Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Noblesse seconde et pouvoir en Champagne aux XVIe et XVIIe siècles

 | 
Laurent Bourquin

Troisième partie. La mise à l'écart (1635-vers 1700)

Chapitre VI. La noblesse seconde dans la guerre (1635-1659)

Texte intégral

1. Une irremplaçable connaissance du pays

  • 1 M. Poinsignon, op. cit., t. II, p. 555.
  • 2 Ibid., p. 564.
  • 3 Ibid., p. 559-561.

1La déclaration de guerre lancée le 19 mai 1635 par Louis XIII contre les Habsbourg fait entrer tout le nord-est du royaume dans un cycle de conflits qui vont l’affecter en profondeur pendant plus de vingt ans. La vocation stratégique de la Champagne, qui s’était dessinée lors des combats de 1530-1540, se trouve ainsi amplement réaffirmée lorsque dès le mois d’avril 1635, le roi de France ordonne le démantèlement des châteaux de Coiffy, Montigny, Montéclair, Châtillon, La Marche et Lusey, jugés trop vulnérables pour résister à un assaut1. Comme sous François Ier, la province est alors utilisée comme base pour rassembler les troupes prévues en Franche-Comté, Lorraine et Luxembourg. Dans le dispositif militaire prévu par Richelieu au début du conflit, la Champagne n’est pourtant pas appelée à subir le choc des premières opérations. C’est plutôt la Picardie, comme au milieu des années 1530, qui retient d’abord l’attention des belligérants. C’est là que se nouent tous les enjeux tactiques au début du conflit, comme le montrent la chute de Corbie le 15 août 1636, la panique qu’elle provoque à Paris, et sa reprise par les Français le 14 novembre. Pendant cette période, la Champagne doit surtout faire face à l’hébergement d’une armée permanente de dix mille soldats, qui assurent à la fois sa protection et une force de réserve pour des opérations qui se déroulent encore assez loin2. Mis à part les ravages causés dans le pays de Langres par une incursion de treize mille hommes conduits par Galas en septembre 1636, la province reste globalement à l’écart de la guerre jusqu’au début de l’année 16373.

  • 4 Voir le portrait haut en couleurs qu’en fait Tallemant des Réaux dans l’une de ses Historiettes, c (...)

2C’est l’échec des Espagnols à Corbie qui déplace le centre de gravité des combats vers la Champagne, trop rapidement même pour que la défense de la province puisse être renforcée dans les délais nécessaires. Louis XIII a alors besoin de maintenir un contact permanent avec ses alliés protestants du Saint-Empire, de façon à les utiliser pour prêter main forte à ses troupes de Champagne en cas d’invasion. C’est pour cette raison qu’il fait appel à Gaspard de Coligny, dit le maréchal de Châtillon, le petit-fils de l’amiral, pour organiser les préparatifs de la nouvelle campagne. Vu sous l’angle des relations internationales, le choix de Châtillon est sans aucun doute judicieux : huguenot comme son grand-père, il bénéficie d’un large crédit auprès des alliés du roi de France en Europe4. Il peut donc plus facilement qu’un autre assurer un relais efficace entre eux et Paris, les mobiliser pour combler les lacunes que les deux premières années du conflit ont laissées dans les défenses inemployées de la province.

3Par contre, d’un point de vue strictement militaire, Châtillon n’est certainement pas l’homme de la situation. En effet, dès 1637, il se trouve gravement handicapé par une ignorance profonde du territoire sur lequel il est amené à exercer son pouvoir. Comme tout chef de guerre, il lui faut assurer l’hébergement de ses troupes, leur ravitaillement régulier en vivres, leur conduite dans les meilleures conditions de sécurité, leur affectation dans une place forte adéquate, bref tous les moyens nécessaires pour qu’elles puissent accomplir leur mission avec une certaine efficacité. Tout ceci réclame une fine connaissance du pays, ainsi que des appuis locaux pour décider les notables urbains à favoriser les étapes des troupes, et enfin des amis parmi la noblesse provinciale pour effectuer certaines tâches d’encadrement dans l’armée. Autant d’atouts qui font défaut à Châtillon.

  • 5 Lettres du cardinal de Richelieu, t. V, p. 568.
  • 6 B.N. Mel. Col. 86(164).
  • 7 B.N. 500 Col. 117 (208), 24 mai 1637.

4Afin d’y remédier, le pouvoir central réorganise les fonctions de la noblese seconde dans la province dès l’été 1636. En août, Louis II de Clermont-Reynel est ainsi chargé de lever six cents hommes sur le plat pays pour organiser la défense de Chaumont contre l’invasion de Gallas5. Roger de Choiseul-Praslin, qui avait été remplacé en 1627 dans son poste de lieutenant général en Champagne méridionale par Bertrand de Vignolles, retrouve sa place à la mort de celui-ci, cette même année 16366. Quelques mois plus tard, son cousin, César du Plessis-Praslin, qui combattait en Italie, est affecté dans l’armée de Châtillon, ainsi que les régiments de Vaubecourt et de Nettancourt, pourvus de mille deux cents hommes chacun7.

  • 8 A. Corvisier « Clientèles et fidélités dans l’armée française aux xvie et xviie siècles ». Hommage (...)
  • 9 B.N. Fr. 3759 (22), 28 janvier 1637.
  • 10 Lettres du cardinal de Richelieu, t. V, p. 338. Lettre à Mr. de Mende (30 octobre 1635) : « J’ay v (...)
  • 11 Lettres du cardinal de Richelieu, op. cit., t. V, p. 200 (8 septembre 1635).
  • 12 B.N. Fr. 3760 (123), 21 septembre 1637.
  • 13 B.N. Fr. 3762 (161), 26 août 1639.

5Noyés dans une masse qui dépase les vingt mille combattants, ces trois régiments pourraient passer finalement pour des éléments assez minoritaires et marginaux dans un ensemble qui fait aussi appel à des troupes et des officiers venus de tout le royaume. Il n’en est rien, et ce pour deux raisons. D’abord parce que la formation de ces gros régiments est très étroitement liée au réseau de voisins et d’amis que leurs colonels entretiennent dans la région. Leur utilisation en Champagne est donc, comme au siècle précédent, l’occasion de mobiliser la noblesse du pays dans un réflexe de défense de son propre territoire, derrière des officiers qu’elle connaît bien8. Ensuite parce que, aidé par leur connaissance du pays, Châtillon peut enfin mener à bien une tâche à laquelle ses origines ne le préparaient pas du tout. Le 28 janvier 1637, il écrit ainsi au roi : « Sire, j’ay donné advis à Votre Majesté que je venois à Reims pour n’y faire que passer, faisant estat d’aller à Mézières... J’ay esté contraint de m’y arrester quelques jours pour régler le département des troupes et les contributions pour leur subsistance, où j’ay travaillé assiduellement depuis quelques jours. Monsieur de Vaubecourt, tout incommodé qu’il est, a pris la peyne de me venir trouver de Chaalons pour m’assister à desmêler la confusion qui s’estoit trouvée dans le premier establissement. Son expérience et la grande cognoissance qu’il a de toute cette province et du voisinage m’est d’une puissante ayde à faire le service de Votre Majesté »9. Ce n’est pas la première fois que Jean de Nettancourt, comte de Vaubecourt, est ainsi utilisé par des officiers étrangers à la province pour les assister dans leur travail. Déjà, en octobre 1635, il avait été chargé de trouver en Champagne le ravitaillement nécessaire à l’armée de Lorraine. Il avait dû également tracer les itinéraires les plus sûrs pour y faire parvenir les convois de munitions10. En quelques mois, il s’était imposé comme le plus efficace organisateur de la province à un moment où elle ne servait encore que comme base arrière des troupes engagées plus à l’est. Du coup, il était devenu une sorte de spécialiste des affaires militaires de Champagne, à tel point que Richelieu l’avait écarté de tout commandement pour la Franche-Comté et ne l’avait utilisé que très peu de temps lors de la campagne de Lorraine, en 1635, préférant le maintenir à Châlons, où son poste de gouverneur lui permettait d’exercer un pouvoir comparable à celui de tous les lieutenants généraux de la province11. À l’automne 1637, alors que les troupes du Cardinal-Infant approchent de la Champagne, Louis XIII en vient même à lui donner le commandement des troupes spécialement chargées de défendre la frontière. Le 21 septembre, il envoie une lettre dans ce sens à Châtillon, lui demandant de placer ses meilleurs cavaliers sous les ordres de Vaubecourt et de les envoyer entre Aubigny et Aubenton, « pour l’employer avec toutes les forces tant de pied que de cheval qu’il pourra assembler de la noblesse et du peuple »12. Le 26 août 1639, le roi de France lui confie en outre la tâche de punir les déserteurs qui fuient les armées13.

6L’assise d’un tel personnage est d’autant plus large qu’il cumule entre ses mains la puissance locale que lui confère son gouvernement de Châlons et un grade de lieutenant général dans l’armée, qui lui permet d’avoir la haute main sur des opérations militaires d’importance. Son profil est tout à fait conforme à celui de la noblesse seconde depuis le début du xvie siècle, celui d’un homme connu dans la province, influent, doté d’un commandement stable dans une région qu’il connaît bien et dont le pouvoir central s’assure de la fidélité en lui donnant diverses gratifications. Il est tout à fait logique qu’une telle carrière soit relancée par les conflits des années 1635-1643.

7Elle n’est d’ailleurs pas la seule, car le tableau 20, qui présente les emplois tenus au cours de cette période par toutes les familles de noblesse seconde que nous avons vu se dégager depuis le règne de François Ier, montre qu’elles sont nombreuses à profiter de cette occasion pour retrouver le chemin du service royal.

8Les années 1630-1640 sont propices à une vaste réutilisation de tous ceux qui ont une compétence, une expérience ou quelques troupes à apporter. La plupart des familles qui avaient fourni des cadres militaires au roi de France dans le courant du xvie siècle peuvent à présent réintégrer le service de la couronne, mais sur de nouvelles bases. En effet, ceux qui avaient été déchus de leur autorité locale depuis le début du ministériat de Richelieu ne la retrouvent jamais. Le pouvoir central ne les utilise donc pas de la même façon qu’au temps des guerres de Religion, lorsque son but était avant tout de s’assurer de la fidélité des villes et du plat pays et de faire pièce à l’influence des grands dans la province. Certes, l’obéissance des provinces est toujours une priorité pour Richelieu, mais dans le cas champenois, elle se trouve subordonnée à une autre contrainte, majeure celle-là : faire face aux nécessités que pose l’état de guerre. Par conséquent, ce qui faisait au siècle précédent le prix de la noblesse seconde – son charisme local, son autorité traditionnelle de grand propriétaire foncier, sa familiarité avec la société provinciale – est désormais dévalué, au profit de son expérience militaire et de sa connaissance du pays. À présent, l’essentiel est de guider les mouvements de ces troupes pléthoriques issues de tout le royaume, d’aider des officiers supérieurs étrangers à la province, bref de donner une certaine cohérence à une armée hétérogène qui a besoin d’appuis locaux pour trouver du ravitaillement, un hébergement ou simplement son chemin.

2. Le blocage des promotions

  • 14 Lettres du cardinal de Richelieu, t. V, p. 161 (15 septembre 1635).
  • 15 Ibid., p. 233 (16 septembre 1635).
  • 16 Mémoires de Richelieu, éd Michaud et Poujoulat, t. II, p. 643.

9La noblesse seconde elle-même est obligée de répondre instantanément à ces exigences nouvelles du pouvoir central si elle veut conserver la faveur qui peut seule lui garantir la pérennité de ses attributions. Un homme comme Charles de Livron l’apprend à ses dépens à l’été 1635. Chargé par Richelieu d’assurer l’approvisionnement des troupes destinées à aller combattre en Lorraine, le baron de Bourbonne tarde tellement à obéir aux instructions que Louis XIII, parvenu à Châlons, écrit cette lettre courroucée au cardinal : « Je suis bien fasché d’estre si longtemps icy sans rien faire, mais n’y ayant trouvé ny argent, ni troupes, ny vivres, je ne me suis voulu avancer sans tout cela... Bourbonne a encore retenu deux compagnies de chevau-légers et deux de dragons, disant qu’il en a ordre de Paris, ce que je ne croy pas ; il est si décrié et si haï partout que c’est une chose estrange, et ne se sert des dictes trouppes que pour venger ses animosités, et ne fait aucun mal aux ennemis »14. Richelieu lui répond qu’il n’a « jamais creu que Bourbonne fust propre à commander une armée, particulièrement depuis son retour de Montbelliard. Sa Majesté sçaura bien le faire agir dans l’estendue de sa charge, selon qu’elle le jugera capable »15. Discrédité dans la province pour une raison mystérieuse, incapable de répondre aux volontés monarchiques, la disgrâce risque d’exclure impitoyablement Livron de la noblesse seconde. Pour se racheter, il est obligé, en octobre, de faire la chasse à son voisin Charles de Mailly, baron de Clinchamp, qui était passé au service de l’Espagne. Parvenu à le déloger de son quartier en lui tuant sept cents soldats, Livron sauve sa place de justesse16. Mais il n’a pu éviter la colère du roi qu’en apportant la preuve qu’il peut encore lui rendre service grâce à sa connaissance du pays, malgré la faillite de son crédit en Champagne.

  • 17 A.D. Marne E 715 (76), 5 septembre 1639.

10Le cas Livron, qui cumule au même moment discrédit provincial et disgrâce royale, est peut-être exceptionnel par sa brutalité. Néanmoins, il montre que la monarchie n’est plus disposée à ménager les nobles seconds pour préserver, grâce à leur entremise, un pouvoir local stable. Désormais, elle attend surtout d’eux qu’ils soient suffisamment disponibles, dociles et efficaces pour mener à bien ses desseins militaires dans le Nord-Est. « Efficacité » est sans doute le terme le plus adéquat pour résumer ce que Louis XIII et son ministre attendent maintenant de la noblesse seconde. C’est le mot qui vient immédiatement à l’esprit lorsqu’on lit cette belle lettre, lourde de menaces, adressée par Richelieu à Roger de Choiseul-Praslin : « Monsieur, je vous fais ceste lettre pour vous dire que les diverses plaintes que le Roy a eues des grands désordres qui ont esté jusques icy dans ses armées l’ayant fait résoudre à tascher par tous les moyens d’y apporter la reigle qui est nécessaire, j’ay estimé vous devoir prier comme je fais, de faire tout ce qui est en vous à ce que la cavalerie vive à l’avenir avec plus de police et d’obéissance qu’elle n’a fait par le passé. Vous recevrez ceste prière et cet avis comme d’une personne qui vous ayme, et qui en use de la sorte avec vous sur la cognoissance qu’elle a que vous n’estes pas si dévot et si saint que vous ne le puissiez estre d’avantage pour donner un si bon exemple à ceux qui sont sous vostre charge, que vostre conduite leur soit une exhortation perpétuelle à faire leur devoir. Quand vous suivrez le conseil de vos amis en ce point, j’ose vous asseurer que vous vous en trouverez bien, et sans cela je craindrois en vérité, que n’ayant pas la bénédiction du Ciel, vous n’eussiez pas celle de la terre »17.

