 405.

29 M. de Sars, op. cit., p. 39 et 42.

30 A.D. Haute-Marne 10 J 9.

31 A.D. Haute-Marne 10 J 3 (31 octobre 1687).

32 B.N. PO. 185 (34-35).

33 Tallemant des Reaux, op. cit., t. II, p. 457.

34 Cite par Lacordaire, « Les seigneuries et féaultéz de Bourbonne-les-Bains », Revue de Champagne et de Brie, t. XII, p. 454.

35 B.N. PO. 1750(105-108).

36 Lacordaire, art. cit.

37 Son oraison funèbre est conservée a B.N. DB. 399.

38 Lacordaire, art. cit.

39 A.D. Aube Ε 789.

40 B.N. PO. 1652 (48), 30 avril 1667.

41 A.D. Aube Β 1146(A).

42 A.D. Aube Β 1185(A).

43 A.D. Aube Β 1154(A).

44 A.D. Marne E 13 (1674)

45 A.D. Marne Ε 24.

46 B.N. PO. 480 (14).

47 Ibid. (20).

48 Ibid. (16).

49 B.N. PO. 2439 (68).

50 Ibid. (76).

51 Ibid. (84).

52 G. de Plancy, Le marquisat de Plancy et ses seigneurs, Arcis-sur-Aube, 1895, p. 101-103.

53 Louis de Machault, État général de la province de Champagne (1665), B.N. 500 Col., 273.
Michel Larcher, Memoires concernant la province de Champagne (1698), p. p. J.-P. Brancourt, L’intendance de Champagne à la fin du xviie siècle. Édition critique des mémoires « pour l’instruction du duc de Bourgogne », Paris, 1983. Le travail accompli ici par J.-P. Brancourt est exemplaire par sa rigueur et sa précision. Il m’a été d’une aide précieuse pour ces quelques pages.

54 Mémoire de M. Larcher, ed. J.-P. Brancourt, p. 175.

55 Ibid., p. 168.

56 La Chesnaye-Desbois, Dictionnaire..., t. V, col. 915-919.

57 Mémoire de M. Larcher, ed. J.-P. Brancourt, p. 175.

58 B.N. DB. 399.

59 B.N. DB. 186.

60 B.N. DB. 399 et La Chesnaye-Desbois, Dictionnaire, t. V, col. 915-919.

61 B.N. DB. 486.

62 Mémoire de M. Larcher, ed. J.-P. Brancourt, p. 175.

63 La Chenaye-Desbois, Dictionnaire..., t. V, col. 915-919.

64 Mémoire de M. Larcher, éd. J.-P. Brancourt, p. 169.

65 B.N. DB. 416 et 659.

66 B.N. CBH. 36.

67 Voir p. 171-172.

68 B.N. DB. 667.

69 Mémoire de M. Larcher, éd. J.-P. Brancourt, p. 168.

70 B.N. DB. 389.

71 Machault, État général de la province..., fol. 35.

72 B.N. DB. 23.

73 B.N. PO. 1346.

74 B.N. DB. 224.

75 B.N. PO. 1652 et 1923.

76 Machault, État général de la province..., fol. 31-33.

77 Mémoire de M. Larcher, éd. J.-P. Brancourt, p. 168.

78 Ibid. p. 175 et B.N. Fr. 25199 (513-518).

79 César du Plessis-Praslin devient duc et pair le 14 novembre 1665, sans avoir pu obtenir le gouvernement de Champagne qu’il convoitait. Jusqu’à la fin de sa vie, il va mener une vie de cour fort éloignée de la Champagne, se répandant en reproches sur l’ingratitude de Mazarin à son égard. Mémoires du due du Plessis, op. cit., p. 446-448.

80 Mémoire de M. Larcher, éd. J.-P. Brancourt, p. 171.

81 Ibid., p. 175.

82 B.N. Fr. 25199 (519-522).

83 B.N. DB. 371

84 B.N. DB. 186

85 La Chesnaye-Desbois, Dictionnaire..., t. V, col. 915-919.

86 B.N. DB. 371 et 486.

87 B.N. DB. 399 et La Chesnaye-Desbois, Dictionnaire, t. X, col. 713-730.

88 B.N. PO. 1652.

89 B.N. DB. 486. Machault, État général de la province..., fol. 32.

90 Tallemant des Réaux, op. cit., t. II, p. 357-358.

91 B.N. DB. 399.

92 La Chesnaye-Desbois, Dictionnaire, t. X, col. 713-730.

93 B.N. DB. 371. Quant aux alliances des L’Argentier et des Ménisson, les sources du Cabinet des Titres restent désespérément muettes a leur sujet.

94 Mémoire de M. Larcher, éd. J.-P. Brancourt, p. 171.

95 Ibid, p. 171.

96 Ibid., p. 171-172.

97 Déjà, en 1642, a Tissue de la révolte du comte de Soissons et de la bataille de La Marfée, c’est le maréchal de Fabert que Richelieu et Louis XIII avaient choisi pour être gouverneur de Sedan. Ed. de Barthélemy, « Le maréchal de Fabert à Sedan », Revue de Champagne et de Brie, t. VIII, 1879, p. 291-301.

98 Voir le tableau 23.

99 Mémoire de M. Larcher, éd. J.-P. Brancourt, p. 173.

100 Ibid., p 174.

101 Ibid., p 176.

102 Ibid., p 177.

103 Ibid., p 177. Caumartin, Recherche de la noblesse..., art. Des Salles.

104 Machault, État général de la province..., fol. 33. et B.N. PO. 2771.

105 Machault, État général de la province..., fol. 32. et B.N. PO. 2244.

106 Machault, État général de la province..., fol. 33.

107 Ibid., fo1. 32-33.

108 Mémoire de M. Larcher, éd. J.-P. Brancourt, p. 174.

109 B.N. PO. 530.

110 Mémoire de M. Larcher, éd. J.-P. Brancourt, p. 176. Caumartin, Recherche de la noblesse..., art. Brûlart.

111 Mémoire de M. Larcher, éd. J.-P. Brancourt, p. 169 et 276.

© Éditions de la Sorbonne, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540