  • 18 B.N. DB. 55.
  • 19 B.N. DB. 667-668.
  • 20 B.N. DB. 659 et voir p. 144.
  • 21 B.N. DB. 416.
  • 22 B.N. DB. 670.
  • 23 B.N. CRH. 177.

11Le tableau 20 prouve que malgré leurs défauts, les nobles dont la famille avait déjà servi le monarque dans le courant du xvie siècle sont encore aptes à conduire les troupes dans la province et, peut-être, à atteindre cette efficacité voulue par Richelieu. Sans doute sont-ils les mieux placés pour obtenir un commandement de choix grâce à l’entremise des plus puissants d’entre eux, ceux qui conservent toujours les attributions locales qui avaient été celles de leurs aïeux : les Clermont, les Choiseul-Praslin, les Nettancourt. les Joyeuse. Quelques uns restent malgré tout à l’écart de ce mouvement qui les pousse de nouveau à se lancer dans la carrière militaire : les Baradat, les Chastenay, les La Vieuville, les Vaudrey, les Mailly et les Vignolles. Dans le cas des Baradat, il est clair que la disgrâce de François a pesé très lourdement sur ses perspectives de carrière. On sait qu’il a participé aux combats de Casai en 1629-1630, mais sa trace se fait beaucoup plus discrète par la suite18. Quant à ses enfants, ils ne sont pas encore en âge pour entamer une carrière à cette époque. De toute façon, l’ascension de François et son bref passage dans le cercle de la noblesse seconde n’étaient dus qu’à la faveur du roi ; sans doute son rayonnement provincial était-il trop faible pour qu’il puisse draîner à sa suite des troupes nombreuses, susceptibles d’intéresser le pouvoir. La chute de Charles de La Vieuville, elle aussi, semble interdire à sa famille de participer aux conflits contre les Habsbourg. Ce problème est sans doute accentué par le fait que l’exsurintendant des Finances, exilé en Flandres, n’a plus beaucoup de contacts avec sa province d’origine19. C’est encore une disgrâce royale qui affecte les Vaudrey, privés de tout emploi depuis la fin du xvie siècle20. Les Mailly, comme eux, ne sont plus employés par la monarchie depuis que François, le gouverneur de Montigny-le-Roi, a été décapité à Troyes en 1583. Son petit-fils, certainement déçu par la stagnation de son lignage depuis cette exécution, est parti offrir ses services au roi d’Espagne : il est devenu général de son artillerie aux Pays-Bas, colonel de cavalerie puis gouverneur et bailli des Vosges, en Lorraine21. Quant à la famille Vignolles, elle s’éteint avec la fille unique de Bertrand, le lieutenant général mort en 1636. La cause de sa disparition des cadres militaires de cette époque est donc limpide22. Seul le cas des Chastenay reste inexpliqué. Peut-être cette famille n’a-t-elle plus la volonté de faire un quelconque service militaire, d’autant que Joachim, celui qui était parvenu à se hisser dans la noblesse seconde et à s’allier avec les Dinteville au milieu du siècle précédent, avait vite rejoint le groupe des « rieurs »23.

12Parmi les six familles qui restent ainsi à l’écart de la nouvelle militarisation des années 1630-1640, quatre appartiennent au groupe qui avait entamé son ascension au tout début des guerres de Religion : les Chastenay, les La Vieuville, les Mailly et les Vaudrey. Seuls les Saint-Belin, qui avaient eux aussi bénéficié des premiers troubles pour intégrer la clientèle et le service du roi, parviennent à tirer encore leur épingle du jeu sous Richelieu. Ce cercle de nobles, souvent issu du réseau des grands, constitué à un moment d’extrême fragilité du pouvoir monarchique (1560-1579), apparaît bien comme le maillon faible de la noblesse seconde qui s’est renouvelée depuis cent cinquante ans. Au contraire, les cinq familles qui avaient appuyé la politique d’Henri IV dans les années 1590 – les Godet, les Joyeuse, les Nettancourt, les La Croix et les L’Hospital – résistent fort bien. Peut-être faut-il y voir la marque d’un choix plus judicieux de la part du souverain, celui de lignages plus solides, plus fiables, ayant en tout cas la posibilité de perpétuer leur service militaire sur plusieurs générations. Peut-être faut-il tenir également compte de leur attachement particulier à la dynastie des Bourbons, dont le fondateur les a couverts de récompenses. Peut-être Louis XIII se sent-il même plus proche de ces familles que de celles qui devaient toute leur fortune passée aux Valois.

  • 24 B.N. CBH. 3.

13Cette dernière explication a cependant ses limites, car il est frappant de constater qu’à l’inverse, les familles les plus anciennes de la noblesse seconde – celles qui avaient servi les desseins militaires des souverains dès la première moitié du xvie siècle – profitent largement des conflits pour confirmer leur importance provinciale, même lorsqu’elles ont perdu leurs pouvoirs locaux effectifs, comme les Anglure ou les Lenoncourt. Ce phénomène est d’autant plus net que l’on retrouve dans le tableau 20 quatre individus qui appartiennent à la famille Aguerre, l’une des premières à avoir intégré la noblesse seconde sous le règne d’Henri II et l’une des premières à l’avoir quittée. Certes, les fonctions qu’ils occupent maintenant sont bien modestes car elles ne dépassent pas le grade de capitaine, mais elles sont la preuve d’un réel retour à une carrière active, après une longue période passée sans emploi et dans une stricte neutralité au temps des guerres de Religion et des troubles de la Régence. D’après une note de d’Hozier, probablement écrite dans les années 1660, François, vicomte de Villette, « s’est miné et n’a pas de quoi vivre » et son cousin Louis, seigneur de Cours « est un homme fort pauvre »24. Sans doute est-ce la raison pour laquelle les Aguerre sont bien incapables d’acquérir plus qu’un simple brevet de capitaine. Ce n’est pas le cas des Choiseul, des Lenoncourt, des Livron, des Anglure, qui obtiennent aisément des commissions de colonels, voire de lieutenants généraux. Ils appartiennent toujours aux plus grandes familles de la province, celles dont le pouvoir central ne peut se passer, même quand il a enlevé à certaines d’entre elles toutes leurs fonctions officielles locales.

  • 25 L. F. de Caumartin, Recherche de la noblesse de Champagne..., op. cit.
  • 26 La plupart des familles recensées par Caumartin fournissent des cavaliers ou des officiers au cour (...)

14D’ailleurs, l’examen attentif des dépêches envoyées et reçues par Châtillon pendant son service en Champagne (1637, 1639 et 1641), révèle que ces familles de l’ancienne ou de la nouvelle noblesse seconde fournissent bien la majorité des officiers supérieurs destinés à combattre en Champagne. Ces documents, pour en mesurer la fiabilité, doivent être confirmés par les pièces généalogiques collectées par Caumartin pour son Enquête de noblesse25 publiée en 1667, de façon à savoir si l’on a une vision réellement exhaustive du service militaire champenois pendant ces années ou si l’on se laisse abuser par des lacunes dans les sources. Il s’agit donc d’un patient travail de recoupement qui, il faut l’avouer, est plutôt décevant dans la mesure où la rareté des promotions qui vont au-delà du grade de capitaine rend la recherche assez aride26.

  • 27 B.N. CBH. 35.
  • 28 B.N. DB. 617.
  • 29 B.N. DB. 140.
  • 30 B.N. DB. 34.
  • 31 Voir chapitre IV, p. 130.
  • 32 B.N. DB. 34, 140.
  • 33 B.N. CBH. 35.

15Jusqu’à la fin du règne de Louis XIII, seuls cinq nobles champenois extérieurs à la noblesse seconde parviennent à mettre sur pied un régiment. Il s’agit de Samuel de Beauvau, seigneur de Vatimon, son frère Jacques, seigneur d’Épense (1641)27, Pierre de Sommièvre, comte de Lignon (1638)28, Edme du Bruillart, baron de Coursan (vers 1635)29 et Absalon-Claude-Jean-Baptiste d’Aspremont, marquis de Vendy (1638)30. Tous sont issus de familles implantées en Champagne depuis au moins le début du xvie siècle, et c’est ce qui fait leur principal trait commun. Pour le reste, ces familles ne forment pas du tout un goupe homogène comparable à ce qu’avait pu être la noblesse seconde sous les Valois. Le père de Pierre de Sommièvre avait tenu Vitry-le-François contre Henri IV jusqu’en 159431, tandis qu’à l’inverse les Aspremont et les Bruillart s’étaient tout de suite retrouvés dans le camp royaliste32. Quant aux Beauvau, ils avaient adopté pendant les troubles une stricte neutralité qui leur avait permis de surmonter cette difficile période sans trop de dégâts33. Mis à part les Aspremont, qui ont longtemps exercé le gouvernement de la ville de Toul, beaucoup d’autres nobles champenois pourraient présenter des états de service bien plus anciens et bien plus importants. L’histoire récente de tous ces lignages ne les prédisposait donc pas à entrer au service du roi à cette époque.

  • 34 B.N. DB. 140.

16En tout cas, ils ne sauraient être confondus avec la noblesse seconde. Ils ne cumulent pas leurs fonctions avec un emploi de cour, une gratification, une pension ou une distinction honorifique – sauf Edme du bruillart, qui est gentilhomme ordinaire de la chambre du roi34. Surtout, ils n’exercent aucun pouvoir local pendant toute cette période. Ils s’affirment plutôt comme des professionnels de l’action militaire, des officiers dont la fonction est de conduire des troupes à la guerre. Ils sont loin des gouverneurs locaux auxquels le souverain avait délégué une partie de son pouvoir pour l’exercer en son nom.

17D’ailleurs, ces guerres ne sont pas propices au renouvellement et à la diversification de la noblesse seconde. J’entends par là qu’aucun personnage nouveau ne s’impose réellement à cette époque pour entrer dans le dispositif militaire de la province. Certes, les officiers qui avaient conservé leur poste avant la déclaration de guerre le conservent, voire parviennent à accroître leurs responsabilités – c’est le cas de Jean de Nettancourt ou de Roger de Choiseul-Praslin par exemple. Certes, quelques nobles champenois se voient confier des commandements locaux, mais leur faible envergure n’a plus grand chose à voir avec les postes prestigieux qui étaient tenus par la noblesse seconde.

  • 35 B.N. DB. 231.

18Ainsi, le gouvernement de Rocroi est assumé depuis la fin du xvie siècle par la famille Le Danois, originaire de Lorraine, qui occupe cette charge depuis que Charles de Guise y a placé Philibert, seigneur de Geoffreville, en 1597. François, son fils, a pu lui succéder en 1622, et a choisi pour lieutenants son oncle Jean, le frère de Philibert, et son cousin Charles35. Indéniablement, les Le Danois sont désormais solidement implantés à Rocroi, mais cela ne suffit pas à en faire des nobles seconds. Mis à part Jean, qui acquiert à une date indéterminée un emploi de gentilhomme ordinaire de la chambre du roi, ils n’entrent pas au sein de la clientèle royale au cours du premier tiers du xviie siècle. Leur ascension se bloque même complètement à ce poste de Rocroi, qu’ils ne parviennent jamais à dépasser pour exercer un commandement dans une ville un peu plus importante.

  • 36 B.N. DB. 76. Richelieu écrit à son sujet à Bouthillier : « Monsieur, le sr de Saint-Estienne, s’en (...)
  • 37 Peut-être le blocage de sa carrière est-il dû en partie à l’affaire de l’enlèvement de Mademoisell (...)

19Le profil du gouverneur de Linchamp et Château-Renaud, Jean de Beaumont, seigneur de Saint-Étienne, est tout à fait comparable. Grâce à son mariage avec l’une des sœurs du Père Joseph, il bénéficie de l’appui de Richelieu pour obtenir ces deux gouvernements en 1630. Comme dans le cas des Le Danois, il recrute son lieutenant dans sa famille, en la personne de son frère Henri, seigneur de Clavy, et cède la place vers 1645 à son fils Charles-Claude36. Cependant, malgré le voyage qu’il accomplit avec le Père Joseph à Ratisbonne en 1630, il ne parvient pas du tout à sortir du cadre quelque peu étroit où le confine son gouvernement militaire. Comme les Le Danois, les Beaumont ne peuvent entamer une ascension qui aurait pourtant été logique, étant donné leurs appuis auprès de Richelieu. Leur charge locale, qui les aurait promis à un bel avenir un demi-siècle plus tôt, se révèle en fait une impasse37.

  • 38 B.N. PO. 399.

20Un tel blocage est tout aussi perceptible à Nogent-le-Roi, chez les Bollogne, qui sont issus d’un officier italien qui avait fait une première souche en Provence à la fin du xve siècle. Conduit dans le Nord-Est par le hasard des guerres de Religion, Jules de Bollogne, son arrière-petit-fils, obtint d’Henri IV un brevet de capitaine et major au régiment de Champagne ainsi qu’une charge de gouverneur à Nogent-le-Roi. S’étant marié dans la province, il y acquit la seigneurie de Bonnecourt et parvint à obtenir la survivance de sa charge pour son fils Claude, qui prit sa place à Nogent. Ce dernier tenta même de s’intégrer à la noblesse seconde, en épousant Jeanne de Saint-Belin, dame de Mirebel, et en succédant à son père dans l’emploi de maître d’hôtel ordinaire du roi que celui-ci avait tenu à la fin de sa vie. À Nogent, il renforça la position de sa famille en choisissant son fils René-Antoine pour lieutenant38. Comme dans le cas des Beaumont, il s’agit donc encore d’une famille qui réunit la plupart des atouts nécessaires à un bel avenir : un pouvoir local tenu depuis plusieurs décennies, un emploi de cour transmis de père en fils et des alliances provinciales solides. Pourtant, les Bollogne ne parviennent pas à transformer tous ces avantages en une réelle ascension. Malgré les opportunités que pourrait offrir la guerre contre les Habsbourg, ils ne sortent jamais du rôle qui leur est imparti à Nogent, ni en obtenant un commandement local plus important, ni en décrochant une commission pour commander une compagnie ou un régiment.

21La stagnation de tous ces petits gouverneurs semble du même ordre que la dégradation des pouvoirs locaux qui avaient été longtemps détenus par quelques familles de la noblesse seconde. Finalement, pour le roi de France et son ministre, le pouvoir local ne revêt plus la même importance qu’au siècle précédent. Certes, dans quelques cas, somme toute assez rares, les gouverneurs les plus puissants parviennent à valoriser leurs fonctions et à prendre une part active à l’organisation de la défense du territoire champenois. Mais à présent, le sésame de la réussite pour les individus nouveaux ne passe plus par ce genre de charges : il dépend désormais de l’encadrement des troupes royales. Les guerres des années 1630-1640 favorisent ainsi deux types de carrières bien distincts : soit l’obtention d’une commission pour former et conduire un régiment, soit la perpétuation d’un commandement local sans grand espoir de promotion. Aucune de ces voies ne permet plus d’accéder à la noblesse seconde. Chacune semble en fait bloquer les individus dans un itinéraire bien spécifique qui ne leur permet ni d’accroître leur crédit dans la province, ni de bénéficier des faveurs de l’État. Ils sont utilisés comme des spécialistes par un pouvoir monarchique pour lequel ils ne sont que des officiers, et non plus des alliés.

22Ce phénomène est sans doute lié à l’évolution des structures de l’armée à cette époque. Contrairement à ce qui se passait au temps des guerres de Religion, les effectifs qui sont mis en œuvre par Richelieu sont très nombreux, hétérogènes et beaucoup plus lourds à gérer. Leur utilisation ne peut plus s’effectuer comme au xvie siècle dans le cadre de la province tout entière ou par le cumul de plusieurs commandements locaux, mais grâce à une stricte répartition des tâches qui conduit inévitablement à un émiettement du pouvoir détenu par chacun, à un fractionnement de son assise territoriale. Ces officiers, qui ont la tâche d’encadrer un régiment ou de diriger une garnison, sont de plus en plus étroitement liés à leur charge, car leur savoir-faire dépend avant tout de la connaissance des hommes qu’ils ont sous leurs ordres et des problèmes qu’ils doivent résoudre tous les jours. Du coup, leur efficacité se trouve finalement très limitée dans l’espace, strictement bornée à l’influence qu’ils peuvent exercer dans le cadre que le pouvoir central leur a imparti. Sans doute est-ce la raison pour laquelle ils se révèlent incapables de transcender leurs emplois locaux ou leurs postes dans l’armée pour passer de l’un à l’autre et entamer un solide processus d’ascension dans les structures militaires de la province.

  • 39 Voir le tableau 19.

23En fait, les seuls qui soient encore capables d’exercer un emploi avec efficacité hors de leur charge locale – voire de la province – ou dans un cadre plus large qu’un simple régiment restent les nobles seconds. En effet, parmi tous ceux qui sont au service à cette époque, seuls ceux-ci obtiennent des niveaux de responsabilité qui dépassent très largement le simple exercice d’un commandement local ou la conduite d’un régiment. C’est le cas de Nicolas d’Anglure de Bourlemont, Charles-François et Robert de Joyeuse, Claude et Joachim de Lenoncourt, Jean de Nettancourt et Louis de Choiseul-Francières, qui ont une commission de lieutenant général des armées, de Clériadus de Choiseul-Lanques, Joachim de Godet de Renneville et Roger de Choiseul-Praslin, maréchaux des camps et armées, ou de Louis II de Nettancourt, maréchal de camp39. Tous semblent avoir bien plus d’atouts pour faire avancer leur carrière que les nouveaux colonels promus pendant la guerre ou les petits gouverneurs de places fortes.

3. L’encadrement des troupes royales

  • 40 B.N. Fr. 3761 (2 et suiv.).
  • 41 B.N. DB. 486.
  • 42 B.N. Fr. 3759 (86), 27 mars 1637.
  • 43 Il doit s’agir de Claude II de Cauchon, seigneur de Montigny et de Treslon, nommé gouverneur de Ch (...)
  • 44 B.N. Fr. 3759 (130), 24 avril 1637.

24Ces quelques personnages peuvent offrir plus au souverain que leur seule connaissance de la région. Si besoin est, ils ont la capacité d’aller combattre ailleurs qu’en Champagne, car leur réseau de relations est suffisamment ancien, l’autorité et le charisme de leurs familles sont assez solides pour que leurs troupes acceptent de les suivre un peu plus loin que les autres, vers le nord ou vers l’est. Par exemple, au début de la campagne de 1638, Jean de Nettancourt et Roger de Choiseul-Praslin n’hésitent pas à partir pour la Flandre avec Châtillon, car ils savent que leurs régiments ne se mettront pas à fondre à mesure qu’ils s’éloigneront de leurs bases champenoises40. Nicolas, le fils de Jean de Nettancourt, est même envoyé un temps en Languedoc41. Au contraire, un homme comme le marquis de Vendy, dont le lignage est pourtant imprégné de la carrière militaire depuis autant de générations que les Nettancourt, rencontre énormément de difficultés à maintenir la cohérence de ses troupes lorsqu’il sort de la province. Le 27 mars 1637, Châtillon écrit au secrétaire d’État à la guerre, Des Noyers, pour lui faire part des problèmes que Vendy va rencontrer pour augmenter ses effectifs et aller en Valteline comme le souhaite Richelieu. « Vous considérerez s’il vous plaist que je ne luy peux donner aucun quartier qui ne soit au milieu [des régiments] de Picardie, Champagne, Navarre et Vaubecourt, et parmy tous nos quartiers de cavallerie qui sont estendus dans cette province, il nous desbauchera infailliblement force soldatz des vieux régimens, encore qu’il m’aye promis de faire en sorte que ses officiers n’en recevront aucun ; il faut qu’il traverse une grande partie de la Champagne et de la Bourgongne pour sortir hors du Royaume, ce chemin ne se peut faire sans rançonner extrêmement tous les villages où ilz passeront et la moitié de ses soldats le quitteront, hapréhendans le passage des montagnes »42. Pour Châtillon, la seule solution consiste à annuler cet ordre et à laisser Vendy opérer en Champagne. Lorsqu’un personnage aussi puissant que celui-ci semble rencontrer tant de difficultés à sortir de la province, il ne faut pas s’étonner qu’a fortiori des officiers subalternes aient encore plus de mal à draîner leurs troupes loin et longtemps. C’est le cas par exemple du sieur de Montigny43, capitaine de chevau-légers, au sujet duquel Châtillon écrit à Des Noyers le 24 avril 1637 : « Le sieur de Montigny m’a faict entendre des raisons qui sont bien recepvables et justes, de vous suplier que l’ordre qui a esté donné à sa compagnie d’aller en Besse (sic) soit changé, plusieurs de ses compagnons, sur ce bruict, s’en estans allez sans congé, qu’il luy faudroit beaucoup de temps pour rassembler, et ne pouvant ledict sieur de Montigny de ses propres moyens faire subsister sa compagnie en un pays si destaché du sien, vous verrez, Monsieur, sy se pouvant mieux maintenir en Champagne, il n’est plus à propos de l’y laisser et d’envoyer un autre à sa place, si Sa Majesté le trouve bon »44.

25Au cours du dépouillement de la correspondance de Châtillon, je n’ai pas trouvé une seule indication qui permette de prouver que des nobles de Champagne – à part, bien sûr, les nobles seconds – aient conduit des régiments aux campagnes de Flandres, de Luxembourg ou de Lorraine. S’ils peuvent offrir une aide conséquente pour mener la guerre sur leurs terres, elle ne saurait s’étendre à d’autres provinces. Indispensables pour assurer la conduite des troupes ou leur hébergement en Champagne, ces officiers semblent inutilisables ailleurs. C’est là que se situe leur handicap majeur, la cause du blocage de leur ascension. Désormais, pour eux, l’exercice d’un pouvoir local tel qu’il était conçu au temps des Valois n’est plus une garantie de succès. L’État attend plus qu’un simple relais de son autorité. Pour réussir sa carrière, le noble de Champagne doit surtout répondre avec docilité aux exigences nouvelles du souverain, c’est-à-dire parvenir à quitter la province tout en maintenant la cohésion de ses troupes. Pour Paris, le système politique et militaire qui structurait la noblesse seconde peut sembler définitivement périmé. La guerre, menée à l’échelle de tout le Nord-Est – voire de tout le royaume et d’une partie de l’Europe – est devenue sa seule priorité. L’exercice d’une influence locale par des gens qui parvenaient ainsi à tenir le pays en son nom paraît désormais superflue à un moment où l’autorité du souverain et de son ministre ne peut être discutée. L’affirmation de l’absolutisme, couplée avec une nouvelle militarisation de la province, conduisent donc à court terme à la disparition de la noblesse seconde en tant que système de pouvoir et mode de promotion pour l’ensemble des nobles champenois.

  • 45 M. Poinsignon, op. cit., t. II, p. 569.
  • 46 J.-M. Constant, Les conjurateurs, Paris, 1986, p. 186-189.
  • 47 M. Poinsignon, op. cit., t. II, p. 571-573.

26Ainsi, lorsque le comte de Soissons, au printemps 1641, entre en révolte ouverte contre le pouvoir central, la solution adoptée par Richelieu entérine cet effacement de la noblesse seconde des cadres militaires locaux qui étaient habituellement destinés à maintenir la Champagne sous l’autorité monarchique. La tactique mise en œuvre par Soissons, Guise et Bouillon possède pourtant tous les traits classiques des rébellions précédentes : un repli sur une position solide – Sedan – et une tentative pour prendre le contrôle du plat pays45. Malgré les similitudes de cette situation avec ce qui se passait sous la Régence, Richelieu ne cherche pas à les asphyxier en faisant appel à la noblesse seconde du nord de la province pour qu’elle en tienne les principales villes. Sans doute le pouvoir se sent-il désormais suffisamment puissant pour se passer de ses grands officiers locaux, d’autant que ceux-ci sont désormais utilisés dans leur immense majorité pour encadrer ses troupes. Pour la première fois depuis des décennies, il choisit donc d’attaquer les rebelles de front, en confiant la responsabilité des opérations au seul individu qui ait les moyens de les mener à terme : Châtillon. Mais la défaite qu’il subit le 6 juillet à La Marfée, près de Sedan, est la preuve cinglante que cette nouvelle façon de mater les révoltes des grands est beaucoup plus risquée que la précédente. Seule la mort du comte de Soissons évite de transformer cet échec en une véritable déroute46, mais elle n’empêche pas Guise et Bouillon de s’emparer de Donchéry le 14 juillet. Il faut que Louis XIII et Richelieu viennent eux-mêmes en Champagne pour que la situation soit enfin rétablie. Dès le 13, ils font leur entrée à Reims. Le 28, ils parviennent à Mézières et le 2 août, ils reprennent Donchéry. Ce n’est qu’à ce moment-là, enfin, que les rebelles acceptent de déposer les armes47.

  • 48 B.N. Fr. 3766 (43) et DB. 371.

27Cette affaire est de la plus haute importance, car elle démontre que le pouvoir central, qui a été conduit à perturber le pouvoir local de sa noblesse seconde en l’intégrant dans son armée, ne peut – ou ne veut – plus s’appuyer sur elle pour faire face aux révoltes des grands. Surtout, il ne détient pas encore l’instrument répressif qui lui permettrait de pallier le vide qu’elle laisse sur le terrain et dans les principales places fortes du pays. Certes, plusieurs nobles seconds ont participé à la journée de La Marfée – Roger de Choiseul-Praslin et Robert de Joyeuse, fils du baron de Verpel, s’y font même tuer48 – mais c’est moins leur influence locale qui a été utilisée, que leurs compétences militaires dans le vaste ensemble des troupes de Champagne.

  • 49 M. Poinsignon, op. cit., t. II, p. 575.

28L’utilisation des nobles seconds pour combattre les Espagnols est sans doute un gage de succès – la victoire remportée par Condé à Rocroi le 18 mai 1643 en est comme l’aboutissement49 – mais elle contribue dans le même temps à fragiliser l’autorité du roi dans la province, dans la mesure où elle déracine les cadres locaux traditionnels sur lesquels il s’appuyait pour juguler en douceur les rébellions de la haute noblesse. En choisissant délibérément de donner la priorité à la guerre extérieure, le souverain et son ministre ont donc dégarni les moyens qu’ils avaient pour faire respecter leur pouvoir local. Ils ont laissé la voie libre à la réapparition de révoltes nobiliaires qui n’avaient pu être contenues pendant des décennies que par l’utilisation de la noblesse seconde. Mais pour un court laps de temps, la crise de la Fronde va rendre à la noblesse seconde les attributions dont elle avait été dotée pour faire appliquer de nouveau l’autorité monarchique dans la province.

4. Les nécessités locales de la Fronde

  • 50 Ibid., p. 576.
  • 51 Ibid., t. III, p. 149.

29La mort de Louis XIII et Richelieu ne modifie pas profondément les déséquilibres issus de la guerre à outrance contre l’Espagne. Bien au contraire, Mazarin et la régente choisissent de rester dans la droite ligne de la politique menée depuis le milieu des années 1630 en nommant Condé, le 16 mai 1644, au poste de gouverneur qui était occupé depuis avril 1643 par François de L’Hospital50. En évinçant ainsi un noble second de cette charge, le pouvoir central montre encore que sa priorité demeure la victoire contre l’ennemi extérieur, et non pas le maintien de l’ordre provincial, qui aurait pu être fermement assuré par L’Hospital, mieux implanté en Champagne mais moins brillant capitaine que le vainqueur de Rocroi. Trois ans plus tard, cette orientation est maintenue : Condé se démet de sa charge au profit de son frère Conti et ne se consacre plus qu’à ses tâches militaires51.

  • 52 Ibid.

30La crise ouverte par le déclenchement de la Fronde, en 1648, et surtout l’affaiblissement considérable de l’autorité royale à Paris, en décembre, conduisent pourtant Mazarin et la régente à faire appel de nouveau à la noblesse seconde pour garder le contrôle d’une province toujours très sensible. Dès janvier 1649, Conti est démis de ses fonctions. Il s’agit bien sûr de santionner l’un des principaux agitateurs du moment, mais aussi de le priver d’une charge provinciale stratégique qui aurait pu lui servir pour faire pression sur la couronne. Celle-ci le remplace par François de L’Hospital, qui retrouve ainsi le poste qu’il occupait cinq ans plus tôt ; à part une brêve interruption, d’avril 1649 à janvier 1650, il le conservera pendant toute la Fronde52. Par ce geste, le pouvoir central fait plus que rendre ses attributions à son ancien détenteur. Il reprend une politique qui avait été inaugurée au début des années 1560 par Catherine de Médicis : s’appuyer sur la noblesse seconde lorsque son autorité commence à vaciller en Champagne.

  • 53 Ibid., t. III, p. 11.

31En effet, le retour de François de L’Hospital n’est pas un épiphénomène isolé et sans lendemain. De nombreux nobles seconds retrouvent en quelques mois le chemin du pouvoir local à mesure que les troubles civils gagnent en intensité. Ainsi, toujours en janvier 1649, Charles II de La Vieuville – le fils du surintendant éliminé par Richelieu et rentré en grâce en 1643 – est nommé au poste de lieutenant général à Reims, Rethel, Mézières, Rocroi et Fismes53. En lui donnant une charge que son père et son grand-père avaient déjà exercée avant lui, Mazarin et la régente cherchent manifestement à utiliser à leur profit l’autorité énorme dont sa famille avait disposé autrefois dans la province. En lui rendant un pouvoir qui avait été si précieux à Henri IV puis à Marie de Médicis, ils espèrent que son influence, à son tour, pourra empêcher que le nord de la province ne bascule dans la sédition.

  • 54 Il avait été remplacé dans sa charge champenoise par Henri d’Orléans-Longueville, marquis de Rothe (...)
  • 55 Mémoires d’Oudard Coquault, bourgeois de Reims (1649-1668), p.p. Ch. Loriquet, Reims, 1875, t. I, (...)

32Bien vite, leurs calculs s’avèrent complètement faux. Peut-être Charles II est-il moins habile que ses prédécesseurs, peut-être le crédit de son nom s’est-il considérablement émoussé après les vingt ans passés en exil par son père54. Toujours est-il que dès le mois de février, La Vieuville se révèle incapable de calmer le parti frondeur dans son gouvernement. Les Mémoires d’un bourgeois rémois, Oudard Coquault, racontent ainsi les premiers pas du nouveau lieutenant général. « Le marquis de La Viéville, gouverneur, fut complimenté à son arrivée par le Conseil de ville et par les corps, pendant que le gros des habitans se répandoient en plaintes et en injures contre le cardinal Mazarin. Peu de jours après, on commença à insinuer de sa part qu’il demandoit une somme pour lever un régiment. Cette proposition fut aussitôt rejettée. On parla ensuitte de faire entrer garnison dans Reims, ce qui ne fut pas écouté plus favorablement. Le Parlement avoit son parti dans la ville, on y étoit informé de tous les mouvemens de Paris et de l’état où se trouvoit l’armée du prince de Condé. La Viéville, à qui ce commerce de lettres étoit suspect, et qui vouloit ou l’empêcher ou découvrir ceux qui recevoient de Paris des impressions contraires à l’obéissance due au Roy, ordonna que les valises des courriers et des messagers luy fussent apportées, soit qu’ils partissent, soit qu’ils arrivassent ; les lettres étoient ouvertes en sa présence, et l’on commença d’en user ainsi dès le commencement de février. Ce joug indisposa la bourgeoisie, qui n’attendoit que le moment pour éclatter »55. Malgré son origine champenoise, Charles II n’est absolument pas en mesure d’effectuer une quelconque médiation entre les désirs des notables locaux et les volontés du pouvoir central. De plus en plus isolé dans une population qui lui est globalement hostile, il passe simplement pour un agent du cardinal, un instrument de la répression dont toute la population se méfie – le petit peuple, certes, mais aussi et surtout les élites urbaines.

  • 56 Ibid., p. 14.
  • 57 Ibid., p. 21. Coquault note cependant que c’était oublier un peu vite que le peuple « avoit esté e (...)

33Le 1er mars, c’est l’émeute. Sa demeure est investie, il parvient à s’en échapper par les toits, pénètre dans une maison voisine, « il est trouvé en la cave, en est tiré ignominieusement, battu, baffoué avec mil hazartz d’estre tué, est conduict par les rues tumultueusement par le peuple dans les boues, d’aultant que c’estoit par un dégel, mis aux champs à demy-lieu sur le chemin de Besteny, le pourpoint deschiré et mesme sa chemise, et à pied sans manteau ny chappeau, blessé et mesme mordu en quelques endroictz, tant l’animosité estoit grand contre le Mazarin et le prince de Condé, autheurs et fauteurs de tous les malheurs et contre tous leurs adhérantz »56. La Vieuville ne doit finalement son salut qu’à l’intervention de quelques notables, qui parviennent à calmer les ardeurs populaires et à lui laisser le temps de s’enfuir, escorté par quelques gentilshommes du voisinage. Bien qu’une réconciliation en bonne et due forme soit conclue avec les délégués du corps de ville quinze jours plus tard, le crédit du lieutenant général ne se remettra jamais de cette humiliation publique57.

  • 58 B.N. Champ. 36 (125).
  • 59 Mémoires du duc du Plessis, éd. Michaud et Poujoulat, p. 399-401.
  • 60 Ibid., p. 399.
  • 61 Ibid, p. 402.

34Malgré cet échec, le pouvoir central ne varie pas d’un pouce dans ses nouvelles orientations : plus que jamais, l’heure est à la recomposition de son autorité locale par l’intermédiaire de la noblesse seconde, par la force des armes si la négociation et les pressions discrètes échouent. À la fin du mois d’avril 1649, César de Choiseul, comte du Plessis, le cousin de Roger de Choiseul-Praslin, le lieutenant général tué à La Marfée, est envoyé dans les environs de Reims avec une armée de 3 à 4 000 hommes afin de montrer aux notables rémois qu’ils n’ont pas la capacité de s’opposer à la puissance du roi58. Il s’agit de son premier retour en Champagne depuis le début des années 1640, période pendant laquelle il avait guerroyé sans arrêt en Italie. Rentré en France en 1648 après le siège de Crémone, au cours duquel il avait perdu l’un de ses fils, pourvu d’un bâton de maréchal de France depuis 1645, il se rallie dès le commencement des troubles à Mazarin, qui l’utilise pour commander l’une des armées qui font le blocus de Paris sous les ordres de Condé59. Afin de s’assurer complètement de sa fidélité, le cardinal lui fait obtenir le gouvernement du frère de Louis XIV, le 6 mai 1649. Cette récompense est une bonne opération, car elle flatte l’orgueil de du Plessis tout en permettant au Trésor, dans le même temps, de tirer un trait sur plus de 450 000 L. que le maréchal avait dépensées en Italie pour le ravitaillement de son armée60. Surtout, redevable de l’appui de Mazarin, du Plessis passe dorénavant pour l’un de ses plus solides alliés. Ses Mémoires racontent ainsi que « d’abord on considéra le maréchal du Plessis comme particulier ami du cardinal : chacun chercha son amitié, hors ceux qui pensoient qu’il leur pouvoit servir d’obstacle auprès de ce ministre. Le cardinal voulut bien prendre lui-même le soin de former sa conduite et de l’avertir de ceux dont il avoit à se garder, l’instruisant en même temps comme il de voit vivre avec eux. Il suivit ponctuellement ses avis, qu’il trouva tous très raisonnables »61.

  • 62 Ibid, p. 403-406.

35Il est évident que ce sont moins ses qualités de pédagogue ou d’homme de cour que ses compétences militaires qui intéressent le cardinal. En janvier 1650, après un bref passage en Guyenne, du Plessis passe en Picardie puis en Champagne, où l’arrestation des princes, le 18 janvier, est en train de désorganiser la défense du Nord-Est62. Autour de sa personne, l’ensemble des problèmes militaires posés par la conjonction d’une guerre civile et d’une guerre étrangère vont trouver un début de solution à partir de 1650. À cette date, en effet, tous les grands officiers des armées qui avaient été tirés de la noblesse seconde par Richelieu depuis 1635 pour être affectés à la défense des frontières, se sont ralliés à la régente et ont commencé à utiliser leurs troupes et leur crédit local pour garder le contrôle du territoire. Le gouvernement de la province est ainsi toujours assuré par François de L’Hospital, qui cumule cette fonction avec celle de gouverneur de Paris, depuis que la capitale a accepté de se soumettre à Condé, en mars 1649. L’Hospital et du Plessis forment ainsi, dès 1650, un couple dont les attributions sont largement supérieures à celles que Joachim de Dinteville avait détenues en son temps, lorsque le développement de la Ligue avait déjà contraint le pouvoir central à pratiquer une politique similaire, consistant à appeler à son aide les nobles provinciaux.

  • 63 B.N. DB. 383 et CBH. 206.
  • 64 B.N. DB. 186.
  • 65 Une lettre adressée par Mazarin aux notables de Mouzon, le 13 février 1650, les félicite de leur f (...)
  • 66 B.N. DB. 371 et Fr. 4188 (17), commission de lieutenant général accordée à Grandpré le 4 janvier 1 (...)
  • 67 B.N. DB. 486.
  • 68 B.N. Fr. 4211 (306).
  • 69 B.N. DB. 399 et Mel. Col. 86 (165 v°).
  • 70 B.N. DB. 186 et B.N. Fr. 4181 (334).
  • 71 La Chesnaye-Desbois, Dictionnaire, t. V, col. 915-919.
  • 72 B.N. DB. 389.

36Surtout, leur action est relayée un peu partout par la noblesse seconde de Champagne. À Troyes, c’est Henri L’Argentier, le fils de Louis, qui tient la ville au nom du souverain en sa qualité de bailli63. Comme toujours en cas de crise, le bailli de Troyes est flanqué exceptionnellement d’un gouverneur, en la personne de François de Choiseul-Praslin, le frère de Roger, qui a également remplacé ce dernier en 1641 dans sa charge de lieutenant général en Champagne méridionale64. Le Nord est tenu par les Joyeuse, qui se sont finalement engagés au service de la Régence après quelques semaines d’hésitation, en février 165065. À Mouzon et Beaumont-en-Argonne, Antoine-François de Joyeuse-Grandpré occupe un gouvernement très sensible que sa famille détient depuis une soixantaine d’années. Il contrôle l’ensemble du plat pays avec ses deux fils Charles-François, lieutenant général des armées après 1654, et Jean-Armand, marquis de Joyeuse, nommé mestre de camp de cavalerie en 1650 – ainsi que son cousin Robert de Joyeuse, baron de Saint-Lambert66. Le centre de la Champagne est tenu par Nicolas de Nettancourt, comte de Vaubecourt, le fils de Jean (mort en 1642), qui a pris sa suite au gouvernement de Châlons. Comme dans le cas des Joyeuse, il complète son pouvoir local par une commission de lieutenant général des armées du pays qu’il partage avec son cousin Louis II, marquis de Nettancourt, lui aussi nommé lieutenant général des armées en 165067. Plus à l’ouest, aux confins de la Brie et de la Champagne, Antoine-Saladin d’Anglure de Savigny, vicomte d’Étoges, obtient un brevet de colonel en 1650 et parvient à obtenir les fonds nécessaires pour entretenir un régiment en 165268. À l’est, le contrôle du Bassigny est assuré par Nicolas de Livron, le fils de Charles, mort au début des années 164069. Cette partie orientale de la Champagne étant toujours très sensible du fait de la proximité des frontières, Livron est épaulé par de puissants gouverneurs à Langres et Chaumont. Le premier n’est autre que Louis de Choiseul-Francières, qui vient d’être nommé lieutenant général des camps et armées du roi dans la région après avoir hésité un moment à rester dans la légalité70. Quant au gouvernement de Chaumont, c’est toujours la famille de Clermont qui le détient, avec Clériadus, marquis de Reynel, qui cumule son autorité locale avec une commission de colonel de cavalerie71. Parmi les plus anciennes familles de la noblesse seconde, seuls les Lenoncourt manquent à cet inventaire, sans doute parce que la branche de Colombey, la plus dynamique sur le plan des carrières militaires depuis 1635, s’est éteinte avec Claude, tué au siège de Thionville en 164372.

  • 73 Cf. le tableau 19.
  • 74 B.N. DB. 416, CRH. 177, DB. 659.
  • 75 B.N. Fr. 25199 (473-475). Le 11 juin 1653, le roi lui ordonne de se rendre à son commandement dans (...)

37Il est fort probable qu’Antoine et Jacques Godet, Claude de La Croix, Nicolas et François de Saint-Belin, qui avaient obtenu des commandements au cours des années 1635-1645, participent également à cette réorganisation de la défense du territoire73, mais je n’ai pas trouvé leurs traces dans les opérations militaires qui ont lieu dans la province pendant la Fronde. Ce qui est sûr, c’est que les familles qui avaient été promues un temps dans la noblesse seconde dans le courant des années 1560-1570 confirment un essoufflement déjà perceptible sous Richelieu : les Mailly, les Chastenay et les Vaudrey ne profitent pas des appels du pouvoir pour retrouver le chemin du service militaire74. Même le cas de Charles II de La Vieuville doit être considéré avec précautions, car malgré son titre de lieutenant général à Reims, Rethel, Mézières, Rocroi et Fismes, il ne semble pas beaucoup résider dans son gouvernement, sans doute échaudé par son expérience malheureuse de février-mars 164975.

38En 1650, l’espace champenois se trouve donc structuré par des individus qui sont virtuellement en guerre depuis le milieu des années 1635 et qui appartiennent tous aux plus puissantes familles de la noblesse seconde. Au temps des guerres de Religion, cette mise en place coordonnée des principaux nobles champenois fidèles au souverain aurait suffi à parer aux premières éventualités du conflit. En 1650, la masse des armées est devenue telle que Mazarin est obligé, comme Richelieu, de confier de multiples responsabilités militaires soit à des individus nouveaux, soit à ceux qui avaient déjà profité des premiers conflits contre les Espagnols pour obtenir un brevet de colonel entre 1635 et 1645. Le tableau 21 permet de faire un point précis sur cette évolution.

  • 76 B.N. DB. 159.
  • 77 B.N. DB. 246.
  • 78 B.N. PO. 1661.
  • 79 L. F. de Caumartin, Recherche de la noblesse de Champagne..., art. Des Réaulx. L’itinéraire d’Edmo (...)

39Les hommes qui avaient obtenu un commandement de haut niveau dès le milieu des années 1630 continuent en général leur ascension dans la hiérarchie militaire. Il n’y a guère que Pierre de Sommièvre et Edme du Bruillart qui soient absents de cette liste, mais il n’est pas sûr qu’ils aient arrêté leur carrière à cette époque ; simplement, leur trace se perd sans que l’on puisse connaître de manière précise leur affectation. Surtout, le recrutement de ces grands officiers, qui se sont fait une spécialité de l’encadrement des troupes royales en Champagne sans pour autant exercer un pouvoir local, s’étoffe et se diversifie sensiblement. Charles de Cauchon, Claude d’Eltouf, Jacques L’Aumosnier, Charles de Ménisson, Edmond de Ravenel et René des Réaulx apparaissent de façon assez subite dans cette liste alors que leur ascension depuis une quinzaine d’années avait été relativement discrète. Cela étant, ils ne sauraient être considérés comme des individus nouveaux qui n’auraient rejoint les armées du roi qu’à la faveur de la Fronde, car ils ont souvent derrière eux une longue carrière au cours de laquelle ils ont rempli des fonctions subalternes au cours des années précédentes. La plupart ont ainsi commencé à servir dans les armées comme simples capitaines. C’est le cas de Charles de Cauchon, capitaine et sergent-major d’un régiment de cavalerie en 163876 ; de Claude d’Eltouf, capitaine lors des batailles de Prague et Leipzig, en 162077 ; de Jacques L’Aumosnier, capitaine au régiment de Turenne dès 163578 ; de Charles de Ménisson, capitaine dans un régiment de cavalerie en 163979.

  • 80 Voir chapitre V, p. 150-151.

40À part Claude d’Eltouf, ce sont tous des individus relativement jeunes, qui ont entamé une carrière militaire dix à quinze ans plus tôt. Sans doute doivent-ils une bonne partie de leur réussite à leur valeur militaire, qui leur a permis d’obtenir entre 1650 et 1654 une commission de colonel ou de maréchal des camps et armées, à un moment où le pouvoir central est particulièrement avide de s’attacher la fidélité d’officiers compétents pour diriger ses troupes. Seul le cas de René des Réaulx doit tout autant procéder de ses talents que des appuis que pouvait avoir à la cour son père Gabriel, l’ancien lieutenant des gardes du corps de Louis XIII80. À quelques nuances près, ils apparaissent donc tous comme les produits de la militarisation opérée dans la province depuis le déclenchement des conflits contre l’Espagne. Ils viennent ainsi compléter les rangs de ceux qui avaient été les premiers à en profiter, dès le début des hostilités.

41Généralement, ils ne sont pas appelés à un commandement local d’envergure, ni à intégrer la clientèle du monarque en décrochant un emploi de cour, une gratification ou une distinction honorifique. Comme ils ne semblent devoir leur réussite qu’à leur valeur individuelle, ils ne sont précieux pour Mazarin que dans la mesure où ils peuvent conduire des troupes avec talent dans leur province d’origine. Contrairement à ce qui se passait au cours des guerres de Religion, leur promotion militaire n’est pas due à leur présence dans un réseau que le pouvoir central chercherait à contrôler, ni à l’influence de leur famille dans la province. Leur progression dans la hiérarchie militaire n’a donc pas le même sens que celles qui avaient été observées au xvie siècle – même sous le règne d’Henri II, au moment où la mise en place des premières structures défensives avait poussé le souverain à recourir à des personnages influents.

  • 81 B.N. DB. 34.
  • 82 B.N. PO. 1661.

42Il n’y a guère qu’Absalon-Claude-Jean-Baptiste d’Aspremont, Jacques L’Aumosnier et Charles de Ménisson qui obtiennent un commandement local au cours de cette période. Participent-ils tous pour autant à une diversification de la noblesse seconde ? Certainement pas, si l’on considère que les deux premiers accomplissent l’essentiel de leurs carrières dans les régiments qui battent la campagne un peu partout dans le Nord-Est à cette époque. Les fonctions locales qu’ils occupent ne sont pas très étendues et semblent leur avoir été confiées pour mettre rapidement sur pied une garnison solide, non pour appliquer sur une longue durée les volontés du pouvoir. C’est ainsi qu’à peine un an après sa nomination à Damvilliers et au Castelet, Aspremont est pourvu d’une commission de mestre de camp général des carabins de France – une charge qui n’a pas grand chose à voir avec son gouvernement local81. De même, quelques mois seulement après sa nomination à Rethel, Jacques L’Aumosnier est envoyé en Flandres pour commander les troupes qui y sont dépêchées en 165582. Tous deux ressemblent finalement beaucoup aux autres grands officiers de l’armée royale qui ne remplissent aucune charge locale à cette époque : ce sont des professionnels de la guerre que le pouvoir central utilise un peu partout dans le Nord-Est, d’autant plus loin qu’ils sont capables de draîner avec eux, malgré les distances, des régiments qui ne se démantèlent pas à mesure qu’ils s’éloignent de leurs bases champenoises. Par conséquent, il est logique qu’ils n’obtiennent ni emplois de cour, ni gratifications pécuniaires ou honorifiques : Mazarin ne les recherche pas pour s’en faire des alliés ou des clients, car ils ne peuvent pas lui apporter l’influence locale que seule la noblesse seconde est encore capable de lui fournir. Il ne les considère que comme des officiers parmi d’autres, certes talentueux, mais avant tout fermement intégrés dans les armées du roi.

  • 83 B.N. CBH. 234.
  • 84 Voir chapitres II, p. 45-46, et IV, p. 126.
  • 85 Lettres du cardinal Mazarin..., t. V p. 434 (2 novembre 1652).
  • 86 B.N. Fr. 4187 (485), 26 décembre 1653.

43Finalement, seul Charles de Ménisson peut être légitimement considéré comme un nouveau venu au sein de la noblesse seconde de Champagne à cette époque. Originaire de Troyes, petit-fils d’un homme qui fut contrôleur des guerres en 1594, Charles de Ménisson possède un profil assez semblable à celui de Louis L’Argentier, auquel il est apparenté par sa grand-mère. Gentilhomme ordinaire de la chambre du roi en 1639, il se lance dès cette date dans une carrière militaire dont il va gravir progressivement la plupart des échelons, depuis sa première charge de capitaine de chevau-légers jusqu’à celle de maréchal des camps et armées en 1654, en passant par la mestre de camp d’un régiment de cavalerie83. En novembre 1652, il assume le gouvernement de Sainte-Menehould. Cette charge est loin d’être anodine ; elle doit être regardée au contraire comme l’une des principales voies d’accès vers la noblesse seconde, si l’on se souvient qu’elle avait déjà servi à François d’Anglure en 1533 et à Germain Godet de Renneville en 1589 pour affirmer leur autorité dans la province84. Mais en 1652, un gouverneur de Sainte-Menehould possède une marge de manœuvre bien plus étroite que ses prédécesseurs du xvie siècle. Lorsque Condé entreprend le siège de la ville, le 1er novembre 1652, une lettre de Mazarin à Le Tellier nous renseigne sur la faiblesse des moyens dont dispose Ménisson pour faire face à l’agression : « J’ay fort pressé Monsieur de Turenne... de donner ordre à Sainte-Menehould, Sainte-Maure [Charles de Ménisson] n’ayant rien pour la deffendre que les habitans, parmy lesquels on croit qu’il y en a quelques uns des principaux affectionnéz à Monsieur le Prince, lequel nous avons advis y avoir envoyé le comte de Pas avec douze cens chevaux. Sainte-Maure m’a envoyé un paysan pour me dire qu’il estoit investy de toutes parts et me prioit de considérer quelle résistance il pourroit faire, n’ayant pas un homme de guerre, nonobstant toutes les instances qu’il avoit faictes pour avoir des régimens d’infanterie et de cavalerie qu’il aurait pu raccommoder, et en outre cinq cens hommes »85. Sainte-Menehould tombe le 13. Malgré sa capitulation, lorsque la ville est reprise un an plus tard par du Plessis, Ménisson est de nouveau pourvu de sa garde86. Aux yeux de Mazarin, il est bien devenu un membre à part entière de la noblesse seconde provinciale.

5. Un réflexe d’union et d’autodéfense

44Même si ce groupe nobiliaire ne se diversifie pas beaucoup pendant les guerres civiles, c’est à lui que va revenir la tâche de reconstituer l’autorité locale du monarque, mise à mal par la contestation parlementaire puis par la révolte des princes. Tous ces personnages sont en effet intégrés dans une vaste opération qui tend à un double but. En premier lieu faire face aux troupes espagnoles, qui ont profité de la désorganisation militaire pour pénétrer en Champagne dès mars 1649, ainsi qu’aux mercenaires suédois, allemands, polonais, croates qui dévastent le pays sous la conduite d’Erlach et de Rosen depuis le printemps 1649 bien qu’ils soient théoriquement alliés au roi de France. En second lieu faire barrage aux rebelles : d’abord à Turenne, qui se soulève contre l’arrestation des princes en 1650, selon une logique qui n’est pas sans rappeler celle qui avait conduit le duc de Nevers à prendre les armes contre Concini en 1616. Ensuite à Condé lui-même, qui pénètre avec ses troupes dans la province en octobre 1652.

  • 87 M. Poinsignon, op. cit., t .III, p. 21.
  • 88 Ibid., p. 22.
  • 89 B.N. Fr. 4181 (267), 24 mai 1650.
  • 90 M. Poinsignon, op. cit., t. III, p. 23.
  • 91 Ibid., p. 26-27.
  • 92 Ibid., p. 28.

45Plus encore qu’au moment du déclenchement des hostilités contre l’Espagne, ces individus sont majoritairement destinés à former l’ossature des troupes dont la mission est de rétablir une situation militaire compromise par l’affaiblissement de l’autorité du pouvoir central. En mai 1650, les troupes de Rosen, qui avaient un moment quitté la région, y reviennent en désorganisant un peu plus la frontière87. Elles sont bientôt talonnées par une armée espagnole conduite par l’archiduc Léopold-Guillaume, qui s’empare de Château-Porcien le 13 août, puis de Rethel trois jours plus tard88. Dans le même temps, Turenne entre en rébellion ouverte et sillonne le pays, contribuant à compliquer davantage les données du problème. Contre ces forces assez disparates, Henri de La Ferté-Senneterre est envoyé dès le mois de mai en Champagne avec deux mille hommes pour enrayer l’effondrement des positions tenues par les dernières troupes royales. Il est suivi au début du mois d’août par du Plessis-Praslin, qui est muni d’un pouvoir de lieutenant général en l’armée de Flandres, Champagne et Luxembourg89. Il parvient à regrouper ces alliés encombrants que sont devenus les mercenaires de Rosen et à les intégrer dans son armée. Au total, il dispose de six à sept mille hommes, dont il fait entrer une partie le 27 août à Reims, au grand dam de la population90. Après avoir laissé ses soldats picorer le plat pays dans le courant du mois de septembre, il se dirige vers Rethel pour tenter de reprendre la ville avec l’aide de troupes fraîches apportées par Mazarin. Entre-temps, Léopold-Guillaume a eu le loisir de s’emparer de Mouzon, le 6 novembre, avant de s’en retourner aux Pays-Bas91. Le siège de Rethel, tant redouté du fait de l’approche de l’hiver, se révèle en fait une véritable promenade militaire, qui s’achève en quatre jours, le 13 décembre 1650, par la capitulation de la garnison espagnole92. Le même jour, Château-Porcien se rend également. Turenne, venu au secours le 15, arrive trop tard et se fait battre en rase campagne, entre Saint-Étienne-à-Arne et Sompy, par du Plessis-Praslin.

46Cette simple mise à plat événementielle n’aurait qu’un intérêt somme toute assez limité si elle ne démontrait pas que c’est César du Plessis-Praslin qui s’impose pendant l’hiver 1650-1651 comme le principal artisan du redressement de la situation militaire. Par la suite et bien au-delà de sa personne, c’est en fait toute la noblesse seconde qui va permettre de préserver l’influence de la couronne en Champagne, malgré les nombreux aléas qui vont affecter l’autorité de la régente.

  • 93 Ibid.
  • 94 B.N. Fr. 4182 (204), 10 juin 1651.
  • 95 Voir chapitre IV, p. 94-95 et 117-118.
  • 96 B.N. Fr. 4181 (482).

47En effet, lorsque Mazarin est contraint de prendre la fuite sous la pression parlementaire, dans la nuit du 6 au 7 février 1651, lorsque les princes sont libérés le 30 mars, lorsque le cardinal est obligé de s’exiler dans les jours suivants, c’est tout l’effort de stabilisation entrepris l’année précédente qui se trouve compromis. Les mercenaires de Rosen, livrés à eux-mêmes, se mettent à ravager, en mai et juin, les pays de Châlons et de Vitry, inaugurant une longue série d’exactions que le pouvoir central, prisonnier des factions parisiennes, est incapable de contenir93. Du Plessis-Praslin est alors chargé d’organiser l’autodéfense du territoire, en complétant ses troupes par la noblesse du cru et des bandes de paysans armés : « Mon intention est que vous marchiez avec lesd. régimens de La Meilleraye et de Mercœur et tout ce que vous aurez pu assembler de forces du pays droict au lieu où lesd. estrangers se sont postéz, que lors que vous y serez arrivé vous les induisiez autant qu’il se pourra à en partir et à suivre la routte qui leur a esté donnée pour marcher en l’armée leur faisant rendre la lettre qui sera cyjoincte, y adjoustant ce qui sera à propos de votre part »94. En donnant ces instructions à du Plessis-Praslin, la régente retrouve les rélexes qui, en d’autres temps, avaient amené Henri III à charger Dinteville de conduire des opérations similaires de nettoyage dans son gouvernement95. Déjà en septembre 1650, Gaston d’Orléans avait envoyé un ordre semblable à Louis II de Clermont-Reynel, gouverneur de Chaumont, pour qu’il procède au rassemblement de la noblesse du voisinage pour défendre sa ville96.

  • 97 B.N. Fr. 4181 (483 v°), 31 décembre 1650.

48En tentant de rassembler les gentilshommes de la province autour de quelques grands officiers champenois, le pouvoir ne fait pas seulement parer au plus pressé en transférant une part de ses responsabilités aux nobles locaux du fait de ses difficultés à payer les troupes régulières normalement chargées d’exercer la sécurité collective en son nom. Il joue sur un vieux registre, déjà utilisé pendant les guerres de Religion : celui de la défense des intérêts nobiliaires face aux désordres civils, une préoccupation qu’il affirme haut et fort de façon à apparaître comme le rempart de la noblesse face aux malheurs des temps. D’ailleurs, par une ordonnance signée du jeune roi le 31 janvier 1650, la régente prenait déjà en compte ces problèmes de sécurité collective : « Sa Majesté ayant esté informée que les gens de guerre de ses armées et notamment les estrangers qui ont esté en grand nombre depuis la présente année dans la province de Champagne, ont logé dans les Maisons des gentilzhommes et seigneurs des paroisses sans aucune distinction ny defférence d’avec les Maisons des autres particulliers habitans des villages et autres lieux au préjudice des privillèges et exemption de la noblesse et des ordonnances et réglementz de Sa Majesté sur la discipline et le logement de ses gens de guerre, que mesme ilz en ont pillé plusieurs et bruslé quelques uns, ont maltraicté et exceddé aucuns gentilzhommes, leurs femmes et filles en leurs personnes et commis divers autres excedz et viollences extraordinaires... [Sa Majesté] défend très expressément à tous chefz et officiers de ses trouppes, tant de cheval que de pied, françois et estrangers de quelque qualité, condition et nation qu’ilz soyent de loger ny souffrir qu’il soit logé, pillé, pris ny enlevé aucune chose par les officiers, cavalliers et soldatz estans soubz leurs charges dans les Maisons appartenans aux gentilzhommes de la province de Champagne et autres seigneurs des paroisses, ny rien entreprendre contre leurs personnes, familles et biens »97.

  • 98 « Cahier de la noblesse du bailliage de Troyes (1651) », p.p. Y. Durand in R. Mousnier, J.-P. Laba (...)
  • 99 Ibid., p. 144.
  • 100 Ibid.

49En publiant une telle ordonnance, la monarchie se fait l’écho d’une inquiétude sourde, que nous avons déjà vu s’exprimer de façon récurrente dans les cahiers de doléances de la noblesse provinciale en période de crise. Comme au temps des guerres de Religion, le cahier de la noblesse du bailliage de Troyes, rédigé pour les États généraux – jamais réunis – de 1651, consacre de longs développements aux problèmes de sécurité ainsi qu’à la réglementation du paiement et du logement des troupes. « Tant sy longuement que l’on ne payra la Gendarmerye, Cavallerye légère, et Infanterie, il est impossible d’empescher les désordres qu’ilz commettent » (Article 33)98. « Et d’aultant que les passages des trouppes revenant de l’armée pour se retirer en leurs quartiers d’hiver, en repassant d’iceulx pour retourner à l’armée, ruynent entièrement le pays, ne suivant leurs routtes, soubz prétexte que l’on ne leurs fournyt les estappes et lieulx où il leur est ordonné de les prandre, Sa M. est très humb[lement] suppliée de deffandre à toutte personne et sur peyne de la vie, de ne divertir le fond desdictes estappes et subsistance, et aux trésoriers de France de ne le souffrir » (Article 35)99. « Deffendre sur peyne de la vye à tous Capitaines et officiers de gens de guerres, de loger alieurs que suivant leurs Routtes, et d’estre responsables des logements qu’ilz feront hors d’icelles » (Article 36)100.

50En confiant le soin à quelques nobles seconds de répondre de manière active à cette attente, la couronne les utilise encore une fois comme des médiateurs destinés à faire le lien entre les désirs de sécurité des gentilshommes locaux et les besoins de l’Etat en matière de fidélités nobiliaires. En jouant sur la peur diffuse qui se propage dans la noblesse champenoise, elle mise sur l’émergence d’un réflexe loyaliste au sein d’un groupe qui se sent menacé par le chaos militaire. En invitant les nobles à prendre en charge une partie de leur sécurité sous la conduite des plus éminents d’entre eux, elle leur fait comprendre qu’elle est à l’écoute de leurs doléances et qu’ils peuvent prendre une part active à la défense de leurs propres intérêts.

6. Les frustrations nobiliaires dans les assemblées de 1649 et 1651

  • 101 A. Jouanna, Le devoir de révolte, p. 262-273.
  • 102 D’après J.-D. Lassaigne, Les assemblées de la noblesse de France aux xviie et xviiie siècles, Pari (...)

51Leur attitude extrêmement réservée à l’égard des assemblées nobiliaires de 1649 et 1651 prouve que cette politique débouche sur un incontestable succès pour la régente. Rappelons que ces deux assemblées, réunies à Paris du 30 septembre au 12 octobre 1649 et du 6 février au 25 mars 1651, permettent à chaque fois à la noblesse du royaume de se poser en un corps solidaire et égalitaire afin de revendiquer une participation active à l’exercice du pouvoir. La première, convoquée par Anne d’Autriche pour s’assurer l’alliance des nobles et faire contrepoids à Condé, tourne en fait à l’expression de leur mécontentement face à ce qu’ils considèrent comme leur mise à l’écart des rouages effectifs des centres de décision. Elle est vite dissoute par la régente, effrayée d’avoir ainsi ouvert la boîte de Pandore des contestations nobiliaires. La seconde, réunie à l’instigation de Gaston d’Orléans pour appuyer la libération des princes, devient une chambre où la noblesse tente d’élaborer un programme visant à lui redonner un réel poids politique101. Toutes deux aboutissent à un « Acte d’union » relativement flou, signé par 62 participants en 1649 et 463 en 1651. L’étude de l’identité des signataires qui sont à coup sûr originaires de Champagne permet de mesurer assez précisément l’écho que peuvent rencontrer ces thèmes parmi les nobles de la province (tableau 22)102.

  • 103 J.-M. Constant, Nobles et paysans en Beauce...p. 365.
  • 104 Louis de Machault, État général de la province de Champagne (1665), B.N. 500 Col. 275.

52Les nobles de Champagne ne représentent à chaque fois qu’une faible fraction des individus ayant accepté de signer ces documents. Ils ne sont aussi qu’une infime minorité au sein des quelque cinq cents familles recensées par Caumartin dans son Enquête de noblesse. Manifestement, ils ne sont pas très mobilisés par un mouvement qui rencontre un appui bien plus large dans d’autres régions de France, en Beauce par exemple103, même s’il faut néanmoins tenir compte de tous ceux qui auraient bien voulu y participer mais qui n’ont pas l’argent nécessaire pour faire le voyage jusqu’à la capitale. Cela étant posé, la plupart de ceux qui se trouvent dans ces listes peuvent être caractérisés de deux manières, à la fois distinctes et complémentaires. Un premier groupe rassemble des individus qui n’ont pas effectué jusqu’à présent un service militaire de longue duré ou qui n’ont pas exercé de pouvoirs en Champagne. C’est le cas d’Hugues de Chaumont, Guillaume de Cullant, Pierre des Essarts, Jacques d’Espinoy, Jean d’Orthe, N. de Pradel, Gaspard Raguier, Adolphe et Joachim de Vignancourt. Peut-être n’en ont-ils pas les moyens, à l’instar de Jacques d’Espinoy, qui « fait valoir son bien par ses mains » d’après l’État général de la province de Champagne dressé par l’intendant Machault quinze ans plus tard104. Mais cette explication est sans doute insuffisante, car la majorité – toujours en suivant ce qu’en dit Machault – ne semble pas appartenir à cette petite noblesse démunie au bord de la dérogeance. Surtout, ils siègent à côté de personnages qui ont eu les moyens matériels de fournir – eux, leurs cousins, leurs pères ou leurs oncles – un réel service militaire depuis le milieu des années 1635. C’est le cas de trois membres de la famille Choiseul, Charles d’Aspremont, N. de Beaumont, Adolphe et L. de Beauvau, N. de Bruslart, Charles et Henri de La Vieuville, François de L’Hospital-Vitry, Achille, Antoine et François Picot, François-Hilaire et Alexandre de Piedefer, Edmond de Ravenel, Charles et Edme de Sommièvre.

  • 105 Voir p. 175-176.

53Aspremont, Beauvau, Ravenel et Sommièvre : ces quatre familles ne nous sont pas inconnues. Elles font partie de celles qui ont pu profiter des guerres contre les Espagnols en apportant une aide militaire solide à Louis XIII et Richelieu. Quelques uns de leurs membres ont été poussés à faire une longue carrière militaire dans l’armée jusqu’à obtenir des brevets de colonels à la fin des années 1630105. Depuis, ces officiers ont été bloqués dans leur ascension ; depuis une dizaine d’années, ils ne sont jamais parvenus à concrétiser leur progression dans la hiérarchie militaire en étant dotés d’un pouvoir de commandement stable dans une place forte importante ou une grande ville de Champagne. Ils n’ont pas réussi à transformer leurs services en termes d’influence locale, à conférer à leur lignage un surcroît de prestige, bref à intégrer la noblesse seconde.

  • 106 B.N. DB. 522.
  • 107 Ibid. Son cousin Louis-Hilaire, qui passe pour un homme de Condé, assure pendant quinze jours la p (...)
  • 108 D.B. 141.
  • 109 B.N. Fr. 4185 (266), s.l.n.d. et 4188 (285), 24 mai 1654.

54Les Brûlart, les Picot et les Piedefer ressentent des frustrations tout à fait similaires. Tous issus de grandes familles robines, ces hommes sont passés à la noblesse d’épée depuis deux ou trois générations. Riches et bien implantés dans la province, ils ne parviennent pas, malgré leurs atouts, à grimper dans la hiérarchie des armées royales. Chez les Picot, seul Antoine atteint le grade de capitaine, dans le régiment de Lorraine106. Chez les Piedefer, Alexandre, qui est premier gentilhomme de la chambre du prince de Condé, ne dépasse pas le grade d’aide des camps et armées107. Quant à Louis Brûlart, marquis de Sillery, le petit-fils du chancelier d’Henri IV, il végète dans son gouvernement de Damvilliers108. Malgré l’obtention d’un brevet de mestre de camp d’infanterie en 1651, il ne pourra en bouger de toute la Fronde et prendra même le parti de Condé en octobre 1653109.

  • 110 La Chesnaye-Desbois, Dictionnaire, t. X, col. 713-730. Signalons toutefois qu’il a obtenu la survi (...)
  • 111 Lettres du cardinal Mazarin, t. IV, p. 10, 15 janvier 1649.
  • 112 J.-M. Constant, art. cit., p. 292.
  • 113 B.N. Fr. 25198 (427-439) et J.-M. Constant, art. cit, p. 294.

55Quant à François de L’Hospital-Vitry et Charles de La Vieuville, ils sont en situation d’échec depuis plusieurs années. Le premier est le fils de Nicolas, l’ex-lieutenant général de Brie embastillé par Richelieu en 1637. Malgré les brillants états de service de son oncle François, l’actuel gouverneur de la province, il ne parvient toujours pas à retrouver le chemin de l’ascension par l’exercice d’une charge militaire importante110. Depuis 1649, Mazarin a compris qu’il est « dans le parti des rebelles »111. Lié aux Guise, à Beaufort et à Retz, il devient vite l’un des principaux animateurs de l’assemblée de 1651 et en détient la présidence pendant une quinzaine de jours112. Quant à Charles Ier de La Vieuville, il gravite autour du pouvoir depuis son rappel d’exil, en 1643. Mais il est loin d’avoir récupéré quelque chose de son ancien prestige – il a même été emprisonné une nouvelle fois, pour quelque temps, dans la citadelle d’Amiens en mai 1647. Sa participation à l’assemblée de 1651 est un bon moyen pour lui de faire pression sur la couronne et de lui faire payer son ralliement ultérieur. Il y parviendra au mois de septembre, en récupérant sa charge de surintendant et en obtenant l’érection de ses terres Nogent-le-Arnauld en duché-pairie quelque temps avant sa mort, en 1653113.

56Tous ces personnages sont liés entre eux par une même frustration. Qu’elle s’exprime en termes d’échec à obtenir une charge locale, d’incapacité à progresser dans la hiérarchie militaire ou de dégradation de leur position sociale après les années fastes du début du xviie siècle, ils ont tous quelque chose à reprocher à un État dont les exigences ne répondent plus à leurs souhaits de promotion comme au temps des guerres de Religion. Tous apparaissent comme les victimes du blocage des carrières entamé sous Richelieu. Tous sont à la porte de la noblesse seconde, soit qu’ils ne puissent y accéder, soit qu’ils en aient été évincés.

  • 114 Ibid., p. 292-293.

57Seuls les Choiseul, représentés de façon masssive dans l’assemblée de 1651, ne rentrent pas dans ce schéma explicatif, car ils font partie depuis longtemps des familles les plus choyées par le pouvoir central, celles qui ont même su négocier le tournant du ministériat de Richelieu en continuant à exercer une large influence locale, tout en mettant leurs compétences au service de la guerre contre les Espagnols. En fait, leur présence ici a la même signification que celle de Charles d’Escoubleau, marquis de Sourdis, le gouverneur de l’Orléanais, qui participe lui aussi à cette assemblée – de façon d’ailleurs active puisqu’il en détient un moment la présidence. Comme lui, ils sont alors seuls capables, dans leur province, de rassembler autour de leur nom à la fois des royalistes et des frondeurs. Comme lui, ils sont à même de jouer dans ce mouvement nobiliaire un rôle modérateur tout à fait conforme aux vœux de la majorité de la noblesse, qui cherche d’abord à se faire entendre de la monarchie, à participer aux mystères du pouvoir, à collaborer avec l’État, sans pour autant faire le jeu des rebelles. Comme lui, ils représentent les principaux relais de l’autorité militaire du roi au sein de la noblesse provinciale114. Comme lui, ils sont ici les porte-parole d’une petite et moyenne noblesse provinciale globalement loyale, qui n’attend qu’un geste du pouvoir central pour se consacrer activement à la défense de son territoire. Cette noblesse de Champagne est simplement moins tentée qu’en Orléanais de revendiquer trop fort cette collaboration, parce que sa sécurité, dans une province particulièrement piétinée par les troupes, dépend beaucoup de la stabilité de l’État et que celui-ci a pris les devants depuis le début des guerres civiles, en lui proposant qu’elle prenne en main une bonne partie de sa défense.

58Au total, les frustrations individuelles de quelques nobles champenois qui voient dans les assemblées de 1649 et 1651 un moyen de (re)trouver les chemins de l’ascension sociale ne sont rien au regard du loyalisme qui imprègne la noblesse de cette province pendant la Fronde. Habitués à servir localement sous les ordres d’officiers qu’ils connaissent bien et dont le prestige est ancien, influencés par des réflexes de fidélité qui ont déjà fait leur preuve au cours des rébellions de la minorité de Louis XIII, la plupart des gentilshommes de Champagne ne peuvent qu’être sensibles aux offres de coopération qui arrivent de Paris. Dans cette logique, la noblesse seconde joue un rôle central, car c’est elle qui fournit la garantie d’une réelle médiation entre l’État et le monde nobiliaire, selon une démarche similaire à celle que Dinteville avait adoptée pendant les années de la Ligue.

7. De la conciliation à la répression : la noblesse seconde dans la reconquête de 1652-1653

  • 115 L’enjeu est de taille, puisqu’un libelle condéen est publié à la fin de l’été 1652 afin d’exalter (...)
  • 116 B.N. Fr. 4211 (146), 11 septembre 1652.
  • 117 B.N. Fr. 4185 (18), 18 septembre 1652.

59Petit à petit, à mesure que la crédibilité du pouvoir central se renforce – surtout à partir de janvier 1652, lorsque Mazarin peut rentrer une première fois en en France – cette tactique glisse progressivement vers la défense des intérêts conjoints de la couronne et de la noblesse contre les envahisseurs, les mercenaires déréglés et les princes rebelles, au nom d’une volonté de défense commune115. Ce sentiment d’une communauté d’intérêts est exploité à fond par Mazarin à l’automne 1652, qui y voit un moyen de priver Condé de toute complicité dans la province. Le 11 septembre, depuis sa retraite de Bouillon, il fait ainsi savoir à Le Tellier que « Monsieur le Mareschal de L’Hospital assemblera beaucoup de monde, tant est grande l’animosité de la noblesse de Champagne et de toute la noblesse en général contre lesdictes trouppes [étrangères] et Monsieur de grand pré est tout prest à se joindre audict sieur Mareschal avec ung bon corps de cavallerie »116. L’idée est aussitôt mise en pratique. Une lettre adressée dès le 18 septembre par Louis XIV au maréchal de L’Hospital l’informe de la conduite à tenir pour la campagne ultime qui s’annonce. « Mon cousin, vous sçavez comme l’armée de Lorraine et celle de Wirtemberg sont jointes à celles des princes, et qu’elles sont toutes ensemble en présence des miennes, commandées par mes cousins les Maréchaux de Turenne et de La Ferté-Senneterre, et vous jugerez assez qu’il n’y a rien de plus important que de les fortiffier. C’est pourquoy j’ordonne présentement au sieur Comte de Grandpré de les aller joindre avec son régiment et toute la cavallerie qui est en Champagne par le plus droict et le plus court chemin. Et je vous faictz cette lettre pour vous dire que vous ayez à faire joindre aux corps de trouppes que conduict ledict Comte de Grandpré le plus de noblesse que vous pourrez pour le rendre le plus considérable et le plus fort qu’il se pourra »117.

  • 118 M. Poinsignon, op. cit., t. III, p. 55-57.
  • 119 Ibid., p. 58-66.
  • 120 À Château-Porcien, c’est un « sieur du Buisson », inconnu en Champagne, qui commande la garnison. (...)
  • 121 Mémoires d’Oudard Coquault, op. cit., p. 272.

60D’un strict point de vue militaire, cette coopération est une vraie réussite. Certes, lorsque Condé, incapable de maintenir son pouvoir à Paris, entreprend au mois d’octobre 1652 de faire la conquête de plusieurs positions dans le Nord-Est avec des troupes espagnoles, son génie militaire lui assure dans un premier temps des succès foudroyants. Le 27 octobre, il s’empare de Château-Porcien. Le 1er novembre, c’est Rethel qui tombe. Le 13, Sainte-Menehould. Puis Bar-le-Duc, Ligny, Void, Commercy...118 Mais tous ces succès sont sans lendemain. Le 17 décembre, les troupes royales reprennent Bar-le-Duc. Le 22, Ligny. Le 12 janvier 1653, Château-Porcien. Le 28, Vervins. Le 8 juillet, Rethel. Le 27 septembre, Mouzon. Le 30, Rocroi. Le 25 novembre, Sainte-Menehould119. Privé d’appuis solides parmi la noblesse locale, Condé est incapable de placer à la tête des garnisons des individus compétents et influents120. Il doit se contenter d’y laisser une poignée de soldats qui, livrés à eux-mêmes, n’ont pas les moyens de résister à un siège. Turenne, La Ferté-Senneterre, Fabert et du Plessis-Praslin, qui organisent la reconquête de la province au nom du souverain, peuvent donc vite réduire à néant toutes les victoires de Condé puisque celui-ci n’a pas les moyens de transformer ses coups de force en conquêtes durables grâce à des appuis locaux efficaces. Même à Sainte-Menehould, enlevée au terme d’un siège très éprouvant par du Plessis-Praslin, le gouverneur qui tenait la ville pour Condé, Montal, est « un soldat de fortune » selon Oudard Coquault. Pour le bourgeois de Reims, « ces gens attachéz au prince, leur fortune périssant, sont vaillantz et courageux par désespoir, tant la rébellion et la douceur de tenir le bien d’aultruy aux meschantz a de la puissance »121.

  • 122 Lettres du cardinal Mazarin, t. IV, p. 587, 30 décembre 1651.
  • 123 Ibid.
  • 124 B.N. Fr. 4211 (306), 4 octobre 1652.
  • 125 Ibid. (341), 9 octobre 1652.
  • 126 B.N. Fr. 4185 (266), 16 octobre 1652. Le gouverneur de Sainte-Menehould n’a pas le temps de mettre (...)
  • 127 B.N. Fr. 4211 (515), 5 décembre 1652.
  • 128 Lettres du cardinal Mazarin, t. V, p. 435-6, 2 novembre 1652.
  • 129 B.N. Fr. 4211 (537), 12 décembre 1652.
  • 130 Ibid. (601), 18 janvier 1653.
  • 131 B.N. Fr. 4188 (17), 4 janvier 1654.
  • 132 Lettres du cardinal Mazarin, t. V, p. 537 (15 janvier 1653).
  • 133 B.N. Fr. 4186 (163), 20 avril 1653.
  • 134 B.N. Fr. 4187 (355), 5 novembre 1653.
  • 135 M. Poinsignon, op. cit., t. III, p. 69.
  • 136 B.N. Fr. 4187 (459-461). Un ordre semblable est envoyé à Beauvau.
  • 137 B.N. Fr. 4190 (242), 16 juin 1655.

61Contrastant avec cette décomposition accélérée du pouvoir militaire condéen, la noblesse seconde fait figure de cheville ouvrière de la reconquête. Lorsque Mazarin revient une première fois de son exil, en passant par Bouillon, Rethel, Épernay, Arcis-sur-Aube et Pont-sur-Yonne (décembre 1651-janvier 1652), il entame son périple par Sedan, où il est accueilli entre autres par Nettancourt-Vaubecourt et Joyeuse-Grandpré122. De Rethel, il écrit triomphalement au duc de Mercœur « qu’il n’y a pas eu un gouveneur, ou, en leur absence, de lieutenant de roy, des places de cette frontière, tant grandes que petites, qui ne soit venu [lui] offrir toute choses à Sedan et [1’] accompagner jusques prèz d’icy »123. Au cours des campagnes de 1652, 1653 et 1654, qui visent à reprendre définitivement le contrôle du pays face aux condéens et aux Espagnols, de nombreux nobles seconds apportent ainsi renseignements et renforts aux armées royales commandées par Turenne, La Ferté-Senneterre et Fabert. Le 4 octobre, Mazarin charge Le Tellier de fournir à Antoine-Saladin d’Anglure de Savigny, vicomte d’Étoges, les fonds nécessaires à la levée d’un régiment de six compagnies de cavalerie, car « c’est un gentilhomme de condition qui travaillera sans doubte à faire un bon corps... [et qu’] il s’agit d’obliger une personne de mérite, très zélé serviteur du Roy et fort de [ses] amis »124. Cinq jours plus tard, il lui suggère de demander à François de L’Hospital et à César du Plessis-Praslin « d’escrire à leurs amis particuliers » pour les mobiliser pendant l’hiver125. Le 16 octobre, Charles de Ménisson, le gouverneur de Sainte-Menehould, obtient l’accord du souverain pour un projet qui vise à combattre les garnisons condéennes de Stenay, Clermont et Damvilliers, en utilisant directement le quart des contributions qui sont levées dans les élections de Châlons, Vitry et Sainte-Menehould126. Le 5 décembre, Vaubecourt assiège le château de Ligny, qui capitule le 22127. Pendant ce temps, Antoine-François de Joyeuse-Grandpré bat la campagne de Sedan avec 400 dragons, « assez heureusement », selon Mazarin, « puisque la quantité de prisonniers qu’il amène tous les jours est fort considérable »128. Il doit être renforcé sous peu par la compagnie de chevau-légers de Joachim de Lenoncourt, marquis de Marolles. Le 12 décembre, il est détaché de l’armée avec 600 chevaux pour aller « surprendre le lieu où Monsieur le Prince a laissé son bagage... [et] se retirer après aux environs de Verdun pour harceller les ennemis »129. Le 18 janvier 1653, il se fait assassiner dans son carrosse, près de Rethel, par deux cavaliers sans doute envoyés par Condé130. Ce meurtre n’empêche pas son fils Charles-François de continuer la guerre, en succédant à son père à Mouzon et Beaumont-en-Argonne, avec un pouvoir de lieutenant général des armées de Champagne en l’absence de Fabert que lui conférera Louis XIV un an plus tard131. Le 15 janvier 1653, Condé essaie de récupérer Château-Porcien, que les troupes royales lui avaient repris trois jours plus tôt. Il est mis en échec par les régiments de Nettancourt et Bourlemont, qui s’étaient retranchés dans la ville132. En avril, Clériadus de Clermont-Reynel, le gouverneur de Chaumont, reçoit des renforts de la part de Nicolas de Nettancourt, qui est chargé de lui laisser quelques instructions avant de revenir rapidement à l’armée. Les ordres du roi se bornent à lui demander de tout faire « pour la conservation du pays et le bien de [son] service, suivant les advis et les ordres dud. sr. de Vaubecourt en attendant l’arrivée de [sond.] cousin le Maréchal de La Ferté et le retour dud. sr. de Vaubecourt »133. En bref, il jouit d’une totale liberté d’initiative dans sa région. Le 5 novembre 1653, du Plessis-Praslin est nommé à la tête des troupes qui assiègent Sainte-Menehould134. La ville se rend le 25135. Charles de Ménisson, qui retrouve aussitôt son poste de gouverneur, ne reste pas longtemps enfermé dans sa ville. À la mi-décembre, il est chargé de fournir des renforts au maréchal de La Ferté-Senneterre en compagnie de Grandpré136. Le 16 juin 1655, il obtient le commandement des troupes qui doivent se rejoindre à Château-Porcien137.

62L’accumulation de tous ces éléments, peut-être quelque peu fastidieuse, pourrait à première vue passer pour une série d’anecdotes militaires sans enjeu réel. Il me semble au contraire que nous tenons ici la preuve que la monarchie, plus encore qu’en 1650, est largement tributaire de la noblesse seconde pour regagner les positions perdues en Champagne au cours de la Fronde. Ses grands officiers locaux lui sont utiles de deux manières. Tenir un espace en exerçant une domination stable sur le plat pays qui entoure une ville dont ils sont gouverneurs : c’est le cas de Clériadus de Clermont-Reynel à Chaumont, de Charles de Ménisson à Sainte-Menehould ou – dans une moindre mesure – d’Antoine-François de Joyeuse-Grandpré à Mouzon et Beaumont. Ou bien prendre le commandement de quelques centaines de cavaliers très mobiles et parcourir la province en tout sens pour tendre des embuscades, assiéger des places fortes, apporter des renforts là où le besoin s’en fait sentir : ce sont les missions de Nicolas de Nettancourt-Vaubecourt, de César du Plessis-Praslin, d’Antoine-François et Charles-François de Joyeuse-Grandpré. Dans le premier cas de figure, c’est leur vieille influence locale qui est utilisée. Dans le deuxième, leur connaissance du terrain.

63Faut-il en conclure pour autant que la noblesse seconde retrouve des fonctions en tous points semblables à celles qu’Henri IV lui avait confiées à la fin des guerres de Religion, lorsqu’elle avait usé de son crédit pour rétablir en douceur la paix civile dans la province, convaincre les notables urbains de se maintenir dans l’obéissance, rappeler les opposants exilés ? Certainement pas, car on ne retrouve jamais une semblable ambition politique dans la correspondance de Mazarin et du jeune roi. Depuis Richelieu, les méthodes du pouvoir central ont décidément bien changé et la noblesse seconde n’est plus sollicitée pour exercer une influence apaisante après les conflits. Elle devient plutôt un instrument de répression qui se met au service de l’ordre monarchique, un corps d’officiers plus ou moins zélés qui met ses compétences au service de la stabilisation politique et militaire de la province, au besoin par la force, au besoin contre la noblesse elle-même.

  • 138 Il doit s’agir de Louis-Hilaire de Piedefer, seigneur de Champlost, l’un des principaux clients de (...)
  • 139 B.N. Fr. 4181 (169 v°), 14 septembre 1650.
  • 140 Voir chapitre IV, p. 100-101 et 103-104.

64Des signes avant-coureurs de ce phénomène étaient déjà perceptibles en 1650, au moment où le pouvoir monarchique tentait de reprendre l’avantage face aux troupes espagnoles et à Turenne. Le 14 septembre, Gaston d’Orléans, lieutenant général du royaume, écrivait ainsi à du Plessis-Praslin : « ayant advis qu’il se faict plusieurs assemblées de gentilzhommes dans la province de Champagne et mesme en l’estendue de vostre charge, et qu’il s’en est faict principalement dans la maison du sieur de Chanlort138, ce que désirant pourvoir, je vous escritz cette lettre pour vous dire qu’aussy tost que vous l’aurez receue, vous ayez à le faire arrester et mettre en lieu où il puisse estre tenu sûrement, le tout par les voyes que vous estimerez les meilleures, me rendant compte de la diligence que vous y aurez apportée et du lieu où vous le ferez tenir afin de recevoir mes ordres de ce que vous aurez à faire, vous recommandant de vous employer selon l’auctorité de vostre charge avec le mesme soin que vous avez faict jusques à présent pour empescher qu’il ne soit faict de pareilles assemblées et qu’il n’arrive rien qui puisse troubler le repos des subjectz du Roy, mon seigneur et neveu, de ce costé-là »139. Nous sommes bien loin de la tactique conciliante d’Henri III, qui utilisait le crédit de Dinteville au sein de la noblesse provinciale pour l’encourager à écrire à des protestants ou des ligueurs notoires pour les retenir de prendre les armes avant de commettre l’irréparable140.

  • 141 B.N. Fr. 4188 (5-6), 3 janvier 1654.

65Avec la restauration de sa puissance, le pouvoir central se met à systématiser cette répression, en envoyant des ordres à quelques uns des principaux nobles seconds pour leur faire assumer des tâches de police qui n’entraient pourtant pas dans leurs anciennes attributions. Ainsi, le 3 janvier 1654, Louis XIV écrit à Grandpré : « Ayant sceu que les propriétaires et autres qui tiennent les chasteaux fortz scituéz sur ma frontière de Champagne ont refusé de recevoir les trouppes de mes armées qui ont eu ordre de moy pour y loger et s’en asseurer,... je vous faictz cette lettre pour vous dire que vous ayez à commander de nouveau de ma part à ceux qui sont dans lesd. chasteaux de recevoir les trouppes ordonnées pour y loger, et en cas de refus ou délay par eux d’y satisfaire, que vous les contraingniez par la force, vous servant à cette fin des trouppes qui sont soubz vostre charge en y menant le canon sy besoin est »141. Là encore, la tactique du pouvoir central est bien différente de celle qu’il adoptait au temps des guerres de Religion. Il ne s’agit plus d’utiliser le crédit local de la noblesse seconde, mais sa puissance militaire. Il ne s’agit plus de convaincre mais de contraindre.

  • 142 B.N. Fr. 4187 (485), 26 décembre 1653.

66Cette évolution se traduit aussi dans le domaine du renseignement. Dès le 26 décembre 1653, un mois après la reddition de la garnison condéenne de Sainte-Menehould, Louis XIV écrit à son gouverneur, Charles de Ménisson : « Estant nécessaire, pour l’advancement et expédition du procès en forme au prince de Condé, d’avoir au plus tost le tesmoignage de personnes intelligentes et de probité de ce qui s’est passé à Sainte-Menehoud lorsqu’en l’année dernière la place fut prise par le prince de Condé, comme la capitulation fut traictée et faicte avec luy, qui estoyent les François qui l’assistoyent en cette entreprise et qui sont aussy ceux de noz subjectz qui l’ont suivy et servy dans lad. place pendant qu’elle a esté en son pouvoir,... [je veux] que vous choisissiez entre ceux que vous sçaurez estre les plus intelligens et fidelles et les fassiez partir incontinent et sans y perdre aucun moment de temps, que vous les asseuriez du payement de leur voyage et leur ordonniez de mesme de se rendre en cette ville en toute dilligence »142. Là encore, la monarchie ne cherche pas à pardonner aux rebelles comme elle l’avait fait à l’extrême fin du xvie siècle. Elle tente d’enquêter, de savoir, de juger. Quelques uns des gouverneurs locaux deviennent ainsi les agents d’une politique qui tend vers la répression, non la conciliation ; la pacification, non l’apaisement.

  • 143 M. Poinsignon, op. cit., t. III, p. 79-83.

67Certes, toute la noblesse seconde ne répond pas de la même manière ni au même degré à ces exigences nouvelles. Ainsi, lorsque Montai, l’ancien chef de la garnison condéenne de Sainte-Menehould, réfugié à Rocroi, se met entre 1654 et 1657 à faire des courses un peu partout dans la province pour lever des contributions à son profit, Nicolas de Vaubecourt, le gouverneur de Châlons, décide de composer avec lui pour une somme qui n’excéderait pas chaque année 1250 L.. Vaubecourt répond ainsi aux désirs des notables locaux, qui veulent assurer une relative tranquillité dans le plat pays sans avoir à monter une expédition punitive onéreuse. En cela, il se pose comme le porte-parole des élites urbaines, fatiguées des conflits, non comme le bras armé du pouvoir monarchique en Champagne. C’est finalement Grandpré qui se charge de cette besogne, en écrasant les troupes de Montai près de Sillery, le 3 septembre 1657143. Certains nobles seconds semblent ainsi pris en tenaille entre les exigences de la couronne et la nécessaire collaboration qu’ils doivent maintenir avec les notables locaux dans l’exercice de leurs charges. Progressivement, les nouveaux besoins de l’État en matière de répression pourraient, à terme, en venir à ébranler les bases mêmes de leur pouvoir provincial. Il est vrai que la noblesse seconde avait toujours largement dépendu du souverain pour affirmer son autorité ; mais simultanément, son charisme local entrait pour une large part dans la stabilisation de sa puissance, car du fait de son origine champenoise, elle pouvait toujours se poser comme une médiatrice privilégiée entre Paris et la province. Pour elle, le risque est à présent de s’enfermer dans une logique politique qui la pousserait à n’être plus qu’un maillon de l’absolutisme, un instrument de domination, et non plus le rouage essentiel d’une coopération entre la noblesse provinciale et le roi.

68Ces longues années de conflits, qui s’achèvent avec l’anéantissement des troupes de Montai à Sillery, ont ainsi complètement bouleversé le système politique et militaire qui s’était formé au cours du xvie siècle en Champagne. Habituée à tenir la province au nom du souverain, la noblesse seconde en est venue tout naturellement à défendre son territoire face aux Espagnols. Grâce à sa connaissance du terrain et à son réseau de relations dans le monde nobiliaire de tout le Nord-Est, ce groupe est même devenu un atout essentiel dans les mains de la monarchie française, avide d’officiers efficaces et zélés pour battre les Habsbourg. Cependant, cette évolution logique, paradoxalement, s’est faite au détriment de l’assise traditionnelle de ces hommes, intégrés dans les armées du monarque dès le milieu des années 1630 et, d’une certaine manière, coupés de leurs racines locales. La Fronde, en ébranlant le pouvoir central, a réintroduit un moment la noblesse seconde dans un rôle qu’elle avait maintes fois tenu au cours des guerres de Religion et sous la régence de Marie de Médicis : la pacification des révoltes et la stabilisation de la province au service d’une couronne dont elle se conçoit toujours comme le principal pilier. Mais cette remise en ordre ne représente pas, malgré certaines similitudes, un simple retour aux anciennes tâches d’encadrement local, car la pratique absolutiste du pouvoir central, élaborée sous Richelieu et rétablie après la parenthèse frondeuse, entraîne la noblesse seconde vers l’exercice quelque peu brutal d’une autorité qui dépend de plus en plus de Paris. À terme, cette mutation annonce une dégradation globale de son prestige et de son omniprésence sur le terrain.

Notes

1 M. Poinsignon, op. cit., t. II, p. 555.

2 Ibid., p. 564.

3 Ibid., p. 559-561.

4 Voir le portrait haut en couleurs qu’en fait Tallemant des Réaux dans l’une de ses Historiettes, coll. de La Pléiade, t. II, p. 102-105.

5 Lettres du cardinal de Richelieu, t. V, p. 568.

6 B.N. Mel. Col. 86(164).

7 B.N. 500 Col. 117 (208), 24 mai 1637.

8 A. Corvisier « Clientèles et fidélités dans l’armée française aux xvie et xviie siècles ». Hommage à Roland Mousnier. Clientèles et fidélités en Europe à l’époque moderne. Paris, 1981, p 213-236

9 B.N. Fr. 3759 (22), 28 janvier 1637.

10 Lettres du cardinal de Richelieu, t. V, p. 338. Lettre à Mr. de Mende (30 octobre 1635) : « J’ay veu le mémoire que vous m’avez envoyé, contenant les moyens d’asseurer la Mozelle et les voitures ; je l’ay envoyé à Mr. de Vaubecourt, qui est celuy qui s’en charge maintenant. Il sera bon d’en conférer avec luy, estant plus entendu dans tous ces pays que personne ».

11 Lettres du cardinal de Richelieu, op. cit., t. V, p. 200 (8 septembre 1635).

12 B.N. Fr. 3760 (123), 21 septembre 1637.

13 B.N. Fr. 3762 (161), 26 août 1639.

14 Lettres du cardinal de Richelieu, t. V, p. 161 (15 septembre 1635).

15 Ibid., p. 233 (16 septembre 1635).

16 Mémoires de Richelieu, éd Michaud et Poujoulat, t. II, p. 643.

17 A.D. Marne E 715 (76), 5 septembre 1639.

18 B.N. DB. 55.

19 B.N. DB. 667-668.

20 B.N. DB. 659 et voir p. 144.

21 B.N. DB. 416.

22 B.N. DB. 670.

23 B.N. CRH. 177.

24 B.N. CBH. 3.

25 L. F. de Caumartin, Recherche de la noblesse de Champagne..., op. cit.

26 La plupart des familles recensées par Caumartin fournissent des cavaliers ou des officiers au cours du conflit, mais rares sont celles qui ont la possibilité d’élever un de leurs membres au rang de colonel. Cela suppose en effet de l’argent pour en acheter le brevet et un solide réseau de relations pour entretenir un régiment de mille hommes.

27 B.N. CBH. 35.

28 B.N. DB. 617.

29 B.N. DB. 140.

30 B.N. DB. 34.

31 Voir chapitre IV, p. 130.

32 B.N. DB. 34, 140.

33 B.N. CBH. 35.

34 B.N. DB. 140.

35 B.N. DB. 231.

36 B.N. DB. 76. Richelieu écrit à son sujet à Bouthillier : « Monsieur, le sr de Saint-Estienne, s’en allant trouver le roy pour supplier très humblement Sa Majesté de luy confirmer le don qu’il luy a pleu luy faire du gouvernement de Chasteau-Renaud, que Sa Majesté a depuis peu acquis de Madame la princesse de Conty, de quoy ledit sieur de Saint-Estienne m’a fait voir le brevet dès le temps que nous estions en Languedoc, je vous fais ce mot pour vous prier de l’assister en ceste affaire, et d’en parler au roy, croyant que ledit sieur de Saint-Estienne s’acquittera utilement de ceste charge, ayant du bien et des amis en ce païs-là, et l’ayant cogneu affectionné au service de Sa Majesté, dans les voaïges d’Italie et de Languedoc où il s’est trouvé ». Lettres du cardinal de Richelieu, t. III, p. 572 (9 mars 1630).

37 Peut-être le blocage de sa carrière est-il dû en partie à l’affaire de l’enlèvement de Mademoiselle de Sallenove. Tallemant des Réaux consacre une longue Historiette à ce sujet. Fille de Claude, sieur de Cuile, et de Perrette Goujon de Thuisy, elle fut enlevée en 1643 – sans doute pour son argent – par Charles-Claude de Beaumont, ce qui lui attira les foudres de Richelieu, qui ne voulait pas que se développent de tels désordres au sein de sa clientèle personnelle. Quelques années plus tard, elle fut enlevée de nouveau par Charles II de Livron, qui l’épousa en 1650. Historiettes, coll. de La Pléiade, t. II, p. 452-457.

38 B.N. PO. 399.

39 Voir le tableau 19.

40 B.N. Fr. 3761 (2 et suiv.).

41 B.N. DB. 486.

42 B.N. Fr. 3759 (86), 27 mars 1637.

43 Il doit s’agir de Claude II de Cauchon, seigneur de Montigny et de Treslon, nommé gouverneur de Château-Porcien pendant la Fronde.

44 B.N. Fr. 3759 (130), 24 avril 1637.

45 M. Poinsignon, op. cit., t. II, p. 569.

46 J.-M. Constant, Les conjurateurs, Paris, 1986, p. 186-189.

47 M. Poinsignon, op. cit., t. II, p. 571-573.

48 B.N. Fr. 3766 (43) et DB. 371.

49 M. Poinsignon, op. cit., t. II, p. 575.

50 Ibid., p. 576.

51 Ibid., t. III, p. 149.

52 Ibid.

53 Ibid., t. III, p. 11.

54 Il avait été remplacé dans sa charge champenoise par Henri d’Orléans-Longueville, marquis de Rothelin.

55 Mémoires d’Oudard Coquault, bourgeois de Reims (1649-1668), p.p. Ch. Loriquet, Reims, 1875, t. I, p. 11.

56 Ibid., p. 14.

57 Ibid., p. 21. Coquault note cependant que c’était oublier un peu vite que le peuple « avoit esté excité par nombre de bons marchantz puissants de biens, bien aliéz et apparentéz ». Tout son récit est confirmé par une relation anonyme, peut-être écrite par un espion de Mazarin, qui se trouve dans la collection de Champagne de la B.N., 36 (123).

58 B.N. Champ. 36 (125).

59 Mémoires du duc du Plessis, éd. Michaud et Poujoulat, p. 399-401.

60 Ibid., p. 399.

61 Ibid, p. 402.

62 Ibid, p. 403-406.

63 B.N. DB. 383 et CBH. 206.

64 B.N. DB. 186.

65 Une lettre adressée par Mazarin aux notables de Mouzon, le 13 février 1650, les félicite de leur fermeté face au comte de Grandpré, qui voulait installer des troupes dans la place contre le service du roi. (Lettres du cardinal Mazarin..., p. p. M. A. Chéruel, Paris, 9 vol. , 1872-1906, t. III, p. 491). Joyeuse-Grandpré semble se rallier définitivement à la couronne après la défaite de Turenne à Rethel, le 16 août.

66 B.N. DB. 371 et Fr. 4188 (17), commission de lieutenant général accordée à Grandpré le 4 janvier 1654.

67 B.N. DB. 486.

68 B.N. Fr. 4211 (306).

69 B.N. DB. 399 et Mel. Col. 86 (165 v°).

70 B.N. DB. 186 et B.N. Fr. 4181 (334).

71 La Chesnaye-Desbois, Dictionnaire, t. V, col. 915-919.

72 B.N. DB. 389.

73 Cf. le tableau 19.

74 B.N. DB. 416, CRH. 177, DB. 659.

75 B.N. Fr. 25199 (473-475). Le 11 juin 1653, le roi lui ordonne de se rendre à son commandement dans l’armée de Picardie sous un mois, faute de quoi il sera démis de sa charge. B.N. Fr 4186 (333).

76 B.N. DB. 159.

77 B.N. DB. 246.

78 B.N. PO. 1661.

79 L. F. de Caumartin, Recherche de la noblesse de Champagne..., art. Des Réaulx. L’itinéraire d’Edmond de Ravenel est obscur.

80 Voir chapitre V, p. 150-151.

81 B.N. DB. 34.

82 B.N. PO. 1661.

83 B.N. CBH. 234.

84 Voir chapitres II, p. 45-46, et IV, p. 126.

85 Lettres du cardinal Mazarin..., t. V p. 434 (2 novembre 1652).

86 B.N. Fr. 4187 (485), 26 décembre 1653.

87 M. Poinsignon, op. cit., t .III, p. 21.

88 Ibid., p. 22.

89 B.N. Fr. 4181 (267), 24 mai 1650.

90 M. Poinsignon, op. cit., t. III, p. 23.

91 Ibid., p. 26-27.

92 Ibid., p. 28.

93 Ibid.

94 B.N. Fr. 4182 (204), 10 juin 1651.

95 Voir chapitre IV, p. 94-95 et 117-118.

96 B.N. Fr. 4181 (482).

97 B.N. Fr. 4181 (483 v°), 31 décembre 1650.

98 « Cahier de la noblesse du bailliage de Troyes (1651) », p.p. Y. Durand in R. Mousnier, J.-P. Labatut, Y. Durand, Problèmes de stratification sociale. Deux cahiers de la noblesse (1649-1651), Paris, 1965, p. 143.

99 Ibid., p. 144.

100 Ibid.

101 A. Jouanna, Le devoir de révolte, p. 262-273.

102 D’après J.-D. Lassaigne, Les assemblées de la noblesse de France aux xviie et xviiie siècles, Paris, 1965, p. 177-182 et 187-198.
L’identification de ces personnages est parfois bien aléatoire, car la liste de 1649 ne donne ni leurs prénoms, ni leurs terres. Par exemple, il existe bien deux familles De Vienne en Champagne, mais il s’agit d’un nom trop courant pour que l’on soit sûr que le participant à cette assemblée qui le porte soit bien un Champenois. De même, Caumartin place une famille Du Hamel dans son enquête de noblesse, mais elle est surtout implantée en Picardie et il n’est pas sûr que le signataire qui porte ce nom soit un membre de cette famille. En 1651, les problèmes d’identification sont moindres qu’en 1649, car cette liste livre les noms, prénoms et terres des signataires. Ceci étant, je ne peux pas garantir absolument son exhaustivité, car je me suis fondé exclusivement sur le travail de J.-D. Lassaigne. Néanmoins, je pense qu’elle doit être exacte à deux ou trois unités près.

103 J.-M. Constant, Nobles et paysans en Beauce...p. 365.

104 Louis de Machault, État général de la province de Champagne (1665), B.N. 500 Col. 275.

105 Voir p. 175-176.

106 B.N. DB. 522.

107 Ibid. Son cousin Louis-Hilaire, qui passe pour un homme de Condé, assure pendant quinze jours la présidence de l’assemblée de 1651 cf J.-M. Constant, « Un groupe socio-politique stratégique... », art. cit., p. 292.

108 D.B. 141.

109 B.N. Fr. 4185 (266), s.l.n.d. et 4188 (285), 24 mai 1654.

110 La Chesnaye-Desbois, Dictionnaire, t. X, col. 713-730. Signalons toutefois qu’il a obtenu la survivance de la charge de lieutenant général en Brie que possédait son père Nicolas.

111 Lettres du cardinal Mazarin, t. IV, p. 10, 15 janvier 1649.

112 J.-M. Constant, art. cit., p. 292.

113 B.N. Fr. 25198 (427-439) et J.-M. Constant, art. cit, p. 294.

114 Ibid., p. 292-293.

115 L’enjeu est de taille, puisqu’un libelle condéen est publié à la fin de l’été 1652 afin d’exalter La défaite des troupes du duc de Lorraine par la noblesse et les communes de Brie et de Champagne, unies dans la résistance à l’étranger pillard. La noblesse provinciale est ainsi devenue en quelques années l’objet d’une lutte qui se traduit par sa récupération dans la propagande des deux camps.

116 B.N. Fr. 4211 (146), 11 septembre 1652.

117 B.N. Fr. 4185 (18), 18 septembre 1652.

118 M. Poinsignon, op. cit., t. III, p. 55-57.

119 Ibid., p. 58-66.

120 À Château-Porcien, c’est un « sieur du Buisson », inconnu en Champagne, qui commande la garnison. (J.-B. Lépine, Histoire de Château-Porcien, Vouziers, 1859, p. 94). À Rethel, Condé laisse 800 hommes sous les ordres du marquis de Persan (E. Jolibois, Histoire de la ville de Rethel..., Paris-Rethel, 1847, p. 144). À Sainte-Menehould, c’est Charles de Montsaulin, comte de Montal, qui est chargé de la défense de la place. (Mémoires d’Oudard Coquault, op. cit., p. 272).

121 Mémoires d’Oudard Coquault, op. cit., p. 272.

122 Lettres du cardinal Mazarin, t. IV, p. 587, 30 décembre 1651.

123 Ibid.

124 B.N. Fr. 4211 (306), 4 octobre 1652.

125 Ibid. (341), 9 octobre 1652.

126 B.N. Fr. 4185 (266), 16 octobre 1652. Le gouverneur de Sainte-Menehould n’a pas le temps de mettre son projet à exécution, car sa ville tombe entre les mains de Condé un mois plus tard.

127 B.N. Fr. 4211 (515), 5 décembre 1652.

128 Lettres du cardinal Mazarin, t. V, p. 435-6, 2 novembre 1652.

129 B.N. Fr. 4211 (537), 12 décembre 1652.

130 Ibid. (601), 18 janvier 1653.

131 B.N. Fr. 4188 (17), 4 janvier 1654.

132 Lettres du cardinal Mazarin, t. V, p. 537 (15 janvier 1653).

133 B.N. Fr. 4186 (163), 20 avril 1653.

134 B.N. Fr. 4187 (355), 5 novembre 1653.

135 M. Poinsignon, op. cit., t. III, p. 69.

136 B.N. Fr. 4187 (459-461). Un ordre semblable est envoyé à Beauvau.

137 B.N. Fr. 4190 (242), 16 juin 1655.

138 Il doit s’agir de Louis-Hilaire de Piedefer, seigneur de Champlost, l’un des principaux clients de Condé dans la province.

139 B.N. Fr. 4181 (169 v°), 14 septembre 1650.

140 Voir chapitre IV, p. 100-101 et 103-104.

141 B.N. Fr. 4188 (5-6), 3 janvier 1654.

142 B.N. Fr. 4187 (485), 26 décembre 1653.

143 M. Poinsignon, op. cit., t. III, p. 79-83.

© Éditions de la Sorbonne, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540